Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’argent du roi

 | 
Philippe Hamon

Première partie. Les finances royales ou la délicate gestion de la précarité

Chapitre premier

Le primat des dépenses

Texte intégral

  • 1 C’est ce que met en évidence P. Goubert quand, abordant les finances, il intitule ses deux premiers (...)

1En abordant les finances royales, on s’interroge : convient-il de commencer l’étude par les dépenses ou par les recettes ? Ouvrir sur les recettes, en reprenant l’ordre d’exposition des États généraux des finances du temps, conduit à mettre en évidence les limites vite atteintes des disponibilités financières et à aller contre la célèbre formule de François Ier, rapportée par un ambassadeur vénitien, selon laquelle le roi peut prélever sur ses sujets ce qui lui plaît. Priorité aux difficultés et aux blocages. Attaquer par les dépenses, au contraire, c’est vouloir mettre l’accent sur l’aspect dynamique, sur l’accroissement du rôle de la monarchie qui sécrète des besoins nouveaux. On observe alors comment les hommes au pouvoir tentent de faire face avec une efficacité maximale aux plus nombreux, ou du moins aux plus pressés, de ces besoins. Priorité au mouvement et aux capacités d’une structure étatique à financer l’urgence, une urgence qui est essentiellement guerrière. Par ailleurs, le comportement « nobiliaire », qui fait passer l’exigence de vivre selon son rang avant celle de vivre selon ses moyens comme un « bourgeois », donne lui aussi la priorité aux dépenses. Il n’y a pas ici une bonne et une mauvaise approche : la validité de chacune est évidente. Mais il faut se résoudre à choisir. Il m’a semblé préférable, contre la tradition comptable qui est bien souvent une illusion comptable, de donner la priorité chronologique aux dépenses, car ce sont elles qui, le plus souvent, se présentent en premier lieu aux gouvernants quand il est question de financement1.

  • 2 B.N. fr 2963 f° 161 (22-11-1521).

2Un exemple servira d’illustration : Anthoine de Lamet, ambassadeur près des Ligues suisses en 1521, doit lever rapidement des mercenaires dans le pays pour les envoyer en Milanais. Il lui faut de l’argent : tel est le constat initial. Or il n’en a pas. Il est hors de question d’attendre un envoi. Aussi Lamet annonce-t-il qu’il va emprunter sur place « jusques a douze mil escuz ou plus » pour lesquels il offrira sa garantie personnelle. Il demande au roi de « commander à messieurs les généraulx [des finances] de donner ordre à ce que l’on m’envoye yci led. argent que je auray empruncté »2. L’argent prélevé - ou à prélever - par la monarchie permettra ensuite de solder les engagements. Il est délicat de distinguer parmi les dépenses. Dans sa lettre, Lamet précise ainsi que l’argent à fournir par les finances royales servira non seulement pour la dépense militaire que représente la levée de troupes, mais aussi pour ses frais d’ambassadeur en Suisse et ce, bien sûr, sans fournir une ventilation précise. Il est vrai qu’il ignore combien d’argent lui sera envoyé…

3Le découpage retenu dans ce chapitre distingue successivement les dépenses de fonctionnement à l’intérieur du royaume, pour la cour et l’administration essentiellement, puis le fardeau des guerres et enfin les besoins de la diplomatie. C’est mettre incontestablement l’accent sur ce qui relève de la « politique extérieure », pour reprendre une vieille dichotomie. On jugera en conclusion de la pertinence de ce choix qui reflète pour une part l’état des sources, mais qui me paraît avoir une validité réelle et qui donne à l’action monarchique une orientation bien particulière.

I. Les coûts de fonctionnement interne

A. La cour

  • 3 La synthèse la plus récente sur la cour est celle de Jean-François Solnon, La Cour de France, Paris (...)
  • 4 Lestocquoy, Nonces 1541-1546, p. 113. Le nonce Capodiferro, dans cette lettre du 20/23-1-1542 évoqu (...)

4L’essor du phénomène curial en France à la Renaissance est bien connu, même s’il importe de prendre en considération les développements qui marquent en ce domaine les derniers siècles du Moyen Age, du moins lorsque les aléas de la vie politique le permettent3. Cet essor se traduit par une dépense importante, qui frappe même les Italiens, tel le nonce Capodiferro évoquant « il buttar’ grande che fa il Re ogni giorno »4. Dépenses au quotidien, dépenses exceptionnelles, dépenses pour l’entretien direct du roi et de sa famille ou dons aux courtisans, la variété des postes renvoie, sans la recouvrir, à la multiplicité des caisses qui sont concernées par ce secteur.

1. Les maisons royales

  • 5 Liste in Jacqueton, Documents, p. 162. Cela représente à cette date au moins 700 personnes, peut-êt (...)
  • 6 Solnon, op. cit., p. 46 : 540 officiers en 1523, 622 en 1535. Un comptage rapide sur un document de (...)
  • 7 La plupart des données utilisées pour cette synthèse proviennent de B.N. fr 17329 f° 82-84 v°.

5De nombreux services gravitent autour du souverain et, en règle générale, chacun d’eux dispose de son comptable propre. On peut distinguer une Maison civile (chambre aux deniers, écurie, vénerie et fauconnerie, officiers domestiques, chapelle…) et une Maison militaire (deux bandes de Cent Gentilshommes, Suisses de la garde, archers français et écossais5). L’effectif global est en progression, mais le règne de François Ier correspond cependant à une phase de relative accalmie entre les augmentations sensibles perceptibles sous Charles VIII et Louis XII, puis sous Henri II6. Le tableau ci-dessous illustre cette modération (sommes en lt)7 :

  • 8 Les données du règne soulignent la valeur des chiffres de l’année 1552 extraits de l’Histoire de Fr (...)
  • 9 Le cas des « menues affaires » qui passent de 6 186 lt en 1516 à 86 756 lt en 1545 est à part. Ce p (...)

6Avec une augmentation de 30 % en trente ans, le fastueux François surprend presque par sa réserve, en ce domaine tout au moins8. L’étude par poste montre que la progression d’ensemble dissimule une palette d’évolutions qui va de la stabilité quasi parfaite (Gentilshommes de l’Hôtel) à une croissance relativement marquée (officiers domestiques : + 48 % de 1516 à 1546)9. En utilisant les données du manuscrit français 4523, on peut même dégager une hausse supérieure, pour la vénerie et fauconnerie : la moyenne de 1542-1546 (57 988 lt/an) correspond à une augmentation de 71 % par rapport à celle de 1516-1520 (33 773 lt/an). La réputation de chasseur acharné de François Ier trouve ici un fondement chiffré. L’évolution chronologique, sur les trente-deux ans du règne, n’est évidemment pas régulière. Les séries chiffrées, comme celles de l’écurie et des officiers domestiques, mettent en évidence les réductions de dépenses lors de périodes critiques, la plus apparente étant celle des années vingt.

  • 10 Liste, avec dates de naissance, in Jacquart, François 1er, p. 53-54.

7Les autres maisons royales ont une incidence financière hautement conjoncturelle. François Ier se marie deux fois. Pendant les six années séparant la mort de Claude RNde l’union avec Éléonore, de 1524 à 1530, il n’y a plus de maison de la reine. Au fil des naissances (toutes du premier lit)10 et des décès (souvent prématurés : deux seulement des sept enfants survivent à leur père), le nombre des maisons varie considérablement au cours du règne. De plus, le personnel de chacune d’entre elles est lui-même fluctuant. Globalement les maisons de la famille royale suivent l’évolution observée pour le roi : augmentation des effectifs, mais dans une proportion modérée.

  • 11 B.N. fr 2940 f° 48 et Doucet, État général, p. 88.
  • 12 B.N. fr 17329 f° 85. Pour 1532, B.N. fr 15628 donne un total de 208 400 lt comme dépenses pesant su (...)

8Le coût de la maison de la reine Claude est mal connu : deux états de prévision, pour 1518 et 1523, estiment sa dépense à 145 000 et 165 000 lt 11. On dispose de renseignements plus nombreux pour Éléonore. En incluant son argenterie, ses dépenses atteignent 211 000 lt en 1531 et 215 000 en 1532. A la fin du règne, elles ont légèrement décru : 160 000 lt en 1545 et 190 000 lt en 154612. La seconde reine est donc une charge un peu plus lourde pour le Trésor que la première. Ceci est sans doute renforcé par la nécessité de recréer une maison de toutes pièces en 1530. Par ailleurs, c’était la Bretagne qui prenait en charge une part importante des dépenses de Claude, sa duchesse (113 000 lt sur les 165 000 de 1523), ce qui n’est plus le cas pour Éléonore.

  • 13 B.N. fr 17329 f° 85 et fr 15629 (total des deniers tirés des coffres de l’Épargne).

9Pour les enfants, l’accroissement est sensible et progressif jusqu’au début des années 1530, en lien avec l’augmentation des effectifs. Louise, seule concernée en 1516, coûte 19 064 lt. Les cinq enfants représentent en 1533 une dépense de 229 937 lt 13. Ensuite se dessine un net décrochage. Mais l’évolution des dernières années du règne est faussée par l’absence de données concernant le dauphin Henri. Tire-t-il à son tour une part notable de ses ressources de ses possessions propres et de la Bretagne en particulier ?

  • 14 Lefranc et Boulenger, Comptes de Louise de Savoie et Marguerite d’Angoulême, fournit seulement l’ét (...)
  • 15 Sur les problèmes financiers posés par Marie sous François Ier, voir Knecht, Francis I, p. 38 et 18 (...)

10D’autres maisons royales méritent au moins une allusion. Celle de Renée, la cadette de Claude, inscrite pour 24 000 lt en 1518 et 1523. Celle des Angou-lême, la mère et la sœur du roi14, la première grevant beaucoup plus lourdement le Trésor : on aura l’occasion de la retrouver. Remarquons seulement que la disparition de Louise de Savoie en 1531 a pu faciliter, au moins sur le plan comptable, l’essor d’une nouvelle maison de la reine. Enfin, même s’il ne s’agit pas véritablement d’une maison, il faut évoquer la « reine galante » Marie, douairière de France depuis le décès de Louis XII, qui perçoit effectivement son douaire jusqu’à sa mort (1533)15.

  • 16 Avec les recettes comme réfèrent (en base 100), on obtient, pour les dépenses dont les montants son (...)

11Bien qu’elle ait été intégrée dans l’évaluation des diverses maisons, la spécificité de l’argenterie incite à une brève mise au point. Les données détaillées dont on dispose pour le règne correspondent à la recette de ce service. Une mise en parallèle avec les quelques chiffres disponibles pour les dépenses montre que, malgré une certaine marge, les données des recettes se situent dans une fourchette tout à fait recevable par rapport aux dépenses réelles. C’est très logiquement à l’occasion des guerres que ces dernières sont inférieures aux recettes allouées initialement16. Se produisent en effet alors des détournements d’affectation des fonds.

  • 17 C’est peut-être 1515 qui a le chiffre le plus élevé, mais on ne dispose que du total d’une demie an (...)
  • 18 C.A.F., t. II n° 7094 (5-6-1534).
  • 19 La vaisselle royale peut aussi servir de garantie pour les prêteurs. En 1523, Semblançay avance des (...)

12Comparée aux autres départements de la maison du roi, l’argenterie présente un profil atypique et très contrasté. Les sommes les plus importantes sont maniées au début du règne, avec le record de 243 107 lt en 152117. Ce phénomène se retrouve dans un acte concernant Jehan Testu, argentier du roi jusqu’en 1521 précisément, qui affirme avoir fait des paiements pour 340 971 lt outre l’ordinaire de sa charge18. A côté d’une moyenne de 143 590 lt pour la période 1515-1521, la fin du règne fait pâle figure : moyenne de 42 122 lt pour 1532-1538 et de 61 341 lt pour 1539-1545. Il est vrai que l’argenterie n’apparaît pas comme un simple poste de dépense, d’où sa place à part. Certes, comme les autres services, elle assure dans la maison du roi une fonction de consommation et de redistribution par le biais de dons. Mais elle est aussi le lieu d’une accumulation de métal précieux. Cette thésaurisation en fait une caisse de réserve pour la monarchie. Les objets précieux rassemblés partent assez aisément à la fonte si le besoin s’en fait sentir. On reconstitue les stocks une fois l’orage passé19. Malgré les destructions, l’argenterie royale abrite toujours une quantité appréciable de pièces de grande valeur que le roi se plaît à collectionner. Ceci permet à ce département d’assurer une troisième fonction, celle de l’ostentation des richesses. La vaisselle précieuse sert à accueillir comme il convient les hôtes de choix mais peut aussi être exposée au public après une réception. Ces objets de luxe participent donc à leur façon aux spectacles du pouvoir.

2. Les spectacles du pouvoir

  • 20 Spont, Semblançav, p. 135 note 7 et p. 150 note 4.
  • 21 Ibid., p. 156 note 2 ; B.N. fr 3031 f° 59 (1-5-1527).
  • 22 Ibid., p. 118 note 2 (Morelet de Museau commis aux frais en 1515) ; B.N. fr 10392 (Nicolas Le Jay c (...)
  • 23 A.N. KK 94, chambre aux deniers, compte particulier du banquet, après le compte ordinaire de 1519 ; (...)
  • 24 Tommaseo, Relations, p. 402.

13Ce regroupement thématique, qui n’a pas de répondant comptable à l’époque, est handicapé par le caractère extrêmement lacunaire et dispersé des sources utilisables. Il faut donc se résigner à jauger de façon très impressionniste le coût des manifestations les plus apparentes de la gloire du souverain, les cérémonies et les châteaux. Les événements marquants de la vie de la famille royale donnent tous lieu à des manifestations solennelles, dont la comptabilité est souvent confiée par commission à un responsable particulier. On connaît ainsi les frais de la gésine de Charlotte de France (5 258 lt en 1517), ou ceux des couches et du baptême (associé à un tournoi) du dauphin François en 1518 (18 647 lt)20. Nos meilleures sources concernent les obsèques, dont la publicité est plus grande encore. Si celles de la princesse Louise en 1518 restent modestes (1 675 lt), les funérailles de la reine Claude en 1524 auraient coûté 20 000 lt 21. Les obsèques de Louis XII représentent une dépense de 59 202 lt et celles de François Ier de 165 438 lt 22. Les données manquent cruellement pour les entrées royales ou les fêtes de la cour. Un banquet à Cognac au début de 1520 entraîne une dépense de 2 740 lt ; le maître de la chambre aux deniers verse 4 404 lt pour les festins donnés pour les fiançailles et le mariage de Madeleine de France avec le roi d’Ecosse en 1536-153723. Pour une évaluation globale des fêtes, seul Garnier avance pour 1552 le chiffre de 200 000 lt 24.

  • 25 Tommaseo. Relations, p. 101 (rapport de 1535).
  • 26 Laborde, Comptes des bâtiments du roi, vol. I, passim.
  • 27 Chatenet, Coût des travaux, p. 117. Rappelons, à titre de comparaison, que c’est au temps d’Henri V (...)
  • 28 Spont, Semblançay, p. 145, parle de travaux à Amboise en 1518-1520 qui auraient atteint 227 797 lt (...)

14Les grandes constructions royales relèvent aussi des spectacles du pouvoir, quelles qu’elles soient. Pour autant, à la suite de l’ambassadeur vénitien Marino Giustiniano, qui distingue en 1535 deux catégories, il est possible d’évaluer d’une part, l’argent que la monarchie consacre à ses « bâtiments privés » - qui nous retiennent ici -, c’est-à-dire avant tout aux châteaux, et d’autre part, celui qu’elle réserve aux « édifices publics », c’est-à-dire aux constructions édilitaires25. Les comptes édités par Laborde font apparaître une dépense de 1,44 million de lt pour les châteaux de la région parisienne (sans le Louvre et Folembray) entre 1528 et 1550, soit 61 000 lt en moyenne chaque année, avec une nette accélération : 52 800 lt annuelles pour 1528-1540 et 76 250 lt pour 1541-155026. Prenant en compte l’ensemble des constructions, en particulier en ajoutant Chambord, Monique Chatenet parvient à une estimation de 75 000 lt par an durant la première période, et 105 000 lt durant la seconde27. On se situe ici nettement au-dessus des rares évaluations contemporaines, celle de Giustiniano en 1535, avec 25 000 écus (soit 56 250 lt) ou celle de Garnier en 1552 (35 000 lt). Pour le début du règne en revanche, les données utilisables font défaut28.

3. « Pensions et dons » : une grande diversité

  • 29 Un écho jusque dans l’Heptaméron, lorsqu’à la dix-septième nouvelle, le comte Guillaume de Fiirsten (...)
  • 30 Arbitraire qui éclate par exemple dans le cas de la pension versée à Maximilien Sforza à la suite d (...)

15Le problème est ici inversé par rapport au paragraphe précédent : il s’agit de postes présents dans les comptes du temps, mais leur nature composite, voire énigmatique, rend délicat de les intégrer ici plutôt que là. Une part très appréciable de l’argent concerné est certes destinée aux « courtisans », mais les dons et pensions récompensent aussi un travail administratif, chez certains officiers de finance en particulier, une activité militaire, pour les capitaines étrangers par exemple, ou un engagement diplomatique en Italie ou en Allemagne, sans parler des « vacataires » rémunérés pour une opération ponctuelle au service de la monarchie. C’est dire l’importance de l’enjeu que représente ce secteur29. Distinguer au cas par cas dépasse mon propos et n’aurait d’ailleurs pas grand sens : dans quelle « case » ranger un grand seigneur italien présent à la cour, capitaine d’une compagnie d’ordonnance et impliqué dans le jeu politique de la péninsule ? Le plus efficace me semble donc de traiter globalement de ce secteur au sein du phénomène curial, en ayant conscience de l’arbitraire de ce choix30.

  • 31 La signification exacte des dénominations précises des deux séries, faute de renseignements complém (...)

16Il est possible de regrouper en un ensemble relativement cohérent les données concernant les pensions (sommes en lt, tableau page suivante)31.

17On remarque d’énormes différences : d’une année sur l’autre les pensions peuvent varier du simple au triple comme entre 1518 et 1519. La possibilité, pour trois années (1515, 1516 et 1518), de croiser deux types de sources permet de constater qu’elles fournissent des chiffres équivalents et donne toute sa force à l’observation des écarts. Cette fluidité des pensions explique sans doute pourquoi deux estimations de 1537 peuvent être très éloignées.

  • 32 Tommaseo, Relations, p. 195 ; Clamageran, Impôt, t. II p. 104.
  • 33 Voir les arriérés de pensions portant essentiellement sur 1521-1522 dans Doucet, État général, p. 8 (...)

18L’une parle 600 000 lt, l’autre de 1,35 million de lt 32 ! Les gonflements de 1517-1518 et de 1546 sont révélateurs. Il s’agit de deux périodes de retour à la paix. Durant les guerres, les arriérés de pensions se sont accumulés, ainsi qu’on le constate en 152333, et il convient de rattraper un peu du retard pris. On s’y essaie aussi en 1532 pour certains grands seigneurs, d’après les comptes de l’Epargne du manuscrit français 15628. Mais il est probablement impossible à la monarchie de verser tout ce qu’elle promet : en 1523, sans parler des arriérés, ce sont 235 000 lt de pensions qui ne trouvent même pas d’assignation dans l’État prévisionnel !

  • 34 B.N. fr 4523 f° 36.
  • 35 Spont, Semblançay, p. 141, note 2.
  • 36 Un exemple d’accord entre un grenetier (F. Le Pelletier à Dreux) et une donataire (duchesse de Nemo (...)
  • 37 Spont, Semblançay, p. 196 note 1.

19Les dons et récompenses constituent pour leur part une catégorie un peu mystérieuse. Cela tient tout d’abord à l’ambiguïté de l’expression. Elle peut en effet prendre des significations fort éloignées de celle qui vient spontanément à l’esprit. Ainsi, présentant pour le règne d’Henri II une série de chiffres concernant les « dons, présents, récompenses et bienfaictz », le scribe ajoute : « non comprins les dons faictz par chacune foire de l’an au lieu d’intérest aux bancquiers de Lyon »34. Si la précision s’impose, c’est sans doute parce que la confusion est fréquente entre les divers types de dons. Aussi, sans parler du petit nombre de chiffres disponibles, est-il bien difficile de donner une estimation des « véritables » dons. François Giustiniano parle de trois cent mille lt en 1537 pour les dons et les exemptions sur le sel. Une part appréciable d’entre eux est prélevée directement sur les recettes, sans que l’argent passe par l’administration centrale, ce qui complique encore les choses. Le domaine royal semble avoir toujours particulièrement servi à alimenter les dons, comme d’ailleurs les pensions. Il est particulièrement grevé puisqu’en 1518, sur 331 398 lt de recettes prévues, 92 716 lt, soit 28 %, passent en dons35. Pour autant, il n’a pas le monopole de cette pratique36. L’énumération de ce que François Ier, en bon fils, a cédé à Louise de Savoie, le montre bien. La reine-mère dispose en effet en 1523 des revenus de six greniers à sel (Bourbon-Lancy, Saint-Pierre-le-Moutier, Cosne, Angers, Saumur et Le Mans), de la crue du sel des Ponts-de-Cé, des aides et équivalents d’Angoumois, de Saumur, du Maine et d’Anjou, de l’équivalent de Gien, des traites des vins d’Anjou et de Thouars et de l’imposition foraine d’Anjou, sans parler justement de ce qu’elle tire du domaine37.

  • 38 Sur les Nevers voir Crouzet (Denis), « Recherches sur la crise de l’aristocratie en France au xvie (...)
  • 39 C.A.F., t. I n° 40, 1343, 3642, 3950 ; t. II n° 4926, 5945-5946, 6165 ; t. III n° 9684-9685 ; t. IV (...)
  • 40 Ce caractère annuel se retrouve même pour Anne de France, duchesse de Bourbonnais : C.A.F., t. V n° (...)
  • 41 Doucet, État général, p. 69. Clamageran, Impôt, t. I p. 105 donne le chiffre de 6 000 lt pour les g (...)

20Un cas moins exceptionnel que celui de Madame, mais bien documenté, est celui des Clèves-Nevers38. Ils jouissent de profits importants sur le sel. Au plus fort des largesses royales, la famille perçoit les revenus de sept greniers et de quatre chambres à sel39. Les dons sont annuels et leur caractère renouvelable vise certainement à entretenir une forme de dépendance de la part des bénéficiaires40. Ils portent sur des sommes appréciables puisque les seuls greniers de Nevers, Saint-Saulge et Clamecy sont estimés à 3 570 lt de rapport en 152341. Remarquable est aussi le fait que la seule occasion où le don aux Clèves-Nevers soit partiellement remis en cause, en 1525, concerne non une récupération par le roi, mais un partage avec Lautrec.

  • 42 Bodin, République, p. 905-906 : il précise que le roi sait faire « choix de ceux qui méritent » ; W (...)
  • 43 Leslocquoy, Nonces 1535-1540, p. 30 (12-4-1535). Les principaux bénéficiaires des largesses royales (...)

21L’ampleur des sommes en jeu et le flou qui les entoure parfois font des dons et pensions un thème financier explosif. Le propre du bon roi est de les contenir dans des proportions raisonnables, ce dont Bodin loue François Ier, voire de les réduire notablement, comme le fait Louis XII selon le portrait bien conforme à la tradition que présente de lui Martin Wolfe42. Si le roi, en effet, se doit de donner, il lui faut réserver ses largesses, affïrme-t-on souvent, à ce qui vient du sien, et non de l’impôt. Dans les faits, les chiffres les plus imposants ne paraissent pas déplacés, y compris dans des cercles bien informés : le chancelier Duprat montre en 1535 au nonce Carpi un document qui évalue à « 13 millions d’or » les dons royaux, probablement depuis le début du règne de François Ier43. En millions de livres tournois, et en incluant une partie des pensions, cela n’a rien d’invraisemblable (650 000 lt/an en moyenne). Mais si, comme il semble, il s’agit d’écus d’or, ce qui ferait, selon la valeur choisie (40 ou 45 st/écu), de 26 à 30 millions de lt, la signification essentiellement polémique du chiffre apparaît claire.

  • 44 Pour les constructions, un chiffre de 80 000 lt annuelles paraît réaliste. Le complément de dépense (...)

22Il faut, malgré Duprat, essayer de fournir une estimation grossière du poids de la cour sous François Ier, à partir des données sur les maisons royales et les pensions, en majorant l’ensemble de quelque 200 000 lt, avant tout pour les cérémonies exceptionnelles et les constructions44. On obtient alors les chiffres suivants, sans attacher trop d’importance à une illusoire précision :

vers 1516 : 1 523 000 lt ;

vers 1531-1532 : 1 636 000 lt ;

vers 1546 : 2 067 000 lt.

  • 45 Voir tableau pour la période 1598-1653 in Bayard, Financiers, p. 35. Le pourcentage augmente consid (...)

23Reste à dégager la part des dépenses globales de la monarchie que cela représente. Or il n’existe pas de données solides pour les dépenses, mais seulement pour les recettes. En comparant avec les chiffres disponibles les plus proches (1514 pour 1516, 1532 pour 1531-32, 1547 pour 1546), on constate que ces dépenses se situent toujours à un niveau équivalent, respectivement 30,4 %, 29,7 % et 28,7 %. Même si ce qui relève de la cour au sens strict est inférieur à ce montant, il n’en reste pas moins qu’une part des fonds utilisés ici provient à l’évidence d’un détournement des impôts accordés initialement pour la défense du royaume. Ce petit tiers est légèrement supérieur aux pourcentages solidement étayés du règne d’Henri IV calculés par Françoise Bayard (à l’exception de 1599 et 1601)45. Il faut insister sur le fait qu’il s’agit ici de calculs portant uniquement sur des périodes de paix. Il est certain qu’en cas de guerre ce pourcentage doit sérieusement s’amoindrir, même si la chute est probablement moins marquée qu’au cours de la période 1635-1653.

  • 46 Un exemple entre mille : Paris aurait déboursé dix mille lt pour l’entrée du roi d’Ecosse en 1537 : (...)

24Cette cour souvent nomade est donc coûteuse, à l’aune des réalités du temps. L’importance de ses ressources propres permet-elle de la rendre mieux acceptable par les villes et les régions qu’elle traverse ? Il serait de toute façon bien difficile de trouver localement de quoi la faire fonctionner. Mais malgré tout, chaque fois que cela est possible, on fait supporter une partie des frais par les collectivités d’accueil46. C’est aussi le prix à payer pour approcher le Roi Très Chrétien et les siens…

B. Administration et édilité

1. Le personnel : le poids de la justice

  • 47 Tommaseo, Relations, p. 303.
  • 48 En 1532, les secrétaires des finances perçoivent 8 550 lt, les autres secrétaires du roi devant se (...)
  • 49 Tommaseo, Relations, p. 195.
  • 50 Doucet, État général, p. 84-87.
  • 51 B.N. fr 2940 f° 48.

25Il ne s’agit ici que de certains des agents de la monarchie. En effet des catégories importantes sont ventilées ailleurs : le personnel de gouvernement, et avec lui une partie de la haute administration, a été pris en compte avec la cour. Quant aux hommes de guerre et aux diplomates, leur tour n’est pas encore venu. Restent la masse des agents administratifs, c’est-à-dire en fait les suppôts de l’État de justice et de finance. L’ambassadeur vénitien Cavalli risque en 1546 une estimation : « Les traitements et les salaires des juges et des employés de tout le royaume coûtent 300 000 écus » (soit 675 000 lt)47. Même parmi ceux-ci une sélection s’impose. Beaucoup d’agents locaux prélèvent leurs gages sur place et un nombre important d’officiers de finance se paie directement sur les fonds maniés, avant qu’ils n’atteignent les coffres royaux. Malgré cela, certains, comme les secrétaires signant en finance, émargent aux dépenses centrales, tout comme des titulaires de commissions financières48. Après avoir mentionné pour mémoire les gardes des forêts et le grand maître des Eaux et Forêts (6 337 lt + 2 000 lt en 1532), on parvient enfin au poste essentiel, celui des cours souveraines. François Giustiniano évoque en 1537 une dépense de 400 000 lt pour l’ensemble des officiers de justice du royaume49, mais, au niveau central, seules figurent ces cours de haut rang. Encore faut-il être prudent car, sous l’étiquette « cours souveraines pour la justice du royaume », l’État général de 1523 fait figurer le conservateur de l’équivalent et le visiteur des gabelles de Languedoc, tout comme le gouverneur du Dauphiné et le grand sénéchal de Provence. Aussi le montant total des dépenses prévues pour ces cours doit-il être réduit de 220 067 lt comme le laissait croire le montant total du chapitre, à 208 150 lt 50. C’est un peu plus que les 187 582 lt que l’État prévisionnel pour 1518 leur attribuait51. A partir de données extraites du manuscrit français 17329 (f° 89-90 v°), qui ne portent malheureusement que sur une partie de ces tribunaux, on remarque une nette croissance de la dépense :

– pour les quatre principaux Parlements (Paris, Rouen, Bordeaux et Toulouse) :

– pour ces quatre Parlements plus cinq autres cours (Parlement de Grenoble, Chambres des comptes de Paris et Grenoble, Cour des aides de Paris, Grand Conseil) aux mêmes dates :

26L’inégale répartition de la hausse de part et d’autre du milieu du règne est particulièrement frappante. En fait, pour la première période, les augmentations sont vraisemblablement acquises dès 1523. L’Etat général, pour ces mêmes cours, indique en effet des dépenses ordonnancées presque rigoureusement identiques aux dépenses réelles de 1531 (114 031 lt pour les quatre Parlements et 169 164 lt pour l’ensemble). La forte croissance d’ensemble illustre un phénomène bien connu du règne, celui des créations d’offices. Mais une partie du montant des gages versés peut correspondre à des augmentations de salaire allouées par le roi. Cette hausse semble se ralentir au début du règne d’Henri II : en 1552, d’après Garnier, nos quatre Parlements coûtent 204 000 lt. Le taux de croissance annuel de 1546-1552, 1,8 %, retrouve exactement le rythme (un peu trompeur on l’a vu) de 1515-1531, alors qu’il était de 6 % entre 1531 et 1546.

2. Des dépenses d’« utilité publique » ?

  • 52 B.N. fr 4525 f° 95, qui fournit l’effectif global et chiffre la dépense à 52 920 lt. Cette source e (...)

27En assurant le fonctionnement de la justice, la monarchie remplit sans doute aux yeux des sujets un service essentiel. Plus chichement, elle est aussi présente sur d’autres terrains. Tout d’abord celui, étroitement lié, du maintien de l’ordre. Pour l’ensemble du royaume, le personnel de la Prévôté des maréchaux atteint 390 personnes vers 1520. La densité du réseau est donc dérisoire : les bailliages de Chartres et Mantes, avec les comtés d’Étampes et de Montfort-l’Amaury, disposent ainsi en 1535 d’un lieutenant et de six archers52

  • 53 Ses dépenses sont à la fois faibles et irrégulières : 2 025 lt en 1516, 22 164 lt en 1531 et 8 6061 (...)

28Ce sont probablement les dépenses d’édilité publique qui apparaissent ensuite comme les plus nettes. Les édifices publics, distingués par Marino Giustiniano des bâtiments privés, constitueraient une dépense équivalente à celle de ces derniers, soit 25 000 écus vers 1535. Il ne s’agit pas ici des travaux de fortification, mais de l’édilité civile. Elle concerne des bâtiments administratifs ou des ponts. Le payeur des œuvres du roi en est comptable, sous le contrôle des trésoriers de France53. Mentionnons encore des turcies (ou levées) sur certains cours d’eau, la Loire en particulier. L’entretien est souvent approximatif et le financement aléatoire comme en témoigne le cri d’alarme de Jehan Grolier, trésorier de France en Outre-Seine : il manque de fonds pour

  • 54 A.N. J 967, 78 [6-4-(1538)]. Dès 1525 la Chambre des comptes souhaite qu’on active la recherche des (...)

« entreprendre les réparations tres nécessaires à fair aux pontz Sainct Cloud, Charenton, Sainct Mor et Corbeil qui sont les principalles advenues et entrées de cested. ville [de Paris] et lesquelz en partie sont en éminent péril comme le contiennent plusieurs visitacions et rapportz que les maistres des euvres [du roi] m’en ont baillez »54.

  • 55 Bon exemple de l’édilité prise en charge par la municipalité parisienne (défense, embellissements, (...)
  • 56 Deux exemples : affranchissement d’impôts à Tarascon à condition de commencer avant deux ans des tr (...)
  • 57 Permission d’une levée de 10 000 lt en 1537 sur l’élection de Laval pour canaliser la Mayenne entre (...)
  • 58 Présentation sommaire et références : Knecht, Francis I, p. 324-325 pour Le Havre et p. 368 note 26 (...)
  • 59 Ainsi figurent dans l’État général de 1518 3 500 lt pour les ouvriers de drap de soie de Tours : B. (...)

29Les ambitions royales concernant les grands chantiers sont, il est vrai, limitées. Il faudrait cependant savoir si l’Etat ne prend pas parfois en charge localement les dépenses, sans que le niveau central des finances en garde trace. Mais les travaux publics restent le plus souvent l’affaire des collectivités locales, qu’il s’agisse d’utilité bien comprise ou de vanité de clocher55. Pour les aider, la monarchie concède parfois des dégrèvements fiscaux56. Mais le plus souvent le roi se contente de leur permettre la levée d’impositions exceptionnelles57 Il n’y a guère que pour la création du Havre-de-Grâce que la monarchie y va de ses deniers. Même Vitry-en-Perthois, en passe de devenir Vitry-le-François, doit se contenter pour sa reconstruction de privilèges fiscaux, d’ailleurs appréciables58. Le soutien financier aux activités économiques est également très modeste. Sur le plan législatif, des décisions importantes sont prises, en particulier pour les douanes. Mais, en dehors des « industries d’armement », le seul secteur à bénéficier d’un soutien direct est celui des industries de luxe, à l’image de la soierie tourangelle59.

  • 60 B.N. fr 20502 f° 87 et fr 4523 f° 32 v° -33.
  • 61 Knecht, Francis I, p. 271.

30Dernier domaine auquel s’applique la notion d’utilité publique : la culture, en particulier l’éducation. Il ne s’agit guère ici que de quelques milliers de livres, une goutte d’eau dans la mer des dépenses. Ce sont les fonds alloués aux lecteurs royaux : 2 710 lt en 1532 pour ceux de « grec, hébraïc et sciences mathématiques, comprins maistre André Alciat » et 5 400 lt pour tout le « collège de France » au début du règne d’Henri II. D’après la même source, on verse alors 1 375 lt de bourses pour des « écoliers »60. Enfin, dernier exemple de contribution à l’équipement culturel, les 1 200 écus dépensés par Fondulo de Crémone pour acquérir en Italie une soixantaine de manuscrits rendus ensuite accessibles aux chercheurs61. Ainsi, modestement, la monarchie participe à l’enrichissement des savoirs d’une étroite minorité.

31En définitive, ce sont donc quelques centaines de milliers de livres qu’il convient d’ajouter aux frais de la cour calculés plus haut. Peut-être moins de trois cent mille en 1515 ; sans doute près de cinq cent mille en 1547. Les tribunaux s’adjugent la part du lion : deux tiers à trois quarts de l’ensemble paraît pour eux une estimation raisonnable. On a ainsi fait le tour des dépenses civiles ordinaires telles qu’on peut les découvrir au détour d’une ordonnance royale, énumérées selon une logique qui nous est étrangère, et étroitement imbriquées avec les charges militaires :

  • 62 O.R.F., t. VII n° 637 p. 61-62 (4-9-1533).

« gaiges, souldes et entretenement des gens de guerre de noz ordonnances establiz pour la thuicion et défense de nostredit royaume ; estatz et entretenement des cappitaines des places fortes et frontières d’icellui ; souldes des mortespayes establiz pour la garde et seurté d’icelles places ; payement de nos cours souveraines ; gaiges des officiers ordinaires de noste maison ; bende de deux cens gentilzhommes de nostredict hostel ; de noz gardes ; chambre aux deniers ; escuerye ; argenterie ; train de nostre artillerie (…) ; achapt de pouldres et salpestres ; pendons et estatz des princes et seigneurs de nostre sang et autres nobles personnaiges servant a noz affaires, au bien de nous et de la chose publique de nostre royaume ; estatz et entretenement des maisons de nous et de nostre treschere et tresa-mée compaigne la royne et de noz treschers et tresamez enfans ; dons, voyages, ambassades »62.

  • 63 B.N. fr 3048 f° 131 (12-3-1528 ou 1529).

32Ces dépenses ordinaires sont en théorie des dépenses privilégiées qui doivent être acquittées en priorité. Ce n’est pas toujours le cas. Duprat se plaint que « si chacung vient se payer ainsi que l’argent arrivera », les cours de justice et une partie de la gendarmerie resteront en attente « qui sont toutes choses tant privilégiées qu’il n’est possible »63. Ce non-respect peut s’expliquer par des pesanteurs administratives ou par le recours à la faveur et aux passe-droits. Mais il provient avant tout du gauchissement des priorités entraîné par les guerres.

II. Les besoins militaires : une charge écrasante

  • 64 L’exception, ce peut être par exemple les « gentils-hommes » qui demandent au roi de leur « donner (...)
  • 65 La création des compagnies d’ordonnance à la fin du règne de Charles VII correspond à un tri parmi (...)
  • 66 Cette notion, retenue ici par commodité, pose en fait, dès qu’on s’y attarde, bien des problèmes po (...)

33Le règne de François Ier compte cinq épisodes guerriers d’inégale longueur : la campagne de 1515 avec la victoire de Marignan et la reconquête du Milanais, la période 1521-1525 marquée par la perte du Milanais, la première invasion de la Provence et la défaite de Pavie, l’échec du retour italien de 1527-1529, la prise de contrôle de la Savoie et du Piémont et la seconde invasion de la Provence en 1536-1537 et enfin les campagnes de 1542-1546 dont l’épisode essentiel est l’échec de l’invasion anglo-impériale de 1544. On se bat aux frontières ou en Italie durant la moitié du règne, ce qui n’a rien d’exceptionnel pour l’époque. Au premier constat, celui de l’importance du phénomène guerrier, il faut en associer un second : l’existence depuis le XVe siècle de troupes permanentes, pour l’entretien desquelles a été mis sur pied un système d’impôt lui aussi permanent. Sauf exception en effet, il faut solder les combattants64. Même s’il est toujours considéré comme « extraordinaire » par les juristes ou les populations, ce prélèvement assure - entre autres - la subsistance des troupes de l’Ordinaire des guerres, essentiellement les compagnies d’ordonnance65. On peut ici assimiler « ordinaire » et « permanent ». Lors des conflits, c’est au tour de ce que l’on nomme l’Extraordinaire des guerres de prendre son envol, à cause du recrutement massif de troupes mercenaires66, cavaliers, mais surtout fantassins. Dans le même temps, les effectifs des compagnies d’ordonnance sont eux aussi accrus. La division entre Ordinaire et Extraordinaire est fondamentale : elle marque les mentalités et, très concrètement, les pratiques administratives et la comptabilité.

A. Payer les troupes

1. Les règles de paiement

a. Les montres

  • 67 Voici l’exemple de 239 hommes de guerre à pied « de la nation de basques », présents au camp devant (...)
  • 68 B.N. fr 4523 f° 48. Ils produisent deux séries de rôles de montre, sur papier puis sur parchemin. U (...)
  • 69 B.N. fr 2933 fos 1 à 17. En incluant les 40 lt par montre des clercs payant les compagnies des prév (...)
  • 70 B.N. fr 23916 f° 2 et sq. En quatre mois, de mars à juin, Prévost débourse ainsi 3 252 lt.

34Le rythme des paiements et des contrôles dans le cadre des « montres » diffère pour l’Ordinaire et l’Extraordinaire. Les compagnies d’ordonnance ont des échéances trimestrielles (on parle de « quartier ») alors que les divers types de fantassins mercenaires, Suisses, lansquenets ou aventuriers français, sont réglés au mois67. Les montres sont effectuées par les commissaires des guerres, qui relèvent des maréchaux et du connétable, et par les contrôleurs des guerres, sous le contrôleur général. L’Ordinaire emploie dans les années 1544-1547 quinze commissaires et dix-sept contrôleurs que l’on désigne parfois aussi comme « commis du contrôleur général »68. Quant aux paiements, ils sont assurés par des trésoriers des guerres ou des commis à l’Extraordinaire secondés par leur personnel. Cette administration constitue en tant que telle une première charge. En effet elle prélève ses gages sur les fonds qu’elle manie. Voici vingt-quatre compagnies d’ordonnance pour trois quartiers de 1521 : l’organisation des montres, paiements inclus, représente 2,6 à 2,7 % des sommes décaissées69. A cela vient s’ajouter toute une série de frais complémentaires, à l’image de ceux qu’effectue en 1522 Jehan Prévost, commis à l’Extraordinaire des guerres, sur ordre de Jehan d’Albon de Saint-André, lieutenant général en Guyenne, pour les salaires des courriers, guides et « espies », ainsi que pour « dons, récompenses et autres frais »70.

  • 71 Dans le C.A.F., on voit ainsi le trésorier des Guerres Jehan Grolier solder, avec les délais de rig (...)
  • 72 Monluc, Commentaires, p. 144.
  • 73 Voir une lettre du roi au trésorier Grolier du 24-1-1530, conservée dans la liasse de février de A. (...)

35Mais l’essentiel est représenté par les versements directs aux combattants. La présence aux montres est théoriquement indispensable pour qu’ils touchent leur argent. Il est malgré tout possible, au moins pour l’Ordinaire, de percevoir la solde en étant absent, à condition de bénéficier d’un congé régulier ou d’un justificatif de maladie71. Au roi qui, en mars 1544, « s’esmeut un peu de ce que toutes les compagnies de la gendarmerie ny celles des chevaux légers n’estoient complettes », Monluc rappelle que cela « estoit impossible, et qu’il y en avoit qui avoient obtenu congé de leurs capitaines pour aller à leurs maisons se raffraischir, et d’autres [qui] estoient malades »72. Dans certains cas exceptionnels cependant, l’administration des guerres se voit même contrainte de fournir les fonds pour payer les troupes sans montre préalable73.

  • 74 B.N. fr 5125 f 106 ; A.N. J 967, 8/17.
  • 75 Tournon, Correspondance, n° 306 (17-8-1537).

36De la qualité des montres dépend la bonne utilisation des fonds : il s’agit d’éviter de payer pour des soldats fantômes. Or les responsables ont bien du mal à cerner leurs effectifs. En novembre 1536, des chevau-légers basés en Piémont doivent toucher leur solde. Tournon, qui gère les fonds depuis Lyon, écrit au roi le 28 qu’à son avis « il n’y aura tant desd. chevaux légiers que vous cuydés ». C’est d’ailleurs heureux car, précise-t-il le 30, « s’il en fut venu autant comme votre roolle porte, je n’avoys pas de quoi les payer »74. En août 1537, c’est Humières, qui commande en Piémont, que Tournon informe d’un envoi de solde pour six cents chevau-légers. Il croit pourtant savoir qu’ils ne sont que trois cents et, furieux, conclut : « Il faudrait faire pendre les capitaines qui demandent de l’argent pour plus d’hommes qu’ils n’ont »75. Aussi le jeu apparaît-il subtil - et complexe - entre le gouvernement royal, ses agents régionaux, les chefs des armées, les capitaines d’unités et l’administration des guerres.

  • 76 A.N. J 965, 9/39 (9-8-1537).

37Montmorency à l’armée de Picardie a le souci d’organiser des montres très strictes. Il explique au chancelier qu’il va faire payer des lansquenets « sur les vieilz roolles de la monstre précédente, que je feiz faire la plus rigoreuse qu’il fut possible »76. Au printemps de 1537, il précise :

  • 77 A.N. J 965, 8/11 (10-4-1537).

« J’estois d’avis de ne faire délivrer ausd. paieurs [des compagnies] les deniers, jusques après les monstres faites, afin que on puisse veoir au vray ce qu’il leur fauldra, estant bien asseuré que les compagnies ne sont complètes et qu’il y aura de grands deniers revans (sic) dont l’on se pourra ayder en autres affaires »77.

  • 78 Boyvin, Mémoires, p. 164.
  • 79 Le détail des chiffres est reproduit dans C.A.F., t. VIII nos 31416 à 31458. L’ampleur de ce revena (...)

38Il est en effet impossible de faire toujours exactement coïncider paiements à effectuer et fonds alloués. Quand tout se passe bien, les sommes non attribuées après contrôle des effectifs, appelées « revenant-bons », sont réassignées ou reportées pour un paiement ultérieur aux troupes. En 1554, Henri II ordonne ainsi au maréchal de Brissac, qui commande en Piémont, que « les deniers revenans bons [soient] mis en réserve deux jours après la monstre faite, pour en secourir les réparations, l’artillerie et autres affaires deguerre »78. Ces sommes ne sont parfois pas négligeables. Pour le quartier d’avril 1538, les payeurs des compagnies d’ordonnance doivent débourser 259 356 lt pour solder 2 580 lances. Sur ce montant, 16 216 lt, soit 6,25 % de la dépense totale, proviennent des revenant-bons des quartiers précédents79.

  • 80 A.N. J 965, 7/17 (14-8-1537).

39Mais toutes les précautions ne mettent pas à l’abri des déboires car, comme l’explique Tournon, même si les bandes sont complètes aux montres, il en manque la moitié « quand il est question de soustenyr ung affaire »80. Qu’il s’agisse de passe-volants ou de soldats trop « prudents » pour se jeter sur l’ennemi, la réalité est là.

b. Des paiements spécifiques

  • 81 B.N. fr 2963 f° 161 [22-11-(1521)] ; A.N. J 967, 7/4 (1-9-1536). Les levées donnent aussi lieu à de (...)
  • 82 B.N. fr 2985 f° 78 [23-9-(1521)] ; fr 3044 f° 98 (1er voyage : juin-août 1537).

40En certaines occasions, l’administration des guerres applique des procédures de paiement spécifiques qu’il importe d’évoquer rapidement. Tout d’abord les levées de troupes donnent lieu à des avances de fonds en provenance des caisses royales ou des disponibilités des agents de la monarchie. Ceci vaut pour l’Ordinaire aussi bien que pour l’Extraordinaire. En 1521, annonçant un envoi de Suisses, Antoine de Lamet précise : « Il leur fauldra de l’argent pour sortir de leurs maisons jusques à ce qu’ils soient à Millan ». Cela ne se passe pas toujours bien : en 1536, un agent du roi à Berne informe celui-ci que deux capitaines auxquels on avait accordé des avances, 500 écus pour l’un (de Bâle), 250 écus pour l’autre (d’« Oudrevalden » = Unterwald) refusent de marcher81. Pour les compagnies d’ordonnance, c’est un trésorier des guerres qui doit « faire prest aux crues [des compagnies] de monsgr le grant maistre et de monsgr de Bryon » à l’automne 1521. A l’été 1537, c’est aux payeurs de compagnies que Montmorency donne l’ordre de faire une avance aux nouveaux enrôlés82.

  • 83 B.N. fr 3048 f° 97 [15-10-(1526)]. Dans le contexte de paix armée du Piémont à partir de l’occupati (...)
  • 84 Spont, Semblançay, p. 121 note 2 ; Du Bellay, Mémoires, t. II p. 3.
  • 85 Du Bellay, Mémoires, t. III p. 113.

41Hors des périodes d’activité militaire, le gouvernement royal essaie parfois de conserver à son service certaines unités de mercenaires. Le projet est à l’étude en octobre 1526 pour des lansquenets : « On les retiendroit ensemble sans prendre party ailleurs jusques au moy de mars prochainement venant ». Pour cela on leur propose un écu par mois et par tête. Les lansquenets paraissent intéressés, mais demandent en plus la garantie d’un payement à plein tarif pour mars, « servant ou non », ce qui fait hésiter Duprat83. Les batailles par ailleurs ne sont pas sans conséquences financières, qu’il s’agisse de victoires ou de défaites. Après Marignan, les lansquenets qui ont combattu dans l’armée française reçoivent une prime à titre de récompense. Après Pavie, la Régente ne se contente pas de faire payer les troupes qui rentrent d’Italie, elle met aussi la main aux coffres pour aider à payer les rançons de ceux qui ont été fait prisonniers en même temps que le roi, qui sont nombreux84 ! En août 1536, François Ier fait faire la montre de gendarmes qui ont quitté après une reddition négociée la place de Fossano en Piémont « ausquels pour le service qu’ils avoient fait et pour leur ayder à se remonter, il fist donner un quartier outre ce qui leur estoit deu »85.

  • 86 A.N. J 964, n° 29 bis : J 965, 8/38 (8-5-1537).
  • 87 A.N. J 965, 7/25 (13-10-1536). J’ignore si leur contrat spécifie qu’ils doivent être payés jusqu’à (...)
  • 88 B.N. fr 4525 f° 107 v° ou fr 25720 f° 90, qui fournit la date du document (31-10-1517).

42Dernière opération spécifique : les licenciements. Le roi verse une prime à ceux qui l’ont servi au moment de les démobiliser. Un état de frais du 21 août 1531 fixe à 3 000 écus l’argent nécessaire pour « donner congé aux Italiens » dont le nombre n’est pas précisé. On connaît en revanche la prime par tête allouée en 1537 aux gens de pied que l’on renvoie dans leurs maisons : elle est de 40 st86. En 1536, après le camp d’Avignon, on licencie des troupes à peine levées, ce qui ne va pas sans difficultés au cours de l’automne, dans la vallée du Rhône qu’elles empruntent. Voici par exemple des Suisses fraîchement cassés « qui veullent avoyr un moys entier [de supplément] pour s’en retourner chez eux »87. On ménage moins les gendarmes, semble-t-il. Dans une compagnie cassée en 1517, le roi ne règle ce qu’il doit qu’à ceux « qui se trouveraient en garnison », seuls à bénéficier d’un versement « pour leurs vivres en garnison [en retard] et pour rentrer chez eux »88.

c. La nature des paiements

  • 89 Sur cette question, voir Doucet, Institutions, t. Il p. 625
  • 90 B.N. fr 2976 f° 106 (15-6-1523).
  • 91 B.N. fr 2978 f° 42 (8-8-1521) ; fr 2985 f° 89 v° [21-10-(1521)].

43De quelle manière règle-t-on les troupes ? Ne perdons pas de vue tout d’abord qu’une partie des soldes est payée en nature, au moins pour l’Ordinaire. Mais les hommes ont impérativement besoin de numéraire puisqu’ils doivent, en théorie du moins, acheter sur le marché une part importante de leur approvisionnement89. La grande crainte des chefs d’armée et des payeurs est de recevoir du gouvernement royal, pour le paiement des soldes, non des espèces sonnantes et trébuchantes mais du papier financier, sous la forme de rescriptions ou d’assignations sur diverses caisses, avec le cortège de complications et de retards que cela entraîne. Ainsi, en juin 1523, Florimond Rober et rassure-t-il Anne de Montmorency qui commande en Italie. On lui envoie des fonds et « c’est argent n’est point en papier car il a est baillé au trésorier de l’Extraordinaire [des guerres] tout contant »90. Il n’en va pas de même au cœur des difficultés de l’année 1521. Le connétable de Bourbon opérant en Champagne se plaint : « Nous n’avons que du papier en payement ». Lautrec en Milanais lui fait écho : « Le secours d’argent que nous avons eu de France depuis le commencement de ceste guerre (…) n’a eté seulement que de deux cens mil franc et encore par rescriptions… »91.

44Reste à savoir, quand le numéraire est là, en quelles espèces sont effectués les versements. Pour les mercenaires, il faut de l’or. Une anecdote le met bien en évidence. Au début de février 1525, un capitaine nommé Drujart vient trouver à Novare en Lombardie Philippe Coulon, clerc du trésorier de l’Extraordinaire des guerres Jehan Carré.

  • 92 A.N. M.C. XIX 58 (31-5-1525).

Il « lui présenta lettres du. trésorier Carré par lesquelles il lui rescription qu’il est à dépecher un clerc pour aller avecques le. Drujart à Savonne porter six mil livres tourn. à Philebert Galant (…) pour faire le paiement d’aucuns gens de pied françois etant audit Savonne ; et, parce que led. Coulon n’avait que monnoye [d’argent], il s’adressa à René Séguier et René Durant aussy clercs dud. trésorier qui avoient cinq ou six bouges pleines d’or et les pria lui fournir du sort de lad. somme de six mil livres tourn. et qu’il leur en feroit tenir compte par led. Carré »92.

  • 93 Le teston de Savoie vaut alors 9 s. 6 dt : Richet, Monnaies, p. 388.
  • 94 Beauvillé, Picardie, t. I p. 233. Les testons sont des monnaies d’argent, toutes les autres pièces (...)

45Les gendarmes en revanche doivent fréquemment se contenter d’argent et de billon. Pour une montre des cent lances de la prestigieuse compagnie du dauphin, le 15 mai 1538, 8 947 l. 10 st sont versés en testons de 10 s. 6 dt, testons de Savoie93, gros de 3 st et de 2 s. 6 dt, treizains, douzains, dixains, sixains, liards et doubles94. La différence de traitement entre troupes de l’Ordinaire et mercenaires s’affiche ici clairement.

2. Les paiements de l’Ordinaire

a. Des retards chroniques et considérables

  • 95 Ce qui ne signifie pas qu’elles comportent des effectifs constants. Sous François Ier, le nombre de (...)
  • 96 Un édit de décembre 1542 précise que les payeurs de compagnie doivent s’adresser au trésorier de l’ (...)
  • 97 Doucet, Parlement 1525-27, p. 73-74 et 76.
  • 98 Spont, Semhlançay, p. 185 ; B.N. fr 3044 fo 93. De tels délais obligent à nuancer l’affirmation de (...)
  • 99 B.N. fr 3081 f° 56 ; fr 3127 f° 125.
  • 100 Doucet, Parlement 1525-27, p. 74 note 1 (les retards sont tels que les capitaines des places commen (...)
  • 101 A.N. J 968, 1/19.

46Les troupes de l’Ordinaire, forces militaires permanentes95, sont rémunérées dans des conditions particulièrement mauvaises et les délais de versement sont considérables. La législation fixe des échéances mal respectées96. A la fin d’avril 1525, les compagnies d’ordonnance servant en Champagne attendent leur solde depuis dix-neuf mois et celles de Picardie depuis un an en juin de la même année97. Ceci n’est en rien propre à la dramatique situation de l’après-Pavie : au début de 1522, les arriérés de versements aux gendarmes d’Italie atteignent vingt-deux mois ! Face à cela, un délai supérieur à six mois pour vingt-trois compagnies, à l’été 1537, fait presque pâle figure98… Le temps de paix n’est pas beaucoup plus favorable, malgré l’allégement des charges. La compagnie de Monsieur de Montpezat est réglée avec seize à dix-neuf mois de retard pour les quartiers de juillet et octobre 1532. Au 23 janvier 1540, la gendarmerie n’a touché qu’un seul des quatre quartiers de l’année précédente99. Les mortes payes qui assurent la garde des places fortes sont logées à la même enseigne : treize mois de retard à Montreuil et Boulogne en avril 1525, un an encore en Boulonnais en février 1528, treize mois de nouveau à Cherbourg à une date indéterminée des années quarante100. Dans le cas de l’ordinaire de l’artillerie, Montmorency doit intervenir le premier août 1537 pour que son personnel soit payé au moins du quartier de janvier : le retard atteint déjà quatre mois101.

  • 102 B.N. fr 26116 f° 369 : en décembre on organise les paiements des quartiers d’avril et juillet pour (...)
  • 103 Entre 1525 et 1530, pas d’allusion à de gros retards dans Matignon, Correspondance, p. 8, 17 à 20, (...)

47La situation des diverses compagnies varie, en particulier en fonction de leur localisation géographique. En 1518, on note ainsi un moindre délai de versement pour les compagnies d’ordonnance établies en Italie que pour celles qui sont en garnison « deçà les montz »102. Les unités rémunérées sur des fonds locaux sont peut-être les plus régulièrement soldées, à l’image des gendarmes stationnés en Bretagne, qui relèvent des Finances du duché103.

  • 104 O.R.F., t. IV p. 285.
  • 105 A.N. M.C. CXX1I 16 (22-2-1530). Dans B.N. fr 4523 f° 44-48 v° qui fournit des chiffres de lances en (...)
  • 106 Pas de soldes pour les deux premiers quartiers de 1531 : B.N. fr 4523 f° 46. Mention à l’été 1538 d (...)
  • 107 Fontanon, Edicts, t. III p. 95.

48Il arrive que les gendarmes ne soient pas payés pour un quartier pendant lequel ils ont servi. Un règlement du 28 juin 1526 rappelle que « par cy devant le Roy, pour ses grans urgens affaires, s’est aydé et [a] retenu aucuns quartiers des gaiges et soulde de ses gens d’armes, desquelz ne leur a esté et ne sera faict aucun paiement »104. Malgré la promesse alors faite que « par après ilz seront paiez de quartier en quartier sans qu’il y ayt faulte », beaucoup d’entre eux ne touchent rien dès le quartier d’octobre 1528 « pour lequel le Roy n’a voulu estre fait aucun paiement aux compagnies de sesd. ordonnances »105. D’autres allusions à des quartiers retranchés jalonnent les années trente106. Par un règlement du 4 janvier 1546, le roi précise qu’il va régler trois quartiers de la gendarmerie, « demeurant le reste de ce qui peut leur estre deu du passé retranché, pour la nécessité de ses affaires »107.

b. Un engagement spécifique ?

  • 108 Jacqueton, Épargne, lre partie, p. 36.
  • 109 A.N. J 965, 9/38 (6-8-1537).
  • 110 A.N. J 964. 42 : Charles au roi son père (21-1-1538) ; Doucet, Parlement 1525-27, p. 74 note 2. C’e (...)
  • 111 Cette dernière remarque semble relativiser la pertinence des propos de Jacqueton cités plus haut. M (...)

49Et pourtant, ces mauvais procédés de la monarchie n’ont pas de graves conséquences militaires. Ceci semble tenir à la nature du lien qui unit les troupes de l’Ordinaire, les compagnies d’ordonnance en particulier, à la monarchie. Il est possible d’analyser ce lien de plusieurs façons, qui ne sont d’ailleurs pas incompatibles entre elles. Jacqueton met en avant la dépendance des troupes vis-à-vis de leur pays d’origine : il est dans leur intérêt, malgré les avanies financières, de rester fidèle. Ce sont, écrit-il, « des sujets du Roi, à son service en temps de paix comme en temps de guerre ; leur désertion était peu à craindre car ils possédaient toujours en France des biens dont ils eussent encouru la perte. Qu’on « reculât » leur salaire, il n’y avait que demi-mal. Cela les gênait peut-être, mais le service du Roi n’en souffrait guère »108. Est-ce seulement cela qui donne à Montmorency l’occasion d’admirer les compagnies qui « ont la pascience que je vous laisse penser d’avoir fait monstre sans argent »109 ? Interviennent aussi des choix liés aux comportements sociaux. Les gendarmes sont presque tous nobles et, comme tels, unis de façon particulièrement forte à leur souverain-suzerain. Quand en 1538 des troupes non payées « s’estoient gectez aux champs », seuls les gentilshommes étaient restés fidèles au poste dans les places. On voit dans les gendarmes des hommes qui ne servent pas seulement pour de l’argent110. Au-delà des exigences du statut nobiliaire faut-il poser ici la question d’une forme de patriotisme ? L’emploi de cette notion n’est pas évident, puisque la gendarmerie comporte un nombre important d’étrangers111.

  • 112 Doucet, Parlement 1525-27, p. 63 ; Guignard, Humanistes, p. 188 [4-4-(1530)].
  • 113 O.R.F., t. VI p. 87 (23-5-1530).

50Faute de solde, même les compagnies d’ordonnance se laissent parfois aller à des débordements. Parmi les troupes qui pillent dans la région parisienne au printemps de 1525, il y a des gendarmes. Le trésorier Grolier dans une lettre à un secrétaire de Montmorency évoque aussi en avril 1530 « la compagnie de Monsieur de Sainct Pol, laquelle à faulte de payement a faict ung beau mes-nage par tout où elle a passé »112. Fait-elle partie des unités visées par un mandement du mois suivant, interdisant aux troupes de maltraiter les sujets du roi ou d’en tirer indûment de l’argent ? On découvre ici des pratiques mieux « réglées » que le simple pillage, certains soldats exigeant « sur nosditz subjectz payans taille deux souz ou autre plus grande somme, pour chacune livre de ladite taille qu’ilz nous payent et au payement de ce les contraignent rigoreusement »113.

3. Le paiement des mercenaires : une priorité

a. Recourir à eux : une nécessité

  • 114 Contamine, Histoire militaire, p. 226-227 et 229. Sur les efforts sous Louis XII, le rôle de Gié et (...)
  • 115 O.R.F., t. III p. 92 (27-1-1522) ; A.N. M.C. Inv. Carré n° 1892 ; A.N. KK 351, f° 24. D’autres allu (...)
  • 116 Contamine, Histoire militaire, p. 251.
  • 117 Du Bellay, Mémoires, t. IV p. 123 et 155 ; A.N. M.C. XIX 175 (29-6-1548).
  • 118 Lapeyre, Colloque Charles-Quint, p. 40 : les rois de France trouvent plus commode et plus sûr de re (...)
  • 119 Sur les débuts du recours aux Suisses, sous Louis XI et Charles VIII, voir Contamine, Histoire mili (...)

51De toutes les armes, c’est incontestablement l’infanterie qui a le plus recours aux troupes mercenaires. La tentative.de création d’une infanterie permanente sous Louis XI, avec les Suisses et aussi des hallebardiers et piquiers français, à partir de l’arrière-ban nobiliaire, n’a pas eu de suite114. Certes il existe des cadres pour une infanterie nationale de réserve. Les francs-archers sont réactivés en 1522-1525. Un mandement de levée pour le Lyonnais est pris le 27 janvier 1522. En 1524, d’Aubigny est cité comme capitaine des francs-archers de Champagne. En janvier 1525, un document fait allusion à 713 francs-archers « naguères retournez de delà les monts »115. Les légions émergent à partir de 1535. Leur dépense annuelle théorique pourrait atteindre à leurs débuts au moins 527 000 lt 116. Même lorsque l’engouement des premiers temps est retombé, elles restent présentes parmi les troupes : en avril 1543 les légionnaires de l’armée de Picardie sont licenciés car « en peu de temps on pourroit [les] rassembler » ; en septembre ceux de Normandie et de Champagne participent à la prise de Luxembourg ; en 1544 ceux de Champagne sont cités comme servant « soit au camp ou en la garde et deffence de quelque ville ».117. On les voit effectivement prendre part à l’effort de guerre, mais ce n’est au mieux qu’une force d’appoint. Le roi de France ne dispose pas d’une bonne infanterie « nationale » qui puisse être comparée au tercio espagnol. Le recours aux mercenaires s’explique-t-il par une préférence marquée pour ce type de troupes ? Il est délicat de l’affirmer, malgré Henri Lapeyre118. En effet on peut tout aussi bien dire que l’effort financier consenti pour s’assurer une cavalerie permanente, priorité qui souligne le caractère nobiliaire de l’instrument militaire, empêche de consacrer à l’infanterie des moyens importants de façon suivie. En l’absence de cadres permanents suffisamment formés, il est certain que l’appel à des mercenaires aguerris et d’un bon niveau technique s’impose119. Ce choix du recours au gré des besoins, et souvent sur une grande échelle, s’avère très onéreux. Mais un souverain riche comme l’est le roi de France peut se le permettre.

  • 120 Zeller, Institutions, p. 307. Les 7 lt des Suisses représentent 3 écus soleil et demi. Doucet, Inst (...)
  • 121 B.N. fr 3029 f° 157 vo et 86. Il s’agit probablement dans les deux cas de régnicoles, dont on sait (...)
  • 122 B.N. fr 3029 f° 33.
  • 123 Lot, Recherches, p. 196-197.
  • 124 Sur ce point, voir Lemonnier, Histoire de France, t. II p. 96.

52On trouve d’ailleurs des mercenaires à des prix très variables. En 1523, le Suisse, qui jouit alors d’une excellente réputation, coûte sept lt par mois, le lansquenet six et l’aventurier français cinq seulement120. En fait les hiérarchies sont probablement plus complexes : en octobre 1521 des aventuriers reçoivent en Navarre six lt par mois quand des hommes de pied en Bourgogne, sans doute en 1523, doivent se contenter de trois lt 121. Ces variations reflètent selon toute vraisemblance des différences de qualité. Il en va de même sans doute quand Bonnivet demande en 1521 à compléter ses effectifs avec des « advanturiers » et non avec des « gascons »122. Les spécialistes reçoivent un supplément : parmi les gens de pied français et italiens payés six lt par mois en mai 1527, la prime des « harquebusiers » est d’une livre et celle des « harcquebutiers » de dix sols, toujours par mois123. La valeur estimée des mercenaires est d’ailleurs sujette à évolution. Ainsi, au fil du règne, la « cote » des Suisses a-t-elle tendance à baisser nettement124.

b. Un compte à rebours permanent

  • 125 B.N. fr 2971 f° 142 (23-10-1521).
  • 126 Beauvillé, Picardie : hommes de pied payés le mois même : t. I p. 226 et 243 et t. II p. 203 ; reta (...)
  • 127 Seul exemple connu : B.N. fr 3048 f° 19 (13-10-1525). Reste l’éventualité d’une erreur du scribe… o (...)
  • 128 A.N. J 965, 7/55 et 7/56 ; B.N. fr 5125 fos 166, 170, 171 v°, 173, 186 v°, 189, 201 et 206.
  • 129 B.N. fr 20648 fos 9-10 cité par Potter, Picardy, p. 183.
  • 130 Du Bellay, Correspondance, t. II p. 483 (25-9-1536) ; Tournon, Correspondance, n° 249 (postérieur a (...)

53Quelle que soit la catégorie, il faut faire preuve d’une vigilance quotidienne dans l’organisation des paiements car les risques, on le verra, sont ici importants. Verser ponctuellement la solde est pour l’officier de finance un sérieux motif de satisfaction. C’est le cas de Thomas Bohier à l’armée de Fontarabie en 1521 : « Sire, le terme du paiement de voz lansquenetz escherra demain et en avez six mil cinq cens. Led. paiement est tout prest par la dilligence qu’on y a faicte et jusques icy, Sire, les autres paiemens se sont bien portez et n’y a point eu de faulte »125. Le contraste apparaît net avec l’Ordinaire quand, grâce à une publication de sources, on peut opposer la célérité du paiement des mercenaires avec les retards des gendarmes126. Le nom étonnant de « contens de pié estrangiers »127 ne serait-il pas un rappel particulièrement net de la nécessité de régler « comptant » ce type de soldat ? La correspondance du cardinal de Tournon au cours du mois de décembre 1536 fournit une bonne illustration de la vigilance au jour le jour nécessaire pour assurer chaque mois les soldes. Il faut relancer le Conseil du roi en l’alertant sur les besoins, vérifier qu’on dispose d’assignations correctes, prévoir des solutions alternatives en cas de manque de fonds128. Au moindre retard, l’inquiétude gagne. Au début de 1525, Vendôme avertit la régente que, si le paiement pour l’infanterie et les chevau-légers tarde, ils « crieront à l’argent et sortiront de leurs garnisons, les places mal gardées et le peuple mangé »129. Trois jours après une échéance, le même Vendôme se croit obligé de régler une quinzaine (il n’a pas assez d’argent pour solder le mois entier) pour s’assurer des troupes, sans attendre de pouvoir tout verser en une fois. Un délai de huit jours, et c’est Tournon qui évoque le risque de mutinerie130

  • 131 A.N. J 965, 8/2 (26-l-(1537)].
  • 132 Voir Rott, Représentation, t. I p. 380, 385, 399.
  • 133 Du Bellay, Mémoires, t. IV p. 201 et 244.

54Or des retards, malgré toutes les précautions, sont inévitables, compte tenu de la situation financière et des réalités techniques du temps. Montmorency se réjouit ainsi de ce que le trésorier de l’Épargne a fait une rescription pour recouvrer des fonds en Normandie : l’argent servira « pour le payement des gens de guerre de Picardie tant du moys passé que du présent qui est escheu dès le XIIIIe de ce moys »131. Mais ce n’est rien comparé aux énormes arriérés que le roi accumule vis-à-vis de ses Suisses. Au début des années trente se déroule une âpre opération d’apurement des comptes et de règlement des dettes du roi qui concerne les dix années précédentes132. En 1544 encore, à l’armée de Piémont, le retard de solde est de trois mois en mars, à la veille de Cérisoles et de quatre mois en juillet133. Les récriminations vont alors bon train, qui menacent de paralyser les opérations.

c. Un rapport de force changeant

  • 134 B.N. fr 2976 f° 101 : Robertet à Montmorency [22-2-(1524 ?)].
  • 135 A.N. J 965, 7/16 [10-8-(1537)].
  • 136 Knecht, Francis I, p. 283.
  • 137 A.N. J 965, 9/32 (19-7-1537).
  • 138 B.N. fr 3061 f° 143 : François Ier à Humières (13-7-1537).

55Aussi les agents du roi doivent-ils faire preuve de trésors de diplomatie pour négocier avec les mercenaires reports et délais. C’est le propre de l’officier de finance habile que de parvenir en ce domaine à un bon résultat : « Le nouveau général de Guyenne a fort bien servy car il a trouvé moyen de faire paier les gens qui sont sortiz de Fonterrabie pour deux moys et pour le tiers qui leur est encores deu et dont ilz se sont contentez, s’est obligé de les paier à Bourdeaulx, à quoy on mectra paine de luy satisfaire… »134. A un niveau supérieur, voici le cardinal de Tournon face aux mercenaires italiens du Piémont : « Je leur ay faict couler leur payement jusques à la fin du moys et l’ont après avoir bien crié ainsy souffert, de sorte que en les payant au commencement de septembre, ilz serviront tout le moys qui sera gaigné au Roy »135. L’objectif est clair : il s’agit de faire servir à crédit ces chatouilleux professionnels et, quand les circonstances le permettent, de faire sur leur dos quelques économies. Tout dépend du rapport de force. Vendôme affirme que la présence de la gendarmerie contribue à maintenir dans le droit chemin les aventuriers (et les légionnaires) dont la solde tarde136. Montmorency explique qu’il est possible « à la ville » de « faire filler l’argent » (c’est-à-dire de reculer les échéances), mais que « c’est chose impossible à faire estant au camp » (en campagne) car les moyens de chantage des mercenaires sont alors considérablement accrus137. Ceux-ci de plus sont parfois bien ingrats : le roi s’étonne qu’un très bref retard de solde les rende rétifs en Piémont « actendu qu’ilz ont eu tant et si longuement soulde de moy en temps de paix qu’ilz ne devroient point faire difficulté à présent de me faire service ne eulx arrester à quelzque peu de jours si leurd. payement n’arrive si tost devers eulx que le terme est escheu »138.

  • 139 B.N. fr 5125 f° 98.
  • 140 B.N. fr 2978 f° 124 v° et 173 [2-8 et 1-10-(1521)].
  • 141 B.N. fr 2977 f° 61 [19-6-(1521)].

56Les conditions de négociation ne sont pas toujours excellentes pour les responsables financiers. Ils ont parfois une part de responsabilité. Le commissaire des guerres Guy Karuel, seigneur de Borran, apportant des fonds pour payer des lansquenets en Bourgogne, « est allé trouver le conte Guillaume [de Fürstenberg, qui les commande] et luy est allé dire qu’il avoit encores l’argent, au moyen de quoy led. conte donnera bon ordre qu’il ne luy eschappera pas ». Or, continue Tournon, si la montre des lansquenets s’était faite à Lyon sous son contrôle, on aurait pu économiser 20 000 lt à cause, entre autres, des passe-volants que Fürstenberg va présenter à un Karuel qui s’est mis en position de faiblesse en annonçant qu’il disposait de fonds importants139. Les demandes des mercenaires, qui profitent d’une situation qui leur est favorable, sont parfois jugées « déraisonnables ». Lautrec, qui doit lever des Suisses, leur envoie deux délégués « pour essayer de rabattre quelquechose de leurd. demandes », le 2 août 1521. En vain : il faut leur céder pour qu’ils viennent au camp. Dans une situation militaire délicate en Milanais, Lautrec n’a de fait guère le choix140. Il faut même parfois payer en connaissance de cause pour des effectifs très supérieurs aux présents. Le commissaire chargé de verser leur solde à des lansquenets doit s’y résoudre « par contraincte d’aucuns capitaines particuliers ainsi qu’[il] a rapporté, à quoy il ne peut résister »141.

  • 142 Rott, Représentation, t. I p. 264 ; Knecht, Francis I, p. 161.
  • 143 A.N. J 965, 9/32 [19-7-(1537)]. Même risque évoqué en 1536 par Vendôme : Potter, Picardy p. 185.
  • 144 Du Bellay, Mémoires, t. I p. 193. Le cardinal de Médicis, le futur Clément VII, a déjà des Suisses (...)

57Il est vrai que les risques, en cas de désaccord ou de litige, sont sérieux. Durant l’été 1522, le bruit court que les Suisses ont fait main basse sur la caisse des trésoriers des guerres pour se payer de leurs créances. Lors de la retraite du printemps 1524, les Suisses, encore eux, auraient pris en otage Bonnivet, comme garantie pour leurs soldes142. Dans les deux cas, ces rumeurs se révèlent inexactes. Mais elles donnent une idée des comportements qui paraissent vraisemblables de la part des mercenaires. Les retards de soldes peuvent conduire à un changement de camp, menace clairement exprimée par Montmorency : « [Ce] sont gens estrangiers qu’il est mal aisé de tenir sans les payer ». Il ne faut pas « les laisser perdre estant comme dit est si près des ennemys qui ne charchent que à les retirez »143. Cela se produit à l’automne 1521 en Milanais : « Noz Suisses s’ennuyèrent et s’en allèrent sans congé, s’excusans sur la faulte de la paye (…). Vray est qu’ilz estoient pratiquez par le cardinal de Médicis ». Ils partent ainsi renforcer les adversaires de Lautrec144.

  • 145 Tournon, Correspondance, n° 261 et 263 (17 et 19-5-1537). Le 17, Tournon écrit au sujet d’un envoi (...)
  • 146 A.N. J 968, 15/28 [27-6-(1537)] : Charles de Pierrevive au chancelier ; B.N. fr. 3061 f° 137 (4-7-1 (...)
  • 147 Du Bellay, Mémoires, t. IV p. 226-227.
  • 148 Bercé, Guerre et État, p. 259.
  • 149 Tournon, Correspondance, n° 246 (19-3-1537). Maugiron protège Grenoble contre eux.

58Mais le plus grave est sans doute la mutinerie. Plusieurs incidents sérieux éclatent parmi les mercenaires italiens en Piémont en 1537. En mai, des troubles ont lieu à Chieri145. Fin juin, Pignerol est saccagée par les hommes de pied italiens et Chieri est de nouveau menacée. Au tout début de juillet l’envoi de fonds par Tournon est « cause d’appaiser toutes choses »146. Une interrogation demeure : les retards de soldes ne servent-ils pas ici de prétextes pour se lancer dans un pillage qu’interdit alors l’assoupissement temporaire des opérations militaires ? La bataille gagnée en revanche est une aubaine, à l’image de Cérisoles où « il se trouva bien pour trois cens mille frans tant en argent monnoyé qu’en vaisselle d’argent et autres richesses » parmi le butin147. « Dans les guerres du premier xvne siècle, affirme Yves-Marie Bercé, les engagements venaient certainement moins de l’appât des soldes que de l’attente des butins »148. Une telle analyse permet sans doute de rendre compte du comportement des soldats qui, en mars 1537, ravagent la Mau-rienne… après avoir refusé la solde149 !

d. L’excès de soldats : un débat

  • 150 Potter, Picardy, p. 205 note 20.
  • 151 Tournon, Correspondance, n° 8 (4-10-1527). Lautrec lui-même au début de 1528 souhaite que le roi li (...)
  • 152 François, Delbene, p. 349 note l (lettre non datée au cardinal de Lorraine).
  • 153 A.N. J 965, 7/15.
  • 154 A.N. J 965, 7/31 (25-10-1536).

59Les déboires causés par les mercenaires conduisent les responsables politiques et militaires - ce sont d’ailleurs les mêmes - à s’interroger sur le poids que ceux-ci représentent. Quand Vendôme, en 1528, fait part de ses réticences à voir lever des troupes trop nombreuses « de peur de la foulle du peuple », songe-t-il aux dégâts possibles, au fardeau fiscal, ou aux deux à la fois150 ? L’année précédente, Tournon déplorait le nombre excessif de lansquenets dans l’armée de Lautrec, en Italie, par rapport aux engagements des traités de Cognac et de Vincennes151. Dans les années cinquante encore, le cardinal demande que des fonds proposés par les Florentins viennent « à la descharge du Roy plus que à augmentation de force »152. C’est une constante de son approche que de considérer qu’il faut limiter au maximum les effectifs, en fonction des objectifs poursuivis. Or des défaillances profondes dans la prévision entraînent des surcoûts inutiles. D’où une sévère tirade de Tournon dans une lettre au chancelier le 15 juillet 1537, alors que le cardinal se débat dans les plus grandes difficultés pour assurer les paiements piémontais. Au roi « qui ne trouve rien impossible de tout ce qu’on luy met en avant et m’escript tousjours que vous pourvererrez à tout », il faut faire comprendre qu’« il vauldroit beaucoup myeulx que lad. armée [de Piémont] se dyminuast et se contenter de garder les villes qu’on a aud. Piedmont que de la veoyr rompre à faulte de payement en ung désordre si grand… »153. Il paraît bien maladroit au cardinal de lever des troupes qu’on n’arrive plus à solder au bout de quelques mois. Et quelle triste ironie de voir, toujours sous la plume de Tournon, Saint-Pol qui, faute d’avoir eu à temps l’état des bandes italiennes servant sous Jean-Paul de Cère, paye cinq mille hommes quand le roi, en fait, souhaitait n’en rémunérer que deux mille cinq cent ! Les 30 000 lt du surcoût des mercenaires font alors cruellement défaut à Lyon154.

  • 155 Contamine, Histoire militaire, p. 254 : A.N. J 968, 1/21 [17-8-(1536 ou 1537)]. Le débauchage sembl (...)

60Si l’information circule mal, c’est probablement que la prise de décision est trop tardive ou trop incertaine. Il est vrai qu’il peut être militairement habile de rassembler des effectifs importants et en particulier de débaucher les mercenaires de l’ennemi. Raymond de Fourquevaux, qui écrit en 1534, juge que c’est une bonne raison pour recruter des étrangers. Le roi peut ainsi « ôter la force des Allemands à ceux qui s’en pourraient servir contre lui s’il n’en retenait un grand nombre ». C’est aussi le calcul de Montmorency : « Je suis après à recouvrer un bon nombre des gens de guerre du camp de l’Empereur que j’espère avoir bien tost, et me desplairoit merveilleusement qu’ilz demeurassent par faulte de payement »155. Mais c’est une fort onéreuse stratégie, à moins d’essayer de procéder par « glissement » comme le roi l’envisage quand il réclame à Semblançay des fonds

  • 156 Clément, Trois drames, p. 377 (23-2- ?).

pour le payement des lansquenets qui sont au service de mes ennemis. Car qui les pourra retirer au moyen comme j’espère que l’on pourra faire en les payant, ce ne sera pas peu d’œuvre faite, et eux retirés de par deçà, je donneray ordre de faire casser autant d’autres gens de pied de ceux qui sont en mon service, pour vous descharger et lever de dépense »156.

61Mais qu’est-ce qui empêchera les nouveaux « cassés » d’aller prendre du service dans l’autre camp ? Il est vrai que ce sera toujours quelques mois ou quelques semaines de gagnés…

B. Stratégie et logistique

1. D’une caisse l’autre, d’un front l’autre

a. L’Ordinaire alimente l’Extraordinaire

  • 157 A.N. KK 91, chambre aux deniers, recette de 1515 ; KK 352 f » 33.
  • 158 Pour les pensions, voir par exemple C.A.F., t. V n » 18881 (9-12-1526) et t. VI n° 19674 (23-10-152 (...)
  • 159 J’ai repéré une dizaine de cas où ce transfert apparaît clairement : - septembre 1515 : 4 400 écus (...)
  • 160 Doucet, Parlement 1525-27, p. 83-84.
  • 161 A.N. J 967, 48 [16-9-(1536 ?)].

62Or le temps est précieux en matière d’opérations militaires. La guerre est une dépense conjoncturelle, d’où l’intérêt d’obtenir, même pour une période courte, un avantage quelconque. L’élasticité des dépenses n’est pas de même ampleur pour l’Ordinaire et pour l’Extraordinaire. Le premier, de par sa permanence, occupe une place variable, mais toujours notable. Le second en revanche peut à certains moments être réduit à presque rien. Dès que possible, la monarchie détourne des caisses de la guerre les fonds assignés à celles-ci. C’est le cas lors de la diminution de l’activité militaire : en novembre 1515, le commis à l’Extraordinaire reverse sept mille lt à la chambre aux deniers. Il en va de même lorsque les effectifs à solder ont disparu : en 1528, les trésoriers des guerres fournissent dix mille lt aux Parties casuelles, sur les quartiers de juillet et d’octobre du paiement des gens de guerre étant au royaume de Naples, revenants-bons qui proviennent apparemment des morts, des malades ou des absents sans cause157. L’Ordinaire des guerres est parfois sollicité pour des versements qui, en théorie, ne relèvent pas de sa compétence : pensions à payer ou fonds pour le trésorier des Ligues suisses158. Mais surtout il contribue régulièrement au renflouement des caisses de l’Extraordinaire. Les exemples abondent, au moins jusqu’au milieu du règne159. Il est difficile de savoir s’il faut attribuer à une amélioration globale ou au caractère déséquilibré de l’information le recul de cette pratique après les années vingt. Le schéma inverse est rarissime et très révélateur. Dans le contexte tendu du printemps 1525, c’est le Parlement de Paris qui envisage d’utiliser pour payer les compagnies d’ordonnance l’argent de l’Extraordinaire, en vain d’ailleurs160. De même, il faut une situation-locale particulière pour retrouver ce cas de figure. Bury en Piémont écrit au chancelier et à Tournon : « J’ay prins IIIIc écus dud. trésor, de l’extraordinaire pour faire un prest [à des gendarmes] et luy en ay baillé mon recepicé ; le premier argent que je recou-vray pour le paiement de mad. compaignie, il sera remboursé de lad. somme »161. Il faut le souligner, il s’agit ici d’un emprunt et non d’un détournement d’assignation dont on ne trouve en définitive aucun exemple probant de l’Extraordinaire vers l’Ordinaire.

b. 1537 : Picardie-Piémont et retour

  • 162 Potter, Picardy. p. 330-331, reproduit l’ensemble des chiffres disponibles sur l’effort financier à (...)
  • 163 Tournon, Correspondance, n° 256 (5-5-1537).
  • 164 AN. J 966, 2/16 : Heïlin et de Moraynes au chancelier (27-5-1537) (la date du 25-5 pour la lettre d (...)

63Autre élément structurant des circuits financiers, le va-et-vient de l’argent au gré des nécessités militaires. La documentation nous permet d’observer avec précision ce phénomène lors du ballet entre Piémont et Picardie qui scande l’année 1537162. A partir de février, l’argent est dirigé en priorité vers le Nord, où le roi et Montmorency sont à la tête d’une forte armée. Les assignations connues de mars et avril (600 000 lt) représentent à elles seules 40 % de toutes celles que l’on conserve pour le front picard depuis cette période jusqu’en avril 1538. Tournon, qui gère les envois en Piémont, connaît alors de sérieuses difficultés, qui se manifestent par l’absence d’allusion à des rentrées d’argent et par le recours à l’emprunt163. La priorité picarde disparaît le 6 mai avec la décision royale de réorienter l’effort vers l’Italie. Le montant des assignations destinées au Nord-Est s’effondre alors rapidement. Mais il faut du temps avant que les effets se fassent sentir sur l’autre front. C’est seulement le 25 mai que le roi, depuis la Fère-en-Tardenois, ordonne l’envoi à Tournon de fonds nouveaux, en provenance de la Languedoïl orientale. Les premiers parviennent à Lyon le 2 juin164. La situation a à peine eu le temps de s’améliorer que le retour offensif de Charles Quint en Artois fait repartir le balancier vers le Nord. Le 15 juin, Montmorency, cette fois flanqué du dauphin Henri, quitte Fontainebleau pour la Picardie. Le tarissement des envois vers Tournon n’est sans doute pas étranger à la mutinerie de Pignerol. Après d’assez pâles opérations militaires (Thérouanne est débloquée mais Saint-Pol reste aux mains des Impériaux), une trêve de trois mois sur le front Nord (Bomy, 30 juillet) conduit hommes et écus à prendre de nouveau le chemin du Piémont. Mais il faut d’abord solder cette brève campagne, d’où l’importance des assignations picardes jusqu’au début de septembre (470 000 lt en août). Elles deviennent en revanche symboliques à partir de l’automne : un effort un peu plus soutenu en direction de l’Italie permet alors de reconquérir les positions perdues depuis un an en Piémont. Mais on imagine aisément combien, d’avril à août, contrordres, contremarches et réorientations ont pu nuire au succès de la campagne de 1537, que le roi espérait décisive.

2. Quels fronts, quels adversaires ?

  • 165 B.N. fr 5125 f° 121 (3-12-1536).
  • 166 Spont, Documents, p. 338, article VI.
  • 167 Nombreux exemples de difficultés dans Du Bellay, Mémoires, t. I p. 204-205 (1521-1522) et p. 301 (1 (...)
  • 168 Knecht, Francis I p. 286
  • 169 B.N. fr 3001 f° 1-3 et 6 (17-3 et 27-3-1529). Malgré tout, cet envoi n’est pas isolé et le 19 mai e (...)
  • 170 C.A.F., t. VI n° 19753.

64Tournon voit venir les choses dès la fin de 1536. Il affirme alors dans une lettre au chancelier : « Si une foys vous commancés à desployer la brete du costé de Piccardye, vous serez bien foibles pour secourir le Piedmont ». D’où la nécessité pour lui de commencer à prendre des précautions financières165. Il est clair que l’organisation de campagnes militaires sur plusieurs fronts à la fois est un exercice délicat, en particulier sur le plan financier. Quand Sem-blançay évoque l’exceptionnel effort de guerre de l’automne 1521, il affirme qu’il « n’est de mémoire que roy de France ayt soubstenu à une fois trois si puissantes armées [Nord-Est, Italie, Guyenne] es quelles y avoit 90 000 hommes de pied et plus »166. Mais il est probable que l’effort à faire est encore plus grand pour l’adversaire principal, Charles Quint, et les armées impériales connaissent des déboires financiers probablement supérieurs à ceux des troupes françaises167. D’où l’intérêt d’organiser un second front sur les arrières de Charles. A grande échelle, c’est l’alliance turque, avec par exemple au printemps de 1537, le projet de coordonner une attaque française en Piémont et un débarquement turc en Apulie168. De façon moins grandiose, dans la péninsule, le soutien apporté en 1529 aux résidus de l’expédition de Naples isolés dans les Pouilles sous le commandement de Renzo da Ceri relève d’une même stratégie. Le roi continue de leur faire parvenir des fonds, au détriment d’ailleurs de ce qui avait été promis à la république florentine, une alliée pourtant précieuse pour « flanquer » l’armée de Saint-Pol en Italie du Nord. Mais l’effort - un envoi de 20 000 écus quand Renzo da Ceri en réclame 80 000 - est assez limité, presque symbolique. A-t-il en fait une réelle importance militaire169 ? En fait la monarchie semble alors un peu dans le brouillard sur ses objectifs italiens : un envoi de 94 000 lt, au printemps 1529, est à partager entre da Ceri, Saint-Pol, Francesco-Maria Sforza, Venise, Florence et autres alliés, sans oublier Rome170 !

  • 171 Isaac. Tournon, p. 27 (d’après B.N. fr 2983 f° 115), lettre du 14-3-1537. En 1552 encore, Tournon c (...)
  • 172 Tournon, Correspondance. n° 143 (4-11-1536).

65Pour la stratégie financière, tous les fronts ne se valent pas. C’est du moins ce qu’affirme Tournon. A ses yeux, en 1536-1537, le Piémont est une priorité militaire parce que l’affrontement y est beaucoup plus coûteux pour l’empereur que pour le roi : « Vous ne scauriez, écrit-il à Montmorency, [y] despendre ung escu que vous ne luy en coustiez quatre ». Aussi convient-il d’abandonner les opérations du Nord, peu onéreuses pour Charles Quint, et de « tourner force et despence » du côté de l’Italie171. Un tel langage devait sans doute plaire au roi. Etait-il d’ailleurs besoin de le convaincre de regarder vers la péninsule ? Mais il faut déplorer que Tournon ne nous en dise pas plus sur les origines de ce « différentiel » de dépenses. Faut-il aller chercher du côté de la localisation des places financières qui offrent des facilités aux deux souverains ? Lyon, pour le roi, est proche de l’Italie quand Anvers, pour l’empereur, est aux portes des Flandres. On retrouve vraisemblablement un écho de l’analyse de Tournon dans l’affirmation selon laquelle les affaires de Piémont « font, à [son] advis, crever de despit l’empereur »172.

  • 173 Peut-être est-ce aussi la conséquence de l’abandon de toute ambition en Italie du Nord, malgré Céri (...)

66Sans nous étendre sur la situation italienne et le subtil jeu d’alliance des princes et potentats, constatons que le royaume de France, tout au long du règne, doit faire face à un seul adversaire, de l’Artois à la Navarre : Charles Quint. Sauf en deux occasions, quand le roi d’Angleterre intervient dans le nord du pays en 1523 et en 1544. La guerre contre plusieurs adversaires est de toute évidence particulièrement coûteuse. Mais, autant qu’on puisse en juger, elle ne correspond pas nécessairement aux paroxysmes de dépenses. Les opérations, on y reviendra, coûtent plus cher à l’automne de 1521 qu’à celui de 1523, malgré l’invasion anglaise. Il est vrai que celle-ci, tardivement entamée, s’est terminée sans que les troupes françaises aient vraiment à intervenir. Quant aux dépenses de l’Extraordinaire des guerres de 1544, apogée du règne, elles ne sont qu’à peine supérieures à celles de 1543173. Mais l’intervention anglaise a des conséquences importantes pour les dépenses maritimes.

3. D’autres guerres ?

a. La marine

  • 174 Pour une présentation synthétique de la situation au tournant du siècle, voir Legohérel, Trésoriers (...)
  • 175 B.N. fr 2977 f° 16 [24-2-(1528 ?)]. Le 14 avril 1528 Duprat se préoccupe de faire parvenir 14 000 é (...)
  • 176 Voir B.N. fr 15628 et 15629, Tommaseo, Relations, p. 99 et 195, fr 3127 f° 125.
  • 177 C.A.F., t. VIII n° 32024 et 32081 ; B.N. fr 20502 f° 86.

67Les dépenses pour la flotte connaissent une croissance spectaculaire sous François Ier. Il semble qu’après des efforts importants sous Charles VIII et Louis XII, le domaine maritime ait d’abord été un peu négligé, malgré les projets havrais174. Jusqu’en 1528, le soutien de la flotte d’Andréa Doria permet au royaume de limiter son engagement. Classiquement, on assure en premier lieu le financement des « mercenaires » (il faudrait plutôt ici parler d’alliés) avant celui des navires français. Dans une lettre au roi, le chancelier indique que les galères « de messire André Dorye estoient appoinctées argent contant » alors que « les autres » doivent se contenter d’une assignation sur le receveur de Poitou175. La rupture avec Doria oblige à un effort maritime plus sérieux. Pour les années pour lesquelles des données sont disponibles (1532-33, 1535, 1537, 1539), les dépenses dépassent toujours 200 000 lt, le maximum connu étant de 324 000 lt en 1535176. La flotte du Levant dispose essentiellement de galères, mais celles-ci sont présentes aussi sur l’océan, du côté du Ponant. Une galère est beaucoup plus coûteuse à entretenir qu’une nef. L’Arbalétrière, galère du sieur de Bonnebault, revient trois fois plus cher (900 lt/mois) en 1537 que la nef La Grande Maistresse en 1531-1532 (300 lt/mois)177.

  • 178 I 929 945 lt d’après B.N. fr 17329 f° 86 v°. L’ampleur de la mobilisation en moyens et en navires d (...)

68Mais ces frais sont bien modestes comparés à ceux que requiert la mise sur pied d’une imposante opération maritime. En 1545, l’Angleterre fait l’objet de deux attaques par mer, l’une via l’Ecosse et l’autre sur ses côtes méridionales. La flotte de Méditerranée elle-même est mise à contribution pour l’opération : une partie de ses navires passe sur l’océan. L’ensemble des dépenses de la marine bondit cette année-là à près de deux millions de lt 178. Dès 1546, elles reviennent à un niveau plus raisonnable : 410 907 lt. Néanmoins, le chemin parcouru depuis 1515 est impressionnant. C’est une charge militaire supplémentaire pour le trésor, mais elle reste d’importance encore limitée : 1545 mis à part, la dépense annuelle en période de guerre équivaut à un petit mois d’Extraordinaire. En période de paix en revanche, cela devient un poste non négligeable. L’impossibilité d’improviser une flotte oblige en effet à assurer une maintenance permanente si l’on veut jouer un rôle sur mer.

b. La fortification

  • 179 Pour une évocation rapide, voir Chevalier, Bonnes villes, p. 106-107 et 113-118. Les dons aux ville (...)
  • 180 Un exemple, la transformation de la muraille médiévale de Bourg en enceinte moderne, c’est-à-dire b (...)
  • 181 En 1517, C.A.F., t. V n° 16354 : levée sur les villes à deniers communs pour les places frontières  (...)
  • 182 C.A.F., t. VII n° 23976, 24059 et 28392 ; B.N. fr 15628 n° 443 et 15629 n° 464 et 808.
  • 183 B.N. fr 15629 n° 496 (Picardie), 512 (Champagne) et 541 (Guyenne).
  • 184 En 1533 les villes fortes des frontières sont exemptées d’un prélèvement sur les deniers communs à (...)
  • 185 A partir de 1538-39, Henri VIII lance une énorme entreprise de fortification de la côte sud de l’An (...)
  • 186 C.A.F., t. IV n° 11202 (12-9-1539) : réduction de 300 000 lt sur cet impressionnant montant. L’effo (...)
  • 187 Faucherre (Nicolas), Places fortes bastion du pouvoir, Paris. 1986, p. 9.
  • 188 Tommaseo, Relations, p. 303. Sur le souci de la fortification chez François Ier, lors de ses derniè (...)
  • 189 B.N. fr 17329 f° 91 v : évalués à 52 000 et 75 000 lt en 1530 et 1531, les deniers par ordonnance b (...)

69Dans ce domaine aussi, le règne de François Ier marque une étape importante. Certes, l’existence des places fortes est ancienne et l’implication du pouvoir royal dans leur entretien aussi. Mais, traditionnellement, la tâche principale revenait aux autorités locales, comme lors du grand mouvement de fortification urbaine qui débute au milieu du XIVe siècle179. Il est vrai que l’évolution des techniques de construction accroît la nécessité d’une intervention royale180. Au début du règne, il est difficile de dégager l’ampleur de l’effort financier de la monarchie car les frais des réparations et fortifications sont souvent confondus au sein de l’Extraordinaire des guerres. On peut néanmoins repérer des levées spécifiques181. Entre 1529 et 1533, pour la Bourgogne, subsiste la trace de 42 770 lt de frais182. Si en 1532 cette province est seule à figurer à ce titre parmi les dépenses de l’Épargne (pour 10 000 lt), l’année suivante elle est rejointe par la Picardie, la Champagne et la Guyenne et l’ensemble atteint 54 600 lt 183. Cet effort est sans doute à mettre en lien avec une levée sur les villes, renouvelée d’ailleurs en 153 5184. A partir de la fin des années trente, le pouvoir royal engage des frais considérables dans ce secteur, parallèlement à l’Angleterre d’ailleurs185. Il est prévu de lever quatre millions de lt pour les places frontières (et les galères)186. L’effort est surtout important à l’extrême fin du règne. Est-ce à cause de l’invasion anglo-impériale de 1544 ? Il semble que le roi cherche à assurer une relative fermeture des frontières : « La préoccupation d’une barrière de fer ceinturant le royaume est bien présente chez François Ier » croit pouvoir affirmer un spécialiste de la fortification187. La formule est peut-être discutable, mais la mobilisation financière est en revanche incontestable. En 1545-1546, les « réparations » (qui comprennent tous les travaux de fortifications) mentionnées dans le manuscrit français 17329 atteignent 706 000 lt, et ce sans le Piémont de 1545 et sans le Sud du royaume, de la Guyenne au Dauphiné, pour les deux années. 11 est vrai que l’effort principal se porte dorénavant vers le Nord-Est, alors que les provinces méridionales et la Bourgogne étaient les mieux loties vingt ans plus tôt. Malgré tout, le montant total des dépenses doit être proche du million de livres pour 1545-1546. L’ambassadeur vénitien Cavalli évoque en 1546 les frais des fortifications « de nouvelle date » et parle de 250 000 écus par an (562 500 lt), soit un ordre de grandeur comparable188. L’essor parallèle du poste un peu énigma-tique des « deniers payés par ordonnance » n’a sans doute pas d’autre origine189.

70L’investissement de la monarchie est sans doute à lier, au-delà de la conjoncture de l’après-Crépy, à la fois à une entreprise de modernisation des systèmes fortifiés et à l’essor de l’État en tant que maître d’œuvre de la protection de tous : au-dessus des enjeux des fortifications locales, propres à une cité, il intervient désormais pour penser et réaliser un aménagement global des frontières, ce qui se traduit par la mise sur pied d’un véritable système de « péréquation » financière (B. Chevalier) entre les villes du royaume.

  • 190 A.N. J 968, 1/15 [23-4-(l537)].
  • 191 A.N. J 968, 1/1 : Montmorency au chancelier [25-1-(1537)].

71La fortification offre l’intérêt de constituer une dépense militaire alternative. En effet elle peut, si elle est efficace, « remplacer » une armée pour la mise en défense d’une province. Aménager aujourd’hui des remparts, c’est économiser sur les dépenses militaires de demain. C’est sans doute ce que veut exprimer Montmorency quand, à propos des fortifications de Saint-Pol auxquelles on travaille en 1537, il affirme : « En y despendant de présent dix mil frans cela en espargnera (au roi) plus de cinquante mil »190. En un temps où les guerres sont fréquentes, de même que les périodes et les secteurs où domine la paix armée, la fortification n’est-elle pas un moyen relativement bon marché - les investissements une fois faits - de se tenir sur ses gardes « pour éviter aux entreprinses »191 ? Mais une place forte implique une garnison qu’il faut solder et nourrir…

4. L’approvisionnement

  • 192 A.N. J 967, 12/3 : Claude de Bourges au chancelier (7-5-1538).
  • 193 Une mise au point d’ensemble pour la Picardie dans Potter, Picardy p. 188-199.
  • 194 Sur la fixation de la « cocte et tauxation » pour les gendarmes, voir par exemple O.R.F., t. IV p.  (...)
  • 195 Doucet, Institutions, t. II p. 649. Pour les compagnies d’ordonnance, la solde inclut des fournitur (...)
  • 196 B.N. fr 3064 f° 30 [23-1-0527-28 ?)].
  • 197 Du Bellay, Mémoires, t. III p. 420.
  • 198 B.N. fr 20502 f° 86 et fr 10406 f 49.

72« Il ne suffit pas avoir des villes et murailles fortes si n’est pourveu de vivres pour les gens de guerre qui seront dedans »192. Ces propos d’un commissaire aux vivres invitent à observer comment la monarchie assure le ravitaillement de ses soldats193. Même si les troupes bénéficient de prix taxés pour certains achats, l’absence d’organisation devrait être la règle en temps de paix et dans les garnisons, et ce d’après des textes dont l’abondance incite cependant à supposer de nombreuses difficultés pratiques194. En théorie, les soldats doivent avec leur solde acheter sur les marchés les vivres nécessaires à leur subsistance. Les municipalités sont invitées à veiller au bon approvisionnement de ces marchés195. Voici des gens de pied en garnison en Languedoc dont le paiement tarde. Or ils « n’ont moyen d’y vivre s’ilz n’achap-tent à l’argent comptant ce qui leur est nécessaire », d’où l’inquiétude du lieutenant général de la province196. Lorsqu’en 1537 Langey parvient à faire rentrer des fonds dans Turin pour les hommes de la garnison, « les païsans des environs, sentans l’argent arrivé, leur portèrent grand refreschissement de vivres, ce qu’ilz ne faisoient devant que l’argent y fust »197. Les chefs militaires sont eux aussi obligés de se soucier du problème, qu’il s’agisse de capitaines de galères indemnisés pour des pertes subies lors d’achats de nourriture ou du comte de Saint-Pol qui semble avoir marchandé en personne des vivres pour son armée198.

  • 199 Ce qu’elle a parfois, très matériellement, du mal à faire : dans sa ruée italienne de 1515, Françoi (...)
  • 200 Contamine, Histoire militaire, p. 232.
  • 201 C.A.F., t. IV nos 13074 et 13080. Les personnes chargées des réquisitions ont un pouvoir de contrai (...)
  • 202 C.A.F., t. IV n° 13498, t. VI nos 22658 et 22684.

73Ce dernier cas est en fait différent car il s’agit de troupes en campagne. L’implication de l’administration monarchique est alors beaucoup plus directe : l’intendance doit en effet suivre199. Depuis le règne de Louis XI, les contributions, volontaires ou obligatoires, de larges portions du territoire sont la règle200. Les réquisitions dans les provinces ont lieu chaque fois que cela est nécessaire. En mai 1543, l’élection d’Orléans doit ainsi fournir soixante-dix muids de froment, cent de vin et soixante-dix d’avoine par semaine, que des convois eux-mêmes réquisitionnés emportent jusqu’à Saint-Quentin. A Dijon, le bailli est chargé de lever deux cent cinquante muids de vin, dix bœufs et cinq cents moutons dans sa circonscription201. En décembre, les habitants du diocèse de Narbonne se voient refuser l’exemption de fournissement de 3 768 setiers de blé qu’ils avaient sollicitée : le grand Sud-Est (Bourgogne incluse) doit alors fournir quarante-cinq mille charges de blé à Marseille202. Il s’agit d’alimenter l’armée de mer des côtes de Provence et c’est l’année de l’hivernage des Turcs à Toulon. Les communautés locales désignent des responsables comme ce David Chambellan, écuyer,

  • 203 A.N. M.C. CXXII 27 (19-1-1546).

« esleu, commis et depputté par les procureurs des villes et paroisses de í’eslection de Paris [tant] à tenir le compte et faire le paiement des fraiz et despences de la munition du pain [et] farines que pour faire les achaptz et amatz des bledz nécessaires et aultres choses qui en deppen-dent pour la fourniture ordonnée (…) des camps et armées du Roy estans en l’année mil cinq cens quarente troys en ses pays de Picardye et Champaigne »203.

  • 204 C.A.F., t. IV n° 13699.
  • 205 Voir Potter, Picardy, p. 191-192. Interventions de Saint-André ou Guise en faveur des habitants des (...)

74Ces réquisitions sont normalement remboursées. Elles sont assimilables à des emprunts forcés : le Dauphiné, qui devait fournir des vivres pour l’armée de mer de 1543-1544 est ainsi autorisé à remplacer cette contribution par un prêt de 20 000 lt 204. Mais il n’est cependant pas rare que villes et provinces supportent des pertes en ce domaine205.

  • 206 B.N. fr 3029 f 111 : La Trémoille à Robertet [7-8- (1521 ?)].
  • 207 A.N. J 965, 7/1 (15-5-1537). J’ignore a quoi fait précisément allusion A.N. M.C. Inv. Carré n° 2070 (...)

75Le personnel royal, en particulier les responsables financiers, joue un rôle actif dans le rassemblement de ces imposantes quantités de nourriture et ce avec ou sans le titre de commissaire aux vivres, titre de plus en plus fréquent il est vrai à partir de 1537. La Trémoille qui met sur pied le ravitaillement des villes de Bourgogne demande ainsi « que le Roy envoyé à Lyon, à Mascón, à Tornuz et à Chalón ung homme de finances pour nous faire amener yci cens pipes de vin »206. Une bonne organisation implique la mise sur pied de magasins ou « étapes » sur les trajets que doivent suivre les armées. Tournon en mai 1537 est ainsi chargé d’en établir entre Lyon et le Piémont, tâche qu’il juge difficile, à cause de la pauvreté du Dauphiné et de la Savoie207.

  • 208 B.N. fr 3048 f° 37 : Duprat à Montmorency (30-10-1528). En 1543, le roi avance des fonds à la ville (...)

76La procédure la plus fréquente est alors le recours aux marchands. Il arrive que réquisition et marchés négociés entrent en concurrence comme à Bayonne où les responsables locaux qui « ont faict marchez avecques aucungs marchans de ce quartier » sont rappelés à l’ordre par le Conseil royal qui a « advisé y pourvoir d’ailleurs, des seneschaucées et bailliages prouchains » de la ville, très certainement selon le procédé décrit plus haut. En règle générale l’administration se contente du rôle d’intermédiaire et de transporteur des vivres que les marchands revendent eux-mêmes aux troupes. Dans des cas exceptionnels, elle doit les acheter elle-même. Ainsi en 1528, quand la situation du marché des grains est rendue délicate par la disette et que « la soulde ne peult supporter la cherté », « il fault que le roy ait quelque personnage qui achapte le pain au pris qu’il est et le revende aux souldars à la tauxe qui sera advisé et que led. sgr porte la perte sur luy. Il a autreffoiz fait ainsi »208.

  • 209 C.A.F., t. III n° 10015 et t. IV n° 14152.
  • 210 Lot, Recherches, p. 231.
  • 211 B.N. fr 5085 f° 348.
  • 212 A.N. M.C. XIX 89 (17-6-1545) : B.N. fr 11969 f° 376 v°. Pelloquin est aussi contrôleur extraordinai (...)
  • 213 C.A.F., t. I n° 1702. Ce personnage important mériterait à lui seul une recherche. Voir entre autre (...)
  • 214 Potter, Picardy, p. 192 et 199. La distinction que fait l’auteur entre marchands munitionnaires qui (...)

77Qui sont les marchands qui s’impliquent dans ce fournissement ? Sans vouloir - ni pouvoir - mener ici une enquête approfondie, il est néanmoins nécessaire de les évoquer. Les marchands locaux assurant au coup par coup les besoins des troupes n’ont pas à nous retenir. Mais il est au-dessus d’eux une catégorie supérieure, qui passe des marchés de plusieurs milliers de livres. Pierre Durant et Jean Archier, marchands marseillais, réclament en 1538 5 666 lt pour reste de fourniture aux marins du port. Jean Roussart, Henri de la Vigne, et autres marchands de Langres et Vignory (Haute-Marne) sont assignés pour 3 000 lt en Languedoc en 1544209. Il existe des fournisseurs réguliers de très grande envergure que l’on peut considérer comme de véritables munitionnaires. Le mot, qui se rattache aux « munitions », réserves constituées dans les villes, existe d’ailleurs déjà : Balthazard de Lobye, Balthazard de la Chayne et Loys Grana, qui reçoivent 2 800 écus d’avances à l’automne 1537, sont désignés comme « marchants municionnier de pain » dans le Sud-Est210. Pierre du Solier fournit de la viande aussi bien en Piémont en 1536 qu’en Champagne en 1544211. Urbain Pelloquin (ou Ploquin), qui approvisionne lui aussi le camp champenois de 1544, est munitionnaire d’Ardres en 1558212. Jacques Favier est la cheville ouvrière de la fourniture aux places du Nord dans les années vingt : le 8 décembre 1522, il passe un marché pour alimenter pendant dix ans en vivres et munitions Boulogne, Montreuil-sur-mer, Thérouanne et Hesdin213. Louis Varlet, marchand de grain et trésorier de Saint-Quentin, approvisionne Laon en 1536, Guise en 1544 et s’engage à nourrir 35 enseignes d’infanterie le long de la Somme en 1558214.

  • 215 A.N. J 967, 87/1 (16-4-1538). Autre marché avec « Mainfroy Chandelle », marchand et bourgeois de Mo (...)
  • 216 C.A.H., t. II n° 4010 (15-12-1548). Il est de ce fait garde général des « munitions » dans la provi (...)
  • 217 Potter, Picardy, p. 197 affirme cependant que le transport est très souvent le fait d’entrepreneurs (...)
  • 218 Pour une période plus tardive, voir sur ce point Wood, Royal army, p. 16-20.

78Il faut avoir les reins solides car, si une partie des fonds peut être fournie par la monarchie lors de la signature du contrat, le reste n’est récupéré que très progressivement et parfois seulement après apurement des comptes. Martin de Troyes, le responsable de l’Extraordinaire des guerres, fait ainsi marché avec Melchior Borgarel (ou Bourgarel). Il lui fournit 4 400 écus soleil, somme pour laquelle il a « pris bons pleiges et cautions ». Le solde à verser ultérieurement est de 4 000 écus215. Bourgarel est un Piémontais qu’on retrouvera comme fermier et qui prend de plus en plus d’importance, à tel point qu’à la fin de 1548 il est qualifié de munitionnaire général du roi en Piémont216. Il faut souligner pour conclure que même les plus importants fournisseurs restent assez étroitement contrôlés par le personnel monarchique et n’ont qu’une autonomie d’action réduite, d’autant que les charrois semblent bien demeurer en dehors de leur activité, sauf dans le cas de Bourgarel qui, en 1548, s’occupe aussi du transport du blé à travers les Alpes217. Il m’est en revanche impossible en l’état actuel de chiffrer ce que représente pour les caisses royales, hors les soldes, le ravitaillement. Il faudrait d’ailleurs y joindre le coût, qui n’est pas évoqué ici, de l’armement et des munitions218. L’essentiel est très probablement intégré dans les totalisations de l’Extraordinaire des guerres, en période de conflit du moins.

C. Une charge de plus en plus lourde ?

1. Profil des postes de dépense

a. L’Ordinaire

  • 219 B.N. fr 17329 P 85 v° -86 v° ; fr 2940 P 48 ; Doucet, État Général, p. 76-77.
  • 220 B.N. fr 17329 f° 88.

79Le poids essentiel est évidemment ici celui des compagnies d’ordonnance. Mais il faut y inclure d’autres débours. Les mortes payes en premier lieu, qui représentent une charge relativement stable. A partir de données portant sur une demi-douzaine d’années, on obtient une fourchette allant de 40 000 à 85 000 lt. Trois années « reconstituées » sur cinq fournissent un chiffre équivalent qui se situe autour de 74 000 lt et recoupe ceux des prévisions de 1518 et 1523, respectivement 79 000 et 75 800 lt 219. Plus stable et plus réduit encore est l’ordinaire de l’artillerie, avec ses 28 000 à 36 000 lt de dépenses annuelles220.

  • 221 Les valeurs précises obtenues sont les suivantes : 4e Quartier de 1527 et 1er de 1528 : 95 1. 6 st  (...)
  • 222 C.A.F., t. III n°s 7871 et 9750, t. VIII n° 31442.

80Une mise au point sur la charge que représentent les gendarmes bute d’abord sur une grosse lacune de dix ans qui correspond à la disparition des trésoriers des guerres. Pour cette période « n’ont peu estre trouvez si promp-tement lesd. comptes, parquoy n’a peu estre veriffié combien de lances et hommes d’armes ont esté paiez par chacune année ». Pour le reste du règne, le nombre des lances est connu. Il a fallu se risquer, pour estimer la valeur de cette unité, à des calculs un peu hasardeux. Par chance, les données rassemblées sont cohérentes et permettent sans trop d’états d’âme de proposer un chiffre de 94-95 lt par quartier jusqu’en 1533 et 111 à 113 lt progressivement ensuite221. Si l’on applique, à titre expérimental, ce calcul d’ensemble à une unité précise, les résultats sont un peu différents : dans la compagnie du seigneur de Bonneval, en partant des sommes qui lui sont allouées, la lance « vaut » au deuxième quartier de 1535 105 1. 5 st, au quatrième de 1537 et au premier de 1538 98 1. 1 st et au deuxième de 1538 99 1. 12 st222. Comment expliquer la disparité avec les 111 lt théoriques ? Tout d’abord, par la non-prise en compte de frais généraux (prévôté, peut-être commissaires et contrôleurs des guerres), mais surtout sans doute par l’incomplétude de la compagnie : mes calculs se fondent sur son effectif théorique (40 puis 50 lances), mais qu’en est-il de son effectif réel ? Notre source est muette là-dessus.

81Il est malgré tout possible d’avancer des chiffres globaux, avec une marge d’erreur réduite. Jusqu’en 1533, on dispose apparemment de totalisations de lances pour les quartiers effectivement payés. On obtient alors le graphique suivant par année (en lt) :

Dépenses de l’Ordinaire

Dépenses de l’Ordinaire
  • 223 Doucet, Institutions, t. II p. 622.

82Je ne suis pas entièrement convaincu que les « lances » comptabilisées à partir de 1543, avec leur belle stabilité annuelle bien éloignée de la période antérieure où les variations entre les quartiers sont considérables, aient exactement la même signification comptable que pour l’avant 1533. D’autant que la structure interne de la lance a évolué223. En s’en tenant aux effectifs théoriques, on aboutit aux chiffres suivants (en lt) :

83Il faut se contenter, pour l’heure, de ces ordres de grandeur.

b. L’Extraordinaire

  • 224 Avec ceux de l’Ordinaire (soit les f° 43 v° -51 v°), ces chiffres sont publiés dans Lot, Recherches (...)
  • 225 Détail des chiffres des moyennes mensuelles pour les 22 périodes du graphique :

84Les données sur l’Extraordinaire des guerres du manuscrit français 4523 (f° 49-51)224 posent aussi de sérieux problèmes. Il n’y a pas de difficultés majeures pour les premières années ou l’après 1528, mais les années vingt, cruciales à bien des égards, sont d’un maniement délicat. Les chiffres disponibles correspondent, non à des années comptables, mais à des totalisations liées aux dates d’exercice des responsables successifs du poste. La solution est alors d’avoir recours aux moyennes mensuelles pour visualiser l’évolution (en lt)225 :

Dépenses mensuelles de l’Extraordinaire

Dépenses mensuelles de l’Extraordinaire
  • 226 Pour l’Épargne : B.N. fr 10406 f° 247 v° ; pour les Parties casuelles : A.N. KK 352, fos 75-76.
  • 227 A.N. J 958 n° 38.
  • 228 Ralentissement relatif, si l’on intègre les charges consécutives à la ligue de Cognac. Pierre Spine (...)
  • 229 En 1527, les fonds de l’Extraordinaire des guerres à destination de l’Italie pour la période compri (...)

85Comment compenser l’absence de chiffres pour les comptes de Jehan Prévost (février 1522-janvier 1524) et pour l’essentiel de ceux de Gaillard Spifame (juin 1525-juillet 1528 ; nous ne disposons que de 1525) ? Pour Spifame, on sait qu’il a reçu, en 1528, 1 255 820 lt de l’Épargne ce qui, avec l’apport de la caisse des Parties casuelles, représente près de 1,4 million en sept mois (moyenne mensuelle : un peu moins de 200 000 lt)226. Les héritiers de Spifame affirment lors de son procès qu’il a brassé plus de sept millions de lt en tant que commis à l’Extraordinaire des guerres227. Mais cela vise à obtenir des remboursements de frais, indexés sur la quantité d’argent maniée, aussi ce montant risque-t-il d’être exagéré. On obtient en effet une moyenne mensuelle de 190 000 lt sur 37 mois, ce qui paraît excessif car la deuxième moitié de 1525, l’année 1526 et même le début de 1527 correspondent à une phase de moindre activité militaire228. Un ordre de grandeur de cinq millions (1,4 en 1528, 2 en 1527 et le reste pour la période antérieure) semble plus raisonnable229. Pour l’exercice Prévost, si les chiffres ponctuels abondent, une estimation d’ensemble est encore plus fragile. Ici, l’Etat général de 1523 ne peut être d’aucun secours. Pour la très difficile année 1521 (« alourdie » par deux hivers moins coûteux) la moyenne mensuelle est de 300 000 lt alors que pour 1524-1525, y compris les mois qui suivent Pavie, où les dépenses reculent à coup sûr nettement, elle atteint 250 000 lt. Il est donc raisonnable de retenir un ordre de grandeur un peu inférieur, l’activité militaire connaissant un certain tassement entre le printemps 1522 et l’automne 1523. À 200 000 lt par mois sur 23 mois, cela donne 4,6 millions de lt pour combler la lacune documentaire.

2. Le coût des guerres : un bilan

86Pour finir, après cette série de mises au point partielles, il faut se résoudre à risquer des évaluations globales pour les cinq périodes de conflits. Seules leurs limites chronologiques sont un peu modifiées, en l’occurrence étendues, non pas tant pour permettre une utilisation plus aisée des données que pour prendre en compte les périodes de paix armée qui enveloppent les phases d’opérations actives. Pour chaque ensemble, j’ai donc additionné Ordinaire et Extraordinaire des guerres, marine et artillerie, en procédant par estimation chaque fois que les chiffres manquaient.

  • 230 Les dépenses de l’Ordinaire pour cette période sont d’après B.N. fr 17329 f° 87 de trois millions d (...)

87La brève et victorieuse campagne de Marignan s’inscrit dans un épisode guerrier qui couvre 1515 et 1516, dont le coût s’élève au moins à 7,5 millions de lt 230. Le poids de 1516, au vu des chiffres disponibles, est équivalent à celui de 1515, alors qu’il n’y a pas d’opérations militaires notables. C’est tout d’abord parce qu’une partie des dépenses engagées ne sont sans doute réglées qu’alors. Ensuite, bon exemple de période de paix armée, il y a toujours en Milanais des troupes nombreuses. Rappelons enfin que la guerre est sur le point de reprendre au printemps 1516, avec la menace d’intervention de Maximilien en Italie du Nord. C’est en fait l’absence de duel avec un « empire » tel que celui de Charles Quint plus que la netteté de la victoire initiale qui explique le coût limité de cette première campagne.

  • 231 B.N. fr4523 f° 51.
  • 232 2 508 lances rémunérées pour le premier quartier, 547 pour le quatrième ! B.N. fr 4523 f° 44 et sq.

88D’une autre ampleur est l’ensemble d’opérations qui vont de la déclaration de guerre de 1521 à la bataille de Pavie : les dépenses militaires sur une cinquantaine de mois atteignent presque 20 millions de lt (18,5 à partir de totalisations grossières). L’effort énorme, sur trois fronts, de la deuxième moitié de 1521, peut-être 600 000 à 700 000 lt par mois, est impossible à renouveler ultérieurement. Le contraste entre 1521 et la suite apparaît bien aussi pour l’extraordinaire de l’artillerie : 212 000 lt de dépenses en 1521, 101 000 lt seulement en 1523231.Signe révélateur, les gendarmes, qui ne sont pas une dépense prioritaire, sont beaucoup mieux payés en 1523 qu’en 1521 où les versements s’amenuisent à mesure que l’année s’avance232. De fait, si la défaite de La Bicoque en avril 1522 a sans doute une dimension financière, il n’en va pas de même pour Pavie, fruit d’erreurs stratégiques et tactiques sur lesquelles il n’est pas nécessaire de s’étendre ici.

89Après Pavie, il n’y a pas d’effondrement et, passée une période de récupération, un nouvel effort militaire est entrepris : les opérations reprennent en 1527. De la mi-1525 à 1529, date du retour à une paix que le traité de Madrid n’apporta guère, les dépenses se montent peut-être à 11 millions de lt. Si le montant est bien en-dessous de celui du lustre précédent, il faut rappeler que l’achat de l’alliance anglaise ou les subventions aux princes italiens, que l’on retrouvera, pèsent alors lourdement.

  • 233 Isaac, Tournon, p. 42.

90Lorsque les hostilités reprennent en 1536, il est clair que l’effort principal doit être porté sur un front unique. Malgré cela, il faut évidemment tenir partout à la fois et le Piémont, qui est de l’automne 1536 à l’automne 1537 un front secondaire, coûte néanmoins 1,5 million de lt durant cette période233. En incluant l’année 1538, qui ressortit selon moi largement de la paix armée, les charges totales dépassent 15 millions de lt. L’approximation atteint ici son maximum pour l’Ordinaire, une moyenne assez arbitraire de 2 700 lances ayant été retenue. En revanche, on entre dans l’ère des bons chiffres pour l’Extraordinaire. Les succès français [défensifs en Provence (été 1536) et en Picardie (1537), offensifs en Savoie-Piémont au printemps 1536 puis à l’automne 1537] doivent-ils être rattachés à une (relative) bonne santé financière ?

  • 234 Un acte du 30 août 1542 parle d’une dépense mensuelle d’un million de lt pour la guerre. Soit il s’ (...)

91Le conflit le plus onéreux, et de loin, est le dernier : de 1542 à 1546 sûrement plus de 30 millions de lt de débours. D’abord un seul adversaire, l’empereur, puis deux avec l’intervention d’Henri VIII (1543), et un seul de nouveau à partir du traité de Crépy (1544) et de la paix avec Charles Quint. Il est bien des façons de lire cette hausse : en moyenne mensuelle tout d’abord, le niveau maximum du poste principal, l’Extraordinaire des guerres, n’est en 1544, année la plus « chère », pas beaucoup plus élevé qu’en 1537 : 520 000 lt contre 440 000 lt. Mais c’est ici la durée qui fait la différence : la charge globale est deux fois plus lourde qu’en 1536-1538, elle est 50 % au moins au-dessus de celle des années 1521-1525. Les postes secondaires, artillerie et marine, deux armes de haute technicité, prennent alors un poids accru (6 % en 1536-38, peut-être 15 % en 1542-46). Même si le fardeau est déjà lourd, la rupture dans l’ampleur des dépenses se produit seulement sous Henri II quand, à partir de 1552, celles-ci atteignent puis dépassent le million de lt par mois234. A ce stade, en dépit de la solidité financière du royaume, la banqueroute n’est plus très loin.

  • 235 B.N. fr 3054 fos 118-120.

92Il est vrai que, même en période de paix, les dépenses militaires se sont bien alourdies. Un document non daté, très probablement de la deuxième moitié de 1547, nous fournit les chiffres pour un mois d’Extraordinaire235. Ils se montent à 236 000 lt. Or, à l’exception d’une expédition en Ecosse, présente ici pour quelques 51 000 lt, le royaume est en paix. L’entretien des garnisons du Nord-Est et du Piémont n’en représente pas moins 180 000 lt par mois, soit en sus de l’Ordinaire et de la marine, deux millions de lt par an. Les années 1531-1534 avec leur Extraordinaire symbolique sont loin ! Le retour en est rendu impossible par l’occupation du Piémont et l’essor des places fortes.

  • 236 Chaunu, H.E.S.F., t. I p. 159.
  • 237 Voir sur ce point, pour les guerres de Religion, les réflexions de Wood, Royal army p. 24 et 26
  • 238 Buisson, Duprat, p. 155, d’après B.N. fr 2985 f° 13
  • 239 Même souci chez François Ier en septembre 1521, à cause du manque de fonds : « Voyant ledit Roi ses (...)
  • 240 Du Bellay, Mémoires, t. I p. 349. Mais lever le siège, ne serait-ce pas en soi une défaite ?

93Le coût de la sécurité augmente donc sensiblement à partir du règne de François Ier, ce qui accroît l’impact financier - et donc politique - de la monarchie sur la société française236. Lourd en temps de paix, le fardeau l’est encore plus lors des guerres. S’il est aisé de lever des troupes, leur maintien en campagne est beaucoup plus problématique237. Les stratèges sont alors confrontés en permanence à une délicate alternative. Soit on décide d’utiliser rapidement les troupes levées, car elles coûtent fort cher : il faut agir, refuser les trêves « que nous ne pouvons goûter, attendu la dépense où le Roi est »238, et chercher la confrontation. On se heurte ici à un obstacle d’un autre genre : la bataille fait peur, car elle est trop risquée, comme en témoigne, exemple ressassé, l’épisode de Monluc au Conseil qui précède Cérisoles. On ne s’y résout que poussé par la nécessité : c’est le risque de dislocation de l’armée impériale qui convainc, début 1525, ses chefs de chercher le contact239. Soit on décide de faire durer le plus possible, avec l’espoir plus ou moins exprimé que l’armée de l’adversaire, faute de vivres et d’argent, finira par se dissoudre la première. C’est, à la veille de la bataille de Pavie, le projet de ceux qui, dans le camp français, veulent se retirer dans Milan. Ils affirment que « l’armée impérialle se consommeroit par faulte de payement car, faillant la paye, les vivres faillent »240. D’où l’importance des places fortes dans cette guerre d’usure où la figure du siège, de Mézières à Metz, prend tout son sens. Mais, bataille ou guerre d’usure, le vainqueur n’est jamais en mesure d’exploiter pleinement son succès, le cas de l’après-Pavie étant ici le plus net. Et ce en particulier pour des raisons financières. La place est nette alors pour la diplomatie.

III. Une diplomatie onéreuse

94En fait, on le sait bien, les diplomates n’attendent pas que le bruit des armes s’apaise pour entrer en lice : activités guerrières et diplomatiques se mènent traditionnellement de front. Aussi les négociations internationales, quelle que soit leur nature, entretiennent-elles des liens organiques avec les opérations militaires. Il peut s’agir en premier lieu de la mise sur pied d’un processus de paix, des difficiles marchandages qui aboutissent à la « Paix Perpétuelle » aux âpres discussions de la paix des Dames et de la rançon. Mais la diplomatie est parfois, a contrario, un moyen de conduire la guerre par tiers interposés, comme dans le cas des subsides du traité de Cognac, ou une arme pour continuer à se battre dans de moins mauvaises conditions, à l’image des efforts en direction des Ottomans dont l’alliance de revers peut soulager le royaume.

A. Négocier

1. Les ambassades

  • 241 Lapeyre, Monarchies, p. 330-331.
  • 242 Voir Rott, Représentation, 1.1, passim.
  • 243 Alors que Boisrigault est résident, Antoine de Lamet conduit une mission importante en Suisse en 15 (...)
  • 244 A.N. J 967, 39 [11-4-(1538)].
  • 245 B.N. fr 2963 fos 127-134. Ces 6 300 lt incluent une dépense spécifique : 781 écus de « droits ou ré (...)
  • 246 A.N. J 966, 44/5 (8-6-1538).
  • 247 A.N. J 965, 7/18 [17-8-0537)).

95Pour mener une diplomatie active, il est nécessaire d’entretenir un personnel abondant et compétent, qu’il faut fournir d’argent pour lui permettre d’une part d’assurer ses tâches de représentation et d’autre part d’atteindre ses objectifs. La Renaissance correspond à la diffusion en Europe, à la suite de l’Italie, du statut d’ambassadeur permanent ou quasi permanent. Louis XII se fait ainsi représenter à Rome et Venise, en Espagne et aux Pays-Bas241. Sous François Ier, le cas le mieux étudié est celui de l’installation en Suisse autour de 1521 d’un résident basé à Soleure242. La stabilisation des relations entre la monarchie française et les Cantons ainsi que l’étroitesse des liens financiers imposent une attention constante aux dossiers et une présence régulière aux diètes. Celle-ci est d’ailleurs parfois assurée par un ambassadeur spécifique, l’existence d’un agent fixe ne faisant pas disparaître la pratique des ambassades extraordinaires243. Le coût d’une représentation diplomatique permanente est difficile à évaluer. En Suisse, il dépasse certainement les 400 lt mensuelles qui constituent les gages du résident en 1538244. Pour l’ambassade de Rome, un justificatif de dépense portant sur le premier trimestre de 1537 atteint 6 300 lt, ce qui ferait plus de 25 000 lt pour l’année245. Malgré l’importance de leurs fonctions, les diplomates sont parfois jugés trop gourmands. L’ambassadeur de Selve qui accompagne le pape à l’entrevue de Nice dépense 50 lt par jour quand l’objectif royal est de limiter à 20 lt ses débours quotidiens246. Entre l’agent diplomatique et ses fonds, la course est permanente : voici Saint-Blancard en route vers Constantinople, auquel Tournon tente avec difficulté de faire suivre une partie de son assignation : avant même d’avoir commencé sa mission, Saint-Blancard a déjà des problèmes d’argent247

  • 248 B.N. fr 10 406, fragment de l’Épargne, f° 537 et Tommaseo, Relations, p. 195.
  • 249 B.N. fr 4523 f° 35. Garnier, habituellement bien informé, donne en revanche le chiffre de 300 000 l (...)
  • 250 A.N. M.C. XIX 159, à la date. Autre exemple, le vase d’or et d’argent rempli de 2500 écus que reçoi (...)

96Le poste de dépense intitulé « voyages, ambassades, chevauchées et messageries » connaît une telle croissance dans le manuscrit français 17329 (f° 92) qu’elle peut paraître sujette à caution : de 10 000 lt en 1515 et 15 000 en 1516, on monte jusqu’à 192 000 en 1545 et 368 000 en 1546, après une étape au milieu du règne à 34 500 en 1530 et 49 000 en 1531. Les 35 000 lt assignées sur l’Épargne en 1528 et l’estimation vénitienne de 70 000 lt pour 1537 s’inscrivent certes dans cette courbe ascensionnelle248, mais le terme semble très élevé. D’autant qu’une autre série qui nous fournit le montant des ambassades, voyages et chevauchées sous Henri II se tient dans une fourchette étroite : 143 000 lt (1550) à 175 000 lt (1549)249. Il est vrai que l’hétérogénéité des sources et le caractère composite du poste concerné interdisent un jugement définitif. Il me semble possible que les écarts proviennent de l’intégration ou non de certains dons à finalité diplomatique, comme ceux qui sont destinés aux ambassadeurs étrangers. Le 23 novembre 1541, « Guillaume Har-nard » ambassadeur d’Henri VIII qui regagne son pays, reçoit ainsi du roi de France 1 000 écus « afin qu’il se rescente de sa libéralité et que, à son retour aud. pays d’Angleterre, il soit plus inclin à l’entretenement de l’amytyé et alliance » entre les deux rois250. Toute politique pacifique passe par le vieux système du don et du contre-don, avec ce que cela suppose de dépenses somptuaires.

2. Les entrevues

  • 251 A.N. J 967, 87/5 : Martin de Troyes au chancelier [10-7-(1538)]. Deux autres lettres du même ensemb (...)
  • 252 B.N. fr 3127 f° 125.

97Les rencontres au sommet entre souverains constituent évidemment la plus éclatante des occasions pour une telle politique. Ici, il n’est plus question de regarder à la dépense. L’amélioration des relations avec Charles Quint, après le chassé-croisé de Nice, se traduit par l’entrevue d’Aigues-Mortes à la mi-juillet 1538. « A cause de la despence qui se pourra faire à ceste veue du Roy et de l’empereur », le trésorier de l’Épargne est « en grande nécessité d’argent ». Aussi les clercs des diverses recettes générales doivent-ils faire diligence pour aller vers lui251. La visite de 1539-1540 est plus onéreuse encore. Lors d’un conseil tenu à La Fère le 23 janvier 1540, trois jours après que Charles a pris congé de son hôte à Saint-Quentin, on évalue « pour le moins » à 200 000 lt les « bagues, draps d’or et de soye achaptées pour le Roy durant le passaige de l’empereur et autres despences restants d’icellui pas-saige » qui n’ont pas encore été payées252. Le séjour de l’empereur à Paris achève par ailleurs de convaincre le roi de la nécessité de réaménager le Louvre pour disposer d’une résidence agréable dans la capitale.

  • 253 B.N. fr 25720 f° 174 ; A.N. M.C. XIX 86 (9-7-1543). Une seule pièce de vêtement pour l’entrevue vau (...)
  • 254 A.N. KK 94. Voir Spont, Semblançay, p. 164 note 4.
  • 255 Prentout, États de Normandie, t. I p. 255-259.
  • 256 B.N. fr 15628, n° 213, 247, 249, 274, 276-278, 280-281, 361, 365 et 402.
  • 257 A propos de la réception d’ambassadeurs anglais lors des fêtes de la Bastille de décembre 1518, A. (...)

98Le modèle des entrevues reste le camp du Drap d’or (juin 1520) entre Henri VIII et François Ier. Il est difficile de fournir un chiffre global, mais à partir d’indications partielles, une estimation de 400 000 lt de dépenses ne paraît pas excessive. La préparation matérielle nécessite un emprunt de 200 000 lt sur la place lyonnaise. D’ailleurs le remboursement de 124 099 lt correspondant à l’achat de draps d’or et de soie en prévision de la « veue d’Ardres » n’est toujours pas achevé en 1543253. Le maître de la chambre aux deniers, qui a un compte particulier pour ses débours du camp du Drap d’Or, y mentionne une dépense de 30 290 lt, essentiellement destinée aux banquets254. Enfin la Normandie aurait à elle seule déboursé 99 100 lt pour le financement de la rencontre255. L’entrevue de Boulogne en 1532 est moins coûteuse, puisqu’elle n’atteint « que » 86 469 lt de dépenses sur le compte de l’Épargne de cette année-là256. Il n’est pas nécessaire de s’attarder sur l’évidente signification politique que revêt l’étalage d’un faste très codé et de la richesse d’un monarque257. Le luxe est au service d’un projet dont les mécomptes diplomatiques sous François Ier donnent à penser qu’il n’était pas sans défauts.

3. Un cas particulier : la campagne pour l’Empire

  • 258 Pour un récit détaillé de l’ensemble de l’affaire, voir Mignet, « Une élection à l’empire en 1519. (...)
  • 259 Barrillon, Journal, t. II, p. XXXII, qui reprend les données de B.N. fr 5761 f° 84. D’après un agen (...)
  • 260 Sur ses débuts, voir Barrillon, Journal, t. I p. 251-252. Ce sont d’ailleurs ces pensions que celui (...)
  • 261 Barrillon, Journal, t. II p. XXXIII.
  • 262 B.N. fr 4523 f° 49.

99On peut sans doute en dire autant de cette opération exceptionnelle qu’est la candidature de François Ier à l’élection impériale. Elle informe toute l’activité diplomatique des années 1517-1519. Seuls les aspects financiers nous retiendront ici258. Au plus fort de la campagne, au printemps 1519, les envoyés français en Allemagne auraient reçu 407 000 écus259. Tout le problème est de savoir si et comment cet argent a été dépensé. Je me contenterai d’insister sur certains aspects moins souvent mis en avant. Tout d’abord, il existe à partir de 1516 une véritable diplomatie des pensions à destination de l’Allemagne260. Le montant exceptionnel atteint par ce poste de dépense en 1517 et surtout en 1518 n’est sûrement pas sans rapport avec la campagne électorale, ouverte bien avant la disparition de Maximilien. Ensuite, parallèlement aux efforts diplomatiques, François ne néglige pas la dimension militaire : pour « donner ayde, faveur et assistance ausdicz électeurs et rendre leurdicte élection paisible et pacifique », il a « arresté dresser et mettre sus une armée »261. Aussi n’est-on pas surpris de voir l’Extraordinaire des guerres doubler entre octobre 1517-septembre 1518 et octobre 1518-septembre 15 1 9262. Et on peut se demander si une partie des 407 000 écus déjà évoqués n’était pas destinée à solder des troupes.

  • 263 Voir par exemple A.N. J 952 nos 50, 52, 53 et 54. Charles lui-même, bien qu’élu, honorera mal ses e (...)
  • 264 Buisson, Duprat, p. 139, d’après B.N. Dupuy 486 f° 114. En fait, pour les trois autres électeurs, l (...)
  • 265 Barrillon, Journal, t. II p. 119 et 121.
  • 266 Ibid., t. II p. 123. Barillon indique d’ailleurs p. 143 que si Charles Quint fait de « grandes prom (...)
  • 267 Ibid., t. II p. 146.
  • 268 Brewer, Letters and papers, vol. 3, part I, 1519-1523, p. 24 : Spinelly à Wolsey (20-2-1519).
  • 269 Voir sur ce point les réflexions de Chaunu (Pierre), L’Espagne de Charles Quint, Paris, 1973, t. I (...)

100Pensions et frais militaires ont donc dû peser sur l’État général, mais on a sans doute trop écrit que la politique à destination des électeurs avait été très naïve, distribuant du comptant là où Charles Quint faisait des promesses. Le roi lui aussi appâte les électeurs avec des rentrées à venir. Il garantit aux princes allemands non seulement des dons, mais aussi des pensions viagères, bien peu assurées de durer en cas d’élection de Charles263. Mieux encore : en septembre 1518, négociant avec quatre électeurs, il donne pouvoir à ses ambassadeurs « de promettre faire donner, le cas avenant et le service fait, à l’archevêque de Mayence trente mille écus et aux trois autres à chacun dix mille écus et huit cens écus de pension »264. Il est clair que le gouvernement royal tient à prendre un minimum de précautions… On retrouve cette insistance sur les promesses au début de 1519265. Ce n’est que peu avant le scrutin que Barrillon se met à parler de dons, parmi les « grans frais pour le faict dudit empire », qui incluent les « voiages des ambassadeurs » et d’« aultres fraiz nécessaires » concernant peut-être les initiatives militaires266. C’est un dernier effort, tardif et maladroit, brouillon sans doute parce que presque désespéré. Après le scrutin, le roi est « desplaisant et non sans cause car, à la poursuicte, avoit faict grandes despences »267. Malgré cela, l’assertion selon laquelle François Ier était prêt à dépenser un an de revenus pour voir la couronne impériale sur sa tête ou sur celle d’un ami peut aisément relever de l’intoxication, procédé classique en pareille circonstance268. Sans doute le roi s’est-il pleinement engagé en cette affaire mais, en définitive, la vision caricaturale trop souvent répandue de son action doit être nuancée. Même s’il n’était pas pour Charles un rival aussi dangereux qu’on le dit parfois, son intervention a au moins contribué à faire monter les enchères parmi les électeurs et elle a obligé Charles à apurer au prix fort le contentieux financier accumulé au temps de Maximilien269. C’est un bon moyen pour handicaper financièrement l’empereur nouvellement élu durant quelque temps.

B. Le coût des alliances

1. Les Suisses

  • 270 Sur les suites financières de la campagne de 1513, voir Thomas, Délivrance de Dijon, p. 323-348. Le (...)
  • 271 Spont, Semblançay, p. 140 note 2 et p. 152. Sur cette affaire comme sur l’ensemble du dossier suiss (...)
  • 272 Wolfe, Fiscal systern, p. 55-56 ; Körner, Solidarités financières, p. 111.
  • 273 Körner, Solidarités financières, p. 411-412. Sur les lieux de paiements des pensions, voir aussi p. (...)
  • 274 A.N. KK 351, P 14 v° (mars 1525) et M.C. XIX 61 (29-9-1527). Elles valent respectivement 100 écus p (...)

101Outre des tentatives ponctuelles - telle la campagne pour l’Empire - pour constituer un réseau de soutien international, le règne de François Ier est marqué par un investissement massif, au sens financier du terme, dans une politique d’alliances stables. La réussite la plus spectaculaire est sans aucun doute la « Paix perpétuelle » avec les Cantons suisses. Pourtant, en 1515, ceux-ci sont au premier rang des adversaires de la France. Mais l’exploitation diplomatique exemplaire qui suit la campagne de Marignan permet de liquider l’essentiel du contentieux. Si l’accord de Gallarate/Galleras, à la veille de la bataille, est resté lettre morte, un premier traité avec huit cantons est conclu à la fin de 1515. Après une année entière de tractations délicates, un traité définitif avec les treize Cantons est signé à Fribourg le 29 novembre 1516. Il coûte au Trésor royal la coquette somme d’un million d’écus : 300 000 pour indemniser les Suisses de leur campagne de 1515, autant pour la restitution de places qu’ils tiennent en Valteline et 400 000 pour les frais de l’expédition bourguignonne de 1513 qui avait abouti au siège de Dijon. En fait, sur cette dernière somme, la moitié a déjà été versée en janvier 1516270. Sans connaître parfaitement le détail des paiements, on a la quasi-certitude qu’ils sont effectués assez rapidement. En mars puis en octobre 1517, les Suisses passent quittance pour 200 000 écus ; en juin-juillet 1518, il n’est plus question que de 325 000 lt à fournir, soit un sixième du total271. La « Paix perpétuelle » établit aussi un système de pensions. Ce n’est pas la première fois que la monarchie française a recours à ce procédé. Louis XI et surtout Louis XII avec le traité du 14 mars 1499 ont montré la voie272. Les pensions fixées en 1516 sont d’ailleurs réévaluées en 1521. Certains cantons bénéficient, pour des raisons politiques ou financières, d’un traitement de faveur273. Aux pensions générales, il faut ajouter celles qui sont destinées à des particuliers, spécialement à des membres de l’oligarchie urbaine et à des cadres militaires, auxquelles s’ajoutent des cadeaux, comme ces trois chaînes d’or, l’une à destination de la femme du « seigneur Artistin, advoyer de Lucerne » en 1525 et les deux autres pour l’« advoy » du canton de Fribourg en 152 7274.

  • 275 Körner, Solidarités financières, p. 412. Le seul chiffre précis fourni pour le règne de François I" (...)
  • 276 Tommaseo, Relations, p. 99 et 195.
  • 277 B.N. fr 4523 f° 42-43 v°.
  • 278 25 000 écus « pour convertir (…) au paiement des pensions et autres parties dues aux suisses » déto (...)
  • 279 Allusion in A.N. J 958 n° 11.

102Le montant annuel que représentent toutes ces pensions est estimé par Martin Körner, à partir essentiellement de sources suisses, à 40 000 à 50 000 écus en moyenne annuelle au cours du siècle275. Les données françaises dont je dispose m’incitent à penser que ce montant est sous-estimé. En 1535, l’ambassadeur Marino Giustiniano évalue à 60 000 écus par an les pensions suisses ; en 1537 François Giustiniano avance le chiffre de 200 000 lt 276. Surtout, un document fournit l’ensemble des recettes du service de la « trésorerie et pensions des Ligues » suisses277. Pour la période 1516-1546, cela représente un peu plus de quatre millions de lt, soit une moyenne annuelle de 130 000 lt, supérieure de 50 % aux données de Körner. On peut tenter de rapprocher les points de vue en rappelant que les comptes de la trésorerie incluent certainement des dépenses de fonctionnement et que rien n’interdit par ailleurs, comme ce sera la règle plus tard, que ce poste dissimule des débours sans grand rapport avec les treize Cantons. Hormis d’éventuels envois en Allemagne, dont on a quelques indices278, cette dernière hypothèse paraît néanmoins peu fondée pour la première moitié du XVIe siècle. Je pense en revanche qu’outre les versements convenus, la monarchie française répand en Suisse un argent plus ou moins occulte, non sans perturber la comptabilité, car « tel avoit esté paie qui devoit ne l’avoir esté », d’où de redoutables difficultés pour l’apurement des comptes279

  • 280 Körner, Solidarités financières, p. 413.
  • 281 A.N. J 968, 2/54 (14-11-1537).
  • 282 B.N. fr 3054 f° 132 v° [16-2-(1528)] et 135 [29-9-(1527 ou 28)].
  • 283 B.N. Clairambault 334 f° 209.
  • 284 B.N. fr 3048 f 125 (1530-1532). Sur le travail d’enquête concernant les créances suisses, voir Rott (...)
  • 285 Körner, Solidarités financières, p. 413. C’est sans doute à cela que fait référence le nonce quand (...)

103Le paiement des pensions se fait à peu près régulièrement sur l’ensemble du règne et, au-delà, sur le siècle, jusqu’en 1588 du moins280. Dans le détail, il y a bien sûr des ratés. Fin 1537, Tournon et le chancelier sont ainsi priés d’« entretenir et faire bien traiter les suysses venant à Lyon [pour les pensions] en actendant que vous ayez de quoy leur faire meilleur payement »281. Les années 1527-1532 sont particulièrement délicates. La rivalité des assignations, la guerre d’abord, la rançon ensuite, joue au détriment des Suisses : « Quand il y a ung escu prest es mains des recepveurs généraulx, il est prins disant que c’est pour employer à d’autres affaires plus urgens et nécessaires » se plaint le responsable des paiements aux Cantons. Il écrit dans une autre lettre : « Il y a gros mutinement par les ligues à faulte de payement »282. En 1532, la réputation du roi est tombée au plus bas et les relations franco-suisses traversent une très mauvaise passe283. Aussi est-il besoin de remettre à plat l’ensemble du dossier. Duprat affirme alors : « Selon mon petit adviz, me semble qu’on ne leur doit plus bailler aucune chose jusques à ce que le Roy scaura la vérité et aura entendu comme il est avec eulx »284. En fait, le flot d’argent ne s’interrompt jamais complètement et bientôt, le contentieux réglé, vient le temps des doubles pensions pour éteindre les créances accumulées par les Cantons285.

  • 286 Spont, Semblançay, p. 185.
  • 287 Doucet, Etat général, p. 96 note I applique par erreur cette somme aux dépenses de 1523. Un documen (...)
  • 288 B.N. fr 3048 f° 19 (13-10-1525).

104Les pensions ne constituent qu’une partie des fonds destinés aux Suisses. Les accords de 1516 et 1521 permettent au roi de France de lever des mercenaires dans les Cantons et il ne s’en prive pas. La « fourchette » fixée par la « Paix perpétuelle » est de six mille à seize mille hommes. Aussi quand en décembre 1521 le Bâtard de Savoie se rend en Suisse avec 150 000 écus, il s’agit pour lui de lever des troupes tout en honorant les engagements financiers des traités286. Après les campagnes, malgré la priorité accordée aux paiements des mercenaires, les arriérés de soldes sont souvent importants. En mai 1523, 415 000 lt « deubz en Suysse à cause du voyage de Pycardie et de Millan » sont assignées au commis à l’Extraordinaire des guerres287. De la Saint-Jean à la fin d’octobre 1525, les Cantons reçoivent 336 000 lt qui correspondent sûrement pour l’essentiel à des règlements de frais militaires288. Rien ne permet d’affirmer qu’une partie de ces soldes transite par la trésorerie des Ligues, mais la confusion de ce poste avec celui de l’Extraordinaire des guerres sous un même titulaire comme dans le cas de Jehan Prévost en 1522-1524 ne facilite pas les choses.

  • 289 Barrillon cité in Lemonnier, Histoire de France, t. I p. 142 ; Montmorency cité in Knecht, Francis (...)
  • 290 B.N. fr 3031 f 86 [20-4- (1528 ?)].
  • 291 O.R.F., t. VI p. 225-226 (7-2-1532).

105Les récriminations françaises sont nombreuses au sujet des exigences financières des Cantons. Les Suisses « ne sont pas honteux à demander » constate Barrillon en 1516. Ils demandent tant d’argent et sont si peu raisonnables qu’il est quasi impossible de les satisfaire, affirme Montmorency en 1521289. D’où une réputation solidement établie de rapacité : les Suisses, juge Duprat, ne feront pas de difficulté à être payés malgré un pouvoir non cacheté, « d’autant que, quant il est question de prendre argent, ne regardent s’il y a pouvoir pour le bailler »290. Pour autant, on essaie de les satisfaire du mieux possible car ils demeurent des alliés précieux. La charge financière qu’ils constituent est le plus souvent présentée comme une « partie forcée »291 et le paiement des Suisses conditionne largement la conservation des possessions italiennes.

  • 292 Voir les analyses de Körner. Solidarités financières, p. 113-114 et 413. Pour la période 1501-1530 (...)
  • 293 Rott, Représentation, t. I p. 394.
  • 294 On l’observe en 1528 pour financer la guerre, en 1530 pour la rançon, en 1534 pour envoyer des fond (...)

106La dépendance française vis-à-vis des Cantons paraît donc nette. Mais il me semble que l’on peut mener une analyse du même ordre dans l’autre sens. L’alliance française si profitable aux Suisses devient vitale pour le bon fonctionnement socio-économique du pays. Le « contrat de travail collectif », pour reprendre une expression de Martin Körner (p. 409), que constitue l’institutionnalisation du mercenariat suisse est une bouffée d’oxygène en un temps de surpeuplement relatif et de difficultés alimentaires croissantes. A l’exportation des hommes correspond la rentrée des fonds, même si les bénéficiaires principaux ne sont évidemment pas les obscurs piquiers et hallebardiers qui servent François Ier. Il faudrait certes affiner les données, car les cantons catholiques sont plus dépendants que ceux qui sont passés à la Réforme, et la Suisse centrale « qui pratiquait la quasi « monoculture » du service étranger », plus impliquée que Zurich292. L’existence d’un parti français dans nombre de cantons n’a donc rien d’étonnant. On les retrouvera prêtant au roi car, au rebours de l’adage, il est parfois possible d’avoir et l’argent et les Suisses. D’ailleurs l’ambassadeur impérial constate en 1533 que les créances suisses sur le roi de France sont pour ce dernier un excellent moyen de retenir les Cantons dans son alliance car un changement de camp entraînerait un trop lourd manque à gagner293. Aussi, à partir de la fin des années vingt, si en plusieurs occasions d’autres urgences obtiennent la priorité sur les paiements suisses, c’est que la dépendance financière des Cantons permet ce procédé294. Mais, à terme, François Ier règle effectivement ses arriérés et apparaît comme un bon débiteur. Ainsi, pour certains cantons qui n’équilibrent leur budget que grâce aux subventions royales, le terme d’Etat-client n’est peut-être pas trop fort.

2. Les paiements anglais

  • 295 Giry-Deloison, Politique étrangère d’Henry VIII, passim. Voir du même auteur « A Diplomatie Revolut (...)

107L’argent destiné au roi d’Angleterre se situe dans un contexte politique très différent. Les travaux de Charles Giry-Deloison constituent une mise au point solide sur ce dossier et je me contenterai de reprendre ses conclusions295. Le versement de pensions est une constante depuis le traité de Picquigny. Toute une série d’accords qui visent à la fois à apurer les créances accumulées du souverain anglais et à mettre au point de nouveaux prélèvements sont signés au long du règne de François Ier en 1518, 1525, 1527, 1529, 1530 et, pour finir, en 1546. Outre les pensions, qui forment l’essentiel, certains traités incluent le rachat par la France de places prises par les Anglais, Tournai en 1518 et Boulogne en 1546. Cette politique de versements importants n’est rendue possible évidemment que par l’existence de longues périodes de paix entre les deux royaumes. Charles Giry-Deloison, après une minutieuse étude, évalue l’ensemble des versements destinés à Henri VIII au cours du règne de François Ier à 1 784 643 écus. Mais ce chiffre, dans sa précision, ne doit cependant pas faire illusion : les dépenses françaises vont au-delà de ce qui est versé au monarque anglais. Il faut y ajouter tout d’abord les frais d’achat d’écus, de transport et de gestion. Or, comme l’affirme Charles Giry-Deloison, « il est impossible, compte tenu de la documentation lacunaire dont nous disposons, de chiffrer ces dépenses supplémentaires (…) mais il est certain qu’elles s’élevèrent à plusieurs centaines de milliers de livres ». Et il faut encore tenir compte du remboursement de la dot de la reine Mary et des pensions versées à des Anglais influents, au premier rang desquels figure Wolsey. Ce dernier poste représente pour le règne 232 235 écus pour 22 pensionnaires. L’ensemble des dépenses dépasse donc nettement les deux millions d’ècus soit, sans s’embarrasser trop avant dans les conversions monétaires, quelque quatre millions de lt au moins. Le souverain anglais et ses proches s’y entendent donc fort bien pour faire fructifier leur politique internationale…

3. Les autres alliances et accords

  • 296 O.R.F., t. III p. 193 (1-9-1522) ; Knecht, Francis I, p. 147 et p. 372.
  • 297 Sur la dot : Lestocquoy, Nonces 1535-1540, p. 80 (200 000 lt plus 10 000 ducats par an). Le coût gl (...)

108Bien d’autres États entretiennent avec la France des relations diplomatiques qui se traduisent par des ponctions financières. Certains, comme l’Ecosse, sont des alliés de longue date. L’existence de relations étroites entre les deux pays entraîne toute une série de dépenses, guerrières ou pacifiques. Le soutien militaire se manifeste par l’envoi d’armes (huit mille piques en 1522) ou de contingents de soldats (en 1523, en 1545)296. L’entente politique est symbolisée par le mariage, le 1er janvier 1537, du roi d’Ecosse avec Madeleine, fille de François Ier. La mise au point de la dot, les frais du séjour en France de Jacques V, l’équipement des navires qui escortent la nouvelle reine vers son royaume, tout cela coûte cher297. Et pour un maigre profit diplomatique car Madeleine meurt au bout de quelques mois.

  • 298 Jacqueton, Politique extérieure, p. 204-211.
  • 299 Voir par exemple la correspondance de Duprat dans B.N. fr 3031 f° 103 v° (5e paye), f° 15 (7e paye) (...)
  • 300 O.R.F., t. V p. 18. L’effort militaire global alors accompli, armée de terre et de mer confondues e (...)
  • 301 François, Tournon, p. 158. La défaite de Montemurlo fait annuler le versement.
  • 302 A.N. PP 119, mémorial coté NN, p. 41.
  • 303 Canestrini, Négociations, t. III p. 78.

109Tout autre est le contexte italien, où la diplomatie française joue sa partie sur un échiquier politique particulièrement complexe. Il est une époque privilégiée pour observer comment les subsides aux alliés relaient l’activité militaire directe : c’est celle des débuts de la ligue de Cognac. Dès juin 1525, la Régente promet 40 000 écus de soutien mensuel pour Venise et le pape s’ils acceptent de se déclarer contre Charles Quint298. On retrouve dans l’accord de Cognac (22 mai 1526) ce subside qui devra permettre de lever des troupes suisses. La correspondance du temps fourmille alors d’allusions aux « payes » que François Ier est tenu de faire parvenir chaque mois en Italie299. Le roi évalue sa quote-part mensuelle à 150 000 lt au début de 1527300. La trêve conclue entre le pape et l’empereur impose une redéfinition des charges au sein de l’alliance (traité de Vincennes, 27 avril 1527). Bientôt l’armée française entre directement en lice. Tenu hors d’Italie après 1529, à l’exception du Piémont, François Ier cherche à intervenir en fournissant des fonds aux ennemis de l’empereur et de ses fidèles, en particulier aux fuorusciti florentins. En 1537 est prise la décision de fournir 20 000 écus à Filippo Strozzi301. L’année suivante, le soutien de la France à l’entreprise menée contre Cosme de Médi-cis coûte au Trésor 7 914 écus, suivant un compte qui est peut-être partiel302. Pour ces opérations, le relais de la place lyonnaise s’impose : en 1544 un agent des Médicis constate que Piero Strozzi est remboursé à Lyon de la majeure partie des fonds qu’il a investis dans la levée d’une petite armée303.

  • 304 B.N. fr 20502 f° 135.
  • 305 Bonne synthèse in Knecht, Francis I, p. 223-224 et 231-233.
  • 306 Bourrilly, Du Bellay, p. 169-170 ; O.R.F., t. VII p. 101 (20-1-1534). Le 19 décembre 1534, Chapuys (...)
  • 307 C.A.F., t. VI n° 20889 ; O.R.F., t. VII p. 210 (22-4-1535) ; Du Bellay, Mémoires, t. II p. 283.
  • 308 C.A.F., t. III nos 9971 et 10044. Sur la question, peu claire, des subsides aux princes protestants (...)

110L’effort se porte aussi en direction de l’Allemagne. En 1528, le gouvernement français tente même de faire participer les Vénitiens à une contribution pour soutenir les opposants allemands à Charles Quint304. Il s’agit aussi bien de princes passés à la Réforme que de catholiques. Le discours, axé sur la défense des « libertés germaniques », est en fait nettement orienté contre l’empereur et son frère Ferdinand. En 1532-1534, parallèlement à une tentative de conciliation religieuse, le soutien se fait particulièrement actif. Le principal agent français est alors Guillaume du Bellay305. Cette intervention entraîne le versement en 1534 d’un important subside secret de 100 000 écus et le recours à un moyen original de financement : l’achat à réméré du comté de Montbéliard et de la seigneurie de Blamont pour 125 000 écus par le roi et de trois autres seigneuries par Chabot pour 62 000 écus306. Tout l’argent versé par la France n’est sans doute pas récupéré lors des rachats. Ulrich de Wurtemberg s’engage à payer 50 000 écus pour le comté de Montbéliard le 3 avril 1535, mais cette rétrocession se fait, d’après les du Bellay « à trente ou quarante mille escuz près »307. En mai 1538 les princes allemands doivent encore pour cette affaire 100 000 écus au Trésor royal308.

  • 309 16 400 lt pour le duc de Gueldre ; B.N. fr 10406, n° 19 (21-7-1528) ; 110 625 lt dépensées en Gueld (...)
  • 310 B.N. fr 15628, passim.

111Nombreux sont en définitive ceux qui bénéficient des largesses françaises, pourvu qu’ils soient disposés à contrer Charles Quint, du duc de Gueldre à Jean Zapolya309. Dans le compte des dépenses de l’Épargne de 1532, les charges diplomatiques, sans les Suisses et les Anglais, représentent 125 000 lt, coût des ambassades inclus. Un tiers du montant total constitue une subvention au roi de Danemark, un autre tiers est destiné à l’Allemagne et le reste s’éparpille entre Italie, Portugal, Ecosse et Transylvanie310.

  • 311 Nombreuses allusions à l’argent de Naples dans Spont, Semblançay, p. 135 note 3, p. 143 notes 2 et (...)
  • 312 Jacqueton, Épargne, 2e partie, p. 18 et 20. Le dernier versement semble avoir lieu en 1536 : quitta (...)
  • 313 C.A.F., t. I n° 2822.
  • 314 Guichardin, Histoire d’Italie, p. 801.
  • 315 Sur ce dossier, voir Giry-Deloison, Politique étrangère d’Henry VIII, 2e paragraphe. Les apports an (...)

112Pour finir, il faut souligner que, si la diplomatie de la France dans son face-à-face avec Charles Quint lui impose un lourd fardeau financier, il est de rares circonstances où l’argent circule dans l’autre sens. La cession des droits sur Naples, dans la perspective du mariage de Charles avec une fille de France, négociée à Noyon en 1516, rapporte 300 000 écus, car le futur est tenu de verser une rente annuelle de 100 000 écus jusqu’aux épousailles. Les versements, irréguliers, s’interrompent en fait lors de la guerre, en 1521311. Profitable est aussi le mariage d’Henri avec Catherine de Médicis en 1533, car l’épouse est dotée de 292 500 lt 312. Ainsi les alliés italiens, ici le pape, peuvent-ils parfois alimenter les caisses. Autre allié (aux deux sens du terme), Alphonse d’Esté, qui contribue à la fin de 1527 au financement de l’armée de Lautrec, pour la modeste somme de 6 000 ducats par mois313. Mais l’argent a, en ce sens aussi, du mal à parvenir à ses destinataires. Alors que Lautrec est devant Naples, Venise a accumulé 60 000 ducats d’arriérés sur sa quote-part arrêtée lors de la signature du traité de Cognac314. Henri VIII lui-même met à l’époque la main au gousset pour épauler son allié français, comme le stipulent les divers traités conclus en 1527. L’effort global atteint 407 910 écus. Cependant, comme il s’agit pour une part de remises de pensions, les versements effectifs du souverain anglais en 1527-1528 ne se montent qu’à 168 438 écus315.

C. Problèmes financiers

1. Le prix de la paix : la rançon de François Ier

  • 316 Pour une première mise au point financière voir Hamon, Rançon, passim. A ma connaissance, la rançon (...)
  • 317 Sur le règlement avec Henri VIII, voir Knecht, Francis I, p. 221-222.
  • 318 4,9 tonnes d’après Hamilton repris par Vilar (Pierre), Or et monnaie dans l’histoire, Paris, 1974, (...)

113La rançon imposée au roi de France par la paix des Dames est une charge exceptionnelle par son ampleur316. Elle n’a cependant pas eu l’importance fiscale de celle qui fut payée après la capture de Jean le Bon. Prix de la paix, cette énorme somme est paradoxalement une conquête diplomatique française qui vise à compenser l’abandon de ses prétentions bourguignonnes par Charles Quint. En effet, si l’usage de la rançon reste une pratique courante au XVIe siècle, pour François Ier capturé à Pavie, l’empereur en exclut d’abord la possibilité. Le traité de Madrid n’y fait pas allusion. Il faut de longues tractations et la reprise des hostilités pour parvenir à un accord en 1529 : le montant est fixé à deux millions d’écus au soleil et un versement comptant de 1,2 million d’écus - que les Français ont vainement espéré limiter à 800 000 écus - permettra seul la libération des deux fils aînés du roi, otages en Espagne depuis 1526, et la venue en France de la nouvelle épouse de François, sœur de Charles. Le reste de la somme, qui comprend la prise en charge par la France des dettes impériales envers Henri VIII, sera payé progressivement317. Deux millions d’écus représentent alors sept tonnes d’or. Lors de l’échange, le premier juillet 1530, des sacs d’écus contre les deux princes et la reine, les 4,2 tonnes d’or fournies sont presque équivalentes aux arrivées d’or du Nouveau Monde de la décennie 1521-1530318. Il s’agit, sauf erreur, du plus important transfert de fonds du temps, et de loin.

  • 319 François, Tournon, p. 79 note 3.

114Il n’est pas nécessaire ici de s’étendre sur l’organisation des paiements mise en place dans le royaume. En raison de la spécificité de la demande, tous les groupes sociaux sont financièrement sollicités. Le versement des 1,2 million d’écus devient une véritable obsession au printemps 1530. François Ier est prêt à céder aux exigences de dernière minute des Impériaux et affirme à Tournon et Montmorency : « Povez estre asseurez que, avant que dillayer icelle délivrance, ilz ne scauroient demander chose que je ne leur accorde »319. Les divers retards ne font qu’accroître l’impatience du roi qui donne la priorité absolue au règlement de cette somme et écrit à ses envoyés :

  • 320 B.N. fr 3031 f°35.

« Après que vous aurez le principal des douze cens mil escuz et ce que vous sera nécessaire pour le demourant, je dresseroy mon estât sur les restes et plus valleurs pour Suisse, Angleterre et autres plusieurs parties forcées qui sont icy à demander argent chacun jour, à quoy n’ay voulu entendre en façon du monde quelque chose que l’on m’ait sceu dire, jus-ques à ce que soyés satisfaictz du nécessaire »320.

  • 321 Sapin s’enfuit car il ne peut régler promptement et intégralement le quartier de juillet 1531 desti (...)
  • 322 C.A.F., t. I n° 6290-91.
  • 323 Du Bellay, Mémoires, t. II p. 140. Charles Quint investira de fait une partie de la rançon dans la (...)

115Mais une fois effectué ce versement, le règlement des 800 000 écus du solde grève encore les finances royales pendant au moins trois ans. D’autant que des problèmes internes, comme la désorganisation de la recette de Languedoïl en 1531 avec la fuite du receveur général Sapin, empêchent de payer aussi vite que prévu321. En octobre 1533 encore, ce sont près de 150 000 lt qui sont remises à l’empereur322. Mais lorsque Charles Quint demande en 1532 des subsides à François Ier pour la lutte contre les Turcs, ce dernier a beau jeu de lui répondre qu’il a l’argent de la rançon « qui luy devoit suffire »323.

2. Les aspects monétaires

  • 324 Spooner, Frappes, p. 115.
  • 325 Ibid, p. 118.

116On le devine aisément, une telle saignée de métal jaune n’est pas sans poser de sérieux problèmes monétaires. En fait cette remarque vaut pour toute la politique des subsides et des versements à l’étranger. En période de valorisation de l’argent, en 1515-1516, le prix de l’or augmente dans le royaume, « preuve que la France voulait de l’or, en avait besoin pour mille motifs »324. Parmi ceux-ci, comment ne pas penser aux exigences anglaises, suisses ou impériales de l’heure, sans parler, bien sûr, de la guerre elle-même ? L’urgence internationale conduit parfois à fabriquer des espèces spécifiques. Le 18 mai 1519, alors que la campagne pour l’Empire bat son plein, on décide de frapper des écus d’or de qualité inférieure et ce de façon momentanée : l’ordonnance royale n’est promulguée que « pour brief temps » (juin et juillet)325. Mais cette initiative arrive bien tard…

  • 326 Richet, Monnaies, p. 361-362 et 366-367. Dans ce cas précis, la monarchie adopte une attitude inver (...)
  • 327 B.N. Clairambault 332 f° 17 (9-4-1530).

117Il est aussi souvent nécessaire d’accepter voire d’acheter des écus au cours marchand, légèrement supérieur au cours officiel des espèces326. En avril 1530, lors du rassemblement de la rançon, le roi constate que « si quelqu’un s’en trouvent, il y a gros foiblage et les fault achapter bien chers »327. La monarchie, ce faisant, prend de la distance par rapport à ses propres ordonnances, qui sanctionnent le non-respect du cours légal. Deux témoins viennent ainsi certifier devant notaire que celui qui était commis aux paiements anglais en 1525

  • 328 A.N. M.C. VIII 43 (16-12-1525).

« a converti grande quantité de monnoye du coing de France en escuz d’or au soleil à quarente ung sol tournois chacun escu [cours légal : 40 st] qui est le cours et pris auquel ilz se mectent et distribuent ordinerement à présent en cested. ville de Paris, et le scavent parce que quant on envoyé à la boucherie ou au marché ung escu sol., ceulx de qui on prent cher ou autre marchandise en baillent le Retour aud. pris de XLI st »328.

  • 329 A.N. M.C. XIX 79 (28-3-1538).
  • 330 B.N. fr 3091 f°43.

118Mais, une fois sorti du royaume, l’écu peut retrouver sa valeur légale. Deux autres témoins attestent qu’en Suisse, ils ont toujours « veu mectre les escuz soleil pour quarente solz tournoys seullement ; (…) durant lesd. années [1526-1529] ilz ne se mectoient à plus hault pris », y compris « en payement pour les affaires du Roy »329. Cela entraîne une perte pour le Trésor royal qui a dû acquérir une partie de ses écus à un cours marchand supérieur. Mais le jeu sur les parités est parfois plus complexe encore. Dans un acte de 1518, à une date où le cours de l’écu est déjà de 40 st, des pensions (vraisemblablement à destination de particuliers anglais) sont acquittées sur la base du cours légal précédent, valable jusqu’au 27 novembre 1516, soit 36 s. 3 dt l’écu. Le même acte comprend la mention de sommes destinées au roi d’Angleterre, au cours arbitraire de 38 st l’écu330. Celui-ci a été déterminé dans l’accord qui a conduit à ces versements, le traité du 7 août 1514.

  • 331 Gascon dans Chaunu, H.E.S.F., t. I, p. 274.
  • 332 O.R.F., t. III p. 300 (25-9-1523).
  • 333 Calcul à partir de B.N. fr 2940 f° 57 puis 48.
  • 334 Spont, Semblançay, p. 136 note 1 (27-11-1516).

119Si les dossiers suisses et anglais, balisés par des accords connus et des travaux solides, permettent des estimations valables, l’argent déversé en Allemagne et en Italie est beaucoup moins aisé à percevoir. « Nous avons peine à évaluer le coût de la candidature malheureuse de François Ier à l’élection impériale de 1519 et, davantage, le prix de l’appui donné aux princes allemands de la Ligue de Smalkalde (1529) jusqu’à la paix d’Augsbourg (1555) »331. Peut-être un travail spécifique parviendrait-il à des résultats chiffrés, indispensables pour saisir pleinement les enjeux de la circulation de l’« argent politique » dans l’Europe du temps. Quel qu’en soit le montant précis, une chose est sûre : le royaume de France fait figure de « château d’eau » financier duquel s’écoulent vers toute l’Europe des sommes considérables. François Ier est bien conscient que la paix est coûteuse, lui qui évoque les « premiers frais de la paix, qui ont bien équipollé à la mise d’une grosse guerre »332. Incontestablement cette capacité de la monarchie à mobiliser beaucoup d’écus au service de sa diplomatie a été aussi une arme de poids dans l’affrontement avec Charles Quint. Dépense permanente, elle prend parfois une place exceptionnelle, comme au temps de la rançon. Certaines années, en 1518 par exemple, si l’on se base sur les données de l’État général, le coût de la diplomatie et des accords excède celui des frais de défense (28,4 % des charges contre 24,8 %)333. Il s’agit évidemment d’une année sans conflit, mais la paix, comme le rappelle à son tour Semblançay, « n’est pas sans grosse somme de deniers »334.

Conclusion

  • 335 O.R.F., t. V p. 159 et p. 168.
  • 336 Du Bellay, Correspondance, t. II, p. 456. Le texte précise : « L’Empereur n’entend que soit mis par (...)

120C’est sans surprise que l’on constate le poids prépondérant que représente la politique extérieure sous toutes ses formes dans les dépenses de la monarchie. Pour 1518, comme on vient de le voir, elle dépasse 53 % des charges prévues, et ce pourcentage paraît correspondre à un niveau plancher, probablement sous-évalué par la non-prise en compte dans le calcul des dons et pensions dont certains concernent sans aucun doute des étrangers. Avec en plus le problème de l’utilisation de fonds secrets, en particulier pour la diplomatie, domaine où la transparence comptable est rare. Au cœur des guerres, il est probable en fait que l’effort externe atteigne voire dépasse les trois-quarts des dépenses. Le jeu permanent entre paix et guerre et donc la fréquente difficulté à distinguer financièrement les deux aspects est renforcé par la « plasticité » de la notion d’état de guerre. Qu’on en juge : le 15 juin 1528, une trêve est signée entre François Ier, Charles Quint et Marguerite d’Autriche, qui gouverne aux Pays-Bas. Mais… l’Italie et l’Espagne en sont exclues. Et cependant, François Ier autorise le commerce avec l’Espagne le 1er juillet, à la requête des États de Guyenne335… L’époque ignore la pratique de la guerre totale. Est-ce seulement faute de moyens ? En pleine guerre, en septembre 1536, Charles Quint continue de faire verser des fonds à la reine de France. Il est vrai qu’il s’agit de sa sœur336. Il y a derrière cette façon de concevoir les conflits une dimension culturelle et idéologique propre.

  • 337 B.N. Dupuy 86. f°31.

121Si la guerre se paie, la paix, elle aussi, s’achète. Malgré cela, cette dernière reste financièrement plus abordable et peut représenter un choix stratégique valable. C’est sur ce terrain que se place le chancelier Duprat, et non sur un plan moral, pour plaider en faveur de la paix sans doute à la fin de 1528 : « Aussi, Sire, il fault penser la grosse despence qui vous apouvrit et votre royaulme, et dont trouverez plus difficilement à recouvrer la rançon qu’il convient bailler ; et si voyez et congnoissez que votre despence est quasi frustratoire, d’autant que ny gagnez ne pré ne terre et y acquérez pour autruy qui en pourra faire son prouffit par cy après contre vous »337.

  • 338 Tommaseo, Relations, p. 195. Il ne compte pas « les frais des bâtiments, des tournois, des banquets (...)
  • 339 Voir Doucet, État Général, passim.
  • 340 B.N. fr 3127 f° 91 et sq.
  • 341 Chiffre obtenu en additionnant les données des divers postes et en extrapolant pour les cas, de fai (...)

122La croissance des dépenses globales, fruit avant tout de l’engagement contre l’« empire » de Charles Quint, est certaine mais elle est bien difficile à chiffrer précisément. Les estimations fournies par les ambassadeurs vénitiens n’ont pas grand intérêt ici. François Giustiniano donne pour 1537 une dépense de 5,11 millions de lt 338. Or, cette année-là, l’Extraordinaire des guerres, que Giustiniano ne prend pas en compte, atteint à lui seul 5,5 millions de lt… Les états prévisionnels permettent certes des totalisations. Pour 1518, on envisage d’abord une charge de 5,22 millions de lt, réduite ensuite d’un million grâce à des coupes sombres. Les dépenses prévues pour 1523 se montent à 8,65 millions de lt en intégrant 2,54 millions de lt de déficit antérieur à solder339. Mais il est certain que de nombreuses dépenses imprévues viendront, en particulier pour la guerre, brouiller les données et qu’à l’inverse certains débours mentionnés ne pourront être effectués faute de fonds. Or il est plus qu’hasardeux de supposer une équivalence entre les deux mouvements. La première année à offrir un état prévisionnel de dépense qui paraisse crédible est 1549, en particulier grâce à la prise en compte explicite des charges extraordinaires, soit 6,82 millions de lt (intégrant 2,4 millions de remboursement d’emprunts) qui s’ajoutent aux dépenses ordinaires pour former un total de 11,43 millions de lt 340. Les chiffres très complets du manuscrit français 17329 (f° 82-92 v°) pour la fin du règne de François Ier permettent d’avancer que, pour 1546, la dépense tourne autour de 7 millions de lt 341. L’année est celle du retour à la paix (traité d’Ardres, 6 juin) et le contraste est net par rapport à 1545 : les postes guerriers sont en recul de 3,15 millions de lt (Extraordinaire des guerres : -1,4, marine : -1,5, extraordinaire de l’artillerie : - 0,25), à l’exception de l’Ordinaire des guerres, dont on connaît le profil spécifique, qui gagne 300 000 lt. Autres postes en phase de récupération ou de croissance : les Suisses (+ 150 000 lt), les fortifications (+ 200 000 au moins) et les pensions et dons (+ 550 000). Malgré cela, les dépenses de 1546 apparaissent en retrait de 2 millions de lt par rapport à l’année précédente.

123En définitive l’impression prévaut que la croissance des dépenses est restée assez limitée. La véritable envolée a lieu dans les années 1550. Entre 1549 et 1553 le seul Extraordinaire des guerres bondit de 2,7 à 10,5 millions de lt. Mais ce qui compte aussi, c’est la durée de l’engagement. Dès les années quarante, le royaume se voit imposer sur plusieurs années consécutives un fardeau très lourd, alors qu’au début du règne, les efforts me semblent être restés plus ponctuels. Quoi qu’il en soit, faire face à ses engagements demeure une obligation chroniquement délicate pour la monarchie.

Notes

1 C’est ce que met en évidence P. Goubert quand, abordant les finances, il intitule ses deux premiers paragraphes : « Un préalable : dépenser » et « Les « voies et moyens » : une conséquence ». Goubert (Pierre) et Roche (Daniel), Les Français et l’Ancien Régime, Paris, 1984, t. I p. 333 et 337. Même approche chez Françoise Bayard, Financiers, p. 31 : la hausse des recettes « ne s’explique que par une expansion progressive des dépenses due aux choix politiques de la monarchie ». Jusqu’à Colbert les rares ouvrages financiers placent l’étude des dépenses avant celle des revenus : Guéry, Roi dépensier, p. 1254. Aujourd’hui, d’ailleurs, les autorités financières ont choisi de présenter la comptabilité nationale et les budgets en ouvrant sur les dépenses.

2 B.N. fr 2963 f° 161 (22-11-1521).

3 La synthèse la plus récente sur la cour est celle de Jean-François Solnon, La Cour de France, Paris, 1987, 649 p. Son jugement lapidaire sur la période médiévale (« Au Moyen Age, les rois de France ne tenaient pas de cour ») est à revoir. La cour en tant que telle est un organe politique important depuis les Valois, une institution coûteuse aussi, qui contribue à la prospérité parisienne au XIVe siècle et à celle de Tours, « ville royale », au 15e (cf. la thèse de B. Chevalier). A titre d’exemple, sur le fonctionnement de cette cour, voir Bozzolo (Caria) et Ornato (Monique), « Princes, prélats, barons et autres gens notables. A propos de la Cour Amoureuse dite de Charles VI » dans Autrand (Françoise) (éd), Prosopographie et Genèse de l’État Moderne, Paris, 1986, p. 159-170. En revanche le règne de François Ier est une étape décisive dans l’apparition du mythe de la cour de France.

4 Lestocquoy, Nonces 1541-1546, p. 113. Le nonce Capodiferro, dans cette lettre du 20/23-1-1542 évoque certes sous cette formule l’ensemble des dépenses royales, mais il le fait en observant la cour…

5 Liste in Jacqueton, Documents, p. 162. Cela représente à cette date au moins 700 personnes, peut-être 900 si chaque gentilhomme de l’Hôtel est flanqué d’un coutilier. Voir Contamine, Guerre, p. 298. Sur l’ensemble du règne, les archers français compliquent l’estimation car leurs effectifs sont instables : 165 en 1515, 315 en 1546 : B.N. fr 17329 f° 83 v°-84 v°.

6 Solnon, op. cit., p. 46 : 540 officiers en 1523, 622 en 1535. Un comptage rapide sur un document de 1537 donne le chiffre de 614 personnes : B.N. Dupuy 233 f° 79-93 v°.

7 La plupart des données utilisées pour cette synthèse proviennent de B.N. fr 17329 f° 82-84 v°.

8 Les données du règne soulignent la valeur des chiffres de l’année 1552 extraits de l’Histoire de France de Garnier cités in Tommaseo, Relations, p. 402. Le total est de 969 000 lt. en incluant un poste composite, les dons et menus plaisirs, qui représente 100 000 lt. En revanche, elles incitent à la prudence face aux chiffres fournis par les ambassadeurs vénitiens eux-mêmes. En 1537. François Giustiniano estime les dépenses de la Maison du roi à 1,5 million de lt ; en 1546 Marino Cavalli est plus vague puisqu’il évalue à 1,5 million d’écus la « dépense ordinaire pour la personne du roi et pour les besoins particuliers » : ibid., p. 195 et 303.

9 Le cas des « menues affaires » qui passent de 6 186 lt en 1516 à 86 756 lt en 1545 est à part. Ce poste change en effet de nature en 1529 : i1 inclut dorénavant les gages des chantres et chapelains des chapelles de musique et plain-chant et surtout les frais des chevaucheurs d’écurie. Cf. B.N. fr. 17329 f° 82 v°.

10 Liste, avec dates de naissance, in Jacquart, François 1er, p. 53-54.

11 B.N. fr 2940 f° 48 et Doucet, État général, p. 88.

12 B.N. fr 17329 f° 85. Pour 1532, B.N. fr 15628 donne un total de 208 400 lt comme dépenses pesant sur le Trésor de l’Épargne. La différence peut provenir d’assignations sur les Parties casuelles. Plus problématiques sont les états faits par la reine à son trésorier et receveur général en 1531 (60 865 lt) et 1532 (73 402 lt) : B.N. fr 2952 fos 22 et 33. Il s’agit certes d’états prévisionnels, signés respectivement le 8-6-1531 et le 20-2-1532. Ne pourrait-il s’agir aussi d’états semestriels ?

13 B.N. fr 17329 f° 85 et fr 15629 (total des deniers tirés des coffres de l’Épargne).

14 Lefranc et Boulenger, Comptes de Louise de Savoie et Marguerite d’Angoulême, fournit seulement l’état de leurs officiers et pensionnaires. S’ajoutent aux dépenses régulières des frais exceptionnels. A titre d’exemple, la dot de Marguerite lors de son mariage avec le duc d’Alençon atteint 60 000 lt : Marguerite d’Angoulême, Lettres, p. 435.

15 Sur les problèmes financiers posés par Marie sous François Ier, voir Knecht, Francis I, p. 38 et 185. Son douaire consiste en une rente sur le domaine de 55 000 lt, plus un droit de 10 dt sur chaque quintal de sel vendu en Languedoc. Dans l’État général pour 1518, elle est assignée pour 60 950 lt : B.N. fr 2940 f° 48. Dans celui de 1523, les 60 250 lt qui devraient lui revenir ne sont pas assignées, à cause de la guerre avec l’Angleterre : Doucet, État général, p. 82 et B.N. fr 23269 f° 4. Pour les dernières traces de paiement de son vivant, C.A.F., t. II n° 5896 (7-6-1533) : assignation de 4 325 écus. En décembre 1533 son veuf, le duc de Suffolk, touche 4 475 écus d’arrérages de douaire : C.A.F., t. II n° 6426.

16 Avec les recettes comme réfèrent (en base 100), on obtient, pour les dépenses dont les montants sont connus, les rapports suivants : 1516 : 77,7 ; 1517 : 102,9 ; 1530 : 120 ; 1532 : 126,7 ; 1536 : 88, 3 ; 1545 : 89,2. Pour les recettes : B.N. fr 4523 f° 6 v°-8. Pour les dépenses de 1516-17, 1530, 1532 et 1545 : B.N. fr 17329 f° 82 v° ; pour celles de 1536 : A.N. KK 91.

17 C’est peut-être 1515 qui a le chiffre le plus élevé, mais on ne dispose que du total d’une demie année, soit déjà 147 292 lt.

18 C.A.F., t. II n° 7094 (5-6-1534).

19 La vaisselle royale peut aussi servir de garantie pour les prêteurs. En 1523, Semblançay avance des fonds contre remise de 3 813 marcs de vaisselle appartenant au roi et à sa mère : Spont, Semblançay, p. 205.

20 Spont, Semblançav, p. 135 note 7 et p. 150 note 4.

21 Ibid., p. 156 note 2 ; B.N. fr 3031 f° 59 (1-5-1527).

22 Ibid., p. 118 note 2 (Morelet de Museau commis aux frais en 1515) ; B.N. fr 10392 (Nicolas Le Jay commis aux frais en 1547).

23 A.N. KK 94, chambre aux deniers, compte particulier du banquet, après le compte ordinaire de 1519 ; C.A.F., t. VIII n° 23928.

24 Tommaseo, Relations, p. 402.

25 Tommaseo. Relations, p. 101 (rapport de 1535).

26 Laborde, Comptes des bâtiments du roi, vol. I, passim.

27 Chatenet, Coût des travaux, p. 117. Rappelons, à titre de comparaison, que c’est au temps d’Henri VIII, en Angleterre, que le pourcentage représenté par les constructions royales est le plus élevé de l’histoire anglaise, d’après Alsop, The structure of early Tudor finance, p. 160.

28 Spont, Semblançay, p. 145, parle de travaux à Amboise en 1518-1520 qui auraient atteint 227 797 lt d’après A.N. KK 90. Mais cela ne semble pas correspondre aux renseignements de l’inventaire des Archives Nationales.

29 Un écho jusque dans l’Heptaméron, lorsqu’à la dix-septième nouvelle, le comte Guillaume de Fiirsten-berg demande une « augmentation ». Il vient « dire à Robertet, secrétaire des finances du Roy, qu’il avoit regardé aux bienfaicts et gaiges que le Roy luy vouloit donner pour demorer avecq luy ; toutesfois que ilz n’estoient pas suffisans pour l’entretenir la moictié de l’année, et que, s’il ne plaisoit au Roy luy en bailler au double, il seroit contrainct de se retirer » : Conteurs français du xvie siècle, p. 830-831.

30 Arbitraire qui éclate par exemple dans le cas de la pension versée à Maximilien Sforza à la suite du traité du 4 octobre 1515 et qui relève directement de la diplomatie.

31 La signification exacte des dénominations précises des deux séries, faute de renseignements complémentaires, ne peut être établie. Mais la mise en parallèle semble pertinente.

32 Tommaseo, Relations, p. 195 ; Clamageran, Impôt, t. II p. 104.

33 Voir les arriérés de pensions portant essentiellement sur 1521-1522 dans Doucet, État général, p. 89 à 97.

34 B.N. fr 4523 f° 36.

35 Spont, Semblançay, p. 141, note 2.

36 Un exemple d’accord entre un grenetier (F. Le Pelletier à Dreux) et une donataire (duchesse de Nemours, comtesse de Dreux) : A.N. M.C. CXXII 42 (3-6-1544).

37 Spont, Semblançay, p. 196 note 1.

38 Sur les Nevers voir Crouzet (Denis), « Recherches sur la crise de l’aristocratie en France au xvie siècle : les dettes de la maison de Nevers », Histoire, Economie, Société, n° 1, 1982, p. 7-50, en particulier les références p. 11 note 19. Le don annuel du produit d’impôts aux grands feudataires est une pratique courante à la fin du Moyen Age. Il permet de faire admettre par ces puissants personnages le principe même de telles levées et d’affirmer, ce faisant, la souveraineté du roi dans les grands fiefs. Après l’élimination du connétable de Bourbon, les Clèves-Nevers sont une des dernières familles à laquelle s’applique ce schéma. Pour autant, le rapport de force n’est évidemment plus le même que deux siècles plus tôt.

39 C.A.F., t. I n° 40, 1343, 3642, 3950 ; t. II n° 4926, 5945-5946, 6165 ; t. III n° 9684-9685 ; t. IV n° 12328 ; t. V n° 16145, 16293, 17361, 18378 ; t. VI n° 19072, 19483, 19504, 19774, 21028 et 21982.

40 Ce caractère annuel se retrouve même pour Anne de France, duchesse de Bourbonnais : C.A.F., t. V n° 16059, 16422, 17226 et 17330. Il est officiellement rappelé dans une ordonnance de décembre 1542 : Isambert, Recueil, t. XII p. 804.

41 Doucet, État général, p. 69. Clamageran, Impôt, t. I p. 105 donne le chiffre de 6 000 lt pour les greniers du Nivernais en 1515.

42 Bodin, République, p. 905-906 : il précise que le roi sait faire « choix de ceux qui méritent » ; Wolfe, Fiscal System, p. 62.

43 Leslocquoy, Nonces 1535-1540, p. 30 (12-4-1535). Les principaux bénéficiaires des largesses royales d’après la liste sont Montmorency et Chabot.

44 Pour les constructions, un chiffre de 80 000 lt annuelles paraît réaliste. Le complément de dépense représenté par les fêtes et les imprévus des spectacles monarchiques peut atteindre 100 000 lt, outre ce qui est inscrit dans l’ordinaire de la dépense. Reste enfin 20 000 lt, ordre de grandeur raisonnable pour les dépenses des maisons annexes. Les dons en revanche ne sont pas pris en compte : une évaluation, même vague, est impossible et beaucoup d’entre eux, prélevés à la source, n’ont pas à entrer dans un calcul qui se situe au niveau du Trésor royal.

45 Voir tableau pour la période 1598-1653 in Bayard, Financiers, p. 35. Le pourcentage augmente considérablement après 1610, mais la comparaison entre la tumultueuse régence et le règne stable de François Ier ne me paraît pas pertinente.

46 Un exemple entre mille : Paris aurait déboursé dix mille lt pour l’entrée du roi d’Ecosse en 1537 : R.D.B.V.P., t. II p. 359. Sur cette question, voir Boutier (Jean), Dewerpe (Alain) et Nordmann (Daniel), Un tour de France royal. Le voyage de Charles IX (1564-1566), Paris, 1984, p. 137-145.

47 Tommaseo, Relations, p. 303.

48 En 1532, les secrétaires des finances perçoivent 8 550 lt, les autres secrétaires du roi devant se contenter de 1 589 lt. C’est à l’appartenance à la chancellerie qu’ils doivent en fait leur présence ici. Les commis à la gestion des recettes générales se partagent 5 770 lt cette année-là : B.N. fr 15628.

49 Tommaseo, Relations, p. 195.

50 Doucet, État général, p. 84-87.

51 B.N. fr 2940 f° 48.

52 B.N. fr 4525 f° 95, qui fournit l’effectif global et chiffre la dépense à 52 920 lt. Cette source est d’un maniement délicat car elle est entachée d’une tendance systématique au gonflement. Les gages évoqués dans l’exemple de 1535 [A.N. M.C. XIX 147, (26-5-35)] soit 144 lt/pour un lieutenant, 120 pour un archer, semblent confirmer ce caractère excessif. A l’inverse, les 12 800 lt de l’État général de 1523 (Doucet, État général, p. 80) surprennent par leur faiblesse. Sur la Prévôté voir Doucet, Institutions, t. 1 p. 275-277.

53 Ses dépenses sont à la fois faibles et irrégulières : 2 025 lt en 1516, 22 164 lt en 1531 et 8 6061ten 1546 : B.N. fr 17329 f°89. On ne trouve jamais sous François Ier de poste de dépense indiqué « Ponts et chaussées » comme c’est le cas au xviie siècle.

54 A.N. J 967, 78 [6-4-(1538)]. Dès 1525 la Chambre des comptes souhaite qu’on active la recherche des restes des comptables « pour les employer où on advisera et mesmement aux réparacions requises et nécessaires en ce palais [de la Cité] qui tombe en ruyne et ne scet on où prendre deniers pour les faire faire et aux autres lieux de ceste ville qui sont en décadence et aussi aux pont Sainct Cloud, Charenton, Gournay et de Saincte Maxence qui s’en vont par terre. » : A.N. Xla 1529 f° 37 (13-12-1525).

55 Bon exemple de l’édilité prise en charge par la municipalité parisienne (défense, embellissements, adductions d’eau) : R.D.B.V.P., t. II p. 359-360.

56 Deux exemples : affranchissement d’impôts à Tarascon à condition de commencer avant deux ans des travaux d’endiguement du Rhône : C.A.F., t. I n° 2934 (mars 1528) ; remise de 3 200 lt à Poitiers à condition de rendre le Clain navigable : C.A.F., t. IV n° 11315.

57 Permission d’une levée de 10 000 lt en 1537 sur l’élection de Laval pour canaliser la Mayenne entre Laval et Château-Gontier : O.R.F., t. VIII p. 253 (6-2-1537) et p. 257 note 4 (19-6-1537). En 1539, pour financer la canalisation de la Vilaine, le roi autorise successivement une première levée de 6 000 lt sur les Rennais ne payant ni taille ni fouage et une seconde de 18 000 lt sur l’ensemble des contribuables du duché : C.A.F., t. IV n° 11169 et 11233 et O.R.F., t. IX p. 687 note 6. A l’inverse, il exige en 1544 de la municipalité parisienne qu’elle prenne, pour lever 500 hommes de pied, les fonds alloués au receveur des deniers communs pour rendre l’Ourcq navigable : C.A.F., t. IV n° 14172.

58 Présentation sommaire et références : Knecht, Francis I, p. 324-325 pour Le Havre et p. 368 note 26 pour Vitry. La charge des paiements du Havre au début des travaux est pourvue par commission. Le commis n’est autre que le receveur général de Normandie Guillaume Preudhomme. Allusion à ses comptes pour 1518-1522 : A.N. J 958 n° 42 (20-1-1524).

59 Ainsi figurent dans l’État général de 1518 3 500 lt pour les ouvriers de drap de soie de Tours : B.N. fr 2940 f° 48. En 1523, on prévoit 7 875 lt pour les « armuriers, brodeurs, paintres et ouvriers de soye » dont la plupart sont alors tourangeaux. Sur la prospérité des manufactures tourangelles au début du XVIe siècle, voir Chevalier, Tours, p. 342-362.

60 B.N. fr 20502 f° 87 et fr 4523 f° 32 v° -33.

61 Knecht, Francis I, p. 271.

62 O.R.F., t. VII n° 637 p. 61-62 (4-9-1533).

63 B.N. fr 3048 f° 131 (12-3-1528 ou 1529).

64 L’exception, ce peut être par exemple les « gentils-hommes » qui demandent au roi de leur « donner congé […] pour se trouver à la bataille », ici celle de Cérisoles, et qui y participent à leurs frais : Monluc, Commentaires, p. 144-145. Voir aussi Du Bellay, Mémoires, t. IV p. 202.

65 La création des compagnies d’ordonnance à la fin du règne de Charles VII correspond à un tri parmi les combattants disponibles et non à un recrutement nouveau : Contamine, Guerre, p. 302.

66 Cette notion, retenue ici par commodité, pose en fait, dès qu’on s’y attarde, bien des problèmes pour l’époque : la définition classique qui en fait des professionnels soldés servant temporairement et volontairement, s’applique en effet parfaitement… à beaucoup des membres des compagnies d’ordonnance. Quant à la question de l’appartenance nationale, bien des « mercenaires » sont sujets du roi de France, et bien des gendarmes sont étrangers. Il n’est pas ici question d’approfondir le sujet, mais seulement de relever qu’il mérite attention.

67 Voici l’exemple de 239 hommes de guerre à pied « de la nation de basques », présents au camp devant Pavie, qui font l’objet de montres mensuelles, successivement les 3 novembre et 6 décembre 1524 et 10 janvier 1525 : A.N. M.C. Inv. Carré, n°s 2010-2012. Les échéances des paiements des chevau-légers sont moins claires ; des documents des années 1536-1537 [A.N. J 965, 7/52 (3-12-1536), J 965, 7/4 (21-5-1537), Lot, Recherches, p. 219] font supposer un paiement par quartier. Les chevau-légers relèvent de l’Extraordinaire… mais une lettre du 14-4-(1528) les évoque comme « couchez et employez en l’ordinaire de [la] despence » : B.N. Dupuy 486 f° 27.

68 B.N. fr 4523 f° 48. Ils produisent deux séries de rôles de montre, sur papier puis sur parchemin. Un exemple in A.N. M.C. XIX 165 (12-7-1544).

69 B.N. fr 2933 fos 1 à 17. En incluant les 40 lt par montre des clercs payant les compagnies des prévôts, cela fait 3 085 l. 1 st, pour des versements par montre oscillant entre 114 500 et 119 000 lt.

70 B.N. fr 23916 f° 2 et sq. En quatre mois, de mars à juin, Prévost débourse ainsi 3 252 lt.

71 Dans le C.A.F., on voit ainsi le trésorier des Guerres Jehan Grolier solder, avec les délais de rigueur, des absents en congé [t. I n° 2328 (18-4-1526) ou t. VI n° 19844 (28-8-1529)] ou des malades [t. I n° 2498 (8-12-1526) ou t. II n° 5377 (13-2-1532)].

72 Monluc, Commentaires, p. 144.

73 Voir une lettre du roi au trésorier Grolier du 24-1-1530, conservée dans la liasse de février de A.N. M.C. CXXII 16 : « Pour autant que seroit à présent difficille de faire faire la monstre de la compagnie de mon cousin le mareschal deTrevolce pour le quartier de juillet, aoust et septembre derrenier passé, d’autant qu’elle est en Italye où l’on ne pourroit bonnement envoyer commissaire ne contrerolleur sans grande longueur et perdicion de temps, à ceste cause, vous mectrez es mains de messire Mauro de Nouate, gentilhomme dud. mareschal, l’argent et paiement dud. quartier dont il vous a esté faict dernièrement fons et assignacion, en prenant dud. Mauro bonne et suffisante seureté et caucion de vous rapporter le roolle et acquict deuement expédié d’icelle compagnie pour ted. quartier par un commissaire ordinaire de mes guerres et par l’un des commis aussi ordinaire du secrétaire [et contrôleur général] de mesd. guerres ou dud. mareschal et de deux notaires sur ce suffisant ».

74 B.N. fr 5125 f 106 ; A.N. J 967, 8/17.

75 Tournon, Correspondance, n° 306 (17-8-1537).

76 A.N. J 965, 9/39 (9-8-1537).

77 A.N. J 965, 8/11 (10-4-1537).

78 Boyvin, Mémoires, p. 164.

79 Le détail des chiffres est reproduit dans C.A.F., t. VIII nos 31416 à 31458. L’ampleur de ce revenant-bon varie considérablement selon les compagnies. Parfois inexistant, il atteint 17,2 % pour celle du roi de Navarre et 22,3 % pour celle de Chabot. Dans l’ensemble, il est plus élevé pour les compagnies de 100 lances (10 %) que pour celles de 50 lances (4,3 %).

80 A.N. J 965, 7/17 (14-8-1537).

81 B.N. fr 2963 f° 161 [22-11-(1521)] ; A.N. J 967, 7/4 (1-9-1536). Les levées donnent aussi lieu à des cadeaux. A Montluel, pour des mercenaires suisses qui viennent d’être levés, le roi « à chacun des capitaines donna en présent une cheine de cinq cens escus » : Du Bellay, Mémoires, t. HT p. 114.

82 B.N. fr 2985 f° 78 [23-9-(1521)] ; fr 3044 f° 98 (1er voyage : juin-août 1537).

83 B.N. fr 3048 f° 97 [15-10-(1526)]. Dans le contexte de paix armée du Piémont à partir de l’occupation de 1536, on trouve aussi de nombreux exemples de mercenaires retenus entre les opérations (hiver 1536-1537) ou en temps de trêve et de paix (1538-1539).

84 Spont, Semblançay, p. 121 note 2 ; Du Bellay, Mémoires, t. II p. 3.

85 Du Bellay, Mémoires, t. III p. 113.

86 A.N. J 964, n° 29 bis : J 965, 8/38 (8-5-1537).

87 A.N. J 965, 7/25 (13-10-1536). J’ignore si leur contrat spécifie qu’ils doivent être payés jusqu’à leurretour, comme c’est le cas pour d’autres mercenaires, plus avant dans le siècle : Wood, Royal Army p. 25.

88 B.N. fr 4525 f° 107 v° ou fr 25720 f° 90, qui fournit la date du document (31-10-1517).

89 Sur cette question, voir Doucet, Institutions, t. Il p. 625

90 B.N. fr 2976 f° 106 (15-6-1523).

91 B.N. fr 2978 f° 42 (8-8-1521) ; fr 2985 f° 89 v° [21-10-(1521)].

92 A.N. M.C. XIX 58 (31-5-1525).

93 Le teston de Savoie vaut alors 9 s. 6 dt : Richet, Monnaies, p. 388.

94 Beauvillé, Picardie, t. I p. 233. Les testons sont des monnaies d’argent, toutes les autres pièces sont du billon blanc ou noir. Sur ces monnaies, voir O.R.F., t. I p. XXXI et sq.

95 Ce qui ne signifie pas qu’elles comportent des effectifs constants. Sous François Ier, le nombre de lances de la gendarmerie oscille entre 1 800 et près de 4 000. B.N. fr 4523 f° 44-48 v° qui fournit une série complète, donne un maximum de 3 847 lances au début de 1523, chiffre identique à celui de Doucet, État général, p. 71.

96 Un édit de décembre 1542 précise que les payeurs de compagnie doivent s’adresser au trésorier de l’Épargne un mois après quartier échu pour « prendre les deniers ou assignations de payement » : Isambert, Recueil, t. XII, p. 804.

97 Doucet, Parlement 1525-27, p. 73-74 et 76.

98 Spont, Semhlançay, p. 185 ; B.N. fr 3044 fo 93. De tels délais obligent à nuancer l’affirmation de Lemonnier : « Même au moment des plus grandes difficultés politiques, avant comme après 1530, le paiement des hommes d’armes [= gendarmes] se fit assez régulièrement » ; Lemonnier, Histoire de France, t. II p. 96.

99 B.N. fr 3081 f° 56 ; fr 3127 f° 125.

100 Doucet, Parlement 1525-27, p. 74 note 1 (les retards sont tels que les capitaines des places commencent à renvoyer les troupes !) ; Potter, Picardy p. 183 ; Matignon, Correspondance, p. 76.

101 A.N. J 968, 1/19.

102 B.N. fr 26116 f° 369 : en décembre on organise les paiements des quartiers d’avril et juillet pour les troupes d’Italie et ceux de janvier et avril pour les gendarmes stationnés en France.

103 Entre 1525 et 1530, pas d’allusion à de gros retards dans Matignon, Correspondance, p. 8, 17 à 20, 26 note 1. Il existe encore alors un trésorier des guerres de Bretagne, mais il semble que l’agent essentiel soit le trésorier des finances du duché. En 1538, les responsables de la gestion des fonds bretons règlent la compagnie de Montejehan avec l’argent « que monsr le trésorier de l’Espargne (leur) a mandé retenir de par deçà » ; A.N. J 967, 110.

104 O.R.F., t. IV p. 285.

105 A.N. M.C. CXX1I 16 (22-2-1530). Dans B.N. fr 4523 f° 44-48 v° qui fournit des chiffres de lances en fonction des paiements effectués, le total s’effondre de 1 899 à 190 lances entre le troisième et le quatrième quartier de 1528. Cet exemple pose le problème des effectifs en service. Il existe en effet une marge parfois importante entre les troupes en armes et les troupes rémunérées, d’où des distorsions entre des sources qui ne parlent pas de la même réalité. Ainsi. Lemonnier, Histoire de France, t. II p. 37 parle de 3 000 lances à la fin de 1521, quand le fr 4523 en prend en compte… 547.

106 Pas de soldes pour les deux premiers quartiers de 1531 : B.N. fr 4523 f° 46. Mention à l’été 1538 de retranchements, mais sans dates précises : C.A.F.. t. VIII. n° 31458.

107 Fontanon, Edicts, t. III p. 95.

108 Jacqueton, Épargne, lre partie, p. 36.

109 A.N. J 965, 9/38 (6-8-1537).

110 A.N. J 964. 42 : Charles au roi son père (21-1-1538) ; Doucet, Parlement 1525-27, p. 74 note 2. C’est le trésorier des guerres Jehan Grolier qui fait ce constat le 13-4-1525.

111 Cette dernière remarque semble relativiser la pertinence des propos de Jacqueton cités plus haut. Mais beaucoup de ces étrangers, italiens avant tout, sont possessionnês dans le royaume ou tiennent du roi des biens dans la péninsule. A ce titre, ils ont donc aussi quelque chose à perdre.

112 Doucet, Parlement 1525-27, p. 63 ; Guignard, Humanistes, p. 188 [4-4-(1530)].

113 O.R.F., t. VI p. 87 (23-5-1530).

114 Contamine, Histoire militaire, p. 226-227 et 229. Sur les efforts sous Louis XII, le rôle de Gié et l’ordonnance du 12-1-1509, voir Lemonnier, Histoire de France, t. I p. 101 et note 48.

115 O.R.F., t. III p. 92 (27-1-1522) ; A.N. M.C. Inv. Carré n° 1892 ; A.N. KK 351, f° 24. D’autres allusions dans Lemonnier, Histoire de France, t. II p. 96. Pour Doucet, Institutions, t. II p. 630, 1525 est la dernière année où ils sont mentionnés.

116 Contamine, Histoire militaire, p. 251.

117 Du Bellay, Mémoires, t. IV p. 123 et 155 ; A.N. M.C. XIX 175 (29-6-1548).

118 Lapeyre, Colloque Charles-Quint, p. 40 : les rois de France trouvent plus commode et plus sûr de recourir à des mercenaires étrangers. L’idée d’une plus grande sécurité paraît mériter un examen plus approfondi.

119 Sur les débuts du recours aux Suisses, sous Louis XI et Charles VIII, voir Contamine, Histoire militaire, p. 230.

120 Zeller, Institutions, p. 307. Les 7 lt des Suisses représentent 3 écus soleil et demi. Doucet, Institutions, t. II p. 636 a donc tort d’affirmer que leur « solde fut constamment de 3 écus sol. par mois ».

121 B.N. fr 3029 f° 157 vo et 86. Il s’agit probablement dans les deux cas de régnicoles, dont on sait qu’ils constituent une part appréciable des mercenaires.

122 B.N. fr 3029 f° 33.

123 Lot, Recherches, p. 196-197.

124 Sur ce point, voir Lemonnier, Histoire de France, t. II p. 96.

125 B.N. fr 2971 f° 142 (23-10-1521).

126 Beauvillé, Picardie : hommes de pied payés le mois même : t. I p. 226 et 243 et t. II p. 203 ; retards des gendarmes : t. I p. 233 et t. II p. 201.

127 Seul exemple connu : B.N. fr 3048 f° 19 (13-10-1525). Reste l’éventualité d’une erreur du scribe… ou du lecteur.

128 A.N. J 965, 7/55 et 7/56 ; B.N. fr 5125 fos 166, 170, 171 v°, 173, 186 v°, 189, 201 et 206.

129 B.N. fr 20648 fos 9-10 cité par Potter, Picardy, p. 183.

130 Du Bellay, Correspondance, t. II p. 483 (25-9-1536) ; Tournon, Correspondance, n° 249 (postérieur au 30-3-1537).

131 A.N. J 965, 8/2 (26-l-(1537)].

132 Voir Rott, Représentation, t. I p. 380, 385, 399.

133 Du Bellay, Mémoires, t. IV p. 201 et 244.

134 B.N. fr 2976 f° 101 : Robertet à Montmorency [22-2-(1524 ?)].

135 A.N. J 965, 7/16 [10-8-(1537)].

136 Knecht, Francis I, p. 283.

137 A.N. J 965, 9/32 (19-7-1537).

138 B.N. fr 3061 f° 143 : François Ier à Humières (13-7-1537).

139 B.N. fr 5125 f° 98.

140 B.N. fr 2978 f° 124 v° et 173 [2-8 et 1-10-(1521)].

141 B.N. fr 2977 f° 61 [19-6-(1521)].

142 Rott, Représentation, t. I p. 264 ; Knecht, Francis I, p. 161.

143 A.N. J 965, 9/32 [19-7-(1537)]. Même risque évoqué en 1536 par Vendôme : Potter, Picardy p. 185.

144 Du Bellay, Mémoires, t. I p. 193. Le cardinal de Médicis, le futur Clément VII, a déjà des Suisses sous ses ordres et est aux côtés du cardinal de Sion ; ibid., p. 194.

145 Tournon, Correspondance, n° 261 et 263 (17 et 19-5-1537). Le 17, Tournon écrit au sujet d’un envoi de fonds qu’il servira à payer « les plus mutyns » ; le 19, il parle d’une mutinerie à réprimer à Chieri.

146 A.N. J 968, 15/28 [27-6-(1537)] : Charles de Pierrevive au chancelier ; B.N. fr. 3061 f° 137 (4-7-1537) : le roi à Humières. Le chef de l’armée ayant perdu au jeu l’argent de la solde, de nouveaux troubles auraient éclaté à Turin vers 1538. Mais la source de ce renseignement (Vieilleville, Mémoires, p. 19 col. 1) est sujette à caution. Tournon fait allusion le 3 décembre 1536 à des risques de désordre à Turin en raison du retard de la solde : A.N. J 965, 7/52.

147 Du Bellay, Mémoires, t. IV p. 226-227.

148 Bercé, Guerre et État, p. 259.

149 Tournon, Correspondance, n° 246 (19-3-1537). Maugiron protège Grenoble contre eux.

150 Potter, Picardy, p. 205 note 20.

151 Tournon, Correspondance, n° 8 (4-10-1527). Lautrec lui-même au début de 1528 souhaite que le roi limite les opérations à un seul front, car cela permettra de licencier les lansquenets : ibid., n° 19 (22-4-1528).

152 François, Delbene, p. 349 note l (lettre non datée au cardinal de Lorraine).

153 A.N. J 965, 7/15.

154 A.N. J 965, 7/31 (25-10-1536).

155 Contamine, Histoire militaire, p. 254 : A.N. J 968, 1/21 [17-8-(1536 ou 1537)]. Le débauchage semble une pratique fréquente alors : voir au même moment (juillet 1536) Jean-Paul de Cère en Piémont auquel on « faict délivrer [des fonds] pour lever les gens de guerre italiens, ce qu’il fist, et Ut plupart en retira du camp des ennemis » : Du Bellay, Mémoires, t. III p. 112. Lorsqu’en juillet 1562 le duc d’Étampes en Bretagne reçoit l’ordre de licencier une partie de ses soldats, il renâcle car « il y a grand dangier qu’il s’affoibliera et renforcera ses ennemys, car telles gens suivent l’escu » : Wood, Royal army, p. 33 note 14.

156 Clément, Trois drames, p. 377 (23-2- ?).

157 A.N. KK 91, chambre aux deniers, recette de 1515 ; KK 352 f » 33.

158 Pour les pensions, voir par exemple C.A.F., t. V n » 18881 (9-12-1526) et t. VI n° 19674 (23-10-1528) : pour les Ligues, une allusion dans un long acte du 11-3-1547 de A.N. M.C. XIX 91.

159 J’ai repéré une dizaine de cas où ce transfert apparaît clairement : - septembre 1515 : 4 400 écus (A.N. M.C. LIV 53, (Inv. Morelet, 17-6-1536, n° 168). - septembre 1521 : 100 000 lt (B.N. fr 2940 f° 2, 24-9-1521) : les fonds n’ont pas encore été versés. - avant juillet 1523 : 50 000 lt (Doucet, Etat général, p. 102) ; il s’agit d’une réassignation pour l’Ordinaire des fonds détournés. Les 16 000 lt litigieuses de A.N. Zla 54 P 173v° (14-4-1529) sont à coup sûr incluses dans ces 50 000 lt. - novembre 1523 : 50 000 lt (C.A.F., t. V n° 17723). - 28-4-1524 : 20 000 lt (C.A.F., t. I n° 2006). - printemps 1525 : somme inconnue détournée de l’Ordinaire du Nord-Est vers l’Extraordinaire d’Italie (Doucet, Parlement 1525-27, p. 77). - quartier d’avril 1527 : 50 000 lt (B.N. fr 6762 fo 94_94v° ; Pargent est reversé à l’Ordinaire par assignation du 22-5-1528). - entre le 1er août et la fin de 1528 : 88 103 lt soit 12 % de la recette de l’Extraordinaire (B.N. Clairambault 1215 P 98). - avant octobre 1531 : 4 5001t (C.A.F„ t. VU n° 27994). - été 1537 : 16 875 lt (B.N. fr 3044 P 93, premier voyage, juin-août 1537).

160 Doucet, Parlement 1525-27, p. 83-84.

161 A.N. J 967, 48 [16-9-(1536 ?)].

162 Potter, Picardy. p. 330-331, reproduit l’ensemble des chiffres disponibles sur l’effort financier à destination de la Picardie pour la période mars 1537-avril 1538. Ce ne sont que des donnnées partielles, mais néanmoins très instructives.

163 Tournon, Correspondance, n° 256 (5-5-1537).

164 AN. J 966, 2/16 : Heïlin et de Moraynes au chancelier (27-5-1537) (la date du 25-5 pour la lettre du roi pose problème) ; J 965, 7/5 : Tournon au chancelier (2-6-1537). Jusqu’au 31 mai, plusieurs lettres du cardinal déplorent l’absence d’envois de fonds par le Conseil du roi. Voir par exemple Tournon, Correspondance, n° 270 (31-5-1537). Tournon devait se contenter d’envois du Languedoc et du Dauphiné. Les sources, abondantes, ne gardent trace pour mai 1537 que de quelques 111 750 lt reçues, quand l’Extraordinaire à lui seul (pour le mois de juin) coûte 149 000 lt…

165 B.N. fr 5125 f° 121 (3-12-1536).

166 Spont, Documents, p. 338, article VI.

167 Nombreux exemples de difficultés dans Du Bellay, Mémoires, t. I p. 204-205 (1521-1522) et p. 301 (1523), t. I p. 331-332 et t. II p. 6 (1525), t. II p. 20 et p. 26 (1526)…

168 Knecht, Francis I p. 286

169 B.N. fr 3001 f° 1-3 et 6 (17-3 et 27-3-1529). Malgré tout, cet envoi n’est pas isolé et le 19 mai encore le roi ordonne la fourniture par chevaux de poste de 53 000 lt à Renzo da Ceri : C.A.F., t. VI n° 19799.

170 C.A.F., t. VI n° 19753.

171 Isaac. Tournon, p. 27 (d’après B.N. fr 2983 f° 115), lettre du 14-3-1537. En 1552 encore, Tournon conseille d’attaquer en Italie mais sans avancer d’arguments financiers : « S’il plaict [au roi] convertir partie de ses forces et de la despence du costé de deçà, il me semble qu’on ne sçauroit travailler l’empereur en chose qui luy touche de plus près… » : Malov, Lettres, p. 142.

172 Tournon, Correspondance. n° 143 (4-11-1536).

173 Peut-être est-ce aussi la conséquence de l’abandon de toute ambition en Italie du Nord, malgré Cérisoles. Voir les remarques de Du Bellay, Mémoires, t. IV p. 203 sur la priorité au Nord-Est.

174 Pour une présentation synthétique de la situation au tournant du siècle, voir Legohérel, Trésoriers, p. 25-30. Il insiste sur l’ampleur de l’activité de la marine royale à cette époque. Au vu des données financières, je pense qu’il surestime l’effort accompli jusqu’en 1528-1530, sous François Ier du moins. Les fonds affectés à la marine se limitent en effet à 26 849 lt en 1518 et 55 000 lt en 1523. Il est vrai que l’investissement réel a pu être plus important, dans la mesure où il s’agit ici de données provenant d’états de prévision.

175 B.N. fr 2977 f° 16 [24-2-(1528 ?)]. Le 14 avril 1528 Duprat se préoccupe de faire parvenir 14 000 écus à Doria : B.N. Dupuy 486 f° 27.

176 Voir B.N. fr 15628 et 15629, Tommaseo, Relations, p. 99 et 195, fr 3127 f° 125.

177 C.A.F., t. VIII n° 32024 et 32081 ; B.N. fr 20502 f° 86.

178 I 929 945 lt d’après B.N. fr 17329 f° 86 v°. L’ampleur de la mobilisation en moyens et en navires doit conduire à nuancer le très sombre tableau de la situation en Ponant dressé pour 1544 par Doucet, Institutions, t. II p. 659.

179 Pour une évocation rapide, voir Chevalier, Bonnes villes, p. 106-107 et 113-118. Les dons aux villes d’octrois et d’impositions pour les fortifications abondent dans le C.A.F.

180 Un exemple, la transformation de la muraille médiévale de Bourg en enceinte moderne, c’est-à-dire bastionnée, débutant dès l’occupation de 1536 : C.A.F., t. III n° 9129 (21-6-1537). Voir Turrel (Denise), Bourg-en-Bresse au XVIe siècle, les hommes et la ville, Paris, 1986, p. 52.

181 En 1517, C.A.F., t. V n° 16354 : levée sur les villes à deniers communs pour les places frontières ; détail pour les villes picardes : ibid., t. VII n° 23525. En 1523, complément à la taille pour le même motif : Doucet, État général, p. 45-47. Voir l’exemple des fortifications de Bordeaux in O.R.F., t. III p. 239 et note 3 et in Contamine, Histoire militaire, p. 270.

182 C.A.F., t. VII n° 23976, 24059 et 28392 ; B.N. fr 15628 n° 443 et 15629 n° 464 et 808.

183 B.N. fr 15629 n° 496 (Picardie), 512 (Champagne) et 541 (Guyenne).

184 En 1533 les villes fortes des frontières sont exemptées d’un prélèvement sur les deniers communs à condition de consacrer l’argent à leurs remparts. Ce prélèvement est sûrement destiné lui aussi aux fortifications, comme en 1535 : C.A.F., t. II n° 5476 et t. III n° 7826 ; B.N. fr 15633 f° 183-186 v°.

185 A partir de 1538-39, Henri VIII lance une énorme entreprise de fortification de la côte sud de l’Angleterre, de la Tamise à Milford Haven qui, avep les constructions du Nord de la France, lui revient à 376 500 livres sterling : Guy (John), Tudor England, Oxford, 1988, p. 184.

186 C.A.F., t. IV n° 11202 (12-9-1539) : réduction de 300 000 lt sur cet impressionnant montant. L’effort en ce domaine constitue alors le cœur du justificatif des dépenses dans certaines ordonnances : exemple in A.C. Agen BB 26 f° 290 et sq. (22-9-1540). Au moment de l’entrée en guerre de 1542, Martin du Bellay évoque « la fortification d’aucunes places, ou nouvellement commencées ou que, tant delà les monts que deçà, on commençait à mettre en deffences et qui n’y estoient encore » : Mémoires, t. IV p. 58.

187 Faucherre (Nicolas), Places fortes bastion du pouvoir, Paris. 1986, p. 9.

188 Tommaseo, Relations, p. 303. Sur le souci de la fortification chez François Ier, lors de ses dernières années : Du Bellay, Mémoires, t. IV, p. 322-326 et 332-333.

189 B.N. fr 17329 f° 91 v : évalués à 52 000 et 75 000 lt en 1530 et 1531, les deniers par ordonnance bondissent à 295 000 et 1 063 000 lt en 1545 et 1546. Un formulaire cité dans Jacqueton, Documents, p. 253 affirme qu’« en ce chappitre sont couchez les dons et aulmosnes faiz à églises, à la réparacion des places et plusieurs autres semblables parties ». Pour le règne de Henri II, B.N. fr 4523 f° 36 fournit en revanche une autre définition.

190 A.N. J 968, 1/15 [23-4-(l537)].

191 A.N. J 968, 1/1 : Montmorency au chancelier [25-1-(1537)].

192 A.N. J 967, 12/3 : Claude de Bourges au chancelier (7-5-1538).

193 Une mise au point d’ensemble pour la Picardie dans Potter, Picardy p. 188-199.

194 Sur la fixation de la « cocte et tauxation » pour les gendarmes, voir par exemple O.R.F., t. IV p. 269 (28-6-1526). Voir l’ensemble du texte (p. 269-279 surtout) sur le problème du ravitaillement. Un règlement du 26 mai 1527 ordonne aux clercs, avant de payer les compagnies, de faire « paier et contanter entièrement tous les vivres que lesd hommes d’armes et archiers devront à leurs garnisons, selon le taux et pris qui y aura esté mys » : ibid., t. V p. 66. Voir aussi ibid., t. VI p. 95 (15-7-1530).

195 Doucet, Institutions, t. II p. 649. Pour les compagnies d’ordonnance, la solde inclut des fournitures en nature : ibid,, p. 625. Voir Fontanon, Edicts, t. III, p. 95 qui reproduit un « règlement sur la fourniture des vivres à la gendarmerie tant estans es garnisons que marchant sur les champs » du 4 janvier 1546.

196 B.N. fr 3064 f° 30 [23-1-0527-28 ?)].

197 Du Bellay, Mémoires, t. III p. 420.

198 B.N. fr 20502 f° 86 et fr 10406 f 49.

199 Ce qu’elle a parfois, très matériellement, du mal à faire : dans sa ruée italienne de 1515, François I" s’attarde un jour à Chivasso pour attendre les transports de vivres : Barrillon, Journal, t. I p. 84.

200 Contamine, Histoire militaire, p. 232.

201 C.A.F., t. IV nos 13074 et 13080. Les personnes chargées des réquisitions ont un pouvoir de contrainte le plus souvent inclus dans leur commission. Un exemple dans C.A.F., t. V n° 18278 (1-5-1525), pour le ravitaillement de Beaune.

202 C.A.F., t. IV n° 13498, t. VI nos 22658 et 22684.

203 A.N. M.C. CXXII 27 (19-1-1546).

204 C.A.F., t. IV n° 13699.

205 Voir Potter, Picardy, p. 191-192. Interventions de Saint-André ou Guise en faveur des habitants des cités picardes sous Henri II afin « qu’ilz [ne] perdent ung seul denier » : ibid., p. 193-194.

206 B.N. fr 3029 f 111 : La Trémoille à Robertet [7-8- (1521 ?)].

207 A.N. J 965, 7/1 (15-5-1537). J’ignore a quoi fait précisément allusion A.N. M.C. Inv. Carré n° 2070 qui évoque en 1524 « la recepte du pain de la munition du Roy au camp, au quartier de l’avant garde ». S’agit-il tout simplement du magasin chargé d’approvisionner spécialement ces troupes ? Le terme de « munition », fréquent, s’applique habituellement aux réserves établies dans les villes : Potter, Picurdy, p. 196.

208 B.N. fr 3048 f° 37 : Duprat à Montmorency (30-10-1528). En 1543, le roi avance des fonds à la ville d’Auxerre pour qu’elle puisse fournir de la nourriture aux camps de Luxembourg et Landrecies. L’argent est conservé par la ville en remboursement d’un prêt : C.A.F., t. IV n° 13694.

209 C.A.F., t. III n° 10015 et t. IV n° 14152.

210 Lot, Recherches, p. 231.

211 B.N. fr 5085 f° 348.

212 A.N. M.C. XIX 89 (17-6-1545) : B.N. fr 11969 f° 376 v°. Pelloquin est aussi contrôleur extraordinaire des guerres : A.N. M.C. XIX 175 (14-6-1548).

213 C.A.F., t. I n° 1702. Ce personnage important mériterait à lui seul une recherche. Voir entre autres A.N. M.C. VIII 158 (13-3-1538), Doucet, Parlement 1525-27, p. 75-76 et C.A.F., t. I n° 2132, t. VII n" 27293 et 27391, Potter, Picardy. p. 197 et note 140.

214 Potter, Picardy, p. 192 et 199. La distinction que fait l’auteur entre marchands munitionnaires qui signent des contrats de longue durée comme Favier et marchands volontaires qui s’engagent ponctuellement comme Varlet n’est sans doute pas toujours évidente à mettre en œuvre, surtout quand ces derniers interviennent de façon récurrente.

215 A.N. J 967, 87/1 (16-4-1538). Autre marché avec « Mainfroy Chandelle », marchand et bourgeois de Moncalieri, pour 1150 sacs de froment, mesure de Turin, pour approvisionner Moncalieri, moyennant 7475 1t. Opération évoquée en septembre 1538 : C.A.F., t. VIII n° 31869.

216 C.A.H., t. II n° 4010 (15-12-1548). Il est de ce fait garde général des « munitions » dans la province, en particulier celles de Turin et Moncalieri : C.A.H., t. III n° 4396 (17-2-1549)

217 Potter, Picardy, p. 197 affirme cependant que le transport est très souvent le fait d’entrepreneurs privés. Mais s’agit-il des marchands fournisseurs eux-mêmes ?

218 Pour une période plus tardive, voir sur ce point Wood, Royal army, p. 16-20.

219 B.N. fr 17329 P 85 v° -86 v° ; fr 2940 P 48 ; Doucet, État Général, p. 76-77.

220 B.N. fr 17329 f° 88.

221 Les valeurs précises obtenues sont les suivantes : 4e Quartier de 1527 et 1er de 1528 : 95 1. 6 st ; quartier de date inconnue (1524-1528) : 94 1. 2st ; 3e Q. de 1529 : 94 1. 3 st ; 3e et 4e Q. de 1532 : 94 1. 2st. Pour la seconde période : 1543 : 111 1. 16st/Q. ; 1545 : 111 1. 17 st ; 1547 : 112 1. 10 st ; 1549 : 113 1. 4 st. Au-delà se met en place un nouveau système de paiement. Il convient de souligner l’absence de chiffre pour les dix premières années du règne et pour 1533-1542.

222 C.A.F., t. III n°s 7871 et 9750, t. VIII n° 31442.

223 Doucet, Institutions, t. II p. 622.

224 Avec ceux de l’Ordinaire (soit les f° 43 v° -51 v°), ces chiffres sont publiés dans Lot, Recherches,p. 241-253.

225 Détail des chiffres des moyennes mensuelles pour les 22 périodes du graphique : Image 7.png

226 Pour l’Épargne : B.N. fr 10406 f° 247 v° ; pour les Parties casuelles : A.N. KK 352, fos 75-76.

227 A.N. J 958 n° 38.

228 Ralentissement relatif, si l’on intègre les charges consécutives à la ligue de Cognac. Pierre Spine touche 20 541 lt pour frais du compte de la ligue en Italie en 1526. Si le taux est de 5 %, ce qui paraît raisonnable, les fonds maniés dépassent alors 400 000 lt : C.A.F., t. V n° 18899.

229 En 1527, les fonds de l’Extraordinaire des guerres à destination de l’Italie pour la période comprise entre le 26-8 et le 8-10, soit près d’un mois et demi, seraient de 400 000 lt, s’il faut en croire une allusion, d’interprétation délicate il est vrai, dans A.N. Z la 54 f° 206.

230 Les dépenses de l’Ordinaire pour cette période sont d’après B.N. fr 17329 f° 87 de trois millions de lt (au lieu de deux pour fr 4523 f° 44). Cela porterait l’ensemble à 8,5 millions de lt.

231 B.N. fr4523 f° 51.

232 2 508 lances rémunérées pour le premier quartier, 547 pour le quatrième ! B.N. fr 4523 f° 44 et sq.

233 Isaac, Tournon, p. 42.

234 Un acte du 30 août 1542 parle d’une dépense mensuelle d’un million de lt pour la guerre. Soit il s’agit d’une exagération, soit cela concerne une courte période de quelques mois, qui ne peut être comparée à une moyenne établie à partir de données annuelles : C.A.F., t. VII n° 24894.

235 B.N. fr 3054 fos 118-120.

236 Chaunu, H.E.S.F., t. I p. 159.

237 Voir sur ce point, pour les guerres de Religion, les réflexions de Wood, Royal army p. 24 et 26

238 Buisson, Duprat, p. 155, d’après B.N. fr 2985 f° 13

239 Même souci chez François Ier en septembre 1521, à cause du manque de fonds : « Voyant ledit Roi ses affaires en telle extrémité, dit qu’il falloit donner une bonne bataille » : Spont, Semblançay p. 176.

240 Du Bellay, Mémoires, t. I p. 349. Mais lever le siège, ne serait-ce pas en soi une défaite ?

241 Lapeyre, Monarchies, p. 330-331.

242 Voir Rott, Représentation, 1.1, passim.

243 Alors que Boisrigault est résident, Antoine de Lamet conduit une mission importante en Suisse en 1532-1534. Mais il est lui-même ancien résident : C.A.F., t. II n° 6031 et 7372.

244 A.N. J 967, 39 [11-4-(1538)].

245 B.N. fr 2963 fos 127-134. Ces 6 300 lt incluent une dépense spécifique : 781 écus de « droits ou régale du chappeau ».

246 A.N. J 966, 44/5 (8-6-1538).

247 A.N. J 965, 7/18 [17-8-0537)).

248 B.N. fr 10 406, fragment de l’Épargne, f° 537 et Tommaseo, Relations, p. 195.

249 B.N. fr 4523 f° 35. Garnier, habituellement bien informé, donne en revanche le chiffre de 300 000 lt pour les ambassadeurs en 1552, postes et courriers exclus : Tommaseo, Relations, p. 402.

250 A.N. M.C. XIX 159, à la date. Autre exemple, le vase d’or et d’argent rempli de 2500 écus que reçoit « Statilio », l’ambassadeur de Bohême : Lestocquoy, Nonces 1535-1540, p. 464 (26-6-1539). En fait, il s’agit de l’évêque de Transylvanie Jean Statilée, représentant de Zapolya, le roi de Hongrie rival de Ferdinand et soutenu par les Turcs. Il a déjà reçu une coupe d’or valant 1 660 lt lors d’une précédente ambassade en 1528-1529 : C.A.F., t. I n° 3244.

251 A.N. J 967, 87/5 : Martin de Troyes au chancelier [10-7-(1538)]. Deux autres lettres du même ensemble (87/8 et 87/9) montrent qu’au moins 122 000 lt convergent alors vers le trésorier de l’Épargne.

252 B.N. fr 3127 f° 125.

253 B.N. fr 25720 f° 174 ; A.N. M.C. XIX 86 (9-7-1543). Une seule pièce de vêtement pour l’entrevue vaut 1163 écus et un teston, payés en mars 1525 à Claude de Beaumont, marchand de Lyon ; A.N. KK 351 f° 37 v°.

254 A.N. KK 94. Voir Spont, Semblançay, p. 164 note 4.

255 Prentout, États de Normandie, t. I p. 255-259.

256 B.N. fr 15628, n° 213, 247, 249, 274, 276-278, 280-281, 361, 365 et 402.

257 A propos de la réception d’ambassadeurs anglais lors des fêtes de la Bastille de décembre 1518, A. M. Lecoq parle ainsi de « discours politique en image » : François Ier imaginaire, p. 115.

258 Pour un récit détaillé de l’ensemble de l’affaire, voir Mignet, « Une élection à l’empire en 1519. Première rivalité de François Ier et de Charles-Quint », Revue des Deux Mondes, janvier-mars 1854, p. 209-264.

259 Barrillon, Journal, t. II, p. XXXII, qui reprend les données de B.N. fr 5761 f° 84. D’après un agent anglais, les Français avaient avec eux en Allemagne 400 000 couronnes, (équivalentes aux écus) : Brewer, Letters and papers, vol. 3, part I, 1519-1523, p. 134. C’est le chiffre le plus souvent avancé pour évaluer le coût de l’élection pour le Trésor royal. Cf Jacquart, François Ier, p. 119. Ehrenberg, Fugger, p. 44 note 24 insiste a contrario sur le fait que l’on brode largement en Allemagne sur les fonds envoyés par le roi de France.

260 Sur ses débuts, voir Barrillon, Journal, t. I p. 251-252. Ce sont d’ailleurs ces pensions que celui-ci met en avant pour déplorer, après l’échec, les pertes financières subies : « La pluspart des électeurs qui avoient prins argent en grosses pensions du Roy par trois ou quatre ans (…) tournèrent leur robbe contre leur promesse » : ibid., t. II p. 146.

261 Barrillon, Journal, t. II p. XXXIII.

262 B.N. fr 4523 f° 49.

263 Voir par exemple A.N. J 952 nos 50, 52, 53 et 54. Charles lui-même, bien qu’élu, honorera mal ses engagements : Ehrenberg, Fugger, p. 47.

264 Buisson, Duprat, p. 139, d’après B.N. Dupuy 486 f° 114. En fait, pour les trois autres électeurs, le manuscrit parle de vingt mille écus, plus huit mille écus de pension. Les contrats passés par Charles Quint semblent du même type : Ehrenberg, Fugger. p. 43 note 23.

265 Barrillon, Journal, t. II p. 119 et 121.

266 Ibid., t. II p. 123. Barillon indique d’ailleurs p. 143 que si Charles Quint fait de « grandes promesses », il est aussi obligé de faire des dons.

267 Ibid., t. II p. 146.

268 Brewer, Letters and papers, vol. 3, part I, 1519-1523, p. 24 : Spinelly à Wolsey (20-2-1519).

269 Voir sur ce point les réflexions de Chaunu (Pierre), L’Espagne de Charles Quint, Paris, 1973, t. I p. 226.

270 Sur les suites financières de la campagne de 1513, voir Thomas, Délivrance de Dijon, p. 323-348. Les engagements pris sous Louis XII n’avaient pas été honorés.

271 Spont, Semblançay, p. 140 note 2 et p. 152. Sur cette affaire comme sur l’ensemble du dossier suisse, on consultera Rott, Représentation, t.l, passim.

272 Wolfe, Fiscal systern, p. 55-56 ; Körner, Solidarités financières, p. 111.

273 Körner, Solidarités financières, p. 411-412. Sur les lieux de paiements des pensions, voir aussi p. 412.

274 A.N. KK 351, P 14 v° (mars 1525) et M.C. XIX 61 (29-9-1527). Elles valent respectivement 100 écus pour la première et 80 pour les deux autres.

275 Körner, Solidarités financières, p. 412. Le seul chiffre précis fourni pour le règne de François I" (l’année 1546) n’est même que de 39 400 écus : ibid., note 98.

276 Tommaseo, Relations, p. 99 et 195.

277 B.N. fr 4523 f° 42-43 v°.

278 25 000 écus « pour convertir (…) au paiement des pensions et autres parties dues aux suisses » détournés vers les princes protestants d’Allemagne : A.N. MC. VIII 46 (13-4-1534). Tout le problème est de savoir si le responsable de la trésorerie des Ligues a été comptable de cette somme.

279 Allusion in A.N. J 958 n° 11.

280 Körner, Solidarités financières, p. 413.

281 A.N. J 968, 2/54 (14-11-1537).

282 B.N. fr 3054 f° 132 v° [16-2-(1528)] et 135 [29-9-(1527 ou 28)].

283 B.N. Clairambault 334 f° 209.

284 B.N. fr 3048 f 125 (1530-1532). Sur le travail d’enquête concernant les créances suisses, voir Rott, Représentations, t. I p. 279, 282, 284, 393-399.

285 Körner, Solidarités financières, p. 413. C’est sans doute à cela que fait référence le nonce quand il écrit en juin 1535 que les ambassadeurs des Cantons ont obtenu du roi 74 000 ducats de supplément de paie annuelle : Lestocquoy, Nonces 1535-1540, p. 43. Si cette interprétation est recevable, le montant de cette double paie, avec un ducat à peu près équivalent à un écu au soleil, est lui aussi très supérieur aux chiffres de Körner.

286 Spont, Semblançay, p. 185.

287 Doucet, Etat général, p. 96 note I applique par erreur cette somme aux dépenses de 1523. Un document complémentaire, B.N. fr 23269 f° 4, évoque très nettement à ce sujet le « payement des debtes deues à ceulx des ligues et cantons de Suisses pour le reste de leurs services d’Italie et de Picardye ». Nul doute qu’il ne s’agisse des opérations de 1521-1522.

288 B.N. fr 3048 f° 19 (13-10-1525).

289 Barrillon cité in Lemonnier, Histoire de France, t. I p. 142 ; Montmorency cité in Knecht, Francis I, p. 126.

290 B.N. fr 3031 f 86 [20-4- (1528 ?)].

291 O.R.F., t. VI p. 225-226 (7-2-1532).

292 Voir les analyses de Körner. Solidarités financières, p. 113-114 et 413. Pour la période 1501-1530 les pensions de paix et d’alliance représentent 24 % des recettes ordinaires à Bâle et… 111 % à Fribourg.

293 Rott, Représentation, t. I p. 394.

294 On l’observe en 1528 pour financer la guerre, en 1530 pour la rançon, en 1534 pour envoyer des fonds en Allemagne : Rott, Représentation, t. I p. 374 note 5 et p. 399. Mais bien sûr le cas inverse reste possible : fonds « allemands » détournés vers les Cantons en 1533 : ibid.. p. 390 note 1.

295 Giry-Deloison, Politique étrangère d’Henry VIII, passim. Voir du même auteur « A Diplomatie Revolution ? Anglo-French Relations and the Treaties of 1527 » in Starkey (David) (éd.), Henry VIII : A European Court in England, Londres, 1991, p. 77-83.

296 O.R.F., t. III p. 193 (1-9-1522) ; Knecht, Francis I, p. 147 et p. 372.

297 Sur la dot : Lestocquoy, Nonces 1535-1540, p. 80 (200 000 lt plus 10 000 ducats par an). Le coût global de cette dot est finalement de 500 000 lt : C.A.F., t. III n° 9441. La chambre aux deniers débourse 14 605 lt en cinq mois et demi pour le roi d’Ecosse : A.N. J 966, 1913.

298 Jacqueton, Politique extérieure, p. 204-211.

299 Voir par exemple la correspondance de Duprat dans B.N. fr 3031 f° 103 v° (5e paye), f° 15 (7e paye), f° 7, 59 et 157 (10e paye)…

300 O.R.F., t. V p. 18. L’effort militaire global alors accompli, armée de terre et de mer confondues et frais de la Ligue inclus, est estimé à 200 000 lt dans un autre texte presque contemporain : ibid., p. 26.

301 François, Tournon, p. 158. La défaite de Montemurlo fait annuler le versement.

302 A.N. PP 119, mémorial coté NN, p. 41.

303 Canestrini, Négociations, t. III p. 78.

304 B.N. fr 20502 f° 135.

305 Bonne synthèse in Knecht, Francis I, p. 223-224 et 231-233.

306 Bourrilly, Du Bellay, p. 169-170 ; O.R.F., t. VII p. 101 (20-1-1534). Le 19 décembre 1534, Chapuys informe Charles Quint que 100 000 couronnes, initialement destinées à Henri VIII, ont pris le chemin de l’Allemagne : Potter, French Involvement, p. 527, note 10.

307 C.A.F., t. VI n° 20889 ; O.R.F., t. VII p. 210 (22-4-1535) ; Du Bellay, Mémoires, t. II p. 283.

308 C.A.F., t. III nos 9971 et 10044. Sur la question, peu claire, des subsides aux princes protestants en 1545-1546, voir François, Tournon, p. 224 et note 2.

309 16 400 lt pour le duc de Gueldre ; B.N. fr 10406, n° 19 (21-7-1528) ; 110 625 lt dépensées en Gueldre pour le duc et ses serviteurs : C.A.F., t. II n° 7623 (17-3-1535). A la suite du traité du 28 octobre 1528, Jean Zapolya reçoit 40 000 lt ; C.A.F., t. I n° 3344. Le roi de Hongrie (appelé par erreur roi de Bohême) doit toucher de nouveau 45 000 écus en 1539 : Lestocquoy, Nonces ¡535-1540, p. 464. Un mandement pour versement de 22 500 lt date du 20-6-1539 ; C.A.F., t. IV n° 11067.

310 B.N. fr 15628, passim.

311 Nombreuses allusions à l’argent de Naples dans Spont, Semblançay, p. 135 note 3, p. 143 notes 2 et 3, p. 152 notes 4 et , p. 160 note 2, p. 169… Un exemple de quittance de versement (50 000 écus) in C.A.F., t. V n° 17192 (21-10-1519).

312 Jacqueton, Épargne, 2e partie, p. 18 et 20. Le dernier versement semble avoir lieu en 1536 : quittance de 40 000 écus le 16 février : B.N. fr 21413 f° 489.

313 C.A.F., t. I n° 2822.

314 Guichardin, Histoire d’Italie, p. 801.

315 Sur ce dossier, voir Giry-Deloison, Politique étrangère d’Henry VIII, 2e paragraphe. Les apports anglais (55 705 lt), vénitiens (47 725 lt) et florentins (6517 lt) représentent 15 % de la recette de l’Extraordinaire des guerres du 1-8 au 31-12-1528 : B.N. Clairambault 1215 f° 98.

316 Pour une première mise au point financière voir Hamon, Rançon, passim. A ma connaissance, la rançon n’a jamais donné lieu à une étude approfondie.

317 Sur le règlement avec Henri VIII, voir Knecht, Francis I, p. 221-222.

318 4,9 tonnes d’après Hamilton repris par Vilar (Pierre), Or et monnaie dans l’histoire, Paris, 1974, p. 81.

319 François, Tournon, p. 79 note 3.

320 B.N. fr 3031 f°35.

321 Sapin s’enfuit car il ne peut régler promptement et intégralement le quartier de juillet 1531 destiné pour l’essentiel à payer 250 000 écus à Charles Quint : A.N. JJ 246 f° 52.

322 C.A.F., t. I n° 6290-91.

323 Du Bellay, Mémoires, t. II p. 140. Charles Quint investira de fait une partie de la rançon dans la lutte contre les Infidèles puisque 187 des 400 millions de maravédis engloutis dans l’expédition de Tunis en proviennent : Peronnet (Michel), Le xvie siècle : des grandes découvertes à la Contre-Réforme, Paris, 1981, p. 170. Cette quasi-moitié des frais équivaut à environ un demi-million d’écus.

324 Spooner, Frappes, p. 115.

325 Ibid, p. 118.

326 Richet, Monnaies, p. 361-362 et 366-367. Dans ce cas précis, la monarchie adopte une attitude inverse de celle qui est à la base de son intervention monétaire : « interdire que ne se réinstitue de façon parallèle un cours privé entre les particuliers, s’écartant de la définition donnée par le roi » : Boyer-Xambeu, Deleplace et Gillard, Monnaie privée, p. 97.

327 B.N. Clairambault 332 f° 17 (9-4-1530).

328 A.N. M.C. VIII 43 (16-12-1525).

329 A.N. M.C. XIX 79 (28-3-1538).

330 B.N. fr 3091 f°43.

331 Gascon dans Chaunu, H.E.S.F., t. I, p. 274.

332 O.R.F., t. III p. 300 (25-9-1523).

333 Calcul à partir de B.N. fr 2940 f° 57 puis 48.

334 Spont, Semblançay, p. 136 note 1 (27-11-1516).

335 O.R.F., t. V p. 159 et p. 168.

336 Du Bellay, Correspondance, t. II, p. 456. Le texte précise : « L’Empereur n’entend que soit mis par les syens empeschement à chose qui touche lad. Royne sa seur ».

337 B.N. Dupuy 86. f°31.

338 Tommaseo, Relations, p. 195. Il ne compte pas « les frais des bâtiments, des tournois, des banquets, des présents de Noël, des visites des rois et des princes, car on ne pourrait pas en évaluer le montant ».

339 Voir Doucet, État Général, passim.

340 B.N. fr 3127 f° 91 et sq.

341 Chiffre obtenu en additionnant les données des divers postes et en extrapolant pour les cas, de faible importance financière, où manquaient les totalisations exactes.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/499/img-1.png
Fichier image/png, 14k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/499/img-2.png
Fichier image/png, 27k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/499/img-3.png
Fichier image/png, 8,4k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/499/img-4.png
Fichier image/png, 8,4k
Titre Dépenses de l’Ordinaire
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/499/img-5.png
Fichier image/png, 19k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/499/img-6.png
Fichier image/png, 8,5k
Titre Dépenses mensuelles de l’Extraordinaire
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/499/img-7.png
Fichier image/png, 15k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540