Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’argent du roi

 | 
Philippe Hamon

Deuxième partie. Réformes et poursuites : un règne mouvementé

Introduction

Texte intégral

  • 1 Knecht, Francis I, p. 429.

1On vient de le voir, le phénomène guerrier n’est pas sans répercussions directes sur le prélèvement. Il en va de même, parallèlement, pour l’appareil qui sous-tend et organise le rassemblement et la distribution des fonds. Pour reprendre une formule de Robert Knecht, l’obsession guerrière de François Ier stimule le changement administratif1. Cela vaut particulièrement pour des finances royales dont la fragilité et surtout la sensibilité à la conjoncture ne sont plus à démontrer. La volonté de réorganisation du système en place en 1515, forgé dans la douleur au cours de la guerre de Cent Ans, se fait sentir tôt dans le règne. Les nouvelles structures mises en place sont assez bien connues. Il n’est pas inutile cependant de faire retour sur elles pour tenter d’en mieux cerner la logique et pour réfléchir sur leur efficacité. Elles fournissent aussi des clés pour comprendre les mentalités politiques et financières des cercles dirigeants. Ces transformations sont étroitement liées aux poursuites qui frappent les officiers de finances placés au cœur de l’appareil.

2Le Conseil du roi a l’initiative dans les deux processus, ce qui conduit naturellement à mettre en évidence la dimension politique de l’opération dans son ensemble. Ne faut-il pas l’analyser en terme de revanche des « gens de Conseil » sur le haut personnel financier ? Les poursuites servent aussi à trouver des revenus complémentaires toujours utiles, qu’on récupère ici sur les prévaricateurs. Elles permettent enfin de mettre en avant l’officier de finance comme bouc émissaire idéal dans un contexte de crise. En effet, si la docilité fiscale des sujets du roi, devenue proverbiale, est alors globalement une réalité, le dialogue des gouvernants et des gouvernés nécessite un effort de propagande et de négociation. Il n’est cependant pas sans à-coups. Face aux oppositions, même réduites, qui se manifestent, la monarchie sait faire preuve de fermeté tout en essayant de détourner la réprobation vers les officiers de finance. Ce qui n’empêche pas les hommes au pouvoir, roi en tête, de révéler dans leur discours leurs propres réticences face au fait même de prélever.

Notes

1 Knecht, Francis I, p. 429.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable