Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, la Belgique et l’organisation économique de l’Europe, 1918-1935

 | 
Éric Bussière

Quatrième partie. Vers des solutions régionales

Chapitre IV

Le pas en avant : la conférence de Londres

Texte intégral

A. Préparation de la conférence : paralysie française, ambiguïtés belges

1La conférence de Londres constitue la dernière tentative, au cours des années trente, en vue de la préservation d’un système économique à l’échelle mondiale. Son échec accentuait l’orientation déjà amorcée vers des solutions régionales. Le bloc-or fut l’une d’elles. Notre analyse des événements doit nous permettre de préciser les conditions dans lesquelles il est né, en particulier la continuité avec les projets antérieurs et la nature exacte de la solidarité sur laquelle il repose au départ.

2Au sein de la commission préparatoire d’experts qui siégea d’octobre 1932 à janvier 1933, le début fut principalement franco-anglais. Une éventuelle reprise des échanges dans le monde était en étroite dépendance avec la solution à apporter à la crise financière et monétaire. C’est donc cette question qui détermina la position des différentes puissances. Si le retour au système de l’étalon-or était généralement reconnu comme souhaitable, lé principal point de divergence porta sur les moyens à utiliser pour y parvenir et surtout ceux à mettre en œuvre pour fournir au système économique international les liquidités qui lui faisaient défaut et l’ampleur à leur donner.

  • 1 MAEF. SDN 1209. Note du 19-10-1932. Note sur les travaux du sous-comité monétaire, 7-11-1932. Tél. (...)

3L’analyse française était fondée sur une conception monétaire orthodoxe et des solutions d’une ampleur relativement limitée. Les autorités de ce pays considéraient le rétablissement de la stabilité monétaire et de la convertibilité dans le cadre du fonctionnement de l’étalon-or comme la base de la remise en marche du système économique. Le rétablissement de la confiance permettrait ensuite de réactiver les circuits financiers. Pour les experts et ministres français la stabilisation de la livre était prioritaire ; à destination de l’Europe centrale en particulier et, plus généralement de l’ensemble du système, ils préconisaient la création d’un fonds international de soutien monétaire fourni par les principales puissances économiques mais d’une ampleur relativement modeste puisque réservée à ce seul but. Quant à la remise en marche de l’activité économique, ils préconisaient la mise en œuvre d’un programme classique de grands travaux, financé par les principaux marchés de capitaux. Dans cette perspective, Paris souhaitait la participation britannique et la réouverture du marché de Londres, notamment au profit de l’Europe centrale1.

  • 2 MAEF. SDN 1209. Tél. Boisanger, 9-1-1933. SDN 1210. Note des experts français sur la 2e session de (...)

4L’approche anglaise reposait sur l’hypothèse d’un manque absolu de liquidités internationales et de la mauvaise répartition du stock d’or mondial, conformément aux conclusions des travaux de la délégation de l’or publiées en juin 1932. Les Anglais proposaient donc une politique d’inflation contrôlée et concertée entre les banques centrales au moyen d’une politique d’open-market. De même ils préconisaient une redistribution du métal précieux au profit des pays déficitaires, demande qui s’adressait en priorité aux États-Unis et à la France. En fait, il semble que les Britanniques espéraient voir la France s’engager dans une politique inflationniste qui, par le biais d’importations accrues, provoquerait une redistribution des réserves de métal précieux. Les délégués français, et en particulier C. Rist, s’opposèrent à ce schéma avec le soutien des principales puissances du continent et en particulier de la Belgique, de l’Allemagne, de l’Italie et des Pays-Bas2. Pourtant ces propositions avaient pour avantage de placer la France devant les responsabilités que sa richesse relative en capitaux aurait pu lui permettre d’assumer. Toute solution sur le continent européen passait en fait par sa participation.

  • 3 MAEF. SDN 1209-1210. Tél. Boisanger, 10-1-1933 - 17-1-1933. H. Van der Wee et K. Tavernier, La Banq (...)

5Les solutions préconisées par la Belgique sont dans le prolongement des plans élaborés par Francqui depuis 1931. C’est lui qui, avec Gutt, représentait la Belgique à la commission préparatoire. Ils défendirent aux côtés des Français l’étalon-or et sa gestion orthodoxe. Celle-ci avait été mise en pratique par la Banque nationale de Belgique qui, en 1929, avait refusé de lier son sort à celui de la Banque d’Angleterre et abandonné, de fait, le GES par la conversion progressive de ses avoirs en livres en or. Pourtant, la partie positive de leur programme constituait une tentative de résoudre le problème du manque de liquidités internationales. Elle repose sur un postulat implicite : ce n’est pas le manque de liquidités qui provoque le blocage du système mais leur mauvaise répartition et utilisation. Francqui soutint donc le projet de fonds de soutien des changes défendus par la France. Au-delà il réitère sa proposition d’Institut international de crédit sous l’égide de la BRI pour la redistribution et la remise en mouvement des capitaux inemployés3. Il s’agissait d’une solution non inflationniste de la crise de liquidités qui, implicitement, devait faire appel aux capitaux des pays excédentaires et donc à la France.

  • 4 MAEF. SDN 1210. Note des experts français sur la 2e session. Tél. Massigli, 17-1-1933. SDN 1209. No (...)

6La position de la France sur la question des échanges s’avérait assez délicate. L’Angleterre faisait de la suppression du système des contingents et de la diminution des barrières douanières la condition d’un retour à l’étalon-or. Cette option libérale avait le soutien d’une partie des pays du continent par ailleurs proches de la position française sur la question monétaire, en particulier la Belgique. La France, pour sa part, mettait la priorité sur l’assainissement monétaire et financier. Les responsables du Quai d’Orsay avaient cependant bien conscience de ce que des concessions s’imposeraient sur le terrain douanier pour permettre l’assainissement monétaire. Quant à la position belge, elle demeura conforme au modèle proposé dans le cadre de l’accord d’Ouchy avec les Pays-Bas sur lequel, on l’espérait, la conférence de Londres se prononcerait. Nous avons vu dans le chapitre précédent les réticences que cette solution rencontrait en France. Pourtant les services du Quai d’Orsay de même que C. Rist estimaient que la formule des ententes régionales à tarif privilégié, en tant qu’étape à un retour au libéralisme, devrait faire l’objet d’une étude attentive dans le cadre de la conférence4.

7Entre mars et juin 1933 le débat se simplifie, principalement du fait de l’évolution de la situation américaine. La crise bancaire qui sévit aux États-Unis se traduit par l’embargo sur l’or (mars 1933) puis la suspension de la convertibilité du dollar (avril 1933). L’avenir du système économique international se joue donc entre trois puissances : France, Angleterre, États-Unis et sur le futur niveau de parité des monnaies et degré d’ouverture des marchés. En fait la plus grosse partie se jouait entre l’Angleterre et les États-Unis et on peut se demander dans quelle mesure la France aurait pu tenter un arbitrage susceptible de stabiliser la situation monétaire et éviter ainsi une trop forte surévaluation du franc.

  • 5 MAEF - SDN 1210. Entretiens franco-anglais : 17-3-1933 - 18-3-1933.

8Les entretiens N. Chamberlain - G. Bonnet du 17 mars 1933 permirent de clarifier le débat entre Paris et Londres5. Sur le plan des dettes intergouvernementales l’Angleterre était en position de demandeur puisqu’elle n’avait pas officiellement renoncé au remboursement. Les deux ministres réussirent à se mettre d’accord sur un front uni en la matière sous la forme d’un moratoire analogue à celui accordé à l’Allemagne. L’examen de la situation financière permit de confirmer la différence de points de vues constatée dans le cadre du comité d’experts. L’Angleterre demandait la mise en œuvre d’une politique d’open-market concertée entre les trois grandes banques centrales et une redistribution de l’or tandis que G. Bonnet s’en tenait au principe du retour à la confiance. Il n’excluait cependant pas l’idée d’une mobilisation partielle des réserves d’or excédentaires de certains pays mais s’abrita derrière la nécessaire consultation de la Banque de France. En fait l’essentiel de la discussion porta sur l’éventualité d’une dévaluation du dollar. Sur cette question la France était en position de demandeur et essaya d’obtenir de l’Angleterre des garanties sous la forme d’une stabilisation de la livre. Chamberlain se déroba et se contenta d’accepter le principe d’une consultation en cas de dévaluation du dollar. En fait Bonnet semblait justement craindre une série de dévaluations en cascade entre les deux puissances anglo-saxonnes au détriment de la France. En revanche, les Anglais insistèrent sur l’opportunité d’une initiative française pour une diminution des entraves au commerce et Runciman proposa une coopération à la France en ce domaine. On peut alors se demander dans quelle mesure le gouvernement français n’était pas dans ces conditions en position de monnayer une politique d’ouverture en matière commerciale contre une stabilisation de la livre et une attitude commune face aux États-Unis.

  • 6 MAEF - RC 1918-1940. B. 27-5 s.d. 11. Commission interministérielle. Notes 6-4-1933 -12-4-1933 - 14 (...)

9La position de la France à l’égard de la question douanière fut élaborée au cours de plusieurs réunions d’une commission interministérielle autour de G. Bonnet (Finances) et M. Serre (Commerce) entre les 3 et 14 avril 19336. Coulondre (Affaires étrangères) et Elbel (Commerce) y défendirent la nécessité de concessions et celle de mettre un terme au système de protection contestable que représentaient les contingentements et la surtaxe de change. En fait la pression exercée par les milieux agricoles et industriels empêcha toute solution véritablement constructive. On ne put décider ni la suppression des contingents (au profit de droits de douane plus élevés) que refusait l’agriculture, ni la surtaxe de change défendue par Lambert-Ribot au nom des milieux industriels pour faire pièce au dumping. Dans ces conditions on se limita à accélérer la politique de déconsolidation engagée depuis l’automne 1932 afin d’avoir les mains libres pour la réunion de la conférence. De même aucune politique de rechange ne fut discutée, notamment la construction éventuelle d’un système régional entre les pays susceptibles de rester fidèles à l’étalon-or.

  • 7 MAEF - SDN 1211. Note sur les négociations de Washington : 24-18 avril 1933. Tél. Herriot : 26-4-19 (...)

10Dans cette perspective, la mission Herriot envoyée aux États-Unis où elle résida entre les 24 et 28 avril se trouva en grande partie dépourvue d’éléments de négociation. Dans la mesure où l’objectif de la France était d’obtenir une stabilisation du dollar et de la livre à un niveau le plus élevé possible on peut penser que son intérêt était de prendre des initiatives en vue d’un arbitrage, quitte à faire des concessions sur le plan commercial, ou s’appuyer sur l’une des puissances anglo-saxonnes pour faire pression sur l’autre. En fait, les instructions venues de Paris conduisirent à une politique d’abstention totale. Sur le plan financier les Américains proposèrent la constitution d’un fonds commun devant permettre dans un premier temps une stabilisation de fait des monnaies : Paris refusa de s’y associer. D’autre part le gouvernement américain proposa de lier la stabilisation des monnaies à une trêve douanière qui suscita de fortes réticences de la part des Français. On note en particulier l’expédition par Lambert-Ribot au nom du CGPF d’un télégramme le 25 avril refusant toutes concessions sur le plan tarifaire comme sur celui des contingents. Le gouvernement suivit cette attitude en réservant la mise en vigueur des taxes ou droits en cours de dépôt au Parlement ou déjà votés et non encore en vigueur de même que la possibilité de nouvelles surtaxes de dépréciation monétaire. Enfin Paris donna pour instructions le 28 avril de ne pas s’insérer dans le débat anglo-américain sur la question du niveau de stabilisation, ce qui interdisait toute politique d’arbitrage7.

  • 8 MAEB 10996. May à Hymans : 12-5-1933 - 15-5-1933.

11Le gouvernement belge ne put jouer, durant les mois qui précédèrent l’ouverture de la conférence de Londres, le rôle que les liens existant entre Francqui et Hoover de même que son implication dans la question des réparations lui avaient offert avant la conférence de Lausanne. La mission officieuse dont fut chargée P. Van Zeeland auprès du gouvernement américain en avril-mai 1933 ne semble pas avoir apporté de résultats décisifs. En particulier le gouvernement américain se montra réservé sur les formules régionales telles que celle défendue par la Belgique8.

  • 9 MAEF - SDN 1211-1212. Tél. Léger à Londres et Washington : 14-5-1933. Tél. Laboulaye 25-5-1933. Tél (...)
  • 10 MAEF - Papiers J. Lyon 2. Note 4-5-1933. MAEF - SDN 1212. Tél. Jouvenel : 29-5-1933.

12Un bilan s’impose à la veille de la conférence de Londres sur les positions respectives de la France et de la Belgique. D’une part la France considère comme une priorité la stabilisation de la livre et du dollar. A cet effet elle relance le dialogue avec Londres et Washington et propose des négociations entre trésoreries et banques centrales. Pourtant la situation reste bloquée au moment où la conférence va s’ouvrir. Sur le plan douanier, elle impose de très fortes réserves à son acceptation de la trêve douanière proposée par les Américains : maintien des mesures de protection votées ou déposées auprès du Parlement, exception faite des mesures destinées à compenser les fluctuations monétaires. Selon l’ambassadeur Gaiffier les responsables français sont très pessimistes sur l’issue de la Conférence9. On peut se demander dans ces conditions dans quelle mesure une solution de rechange à l’échec possible de la conférence de Londres fut envisagée par la France. Nous avons analysé dans le chapitre précédent l’intérêt croissant que certains milieux portèrent en France à la solution régionale. Le mouvement se poursuit en mai 1933. Au début du mois, J. Lyon, jurisconsulte du Quai d’Orsay, établit un projet d’ententes régionales européennes à réaliser en six ans. L’une des versions, étroite, envisage une association à quatre entre la France, la Belgique, la Hollande et la Suisse. Une version plus large y associe l’Autriche et surtout l’Italie. Il semble que des sondages aient été entrepris auprès de certains pays dans cette perspective, ainsi on note une ouverture auprès du gouvernement italien en vue d’une entente économique franco-italienne10. Pourtant on ne peut parler de projet réellement structuré ni d’une véritable politique de rechange.

  • 11 MAEF. RC 1918-1940. B, 13275 s. d. 1. Note, 12-5-1933.
  • 12 MAEB. 10996. Note, 7-5-1933. Papiers Jaspar 235, Ordre du jour annoté de la conférence et politique (...)
  • 13 MAEB. 2598 bis. Notes, 6-6-1933 - 13-6-1933.
  • 14 CNCE, 7-6-1933.

13Dans cette perspective, la politique menée par le gouvernement belge ne facilita pas une telle orientation. En fait si la France et la Belgique s’apprêtaient à défendre les mêmes orientations sur le plan monétaire : stabilisation du dollar et de la livre aussi près que possible de l’ancienne parité, refus de la politique inflationniste défendue par l’Angleterre, leurs positions s’opposent sur le plan commercial11. Le gouvernement belge avait été l’un des premiers à défendre les positions américaines sur la trêve douanière au comité d’organisation de la conférence le 29 avril. Cette attitude l’opposait à la pression exercée par la France sur elle-même et la Suisse en vue de la déconsolidation des droits inscrits dans les accords commerciaux de 1928. De même elle restait fidèle au programme d’Ouchy dont l’objectif final demeurait le retour progressif au libre-échange12. C’est donc surtout auprès des pays du groupe d’Oslo qu’elle chercha des appuis en vue de la conférence. Déjà la mission confiée à Van Zeeland avait été appuyée de démarches parallèles du gouvernement néerlandais. De même les pays du groupe d’Oslo furent-ils réunis à Stockholm les 29 et 30 mai 1933 puis à Londres le 13 juin et se mirent-ils d’accord sur la nécessité d’une stabilisation des devises anglo-saxonnes et, à l’exception du Danemark, pour demander que la dérogation à la clause de la nation la plus favorisée dans le cas d’accords du type Ouchy soit reconnue par la conférence13. Cette politique défendue par Van Langenhove, n’était pas exclusive d’une autre orientation vers un regroupement et des contacts entre pays à monnaie-or et en particulier entre la France, la Belgique, la Hollande et la Suisse. Elle fut en particulier défendue par une partie des membres du CNCE le 7 juin 193314.

14Ainsi, au moment où s’ouvre la conférence de Londres, on peut affirmer que la solidarité des pays prêts à défendre l’étalon-or dans son intégralité se limite au strict point de vue monétaire. En particulier entre la France et la Belgique, qui devaient en être l’axe, des divergences importantes subsistent, sur le plan des politiques commerciales officielles. Pourtant, l’idée d’une solidarité économique entre ces pays est présente dans certains milieux. Elle est assez largement répandue en Belgique comme nous l’avons vu dans le chapitre précédent. Dans les milieux de l’administration et du gouvernement français, elle tend à être évoquée comme une possibilité depuis avril 1933. Il ne s’agit pourtant aucunement d’une solution de rechange à l’échec de la conférence de Londres qui, dans cette hypothèse, aurait dû être préparée et concertée.

B. Le bloc-or : une création improvisée

  • 15 MAEF. SDN 1212. Tél. Coulondre (Londres), 15-6-1933 - 17-6-1933 - 19-6-1933. MAEF. SDN 1212/1213. T (...)
  • 16 MAEF. SDN 1213. Tél. Bonnet, 27-6-1933. Tél. Coulondre, 30-6-1933. Papiers Jaspar, Gutt à Jaspar, 3 (...)
  • 17 MAEF. SDN 1213. Tél. Coulondre, 1-7-1933 - 3-7-1933. ANF. 30, 1418. Note 39-9-1933. Accord du 8-7-1 (...)

15Les principales négociations menées à Londres à partir du 12 juin portèrent principalement sur la question monétaire et furent menées par les responsables des trésoreries et des banques centrales en marge de la conférence elle-même. Les Français, représentés par G. Bonnet, R. Coulondre et C. Rist obtinrent l’accord de principe des gouverneurs des banques centrales anglaise et américaine en vue d’une déclaration commune visant à une stabilisation de fait des monnaies (dollar, livre) ; ils étaient poussés dans cette voie par les délégations suisse et hollandaise15. Le refus de tout engagement de la part de Roosevelt, connu le 22 juin, favorisa le rapprochement des pays à monnaie-or. Le 26 juin les délégués suisse et hollandais provoquèrent une réunion de leurs délégations en vue de la définition d’une attitude commune. Les pressions spéculatives sur le florin risquaient en effet d’obliger la Hollande à dévaluer à son tour, entraînant dans le mouvement d’autres devises. Une démarche commune auprès de Mac Donald aboutit à une réunion élargie en présence du Premier ministre britannique et des représentants des puissances concernées : France, État-Unis, Belgique (Franc-qui), Italie, Hollande. Mac Donald demanda la rédaction d’un projet de déclaration susceptible de rallier l’Angleterre. Celle-ci, rédigée par Rist et approuvée par les délégations belge, suisse, hollandaise et italienne, constate les divergences entre pays décidés au maintien de Fétalon -or dans les parités actuelles et ceux qui n’envisageaient leur rattachement à l’or qu’à terme, en fonction de la décision de leur gouvernement. Pourtant, les articles 4 et 5 prévoyaient une collaboration en vue de limiter la spéculation sur les changes entre les banques centrales. Malgré l’appui du gouvernement anglais et de la délégation américaine à Londres, le texte ne put obtenir l’aval de Roosevelt qui se refusa à tout engagement16. La célèbre réponse du président, formulée en termes maladroits, fut interprétée par le ministre Hymans « non seulement comme un refus mais une « engueulade » à l’adresse des pays qui ont pris l’initiative de la déclaration ». Après de nouvelles démarches infructueuses auprès du gouvernement anglais, une déclaration commune des pays à monnaie-or, rédigée dès le 30 juin au soir à la demande des Belges et des Hollandais, fut publiée le 3 juillet 1933. Elle faisait état de la volonté des pays concernés de poursuivre leur coopération en vue de maintenir l’étalon-or aux parités actuelles. Elle fut complétée le 8 juillet par un accord de coopération des banques centrales qui prévoyait des interventions sur le marché en faveur des devises en difficulté ainsi que la défense des parités par une politique de crédit appropriée17.

  • 18 J.-B. Duroselle, La Décadence, p. 214.

16Il n’est pas ici dans notre intention de discuter le bien-fondé d’une décision qui à court terme allait s’avérer malheureuse comme le prouvèrent les dévaluations de 1935 en Belgique, de 1936 en France, Hollande et Suisse. Les responsables des pays concernés étaient empiriquement conscients du phénomène de surévaluation monétaire qui devait peser lourd sur l’évolution de leurs économies18. Notons qu’il était difficile, pour des pays comme la Belgique et la France, victimes d’une perte de substance exagérée dans les années vingt, qui avaient stabilisé dans des conditions difficiles en 1926-1928, de se résoudre à une nouvelle dépréciation monétaire, de surcroît largement imposée de l’extérieur. On peut cependant remarquer le caractère tardif des consultations entre pays du bloc-or, imposées par le pays immédiatement menacé (les Pays-Bas) et le caractère simplement technique des mesures prises. Il est probable que des consultations préalables et plus approfondies auraient permis d’exercer une pression plus efficace, notamment vis-à-vis de l’Angleterre. Ainsi la menace d’une dévaluation du florin agitée par Trip et Colijn avait-elle joué un rôle déterminant pour faire accepter au gouvernement britannique le projet de déclaration finalement repoussé par Roosevelt. Une telle menace brandie par l’ensemble des pays du bloc-or aurait sans doute eu plus de poids. Dans la mesure où le maintien de la parité de la devise était pour ces pays un a priori, ils se liaient les mains et s’ôtaient du même coup tout véritable pouvoir de négociation. Du moins prirent-ils cependant conscience de la solidarité de fait que leur décision commune avait établie entre eux et tentèrent-ils dans les jours qui suivirent de la traduire en termes économiques.

  • 19 MAEF. SDN 1212. Tél. Claudel, 16-6-1933. SDN 1218. Discours Serre, 30-6-1933. MAEB 2598 bis. Note 2 (...)

17Les positions respectives des puissances qui allaient constituer le bloc-or restèrent stables jusqu’à la fin juin 1933. Devant la commission économique la Belgique défendit les principes contenus dans la convention d’Ouchy, elle proposait la prolongation de la trêve douanière qui avait cours durant la conférence, l’abolition graduelle des prohibitions et restrictions aux échanges parallèlement à l’assainissement monétaire, une diminution ultérieure et progressive des droits de douane par voies d’accords multilatéraux ouverts à tous et bénéficiant de l’exception à la clause de la nation la plus favorisée. Cette position, défendue par la Hollande et la Norvège, se situait toujours dans la perspective d’une entente entre la Belgique et les pays du Nord. Le discours de Hymans devant la conférence le 16 juin mentionnait la liberté qui devait être laissée aux petits pays de « réaliser la liberté dans leurs échanges mutuels ». Quant à la délégation française elle privilégiait les ententes industrielles comme modalité du désarmement douanier et Serre se refusait encore, le 30 juin, à admettre l’exception à la clause de la nation la plus favorisée que la Belgique demandait19.

  • 20 MAEB. 2598 bis. Note Van Langenhove, 25-6-1933.
  • 21 MAEF. SDN 1213. Tél. Coulondre, 3-7-1933 - 7-7-1933. Papiers Jaspar 141. Dépêche Jaspar, 14-7-1933.
  • 22 MAEF. SDN 1213. Claudel au ministre, 13-7-1933. MAEB. 2470 bis. Le XXe siècle, 13-7-1933.

18L’évolution des positions belge et française vient en réaction à celle de la situation sur la question monétaire. Dès le 25 juin 1933 Van Langenhove fait reproduire dans la presse un rapport de Landry, président du Comité parlementaire français du commerce, à la Conférence parlementaire internationale du commerce à Rome en vue d’une adhésion de nouveaux pays à la convention d’Ouchy ; la France est bien sûr visée20. Le message de Roosevelt du 3 juillet et la constitution officielle du bloc-or précipite le mouvement du côté français. Dès le 3 juillet Coulondre prend position en faveur d’une dimension commerciale à donner au bloc-or ; il réitère le 7 juillet. Surtout, le ministre du Commerce Serre réunit ses collègues le 4 juillet. Il se prononce pour un « club du fair play » et des mesures en vue de la diminution des barrières douanières limitées aux pays présentant des conditions économiques normales c’est-à-dire fidèles à l’étalon-or. C’était se rallier aux thèses belges dont les représentants mirent l’accent, au cours de cette réunion, sur la nécessité d’un accord rapide. Ces nouvelles options furent soutenues et développées par l’attaché commercial à Bruxelles dans le sens d’une union économique franco-belge (accords industriels, larges contingents pour certaines branches, liberté totale pour les autres) à élargir à d’autres pays21. Certains journaux se font l’écho de cette nouvelle orientation : l’Europe nouvelle à Paris, favorable à une entente à quatre entre la France et ses petits voisins sur le modèle d’Ouchy, Le xxe siècle à Bruxelles, favorable à une union à trois franco-belgo-italienne ou L’Indépendance belge, favorable à un bloc-or de l’économie22.

  • 23 MAEF. SDN 1213. Note Coulondre pour Bonnefon-Craponne, 19-7-1933. Tél. Coulondre, 21-7-1933. MAEB. (...)
  • 24 MAEF. SDN 1213. Note Coulondre, 31-7-1933. MAEB. Film 116. Van Langenhove à Hymans, 26-7-1933.

19Pourtant les difficultés sont grandes dès le départ. Les puissances concernées s’opposent quant aux modalités du rapprochement à opérer. La France propose des négociations bilatérales entre les pays concernés, élargies ensuite sur le plan multilatéral ; des mesures de défense concertées contre les marchandises favorisées par la dépréciation monétaire ; la stabilisation des contingents jusqu’à la fin de 1933 pour favoriser les négociations. Les divergences portèrent sur l’importance de la trêve douanière à instaurer entre les pays du bloc-or. La France voulait la limiter aux contingents, se réservant la possibilité de remplacer ceux-ci par une hausse de son tarif, alors que la Belgique envisageait une trêve totale23. Elles portèrent aussi sur la nature de l’espace à impliquer dans le nouvel ordre ; l’Italie désirait y inclure l’Allemagne tandis que la France ne voulait pas renoncer à aborder l’Angleterre. On considérait en effet au Quai d’Orsay que l’entente entre les six pays du bloc-or constituait un cadre trop restreint. La perception de ces difficultés et divergences explique ainsi l’attitude des puissances concernées qui, afin de masquer les divergences qui les opposaient, se prononcèrent pour la fin rapide de la conférence. On prévoyait la mise au point d’un protocole et sa signature à Genève, dans le cadre de la SDN, pour septembre 193324.

20Ainsi le bloc-or, symbole d’une volonté de conservation d’un ordre financier difficilement rétabli à la fin des années vingt, apparaît en 1933 comme une entité à construire sur le plan économique. Cette tentative de solution régionale n’est pas issue du néant. Elle est le résultat d’une évolution engagée dès 1931-1932 au sein des milieux économiques et politiques belges ; elle a peu à peu rencontré l’adhésion de certains responsables français. Les circonstances et les hésitations du départ révèlent que ce groupe d’États ne constituait certainement pas la meilleure entité pour une première expérience de cette nature, comme son échec final le prouve. Pourtant il sera intéressant d’analyser dans un dernier chapitre, au-delà des raisons de son échec, comment la France a essayé d’assumer le nouveau rôle que son proche voisin, la Belgique, souhaitait lui voir jouer et dans quelle mesure le resserrement des relations financières et commerciales, analysé plus haut, entre 1930 et 1933 pouvait être accentué et prolongé sous une forme institutionnelle.

Notes

1 MAEF. SDN 1209. Note du 19-10-1932. Note sur les travaux du sous-comité monétaire, 7-11-1932. Tél. Boisanger, 9-1-1933. MAEF. RC 1918-1940, B 27-5, s.d. 1, réunion préparatoire, 26-10-1932.

2 MAEF. SDN 1209. Tél. Boisanger, 9-1-1933. SDN 1210. Note des experts français sur la 2e session de la commission préparatoire, 9-20 janvier 1933.

3 MAEF. SDN 1209-1210. Tél. Boisanger, 10-1-1933 - 17-1-1933. H. Van der Wee et K. Tavernier, La Banque nationale de Belgique, p. 229-235.

4 MAEF. SDN 1210. Note des experts français sur la 2e session. Tél. Massigli, 17-1-1933. SDN 1209. Note sur la 2e session, 29-12-1932. MAEF. RC 1918-1940, B, 27-5 sd. 1, ambassadeur à Bruxelles au ministre, non datée.

5 MAEF - SDN 1210. Entretiens franco-anglais : 17-3-1933 - 18-3-1933.

6 MAEF - RC 1918-1940. B. 27-5 s.d. 11. Commission interministérielle. Notes 6-4-1933 -12-4-1933 - 14-4-1933.

7 MAEF - SDN 1211. Note sur les négociations de Washington : 24-18 avril 1933. Tél. Herriot : 26-4-1933 - 27-4-1933 - 1-5-1933. Tél. Bargeton : 25-4-1933 - 27-4-1933.

8 MAEB 10996. May à Hymans : 12-5-1933 - 15-5-1933.

9 MAEF - SDN 1211-1212. Tél. Léger à Londres et Washington : 14-5-1933. Tél. Laboulaye 25-5-1933. Tél. Léger à Londres : 11-5-1933. MAEB - 10996. Note manuscrite début juin 1933.

10 MAEF - Papiers J. Lyon 2. Note 4-5-1933. MAEF - SDN 1212. Tél. Jouvenel : 29-5-1933.

11 MAEF. RC 1918-1940. B, 13275 s. d. 1. Note, 12-5-1933.

12 MAEB. 10996. Note, 7-5-1933. Papiers Jaspar 235, Ordre du jour annoté de la conférence et politique commerciale de la Belgique, 7-6-1933.

13 MAEB. 2598 bis. Notes, 6-6-1933 - 13-6-1933.

14 CNCE, 7-6-1933.

15 MAEF. SDN 1212. Tél. Coulondre (Londres), 15-6-1933 - 17-6-1933 - 19-6-1933. MAEF. SDN 1212/1213. Tél. Clauzel (Berne), 15-6-1933. Tél. Vitrolles (La Haye), 26-6-1933. Papiers Jaspar 235. Note pour le CNCE, 20-6-1933.

16 MAEF. SDN 1213. Tél. Bonnet, 27-6-1933. Tél. Coulondre, 30-6-1933. Papiers Jaspar, Gutt à Jaspar, 30-6-1933.

17 MAEF. SDN 1213. Tél. Coulondre, 1-7-1933 - 3-7-1933. ANF. 30, 1418. Note 39-9-1933. Accord du 8-7-1933. MAEB. 10966. Note du ministre, 3-7-1933.

18 J.-B. Duroselle, La Décadence, p. 214.

19 MAEF. SDN 1212. Tél. Claudel, 16-6-1933. SDN 1218. Discours Serre, 30-6-1933. MAEB 2598 bis. Note 28-6-1933. Papiers Jaspar 235. Note pour le CNCE, 20-6-1933. MAEB CNCE, 6-7-1933.

20 MAEB. 2598 bis. Note Van Langenhove, 25-6-1933.

21 MAEF. SDN 1213. Tél. Coulondre, 3-7-1933 - 7-7-1933. Papiers Jaspar 141. Dépêche Jaspar, 14-7-1933.

22 MAEF. SDN 1213. Claudel au ministre, 13-7-1933. MAEB. 2470 bis. Le XXe siècle, 13-7-1933.

23 MAEF. SDN 1213. Note Coulondre pour Bonnefon-Craponne, 19-7-1933. Tél. Coulondre, 21-7-1933. MAEB. Film 116. Van Langenhove à Gaiffier, 12-7-1933. Coulondre à Van Langen-hove, 16-8-1933.

24 MAEF. SDN 1213. Note Coulondre, 31-7-1933. MAEB. Film 116. Van Langenhove à Hymans, 26-7-1933.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540