Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, la Belgique et l’organisation économique de l’Europe, 1918-1935

 | 
Éric Bussière

Quatrième partie. Vers des solutions régionales

Conclusion de la quatrième partie

Texte intégral

  • 1 R. Franck. « Contraintes monétaires, désirs de croissance et rêves européens », dans Fridenson et S (...)

1Les périodes marquées par des circonstances exceptionnelles, 1919-1924, 1930-1935, apparaissent comme celles où la solidarité franco-belge se manifeste de manière spécifique. Reconstruction ou crise économique profonde suscitent des schémas d’organisation de l’Europe où la spécificité des relations entre les deux pays s’affirme. Il en serait de même durant le second conflit mondial puisqu’une union monétaire franco-belge fut à l’étude au cours de l’été 19441.

2Les deux périodes que nous avons analysées révèlent une permanence fondamentale : l’industrie belge tend à rechercher en France un marché privilégié et exerce des pressions en ce sens. Dans le premier cas les circonstances politiques et monétaires ont permis au gouvernement belge de se dégager d’un engrenage qu’il jugeait périlleux. Dans le second cas, surtout à partir de l’été 1933, celui-ci se trouve en position de demandeur alors que le gouvernement français, encouragé par la grande industrie, a abandonné le schéma d’après-guerre.

3L’échec de cette seconde tentative relève d’un écart chronologique entre faits économiques et constructions théoriques. Les tentatives institutionnelles (bloc-or) interviennent à un moment où les solidarités économiques se relâchent. L’évolution des ententes en est un bon révélateur. Certes les accords lainiers, les solidarités dans l’industrie du verre sont à base franco-belge. Elles sont pourtant bien les seules et n’ont de véritable valeur que dans un cadre élargi. La dimension franco-belge n’est « opérationnelle » que dans une Europe élargie.

4Dans cette hypothèse que penser des constructions régionales élaborées durant ces années ? Elles ont en fait une double fonction. Position de repli pour la Belgique, en période de crise elles peuvent constituer des étapes en vue du retour à un libre-échange universel. La formule d’Ouchy annonce celle de la CEE : cadre régional de relations privilégiées dans un contexte mondial libéral.

  • 2 MAEF. Z. Europe 205. Claudel au ministre, 2-5-1935.
  • 3 M. Dumoulin, « La mission Van Zeeland », RI n° 39, 1984. Report presented by M. Van Zeeland, London (...)

5Le bloc-or ne fut pas une tentative totalement négative. Elle révèle que la construction européenne doit se faire dans un cadre plus large. Celui de 1927 apparaît comme difficilement contournable. Dès le début de 1935 nous avons vu que Coulondre y faisait implicitement référence. En mai 1935, Van Zeeland fait savoir à Claudel son intention de promouvoir une coopération monétaire. La dévaluation du franc français lui semble un préalable2. Elle est réalisée en septembre 1936 et permet la mise sur pied de la mission Van Zeeland de 1937. Son rapport, donné aux gouvernements français et anglais en 1938, impliquait la réintégration de l’Allemagne dans les circuits économiques et préconisait « la conclusion d’accords de groupe ou de pactes régionaux » ouverts entre partenaires économiques3. Ainsi, au-delà de l’échec du bloc-or, les schémas élaborés dans la première moitié des années trente tendaient à se consolider et constitueraient les modèles de référence pour l’avenir.

Notes

1 R. Franck. « Contraintes monétaires, désirs de croissance et rêves européens », dans Fridenson et Strauss, Le capitalisme français, xixe, xxe siècles, p. 296.

2 MAEF. Z. Europe 205. Claudel au ministre, 2-5-1935.

3 M. Dumoulin, « La mission Van Zeeland », RI n° 39, 1984. Report presented by M. Van Zeeland, London, 1938, p. 10.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540