Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’argent du roi

 | 
Philippe Hamon

Première partie. Les finances royales ou la délicate gestion de la précarité

Chapitre III

La monarchie et le crédit : agents libres et agents contraints

Texte intégral

  • 1 Spont, Documents, p. 348 (article XX).
  • 2 Voir l’évocation de l’empereur Antonin le Pieux qui aurait mis au point un système de crédit où les (...)
  • 3 Jacqueton, Documents, p. 276.

1« A mesure que les deniers estoient receuz par ledit de Frain [commis de Semblançay], les unes fois estoient envoyez audit de Beaune pour les fournir pour les urgens affaires du roy, les autres ledit de Beaune mandoit audit de Frain les envoyer en plusieurs lieux selon que les affaires survenoient. Et les autres fois survenoit que, pour l’urgente nécessité des affaires dudit sieur, sans pouvoir attendre le recouvrement d’iceulx deniers, en tout ou partie, ledit de Beaune estoit contrainct empruncter ailleurs pour fournir pour lesditz affaires : autrement il en fust advenu inconvénient »1. Dans le quotidien de la gestion des finances royales, le recours au crédit est un acte récurrent et fondamental. Au rebours de ce dont rêve un Jean Bodin2, le souverain est, en permanence, en posture d’emprunteur. La lenteur de la circulation monétaire et le manque de numéraire expliquent la place du crédit dans l’ensemble de la société. La monarchie y ajoute sa spécificité : l’ampleur des fonds drainés et le lien direct avec le prélèvement fiscal. Si certains manuels du temps incluent les prêts dans la catégorie « aultre recepte commune extraordinaire »3, c’est évidemment par abus de langage car le prêt se rembourse, sauf exception. L’aspect traditionnellement le plus évoqué du crédit sous François Ier est la mise sur pied des rentes sur l’Hôtel de Ville de Paris, en lien avec une définition plus précise de la notion de dette publique. Mais ce n’est qu’une facette, très partielle, de la question : il est bien des sortes de crédits.

2J’ai choisi de structurer mon propos en fonction de la nature de la relation qui unit le roi et son bailleur de fonds, en particulier de l’autonomie relative de ce dernier, qui va en décroissant au fil du chapitre. Avec le marchand-banquier, qui dispose d’une bonne marge de manœuvre, on peut parler de crédit volontaire basé sur la confiance. Membres du Conseil, ecclésiastiques et autres bourgeois relèvent plutôt du crédit contraint. Enfin c’est d’un véritable crédit imposé dont sont victimes aussi bien le fournisseur qui attend son remboursement que le consignataire de justice qui voit les fonds litigieux « empruntés » par le roi. Mais cette tripartition, malgré son intérêt, ne doit pas faire oublier que les relations entre prêteurs et souverain demeurent toujours fort subtiles. Elles s’inscrivent toutes dans une dialectique de dépendance mutuelle qui court comme un fil d’Ariane au long de l’exposé.

I. Le crédit volontaire : les marchés financiers

  • 4 Wolfe, Fiscal system, p. 63 affirme que Louis XI s’en passe alors que Doucet, Grand Parti, lre part (...)
  • 5 Gascon dans Chaunu, H.E.S.F., p. 238-239. Cependant l’intervention de Charles VIII contre la banque (...)
  • 6 Voir Pélicier, Lettres de Charles VIII, t. IV p. 133 : emprunt de 30 000 écus à Milan ; pour les pr (...)

3Le recours aux places financières et aux marchands-banquiers n’est pas une nouveauté. Si Louis XI a peu fait appel à ce type d’emprunts4, Charles VIII lui redonne une place importante, retrouvant une pratique courante jusqu’à Jacques Cœur. A la fin du XVe siècle, c’est Lyon qui joue le rôle principal. Le roi accède en 1494 aux sollicitations des Italiens installés dans la ville et y rétablit pleinement les foires, après dix ans d’interruption. Sa décision intervient l’année même où il lance son expédition italienne : l’afflux de capitaux dans la capitale des Gaules et le recours aux services financiers des marchands-banquiers doivent contribuer à son financement5. A peine arrivé en Italie, Charles VIII cherche également du crédit dans la péninsule, à Milan, à Gênes ou à Rome6.

4Sous François Ier, Lyon reste la place essentielle pour les emprunts. Mais cette notoriété ne doit pas faire oublier que Paris, en retrait, joue aussi un rôle en ce domaine. Il faut le souligner : ce sont les besoins et les calculs de la monarchie et non les stratégies des marchands-banquiers qui servent d’angle d’attaque à la question du crédit volontaire. La logique du sujet l’impose et, par voie de conséquence, la documentation mise en œuvre provient des archives du pouvoir et non de celles des fournisseurs de fonds. Il va de soi que les deux éléments sont indissociables mais ce choix imprime nettement sa marque sur les développements à venir.

5Si les temps forts de l’emprunt coïncident fréquemment avec les guerres, il ne s’agit pas malgré tout d’une règle absolue : les négociations et affrontements diplomatiques nécessitent aussi le recours au crédit. Ce dernier, avec les jeux qu’il autorise, peut même devenir une facette de la lutte menée contre Charles Quint.

A. Les cadres du marche

1. Les agents

a. Les agents de la monarchie

  • 7 Spont, Documents, p. 334.
  • 8 B.N. fr 5501 f° 381.
  • 9 A.N. J 965, 7/5 (2-6-1537).
  • 10 Spont, Semblançay, p. 60.

6Il paraît logique de partir des demandeurs de crédit, plutôt que des détenteurs de capitaux, dans la mesure où ces derniers se contentent le plus souvent de répondre à l’initiative du pouvoir royal. En tant qu’emprunteur sur le marché financier, le roi met en avant des agents qui ont sa confiance et qui, aspect essentiel, servent de garants pour les prêts qui sont sollicités. Leur intervention vise à assurer les prêteurs contre les risques encourus. C’est une pratique bien établie : pour l’emprunt milanais de 1494, les garants sont le comte Carlo de Belgiojoso, le cardinal Briçonnet et son frère Robert, archevêque de Reims, Etienne de Vesc et Philippe de Commynes. L’implication personnelle de personnages de haut rang est forte : elle suppose leur engagement en tant que personnes privées et concerne leurs biens propres. Semblançay rappelle qu’« avant que aucuns marchans ayent voulu entreprendre fournir [des fonds] commandés par le Roy et madicte dame [Louise de Savoie], il [lui] a convenu, suivant lesdicts mandemens à lui faictz par lesdits seigneur et dame, en respondre en son propre et privé nom. Autrement et sans son crédit lesdits mandemens fussent demeurez inexécutez »7. Quand, en août 1528, les membres du « conseil du Roy estroict » s’engagent pour un remboursement, ils le font « en bonne foi et sous l’obligation de tous leurs biens »8. L’objectif à atteindre est évident : obtenir la confiance des bailleurs de fonds. Cette confiance est la base du crédit, affirme Tournon, et le respect de la parole donnée importe plus que les garanties matérielles : « Le vaillant d’ung prestre que je suys […] n’est pas pour asseurer les marchands qui me prestent ». Ce qui compte pour eux, c’est « la vérité et parolle que je leur ay tousjours tenu jusques icy »9. Le bon garant doit donc être connu des prêteurs. Les liens de Semblançay avec le milieu des marchands-banquiers lyonnais remontent sans doute au temps des relations commerciales de son père. Ils sont renforcés par son accession à la charge de général d’un Languedoc qui inclut le Lyonnais, et s’ajoutent à ses relations avec Léonard Baronnat, son « familier et grand amy »10. Tout ceci doit assurer à Semblançay un accueil favorable dans la cité. Le groupe des généraux du début du règne, plus largement, peut sans doute s’appuyer à Lyon sur le crédit commercial de parents ou d’alliés, qui servent à la fois d’introducteurs et de répondants.

  • 11 A.N. J 965, 7/9.
  • 12 A.N. J 965, 7/26 et Tournon, Correspondance, n° 113 (14-10-1536).
  • 13 Pour les emprunts des généraux, voir O.R.F., t. III p. 118 (7-4-1522) ; pour un prêt de marchands l (...)
  • 14 Voir B.N. fr 3048 f° 93 (où le receveur général d’Outre-Seine Jehan Ruzé est aussi concerné) et A.N (...)

7Au contraire, les agents du roi sans relais local ont peu de succès. En juin 1537 le roi a délivré une « commission pour recouvrer deniers par emprunt [à Lyon] sur les obligations de Hellin et de Morennes », deux responsables de la recette générale de Languedoïl. Tournon, dans une lettre au chancelier, est très net : « Je vous supplie, monsieur, de ne faire point fondement là-dessus car lesd. Hellin et Morennes sont si peu congneuz icy qu’ilz ne trouveroient pas six escuz à préster »11. Etre physiquement présent sur place augmente les chances de succès, dans la mesure même où cela facilite les négociations. Après une campagne d’emprunts à Lyon, Tournon affirme : « Si je n’eusse esté icy, je me double qu’il y eust eu bien à faire à trouver tout ce fons si promptement ». Et de conclure : « Croy qu’il a esté besoing que vous eussiez icy un serviteur qui fut congneu de ceulx de ceste ville et sur qui ils eussent seureté »12. Le cas d’Anthoine Hellin et de Guillaume de Moraynes le prouve, eux qui gèrent la principale recette du royaume : ce qui compte surtout, c’est l’individu, non sa fonction. Mais cet individu doit remplir certaines conditions : il lui faut être très proche du pouvoir, à l’image de Tournon ou, à défaut, être lié organiquement aux finances royales. C’est le cas du collège des généraux jusqu’à 1523 ou des officiers de finances de la région lyonnaise qui joignent la proximité - et souvent les alliances - à leur implication dans les circuits financiers13. Mais c’est parfois aussi le fait d’un receveur général comme Jehan Carré, en charge de la Normandie, en 152814.

  • 15 Rott, Représentation, t. I p. 263 note 6.
  • 16 C.A.F., t. VII n° 25705 ; B.N. fr 5501 P 381.
  • 17 Exemple anglais en 1544 : Dietz, English finance, p. 167-168.

8Si au début du règne la garantie des généraux, parfois épaulés par Semblançay, est fréquemment jugée suffisante, à partir des années vingt un système de double garantie se met en place, qui fait intervenir responsables politiques et personnel financier. Dès 1522, pour un emprunt négocié à Fribourg il est vrai, le Bâtard de Savoie et La Palice joignent leur caution à celle des généraux15. Dans un acte non daté, de 1527 selon toute probabilité, le duc de Vendôme, Duprat, Montmorency, Louis de Brézé, Jean de Selve, Jean Brinon, Florimond Robertet, Tournon et Guillaume Preudhomme garantissent deux receveurs généraux qui se sont eux-mêmes personnellement obligés au remboursement de cinq prêteurs fournissant plus de 140 000 lt.. Démarche semblable l’année suivante lorsque Duprat, Montmorency, Chabot, Tournon, de Selve et Preudhomme s’obligent auprès du receveur général de Bretagne ou de son commis pour 56 000 lt.16. On retrouverait sans difficultés dans les autres États ce système de garants à plusieurs étages17. Le cercle politique concerné recoupe le plus souvent la liste des membres du Conseil du roi. Rien d’étonnant à cela : siègent au Conseil ceux qui ont - pour l’heure - la confiance du monarque. Ils sont donc politiquement les mieux à même d’inspirer confiance à leur tour aux détenteurs de capitaux.

  • 18 Pour Semblançay, voir B.N. P.O. 248 (Beaune) n° 71 (4-11-1521) et fr 5500 P 169 (28-2-1522) ; Spont (...)
  • 19 C.A.F., t. IV n° 15472 (31-12-1546). Après la mort de François Ier, à la requête des marchands-banq (...)

9Le roi doit fréquemment offrir sa garantie à ceux qui se sont engagés pour lui lors des emprunts royaux. Il témoigne aussi publiquement de la confiance dont il les honore et signifie ainsi que, derrière les fortunes des particuliers, l’impôt royal demeure le plus solide des répondants. Le phénomène est bien connu pour Semblançay ou les généraux au début du règne18. On le retrouve pour le prêt de 1527 évoqué plus haut. En 1546, en raison de la santé chancelante de François Ier, le dauphin Henri doit ratifier les emprunts19. A cette époque encore, l’engagement du roi reste personnel : son successeur potentiel n’est tenu que par sa propre ratification et non par une hypothétique pérennité des dettes de l’État. De quelle nature est alors la garantie offerte par le roi aux prêteurs eux-mêmes ? En ce domaine, on reste souvent dans le flou : ce sont ses agents qu’ils couvrent le plus souvent et non les fournisseurs de capitaux. Pour ces derniers, l’assurance n’est donc qu’indirecte.

  • 20 Spont, Semblançay, p. 191 ; A.N. J 965, 7/5.
  • 21 A.N. J 965, 7/25 (13-10-1536) ; le 27 octobre, il écrit avoir reçu ce pouvoir : ibid., 7/32.

10Le roi, qui a dû recourir au crédit de ses serviteurs précisément à cause de la fragilité du sien, est donc vivement sollicité de garantir ses agents à son tour. Le paradoxe n’est qu’apparent car confiance et crédit valent aussi pour les relations entre le souverain et ses proches : si le roi retire son appui, et Semblançay entre autres en fait l’amère expérience, l’intéressé n’est plus « crédible » : il perd en effet le contact avec la source de tout remboursement, à savoir le prélèvement monarchique. Ainsi le crédit du souverain et celui de ses agents sont-ils en définitive solidaires. Leur imbrication met en évidence la connexité du politique et du Financier. Les généraux des finances dans une lettre au roi en 1522 peuvent évoquer l’argent recouvré « par leur crédit qui procède de vous », et Tournon peut tout aussi bien soutenir : « Le Roy, en perdant mon crédit, y perdroit le sien »20. Mais la situation du cardinal à l’automne 1536 prouve cependant que la garantie royale n’est jamais négligeable. Empruntant à Lyon dans l’urgence, il affirme au chancelier : « Il fault que je me oblige en mon privé nom en actendant le pouvoyr de y obliger le Roy »21. Mais aucun document ne permet d’affirmer que l’octroi d’un pouvoir spécifique par François Ier donne à Tournon la possibilité de se désengager personnellement. A mon avis, les deux garanties sont cumulatives et non exclusives. Du moins importait-il de souligner que celle du roi est fréquemment requise.

  • 22 B.N. fr 3048 f° 93.
  • 23 B.N. fr 5125 f° 160.

11L’agent du roi ne peut donc faire figure de simple intermédiaire administratif entre prêteurs et État dans la mobilisation des emprunts. Son crédit personnel est directement engagé, « statutairement » pourrait-on dire, dans ce genre de négociation. En cas de difficulté, les créanciers se retournent contre le ou les garants tout autant que contre le souverain. D’autant que ce dernier offre bien peu de prise. A la fin de sa vie, Semblançay est ainsi assailli par les marchands-banquiers florentins de Lyon qui lui réclament plusieurs centaines de milliers de livres. Quand le pouvoir politique se dérobe, il devient très difficile de faire face aux engagements. La position de l’agent du roi/garant est donc très exposée. Aussi les réticences sont-elles réelles, surtout de la part des officiers de finance car les responsables politiques, s’ils tiennent à leur place, ne peuvent pour leur part guère se permettre de renâcler. En 1528, Duprat craint que les receveurs généraux, sollicités pour une garantie, « en facent quelque difficulté » ; il souhaite « qu’ilz cognoissent la voullenté dud seigneur estre qu’ilz la facent »22. Le trésorier de l’Épargne Guillaume Preudhomme est bien connu, d’après Tournon, pour la « difficulté qu’fil] a faictes tousjours de s’obliger »23. Mais, en règle générale, les hommes du roi finissent par s’incliner à la grande satisfaction des détenteurs de capitaux.

b. Les prêteurs

  • 24 C.A.F., t. IV n° 13326 (5-9-1543).

12C’est parmi les marchands et marchands-banquiers que ceux-ci se recrutent. Un dépouillement assez poussé des sources du temps permet de repérer parmi eux 124 prêteurs au cours du règne de François Ier. Retenir les individus plutôt que les firmes ne va pas de soi, mais ce choix est imposé par la documentation et par la plasticité des associations financières au cours des générations et au gré des alliances commerciales. Dans quelques rares cas seulement deux membres d’une même famille ont été comptés pour une seule tête, quand ils apparaissent toujours ensemble pour des opérations rigoureusement identiques. Cette présentation quantitative doit aussi être pondérée par l’importance de l’engagement financier des divers groupes. Un exemple est particulièrement frappant : sept prêteurs, marchands à Rouen, figurent dans mon fichier, presqu’aussi nombreux donc que les neuf Parisiens. Mais les Rouennais, parmi lesquels figurent les quatre marchands d’origine ibérique du corpus, n’interviennent à eux tous que pour un unique prêt d’un montant fort réduit : 3 560 écus24. Dans la présentation de la conjoncture des prêts, on aura l’occasion de mieux mesurer la part de chacun.

13La place tenue par les prêteurs d’origine italienne est écrasante comme en témoignent les données suivantes (sur 124 prêteurs) :

  • Italiens : 87 (70,2 %)

  • dont Florentins : 45 (36,3 %)

  • dont Lucquois : 17 (13,7 %)

  • « Allemands » : 18 (14,5 %)

  • Français : 15 (12,1 %)

  • Ibériques : 4 (3,2 %)

14La plupart des Italiens sont installés en France, à Lyon essentiellement, sans avoir d’ailleurs perdu le contact avec leur pays d’origine. Seul un faible contingent parmi eux habite la péninsule. Quelques-uns, plus rares encore, demeurent à Anvers (Gualterroti, Ducci) ou à Londres (Bonvisi, Salvagio). La domination des Toscans est très nette (ils sont au moins 64 sur 87), et elle demeure constante sur la période. C’est au sein des groupes secondaires que l’on peut constater les évolutions les plus significatives : disparition des Génois (sept) après les années vingt et timide arrivée des Piémontais (trois) à partir de la fin des années trente, tout ceci en parfait accord avec la conjoncture de la « grande politique ». S’il est en effet parfois délicat de mesurer la part exacte de « lobbies » économiques dans ces réseaux de crédit, il est clair en revanche que le jeu politique péninsulaire, avec par exemple le rôle financier assuré par les exilés toscans, a ici des répercussions directes. Reste l’absence totale des Vénitiens : la place de Venise joue, comme on le verra à plusieurs reprises, un rôle important dans la circulation de l’argent français en Italie sans que les capitalistes de la Sérénissime, pourtant souvent alliée du roi de France, n’interviennent. Est-ce faute de colonie dans le royaume, de fuorusciti ou d’occupation du territoire par les armées royales ? Les divers éléments ont dû jouer, mais constater cette absence de contacts « physiques » ne sert qu’à reculer le problème, non à le résoudre. L’explication est sans doute à chercher dans le désintérêt relatif que manifestent les détenteurs de fonds vénitiens à l’égard du commerce de l’argent d’une façon globale, et en particulier pour ce qui concerne les prêts aux Princes.

  • 25 Certains marchands allemands habitent une ville libre de Haute Allemagne mais acquièrent droit de c (...)
  • 26 Trois cas litigieux n’ont pas été retenus ici : Nicolas Alamant (ou Lalemant) et Denis Berthélemy, (...)
  • 27 Spont, Semblançay, p. 126, note 3, fait aussi une allusion à un prêt de 8 640 lt. en 1516 par des m (...)

15Suisses (trois) et Allemands du Sud (quinze), présents dès les années vingt, ne jouent un rôle notable qu’à la fin du règne, en particulier les seconds. Leur place ne fera que croître sous Henri II. Ceux qui fournissent des fonds, bien que passant le plus souvent par le canal lyonnais, restent en général implantés dans leurs villes d’origine, Augsbourg surtout (Haug, Welzer, Zangmeister…), mais aussi Nuremberg (Ebner, Imhoff) ou Ulm (Weikmann)25. Les marchands français sont presque aussi nombreux qu’eux à intervenir dans les emprunts royaux sous François Ier26. En dehors de l’axe Lyon-Orléans-Paris-Rouen, seule la ville de Tours est à mentionner (pour trois prêteurs), héritage ténu de son destin de « ville royale » dans les générations précédentes27.

  • 28 Comparer en particulier avec les renseignements fournis par Gascon in Chaunu, H.E.S.F., t. I, p. 28 (...)
  • 29 Spooner, Frappes, p. 118 note 3 et 130-131.
  • 30 C.A.F., t. V n° 16817, 16827-28.
  • 31 Mollat et Habert, Verrazano, passim. Sur la place des Florentins de Lyon dans le financement de la (...)
  • 32 A.N. M.C. LIV 20 (30-3-1545).

16Les prêteurs étrangers, dans leur répartition et leur implantation, sont globalement représentatifs de la population des marchands-banquiers qui sont en relations d’affaires avec le royaume28. Le faible nombre de grands marchands français dans les circuits de l’argent se vérifie aussi. Marchands et marchands-banquiers ont d’ailleurs bien d’autres façons de trafiquer avec le pouvoir royal. Certains alimentent en métaux précieux les hôtels des monnaies29. D’autres fournissent des matériaux pour la guerre. Pour l’artillerie, en 1518, Lyénard Spine d’une part, Jean Viart et Guillaume Roillart de l’autre vendent du cuivre et de l’étain et Bernard Fortia du soufre30. D’autres encore s’impliquent dans des entreprises maritimes qui ne laissent pas la monarchie indifférente, comme la première expédition Verrazano31. En 1545, la compagnie Gadaigne assure les navires privés que le roi emprunte pour adjoindre à sa flotte32.

  • 33 Voir en 1536-1537 le problème des produits génois, les velours en particulier, dont le commerce est (...)
  • 34 Ehrenberg, Fugger, p. 150 et 151 (prêts probables en 1542 et 1545). Sur Ducci, personnage important (...)

17Aucun des fournisseurs de fonds au roi ne fait de cette activité sa spécialité. Pour les marchands-banquiers, il ne s’agit que d’une spéculation au sein d’une grande diversité d’activités et rarement de l’une des plus importantes. Le roi n’est qu’un client parmi d’autres. Qu’est-ce qui pousse à accepter de participer aux emprunts monarchiques ? Malgré le titre du paragraphe, qui nous place à l’enseigne du crédit volontaire, il faut le dire clairement : certains prêts, on le verra, sont obtenus par la contrainte. D’autres découlent d’une négociation : le prêt est accordé contre un avantage spécifique, en particulier la suppression d’une entrave au commerce33. Mais la plupart d’entre eux résultent effectivement d’une décision à peu près libre du détenteur de capitaux. On en espère évidemment de sérieux profits, ce qui explique qu’un Gaspard Ducci, peu regardant sur les opérations du moment qu’elles sont fructueuses, procure dans les années 1540 de l’argent à François Ier alors même qu’il est agent financier de la cour de Bruxelles et conseiller impérial34. Mais nombreux sont les prêteurs qui ont aussi des motivations politiques. Les Italiens qui suivent les affaires de la péninsule savent le poids des interventions du roi de France. Pour les fuorusciti florentins en particulier, fortement représentés dans la communauté marchande lyonnaise, l’appui français est indispensable pour défendre la République ou obtenir la chute des Médicis. De même, certains prêteurs allemands voient en François Ier - et plus encore en Henri II - le défenseur des libertés germaniques et le protecteur des protestants de l’Empire. A l’inverse, la disparition des Génois trouve son origine dans le changement de camp de Doria et de la cité. Reste le rôle d’une habile propagande visant à drainer les capitaux. Elle est mise en œuvre par des intermédiaires bien insérés dans le milieu marchand.

c. Des intermédiaires

  • 35 B.N. P.O. 248 (Beaune) n° 71 (4-11-1521).
  • 36 B.N. fr 10385 f° 26 et 32 v°.

18Dans une lettre de garantie à Semblançay, le roi fait allusion à de « gros dons et promesses d’argent » destinés non seulement à ceux qui prêtent des fonds mais aussi à d’« autres qui ont aydé à les trouver »35. Juste récompense pour des individus sans lesquels l’afflux de l’argent vers les caisses royales serait encore plus problématique. Jean-Jacques de Passano, un Génois passé au service du roi de France, reçoit ainsi, le 31 août 1527, 16 500 lt., entre autres pour services rendus en faisant prêter par ses amis des sommes importantes, et pour les frais qu’il a été amené à faire à cette occasion36. Ce Passano a pris du champ par rapport au monde de la marchandise et s’intègre en fait au personnel royal. Il n’empêche : il sait réactiver ses attaches dans le monde de l’argent quand les besoins du roi l’exigent.

  • 37 Vial, Cléberger, p. 41, 11 et 21.

19L’intermédiaire, l’« honnête courtier » le mieux connu de l’époque est sans doute Jean Cléberger (Hans Kleberg), le « bon Allemand » qui a toujours sa statue à Lyon. A la suite d’Ehrenberg, Eugène Vial lui consacre une biographie détaillée en 1914. Voici le « bon Allemand » à l’œuvre en 1545. Il a convaincu Reuter, le facteur lyonnais des Tucher, qui écrit à Nuremberg : « Tous ceux qui jadis, dans des moments difficiles, ont prêté de l’argent au roi de France ont été très bien payés et ont reçu, avec le capital avancé, de très forts intérêts ». Cléberger a dû être merveilleusement persuasif pour que Reuter puisse se laisser aller à une si inexacte affirmation ! Même si les Tucher, cette fois, ne s’en laissent pas compter, l’un d’entre eux, présent à Lyon en 1546, reconnaît en guise d’oraison funèbre pour Cléberger mort cette année-là qu’« il savait séduire les autres [et les décider] à prêter de l’argent au roi de France ». François Ier lui-même le félicitait trois ans plus tôt, dans une lettre du 11 décembre 1543 : « Et comme encore que vous mesmes m’ayez dernièrement secouru en prest d’une bonne somme d’argent, avez esté moyen que les autres marchans de votre nation ont faict le semblable de leur part, dont et du bon office que avez faict en cest endroit je n’ai vollu faillir à vous mercier »37. Courtier plus que prêteur, mais prêteur malgré tout, pour des sommes correctes mais pas énormes, tel est son profil. Il se retrouve chez d’autres intermédiaires, des Italiens sans doute moins connus. Chez tous se manifeste aussi le souci de l’intégration soit à l’administration, soit à la Maison du roi, à l’image de Cléberger, devenu le 31 mars 1543 valet de chambre ordinaire de François Ier.

  • 38 Spont, Semblançay, p. 155 note 2 ; le 16-5-1520 Thomas Bohier lui verse 1 500 écus en l’acquit du m (...)
  • 39 Il avance 16 000 lt. en décembre 1521 : C.A.F., t. VII n° 23709. Il contribue peut-être à la rançon (...)
  • 40 En 1518 : A.N. KK 289 f° 492, 509, 514 et 538 ; en 1526 : CA.F., t. V n° 18823 ; en 1527 : Décrue, (...)
  • 41 C.A.F., t. V n° 18899. Duprat s’étonne : « J’ay esté tout esbay quant ay sceu le retardement proven (...)
  • 42 Ehrenberg, Fugger, p. 141 ; B.N. fr 20502 f° 135 [2-6-(l528)].
  • 43 Canestrini, Négociations, t. II p. 808.
  • 44 A.N. X3a 36 (17-8-1528) ; pour saisir la portée de cet acte, voir B.N. P.O. 2326 (Poncher) n° 55 ; (...)

20L’ambiguïté de la position de Pierre Spine (ou Spina) se manifeste clairement dans sa « raison sociale » : mentionné comme « banquier suivant la cour » en 1518, il figure encore dans un document de 1520 comme « marchand florentin »38. Il contribue de ses deniers à l’édifice du crédit monarchique39, mais est surtout remarquable comme agent de la mobilisation des circuits financiers internationaux au service du roi. Il organise de nombreux envois de fonds aux ambassadeurs40. En 1526, il tient en Italie le compte de la ligue de Cognac et un mandement du 22 décembre lui accorde 20 541 lt. pour ses frais de change et de transport. Malgré sa bonne volonté et ses relations, il ne peut éviter les retards dans les règlements, en particulier en septembre et octobre41. Il sert aussi de relais, au début de 1527, pour faire parvenir de l’argent en Italie via les Salviati de Lyon et en 1528 encore pour en faire tenir à Livourne42. Tout ceci implique de bonnes relations dans le monde de la finance et certainement, même si les documents sont discrets sur ce point, la capacité à mobiliser le crédit. Cela est d’autant plus évident que Pierre Spine est frère de Lyénard Spine, personnage important de la place lyonnaise dans les années 1520, lui même lié aux Salviati. Outre la circulation des fonds, Pierre Spine s’occupe aussi de munitions en Lombardie, fin 1524, pour les troupes qui partent pour Naples43. Sans doute indirectement intéressé à la ferme des draps de soie, il figure comme contrôleur des soies à Lyon en 153344. C’est le seul office dont on le trouve pourvu, et il n’est pas de première importance… sauf pour le milieu des importateurs lyonnais.

  • 45 CA.F, t. I n° 1919 et 3043 ; A.N. V5, 1045 f° 64.
  • 46 A.N. J 967, 8/18 ; B.N. fr 3122 f° 119 et fr 20502 f° 108 ; C.A.F., t. VIII n° 29657 et n° 31566 ; (...)
  • 47 O.R.F, t. VI p. 108 note 2.
  • 48 O.R.F, t. III p. 119 parle pour le prêt de 31 500 écus de « sire Robert Albisse et ses compagnons » (...)
  • 49 A.N. Z1a 59 f° 307 v° (14-4-1534).
  • 50 Voir le détail in Spont, Documents, p. 341-342 (article XI).
  • 51 Sur leurs relations financières, voir Bourgeois de Paris, Journal, p. 303. Sur Albisse comme agent (...)
  • 52 C.A.F., t. I n° 5980 (23-6-1533).

21Mieux intégré encore dans la capitale des Gaules, plus riche aussi est Ruberto degli Albizzi, appelé Robert Albisse dans le royaume. Mentionné comme marchand de Lyon en 1523, comme citoyen puis comme bourgeois de la ville en 1525 et 152845, ce Florentin d’origine est lui aussi prêteur. Il fournit 31 500 écus en 1521, 25 000 êcus en 1531, 10 000 écus et 6 700 lt. en 1536 et 30 300 lt. en 153846. Il prête aussi une somme inconnue dans le cadre du rassemblement de la rançon47. Dans chaque cas, il est bien difficile de savoir ce qui relève de ses fonds propres et de ceux de bailleurs de fonds auxquels il sert sinon de couverture, du moins de représentant. En 1521 au moins, il n’a fourni personnellement qu’une partie des fonds48. Très vite il apparaît en effet comme le délégué des principaux marchands-banquiers de Lyon face au pouvoir royal. Pour financer le camp du Drap d’or, le roi emprunte à Lyon et c’est Albisse qui « a mené le faict desd emprunctz et interestz »49. L’année suivante, il joue un rôle clé dans l’envoi de fonds en Lombardie pour la guerre50. Il est lié d’assez près à Semblançay51. Aussi l’arrestation de celui-ci entraîne-t-elle la sienne. Il est prisonnier au Louvre avec Mathieu Guignel, un serviteur de Semblançay, au moins du 14 février au 14 mai 152752.

  • 53 B.N. fr 3031 f°86.
  • 54 CAR, t. VIII n° 31526.
  • 55 A.N. Xla 8621 f° 306 (4-1-1558).
  • 56 A.N. M.C. LIV 53 (Inv. Morelet, 17-6-1536) cotes 14, 20, 49, 146, 150, etc. ; B.N. fr 3876 f° 297.
  • 57 C.A.F., t. V n° 16583 et 16746 (payement à l’empereur Maximilien ; lettres de banque à Anvers).
  • 58 Sur Raoul Hurault (A.N. M.C. LXVIII 2 : 20-7-1543), Jehan Testu (A.N. M.C. CXXII 1051 : 10-9-1538), (...)
  • 59 C.A.F., t. I nos 3043 et 3458 ; Mollat et Habert, Verrazano, p. 62-63.
  • 60 C.A.F., t. VI n° 20242. Il est créancier du duc comme en témoigne son testament : A.D. Rhône, 3E 44 (...)
  • 61 B.N. fr 10392 f° 157.

22Mais Albisse se tire de ce mauvais pas et reprend rapidement du service. Avec Jehan de Poncher, général de Languedoc, il semble jouer de nouveau sa partie sur le marché lyonnais des emprunts dès 152853. En juin 1538, 900 lt. récompensent la peine qu’il a prise de trouver des fonds à Lyon et d’entretenir son crédit envers ceux qui ont prêté, par son intermédiaire, de l’argent au roi54. Les aléas des finances royales font qu’en 1558 encore, plus de dix ans après la mort d’Albisse, un litige concernant des emprunts du début des années vingt n’est pas encore réglé55. En fait, Robert Albisse s’est très tôt frotté aux services financiers de la monarchie. Dès 1510-1513 il est commis de Morelet de Museau, le responsable de l’Extraordinaire des guerres. Il est parallèlement cité, le 31 juillet 1513, comme commis de Jehan Lallemant le jeune, trésorier et receveur général de Languedoc56. Intermédiaire important dès le début du règne de François Ier57, son insertion dans le milieu de l’administration monarchique se manifeste aussi par ses relations financières : il a ainsi des créances sur d’importants officiers de finance58. On le retrouve aussi comme fermier des impositions lyonnaises ou comme bailleur de fonds de la première expédition Verrazano59. Bref, il est omniprésent dans l’univers de l’argent du roi. Il n’acquiert pourtant pas d’office. La seule charge dont on le voit pourvu est celle de trésorier du duc de Longueville en 153160. L’intégration par l’office est réalisée par son fils Jehan, cité comme notaire et secrétaire du roi en 1547, l’année même de la mort de Robert qui s’éteint le 8 octobre61.

2. Les opérations

a. Un crédit à court terme

  • 62 B.N. fr 5125 f° 187 v°.

23Les princes ont presque toujours préféré les emprunts de ce type, ce qui est parfaitement cohérent avec la motivation essentielle qui les pousse à recourir au crédit : la nécessité de faire la soudure en attendant des rentrées d’argent. Tournon laissé sans fonds pour le Piémont écrit au roi le 24 décembre 1536 : « J’ay voleu encores essayer avecques mes amys si je porrois treuver de l’argent à interestz pour troys moys car je ne puys veoir devant mes yeulx perdre votre reputación en Italye »62. Le crédit privé lui-même repose alors largement sur le prêt à brève échéance. Aussi, dans le cadre de leurs relations avec la monarchie, les détenteurs de capitaux le privilégient-ils. L’offre et la demande semblent ainsi communier dans une même aspiration. Au quotidien, les comportements sont parfois plus éloignés…

  • 63 63. B.N. fr 25720 f° 174.
  • 64 Mention d’un emprunt pour quelques semaines : J 967, 8/13 (juin 1537). Proposition d’O. Grimaldi po (...)
  • 65 A.N. J 965, 7/30 ; B.N. P.O. 2891 (de Troyes) n° 14.
  • 66 B.N. fr 3048 f° 81.

24D’après les informations disponibles, l’échéance prévue pour le remboursement des prêts ne dépasse pas un an : c’est le délai retenu pour les 100 000 écus obtenus fin mai 1520, qui sont à rendre en juin 152163. Mais la durée est fréquemment bien plus limitée64. Sollicités en octobre 1536, les Lucquois de Lyon ne veulent pas prêter pour plus de deux foires, soit environ six mois. Meyting, de Berne, qui a fourni des fonds le 23 juin 1548 est remboursé le 16 octobre de la même année65. On pourrait multiplier les exemples. Cela pose des problèmes aux responsables des finances royales : l’état des fonds interdit parfois de promettre un remboursement aussi rapide que souhaité. Quand il cherche du crédit « aux bancques et ailleurs » à la fin de décembre 1527, Duprat est dans l’impossibilité d’assigner les éventuels bailleurs de fonds sur le quartier de janvier car le roi en a déjà fait état « et quant on parle de remboursement en avril, il n’y a homme qui ne baisse les oreilles »66.

  • 67 A.N. J 965, 7/15.
  • 68 B.N. fr 2978 f° 84.

25Autre problème : le recours au crédit est censé pallier les ratés et surtout les à coups des rentrées fiscales, qui arrivent, on l’a vu, par saccades. Il en va malheureusement parfois de même des crédits lyonnais, à cause du rythme imposé par les foires : « Nous sommes entres deux foyres, les marchands n’ont point d’argent » se lamente Tournon à la mi-juillet 153767. Certes, le marché du crédit a une périodicité distincte de celle des impôts et peut donc permettre de faire face dans certaines circonstances, mais il n’est pas disponible à volonté. Et il a ses exigences, en particulier le souci de la ponctualité dans les remboursements. Le non-respect des accords n’est pas sans conséquence dans un milieu qui a de la mémoire et le sens du contrat : retarder les échéances c’est, en portant atteinte à la confiance, provoquer la ruine du crédit. Depuis Crémone, Lautrec, le 5 janvier 1522, rappelle François Ier à ses engagements : l’argent emprunté à Venise doit être envoyé, « et est très nécessaire pour entretenir notre crédit et aider à vivre lesd. gensdarmes qu’il soit rembourcé aud. Venise au temps et termes qu’il a esté accordé ainsi que on a fait savoir aux gens de voz finances et par ce moyen nous trouverons de l’argent pour leur bailler et les subvenir en une nécessité »68. Comme on l’imagine, les écarts sont nombreux. On y reviendra.

b. Les profits

  • 69 C.A.F. t. V n° 15112 ; C.A.H., t. I n° 1145 (1-10-1547).
  • 70 A.N. J 967, 8/8.
  • 71 C.A.F., t. IV n° 14461 et 14466. Même chose sous Henri II : C.A.H., t. II n° 2148 (janvier 1548).

26Malgré ses procédés parfois cavaliers, le roi sait appâter les prêteurs. Il donne à ses créanciers des assurances contre le droit d’aubaine et les lettres de marques ou de représailles. Certains sont même honorés de faveurs particulières comme le Turinois Berton Gros, nommé valet de chambre du roi par Henri II en récompense de ses services69. Mais le roi leur fait miroiter surtout les « très forts intérêts » que Cléberger promet au facteur des Tucher. Les agents du roi qui négocient les emprunts, les principaux d’entre eux du moins, obtiennent le pouvoir de fixer le montant de la rémunération du capital. Tournon peut ainsi « tauxer et arbitrer le don et récompense qui sera baillé esd. bancquiers » en fonction de la somme et du temps d’immobilisation70. En cas de doute, et pour ménager cette fois ses bailleurs de fonds, la monarchie s’empresse de reconnaître le bien-fondé du versement de ces intérêts. Par deux déclarations de mai 1545, elle garantit que les « dons » faits aux prêteurs, ici des marchands allemands et lyonnais, seront bien considérés comme des obligations régulières, sans préjudice du remboursement des sommes prêtées71. Qu’une telle précision s’impose souligne le caractère encore rudimentaire du marché du crédit. On le constate : le mot d’intérêt est rarement prononcé. Le vocabulaire qui désigne la rémunération du capital, dont la licéité canonique reste fragile, est d’une grande variété et d’un grand flou : « pension », « rente », « change », « change et intérest », « don », « don et récompense », « attente de son remboursement […] d’une foire à une autre », « prolongation et actante de paiement », la liste est longue et pourrait l’être plus encore sans doute, en cherchant bien.

  • 72 Dumoulin, Contracts, f° 36. Sous Henri II, les intérêts sont parfois intégrés au capital : Baudouin (...)
  • 73 A.N. Zla 59 f° 307 v° (14-4-1534) ; M.C. XIX 178 (23-5-1549).
  • 74 B.N. fr 5125 f° 187 v° ; A.N. J 965, 7/22 et 7/30 (12 % par an « et au dessoubz ») ; C.A.F., t. VII (...)
  • 75 Doucet, Grand Parti, lre partie, p. 481. Un acte d’Henri II, en janvier 1548, fait allusion à la po (...)
  • 76 Gioffre, Gênes, n° 283. L’incertitude repose sur le nombre de foires à partir duquel il faut calcul (...)
  • 77 Clément-Simon, De Selve, p. 52. Mais il ne cite pas de sources et sa fiabilité est relative.
  • 78 B.N. fr 3048 f° 93.
  • 79 Braudel, Emprunts, p. 195-196. Des taux inférieurs sont cependant possibles, ainsi entre 1542 et 15 (...)
  • 80 Dietz, English finance, p. 167 et 173.
  • 81 Du Bellay, Correspondance, t. II p. 294. Hermann et al., Premier âge de l’État en Espagne, p. 333 p (...)

27Plus que la dénomination importe, pour les parties prenantes, le niveau des intérêts. A l’époque, ceux-ci ne paraissent pas cumulables s’il faut en croire Charles Dumoulin quand il affirme en 1546 : « N’y a aucune usure d’usure »72. En 1520-1521, on oscille entre 4 et 5 % par foire, soit 16 à 20 % par an. Pour le prêt de 100 000 écus pour le camp du Drap d’or de mai 1520, 32 400 lt. d’intérêt annuel donnent un taux de 16,2 % ; les Affaitati de Crémone, en revanche, fournissent en 1521 42 142 lt. à 5 % par foire73. Les diverses données qui figurent dans la garantie aux généraux du 7 avril 1522 se situent dans cette fourchette. En 1536-1537 la norme n’est plus que de 3 % par foire74. A partir de 1542, le taux s’établit à 16 % par an75. Il ne faudrait cependant pas supposer une trop belle régularité. Pour un prêt génois d’octobre 1515, les intérêts atteignent 28 et peut-être 42 % par an76. Un autre auteur évoque des intérêts de 3 % par mois, soit 36 % par an77. De l’existence d’oscillations nettes témoigne la remarque désabusée de Duprat au roi au début de 1528 : « Je ne puis oublyer à vous dire que je treuve les interestz gros, mais il fault regarder le temps où nous sommes et la nécessité »78. Les conditions faites au roi de France ou par lui sont globalement du même ordre que pour les autres princes du temps. Pour ses emprunts à court terme, Charles Quint trouve à Anvers du crédit à 12 à 15 % par an79. Henri VIII emprunte en Flandre en 1544 à 14 %, en 1546-1547 à 13 %80. Mais eux non plus ne sont pas à l’abri de conditions plus draconiennes, surtout Charles, aux fragiles finances. Jean du Bellay évoque ainsi en 1536 un taux de 25 % par an81.

  • 82 Vigne, Banque, p. 178.
  • 83 Vial, Cléberger, p. 26 note 2.

28Le taux d’intérêt des emprunts publics n’est pas le même que celui des prêts commerciaux. Quand en 1546 le roi doit verser 4 % par foire, les marchands sont tenus de payer 2 % seulement82. D’où, au passage, de fructueux profits pour les intermédiaires. Cette différence de taux ne signifie pas pour autant que l’impact des emprunts « publics » sur le marché financier soit nul. D’après un manuel flamand publié à Anvers en 1543, la valeur de l’argent sur le marché de Lyon dépendait au contraire très directement du taux des emprunts de François Ier83. Affirmation hardie et sûrement exagérée, mais qui souligne une fois de plus les liens entre « grande politique » et jeux de l’argent. Malgré les profits, les marchands-banquiers ne sont pas disposés à ouvrir tout grand leurs coffres au roi. En particulier, ils sont plus que réticents pour proroger les échéances des remboursements, comme Tournon en fait l’expérience :

  • 84 A.N. J 965, 7/22 [7-9-(1537)]. Autre affaire similaire en octobre 1536 : B.N. fr 5125 f° 24 v° et 3

« Le plus grand desplaisir que vous puissiez faire aux marchands, c’est de ne pas les payer au terme qu’on leur a promitz, car ilz ne veullent point que leur argent séjourne plus que du terme qu’ilz ont accordé et si vous leur donniez vingt pour cent chacune foyre vous ne les contenteriez pas […] ; j’ay essayé cela et trouvé que de ce qui ne m’avoye cousté que trois pour cent j’ay vollu donner six et qu’ilz le me represtassent pour une aultre foyre. Hz le me refuzerent et leur en eussé-je donné dix »84.

  • 85 B.N. fr 5125 f 206 v°.
  • 86 Isaac, Tournon, p. 69-71.
  • 87 B.N. fr 5125 f° 133.

29Plus étonnant encore est le refus par les créanciers d’une rémunération que Tournon parvient difficilement à imposer : « Ne vous veulx point celler que ceulx qui m’ont preste l’argent reffuzoient à prendre l’interestz mais je leur ay volu ballier pour advantager tousjours le crédit et pour leur donner occasion non seulement à ceulx là mais aux autres d’en prester plus volantiers et me semble que ce n’est point argent mal employé ne perdu »85. Au souci d’attirer les capitaux répond donc apparemment le désir de ne pas s’engager trop avant dans la collaboration avec le pouvoir. D’où les limites vite atteintes du crédit royal. Durant l’été de 1537 il faut vendre du domaine en Lyonnais pour pallier l’insuffisance du crédit86. Or ce sont les mêmes milieux, ceux du négoce en particulier, qui s’engagent dans les aliénations et qui refusaient de prêter. Tournon, songeant aux marchands-banquiers étrangers, évoque en décembre 1536 « le service qu’ilz peuvent fere [qui] n’est pas moings que de cent mille escus de crédict »87. Mais le cardinal néglige une chose : les détenteurs de capitaux ne sont pas toujours disposés à prêter leurs ressources disponibles au monarque. Il faudrait plutôt déterminer ce qu’ils accepteraient, dans un contexte donné, de lui avancer.

c. L’origine des fonds

  • 88 Spont, Documents, p. 336 (article IV).
  • 89 Dumoulin, Contracts, f° 126.
  • 90 Mandrot, Batarnay, p. 187-191.
  • 91 B.N. fr 5779 f°60.
  • 92 A.N. M.C. VIII 73 à la date.
  • 93 Un exemple de participation : les onze personnes qui joignent leur mise de fonds à celle d’Antonio (...)

30« Salviaty, toute sa vie s’est meslé d’estre banquier, faisant proffiter son argent et celluy d’autruy, comme il est tout notoire »88. Semblançay met l’accent ici sur les deux sources des capitaux disponibles : des fonds propres et ceux d’« aucuns particuliers qui mettent leur argent es bancques […] au proffit du denier vingt »89. Les traces de la mobilisation des fonds par les marchands-banquiers sont assez ténues dans la France d’alors. Ymbert de Batarnay, à la fin du XVe siècle, a un compte chez les Médicis90. En 1525 les frères Nazy, juifs d’origine florentine établis à Lyon, obtiennent une nouvelle surséance pour le remboursement des fonds qu’ils ont empruntés « et dont ils ont subvenu et aydé au Roy pour ses urgens affaires »91. Le 28 octobre 1546 Jacqueline Hurault, dame de Maincy, prête 10 000 lt. en 4 444 écus et 20 st au procureur d’Albisse d’Elbene, marchand florentin de Lyon92. Mais il faudrait pouvoir distinguer clients stables et « capitalistes » sollicités à l’occasion, savoir si leur argent s’investit bien dans les emprunts royaux et non dans telle ou telle spéculation commerciale93.

  • 94 Voir Doucet, Grand Parti et Hauser, Crise de 1557-1559.
  • 95 Voir l’affirmation de Bodin, République, p. 893, selon laquelle en 1543 Tournon relance le système (...)
  • 96 Gascon, Grand commerce, p. 258.
  • 97 Baudouin-Matuszek et Ouvarov, Banque et pouvoir, p. 267.

31On a quelques lueurs pour la période du Grand Parti et de ses origines, à compter de 1542. Le prêt de Jacqueline Hurault, d’ailleurs, se rattache peut-être à cette opération. La participation des particuliers à cette vaste spéculation a fait l’objet d’un débat dans les années 1930 entre Roger Doucet et Henri Hauser94. L’interprétation développée par le premier emporte largement l’adhésion. Elle insiste sur le fait que les transactions réalisées par le pouvoir royal passent systématiquement par le relais des marchands-banquiers. Derrière eux, il y a certes des bailleurs de fonds95, mais peu nombreux sont ceux qui se laissent découvrir : Doucet, bon connaisseur des archives lyonnaises, ne repère que huit Français ! Leur participation moyenne approche les 20 000 lt., ce qui n’est pas vraiment à la portée de toutes les bourses. La plus petite créance connue, citée par Richard Gascon, figure dans le testament de Louise Labé : elle est de 1 000 lt.. L’impression prévaut donc que les bailleurs de fonds régnicoles sont peu nombreux et appartiennent aux élites socio-économiques96. Il en va sûrement de même pour les étrangers qui participent aux emprunts monarchiques, toujours via les banques. Évoquant les opérations considérables effectuées par Albisse d’Elbene dans les années cinquante, ses plus récents historiens constatent que, même s’il « n’y fait que de brèves allusions », il est sûr que « des personnes privées déposaient des sommes auprès de lui pour les faire fructifier, et qu’il comptait sur cet apport, inquantifiable toutefois »97.

  • 98 Ehrenberg, Fugger, p. 117. Dans un compte de Pâques 1553, la maison Zangmeister figure pour près de (...)
  • 99 Braudel, Emprunts, p. 196.

32Mais lorsque le roi n’honore plus ses engagements, la situation des banquiers et intermédiaires devient délicate. En 1562, les Zangmeister d’Augsbourg, qui ont prêté une forte somme au roi, déplorent que « depuis des années [elle] ne produit plus aucun intérêt alors qu’ils l’avaient empruntée à un taux élevé »98. Pour éviter de tels désagréments, les marchands-banquiers, après avoir souscrit un emprunt auprès des agents du roi, peuvent revendre une partie de leurs créances « au détail » aux particuliers. A partir de là, les titres de cette dette flottante circulent, ce qui rend plus délicat encore le dépistage des bailleurs de fonds : comment savoir en effet si une créance repérée dans une fortune n’a pas déjà transité par plusieurs intermédiaires ? Si les marchands-banquiers savent donc associer des détenteurs de capitaux à leurs opérations, doit-on suivre pour autant Braudel qui affirme que, lors des prêts aux souverains, « les financiers » ne hasardent volontiers que l’argent des autres »99 ? Je ne le pense pas. Pour une part les fonds qu’ils prêtent proviennent à coup sûr de leurs propres caisses, en lien avec un grand commerce dont ils sont les premiers, de par leurs activités, à tirer profit. Ils sont à la fois capitalistes et intermédiaires. En définitive, la question de l’origine des fonds renvoie à l’étude d’ensemble des circuits économiques.

B. La conjoncture du credit sous françois ier

33Cette rapide évocation du milieu du siècle nous conduit tout droit à une approche plus conjoncturelle, chronologique donc, des emprunts de François Ier. Il n’est pas question ici d’évoquer systématiquement tous les prêts, et encore moins tous les cas où l’on peut s’interroger pour savoir s’il y a ou non prêt de la part des marchands-banquiers. Une recherche forcément incomplète et l’imprécision quasi statutaire des sources interdisent cela. Jamais, je le crains, on ne pourra dresser pour la place lyonnaise l’équivalent des courbes réalisées par Braudel pour Anvers. Mais il convient malgré tout, à partir des fragments dont on dispose, de redonner aux emprunts du règne leur rythme et leur géographie.

1. Des débuts mal connus

  • 100 Spont, Semblançay, p. 122 note 1. Ce qui ne signifie pas qu’il n’ait jamais recours au crédit : voi (...)
  • 101 Giofffre, Gênes. 4e partie, n° 283.

34Les premières années sont d’une approche délicate, en raison de la pauvreté des sources. Si l’on suit Spont, Louis XII n’emprunte pas d’argent aux Italiens de Lyon, même s’il ne dédaigne pas d’user de leurs services pour divers transferts de fonds100. Il est impossible de savoir si un passif existe envers eux en 1515 et s’ils contribuent au financement de la campagne de Marignan. Mais 1515 marque à coup sûr une reprise des contacts avec eux. La première transaction dont on garde trace a lieu en octobre : le 23, deux généraux, Raoul Hurault et Thomas Bohier, flanqués d’un trésorier de l’Ordinaire des guerres, Morelet de Museau, promettent de payer à la foire de Pâques suivante, à Lyon, 60 454 écus aux banquiers génois Melchiore Nigrono et Andréa Cicero, en échange d’une avance de 50 000 écus à Babou, commis à l’Extraordinaire des guerres101. Mais les banquiers agissent-ils comme personnes privées ou sont-ils mandatés par la cité ligure ? On l’ignore.

  • 102 Brewer, Letters and papers, vol. II, part 1, n° 1393 (9-1-1516) : Spinelly à Henri VIII.
  • 103 Canestrini, Négociations, p. 760-761 : « E qualcuno dice che prolungheranno il pagamento una altra (...)
  • 104 Spont, Semblançay, p. 166 note 2. En février 1516, les Frescobaldi envisagent de faire tenir de l’a (...)
  • 105 A.N. M.C. LIV 53 (Inv. Morelet, 17-6-1536) n° 610.
  • 106 Spont, Semblançay, p. 137 ; Gioffre, Gênes, 4e partie, n° 321. Le prêt génois serait, d’après Gioff (...)
  • 107 Spont, Semblançay, p. 140 note 3.
  • 108 L’empereur Habsbourg et l’ancien duc de Milan ont le même prénom : lors d’allusions à des versement (...)

35Au début de 1516, l’endettement à Lyon est déjà sérieux. Un agent anglais à Bruxelles parle de 150 000 couronnes envers les seuls Florentins102. L’ambassadeur florentin en France estime lui à plus de 300 000 écus, sous la garantie des principaux officiers de finance, les fonds en jeu103. Tous deux évoquent les échéances de remboursement difficiles à honorer. J’ai peine à croire, si ces chiffres sont fiables, que de telles sommes aient été empruntées dans les quelques mois précédents. Arriérés datant d’avant Marignan, voire du règne de Louis XII ? C’est probable. Et la place de Lyon n’est pas seule en cause alors car François Ier négocie aussi avec la communauté italienne de Londres, les Frescobaldi en particulier104. Les prêts dont on garde trace pour l’année qui suit sont des plus réduits. Il est vrai que les retards de paiement nuisent au crédit. Trois cédules de deux généraux datées du 6 juin 1516 se font l’écho d’une avance de quelque 18 000 écus par trois Florentins de Lyon105. A la fin de l’année ou au début de 1517, les banquiers lyonnais fournissent 26 000 écus dont la provenance, selon toute apparence, est un prêt génois accordé le 5 décembre 1516 et qui doit précisément être réglé à Lyon106. Enfin, le 8 janvier 1517, les généraux et Semblançay souscrivent une obligation de 110 000 lt. auprès des banquiers de la capitale des Gaules107. Le roi ayant contracté des engagements financiers envers les Suisses, l’Empereur et Maximilien Sforza, ces diverses avances servent très probablement à les honorer108.

  • 109 B.N. fr 2940 fos 49 et 51.
  • 110 Jacqueton, Documents, p. 267.
  • 111 B.N. fr 17329 f° 91. On ne dispose pas des chiffres pour les années suivantes.

36Le retour de la paix, après les incertitudes qui marquent une partie de 1516 encore, semble bénéfique à l’équilibre financier. L’État prévisionnel du 1er juin 1517 ne mentionne plus que 97 550 lt. d’« emprunts reculiez qui restent à payer », auxquels s’ajoutent 166 650 lt. « deues à Gennes »109. Peut-être 1516 a-t-il été marqué par d’importants remboursements. Le poste des deniers payés en acquits, qui sert entre autres pour éteindre les créances110, atteint en effet cette année-là 1 061 000 lt., contre 91 000 lt. seulement en 1515111.

  • 112 Spont, Semblançay, p. 157.
  • 113 Spont, Documents, p. 343 (articles XIII et XIV).
  • 114 Spont, Semblançay, p. 161 et note 5.
  • 115 O.R.F., t. III, p. 118.

37La situation semble se tendre de nouveau avec l’affaire impériale. Le recours aux banquiers lyonnais pour fournir les 100 000 lt. promises à Laurent de Médicis, duc d’Urbin, à cause de son mariage avec Madeleine de la Tour d’Auvergne est classique : il faut faire passer des fonds en Italie112. En revanche, il est plus inquiétant de voir mentionné, en pleine paix, un prêt de 120 000 écus destiné aux trésoriers des guerres : 100 000 pour l’Ordinaire et 20 000 pour l’Extraordinaire113. Est-ce à lier aux projets d’expédition allemande ? Quoi qu’il en soit, c’est le signe d’importants besoins de financement. La mobilisation de fonds pour la campagne impériale reste malgré tout difficile à saisir. Début 1519, Albisse et Gualterroti tiennent prêtes 100 000 lt., sans que l’on sache si elles sont utilisées114. Que certains prêts aient eu lieu alors, cela est pratiquement sûr. On voit figurer dans l’acquit des généraux du 7 avril 1522, qui reprend les divers emprunts dans l’ordre chronologique, une formule alambiquée, précisément entre les 100 000 lt. du duc d’Urbin (automne 1518) et le financement du camp du Drap d’or (mai 1520). Le roi eut alors recours au crédit « pour plusieurs grandes et bonnes causes et raisons qui nous meurent, concernans l’estat et conservación de nostred. royaume »115. Que dissimuler ainsi sinon la campagne impériale ? Dans le détail des opérations mentionnées, rien ne filtre non plus, aussi on ne peut estimer avec certitude les montants en cause. Peut-être le versement d’intérêts à Robert Albisse (11 440 lt.) se rapporte-t-il à cette période. Il porte sur un capital de 71 500 lt.. Peut-être est-ce le syndicat emmené par Cléberger qui est concerné.

  • 116 Brewer, Letters and papers, vol. Ill, part I n° 84. Il tient cette information du facteur lyonnais (...)
  • 117 Spont, Semblançay, p. 166. Malgré mes recherches, je n’ai trouvé aucune source pour corroborer clai (...)
  • 118 Montmorency, l’un des huit otages garants du versement, gagne l’Angleterre en janvier 1519 et en re (...)

38Ce ne sont pas les seules obscurités de l’affaire. Aux dires d’un agent anglais en Espagne, François Ier échoue en février 1519 à emprunter une forte somme (200 000 florins) sur le marché lyonnais116. Parallèlement Spont, qui suit aussi des sources anglaises, ne craint pas d’affirmer que les banquiers italiens de Londres ont avancé au roi de France 360 000 écus pour sa campagne impériale117. Un tel contraste laisse sceptique, tout comme l’enthousiasme des financiers d’Outre-Manche pour une cause peu sûre et un souverain étranger, enthousiasme d’autant plus surprenant qu’Henri VIII n’est guère favorable au succès de son rival français, sans même parler de ses propres velléités de candidature. Or cette énorme avance ne laisse point de trace dans les archives ou les chroniques. A y regarder de plus près, les 360 000 écus correspondent en fait à ce que la couronne de France est censée devoir aux banquiers londoniens au moment des négociations du camp du Drap d’or. Sans même évoquer de lointains reliquats, François Ier avait en 1519 une bonne raison de solliciter le marché londonien : les 600 000 écus durachat de Tournai. La ville, prise par les Anglais en 1513, devait revenir à la France d’après un traité d’octobre 1518, moyennant ce considérable versement118. N’est-ce pas là l’origine d’une part appréciable de sa dette ? Il est de toute manière bien difficile de dresser un bilan des emprunts du roi à la fin de la décennie.

2. Les « riches heures » : 1520-1523

39Pour le début des années vingt, en revanche, les informations se font plus abondantes. D’où le titre du paragraphe, qui serait d’une ironie un peu amère pour les responsables financiers du temps se débattant au milieu des difficultés. Mais justement : ce sont de « riches heures » (toutes relatives d’ailleurs) de la documentation, pour une bonne part en raison même de ces difficultés.

a. Un enjeu modeste ?

  • 119 Sur les suites du « prêt d’Ardres », voir A.N. Zla 59 fos 236 (4-3-1534) et 307v° (14-4-1534) ; Zla(...)
  • 120 Spont, Documents, p. 343 (article XIV).
  • 121 Ibid., p. 341 (article XI). C’est par erreur que François, Tournon, p. 481 parle d’un versement de (...)
  • 122 A.N. J 967, 8/11. Après reconstitution, le total des prêts effectifs serait de 103 000 lt. environ.
  • 123 A.N. Xla 8621 f° 306 (4-1-1558).
  • 124 C’est sans doute par erreur que Spont, Semblançay, p. 177 parle à son sujet de 160 000 lt.. L’opéra (...)
  • 125 Les de Roma qui, dès avant le 15 août, ont déboursé 64 000 lt. : B.N. fr 2978 f° 143 ; les Affaitat (...)
  • 126 Spont, Semblançay, p. 185-186 ; B.N. P.O. 2326 (Poncher) n° 55. L’avance de Cléberger, du 26 avril, (...)
  • 127 Spont, Semblançay, p. 191.

40Déjà évoqué plusieurs fois, le prêt de 100 000 écus pour l’entrevue de François Ier et Henri VIII correspond à une charnière119. Non pas tant entre deux décennies qu’entre la guerre et la paix car le camp du Drap d’or manifeste l’incapacité de la diplomatie des grandes puissances à faire face à la nouvelle donne de la géopolitique européenne sans recourir aux armes. C’est peut-être de cette même année que date un prêt de 75 000 écus fourni par Guillaume Nazy et Thomas Gadaigne, et destiné au trésorier des guerres Morelet de Museau120. A moins qu’il ne date de 1521, l’année terrible. En quelques mois, cette année-là, le montant des dettes augmente considérablement. Environ 75 000 lt. des Lucquois, près de 30 000 écus d’un ensemble de marchands-banquiers italiens, d’après la garantie aux généraux. Un emprunt forcé de 100 000 lt. est levé sur les Florentins de Lyon121. Les versements n’ont d’ailleurs lieu que progressivement, les séries de quittances des officiers royaux datant du 31 janvier et du 24 juin 1522122. Par ailleurs, d’importants mouvements de fonds ont lieu en lien avec la défense du Milanais. Le général des finances de Milan Geoffroy Ferrier remet à Jacques Thouart, commis en Italie pour Meigret, responsable de l’Extraordinaire des guerres, 320 000 lt. en 1521. Selon toute apparence, une part importante de cet argent, peut-être l’essentiel, a été empruntée et c’est par une « promesse » de Robert Albisse pour cette somme que l’on en a gardé trace123. Il est question en particulier d’une lettre de crédit de 100 000 lt. de Thomas Gadaigne, Guillaume Nazy et Albisse lui-même, que Ferrier veut voir honorée à Lyon à la foire de Toussaint124. Par ailleurs Ferrier lui aussi fait des avances, tout comme d’autres grands noms de la finance lombarde125. Tout ceci, au total, fait beaucoup d’argent, d’autant qu’il est très probable que certaines opérations nous échappent. Par contraste, l’année 1522 paraît bien terne. Outre le lent versement du prêt forcé des Florentins, deux avances seulement : 17 187 écus de Jehan Cléberger et 40 000 autres d’un trio : Claude May, bourgeois de Berne, Jacques Salviati de Florence et Berton Welzer d’Augsbourg126. En octobre, il est question d’emprunts « à Lyon à ceste prouchaine foire », mais sans que l’on sache si le projet aboutit127. Malgré l’appel à des sources non lyonnaises ou non italiennes, le tarissement est donc rapide après le fort mouvement de 1521.

  • 128 Ibid., passim.
  • 129 Ibid., p. 201.
  • 130 Ibid., p. 200-201 et note 5, p. 235 note 2.
  • 131 Ehrenberg, Fugger, p. 140. Les ducats de Florence ou de Venise valent alors 37 st.
  • 132 A cette date ni le prêt pour le duc d’Urbin ni celui du camp du Drap d’Or par exemple ne sont rembo (...)

41C’est par l’intermédiaire des garants de l’administration royale que l’on peut se faire une idée du montant des emprunts du roi. L’acquit des généraux du 7 avril 1522 concerne 553 000 lt. de dettes, en incluant des intérêts en retard : est-il besoin d’insister sur le fait que le crédit à très court terme connaît alors de sérieux ratés ? Pourtant, une lettre du 20 octobre 1522 parle d’engagement des généraux envers les banques pour 350 000 lt. seulement128. L’année 1522, plus calme militairement après la Bicoque, est donc propice à des remboursements. Pour les créances garanties par Semblançay ou les fonds empruntés par lui pour le roi à Lyon, il faut attendre octobre 1523 pour connaître le reliquat, qui se monte à 129 866 écus soit environ 260 000 lt.. Depuis février, il n’a fourni à ses créanciers lyonnais qu’un peu moins de 50 000 lt.. Son endettement envers les marchands-banquiers se situe donc au début de 1523 au-dessus de 300 000 lt.129. En 1525 les Florentins de Lyon lui réclament toujours 230 000 lt. : en deux ans, il n’a donc pu leur verser qu’une faible part de leur créance130. Les généraux eux-même ne payent plus et l’addition des restes, 350 000 lt. d’un côté et 230 000 lt. de l’autre, dus pour l’essentiel aux Florentins emmenés par Albisse, Gadaigne et Nazy, atteint 580 000 lt.. Ce n’est guère plus de la moitié des quelque 600 000 ducats (1,1 million de lt. environ) qu’en 1529 la couronne française devrait à ces mêmes Florentins selon l’ambassadeur vénitien Suriano131. Ce dernier chiffre paraît très exagéré, d’autant que, comme on va le voir, il n’y a pas de nouveaux prêts sur la place lyonnaise à partir de 1523. Il faut donc revenir en arrière, au printemps de 1522, pour trouver le moment où la dette royale est la plus élevée, ce qui explique le souci des prêteurs comme des officiers du roi de disposer alors de nouvelles garanties. L’ensemble des créances des marchands-banquiers, dont une part appréciable est antérieure à la guerre132, approche ici effectivement le million de lt.. Peut-être même ce montant symbolique est-il dépassé. La monarchie ne retrouve un tel niveau d’endettement envers eux qu’au milieu des années quarante. Entre les deux périodes, une relative « traversée du désert ».

42Il est deux manières de jauger le taux d’endettement : un plafond d’un million de lt., c’est en effet à la fois peu et beaucoup. C’est peu car cela représente un pourcentage relativement faible par rapport aux recettes de l’heure (15 % de celles de 1521 ?) et l’arrêt des hostilités permettrait sans doute d’amortir le tout en quelques années. Mais c’est en même temps beaucoup, parce que le financement d’une guerre se joue toujours à la marge et que le crédit permet d’anticiper sur les rentrées. C’est beaucoup aussi car les capacités des prêteurs ne sont pas illimitées, pas plus que leur confiance : leur effort est déjà grand. Et c’est beaucoup enfin parce que la prolongation des hostilités empêche de se libérer de ce boulet, ce qui nuit considérablement aux relations avec les puissances d’argent.

b. Crise de confiance et crise du crédit sur la place lyonnaise

  • 133 Pour Lyon, cf B.N. 2961 fos 103-104 ; pour Paris : B.N. fr 2964 f° 9 ; pour Toulouse : B.N. fr 3050 (...)

43Les relations en fait se tendent dès 1521. En juillet de cette année-là, le roi ordonne l’arrestation des Florentins dans le royaume133. La mesure ne touche, autant que les sources permettent d’en juger, que les marchands. Elle concerne aussi les Siennois (arrestations repérées à Paris, Bordeaux et Toulouse), mais les autres Italiens sont épargnés. L’explication de cette initiative monarchique n’est pas évidente. Les Florentins de Lyon sont eux-mêmes perplexes. Ils ne voient pas pourquoi le roi a pris cette décision « si ce n’est à cause de ce que le pape s’est déclairé contre led. Seigneur » et ils protestent de leur fidélité. Est-ce un procédé un peu rude pour extorquer des fonds ? La situation du marché ne semble pas telle alors qu’il faille (déjà) en venir à de telles extrémités. Restent les rumeurs dont le Bourgeois de Paris se fait l’écho : « Disoit-on que c’estoit à cause que lesdicts bancquiers escrivoient en Flandres et autre part et au pape Léon secrettement en révélant tous les secrets de la guerre ». On comprend ainsi pourquoi seuls les commerçants internationaux sont visés et comment le pape - un Florentin - s’inscrit dans le « complot ». Mais le Bourgeois de Paris ajoute que :

  • 134 Bourgeois de Paris, Journal, p. 103.

« les riches marchands de Florence avaient promis bailler au Roy quatre cens mille escuz d’or à interest à rendre au moys d’août et desquelz les quatre généraux se obligèrent à rendre dedans ledict temps ; mais néantmoins la promesse d’iceux marchands de Florence, ne baillèrent aucunement ladicte somme au Roy mais la baillèrent à l’empereur d’Almaigne à interest »134.

  • 135 L’année suivante, en 1522, c’est au tour de Charles Quint de se plaindre des Florentins qui refusen (...)

44Dans cette perspective, les Florentins du royaume seraient victimes d’une mesure de rétorsion en raison non pas de leur activité d’espionnage, mais du mauvais tour joué au roi par leurs parents de Toscane135.

  • 136 B.N. fr 2994 f° 104.
  • 137 C.A.F., t. V nos 17485 et 17505. Les Génois, pourtant épargnés en 1521, font l’objet d’une procédur (...)

45Les deux rumeurs ne sont pas incompatibles. Il est sûr que, pour leur information, les marchands-banquiers, dont l’espace d’activité transcende et utilise à la fois les frontières politiques, diffusent des nouvelles hors du royaume, tout comme ils en reçoivent de l’extérieur. Par ailleurs, le projet de « prêt florentin » n’a pas laissé d’autre trace. Mais que les éternels problèmes de crédit aient à voir avec la décision royale, cela n’a rien d’impossible. Quoi qu’il en soit, la conséquence immédiate de l’arrestation des Toscans est de tarir momentanément le marché des prêts. A la fin de juillet, un capitaine d’hommes de pied qui cherche à Lyon quelques fonds pour « bailler à checun ung escu aulx gens qu’[il] maine » s’adresse au relais local des officiers de finance, le receveur de Forez Jehan Prunier. « Il m’a faict responce qu’il ne sauroit trouver cent escuz en ceste ville. Je luy ay dit que j’en respondroye sur ce que j’ay vallen [vaillant] ; il m’a faict responce [que] quen je vouldroye vendre tout ce que j’ay vaillan ne les trouveroye pas »136. Dans le contexte de tension qui est alors celui de la capitale des Gaules, rien d’étonnant à voir l’argent se cacher. Certes, après quelque temps, et des négociations dont on ne sait rien sinon que Florimond Robertet a dû intervenir en faveur des Florentins (contre argent ?), le roi et les marchands parviennent à un compromis. Les mesures prises sont levées moyennant un prêt de 100 000 lt.. Le versement de cette somme, qui ne s’achève qu’en juin 1522, débouche sur des lettres de sauvegarde et de permission de trafiquer accordées aux marchands florentins le 8 juin et le 3 juillet 1522137.

  • 138 A.N. V5, 1045 f° 49 v°. 64 et 65 v°. Défauts obtenus contre les généraux et Semblançay par Albisse (...)

46Le calme une fois revenu, en apparence du moins, les coups portés aux généraux et à Semblançay, garants traditionnels et intermédiaires privilégiés, noircissent à nouveau l’horizon du crédit. Certes il faut attendre 1524 pour que Semblançay soit pleinement mis sur la touche, mais dès le début de 1523 la situation s’est tendue. Or, malgré ce que sous-entend Spont, qui n’évoque que les déboires de son héros, il en va de même pour les généraux. D’où la situation fort délicate des marchands-banquiers. Ils souhaitent rentrer dans leurs fonds et contenter leurs propres créanciers. Mais ceux qui devraient organiser le remboursement de leurs cédules ne sont plus en mesure de le faire. Aussi, en septembre 1525, les principaux d’entre les créanciers florentins ont-ils entamé une procédure devant le Grand Conseil pour récupérer leur argent138.

  • 139 A.N. M.C. VIII 284 (13-6-1538).
  • 140 B.N. fr 3027 f°88.

47On comprend aisément, dans un contexte qui exclut pour l’heure tout remboursement, que les prêteurs ne se bousculent pas. Après les médiocres succès de 1522, 1523 est pire encore, à tel point qu’on ne peut être sûr qu’aucune opération d’emprunt ait abouti cette année-là. Un acte notarié sibyllin - et abîmé - fait allusion à une transaction à l’automne 1523 entre des Toscans et Jehan Testu, receveur général de Languedoc139. Les prêteurs ont, au mieux, fourni 3 400 lt., alors que le projet initial portait sur 20 000 lt.. Sans même parler d’avance, les Lyonnais sont réticents à offrir leur garantie à ceux qui acceptent de prêter. En août 1523, Bonnivet est à Lyon où il cherche des répondants « pour la seureté des XXV m escuz que messire Octovien Grimaldi offre de prester au Roy ». Général des finances de Milan, Grimaldi est directement intéressé à la reconquête du duché par la France. Les « bancquiers » sont plus réservés. Bonnivet en a « trouvé deux ou trois d’assez bonne voulenté qui respondront jusques à dix mil escuz » mais les autres sont « merveilleusement froitz »140. Bonnivet en accuse le terme demandé par Grimaldi, qui est trop court, mais ne peut-on incriminer aussi l’état très médiocre des relations entre la place financière et la monarchie ?

  • 141 Bourgeois, Lyon, p. 224 parle d’un prêt en 1526 alors que Charpin-Feugerolles, Florentins, p. 27 pr (...)
  • 142 Est-il judicieux de constater parallèlement que les Florentins de Lyon, agents essentiels du financ (...)
  • 143 Cité par Ehrenberg, Fugger, p. 247.

48Après 1523, les allusions à de nouvelles opérations financières disparaissent totalement. Seul émerge un prêt de Gadaigne de 50 000 ducats, mais les ouvrages qui le mentionnent se contredisent et sont peu fiables141. Ainsi donc, la « rupture » ne date pas de la défaite de Pavie. S’il fallait trouver une bataille de référence, il conviendrait plutôt de se tourner vers la Bicoque. Pour de longues années ensuite, la confiance envers le roi est largement ruinée sur la place lyonnaise142. D’après Guichardin, cette perte de crédit influe sur la conduite de la guerre et rend nécessaire la paix de Cambrai143. Si cela était, la dépendance du monarque vis-à-vis de ses bailleurs de fonds italiens serait très grande. Mais une telle vision paraît exagérée. D’autant que, pour faire face à ses besoins d’argent, le roi peut avoir recours à d’autres canaux.

3. Le marché parisien : complément et recours

  • 144 Spont, Semblançay, p. 181 note 2. Les marchands parisiens Jaques Pinel et Denis Berthélemy auxquels (...)
  • 145 Spont, Semblançay, p. 191 dans la note (20-10-1522).
  • 146 Bourgeois de Paris, Journal, p. 196. Affirmation reprise p. 308 : le roi lui doit de l’argent « qu’ (...)
  • 147 Dans d’autres cités du royaume, le roi cherche des fonds comme en témoignent les tentatives de Bonn (...)
  • 148 Sur ce dernier : A.N. M.C. XIX 44 (7-6-1517).
  • 149 Guillaume Le Coincte, frère de Nicolas, est marchand drapier et bourgeois de Paris : A.N. M.C. XIX (...)

49Dès la période « faste » de 1521-1522, Paris est une place où les agents du roi viennent trouver du crédit chez les marchands. La garantie royale du 4 novembre 1521 sert à Semblançay pour « garder son crédit envers plusieurs personnes, tant à Paris que ailleurs » qui ont prêté « pour subvenir à la despence de la guerre de Haynaut »144. L’année suivante, ce sont les généraux qui empruntent auprès des capitalistes parisiens « pour les afaires […] survenuz durant [le] dernier voyage de Picardie »145. Evoquant la reddition de comptes de Semblançay en 1524-1525, le Bourgeois de Paris précise que l’argent que lui doit le roi « n’estoit […] audict de Beaulne, ains estoit à plusieurs marchans de Paris »146. Ainsi, outre les Lyonnais, le roi sollicite-t-il aussi des marchands, régnicoles pour la plupart, de sa capitale147. Mais ceux-ci sont fort discrets et leur identité est difficile à percer. Peu nombreux sont ceux qui émergent des sources, une dizaine de personnes tout au plus, ce qui semble indiquer que le cercle des prêteurs-marchands est assez restreint. Les marchands bourgeois de Paris, personnages notables, sont présents, comme il se doit (Thomas Turquam, Jaques Pinel). La place qu’occupent les orfèvres (Estienne Delange, Jehan Hotman) est plus étonnante car il s’agit en règle générale de marchands plus modestes. Ceux qui figurent ici constituent très probablement l’élite de cette profession. Il faut leur adjoindre le plus prestigieux d’entre eux, Nicolas Le Coincte, qui commence sa carrière professionnelle comme marchand affineur et départeur d’or et d’argent et bourgeois de Paris148. D’une famille qui compte aussi des drapiers, Le Coincte semble reproduire en fait le modèle ancien des changeurs149.

  • 150 Voir entre autres A.N. M.C. CXXII 1030 (21-8-1517) ; CXXI1 11 (8-2-1523) ; CXXII 1059 (25-7-1531).
  • 151 A.N. M.C. XIX 59. Gravelle est un ancien receveur des aides et tailles de Provins (ibid., XIX 44 (1 (...)
  • 152 A.N. M.C. XIX 70 (8-10-1531). Lorsque les biens de Le Coincte sont saisis par le roi dans le cadre (...)
  • 153 Il lui prête par exemple 500 écus le 30 mai 1524, alors que la position de Semblançay n’est déjà pl (...)
  • 154 A.N. M.C. XIX 86 (30-6, 18 et 23-7-1543) ; CXXII 151 (25-12-1545) ; XLIX 72 (19-5-1544). Leurs spéc (...)
  • 155 B.N. fr 15633 f° 175-177v°.

50L’imbrication avec le milieu des officiers de finances est sans doute plus profonde qu’à Lyon. Pans la capitales des Gaules, même les intermédiaires les plus liés au personnel royal restent en marge de l’office. A Paris en revanche Nicolas Le Coincte offre un bon exemple d’intégration progressive. Il devient en effet successivement maître de la Monnaie puis général des Monnaies et enfin changeur du Trésor150. Un montage financier de 1526 souligne les liens qui unissent les membres du groupe : le 22 mai, Le Coincte vend une rente de 100 lt. à Estienne Delange et emprunte 16 000 lt. à Jehan Gravelle, bourgeois de Paris. Gravelle passe le 14 août une déclaration selon laquelle l’argent appartient en fait à Delange, lequel n’a rien de plus pressé que de céder sa créance à Guillaume de Saffray, receveur de l’Écurie du roi151. En 1531, Le Coincte emprunte, peut-être pour acheter l’office de changeur du Trésor, avec la garantie de Delange152. Tous ces gens entretiennent évidemment des relations avec Semblançay, en particulier Delange153. Comme les Lyonnais, les marchands parisiens dans leurs relations avec l’État disposent d’une panoplie qui ne se limite pas aux prêts. L’engagement dans les affaires du sel, le fournissement des greniers en particulier, apparaît comme une spécialité locale qui concerne Thomas Turquam, Martin Quatre-hommes ou Jaques Pine154. Ce milieu d’hommes de finance autant que de commerce est victime en 1532 de poursuites destinées à réprimer les usuriers. Parmi les douze condamnés dont on garde trace figurent en bonne place les trois derniers cités, et aussi le marchand Guillaume Daubray, probablement allié à Estienne Delange, époux d’une Françoise Daubray155. En résumé, on a le sentiment que les prêteurs forment non seulement un groupe restreint, mais aussi un groupe très uni.

  • 156 Doucet, Parlement 1525-1527, p. 83. Il était pourtant très pessimiste, affirmant peu avant : « On n (...)
  • 157 C.A.F, t. VII n° 25705. Guillaume Rouillart et Julienne Daniel, veuve de Jean Viart, d’Orléans, com (...)
  • 158 Buisson, Duprat, p. 269.
  • 159 B.N. fr 10406 n° 4 ; A.N. M.C. Inv. Carré n° 2057.
  • 160 Allusion in A.N. J 963 n° 23 (27-1-1530).
  • 161 C.A.F., t. II, n° 4385 (19-1-1532). Les ténors des années vingt figurent encore pour des prêts qui (...)

51Quel est leur rôle dans la conjoncture de l’après 1522, celle de la disparition des prêts lyonnais ? Au plus mauvais moment, aux lendemains de la défaite de Pavie, le receveur général Ruzé parvient à emprunter dans la capitale 20 000 lt. pour payer les troupes156. Sursaut patriotique ? Peut-être. Mais c’est de la défense même de la capitale qu’il s’agit : cela peut motiver… On ignore malheureusement qui sont les bailleurs de fonds. En revanche, on connaît certains d’entre eux pour la période 1527-1528. Lors d’un prêt de 1527, déjà évoqué pour ses multiples garants, prêt qui dépasse 140 000 lt., Thomas Turquam est présent pour 31 200 lt., Nicolas Le Coincte pour 75 163 lt. et Estienne Delange pour 20 000 lt.157. En 1528, le chancelier Duprat emprunterait 80 000 lt. à Paris158. On repère cette année-là des éléments isolés qui s’intègrent peut-être dans cet ensemble : le 30 mai, 3 000 lt. sont assignées sur les deniers du prêt que Jehan Hotman a promis de faire. En juillet, le receveur général Carré est sollicité pour apporter sa garantie à Martin Quatrehommes qui avec d’autres s’engage pour 14 000 lt. « faisant partie » de 20 000 lt.159. Les 30 000 lt. que Le Coincte avance cette année-là160 constituent-elles un nouveau prêt ou font-elles partie des 75 000 lt. de 1527 ? Il est impossible de le dire. Il est clair du moins que, dans ces années de guerre où Lautrec atteint le royaume de Naples, alors que Lyon a entièrement fait défection, Paris sert de relais pour les emprunts royaux. Mais les marchands et orfèvres de la capitale n’ont pas la surface financière des grands marchands-banquiers des bords de Saône et leur participation reste modeste. Au début des années trente, les transactions se font rares. L’ultime trace est un prêt de Nicolas de Noble, marchand lucquois établi dans la capitale, en 1532161. Il est vrai qu’à ce moment la monarchie renoue enfin les relations avec les bailleurs de fonds lyonnais.

4. Regagner la confiance des marchands-banquiers

a. Un lent réchauffement

  • 162 Concession aux marchands lucquois le 17 septembre 1527 : C.A.F., t. VI n° 19354.
  • 163 B.N. fr 10385 f° 14 v° : fonds pour les Lucquois en 1527 ; ibid., fr 10406 n° 23 : assignation de 2 (...)
  • 164 Don aux de Rome des revenus du tirage du sel à Valence, en rémunération de prêts et de pertes subie (...)
  • 165 B.N. fr 3031 f° 37 et 86.

52Dès la fin des années vingt, le gouvernement royal fait des efforts en ce sens. La concession de privilèges est un moyen de les amadouer162. Ensuite, dans la mesure où la situation le permet, le roi tente d’apurer une partie de ses dettes. A certains créanciers il fournit de l’argent frais163, à d’autres il aliène des revenus164. Il tente peut-être aussi un timide retour sur le marché lyonnais. Une lettre de Duprat du 6 avril 1528 fait allusion aux fonds « qu’on recouvrera des emprunts de Lyon ». Mais sans doute les espoirs sont-ils largement déçus. Le 20 avril, le chancelier qui vient de recevoir un courrier de Poncher et Albisse, évoque pour Montmorency « les difficultés qui se font à recouvrer argent » et conclut tristement : « Les empruntz ne sont telz comme l’on pensoit »165. Il est significatif que, dans l’ensemble des transactions financières énormes auxquelles donne lieu le paiement de la rançon du roi, aucune allusion ne soit faite au marché lyonnais. Certes le roi tente bien de recourir à des « bancquiers », mais ce sont ceux des Flandres, il est vrai plus à même de servir d’intermédiaires avec les Impériaux que des Lyonnais aux premiers rangs desquels figurent les Florentins impliqués dans le soutien à la république anti-médicéenne.

  • 166 Du Bellay, Correspondance, t. I p. 86 ; B.N. fr 3080 f° 85.
  • 167 B.N. fr 3046 f° 19 : Robertet (le fils) à Montmorency. « Nos banquiers des III c M escus ont faly p (...)
  • 168 B.N. fr 3031 f° 77 (Duprat écrit le 17 mars). La Pommeraye est sans doute l’auteur d’une lettre au (...)
  • 169 B.N. fr 3044 f° 11 et 2976 f° 56.
  • 170 A.N. J 964 n° 29.

53Une première tentative concerne en fait l’Angleterre. Elle vise Henri VIII au premier chef, mais on a dû faire des ouvertures sur la place londonienne. Sans succès166. Les choses sont plus avancées avec les Flamands, mais ici encore le gouvernement royal va de déception en déception au cours du mois de mars 1530. Il s’agit en fait autant d’une opération de change que de crédit, les banquiers devant fournir de l’or en Flandre tout en étant payés en France en monnaie. Un consortium, parmi lequel figurent les Welser, « avoyt promis prendre monnoye pour trois cens mille escuz […] ; il ne s’y fault plus actendre »167. Les défaillants proposent malgré tout de délivrer 120 000 écus. L’affaire rebondit au milieu du mois car La Pommeraye, qui négocie aux Pays-Bas, écrit à Duprat « qu’il a trouvé bancquiers en Flandres qui fourniront 200 000 escus à madame Marguerite et se payeront par deçà en monnoye et argent blanc »168. Étrangement, les deux courriers du lendemain (18 mars) dont on garde trace ne font plus état que de 100 000 écus. Il est vrai qu’il s’agit d’un plancher car la lettre du roi à Montmorency et Tournon ne concerne qu’un des banquiers et, dans la sienne, Robertet espère que « l’on besongnera avecques eulx pour le moins de cent mille escutz »169. On ne peut cependant s’empêcher de constater qu’au fd des jours, les sommes en jeu s’amenuisant. Pour finir, autant qu’on puisse le savoir, rien n’aboutit. Le versement comptant se fera intégralement sur la Bidassoa le premier juillet 1530. L’année suivante, lorsque le roi met en route une campagne d’emprunts pour régler le solde de l’opération, soit 800 000 écus environ, les « bancquiers à intérest » figurent parmi les prêteurs potentiels compris dans les diverses listes. Mais les documents définitifs sont éloquents. Pour cette colonne en effet, dans l’état du 17 juillet, le scribe a écrit : « Néant »170. La réintégration dans les circuits internationaux de la banque par le biais de la rançon est donc un échec.

  • 171 Hauvette, Alamanni, p. 85-88. Les relations avec Florence vers 1528-1530 offrent d’ailleurs un cas (...)
  • 172 A.N. J 9601 f° 9 ; B.N. fr 20502 f° 109.
  • 173 Ehrenberg, Fugger, p. 247. Il ne donne malheureusement ni détail, ni référence. Ne s’agit-il pas de (...)

54Il commence malgré tout à y avoir quelques signes encourageants. En avril-mai 1530, quand les républicains florentins cherchent désespérément des secours, leurs compatriotes de Lyon proposent au roi, s’il veut bien leur rembourser 55 000 à 60 000 ducats de vieilles dettes, d’en consacrer 30 000 à la défense de Florence. François Ier fait semble-t-il bon accueil à cette offre qui lui permet de soutenir la cité sans contrevenir à la lettre du traité de Cambrai : il est en effet légitime qu’il rembourse ce qu’il doit171. N’est-ce pas aussi un moyen de renouer les liens avec Lyon ? Mais, en ce printemps de la rançon, quand tout doit concourir à la réunion des fonds exigés, il est bien difficile au monarque de fournir l’argent requis. Les envois en direction de Florence évoqués par Hauvette ne se montent guère qu’à 15 000 ducats et, en l’absence de toute trace comptable, rien ne permet de dire que le roi est pour sa part allé au-delà d’une déclaration d’intention. Du moins ses créanciers ont-ils fait une ouverture et renoué le dialogue. Robert Albisse, intermédiaire toujours sur la brèche, figure sur les listes de prêts de 1531, distinct des « banquiers à inter est ». Initialement inscrit pour 50 000 écus, il n’en fournit en définitive que la moitié172. Est-ce à dire qu’il prête sans intérêt ? C’est peu probable car il doit être remboursé, avec des fonds provenant de la taille du quartier de janvier 1532, sur la base de 45 st pour un écu, alors que le cours officiel est toujours de 40 st. On ne sait d’où Albisse tire cette forte somme. Rien n’interdit de penser que les marchands-banquiers lyonnais soient impliqués. Mais il faut attendre mai 1532 pour trouver une claire allusion, par un agent des Tucher, à un emprunt assez important du roi sur la place de Lyon, peut-être destiné à ses alliés suisses ou allemands173.

b. Tournon et le retour de la confiance

  • 174 Allusion, avant même les opérations de Tournon, à des emprunts en Italie pour financer les troupes, (...)
  • 175 Le contentieux le plus lourd est celui des Florentins qui réclament alors un « vieux debte » de 140 (...)
  • 176 Outre les cas déjà évoqués, citons par exemple le mandement de remboursement pour Cléberger du 7 ju (...)
  • 177 C.A.F., t. III n° 7737.
  • 178 Sur l’ensemble de l’épisode, voir Isaac, Tournon, p. 47-72. Le cardinal est lieutenant général du r (...)
  • 179 Sur ses pouvoirs, voir O.R.F, t. VIII p. 183 et 190 (10-10-1536).
  • 180 Knecht, Francis I, p. 322. Amendes pour trafic avec Gênes : C.A.F, t. II nos 6705 et 6959 ; confisc (...)
  • 181 Ban contre les velours de Gênes rapporté en février, moyennant un droit de deux écus par pièce : Is (...)
  • 182 A.N. J 965, 7/36 et 7/22.

55Après quelques années financièrement calmes, c’est la reprise des hostilités, en 1536, qui pousse de nouveau la monarchie à emprunter174. Sa situation n’est plus celle des années vingt : ses finances sont assainies et, si les dettes anciennes sont loin d’avoir été toutes remboursées175, du moins des efforts ont-ils été faits en ce sens176. Par ailleurs la lettre royale du premier mai 1535 portant cassation de tout ce qui a été fait à Lyon contre les marchands florentins offre une base juridique pour un règlement177. Enfin, pour la première fois depuis la mise à l’écart de Semblançay et des généraux, les Lyonnais disposent avec le cardinal de Tournon d’un interlocuteur compétent et de poids, qui offre de plus l’avantage de résider sur place à partir de l’été, ce qui ne peut que faciliter les négociations, mais aussi rendre plus efficaces d’amicales pressions178. Or Tournon, même s’il ne le formule pas dans un beau discours-programme, a mis au point une stratégie de la confiance, qui, à son avis, peut seule lui permettre d’espérer utiliser les fonds des marchands-banquiers. En effet, le monde du crédit, qui a de la mémoire, est devenu fort méfiant face aux agents royaux. Le projet comme l’action de Tournon peuvent être reconstitués grâce à une correspondance assez largement conservée. Il lui faut tout d’abord apurer les contentieux. Le cardinal s’y emploie dès qu’il est en place et pourvu des pouvoirs nécessaires179. Il parvient à trouver un compromis pour les relations économiques avec Gênes : l’interdiction d’importer des velours de la ville, mesure de rétorsion prise en 1530 pour répondre à la « trahison » de Doria en 1528, est très mal supportée par les Lyonnais qui craignent que ce « ban » ne nuise à la prospérité de leurs foires180. Par ailleurs, Tournon s’emploie à négocier avec les Florentins, au premier rang desquels figurent les Gadaigne, l’assignation de leur « vieux debte ». Certes, les deux dossiers n’aboutissent qu’en 1537181, mais la bonne volonté manifestée par le cardinal porte ses fruits dès l’automne 1536. Celui-ci pose par ailleurs en axiome l’obligation de respecter les engagements pris, en particulier pour ce qui touche aux délais de remboursement. Quant on sait l’importance dans les transactions privées de la « foi du marchand », on ne saurait s’étonner de voir Tournon tenter d’appliquer les mêmes principes aux opérations de crédit de la monarchie. Début novembre, il rembourse comme prévu les Florentins pour une avance du mois précédent : « Vous ne scauriez croire, écrit-il au chancelier du Bourg, comme les marchantz trouvent cela nouveau et bon ». En septembre 1537, il refuse de retarder les versements car « le plus grand desplaisir que vous puissiez faire aux marchands c’est de ne les payer au terme »182.

  • 183 B.N. fr 5125 f° 133.
  • 184 A.N. J 967, 87/1 (16-4-1538) et 87/2 (9-4-1538).

56« Rasseurer les marchantz », telle pourrait être la maxime du cardinal. Il sait jongler avec les remboursements et les nouveaux emprunts ce qui, dans le respect des exigences du crédit à court terme, lui permet de ne pas immobiliser les capitaux. Quand, dans un courrier adressé au gouvernement royal, Tournon chiffre son crédit potentiel à 100 000 écus, une somme après tout assez réduite, c’est peut-être par lucidité, mais surtout pour que ses capacités d’emprunt ne tournent pas la tête aux hommes de pouvoir, car en faire trop détraquerait le système183. Le cardinal a trouvé un émule en la personne de Martin de Troyes, responsable de l’Extraordinaire des guerres, lui aussi implanté à Lyon. Pour voir son crédit s’affermir, rappelle de Troyes, il faut payer ses dettes aux échéances prévues. Mais surtout il convient de n’emprunter qu’en dernier recours : « Qu’on s’ayde plutost des deniers du Roy que se mectre aux interestz qui est la chose qu’on doit faire, ce me semble, le plus tard qu’on peut. Car moings qu’on entrera aux interestz et emprunctz, plus augmentera le crédit pour l’advenir »184. Le point limite de ce type de raisonnement est paradoxal : le meilleur moyen de s’assurer la confiance des prêteurs est évidemment… de ne pas emprunter du tout. Malheureusement, les besoins financiers d’aujourd’hui créent des exigences que ne peut satisfaire la seule perspective des crédits de demain, ce que ni Tournon ni Martin de Troyes n’ignorent d’ailleurs.

  • 185 A.N. J 965, 8/38 (8-5-1537) et 9/39 (9-8-1537).
  • 186 A.N. J 965, 7/44.

57En apparence donc, la situation du cardinal paraît beaucoup plus favorable que celle de Montmorency qui, à l’armée de Picardie, traque l’argent dans de bien médiocres conditions : « Je fu hier contrainct d’emprunter de monsgr de Sainct Pol et de monsgr de Brienne quatre mil escuz dont j’ay fait payer ce matin […] mil hommes » ; « au desloger d’Amiens je fuz en telle nécessité que j’emprunctay argent de tous ceulx qui m’en voulurent prester »185. Il est vrai qu’on ne peut guère comparer une armée en campagne et une place financière de premier ordre. La comparaison avec Paris est déjà plus significative. Le crédit dans la capitale passe alors essentiellement par les rentes sur l’Hôtel de Ville. Les Parisiens jalousent probablement la réussite des Lyonnais : des marchands des bords de Saône viennent en novembre 1536 trouver Tournon car le bruit court que les marchands de Paris veulent obtenir la suppression de certains privilèges des foires lyonnaises, en particulier l’autonomie dans le règlement des différends, « au moyen de quelque prest qu’ilz offrent »186. L’affaire, semble-t-il, n’a pas de suite.

  • 187 Ibid.. 7/5.
  • 188 Isaac, Tournon, p. 65 et 66 ; A.N. J 965, 7/15 (15-7-1537).

58Mais, malgré beaux principes et situation favorisée, Tournon et son action ne doivent pas être idéalisés. Le cardinal œuvre dans l’urgence et chaque échéance ramène son lot d’angoisse : « N’ay veu moys ne paye qu’on aye faict en Piedmont, écrit-il en juin 1537, où il n’aye esté besoig que j’aye empruncté de l’argent pour la faulte de fons qui y estoit »187. Or ces besoins excèdent fréquemment ses possibilités d’emprunt, aussi les résultats de son activité financière, vus depuis le Piémont, sont-ils forts médiocres. Il est vrai que ce « front », au cours de son année de lieutenance générale dans le Sud-Est, n’est guère prioritaire. Dans l’urgence où il se débat, Tournon est placé devant l’obligation de piétiner ses propres principes. Le remboursement du prêt des Lucquois d’octobre 1536 traîne ; en janvier 1537, les Florentins qui ne sont pas encore rentrés dans leurs avances de décembre rechignent à remettre la main au gousset ; en juillet, Tournon qui a promis de rembourser 20 000 lt. dès qu’il aura des fonds, est contraint d’envoyer ce qu’il reçoit en Piémont188.

  • 189 A.N. J 967, 8/15 et B.N. fr 5125 f° 9.
  • 190 B.N. fr 5125 f° 114, 187 et 205 V ; Isaac, Tournon, p. 62.
  • 191 Il est assigné en août 1537 : A.N. J 967, 8/6.
  • 192 Plus de 100 000 lt. selon une lettre du 26 : Tournon, Correspondance, n° 278 ; près de 100 000 lt. (...)
  • 193 Tournon, Correspondance, nos 289, 291 et 293. Voir aussi Isaac. Tournon, p. 68 qui évoque un autre (...)
  • 194 A.N. J 967, 8/19.
  • 195 A.N. J 967, 87/1 et 87/4.

59Les données chiffrées ne manquent pas sur les prêts qu’il parvient à négocier. En octobre 1536, pour ses premières armes, le cardinal obtient 20 000 lt. des Lucquois et 26 000 lt. des Florentins189. Ces derniers, une fois remboursés, prêtent 20 000 lt. en novembre. Début décembre, ils rentrent dans leurs fonds et à la fin du mois doublent la mise en fournissant 40 000 lt.190. Avec le prêt lucquois qui traîne191, on atteint donc 60 000 lt. au début de 1537. Cinq mois plus tard, le 9 juin, Tournon se dit obligé pour une somme équivalente, ce qui ne signifie évidemment pas qu’il s’agisse des mêmes créances. A la fin de juin, son endettement tourne autour de 100 000 lt.192. Au cours de la première quinzaine de juillet s’y ajoutent au moins 20 000 lt., peut-être 40 000 voire plus193. Le 28 juillet, sa situation est la suivante : il doit 102 500 lt. de capital, auquel s/ajoutent 5825 lt. d’intérêts194. Sans doute Tournon a-t-il pu éponger quelques dettes peu avant cette date. Une série de remboursements faits ou à faire au début de 1538, après la campagne d’automne de Montmorency, totalisent 85 500 lt.195. On se situe toujours dans les mêmes eaux. Il est vrai qu’à ce moment, le cardinal, qui n’est plus lieutenant général à Lyon depuis octobre 1537, n’est plus en cause. Ce qui frappe en définitive, c’est l’extrême étroitesse de son crédit. En capital, 100 000 à 150 000 lt. au maximum et ce pour une très courte période, voilà qui nous place très au-dessous du plafond de 100 000 écus fixé par le cardinal lui-même. A l’exception de quelques jours, on ne dépasse pas la moitié de ce montant. L’intelligence de Tournon est sans doute de jouer le plus possible sur la rotation des fonds, ce qui est très net en octobre-décembre 1536 avec les Florentins. Mais cela ne suffît pas à assurer au Piémont une trésorerie satisfaisante. Du moins le cardinal a-t-il démontré en la matière un savoir-faire qu’il a rapidement l’occasion de réutiliser sur une toute autre échelle.

5. Aux origines du Grand Parti

  • 196 D’où probablement l’étonnante confusion de Tracy, Financial Revolution, p. 18 : « Even the huge exp (...)

60On le retrouve en effet pour présider à partir de 1542 aux opérations de crédit d’où sort le Grand Parti. Stricto sensu, celui-ci n’est constitué qu’en 1555196. Il a fait l’objet d’un article fondamental de Roger Doucet dans la Revue Historique en 1933. Si bien peu d’éléments nouveaux ont été apportés depuis lors, le dossier nécessite une réflexion renouvelée que je limiterai pour ma part aux dernières années du règne de François Ier. Mais, au préalable, il faut préciser que le Grand Parti n’englobe pas tout le crédit rassemblé pour le roi sur les marchés financiers. Au cours des années cinquante, d’autres réseaux fonctionnent en parallèle qui ont sans doute des antécédents dans les années quarante. L’étude des vastes emprunts des années 1542-1547 permet de mettre en perspective tout le règne, et oblige à nuancer certaines des affirmations générales formulées plus haut, sur la domination du crédit à court terme par exemple.

  • 197 Ehrenberg, Fugger, p. 248.
  • 198 « Alla natione fiorentina di Lione, già li hanno fatto prometter’ in prestito a ogni piacer del Re  (...)
  • 199 Cité par Knecht, Francis I p. 381.
  • 200 Tournon, Correspondance, n° 350 (10-10-1542).
  • 201 C.A.F., t. IV n° 12742.
  • 202 R.D.B.V.P., t. Ili p. 107-109 (20 et 23-1-1548). Il est vrai que l’appellation de banque ne requier (...)

61En novembre 1541, après plusieurs années de calme plat, les retrouvailles entre le roi et ses bailleurs de fonds auraient mal commencé, s’il faut en croire Ehrenberg qui mentionne à cette date une sorte d’emprunt forcé sur les marchands et banquiers lyonnais dont je n’ai pas trouvé d’autres traces197. En janvier 1542, le roi est certes tout disposé à recourir bientôt au crédit des bords de Saône mais apparemment il n’est pas question de contrainte198. Les premiers indices n’apparaissent qu’en août. Dans une lettre bien connue du 9, l’ambassadeur anglais Paget évoque, de façon erronée, le développement du crédit public à Lyon199. Plus intéressante est en fait l’évocation d’une levée de mercenaires pour laquelle Tournon a remis au début du mois de grosses sommes provenant d’un emprunt sur les marchands étrangers de la ville200. Le 15 septembre, le cardinal obtient pouvoir de contracter, au nom du roi, des emprunts pour les guerres201. Le déroulement reproduit celui de 1536 : tout d’abord de premières avances obtenues grâce au crédit personnel du cardinal puis, peu de temps après, un pouvoir officiel qui a valeur de garantie et que les bailleurs de fonds ont sans doute souhaité. Il est en revanche à peu près certain que Tournon n’a pas mis sur pied une « banque » qui aurait fait directement appel au crédit des capitalistes privés, court-circuitant ainsi les marchands-banquiers. Cependant le projet était peut-être dans l’air, à preuve la proposition faite en 1548 de créer une banque à Paris, qui rencontre l’opposition farouche de la municipalité de la capitale202.

  • 203 Voir C.A.F., t. VI n° 22570 (13-4-1543), t. IV n° 13491 (15-12-1543), n° 13632 (24-2-1544), n° 1400 (...)
  • 204 Exemples de procurations : A.N. M.C. LIV 20 (3-7-1544, suite à la lettre du roi du 1er, et 2-3-1545 (...)
  • 205 « Il me souvient, écrit Charles Dumoulin, avoir plusieurs foys remonstré ledict excès et abus à auc (...)
  • 206 Ehrenberg, Fugger, p. 268.
  • 207 Ibid., p. 250.

62Mais il n’est pas besoin de création de banque pour déceler des éléments de nouveauté dans la politique du crédit. Le roi et ses agents se donnent tout d’abord un cadre juridique relativement structuré. La délégation de pouvoir du souverain pour emprunter est bientôt établie annuellement203. Les délégués du roi, gens de Conseil comme Tournon, Annebault, le garde des sceaux Errault, le trésorier de l’Épargne Jehan Duval, passent à leur tour procuration à ceux qui, à Lyon même, seront les maîtres d’œuvre des emprunts, au premier rang desquels figurent Jehan du Peyrat, lieutenant général de la sénéchaussée de Lyon, et Martin de Troyes, receveur général de la circonscription nouvellement créée dans la ville204. Ces hommes offrent un intérêt particulièrement alléchant de 16 % par an205. Selon Ehrenberg, ce niveau de rémunération du capital explique que les prêteurs ne demandent plus aux agents du roi de garantir personnellement les créances206. Cette interprétation est sujette à caution dans la mesure où les intérêts sont au même niveau qu’au début des années vingt. Mais il est sûr que les bailleurs de fonds paraissent avoir retrouvé une certaine confiance dans la monarchie. A moins que les limites de la documentation pour cette période ne voilent leurs réticences et leurs prudences. On constate malgré tout qu’ils acceptent l’immobilisation de leurs capitaux plus volontiers qu’avant : les emprunts sont périodiquement renouvelés, de foire en foire. La stratégie du prêteur n’est donc plus de récupérer promptement son capital, mais de le laisser fructifier longtemps dans les caisses de l’État. A tel point qu’en décembre 1545, les marchands-banquiers allemands regrettent que le roi leur rembourse 300 000 écus de créance207… Malheureusement, il n’est guère possible d’estimer, même approximativement, la durée moyenne d’immobilisation. Élément important, le système se maintient avec le retour de la paix en 1546-1547 et atteint alors des montants énormes.

  • 208 Potter, French Involvement, p. 536 note 58.
  • 209 B.N. Dupuy 958 f° 53 v°.
  • 210 B.N. fr 17329 f° 91 fournit des chiffres extrêmement élevés dans la catégorie « deniers payés en ac (...)
  • 211 B.N. fr 3127 fos 61 et 91. Garnier, cité par Tommaseo, Relations, p. 403, mentionne comme intérêts (...)

63L’ampleur des fonds en jeu atteint en effet une toute autre échelle qu’en 1536-1537. Le détail des chiffres reste fort mal connu. D’après Doucet une part importante des transactions nous échappe. Il est souvent aussi très difficile de savoir si de nouvelles opérations correspondent à de nouvelles avances ou au renouvellement d’anciennes créances. Les données partielles dont on dispose donnent cependant une idée du changement d’ordre de grandeur. En 1542, l’ambassadeur anglais parle de 400 000 lt.. En 1543 les sources font état de 100 000 écus et de 150 000 au début de 1545. Un an plus tard, 300 000 lt. sont levées. D’après un agent impérial, ce sont 700 000 couronnes que François Ier doit emprunter à Lyon en 1546208. Ce n’est que pour 1547 qu’on est en mesure de fournir un chiffre global. Il est vertigineux : le roi de France serait endetté auprès des marchands-banquiers lyonnais pour 6 860 844 lt.209. Rien ne permet de mettre en doute ce chiffre, même s’il serait bon de pouvoir l’étayer par des données complémentaires210. On verra plus loin comment interpréter cette impressionnante mobilisation de capitaux. Quoi qu’il en soit, même si la dette se « dégonfle » nettement dès 1548, ce qui est aisé puisque les fonds empruntés n’avaient pas encore été utilisés, elle atteint dorénavant un niveau sans précédent : les intérêts à verser à la foire de Toussaint 1548 atteignent 96 941 lt.. Avec un taux de 4 %, on obtient donc un capital de 2 423 525 lt., ce qui équivaut au montant des remboursements inscrits à l’État prévisionnel de 1549, soit 2 421 846 lt.211.

  • 212 Remarque de F. Braudel dans Actes du Colloque sur la Renaissance organisé par la Société d’Histoire(...)
  • 213 « Tout ralentissement économique laisserait inemployée une masse d’argent, entre les mains des rich (...)

64Comment comprendre que, dans les années quarante, tant d’argent soit disponible pour les besoins de la monarchie, quand les bailleurs de fonds étaient auparavant si réticents ? C’est que leur situation a évolué. Les capitaux, tout d’abord, sont globalement plus abondants. Il est donc possible d’en consacrer une fraction plus importante au « crédit public », d’autant plus que les profits du grand commerce se font moins alléchants. Il y aurait même une crise économique de courte durée en 1541-1543212. Elle serait alors le révélateur d’une inflexion plus durable. Ainsi le rétrécissement des marges bénéficiaires peut-il inciter à se tourner plus franchement vers les emprunts royaux et leurs intérêts appréciables. La prospérité commerciale ne facilite pas nécessairement la couverture des emprunts royaux car, quand le commerce international rapporte beaucoup, l’intérêt pour les autres placements diminue. A l’inverse, l’engouement pour la dette publique n’est probablement pas sans lien, dans les années 1540, avec un moins bon rapport du grand commerce, terre d’élection traditionnelle des fonds des marchands-banquiers. La spéculation sur les fonds publics est alors signe des difficultés de l’investissement productif, dans une ambiance de net accroissement des capacités monétaires213. Du côté du demandeur, des progrès ont été faits, grâce à Tournon en particulier, en matière de sollicitation des marchés : l’État sait probablement mieux drainer les fonds. Quoique la stratégie des intérêts élevés, maintenus constants alors que l’offre est importante, voire, à certains moments du règne d’Henri II, surabondante, puisse se discuter. Sans parler du poids qu’elle fait peser sur les finances royales, elle met lourdement l’accent sur la rigidité du système et surtout sur son caractère spéculatif. Si le souci de proposer une bonne affaire a pour objectif d’entretenir la confiance, on peut tout aussi bien affirmer que celui qui offre les intérêts les plus élevés, très au-dessus de ceux des transactions privées, est aussi celui qui présente le placement le plus aléatoire.

  • 214 « Par suite de la multiplicité des banques et de l’abondance extrême des capitaux, le gouvernement (...)
  • 215 L’État « se sentant à la merci des prêteurs, subissait toutes leurs exigences » : ibid., p. 489.
  • 216 Il en va de même de ceux qui prêtent à Charles Quint. Jacob Fugger soutient le Habsbourg dans l’éle (...)

65A partir de 1542, les emprunts royaux, qui prennent un véritable caractère boursier, sont donc emportés dans un mouvement spéculatif. Celui-ci semble modeste aujourd’hui, mais s’avère important pour l’époque. L’accroissement de l’endettement fait paraître dérisoires les prudences de Tournon quelques années plus tôt et pose aussi le problème de la maîtrise d’un système en expansion par les diverses parties concernées. Doucet lui-même est bien peu clair quand il s’agit de dégager des rapports de domination. A trois pages d’intervalle, il nous présente le roi maître du jeu dans une offre pléthorique et éclatée214, puis les marchands-banquiers en position de force devant un demandeur toujours en situation d’urgence financière215. En fait, les deux partenaires se retrouvent bientôt emportés dans une fuite en avant qui les piège l’un et l’autre. Le créancier continue de prêter pour garantir ses créances216. Le souverain, qui dispose de facilités de trésorerie toutes nouvelles, se laisse aller à dépenser plus. Mais, à terme, pour tenter de faire face à ses engagements, il est contraint de hausser le niveau des prélèvements. Loin d’alléger les impôts, le recours au crédit pousse à les augmenter. Plus dure sera la chute.

6. Guerre du crédit et guerre d’argent

  • 217 Voir par exemple Kellenbenz, Les foires de Lyon dans la politique de Charles-Quint, passim.
  • 218 Un exemple de défense d’exporter : O.R.F., t. IX p. 235 (16-12-1538). D’autres déclarations de ce t (...)
  • 219 O.R.F., t. III p. 270 (18-6-1523) ; B.N. fr 5125 f° 99 v° (26-11-1536).
  • 220 B.N. fr 3048 f° 89.
  • 221 B.N. fr 3031 f° 17 [21-1-(1527)].
  • 222 Isambert, Recueil, 1.12, p. 695.
  • 223 François (Alexis), Meigret, p. 84 et sq.

66Dans le long conflit entre Valois et Habsbourg qui est l’ossature de la politique internationale du temps, l’affrontement passe aussi par une lutte pour le contrôle des fonds. Les gouvernants se fixent pour objectif d’entraver le rassemblement de capitaux par l’adversaire. Par exemple, dans la négociation de la rançon, les Français essayent de réduire la somme à verser comptant pour la libération des princes de 1,2 à 0,8 million d’écus au soleil, sachant que cet argent sera directement mobilisable par Charles Quint. Si je vais ici me contenter d’étudier le sujet du côté français, la même démarche pourrait être conduite pour le camp impérial217. La méthode la plus traditionnelle en ce domaine est sans doute l’interdiction d’exporter hors du royaume les métaux précieux en général, et les espèces monétaires en particulier218. Plus original est le fait que cette défense porte aussi sur le trafic des lettres de change219. C’est sans doute à cela que fait allusion Duprat dans une lettre à Montmorency d’octobre 1526 : « Moyennant ces deffenses, l’empereur n’avoit peu faire les changes et recouvrer les deniers que pensoit et cella luy estoit venu mal à propos […] ; c’estoit le grant prouffït du Roy d’avoir fait lesd. deffenses. Au demeurant, les deffenses de l’argent ont esté pareillement faictes »220. Pour attirer les monnaies françaises, les Flamands ripostent « par subtilz moyens » en surévaluant l’écu au soleil à 42 st221. Les interdictions sont nombreuses tout au long du règne, et pas seulement en temps de guerre comme en témoigne l’ordonnance du 15 novembre 1540 qui prohibe les exportation d’or, argent et billon222. En janvier 1547 encore, le marchand genevois Mestrezat est arrêté. On le soupçonne de transporter dans le camp de Charles Quint de l’argent pour le compte d’un banquier de Lyon. Laurent Meigret, qui a fourni l’information, entend « gaudir du privilège que le Roi baille à ceux qui lui révèlent les deniers qui sortent de son royaume pour telle affaire », c’est-à-dire toucher un tiers des sommes saisies223.

  • 224 Isambert, Recueil, 1.12, p. 834.
  • 225 B.N. fr 3048 f° 131.

67Ce refus des exportations de fonds ne peut déboucher, en bonne logique mercantiliste, que sur un refus des importations. Un édit somptuaire de décembre 1543 fustige l’achat d’habits de luxe aux étrangers, car il fait sortir de l’argent du royaume. Ensuite les marchands étrangers « en secourent et aident à nos ennemis, comme nous sommes advertis »224. Mais dans le même temps, ce désir d’autarcie n’est qu’un rêve, et, pour faire appel au crédit des marchands-banquiers, il faut leur laisser un peu d’autonomie dans leurs transactions internationales, et assurer aux étrangers, toujours utiles quand on manque de fonds, une certaine sécurité. Parmi les dépenses prioritaires, dans une lettre de 1528-1529, Duprat place ainsi le remboursement de tapisseries achetées en Flandre et à Milan car « ce sont gens estrangiers qui ballent leur marchandise, il leur fault tenir promesse »225.

  • 226 Les Impériaux tentent plusieurs fois de ruiner les foires car, comme le dit un texte de 1542, « ce (...)
  • 227 Du Bellay, Mémoires, t. III, p. 52-53.

68On retrouve, avec les foires de Lyon, un même paradoxe. Le roi a tout intérêt, semble-t-il, à ce que la place lyonnaise, sa principale source de crédit, fonctionne le mieux possible. Les foires, avec leur double dimension de marché de biens et de capitaux sont à la base de la prospérité de la ville226. L’accueil des marchands étrangers est garanti par les franchises des foires mais, pour plus de sécurité, le roi peut octroyer en période de conflit, des lettres de sauf-conduit général. Au printemps 1536, François Ier fait mieux encore, s’il faut en croire ce que les marchands allemands qui viennent des foires de Lyon rapportent à Guillaume du Bellay : « Pour ce que les chemins pourroient par aventure, à cause de la guerre, estre mal seurs à gens estrangers apportans aux foires argent en grosses sommes », les marchands trouveront dans les coffres du roi « à leur commandement, sans se mettre en hazard d’en apporter en France, les cent et les deux cens, voire les quatre et cinq cens mille escus, pour employer au faict de leur accoustumée marchandise et à rendre après la guerre en France, ou en Allemagne durant icelle s’il luy advenoit besoin d’y employer »227. En plein conflit, le roi de France banquier des marchands : on croit rêver… Cette mesure de propagande n’a sans doute eu guère de suite, mais elle souligne combien le gouvernement français attache d’importance à ce que les foires lyonnaises soient bien achalandées.

  • 228 A.N. J 965, 7/17.
  • 229 B.N. fr 5125 f° 206.

69Malheureusement, pour des raisons politiques, on ne peut pas non plus y accepter n’importe qui. La présence de Milanais à la foire d’août 1537 inquiète Tournon : « Vous pouvez bien penser que ceulx qui ont charge pour l’empereur n’y laissent pas venir les bons françoys mais les pirez qu’ilz peuvent trouver ». Ils n’ont pas de sauf-conduit et le cardinal veut savoir s’il doit les faire arrêter228. On sait que pendant un temps les Génois non plus ne sont pas personae gratae. Ce qui n’est pas sans poser des problèmes car, fin 1536, devant les réticences royales à régulariser les relations avec la cité de Saint-Georges, les marchands-banquiers agitent une grave menace : « Lesd. estrangiers s’en voloient aller et retyrer à Besançon comme beaucop d’eulx m’ont dict » écrit un Tournon inquiet, qui supplie le chancelier de régler l’affaire229. Sur l’impact du commerce génois à Lyon, deux conceptions s’affrontent en fait : une ordonnance d’octobre 1536, toute imprégnée de mercantilisme et favorable au développement des activités textiles du royaume, rappelle que « lesd Genevoys rebelles, au moien de [leur trafic de marchandises], toutes les années tirent ung million d’or ou environ de nostred royaulme, et de ce portent port, faveur et ayde à noz ennemys ». C’est mal comprendre les choses, rétorque un informateur du cardinal du Bellay. Au contraire,

  • 230 O.R.F, t. IX p. 195 ; Du Bellay, Correspondance, t. II p. 519.

« il seroit très bon de retirer aucuns Genevoys riches et de bon crédit, lesquelz ne pourront faire aucun dommaige mays beaucoup de service au Roy, en leur baillant sauf conduictz et permission particulière de trafficquer en France car, n’ayans les Genevoys aultre plus prouffïtable moyen de débiter leur argent en marchandise à Lyon, comme ilz estoient accoustumez, ont esté contrainctz de prester leur argent à l’Empereur et aux aultres Genevoys »230.

  • 231 Spooner, Frappes, p. 120 note 3.

70A la veille de Noël 1521, on donne lecture à Lyon de lettres du roi enjoignant à Gadaigne, Albisse et Nazy de ne pas honorer les billets de change dus à des marchands milanais, lucquois et florentins car ils « pourraient secourir et ayder desdits deniers à nos enemis qui nous font de présent la guerre delà les montz ». Or ceux-ci étaient payables à la foire suivante231. C’est donc le bon fonctionnement des foires elles-mêmes qui est en jeu. Doit-on s’étonner que de telles initiatives tarissent les prêts au roi ?

  • 232 Ehrenberg, Fugger, p. 45.
  • 233 Du Bellay, Correspondance, t. II p. 332.
  • 234 A.N. J 965, 7/36 (1-11-1536).
  • 235 A.N. J 966, 23/12. C’est d’autant plus douteux que la lettre est du 9 août.

71La guerre du crédit connaît quelques épisodes retentissants, dont le plus célèbre est sans doute l’élection impériale. En février 1519 les Habsbourg craignent encore de voir les marchands de Haute-Allemagne se mettre au service du roi de France. On interdit alors aux places d’Anvers et d’Augsbourg de faire des transferts pour le compte de François Ier. Enfin Jacob Fugger, en n’acceptant pas d’honorer, malgré une alléchante commission, une lettre de change de 300 000 couronnes, refuse de faciliter les opérations d’achat d’électeurs par la France232. Mais il est bien d’autres occasions où ce terrain de lutte apparaît. Nicolas Raince, en mai 1536, informe le cardinal du Bellay des difficultés financières de Charles Quint. Le meilleur moyen de les aggraver serait « de faire commandement à Lyon, et mesmement aux Florentins, qu’ilz n’acceptassent ne payassent lettres de change ne commission aucune venant de Florence et pareillement qu’ilz ne remeissent argent de Lyon à payer aud lieu de Florence »233. Les propositions que font les Florentins de Lyon à Tournon lors de la négociation du remboursement de leurs vieilles créances vont dans le même sens, mais avec une différence de taille, l’absence de contrainte royale : « S’ilz y voyoient seureté, ils osteroient peu à peu tout l’argent dont l’empereur se sert en Italye et le feroyent tumber en ceste ville pour en servir le Roy »234. La « gran streteza del denaro » que connaît alors l’Italie aux dires d’un agent du roi à Venise est-elle à lier à cela ? Ce serait, je crois, faire beaucoup d’honneur à l’efficacité d’une telle politique235. Mais on retrouve chez Tournon avec l’argent le souci qui était celui de Montmorency avec lès mercenaires : il faut attirer ce qui est dans l’autre camp.

  • 236 Bodin. République, p. 893. Même raisonnement dix ans plus tard chez Dominique du Gabre, évêque de L (...)
  • 237 Sur ce dossier, voir Potter, French Involvement, passim et François, Tournon, p. 222-224.
  • 238 Voir la description faite par Bonivard, historien de Genève cité par François (Alexis), Meigret, p.(...)
  • 239 Ehrenberg, Fugger, p. 251.
  • 240 Voir la remarque, un peu plus tardive (milieu de 1549), du cardinal de Ferrare à Lyon : il estime l (...)

72Dans le projet de « banque » du cardinal en 1542-1543, Bodin voit précisément ce désir de « frustrer les ennemis » des capitaux disponibles236. C’est sans doute dans cette perspective qu’il faut analyser les énormes emprunts de la fin du règne. Le roi et l’empereur ont fait la paix, et Charles Quint se retourne contre les princes protestants de la ligue de Smalkalde237. Pour François Ier, un bon moyen de gêner Charles sans rompre les traités est d’attirer les capitaux en les empruntant pour provoquer une disette sur les autres places238. Sans oublier une mesure corollaire déjà évoquée : l’interdiction d’exporter de l’argent. A la mort de François Ier, l’ambassadeur impérial constate : « On doit toujours de l’argent aux marchands de Lyon, et l’on a soin de leur verser régulièrement leurs intérêts pour se servir d’eux au besoin »239. Ainsi, espère-t-on sans doute, l’empereur ne pourra-t-il mener les opérations militaires de façon efficace. Projet ambitieux, mais qui échoue, car il n’empêche pas Charles d’être victorieux à Mûlhberg, moins d’un mois après la disparition du roi de France. L’interruption des emprunts, ou du moins la diminution des deux tiers des sommes rassemblées entre 1547 et 1548, s’explique peut-être aussi par un changement de politique financière lié à la disgrâce de Tournon. Mais, plus profondément, l’échec français ne trouve-t-il pas son origine dans l’impossibilité d’éponger les liquidités disponibles et prêtes à s’investir dans les trésoreries princières ? Ces masses de capitaux semblent alors surabondantes240. Emprunter à 16 % (un taux supérieur à celui offert par les Habsbourg ?) sans autre raison que de provoquer chez le rival une gêne qui reste aléatoire, apparaît donc comme un calcul fort risqué et de toute manière extrêmement onéreux.

  • 241 B.N. fr 3048 f° 89. En 1527, alors que François Ier n’a plus aucun crédit, comme le souligne un age (...)

73La logique qui prévaut dans les initiatives royales en matière de guerre financière a d’ailleurs bien du mal à convaincre des marchands-banquiers qui ont une vision des choses fondamentalement différente. A la priorité donnée à l’espace national, où l’on cherche à retenir les fonds disponibles, répond le fonctionnement à un échelon européen et le souci du profit, où qu’il puisse être obtenu. Quand le gouvernement cherche à accumuler les moyens de paiement dans un espace donné, les marchands-banquiers n’ont rien de plus pressé que de faire circuler les fonds. Certains ne se privent pas de prêter au roi ou à l’empereur, selon l’occasion. Bien des ministres partageraient l’agacement, pour ne pas dire plus, de Duprat face aux Italiens de Lyon auxquels il reproche d’avoir « mis hors » du royaume 50 000 écus : « J’ay débatu cest affaire avec les Genevois et Florentins ; ilz ne me scavoient pas bien respondre. Finablement il ne lez chault comment tout aille mais qu’ilz facent leurs besongnes particullières »241.

  • 242 D’où le caractère très exagéré des affirmations de Boyer-Xambeu, Deleplace et Gillard, Monnaie priv (...)

74La domination des Italiens sur le marché du crédit volontaire sous François Ier est incontestable. S’il est difficile d’affirmer qu’une part appréciable des fonds qu’ils prêtent provient de la péninsule, une chose est sûre néanmoins : beaucoup d’argent court s’y engloutir, d’une guerre à l’autre. Le plus grand exportateur de capitaux est en effet la monarchie elle-même, sans aucun doute possible : l’argent du roi ne gagne pas seulement l’Italie. Il prend aussi le chemin de la Suisse ou de l’Angleterre. Sur le marché lyonnais, la domination des Toscans est nette surtout entre 1523 et 1540, c’est-à-dire au moment où domine une certaine atonie, pendant un temps faible de l’emprunt. Quand les fonds en cause sont plus importants, d’autres intervenants entrent en jeu. Autre place, avec Londres au début du règne, mais les sources peu probantes limitent l’analyse ; autres capitaux dans les années quarante, avec l’apport allemand. Mis à part l’épisode peu glorieux de 1518-1522, la place de l’emprunt est faible jusqu’aux années quarante242. Avec les débuts du futur Grand Parti, le changement d’échelle est net, l’ouverture sur les marchés financiers plus large. La part résiduelle de contrainte, dont les Florentins avaient fait la triste expérience en 1521, semble en recul. Y a-t-il rattrapage par rapport à un Charles Quint mieux intégré, en raison même de la configuration géopolitique de son « empire », dans les circuits du crédit ? C’est possible. Mais, en l’absence d’Amérique, le roi de France est sans doute plus tenu que son rival de trouver du crédit auprès de ses propres sujets.

II. Le crédit contraint

  • 243 Barrillon, Journal, t. I p. 108. L’argent n’est pas versé en raison de la rupture de l’accord, rupt (...)
  • 244 Cité dans Paris, Études, p. 230. Spont, Semblançay, p. 175 parle de 3 000 écus.

75Au début de septembre 1515, François Ier négocie l’accord de Gallarate (ou Galleras) avec les Suisses. Ces derniers exigent, entre autres, la fourniture immédiate de 150 000 écus. Le roi fait « des empruns sur les princes, barons et seigneurs qui estoyent avec luy » et en moins de dix heures la somme est trouvée « comptant en son camp »243. A l’été de 1521, « d’Ostun, le Roy se délibéra d’aller à Langres pour visiter la frontière et pource qu’il n’y avoit argent à luy fournir, fut emprunté de toutes bourses »244. Dans l’urgence, en campagne comme dans le royaume, pour de fortes sommes ou de petits montants, le souverain met à contribution ceux qui gravitent autour de lui. A partir des prêts de l’entourage, la sollicitation royale s’étend en cercles concentriques, au-delà même du royaume. Elle touche tous les groupes qui disposent de liquidités. Ici la volonté du roi ne rencontre que peu d’obstacles, dans le principe du moins : un sujet ne refuse pas à son souverain, dépositaire reconnu du bien commun - mais aussi maître de toutes les grâces -, les moyens de sa politique en période de difficultés. En pratique, l’inertie, le mauvais vouloir ou l’incapacité momentanée à faire face à la demande se conjuguent pour rendre les choses plus aléatoires. Mais l’autonomie des prêteurs est faible et les moyens de pression du pouvoir sont considérables : refuser d’avancer, c’est mécontenter le prince et risquer des représailles, financières ou non. Et puis, en prêtant, on peut toujours essayer de trouver un petit profit…

A. Des individus et des corps

1. Le groupe dirigeant

  • 245 Auton, Chroniques, t. III, p. 190-191 (20 000 lt. en 1503 fournies par Gié) ; Maulde, Procédures, p (...)

76Pour les proches conseillers du prince, contribuer à alimenter les caisses monarchiques en cas de besoin est pratiquement une obligation statutaire. Ceux qui participent à la prise de décision et à l’exécution, au plus haut niveau, de la politique royale, sont tenus de donner une dimension financière à leur engagement. Fournir de l’argent au roi est parfois nécessaire pour conserver ses bonnes grâces. De telles pratiques ont cours au moins depuis le XIVe siècle. Pour prendre des exemples dans un passé plus proche, le maréchal de Gié ou le cardinal d’Amboise ont avancé des sommes importantes à Louis XII245. Sous François Ier, les deux dossiers les plus nourris concernent Duprat et Montmorency. Sans se faire d’illusion sur l’exhaustivité des informations disponibles, on peut tenter une synthèse de leurs prêts.

77Pour Duprat :

  • 1515 : 10 000 écus (C.A.F., t. V, n° 16142).

  • 1516 : 4 000 lt. (Spont, Semblançay, p. 126 note 3).

  • 1518 : 20 000 lt. (A.N. KK 351, dépenses, f° 33).

  • 1527 : 1 000 écus « oultre ce qu’il a preste » (B.N. Dupuy 645 f° 199).

  • 1528 : 4 000 lt. (A.N. KK 352 P 37 v°).

  • 1528-1529 : 10 000 lt. (C.A.F., t. I, n° 3291).

  • 1530 : 10 000 écus (B.N. fr 3031 f° 71).

  • 1531 : 10 000 écus (B.N. fr 3122 f° 118).

78A cela s’ajoute un prélèvement important sur sa succession, sur lequel je reviendrai. Au total, si l’addition d’avances séparées dans le temps a un sens, on parvient à un montant qui avoisine les 100 000 lt..

79Pour Montmorency :

  • 1527 : 1 000 écus (B.N. Dupuy 645 f° 199).

  • 1528 : 4 000 lt. (A.N. KK 352 f° 36 v° et 37 v°).

    • 246 Il s’agit d’un mandement de remboursement, qui intègre peut-être des prêts antérieurs.

    1529 ( ?) : 10 000 lt. (B.N. fr 26121, n° 1137)246.

  • 1530 : 20 000 lt. ? (empruntées à Nicolas Le Coincte, presque à coup sûr pour la rançon : Le Roux de Lincy, Grolier, p. 373).

  • 1531 : 5 000 écus (mandement de remboursement pour 10 750 lt. : C.A.F., t. II, n° 4551).

  • 1537 : 9 000 lt. + 21 973 lt. + 10 000 écus (C.A.F., t. VIII, nos 30379, 30433 et 30434).

  • 247 A.N. J 965, 8/22 et 8/38.
  • 248 L’importance de cet engagement pourrait être un des facteurs de l’octroi, en février 1538, de l’off (...)
  • 249 Prêt de 20 000 écus le 25 juillet 1519 : B.N. fr 14368 f° 158 v° ; d’environ 20 000 lt. en 1537 : A (...)
  • 250 Prêt de 25 000 lt. entre Pâques 1521 et Pâques 1522 : B.N. Clairambault 1164 f° 177.
  • 251 Prêt de 3 000 lt. en 1528 : A.N. KK 352, fos 37 v° et 38 ; de 7 000 lt. en 1537 : C.A.F, t. VIII, n (...)
  • 252 Prêt de 4 000 lt. en 1537 : C.A.F., t. VIII, n° 30257.
  • 253 Prêt de 30 000 lt. en 1515 : B.N. fr 2940 f° 10-11.

80Aux prêts directs au roi en 1537 s’ajoutent 21 526 lt. d’emprunts « au camp » pour financer l’armée de Picardie au printemps247, ce qui fait un total d’environ 75 000 lt. de contribution pour l’année248. Outre ces deux exemples, bien des noms peuvent être cités, de l’amiral Chabot249 au Bâtard de Savoie250, du cardinal de Tournon251 au chancelier du Bourg252, sans oublier la propre mère du roi253.

  • 254 C’est le cas d’Annebault ou de Boisy. Pour ce dernier, l’emprunt de la succession permet au roi de (...)
  • 255 Le montant le plus élevé que j’aie repéré est un remboursement de 82 006 lt. au maréchal Théodore T (...)

81S’il n’est guère de personnages importants du règne qui soient absents des listes de prêteurs254, le niveau des prêts ne reflète pas directement l’influence politique. Dans l’ensemble les sommes en jeu restent assez faibles255. Duprat, s’il est assez promptement remboursé, ce qui, en raison de sa position, n’a rien d’improbable, peut ainsi espérer faire face aux demandes de la monarchie avec un « fonds de roulement » de 10 000 écus. Sa fortune lui permettrait un effort beaucoup plus considérable. Il est vrai que le prêt direct n’est qu’une des facettes de l’engagement au service du crédit royal. Les gens de Conseil figurent parmi les principaux garants des avances des marchands-banquiers. On a vu Tournon, qui prête peu, s’engager pour des sommes relativement importantes en 1536-1537. Quant à Montmorency, la part qu’il prend au règlement de la rançon va bien au-delà d’une simple avance.

  • 256 C.A.F., t. VII n° 28803 et 29244. Deux quittances du 23 octobre de Meigret et Robertet, pour 4 092  (...)
  • 257 Sous Louis XII, dans une liste de prêteurs de février 1512, figure en tête le roi lui-même, qui fou (...)

82Certains prêts ont un caractère un peu particulier, tel celui d’Alain d’Albret. Sa participation financière en octobre 1521 est en effet directement liée à l’offensive française en Navarre, qui le concerne au premier chef. Il agit ici sans doute plus pour son lignage que pour son roi256. Je n’ai en revanche pas trouvé trace sous François Ier de ces prêts originaux où le roi, en tant que personne « privée », alimente ses propres caisses257. Autre cas d’espèce, celui de Semblançay qui, tout comme Florimond Robertet, a sa place à la fois dans le groupe dirigeant et parmi les officiers de finance. Sa spécificité tient au fait que ses avances sont « trop » importantes. Le proche conseiller doit en effet prêter mais dans une mesure « raisonnable », qui n’en fait pas une source de préoccupation pour le Conseil et le roi. Avec Semblançay, ce cap est largement dépassé, et la créance sur le souverain se retourne contre le prêteur. Jacques Cœur avait déjà fait cette expérience.

2. Les officiers

a. Les grands officiers de finance

  • 258 Un exemple sous Louis XII pour les trésoriers de France : B.N. fr 5501 f° 368.

83Les hommes clés de l’administration fisco-financière ne peuvent évidemment pas se dispenser de prêter au souverain. Ces avances sont parfois individuelles, mais fréquemment le roi s’adresse aux généraux ou aux trésoriers de France collectivement258. A priori, on peut leur supposer des moyens importants. Trois sous-ensembles se dégagent nettement, celui des généraux, auquel on annexera Semblançay bien qu’il n’appartienne plus au corps à partir de 1516, celui des trésoriers de France et enfin celui des nouveaux trésoriers (Épargne, Parties casuelles), dont les profils sont très distincts.

  • 259 Sur ses avances : B.N. fr 25720 fos 47, 64, 81, 111 et 131 ; fr 26116 n° 369 ; P.O. 381 (Bohier) no (...)
  • 260 La formule utilisée concerne en fait, pour le même phénomène, le banquier A. Delbene sous Henri TI  (...)

84Les généraux sont incontestablement ceux qui font les avances les plus élevées. Henri Bohier, général de Languedoc de 1510 à 1522, n’est pas un « leader » du corps, comme Semblançay, Jaques Hurault ou Thomas Bohier son frère, mais la documentation le concernant est relativement abondante259. Elle donne une bonne idée de l’ampleur de l’effort requis dans les premières années du règne. Entre la fin de 1515 et juillet 1520, le total cumulé de ses avances atteint 217 144 lt. soit, sur une période de moins de cinq ans, un montant bien supérieur à celui des plus « généreux » des membres du groupe dirigeant. L’essentiel des fonds sert au financement de la politique extérieure : versements aux responsables de l’Extraordinaire et de l’Ordinaire des guerres (50,9 % et 8,8 % respectivement), fonds pour les paiements aux Suisses (16,9 %) ou le gouverneur de Gênes (0,9 %). 1,8 % des avances est destiné aux travaux du port du Havre de Grâce. Restent 20,6 % qui vont à Jehan Sapin, receveur général de Languedoïl, et dont l’utilisation précise reste inconnue. Les fonds immobilisés en permanence sont évidemment très inférieurs aux 217 144 lt. évoquées plus haut. Il est pour une part au moins possible de « tourner et refournir avec les mesmes fonds », à condition que les remboursements aient bien lieu260. Cependant, l’insuffisante précision des sources ne permet pas d’avancer un niveau d’engagement, même approximatif, à une date donnée, car les mandements de remboursement, notre source principale, sont muets sur les versements effectifs.

  • 261 A.N. J 964 n° 13. L’ensemble, soit 114 237 lt., est toujours dû à Bohier au moment de sa mort.
  • 262 A.N. Zla 57 f° 169 (15-3-1532).

85Il n’est pas sûr que la totalité des fonds provienne des caisses personnelles d’Henri Bohier. Il se peut que, derrière ses avances, se dissimulent des capitalistes divers, en particulier des marchands-banquiers. En 1520-1522, sur cinq quittances pour fonds reçus de Thomas Bohier par divers comptables, une seule correspond apparemment à un véritable prêt de Bohier. Dans les quatre autres cas, il figure comme intermédiaire - et comme garant - entre le souverain et les marchands-banquiers261. Un tel document concernant son frère Henri serait sans doute riche d’enseignement. Cependant Thomas en 1523-1524 fournit encore 22 000 lt.262.

  • 263 4 000 lt. en 1528 : A.N. KK 352 fos 35 et 36 v° ; 1 500 écus en 1532 : C.A.F., t. II n° 4552. Il a (...)
  • 264 A.N. Zla 66 f° 276 et 332.
  • 265 C.A.F., t. VIII n° 29799 (janvier 1538 sd) et t. IV n° 14204 (10-11-1544).

86A partir du milieu des années vingt, la place des généraux comme prêteurs est en chute libre, à l’image de celle des marchands-banquiers, ce qui souligne les liens tissés alors entre les deux groupes. Un personnage aussi important que Jehan de Poncher, qui succède à Henri Bohier en Languedoc de 1522 à 1535, ne figure plus guère qu’au titre d’emprunts forcés qui concernent tout le niveau supérieur de l’appareil d’État263. Seule fait exception la fourniture en 1531 de 2 875 lt. à Jehan Testu, « contemplatione dud Testu recepveur général de Languedoc et pour employer au faict de sa descharge »264. De Pierre Secondât, général de Guyenne à partir de 1532, on ne connaît qu’un seul prêt de 2 000 lt. en 1537. De Louis Preudhomme, général de Normandie depuis 1542, un seul aussi, de 3 000 lt., en 1544265. Antoine Bohier de Saint-Cirgues, fils du prestigieux Thomas et général de Languedoïl de 1529 à 1543, ne fait aucune avance. Il en va de même pour son cousin Antoine Bohier de la Chesnaye (fils d’Henri), qui lui succède en Languedoïl, du moins pour ce qui concerne le règne de François Ier. Au moment où se produit le grand retour des marchands-banquiers, c’est-à-dire dans les années quarante, l’absence des généraux se confirme. Leur recul prend alors tout son sens.

  • 266 Babou devait prêter 10 000 écus, du moins Duprat l’espérait-il le 17 mars, mais une partie de la so (...)
  • 267 Doucet, État général, p. 94 et 99 ; A.N. KK 352 f° 35 v°, 36, 37 v° et 38 ; B.N. P.O. 160 (Babou) n (...)

87Les quatre trésoriers de France, qui composent le deuxième sous-ensemble, ont un rôle en matière de crédit au roi bien supérieur à ce que pourraient laisser supposer leurs offices. Comme responsables du domaine en effet, ils ne contribuent que de façon réduite aux recettes de la monarchie. Or ce sont des prêteurs notables. Philibert Babou, trésorier de France en Languedoïl à partir de 1521, en fournit un bon exemple. Il est certes trésorier de l’Épargne de 1523 à 1525, mais durant cette période, aucun prêt n’est mentionné à ce titre. On en trouve en revanche dès 1521 (28 750 lt.), en 1523 en tant que trésorier de France (sans doute 7 500 lt.), en 1527 (1 000 écus), 1528 (8 000 lt.), 1529 (4 000 lt.), 1530 (20 252 lt.266) et 1531 (6 450 lt.), en 1537 enfin (1 125 lt.)267. En fait, l’importance de sa contribution tient avant tout à sa situation de proche du pouvoir. Mais il serait un peu abusif de vouloir l’intégrer dans le groupe dirigeant. On retrouve le même profil avec Nicolas de Neufville, trésorier de France en Outre-Seine (1525-1532) ou avec son successeur Jehan Grolier, sans parler des Robertet en Normandie ou de Jehan Cottereau en Languedoc.

  • 268 1 000 écus en 1527 : B.N. Dupuy 645, f° 199, n° 39 (même remarque que ci-dessus) ; 4 000 lt. en 152 (...)

88A l’inverse, les nouveaux trésoriers n’ont qu’une place réduite au sein des prêteurs. Avec Babou, dont on vient d’évoquer le passage à l’Épargne vierge de tout crédit, le personnage le plus important est son successeur, Guillaume Preudhomme, à la tête de ce service pendant quinze ans. Au cours de cette période, l’ensemble de ses avances cumulées se monte à 54 500 ou 60 500 lt.268. C’est beaucoup et peu à la fois. C’est beaucoup par rapport aux autres officiers de finance à la même époque. Mais c’est peu aussi car Preudhomme brasse des sommes énormes, et son rôle de prêteur n’est pas à la mesure de son rôle de comptable. D’autant qu’il est aussi parallèlement général de Normandie. Attitude prudente voire timorée d’un individu spécifique ? C’est bien improbable car son prédécesseur tout comme son successeur et gendre prêtent encore moins… puisqu’ils ne prêtent pas du tout. Deux raisons peuvent expliquer ce phénomène. D’une part la charge de comptable est écrasante et ne permet pas d’être à la fois principal trésorier et nouveau Semblançay. D’autre part les avances aux caisses royales se font peut-être, de façon bien plus discrète, dans le cours même des opérations comptables de l’Épargne, sans laisser guère de traces.

b. Les prêts d’entrée en charge

  • 269 Sur le prêt comme étape de la vénalité publique, voir Descimon, Parlement de Paris, p. 147-161. Voi (...)
  • 270 A.N. M.C. XIX 86 (12, 14 et 20-4-1543).
  • 271 Barrillon, Journal, t. II p. 312. A titre d’illustration, les prêts en 1519 de Pierre Cyret à Borde (...)
  • 272 C.A.F., t. IV n° 12333. Autre cas original (le seul retrouvé dans le C.A.F.), celui du prêt de 200 (...)

89D’une nature très différente sont les avances demandées par le roi pour l’octroi d’un office. Sous François Ier, le système bat son plein269. Il concerne au premier chef les charges de judicature, en particulier, mais pas uniquement celles qui sont créées par le roi. Y a-t-il par ailleurs des ventes pures et simples ? Une transaction portant sur trois offices de nouvelle création de conseillers au Parlement, un pour Grenoble et deux pour Dijon, en avril 1543, ne fait aucune allusion à des prêts et pourrait ainsi le laisser croire. Pourtant, selon toute vraisemblance, il s’agit ici sinon d’un oubli, du moins d’un non-dit, car le prêt figure en toutes lettres dans un autre acte du même type passé quelques jours plus tard270. Les offices concernés ne sont donc pas seulement parisiens : le phénomène se retrouve dans tous les Parlements et ce dès le début du règne. C’est d’ailleurs de province que part le mouvement. Défendant en 1521 le projet de création d’une troisième chambre des Enquêtes à Paris, le chancelier rappelle que le roi « a multiplié le nombre des conseillers à ses parlemens de Tholose, Rouen, Bourdeaux et Grenoble, dont se sont bien trouvez »271. Aux augustes Sénats s’ajoutent d’autres cours de justice (Cour des aides de Paris ou de Rouen, Grand Conseil, tribunal des eaux et forêts…) ou des officiers isolés (lieutenant général du bailliage de Chartres, lieutenant du bailliage de Meaux, lieutenant criminel d’Angers). Le plus petit personnage que mentionne le Catalogue des Actes de François Ier est Simon Chollet, conseiller de la sénéchaussée d’Angoumois, qui, par l’intermédiaire de Guillaume Gellinard, secrétaire du comte de Buzançais, prête 522 l. 5 st pour être pourvu272.

  • 273 Une seule exception repérée : Louis Chabannier pourvu en mai 1544 moyennant 3 375 lt. : C.A.F., t.  (...)
  • 274 2 500 écus : Gabriel Damours et Françoys Rabot ; 3 000 écus : Nicolas Compaing et Jehan Scoriol : A (...)
  • 275 C.A.F., t. VII n° 24352 et t. VIII n° 29501.
  • 276 Sources : C.A.F., t. III n° 10374, t. IV nos 13175 el 13563, t. VI nos 22569, 22572-22580, 22584-22 (...)

90Le montant requis pour un conseiller au Parlement de Paris se stabilise dès 1522 à 3 000 écus273. Mais, dans d’autres instances, les données sont plus disparates. Au Grand Conseil, dans les années 1540, certains avancent 2 500 écus, d’autres 3000274. Au Parlement de Provence, François de Gênas fournit 1 000 lt. en octobre 1537 et Nicolas Fabri 2 000 lt. à la même époque275. Une mise au point rapide sur les conseillers au Parlement de Rouen permet de prendre conscience de l’ampleur des variations, dont la signification ne pourra apparaître clairement qu’après des études plus fouillées. Qu’en est-il en effet du « marché » des offices à cette date ? Que signifie-t-il pour les prêts ? Contentons-nous, pour l’heure, d’enregistrer le phénomène, qui contraste avec la fixation plus claire des « tarifs » parisiens276 :

  • 1519 : Hugues Le Loyer : 4 000 lt.

  • 1520 : Robert de la Masure : 4 000 lt.

  • 1537 : Guillaume Aubert : 6 000 lt.

  • 1537 : Nicolas Harnoys : 2 000 lt.

  • 1543 : Louis Bonenfant (clerc) : 6 750 lt.

  • 1543 : Claude Jubert : 4 500 lt.

  • 1543 : 15 consers clercs et lais : 4 500 lt.

  • 1544 : Nicolas Blancbaston : 4 500 lt.

  • 277 Sur la différence classique de prix entre les deux types d’offices, voir Descimon, Parlement de Par (...)

91Le montant élevé du prêt de Louis Bonenfant est particulièrement étonnant. En effet il est généralement admis que les offices de conseiller-clerc faisaient l’objet d’une moindre demande, ce qui entraînait pour eux une avance plus réduite277.

  • 278 A.N. M.C. XIX 163 (8-6 et 12-7-1543).

92Les prêts ne sont pas toujours effectivement fournis au moment de l’entrée en charge. Dans les années 1540, on trouve au Minutier Central de nombreuses mentions de quittances de versement passées par Jehan Laguette, trésorier des finances extraordinaires et Parties casuelles, qui servent à permettre la provision. Mais elles sont associées à des reconnaissances de dettes à Laguette de la part des officiers concernés. Cela vaut parfois des déboires à l’obligeant trésorier. Durant l’été de 1543, il cherche à se faire payer par Mathieu de Masparault, qui a été pourvu comme conseiller au Parlement de Bordeaux le 11 avril précédent, après que Laguette eut confessé avoir reçu 2 000 écus de prêt, et qu’il faut désormais contraindre au versement « comme pour les deniers du Roy » ou par « autres voies deues et raisonnables »278.

  • 279 Estienne Lapite en 1537, Nicolas de Saimbault en 1539 et Nicolas Hardy en 1540 : A.N. M.C. XIX 154 (...)
  • 280 A.N. M.C. XIX 151 (20,21 et 22-1-1539) : Boullenc a touché 2 500 lt. ; XIX 147 (28-1-1536) : Le Ber (...)
  • 281 Ibid, XIX 76 (2-1-1536) et 78 (20-12-1536).
  • 282 Coyecque, Recueil, n° s 2986 et 2987 (20-10-1543).

93Une fois le nouveau pourvu en règle, il ne lui reste plus qu’à se faire rembourser. En effet, malgré ce qu’on écrit encore parfois, il est sûr qu’il ne s’agit pas simplement d’achats déguisés. Le principe du remboursement est rappelé fréquemment. Dans le Catalogue des Actes, ce sont le plus souvent des mandements de remboursement qui permettent de repérer les transactions. Des démarches ont effectivement lieu pour récupérer l’argent, ce qui serait absurde si tout le monde était d’accord pour faire « comme si » il s’agissait d’une vente déguisée. Eustache Chambon, pourvu conseiller au Parlement de Paris et assigné le 19 juin 1537 sur le receveur des exploits et amendes de la Cour comme la plupart de ses confrères, importune successivement trois titulaires de l’office pour obtenir ce qui lui est dû279. Ces efforts répétés soulignent la difficulté de la tâche. Mais on peut citer des exemples de remboursement pour plusieurs conseillers au Parlement de Paris : au moins partiel pour Jacques Boullenc et Nicole Le Berruyer280, total pour Guillaume Alart281. La créance impayée suit l’office. Lorsque Jean de Bonnefoy transporte une charge de conseiller lai (au Parlement de Toulouse semble-t-il) à Jean Robert pour son fils Pierre, les 2 000 écus dus par le roi sont réglés par l’acheteur qui doit à son tour tenter d’en obtenir remboursement282.

c. Les mesures d’ensemble

  • 283 B.N. fr 5500 f° 33 (sans date).
  • 284 C.A.F., t. IV n° 13798 (20-4-1544).
  • 285 A.N. KK 352 fos 36, 36 v° et 38 v° ; f°s 37 et 38 v°.
  • 286 B.N. Dupuy 645 f° 199. Essentiellement des présidents de tribunaux parisiens (Picot, Guillart, Le V (...)

94Lato sensu, l’achat d’un office peut être assimilé à une opération de crédit, le prix de la charge, prêté ou cédé, correspondant au capital dont les gages seraient les intérêts. 11 s’agirait d’un type de « rente sur l’Etat » un peu analogue aux rentes sur l’Hôtel de Ville. Mais cet aspect, au demeurant contestable étant donnée la différence concrète que représente l’exercice d’un office avec le simple statut de rentier, ne nous retiendra pas ici. Seuls vont être évoqués les prêts pesant sur les officiers déjà en charge. Ces derniers sont une cible toute désignée pour des emprunts forcés. Sous Louis XII, le général de Normandie Thomas Bohier est chargé dans sa circonscription de faire contribuer les « receveurs, grenetiers et autres ayant charge et administration de noz deniers et finances ». Ceux-ci sont taxés en tant qu’officiers astreints à une forme pécuniaire de service du roi, mais aussi en tant que manieurs d’argent et que personnes aisées « pour faire led prest jusques à telles parties qu’ilz pourront raisonnablement porter au regard de leurs facultez et richesses et à la valleur de leursd. receptes »283. A la fin du règne de François Ier, une commission est mise sur pied dans la province pour « solliciter » des receveurs ordinaires un prêt de 6 000 lt.284. Les cours de justice ne sont pas épargnées : Chambres des comptes et Cour des monnaies ont leur place dans les emprunts de 1528, respectivement pour 20 000 et 1 600 lt.285. A titre individuel, de nombreux magistrats figurent parmi les prêteurs d’une longue liste d’août 1527286.

  • 287 B.N. fr 20616 f° 60 ; A.N. KK 289 f° 6 v° (80 lt. sur les élus de Blois), 17 v° (80 lt. sur les élu (...)
  • 288 En 1544, les trésoriers de France sont chargés de lever des emprunts sur les receveurs ordinaires d (...)
  • 289 C.A.F.. t. I n° 963.
  • 290 Spont, Semblançay, p. 184 note 6.
  • 291 A.N. M.C. XIX 199 (29-11-1555) ; PP 99 p. 102.
  • 292 Voir Bien, Offices, passim.

95La procédure retenue par la monarchie est très fréquemment celle de l’emprunt sur gages. En 1517-1518 ce sont les officiers de finance qui sont touchés287. Du moins ceux-ci, les comptables en particulier, ont-ils souvent l’autorisation de se rembourser sur les deniers de leur charge288. Mais ils ne sont pas seuls en cause. En 1519, le Parlement de Toulouse fournit 2 000 lt.289 ; en 1544 les conseillers au Grand Conseil laissent provisoirement au roi un quart de leurs gages, soit 125 lt., somme qu’ils recouvrent en 1546. Les officiers de l’artillerie, dont les gages avaient été retranchés en 1521, en récupèrent au moins une partie l’année suivante290. Un acte concernant la gestion de Jehan Laguette, trésorier des finances extraordinaires et Parties casuelles depuis 1532, fait allusion à un « emprunt des deux escuz faict sur les gens de robbe longue ». Il recoupe la mention d’un compte des deux écus levés sur les gens de justice en Guyenne en 1544 par Laurent Le Blanc. Mais aucun des deux documents ne permet d’affirmer si l’emprunt porte ou non sur les gages291. Quelle que soit la procédure retenue, il est sûr que la monarchie préfère recourir aux divers corps et compagnies pour négocier comme pour faire rentrer les fonds292.

3. Le clergé

  • 293 B.N. fr 2940 f° 71 v° fait allusion à l’emprunt « de messieurs les prélatz ». Une version du texte (...)
  • 294 C.A.F., t. IV n° 12536.
  • 295 A.N. M.C. XIX 151 (25-1-1539). Le rôle de la province de Toulouse conservé en A.N. J 939 n° 26 port (...)
  • 296 A.N. J 966, 18/3. Le chapitre Notre-Dame de Rouen, requis de fournir 2 000 écus, n’en prête que 1 5 (...)
  • 297 A.N. J 967, 87/8 et 9.
  • 298 Quelques exemples isolés : Jacques de Silly, évêque de Sées, fournit 1 450 écus le 24 août, l’abbé (...)
  • 299 C.A.F., t. IV n° 12835 (13-12-1542).
  • 300 A.N. J 939 n° 26.
  • 301 A.N. J 968, 15/2. En 1521, lors d’un précédent emprunt général, l’abbé avait dû verser 100 lt. seul (...)
  • 302 C.A.F., t. VI n° 22143 (15-4-1541).

96L’utilisation des groupes constitués se retrouve dans le cas des emprunts sur le clergé. François Ier a fréquemment recours à cette pratique traditionnelle. La première trace sérieusement documentée correspond aux difficultés financières de l’été 152 1293. En 1542 encore, alors que la guerre reprend, un emprunt en cours de levée dans le diocèse d’Auch est remplacé par un don gratuit294. L’emprunt général de 1538, bien connu, peut servir de guide. Un « roolle des prestz » est signé par le roi à Montbrison le 25 mars295. Le commissaire chargé de récolter l’argent en Normandie reçoit 6 600 écus avant le 24 mai296. A Lyon, Martin de Troyes, qui gère la recette de Languedoc, envoie 55 000 lt. au trésorier de l’Épargne le 11 juillet. Il annonce le 14 l’arrivée dans la capitale des Gaules d’un clerc du commissaire aux emprunts d’Outre-Seine, Imbert de Saveuze, qui transporte 8 000 écus, plus « ung royal, quatre lions et ung demy impérial ». De Troyes fait aussi partir cet argent vers le Sud où réside alors la cour. « Il y a encores es mains du clerc [de Saveuze] environ II m livres en testons qui sont cours, qu’il a faillu prendre »297. Si des fonds rentrent donc, une partie seulement gagne rapidement les caisses de la monarchie298. Dans le diocèse d’Angers, les commissaires aux emprunts de 1538 sont toujours en activité à la fin de 1542299. En fait les demandes royales telles qu’elles figuraient sur le rôle de taxes du 25 mars 1538 ne sont pas complètement respectées. En Languedoc, le diocèse de Saint-Papoul, taxé à 900 écus, n’en verse que 450, et encore après saisie sur un des bénêficiers ; le diocèse de Montauban, qui devait fournir 3 000 écus, n’en délivre que 1 500300. Y a-t-il en fait une réduction générale de moitié ? D’autres exemples le laissent penser. L’abbaye Saint-Georges-du-Boys, taxée à 200 écus « que est ce que lad. abbaye peut valoir ceste présente anée que toutes denrées sont à vil pris » voit son fardeau réduit à 100 écus par le commissaire aux emprunts dès le mois de juin 1538301. En revanche, le chapitre cathédral de Paris doit attendre 1541 pour obtenir que sa quote-part passe de 4 000 à 2 000 écus302.

  • 303 Exemptions pour Jean de Lorraine ou Jean du Bellay : C.A.F., t. IV n° 11257 (30-10-1539) et n° 1130 (...)

97Certains bénéficiers sont parvenus à un résultat encore plus favorable : l’exemption pure et simple. Le souverain lui-même se laisse circonvenir par ceux qui en ont les moyens. Les cardinaux figurent en première ligne des dégrevés303. Les commissaires aux emprunts, qui connaissent les mœurs en ce domaine, prennent parfois les devants. Fabri, qui officie en Languedoc, écrit au chancelier du Bourg :

  • 304 A.N. J 968, 51/4 [10-5-(1538)].

« Pareillement, monseigneur, sera vostre plaisir me mander ce qu’il vous plaist que je fasse touchant l’évesché de Rieulx de monseigneur vostre fils taxée aud. roolle à XV c escuz et de la prévosté de Tholoze qu’est à monseigneur le cardinal de Tournon taxée à VII c escuz à quoy n’ay voulu toucher, pensant asseureement que le Roy vous a exemptez »304.

98Dupré, en Normandie, observe au même moment les ravages de la résistance passive sur fond d’espoir de remise : l’abbé de Saint-Martin de Pontoise est

  • 305 A.N. J 966, 18/1.

« au commencement de bon vouloir après avoir entendu les urgens affaires du Roy, mays tost après le trouve changé de ce bon vouloir, dyverty comme j’estime par gens qui luy donnèrent à entendre que facilement il obtiendroit du Roy lettres d’exemption qui est la monnoye en quoy luy et les aultres prélatz nous veullent payer […] ; si ceste fenestre est ouverte, chacun regardera par là à se saulver comme scavez et entendez trop myeulx »305.

  • 306 O.R.F., t. IX p. 62 (n° 841). Voir là-dessus C.A.F., t. III nos 10215, 10206-10207 et A.N. J 966, 1 (...)
  • 307 A.N. J 966, 18/2 (13-5-1538).
  • 308 Allusion dans un acte du 17 mars : C.A.F., t. VI n° 22535. Voir un exemple concernant l’abbé de la (...)

99Les emprunts royaux obligent en fait à aliéner une partie du patrimoine du clergé. En février 1538, François Ier permet aux prélats de procéder à des coupes de bois dans leurs bénéfices, à condition de remettre au responsable de l’Extraordinaire des guerres deux tiers du produit de ces coupes, pour les fortifications, à titre de prêt306. Parfois on assiste à de véritables détournements d’affectation : l’abbé de Bernay-en-Auge, François Bohier, par ailleurs évêque de Saint-Malo, a obtenu du roi le 25 février 1535 la permission de vendre jusqu’à 3 000 lt. des bois de l’abbaye pour y procéder à des réparations. Sur cet argent qu’il n’a pas encore reçu en mai 1538, Bohier offre 600 écus au roi à titre de prêt307. En 1543 de nouveau, François Ier autorise la vente des bois de haute futaie308. Certaines avances se font donc selon des modalités très spécifiques.

  • 309 Spont, Semblançay, p. 190 notes 1 et 2. La décision est bien du 3 et non du 13 comme l’écrit par er (...)
  • 310 Sur la valeur de la grille, voir deux chiffres contradictoires dans Chevalier, Tours, p. 271 note 1 (...)
  • 311 Voir Tarbé, Trésors, p. 294-298.
  • 312 Bourgeois de Paris, Journal, p. 164. Pourquoi l’argent, intéressant à Tours, ne l’est-il pas à Laon (...)
  • 313 B.N. fr 14368 f° 75 v°. Le document n’est pas daté mais l’argent doit être remis à Pierre d’Apestég (...)

100Il en va de même lors de la célèbre saisie des trésors de l’Église en 1522. En fait les trésors, suivant une décision du 3 juin, sont empruntés à hauteur de 240 000 lt.. En guise de sûreté et en vue d’un futur remboursement, le clergé reçoit une somme équivalente sur les domaines, aides et gabelles de Languedoc et d’Outre-Seine309. Par rapport à l’aliénation, la saisie des trésors offre évidemment l’avantage de la rapidité. Mais ce qui a choqué les contemporains, en particulier pour la grille d’argent massif de la chasse de Saint-Martin de Tours, c’est le recours à la violence, au mois d’août, pour obtenir des objets sacrés. L’argent de la grille, une fois fondu, rapporte 60 800 lt. qui servent pour l’Extraordinaire d’Ecosse310. L’affaire ne tourne cependant pas partout au drame : pour ce qu’on en sait, les choses se sont passées calmement à Reims311. A Laon, « le Roy envoya quérir troys ou quatre appostres d’or qui estoient en relicque en l’esglise épiscopale » et qui valaient 4 000 écus. Il y en a douze en tout, évidemment, mais, poursuit le Bourgeois de Paris, « les aultres n’estoient que d’argent, parquoy furent délaissez »312. L’emprunt des trésors se renouvelle ensuite. Mesure isolée ou trace unique d’une décision plus générale, le trésor de l’abbaye Saint-Chef-de-Viennois est prélevé entre 1524 et 1531, « à charge de bailler bonne seureté aux religieux, abbé et couvent de lad. abbaye de leur faire rendre et restituer lad. somme sitost que serons hors desd. affaires »313.

  • 314 Deux listes de prêts sollicités : B. N. Dupuy 645 f° 199 pour 1527 et fr 3122 f° 118 pour 1531. Pou (...)
  • 315 Le chancelier Duprat, archevêque de Sens, en raison de sa position particulière, n’est pas retenu i (...)
  • 316 Cinq cités trois fois (Foucault de Bonneval, Georges d’Amboise, François de Rohan, François de Ponc (...)
  • 317 Les cinq archevêchés absents, tous méridionaux, sont Auch (François-Guillaume de Castelnau), Arles (...)
  • 318 De par les limites des sources, il est parfois difficile de trancher sur le statut des prêts. Pour (...)

101Restent les emprunts demandés à certains membres du clergé, en particulier à une partie des évêques. On dispose pour la période 1527-1531 de trois listes où figurent des dignitaires de l’Eglise314. Ils sont dix-huit en 1527, neuf en 1528 et quinze en 1531, soit quarante-deux prêts sollicités ou obtenus315. Vingt-quatre prélats seulement sont mentionnés, ce qui ne représente qu’une minorité du corps episcopal316. L’important semble plus l’individu que le siège occupé, ce que souligne l’exemple de Foucault de Bonneval : sollicité en 1527 et 1528 comme évêque de Soissons, il l’est de nouveau en 1531 alors qu’il est passé sur le siège de Bazas, en attendant celui de Périgueux. Il faudrait connaître de façon détaillée l’épiscopat pour déterminer pourquoi le roi sollicite l’un plutôt que l’autre. Plusieurs remarques s’imposent néanmoins : la sur-représentation des archevêques (huit sur quatorze sans compter Duprat, cas particulier317), l’absence d’Italiens, le poids des proches du pouvoir, cardinaux présents ou à venir (Tournon, Longueville, Givry, Le Veneur), et familles bien en cour et bien insérées dans l’administration du royaume (La Barre, Gouffier, Briçonnet, Filhol, Dinteville)318. Mais en ce domaine, il serait aisé de jouer au petit jeu des absents, de Jean du Bellay à Georges d’Armagnac, de Gabriel de Gramont à Jean de Lorraine. Un critère prosaïque pourrait peut-être résoudre l’énigme : le roi sollicite… ceux qu’il peut solliciter, c’est-à-dire ceux qui sont proches de lui au moment où l’argent est nécessaire ou ceux qui disposent alors de liquidités mobilisables, les deux éléments n’étant pas contradictoires. Mais, dans le détail, la chose ne serait pas aisée à prouver.

4. Les villes

a. Les emprunts traditionnels

  • 319 C.A.F., t. V n° 17915 (26-11-1524). Leur remboursement est assigné sur le receveur des aides et tai (...)
  • 320 B.N. fr 11969 f° 369-369 v°. Ils cherchent à en obtenir le remboursement en 1561, réclamant le capi (...)
  • 321 Spont, Semblançay, p. 119 note 3 : il fait référence à Poitiers, Rouen, Troyes et Reims. Deux allus (...)
  • 322 Selon Clamageran, Impôts, t. II p. 113, l’emprunt rapporte 1 185 221 lt. cette année-là.
  • 323 Alors que les rentrées sont en cours, le lancement de l’imposition sur les hommes de pied vient mod (...)
  • 324 Dès janvier, le Conseil prévoit que les villes de Paris, Lyon, Rouen « et simile terre grosse » prê (...)

102Les villes de la Renaissance, qui ne sont pas encore les cités financièrement ruinées du temps des guerres de Religion, constituent des corps permettant au roi de trouver du crédit. Ici encore, avances ponctuelles et prélèvements généraux peuvent être distingués. Ponctuelles sont ainsi les 5 901 lt. fournies par les échevins et habitants de Villefranche-sur-Saône « et autres personnes » pour une levée de lansquenets319. Ponctuelles encore les quelques 25 000 lt. que les Avignonnais, en mai 1544, mettent à la disposition de la marine320. Mais on peut repérer un certain nombre d’emprunts levés sur de nombreuses cités, et retrouver ici la chronologie habituelle des périodes de difficultés : 1515321, 1523322, 1536-1537323, 1542324 et peut-être 1544. L’exemple de Lyon illustre ces étapes :

  • 1515 : 6 000 lt. (C.A.F., t. I, n° 386). 1523 : 20 000 lt. (Ibid., n° 1913 et 1917).

    • 325 Il s’agit peut-être d’une partie des 50 000 lt. que la ville devait fournir à la Toussaint comme av (...)

    1536 : 6 000 écus (A.N. J 965, 7/45)325.

  • 1537 : 50 000 lt. (C.A.F., t. VIII, n° 29831) dont 40 000 lt. en août (A.N. J 967, 8/6).

  • 1542 : 60 000 lt. (François, Tournon, p. 192).

    • 326 Pour une chronologie légèrement différente, voir les prêts demandés à Amiens dans Potter, Picardy, (...)

    1544 : 20 000 lt. à rembourser à partir d’un impôt sur les draps (C.A.F., t. VII n° 22876) + 60 000 lt. (Ibid., t. IV, n° 13854) ou 66 000 lt. (C.A.H., t. II, n° 2251) à récupérer grâce à un octroi sur le bétail à pied fourché326.

  • 327 A Rouen, le roi mobilise le lieutenant général de Normandie, l’archevêque, le premier président du (...)
  • 328 Tournon qui, en juillet 1537, vient de recevoir une telle commission souhaite qu’elle soit adressée (...)
  • 329 C.A.F., t. III, nos 8639 et 8689.
  • 330 Ibid., t. I n° 1913 ; A.N. M.C. LXXXVI 99 (I.A.D. Bohier, 23-3-1566) n° 727.

103Selon la taille des cités, la monarchie use d’approches différentes. Pour les grands centres, elle délègue des commissaires chargés de négocier ou d’imposer la demande royale, et qui peuvent dans certains cas servir de répondants et de garants327. Pour les villes de moindre importance, le souverain se contente le plus souvent d’envoyer une missive. Dans ce cas, on peut supposer que les officiers locaux sont tenus de surveiller la procédure. Les commissions d’emprunts « officielles » permettent aux agents de la monarchie d’user de « rigueur et force », alors que les avances faites à leur simple initiative se font forcément à l’amiable. C’est donc pour eux une arme supplémentaire dans leurs négociations, mais cela biaise aussi leurs relations avec les éventuels créanciers et peut nuire à la confiance328. Il est vrai que la procédure de l’emprunt forcé s’en soucie peu. La marge de manœuvre des villes n’est malgré tout pas totalement nulle. L’inertie est la première arme. Quelle ironie de voir Dijon, qui dispose depuis le 14 septembre 1536 d’un mandement de remboursement pour 3 000 lt. prêtées pour les guerres, rappelée à l’ordre le 8 novembre… pour n’avoir pas encore versé l’argent329 ! Les cités tentent aussi d’arracher des contreparties à leurs avances : Lyon parvient en 1523 à coupler son prêt avec un don royal. Quant aux Tourangeaux, vers 1537, ils obtiennent « de demourer quites des emprunts pour ceste foys en payant 3 000 lt. contant »330.

  • 331 Bouchet, Annales, p. 550. On en a trace pour Paris [C.A.F., t. IV n° 14048 ; B.N. fr 26129 n° 2353  (...)
  • 332 C.A.F., t. VIII n° 29413, 29503, 30177, 30237, 30465, 31348 et 31573. Voir aussi les prêts normands (...)
  • 333 A.N. J 966, 8/1.
  • 334 Bourgeois de Paris, Journal, p. 135.
  • 335 Par exemple le prêt de 800 lt. de Jehan Guennelon, bourgeois d’Abbeville : Thierry (Augustin), Recu (...)

104En 1544, Jean Bouchet évoque « quelques emprunts particuliers sur les gens aisez à ce faire »331. La distinction entre ce type d’opération et les emprunts sur les villes est délicate, et parfois même elle n’a pas grand sens. Ainsi en mars 1537, l’emprunt systématique sur les Parisiens, connu par des remboursements, est-il un indissociable mélange des genres332. Rares sont les documents parfaitement explicites sur ce sujet. Voici pourtant le commissaire Bouchard qui évoque en 1537-1538 le cas d’« un médecin d’Aulvergne nommé de Combetes » sur lequel il veut, après enquête, lever un emprunt particulier de 200 écus « heu esgard à sa faculté et aussi à ses charges ». Il précise ensuite que de Combetes a déjà été taxé à 40 lt. pour les emprunts généraux de la ville de Saintes et qu’il a payé son dû333. On remarque au passage que le premier emprunt mentionné est onze fois plus lourd que le second. Les « bien aisez en la jugerie de Albigeois » taxés en 1521 le sont à des taux plus faibles. Pour 139 cotes, la somme à prélever n’est que de 2 217 lt., soit une cote moyenne de 16 lt.. A Paris en revanche, à la même époque, les niveaux requis sont extrêmement élevés si l’on en croit le Bourgeois de Paris : « Après furent mis les gros emprunctz particulliers sur les manants et habitans de la ville de Paris, tellement qu’on demandoit aux uns mille escuz, aux aultres huit cens, quatre cens, cinq cens escus, et plus ou moins, à les rendre »334. En définitive, rares sont les bourgeois des villes pour lesquels l’emprunt apparaisse comme une mesure isolée335.

  • 336 Voir nombreux exemples in C.A.F., t. IV n° 12624-25 (Poitou, Angoumois, Saintonge et La Rochelle), (...)
  • 337 A.D. Loire-Atlantique, B 52 f° 258 v°. Voir les réclamations de Saint-Malo au sujet de deux emprunt (...)
  • 338 Classement sommaire des 351 Parisiens touchés dans Coyecque, Emprunt forcé, p. 24. Parmi eux cent m (...)
  • 339 C.A.F., t. IV n° 12629 (10-7-1542).
  • 340 Ibid., n° 12636 (19-7-1542). Dès le 29 juillet, la quote-part de la ville de Dijon est réduite à 25 (...)
  • 341 A.N. M.C. III 28 (5 et 6-10-1543). Les deux communautés ont fait appel de leur « cotisation », les (...)

105Emprunts sur les aisés et sur les cités, ces deux volets s’intègrent parfois dans des levées de plus grande ampleur. Cela est particulièrement net pour 1542 où le prélèvement se fait à l’échelle de la province, du bailliage ou de la sénéchaussée336. Cette année-là, le roi a « requis et demandé à touz [ses] subiectz qu’ilz voulsissent subvenir par forme de prest » aux charges du royaume. En Bretagne, le montant des « prêts » a été fixé à 40 000 écus. Devant les réticences qui se manifestent, le roi écrit à la Chambre des comptes du duché en octobre 1543 : « Si […] vous congnoessez qu’il y ayt aucunes gens riches comme dessus qui ont reffuzé de nous subvenir […], vous les ferez adjourner à comparoir personnellement par davant vous pour savoir et entendre ce qui les meult d’estre si contumax et désobéissans »337. Les « aisés » sont donc évidemment les premiers concernés par cette avance reposant en priorité sur les riches urbains338. La lettre destinée au Languedoc est claire sur ce point : les 140 000 écus d’emprunt sur la province sont à lever sur les habitants les plus riches et les plus aisés de Toulouse, Montauban, Albi, Cahors, Le Puy et autres villes339. En Bourgogne, on parle des villes et communautés : sur les 100 000 écus prévus, Dijon en porte 25 000 à elle seule340. En fait, la prudence s’impose car, quand des sources complémentaires sont disponibles, elles font apparaître parfois un déplacement du fardeau. Un acte du 5 octobre 1543 mentionne ainsi « l’emprunt faict par le Roy nostre sgr sur la ville de Chartres ». Or on constate en fait que celui-ci pèse sur l’ensemble du bailliage. De petits centres, ici Brezolles et Châteauneuf-en-Thimerais, sont « cotisez » à cet emprunt341. A défaut d’une étude détaillée, on a le sentiment que les procédures retenues peuvent varier d’un secteur à l’autre. Mais le gros de l’effort pèse malgré tout sur les villes.

b. Les rentes sur l’Hôtel de Ville

  • 342 Voir la remarque d’Ehrenberg, Fugger, p. 15 : « Aucun prince, en fait, n’avait la possibilité de co (...)
  • 343 Que c’est la ville et non le roi qui vend les rentes, de multiples exemples le montrent dans les ac (...)
  • 344 Relevons au sujet de cette première émission l’interprétation erronée de Boyer-Xambeu, Deleplace et (...)
  • 345 Cauwès, Rentes, p. 826 : 1522 : 200 000 lt. ; 1536 : 100 000 lt. ; 1537 : 200 000 lt. ; 1544 : 100  (...)
  • 346 R.D.B.V.P., t. IV, p. 431-432. Sur le rachat par lettres patentes du 27-9-1547, voir Cauwès, Rentes (...)
  • 347 Chiffre retenu par Schnapper, Rentes, p. 173. Pour 1547-1559, le capital des rentes atteint d’après (...)

106Dans le cas des rentes sur l’Hôtel de Ville de Paris, la capitale joue un rôle de relais institutionnel entre le roi et ses créanciers : la nécessité, là encore, d’un intermédiaire, illustre les limites du crédit royal342. Mais travailler avec ces notables fidèles est aussi pour les agents de la monarchie un procédé aisé et, pour l’heure, facile à maîtriser. Le souverain passe donc contrat avec le corps de ville et assigne un fonds pour le paiement des intérêts. La municipalité se charge ensuite d’écouler au détail les rentes aux éventuels acheteurs, pour un capital à hauteur des intérêts disponibles, fixés au denier 12 (8,33 %)343. Le dossier, bien connu, a été étudié par Cauwès à la fin du XIXe siècle, et partiellement repris par Schnapper. Tous deux insistent avec raison sur ie faible montant des émissions qui, à partir de 1522344, jalonnent le règne de François Ier. Cauwès aboutit à 935 000 lt.345. En fait, il est encore trop généreux car les rentes de 1545 et 1546 qu’il retient ont un statut différent : il s’agit de rentes émises par l’Hôtel de Ville et non de rentes sur l’Hôtel de Ville. Ces deux émissions ont pour but d’aider la capitale à rassembler les impositions que le roi lève sur elle ces années-là. Elles ne fournissent donc pas à la monarchie des ressources supplémentaires. On comprend alors parfaitement leur absence d’un état des rentes de 1556, qui mentionne uniquement les émissions de 1536, 1537 et 1544, celle de 1522 ayant été rachetée en 1547346. Il faut donc réduire à 725 000 lt. le capital récolté par la monarchie au cours du règne.347

  • 348 A.N. M.C. XIX 54 (4-12-1522). Même phénomène en 1544 avec la rente acquise le 2 avril par Anthoine (...)
  • 349 Ibid., XIX 59 (22-5-1526). Schnapper, Rentes, p. 163, cite un achat du 23 juin 1554, avec revente d (...)
  • 350 C’est l’opinion de Wolfe, Fiscal System, p. 92.

107Ces rentes circulent avec une grande aisance. Certains n’hésitent pas à s’en défaire fort peu de temps après les avoir acquises, et ce dès les débuts de la première émission. Loys Gayant, marchand drapier et bourgeois de Paris cède le 4 décembre 1522 à Morelet de Museau, général des finances, 50 lt. de rente achetées le 17 octobre348. En mai 1526, une rente de 100 lt. en est déjà à son troisième propriétaire : sire Guillaume Parent l’a acquise le premier avril 1523. Elle passe le 30 juin 1524 aux mains de Nicolas Le Coincte, général des monnaies. Ce dernier la vend enfin à Estienne Delange, marchand orfèvre et bourgeois de Paris349. Le Minutier Central abonde en de tels actes. Cette facilité à se débarrasser des rentes peut intriguer : pourquoi les céder si aisément, s’il s’agit d’un placement assez populaire en ses débuts350 ?

108Corollaire de cette interrogation : que font ces rentes dans un développement sur le marché contraint ? C’est tout simplement que les acheteurs, dès le départ, ont été fortement sollicités pour acquérir ces titres. Il semble bien qu’il n’y ait jamais eu d’enthousiasme à leur propos, pas même lors de leur création. Tel est du moins le témoignage des contemporains. Pour le Bourgeois de Paris, « fut forcée et contraincte la ville de bailler et fournir [au roi] jusques à la somme de cent mil escus d’or ». Nicolas Versoris va plus loin encore :

  • 351 Bourgeois de Paris, Journal, p. 165 ; Versoris, Livre de Raison, p. 119. Cela semble confirmé par l (...)

« Fust par led. Roy et son conseil trové manière de contraindre les bourgeois et habitans de Paris de acchepter rente au prix de douze pour un sur le revenu de la ville appartenant au Roy […] et ce pour le sort principal pour la somme de cent mil escuz souleil, combien que à ce eussent fort contredict et empesché oucuns desd. habitans, néanmoins, plus par crainte et timeur que par amicttié et libéralité fust fourny lad. somme, non sans grosses murmuracions faictez à rencontre du conseil du Roy »351.

  • 352 Sur cette somme accordée le 15 juillet, 29 706 lt. seulement seront rassemblées en 420 prêts : B.N. (...)
  • 353 Cauwès, Rentes, p. 116. La demande est formulée par le cardinal du Bellay le 20 août. On peut s’int (...)
  • 354 Cf A.N. M.C. VIII 282 (17 et 26-11-1536).
  • 355 A.N. J 967, 127 (12-3-1537).
  • 356 A.N. J 966, 4/2 (8-3-1537). Voir aussi J 966, 30/2.
  • 357 Cauwès, Rentes, p. 118. Le système de la « cotisation » pour les rentes sur l’Hôtel de Ville ne ser (...)

109En 1536, Cauwès le souligne, c’est une initiative royale et non une offre spontanée des Parisiens qui, un mois après une demande d’emprunt de 40 000 lt.352, est à l’origine de la seconde émission353. Une fois le processus enclenché, la monarchie use de forts mauvais procédés à l’égard des rentiers potentiels. Les fonds ont été versés à l’Épargne par la municipalité de la capitale entre le 12 août et le 9 novembre 1536. Le 26 novembre a lieu la vente des rentes354. Cependant, en mars de l’année suivante, les assignations des intérêts ne sont toujours pas effectives. Le prévôt des marchands écrit au chancelier « que encores ne sommes expédiés de la vériffication des lettres de ratiffication dud. seigneur pour lesd. cent mil livres, pour les délais et empeschemens qui nous ont esté donnez »355. Le cardinal du Bellay, qui a servi d’intermédiaire en cette affaire, voit dans ces atermoiements un moyen bien mesquin « pour desrober ung quartier ou deux ». Il constate « le grant malcontentement qui est icy […] et voy procéder de ceste faulte un merveilleux descouraigement envers ceulx qui ont monstre leur bonne voulenté »356. Aussi lorsque, quelques mois plus tard, en juin-juillet, il est question d’une nouvelle émission de 200 000 lt., rien d’étonnant à ce que la procédure retenue soit celle de l’emprunt forcé357.

110La taxe est source de bien des difficultés comme en témoigne la mésaventure du contrôleur général de l’artillerie Ambroise Le Moyne. Alors qu’il suit Montmorency à l’armée de Picardie, il est

  • 358 A.N. J 965, 9/33.

« adverty par son commis de Paris [sans doute Françoys Petit] comme après son partement à s’en venir au camp pour le service du Roy, Messieurs de Paris ont envoyé demander en sa maison la somme de six cens livres d’emprunctz et assis garnison de deux hacquebutiers en sa maison et si le menasse l’on de mectre ses biens sur le pavé et les vendre à l’enquain jusques il ait payé lad. somme »358.

  • 359 A l’appui de cette affirmation, la rapidité de la vitesse de souscription des émissions de 1553-155 (...)

111Aussi Montmorency prend-il la plume le 22 juillet, depuis le camp de « Hardivau » près de Doullens, pour intervenir en sa faveur auprès du chancelier. Bien des récriminations ont dû se produire mais Versoris ou le Bourgeois de Paris ne sont plus là pour s’en faire l’écho. L’émission de 1544 se produit-elle dans une ambiance plus favorable ? Le contexte de guerre et d’invasion rend sceptique, mais peut-être les rentes sont-elles prises dans le regain du marché du crédit qui se manifeste alors chez les marchands-banquiers. En l’absence de renseignements précis, cela reste une hypothèse359.

  • 360 A.N. J 968, 44/2.
  • 361 Ibid., 53 [16-2-(1538 ?)].
  • 362 Voir C.A.F., t. IV n° 13832-33, 13874 et 13921.

112En 1537, Paris n’est pas la seule ville sollicitée. En mai les Orléanais fournissent à un clerc de l’Extraordinaire des guerres « les vingt quatre mil livres tournoys qui avoient esté accordez par lesd habitans […] pour l’engagement de deux mil livres tournois de rente »360. Une lettre de Troyes confirme qu’on a affaire ici au même procédé que dans la capitale : la municipalité évoque l’obligation d’acheter des rentes « selon la forme qui a esté observée en pareil cas en la ville de Paris ». A deux membres de l’échevinage venus quêter des informations, le chancelier précise qu’il entend « que les gens d’église et aultres quelconques en payassent, sans exception. Cela a esté ainsi observé en la ville de Paris, Reims, Chaalons, Sens et aultres villes de ce royaulme »361. Ce sont donc toutes les cités importantes d’Outre-Seine qui sont touchées. On retrouve un « suivisme » provincial similaire en 1544, illustré par Tours et Orléans362. Dans un cadre légèrement renouvelé, en définitive, n’est-ce pas le système traditionnel de l’emprunt forcé avec répartition autoritaire qui fonctionne ici ?

  • 363 Un acte du 12-2-1532 (A.N. M.C. XIX 65) évoque les créances reçues par la veuve d’un contrôleur de (...)
  • 364 A titre de comparaison, dans le royaume de Majorque, depuis le début du XVe siècle, les créanciers (...)
  • 365 Schnapper, Rentes, p. 154, parle d’une aliénation complète des fermes qui serait rapidement abandon (...)
  • 366 Wolfe, Fiscal System, p. 92.

113Pourtant, on a souvent insisté sur la nouveauté du procédé : avec les rentes sur l’Hôtel de Ville se met en place un système de crédit à long terme363. Certes, mais il repose sur une aliénation des revenus monarchiques qui, dans ses résultats financiers, n’est pas sensiblement différente des aliénations traditionnelles. Socialement en revanche, il est sans doute très important de voir naître, volontairement ou non, une catégorie de rentiers directement intéressée au bon fonctionnement de l’État de finances. Car le roi n’ayant aliéné que le revenu reste pour l’heure, à travers ses agents, gestionnaire direct des prélèvements sur lesquels sont assis les quartiers de rentes364. La municipalité parisienne aurait de beaucoup préféré obtenir une maîtrise totale des fermes concernées. L’habileté de la monarchie a été d’en garder le contrôle365. Cette aliénation « partielle » renforce l’impact socio-politique de l’État quand l’aliénation « totale » aurait entraîné une dilution physique de son patrimoine. Qu’il s’agisse d’un crédit non exigible, le rentier ne pouvant à volonté se faire rembourser sa créance, n’a en revanche à mon sens qu’une importance réduite : quel créancier de la monarchie est en mesure de se faire payer, si le souverain et son Conseil n’y mettent du leur ? En théorie, cela importe pour le statut des biens. Dans les faits, pour ce crédit comme pour d’autres, pour les intérêts comme pour le capital, le pouvoir politique dispose d’une grande autonomie. C’est enfin avec précaution qu’il faut utiliser le terme de dette publique à propos des rentes sur l’Hôtel de Ville. Tout d’abord parce que le relais des cités, et de Paris en particulier, fait qu’une seconde « collectivité publique », la « Ville », est aussi concernée. Ensuite parce que ces rentes se présentent en bonne part comme une dette personnelle (quoiqu’évidemment transmissible) du souverain. L’engagement de l’État, qui paraît indispensable pour la constitution d’un crédit public stricto sensu, reste donc ambigu366. Enfin et surtout, parce que les rentes sur l’Hôtel de Ville fonctionnent exactement comme les rentes sur les particuliers, sur le plan juridique comme sur le plan économique.

5. Le « crédit contraint » hors du royaume

a. Les prêteurs suisses

114Le roi de France bénéficie de soutiens financiers actifs en Suisse et sait dans les années vingt en particulier y trouver du crédit. La procédure d’emprunt dans les Cantons fait l’objet d’une commission dont est pourvu un résident. Celle de Morelet de Museau, qui date du 13 juillet 1523, lui donne pouvoir

  • 367 B.N. Clairambault 334 f° 209 (14-10-1532).

« de prandre et empruncter tant des communitez des quentons des ligues que des particulliers d’iceulx et autres quelz qu’ilz soient […] toutes les sommes de deniers que pourrez trouver et recouvrer d’eulx et leur en bailler pour et en nostre nom ou au vostre telles seuretez et promesses et obligacions qu’ilz vouldront avoir, avec telz drois et gratuitez ou censés que composerez et accorderez avec eulx »367.

  • 368 A.N. J 958 n° 11 (réponse sur le troisième point).

115La fin de ce passage évoque les intérêts que le roi s’engage à payer. De fait « tous les deniers emprunctez aulx ligues ont esté pris à intèrestz » affirme le fils de Morelet dans un mémoire justificatif368.

  • 369 Körner, Solidarités, p. 417 ; Rott, Représentation, p. 263 et note 6. Les Bernois avaient déjà prêt (...)
  • 370 A.N. M.C. LIV 6 (Inv. Morelet, 21-2-1532) n° 504. Ce montant intègre-t-il les 1 010 écus prêtés par (...)
  • 371 B.N. fr2963 f° 161.
  • 372 Körner, Solidarités, p. 417. Dans une lettre à Montmorency du 29 septembre 1527, Morelet de Museau (...)
  • 373 Hyrvoix, François Ier et la Suisse, p. 523. La lettre date de 1532, année où le roi tente de régler (...)

116L’ampleur exacte des sommes en jeu est difficile à connaître, mais des lueurs existent pour les années vingt. En 1522-1523, le roi emprunte successivement 28 500 puis 5 400 écus sur le marché bâlois, 15 000 écus à la ville de Berne et 30 000 florins au canton de Fribourg369. Le 16 septembre 1527, François Tardif, commis en Suisse du trésorier de l’Extraordinaire des guerres Gaillard Spifame, certifie que depuis septembre 1525 il lui a été remis par Morelet 69 951 lt. « des deniers empruntés aux Ligues à plusieurs et diverses fois »370. De l’importance des sommes évoquées, on peut conclure à l’existence d’un véritable « parti français » dans les Cantons. Il regroupe ceux que l’ambassadeur Lamet appelle en 1521, dans une lettre au roi, « voz bons amys et serviteurs de par deçà », auxquels il cherche alors à emprunter 12 000 écus371. Ces « fidèles » servent aussi de répondants pour les prêts obtenus sur le marché bâlois. En 1523, les cantons de Berne, Fribourg et Soleure doivent ainsi fournir leur garantie, celle du roi étant jugée insuffisante372. Certains particuliers prennent alors des risques légaux qui ne sont pas minces s’il faut en croire les propos de Lambert Meigret, envoyé auprès des Cantons. Il rappelle au souverain que beaucoup d’entre eux « sont obligés pour vous pour plus qu’ils n’ont vaillant, laquelle chose, si elle était connue de leurs supérieurs, on leur ferait trancher la tête, étant la coutume en ce pays que tous ceux qui s’obligent pour plus qu’ils n’ont vaillant doivent être punis de la vie »373.

  • 374 A.N. M.C. LIV 6 (21-2-1532, Inv. Morelet) n° 662.
  • 375 Voir supra pour le temps de Spifame. Pour d’autres prêts probablement destinés à Carré en 1524 : ib (...)

117Il est parfois bien difficile d’identifier les garants, tout comme les prêteurs d’ailleurs, en raison de problèmes de transcription des noms et de paléographie. Evoquons l’exemple d’une quittance de Spifame, recopiée dans un inventaire, qui mentionne les « deniers empruntez à Tralle [sic pour Bâle ?] et autres lieux du pays des ligues sur le crédit de Dyetoys [Dietrich ?] Danglispert, Hamonyer Fribout et de Jacob Traictemer dud lieu »374. L’argent récolté sert pour une part appréciable à l’Extraordinaire des guerres375. Or qui dit Extraordinaire dit troupes mercenaires, au premier rang desquelles, surtout dans les années vingt, figurent les Suisses. En novembre 1521, c’est très explicitement pour solder des hommes des Cantons qui partent pour Milan que Lamet veut emprunter. Quant aux fonds recueillis en 1523, ils servent à régler une partie des pensions et des soldes qui sont dues.

  • 376 A titre d’exemple, voir les fonds fournis au printemps 1522 par Jehan Gaudion, capitaine suisse ori (...)

118Ainsi les Suisses fournissent-ils un argent qui pour une part appréciable leur revient plus bu moins directement. Ils sont donc, pour assurer le bon fonctionnement de l’infrastructure financière de la monarchie, en partie contraints de prêter, de peur de voir le bel édifice dont ils bénéficient s’écrouler. Très logiquement, ce sont donc les cantons les plus dépendants des rentrées royales pour « boucler » leur budget (Fribourg, Soleure ou Lucerne), et les capitaines qui servent le roi, qui se révèlent les plus empressés à donner au système les moyens de continuer à fonctionner376. En espérant, bien évidemment, un profit à terme.

b. En Italie : sujets et alliés

  • 377 Gioffre, Gênes, p. 112.
  • 378 Un document sans doute des toutes premières années du règne évoque « une partie des marchans [de Mi (...)
  • 379 Son père, Sébastien, a été lui aussi général de Milan. En 1504, le chef de la compagnie qui afferme (...)
  • 380 B.N. fr 3050 fos 81, fr 2985 f° 89 V1.
  • 381 A.N. PP 119, mémorial FF, p. 35-36.
  • 382 Ferrier réclame, après avoir fourni les 120 000 lt., des remboursements « car de passer plus oultre (...)
  • 383 C.A.F., t. VII n° 25879 (sans date). Le document de référence est à la Bibliothèque nationale de Vi (...)
  • 384 Guichardin, Histoire, p. 803.

119Dans ses possessions italiennes, François Ier est à même de solliciter avec conviction des emprunts d’autant plus importants que les deux principaux centres, Gênes et Milan, sont fort riches. Au début de 1517, la cité ligure, par la bouche de son ambassadeur, rappelle à François Ier qui présente une nouvelle demande que, dans les dernières années, elle a déjà prêté 75 000 écus377. A Milan, on constate l’existence d’un parti français qui prend une part active à la gestion de la province et s’investit dans le service du roi. Ces gens qui ont beaucoup à perdre à voir disparaître les Français, des Trivulzio aux de Roma, ne sont donc pas les derniers à secourir le roi de leurs deniers. Ils s’appuient sur une partie des élites commerçantes de la cité378. Un bon exemple est fourni par l’engagement du général de Milan Geoffroy Ferrier (Ferrerro) qui appartient à une puissante dynastie d’hommes d’argent379. Sollicité par le roi en 1521, avec ses parents et amis il prête 120 000 lt. en un mois. A l’automne, Lautrec souligne au roi que « plusieurs gens de bien de Millan ont preste de grosses sommes de deniers », et le général est à leur tête380. Au même moment Ferrier ordonne au trésorier de Crémone Georges Grolier, cousin du trésorier général du duché, d’emprunter plus de 38 000 lt. pour les guerres381. Mais Ferrier et les siens atteignent rapidement les limites de leur crédit et leurs efforts ne permettront pas de conserver le Milanais au roi382. Est-ce dans le cadre des levées pour la rançon, pendant la brève réoccupation du duché en 1527-1528, qu’un lieutenant de Lautrec reçoit commission pour demander aux gentilshommes du Milanais de prêter au roi 33 000 écus soleil383 ? Le maréchal peut du moins profiter, pendant sa campagne méridionale, de prêts de barons napolitains ralliés384. Dans le sud de la péninsule aussi, existe un parti français, mais moins implanté qu’en Lombardie.

  • 385 Bourgeois de Paris, Journal, p. 224.
  • 386 B.N. fr 20502 f° 119-120.
  • 387 B.N. fr 3044 f° 89 : 10 000 écus en 1516 à Jehan Grolier, trésorier de Milan, 3620 écus à Renzo da (...)
  • 388 Spont, Semblançay, p. 178. Rappelons que la mère de François Ier appartient à cette famille. Autre (...)

120Les alliés italiens du souverain sont aussi mis à contribution au gré des besoins. En janvier 1525, alors qu’il piétine sous les murs de Pavie, François Ier obtient des Républiques de Florence et de Lucques respectivement 100 000 et 12 000 ducats pour assurer le financement de l’expédition qu’il lance vers Naples sous le commandement de Stuart d’Albany385. Albert Pio, comte de Carpi est « obligé aux marchands [pour argent] qui fut prins par commission et pouvoir du Roy pour l’entreprinse du royaume de Naples » de 1525. S’agit-il des avances des Républiques, ou d’autres prêts ? Impossible de le dire. Du moins Pio s’est-il engagé en son nom propre et, à la fin des années vingt, il demande « la satisfaction des marchans, à causes desquelz [il est] dès longtemps excommunyé »386. François Ier reçoit aussi du secours de certains princes. Un document du 15 septembre 1528 livre le détail des reconnaissances de dettes passées par des agents du roi au duc de Ferrare Alphonse d’Esté, pour un total de 88 620 écus387. Quant au duc de Savoie, il prête 40 000 lt. à la fin de 1521 à Lautrec qui commande en Lombardie388.

B. Les mécanismes

1. L’origine des fonds prêtés

a. Les fonds propres

  • 389 Boyvin, Mémoires, p. 156.
  • 390 Le mot est utilisé dès l’époque. François Ier en 1524 affirme, « parlant de Madame, qu’elle n’avoit (...)
  • 391 Spooner, Frappes, p. 118.
  • 392 Mandrot, Batarnay, p. 254 ; B.N. fr 20393 nos 66 et 70 ; fr 647 f° 55 v° ; Marchegay, Lettres missi (...)
  • 393 C’est le cas de Louis du Bellay, archidiacre de Paris, de Nicolas Hennequin, bourgeois de Paris, du (...)
  • 394 Spooner, Frappes, p. 130. Voir aussi C.A.F., t. IV n° 12745 (20-9-1542). Spooner évoque aussi pour (...)

121Pour répondre positivement aux demandes royales, conseillers, évêques et autres parlementaires, cités et alliés doivent disposer d’espèces métalliques ou, plus largement, de métaux précieux, quelle qu’en soit la forme. Une partie des sommes avancées provient directement des trésoreries accumulées par les particuliers et les institutions. Comme l’écrit un peu brutalement Brissac au roi en 1554, il faut « mettre la main, par une douce saignée, dans les richesses inutilement enfermées dans les coffres des bonnes villes », qu’on remboursera ultérieurement389. Des indices sérieux d’une importante thésaurisation sont disponibles390. Ils permettent de comprendre comment les prêteurs peuvent, s’ils le veulent, mobiliser quasi instantanément des fonds pour leur souverain. Les emprunts monarchiques ont donc pour conséquence un mouvement non négligeable de déthésaurisation dont la « saisie » des trésors des églises en 1522 a déjà fourni un spectaculaire exemple. Il en va de même avec les emprunts « couverts » en vaisselle précieuse, occurrence fréquente au long du règne. Le 28 mai 1516, ordre est donné de convertir en testons l’argenterie empruntée aux Parisiens391. Ils ne sont pas les seuls touchés alors : Anne de France, duchesse de Bourbon, fournit pour 7 000 lt. de vaisselle, le duc de Vendôme pour 6 559 lt. ; madame de Taillebourg pour 7 293 lt. sans parler d’Ymbert de Batarnay et des évêques de Luçon et de Castres, Lancelot du Fou et Pierre de Martigny392. En 1530, certains parmi ceux qui sont mis à contribution pour la rançon versent leur quote-part en argenterie393. En 1542 encore, les emprunts pour la guerre livrent une « bonne quantité de vaisselle d’argent » qui sert à frapper des testons394.

  • 395 O.R.F., t. III p. 78.
  • 396 Bourgeois de Paris, Journal, p. 135 ; Versoris, Livre de raison, p. 114 (paragraphe 57).
  • 397 B.N. fr 2962 f°s 9-13.
  • 398 Jacques Mesnager. 20 marcs ; Etienne de Montmirail, 14 marcs 6 gros ; Robert Dauvet, 12 marcs et de (...)

122C’est sur un emprunt de 1521-1522 que nous sommes le mieux renseignés. Il est préparé le 10 septembre 1521 par une mesure « préventive » d’interdiction pour six mois de toute fabrication de vaisselle d’or et d’argent395. Le Bourgeois de Paris l’évoque sur un ton relativement modéré : « Puis on demanda par les maisons de la vaisselle d’argent et partout le royaulme ; et à Paris n’y eust aucuns exemptz, mesmes de la cour de Parlement, ne aultres ; tellement que chacun en bailla selon sa puissance, et furent les églises contrainctez d’en bailler, chacune en droit soy ». Comme à son habitude, Versoris est plus virulent qui parle d’« une exaction indue sur les Parisiens, c’est asçavoir tous les seigneurs et bourgeois de Paris »396. Le critère retenu pour la taxation, d’après le Bourgeois de Paris, est la « puissance », c’est-à-dire les capacités. Si l’on suit Versoris, la taxe pèse en fait sur chacun « selon sa qualité ». Cette dernière formule est plus en accord avec ce que nous apprend un rôle d’emprunt du 12 septembre 1521, où les taxes sur les officiers parisiens sont basées sur la fonction occupée397. Ainsi les conseillers au Parlement sont-ils astreints à fournir 50 marcs d’argent. Ceux qui ont déjà prêté au roi lors d’une autre occasion sont dispensés de contribuer. Parmi les membres de la Chambre des comptes, le premier président Nicolaï, le président Berthelot, monsieur de Saint-Mesmin et le receveur de la Chambre sont dans ce cas. Au total, le roi exige du Parlement, 2 430 marcs, de la Chambre des comptes, 1 143, des requêtes du Palais, 625, des aides, 215, du Châtelet, 196 et de la Cour des monnaies, 130. Les gens d’Église et « officiers, bourgeois, marchands et autres bons personnaiges de Paris », du moins, ici encore, ceux « qui n’auront preste et aydé d’argent au Roy », sont tenus de verser 2 000 marcs. Ce chiffre arrondi ne repose pas sur une liste nominative, à la différence des précédents. Il ne s’agit à l’évidence que d’une approximation lancée au Conseil du roi. Les rentrées réelles ont été bien en deçà des espérances, si l’on en juge par quelques cas de conseillers au Parlement dont le remboursement a laissé trace, et dont aucun ne dépasse vingt marcs de prêt398. Est-ce mauvaise volonté ? Est-ce impossibilité de « puissance » ? Les taxations royales ont-elles été révisées à la baisse ? Je ne sais. Malgré tout, chacun de ces conseillers a été en mesure de « déthésauriser » pour le roi entre 132 et 265 lt..

  • 399 C.A.F., t. V n° 17108 (29-5-1519).
  • 400 Mousnier, Conseil du roi, p. 226 (article d’Yves-Marie Bercé).
  • 401 B.N.fr 2963 f° 60 (14-6-1541).

123Sans être négligeable, surtout en grand nombre, de telles avances sont le signe soit d’une accumulation modeste, soit d’une dissimulation. Plusieurs « saisies » de successions opérées par le roi permettent de faire connaissance avec le monde des grands thésaurisateurs. En effet, François Ier emprunte les liquidités de certains de ses conseillers immédiatement après leur mort, dans des conditions qui rendent délicate la mise à l’abri d’une partie des « trésors », même si celle-ci reste toujours possible. La première victime est le seigneur de Boisy, Artus Gouffier. Il s’éteint en Languedoc le 13 mai 1519. A peine la nouvelle de sa mort est-elle connue que le roi donne ordre de faire faire l’inventaire des « économies » du grand maître accumulées au château de Chinon399. Le total atteint la somme coquette de 154 247 lt., soit 102 054 lt. en écus au soleil, plus 34 635 lt. en vaisselle d’or et 17 558 lt. en vaisselle d’argent400. L’existence d’une impressionnante quantité de vaisselle d’or est un signe patent de l’appartenance de Boisy au groupe social le plus relevé du royaume. En matière de thésaurisation en revanche, Boisy trouve son maître en la personne d’Antoine Duprat. L’inventaire des métaux revenant à la couronne, après l’emprunt de la succession du chancelier en 1535, atteint 280 030 lt., soit 245 646 lt. en écus au soleil et 34 384 lt. seulement en argenterie401. Notons que l’écu en 1535 est à 45 st pièce, quand celui de 1519 ne valait que 40 st. Chez Duprat, il n’y en a donc qu’un peu plus du double de ceux qui s’accumulaient dans les coffres de Boisy (109 163 contre 51 027). Pour le chancelier, ce sont ces beaux écus qui comptent avant tout. Ils représentent, en valeur, 87,7 % du trésor accumulé. Chez Boisy, l’obligation sociale d’ostentation ou le goût personnel ont laissé une place plus importante à la vaisselle (33,8 %).

  • 402 Le seigneur du Bouchage est mort le 12 mai. Le 12 août, Babou donne quittance au Bâtard de Savoie e (...)
  • 403 C.A.F, t. IV n° 12987 (13-4-1543).
  • 404 On peut y ajouter la vaisselle précieuse de Babou, saisie par le roi en 1535, et dont les estimatio (...)

124Deux autres emprunts du même type - au moins - ont lieu sous François Ier. En 1523, le roi met la main sur le trésor monétaire de la succession d’Ymbert de Batarnay, seigneur du Bouchage402. Il n’est pas question de vaisselle précieuse et on n’a sans doute ici qu’une partie de la thésaurisation de Batarnay. Avec quelque 46 000 lt.. en espèces, il se situe un cran au-dessous des deux précédents. Reste le cas de Jean de Laval, seigneur de Châteaubriant. A sa mort en 1543, le roi demande aux généraux des monnaies de priser les espèces et la vaisselle de sa succession, qui sont affectées aux besoins du trésor. Mais aucun document ne nous renseigne sur leur valeur403. Les liquidités de Duprat donnent une idée de ce qu’est un enrichissement fulgurant, en une génération. Les autres, même si la faveur du roi est loin d’être négligeable pour eux, sont aussi des héritiers. Tous les quatre sont évidemment peu représentatifs des capacités moyennes d’accumulation, y compris au sein des catégories sociales dominantes404.

  • 405 A.N. J 958 n° 26 (14-4-1537). Quilliet, Officiers, p. 645 fournit un chiffre un peu inférieur (24 3 (...)
  • 406 Une confirmation est fournie par la ventilation que donne Quilliet : 22 988 lt. (94,6 %) pour les o (...)
  • 407 Quilliet, Ibid., p. 645 et p. 682 note 290. Il fournit une série de données sur les liquidités dans (...)
  • 408 Versoris, Livre de raison, p. 203 (paragraphe 364). Le chanoine est vraisemblablement membre d’une (...)

125Du moins sait-on que des personnages de rang moindre ont aussi des possibilités importantes en ce domaine. Le cas du président aux Enquêtes René Gentil, notoirement concussionnaire, est un peu particulier. Lorsque ses biens sont confisqués, les objets précieux (bijoux, pierreries, vaisselle d’argent) et les monnaies sont évalués le 14 avril 1537 à 28 500 lt..405. Mais entre le 15 mars et le 4 avril précédent, sentant la menace, Gentil a émis des lettres de banque pour 27 187 lt.. sur Rome en prévision de sa fuite. Il est donc probable qu’au début de mars, sa thésaurisation dépassait les 50 000 lt..406. On peut retenir également le cas du maître des comptes Claude de Hacqueville dont l’inventaire après décès mentionne 27 466 lt. de monnaie et 1 795 lt. d’objets précieux, soit 29 261 lt.407. A la mort du chanoine de Notre-Dame de Paris Tappereau en octobre 1527, Versoris rapporte un bruit selon lequel on aurait trouvé chez lui 30 000 à 40 000 lt. en « deniers constant »408. En faisant la part de l’exagération propre à ce genre de rumeur, on constate néanmoins l’existence dans les fortunes parisiennes de liquidités importantes.

  • 409 Voir la vente de la vaisselle royale pour procurer 31 710 lt. en août-septembre 1524 à Jehan Carré, (...)
  • 410 A.N. J 967, 15/2.

126La monarchie, par ses prélèvements, contribue donc à accélérer la circulation monétaire, empêchant en particulier que trop de métal ne soit immobilisé dans l’argenterie. Celle-ci a une « espérance de vie » souvent réduite, à commencer par celle du roi lui-même409. En septembre 1536, les gardes du Trésor du Louvre signalent au souverain qu’ils ont extrait du cabinet de l’Épargne et qu’ils envoient au maître particulier de la monnaie de Paris les trois coupes qui restent sur les douze que François Ier avait commandées pour l’entrevue de Marseille avec le pape, en octobre-novembre 1533410. En moins de trois ans, elles ont donc toutes disparu, sauf si certaines des neuf premières ont été remises en cadeau. Bien sûr, les nouvelles monnaies iront droit dans les caisses de l’Extraordinaire des guerres. Les conflits sont comme on peut s’en douter les meilleurs agents de la déthésaurisation monarchique.

b. Le recours au crédit

  • 411 B.N. fr 3048 f° 183.
  • 412 Pour changer d’époque, évoquons la part prise par Jacques Cœur dans le financement des campagnes de (...)
  • 413 Sur le crédit à deux niveaux, voir Bien, Offices, p. 385-386.

127Mais les fonds propres des prêteurs sont souvent insuffisants pour répondre aux demandes du souverain. Aussi ceux qui sont mis à contribution doivent-ils fréquemment se tourner vers des détenteurs de capitaux. Ceux-ci, faisant fonds sur le crédit privé de leurs débiteurs directs, prêteront par leur intermédiaire à la monarchie. Au plus haut niveau, ce cas de figure peut se produire sans même que le roi ait exprimé le désir d’un prêt, tout simplement pour assurer le fonctionnement de l’appareil monarchique, notamment militaire. A la fin d’octobre 1528, les fonds pour le payement des lansquenets tardent. A Paris, Duprat doit faire face en l’absence conjuguée du trésorier de l’Épargne qui pourrait lui procurer des fonds « ordinaires » et du prévôt des marchands qui devrait fournir des fonds « extraordinaires » de la ville. Aussi le chancelier conclut-il : « Je verray demain si sur mon crédit pourroy trouver la somme pour l’envoyer incontinent »411. Ainsi le « crédit-relais » n’est-il pas une exclusivité des officiers de finance, même si leur rôle en ce domaine est fondamental412. Le cardinal de Tournon, qui s’acharne à assurer la défense du Piémont en 1536-1537, cherche son salut dans le crédit, tout comme l’acquéreur d’un office de justice en mal de liquidités ou l’évêque en peine de régler sa quote-part d’un emprunt forcé. La monarchie utilise le crédit, personnel ou collectif, des individus et des corps à son profit413.

  • 414 Notons que les parents sont en revanche très rarement mentionnés comme tels. Deux des rares cas son (...)
  • 415 B.N. fr 14368 f° 158 v° ; A.N. J 967, 31 [27-6-(1538 ?)].
  • 416 B.N. fr 3031 f° 103 v° ; Buisson, Duprat, p. 269.
  • 417 Avec Dessert, Fouquet, p. 101, on peut ainsi dégager deux facettes du rôle des agents du roi : pour (...)
  • 418 B.N. fr 10385 f° 26.
  • 419 B.N. fr 5125 f° 31 v° (un ami auprès duquel Tournon « en avoys tasté le gué » l’assure qu’il ne fau (...)

128Pour obtenir du crédit, les relais du monarque ont recours à une structure de base : les « amis »414. C’est souvent la seule indication qui est donnée en la matière. Il s’agit très vraisemblablement, selon les règles du langage du temps, de leurs « clients », avec toute la complexité que recouvre cette notion. En 1519, Philippe Chabot avance 20 000 êcus. Ses fonds propres ne suffisent pas et « il empruntfe] de ses amys et par son crédit » une partie de la somme. L’évêque d’Autun Jacques Hurault ne peut fournir tout ce qu’on lui réclame. Mais il parvient du moins à trouver 1 500 écus « par le moyen de [ses] amys »415. Le chancelier Duprat, sur la brèche dans les années 1527-1528, a besoin de trouver des fonds pour régler la quatrième paye consécutive au traité de Cognac. Il « parle à aucuns de [ses] amis qui [lui] ont promis aviser à ce qu’ils pourront faire »416. Les « amis » sont aussi ceux que les intermédiaires peuvent à leur tour solliciter de prêter directement à la monarchie417. Jean-Jacques de Passano est récompensé par le roi pour avoir « faict prester audict sieur par ses amys plusieurs grosses sommes de deniers pour ses affaires et nécessitez »418. Ils ont encore parfois d’autres fonctions. Pour Tournon en 1536, ils servent d’informateurs ou de garants419.

  • 420 B.N. fr 2977 f° 21.

129Ce type de soutien met en évidence l’importance de l’implantation locale, de la notoriété et de la fortune des intermédiaires. A ce niveau, tout repose sur la confiance et la contrainte est souvent de peu d’efficacité. Quand en septembre 1521, dans une situation difficile il est vrai, Semblançay cherche du crédit à Paris, il en est réduit, la confiance disparue, à souhaiter avoir « puissance sus ceulx de ceste ville et sus les aultres ». Mais il constate dans la même missive à Louise de Savoie qu’« on ne fait compte de lettres ne de commandemens », ce qui signifie à l’évidence que le marché du crédit ne réagit pas aux sommations du pouvoir420. Dans ce contexte, l’emprunt forcé est le dernier recours. Mais il ne contribue guère à la popularité du souverain.

  • 421 A.N. J 967, 3/13.
  • 422 Sur ce dossier voir surtout Du Bellay, Correspondance, t. I p. 123 à 134.
  • 423 B.N. fr 3080 f° 101.

130Pour régler une taxe, l’évêque de Bayonne Estienne de Poncher a « pris [son] chemin à Paris pour reguarder le moyen avecques [ses] amys de fournir la partie entière ». Mais au préalable, il a dû emprunter de l’argent sur le marché lyonnais et, précise-t-il au chancelier, « partye de l’argent quay pris en ce lieu lay promis rendre dedans peu de temps ». « Il fault m’engager à tout le monde » conclut-il421. Pour ce malheureux évêque qui réclame la « pytié » du chancelier du Bourg, le réseau des amis ne suffit pas. Le recours aux capitalistes complique le jeu et entraîne souvent des difficultés. L’épisode de la contribution de Guillaume du Bellay à la rançon fournit un bon exemple422. Le seigneur de Langey doit verser 20 000 lt.. Il semble bien que cela découle, non d’une demande royale explicite, mais bien d’une initiative de sa part, si l’on en croit les propos qu’il tient dans une lettre à Montmorency : « Ne me feusse hasardé de vous en porter parole ne d’escripre à Madame si je n’eusse sceu où prendre [l’argent] »423. Il s’agit, il est vrai, d’un excellent moyen de faire sa cour. Du Bellay ne peut extraire cette somme de ses réserves car il n’est pas en fonds. Il lui faut donc emprunter l’argent à un marchand parisien, Jehan Brice (ou Brisse). Il a pris langue avec lui dès janvier 1530. Or le crédit de Langey est médiocre et Brice exige que des garanties complémentaires lui soient accordées. Aussi Guillaume du Bellay, épaulé par son frère Jean et soutenu par Montmorency, doit-il faire le siège des officiers de finance choisis par Brice pour leur arracher une obligation. Il lui faut tout d’abord surmonter les réticences du trésorier de l’Épargne et général de Normandie Guillaume Preudhomme. Il semble bien que des rivalités politiques compliquent la chose : Preudhomme est dans la mouvance de Duprat - que Jean du Bellay appelle « le sainct qu’il adore » - et le chancelier n’est pas en bon terme avec les du Bellay. Mais si « le général de Normandie en faict sa debte », Jean Brice ne s’en contentera pas pour autant : il lui faut en plus l’obligation des receveurs généraux de Normandie et de Bretagne, Jehan Carré et Palamède Gontier. « Je ne scay qui meut ledit Brice de vouloir plustost ceulx là que aultres » écrit Guillaume du Bellay à son frère.

  • 424 Ibid., f° 103.
  • 425 B.N. fr 3001 f° 35. Jehan Brice fait apparemment courir des intérêts sur les fonds qu’il n’a pas en (...)
  • 426 B.N. Clairambault 332 f° 15.
  • 427 Un acte de 1537 mentionne un prêt de 6 600 lt. à Langey fait en 1530 « sur certaines bagues » par B (...)
  • 428 Deux créances de Nicolas de Noble de 1529 et 1533 : A.N. M.C. VIII 82 (26-5-1556) ; une de Legras a (...)

131Or les préventions de Preudhomme ne disparaissent pas. Le 6 mars 1530, tout « dépend totalement du général de Normandie ». Le 8, Langey demande à Montmorency de lui « faire tenir […] la promesse de monsr le général de Normandie en son privé nom du prest des XX m francs à payer pour le xve jour de juillet ». On le voit, il s’agit d’un prêt à très court terme, même si deux jours plus tard l’échéance évoquée est repoussée au 15 août424. Preudhomme cède-t-il ? Rien ne permet de l’affirmer mais au bout du compte Brice accepte apparemment de se contenter d’un seul garant sur les trois. Le 18 mars, Jean du Bellay parvient à débloquer la situation : « J’ay tant faict qu’à la fin, en l’absence de mon frère qui est allé veoir s’amye, on m’a accordé aujourd’huy, suz la dernière proteste que j’en ay faicte, d’escripre à Jehan Carré qu’il s’oblige en son propre nom : s’il le faict, l’argent est comptant ». Dès le 28 mars le roi annonce à ses délégués à Bayonne que les 10 000 écus du prêt sont partis, avec 10 000 autres fournis par Carré lui-même ainsi que les deniers de sa charge de Normandie425. Le souverain va un peu trop vite en besogne car, dans une nouvelle missive du 8 avril, il précise que l’argent est toujours à Paris et que la « sûreté » que doit fournir Carré n’a pas encore été remise au prêteur. François Ier écrit au receveur général pour qu’il s’exécute426. C’est donc courant avril que le dénouement intervient427. Ce n’est pas la seule occasion où Langey emprunte pour le service du roi - en particulier comme gouverneur du Piémont - et ses créanciers, marchands de Paris comme Brice, Guillaume Legras ou Nicolas de Noble, marchands-banquiers lyonnais comme Jean-François Bini, peuvent légitimement se faire du souci…428

c. Les officiers de finance et les jeux de l’emprunt

  • 429 Spont, Semblançay, p. 102 et note 5.
  • 430 Maulde, Procédures, p. 710-711.
  • 431 B.N. fr 3873 f°4,

132Les prêteurs en mal d’argent peuvent aussi se tourner vers les manieurs de fonds publics. Ce type de démarche est traditionnel. La ville de Tours, en 1496, sollicite ses principaux citoyens pour l’aider à rassembler ce que le roi lui demande : au premier rang de ceux-ci, Jacques de Beaune et Thomas Bohier429. Sous Louis XII, le futur chancelier Duprat fait appel aux généraux lorsqu’il doit avancer des fonds pour obtenir un office de maître des requêtes430. Quant aux emprunts de Chabot à Pierre d’Apestéguy ou Jehan Sapin, ils servent peut-être à l’amiral pour soutenir financièrement son roi431.

  • 432 Pour Langeac, créance de Morelet de 1525 : A.N. M.C. LIV 6 (Inv. Morelet, 21-2-1532) n° 562 ; prêt (...)
  • 433 A.N. M.C. LIV 6 (Inv. Morelet, 21-2-1532) n° 567 ; ibid., XIX 175 (25-7-1548).
  • 434 Ibid., n° 373 ; François (Alexis), Meigret, p. 17-18.
  • 435 A.N. M.C. XIX 147 (8-2-1536) et LIV 53 (Inv. Morelet, 17-6-1536) n° 559 ; B.N. P.O. 1912 dossier 44 (...)
  • 436 A.N. M.C. LIV 6 (Inv. Morelet, 21-2-1532) n° 424.
  • 437 A.N. M.C. VI 68 (avril 1544) : brevet inventorié « Et ne » dans les papiers du commis à la gestion (...)
  • 438 C.A.F., t. III n° 8767 (31-1-1537) et t. VIII n° 30454 (août 1537 sd) qui parle par erreur d’un prê (...)

133Si l’on croise la liste des prêteurs au roi et celle des débiteurs de l’officier pour lequel on dispose des informations les moins mauvaises, Morelet de Museau, huit noms sont communs aux deux séries. Mais pour deux d’entre eux, toute corrélation est impossible : l’évêque Jean de Langeac ne prête au roi qu’en 1539 et Morelet est mort dix ans plus tôt. De même, le brodeur du roi tourangeau Girard Odin n’avance des fonds qu’en 153 2432. Un troisième, l’évêque Menault de Martory, est peu probable, car ses relations avec Morelet sont de 1513, et son premier prêt au roi de 1521433. Pour quatre autres, on entre dans le domaine du possible. Avec Laurent Meigret, commissaire des guerres puis valet de chambre du roi avant d’être poursuivi pour hérésie434, et Jean-Albert Merveille (Giovanalberto Maraviglia), juriste italien et gentilhomme de la Maison du roi435, l’activité en Suisse a servi de dénominateur commun. S’y ajoute, pour Laurent Meigret, des liens étroits entre Morelet et l’un de ses frères. Nicolas Le Coincte, déjà évoqué comme prêteur est débiteur de Morelet dès 152 1436. Pierre Violle, qui acquiert un office de conseiller au Parlement en 1522, doit 400 écus à la succession437. Reste un cas où la corrélation est quasi certaine, celui des Gayant. Loys, marchand drapier et bourgeois de Paris, achète un office de conseiller au Parlement de nouvelle création pour son fils et homonyme et, dans le même temps, emprunte 1 400 lt. à Morelet et lui cède 50 lt. de rente pour un capital de 600 lt.438. Hormis ce dernier cas, qui paraît solidement fondé, les autres rapprochements ne sont que des hypothèses fragiles. Du moins note-t-on au passage la diversité sociale des personnages concernés.

  • 439 Ce sujet sera développé dans un second volume, à paraître.
  • 440 A titre d’exemple, quelques données sommaires sur Jehan de Poncher : comme général des finances, il (...)

134Les officiers de finances sont eux aussi des créanciers de la monarchie. Que leur argent s’engloutisse dans les caisses royales directement ou via un maillon intermédiaire, la question de l’origine des fonds se pose de nouveau. A de rares exceptions près, les avances des officiers de finance restent assez réduites et leur fortune propre en terres, en rentes et en revenus d’offices peut en théorie leur permettre de faire face aux exigences royales. Sans qu’il soit question de se lancer dans une étude fouillée des patrimoines439, il est cependant possible d’affirmer que la plupart des officiers concernés - qui sont souvent les plus en vue - possèdent des revenus annuels très importants, atteignant sans difficultés 5 000 à 10 000 lt.440. On peut donc les créditer d’une importante thésaurisation. Mais seuls les circuits du crédit nous retiendront ici.

  • 441 Doucet, État général, p. 91.

135Les limites de l’information disponible, qu’elle provienne des archives monarchiques ou notariales, entraînent de sérieux problèmes de méthode. Comme on vient de le voir avec Morelet de Museau, elles circonscrivent terriblement les croisements de données. Elles compliquent donc, pour les officiers de finance, l’étude du crédit. Il est difficile d’avoir la certitude qu’on ne compte pas deux fois les mêmes prêts. Ainsi, lorsque Semblançay et les généraux sont dissociés pour les garanties, comment ne pas craindre des chevauchements quand on sait par ailleurs que leurs cautions sont parfois requises pour une même avance ? Distinguer parmi les fonds que les officiers fournissent est plus délicat encore : qu’est-ce qui vient d’eux, des marchands-banquiers ou d’autres sources ? Lorsque de l’argent est versé à Thomas Gadaigne « en l’acquict de Henri Bohier », on suppose logiquement qu’il y a dû avoir un prêt fait auparavant par ce dernier sous son nom et dont les fonds provenaient en fait de Gadaigne441.

  • 442 A.N. M.C. LXXXVI 99 (I.A.D. Bohier, 23-3-1566) n° 322.
  • 443 Bourgeois de Paris, Journal, p. 303. Il faudrait cependant pouvoir ici faire la part de la réalité (...)
  • 444 Spont, Documents, p. 343-344 (articles XII, XIII et XIV) ; Doucet, Parlement 1525-1527, p. 233-234.
  • 445 C’est aussi le sentiment de Doucet, Ibid., p. 229.
  • 446 A.N. J 818 n° 2.

136Cette relation où le capitaliste est le marchand-banquier et le paravent l’officier semble la plus logique. Malheureusement, elle est réversible. Thomas Bohier est ainsi créancier de Robert Albisse pour 29 500 lt. en 1522442. L’emprisonnement d’Albisse suit de près celui de Jaques de Beaune, baron de Semblançay « parce qu’il estoit de l’alliance et qu’il s’entendoit avec ledict de Beaulne et qu’iceluy de Beaulne luy bailloit grosse somme de deniers qu’ilprestoit au Roy à intérest, et néanmoins c’estoit le dict de Beaulne qui en prenoit les proufitz »443. Les « explications embarrassées » (pour reprendre l’expression de Roger Doucet) que donne Semblançay dans son interrogatoire sur la destination de certains intérêts semblent corroborer ce fait444. L’hypothèse la plus vraisemblable dans ce cas est que Semblançay prêterait au roi son propre argent, moyennant intérêts, en jouant sur les grosses sommes appartenant au Trésor qui passent dans ses caisses445. Une commission financière qui fait un rapport sur la situation en Bretagne évoque cette possibilité pour l’ensemble des comptables. Elle est permise par une rétention prolongée des fonds royaux : « Peult estre que eulx mesmes au nom de quelques bancquiers rebaillent au Roy son propre argent à intérest, pour quoy ne fault estre esbahy si soudainement ils sont riches »446. Utiliser à son profit les fonds publics dont on a la gestion est évidemment absolument illégal. Mais ce délit s’apparente à une compensation quand il est commis, comme c’est le cas avec Semblançay, par un créancier de la monarchie lui-même en mal de règlement financier.

  • 447 A.N. M.C. LXXVIII 4.

137Pour de telles opérations, le recours à des prête-noms est évidemment indispensable. S’il faut en croire accusateurs et rumeurs, Semblançay s’est acoquiné en ce domaine avec des Italiens de Lyon. Mais, son cas excepté, l’existence de ce type de relais est très rarement attestée, y compris dans le Minutier Central, pourtant propice à ce genre de documents. Le 28 août 1540, noble et scientifique personne maître Arnoul Ruzé, conseiller au Parlement et aux requêtes du Palais, vient témoigner que les 2 500 lt. prêtées par lui à Jehan Sapin, receveur général de Languedoïl, le 12 août 1527, appartenaient en fait à Gaillard Spifame, trésorier de l’Extraordinaire des guerres. Le lendemain, honorable homme sire Guillaume Parent, marchand et bourgeois de Paris, vient faire une semblable déclaration concernant un prêt de 14 700 lt. datant du 5 avril 1528447. Encore n’a-t-on aucune certitude que Sapin ait utilisé ces fonds pour le service du roi. Mais c’est la seule occurrence où les prête-noms des officiers de finance - il s’agit ici de deux oncles de Spifame - apparaissent clairement pour un possible crédit envers la monarchie.

  • 448 A.N. M.C. CXXII 1044 (23-10-1528).
  • 449 A.N. M.C. XIX 175 (25-7-1548). Le document mentionne une « confession » du fils de Geoffroy Ferrier (...)

138Mais, s’ils ne se dissimulent guère, cachent-ils pour leur part derrière eux de « vrais » prêteurs ? La question se pose ici de leurs rapports avec les dominants : sont-ils à leur tour hommes de paille ? Le système que les travaux de Françoise Bayard et Daniel Dessert ont mis à jour pour le XVIIe siècle, avec sa cascade de relais qui masquent en définitive les plus grands noms du royaume, ne semble pas fonctionner dans la première moitié du XVIe siècle. Le seul cas « litigieux » connu est celui de Thomas Bohier : son fils et héritier Anthoine doit rendre compte en 1528 de 48 000 lt. appartenant à Lautrec, somme dont son père a eu l’administration448. De là à le voir investir cet argent dans les affaires financières, en le prêtant par exemple à Robert Albisse comme on l’a vu plus haut, il n’y a qu’un pas que l’on est fort tenté de franchir. Mais cela reste du domaine de l’hypothèse et surtout il ne s’agit que d’un cas isolé : quand les grands officiers de finance sont en relations d’argent avec l’aristocratie, c’est presque exclusivement comme créanciers qu’ils apparaissent. Lorsque Ménault de Martory, évêque de Tarbes, évoque en 1548 l’argent et la vaisselle fournis en 1521 au général de finances de Milan Geoffroy Ferrier, il est directement question du « prest par luy fait […] au feu Roy françoys ». Martory ne s’abrite pas derrière Ferrier et ne se retourne pas contre lui ni contre ses héritiers449.

139Pour estimer que les officiers de finance ne relaient ni ne dissimulent les grands de ce monde lors des prêts au roi, il faut s’appuyer sur des arguments fragiles, mais dont la concordance emporte, à mon sens, la conviction. L’essentiel repose sur le fait que les sources sont muettes sur cet aspect. En particulier les sources notariales, abondamment parcourues. Celles-ci, qui servent tant pour percer les secrets financiers au XVIIe siècle en ce domaine, ne livrent rien ou presque au chercheur un siècle plus tôt. Et pourtant les prête-noms existent bien à cette époque : ils sont légion dans les minutes dès qu’il s’agit d’achats de terre ou de rente. Il faut donc conclure qu’en matière de prêts, la pratique est peu répandue, et quasi inexistante pour ce qui touche aux relations entre les officiers de finance et les dominants. Ces derniers, faut-il le rappeler, sont directement impliqués dans les rudimentaires circuits du crédit d’une monarchie qui n’a pour l’heure que des besoins limités.

  • 450 B.N. fr 3031 f°75.
  • 451 A.N. M.C. XIX 86 (12-7-1543) pour Delange et ibid., (date illisible) pour Pinel.
  • 452 A.N. M.C. CXXII 1049 (11-12-1534).
  • 453 A.N. J 958 n° 38.
  • 454 Voir sur lui A.N. M.C. VIII 283 (7/8-1-1537) ; XIX 54 (7-5-1522) ; CXXII 12 (29-7-1527) et 14 (29-7 (...)
  • 455 Spont, Documents, p. 341 (article X) et Semblançay, p. 254.

140Derrière les officiers, on repère cependant quelques capitalistes. Mais ce sont avant tout les maîtres du crédit des places parisiennes et lyonnaises. Lorsqu’Estienne Besnier, en 1530-1531, s’assure le contrôle de la recette générale des finances d’Outre-Seine, il promet beaucoup au roi. Duprat, sachant qu’il s’est engagé pour une avance de 30 000 écus pour la rançon, affirme le 17 mars 1530 qu’« il n’est pour fournir si gros deniers sans grands intérestz »450. Or quels sont ceux qui, au détour des minutes, apparaissent comme ses bailleurs de fonds en ces années ? Des noms connus resurgissent : ceux d’Estienne Delange et de Jaques Pinel451. S’y ajoute celui de Jacques Lasneau (ou Lagneau), marchand lyonnais : en 1530, Thomas Parent, un des clercs de Besnier, conduit de Paris à Lyon « certaine quantité de vaiselle d’argent et icelle vaiselle baille à Jacques Lasneau […] pour sur icelle empruncter aucune somme de deniers pour fournir aux affaires dudict Besnier »452. Lorsque les héritiers de Gaillard Spifame évoquent la situation financière de leur père, ils ne manquent pas de souligner l’existence des « debtes du feu général […] qui montent à plus de quinze mille livres, à Jehan Brisse, Ménisson de la ville de Troyes et plusieurs autres »453. Avec Jehan Brice, on est de nouveau en pays de connaissance. Quant à Jaques Ménisson, receveur des aides et tailles à Troyes, il se rattache au monde des grands marchands de la ville454. Semblançay enfin sert bien parfois de prête-nom mais, quand ce n’est pas pour les marchands-banquiers lyonnais ou parisiens, c’est pour Gabriel Miron et Bernard Fortia qui avancent sous son nom 30 300 lt. à Jehan Prévost, trésorier de l’Extraordinaire des guerres (entre 1522 et 1524). Miron, médecin du roi, est le beau-père de Fortia, marchand à Tours, mais aussi celui de Prévost. La présence de Semblançay sert à dissimuler le caractère quasi familial de la transaction455. On peut certes se demander, comme pour les marchands-banquiers, s’il y a encore « quelqu’un » derrière tous les personnages que l’on vient d’évoquer. Si cela est, il faut à mon sens songer à des relais familiaux ou au placement d’économies de gens de niveau moyen plutôt qu’à des prélats, des maréchaux et des ministres. Sans oublier que les fonds mobilisables grâce aux activités économiques des personnes impliquées sont loin d’être négligeables.

  • 456 B.N. fr 2941 f° 31 ; Spont, Documents, p. 354 (article XXV)
  • 457 Lettre en fac-similé entre les pages 260 et 261 de Spont, Semblançay.
  • 458 B.N. P.O. 248 (Beaune) n° 71.
  • 459 Spont, Semblançay, p. 269 notes 4 et 5.
  • 460 Ibid., p. 272 (92 opposants puis 50 supplémentaires, soit 142 au total) et p. 270 note 4 ; B.N. fr (...)
  • 461 A.N. M.C. XIX 62 (1-3-1529) : ils s’opposent aux criées pour 10 000 lt.. Mais le cas Robert est un (...)
  • 462 Il est vrai qu’ils ont pu bénéficier des remboursements effectués entre temps. Sur ceux de 1522, vo (...)
  • 463 Mandrot, Batarnay, passim ; Spont, Semblançay, p. 235 et 265 ; Marchegay, Lettres missives, p. 61.

141Reste le dossier Semblançay, et tout ce que dévoile encore la procédure contre lui et au sujet de ses biens. Lorsque ses comptes sont sur la sellette, il se défend en affirmant qu’il « n’a eu charge comptable, ains seulement a fourny, […] pour les grans et urgens affaires du royaume tout ce qu’il a peu, tant de luy, de son crédit, que amys ». Il insiste sur le fait qu’il « a porté et porte interestz sur luy pour grosses sommes »456. Ce souci obsédant de ses créanciers est présent dans l’ultime lettre qu’il adresse à François Ier le 9 août 1527. Elle rappelle tant de formules testamentaires touchant aux dettes privées : « Vous plaise me faire acquicter pour ce que j’ay empruncté pour votre service »457. Mais qui est en cause, en dehors des marchands-banquiers ? Dans sa garantie du 4 novembre 1521, le souverain évoque l’argent que Semblançay doit « tant aux bancquiers à Lyon, Paris et delà les monts que à plusieurs particulliers, gens d’église, gentilshommes, bourgeois, marchans et autres personnaiges de notred. Royaume »458. Contrairement à celle des généraux qui ne concerne que marchands et banquiers, cette garantie-ci laisse les prêteurs dans un discret anonymat. Les déboires de Semblançay permettent de retrouver certains de ses créanciers. Mais ceux qui sont ajournés peu après sa mort appartiennent soit au monde de la banque lyonnaise soit à celui de l’Argenterie tourangelle459 Il y a de très nombreux opposants aux criées des biens, parmi lesquels « infinité de créanciers » mais on ignore la plupart de leurs noms : ceux qui ont laissé trace sont soit des parents soit des officiers de finance460, à l’exception des héritiers d’Anthoine Robert, notaire et secrétaire du roi et greffier criminel du Parlement de Paris461. On cherche donc vainement les gentilshommes et gens d’église, qui n’hésitent pourtant pas, un siècle plus tard, à se manifester en pareilles circonstances462. La formule de la garantie relevait-elle de la simple clause de style ? On sait malgré tout que Semblançay est en relations d’affaires avec la noblesse, avec Ymbert de Batarnay, les La Trémoille ou la duchesse de Nemours463.

  • 464 Est-ce à ces fonds que songe le Bâtard quand il écrit à Montmorency que, pour parvenir à trouver 10 (...)
  • 465 Voir par exemple Philibert Babou qui est tuteur de Jehan L’Archevêque, seigneur de Soubise et qui o (...)
  • 466 Bibliothèque de l’Institut, Godefroy 284, fos 7 et 9.
  • 467 Voir la mise au point de Chevalier, Tours, p. 339-340. On note l’absence d’accusations sur ce point (...)

142Mais, à l’exception peut-être du prêt de Louis II de la Trémoille, rien ne dit que ces grands noms aient apporté leur pierre à l’édifice du crédit qui justifie la garantie. Batarnay tout d’abord prête directement au roi. Pour la duchesse de Nemours, Semblançay n’a été que caution. Quant à madame de Taillebourg, belle-mère de Louis II, elle a fourni de la vaisselle dans le cadre des prêts demandés par le roi en 1515-1516. Certes, en tant que tuteur de René de Batarnay, Semblançay est, avec le Bâtard de Savoie, à l’origine du prêt post mortem des liquidités du grand-père Ymbert en 1523464. Mais, ici encore, il n’y a aucune dissimulation. Notons au passage que les tutelles, grâce aux fonds qu’elles permettent de manier, peuvent être de fructueuses sources de liquidités pour les gens de finance465. La seule trace du clergé est une possible utilisation par Semblançay, pour ses affaires, des revenus des bénéfices de son fils Martin466. Mais ce que l’on voit fonctionner ici, ce sont des réseaux familiaux et amicaux qui n’ont rien à voir avec l’activité « bancaire » que l’on a pu parfois prêter à Semblançay. L’escompte des assignations en revanche est très probable, quoique difficile à prouver467. Pour le rassemblement du crédit, si quelques dominants prêtent avec un intermédiaire, ce dernier est sans doute à chercher plus du côté des marchands-banquiers lyonnais, comme semblent le suggérer les rares informations concernant le Grand Parti, que du côté des officiers de finance.

  • 468 Voir par exemple les remarques de Greengrass, Montmorency, p. 380 sur l’intérêt pour Montmorency d’ (...)

143Mais, en définitive, je crois être en mesure d’affirmer que les dominants, « intéressés » au XVIIe siècle dans les affaires de finances, ne le sont guère dans la première moitié du 16e. La place réduite des fermes et des traités l’avait laissé pressentir. Leur faible rôle dans l’appareil du crédit, sinon bien sûr comme prêteurs contraints impliqués d’autorité par le souverain, le confirme. De plus François Ier ne sollicite qu’un cercle étroit. Ces avances sont donc à la mesure des besoins de la monarchie, des comportements du temps et peut-être aussi des possibilités financières de groupes sociaux forts riches en capital immobilier, mais souvent peu fournis en métaux précieux, hormis ceux que la monarchie elle-même leur permet d’amasser468. Ainsi le système du crédit de l’époque, en raison même de son caractère rudimentaire, et malgré les lacunes documentaires, est-il d’une « visibilité » élevée.

2. Face à la demande

a. L’initiative vient du roi

  • 469 B.N. fr 5085 fos 15-16.
  • 470 C.A.F., t. VIII n° 33294 et t. IV n° 12660.
  • 471 Boyvin, Mémoires, p. 156.
  • 472 Buisson, Duprat, p. 269-270 (texte modernisé).
  • 473 Michaud, Chancellerie, p. 311.
  • 474 A.N. J 965, 9/33.

144Cette visibilité est liée au caractère de contrainte qui pèse sur le crédit. Lorsque Louis XII demande une avance à ses officiers comptables, il menace les intéressés, en cas de réticence, de suspension de leur office jusqu’au versement du « prêt »469. Quand Jean de Cardailhac, abbé d’Aurillac et de Belle-garde, est sollicité, une commission pour saisir ses deniers, joyaux et meubles est décernée. Elle sera mise en œuvre s’il fait montre de mauvaise volonté. En 1542, Girard de Vienne ayant refusé de prêter 3 000 lt., les terres du domaine qui lui avaient été engagées précédemment sont réunies d’autorité470. Concernant les villes, le maréchal de Brissac, en 1554, est très clair : elles doivent accepter de bon gré d’avancer des fonds, mais, de toute manière, « si le prince et l’Estat venoient à décliner vers le mal, […] lors faudroit-il faire par force ce qui pouvoit aujourd’huy estre doucement et gracieusement faict »471. Pour faire rentrer les fonds, l’activité est intense. Duprat « fait dresser les acquits et lettres missives qui sont nécessaires pour l’emprunt des parties du rôle que le Roi a signé […] ; il est nécessaire que le Roi députe quelques gentilhommes qui viennent exprès de par lui pour parler aux personnages et leur faire requête dudit prêt »472. Ces demandes, surtout lorqu’elles touchent les provinces, entraînent une impressionnante production de papiers administratifs : Jehan Duthier, clerc du secrétaire des finances Jehan Breton, est ainsi rémunéré pour l’envoi de douze cents lettres missives relatives aux emprunts473. Selon son statut, on peut « aider » le roi selon des modalités différentes. Pour empêcher que le contrôleur général de l’artillerie Le Moyne ne soit cotisé à un emprunt parisien, un des arguments de Montmorency consiste à souligner qu’il est de « ceulx desquelz le Roy peult estre secouru et aydé à toutes heures qu’il lui plaira »474. Au bourgeois taxé répond le serviteur du roi aux armées, toujours disponible. Quand on appartient, comme Le Moyne, aux deux catégories, l’intervention du grand maître n’est pas de trop pour réduire la pression.

  • 475 B.N. Clairambault 1215 f° 63 v°.
  • 476 476. C.A.F., t. VII nos 28206 et 28640, t. VIII nos 29317, 29503, 29652, 30177, 30237-39, 30328, 30 (...)
  • 477 A.N. J 967, 7/9.

145Parmi les grandes levées parisiennes, celle de 1521-1522 sur la vaisselle et celles qui sont liées aux rentes sur l’Hôtel de Ville ont déjà été évoquées. En décembre 1526, Anthoine Juge est remboursé pour les frais d’un voyage à Paris et Rouen pour emprunter 40 000 écus aux officiers et bourgeois des deux cités475. Un prêt par cotisation est levé dans la capitale en mars 1537, dont on garde trace grâce à vingt et un mandements de remboursement476. Ils concernent, pour des sommes rondes comprises entre 50 et 500 écus, une demi-douzaine de marchands et bourgeois de Paris, un procureur et un avocat au Parlement, le trésorier des chartes et surtout une douzaine d’officiers de justice, avant tout des parlementaires, mais aussi un président à la Chambre des comptes et un général des monnaies. Il ne s’agit que d’une partie des victimes, comme en témoigne une lettre du président Gentil au chancelier, datée du 27 février. Gentil y évoque les 10 000 écus qu’on attend de lui et se lamente car « on ne demande à monseigneur de Villeroy [Nicolas de Neufville] à prester que cinq cens escuz qui néantmoins peult donner au Roy XXV fois aultant »477. Mais il est difficile de délimiter précisément les catégories touchées.

  • 478 Sur les emprunts de la fin du Moyen Age, une synthèse des procédés dans Autrand, Parlement, p. 225.
  • 479 B.N. fr 5501 f° 368.
  • 480 B.N. Dupuy 645 f° 199 (1527) ; A.N. KK 352 f° 35 et sq. (1528) ; A.N. J 9601 f° 9 complété par B.N. (...)
  • 481 « Les aultres empruncts de monsr de la Trémoille, de messieurs les prélatz, des trésoriers, générau (...)
  • 482 C.A.F., t. VIII n° 30257 à 30271 fournit quinze mandements de remboursement pour un montant de 35 8 (...)
  • 483 B.N. fr 3048 f° 51. Elle est destinée à payer les Suisses, contrairement à celle de 1531 déjà connu (...)

146On connaît avec plus de précision, au moins pour certains d’entre eux, une série d’emprunts taxés répartis sur les cercles dirigeants, une partie du haut clergé, de grands officiers de justice et bon nombre des officiers de finance du niveau central. La pratique n’est d’ailleurs pas neuve478. Les difficultés de la fin du règne de Louis XII nous valent une liste de ce type en 15 1 2479. Sous François Ier, trois autres sont bien connues pour 1527, 1528 et 153 1480. Celle de 1521 est elliptique481 et celle de juin 1537 incomplète482. Une septième, 213 dans les années 1530-1535 n’est connue que par allusion483. C’est donc lors de la période où le secours des marchands-banquiers fait défaut à la monarchie que ce procédé fleurit. Il y a là, à coup sûr, plus qu’une coïncidence. On n’en trouve plus trace en revanche pour les dix dernières années du règne qui voient le retour des prêteurs lyonnais.

147Il est possible de ventiler les fonds en fonction des catégories concernées pour quatre séries, les chiffres correspondant aux pourcentages de la valeur fournie.

148Chaque année a sa spécificité : en 1512 le monarque qui prête sur son patrimoine propre, en 1527 la place des officiers de justice, en 1528 le poids relatif de deux corps d’officiers (Chambre des comptes et Cour des monnaies) et en 1531 la présence de deux banquiers pour une somme importante. La position des officiers de finance reste, malgré les basses eaux de 1527, particulièrement importante. En 1531, si l’on met à part les banquiers, leur participation retrouve son taux « normal », avec 61,2 %. Groupe dirigeant et haut clergé suivent en appui, pour 20 à 25 % de la somme totale, 35 % en 1527. Le reste est affaire de détail ou de conjoncture. Les fonds demandés en 1512 (295 500 lt.) et en 1531 (172 833 écus) sont bien supérieurs à ceux qui sont sollicités en 1527 (75 500 écus) et à ceux qui sont effectivement obtenus en 1528 (121 530 lt.).

  • 484 Aux sources citées plus haut, ajouter A.N. J 964 n° 29, ainsi que de nombreux mandements de rembour (...)
  • 485 La date précise est ignorée mais le document fait allusion au prêt de la trésorerie de l’Extraordin (...)
  • 486 En comptant l’écu à 40 st, sa valeur légale, ce qui, on le verra, fait parfois problème.
  • 487 Ce qui sera la seule contribution, du monde de la banque effectivement versée : B.N fr 20502 f° 108
  • 488 Sur l’ensemble des revenus de l’Épargne de 1532, les sommes versées pour remboursements de prêts se (...)

149Grâce à une documentation particulièrement riche, il est possible d’avoir une idée des rentrées du prêt de 1531484. L’établissement de la liste initiale date sans doute de juin485. Dès le 21 août, les ambitions sont révisées à la baisse : 130 200 écus seulement sont dorénavant attendus des emprunts. Le 3 octobre, 36 819 écus ont été versés486. A cette date les parties à venir considérées comme sûres se montent à 57 218 écus, y compris 25 000 écus de Robert Albisse487. En revanche, par rapport à la liste de départ, le Conseil estime que 52 800 écus ne relèvent pas d’un prompt recouvrement. De fait, aucun des prêts placés dans cette catégorie ne figure parmi les mandements de remboursement. Ceux-ci, du moins ceux dont on garde trace, se montent à 136 340 lt., prêt d’Albisse exclu488. Si l’on additionne les parties reçues le 3 octobre et celles qui sont jugées sûres à cette date, toujours hors Albisse, on atteint 69 037 écus, soit, au cours légal, 138 074 lt.. La proximité des deux chiffres montre que les jugements portés le 3 octobre étaient pertinents et se vérifient globalement. En définitive, il a fallu en rabattre encore de près de moitié par rapport aux espoirs du 21 août. Est-ce un hasard si ces chiffres ultimes nous ramènent presque au niveau des prêts effectifs de 1528 ? Ainsi peut-on juger des limites de la contrainte, quand les demandes aux prélats passent de l’écu à la livre ou quand les officiers de finance ergotent sur leur cote ou leurs disponibilités.

  • 489 Un exemple au début du règne, celui d’Antoine Le Bègue, abbé de Beaupré qui, ayant reçu une lettre (...)
  • 490 Coyecque, Recueil, t. I n° 279. On retrouve cette exigence de garants de la part du Parlement pour (...)
  • 491 C.A.F., t. III n° 9954.

150En effet, si bien des « prêteurs contraints » montrent malgré tout une certaine célérité dans le versement489, un nombre appréciable d’entre eux traîne les pieds. Yves Brinon, en mai 1522, persiste dans son refus de prêter six marcs d’argent au roi, malgré plusieurs semonces, car il y met comme condition la délivrance d’une obligation du trésorier Morelet, ce à quoi se refusent les commissaires à l’emprunt, président Guillart en tête490. Si, le 22 avril 1538, les villes qui ont payé leur quote-part de la levée pour les hommes de pied sont dispensées de verser le solde des emprunts antérieurs, c’est bien qu’une partie de ces derniers reste encore à recouvrer491.

  • 492 Voir les papiers de l’inventaire après décès de Pierre Legendre, cotes 12 à 16. Ce document est pro (...)
  • 493 A.N. M.C. CXXII 15 (24-9-1529) et C.A.F., t. VIII n° 30718.

151Le cas du trésorier de France Pierre Legendre illustre les divers procédés dilatoires utilisés par les « prêteurs contraints »492. Tout d’abord, ils sont loin de répondre à la première sommation. Pour obtenir 10 000 lt., François Ier écrit à son trésorier le 22 juin 1524 d’Amboise, puis le 10 juillet de Blois et enfin le 18 de Romorantin. Une autre cote de l’inventaire des papiers de Legendre fait état de sept lettres missives écrites par le roi, le Bâtard de Savoie et Semblançay au sujet du prêt d’une somme identique. Il ne s’agit sans doute pas de la même opération car, au milieu de 1524, Semblançay est définitivement hors jeu sur le plan financier. Ce sont vraisemblablement les préliminaires débouchant sur l’octroi de 7 500 lt. au début de 1522. 7 500 lt. et non 10 000, malgré l’insistance des demandeurs. C’est pire encore en 1524 puisque le trésorier ne fournit que 3 000 lt., pour lesquelles il reçoit le 9 août une quittance du trésorier des finances extraordinaires. Legendre obtempère donc, mais pour une partie seulement de ce que souhaitait le roi. Or, la veille, le 8 août, un mandement de remboursement à son bénéfice a déjà été émis par le trésorier de l’Épargne. N’est-ce pas à cette condition qu’il a accepté de fournir ce petit tiers de la somme requise ? Il est vrai que mandement n’est pas remboursement, même quand on est trésorier de France. Lorsque Legendre meurt, en février 1525, il est créancier du roi pour 12 500 lt., 9 500 livres prêtées sans doute en 1523 s’ajoutant aux 3 000 lt. de sa dernière contribution. Cet argent est toujours dû en septembre 1529 ; dix ans plus tard, au début de 1539 un nouveau mandement de remboursement pour les 3 000 lt. est émis, qu’on espère plus efficace que le précédent493. Les réticences initiales de son serviteur n’ont donc pas empêché le roi de le faire contribuer. Est-ce la disparition de Legendre qui fait traîner ainsi le remboursement ? Il est permis d’en douter puisque son principal héritier n’est autre que Nicolas de Neufville, alors fort bien en cour. En fait, les difficultés de remboursements de la part de la monarchie, comme on le verra bientôt, sont une constante.

b. Tirer profit du fardeau imposé ?

  • 494 O.R.F., t. III p. 263. Le même texte fournit des garanties aux acquéreurs de biens aliénés.
  • 495 B.N. fr 2977 f° 15. Sur les prêts sans intérêts reçus à Anvers par Charles Quint : Braudel, Emprunt (...)
  • 496 Rey, Finances sous Charles VI, p. 279.
  • 497 A.N. J 963 n° 23. L’affaire provoque un scandale au Parlement lors de la « réception » des nouveaux (...)
  • 498 Mandrot, Batarnay, p. 251-254, 369 et 374.

152Le crédit offert au roi par les « prêteurs contraints » n’est cependant pas pour eux une opération entièrement négative, y compris sur le plan financier. En effet, même s’il s’agit plus de dédommagement que de rémunération du capital, dans de nombreux cas la monarchie indemnise ses créanciers. Le 14 janvier 1523, le monarque intervient de façon à ce que ceux qui lui ont prêté en Languedoc « feussent satisfaictz et paiez des pentions et rentes qui leur ont esté ou seront assignez »494. Si Duprat se croit obligé de préciser dans une lettre au roi que « les avances qu’[il fait] faire sur [sa] prière se font sans payer aucuns interestz », c’est que cela est loin d’être la règle495. Pour l’époque de Charles VI, Maurice Rey évoque des emprunts forcés « qui ne rapportaient rien, cela va sans dire, à ceux qui les souscrivaient, que des dons occasionnels »496. Cette ultime restriction, selon la forme qu’elle prend, peut transformer une exaction mal tolérée en une (relativement) bonne affaire. Ainsi Nicolas Le Coincte devenu général des monnaies reçoit-il, après un prêt de 30 000 lt. en 1529, deux offices de conseillers au Parlement de nouvelle création « pour récompense du service fait »497. Ainsi Ymbert de Batarnay, qui fournit des fonds à Louis XII puis à François Ier se montant au total à 12 000 ou 12 200 lt., jouit-il du revenu du grenier à sel de Loches, soit 600 lt. par an, ce qui représente un profit annuel de 5 %498. Profit modeste, qui correspond à la rentabilité théorique de la terre, et reste nettement inférieur à celui de la rente, mais profit tout de même.

  • 499 C.A.F., t. VII n° 28273.
  • 500 C.A.F., t. IV n° 12642 ; Guéraud, Chronique lyonnaise, n° 22.
  • 501 Voir le cas de cet emprunt en Languedoc en 1494 que le roi se propose de « tauxer et ordonner jusqu (...)
  • 502 Gascon, Lyon, p. 695.

153Mais n’est-il pas un peu abusif, dans ce dernier cas, d’établir un lien direct entre les deux opérations ? Les Clèves-Nevers, dont on ne sache pas qu’ils prêtent au roi, n’en sont pas moins bénéficiaires d’amples largesses sur les greniers. Il est vrai que leur statut de grands feudataires explique sans doute qu’ils fassent l’objet d’un traitement de faveur. Bien des cas de profits n’en sont pas moins ambigus. Ainsi des mandements de remboursement qui font suite au prêt taxé de 1531 déjà évoqué. Ceux qui ont fourni des écus sont assignés, en livres tournois, pour un montant supérieur au cours légal qui est de 40 st par écu. A titre d’exemple, le chancelier Duprat qui a avancé 10 000 écus, doit recevoir 21 500 lt., l’évêque de Chartres 1 290 lt. pour 600 écus, celui d’Autun 2 200 lt. pour 1 000 écus. Est-ce tout simplement parce que, pour acheter les belles pièces d’or qui se négocient au-dessus du cours légal, ils ont eu une perte équivalente ? Cela est possible. L’écu au soleil, qui vaut au cours marchand autour de 41 s. 6 dt au printemps de 1530 lors du rassemblement de la rançon, coûte 44 s 1 dt en 1531 au responsable des pensions anglaises499. Cependant, aucune certitude n’est possible, car les fournisseurs d’écus ont pu en fait les extraire de leurs bas de laine et non les acheter. Cela semble probable pour Duprat, dont on connaît les capacités de thésaurisation. Dans ce cas, leur profit serait une prime à la fourniture d’espèces d’or. Autre cas embrouillé, cette fois-ci à cause de la documentation, celui d’un prêt de 60 000 lt. par la ville de Lyon en 1542. L’assignation de remboursement faite par Tournon porte sur l’aide de deux écus sur les étoffes génoises entrant dans le royaume. La ratification royale semble entériner cela et prévoir des versements par quartier de 5 000 lt. sur trois ans. Aucun intérêt n’est évoqué. Or le chroniqueur lyonnais Jean Guéraud affirme que le roi « entend donner dix pour cent par an de prouffict, assignant le tout sur la gabelle des deux escutz pour pièce d’entrée de vellours de Gênes »500. L’un des deux documents est-il erroné ? Rien ne permet de l’affirmer. Pour tenter de les concilier, une seule solution : la ville n’aurait pas versé 60 000 lt., mais 54 000 lt. en fait, bénéficiant d’une « ristourne » de 10 %, soit deux sols par livre501 ? Richard Gascon permet d’envisager une autre solution, celle de la concession pure et simple à la ville du droit des deux écus pendant trois ans, lui assurant sans doute un profit, mais ici aléatoire502.

  • 503 Avec un cas original, celui de Soleure en 1528. La pension française qui lui revient est en retard. (...)
  • 504 Tarbé, Trésor, p. 294-297.
  • 505 B.N. fr 2976 f° 65 [9-2-(1530)].

154Certains documents en revanche ne laissent aucun doute sur l’existence d’intérêts pour les « prêteurs contraints ». C’est le cas des moins contraints d’entre eux bien sûr, les prêteurs suisses en particulier503, mais aussi des détenteurs de rentes sur l’Hôtel de Ville ou des créanciers de Semblançay. Cependant une bonne part de ces derniers ne sont qu’indirectement rattachables au crédit contraint. L’emprunt des trésors des églises en 1522 offre un cas limite puisque François 1er va jusqu’à proposer des intérêts aux communautés dépouillées en « leur donnant prouffict à raison de cinq pour cent ». Le chapitre cathédral de Reims refuse cette offre : il n’aurait plus manqué que les clercs fissent trafic d’un trésor dont ils ne se disent pas même propriétaires, mais simples gardiens504 ! De toute façon, il est bien d’autres procédés pour tirer profit des avances que la simple et directe rémunération du capital. On peut prêter en échange d’une concession royale, privilège pour une cité ou au détriment d’une autre, s’il faut en croire la rumeur lyonnaise concernant le désir des Parisiens de borner les privilèges des foires. Prêter donne aux officiers du roi un poids et une stabilité accrus et facilite la transmission héréditaire. C’est aussi un excellent moyen de s’assurer les bonnes grâces du souverain. Nicolas de Neufville précise à Montmorency que, pour la rançon, il a « faict dilligence de [son] costé d’assembler les X m escuz qu’[il a] promis au Roy, lesquelz [a] fourniz tous en escuz soll. […] dans un beau sac de cuyr tout neuf ». Sa péroraison est sans ambiguïté : « Je vous supplie monseigneur en advertir le Roy et madame car je désire qu’ilz entendent que je ne veulx estre des derreniers à faire mon debvoir ». Suit alors immédiatement une demande de don de draps de soie confisqués…505

  • 506 Voir les remarques de Guenée (Bernard), L’Occident aux XIVe et XVe siècles. Les États, Paris, 1981 (...)
  • 507 Autrand, Parlement, p. 229 et 239.
  • 508 Cette approche reste d’actualité bien au-delà de la Renaissance. Voir Porchnev (Boris), Les soulève (...)
  • 509 Voir sur ce point les analyses de Bien, Offices, p. 381, 40M02, en particulier p. 401 : « Le mainti (...)

155Dans les derniers siècles du Moyen Age, l’octroi de crédits au roi apparaît parfois comme un choix délibéré d’une partie des classes dirigeantes. C’est un bon moyen d’éviter l’impôt en fournissant immédiatement au souverain les fonds dont il a un besoin urgent avec, à la différence de l’impôt, des intérêts parfois et surtout l’espoir d’un remboursement d’autant plus probable qu’on est élevé dans la hiérarchie sociale506. C’est en particulier le cas des officiers de justice, qui prêtent en sollicitant l’exemption de taille507. Mais si certains avantages ont pu être conquis dans une période antérieure, la situation dans la première moitié du XVIe siècle paraît moins propice : les villes, les clercs et les officiers sont, selon des modalités diverses, à la fois de plus en plus imposés et en même temps toujours soumis à l’emprunt. Mais ils conservent malgré tout une situation bien plus favorable que les simples taillables508. Aussi peut-on prendre à rebours la question des liens entre crédit et « privilèges ». Plutôt que de voir dans ces derniers une « conquête » obtenue grâce au crédit, on peut se demander si la monarchie, devant ses propres difficultés à emprunter, n’est pas tenue de garantir par des privilèges le crédit de corps et communautés qui, à leur tour, lui consentent des avances509. Relation dialectique donc entre le pouvoir et les classes dominantes en ce domaine.

  • 510 Voir l’exemple des intérêts portés dans les années quarante et au-delà par deux cités du Sud-Est : (...)

156Les « victimes » du crédit contraint conservent donc une certaine marge de manœuvre face au pouvoir royal. Mais elles ne peuvent se dispenser de participer. Cette participation est le plus souvent directe et peu médiatisée. En ce domaine, l’État de finance de la Renaissance apparaît beaucoup plus transparent dans son fonctionnement que celui du XVIIe siècle, même si l’on ne peut totalement exclure l’existence de réseaux souterrains que la documentation disponible ne permettrait pas de mettre à jour. Cette transparence relative trouve son explication dans le fait que l’impact socio-financier de la monarchie et de « l’État moderne » en gestation reste pour l’heure assez réduit. Le crédit contraint permet cependant de faire face à bon nombre d’urgences et de pallier les insuffisances et les ratés du crédit procuré par les marchands-banquiers. Au niveau central, il semble tenir une moindre place à la fin du règne, alors même que se développe un important marché financier « public ». Dans le même temps, les prêteurs contraints d’Italie et de Suisse ont disparu. Véritable relais ou simple erreur d’optique causée par la réduction de la documentation disponible ? N’y a-t-il pas dans les années 1540 diffusion de la demande de crédit contraint au niveau provincial voire local ? Des études plus précises permettront de le déterminer. Quoi qu’il en soit, les sollicitations ne disparaissent jamais, et ceux qui, en tant que personnes privées ou que corps constitués, ont du crédit, doivent parfois porter le fardeau d’intérêts que la monarchie rejette sur eux, souvent il est vrai en contrepartie de certains avantages510. Le report des engagements financiers de la monarchie, sur les dominants avant tout, se révèle alors une pratique presque systématique.

III. Le crédit imposé

A. Tout acteur est preteur

  • 511 Ehrenberg, Fugger, p. 8.

157« Tout paiement princier différé devenait une sorte de dette flottante »511. Donner tout son sens à cette formule, c’est prendre la notion de crédit dans une acception beaucoup plus large que celle qui se limite aux simples prêts au souverain. Une telle extension s’impose : cette pratique est en fait extrêmement répandue et touche toutes les catégories qui approchent l’État et s’impliquent peu ou prou dans son fonctionnement. « Mauvais payeur », le souverain cherche à profiter largement des possibilités financières que lui offrent ses sujets, de la tentation que représentent les fonds consignés en justice à la quasi obligation faite aux agents de haut rang de gérer partiellement sur leur crédit personnel les armées, les garnisons ou les ambassades. Pour le « créancier », cette participation est d’autant plus impérative que sa proximité avec le pouvoir est étroite. En servant le roi, il sait devoir s’attendre à y aller de sa bourse. Mais l’influence politique et sociale est à ce prix.

1. Le roi et ses justiciables : la « saisie » des consignations

  • 512 Sous Louis XI pour le rachat des villes de la Somme : Wolfe, Fiscal System, p. 56 ; voir Schnapper, (...)
  • 513 B.N. fr 3911 f°43 v°.
  • 514 C.A.F, t. VI n° 19116 (8-4-1527).
  • 515 Ibid., t. I n° 1952 (24-12-1523). Si la mesure paraît générale, l’acte ne concerne que 8 000 lt. dé (...)
  • 516 A.N. X1a 8612 f° 113 v°.

158Avant d’aborder les agents royaux, observons le sort fait à certains de ceux qui font appel à la justice royale. Dans des affaires litigieuses, des fonds sont consignés jusqu’au jugement définitif au greffe du tribunal concerné par la procédure. Ils sont le plus souvent déposés aux mains d’un consignataire de justice qui en a la garde. A plusieurs reprises, cet argent est « emprunté » par le roi, qui reprend ici une pratique traditionnelle, attestée sous Louis XI ou Louis XII512. Dès l’automne 1515, François Ier y a recours : les consignations du Parlement doivent être remises à Semblançay. La cour y consent, « pourveu que iceluy de Beaune et les trois autres généraux des finances obligeront eux et leurs biens et chacun seul et pour le tout au greffe de ladicte cour de rendre et restituer lesdicts deniers comme deniers de justice »513. En septembre 1519, 6 100 lt. consignées à l’occasion d’un procès devant le tribunal du sénéchal du Maine sont prélevées par Jehan Sapin, receveur général de Languedoïl514. Opération ponctuelle ou trace isolée d’une mesure plus large, cette initiative étonne un peu en temps de paix. Rien de surprenant en revanche à voir prendre une mesure d’emprunt de ce type à la fin de décembre 1523515. Une nouvelle saisie, pour laquelle on ne dispose aussi que d’une information isolée concernant le Parlement de Paris, se produit en juillet-août 1528516.

  • 517 A.N. J 968, 12/1.
  • 518 C.A.F., t. VIII n° 30073-74. Et il ne s’agit probablement que d’une partie des fonds empruntés.
  • 519 A.N. M.C. XIX 149 (2-4-1538).
  • 520 A.N. M.C. LIV 12 (21-2-1538). L’acte correspond au remboursement par le commis à la recette d’Outre (...)
  • 521 C.A.F., t. VI n° 22825.
  • 522 A.N. PP 99 p. 102.

159C’est pour les années 1537-1538 que nos renseignements sont les plus fournis. Le trésorier de l’Épargne déplore le 11 avril 1538 de ne pouvoir envoyer des fonds d’Outre-Seine au chancelier car les clercs du commis de cette recette lui « ont remonstré qu’il a convenu rembourser les consignations qui avoient esté emprunctées l’année passée mesment [sic] celles qui doivent revenir à madame de Nevers et à madame d’Estampes, à raison de quoi ilz ne pevent comme ilz m’ont fait entendre riens faire porter par delà »517. En août 1537, le responsable de l’Extraordinaire des guerres Martin de Troyes reçoit de Pierre Thiersault, examinateur au Châtelet et de Thibaut Hotman, marchand bourgeois de Paris, tous deux consignataires de justice, respectivement 15 000 lt. et 17 344 lt., pour l’armée de Picardie518. L’argent remis par Thiersault provient de la consignation d’une partie de la valeur de la seigneurie de Challeau, « adjugée par décret à hault et puissant sgr monsgr Jehan de Bretaigne, duc d’Estampes et à dame Anne de Pisseleu sa femme » pour 42 000 lt.519. Parmi les fonds que détenait Hotman, 4 460 lt. concernent « le différend entre Loise [Becdelièvre, veuve de Denis Duval] et autres au moyen de l’adjudication de la seigneurie de la Corsillière », terre qui appartenait auparavant à Guillaume de Beaune520. Avec le retour des guerres, à la fin du règne, le procédé refait surface : une déclaration du 25 mai 1544, en une période particulièrement difficile pour le roi, ordonne le versement aux receveurs généraux des finances des fonds des greffes521. On garde trace de cette procédure pour les sénéchaussées de Guyenne et Bazadais522.

  • 523 A.N. M.C. VIII 47 (15-2-1535) et 175 (10-2-1535).
  • 524 C.A.F., t. III n° 8843 ; A.N. J 965, 4/13. Plusieurs sources concernant l’affaire parlent par erreu (...)
  • 525 B.N. Dupuy 486 f° 83 (27-3-1537).
  • 526 B.N. fr 3048 f° 161.
  • 527 C.A.F., t. III n° 8866 et t. VI n° 21233.
  • 528 A.N. J 958 n° 25
  • 529 C.A.F., t. VIII n° 29373.
  • 530 A.N. J 966, 27/19. La terre de Méru restant en définitive aux mains de Montmorency, ce remboursemen (...)

160La saisie des consignations nous est surtout connue par des procès mettant en jeu des sommes importantes. Ceux-ci sont d’ailleurs seuls à même de procurer au trésor un soulagement réel, quoique momentané. L’affaire la plus retentissante touche Anne de Montmorency en personne. En février 1535, il acquiert pour 20 000 écus la seigneurie de Méru des héritiers de Ferry d’Âumont523. Or Louis de Rouville, grand maître des eaux et forêts de Normandie et mari de Louise d’Aumont, entame une procédure de retrait lignager et obtient un arrêt du Parlement en sa faveur le 16 février 1537. Ce qui nous importe ici est que cette somme importante est consignée et que le roi entend s’en servir. L’argent, destiné une fois encore à l’Extraordinaire des guerres, sera remboursé à Montmorency si le retrait est effectif. François Ier fait cautionner l’opération par le général d’Outre-Seine Antoine de Lamet auquel, le 16 mars suivant, il octroie une lettre portant promesse de garantie pour cette caution524. « Il n’entend que led. sgr de Lamect se oblige par corps, en dérogeant par exprez quant à ce aux ordonnances et stille » du Parlement. Mais ce dernier fait difficulté, rappelant « que quant il a esté question en cas semblable prendre pour les affaires du Roy deniers consignez en justice, les quatre généraulx se sont obligez chacun d’eulx ung seul et pour le tout et comme dépositaires de justice », ainsi qu’on l’a vu plus haut en 1515525. La Chambre des comptes traîne également les pieds. Le 30 mars, dans une lettre à Montmorency, le chancelier évoque l’affaire et explique que Lamet est relevé « de se obliger par corps veu son aage et qualité » et « que d’ailleurs y a bonne seureté sur les deniers d’Oultre Seyne dont led sr de Lamet a la charge »526. Du Bourg annonce pour le Parlement « une seconde jussion, sur laquelle ne feront difficulté ». Quant à la Chambre des comptes, elle est priée le 2 avril de ne pas soumettre Lamet aux contraintes par corps. Devant sa résistance, une lettre de jussion est là aussi envoyée le 8 avril527. La riposte royale semble efficace : dès le 14 avril, Loys Caillaud, un fidèle du chancelier, « espère que les XX m [écus] de consignation touchant Méru seront mis ce jour d’huy es mains du commis de Martin de Troyes »528. De fait, au mois de mai, une assignation est levée sur cet argent. Il a été mis à la disposition du roi par Simon Cressé, orfèvre de Paris, le consignataire de justice529. Malgré les garanties royales, à l’heure du remboursement, Lamet est tracassé, en particulier par un Parlement sans doute heureux de prendre une tardive revanche. Le général d’Outre-Seine, en avril 1538, écrit à la fois au roi, pour qu’il lui plaise commander de faire rendre la somme et au chancelier, pour l’intéresser à son cas : « Il vous a pieu, monseigneur, me dire tousjours que je n’y auroys point de perte. Vous supplie de rechief qu’il se puisse ainsi faire »530.

2. Le roi et les fermiers : avancer pour participer

  • 531 B.N. fr 2977 f° 41 (2-7-1521 ou 1522).

« Aucuns praticiens gens notables se sont tirez devers nous et nous ont remonstré que les greffes du Chatellet de Paris tant hault que bas seront à bailler à la Sainct-Remy prochainement venant que finira le bail fait par le roi ou ses officiers, lequel bail et ferme des greffes avoit esté mis au plus offrant et dernier enchérisseur à la somme de IIII m V c lt. qui est le plus hault pris en quoy ils furent jamais baillez et nous ont offert que les leur vouldroit bailler aud. pris pour dix ans qu’ilz avanceront au Roy la somme de dix mil lt. pour le remboursement de laquelle somme de X m lt. leur sera desduict chacun [an] sur lad somme de IIII m V c lt. la somme de mil lt. »531.

  • 532 B.N. P.O. 2326 (Poncher) n° 55.
  • 533 B.N. fr 25720 n° 175 (15 000 lt. d’avance pour un fermage de 10 500 lt. par an)
  • 534 B.N. fr 14368 f° 150 (20 000 lt.) et fr 25720 n° 232 (10 000 lt. d’avance, ferme de 29 500 lt. pour (...)
  • 535 C.A.F., t. II n° 4016-17 (17-5-1531) ; A.N. J 9601 f° 9 et B.N. fr 3122 f° 118.
  • 536 B.N. fr 25720 n° 238 (9-10-1523). Les fermiers obtiennent en contrepartie une prolongation de bail (...)

161Chargés d’aliéner et d’emprunter, les commissaires parisiens Baillet, Guillart et Luillier soumettent au roi cette proposition, qui leur semble raisonnable. Il est plus que probable que la monarchie acceptera l’offre, d’autant que si une avance est indispensable pour emporter une ferme, celle qui est ici proposée représente plus de deux ans des rentrées, niveau fort élevé. On le retrouve pour la ferme des draps de soie à Lyon, en 1528, avec une avance de 30 000 lt. pour un montant annuel de 14 500 lt.532. Pour la vicomte de l’eau de Rouen en 1521, on se situe autour d’un an et demi d’avance533. Plus fréquent semble le prêt d’une année du montant de la ferme, de la traite et grande coutume de Bordeaux vers 1527 à la ferme des ports et passages de la sénéchaussée de Toulouse et Bigorre vers 1520534. Lors des baux négociés en 1531 pour trois ans, l’année avancée doit servir au payement de la rançon. Le Conseil espère 50 000 écus de ces avances, qui sont mentionnées sur la liste des prêts de 1531. Mais, en octobre, il n’est plus question que de 13 000 écus des fermes parisiennes, et encore cette somme n’est-elle pas de prompt recouvrement535. En cas de grande nécessité, le roi de France se permet même de demander une nouvelle avance en cours de bail, comme celle dont est victime en 1523 le consortium italien qui gère la ferme des draps à Lyon. Il fournit alors 20 000 lt. auxquelles s’ajoute même un don de 5 000 lt.536. Ceci n’est possible qu’avec des fermiers dont les reins financiers sont particulièrement solides et dont la ferme doit être fort rentable.

  • 537 B.N. fr 10406 n° 14.
  • 538 B.N. fr 3031 f° 7 [27-8-(1527)].
  • 539 A.N. J 966, 27/11. Certains fermiers demandent encore un gain plus élevé à cause de l’importance de (...)

162Cette solidité s’impose aussi quand le commencement effectif du bail est fort éloigné du versement de l’avance. Ainsi le nouveau bail de la ferme des draps est négocié en 1528, avec une avance immédiate de 30 000 lt.. Or la prise de possession effective n’aura lieu qu’en 1532. Pour le bail des aides et gabelles de Lyon qui débute le premier octobre 1529, une assignation court déjà sur l’avance le 30 juin 1528537. Mais lorsqu’on dispose de moyens suffisants pour prendre part aux affermages, on peut à terme envisager de bons profits, car la monarchie toujours à court de liquidités est souvent obligée de faire des concessions à moyen terme pour obtenir des fonds dans l’instant. Le chancelier Duprat cherche à recouvrer « d’une ferme de Paris […], vingt milles livres comptant en faisant de deniers parisis tournois qui est le moindre intérestz que scaurez bailler »538. Apparemment, les avances entraînent ici une « remise » appréciable de 20 %, puisque cinq deniers parisis équivalent à quatre deniers tournois. Est-ce parce que la somme fournie est particulièrement élevée par rapport à la ferme ? En 1537, des commissaires aux emprunts en Outre-Seine jugent que « la perte est juste de diminuer le parisis à tournois en faisant advance de trois années ou environ et faisant un pris commun de six ou plusieurs années précédentes de la valeur que ont monté les d fermes »539. Il est vrai que trois ans d’avance correspondent effectivement à un engagement exceptionnel.

  • 540 Doucet, État général, p. 55.

163Rares sont les cas précis où l’on peut évaluer les profits. On dispose au moins de l’exemple des aides d’Auxerre. En 1523, elles sont baillées pour deux ans « à charge d’advancer comptant au trésorier Prévost, pour l’extraordinaire [des guerres], IIII m II c lt. ». Cette avance couvre en fait tout le bail540. Or la ferme rapporte 2 500 lt. par an, ce qui assure donc un confortable profit de 800 lt. en deux ans, soit 19 % par rapport à la somme investie. Mais, et il faut y revenir encore, cela n’est possible qu’à celui qui possède des liquidités importantes et disponibles.

  • 541 Voir des exemples pour des greniers d’Outre-Seine : A.N. M.C. XIX 42 (16-7 et 8-8-1516) ; pour les (...)
  • 542 O.R.F., t. III n° 301, p. 99.
  • 543 A.N. Zla 53 f° 17 v° et 307 v° -308.

164L’avance comme condition d’obtention des marchés « royaux » ne se limite d’ailleurs pas aux fermes. Le marchand qui veut obtenir le droit de fournissement d’un grenier à sel doit faire de même, tout comme celui qui est intéressé par une coupe de bois provenant du domaine royal541. Quand des morceaux de ce dernier sont aliénés, on n’emporte l’affaire qu’« en avançant par les preneurs […] le tout ou la plus grande partie de l’argent comptant »542. C’est ainsi qu’aliénations et affermages, par delà les distinctions juridiques, se rejoignent. Et il faut parfois renouveler son effort. Le roi, sans doute en 1524, « contrainct les marchands ayant le droit de fournissement desd greniers [de Languedoïl] à luy prester certaine grosse somme de deniers ». En échange de leur geste « spontané », les marchands concernés obtiennent l’autorisation d’augmenter les tarifs de vente de leur sel543.

3. Le roi et son personnel

  • 544 Sur les retards de gages pour le Parlement de Paris, voir par exemple O.R.F., t. VIII p. 406 et not (...)
  • 545 A.N. J 966, 27/1.
  • 546 C.A.F., t. II n° 5708, t. VI n° 22089, t. II n° 4498 et 3924.
  • 547 A.N. KK 351 f° 40 v° et 56 v°. Ce spécialiste de la marine, auteur du Livre des Faiz de la Marine e (...)

165A nombre de ses agents, le souverain impose tout d’abord d’assurer leur propre entretien lorsqu’ils sont à son service, en attendant leurs gages ou leurs pensions544. Antoine de Lamet rappelle en septembre 1536 au chancelier que, depuis cinq mois qu’il a quitté la cour pour le service de sa charge, il a toujours vécu à ses dépens « qui ont esté grans »545. Mais en outre, les serviteurs du roi sont sollicités à tout moment, pour des sommes importantes ou réduites, pour des motifs variables à l’infini. C’est le notaire et secrétaire Jean Barrillon qui avance dix-huit lt. pour le port d’une lettre du roi au chancelier. C’est Catherine de Saint-Aubin, demoiselle de la maison de la Dauphine et de celle de Marguerite de France, qui fournit soixante-sept lt. pour acheter une bordure de collet d’or émaillée de rouge, ou Jean Bourcelot, archer des toiles de la vénerie du roi, qui finance de ses deniers le rhabillage de soixante toiles. Ce sont enfin Montmorency et Saint-Pol qui prêtent au roi quelques poignées d’écus, apparemment lors d’une partie de jeu de paume546. Mais les demandes peuvent monter beaucoup plus haut : le premier huissier de salle du roi, Anthoine de Conflans, a ainsi déboursé 7 500 lt. d’avances pour des frais de voyages et pour des navires547. Les principales « victimes », cependant, se recrutent parmi les ambassadeurs et les chefs de guerre.

a. Les ambassadeurs

  • 548 A titre d’exemple, les 6 375 lt. versées à Gabriel de Gramont qui part comme ambassadeur à Rome : C (...)
  • 549 B.N. fr 2963 f° 194.
  • 550 A.N. J 965, 7/14.
  • 551 B.N. fr 3080 f° 153 [8-7-(l 529)].
  • 552 C.A.F., t. VIII n° 30995 : il a emprunté 10 000 ducats, pour le remboursement desquels on doit lui (...)

166Lors de leur envoi en mission, les représentants du souverain reçoivent souvent une avance de fonds pour leurs frais à venir548. Mais l’expérience prouve que cela leur suffit rarement. Dans l’attente d’un complément, l’ambassadeur doit y aller de ses propres réserves d’abord, de son propre crédit ensuite. C’est un chœur de plaintes qui monte alors vers le Conseil du roi. Lamet, en Suisse en 1521, se lamente : « Je ne scauroys remédier aux affaires du Roy sans argent et, quelque chose que j’en aye escript, suis encore à en avoir et si je n’en eusse eu du mien propre m’en feusse très mal trouvé »549. Tournon déplore en 1537 le sort des « pouvres évesques de Roddetz [Georges d’Armagnac] et de Lavaur [Georges de Selve] qui sont en continuelle et grande despence sans avoir esté secouruz de ce qui leur est deu long temps y a »550. Guillaume du Bellay intervient auprès de Montmorency en faveur de son frère Jean, alors à Londres, pour « faire qu’on luy ordonne le parpayement de ce qu’il a avancé qui monte en reste, outre les deux mile francs jà ordonnez, II m V c XXVII lt. […] ce moys y compris, et s’il ne donne ordre de payer où il doibt il ne trouve plus que luy veuille faire crédit »551. Même au Levant, les envoyés du roi doivent s’engager, à l’image de Saint-Blancard552.

  • 553 B.N. fr 2994 f° 140v°.
  • 554 Du Bellay, Correspondance, t. I p. 298-299 (15-10-1532).
  • 555 Voir des versements dans C.A.F., t. IT n° 3974 (Gramont, Rome), n° 4036 (Saint-Bonnet, Ferrare) et (...)
  • 556 C.A.F., t. III n° 9542 : prorogation à Antoine de Rincon du revenu de la châtellenie de Germolles e (...)
  • 557 A.N. J 966, 44/5.

167Lamet se résout mal à emprunter : « Je n’ay pas ung escu pour satisfaire [à mes obligations], écrit-il au roi, et sera peu d’honneur pour vous qu’il faille ue j’empruncte de l’argent pour mon vivre propre ou autrement. Si je n’en empruncte, seray contrainct de saillir hors du pays »553. Si le pouvoir fait la sourde oreille, les ambassadeurs insistent à l’envi sur la mauvaise image de la France que donne leur manque de fonds. « Il y a longtemps que je n’euz argent », constate de Rome François de Dinteville dans une lettre au cardinal du Bellay. Il ajoute : « Je vous lesse penser sy gens qui font volontiers bonne chère comme moy et comme doibt faire ung ambassadeur d’un roy de France feront grosses despenses ou nom ». S’il ne reçoit rien, il renverra en France la moitié de ses gens « et ne retiendra] que six varletz, comme ung ambassadeur d’Urbin »554. Le règlement des avances se fait lentement, souvent même après le retour en France555. Le plus souvent, cela se fait en argent, plus rarement avec l’aliénation provisoire d’un revenu domanial556. Reste qu’on peut s’interroger sur l’éventualité d’« ardoises » laissées impayées par les intéressés dans leur résidence étrangère. Georges de Selve, qui accompagne le pape à Nice en 1538, est harcelé par ses créanciers, et ce d’autant plus qu’il ne doit pas retourner à Rome557. Est-il sûr qu’il les contentera tous ?

b. Les responsables militaires

  • 558 Qui a pour conséquence les emprunts locaux en vivres ou en espèce contractés par les gendarmes « de (...)
  • 559 Cité par Paris, Études, p. 191. Ces affirmations sont excessives.
  • 560 B.N. fr 2978 f° 42 [8-8-(1521)] et 2985 f° 65 v°.
  • 561 C.A.F., t. I n° 461 ; A.N. Zla 57 f° 168 (15-3-1532).

168Avec la guerre et les armées, les sommes en jeu sont bien plus considérables qu’avec les ambassades. Le retard dans le versement des soldes constitue une première forme de crédit forcé, qui a déjà été évoquée558. Pour soulager les troupes, mais également dans d’autres cas de figure, les cadres sont contraints de s’investir financièrement. Pour bien mettre en évidence l’étendue du phénomène, il me paraît nécessaire de fournir des illustrations concernant des personnages dont les positions, quoique toutes d’encadrement, sont très variées. C’est évidemment à la tête des armées que l’engagement est le plus massif. L’année 1521, année difficile s’il en est, s’avère particulièrement éclairante. Au Nord-Est, en août, le connétable de Bourbon, et le maréchal de Châtillon qui l’accompagne, engagent leur vaisselle pour le ravitaillement de Mouzon et Mézières. Lautrec en Milanais, si l’on en croit Le Ferron, nourrit les soldats « du sien » pendant cinq mois. Lui et ses amis se sont « endebtez partout »559. En Guyenne, Bonnivet manquant de fonds déclare au roi le 19 septembre : « Je y ay faict plus qu’il ne m’a esté possible jusques icy mais je ne le puis plus continuer […] ; monsieur le général de Normendie [Thomas Bohier] et moy y avons employé, nous, nos amys et crédit pour plus de cent mil francs »560. L’amiral ne fournit d’ailleurs des fonds que lorsqu’il dirige des troupes, comme en 1516 et en 1523-1524 en Milanais, avec respectivement des avances connues se montant à 2 400 lt. et 7 000 écus561.

  • 562 B.N. fr 20502 F 150 [20-5-(1528)].
  • 563 A.N. J 967, 48.
  • 564 Potter, Picardy, p. 251. Il fournit par exemple 1000 écus sur ses fonds propres pour les fortificat (...)
  • 565 B.N. fr 3064 f° 30 [23-l-(1527 ou 28)] ; Doucet, Parlement 1525-1527, p. 76.
  • 566 C.A.F., t. VI n° 23668 ; Doucet, Parlement 1525-1527, p. 85.
  • 567 Lot, Recherches, p. 231 ; A.N. M.C. XIX 152 (10-7-1539).
  • 568 A.N. J 966, 24/4.

169Pour ces chefs de guerre se pose rapidement le problème de la limite de leur crédit car, comme l’écrit Bonnivet en 1521, « y faire davantaige, cela passe notre puissance ». Un tel constat est fréquent. En 1528, Saint-Pol qui prend la tête d’une armée s’aperçoit qu’il lui faut faire des avances pour accumuler des vivres. Sceptique sur ses capacités à mobiliser des fonds, il s’en ouvre à Montmorency : « Vous scavez bien que en mon endrois je ne puis faire cela »562. Bury, qui commande en Piémont en 1536, met en évidence combien une telle fonction exige de solidité financière. Il est au regret de demander qu’on casse une partie de ses troupes car, affirme-t-il, « je ne suis pas assez grant seigneur pour les entretenir »563. Les responsables des provinces frontières, Bury le montre, sont évidemment en première ligne. En Picardie, dans les années vingt, Vendôme est fréquemment sur la brèche564. En Languedoc, face aux retards de solde des gens de pied, Clermont, lieutenant général pour Montmorency, est « contrainct de leur préster de l’argent de [sa] bource tant qu’[il peut] » en 1527-1528. En Champagne, lors de la difficile période de 1524-1525, le comte de Guise, gouverneur de la province, avance 50 000 lt. pour l’entretien des troupes565. Dans les différentes places fortes, les responsables font de même : Hugues de Loges à Tournai en 1521 et du Lude à Saint-Quentin en 15 2 5566 ; le comte de Pontresme à Pignerol en 1537 et le « vis gouverneur d’Ast » Pierre de Bérard peu après567. D’où leur insistance pour obtenir le versement de leurs propres gages et pensions. Comme le rappelle en 1536 le comte de Montrevel, gouverneur de Bourg-en-Bresse, dans une sollicitation au chancelier : « Je vous assure, monsgr, que pour le service du Roy je faiz icy une grande despense »568.

  • 569 Audouin, Administration, t. II p. 43.
  • 570 Avance de Maure de Nouale, porte-guidon de la compagnie du maréchal de Trivulce à un trésorier des (...)
  • 571 C.A.F., t. VII n° 27741 (sans date) et t. III n° 12838 (21-12-1542).
  • 572 Körner, Solidarités, p. 429. Un exemple d’avances des capitaines suisses en 1544 en Piémont dans Du (...)

170Sous les commandants en chef, les responsables d’unité sont aussi mis à contribution. Dans sa vieille Histoire de l’administration de la guerre, Audouin rapporte une anecdote qui a trait au règne d’Henri II. L’armée française en Italie est souvent abandonnée à elle-même. Les capitaines de compagnies, faute de fonds, empruntent. Mais le crédit de ces officiers inconnus étant insuffisant, le maréchal de Brissac a « la générosité d’être garant pour tous », lui qui, par ailleurs, règle aussi directement certains fournisseurs569. Le garant n’est sans doute pas inutile, mais l’augmentation du nombre des emprunteurs démultiplie malgré tout les possibilités de crédit. Les compagnies d’ordonnance aussi bien que les mercenaires nécessitent que leurs responsables directs s’impliquent570. Ce qui fait que même les capitaines de lansquenets tels le comte Wolf en 1525 ou Christophe du Hastat en 1542 fournissent du crédit au roi de France571. Ils se retrouvent logés, ce faisant, à la même enseigne que les capitaines suisses572. Il est possible que ces chefs de mercenaires aient mis en place, parallèlement à un réseau de recrutement, un réseau de crédit pour faire fonctionner leur « entreprise ».

  • 573 Du Bellay, Mémoires, t. IV p. 202.

171En cas de besoin, les chefs d’armée ratissent le plus large possible. Un épisode est particulièrement révélateur. Le roi a autorisé Enghien à combattre à Cérisoles, ce qui provoque une ruée de nobles qui viennent à leurs frais participer à la bataille. Enghien, en attendant que les fonds royaux, qui tardent à venir, lui parviennent, puise dans l’argent qu’ils ont apporté avec eux, « car pour estre gens de maison, chacun avoit apporté le fonds du coffre, lequel soudain mondict seigneur d’Anguien vuida de leurs boistes pour contenter les soldats, attendant la venue de l’argent du Roy »573.

  • 574 Mallett (Michael), « Le condottiere », dans Garin (Eugenio) (sous la dir. de), L’homme de la Renais (...)

172L’investissement dans l’effort de guerre est net au sein de l’encadrement, et il est particulièrement marqué pour les membres du groupe dirigeant. Il y a donc, que ce soit en campagne ou en garnison, des fonds que certains sont disposés à fournir aux responsables militaires. En l’absence, pour l’heure, de documents explicites, il ne m’est pas possible de donner des exemples de fournisseurs de crédit. En revanche, les hypothèses plausibles ne manquent pas : outre les fonds propres qu’emportent avec eux seigneurs et capitaines, auxquels on vient de faire allusion, l’argent peut être trouvé auprès des officiers de finance qui accompagnent les armées, auprès des marchands, changeurs ou banquiers de la région, et sans doute aussi auprès des autorités locales, pour lesquelles le paiement des troupes est une (relative) garantie de tranquillité. En définitive, c’est à n’importe quel chef de troupe que s’applique cette description du condottiere : « Il se trouvait fréquemment obligé de puiser dans son propre capital ou de contracter un emprunt auprès des banquiers, afin de payer ses troupes, en attendant le versement si souvent tardif des arrérages dus par l’État employeur »574.

  • 575 Du Bellay, Mémoires, t. III p. 456.
  • 576 Vendôme demande en 1525 le remboursement par la recette générale de Picardie d’emprunts contractés (...)

173L’implication des agents locaux, au premier rang desquels figurent les gouverneurs ou leurs lieutenants généraux, va parfois au-delà de l’effort de guerre. Langey en Piémont en 1538 contribue à approvisionner la province en blé. Martin du Bellay nous rapporte qu’il « le fist […] à ses frais, de sorte que moy qui suis son frère en ay payé depuis sa mort [1543] cent mille livres à un homme seul, en quoy il estoit en arrière. Mais il ne luy challoit de la despence, moyennant qu’il fist service à son prince »575. Martin essaie ici de présenter comme exceptionnel ce qui est le propre de tous les responsables à ce niveau. Mais sans doute la plupart s’engagent-ils pour des sommes moindres. D’où, une fois encore, le souci lancinant de toucher une pension fort utile pour rembourser les créanciers. Ceux-ci prêtent en effet aux dominants en tant que particuliers, mais savent fort bien que, derrière eux, c’est en fait l’appareil fiscal monarchique qui solde les comptes576. La Trémoille qui gouverne en Bourgogne prend à témoin Florimond Robertet de ses difficultés :

  • 577 B.N. fr 3029 f° 170 v°.

« De la pension que le Roy me donne de XII c lt. par an, en deulx ans je n’en ay receu que VI c livres et le recepveur général m’a dict que le Roy l’entent ainsi. Je vous prye que y facez comme pour votre amy et que me veullez mander comment je me doybs gouverner car vous scavez la despence que je foiz et l’argent que le Roy me donne pour la faire »577.

  • 578 Cité par Jouanna, Devoir de révolte, p. 82.

174L’utilisation du crédit personnel des grands dans l’exercice de leurs tâches administratives et militaires est une valeur d’avenir : dans le contexte, certes différent, de 1621, Girard, le biographe du duc d’Épernon, évoque son héros envoyé par le roi en Bêarn pour faire face au duc de la Force : « Les ordres pour faire ce voyage ne consistaient qu’en papier ; on ne lui donnait ni hommes ni argent, mais grand nombre de commissions et de dépêches. Tout le dessein du Roi s’appuyait et sur son crédit et sur sa bonne conduite »578. Sous François Ier, en l’absence de troubles intérieurs, la situation n’est pas aussi caricaturale. Il n’empêche : le succès de bon nombre d’initiatives monarchiques repose en partie sur le crédit-relais des agents qui les mettent en œuvre. Dans cette perspective, les pensions versées aux hommes du roi n’apparaissent pas comme un simple moyen de les fidéliser, encore moins comme un « gaspillage » ostentatoire, mais comme un placement judicieux. L’implication du personnel va donc dans le sens d’une participation importante des élites au fonctionnement de l’État de finances. Mais, ici encore, elle est directe et non médiatisée.

B. Le remboursement des prets : une course d’obstacles

  • 579 Papinot, Prêteurs, p. 101.
  • 580 B.N. fr 3048 f° 149.
  • 581 C.A.F, t. V n° 19116 ; C.A.F. t. VIII n° 30551 et C.A.H., t. Il n° 2052 : il s’agit d’un prêt de 6  (...)
  • 582 B.N. fr 5501 f° 381.
  • 583 Plus problématique encore est le cas du changement de maître : en 1536, avec l’invasion française, (...)

175« L’emprunt royal a un caractère particulier : c’est un procédé fiscal. Il est souvent forcé, mais généralement remboursable »579. Mais ce remboursement, quoiqu’effectivement très généralement attesté, peut en lui-même prendre l’aspect d’un crédit imposé. En effet, qu’ils aient été volontaires ou non, beaucoup de prêteurs ont avancé leur argent avec la conviction ou du moins l’espoir d’un remboursement à une échéance donnée. La monarchie elle-même fait des promesses. Duprat évoquant un 21 février une saisie de consignation affirme sans ambages : « Cela ne porte interest à nully pource qu’ilz seront remboursez dans le moys de may et cependant le différent qui est entre eulx sera vuydé et led. sgr [roi] s’aydera de l’argent »580. Or, dans la pratique, les délais sont bien peu respectés : sans avoir de certitude absolue, on ne peut qu’être sceptique face à la promesse de Duprat d’un prompt remboursement quand on voit une consignation de 1519 assignée le 8 avril 1527, sept ans et demi après la saisie, ou encore un remboursement donner lieu à un mandement en 1537, puis de nouveau en 1548581. La hantise du créancier, c’est justement un remboursement « revocqué, rompu ou recullé […], les deniers […] empeschez ou retardez »582. En effet les moyens de contrainte face au souverain font alors grandement défaut583. Matériellement de plus, en l’absence d’un service de la dette un tant soit peu structuré, le créancier ne sait trop qui et comment solliciter, sauf à rédiger une supplique à l’intention du roi et du chancelier. Que l’Hôtel de Ville d’un certain nombre de cités, Paris en tête, soit directement impliqué dans la gestion de la « dette consolidée » en dit long sur les limites de l’administration royale en ce domaine. La détention des fonds par le pouvoir pendant une période plus longue que prévue peut donc s’analyser comme l’obtention, ici parfaitement forcée quelle que soit la nature du prêt initial, d’un crédit supplémentaire.

1. Une (sage ?) lenteur

a. Être assigné

  • 584 Pour les prêts retenus ici, voir Doucet, État général, p. 90-99.

176Pour le créancier, la première étape qui conduit à la récupération de ses fonds, assortie ou non d’un intérêt, est la possession d’une assignation sur un comptable royal : soit directement sur le trésorier de l’Épargne, soit par décharge sur un autre receveur. Promesse d’un règlement sur une recette à venir, l’assignation est en elle-même une forme de crédit. Or en obtenir une est loin d’aller de soi, comme le montre l’État général de 152 3584. En effet, si 440 283 lt. de prêts à rembourser sont mentionnées, 324 790 lt. seulement, soit 73,7 % reçoivent une assignation. Les autres, ceux des marchands-banquiers italiens en particulier, figurent ici pour mémoire. Remarquons au passage que la ventilation de ces assignations colle d’assez près à celle du brevet de la taille, la généralité de Languedoïl servant ici de base de référence.

177Pour les quatre principales généralités, les rapports numériques sont voisins. La place moindre de la Guyenne est peut-être due au fait que les opérations militaires devant s’y dérouler, les fonds vont directement et prioritairement vers les armées. Peut-être ces assignations, sans doute très théoriques vue la situation de 1523, reflètent-elles plus des habitudes comptables que des remboursements effectifs. Du moins permettent-elles aux créanciers de savoir à qui s’adresser.

  • 585 Quelques exemples : A.N. M.C. LIV 20 (18-7-1544) : prêt le 7 juin et mandement le 12 juillet ; Du B (...)
  • 586 Un exemple : Guillaume Allart prête le 23 décembre 1522. Il est assigné le 12 août 1534 : A.N. M.C. (...)
  • 587 C.A.F., t. VI n° 23097.
  • 588 B.N. P.O. 160 (Babou) n° 75.

178Le rapport entre fourniture de fonds et assignation de remboursement se prête à toutes les figures temporelles possibles. L’acquit ou le mandement peut être postérieur au versement585. Parfois même il tarde à venir comme on vient de le voir pour la consignation de 1519 ou pour les prêts des conseillers au Parlement de 1521-1522586. C’est aussi le cas pour un vaste emprunt en Guyenne. Demandé en 1544, il n’est assigné que le premier mai 1546 sur les recettes générales de Riom et Agen587. Mais à l’inverse, il arrive que l’assignation précède le versement des fonds. Pour l’emprunt de la succession du Bouchage, les lettres patentes de remboursement sont expédiées dès le 20 juillet 1523 alors que la quittance de versement date du 12 août. Le mandement de remboursement fait alors figure de ferme injonction de prêter de lajîart du roi. Quand des lettres du 13 janvier 1529 assignent au trésorier de l’Épargne lui-même le remboursement de 4 000 lt. qu’il doit avancer pour les guerres, dès le lendemain, le trésorier des finances extraordinaires peut passer quittance pour réception de cette somme588. A condition que de telles quittances correspondent à des versements réels, ce qui n’est pas toujours sûr, comme l’a montré le cas des prêts d’entrée en charge des officiers.

  • 589 Cf B.N. fr 25720 n° 110 et 170 (Guillaume Preudhomme), 135 (Jehan Lallemant le jeune), et 178 (Jeha (...)
  • 590 Le Roux de Lincy, Recherches, p. 373.
  • 591 A.N. J 967, 119.

179Le trésorier de l’Épargne est, c’est le moins que l’on puisse dire, bien placé pour récupérer son argent. Il en va de même des officiers de finance qui sont assignés sur la recette où ils exercent. En théorie, cela est interdit pour les comptables mais, dans les faits, en cas de nécessité et pour les encourager à avancer de bonne grâce, la pratique est relativement fréquente589. Même phénomène avec les élus et les généraux. Pour tous les créanciers en fait, les assignations ne se valent pas. Aussi essaie-t-on d’en obtenir une qui soit géographiquement proche et qui porte sur un receveur bien pourvu. Nicolas Le Coincte, qui prête à Montmorency, sans doute pour la rançon, voudrait avoir son remboursement en Normandie et demande une promesse du receveur général Carré590. Une lettre de Sourdis au chancelier évoque le marchand Allart qu’il faut « depescher de la somme de VI m V c écus qui lui est deue […] ; si vous luy vouliez bailler assignation à Paris qui soit seure, il se contentera »591. Les officiers peuvent avoir des facilités en ce domaine mais pour les marchands la procédure est plus difficile et le simple fait d’obtenir une assignation demande une longue patience.

  • 592 B.N. fr 5085 f° 368.
  • 593 A.N. J 966, 26/2.

180Il en va ainsi pour les fournisseurs, qui apparaissent en bonne place parmi les victimes du crédit imposé. Déjà laborieux pour les joailliers et autres tapissiers, qui vendent directement à la maison du roi des objets précis, le processus est plus long encore pour ceux qui doivent attendre la clôture de leurs comptes pour être assignés. Un fournisseur de viande en Piémont en 1536 y fait ainsi de fortes avances. Mais son compte n’est clos qu’en 1544 par les commissaires royaux : il est alors créancier pour 10 000 lt.. Il a ainsi déjà procuré bien involontairement huit ans de crédit au pouvoir royal. De plus son remboursement n’est pas immédiat puisque 2 310 lt. ne lui ont toujours pas été versées le 10 avril 1548592. Au début d’avril 1538 le marchand Macé Papillon vient importuner le trésorier Laguette « pour veoir les comptes de ses compaignons et de luy des vins qu’ilz ont fourni suivant le marché faict avec ques eulx aux deux camps de Picardye durant l’année derrenière », dans le but d’obtenir son assignation593.

  • 594 A.N. M.C. CXXI1 1090 (4-8-1540).
  • 595 D’Alvergne meurt créancier du roi. En 1560-61, ses héritiers sont assignés pour 27 647 lt. : les ma (...)
  • 596 A.N. Xla 8621 f°306.

181Si le marché royal est lucratif, encore faut-il donc pouvoir attendre ! Le responsable financier du secteur concerné est souvent conduit à s’impliquer directement, à l’image de l’argentier Nicolas de Troyes qui, après avoir arrêté un compte de parties fournies pour l’Argenterie, confesse devoir 1 938 lt. à un tireur d’or et bourgeois de Paris, Baptiste d’Alvergne. Le remboursement aura lieu de trois en trois mois, avec à chaque fois 300 lt., jusqu’à fin de paiement594. Cet engagement privé pour une dette « publique » remplace-t-il ou double-t-il seulement des pièces officielles ? Il est bien difficile de le dire595. Mais le pouvoir royal, qui pousse parfois ses officiers à s’engager, peut faire montre de beaucoup plus de distance lorsqu’il s’agit de reprendre à son compte les avances consenties à l’un d’entre eux ex officio. Certains des créanciers de Semblançay en font l’amère expérience : en 1558, la veuve de Robert Albisse, sollicitant le paiement de 65 049 lt. avancées par son mari, s’entend dire par les enquêteurs d’Henri II qu’« elle ne faisoit suffisamment apparoir que lad. somme […] fust et soit entrée es finances du feu Roy, que dieu absoille. N’a esté emprunctée pour ses affaires comme elle le maintenoit ains estoit une debte pure privée entre lesd. défunctz ». Cependant, dans la mesure où François Ier a saisi tous les biens de Semblançay, un recours contre le pouvoir royal reste possible. C’est ce qui permet finalement l’obtention d’une assignation596. Elle aura mis trente-cinq ans à venir…

b. De l’assignation au paiement : un long combat

  • 597 B.N. fr 10385 f° 14 v° -21. Si l’on en croit l’État prévisionnel de la généralité de Languedoc, ce (...)
  • 598 B.N. fr 5779 f° 31.

182Il faut donc s’armer de patience et en même temps faire preuve d’un minimum de ténacité. Un prêt lucquois peut nous servir de guide. Au plus tard à la foire d’août 1521, Antoine et Louis Bonvisi ainsi que François et Jean-Baptiste Minutelli ont prêté 75 599 lt.. Pour une petite moitié de cette somme (35 599 lt.) on garde trace de l’assignation de remboursement. Au cours du dernier trimestre de 1522, elle est répartie par égale portion sur les quatre grandes généralités (recettes des tailles du bas-pays d’Auvergne, de Chartres et Arques, grenier de Pont-Saint-Esprit). Elle sera prélevée sur le dernier quartier de 1523 (13 500 lt.) et les deux premiers de 1524 (13 500 et 8 099 lt. respectivement)597. Mais en fait rien n’est payé, officiellement à cause des réformes financières de 1523 qui suppriment la procédure des décharges. Peut-être est-ce pour ce prêt que la Régente autorise fin 1524 les Bonvisi à prendre 4 000 lt. sur le quartier de juillet 1525 du receveur des tailles en Lyonnais598. En raison de la conjoncture, il n’est pas certain que ce versement ait pu avoir lieu non plus… Pour les 35 099 lt. que nous suivons le mieux, le port est atteint dès 1527, ce qui n’est pas si mal : 24 000 écus provenant d’Angleterre sont remis aux Lucquois : ils correspondent au remboursement du capital, mais aussi au versement non négligeable de 12 900 lt. d’intérêts. Ces derniers font office de dédommagement, mais servent sans doute aussi à permettre aux créanciers de régler les intérêts courrant sur eux, s’ils ont emprunté une partie de la somme. Mais bien d’autres Italiens doivent attendre beaucoup plus longtemps, à l’image des Albisse.

  • 599 A.N. Xla 8619 f° 324-328 v°. Voir aussi A.N. M.C. XIX 178 (23-5-1549).
  • 600 A.N. M.C. XIX 204 (29-8-1557).

183Les créances passent alors de main en main. Celle de Pierre-Martin et Loys Affaitati, de Crémone, qui date de 1521, est transportée par Jean-Baptiste Affaitati, fils de Loys, à Barthélémy Panchati, qui la cède à son tour à Thomas Rinuccini. La négociation avec le pouvoir royal aboutit en 1554599. Celle de Zénobi Bartholin, toujours de 1521, que ses héritiers ont transmise à Albisse d’Elbene, est assignée en 1556-1557600. Mais certains n’ont pas cette chance. En janvier 1566, Aymeric Ferrier, marquis de Bourdelan et gentilhomme de la Chambre du roi, fils et héritier de Geoffroy Ferrier, général de Milan,

« voyant la grand difficulté, peyne et frais qu’il a euz faictz et souffertz en la poursuitte et pour recouvrer et avoyr payement du roy de la somme de quatre vingtz six mil cinq cens soixante troys livres quinze solz deux deniers tz […] preste au feu roy Françoys premier de ce nom pour subvenir à ses urgens affaires de ses guerres »,

  • 601 A.N. M.C. VIII 265 (17-1-1566). En 1548, pour motiver son procureur à récupérer des créances sur le (...)

cède la moitié de cette somme à Camille Ceppo, gentilhomme milanais demeurant à Paris, à charge pour lui de continuer le procès en cours pour cette affaire601.

  • 602 B.N. fr 25720 f° 174 (26-6-1521).
  • 603 B.N. fr 2963 f° 60 (14-6-1541). Pour la succession Batarnay, une commission siège encore en 1545 : (...)

184Il est vrai que l’administration royale ne facilite guère la tâche des assignés. Les fonds prévus peuvent recevoir une nouvelle affectation comme ceux qui devaient éteindre la dette contractée pour le camp du Drap d’or, ce qui repousse d’autant le remboursement602. Les assignations sont alors reportées : le beau plan d’extinction en douze ans de l’emprunt des liquidités de Duprat mis au point dès 1535 n’est pas exécuté et il faut attendre 1541 pour que le remboursement effectif commence603. La situation est parfois passablement confuse, à l’image des explications fournies par le procureur de Guillaume Preudhomme, alors receveur général de Normandie, au sujet de deux parties de 50 000 et de 20 000 lt. pour rembourser Thomas Bohier :

  • 604 A.N. J 958 n° 42 (3-7-1523).

« Il pensoit que lesd. sommes ne sortiroient effect ainsi qu’elles estoient couchées, mais icelles reiecter dud compte parce qu’il avoit entendu que, pour le payement desd parties et demourer quictes d’icelles, le Roy en avoit puisnaguères autrement disposé par quelque appoinctement qui en avoit esté faict avec aucuns banquiers [qui sont sans doute les véritables créanciers] et leur bailloit pour l’acquict d’icelles certaines rentes, touteffoys a dit et déclaré sur ce enquis que ung an a, il avoit charge d’employer lesd parties en sond compte comme solues et acquictées aud Bohier par led. Preudhomme »604.

  • 605 A.N. M.C. XIX 76 (2, 10 et 15-1-1536).
  • 606 A.N. M.C. XIX 79 (17-9-1537), 151 (7-3-1539), 153 (23-3-1540) et XLIX 66 (5-6-1540).

185La rotation rapide des comptables dans une même charge complique aussi les remboursements. C’est particulièrement net pour les conseillers au Parlement de Paris, assignés sur le receveur des exploits et amendes de la cour. Entre 1534 et 1540 se succèdent en effet à ce poste pas moins de cinq titulaires et un commis. En janvier 1536, le conseiller Guillaume Allart négocie le solde de son remboursement avec l’ancien receveur de 1535 Jehan Thenon pendant que le conseiller Nicolas Berruyer se tourne vers la veuve d’Hervé de Kerquefinen, en place jusqu’en 1534 et que le conseiller Claude Anjorrant sollicite pour sa part le receveur en titre, Estienne Lapite, qui promet de le payer… quand il aura satisfait Berruyer605 ! Les démarches de Nicole Le Sueur montrent qu’il faut s’armer de patience. Il obtient le 3 juin 1537 des lettres patentes de remboursement. Dès le 17 septembre, il les présente à Lapite qui en prend bonne note… mais ne paye rien, pas plus que son successeur Nicolas de Saimbault, sollicité le 7 mars 1539 ou que René Tabur, le commis qui remplace Saimbault, contacté le 23 mars 1540. Le nouveau receveur, Nicolas Hardy, se contente le 5 juin suivant de dire à Le Sueur « que après les charges ordinaires de lad Court [de Parlement] estre sur lad recepte payées, que voulontiers il satisfera aud paiement d’icelle somme »606. Il est vrai que le prêt de Le Sueur ne date que de 1537 : il peut bien attendre…

  • 607 Gascon, Lyon, p. 695.
  • 608 A.N. J 966, 27/16.
  • 609 C.A.F., t. IV n° 13059.

186Les maladresses enfin ne sont pas rares. Il arrive qu’un même fonds soit assigné deux fois. En 1544, un groupe de marchands florentins et lucquois représenté par Louis Bernard et Jean-Baptiste Bernardin obtient du roi une assignation de 25 000 lt. sur le droit de deux écus sur les velours de Gênes. Protestations du consulat lyonnais car ce droit lui a été accordé pour trois ans en remboursement de 60 000 écus prêtés à Tournon en 1542607. Parfois la monarchie souffle le chaud et le froid. Une lettre du 16 juin 1537 fait allusion d’une part à une promessse royale de rembourser tous les prêts (mais sans préciser desquels il s’agit) sur le quartier de juin, échéant en août et d’autre part au refus du chancelier de laisser prendre en payement d’aliénations des créances sur le roi, ce qui « engendre craincte et suspicion de leur remboursement » chez les intéressés608… Enfin on en vient si nécessaire à des mesures radicales comme cette ordonnance du 14 mai 1543 qui fait défense aux receveurs et trésoriers de faire aucun remboursement avant qu’il en soit autrement ordonné609.

c. Le remboursement

  • 610 B.N. fr 15628 n° 214.
  • 611 C.A.F, t. IV n° 12865 et 13167 ; A.N. M.C. XIX 86 (9-7-1543). Dans les relations financières entre (...)
  • 612 C.A.F., t. IV n° 13699 (9-3-1544) et 13688 (5-3-1544).

187Mais la plupart des créanciers finissent par arracher au roi tout ou partie de ce qu’il leur doit. Les fonds sont récupérés selon des modalités extrêmement diverses. Si les versements en espèces sont, peut-être, les plus fréquents, ils sont aussi ceux qui laissent le moins de traces. Avide d’or, comme on sait, le roi qui a emprunté du métal jaune restitue parfois en contrepartie de l’argent voire du billon. Nicolas de Noble fournit 12 500 écus au début de 1532. Son remboursement se fait l’année même ; par sa quittance du 2 octobre, il reconnaît avoir été payé en testons et demi-testons, treizains, douzains, dizains, sizains et liards610. En une occasion au moins, François Ier rembourse en nature ses créanciers. Il a imposé une lourde amende en sel aux révoltés de Saintonge et de La Rochelle à la fin de 1542. Le 25 juin 1543 est créée une commission qui doit éteindre des dettes en cédant une partie de ce sel à certains créanciers. C’est sans surprise que l’on rencontre parmi les premiers bénéficiaires, en juillet, des marchands parisiens habitués à trafiquer dans le fournissement des greniers611. Certains créanciers s’arrangent pour lever eux-mêmes ce qui leur revient ou le faire défalquer sur les impositions qui les concernent. Les États de Dauphiné qui ont avancé 20 000 lt. obtiennent d’imputer le règlement sur un don gratuit à venir. De même au début de 1544 l’Église de France reçoit l’autorisation de déduire des décimes de 1543 les deniers empruntés au clergé en 1538 et 1539612. Comme lorsque les comptables récupèrent leurs fonds sur leur caisse, on peut ici parler d’auto-remboursement.

  • 613 C.A.F., t. V n° 18044 (9-1-1525), t. VI n° 19241 (22-6-1527) et n° 22876 (août 1544) ; C.A.H., t. I (...)
  • 614 B.N. P.O. 2326 (Poncher) n° 55 ; fr 11969 f° 385 v° etc.
  • 615 C.A.F., t. I n° s 1264 et 1663, t. II n° 5728…
  • 616 B.N. fr 14368 f° 158 v°.
  • 617 A.N. J 966, 25/6.

188Pour la monarchie la solution de loin la plus avantageuse est l’autorisation donnée à une collectivité de lever une imposition spécifique pour rentrer dans ses fonds. En effet celle-ci ne grève aucunement les finances royales. Il en va ainsi pour Paris, qui peut percevoir une aide en 1525 jusqu’à récupération de 10 000 lt., pour Rouen en 1527 qui surtaxe le sel de huit st par poise pour récupérer une somme équivalente ou pour Lyon dans les années quarante avec successivement un droit sur les draps et un octroi sur le bétail à pied fourché613. Mais il faut parfois se résoudre à la cession d’un revenu jusqu’à extinction de la créance. Ce peut être celui d’une ferme d’impôt614 ou bien d’un morceau du domaine615. Parfois c’est le capital même, une terre en particulier, qui est cédé en remboursement. En compensation de 20 000 écus, Chabot reçoit ainsi les deux-cinquièmes de la « terre, seigneurie et chastellenie de Chateauneuf sur Charente »616. Pour récupérer 7 000 lt. de créance, le président de Calvimont propose en 1538 de fournir en sus 3 000 ou 4 000 lt., et d’acquérir des aliénations du domaine pour le montant total617.

  • 618 C.A.F., t. I nos 3136, 3167 et 3196. Le détail de la créance, qui figure en B.N. fr 3044 f° 89, dép (...)
  • 619 Cloulas, Henri II, p. 218-219 ; C.A.H., t. II n° 4035 (23-12-1548).

189Le remboursement de la lourde créance d’Alphonse d’Esté, accumulée de 1516 à 1525, mérite qu’on s’y attarde un peu. En septembre 1528 l’accord se fait sur la cession au duc de Ferrare des vicomtes de Caen, Falaise et Bayeux, jusqu’à extinction de la créance estimée à 91 354 écus et 8 st618. Or, selon toute apparence, l’argent rentre bien mal et l’essentiel de la créance court toujours. Les Este mettent vingt ans pour trouver une solution. En 1548, lors du mariage d’Anne d’Esté, petite-fille d’Alphonse, avec François d’Aumale, futur duc de Guise, ils se défaussent de leur créance à hauteur de 150 000 lt.. En effet cette somme est incluse dans la dot d’Anne. Henri II constitue alors au jeune couple une rente de 10 000 lt. sur le domaine, rachetable pour 150 000 lt.. Cette « consolidation » est l’ultime forme que prend le remboursement de la dette619.

  • 620 B.N. P.O. 1635 (de la Lande) dossier 37999 n° 7 ; ibtd., 2326 (Poncher) n° 63.
  • 621 Spont, Semblançay, p. 191.

190Plusieurs cas de « consolidation » se produisent également en 1544 en Normandie, qui sont selon toute apparence les indices d’un plus vaste mouvement. Deux prêts de 1542 sont convertis alors en rentes à 10 %, moyennant versement d’une somme équivalente à celle qui fut avancée deux ans plus tôt620. Dans les cas les plus critiques, le gouvernement ne fait face à l’emprunt qu’avec d’autres emprunts relayant les premiers. En 1523 les généraux, à la recherche de 15 000 écus pour une expédition écossaise, doivent y consacrer des fonds prévus pour rembourser des emprunts faits à Paris pour financer le dernier « voyage » de Picardie. Pour solder ces derniers, ils n’auront plus alors qu’à emprunter à Lyon à la foire suivante, « en actendant que l’argent des cas inopinés puisse venir »621. C’est reculer pour mieux sauter. Mais cela permet toujours de gagner quelques mois, à condition, ce qui est loin d’être évident en 1523, que les Lyonnais acceptent de se prêter au jeu.

2. Des négociations délicates

a. La « conjoncture » des remboursements

  • 622 B.N. fr 20393 nos 66 et 70. Le receveur général de Languedoc et celui de Normandie lui versent 1 50 (...)
  • 623 Marchegay, Lettres missives, p. 61.
  • 624 C.A.F., t. II n° 4875 et t. VII n° 28176 ; A.N. M.C. CXXII 15 (5-9-1529).
  • 625 A.N. M.C. XIX 178 (23-5-1549) ; A.N. Xla 8619 f° 324 (28-8-1554).

191S’il est rarement évident de se faire rembourser, même au plus haut niveau, il est clair aussi que le sort varie selon le créancier et selon la période. Pour les prêts de vaisselle de 1515-1516, d’après les sources partielles dont on dispose, la hiérarchie est respectée. Charles de Bourbon, duc de Vendôme, reçoit au moins la moitié de son remboursement dès juin-juillet 15 1 7622. Madame de Taillebourg, qui sans être du dernier plébéien se situe néanmoins en-dessous du rang d’un prince du sang, est appointée en 1518 seulement sur la recette de Saintonge, pour 6 000 des 7 293 lt. qu’elle a prêtées, et plus de 1 200 lt. lui sont toujours dues en 1526623. Il est sans doute utile parfois de remettre une créance entre les mains d’un homme de l’art. Lorsque Guillaume Bohier, bailli de Cotentin, mais surtout fils et frère de généraux des finances, épouse la fille de feu François Dallés, premier médecin du roi, Marie Gautier, la veuve, lui fait don de 2 000 écus que le roi doit à son défunt mari. L’affaire remontait à 1519. Le mariage a lieu sans doute au cours de l’été 1529. Le calcul est judicieux car en 1531 puis en 1532 deux mandements de remboursement sont émis624. Certains marchands-banquiers font appel à des intermédiaires bien en cour pour récupérer leur mise. C’est le cas des Affaitati qui sollicitent l’intervention du président Gentil625. Proches du pouvoir et des techniciens ont donc un incontestable avantage. Encore faut-il parvenir à conserver sa position privilégiée. Semblançay, particulièrement bien placé au début du règne, se retrouve à partir de sa disgrâce totalement hors circuit.

  • 626 O.R.F., t. V p. 173. Cette créance comprend d’ailleurs, outre le prix du navire et des arriérés de (...)
  • 627 A.N. Xla 8621 f° 197-220 v°.

192Cette mise sur la touche nous entraîne vers les aspects politiques des aléas des remboursements. On en voit sans doute un exemple avec l’affaire du dédommagement pour la Grande Maistresse. Ce navire appartenait au Bâtard de Savoie. Après la mort du grand maître en 1525 le roi retient le bateau à son service. Pour indemniser les héritiers, François Ier et son Conseil leur cèdent la vicomte, terre et seigneurie de Valognes le 12 juillet 1528, et ce jusqu’à entier remboursement d’une créance totale évaluée à 44 440 lt.626. Claude de Villars, comte de Tende, fils du Bâtard, en jouit jusqu’en octobre 1543. La vicomte est à cette date saisie à la requête du procureur général au Parlement. Le 1er juin 1547, Villars rentre en lice. Il est certes contraint d’accéder aux arguments du procureur général et il accepte de céder ses droits. Mais du moins obtient-il l’assurance, d’une part de conserver les fonds reçus entre 1528 et 1543, d’autre part d’obtenir pour le solde (non précisé) une récompense raisonnable dès que possible627. La chronologie des déboires du comte de Tende s’éclaire assez largement quand on sait qu’il est depuis 1527 le beau-frère d’Anne de Montmorency, disgracié en 1542 et revenu au premier plan avec l’avènement d’Henri II. Rien d’étonnant à ce qu’il faille attendre 1543 pour que les arguments du procureur général, sans doute solides puisque Claude de Villars lui-même reconnaîtra leur validité, puissent avoir des conséquences pratiques.

  • 628 B.N. fr 3080 f° 121 : Langey à Montmorency. Ces quatre ou cinq cents personnes apparemment impliqué (...)

193Mais il ne faut pas, je crois, traiter de manière trop simpliste ou du moins trop mécanique tous les remboursements. Bien des cas restent peu clairs, où la position sociale ou politique n’apparaît pas seule en cause. De nombreux autres paramètres peuvent jouer, dont beaucoup nous demeurent cachés. A suivre Guillaume du Bellay qui ne parvient pas à rentrer dans ses fonds, l’explication de tous ses malheurs résiderait dans la haine du chancelier Duprat qui « casse, révoque et annulle ce que le roy, Madame ou le conseil ont commandé » pour ce faire : « L’une des sommes m’est deue il y a près de doze ans et de quattre ou cinq cens qui estoient en mesmes cause comme moy, tous ont esté remboursez fors que moy »628. Pour un motif spécifique ici découvert, combien restent dissimulés ? Et de plus, est-il valable ou n’y a-t-il pas dans les propos de Langey une bonne part de rhétorique ou de parti pris ?

  • 629 Doucet, Parlement 1525-1527, p. 75-76.
  • 630 Rappelons la rapidité du remboursement du prêt de 1531 et de celui de Nicolas de Noble en 1532 ains (...)
  • 631 B.N. fr 3048 f° 19 et 3031 f° 59.
  • 632 Dans sa lettre au roi du 13-10-1525, Duprat souligne que « Madame a faict casser huit cens hommes d (...)

194Une chose est sûre en revanche : il est des périodes où une sollicitation a peu de chance d’aboutir, quel que soit celui qui la met en avant. Il s’agit, comme on peut s’y attendre, des phases de grande tension sur les finances de la monarchie. Quand le fournisseur aux armées Jacques Favier vient réclamer son dû, soit 60 000 lt., en avril 1525, il est clair qu’il ne tombe pas au meilleur moment629. Mais ce serait bien pire en 1521-1522 ou 1543-45. Certes, on peut émettre alors des mandements de remboursement, mais, on l’a vu, il y a en ce domaine un gouffre entre l’ordre et sa réalisation. La crise passée en revanche, à partir de 1532 surtout, les remboursements effectifs se multiplient630. Mais s’il faut en croire Duprat, la période de relative accalmie de 1525-1527 a déjà donné lieu à un effort en ce domaine. Dès le 13 octobre 1525, parmi les succès de la Régente, il note qu’elle « faict payer […] beaucoup de debtes et parties du passé ». Il revient sur ce thème en mai 1527 : dans les temps précédents, « de grosses sommes des debtes » ont été soldées, en particulier sur les revenus du quartier de janvier 1527631. Malgré la situation de crise internationale, le net recul des charges militaires a pu effectivement permettre un premier apurement de la situation632. Jacques Favier, qui sollicitait un peu tôt, a-t-il su profiter de l’occasion ?

b. Une obligation fréquente : prêter pour être remboursé

  • 633 Un cas original : la conversion de prêts à court terme, sans intérêts, qui ne sont pas remboursés d (...)
  • 634 B.N. fr 5501 f° 368.
  • 635 Voir les affaires déjà évoquées dans A.N. X1a 8619 f° 324 (prêts Affaitati et Balbe) et 8621 f° 306 (...)

195Proposer un nouveau crédit est un bon moyen de convaincre le pouvoir politique, sinon de rembourser immédiatement, du moins de fournir une assignation valable qui englobe à la fois la créance ancienne et la nouvelle avance633. La monarchie reprend souvent le procédé à son compte, si bien qu’il est parfois difficile de déterminer si l’initiative vient du créancier ou du Conseil du roi. Du moins constate-t-on que nombreux sont ceux qui doivent se soumettre à cette obligation. Les marchands-banquiers sont au premier rang. En 1528 Pierre Spinolle, représentant du « syndicat » des créanciers d’un Maximilien Sforza endetté pour 62 160 lt., sollicite le Conseil. Le prince déchu les a assignés sur la pension de 72 000 lt. que le roi devrait lui verser et qui se fait attendre. Spinolle et « ses compaignons » proposent de « faire délivrer comptant en prest » 50 000 lt. moyennant une assignation valable pour l’ensemble de leur créance soit 112 160 lt.634. Le procédé est employé fort avant dans le règne de Henri II : c’est à ce prix seulement, aux beaux temps du Grand Parti, que les vieilles créances des années vingt sont prises en compte635.

  • 636 A.N. M.C. Inv. Carré nos 2093-2094.
  • 637 A.N. Xla 8621 f° 20 v° et 48 v°.
  • 638 B.N. fr 2965 f° 19 ; A.N. M.C. XIX 86 (12-7-1543).

196Le personnel monarchique use du même moyen. Le receveur général de Normandie Jehan Carré est appointé le 23 mars 1530 pour 20 000 lt. qu’il vient de prêter pour la rançon. Le même jour, il reçoit également une autre assignation pour la somme de 28 519 lt.. N’est-ce pas le fruit d’une proposition globale de Carré, d’autant qu’un document fait allusion, malheureusement de façon elliptique, à une requête adressée au roi et à son Conseil636 ? En février-mars 1557, seize conseillers au Parlement et trois conseillers au Grand Conseil font une offre au roi. Ils ont tous acquis leurs offices sous François Ier, dans les années 1540, moyennant un prêt de 3 000 écus chacun (sauf l’un d’entre eux qui a versé 2 500 écus seulement). Ils n’ont toujours rien reçu et leur créance totale atteint 127 125 lt.. Ils proposent d’avancer une somme équivalente moyennant « les seuretez et acquitz nécessaires pour […] estre remboursez en cinq années prochaines et consécutives », sur les gabelles, de la totalité de leur créance. Le Conseil accepte et assigne les officiers sur divers magasins et chambres à sel637. Les créanciers des officiers de finance poursuivis et dont les biens ont été confisqués par le roi doivent aussi en passer par là. Ceux de Semblançay, « pour sercher leur commodité, ont financé pareilles sommes » que celles qui leur étaient dues. Ceux d’Estienne Besnier se retrouvent parmi les bénéficiaires des remboursements en sel, moyennant ici encore une avance complémentaire équivalente638.

  • 639 C.A.F., t. VII nos 27687-688, t. II nos 4474 et 6000.
  • 640 C.A.F., t. VIII n° 30769 et t. IV n° 11752.

197Les fournisseurs qui désirent se faire payer leurs marchandises entrent dans le jeu, après parfois de longues années d’attente. Gacien de Plais, marchand tourangeau, est assigné pour les 56 216 lt. que lui doit le roi depuis le camp du Drap d’or précisément lorsqu’il avance 42 000 lt.. Girard Odin, brodeur du roi et lui aussi tourangeau, prête 9 000 lt. en 1532. L’année suivante un mandement de remboursement de 5 777 lt. pour des fournitures délivrées entre 1515 et 1521 est opportunément émis639. Jean Drouyn, autre marchand tourangeau impliqué dans le « voyage d’Ardres » assigné en 1539 ou les héritiers du pelletier du roi Jean Robiquet, assignés en 1540 pour des fournitures de 1518-1524 ont-ils dûs se plier à la même exigence640 ? C’est fort probable, même si les preuves manquent. Rien d’étonnant dans ces conditions à observer des interférences entre le milieu des fournisseurs et celui des prêteurs !

c. Un dossier éclairant : les « vieulx debtes » des Florentins

  • 641 A.N. J 965, 7/36.
  • 642 A.N. J 967, 8/18.
  • 643 A.N. J 967, 8/11.

198Sur cette négociation précise, la documentation est assez riche car elle met en scène le cardinal de Tournon dont l’abondante et accessible correspondance a déjà été si souvent mise à contribution. Installé à Lyon à l’automne 1536, il est approché par les Florentins qui souhaitent apurer le passif des années 1518-1522. Le 1er novembre, il écrit au chancelier : « Si le Roy vouloit assigner les vieulx debtes des florentins qui ne montent pas à ce qu’ilz m’ont dit que cent quarante mil escuz ilz seroient contentz de les avoyr en quatre ou cinq ans »641. Pour appâter le monarque, les Florentins promettent en contrepartie d’assécher le crédit de l’empereur en Italie. D’où sortent ces 140 000 écus ? Leur provenance est double. Il s’agit tout d’abord du solde des 150 000 écus du temps du duc d’Urbin et du camp du Drap d’or. Jean Cléberger et Philippe Strozzi ont été entièrement remboursés de 43 500 écus en 1534, et par ailleurs 7 687 lt. ont été versées à une date inconnue à Guillaume Nazy par Julien Bonacorsi, trésorier de Provence. Ce qui reste toujours dû, 102 657 écus, est entièrement « florentin »642. S’y ajoute le reste des emprunts forcés de 1521-1522, soit vingt et une demandes pour un montant de 85 177 lt.643. Avec un écu à 45 st, cela représente 37 856 écus. Le total atteint donc bien 140 513 écus.

  • 644 B.N. fr 5125 f° 121.
  • 645 A.N. J 967, 8/10.

199Le Conseil du roi est sans doute intéressé car, dès le 3 décembre, Tournon envoie à du Bourg « la déclaration du debte des florentins suyvant ce que m’en aves mandé ». Et il ajoute : « S’il y avoit remède de les contenter, ce seroit ung grand moyen de recouvrer le crédit du Roy et croy que vous ne leur scaurés bailler tropt longue assignation mais qu’elle soit seure et véritable ». Il demande d’agir avec discrétion car il souhaite profiter de la négociation pour « recouvrer d’eulx devant que le leur dire le plus qu’fil pourra] »644. Mais il semble que le pouvoir choisisse une procédure relativement officielle. En effet on conserve une lettre du 20 mars (1537 presque certainement) adressée au chancelier par Saint-André, de Thou et Brinon, commissaires aux affaires des Gondi, lettre qui concerne la créance de deux membres de cette famille, Anthoine et Pierre, dans le cadre de l’emprunt forcé de 1521-1522. Ils joignent à la lettre leurs conclusions, « ce que en avons trouvé à la vérité touchans lesd parties », mais celles-ci ne nous sont malheureusement pas parvenues. Impossible de dire également s’il y a une commission par créance, ou si les trois susnommés sont en charge de tout le dossier. Tout donne à penser que, dans le cas des Gondi, l’affaire se termine par un compromis. « Sire Anthoine Gondiz » acquiert en effet les greffes du bailliage de Maçon et de la sénéchaussée de Lyon : 7 950 lt. sont par lui versées pour l’Extraordinaire des guerres en juillet 153 7645. Il est plus que probable que cette somme est venue s’ajouter à la créance ancienne dans le cadre de l’achat. « Si vous me mandiez ceulx que vous voulez assigner, écrivait Tournon au chancelier le 1er novembre 1536, je marchanderoys icy avec eulx et en tireroys une bonne grosse somme ».

200La fourniture de fonds en contrepartie d’une assignation paraît être alors la règle. Mais tous les créanciers ne sont pas traités exactement de la même façon, si l’on suit Lyénard Spine dans une plainte au chancelier. Il a « offert de faire prest au Roy », sans que l’on sache pour quel montant, et poursuit :

  • 646 A.N. J 968, 13/2.

« Vous m’avez plusieurs foys dict qu’il n’y auroit nulle faulte que je seroys assigné des parties qui me sont deues par cédulles de messieurs les généraulx et feu monsr de Saint Blançay qui ont servy au faict du Roy. Led sgr a assigné de semblables parties Gondy, Bonguilliaume, Bonna-courcy et tout plain d’aultres de ma nation. Je vous supplie humblement me faire ce bien [de] tenir la main que je soye aussi assigné desd parties qui me sont deues, actendu qu’elles sont en pareil cas que les aultres dessusd. qui ont esté assignez et que je ne soye pirement mal traicté que les aultres »646.

201Petit problème : Spine cite Bonguillaume et Bonacorsi, or aucun des deux n’apparaît parmi les créanciers des deux prêts évoqués plus haut. Plus intéressant encore : Spine lui non plus ne figure pas sur ces listes. La réponse est aisée, au moins pour ce dernier : il fait partie des créanciers de Semblançay. Au-delà des 140 000 écus évoqués en novembre 1536, les enjeux ont donc dû s’élargir au contentieux entre les Florentins et ce dernier.

  • 647 B.N. fr 2941 f° 26 v°.
  • 648 Sur l’ensemble de la négociation, voir A.N. J 965, 7/5 (ou J 967, 8/7) et 7/6.

202La négociation avec Thomas (II) Gadaigne est connue en détail. Le montant de la créance des Gadaigne devrait être, d’après leur place dans les deux prêts évoqués ci-dessus, de 25 000 écus plus 8 172 lt. de reste de l’emprunt forcé. Selon toute vraisemblance, et bien qu’aucun chiffre précis n’ait été retrouvé, elle est plus élevée en 1537. On en jugera par l’importance des contreparties envisagées. Thomas Gadaigne contrôle-t-il d’autres créances que celles qui furent détenues par les membres de sa famille (son père et son oncle) quinze ans plus tôt ? C’est possible, tout comme peut jouer la prise en compte d’intérêts. Mais le plus probable est qu’entrent en jeu ici aussi les dettes de Semblançay, débiteur de Thomas (I) Gadaigne pour 49 666 écus à la date tardive du 13 octobre 1523647. La première offre de Tournon est la suivante : moyennant un nouveau prêt, dont 50 000 lt. seront versées comptant, qui sera équivalent au « vieulx debte », Thomas (II) est assigné sur le tirage du sel - sans plus de précision - à raison de 15 000 lt. par an648. Le facteur de Gadaigne qui mène les négociations fait une contre-proposition : un prêt de 40 000 lt. seulement, dont le remboursement sera assigné sur les deux premiers quartiers de 1538 des recettes du Languedoc. Pour éponger le « vieulx debte », Gadaigne se remboursera sur les terres du domaine royal. Et, « pour seureté de ses assignacions […], il veult que messires les chancellier, grant maître, général de Normandie et moy [Tournon] soyons obligez chacun pour le tout en la meilleure forme que faire se pourra ».

  • 649 C.A.F., t. III n° 9055.
  • 650 A.N. J 967, 8/6 (10 000 et 1 150 lt. respectivement). La vente est ratifiée par le roi le 29 août 1 (...)
  • 651 A.N. J 967, 8/6 : 4 892 et 10 529 lt. respectivement. Il y a une différence - inexpliquée - de 100  (...)
  • 652 Ibid., 8/10.

203Le cardinal émet une sérieuse objection : il ne peut aliéner que contre argent comptant. Cependant, dans sa lettre au chancelier, il conseille d’accepter de partager le remboursement du « vieulx debte » entre assignation sur le tirage de Dauphiné et aliénations, et d’accepter aussi l’avance de 40 000 lt.. On en est là le 2 juin quand le facteur de Gadaigne fait de nouvelles offres : plus question de nouveau prêt, mais une proposition d’achat du domaine, à 10 %, pour 40 000 lt.. La créance ancienne sera remboursée par quartier, en 1538, à hauteur de 40 000 lt.. Elle sera assignée à la fois sur le tirage du sel de Dauphiné et sur celui du royaume, le premier, de 30 000 lt. par an, n’y suffisant pas. Les années suivantes, 15 000 lt. par an sur le seul tirage de Dauphiné suffiront, et ce jusqu’à extinction du « vieulx debte ». Après renvoi au Conseil, une nouvelle lettre de Tournon du 25 juin permet de connaître les conditions définitives. Entre temps le cardinal obtient, le 7 juin, pleins pouvoirs pour mener l’affaire649. Si l’achat pour 40 000 lt. de morceaux du domaine est entériné, en revanche Gadaigne n’obtient pour le « vieulx debte » que 20 000 lt. par an sur le tirage du sel, sans que la ferme soit précisée. Il s’agit selon toute vraisemblance du Dauphiné. « J’ay rasclé la buche à Gadaigne » reconnaît Tournon, qui a seulement concédé de faire obliger le fermier du tirage et ses cautions au paiement des 20 000 lt.. Les achats du domaine de Thomas II sont bien connus : la baronnie de Lunel et la seigneurie de Gallargues en Languedoc, pour 11 150 lt.650, les châtellenies de Saint-Galmier et Saint-Héand en Forez pour 15 521 lt.651 et celle d’Ambérieu en Beaujolais pour 14 000 lt.652, soit un total de 40 671 lt.. Cette partie au moins de l’accord, dès l’été 1537, est exécutée. Il n’est pas possible en revanche d’être formel pour l’accomplissement de ce qui touche au tirage du sel.

Conclusion

  • 653 B.N. fr 3050 f°81 [29-7-(1521)]; fr 2963 f° 194 [11-11-(1521)].

204Le général Ferrier promet en juillet 1521 au roi, s’il est remboursé en août de ses avances, qu’il peut « estre asseuré que pour l’advenir par faulte d’argant voz affaires de par deçà ne se porteront point mal ». En Suisse, à la fin de cette même année, Lamet affirme au chancelier : « Le roy et vous m’avez escript que j’empruntasse par deçà, ce que je n’ay voulu faire pour autant que derrenièrement que j’en empruntés, je euz autant de peine à le ravoir et en poursuyvre mons. de Sainct-Blançay que si eust esté pour mon affaire propre »653. L’un appelle de ses vœux un bon fonctionnement du crédit à court terme qui permettra de continuer à trouver des prêteurs. L’autre constate les ratés des remboursements et pour cette raison n’ose plus emprunter. Certes, ne pas payer aux échéances est un moyen d’obtenir, d’une certaine manière, un crédit supplémentaire, mais c’est aussi, on le comprend aisément, miner la confiance. Et celle-ci n’entre pas seulement en jeu dans les relations avec les marchands-banquiers car, même dans le crédit contraint, elle a son rôle à jouer : entre se résoudre aisément à une demande et traîner les pieds considérablement, il y a plus qu’une nuance.

205Sur le respect des échéances, les sources disponibles, qui portent en priorité sur les affaires litigieuses, m’ont très vraisemblablement conduit à donner un caractère particulièrement sombre à la situation des prêteurs. Entrer en relation financière avec la monarchie n’en demeure pas moins souvent une bonne affaire. Mais, pour rentabiliser son investissement, il faut disposer de moyens importants, de temps et d’entregent. Une chose apparaît claire cependant : le système des garants, y compris les plus sérieux, est de peu d’utilité quand le pouvoir politique se dérobe. Il protège alors ses fidèles et ne laisse même pas les créanciers libres de se « payer » sur les disgraciés, comme Semblançay, puisqu’il saisit leur fortune. Le pouvoir royal, en faisant lanterner certains de ses créanciers, ne cherche-t-il pas parfois sciemment à les décourager pour obtenir, sinon l’annulation des créances, du moins des négociations intéressantes et des économies sur les remboursements ? Aucun document ne permet de l’affirmer clairement, même s’il est évident que la monarchie abuse parfois de sa position de force. En définitive, autant qu’on puisse en juger, le roi est le plus souvent prêt à assumer pour une large part le fardeau ancien, moyennant une aide complémentaire : le crédit attire alors le crédit, mais le rôle de la contrainte apparaît nettement.

  • 654 Un dernier exemple des problèmes documentaires. Le chancelier Poyet, sollicité par la municipalité (...)

206Le bilan de l’ensemble de la dette à un moment donné est impossible654. Pour les seuls marchands-banquiers, c’était déjà un exercice périlleux. Ce qui semble acquis en revanche, c’est qu’en la matière la monarchie a encore des besoins réduits, même si, à l’aune des précédents médiévaux, les emprunts atteignent des sommes déjà importantes. Le roi se procure des fonds dans une (relative) transparence. Par rapport au siècle suivant, le contraste est net : moins de prête-noms et de rideaux de fumée dans la mise sur pied d’un crédit un peu étriqué, des connexions entre monde des financiers et dominants peu développées en ce domaine et enfin inexistence d’un groupe spécifique, en dehors de la stricte administration royale, qui serait le véritable maître d’œuvre de la politique du crédit : peu de fermiers, pas de traitants et de partisans. Cette faible place des « professionnels » explique-t-elle l’importance du recours à la contrainte en ce domaine ?

207Même s’il n’existe pas de critère absolu pour déterminer ce qu’est un endettement tolérable, l’impression prévaut cependant que, sous François Ier, la monarchie est restée dans des limites « raisonnables ». Cependant les années 1540, malgré les lacunes de l’information, amorcent à l’évidence une évolution, que ce soit avec le Grand Parti ou avec le crédit contraint touchant les villes et les provinces. Les grands chocs sont pour le règne suivant. Que l’évolution soit ici parallèle à celle du prélèvement, rien d’étonnant : c’est, rappelons-le encore, l’impôt qui fonde le crédit monarchique. Pour les administrateurs du temps, l’emprunt fait souvent figure d’expédient, et du moins dommageable d’entre eux. On les comprend aisément : moins impopulaire qu’un prélèvement, aisément mobilisable et, en définitive, remboursable au gré des possibilités des finances royales, il a beaucoup d’avantages. Les facilités qu’il autorise en font un moteur de la croissance de l’État. Tout comme la guerre.

Notes

1 Spont, Documents, p. 348 (article XX).

2 Voir l’évocation de l’empereur Antonin le Pieux qui aurait mis au point un système de crédit où les caisses de l’État servent de banque : Bodin, République, p. 892.

3 Jacqueton, Documents, p. 276.

4 Wolfe, Fiscal system, p. 63 affirme que Louis XI s’en passe alors que Doucet, Grand Parti, lre partie, p. 475 fait allusion à des emprunts de ce type pour ce même règne, sans plus de détail. Plus précis, Ehrenberg, Fugger, p. 246 mentionne quelques petits emprunts (en 1467 entre autres) en s’appuyant sur la correspondance de Louis XI.

5 Gascon dans Chaunu, H.E.S.F., p. 238-239. Cependant l’intervention de Charles VIII contre la banque Médicis à Lyon cette même année inquiète les Lyonnais et semble devoir nuire aux foires : « Per consequens queste loro fiere abbino a diminuire in qualche parte » : Canestrini, Négociations, t. I p. 142.

6 Voir Pélicier, Lettres de Charles VIII, t. IV p. 133 : emprunt de 30 000 écus à Milan ; pour les prêts génois, voir Ehrenberg, Fugger, p. 158. Agostino Chigi, banquier siennois établi à Rome, est lui aussi sollicité : ibid., p. 148-149.

7 Spont, Documents, p. 334.

8 B.N. fr 5501 f° 381.

9 A.N. J 965, 7/5 (2-6-1537).

10 Spont, Semblançay, p. 60.

11 A.N. J 965, 7/9.

12 A.N. J 965, 7/26 et Tournon, Correspondance, n° 113 (14-10-1536).

13 Pour les emprunts des généraux, voir O.R.F., t. III p. 118 (7-4-1522) ; pour un prêt de marchands lucquois de Lyon, le roi fait appointer Anthoine Grolier et Anthoine de Vinolz, élus de Lyonnais, et Jehan Prunier, receveur de Forez, pour le remboursement : B.N. fr 10385 f° 14v°.

14 Voir B.N. fr 3048 f° 93 (où le receveur général d’Outre-Seine Jehan Ruzé est aussi concerné) et A.N. M.C. Inv. Carré n° 2057 (garantie de 14 000 lt.).

15 Rott, Représentation, t. I p. 263 note 6.

16 C.A.F., t. VII n° 25705 ; B.N. fr 5501 P 381.

17 Exemple anglais en 1544 : Dietz, English finance, p. 167-168.

18 Pour Semblançay, voir B.N. P.O. 248 (Beaune) n° 71 (4-11-1521) et fr 5500 P 169 (28-2-1522) ; Spont, Semblançay, p. 179-183 ; pour les généraux, voir la lettre de garantie d’O.R.F., t. III, p. 118.

19 C.A.F., t. IV n° 15472 (31-12-1546). Après la mort de François Ier, à la requête des marchands-banquiers lyonnais, « le roi actuel a reconnu la dette de son prédécesseur » : Ehrenberg, Fugger, p. 251.

20 Spont, Semblançay, p. 191 ; A.N. J 965, 7/5.

21 A.N. J 965, 7/25 (13-10-1536) ; le 27 octobre, il écrit avoir reçu ce pouvoir : ibid., 7/32.

22 B.N. fr 3048 f° 93.

23 B.N. fr 5125 f° 160.

24 C.A.F., t. IV n° 13326 (5-9-1543).

25 Certains marchands allemands habitent une ville libre de Haute Allemagne mais acquièrent droit de cité dans une ville suisse pour pouvoir, en tant que neutres, poursuivre sans entraves leur commerce : Ehrenberg, Fugger, p. 255 note 48. C’est le cas de Claude May et aussi celui des Meyting qui prêtent sous Henri II.

26 Trois cas litigieux n’ont pas été retenus ici : Nicolas Alamant (ou Lalemant) et Denis Berthélemy, marchands et bourgeois de Paris pour lesquels il n’est pas possible de déterminer si leur activité de fournisseur se double d’un rôle de prêteur et Jacques Vas (ou Bas), marchand à Lyon, connu seulement par un prêt de 50 It à Lambert Meigret, commis à l’Extraordinaire des guerres : B.N. P.O. 1912 (Meigret) n° 6 (17-9-1521). Cette somme très faible et isolée peut être la trace d’un « emprunt » plus large levé sur les Lyonnais.

27 Spont, Semblançay, p. 126, note 3, fait aussi une allusion à un prêt de 8 640 lt. en 1516 par des marchands de Bourges.

28 Comparer en particulier avec les renseignements fournis par Gascon in Chaunu, H.E.S.F., t. I, p. 287 et sq.

29 Spooner, Frappes, p. 118 note 3 et 130-131.

30 C.A.F., t. V n° 16817, 16827-28.

31 Mollat et Habert, Verrazano, passim. Sur la place des Florentins de Lyon dans le financement de la première expédition, voir p. 62 et sq.

32 A.N. M.C. LIV 20 (30-3-1545).

33 Voir en 1536-1537 le problème des produits génois, les velours en particulier, dont le commerce est restreint ou prohibé : Isaac, Tournon, p. 57, 61 et 64 ; en 1544 un prêt a pour contrepartie l’abolition d’un octroi levé par la ville : Vial, Cléberger, p. 39.

34 Ehrenberg, Fugger, p. 150 et 151 (prêts probables en 1542 et 1545). Sur Ducci, personnage important du milieu financier anversois, voir, outre Ehrenberg, des données complémentaires dans Goris (Jan Albert), Études sur les colonies marchandes méridionales à Anvers de 1478 à 1567, Louvain, 1525, p. 375-381.

35 B.N. P.O. 248 (Beaune) n° 71 (4-11-1521).

36 B.N. fr 10385 f° 26 et 32 v°.

37 Vial, Cléberger, p. 41, 11 et 21.

38 Spont, Semblançay, p. 155 note 2 ; le 16-5-1520 Thomas Bohier lui verse 1 500 écus en l’acquit du marquis de Saluées (référence égarée).

39 Il avance 16 000 lt. en décembre 1521 : C.A.F., t. VII n° 23709. Il contribue peut-être à la rançon : Décrue, Montmorency, p. 143-144. Il fournit 3 820 lt. sur ordre verbal du roi pour la fonte d’un cheval de bronze par Rustici : C.A.F., t. II n° 3982.

40 En 1518 : A.N. KK 289 f° 492, 509, 514 et 538 ; en 1526 : CA.F., t. V n° 18823 ; en 1527 : Décrue, Montmorency, p. 97 (lettre de crédit de 4 000 écus sur le banquier londonien Antonio Vivaldi).

41 C.A.F., t. V n° 18899. Duprat s’étonne : « J’ay esté tout esbay quant ay sceu le retardement provenu es deux dernières paies actendu que Lespine avoit prins la charge et se disoit contanst de ceulx qui les luy dévoient fournir et les ambassadeurs [de la Ligue] estoient contant de luy » : B.N. fr 3031 f 103 v°.

42 Ehrenberg, Fugger, p. 141 ; B.N. fr 20502 f° 135 [2-6-(l528)].

43 Canestrini, Négociations, t. II p. 808.

44 A.N. X3a 36 (17-8-1528) ; pour saisir la portée de cet acte, voir B.N. P.O. 2326 (Poncher) n° 55 ; CA.F, t. II n° 6491 (14-11-1533).

45 CA.F, t. I n° 1919 et 3043 ; A.N. V5, 1045 f° 64.

46 A.N. J 967, 8/18 ; B.N. fr 3122 f° 119 et fr 20502 f° 108 ; C.A.F., t. VIII n° 29657 et n° 31566 ; Isaac, Tournon, p. 56.

47 O.R.F, t. VI p. 108 note 2.

48 O.R.F, t. III p. 119 parle pour le prêt de 31 500 écus de « sire Robert Albisse et ses compagnons ». Deux mandements de remboursements de 1523 et 1525 permettent de supposer qu’Albisse se serait engagé personnellement à hauteur de 12 500 écus : C.A.F., t. I n° 1919 et 2256.

49 A.N. Z1a 59 f° 307 v° (14-4-1534).

50 Voir le détail in Spont, Documents, p. 341-342 (article XI).

51 Sur leurs relations financières, voir Bourgeois de Paris, Journal, p. 303. Sur Albisse comme agent de Semblançay dans un versement à la famille du Bouchage en 1517 : Spont, Semblançay, p. 139. Ils sont tous les deux impliqués dans deux marchés de munitions, en 1513 (B.N. fr 26113 n° 1230-1231) et en 1518 (Spont, Ibid., p. 158-159).

52 C.A.F., t. I n° 5980 (23-6-1533).

53 B.N. fr 3031 f°86.

54 CAR, t. VIII n° 31526.

55 A.N. Xla 8621 f° 306 (4-1-1558).

56 A.N. M.C. LIV 53 (Inv. Morelet, 17-6-1536) cotes 14, 20, 49, 146, 150, etc. ; B.N. fr 3876 f° 297.

57 C.A.F., t. V n° 16583 et 16746 (payement à l’empereur Maximilien ; lettres de banque à Anvers).

58 Sur Raoul Hurault (A.N. M.C. LXVIII 2 : 20-7-1543), Jehan Testu (A.N. M.C. CXXII 1051 : 10-9-1538), Guillaume Preudhomme (A.N. M.C. VIII 286 : 7-11-1538). Procédure complexe avec les Bohier : A.N. X3a 36 (5-6-1528) et M.C. LXXXVI 99 (I.A.D. Bohier, 23-3-1566) cotes 1025, 1034 et 1354.

59 C.A.F., t. I nos 3043 et 3458 ; Mollat et Habert, Verrazano, p. 62-63.

60 C.A.F., t. VI n° 20242. Il est créancier du duc comme en témoigne son testament : A.D. Rhône, 3E 4494 f° 258 v°.

61 B.N. fr 10392 f° 157.

62 B.N. fr 5125 f° 187 v°.

63 63. B.N. fr 25720 f° 174.

64 Mention d’un emprunt pour quelques semaines : J 967, 8/13 (juin 1537). Proposition d’O. Grimaldi pour 6 à 7 semaines : B.N. fr 3127 f° 88.

65 A.N. J 965, 7/30 ; B.N. P.O. 2891 (de Troyes) n° 14.

66 B.N. fr 3048 f° 81.

67 A.N. J 965, 7/15.

68 B.N. fr 2978 f° 84.

69 C.A.F. t. V n° 15112 ; C.A.H., t. I n° 1145 (1-10-1547).

70 A.N. J 967, 8/8.

71 C.A.F., t. IV n° 14461 et 14466. Même chose sous Henri II : C.A.H., t. II n° 2148 (janvier 1548).

72 Dumoulin, Contracts, f° 36. Sous Henri II, les intérêts sont parfois intégrés au capital : Baudouin-Matuszek et Ouvarov, Banque et pouvoir, p. 257. Sous François Ier, un prêt fait problème, celui des Minutelly (B.N. fr 10385 f° 17 v°) : l’intérêt pour la période 1521-1524 est de 2,08 ou de 2,75 % par foire, selon le mode de calcul retenu, alors qu’il est de 3,34 % pour 1524-1527, à partir du capital initial. Cela ne signifie-t-il pas un cumul des intérêts ? Mais la différence des taux entre les deux périodes paraît trop élevée pour traduire seulement ce phénomène de cumul, alors qu’à l’inverse les taux d’intérêt pratiqués sont fort bas par rapport à la règle. Il est probable que cette opération donne lieu à des manipulations financières qui nous échappent.

73 A.N. Zla 59 f° 307 v° (14-4-1534) ; M.C. XIX 178 (23-5-1549).

74 B.N. fr 5125 f° 187 v° ; A.N. J 965, 7/22 et 7/30 (12 % par an « et au dessoubz ») ; C.A.F., t. VIII n° 29657.

75 Doucet, Grand Parti, lre partie, p. 481. Un acte d’Henri II, en janvier 1548, fait allusion à la possibilité d’intérêts de 5 % par foire : C.A.H, t. II n° 2148.

76 Gioffre, Gênes, n° 283. L’incertitude repose sur le nombre de foires à partir duquel il faut calculer les intérêts. Quand en 1517, face à une demande royale, les Génois font état des prêts déjà fournis par eux, le roi rétorque qu’« avec les intérêts qu’il payait, il les aurait obtenu des Maures et des Turcs » : ibid., p. 112.

77 Clément-Simon, De Selve, p. 52. Mais il ne cite pas de sources et sa fiabilité est relative.

78 B.N. fr 3048 f° 93.

79 Braudel, Emprunts, p. 195-196. Des taux inférieurs sont cependant possibles, ainsi entre 1542 et 1549 pour les emprunts négociés par Gaspard Ducci ; 11, 10, puis 9 %, (à l’exception de 1544 où ils sont de 16 %) : Ehrenberg, Fugger, p. 150.

80 Dietz, English finance, p. 167 et 173.

81 Du Bellay, Correspondance, t. II p. 294. Hermann et al., Premier âge de l’État en Espagne, p. 333 parle de taux pouvant dépasser 30 % sous Charles Quint.

82 Vigne, Banque, p. 178.

83 Vial, Cléberger, p. 26 note 2.

84 A.N. J 965, 7/22 [7-9-(1537)]. Autre affaire similaire en octobre 1536 : B.N. fr 5125 f° 24 v° et 31

85 B.N. fr 5125 f 206 v°.

86 Isaac, Tournon, p. 69-71.

87 B.N. fr 5125 f° 133.

88 Spont, Documents, p. 336 (article IV).

89 Dumoulin, Contracts, f° 126.

90 Mandrot, Batarnay, p. 187-191.

91 B.N. fr 5779 f°60.

92 A.N. M.C. VIII 73 à la date.

93 Un exemple de participation : les onze personnes qui joignent leur mise de fonds à celle d’Antonio Gondi pour la première expédition Verrazano. Il est vrai que certaines d’entre elles appartiennent au monde des marchands-banquiers (Del Bene, Manelli, Altoviti) : Mollat et Habert, Verrazano, p. 65 et 70.

94 Voir Doucet, Grand Parti et Hauser, Crise de 1557-1559.

95 Voir l’affirmation de Bodin, République, p. 893, selon laquelle en 1543 Tournon relance le système des emprunts lyonnais pour faire fructifier 100 000 écus qu’il a dans ses coffres.

96 Gascon, Grand commerce, p. 258.

97 Baudouin-Matuszek et Ouvarov, Banque et pouvoir, p. 267.

98 Ehrenberg, Fugger, p. 117. Dans un compte de Pâques 1553, la maison Zangmeister figure pour près de 100 000 lt. de créances : ibid, p. 255 note 48.

99 Braudel, Emprunts, p. 196.

100 Spont, Semblançay, p. 122 note 1. Ce qui ne signifie pas qu’il n’ait jamais recours au crédit : voir ibid., p. 32, 69-70 et 74.

101 Giofffre, Gênes. 4e partie, n° 283.

102 Brewer, Letters and papers, vol. II, part 1, n° 1393 (9-1-1516) : Spinelly à Henri VIII.

103 Canestrini, Négociations, p. 760-761 : « E qualcuno dice che prolungheranno il pagamento una altra fiera e vogliono sopportare lo interesse ».

104 Spont, Semblançay, p. 166 note 2. En février 1516, les Frescobaldi envisagent de faire tenir de l’argent aux Suisses pour le compte du roi, mais en passant par Lyon.

105 A.N. M.C. LIV 53 (Inv. Morelet, 17-6-1536) n° 610.

106 Spont, Semblançay, p. 137 ; Gioffre, Gênes, 4e partie, n° 321. Le prêt génois serait, d’après Gioffre, de 25 000 écus. Y a-t-il une différence réelle entre les deux chiffres ou une simple erreur de transcription ? Ici le prêt génois est clairement fait à l’initiative du gouvernement ligure.

107 Spont, Semblançay, p. 140 note 3.

108 L’empereur Habsbourg et l’ancien duc de Milan ont le même prénom : lors d’allusions à des versements à « Maximilien », il est parfois délicat d’identifier le bénéficiaire.

109 B.N. fr 2940 fos 49 et 51.

110 Jacqueton, Documents, p. 267.

111 B.N. fr 17329 f° 91. On ne dispose pas des chiffres pour les années suivantes.

112 Spont, Semblançay, p. 157.

113 Spont, Documents, p. 343 (articles XIII et XIV).

114 Spont, Semblançay, p. 161 et note 5.

115 O.R.F., t. III, p. 118.

116 Brewer, Letters and papers, vol. Ill, part I n° 84. Il tient cette information du facteur lyonnais des Welzer. Une autre source parle de 300 000 écus : Schick, Fugger, p. 169 note 3. Que deviennent, dans cette perspective, les fonds rassemblés par Albisse ?

117 Spont, Semblançay, p. 166. Malgré mes recherches, je n’ai trouvé aucune source pour corroborer clairement l’affirmation de Spont.

118 Montmorency, l’un des huit otages garants du versement, gagne l’Angleterre en janvier 1519 et en revient onze mois plus tard : Bedos Rezak, Montmorency, p. 168.

119 Sur les suites du « prêt d’Ardres », voir A.N. Zla 59 fos 236 (4-3-1534) et 307v° (14-4-1534) ; Zla 66 fos 412 et 418 (17 et 31-8-1541) : procédure entre Robert Albisse et les héritiers du général Raoul Hurault.

120 Spont, Documents, p. 343 (article XIV).

121 Ibid., p. 341 (article XI). C’est par erreur que François, Tournon, p. 481 parle d’un versement de 200 000 écus. Il a amalgamé, sans doute à la suite des « Nouvelles des affaires de France », texte anonyme de 1521, (B.E.C, XX, 1859, p. 372) les anciennes créances d’Urbin et du camp du Drap d’or (150 000 écus) avec la nouvelle avance.

122 A.N. J 967, 8/11. Après reconstitution, le total des prêts effectifs serait de 103 000 lt. environ.

123 A.N. Xla 8621 f° 306 (4-1-1558).

124 C’est sans doute par erreur que Spont, Semblançay, p. 177 parle à son sujet de 160 000 lt.. L’opération ne va pas sans difficulté s’il faut en croire un mémoire de Lautrec au roi : les rescriptions des trois marchands « avoient esté reffusées de ceulx à qui elles estoient addressées […] mais depuis elles ont esté acceptées et ont commancé ceulx qui les ont à desbourcer quelque argent d’où l’on s’ayde » : B.N. fr 2978 f° 166 (25-9-1521).

125 Les de Roma qui, dès avant le 15 août, ont déboursé 64 000 lt. : B.N. fr 2978 f° 143 ; les Affaitati fournissent 42 142 lt. en 1521 ; A.N. M.C. XIX 178 et Xla 8619 f° 324 et sq. Le dernier document mentionne aussi les Balbe, qui avancent 25 000 écus et appartiennent sans doute au même milieu.

126 Spont, Semblançay, p. 185-186 ; B.N. P.O. 2326 (Poncher) n° 55. L’avance de Cléberger, du 26 avril, est-elle en lien direct avec la garantie aux généraux du 7 avril ? En septembre 1522, les généraux doivent emprunter 20 000 lt. pour financer les voyages et ambassades, mais on ne sait qui leur fournit l’argent ; Spont, Semblançay, p. 192.

127 Spont, Semblançay, p. 191.

128 Ibid., passim.

129 Ibid., p. 201.

130 Ibid., p. 200-201 et note 5, p. 235 note 2.

131 Ehrenberg, Fugger, p. 140. Les ducats de Florence ou de Venise valent alors 37 st.

132 A cette date ni le prêt pour le duc d’Urbin ni celui du camp du Drap d’Or par exemple ne sont remboursés.

133 Pour Lyon, cf B.N. 2961 fos 103-104 ; pour Paris : B.N. fr 2964 f° 9 ; pour Toulouse : B.N. fr 3050 f° 64 ; pour Bordeaux ; ibid., f° 79 ; en Limousin : B.N. fr 2994 f° 15 v°.

134 Bourgeois de Paris, Journal, p. 103.

135 L’année suivante, en 1522, c’est au tour de Charles Quint de se plaindre des Florentins qui refusent de lui avancer 20 000 ducats mais recrutent des troupes pour le roi de France : Ehrenberg, Fugger, p. 140.

136 B.N. fr 2994 f° 104.

137 C.A.F., t. V nos 17485 et 17505. Les Génois, pourtant épargnés en 1521, font l’objet d’une procédure identique au même moment : ibid., n° 17487 (11-6-1522). Doivent-ils eux aussi acheter cette garantie ?

138 A.N. V5, 1045 f° 49 v°. 64 et 65 v°. Défauts obtenus contre les généraux et Semblançay par Albisse Delbene, Zénobi Genozy (Ginory), Thomas et Olivier Gadaigne, Guillaume Nazy et Robert Albisse, contre les généraux seulement par Laurent et Phelippes Strossy, Pierre Biny et Zenobi Bartholaine. Tous sont Florentins.

139 A.N. M.C. VIII 284 (13-6-1538).

140 B.N. fr 3027 f°88.

141 Bourgeois, Lyon, p. 224 parle d’un prêt en 1526 alors que Charpin-Feugerolles, Florentins, p. 27 présente cette avance comme faite dans le cadre du règlement de la rançon. D’ailleurs, Bourgeois, prudemment, écrit seulement que Gadaigne a été sollicité, sans affirmer que le prêt a bien eu lieu.

142 Est-il judicieux de constater parallèlement que les Florentins de Lyon, agents essentiels du financement de la première expédition Verrazano, ont disparu des suivantes ? Voir Mollat et Habert, Verrazano, p. 94, 101-103 et 127.

143 Cité par Ehrenberg, Fugger, p. 247.

144 Spont, Semblançay, p. 181 note 2. Les marchands parisiens Jaques Pinel et Denis Berthélemy auxquels le receveur général Jehan Ruzé verse en 1522 3000 et 10 000 lt. respectivement, en l’acquit de Semblançay, font peut-être partie de ces prêteurs qui, dans la garantie, conservent l’anonymat : B.N. fr 2941 f° 57.

145 Spont, Semblançay, p. 191 dans la note (20-10-1522).

146 Bourgeois de Paris, Journal, p. 196. Affirmation reprise p. 308 : le roi lui doit de l’argent « qu’il avoit emprunté, pour les affaires du Roy, de plusieurs marchands de Paris et autres ». Cela ne vaut, comme on l’a vu avec la créance des Florentins de Lyon, que pour une partie de la somme. Mais notre Parisien voit les choses depuis la capitale…

147 Dans d’autres cités du royaume, le roi cherche des fonds comme en témoignent les tentatives de Bonnivet et Thomas Bohier à Bordeaux en août 1521, les remboursements effectués à Tours et Rouen en avril 1523 ou les emprunts rouennais d’Anthoine Juge en 1526 : B.N. fr 2994 f° 50 v° ; Spont, Semblançay, p. 200 ; C.A.F., t. V n° 18868 (3-12-1526). Mais si le document bordelais mentionne bien les marchands, outre les gens d’église et de conseil, il est impossible d’affirmer que ceux-ci sont représentés dans les deux autres villes.

148 Sur ce dernier : A.N. M.C. XIX 44 (7-6-1517).

149 Guillaume Le Coincte, frère de Nicolas, est marchand drapier et bourgeois de Paris : A.N. M.C. XIX 65 (16-9-1531) et VIII 134 (16-11-1532). Un autre frère est conseiller au Châtelet : A.N. J 963 n° 23.

150 Voir entre autres A.N. M.C. CXXII 1030 (21-8-1517) ; CXXI1 11 (8-2-1523) ; CXXII 1059 (25-7-1531).

151 A.N. M.C. XIX 59. Gravelle est un ancien receveur des aides et tailles de Provins (ibid., XIX 44 (13-5, 9-7 et 24-8-1517), très lié à Morelet de Museau. Dans les papiers de feu Guillaume de Saffray figure une cédule de Delange de 2000 lt. : ibid., XIX 148 (24-11-1536).

152 A.N. M.C. XIX 70 (8-10-1531). Lorsque les biens de Le Coincte sont saisis par le roi dans le cadre des poursuites contre les financiers, Delange et Turquam figurent parmi les opposants : A.N. Zla 59 f° 158v° et 212.

153 Il lui prête par exemple 500 écus le 30 mai 1524, alors que la position de Semblançay n’est déjà plus très assurée. Mais dès le 12 juillet, il cède sa créance à Jehan Grolier : A.N. M.C. CXXII 12 (26-9-1527).

154 A.N. M.C. XIX 86 (30-6, 18 et 23-7-1543) ; CXXII 151 (25-12-1545) ; XLIX 72 (19-5-1544). Leurs spéculations sur le sel, qui entraîneront des poursuites, nous sont connues pour une période postérieure à celle qui nous concerne ici. Il est cependant très probable qu’ils s’y impliquent dès les années vingt.

155 B.N. fr 15633 f° 175-177v°.

156 Doucet, Parlement 1525-1527, p. 83. Il était pourtant très pessimiste, affirmant peu avant : « On ne trouvera personne qui se y veuille fourrer » : ibid. p. 80.

157 C.A.F, t. VII n° 25705. Guillaume Rouillart et Julienne Daniel, veuve de Jean Viart, d’Orléans, complètent la somme, avec 14 300 lt..

158 Buisson, Duprat, p. 269.

159 B.N. fr 10406 n° 4 ; A.N. M.C. Inv. Carré n° 2057.

160 Allusion in A.N. J 963 n° 23 (27-1-1530).

161 C.A.F., t. II, n° 4385 (19-1-1532). Les ténors des années vingt figurent encore pour des prêts qui servent indirectement les caisses royales : Le Coincte avance 20 000 lt. en 1530 à Montmorency : Le Roux de Lincy, Grolier, p. 373. S’agit-il du prêt de Le Coincte pour le paiement de la rançon mentionné sans montant in O.R.F., t. VI p. 108 note 2 ? Delange fournit 8 400 lt. à Besnier, le nouveau receveur général d’Outre-Seine, toujours en 1530 : A.N. M.C. XIX 86 (12-7-1543).

162 Concession aux marchands lucquois le 17 septembre 1527 : C.A.F., t. VI n° 19354.

163 B.N. fr 10385 f° 14 v° : fonds pour les Lucquois en 1527 ; ibid., fr 10406 n° 23 : assignation de 24 600 lt. à Robert Nazy le 19-7-1528. Peut-être aussi fonds pour Léonard Thébaldi dans C.A.F., t. V n° 19145 (2-5-1527).

164 Don aux de Rome des revenus du tirage du sel à Valence, en rémunération de prêts et de pertes subies au service du roi : A.N. J 964 n° 23 (10-2-1527). Ont-ils aussi des conditions privilégiées pour acquérir du domaine en Provence au milieu de la même année (O.R.F., t. V p. 80) ? En 1532, ils reçoivent en plus des droits de gabelle sur des salines languedociennes ; C.A.F., t. VII n° 24112 (164-1532). Le bail anticipé de la ferme des draps de Lyon permet en 1528 d’éteindre une autre créance : B.N. P.O. 2326 (Poncher) n° 55.

165 B.N. fr 3031 f° 37 et 86.

166 Du Bellay, Correspondance, t. I p. 86 ; B.N. fr 3080 f° 85.

167 B.N. fr 3046 f° 19 : Robertet (le fils) à Montmorency. « Nos banquiers des III c M escus ont faly promesse » lui écrit aussi Duprat : B.N. fr 3031 f° 127.

168 B.N. fr 3031 f° 77 (Duprat écrit le 17 mars). La Pommeraye est sans doute l’auteur d’une lettre au roi, anonyme et non datée, qui décrit alors des contacts avec les hommes d’argent : « S’adressèrent à moy hier deux bancquiers qui me dirent que monsieur le légat avoit faict quelque ouverture à leurs compaignons qui sont par delà pour fournir les deux cens mil escuz que voulez mectre entre les mains de madame votre tante… » : B.N. fr 3064 f° 183. Le 8 mars, des banquiers étaient en effet attendus à Blois : ibid., fr 2976 f° 50.

169 B.N. fr 3044 f° 11 et 2976 f° 56.

170 A.N. J 964 n° 29.

171 Hauvette, Alamanni, p. 85-88. Les relations avec Florence vers 1528-1530 offrent d’ailleurs un cas exceptionnel dans les annales du règne : un commis à l’Extraordinaire des guerres basé dans la cité toscane prête 3000 écus « à certains banquiers de Florence ». C’est probablement une forme de subvention pour résister aux Impériaux : A.N. M.C. XIX 289 (29-9-1556).

172 A.N. J 9601 f° 9 ; B.N. fr 20502 f° 109.

173 Ehrenberg, Fugger, p. 247. Il ne donne malheureusement ni détail, ni référence. Ne s’agit-il pas des fonds prêtés par le Parisien Nicolas de Noble qui doivent passer par Lyon avant d’être envoyés en Suisse, même s’ils étaient censés y partir bien plus tôt ? Voir B.N. fr 15628 n° 214.

174 Allusion, avant même les opérations de Tournon, à des emprunts en Italie pour financer les troupes, sans doute celles établies à la Mirandole près de Modène : A.N. J 965, 5/14 (21-8-1536). Voir aussi C.A.F., t. III n° 9020 (24-5-1537) sur un remboursement d’avance faite pour une levée de chevau-légers à la Mirandole. Mais il ne s’agit au total que de quelques milliers d’écus.

175 Le contentieux le plus lourd est celui des Florentins qui réclament alors un « vieux debte » de 140 000 écus : A.N. J 965, 7/36.

176 Outre les cas déjà évoqués, citons par exemple le mandement de remboursement pour Cléberger du 7 juin 1533 (C.A.F., t. II n° 5898). Le remboursement a lieu en février 1534. Cette année-là, Philippe Strossy à son tour est assigné pour 31 000 écus : A.N. J 967 n° 8/18.

177 C.A.F., t. III n° 7737.

178 Sur l’ensemble de l’épisode, voir Isaac, Tournon, p. 47-72. Le cardinal est lieutenant général du roi pour l’ensemble du Sud-Est et, à ce titre, il n’y a rien d’étonnant à ce que les finances entrent dans ses attributions. La situation de Jean du Bellay, lieutenant général à Paris, est identique : il doit « avoir esgard au faict des finances, dons le fons de la recepte des païs circonvoisins estoit à Paris, afin de secourir la Picardie, Champagne et autres lieux de frontière, selon l’exigence des affaires » : Du Bellay, Mémoires, t. III p. 111.

179 Sur ses pouvoirs, voir O.R.F, t. VIII p. 183 et 190 (10-10-1536).

180 Knecht, Francis I, p. 322. Amendes pour trafic avec Gênes : C.A.F, t. II nos 6705 et 6959 ; confiscation de « veloux » : A.N. J 965, 7/42 et J 966, 24/4.

181 Ban contre les velours de Gênes rapporté en février, moyennant un droit de deux écus par pièce : Isaac, Tournon, p. 64. L’assignation du remboursement de prêts de Gadaigne de 1521-1522 est postérieure à juin 1537 ; A.N. J 967 n° 8/7.

182 A.N. J 965, 7/36 et 7/22.

183 B.N. fr 5125 f° 133.

184 A.N. J 967, 87/1 (16-4-1538) et 87/2 (9-4-1538).

185 A.N. J 965, 8/38 (8-5-1537) et 9/39 (9-8-1537).

186 A.N. J 965, 7/44.

187 Ibid.. 7/5.

188 Isaac, Tournon, p. 65 et 66 ; A.N. J 965, 7/15 (15-7-1537).

189 A.N. J 967, 8/15 et B.N. fr 5125 f° 9.

190 B.N. fr 5125 f° 114, 187 et 205 V ; Isaac, Tournon, p. 62.

191 Il est assigné en août 1537 : A.N. J 967, 8/6.

192 Plus de 100 000 lt. selon une lettre du 26 : Tournon, Correspondance, n° 278 ; près de 100 000 lt. selon un courrier du 30 : A.N. J 967, 8/13.

193 Tournon, Correspondance, nos 289, 291 et 293. Voir aussi Isaac. Tournon, p. 68 qui évoque un autre prêt de 6700 lt..

194 A.N. J 967, 8/19.

195 A.N. J 967, 87/1 et 87/4.

196 D’où probablement l’étonnante confusion de Tracy, Financial Revolution, p. 18 : « Even the huge expenditure of Francis I’s campaigns against Charles V did not require recourse to the German and Italian banking houses represented in Lyons ». Pour lui ce phénomène commence seulement sous Henri II.

197 Ehrenberg, Fugger, p. 248.

198 « Alla natione fiorentina di Lione, già li hanno fatto prometter’ in prestito a ogni piacer del Re » : Lestocquoy, Nonces 1541-1545, p. 113.

199 Cité par Knecht, Francis I p. 381.

200 Tournon, Correspondance, n° 350 (10-10-1542).

201 C.A.F., t. IV n° 12742.

202 R.D.B.V.P., t. Ili p. 107-109 (20 et 23-1-1548). Il est vrai que l’appellation de banque ne requiert pas la mise sur pied d’un établissement spécifique. Cf une lettre d’Albisse d’Elbene à Tournon du 15 août 1557 : « Nous sommes repputez par tout le monde la Banque du Roy » : François, Delbene, p. 341.

203 Voir C.A.F., t. VI n° 22570 (13-4-1543), t. IV n° 13491 (15-12-1543), n° 13632 (24-2-1544), n° 14008 (1-7-1544), n° 14357 (26-2-1545), t. V n° 14682 (12-1-1546), n° 15466 (28-12-1546).

204 Exemples de procurations : A.N. M.C. LIV 20 (3-7-1544, suite à la lettre du roi du 1er, et 2-3-1545, après celle du 26 février).

205 « Il me souvient, écrit Charles Dumoulin, avoir plusieurs foys remonstré ledict excès et abus à aucuns personnages d’authorité et que c’estoit mal faict de le tolérer : lesquelz m’ont respondu que la chose avoit esté bien discutée au conseil et que l’on avoit trouvé estre nécessaire le tolérer pour le bien et nécessité publicq » : Dumoulin, Contracts, f° 37.

206 Ehrenberg, Fugger, p. 268.

207 Ibid., p. 250.

208 Potter, French Involvement, p. 536 note 58.

209 B.N. Dupuy 958 f° 53 v°.

210 B.N. fr 17329 f° 91 fournit des chiffres extrêmement élevés dans la catégorie « deniers payés en acquict » pour 1545 (1 347 000 lt.) et 1546 (4 738 000 lt.). Le chiffre de 1547 n’est pas cité. S’agit-il en fait de reconnaissances de dettes sous la forme d’assignations de remboursement ? Cela est possible.

211 B.N. fr 3127 fos 61 et 91. Garnier, cité par Tommaseo, Relations, p. 403, mentionne comme intérêts de la dette publique pour 1552 388 000 lt. (soit 97 000 lt. par foire), somme semblable à celle évoquée ici.

212 Remarque de F. Braudel dans Actes du Colloque sur la Renaissance organisé par la Société d’Histoire Moderne (30/6-1/7/1956), Paris, Vrin, 1958, p. 78.

213 « Tout ralentissement économique laisserait inemployée une masse d’argent, entre les mains des riches » affirme Braudel dans La Méditerranée, t. 2 p. 220. 11 y voit une source de financement pour l’art. Ne peut-il en être de même pour l’État ? La Hollande fournit un exemple du changement d’ambiance concernant le crédit public. C’est à partir de 1553 en effet que les États et la Régente y abandonnent la coutume des ventes forcés de rentes de la province. Cette décision, encouragée ici aussi par des taux d’intérêts élevés, permet au capital urbain de se réorienter librement vers le refinancement de la dette publique : Tracy, Financial Révolution, p. 221.

214 « Par suite de la multiplicité des banques et de l’abondance extrême des capitaux, le gouvernement ne se de subir les conditions des gens d’affaires ou du moins de tel d’entre eux en particulier » : Doucet, Grand Parti, 1ere partie, p. 486.

215 L’État « se sentant à la merci des prêteurs, subissait toutes leurs exigences » : ibid., p. 489.

216 Il en va de même de ceux qui prêtent à Charles Quint. Jacob Fugger soutient le Habsbourg dans l’élection impériale parce qu’il a besoin de son appui pour sauver ses créances sur Maximilien (et aussi sa position de force sur le marché du cuivre). En 1536, les Génois ne peuvent que soutenir l’empereur : « Sont contrainctz lesd. Genevoys pour l’interest de leurs biens et crédit tenir vif led. Empereur » : Du Bellay, Correspondance, t. II p. 518 (4-11-1536).

217 Voir par exemple Kellenbenz, Les foires de Lyon dans la politique de Charles-Quint, passim.

218 Un exemple de défense d’exporter : O.R.F., t. IX p. 235 (16-12-1538). D’autres déclarations de ce type en 1506, 1540, 1548… Un cas particulier de mesure monétaire : le décri d’espèces d’or et l’apport à des commissaires des masses et lingots d’or dans le cadre du rassemblement de la rançon : O.R.F., t. V p. 280 et 283 (10-12-1529).

219 O.R.F., t. III p. 270 (18-6-1523) ; B.N. fr 5125 f° 99 v° (26-11-1536).

220 B.N. fr 3048 f° 89.

221 B.N. fr 3031 f° 17 [21-1-(1527)].

222 Isambert, Recueil, 1.12, p. 695.

223 François (Alexis), Meigret, p. 84 et sq.

224 Isambert, Recueil, 1.12, p. 834.

225 B.N. fr 3048 f° 131.

226 Les Impériaux tentent plusieurs fois de ruiner les foires car, comme le dit un texte de 1542, « ce serait enlever au roi de France la facilité de trouver immédiatement de grandes sommes d’argent quand il veut faire la guerre » : Kellenbenz, Les foires de Lyon dans la politique de Charles-Quint, p. 26. Voir aussi Ehrenberg, Fugger, p. 241-242.

227 Du Bellay, Mémoires, t. III, p. 52-53.

228 A.N. J 965, 7/17.

229 B.N. fr 5125 f° 206.

230 O.R.F, t. IX p. 195 ; Du Bellay, Correspondance, t. II p. 519.

231 Spooner, Frappes, p. 120 note 3.

232 Ehrenberg, Fugger, p. 45.

233 Du Bellay, Correspondance, t. II p. 332.

234 A.N. J 965, 7/36 (1-11-1536).

235 A.N. J 966, 23/12. C’est d’autant plus douteux que la lettre est du 9 août.

236 Bodin. République, p. 893. Même raisonnement dix ans plus tard chez Dominique du Gabre, évêque de Lodève et trésorier des armées à Ferrare. Dans une lettre du premier octobre 1553, il conseille au roi, pour épuiser les ressources de son adversaire, de « prendre argent de tous coustez, et en Italie et en France, quand il s’en trouve, et faire soulier vostre ennemy de la guerre » : Romier (Lucien), Les origines politiques des guerres de Religion, Paris, 1913, t. I, p. 143.

237 Sur ce dossier, voir Potter, French Involvement, passim et François, Tournon, p. 222-224.

238 Voir la description faite par Bonivard, historien de Genève cité par François (Alexis), Meigret, p. 84 : « L’empereur avait faute d’argent, qui est le nerf de la guerre, et en empruntait ab hoc et ab hac, où il en pouvait avoir ». En novembre 1545, Charles Quint est aux Pays-Bas pour préparer sa campagne d’Allemagne : « Pour dresser laditte armée, luy faloit avoir grandes finances, pour lesquelles recouvrer il alloit audit lieu de Anvers, afin d’en avoir, tant par ottroy que par prest » : Du Bellay, Mémoires, t. IV, p. 320-321.

239 Ehrenberg, Fugger, p. 251.

240 Voir la remarque, un peu plus tardive (milieu de 1549), du cardinal de Ferrare à Lyon : il estime le marché bancaire « bien fort bon et plein de beaucoup de deniers » : Baudouin-Matuszek et Ouvarov, Banque et pouvoir, p. 255.

241 B.N. fr 3048 f° 89. En 1527, alors que François Ier n’a plus aucun crédit, comme le souligne un agent florentin, les ambassadeurs français en Espagne informent le roi qu’un marchand de Lyon a fait une avance à l’empereur : Canestrini, Négociations, t. II, p. 899 ; Brewer, Letters and Papers, vol. IV, part. II, p. 1618.

242 D’où le caractère très exagéré des affirmations de Boyer-Xambeu, Deleplace et Gillard, Monnaie privée, p. 369, qui situent les emprunts royaux entre un et deux millions d’écus d’or par an à partir de 1515…

243 Barrillon, Journal, t. I p. 108. L’argent n’est pas versé en raison de la rupture de l’accord, rupture qui débouche sur Marignan.

244 Cité dans Paris, Études, p. 230. Spont, Semblançay, p. 175 parle de 3 000 écus.

245 Auton, Chroniques, t. III, p. 190-191 (20 000 lt. en 1503 fournies par Gié) ; Maulde, Procédures, p. 710-711.

246 Il s’agit d’un mandement de remboursement, qui intègre peut-être des prêts antérieurs.

247 A.N. J 965, 8/22 et 8/38.

248 L’importance de cet engagement pourrait être un des facteurs de l’octroi, en février 1538, de l’office de connétable à Montmorency : Greengrass, Montmorency, p. 382.

249 Prêt de 20 000 écus le 25 juillet 1519 : B.N. fr 14368 f° 158 v° ; d’environ 20 000 lt. en 1537 : A.N. J 967, 8/6 et 8/19.

250 Prêt de 25 000 lt. entre Pâques 1521 et Pâques 1522 : B.N. Clairambault 1164 f° 177.

251 Prêt de 3 000 lt. en 1528 : A.N. KK 352, fos 37 v° et 38 ; de 7 000 lt. en 1537 : C.A.F, t. VIII, n° 29927…

252 Prêt de 4 000 lt. en 1537 : C.A.F., t. VIII, n° 30257.

253 Prêt de 30 000 lt. en 1515 : B.N. fr 2940 f° 10-11.

254 C’est le cas d’Annebault ou de Boisy. Pour ce dernier, l’emprunt de la succession permet au roi de se rattraper. Pour Annebault, voir Brantôme, Œuvres complètes, t. III, p. 210 ; François Ier sur son lit de mort affirme que l’amiral s’est appauvri à son service et il lui octroie 100 000 lt. à titre de compensation. Si cela est vrai, il est probable que l’absence d’Annebault tient à la médiocrité de mes sources pour les années 1540.

255 Le montant le plus élevé que j’aie repéré est un remboursement de 82 006 lt. au maréchal Théodore Trivulce (Trivulzio) en juin 1525 : B.N. fr 5779 F 119 v°. Morelet de Museau et Thomas Bohier, sans doute au début de 1524, s’obligent envers lui pour 10 500 écus : A.N. M.C. LXXXVI 99 (I.A.D. Bohier, 23-3-1566) n° 896.

256 C.A.F., t. VII n° 28803 et 29244. Deux quittances du 23 octobre de Meigret et Robertet, pour 4 092 lt. et 8 000 lt., précisent que le sire d’Albret agit ainsi « pour subvenir au recouvrement du royaume de Navarre » : A.N. M.C. LXXXVI 99 (I.A.D. Bohier, 23-6-1566) n° 269.

257 Sous Louis XII, dans une liste de prêteurs de février 1512, figure en tête le roi lui-même, qui fournit 50 000 lt. « de ses deniers », sans doute des terres qui ne sont pas du patrimoine de la couronne : B.N. fr 5501 f° 368. Sous son successeur, c’est dans les relations financières entre le roi et sa mère que l’on peut sans doute trouver la plus forte imbrication entre patrimoine « public » et « privé ».

258 Un exemple sous Louis XII pour les trésoriers de France : B.N. fr 5501 f° 368.

259 Sur ses avances : B.N. fr 25720 fos 47, 64, 81, 111 et 131 ; fr 26116 n° 369 ; P.O. 381 (Bohier) nos 72, 75 à 77, 80 et 81 ; P.O. 160 (Babou) n° 60 ; A.N. KK. 352 fos 35 v° et 37 v° ; C.A.F., t. V nos 16181 et 16702.

260 La formule utilisée concerne en fait, pour le même phénomène, le banquier A. Delbene sous Henri TI : Baudouin-Matuszek et Ouvarov, Banque et pouvoir, p. 271.

261 A.N. J 964 n° 13. L’ensemble, soit 114 237 lt., est toujours dû à Bohier au moment de sa mort.

262 A.N. Zla 57 f° 169 (15-3-1532).

263 4 000 lt. en 1528 : A.N. KK 352 fos 35 et 36 v° ; 1 500 écus en 1532 : C.A.F., t. II n° 4552. Il a peut-être fourni aussi 10 596 lt. en 1523 : C.A.F., 1.1 n° 1753-1754 (prêts de deux de ses collègues généraux pour payer les Suisses à la Chandeleur). Henri Bohier, qui n’est plus que sénéchal de Lyon, est présent en 1528 pour 2 000 lt. (A.N. KK 352 f° 35 v° et 37 v°). S’il est bien le « monsieur de la Chapelle (Bellouin) » cité, il est aussi sollicité en août 1527 pour 500 écus : B.N. Dupuy 645, F 199, n° 35.

264 A.N. Zla 66 f° 276 et 332.

265 C.A.F., t. VIII n° 29799 (janvier 1538 sd) et t. IV n° 14204 (10-11-1544).

266 Babou devait prêter 10 000 écus, du moins Duprat l’espérait-il le 17 mars, mais une partie de la somme (au moins 3 000 lt.) est versée en monnaie comme le précise un état de deniers du 30 avril : B.N. fr 3031 f° 71 et 3011 f° 55.

267 Doucet, État général, p. 94 et 99 ; A.N. KK 352 f° 35 v°, 36, 37 v° et 38 ; B.N. P.O. 160 (Babou) n° 75 ; C.A.F., t. II n° 4461 (16-3-1532) et t. VIII n° 30266 (septembre 1537 sd). Pour le prêt de 1527, la seule trace est la sollicitation royale qui a très probablement été suivie d’effet ; B.N. Dupuy 645, f° 199, n° 26.

268 1 000 écus en 1527 : B.N. Dupuy 645, f° 199, n° 39 (même remarque que ci-dessus) ; 4 000 lt. en 1528 : A.N. KK 352 f° 35 et 37 v° ; 10 000 lt. en 1529 ; C.A.F., t. I n° 3295 ; 6 000 lt. (un ou deux prêts de ce montant en 1531-1532) : C.A.F., t. II n"4567 et t. VII n° 28052 ; 10 000 écus en 1536 ; B.N. fr 5125 f° 15 v" ; l0 000 lt. en 1537 ; C.A.F., t. VIII n° 30271.

269 Sur le prêt comme étape de la vénalité publique, voir Descimon, Parlement de Paris, p. 147-161. Voir également Stocker (Christopher), « Public and Private Enterprise in the Administration of a Renaissance Monarchy : the First Sales of Offices in the parlement of Paris (1512-1524) », The Sixteenth Century Journal, IX (2), 1978.

270 A.N. M.C. XIX 86 (12, 14 et 20-4-1543).

271 Barrillon, Journal, t. II p. 312. A titre d’illustration, les prêts en 1519 de Pierre Cyret à Bordeaux, Pantaléon Jobert à Toulouse, Hugues Leloyer à Rouen ; C.A.F., t. II n° 6320 et t. VII nos 28592 et 28700.

272 C.A.F., t. IV n° 12333. Autre cas original (le seul retrouvé dans le C.A.F.), celui du prêt de 200 écus par le vice-bailli de Viennois Antoine de la Court pour bénéficier d’une résignation à survivance : ibid., t. VIII n° 30695 (juin 1537 sd).

273 Une seule exception repérée : Louis Chabannier pourvu en mai 1544 moyennant 3 375 lt. : C.A.F., t. V n° 15189. S’agit-il d’un remboursement partiel ou d’une transaction spécifique ?

274 2 500 écus : Gabriel Damours et Françoys Rabot ; 3 000 écus : Nicolas Compaing et Jehan Scoriol : A.N. M.C. XIX 86 (20-4-1543) ; Xla 8621 f° 20 v° et 48 v°.

275 C.A.F., t. VII n° 24352 et t. VIII n° 29501.

276 Sources : C.A.F., t. III n° 10374, t. IV nos 13175 el 13563, t. VI nos 22569, 22572-22580, 22584-22587 et 22592, t. VII n° 28700, t. VIII nos 29279 et 30456 ; C.A.H., t. I n° 1428.

277 Sur la différence classique de prix entre les deux types d’offices, voir Descimon, Parlement de Paris, p. 151. L’analyse de R. Descimon se vérifie à Toulouse où l’office clerc de Jean de Tornoir (ou de Tornoër) ne nécessite que 2 000 écus de prêt (soit 4 500 lt.) en 1543 quand, dès 1537, celui d’Antoine de Paulo en requiert 6 000 lt. : A.N. M.C. XIX 163 (11-4-1543) ; C.A.F., t. VIII n° 30636.

278 A.N. M.C. XIX 163 (8-6 et 12-7-1543).

279 Estienne Lapite en 1537, Nicolas de Saimbault en 1539 et Nicolas Hardy en 1540 : A.N. M.C. XIX 154 (6-9-1539) et 155 (7-7-1540).

280 A.N. M.C. XIX 151 (20,21 et 22-1-1539) : Boullenc a touché 2 500 lt. ; XIX 147 (28-1-1536) : Le Berruyera déjà reçu 2 358 lt..

281 Ibid, XIX 76 (2-1-1536) et 78 (20-12-1536).

282 Coyecque, Recueil, n° s 2986 et 2987 (20-10-1543).

283 B.N. fr 5500 f° 33 (sans date).

284 C.A.F., t. IV n° 13798 (20-4-1544).

285 A.N. KK 352 fos 36, 36 v° et 38 v° ; f°s 37 et 38 v°.

286 B.N. Dupuy 645 f° 199. Essentiellement des présidents de tribunaux parisiens (Picot, Guillart, Le Viste, Poillot…)

287 B.N. fr 20616 f° 60 ; A.N. KK 289 f° 6 v° (80 lt. sur les élus de Blois), 17 v° (80 lt. sur les élus de Poitou), 25 (40 lt. sur l’élu de Beaumont-le-Vicomte et 60 lt. sur le receveur)…

288 En 1544, les trésoriers de France sont chargés de lever des emprunts sur les receveurs ordinaires de leurs charges. Le remboursement est assigné sur la caisse de chaque receveur : C.A.F., t. IV n° 13797 (Philibert Babou, pour 8 000 lt. sur la Languedoïl) et n° 13798 (Claude Robertet, pour 6 000 lt. sur la Normandie).

289 C.A.F.. t. I n° 963.

290 Spont, Semblançay, p. 184 note 6.

291 A.N. M.C. XIX 199 (29-11-1555) ; PP 99 p. 102.

292 Voir Bien, Offices, passim.

293 B.N. fr 2940 f° 71 v° fait allusion à l’emprunt « de messieurs les prélatz ». Une version du texte de la demande royale se trouve én A.N. J 965, 4/1. On garde trace de onze prêts précis pour cette période, s’échelonnant du 26 août 1521 jusqu’au 8 janvier 1522. Il s’agit d’un cardinal archevêque (C.A.F., t. II n° 6827), de trois évêques [C.A.F., t. II n° 7205 et 7279 ; A.N. M.C. XIX 175 (25-7-1548)], de quatre abbés (C.A.F., t. II n° 7178, t. III n° 8004 et t. VII n° 28951 ; A.N. J 965, 4/1), de deux chapitres cathédraux (C.A.F., t. I n° 1456 et t. VIII n° 30525) et, plus étonnant, d’un curé et archidiacre (C.A.F, t. VIII n° 30526). Voir aussi l’instruction sur les emprunts à faire sur les prélats de Dauphiné du 6 août 1521 : C.A.F., t. V n° 17410.

294 C.A.F., t. IV n° 12536.

295 A.N. M.C. XIX 151 (25-1-1539). Le rôle de la province de Toulouse conservé en A.N. J 939 n° 26 porte cette date. En revanche la Bretagne semble faire l’objet d’une levée spécifique : le rôle est antérieur, signé à Fontainebleau le 31 août 1537 : ibid., n° 25.

296 A.N. J 966, 18/3. Le chapitre Notre-Dame de Rouen, requis de fournir 2 000 écus, n’en prête que 1 500, « non sans grande difficulté » : ibid, 18/2. Mention d’un envoi de 5 400 écus le 12 juillet : ibid., 18/4.

297 A.N. J 967, 87/8 et 9.

298 Quelques exemples isolés : Jacques de Silly, évêque de Sées, fournit 1 450 écus le 24 août, l’abbé de Cendras (abbaye bénédictine du diocèse de Nîmes) 225 lt. le 16 novembre et Jean de Langeac, évêque de Limoges, 1 000 écus le 16 décembre : C.A.F., t. III n° 10215 ; B.N. fr 26129 n° 2412 ; A.N. M.C. XIX 151 (25-1-1539).

299 C.A.F., t. IV n° 12835 (13-12-1542).

300 A.N. J 939 n° 26.

301 A.N. J 968, 15/2. En 1521, lors d’un précédent emprunt général, l’abbé avait dû verser 100 lt. seulement : A.N. J 965, 4/1. Cette abbaye bénédictine se situe au diocèse de Blois.

302 C.A.F., t. VI n° 22143 (15-4-1541).

303 Exemptions pour Jean de Lorraine ou Jean du Bellay : C.A.F., t. IV n° 11257 (30-10-1539) et n° 11301 (4-12-1539). Constatons cependant que les cardinaux ont été largement mis à contribution en 1537. Ils sont en effet sept (Bourbon, Châtillon, Le Veneur, du Bellay, Givry, Tournon et Lenoncourt) sur les dix prêts du clergé repérés cette année-là : C.A.F., t. V n° 18286, t. VIII nos 29251, 30194, 30258-60 et 30264. Leur apport total se monte à 30 590 lt..

304 A.N. J 968, 51/4 [10-5-(1538)].

305 A.N. J 966, 18/1.

306 O.R.F., t. IX p. 62 (n° 841). Voir là-dessus C.A.F., t. III nos 10215, 10206-10207 et A.N. J 966, 18/4 (2-7-1538).

307 A.N. J 966, 18/2 (13-5-1538).

308 Allusion dans un acte du 17 mars : C.A.F., t. VI n° 22535. Voir un exemple concernant l’abbé de la Madeleine de Vézelay pour 1 140 lt. : A.N. M.C. XIX 86 (18-7-1543).

309 Spont, Semblançay, p. 190 notes 1 et 2. La décision est bien du 3 et non du 13 comme l’écrit par erreur Doucet, Parlement 1515-1525, p. 71, puisque le Parlement de Paris refuse de publier les lettres dès le 7 juin : B.N. fr 3911 f° 71 v°. Le procédé est aussi utilisé par Charles Quint : Braudel, Emprunts, p. 201.

310 Sur la valeur de la grille, voir deux chiffres contradictoires dans Chevalier, Tours, p. 271 note 144 (la grille coûte 10 250 lt.) et p. 344 note 155 (valeur totale de 69 456 lt.).

311 Voir Tarbé, Trésors, p. 294-298.

312 Bourgeois de Paris, Journal, p. 164. Pourquoi l’argent, intéressant à Tours, ne l’est-il pas à Laon ? Mystère.

313 B.N. fr 14368 f° 75 v°. Le document n’est pas daté mais l’argent doit être remis à Pierre d’Apestéguy en tant que « receveur général de noz deniers extraordinaires », charge qu’il occupe durant cette période.

314 Deux listes de prêts sollicités : B. N. Dupuy 645 f° 199 pour 1527 et fr 3122 f° 118 pour 1531. Pour 1528, il s’agit de prélats figurants dans les recettes des Parties casuelles : A.N. KK 352 fos 36 v°-39.

315 Le chancelier Duprat, archevêque de Sens, en raison de sa position particulière, n’est pas retenu ici.

316 Cinq cités trois fois (Foucault de Bonneval, Georges d’Amboise, François de Rohan, François de Poncher et Guillaume Briçonnet), huit cités deux fois (Tournon, Claude de Longwy, Louis Guillard, François de Dinteville, Jean d’Orléans, Robert de Lenoncourt, Gilles de Luxembourg et Aymar Gouffier) et onze, une fois (Jean Le Veneur, Pierre de Martigny, Pierre Filhol, Antoine Dubois, Jean de Pins, Geoffroy d’Estissac, Jacques Hurault, Pierre Paulmier, Jacques de Silly, Charles de Villiers de l’Isle-Adam et Antoine de la Barre).

317 Les cinq archevêchés absents, tous méridionaux, sont Auch (François-Guillaume de Castelnau), Arles (Jean Ferrier), Bordeaux (successivement pour 1527-1531 Jean de Foix, Gabriel et Charles de Gramont), Embrun (Antoine de Lévis) et Narbonne (Jean de Lorraine).

318 De par les limites des sources, il est parfois difficile de trancher sur le statut des prêts. Pour 1519, on garde trace de deux avances de fonds de prélats, celles du cardinal de Boisy et de Jean Calvau, évêque de Senlis : B.N. fr 20879 f° 46 et C.A.F, t. VII n° 28899. Est-ce l’indice d’une levée plus générale sur l’épiscopat ? N’est-ce pas plutôt la contribution de proches du pouvoir ? Boisy appartient en effet au clan Gouffier, alors si puissant, et Calvau fut membre du conseil de régence de Louise de Savoie en 1515.

319 C.A.F., t. V n° 17915 (26-11-1524). Leur remboursement est assigné sur le receveur des aides et tailles de Beaujolais, sur les deux derniers termes de 1525.

320 B.N. fr 11969 f° 369-369 v°. Ils cherchent à en obtenir le remboursement en 1561, réclamant le capital et quatorze ans d’intérêts car ils ont été contraints d’emprunter à 10 % pour disposer de la somme.

321 Spont, Semblançay, p. 119 note 3 : il fait référence à Poitiers, Rouen, Troyes et Reims. Deux allusions permettent de supposer d’autres demandes en 1516 et octobre 1520 : ibid., p. 126 note 3 et p. 167.

322 Selon Clamageran, Impôts, t. II p. 113, l’emprunt rapporte 1 185 221 lt. cette année-là.

323 Alors que les rentrées sont en cours, le lancement de l’imposition sur les hommes de pied vient modifier les données car cette dernière dispense des demandes antérieures. On rabat sur la nouvelle imposition le montant des prêts déjà fournis, qui ne seront donc pas remboursés : C.A.F., t. III n° 9955 (22-4-1538) et 10530 (12-12-1538), t. VI n 21410 (22-4-1538).

324 Dès janvier, le Conseil prévoit que les villes de Paris, Lyon, Rouen « et simile terre grosse » prêteront 5 à 600 000 écus « a rendere quando potranno » : Lestocquoy, Nonces 1541-1545, p. 113. Pour des prêts de juin 1542, les remboursements sont ordonnancés en février 1543 : C.A.F., t. VII n° 24932.

325 Il s’agit peut-être d’une partie des 50 000 lt. que la ville devait fournir à la Toussaint comme avance sur le bail des gabelles. Cf. sur ce point A.N. J 965, 7/25.

326 Pour une chronologie légèrement différente, voir les prêts demandés à Amiens dans Potter, Picardy, p. 252. Les années concernées sont 1519, 1521, 1524, 1526-27, 1535-36, 1536-37 et 1545.

327 A Rouen, le roi mobilise le lieutenant général de Normandie, l’archevêque, le premier président du Parlement et un « modeste » notaire et secrétaire du roi, Claude Guyot, qui est en fait soit le receveur des tailles, soit son fils : C.A.F., t. III n° 8604 (10-8-1536). Au même moment interviennent à Toulouse le vicaire général du cardinal-archevêque et le premier président du Parlement : ibid, n° 8609. Le rôle des intermédiaires est bien exprimé aussi dans une lettre du roi au comte de Guise, gouverneur de Champagne, le 3 juillet 1537 : « M’escripvez par vosd. lettres que vous vueillez essayer de tirer par forme d’emprunct des villes de vred. gouvernement quelque bonne somme de deniers pour d’icelle me subvenir en mon affaire, et vous ne me ferez pas petit plaisir » : B.N. fr 3061 f° 13. Quant à Vendôme, gouverneur de Picardie, il s’est lui aussi plusieurs fois porté personnellement garant auprès des villes picardes lors de leurs prêts : Potter, Picardy, p. 251-252.

328 Tournon qui, en juillet 1537, vient de recevoir une telle commission souhaite qu’elle soit adressée à un autre « car je leur ay tousjours uzé de toute la gratieuseté qu’il m’a esté possible et ne scauroys maintenant leur uzer de rigueur ni de force » : A.N. J 965, 7/15. Peut-être, à cette date, souhaite-t-il tout simplement être relevé de ses charges lyonnaises.

329 C.A.F., t. III, nos 8639 et 8689.

330 Ibid., t. I n° 1913 ; A.N. M.C. LXXXVI 99 (I.A.D. Bohier, 23-3-1566) n° 727.

331 Bouchet, Annales, p. 550. On en a trace pour Paris [C.A.F., t. IV n° 14048 ; B.N. fr 26129 n° 2353 ; A.N. M.C. LIV 20 (18-7-1544)], pour Troyes (B.N. P.O. 2287 (Pioche) n° 6) ou pour Montferrand (B.N. P.O. 381 (Bohier) n° 64).

332 C.A.F., t. VIII n° 29413, 29503, 30177, 30237, 30465, 31348 et 31573. Voir aussi les prêts normands auxquels il est fait allusion en A.N. J 967, 5/2 [17-6-(1537)].

333 A.N. J 966, 8/1.

334 Bourgeois de Paris, Journal, p. 135.

335 Par exemple le prêt de 800 lt. de Jehan Guennelon, bourgeois d’Abbeville : Thierry (Augustin), Recueil des monuments inédits de l’histoire du Tiers-État, Paris, 1856, t. 4 p. 381 (daté par erreur de 1527 : il est en fait de 1519, s’il faut en croire les localisations fournies par l’itinéraire du roi dans le C.A.F.).

336 Voir nombreux exemples in C.A.F., t. IV n° 12624-25 (Poitou, Angoumois, Saintonge et La Rochelle), n° 12646-47 (Dauphiné), n° 13045 (Limousin)…

337 A.D. Loire-Atlantique, B 52 f° 258 v°. Voir les réclamations de Saint-Malo au sujet de deux emprunts qui chargent la province : C.A.F., t. VI n° 22725 (27-12-1543).

338 Classement sommaire des 351 Parisiens touchés dans Coyecque, Emprunt forcé, p. 24. Parmi eux cent membres du Parlement et quarante-trois de la Chambre des Comptes, ce qui souligne le poids des officiers.

339 C.A.F., t. IV n° 12629 (10-7-1542).

340 Ibid., n° 12636 (19-7-1542). Dès le 29 juillet, la quote-part de la ville de Dijon est réduite à 25 000 lt. : ibid., n° 12658.

341 A.N. M.C. III 28 (5 et 6-10-1543). Les deux communautés ont fait appel de leur « cotisation », les habitants de Brezolles sans doute parce que trop taxés (400 lt.) et ceux de Châteauneuf « comme non estant tenuz ne subjectz du bailliage dud. Chartres ».

342 Voir la remarque d’Ehrenberg, Fugger, p. 15 : « Aucun prince, en fait, n’avait la possibilité de contracter d’emprunts consolidés importants, sans recourir au crédit des provinces et des villes ».

343 Que c’est la ville et non le roi qui vend les rentes, de multiples exemples le montrent dans les actes du Minutier Central : ce qui vaut en 1522-1523 [A.N. M.C. XIX 54 (4-12-1522) et 173 (12-10-1547)] est toujours valable en 1554 [Ibid., VIII 180 (6-7-1554)]. Pour les rentes sur la ville d’Anvers. Charles Quint n’offre que le denier 16 (6,25 %) : Braudel, Emprunts, p. 196-198.

344 Relevons au sujet de cette première émission l’interprétation erronée de Boyer-Xambeu, Deleplace et Gillard, Monnaies, p. 372 qui y voient une conversion des créances sur le roi en rentes à 8 %.

345 Cauwès, Rentes, p. 826 : 1522 : 200 000 lt. ; 1536 : 100 000 lt. ; 1537 : 200 000 lt. ; 1544 : 100 000 écus (soit 225 000 lt.) ; 1545 ; 120 000 lt. ; 1546 ; 90 000 lt.. Il s’agit à chaque fois du capital. La moitié de la souscription de 1544 correspond à une conversion de prêts à court terme de 1542 qui n’avaient pas été remboursés : Coyecque, Emprunt d’État, p. 22-23.

346 R.D.B.V.P., t. IV, p. 431-432. Sur le rachat par lettres patentes du 27-9-1547, voir Cauwès, Rentes, p. 114.

347 Chiffre retenu par Schnapper, Rentes, p. 173. Pour 1547-1559, le capital des rentes atteint d’après lui 6 813 000 lt., soit près de dix fois plus en deux fois moins de temps.

348 A.N. M.C. XIX 54 (4-12-1522). Même phénomène en 1544 avec la rente acquise le 2 avril par Anthoine Pétremol, maître des comptes, revendue dès le 30 à Pierre Talon, receveur et payeur de ladite chambre : ibid, VIII 71.

349 Ibid., XIX 59 (22-5-1526). Schnapper, Rentes, p. 163, cite un achat du 23 juin 1554, avec revente dès le 2 juillet.

350 C’est l’opinion de Wolfe, Fiscal System, p. 92.

351 Bourgeois de Paris, Journal, p. 165 ; Versoris, Livre de Raison, p. 119. Cela semble confirmé par la lenteur de la couverture de l’emprunt. A l’automne 1523, soit un an après le lancement, la municipalité parisienne place encore des rentes : A.N. M.C. XIX 173 (12-10-1547) : deux ventes de 100 st les 17-9 et 10-10-1523.

352 Sur cette somme accordée le 15 juillet, 29 706 lt. seulement seront rassemblées en 420 prêts : B.N. Moreau 1058 f° 60-99. Sur les fonds manquants, voir R.D.B.V.P., t. II, p. 360, qui parle de 10 200 lt.. Sur l’assignation du remboursement : Du Bellay, Correspondance, t. II p. 407 (3-8-1536) et p. 490 (4-10-1536).

353 Cauwès, Rentes, p. 116. La demande est formulée par le cardinal du Bellay le 20 août. On peut s’interroger sur les raisons qui ont fait - exceptionnellement - intervenir le roi dans le processus électoral en juillet. Le maintien autoritaire, pour deux ans supplémentaires, de Jean Tronson comme prévôt des marchands est-il lié aux sollicitations financières ?

354 Cf A.N. M.C. VIII 282 (17 et 26-11-1536).

355 A.N. J 967, 127 (12-3-1537).

356 A.N. J 966, 4/2 (8-3-1537). Voir aussi J 966, 30/2.

357 Cauwès, Rentes, p. 118. Le système de la « cotisation » pour les rentes sur l’Hôtel de Ville ne sera interdit qu’en 1557 : Schnapper, Rentes, p. 164. Sur la rente comme emprunt forcé sous Henri II : Wolfe, Fiscal System, p. 111.

358 A.N. J 965, 9/33.

359 A l’appui de cette affirmation, la rapidité de la vitesse de souscription des émissions de 1553-1554 : Schnapper, Rentes, p. 159. Les remarques de l’auteur sur le profil des souscripteurs conduisent cependant à pondérer cet élément. Mais quand, en 1558, Henri II obtient de Lyon 226 000 lt. assignées sur la douane, au profit de 10 %, « se trouva, à la fin, plus de deniers qu’on ne voulloit » : Guéraud, Chronique, n° 187. Il est vrai que l’intérêt est ici supérieur.

360 A.N. J 968, 44/2.

361 Ibid., 53 [16-2-(1538 ?)].

362 Voir C.A.F., t. IV n° 13832-33, 13874 et 13921.

363 Un acte du 12-2-1532 (A.N. M.C. XIX 65) évoque les créances reçues par la veuve d’un contrôleur de l’Écurie du roi. Parmi celles-ci on note la présence de 1 000 It « de la debte du Roy » : s’agit-il des rentes ?

364 A titre de comparaison, dans le royaume de Majorque, depuis le début du XVe siècle, les créanciers du souverain, pour la sécurité du versement de leurs intérêts, ont obtenu l’administration de ressources publiques : Hermann et al., Premier âge de l’État en Espagne, p. 139.

365 Schnapper, Rentes, p. 154, parle d’une aliénation complète des fermes qui serait rapidement abandonnée. Elle n’a pu, au mieux, fonctionner qu’en 1522, et le texte qui suit laisse sceptique. Il faut en effet citer sur ce point un large extrait d’une lettre du chancelier du Bourg à Tournon, le 14 novembre 1536 : « Vous ay bien volu advenir que le prévost et eschevins de Paris présentèrent au conseil à Chastellerault une minute de contract pour la somme de cent mille francz qu’ilz ont preste, demandant pour icelle leur estre vendu certaines fermes et aydes, avec permission de les ballier de leurs auctorités et d’avoir la cognoissance et justice des différens que en porroient deppendre. Ce que leur fut débattu en troys poinctz, scavoir est que lesd. fermes estoient muables et incertaines, povoient augmenter et diminuer et qu’il seroit plus raisonnable qu’ilz eussent rente pour led pris de C m lt avec seuretté du payement de lad rente chacun an, leur baillant contrainctes par le contract comme pour les propres afferes et deniers du Roy […] et où il y auroit deffault seroient assignés du reste sur les aultres fermes […]. Le second que les baux ne doybvent estre faictz par led prévost et échevins veu que la totalité desd fermes par l’article précédent ne leur estoit vendu mais seullement une rante et somme certaine sur lesd fermes. Le tiers quant à la justice, qui ne debvoit estre comprinse à la vendicion et constitution de la rente, veu mesmes que pour la justice n’estoit baillié aulcun pris et qu’elle debvoit demeurer aux esleuz et aussi le pouvoir de fere les baulx en la manière acoustumée » : B.N. fr 5125 f° 76.

366 Wolfe, Fiscal System, p. 92.

367 B.N. Clairambault 334 f° 209 (14-10-1532).

368 A.N. J 958 n° 11 (réponse sur le troisième point).

369 Körner, Solidarités, p. 417 ; Rott, Représentation, p. 263 et note 6. Les Bernois avaient déjà prêté 8 000 écus en juin 1521 sur un total de 11 000, le solde étant fourni par « Vog Billy » et « Loys Derlac » : B.N. fr 2963 f° 181.

370 A.N. M.C. LIV 6 (Inv. Morelet, 21-2-1532) n° 504. Ce montant intègre-t-il les 1 010 écus prêtés par Lucerne en 1526 et cités par Körner, Solidarités, p. 211 ?

371 B.N. fr2963 f° 161.

372 Körner, Solidarités, p. 417. Dans une lettre à Montmorency du 29 septembre 1527, Morelet de Museau rappelle qu’il a « empruncté plusieurs sommes de deniers dont ceux qui ont respondu pour [lui] sont obligez corps et biens, selon la coustume de Basle » : B.N. fr 3054 f° 135. Voir en A.N. PP 99 p. 56 une allusion au « registre des doubles des seuretez baillées aux ligues par ceux qui ont emprunté deniers pour les affaires du Roy ».

373 Hyrvoix, François Ier et la Suisse, p. 523. La lettre date de 1532, année où le roi tente de régler sa dette envers les Cantons.

374 A.N. M.C. LIV 6 (21-2-1532, Inv. Morelet) n° 662.

375 Voir supra pour le temps de Spifame. Pour d’autres prêts probablement destinés à Carré en 1524 : ibid., n° 694.

376 A titre d’exemple, voir les fonds fournis au printemps 1522 par Jehan Gaudion, capitaine suisse originaire de Fribourg et servant en Italie : A.N. M.C. LIV.53 (17-6-1536, Inv. Morelet) nos 646-647. Il figure sous le nom de Jean Godium comme envoyé de Fribourg auprès du roi : C.A.F., t. IX p. 138.

377 Gioffre, Gênes, p. 112.

378 Un document sans doute des toutes premières années du règne évoque « une partie des marchans [de Milan qui] n’ont esté remboursez des prestz qu’ilz ont faict par le passé » : B.N. Dupuy 261 f° 66.

379 Son père, Sébastien, a été lui aussi général de Milan. En 1504, le chef de la compagnie qui afferme les impôts du duché est Alexandre Ferrier, devenu commissaire au sel en 1510, au moment où Barthélémy Ferrier est maître des intrades ordinaires. En 1516 Barthélémy est à son tour fermier général de Milan. Voir A.N. J 910 nos 1 à 4.

380 B.N. fr 3050 fos 81, fr 2985 f° 89 V1.

381 A.N. PP 119, mémorial FF, p. 35-36.

382 Ferrier réclame, après avoir fourni les 120 000 lt., des remboursements « car de passer plus oultre sans led secours de pardella je ne le scauroie faire » : B.N. fr 3050 f° 81. Ces propos, qui rappellent étrangement ceux de Tournon, soulignent aussi la dépendance où est le Milanais vis-à-vis des fonds du royaume.

383 C.A.F., t. VII n° 25879 (sans date). Le document de référence est à la Bibliothèque nationale de Vienne.

384 Guichardin, Histoire, p. 803.

385 Bourgeois de Paris, Journal, p. 224.

386 B.N. fr 20502 f° 119-120.

387 B.N. fr 3044 f° 89 : 10 000 écus en 1516 à Jehan Grolier, trésorier de Milan, 3620 écus à Renzo da Ceri et Théodore Trivulce en 1523, 50 000 écus en 1524 et 25 000 en 1525 à Ottaviano Grimaldi, général de Milan. Il faut y ajouter près de 11 000 lt. pour fourniture de poudre en 1524. On dépasse alors les 94 000 écus.

388 Spont, Semblançay, p. 178. Rappelons que la mère de François Ier appartient à cette famille. Autre emprunt à une princesse de Savoie, celui de 40 000 écus sur la duchesse de Nemours (Philiberte de Savoie, veuve de Julien de Médicis) au printemps 1522 : ibid., p. 187.

389 Boyvin, Mémoires, p. 156.

390 Le mot est utilisé dès l’époque. François Ier en 1524 affirme, « parlant de Madame, qu’elle n’avoit james eu voulloir de thésauriser » : Spont, Semblançay, p. 206 note 3.

391 Spooner, Frappes, p. 118.

392 Mandrot, Batarnay, p. 254 ; B.N. fr 20393 nos 66 et 70 ; fr 647 f° 55 v° ; Marchegay, Lettres missives, p. 61 fournit le montant du prêt de Madame de Taillebourg et Spont, Semblançay, p. 235, note 3, la date de celui-ci. En 1513, Monsieur de Guise fournit pour 9 000 écus de vaisselle. Elle est envoyée à la monnaie de Paris ; A.N. M.C. LIV 53 (Inv. Morelet, 17-6-1736) n° 233.

393 C’est le cas de Louis du Bellay, archidiacre de Paris, de Nicolas Hennequin, bourgeois de Paris, du sieur d’Iverny (Mathieu ou Thibaut de Longuejoue), du président en Parlement Denis Poillot et de Robert Thiboust, conseiller au Parlement : C.A.F., t. VII nos 27852-27856.

394 Spooner, Frappes, p. 130. Voir aussi C.A.F., t. IV n° 12745 (20-9-1542). Spooner évoque aussi pour 1536 d’importantes fontes d’argenterie, sans que l’on sache si elles proviennent d’emprunts : ibid., p. 126. Les fournitures de vaisselle d’argent se retrouvent sous Henri II, en 1554 par exemple, lors d’une vente de rentes sur l’Hôtel de Ville : Schnapper, Rentes, p. 159.

395 O.R.F., t. III p. 78.

396 Bourgeois de Paris, Journal, p. 135 ; Versoris, Livre de raison, p. 114 (paragraphe 57).

397 B.N. fr 2962 f°s 9-13.

398 Jacques Mesnager. 20 marcs ; Etienne de Montmirail, 14 marcs 6 gros ; Robert Dauvet, 12 marcs et demi ; Guillaume de Vaudétar, 10 marcs : C.A.F., t. II n° s 7172-7173 et 7177, t. VII n° 28210.

399 C.A.F., t. V n° 17108 (29-5-1519).

400 Mousnier, Conseil du roi, p. 226 (article d’Yves-Marie Bercé).

401 B.N.fr 2963 f° 60 (14-6-1541).

402 Le seigneur du Bouchage est mort le 12 mai. Le 12 août, Babou donne quittance au Bâtard de Savoie et à Semblançay, tuteurs et administrateurs de l’héritier du défunt, pour la réception de 17 571,5 écus au soleil, 3 659,5 écus à la couronne, 1 016 saluts, 677 ducats plus un demi et deux-tiers de ducats, 21 royaux, trois francs à cheval et deux à pied, 22 nobles Henry, 5,5 nobles à la rose, deux écus à l’aigle, un scutin de Flandres, un écu de Bretagne et un angelot, soit en tout un peu moins de 46 000 lt. : B.N. fr 2965 f° 21.

403 C.A.F, t. IV n° 12987 (13-4-1543).

404 On peut y ajouter la vaisselle précieuse de Babou, saisie par le roi en 1535, et dont les estimations oscillent entre 9 500 et 11 500 lt. : Guiffrey, Inventaire, p. 162 et sq.

405 A.N. J 958 n° 26 (14-4-1537). Quilliet, Officiers, p. 645 fournit un chiffre un peu inférieur (24 305 lt.) à partir d’une source notariale : A.N. M.C. LIV 54 (après le 1er avril 1537).

406 Une confirmation est fournie par la ventilation que donne Quilliet : 22 988 lt. (94,6 %) pour les objets précieux et 1 317 lt. (5,4 %) seulement pour l’argent liquide.

407 Quilliet, Ibid., p. 645 et p. 682 note 290. Il fournit une série de données sur les liquidités dans les élites parisiennes. Hacqueville correspond, avouons-le, au montant maximal qu’il ait pu repérer. En l’absence de droits sur les successions, et sauf problèmes entre héritiers, il n’y a aucune raison de dissimuler les objets précieux dans les inventaires.

408 Versoris, Livre de raison, p. 203 (paragraphe 364). Le chanoine est vraisemblablement membre d’une famille d’officiers de finance de Melun. Nicolas Tappereau qui teste le 20 octobre 1513 (A.N. M.C. XIX 38) y est élu. Un second Nicolas est contrôleur des deniers communs de la ville en 1542, son frère Simon, mort peu avant, était contrôleur du grenier à sel et sa sœur Anne est l’épouse d’Anthoine Bunot (ou Bugnot) élu de Melun depuis au moins 1529 : ibid., CXXII 1278 (15-5-1542) et Zla 54 f° 239 v°.

409 Voir la vente de la vaisselle royale pour procurer 31 710 lt. en août-septembre 1524 à Jehan Carré, pour l’Extraordinaire des guerres : A.N. KK 104 f° 23.

410 A.N. J 967, 15/2.

411 B.N. fr 3048 f° 183.

412 Pour changer d’époque, évoquons la part prise par Jacques Cœur dans le financement des campagnes de Normandie en 1449-1450 et de Guyenne en 1453. Dans les deux cas il est amené à emprunter sur son crédit des sommes considérables.

413 Sur le crédit à deux niveaux, voir Bien, Offices, p. 385-386.

414 Notons que les parents sont en revanche très rarement mentionnés comme tels. Deux des rares cas sont celui de Geoffroy Ferrier en 1521 qui évoque « l’aide de [ses] parantz et amys » : B.N. fr 3050 f° 81, et celui de Semblançay : Spont, Documents, p. 351 (article XXIV).

415 B.N. fr 14368 f° 158 v° ; A.N. J 967, 31 [27-6-(1538 ?)].

416 B.N. fr 3031 f° 103 v° ; Buisson, Duprat, p. 269.

417 Avec Dessert, Fouquet, p. 101, on peut ainsi dégager deux facettes du rôle des agents du roi : pour voyeurs de fonds, fournissant leur garantie personnelle ou simples intermédiaires, sans garantie de leur part pour ceux qu’ils convainquent de prêter.

418 B.N. fr 10385 f° 26.

419 B.N. fr 5125 f° 31 v° (un ami auprès duquel Tournon « en avoys tasté le gué » l’assure qu’il ne faut pas retenir les fonds empruntés aux marchands-banquiers au-delà des échéances) et f° 187v° (essayer « avecques [ses] amys » de trouver de l’argent à intérêt auprès des marchands-banquiers).

420 B.N. fr 2977 f° 21.

421 A.N. J 967, 3/13.

422 Sur ce dossier voir surtout Du Bellay, Correspondance, t. I p. 123 à 134.

423 B.N. fr 3080 f° 101.

424 Ibid., f° 103.

425 B.N. fr 3001 f° 35. Jehan Brice fait apparemment courir des intérêts sur les fonds qu’il n’a pas encore délivrés à Langey car Jean du Bellay assure que « l’actente [des garanties] coste à mondict frère V c escuz de perte ». Ce marchand âpre au gain est l’une des victimes des poursuites contre les usuriers de 1532 : B.N. fr 15633 f° 175 v° - 177 v°. La morale est sauve.

426 B.N. Clairambault 332 f° 15.

427 Un acte de 1537 mentionne un prêt de 6 600 lt. à Langey fait en 1530 « sur certaines bagues » par Bénigne Serre, un Bourguignon qui fait carrière dans les finances du roi. On ignore si cette transaction a un lien avec l’avance au roi : A.N. M.C. CXXII 24 (23-8-1537).

428 Deux créances de Nicolas de Noble de 1529 et 1533 : A.N. M.C. VIII 82 (26-5-1556) ; une de Legras antérieure à 1535 : ibid., VIII 175 (21-1-1535), une de Bini en 1536 : Gascon in Chaunu, H.E.S.F., t. I p. 299. Sur l’importance de l’endettement de Langey, voir B.N. fr 3080 f° 121 et 5149 f° 112.

429 Spont, Semblançay, p. 102 et note 5.

430 Maulde, Procédures, p. 710-711.

431 B.N. fr 3873 f°4,

432 Pour Langeac, créance de Morelet de 1525 : A.N. M.C. LIV 6 (Inv. Morelet, 21-2-1532) n° 562 ; prêt au roi : ibid., XIX 151 (25-1-1539) ; pour Odin, créance de 1518 : ibid., LIV 53 (Inv. Morelet, 17-6-1536) n° 495 ; prêt : C.A.F., t. II n° 4474 (23-3-1532).

433 A.N. M.C. LIV 6 (Inv. Morelet, 21-2-1532) n° 567 ; ibid., XIX 175 (25-7-1548).

434 Ibid., n° 373 ; François (Alexis), Meigret, p. 17-18.

435 A.N. M.C. XIX 147 (8-2-1536) et LIV 53 (Inv. Morelet, 17-6-1536) n° 559 ; B.N. P.O. 1912 dossier 44088 (Meigret) n° 4 (1-7-1519).

436 A.N. M.C. LIV 6 (Inv. Morelet, 21-2-1532) n° 424.

437 A.N. M.C. VI 68 (avril 1544) : brevet inventorié « Et ne » dans les papiers du commis à la gestion des biens de Morelet ; C.A.F., t. II n° 4582 (23-5-1532).

438 C.A.F., t. III n° 8767 (31-1-1537) et t. VIII n° 30454 (août 1537 sd) qui parle par erreur d’un prêt initial de 3 000 lt. au lieu de 6 000 lt. ; A.N. M.C. XIX 54 (4-12-1522).

439 Ce sujet sera développé dans un second volume, à paraître.

440 A titre d’exemple, quelques données sommaires sur Jehan de Poncher : comme général des finances, il perçoit 5 340 lt. par an (C.A.F., t. II n° 6652). Le revenu annuel de son patrimoine immobilier, prisé « au moindre » dans le cadre de poursuites contre lui, s’élève à 4 864 lt. (A.N. J 958 n° 34). Or plusieurs pièces de son patrimoine sont omises dans cette estimation, comme Esclimont (800 lt. de revenu) ou Torcy (au moins 600 lt.) : B.N. Dupuy 623, f° 84. Ainsi le cap des 10 000 lt. est-il franchi sans difficulté.

441 Doucet, État général, p. 91.

442 A.N. M.C. LXXXVI 99 (I.A.D. Bohier, 23-3-1566) n° 322.

443 Bourgeois de Paris, Journal, p. 303. Il faudrait cependant pouvoir ici faire la part de la réalité et celle de la rumeur ou du fantasme, comme d’ailleurs pour les affirmations qui suivent.

444 Spont, Documents, p. 343-344 (articles XII, XIII et XIV) ; Doucet, Parlement 1525-1527, p. 233-234.

445 C’est aussi le sentiment de Doucet, Ibid., p. 229.

446 A.N. J 818 n° 2.

447 A.N. M.C. LXXVIII 4.

448 A.N. M.C. CXXII 1044 (23-10-1528).

449 A.N. M.C. XIX 175 (25-7-1548). Le document mentionne une « confession » du fils de Geoffroy Ferrier qui énumère des prêts faits en 1521, sans doute ceux qui ont transité par son père. On regrette de ne pas en savoir plus…

450 B.N. fr 3031 f°75.

451 A.N. M.C. XIX 86 (12-7-1543) pour Delange et ibid., (date illisible) pour Pinel.

452 A.N. M.C. CXXII 1049 (11-12-1534).

453 A.N. J 958 n° 38.

454 Voir sur lui A.N. M.C. VIII 283 (7/8-1-1537) ; XIX 54 (7-5-1522) ; CXXII 12 (29-7-1527) et 14 (29-7-1529).

455 Spont, Documents, p. 341 (article X) et Semblançay, p. 254.

456 B.N. fr 2941 f° 31 ; Spont, Documents, p. 354 (article XXV)

457 Lettre en fac-similé entre les pages 260 et 261 de Spont, Semblançay.

458 B.N. P.O. 248 (Beaune) n° 71.

459 Spont, Semblançay, p. 269 notes 4 et 5.

460 Ibid., p. 272 (92 opposants puis 50 supplémentaires, soit 142 au total) et p. 270 note 4 ; B.N. fr 2965 f° 19.

461 A.N. M.C. XIX 62 (1-3-1529) : ils s’opposent aux criées pour 10 000 lt.. Mais le cas Robert est un peu particulier car il s’agit sans doute de l’emprunt de la finance de l’office du greffier immédiatement après sa mort. Sur la « despoille d’office » du greffier Robert, voir A.N. Xla 1523 f 370 v° ; B.N. fr 2933 f° 83 et 2978 f° 11. Sur Robert lui-même : Le Clech-Charton (Sylvie), « La spiritualité des officiers royaux au début du XVIe siècle : Antoine Robert, bourgeois de Paris et secrétaire du roi de Louis XI à François Ier », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. XXVII, 1991, p. 103-123.

462 Il est vrai qu’ils ont pu bénéficier des remboursements effectués entre temps. Sur ceux de 1522, voir Spont, Semblançay, p. 216 note 3.

463 Mandrot, Batarnay, passim ; Spont, Semblançay, p. 235 et 265 ; Marchegay, Lettres missives, p. 61.

464 Est-ce à ces fonds que songe le Bâtard quand il écrit à Montmorency que, pour parvenir à trouver 10 000 écus, « il a faillu que j’ay mis la main en quelque bon lieu, à quoy je n’ay point de regret pour l’espérance que j’ay du service qui en viendra » : B.N. fr 2987 f° 33 ? Ce n’est pas certain, car la lettre est du 15 juin 1523 et la quittance de réception des espèces de Batarnay du 12 août seulement. Mais peut-être a-t-on commencé à piocher un peu plus tôt dans la réserve. René de Batarnay est évidemment opposant aux criées des biens de Semblançay.

465 Voir par exemple Philibert Babou qui est tuteur de Jehan L’Archevêque, seigneur de Soubise et qui obtient la garde noble de Marie de Bourillac, une des demoiselles de Louise de Savoie : Beauchet-Filleau, Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou, t. I (1891) p. 242 ; A.N. X3a 31 (8-7-1523).

466 Bibliothèque de l’Institut, Godefroy 284, fos 7 et 9.

467 Voir la mise au point de Chevalier, Tours, p. 339-340. On note l’absence d’accusations sur ce point dans les procès. Faute de preuves disponibles, ou parce que le procédé reste limité ?

468 Voir par exemple les remarques de Greengrass, Montmorency, p. 380 sur l’intérêt pour Montmorency d’être proche d’un pouvoir royal dispensateur de liquidités peu aisées à trouver.

469 B.N. fr 5085 fos 15-16.

470 C.A.F., t. VIII n° 33294 et t. IV n° 12660.

471 Boyvin, Mémoires, p. 156.

472 Buisson, Duprat, p. 269-270 (texte modernisé).

473 Michaud, Chancellerie, p. 311.

474 A.N. J 965, 9/33.

475 B.N. Clairambault 1215 f° 63 v°.

476 476. C.A.F., t. VII nos 28206 et 28640, t. VIII nos 29317, 29503, 29652, 30177, 30237-39, 30328, 30463-68, 30514, 31348, 31573, 31575 et 31795.

477 A.N. J 967, 7/9.

478 Sur les emprunts de la fin du Moyen Age, une synthèse des procédés dans Autrand, Parlement, p. 225.

479 B.N. fr 5501 f° 368.

480 B.N. Dupuy 645 f° 199 (1527) ; A.N. KK 352 f° 35 et sq. (1528) ; A.N. J 9601 f° 9 complété par B.N. fr 3122 f° 118 (1531). 285 050 lt. d’emprunts faits entre le 15 juin 1524 et le 31 décembre 1528 tombent dans la caisse des finances extraordinaires : A.N. J 1040 n° 17. L’emprunt de 1528 représente à lui seul 121 030 lt.. On ignore en revanche si les 75 500 écus demandés en 1527 s’intègrent dans cet ensemble.

481 « Les aultres empruncts de monsr de la Trémoille, de messieurs les prélatz, des trésoriers, généraulx, receveurs généraulx, contrerolleurs généraulx et autres particuliers » sont censés, avec quelques rentrées annexes, fournir 200 000 lt. : B.N. fr 2940 f° 71 v°.

482 C.A.F., t. VIII n° 30257 à 30271 fournit quinze mandements de remboursement pour un montant de 35 810 lt.. Le 23 juin, Guy de la Maladière informe le chancelier que « la somme de XXX m l. qu’[il a] receue des prestz » part pour l’armée de Picardie avec 50 000 lt. d’autre provenance : A.N. J 968, 15/20.

483 B.N. fr 3048 f° 51. Elle est destinée à payer les Suisses, contrairement à celle de 1531 déjà connue, qui concerne le rachat de terres flamandes dans le cadre de la rançon.

484 Aux sources citées plus haut, ajouter A.N. J 964 n° 29, ainsi que de nombreux mandements de remboursement dans le C.A.F.

485 La date précise est ignorée mais le document fait allusion au prêt de la trésorerie de l’Extraordinaire des guerres, et c’est en juin que Jehan Godet succède à Jehan Laguette. Par ailleurs le 12 juillet, Nicolas Le Coincte est pourvu comme changeur du Trésor. Or le document mentionne un prêt que Pierre d’Apestéguy fera « ou cas qu’il ne preigne l’office de changeur du trésor ».

486 En comptant l’écu à 40 st, sa valeur légale, ce qui, on le verra, fait parfois problème.

487 Ce qui sera la seule contribution, du monde de la banque effectivement versée : B.N fr 20502 f° 108.

488 Sur l’ensemble des revenus de l’Épargne de 1532, les sommes versées pour remboursements de prêts se montent à 160 565 lt. : B.N. fr 15628 passim. Mais plusieurs d’entre elles concernent d’autres opérations que celle évoquée ici.

489 Un exemple au début du règne, celui d’Antoine Le Bègue, abbé de Beaupré qui, ayant reçu une lettre du roi le sollicitant pour 200 lt. le 29 juillet 1515, peut produire une attestation du 10 septembre constatant que la somme a été remise à un clerc du trésorier de l’Extraordinaire des guerres : Coyecque, Recueil, t. I n° 188 (18-3-1519).

490 Coyecque, Recueil, t. I n° 279. On retrouve cette exigence de garants de la part du Parlement pour l’« emprunt » des offices du greffier criminel Robert en 1521 : A.N. Xla 1523 f° 370 v°.

491 C.A.F., t. III n° 9954.

492 Voir les papiers de l’inventaire après décès de Pierre Legendre, cotes 12 à 16. Ce document est propriété privée. Un microfilm partiel peut être consulté au C.R.H.A.M., 3 rue Michelet, 75006 Paris. Les nos 14 à 16 sont en partie repris dans Hervier, Legendre, p. 184, 193 et 194.

493 A.N. M.C. CXXII 15 (24-9-1529) et C.A.F., t. VIII n° 30718.

494 O.R.F., t. III p. 263. Le même texte fournit des garanties aux acquéreurs de biens aliénés.

495 B.N. fr 2977 f° 15. Sur les prêts sans intérêts reçus à Anvers par Charles Quint : Braudel, Emprunts, p. 196 et note 4 et p. 197.

496 Rey, Finances sous Charles VI, p. 279.

497 A.N. J 963 n° 23. L’affaire provoque un scandale au Parlement lors de la « réception » des nouveaux promus, accusés d’une vénalité un peu trop visible.

498 Mandrot, Batarnay, p. 251-254, 369 et 374.

499 C.A.F., t. VII n° 28273.

500 C.A.F., t. IV n° 12642 ; Guéraud, Chronique lyonnaise, n° 22.

501 Voir le cas de cet emprunt en Languedoc en 1494 que le roi se propose de « tauxer et ordonner jusques à deux solz pour livre et au dessoubs » : Isambert, Recueil, t. II p. 261.

502 Gascon, Lyon, p. 695.

503 Avec un cas original, celui de Soleure en 1528. La pension française qui lui revient est en retard. Or, comme son budget serré ne lui permet pas de se passer de cet argent, Soleure emprunte 1 500 écus sur le marché bâlois et s’arrange pour que François Ier en paye les intérêts jusqu’au versement de l’arrérage des pensions, en 1536 : Körner, Solidarités, p. 168.

504 Tarbé, Trésor, p. 294-297.

505 B.N. fr 2976 f° 65 [9-2-(1530)].

506 Voir les remarques de Guenée (Bernard), L’Occident aux XIVe et XVe siècles. Les États, Paris, 1981 (2e éd.), p. 177-178.

507 Autrand, Parlement, p. 229 et 239.

508 Cette approche reste d’actualité bien au-delà de la Renaissance. Voir Porchnev (Boris), Les soulèvements populaires en France, 1623-1648, Paris, 1972, p. 396 : « Le capital se dérobe aux impositions par le moyen du crédit ».

509 Voir sur ce point les analyses de Bien, Offices, p. 381, 40M02, en particulier p. 401 : « Le maintien des privilèges a été essentiel pour le crédit et la solvabilité de l’État moderne en train de se développer ».

510 Voir l’exemple des intérêts portés dans les années quarante et au-delà par deux cités du Sud-Est : Avignon (taux d’intérêt de 10 %) : B.N. fr 11969 f° 369 et Valence (taux atteignant 14 %) : Heller, Conquest of poverty, p. 218.

511 Ehrenberg, Fugger, p. 8.

512 Sous Louis XI pour le rachat des villes de la Somme : Wolfe, Fiscal System, p. 56 ; voir Schnapper, Rentes, p. 158 note 29 qui date de 1475 l’apparition des consignations. Sous Louis XII en 1503 : B.N. fr 3911 f° 6 v° et en 1513 : B.N. fr 5501 f° 367v° (21 009 lt. provenant des consignations du Parlement, des requêtes du Palais et du Châtelet de Paris) ; Spont, Semblançay, p. 72. On retrouve une saisie de ce type sous Charles IX : Wolfe, Fiscal System, p. 115. D’après Schnapper le procédé ne devient courant qu’à partir de 1555.

513 B.N. fr 3911 f°43 v°.

514 C.A.F, t. VI n° 19116 (8-4-1527).

515 Ibid., t. I n° 1952 (24-12-1523). Si la mesure paraît générale, l’acte ne concerne que 8 000 lt. déposées au greffe de la Cour des aides de Rouen.

516 A.N. X1a 8612 f° 113 v°.

517 A.N. J 968, 12/1.

518 C.A.F., t. VIII n° 30073-74. Et il ne s’agit probablement que d’une partie des fonds empruntés.

519 A.N. M.C. XIX 149 (2-4-1538).

520 A.N. M.C. LIV 12 (21-2-1538). L’acte correspond au remboursement par le commis à la recette d’Outre-Seine.

521 C.A.F., t. VI n° 22825.

522 A.N. PP 99 p. 102.

523 A.N. M.C. VIII 47 (15-2-1535) et 175 (10-2-1535).

524 C.A.F., t. III n° 8843 ; A.N. J 965, 4/13. Plusieurs sources concernant l’affaire parlent par erreur de 20 000 lt. au lieu de 20 000 écus, à commencer par le C.A.F. Il faut faire les rectifications qui s’imposent.

525 B.N. Dupuy 486 f° 83 (27-3-1537).

526 B.N. fr 3048 f° 161.

527 C.A.F., t. III n° 8866 et t. VI n° 21233.

528 A.N. J 958 n° 25

529 C.A.F., t. VIII n° 29373.

530 A.N. J 966, 27/19. La terre de Méru restant en définitive aux mains de Montmorency, ce remboursement doit être fait aux héritiers de Ferry d’Aumont.

531 B.N. fr 2977 f° 41 (2-7-1521 ou 1522).

532 B.N. P.O. 2326 (Poncher) n° 55.

533 B.N. fr 25720 n° 175 (15 000 lt. d’avance pour un fermage de 10 500 lt. par an)

534 B.N. fr 14368 f° 150 (20 000 lt.) et fr 25720 n° 232 (10 000 lt. d’avance, ferme de 29 500 lt. pour trois ans).

535 C.A.F., t. II n° 4016-17 (17-5-1531) ; A.N. J 9601 f° 9 et B.N. fr 3122 f° 118.

536 B.N. fr 25720 n° 238 (9-10-1523). Les fermiers obtiennent en contrepartie une prolongation de bail d’une demi-année.

537 B.N. fr 10406 n° 14.

538 B.N. fr 3031 f° 7 [27-8-(1527)].

539 A.N. J 966, 27/11. Certains fermiers demandent encore un gain plus élevé à cause de l’importance des avances, des incertitudes dues à la guerre et du fait que les baux ne commencent qu’au premier janvier suivant.

540 Doucet, État général, p. 55.

541 Voir des exemples pour des greniers d’Outre-Seine : A.N. M.C. XIX 42 (16-7 et 8-8-1516) ; pour les bois : B.N. fr 3039 f° 1 (10-8-1531).

542 O.R.F., t. III n° 301, p. 99.

543 A.N. Zla 53 f° 17 v° et 307 v° -308.

544 Sur les retards de gages pour le Parlement de Paris, voir par exemple O.R.F., t. VIII p. 406 et note 1.

545 A.N. J 966, 27/1.

546 C.A.F., t. II n° 5708, t. VI n° 22089, t. II n° 4498 et 3924.

547 A.N. KK 351 f° 40 v° et 56 v°. Ce spécialiste de la marine, auteur du Livre des Faiz de la Marine et du Navigaige, est cité en 1518 comme « capitaine général des bateaux » : A.N. KK 289 f° 502.

548 A titre d’exemple, les 6 375 lt. versées à Gabriel de Gramont qui part comme ambassadeur à Rome : C.A.F., t. II n° 3975 (22-4-1531).

549 B.N. fr 2963 f° 194.

550 A.N. J 965, 7/14.

551 B.N. fr 3080 f° 153 [8-7-(l 529)].

552 C.A.F., t. VIII n° 30995 : il a emprunté 10 000 ducats, pour le remboursement desquels on doit lui faire parvenir 11 800 écus. ce qui couvre ses dettes, et au-delà.

553 B.N. fr 2994 f° 140v°.

554 Du Bellay, Correspondance, t. I p. 298-299 (15-10-1532).

555 Voir des versements dans C.A.F., t. IT n° 3974 (Gramont, Rome), n° 4036 (Saint-Bonnet, Ferrare) et n° 5547 (Tavel, Grisons), t. III n° 8309 (du Solier, Angleterre), t. V n° 18562 (Brinon, Angleterre). Une exception : en 1547 le roi est créancier de Georges d’Armagnac après une mission à Venise : C.A.F., t. VI n° 23183 (11-2-1547).

556 C.A.F., t. III n° 9542 : prorogation à Antoine de Rincon du revenu de la châtellenie de Germolles en Chalonais, jusqu’au remboursement de 6 000 écus pour divers voyages effectués au service du roi.

557 A.N. J 966, 44/5.

558 Qui a pour conséquence les emprunts locaux en vivres ou en espèce contractés par les gendarmes « de base » dans leurs garnisons : voir les remarques d’un règlement pour les troupes dans O.R.F., t. IV, p. 271 (art. 12) et p. 273 (art. 17 et 18).

559 Cité par Paris, Études, p. 191. Ces affirmations sont excessives.

560 B.N. fr 2978 f° 42 [8-8-(1521)] et 2985 f° 65 v°.

561 C.A.F., t. I n° 461 ; A.N. Zla 57 f° 168 (15-3-1532).

562 B.N. fr 20502 F 150 [20-5-(1528)].

563 A.N. J 967, 48.

564 Potter, Picardy, p. 251. Il fournit par exemple 1000 écus sur ses fonds propres pour les fortifications en 1521. En 1524, il promet de laisser en garantie à Abbeville, pour que la cité avance des fonds au roi, une chaine d’or et de la vaisselle d’argent.

565 B.N. fr 3064 f° 30 [23-l-(1527 ou 28)] ; Doucet, Parlement 1525-1527, p. 76.

566 C.A.F., t. VI n° 23668 ; Doucet, Parlement 1525-1527, p. 85.

567 Lot, Recherches, p. 231 ; A.N. M.C. XIX 152 (10-7-1539).

568 A.N. J 966, 24/4.

569 Audouin, Administration, t. II p. 43.

570 Avance de Maure de Nouale, porte-guidon de la compagnie du maréchal de Trivulce à un trésorier des guerres : A.N. M.C. VIII 174 (3-7-1534) ; avances du sieur de Thaix, gentilhomme de la Chambre du roi ou du comte de Nyvolare, qui commandent des chevau-légers en Italie : C.A.F., t. III n° 9020 (24-5-1537) et B.N. fr 20502 f° 86 v°.

571 C.A.F., t. VII n° 27741 (sans date) et t. III n° 12838 (21-12-1542).

572 Körner, Solidarités, p. 429. Un exemple d’avances des capitaines suisses en 1544 en Piémont dans Du Bellay, Mémoires, t. IV p. 245.

573 Du Bellay, Mémoires, t. IV p. 202.

574 Mallett (Michael), « Le condottiere », dans Garin (Eugenio) (sous la dir. de), L’homme de la Renaissance, Paris, 1990, p. 63

575 Du Bellay, Mémoires, t. III p. 456.

576 Vendôme demande en 1525 le remboursement par la recette générale de Picardie d’emprunts contractés l’année précédente auprès des villes de la province, « par ce que je craignoye de perdre mon crédit et estre descryé de n’avoir tenu ma promesse » : Potter, Picardy, p. 252.

577 B.N. fr 3029 f° 170 v°.

578 Cité par Jouanna, Devoir de révolte, p. 82.

579 Papinot, Prêteurs, p. 101.

580 B.N. fr 3048 f° 149.

581 C.A.F, t. V n° 19116 ; C.A.F. t. VIII n° 30551 et C.A.H., t. Il n° 2052 : il s’agit d’un prêt de 6 000 It de Vincent Maignan, pour un office de conseiller au Parlement de Toulouse.

582 B.N. fr 5501 f° 381.

583 Plus problématique encore est le cas du changement de maître : en 1536, avec l’invasion française, les habitants de Bourg-en-Bresse perdent les fonds avancés auparavant au duc de Savoie : A.N. J 966, 24/2 (23-6-1536).

584 Pour les prêts retenus ici, voir Doucet, État général, p. 90-99.

585 Quelques exemples : A.N. M.C. LIV 20 (18-7-1544) : prêt le 7 juin et mandement le 12 juillet ; Du Bellay, Correspondance, t. II p. 398, 407 et 490.

586 Un exemple : Guillaume Allart prête le 23 décembre 1522. Il est assigné le 12 août 1534 : A.N. M.C. XIX 76 (2-1-1536).

587 C.A.F., t. VI n° 23097.

588 B.N. P.O. 160 (Babou) n° 75.

589 Cf B.N. fr 25720 n° 110 et 170 (Guillaume Preudhomme), 135 (Jehan Lallemant le jeune), et 178 (Jehan Testu). Les receveurs ordinaires de Normandie reçoivent cette possibilité en 1544 : C.A.F., t. IV n° 13798 (20-4-1544).

590 Le Roux de Lincy, Recherches, p. 373.

591 A.N. J 967, 119.

592 B.N. fr 5085 f° 368.

593 A.N. J 966, 26/2.

594 A.N. M.C. CXXI1 1090 (4-8-1540).

595 D’Alvergne meurt créancier du roi. En 1560-61, ses héritiers sont assignés pour 27 647 lt. : les mandements antérieurs du trésorier de l’Épargne à lui destinés n’ont pas sorti effet : B.N. fr 11969 f° 370 v°.

596 A.N. Xla 8621 f°306.

597 B.N. fr 10385 f° 14 v° -21. Si l’on en croit l’État prévisionnel de la généralité de Languedoc, ce sont en fait 67 500 lt. du prêt total qui sont assignées sur l’année : B.N. fr 23269 f° 9. Testu doit prendre en compte un quart de 27 000 lt. d’une part et de 40 500 lt. de l’autre.

598 B.N. fr 5779 f° 31.

599 A.N. Xla 8619 f° 324-328 v°. Voir aussi A.N. M.C. XIX 178 (23-5-1549).

600 A.N. M.C. XIX 204 (29-8-1557).

601 A.N. M.C. VIII 265 (17-1-1566). En 1548, pour motiver son procureur à récupérer des créances sur le roi, l’évêque Ménault de Martory lui cède une créance de 120 écus sur un particulier : ibid., XIX 175 (25-7-1548).

602 B.N. fr 25720 f° 174 (26-6-1521).

603 B.N. fr 2963 f° 60 (14-6-1541). Pour la succession Batarnay, une commission siège encore en 1545 : B.N. fr 2969 f° 19.

604 A.N. J 958 n° 42 (3-7-1523).

605 A.N. M.C. XIX 76 (2, 10 et 15-1-1536).

606 A.N. M.C. XIX 79 (17-9-1537), 151 (7-3-1539), 153 (23-3-1540) et XLIX 66 (5-6-1540).

607 Gascon, Lyon, p. 695.

608 A.N. J 966, 27/16.

609 C.A.F., t. IV n° 13059.

610 B.N. fr 15628 n° 214.

611 C.A.F, t. IV n° 12865 et 13167 ; A.N. M.C. XIX 86 (9-7-1543). Dans les relations financières entre le roi d’Angleterre et les Flandres, les trafics en nature jouent un rôle très important dans les années 1544-1547 (proposition de remboursement en plomb ou en alun, emprunt en futaines revendues par le roi, remboursement reporté contre un achat de cuivre…) : Dietz, English Finance, p. 169-173.

612 C.A.F., t. IV n° 13699 (9-3-1544) et 13688 (5-3-1544).

613 C.A.F., t. V n° 18044 (9-1-1525), t. VI n° 19241 (22-6-1527) et n° 22876 (août 1544) ; C.A.H., t. II n° 2251 (19-2-1548).

614 B.N. P.O. 2326 (Poncher) n° 55 ; fr 11969 f° 385 v° etc.

615 C.A.F., t. I n° s 1264 et 1663, t. II n° 5728…

616 B.N. fr 14368 f° 158 v°.

617 A.N. J 966, 25/6.

618 C.A.F., t. I nos 3136, 3167 et 3196. Le détail de la créance, qui figure en B.N. fr 3044 f° 89, dépasse les 94 000 écus, ce qui tend à prouver que François Ier a dû remettre en cause, à la marge, certains montants.

619 Cloulas, Henri II, p. 218-219 ; C.A.H., t. II n° 4035 (23-12-1548).

620 B.N. P.O. 1635 (de la Lande) dossier 37999 n° 7 ; ibtd., 2326 (Poncher) n° 63.

621 Spont, Semblançay, p. 191.

622 B.N. fr 20393 nos 66 et 70. Le receveur général de Languedoc et celui de Normandie lui versent 1 500 lt. chacun. Il est plus que probable que ceux d’Outre-Seine et Languedoïl font alors de même, mais on n’en a pas gardé trace.

623 Marchegay, Lettres missives, p. 61.

624 C.A.F., t. II n° 4875 et t. VII n° 28176 ; A.N. M.C. CXXII 15 (5-9-1529).

625 A.N. M.C. XIX 178 (23-5-1549) ; A.N. Xla 8619 f° 324 (28-8-1554).

626 O.R.F., t. V p. 173. Cette créance comprend d’ailleurs, outre le prix du navire et des arriérés de solde de ses marins, 2240 lt. fournies par le Bâtard de Savoie pour la dépense du prince d’Orange, prisonnier de guerre à Bourges.

627 A.N. Xla 8621 f° 197-220 v°.

628 B.N. fr 3080 f° 121 : Langey à Montmorency. Ces quatre ou cinq cents personnes apparemment impliquées dans une même opération de prêt formaient-elles une liste du type de celle que j’ai étudiée pour 1531 ?

629 Doucet, Parlement 1525-1527, p. 75-76.

630 Rappelons la rapidité du remboursement du prêt de 1531 et de celui de Nicolas de Noble en 1532 ainsi que l’apurement des comptes de certains fournisseurs des années 1515-1521.

631 B.N. fr 3048 f° 19 et 3031 f° 59.

632 Dans sa lettre au roi du 13-10-1525, Duprat souligne que « Madame a faict casser huit cens hommes d’armes […] ; les contens de pied estrangiers ont esté cassés que sé gros soulagement pour voz finances ».

633 Un cas original : la conversion de prêts à court terme, sans intérêts, qui ne sont pas remboursés depuis de longs mois, en rentes sur l’Hôtel de Ville, moyennant l’achat immédiat d’une quantité équivalente de rentes : Coyecque, Emprunt d’État, p. 22-23.

634 B.N. fr 5501 f° 368.

635 Voir les affaires déjà évoquées dans A.N. X1a 8619 f° 324 (prêts Affaitati et Balbe) et 8621 f° 306 (prêt Albisse).

636 A.N. M.C. Inv. Carré nos 2093-2094.

637 A.N. Xla 8621 f° 20 v° et 48 v°.

638 B.N. fr 2965 f° 19 ; A.N. M.C. XIX 86 (12-7-1543).

639 C.A.F., t. VII nos 27687-688, t. II nos 4474 et 6000.

640 C.A.F., t. VIII n° 30769 et t. IV n° 11752.

641 A.N. J 965, 7/36.

642 A.N. J 967, 8/18.

643 A.N. J 967, 8/11.

644 B.N. fr 5125 f° 121.

645 A.N. J 967, 8/10.

646 A.N. J 968, 13/2.

647 B.N. fr 2941 f° 26 v°.

648 Sur l’ensemble de la négociation, voir A.N. J 965, 7/5 (ou J 967, 8/7) et 7/6.

649 C.A.F., t. III n° 9055.

650 A.N. J 967, 8/6 (10 000 et 1 150 lt. respectivement). La vente est ratifiée par le roi le 29 août 1537 et, le 10 janvier 1538, un mandement ordonne au Parlement de Toulouse et à la Chambre des comptes de Montpellier d’enregistrer cette vente : C.A.F., t. III nos 9253 et 9563.

651 A.N. J 967, 8/6 : 4 892 et 10 529 lt. respectivement. Il y a une différence - inexpliquée - de 100 lt. entre le chiffre global et l’addition des deux précédents.

652 Ibid., 8/10.

653 B.N. fr 3050 f°81 [29-7-(1521)]; fr 2963 f° 194 [11-11-(1521)].

654 Un dernier exemple des problèmes documentaires. Le chancelier Poyet, sollicité par la municipalité parisienne pour un dégrèvement, s’y refuse le 16 décembre 1538 parce que « les afferres du Roy estoient grans et pressez et qu’il estoit en arrière, de deniers qu’il avoit prins à intérestz de plusieurs particuliers pour subvenir au fait de ses guerres, de plus de VI c mil livres ». Deux jours plus tard, lors d’une assemblée de ville, le bureau expose le refus de Poyet qui « disoit que le Roy estoit en intérest de bien VI c mil livres pour l’argent qu’il avoit emprunté durant les guerres et s’il ne ramboursoit ses créanciers, l’intérestz croistroit tousjours de jour en jour » : R.D.B.V.P., t. II p. 397-398. S’agit-il, avec cette somme, du capital emprunté qui reste à rembourser ou d’arriérés d’intérêts ? Impossible de trancher. Sans parler, bien sûr, de l’identité des « particuliers » concernés…

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540