Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, la Belgique et l’organisation économique de l’Europe, 1918-1935

 | 
Éric Bussière

Troisième partie. Vers une Europe des producteurs

Chapitre IV

La Belgique au cœur des relations financières en Europe

Texte intégral

A. Capitaux français et marché belge : le rôle des groupes financiers

1L’évolution des marchés financiers dans la seconde moitié des années vingt est marquée par une intense activité qui va de pair avec une internationalisation accrue. Le marché belge n’échappe pas à cette règle ; il devient à partir de 1927 l’un des plus actifs d’Europe continentale. L’afflux de capitaux qui atteint la France à la même époque, la liberté rendue à l’exportation des capitaux met à même la finance française d’y jouer un rôle privilégié. Les positions prises par les Anglo-Saxons depuis 1919 ont affaibli la position dominante qu’occupaient les banques françaises parmi les établissements étrangers en 1913 ; les transformations, parfois brutales, qui marquèrent le monde de la banque et de la finance belge offraient de nombreuses opportunités pour y reconquérir une place de choix. Quelle fut, dans ce contexte, l’attitude de la finance française ?

2La stabilisation fut suivie en Belgique d’une vague de concentrations industrielles sans précédent opérée sous l’impulsion du Gouvernement et la responsabilité des banques mixtes. Celles-ci, largement engagées dans l’industrie doivent augmenter leurs moyens d’action tant en ressources propres qu’en dépôts. De même, elles sont conduites à regrouper leurs participations industrielles ce qui les amène à réunir leurs portefeuilles par voie de fusions. Quelques grands pôles rivaux se constituèrent donc à partir de 1928, absorbant par là même la plus grande partie du capital disponible. La lutte la plus violente fut celle qui opposa la Société générale de Belgique à la Banque de Bruxelles.

  • 1 MAEF. Europe 1918-1940. B 106, Herbette à Briand, 10-1-1928.
  • 2 Ibid., Herbette à Briand, 21-2-1928. Archives Paribas, 100/12. Note pour le comité du 5-3-1928.
  • 3 MAEF. Europe 1918-1940. B 106. Herbette à Briand, 2-1-1929. Affaires étrangères à Finances, 18-3-19 (...)

3La seconde, bien moins puissante que sa rivale, avait connu une croissance considérable depuis 1919, sous l’influence du président Despret et de l’administrateur délégué William Thys au point de menacer les positions de la Générale. La rivalité se cristallise au cours du premier trimestre 1928 à l’occasion de deux concentrations successives. En janvier est annoncée l’absorption de la Banque d’Outremer par la Société générale. L’initiative semble en revenir à Francqui, désireux de réunir les affaires congolaises des deux établissements dans un même ensemble. Il est également probable que, président de la Banque d’Outremer et vice-gouverneur de la Générale, il visait à renforcer ses positions personnelles en vue de la succession, proche, du gouverneur Jadot. Ce regroupement conduisit dans l’immédiat à éliminer le groupe des administrateurs français de la Banque d’Outremer, conduit par O. Homberg et opposé à la fusion1. Surtout l’opération constitue un défi pour la Banque de Bruxelles, obligée à de nouvelles opérations pour maintenir ses positions. En février-mars 1928 est donc décidée l’absorption du Crédit général liégois par la Banque de Bruxelles qui doit porter, à cette occasion, son capital à 400 millions2. La lutte se développe au cours des mois qui suivent dans tous les secteurs de l’économie : nous avons analysé l’opposition que la gestion d’Électro-bel, dominée par la Banque de Bruxelles, avait provoquée de la part de la Générale. De même le renforcement des positions de celle-ci dans l’ARBED se fit aux dépens de la Banque de Bruxelles. La lutte se développe au cours de l’année 1929 : création de la Cie belge pour l’industrie (capital 735 millions) qui regroupe les principales participations industrielles de la Banque de Bruxelles et qui doit lui permettre de trouver de nouveaux moyens par cessions d’actions dans le public ; nouvelle opération de la Société générale qui porte son capital à 1 milliard de F ce qui en fait l’une des toutes premières institutions financières du continent. C’est dans de bien plus mauvaises conditions, en novembre 1929, que la Banque de Bruxelles dut porter son capital à 660 millions3.

  • 4 Ibid. Herbette ä Briand, 1-5-1928 - 23-5-1928. MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 136. Herbette ä Brian (...)

4Cette période d’activité intense se fit dans des conditions financières relativement malsaines. Dès 1928, Il semble que les disponibilités du marché belge ne suffisent plus à absorber les titres proposés au public. Les banques, quant à elles, le sollicitent de manière croissante en créant des sociétés financières dont elles conservent le contrôle grâce à des actions à vote plural et dont elles proposent les titres ordinaires au public. Ces « échafaudages » de papier ne tiennent que grâce à une surchauffe du marché boursier qui risque d’être temporaire. Dès juin 1928 certaines charges d’agents de change doivent être dégagées au moyen d’un syndicat organisé par les banques. Dans cette situation de pénurie de capitaux, un appel à des groupes étrangers est de plus en plus souhaité ; des tractations avec des banques françaises semblent se développer dès le premier semestre 19284. Les principales initiatives de ce côté pouvaient provenir de la Banque de Paris et des Pays-Bas, principal groupe financier français installé en Belgique.

  • 5 Archives Paribas, 100/9. Note du 26-4-1926.
  • 6 Ibid., 101/16. Finaly ä Urban, 26-11-1928.

5Le statut de la succursale de Bruxelles de Paribas est unique, parmi les banques étrangères installées en Belgique puisqu’elle est la seule à participer au consortium des banques belges, interlocuteur de l’État pour ses opérations financières. Cette position implique une certaine politique. En 1923, Paribas est l’intermédiaire de l’emprunt belge en France. En avril 1926, elle est quasiment obligée de participer au consortium chargé d’aider le Gouvernement à l’issue de l’échec de la première stabilisation sous peine de voir ses positions remises en cause5. Celles-ci sont en revanche favorisées par la relative autonomie de la succursale dont le personnel dirigeant est belge. Cependant, toute affaire d’importance reste tranchée à Paris qui fixe la stratégie du groupe. En 1928-1929, celle-ci est celle de la neutralité : « Il n’y a pas lieu pour Paribas de se départir de sa ligne de conduite ordinaire qui consiste à ne se mêler en rien aux rivalités ou compétitions qui peuvent exister ou naître entre banques belges6. » Pourtant, cette stratégie n’implique pas la passivité, elle vise à tirer parti d’une situation originale.

  • 7 Archives Paribas, 103/30. Note sur Finabel, 31-5-1928.
  • 8 Ibid., 103/30. Finabel à Paribas, 28-12-1928.
  • 9 Ibid., 103/30. Urban à Finaly, 28-12-1928.
  • 10 MAEF. Europe 1918-1940, B 106, Herbette à Briand, 8-1-1929.
  • 11 MAEF. RC 1918-1940, C 136. Note du 30-6-1928. Degrand à Briand, 17-10-1928. MAEF. Europe 1918-1940, (...)

6Face à la constitution des deux pôles qui tendaient à réunir les forces vives de l’économie belge, Paribas favorise en mai 1928 un regroupement d’éléments restés jusque-là indépendants et désireux d’éviter l’absorption ou la marginalisation. Telle est la signification de la constitution de Finabel (Compagnie financière et industrielle de Belgique). Celle-ci réunit un capital de 300 millions, dont une partie fut presque aussitôt émise dans le public, destiné à des investissements de portefeuille, à la participation à des syndicats et à des reports en bourse. Les créateurs de Finabel, outre Paribas (75 millions) étaient les groupes Solvay (60 millions), Bunge (30 millions) Philippson, Lambert (15 millions chacun) l’Anglo-South-American Bank (30 millions) et la Banque générale belge (75 millions) elle-même émanation des groupes précédents (sauf Paribas) et dont l’activité concernait surtout les milieux diamantaires d’Anvers. Cette politique de la « troisième force » visait plus à trouver un terrain d’entente avec les deux groupes dominants qu’à l’affrontement7. Elle s’enrichit en décembre 1928 avec la création d’Électrobel où Paribas parvient à associer la Générale et la Banque de Bruxelles. Les deux créations sont en fait complémentaires pour Paribas au point que Finabel constitue, avec Philippson et Paribas une minorité de blocage de 30 % au sein d’Electrobel8. Le programme ainsi engagé est enfin achevé en décembre 1928. La Banque de Bruxelles et la Générale acceptent une participation minoritaire au sein de Finabel sanctionnée par l’entrée de Theunis et de W. Thys au conseil d’administration. Ainsi H. Urban semble voir sa politique triompher : « Je suis particulièrement heureux que (…) la politique de neutralité de la Banque de Paris lui ait assuré une situation importante qui la place à Bruxelles, dans le domaine financier et dans le domaine électrique, sur le même rang d’influence que les principaux établissements belges9. » L’ambassadeur de France y voit, de son côté, un rapprochement possible des deux groupes rivaux sous l’égide de Paribas10. Il est probable qu’il faut également voir dans cette politique celle d’une partie des dirigeants de la Générale, soucieux de ménager des relations convenables entre groupes belges et d’éviter les affrontements inutiles. Elle semble être surtout celle du gouverneur Jadot et de son successeur désigné, G. Theunis entré à la Générale au début de 1928. Elle est marquée par plusieurs créations communes comme l’Union financière polonaise, qui associe le groupe de la Générale, Solvay et Finabel sous la présidence de Theunis11.

  • 12 Archives Paribas, 103/30. Note de janvier 1930. Urban à Finaly, 13-5-1929 - 27-1-1930.

7Pourtant, le rôle de fédérateur que Paribas semblait un moment en état de jouer lui échappe au cours de l’année 1929 au profit de la Mutuelle Solvay. En décembre 1928, l’entrée de la Générale et de la Banque de Bruxelles s’est réalisée sous son initiative et fut précédée d’une augmentation de capital de 100 millions souscrite en grande partie par Solvay qui fit apport d’une partie de son portefeuille. En mai 1929, Paribas accepte donc de reconnaître à Solvay le rôle de chef de file au sein de Finabel, rôle qu’elle exerça très vite sans grande considération pour les intérêts de Paribas12. À la fin de 1929, c’est Solvay qui prend le pas sur Paribas comme arbitre de l’opposition entre les groupes belges dans l’affaire Électrobel. La réorganisation de cette dernière, avec entrée de Solvay et de Sofîna, est en grande partie son œuvre.

  • 13 Ibid., 104/39. Moise à Finaly, 12-12-1931. Note du 15-12-1931.

8L’évolution que connurent les deux affaires à partir de 1930 est la sanction de ce déplacement d’influence. Nous avons vu l’amoindrissement des positions de Paribas au sein d’Électrobel et la prise en mains de l’affaire par la Générale et la Sofina. Quant à Finabel, Paribas s’en dégage à la fin de 1931. Les principaux dirigeants imposent en effet la fusion avec la Banque générale belge - dont ils sont les principaux actionnaires - largement immobilisée auprès des diamantaires d’Anvers. Paribas liquide sa participation en reprenant une partie du portefeuille de Finabel (gaz et électricité) l’intéressant. L’opération se solda par une perte d’environ 10 millions qui fut jugée acceptable13.

  • 14 MAEF. Europe 1918-1940. B 106. Herbette à Briand, 17-1-1928.
  • 15 Ibid. Herbette à Briand, 26-9-1928 - 14-10-1929 - 29-10-1929. Affaires étrangères à Finances, 3-10- (...)

9L’influence directe des groupes financiers français dans les affaires belges entre 1927 et 1930 apparaît donc modeste en comparaison avec les opportunités de renforcement d’influence qui s’étaient offertes. Faute de moyens et en raison de certaines maladresses, Paribas n’a pas réussi à renforcer ses positions. Quant aux autres groupes, ils restent discrets, si ce n’est l’intervention du Crédit du Nord auprès de groupes anversois dans l’Union financière anversoise au début de 192814. À la fin de 1929, il semble même que l’on ait laissé passer une dernière occasion d’une participation directe au capital de la Banque de Bruxelles. Celle-ci, en proie à d’assez graves difficultés, recherche des soutiens extérieurs pour garantir l’augmentation de capital qui doit la mettre à l’abri. Ils sont difficiles à trouver et Herbette suggère une intervention de groupes français. L’option est retenue par le Quai d’Orsay qui intervient auprès des Finances. On songe à Schneider, à la Banque transatlantique puis à Lazard. En fait l’opération se fit sans concours extérieur important (20 % des titres ne furent pas souscrits) mais la Banque de Bruxelles trouva les capitaux nécessaires dans la liquidation de 15 000 actions Sofina opérée en accord avec cette dernière15.

10Si les besoins en capitaux extérieurs de l’économie belge ne constituèrent pas l’occasion d’un renforcement direct de l’influence de la finance française, les capitaux français n’en amorcèrent pas moins dès 1928-1929 un mouvement vers la Belgique, sous une forme plus traditionnelle.

  • 16 Ibid., 528/19. Mannheimer à Finaly, 30-1-1928.
  • 17 Ibid., 528/19. Affaires apportées par Mannheimer.
  • 18 MAEF. Europe 1918-1940. C Belgique 106. Affaires étrangères à Finances, 29-20-1929.
  • 19 Archives Paribas, 99/2.
  • 20 Archives Paribas, 416/3. Note du 4-7-1930.

11L’abondance des capitaux qui affluent en France à partir de 1927 rendent ce marché excédentaire au même titre que les marchés suisse et hollandais. Dans une optique purement financière, l’abrogation de la loi sur l’exportation des capitaux qui intervient au début de 1928 semble permettre à la place de Paris de jouer à nouveau un rôle international, surtout en Europe. Dès 1928 se met alors en place un réseau international entre banques françaises, suisses, hollandaises et belges. L’initiative en revient à F. Mannheimer dès le début de 1928 : « les chances de combiner des affaires sont devenues pour nos établissements bien plus favorables » avec l’abrogation de la loi sur l’exportation des capitaux16. Une collaboration suivie se met progressivement en place entre Mendelssohn, appuyé par son groupe hollandais, une partie de la finance suisse et Paribas et la finance française, pour fournir, en particulier aux entreprises belges, les capitaux qui leur font défaut. Paribas, admirablement placée, en particulier avec ses succursales belge et hollandaise est l’axe du système mis en place. Les principales affaires réalisées en 1928 concernent celles du groupe Sofina, puis celles du groupe de l’Union minière (Générale de Belgique). Le marché hollandais est le premier sollicité et les affaires traitées sont particulièrement destinées à la succursale d’Amsterdam de Paribas17. A partir de 1929, le marché français l’est à son tour. Le premier mouvement d’importance est celui de la Générale de Belgique qui demande l’inscription à la cote officielle de sa part de réserve. L’augmentation de capital qui a vu celui-ci passer à 1 milliard semble avoir été mal absorbée par le marché de Bruxelles18. En 1930, le mouvement se développe, si bien qu’à l’automne, la Société générale de Belgique frappe à la porte du marché français pour un emprunt du gouvernement belge. Cette démarche constitue une première approche et doit être suivie par d’autres. Le groupe envisagé est constitué par les principales banques françaises conduites par Paribas et la BUP, les banques suisses et hollandaises par Mannheimer, les banques belges par la Générale de Belgique. L’opération échappa au marché français mais l’échec n’était que provisoire19. Une coopération durable, au contraire, se met en place au cours de l’été 1930. Sur proposition de F. Mannheimer, un gentleman’s agreement est conclu entre le groupe Mannheimer (1/3) et le groupe parisien formé autour de Paribas et du Crédit Lyonnais (2/3) en vue des futures affaires présentées par Mannheimer, en particulier au Luxembourg, en Belgique20. La Belgique se trouve donc placée au cœur d’un axe de coopération financière qui vise à alimenter son marché déficitaire en capitaux. Il se développa à partir de 1930-1931 dans le cadre de ce qui devait devenir le bloc-or. D’une certaine manière, un décalage entre tentatives d’intégration industrielle et tentatives d’intégration financière semble marquer cette deuxième partie des années vingt, la seconde venant après - trop tardivement - la première. Surtout, une pièce maîtresse, l’Allemagne, semble manquer à ce schéma : dès mars 1930, Mannheimer annonce qu’il renoncera à toute collaboration financière avec la finance allemande dans l’emprunt de stabilisation turc si Paris n’en fait pas partie. Le champ de la coopération ou non-coopération entre les groupes dépasse les limites de l’ouest de l’Europe. Nous sommes conduits à examiner en particulier l’action des groupes financiers français en Europe centrale et orientale durant cette même période.

B. Élargissement du champ de coopération : l’Europe centrale et orientale

12L'activité des groupes financiers français et belges dépasse largement le cadre des pays de l’ouest européen et trouve, durant ces années, son champ principal d’extension en Europe centrale et orientale. Les politiques engagées depuis 1919 avaient été plus simultanées que concertées, malgré plusieurs exemples de coopération. Parmi les groupes belges intéressés au développement des relations avec l’Europe centrale et orientale, celui de la Générale de Belgique et de sa filiale, la Banque belge pour l’étranger est de loin le plus important. Lui seul a réussi à y développer un réseau cohérent et solide fondé sur des succursales de la BBE ou de la Société générale dans les pays « amis » (Pologne, Roumanie) ou des participations-contrôle ailleurs (Autriche, Bulgarie). La stabilisation des relations économiques durant la deuxième moitié des années vingt favorise la croissance industrielle de ces régions et la création de nouvelles entreprises. Aussi de nouveaux apports de capitaux étaient-ils nécessaires. Or, si les ressources disponibles en France pouvaient paraître suffisantes ainsi que la volonté d’y développer une activité financière accrue en concurrence avec celle de l’Angleterre, les capitaux disponibles en Belgique sont largement absorbés par les besoins du pays dès 1928. On assiste donc à partir de cette date à un véritable regroupement des forces autour de la Générale qui fait appel largement aux capitaux amis pour le financement de ses affaires. Le phénomène est particulièrement sensible en Europe balkanique et associe la Générale et la BUP.

  • 21 Archives BUP. PVCD, 21-2-1928. Archives BUP. Bulgarie 230. Note générale.
  • 22 Archives BUP. PVCD, 30-10-1928 - 27-12-1928.

13En Bulgarie, la filiale de la BUP, la Banque balkanique, connaît des difficultés avec des engagements trop importants dans l’industrie sucrière. Une première réorganisation, au début de 1928, s’avère insuffisante. Une fusion est dans un deuxième temps réalisée avec la Banque franco-belge de Bulgarie, filiale de la BBE, en novembre 1928. La nouvelle Banque franco-belge et balkanique, au capital de 150 millions de leva est en fait dirigée de concert entre la BBE et la BUP. Elle conserve des liens avec le Wiener Bankverein et la Banque générale de Crédit hongrois, filiale ou correspondant de la SGB et de la BUP21. En Roumanie, la même opération intervient en décembre. Ici, la Banque commerciale roumaine absorbe les succursales de la BBE. La prééminence revient à la BUP mais la gestion se fait en accord avec le groupe de la Générale22.

  • 23 MAEF. Europe 1918-1940. C Belgique 136. Degrand à Briand, 17-10-1928.
  • 24 Archives BUP. PVCD, 23-7-1929 - 23-6-1927.

14En Pologne, le regroupement des forces s’opère dès octobre 1928 au moyen de deux créations successives. L’Union financière polonaise associe la BBE, les amis de la Générale en Europe centrale (Wiener Bankverein, Société générale de Belgique en Pologne), Solvay et son affiliation polonaise (banque Malopolski), Finabel, et le groupe de l’Union européenne (BUP-Schneider)23. Une seconde création, en juillet 1929, associe l’Union financière polonaise, l’Union chimique belge (SGB, Semet-Solvay) et la Banque franco-polonaise ; la nouvelle Société générale d’industrie en Pologne doit y développer ses participations dans l’industrie, notamment dans les Mines et Usines à zinc de Silésie, où, depuis 1927, sont associés Générale de Belgique, BUP et Neuflize24.

  • 25 Ibid. PVCD, 19-11-1929.

15L’ensemble est couronné au début de 1930, par la création de la Banque française d’acceptation, chargée de promouvoir les crédits à court terme au profit de l’ensemble de la région. Dans le capital d’origine de 100 millions on retrouve le groupe de la Société générale de Belgique pour 20 millions, associé à la BUP (qui obtient la présidence), Paribas et les principales banques françaises25.

  • 26 Ibid. PVCD, 13-3-1930.
  • 27 H. Bonin, « La BUP en Roumanie », Revue historique 273/2, p. 370.
  • 28 Archives BUP - Roumanie, 300. Notes 2 et 3.

16Ce renforcement des moyens s’est-il accompagné d’un renforcement des positions industrielles des groupes concernés dans ces régions ? Il semble qu’une série de nouvelles créations ait vu le jour à cette occasion. L’électricité constitua le domaine de prédilection de ces nouveaux engagements. Ainsi en Pologne, où Synelpol est constituée en 1930 pour étudier l’électrification de la région de Cracovie. Elle associe le groupe franco-belge BUP-Traction et Électricité et le groupe CGE-Union des Mines26. Mais c’est surtout en Roumanie qu’un réseau cohérent tend à se constituer autour de la BCR. Elle est d’abord la banque des sociétés pétrolières étrangères en Roumanie et l’interlocutrice privilégiée du groupe Concordia, filiale de Pétrofina (BUP, SGB). Elle développe l’industrie chimique en associant, au sein de Marasesti St-Gobain (associée à la BUP en France) et l’Union chimique belge (SGB) pour la fabrication d’acide sulfurique27. Surtout, la BCR centralise les opérations financières du consortium Hydrofina, constitué en 1928 pour la production d’hydroélectricité et la distribution dans la région de Bucarest. On retrouve ici un conglomérat de partenaires qui associe intérêts franco-suisses (Brown-Boveri et la CEM qui assureront les fournitures d’équipement), Électrobel (direction des travaux) et un vaste groupe financier : BUP, Générale de Belgique, Paribas-Bruxelles28. Pourtant la construction roumaine manque de cohérence.

  • 29 Ibid. Note 11.
  • 30 Ibid. Note 20.
  • 31 H. Bonin, op. cit., p. 378.

17Malgré leur indépendance commune vis-à-vis de la Sofina, Électro-bel et Brown-Boveri ne s’entendent pas sur le prix des fournitures et la répartition des travaux29. Surtout, la réorganisation d’Hydrofina, à l’occasion du renforcement de la participation française en octobre 1929 pour permettre l’admission à la cote à Paris, est la traduction des rivalités qui opposent les grands groupes belges entre eux. Électrobel doit céder une partie de ses actions de contrôle et se limiter à la surveillance technique des chantiers en cours tandis que le groupe Générale de Belgique - Pétrofina augmente son intérêt dans l’affaire30. Et que dire du rôle de Paribas qui, présente au sein d’Électrobel en Belgique suscite en 1930, un projet concurrent pour la distribution d’électricité à Bucarest en association à des groupes américains31 ?

  • 32 Ibid., p. 379. Archives BUP - Bulgarie 407. Notes 8, 11, 356, 53.

18On peut cependant conclure sur l’existence, à la fin des années vingt, d’une véritable stratégie commune, à l’échelle européenne entre intérêts belges et français. Souvent, les capitaux français soutiennent le dynamisme commercial ou industriel belge. Mais les complémentarités existent également : pétrole, chimie. Pourtant, les rivalités ou les insuffisances dans les choix effectués en France et en Belgique se répercutent en Europe centrale. Au-delà, les moyens des groupes franco-belges suffisent-ils ? En Bulgarie, les intérêts américains prennent le pas à partir de 1927 dans les opérations de crédit hypothécaire et les franco-belges (Crédit foncier franco-bulgare) marquent le pas. En Roumanie, un groupe américain semble un moment en mesure de l’emporter dans l’électrification de Bucarest32. Dès 1930, il nous semble que des moyens plus importants s’avéraient nécessaires aux franco-belges pour maintenir leurs positions en Europe centrale. La constitution de vastes syndicats comme celui créé à l’instigation de Mannhei-mer en 1930 autour des futurs membres du bloc-or pouvait être une solution. Les projets imaginés en 1931-1932 pour l’octroi de nouveaux crédits aux puissances de l’Europe centrale montrent que la prise de conscience s’amorçait. Elle venait cependant bien tardivement.

19D’une manière plus globale, il n’est pas douteux qu’une volonté de coopération financière entre groupes français et belges ait existé, surtout à partir de 1927-1928. Elle aboutit à des résultats plus nets à l’extérieur qu’à l’intérieur de l’ensemble franco-belge, les groupes français s’étant montrés plus disposés à engager des millions dans des affaires communes en Europe centrale qu’à prendre des positions importantes dans la finance belge. D’une certaine manière, on peut se demander si la finance belge, à l’image de l’industrie française, était prête à une intégration poussée sur le plan financier. Les arbitrages qui s’opèrent sur le marché belge en 1929-1930, laissent de côté Paribas, malgré la politique d’Urban en 1928, et se font autour de la Générale et par l’intermédiaire de Solvay. À partir de 1930, on en revient à des modalités d’action des groupes plus traditionnelles qui se développèrent en 1931 et 1932.

Notes

1 MAEF. Europe 1918-1940. B 106, Herbette à Briand, 10-1-1928.

2 Ibid., Herbette à Briand, 21-2-1928. Archives Paribas, 100/12. Note pour le comité du 5-3-1928.

3 MAEF. Europe 1918-1940. B 106. Herbette à Briand, 2-1-1929. Affaires étrangères à Finances, 18-3-1929. Le chargé d’affaires au ministre, 8-11-1929.

4 Ibid. Herbette ä Briand, 1-5-1928 - 23-5-1928. MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 136. Herbette ä Briand, 22-5-1928. Archives Paribas. PVCA, 19-6-1928.

5 Archives Paribas, 100/9. Note du 26-4-1926.

6 Ibid., 101/16. Finaly ä Urban, 26-11-1928.

7 Archives Paribas, 103/30. Note sur Finabel, 31-5-1928.

8 Ibid., 103/30. Finabel à Paribas, 28-12-1928.

9 Ibid., 103/30. Urban à Finaly, 28-12-1928.

10 MAEF. Europe 1918-1940, B 106, Herbette à Briand, 8-1-1929.

11 MAEF. RC 1918-1940, C 136. Note du 30-6-1928. Degrand à Briand, 17-10-1928. MAEF. Europe 1918-1940, B 106. Herbette à Briand, 19-1-1928.

12 Archives Paribas, 103/30. Note de janvier 1930. Urban à Finaly, 13-5-1929 - 27-1-1930.

13 Ibid., 104/39. Moise à Finaly, 12-12-1931. Note du 15-12-1931.

14 MAEF. Europe 1918-1940. B 106. Herbette à Briand, 17-1-1928.

15 Ibid. Herbette à Briand, 26-9-1928 - 14-10-1929 - 29-10-1929. Affaires étrangères à Finances, 3-10-1929. Archives Paribas. PVCA, 5-11-1929.

16 Ibid., 528/19. Mannheimer à Finaly, 30-1-1928.

17 Ibid., 528/19. Affaires apportées par Mannheimer.

18 MAEF. Europe 1918-1940. C Belgique 106. Affaires étrangères à Finances, 29-20-1929.

19 Archives Paribas, 99/2.

20 Archives Paribas, 416/3. Note du 4-7-1930.

21 Archives BUP. PVCD, 21-2-1928. Archives BUP. Bulgarie 230. Note générale.

22 Archives BUP. PVCD, 30-10-1928 - 27-12-1928.

23 MAEF. Europe 1918-1940. C Belgique 136. Degrand à Briand, 17-10-1928.

24 Archives BUP. PVCD, 23-7-1929 - 23-6-1927.

25 Ibid. PVCD, 19-11-1929.

26 Ibid. PVCD, 13-3-1930.

27 H. Bonin, « La BUP en Roumanie », Revue historique 273/2, p. 370.

28 Archives BUP - Roumanie, 300. Notes 2 et 3.

29 Ibid. Note 11.

30 Ibid. Note 20.

31 H. Bonin, op. cit., p. 378.

32 Ibid., p. 379. Archives BUP - Bulgarie 407. Notes 8, 11, 356, 53.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540