Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’argent du roi

 | 
Philippe Hamon

Première partie. Les finances royales ou la délicate gestion de la précarité

Conclusion

Texte intégral

  • 1 A.N. J 967, 8/6.
  • 2 A.N. J 967, 8/10.

1Pour financer la guerre, d’un conflit à l’autre, les responsables font flèche de tout bois. À titre d’ultime illustration, les recettes d’août 1537 pour l’Extraordinaire des guerres à Lyon. Sur un total de 432 542 lt, les fonds des recettes générales du quart Sud-Est du royaume représentent 46,5 %, les aliénations, 20,5 %, les prêts, 15,8 %, le « fonds de M. de Troyes », 15 %, les décimes, 1,3 %, l’imposition sur les velours de Gênes, 0,7 % et des droits seigneuriaux, moins de 0,1 %1. Le « fonds de M. de Troyes », qui concerne un personnage qui est alors à la fois commis à l’Extraordinaire des guerres et à la recette générale de Languedoc, peut provenir soit des impôts, soit de ressources complémentaires. Tous les types de « revenus », ou presque, sont donc ici représentés : depuis le domaine, résiduel, jusqu’au crédit qui permet de faire face dans l’instant. L’impôt occupe, de loin, la première place : emprunts et « fonds de M. de Troyes » exclus, le premier pour n’être véritablement une recette, le second pour cause d’incertitude, il dépasse aisément les deux tiers des rentrées. La différence d’ampleur des recettes globales par rapport à juillet, le mois précédent (432 542 lt contre 226 943 lt2), illustre aussi le délicat problème des variations saisonnières.

  • 3 Ehrenberg, Fugger, p. 29.

2D’ailleurs, malgré le niveau appréciable atteint en août, l’évocation de l’Extraordinaire du mois se termine par l’annonce d’une « faute de fons » de plus de 200 000 lt et par les habituelles et pressantes demandes d’envoi d’argent de la part de Tournon. L’État « moderne », j’entends ici celui des XIVe-XVIIIe siècles, est en effet un État pour lequel l’obstacle principal pour mener les opérations militaires est l’obstacle financier. À l’époque antérieure, les liens d’homme à homme sont peu monétarisés et la technicité des conflits reste limitée, aussi l’engagement financier demeure-t-il réduit. À l’époque contemporaine, la puissance de l’État est devenue telle qu’elle lui permet de créer et d’imposer des signes monétaires, de mobiliser « gratuitement » ses sujets ou ses citoyens, de réquisitionner avec efficacité. À partir du XIXe siècle, on ne parle plus d’argent pendant les conflits mais après, du traité de Francfort aux Réparations. À l’époque « moderne », la nécessité de disposer de moyens importants et l’impossibilité d’une part d’imposer durablement autre chose que la monnaie métallique et d’autre part de maîtriser suffisamment les ressources du royaume se conjuguent pour rendre obsédante la limite financière. Concluons avec Ehrenberg : « Partout il s’avérait impossible d’élever les rentrées au niveau toujours croissant des dépenses »3. Cela paraît clair. Et pourtant…

3Et pourtant si les recettes s’échinent à rattraper des dépenses croissantes, c’est bien qu’elles croissent elles aussi. Ce qui signifie que la guerre est le meilleur moyen de parvenir à augmenter les capacités financières de l’État et, partant, son impact. La proposition d’Ehrenberg peut (doit ?) être renversée, et avec elle, le raisonnement tenu plus haut : il faut une dynamique de la « crise » financière, ou du moins des difficultés de trésorerie, il faut surtout de l’endettement pour que l’État de finance progresse, toujours tourné vers la satisfaction de besoins nouveaux, dont l’horizon fuit devant lui à mesure qu’il avance. D’ailleurs le crédit mobilisable, quel que soit le type de créancier, et avec lui la solvabilité de la monarchie ou de ses agents, dépend en dernière analyse du prélèvement proprement dit. Ainsi l’ajustement des recettes aux dépenses est-il l’objectif essentiel. Bientôt on pourra financer non plus quelques milliers, mais des dizaines de milliers, puis des centaines de milliers de combattants. Cela ne sera jamais suffisant car il y a aussi la flotte (pensons à la guerre d’Amérique), et les places, et les canons. De ce déséquilibre financier si oppressant au quotidien, mais si fructueux dans la perspective de la « genèse de l’État moderne », sort, en 1788, la convocation des États généraux. Nous voici bien loin du XVIe siècle. Mais il convenait de situer le règne de François Ier dans cette perspective, ne serait-ce que pour éviter d’en faire l’« étape décisive » d’une évolution à l’évidence pluriséculaire. Du moins le roi-chevalier apporte-t-il sa pierre à l’édifice quand il emprunte sur des ressources à venir, quand il crée des ressources nouvelles, quand il traite les dominants et les collectivités comme des réservoirs de richesse pour le pouvoir, quand il lance ce qui va devenir le Grand Parti.

4Peut-on évaluer le poids financier représenté par la monarchie sur l’ensemble du règne ? L’exercice est des plus périlleux et se limite ici, en raison de l’optique retenue, aux fonds qui parviennent dans les caisses centrales. Les ordres de grandeur que j’avance, souvent plus estimés que précisément décomptés, peuvent cependant servir d’utile point de comparaison… et de base de départ pour une critique serrée ! Les dépenses militaires des dix-neuf années comprises en tout ou en partie dans les conflits atteignent quatre-vingt-cinq millions de lt. Ajoutons-y une douzaine de millions pour treize ans de paix totale et cinq millions pour les places fortes. Cela fait cent deux millions. Les dépenses « diplomatiques », depuis les pensions suisses jusqu’à la rançon, des paiements anglais aux versements aux alliés italiens et allemands, représentent peut-être vingt millions de lt. Restent une quinzaine de millions de frais de personnel payés au niveau central et surtout un gros soixante-cinq millions un peu fourre-tout qui englobe la cour et ses annexes telles que les constructions, mais surtout l’océan des dons et pensions, quels qu’en soient les bénéficiaires. Au total, un peu plus de deux cents millions de lt pour trente-deux ans un quart de règne, dont deux tiers au bas mot consacrés à la politique extérieure et à la défense, en incluant bon nombre de pensions à caractère « diplomatique ». En face de cela, j’ai déjà estimé les impositions à cent cinquante millions de lt et les rentrées complémentaires à quarante millions. La différence est aisée à combler : vente de rentes sur le domaine ou les impositions, dettes exigibles qui traînent, et enfin, à coup sûr, plusieurs centaines de milliers (plusieurs millions ?) de livres de dépenses jamais réglées et de créances annulées. Elles demeurent à la charge des particuliers, depuis Semblançay jusqu’au fournisseur malheureux ou maladroit. Les quelque sept millions de lt de crédit en caisse à la mort du roi ne peuvent en revanche être prises en compte : elles ne correspondent à aucune dépense effective, hormis pour un éventuel versement d’intérêt.

  • 4 L’idée que l’État a un rôle central à jouer dans la gestion des ressources humaines et économiques, (...)

5La monarchie, avec un tel poids, a-t-elle une influence réelle sur la vie économique du pays ? Elle joue un rôle certain dans l’accélération de la circulation monétaire, en particulier dans la déthésaurisation. Déversant des fonds à l’étranger, elle peut donner un coup de fouet à la production nationale, avide de reconstituer grâce aux exportations son stock monétaire. Cet (éventuel) rôle économique dynamisant ne doit pas faire négliger la « stérilisation » hors des circuits de production de sommes considérables. Cependant, quand elle fait forger des armes, édifier des remparts ou peindre une galerie, la monarchie participe activement à l’essor économique. Toutes ces considérations surprendraient probablement jusqu’aux penseurs du temps. Les finances publiques demeurent en effet pour l’heure la chasse gardée du politique, malgré de timides velléités mercantilistes4. Dans les projets et les réflexions du Conseil du roi, seule la conjoncture politique informe la décision financière, avec un double idéal de justice et d’efficacité.

Notes

1 A.N. J 967, 8/6.

2 A.N. J 967, 8/10.

3 Ehrenberg, Fugger, p. 29.

4 L’idée que l’État a un rôle central à jouer dans la gestion des ressources humaines et économiques, courante en Europe au XVIIe siècle, reste marginale un siècle plus tôt.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540