Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, la Belgique et l’organisation économique de l’Europe, 1918-1935

 | 
Éric Bussière

Quatrième partie. Vers des solutions régionales

Chapitre II

Les cartels : de la gestion de la crise au cloisonnement des marchés

Texte intégral

1La politique de cartellisation industrielle durant les années vingt avait pu être considérée un moment comme un moyen d’aboutir progressivement à une intégration du marché européen. L’échec de cette tentative, assez net dès 1929, n’avait pas compromis le développement des échanges et celui de certaines complémentarités. Pourtant nous avons vu que, dans le cas de l’EIA, ce fut sur une base contractuelle reposant sur le principe, encore peu apparent, du respect du marché intérieur.

  • 1 F. Braudel et E. Labrousse, Histoire économique et sociale de la France, t. 4, p. 791-792. A. Piett (...)

2Les ouvrages d’histoire économique ont analysé le plus souvent les cartels des années trente comme un moyen, d’inspiration malthusienne, de gestion de la crise industrielle par le biais de quotas ou de destruction des équipements afin de réduire la production. De même, à des ententes inspirées par le souci de coopération internationale succéderaient des cartels nationaux établis à l’abri des barrières protectionnistes1.

3Ces analyses doivent être nuancées. La rupture avec les ententes des années vingt n’est pas brutale. Les accords Laval-Brûning à la fin de 1931 constituent à cet égard une étape importante ; certes la France y recherchait la diminution de son déficit commercial croissant avec l’Allemagne ; mais ce fut au moyen de conversations entre industriels qui n’excluaient pas la poursuite de la coopération. Ainsi dans un premier temps les ententes ont pu être conçues comme un moyen de poursuivre la coopération internationale en limitant les effets du protectionnisme. Ce n’est que dans un deuxième temps, à partir de 1933, qu’elles prennent un caractère plus nationaliste comme A. Piettre le remarque dans son livre de 1936. Elles acquièrent alors un caractère de plus en plus systématique et s’intègrent souvent au sein de politiques nationales d’inspiration malthusienne. L’histoire des relations économiques entre la France et la Belgique durant cette période s’intègre dans cette perspective d’ensemble. Nous analyserons dans un premier temps comment les Belges s’intègrent dans ce processus et quelle signification il revêtit pour leur économie. Dans un second temps, l’étude de quelques cas, en particulier dans la métallurgie, permettra d’analyser le comportement des échanges franco-belges et les stratégies d’entreprises en régime de cartellisation.

A. La réponse de la Belgique aux initiatives françaises

  • 2 MAEB. 2607 bis. Gaiffïer à Hymans, 22-10-1931 (suite à une conversation Gaiffïer-Coulondre).
  • 3 MAEB. 2607 bis. Gaiffïer à Hymans, 7-10-1931. Entretien avec le ministre d’Allemagne, 19-10-1931.
  • 4 MAEB. 2607 bis. Entretien avec le ministre d’Allemagne 19-10-1931.

4D’un point de vue chronologique les premières initiatives françaises datent de 1930. Elles émanent des milieux industriels qui, dans le cadre du renouvellement ou de la constitution de nouvelles ententes, exigèrent le respect de leur marché intérieur. Ce fut le cas au cours du second semestre 1930 pour l’EIA. Ainsi l’industrie française pousse-t-elle à la généralisation des accords industriels dans une perspective protectionniste. La première initiative importante prise par le gouvernement français date de l’automne 1931. Elle intègre le processus de cartellisation dans le cadre de la politique de contingentement. Elle ne constitue donc qu’une systématisation d’un phénomène que nous avions constaté pour l’EIA. Tout comme dans les années 1924-1926, le premier effort de la France concerne l’Allemagne. La situation financière de celle-ci est mise à profit par Laval et Briand qui se rendent à Berlin fin septembre 1931. On aboutit ainsi à la constitution d’une commission économique franco-allemande dont le but, selon Coulondre, est de se préoccuper « des relations industrielles et commerciales et des ententes. Il lui incombera, notamment, de procéder à la révision du traité de commerce franco-allemand de 1927, d’élargir les ententes industrielles (cartels) existant et d’en créer de nouvelles2. » En fait, il s’agissait pour la France d’atténuer les effets du dumping des industriels d’outre-Rhin, très actif depuis 1931. Dans l’impossibilité de procéder à des relèvements de droits de douane du fait de la consolidation à 72 % de son tarif, le gouvernement comptait y parvenir par le biais de contingents négociés avec les industriels concernés dans le cadre de nouveaux cartels. On rechercherait ceux-ci dans la sidérurgie, la chimie, le charbon, le matériel électrique, le textile3. Ce procédé permettrait une gestion de l’offre tant sur le plan national qu’international qui exercerait un effet sur les prix moins accentué qu’un relèvement douanier. Cette analyse était alors sous-tendue par l’hypothèse d’une crise brève et non majeure. Ce programme comportait un aspect positif : l’étude de débouchés communs en Europe centrale, Extrême-Orient, Amérique latine. En particulier l’étude de grands travaux outre-mer et la constitution de syndicats franco-allemands furent envisagées à cet effet4. Le programme serait complété par le développement de prises de participations entre entreprises françaises et allemandes, ce qui, dans le contexte de 1931, se serait traduit par des mouvements de capitaux français vers l’Allemagne. D’une manière générale ces projets visaient à offrir à l’industrie allemande des débouchés compensateurs à la perte d’une partie du marché français en reportant son dynamisme sur les marchés extérieurs.

  • 5 Ibid., Gaiffïer à Hymans, 7-10-1931.
  • 6 Ibid., Conversation Hymans-Corbin, 6-10-1931. Note 2-12-1932.

5La Belgique se trouvait une nouvelle fois placée face à la perspective d’un axe économique privilégié franco-allemand. Celui-ci fit à nouveau naître des inquiétudes et l’on évoqua un nouveau Wiesbaden5. Les autorités belges firent donc savoir à plusieurs reprises leur volonté d’être tenues au courant et d’être associées aux projets en cours d’élaboration. En particulier dans le domaine des travaux publics, à la constitution en 1932 d’un premier groupe à trois (France, Allemagne, Angleterre), la Belgique répondit par la formation d’un groupe concurrent associant Belges, Allemands, Hollandais et Anglais6.

  • 7 L. Ballande. Les ententes économiques internationales, p. 364-365.

6En fait les négociations franco-allemandes aboutirent à une longue série d’accords bilatéraux à caractère privé, sanctionnés, entre janvier et mars 1932 surtout, par une série de décrets de contingentements7. L’effet immédiat des premières initiatives françaises fut donc de faire accepter par l’Allemagne des restrictions aux échanges, ce qui en diminuait fortement la portée et l’intérêt. Pourtant, par un phénomène complexe d’extension, les Belges furent conduits à adhérer à de tels accords qui, par élargissements progressifs, débouchèrent sur le développement du processus de cartellisation.

  • 8 L. Bailande, ibid., p. 27.

7D’une part les industriels belges furent directement conduits à négocier de tels accords avec leurs collègues français dans le cadre de la politique française de contingentement. Dans ce cas, la juxtaposition d’accords bilatéraux aboutit à la constitution d’ententes associant plusieurs partenaires. Ce fut le cas par exemple pour les feuillards. Les accords de contingentement franco-allemand (13 février 1932) et franco-belge (18 mars 1932) s’intègrent tout naturellement dans une entente feuillards négociée en 1932 et signée en mai 1933 associant Belges, Luxembourgeois, Allemands, Français8. Plus généralement le développement des ententes se produit le plus souvent sous la menace d’un contingentement et oblige l’industrie belge à participer, sous peine de voir ses intérêts mal défendus. L’exemple des scories Thomas, sous-produit de la sidérurgie utilisé comme engrais et fortement importé par l’Allemagne, est à cet égard très révélateur.

  • 9 Archives CS. Rapports Pérot, 27-4-1934.

8En 1934 le gouvernement allemand décide d’en contingenter l’importation à la suite d’achats massifs en 1933 (1 000 000 t contre 850 0001 en année « normale »). Français et Sarrois furent les premiers touchés, puis Belges, Luxembourgeois furent à leur tour visés. Afin d’éviter des mesures unilatérales des autorités allemandes, les Belges proposent une entente entre les principaux importateurs et les producteurs allemands. Leurs inquiétudes sont parfaitement décrites par les responsables d’Ougrée-Marihaye : « Le point de vue des producteurs belges est que, quel que soit l’accord qui intervienne, il serait désirable que chaque pays ait la sécurité au point de vue de l’écoulement de ses tonnages et qu’en cas de reliquat de vente, celui-ci soit le même pour chaque groupe ; cela implique que l’accord particulier avec l’Allemagne se fasse dans le cadre d’un accord général. S’il en était autrement, il y aurait lieu de craindre, les autres groupes se trouvant dans des situations plus favorables que la nôtre, que l’accord se fasse au détriment des producteurs belges9. »

9Enfin on constate que les interdépendances nombreuses entre les marchés et les produits imposèrent l’élargissement du processus de contingentement et de cartellisation. Deux exemples peuvent permettre de montrer ces interdépendances.

  • 10 MAEB. 2451 bis, Gaiffier au ministre, 16-6-1934.

10Dans le domaine des engrais chimiques la France décide le contingentement des superphosphates en 1932. Les Belges sont conduits à négocier un accord avec les producteurs français. Deux ans plus tard le Gouvernement décide d’imposer un régime de licences d’importations pour les basiphosphates qui n’étaient pourtant pas produits en France. Le phénomène s’explique par un processus de substitution par les utilisateurs de ce produit aux superphosphates10.

  • 11 Ibid. Réunions de Paris, 9 et 16 juillet 1931.
  • 12 Archives CS. Rapports pour le Conseil de la Socobelge (23-1-1933).
  • 13 MAEB. 2451 bis, Forges de la Providence à Van Langenhove, 4-6-1931.

11La crise charbonnière que connaissent les puissances européennes révèle les mêmes interdépendances géographiques et intersectorielles. La pression en faveur du contingentement provient autant des charbonnages belges que français. Les demandes françaises s’adressent en particulier à la Belgique pour qui le marché français est essentiel. Les négociations ont lieu entre producteurs en particulier en juillet 1931, en présence de représentants des Gouvernements concernés. En fait les Belges lient leur adhésion au contingentement à l’évolution de leurs propres négociations avec les charbonnages hollandais et allemands qui exportent en Belgique11. Ainsi la France exerce-t-elle une pression sur les producteurs belges qui se retournent vers les Hollandais et les Allemands. La négociation germano-belge est en fait très difficile pour Bruxelles du fait de l’accord commercial de 1925 qui interdit un tel contingentement. La Belgique doit donc à partir de 1931 négocier avec le gouvernement allemand des diminutions progressives et parallèles de sa production et de son importation charbonnière12. Quant à l’importation de charbons anglais, il est très difficile à la Belgique de la réduire, du fait des pressions exercées par les métallurgistes anglais en vue de la protection de leur propre marché. Un régime trop protectionniste de la part de la Belgique en matière de charbon fournirait le prétexte à l’Angleterre pour fermer son marché à la métallurgie belge13. Le gouvernement belge avait donc ici intérêt, comme le gouvernement français, à la conclusion d’une entente internationale à laquelle l’Allemagne adhérerait. En refusant de s’y prêter celle-ci disposa durant une bonne partie des années trente d’un instrument de pression particulièrement efficace sur Paris et Bruxelles.

12Ainsi, autant par intérêt - afin d’éviter une marginalisation dangereuse - que par nécessité la Belgique fut contrainte d’entrer dans le jeu de telles négociations. Les motivations qui poussent l’industrie et le gouvernement belge à favoriser les ententes sont donc différentes de celles des Français. Les premiers en prennent assez souvent l’initiative dans un but protectionniste tandis que les Belges y participent pour des motifs défensifs. Face aux pressions des pays à grand marché intérieur comme la France, l’acceptation de l’entente permet de négocier le repli, d’obtenir des garanties, d’éviter des mesures unilatérales d’origine gouvernementale. Plus positivement, la participation belge aux ententes permit souvent à l’industrie de ce pays de défendre ses positions à l’exportation aussi bien vis-à-vis de ses partenaires au sein des ententes que vis-à-vis des tiers. Ce fut le cas pour la seconde EIA qui permit une défense des intérêts belges sur le marché anglais sous couvert de ceux de l’ensemble des participants. Cette nécessité constitua un des facteurs qui facilitèrent la constitution des comptoirs (demi-produits, poutrelles) en 1933.

  • 14 CNCE, Communication Hannecart, 16-2-1933.
  • 15 CNCE, PV 16-2-1933 - 5-3-1934.
  • 16 G. Vanthemsche, De Belgische overheid en de kartels tijdens het interbellums - RBPH 1983, p. 851-89 (...)
  • 17 F. Braudel, E. Labrousse, op. cit., p. 792. MAEB. 2608 bis, Maskens à Jaspar, 27-6-1934.
  • 18 MAEB. 2608 bis, Kerchove à Hymans, 10-1-1935.

13À partir de 1933, le phénomène de cartellisation s’est généralisé. L’accentuation du protectionnisme en transforme de plus en plus la signification. Pour un pays libre-échangiste comme la Belgique cette orientation peut sembler contraire à ses intérêts. G. Hannecart analyse les données du problème dans un rapport au CNCE (Conseil National du Commerce Extérieur) en février 1933. Il admet que les cartels ne constituent pas un remède au protectionnisme mais en sont le fruit et en consolident les effets. Pourtant, il doit reconnaître que d’un point de vue pratique ils constituent le seul remède à l’anarchie sur les marchés en vue d’une action coordonnée14. Les cartels ont donc à partir de 1933 un double rôle : un effet positif sur les prix indispensable à une industrie exportatrice telle que celle de la Belgique ; un rôle de régulateur des moyens de production sur le plan intérieur en période de surcapacités. Son analyse, partagée par Gérard du CCI conduit G. Theunis, président du CNCE, à inviter le Gouvernement à jouer le rôle de médiateur et d’initiateur dans les ententes. Un an plus tard, en tant que président du comité restreint de politique commerciale il émet le vœu que le Gouvernement rende obligatoires les ententes quand les quatre cinquièmes des membres d’une branche économique sont favorables à sa constitution15. Cette évolution aboutit à l’arrêté du 13 janvier 1935 sur l’institution de cartels ou syndicats industriels obligatoires16. On trouve la même évolution en France avec le projet Flandin-Marchandeau en janvier 1935, de même qu’aux Pays-Bas17. Ainsi les cartels sont devenus, en 1933-1935, un moyen de promouvoir des politiques économiques nationales qui peuvent être divergentes et de les rendre compatibles sur le plan international. Au début de 1935, la France et la Belgique entendent les obliger à des fins malthusiennes. L’industrie allemande, bénéficiant d’une reprise vigoureuse de son marché national, les utilise pour protéger son marché intérieur18. Pour des économies aux évolutions voisines sur le plan monétaire et aux politiques économiques d’inspiration déflationnistes, le régime des ententes détermine une bonne part des relations industrielles et des stratégies d’entreprises entre les deux pays. Dans quelle mesure a-t-il permis le maintien des relations antérieures ou nées de la période de prospérité voire des rapprochements autour de politiques concertées ?

B. Les relations industrielles sous le régime des cartels

1. La sidérurgie : vers l’autonomie des groupes nationaux.

  • 19 H. Rieben, Des ententes de maîtres de forge au plan Schuman, p. 203.

14La faiblesse majeure de la première EIA résidait dans le caractère relativement peu élaboré de ses principes de fonctionnement. Fondée sur le contrôle des quantités produites et leur répartition entre groupes nationaux, elle reposait implicitement sur l’existence d’un marché homogène qui ne parvint pas à se constituer. La période de prospérité masqua partiellement cette difficulté qui fut tournée au moyen des compromis que nous avons mentionnés. La crise qui sévit à partir de 1930 révèle leurs insuffisances et aboutit à la reprise de la liberté des groupes à partir de mars 1931. La structure des marchés respectifs plus que les alliances nouées durant les années vingt déterminent les positions de chaque groupe. Ainsi Belges et Luxembourgeois adoptent-ils des positions communes à partir de 1931, ce qui n’avait pas été le cas entre 1924 et 1927. Les pays à grand marché intérieur (Allemagne, France) tendent à se le réserver à l’abri de barrières protectionnistes aux dépens des Belgo-luxembourgeois. À partir de 1931, ce ne sont pas tant les quantités produites que les prix de vente qui déterminent les choix. Belges et Luxembourgeois au contraire doivent accentuer leur effort à l’exportation pour assurer la marche de leurs usines et chassent Français et Allemands des marchés d’exportation. Les statistiques de prix fournies par H. Rieben sont révélatrices19.

Prix des barres laminées.

Prix des barres laminées.

(Cents US/livre)

15Si la sidérurgie belge gagne donc des parts de marché entre 1929 et 1932 c’est par nécessité absolue et aux prix de sacrifices financiers importants (8,76 % de la production européenne en 1929, 11,45 % en 1932).

16La définition de nouvelles bases d’entente fut très longue puisque l’EIA ne fut renouvelée que le 25 février 1933 et les comptoirs mis en marche le 1er juin 1933. Le phénomène s’explique autant par la difficulté de concevoir un système viable de gestion d’un marché très hétérogène que par les conflits d’intérêts. Jusqu’en 1933 deux critères de référence servirent de base aux négociations. D’une part les quantités produites. Les usines désiraient en effet tirer profit des investissements de capacité réalisés durant la période de prospérité et dont la mise en œuvre s’acheva en 1931-1932. Ces investissements contribuaient à diminuer les coûts (économies d’échelle) mais surtout détermineraient les parts de marché en sortie de crise. Pourtant le niveau des prix s’avéra le facteur déterminant avec le temps. Les usines ne pouvaient supporter durablement des conditions qui conduisirent en 1932-1933 une partie d’entre elles à produire à perte. L’organisation des marchés prit donc peu à peu le dessus au cours du second semestre 1932 sans toutefois faire disparaître la préoccupation du quantum. Les initiatives prises par les pays à grand marché provoquèrent pour une part cette évolution.

  • 20 PVCA EIAB, 24-9-1930.
  • 21 PVCA EIA B, 18-3-1931.
  • 22 PVCA EIA B, 15-10-1930.
  • 23 PVCA EIA B, 16-3-1932.
  • 24 PVCA EIA B, 13-4-1932.
  • 25 PVCA EIA B, 15-10-1930 - 4-1-1933

17Le 14 septembre 1930 à Liège, le groupe français fait du principe du respect de son marché intérieur la condition sine qua non de sa participation à la nouvelle entente20. Pour la Belgique la question est essentielle : ce ne sont pas les quantités exportées en France qui sont en effet en cause mais la possibilité d’y placer certains tonnages afin d’empêcher le dumping. Van Hoegaerden s’en explique en ces termes devant A. Meyer, président du groupe luxembourgeois : « Les pays à fort marché intérieur pouvaient arriver à trouver des recettes supplémentaires énormes par suite d’un développement très important du marché intérieur. Sur ce marché, un bénéfice de l’ordre de 350 F par tonne pouvait être réalisé, auquel viendrait s’ajouter une ristourne pour retard à l’exportation. De ce fait, un supplément de recette de l’ordre de 500 millions était loin d’être impossible permettant un dumping direct aussi bien qu’un dumping indirect en fournissant les matières premières aux ateliers de construction travaillant pour l’exportation à des prix inférieurs même à ceux de l’exportation21. » La question fit débat à l’intérieur même du groupe belge, les usines du groupe de la Société générale se montrant plus déterminées à résister que celles possédant des usines en France (Ougrée, Providence)22. En réalité le débat fut tranché par le groupe français lui-même qui obtint le soutien du gouvernement et put brandir la menace du contingentement. Le groupe belge se replia alors sur une position équivalente et réclama la réciprocité. Les négociations se prolongèrent jusqu’en mars 1932, date à laquelle les Français posèrent un véritable ultimatum aux Belges : soit on parvenait à un accord, soit les importations belges seraient contingentées. La position des Belges était d’autant plus délicate que le gouvernement se refusait à contingenter afin de ne pas mettre en péril les conventions commerciales existantes23. Les Français en profitaient pour exiger la possibilité d’introduire des demi-produits en Belgique (200 0001 par an selon la période de référence de 22 mois choisie, 1er janvier 1928-32 octobre 1929). Un compromis fut donc signé le 18 mars 1932 : les Belgo-luxembourgeois expédieraient sur le marché français à concurrence de 2,88 % de ses besoins, les Français 15,15 % des besoins de l’UEBL. L’équilibre de l’accord était jugé satisfaisant par les Belges qui pouvaient expédier en France des produits finis de plus grande valeur que les demi-produits expédiés par la France24. Les relations avec l’Allemagne évoluèrent de la même manière mais de façon moins formelle. Le gentleman’s agreement conclu à l’époque de la prospérité et basé sur le respect des marchés intérieurs respectifs des deux partenaires fut en effet maintenu mais difficilement respecté du fait des exportations des dissidents belges ou allemands comme de certains transformateurs. Au début de 1933 il apparaît que cet accord « n’est plus que nominal » mais le groupe belge élude le débat à un moment où l’EIA est proche de son renouvellement25. Le principe du respect des marchés intérieurs, entré en application en mars 1932, détermine l’évolution des négociations.

  • 26 PVCA EIA B, 25-3-1931 - 7-10-1931 - 9-12-1931 - 6-1-1932 - 20-1-1932 - 28-1-1932.
  • 27 Idem.
  • 28 PVCA EIA B, 10-5-1933.
  • 29 H. Rieben, op. cit., p. 238-240.

18Jusqu’en mars 1932, les négociations sont conduites selon deux axes : constitution de comptoirs et renouvellement d’une entente production cumulant intérieur et exportation. Durant cette période, les Belges tentent de marchander la clause du respect du marché intérieur contre l’obtention d’un quantum global satisfaisant : on parle de 13 % puis de 14,7 %. La difficulté d’aboutir est rendue d’autant plus grande qu’il est difficile d’élaborer des passerelles entre marché intérieur et exportation en fonction de l’évolution de l’un et de l’autre. Les Belges veulent un report massif de l’un à l’autre pour les pays à petit marché, plus limité pour les pays à grand marché afin de leur barrer la route à l’exportation26. À partir de mars 1932, l’absence d’élément de marchandage accentue la lutte ouverte à l’exportation. C’est au cours de cette période que les prix sont au plus bas. Dans ces conditions, l’organisation des comptoirs devient prioritaire et l’on scinde la négociation en deux catégories. Sur le plan national on organise des ententes production et des comptoirs intérieurs. Sur le plan international, seuls les comptoirs sont indispensables. Les négociations pour leur formation durent jusqu’en mai 1933. La nouvelle EIA repose sur deux données principales. D’une part le quota d’exportation réservé à chaque groupe, de l’autre la répartition du quota de base entre les six comptoirs de base. La première est réalisée le 25 février 1933, la seconde au début mai. L’industrie belge recueille les bénéfices des efforts réalisés en 1931-1932. Sur la base d’une revendication de 29,6 % à l’exportation (chiffres du 1er septembre 1932) elle obtient un quota échelonné entre 29,135 % pour une exportation globale de 6 000 000 t et 26 % pour 11 000 000 t et au-delà27. Avec un quota de 21,167 % à 17,638 % pour le Luxembourg la seconde EIA consacre la victoire relative des pays à petit marché et la reconnaissance de leur statut original. Toute référence à une gestion du marché par la production et à un retour possible à un marché plus homogène ne fut cependant pas exclue de l’organisation du nouveau cartel. D’une part l’organisation selon les quanta de production était à la base des ententes nationales. En outre, les négociateurs prévoyaient le retour à une gestion globale de la production à partir de 11 000 000 t d’exportations soit une prévision de 27 000 000 t de production28. En fait, si la réorganisation de 1933 apparaissait comme partielle et liée à un contexte grave de crise, elle ne devait pas être modifiée par la suite. L’évolution différentielle des marchés intérieurs à partir de 1934, la stagnation des marchés français et belges et la reprise du marché allemand conduisirent à geler la situation. L’entente ainsi réalisée au début de 1933 servit de base, outre à la constitution des six comptoirs majeurs, à la constitution ou au renouvellement des ententes feuillards et bandes à tubes, filmachine, tréfïleries, rails. Elle permit également des négociations avec l’Angleterre qui adhéra à l’EIA en mai 1935, sauvegardant ainsi pour une part le marché britannique aux demi-produits belges et français29.

19Les structures d’organisation de la nouvelle EIA ne furent pas sans influencer fortement les échanges métallurgiques franco-belges comme la stratégie des firmes.

  • 30 MAEF. RC 1918-1940 B 48- 2. sd 6. Note 14-1-1931. Archives CS, Comité permanent Socobelge, Note 28- (...)
  • 31 Jussiant, « L’équilibre aux différents stades de la production et le commerce extérieur des produit (...)
  • 32 Archives CS. Comité franco-belge. Réunion du 31-7-1933. PVCA OM, 28-9-1936.
  • 33 Voir notre article : « La sidérurgie belge durant l’entre-deux-guerres », p. 359 et suiv.

20Le climat des relations bilatérales se tendit en effet fortement entre les groupements métallurgiques des deux pays. Le groupe français tente en effet à plusieurs reprises de peser sur les approvisionnements et les coûts de la sidérurgie belge. En 1931, une politique de rétention du minerai de fer semble réapparaître soit pour l’attribution de nouvelles concessions, soit par la réglementation de l’exportation. Il en est de même pour les mitrailles en 1931 et au début de 1935. De même le gouvernement français envisage-t-il au début de 1933 la suppression de la bonification de 25 % dont bénéficiaient les exportateurs de minerai de fer lorrain vers l’UEBL. Ces menaces cessent pour la plupart avec le renouvellement des accords en mai 193330. Ainsi les complémentarités fondées sur les approvisionnements en matières premières ne sont pas rompues : elles évoluent selon les besoins. En revanche d’autres disparaissent quasiment. Les importations de fonte et d’aciers demi-finis, très importantes en Belgique en 1929 (312 0001 et 277 0001) et qui provenaient pour une grande part de France s’effondrent dès 1932 pour se limiter à 60 0001 et 37 000131. La sidérurgie belge évolue donc assez rapidement vers un équilibre aux différents stades de la production qui ne peut que s’accentuer à partir de 1933 avec la fermeture progressive du marché anglais (pour les demi-produits surtout). Cette évolution globale se retrouve au sein des firmes elles-mêmes. Ainsi pour Ougrée-Marihaye le groupe de la Chiers s’oriente-t-il vers l’auto-suffisance et cesse ses achats d’acier à l’extérieur du groupe, tandis que les usines de Rodange (Luxembourg) s’orientent vers une quasi totale indépendance industrielle à partir de 1935-193632. Au sein du groupe Ougrée, seuls les liens techniques (gestion technique centrée à Ougrée) et commerciaux pour l’exportation assurent l’unité de l’ensemble à la fin de la période de crise (1935-1936). Cette dissolution dans le cadre du marché annonce la dissociation des liens financiers que la réorganisation de l’ensemble du groupe en 1935 provoqua33.

21Notre conclusion est donc que les ententes métallurgiques des années trente s’intègrent dans le cloisonnement du marché ouest-européen amorcé avant 1930 mais fortement accentué à partir de 1932-1933. Elles ne constituent qu’un pis-aller rendant précaire l’existence des entreprises à base franco-belge ou multinationales. Entre les tentatives des années vingt et celles des années cinquante, elles constituent une période d’exception, d’anomalie fondamentale.

2. Autres ententes industrielles.

  • 34 J.-P. Daviet, Saint-Gobain, p. 762 et suiv.
  • 35 Ibid., p. 914 et suiv.
  • 36 F. Baudhuin, Histoire économique de la Belgique, p. 96.
  • 37 J.-P. Daviet, op. cit., p. 920-923.

22L’analyse de quelques ententes industrielles où intérêts belges et français étaient fortement engagés, voire s’interpénétraient largement, peut permettre d’esquisser une typologie des ententes et des stratégies d’entreprises. L’industrie de la glace et du verre, étudiée par J.-P. Daviet en constitue un bon exemple. L’interpénétration des intérêts y est ancienne et importante. Elle est marquée par l’implantation en France du groupe Boussois dominé par les intérêts belges. La convention des glaceries qui organise le marché depuis 1904 est dominé par les Franco-belges. Elle est reconnue par le traité de Versailles et remaniée puis renouvelée en 1921 et 192734. Le marché continental y est largement contrôlé par les Franco-belges qui gèrent de façon concertée leurs participations dans plusieurs pays européens. De même, l’introduction du procédé Libbey-Owens par le groupe Solvay sur le continent détermine, dans l’industrie du verre, des stratégies communes à Saint-Gobain et à Boussois (soutien au procédé Four-cault)35. La crise des années trente n’a pas remis en question cet équilibre général. Certes elle détermine des regroupements dans l’industrie belge, constitution de Glaver (glaces et verre) et des glaceries de la Sambre (autour de Saint-Roch)36. Mais les accords de 1927 continuent à fonctionner. Bien plus, la tendance au regroupement et à la rationalisation de la production conduit les entreprises, soucieuses de s’équilibrer et de se surveiller, à développer des stratégies transnationales. Boussois prend assez vite le contrôle de Glaver et tend, en 1936, à regrouper ses services commerciaux en France et en Belgique. De même, Saint-Gobain noue une communauté d’intérêt étroite avec le groupe Saint-Roch et les Glaceries de la Sambre37.

  • 38 MAEB. 2451 bis. Cristallerie du Val-Saint-Lambert au ministre, 20-5-1932. Accord du 23-12-1932.
  • 39 MAEB. 2451 bis. Gaiffier au ministre, 23-1-1932. CR des réunions du 30-1-1932.

23L’industrie du verre, beaucoup moins concentrée et organisée, est plus facilement l’objet de la menace de pressions gouvernementales. Ainsi pour les produits de la gobeleterie ; l’industrie française, menacée d’importations belges et d’Europe centrale à la suite de la fermeture du marché britannique exige une entente de prix puis obtient du gouvernement français le contingentement au début de 1932. Celui-ci fit l’objet d’accords entre producteurs européens en février puis décembre 1932 qui organisent l’importation en France sur la base du contingentement38. Le processus se renouvelle pour les verres spéciaux à la demande des Français qui souffrent des importations de commerçants belges en France en dépit d’accords entre industriels. Il est remarquable que Boussois, dans cette affaire, se comporte comme industriel français et soit partisan du contingentement39.

  • 40 MAEB. 2607 bis. Note sur le cartel du zinc (1937).
  • 41 MAEB. 2451 bis. Note pour le ministre, 10-11-1934.
  • 42 J.-P. Daviet, op. cit., p. 1156 et suiv. Archives CS, rapports Perot, 28-5-1934.

24À la différence des glaces et du verre l’industrie des produits azotés et des non-ferreux (en particulier ici le zinc) est beaucoup plus récente et moins organisée en France. L’industrie du zinc en France s’est développée en relations étroites avec l’industrie belge. Les principales implantations, Asturienne des mines, Vieille Montagne, Franco-belge de Mortagne sont les filiales d’entreprises belges. L’organisation internationale de cette industrie fut esquissée en 1928-1929 puis réalisée à Ostende en juillet 1931. Le fonctionnement du cartel se dégrade à partir de l’automne 1934 du fait du développement du procédé électrolyti-que outre-mer puis en Allemagne (à Magdebourg). Le cartel ne fut pas renouvelé à l’échéance de décembre 193440. Ces difficultés provoquent dès l’automne la demande d’une protection accrue de la part des usines françaises (importations canadiennes jugées abusives). Ici encore, les usines à capitaux belges se comportèrent comme des entreprises françaises et soutinrent la revendication protectionniste qui entravait les exportations de zinc brut belges sur le marché français. L’accord ne fut possible qu’au moyen d’une entente interne à la Belgique entre l’Union des usines à zinc qui ne disposait pas d’implantations en France et le groupe dirigé par la Vieille Montagne. En fait le niveau de protection établi devait permettre le maintien des exportations de zinc brut des usines belges vers leurs filiales françaises pour transformation41. Au contraire, les liens étroits qui unissaient groupes chimiques belges et français dans l’industrie de l’azote ne déterminèrent pas de communauté d’intérêt dans le cadre des ententes. Ici le groupe DEN (Allemagne, Angleterre, Norvège) constitué dès 1928 est élargi en 1930 (conférence d’Ostende) en un comptoir international de l’azote auquel participent Belges et Français. En fait dès 1931, le contingentement établi par la France sépare les destinées du marché français des usines belges qui, pour leurs exportations, sont rattachées au groupe DEN par l’accord du 7 juillet 193242. Ainsi, les axes industriels définis à la fin des années vingt autour des grands procédés entre la France et la Belgique ne déterminent pas de stratégies communes franco-belges en période de crise.

  • 43 L. Ballande, op. cit., p. 234-239.
  • 44 L. Ballande, op. cit., p. 237-238. MAEF. Bureau d’études Chauvel, 107, accord du 30-3-1932.
  • 45 L. Ballande, op. cit., p. 239-240.

25L’industrie lainière doit être mentionnée à part, en raison de son caractère exceptionnel. Elle résiste en effet à la pression protectionniste et tend à préserver le libre-échange et à rechercher l’intégration du marché européen. Ses principales options sont prises lors de la conférence lainière de Bâle en novembre 1931. Celle-ci aboutit à un accord de tarification visant à diminuer et unifier le taux de protection (de 2 % pour la laine brute à 10-12 % pour les tissus). Ces options sont défendues et citées en exemple par la conférence de Londres en 193343. En réalité, elle ne reçut qu’une application limitée dans l’accord lainier franco-belge du 30 mars 1932 élargi à la Hollande par la convention de Tilbourg le 8 avril 193244. Il est à noter que l’adhésion de l’Allemagne comme de l’Angleterre et de l’Italie fut recherchée par le groupe ainsi constitué qui chercha cependant à limiter le bénéfice de l’accord aux signataires par une exception à la clause de la nation la plus favorisée. À la suite d’une tentative de contingentement belge (été 1934), l’esprit de l’accord fut préservé par la convention lainière franco-belge du 15 octobre 193445.

26Ces analyses de cas nous permettent d’esquisser une typologie des ententes et du comportement des entreprises face à la crise des années trente. Les industries exportatrices et anciennement implantées sur les deux marchés (France et Belgique) tendent à s’organiser sans l’intervention des gouvernements. Certaines branches (laine) jouent la carte du libre-échange ou de l’intégration. D’autres, comme la sidérurgie, l’industrie des glaces, préservent des liens financiers, techniques, des organisations commerciales transnationales. Pour elles, cette période n’est qu’une parenthèse, l’intégration du marché reste possible à terme. En revanche, des industries naissantes, comme celle du zinc ou de l’azote en France, n’ont pu préserver ou faire croître les solidarités issues souvent des projets de la guerre et développées à la fin de la période de prospérité. Malgré les liens financiers et techniques, les groupes franco-belges de l’azote tendent plutôt à se dissocier.

27Ainsi les ententes des années trente, à la différence de celles des années vingt, tendent à fractionner le marché européen et, pour les groupes franco-belges, à dissocier le destin des entreprises. Cet affaiblissement des solidarités n’est pas toujours total ni irrémédiable. Pourtant, il est en contradiction très net avec le traitement relativement favorable offert par les autorités françaises aux produits belges sur le marché national et surtout avec la solidarité financière qui avait joué au profit des entreprises en 1930-1931, du gouvernement belge en 1932-1934. Dans cette perspective on doit se demander quelle fut, si elle exista un moment, la politique économique extérieure du gouvernement français face aux projets élaborés par le gouvernement belge durant toute cette période.

Notes

1 F. Braudel et E. Labrousse, Histoire économique et sociale de la France, t. 4, p. 791-792. A. Piettre, L’évolution des ententes industrielles en France depuis 1936, p. 7-11.

2 MAEB. 2607 bis. Gaiffïer à Hymans, 22-10-1931 (suite à une conversation Gaiffïer-Coulondre).

3 MAEB. 2607 bis. Gaiffïer à Hymans, 7-10-1931. Entretien avec le ministre d’Allemagne, 19-10-1931.

4 MAEB. 2607 bis. Entretien avec le ministre d’Allemagne 19-10-1931.

5 Ibid., Gaiffïer à Hymans, 7-10-1931.

6 Ibid., Conversation Hymans-Corbin, 6-10-1931. Note 2-12-1932.

7 L. Ballande. Les ententes économiques internationales, p. 364-365.

8 L. Bailande, ibid., p. 27.

9 Archives CS. Rapports Pérot, 27-4-1934.

10 MAEB. 2451 bis, Gaiffier au ministre, 16-6-1934.

11 Ibid. Réunions de Paris, 9 et 16 juillet 1931.

12 Archives CS. Rapports pour le Conseil de la Socobelge (23-1-1933).

13 MAEB. 2451 bis, Forges de la Providence à Van Langenhove, 4-6-1931.

14 CNCE, Communication Hannecart, 16-2-1933.

15 CNCE, PV 16-2-1933 - 5-3-1934.

16 G. Vanthemsche, De Belgische overheid en de kartels tijdens het interbellums - RBPH 1983, p. 851-894.

17 F. Braudel, E. Labrousse, op. cit., p. 792. MAEB. 2608 bis, Maskens à Jaspar, 27-6-1934.

18 MAEB. 2608 bis, Kerchove à Hymans, 10-1-1935.

19 H. Rieben, Des ententes de maîtres de forge au plan Schuman, p. 203.

20 PVCA EIAB, 24-9-1930.

21 PVCA EIA B, 18-3-1931.

22 PVCA EIA B, 15-10-1930.

23 PVCA EIA B, 16-3-1932.

24 PVCA EIA B, 13-4-1932.

25 PVCA EIA B, 15-10-1930 - 4-1-1933

26 PVCA EIA B, 25-3-1931 - 7-10-1931 - 9-12-1931 - 6-1-1932 - 20-1-1932 - 28-1-1932.

27 Idem.

28 PVCA EIA B, 10-5-1933.

29 H. Rieben, op. cit., p. 238-240.

30 MAEF. RC 1918-1940 B 48- 2. sd 6. Note 14-1-1931. Archives CS, Comité permanent Socobelge, Note 28-2-1931. PVCA EIA B, 1-7-1931 - 18-1-1933. PVCA GHF, 12-8-1931 -16-1-1935 - 6-2-1935 - 5-4-1933.

31 Jussiant, « L’équilibre aux différents stades de la production et le commerce extérieur des produits métallurgiques », Bulletin de l’Institut de recherches économiques de Louvain, n° 3, 1933-1934, p. 419.

32 Archives CS. Comité franco-belge. Réunion du 31-7-1933. PVCA OM, 28-9-1936.

33 Voir notre article : « La sidérurgie belge durant l’entre-deux-guerres », p. 359 et suiv.

34 J.-P. Daviet, Saint-Gobain, p. 762 et suiv.

35 Ibid., p. 914 et suiv.

36 F. Baudhuin, Histoire économique de la Belgique, p. 96.

37 J.-P. Daviet, op. cit., p. 920-923.

38 MAEB. 2451 bis. Cristallerie du Val-Saint-Lambert au ministre, 20-5-1932. Accord du 23-12-1932.

39 MAEB. 2451 bis. Gaiffier au ministre, 23-1-1932. CR des réunions du 30-1-1932.

40 MAEB. 2607 bis. Note sur le cartel du zinc (1937).

41 MAEB. 2451 bis. Note pour le ministre, 10-11-1934.

42 J.-P. Daviet, op. cit., p. 1156 et suiv. Archives CS, rapports Perot, 28-5-1934.

43 L. Ballande, op. cit., p. 234-239.

44 L. Ballande, op. cit., p. 237-238. MAEF. Bureau d’études Chauvel, 107, accord du 30-3-1932.

45 L. Ballande, op. cit., p. 239-240.

Table des illustrations

Titre Prix des barres laminées.
Légende (Cents US/livre)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/504/img-1.png
Fichier image/png, 8,5k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540