Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, la Belgique et l’organisation économique de l’Europe, 1918-1935

 | 
Éric Bussière

Troisième partie. Vers une Europe des producteurs

Chapitre III

Les stratégies industrielles à l’époque des ententes

Texte intégral

A. L’entente internationale de l’acier : de l’organisation des marchés à la tentative d’intégration industrielle - 1926-1930

  • 1 H. Rieben, Des ententes de maîtres de forges au plan Schuman.

1La constitution de l’Entente internationale de l’acier en septembre 1926 revêtait plus l’aspect d’un commencement que celui d’un aboutissement, tant l’œuvre apparaissait comme inachevée. Il s’agissait en fait d’une trêve, visant à calmer une concurrence qui pouvait devenir coûteuse entre une sidérurgie française stimulée par la reconstruction et l’inflation et une sidérurgie allemande provisoirement contrainte par la stabilisation monétaire. La gestion concertée des quantités à produire devait, comme l’a fait remarquer H. Rieben1, jouer le rôle de politique anticyclique pour la branche en adaptant trimestriellement la production à la consommation.

2La grande question était de savoir à quel marché s’adapterait cette politique. Son bon fonctionnement supposait la constitution progressive d’un marché homogène réagissant sans distorsions marquées, d’un État à l’autre, aux impulsions données. Dans cette hypothèse, on se plaçait dans la perspective des promoteurs de la conférence économique de Genève : l’entente des producteurs marcherait de pair avec la réduction progressive des barrières douanières par types de produits. On se dirigeait dans ce cas vers une intégration industrielle européenne par branches avec organisation en commun de l’exportation en dehors de la zone. Les interdépendances en termes d’approvisionnements, le développement du jeu des participations industrielles par delà les frontières, l’existence de multinationales de la sidérurgie telles que l’ARBED ou Ougrée pouvaient justifier cette évolution. Pourtant, l’on sait que cette hypothèse ne se réalisa pas. Dès l’origine un second modèle, plus traditionnel s’imposait, celui de FIRMA, fondé sur la juxtaposition des marchés nationaux réservés et la répartition des exportations au moyen de quotas.

3Les premières années de fonctionnement de l’EIA furent dès lors en grande partie consacrées à essayer d’intégrer une organisation du marché par produits, sous la forme traditionnelle du cartel dans une gestion globale de la production qui supposait un marché homogène. Les tensions que cette situation créa, masquées un temps par la prospérité, expliquent l’échec de la première EIA en 1930.

1. Les tentatives d’organisation du marché : 1927-1930

4L’histoire de l’EIA entre 1927 et 1930 fut marquée par deux tentatives d’organisation du marché des produits métallurgiques. La première s’inscrivait dans la poursuite de l’œuvre commencée en septembre 1926, la seconde visait à contrer les premiers symptômes de récession marquée par l’amorce d’une baisse des prix internationaux. Entre ces deux tentatives, on se contenta de gérer le provisoire dans l’ambiguïté.

  • 2 H. Rieben, op. cit., p. 184-187.
  • 3 Groupement des hauts fourneaux, PV EIA, 4-5-1927 - 10-4-1929 - 19-6-1929 - 27-11-1929.

5Ces deux échecs résultent principalement des différences de structure affectant les industries nationales. H. Rieben a montré que celles-ci résultaient de leurs degrés de dépendance respective vis-à-vis des marchés extérieurs2. Durant la période 1925-1929, celle-ci évolue entre 22,1 % et 36,6 % pour l’Allemagne, 31 % et 48 % pour la France, et 71 % et 83 % pour la Belgique et le Luxembourg réunis. Les divergences intérieures, également évoquées pour expliquer les difficultés ou les échecs de cette période - en particulier pour la Belgique -, issues d’une moindre organisation de la profession dans le cadre du marché national, ne sont que la conséquence de cette différence de structure. On assista donc, entre 1927 et 1930, à un débat entre pays à faible marché intérieur (Belgique, Luxembourg) et pays à fort marché intérieur (Allemagne, France). Le principal objectif des responsables de la sidérurgie belge pendant ces années fut de maintenir dans les limites les plus strictes l’expansion de la sidérurgie allemande à l’exportation. Dès les mois de mai 1927 J. Van Hoegaerden, directeur général d’Ougrée, évoque l’urgence d’une organisation des marchés afin d’éviter qu’en cas de récession en Allemagne les métallurgistes allemands ne se jettent sur le marché international et ne provoquent un effondrement des prix. Ce souci est à nouveau fortement marqué à partir d’avril 1929 dans le cadre des discussions intérieures au groupe belge pour le renouvellement de l’Entente. Van Hoegaerden préconisait de larges satisfactions en faveur du groupe allemand sur son marché intérieur afin d’empêcher tout débordement à l’exportation : « Il ne faut pas sous-estimer la puissance de production de celle-ci car, malheureusement, elle existe. » De même le 27 novembre 1929 : il serait très grave, en cas de crise en Allemagne de laisser celle-ci se lancer à fond sur le marché international3. La tentative de 1927 résulte donc d’un compromis entre les extrêmes que représentaient les cas allemands et belges.

  • 4 GHF. PV EIA, 9-2-1927 - 10-2-1927 - 9-3-1927.
  • 5 GHF. PV EIA, 30-3-1927 - 27-4-1927 - 28-9-1927 - 7-12-1927. Étude historique sur l’EIA, oct. 1947, (...)

6Le principe d’une organisation des marchés par la constitution de comptoirs de vente internationaux fut retenu dès le mois de février 1927. La difficulté tenait au mode d’organisation à mettre en œuvre et subsidiairement à l’ampleur à lui donner. Le point de vue belge, bientôt rejoint par le groupe luxembourgeois, était de se limiter à l’organisation de l’exportation, les marchés intérieurs restant libres ; cette proposition avait pour but de protéger les exportations des pays à petit marché contre toute tentative de dumping de leurs concurrents aux plus larges assises nationales. Le groupement belge envisagea même la garantie d’exportations minimum en faveur des pays à marché intérieur faible, ce qui aurait eu pour conséquence de refouler les produits allemands et français des marchés d’exportation en cas de dépression sur le plan international. À l’opposé, le groupe allemand préconisait la création de comptoirs pour tous les grands produits, en opérant une distinction nette entre marché intérieur et exportation. Les métallurgistes allemands acceptaient donc la discipline à l’exportation à condition de pouvoir conserver la maîtrise de leur marché ; ils se plaçaient ainsi dans la continuité d’une politique qui leur avait fait admettre l’introduction des contingents lorrains, sarrois et luxembourgeois sur leur marché intérieur mais sous le contrôle de leurs organisations professionnelles en même temps qu’il concluaient l’EIA. La position française apparaissait comme intermédiaire mais plus ambiguë. Elle consistait en une répartition globale par produits qui aurait évité la distinction entre marché intérieur et exportation ; cette position marquait l’incertitude des maîtres de forges français sur l’orientation à venir de leur production à l’issue de la stabilisation en cours du franc. En revanche, ils demandaient la corrélation absolue entre comptoirs par produits et EIA, montrant ainsi leur volonté d’éviter que le blocage des positions sur certains produits comptoirés ne provoque une compétition sur les autres segments du marché4. La solution de synthèse à laquelle on aboutit orienta de manière décisive les destinées de l’EIA. On décida l’intégration des comptoirs dans le cadre de l’entente lingots et de définir des quotas de production pour les poutrelles et demi-produits. En revanche, seuls les marchés d’exportation seraient effectivement organisés sur le plan international. On se dirigeait donc vers un compromis entre thèses françaises et belges. En réalité, le fonctionnement du système ainsi élaboré supposait accepté le principe du respect du marché intérieur des différents partenaires. Dans le cas contraire, tout en respectant son quota à l’exportation, le groupe belge pouvait empêcher la France ou l’Allemagne de réaliser leur pourcentage de production par des ventes sur ces deux marchés. C’est ainsi que le 27 septembre le groupe allemand acceptait le principe de rétrocession au groupe belge en échange de la cessation des exportations belges en Allemagne. Les contre-propositions belges présentées en décembre demandaient un partage du marché belge entre groupes belges et luxembourgeois ainsi qu’un retrait des Français de leur marché intérieur, ce que les derniers refusèrent5.

  • 6 GHF. PV EIA, 14-12-1927.

7Les négociations en vue de la constitution des comptoirs furent ajournées sine die lors de la séance du 8 décembre du comité directeur de l’EIA. Les demandes belges, accrues par les exigences de la Providence, en furent en partie responsables6. Pourtant les grandes orientations étaient prises. On s’acheminait non vers une intégration des cinq marchés concernés (Allemagne, France, Belgique, Luxembourg, Sarre) mais vers un relatif cloisonnement et une gestion quasi administrative des échanges intra-EIA, déterminante pour l’avenir.

  • 7 Ibid, 20-6-1928.
  • 8 Étude historique sur FEIA, ler partie.
  • 9 GHF. PV EIA : 23-1-1928 - 1-2-1928.

8Le mode de fonctionnement de l’Entente au cours des deux années suivantes (1928-1929) résulte des schémas envisagés en 1927. Les principales difficultés durant ces années provinrent des dépassements continuels de son quota de production de la part de l’Allemagne. Le groupe allemand protestait donc périodiquement contre des pénalités coûteuses dues en grande partie au dynamisme de son marché intérieur. Les Belges se montrèrent les plus fermes dans l’exigence de l’application des pénalités, tandis que le groupe français, soucieux de préserver les avantages acquis en 1926, se montrait plus accommodant7. Les principales décisions furent prises lors de la réunion de Dusseldorf du 13 juillet 1928 : le groupe allemand accepta la limitation de ses exportations à 300 000 t par mois (avec une tolérance de 5 % reportable un trimestre) en échange d’une forte réduction de ses amendes pour dépassement8. La Belgique et le Luxembourg, principaux promoteurs de cet accord, y gagnaient l’essentiel : la préservation de leurs parts de marchés à l’exportation. Cependant la Belgique et l’Allemagne s’étaient mises dès le début de l’année d’accord sur le principe du respect mutuel de leurs marchés intérieurs9.

9Ainsi, à la fin de 1929, seuls les échanges franco-belges n’étaient pas réglementés par voie contractuelle. Cette exception tenait à plusieurs causes. D’une part la France tenait à conserver ses exportations de demi-produits vers la Belgique en partie fondées sur des contrats à long terme entre usines. D’autre part les Belges conservaient le moyen d’interventions sur le marché français à vocation anti-dumping.

10La seconde tentative d’organisation des marchés date de 1929-1930. Elle résulte des premiers signes de récession économique en même temps qu’elle tire les leçons des évolutions subies depuis 1927.

  • 10 Ibid., 9-10-1929 - 23-10-1929 - 9-12-1929 - 18-12-1929.
  • 11 H. Rieben, op. cit., p. 229-230.
  • 12 GHF, PV EIA : 26-2-1930 - 12-3-1930 - 2-7-1930 - 3-9-1930.
  • 13 Ibid., 15-1-1930 - 7-5-1930.
  • 14 H. Rieben, op. cit., p. 231.

11La nouvelle tentative en vue d’organiser le marché des produits métallurgiques est due à l’avilissement des prix à partir de l’automne 1929. En septembre, le comité directeur envisagea une première diminution du tonnage - programme afin de réduire les exportations. L’idée d’une nouvelle tentative pour constituer des comptoirs provint du groupe belge, plus fortement touché que les autres par la chute des prix sur le marché international. Elle fut acceptée par l’ensemble des groupes à la fin de l’année sous la forme de comptoirs provisoires pour six mois10. Les quotas furent établis pour les principaux produits (demi-produits, profilés, aciers-marchands, feuillards, tôles fortes). Un système de report entre marché intérieur et exportation devait assurer l’articulation entre comptoirs et entente-lingots11. Le système ne put en réalité fonctionner que quelques mois et fort imparfaitement. La principale cause en fut le désaccord sur la politique de prix à mener à l’exportation entre le groupe des pays à marché intérieur large et le groupe belgo-luxembourgeois. Le premier était favorable à des prix élevés, largement rémunérateurs, tandis que le second désirait un niveau de cotation inférieur au prix intérieur anglais pour pouvoir se maintenir largement sur ce marché. Le mauvais fonctionnement du « pool de Londres » est la cause principale de cet échec12. La seconde provient de l’impossibilité pour les groupes belge et français de s’entendre sur leurs échanges bilatéraux. En raison de la baisse des prix, plus marquée à l’exportation, le groupe belge souhaitait limiter les exportations de demi-produits français sur son territoire. L’accord ne put se faire que sur les prix et non sur les quantités : les Belges proposaient 200 000 t tandis que les Français en demandaient 300 00013. Enfin cette tentative intervenait alors que l’EIA, virtuellement dénoncée, ne parvenait pas à se reconstruire. Le groupe allemand demandait une augmentation de son quota, se fondant sur sa production effective, le groupe français demandait le statu quo se fondant sur la bonne tenue relative de son marché intérieur en 1930. Quant au groupe belge, il était lui-même divisé entre partisans du statu quo qui maintiendrait les positions à l’exportation et ceux d’une augmentation du quota belge, conduits par la Providence. Dans ces conditions les comptoirs cessèrent de fonctionner dès le 31 juillet 193014.

12Quoi qu’il en soit, cette seconde tentative avait largement confirmé les tendances de 1927-1929 ; la perspective d’une intégration du marché s’estompait au profit d’une gestion contractuelle annonciatrice d’un fractionnement au cours des années trente.

13Le relatif échec de l’EIA n’empêcha pourtant pas le développement d’ententes plus spécialisées qui, dans bien des cas, réussirent à dépasser le cap difficile que représente le début de la crise. Ainsi, le bon fonctionnement de l’IRMA explique-t-il son renouvellement pour six ans acquis dès l’été 1929. Le plus souvent, ces ententes furent conclues dans des domaines assez spécialisés où quelques groupes industriels se répartissaient le plus gros de la production.

  • 15 Archives CS, PVCA, OM, 27-7-1925 - 28-6-1926 - 28-11-1927. Dossiers Chiers, PVCA, 20-11-1925. E. He (...)
  • 16 A. Baudant, Pont-à-Mousson, 1918-1939, p. 404-410.
  • 17 Ibid., p. 411.
  • 18 Ibid., p. 407.

14L’une des conditions de la participation des entreprises belges à l’EIA avait été l’exigence d’une véritable organisation des marchés afin de limiter la concurrence française et surtout allemande. Nous avons vu que cette exigence reste celle du groupe belge jusqu’en 1930, mais nous avons vu également l’échec de ces tentatives. Dans le domaine plus limité du fil-machine, où le groupe Ougrée-Marihaye disposait d’une position importante sur deux des trois marchés, on aboutit assez rapidement à un accord plus poussé. Ainsi dès juillet 1925 s’était constituée une entente intérieure belge (Ougrée, Athus, Boël) à laquelle on avait rattaché le groupe français de la Chiers. En même temps, J. Van Hoegaerden intervenait au Comité des forges de France afin de provoquer une entente à trois avec la Belgique et l’Allemagne, tandis que la Chiers entamait des négociations dans le même but pour le marché intérieur français. Les pourparlers sur le plan international aboutirent à la fin octobre 1927. La coordination de l’entente internationale fut assurée par la Socobelge, agent commercial du groupe Ougrée15. On pourrait donner d’autres exemples de ce type d’accords. Ainsi l’entente, progressivement réalisée, entre l’été 1924 et le printemps 1929, entre groupe franco-belge d’une part et groupe allemand de l’autre pour les tuyaux de fonte. L’OSTEF (Office de statistique des tuyaux en fonte) aboutit à une répartition des marchés d’exportation entre les deux groupes16. Pourtant, d’une manière générale, ces ententes furent fondées sur « le principe du respect des positions acquises » qui se traduisit principalement par le respect des marchés intérieurs17. En cas de reprise de la lutte, les Belges comme Ougrée pouvaient menacer d’attaquer le marché intérieur français, tandis qu’un des responsables de Pont-à-Mousson pouvait se déclarer prêt « à entrer en Bochie18 ». D’une manière plus globale, il est clair que l’EIA a joué le rôle de modèle dominant et déterminant pour les autres ententes.

15Dans ces conditions il devient évident que, dès 1927, le projet - qui datait de 1925 - des promoteurs de la Conférence de Genève avait déjà échoué. L’idée d’un abaissement des droits de douane permis par des ententes de producteurs pouvait conduire à une intégration continentale (France, Allemagne, Belgique-Luxembourg) par branches industrielles. L’évolution de l’EIA et des principales ententes à partir du second semestre 1927 neutralise cet objectif. L’articulation entre politique douanière et politique des ententes n’a pas eu lieu. Même si les droits de douane affectant les produits touchés par les ententes restèrent modérés, cet effet fut neutralisé par l’apparition d’une gestion contractuelle des relations entre marchés des pays producteurs fondée sur le respect des marchés intérieurs. L’intégration industrielle de l’Ouest de l’Europe par le biais des échanges n’était pas en voie de réalisation.

16Pourtant, malgré ces conclusions restrictives, il ne fait aucun doute que ces accords industriels ont été réalisés par des chefs d’entreprises et que, pendant plusieurs années, ils ont répondu au moins en partie à leurs attentes et leur ont permis de fonctionner. Les stratégies d’adaptation et de développement des firmes doivent donc constituer le second volet de cet étude.

2. Le développement des firmes sous le régime des ententes

17Le régime des ententes tel qu’il fonctionna entre 1926 et 1930 fut déterminant pour la stratégie de développement des firmes. Dans quelle mesure favorisera-t-il ou non l’internationalisation ou mieux l’intégration des firmes industrielles européennes ? Nous nous attacherons ici plus précisément au cas des entreprises multinationales par leurs structures et leurs implantations et en particulier au cas du groupe franco-belgo-luxembourgeois Ougrée.

  • 19 H. Rieben, op. cit., p. 224. GHF, PV EIA, 15-12-1926 - 15-6-1927.
  • 20 Archives CS, dossiers Van Hoegaerden. Notes sur l’IRMA, 27-1-1927 - 28-5-1927.
  • 21 J. Bariéty, Le rôle d’E. Mayrisch…, op. cit., p. 131.

18Le fonctionnement d’une entreprise à implantation multinationale comme Ougrée fut facilité par le régime de l’EIA. Celui-ci prévoyait en effet la possibilité de transferts de contingents entre pays dans la mesure où un groupe disposait d’une participation minimum de 40 % dans le capital d’une usine située à l’extérieur de ses assises nationales. Ainsi Ougrée et la Providence purent-ils régulièrement transférer de la Chiers de Rehon ou d’Haumont des tonnages au profit de leurs usines belges19. L’intégration commerciale des groupes était donc possible avec affectation des commandes aux usines les mieux outillées pour les traiter. Plus originale fut la politique du groupe Ougrée durant ces années. L’intégration commerciale y fut totale, sous le contrôle de la Socobelge (Société commerciale belge) agent unique des usines du groupe pour le Luxembourg, la France, la Belgique. Dans le cadre de l’entente-rails (IRMA) cette intégration fut internationalement reconnue par la constitution d’un groupe Socobelge placé sur le même pied que les groupes nationaux, doté d’un quota respectable : 5,48 % contre 4,95 % au groupe luxembourgeois20. Rappelons que la Socobelge reçut également la gestion de l’Entente internationale du fil-machine et qu’en 1930, au moment de la tentative de constitution des comptoirs, Ougrée exigea le blocage de tous ses quotas au sein de la Socobelge. Ces modes d’adaptation ne furent cependant pas systématiques. Ainsi il semble que l’une des conditions de l’entrée des contingents luxembourgeois de l’ARBED sur le marché allemand en 1925-1926 ait été l’intégration des usines du groupe en Allemagne et en Sarre au sein des organisations professionnelles allemandes21.

  • 22 A. Baudant, op. cit., p. 58. Archives CS, PVCA OM, 26-3-1928. AN F 14 18412. Labbé au ministre, 12- (...)

19A cette intégration vers l’aval (services commerciaux) a pu correspondre une intégration vers l’amont par le développement de l’acquisition par les usines des matières premières nécessaires à leur développement. Le régime bilatéral des échanges établi pour les exportations de matières premières (conférence de 1927 sur les prohibitions à l’importation et à l’exportation) favorise l’acquisition de charbonnages en Belgique par les usines françaises (Campine) et le développement des investissements belges dans les mines de fer en France. On peut ainsi citer le développement du charbonnage du Levant de Mons par Nord et Est en association avec le groupe Ougrée et surtout le développement des charbonnages de la Campine. À Winterslag sont associés Coppée (Espérance-Longdoz) et Le Creusot ; le groupe de la Compagnie de Béthune participe au développement de Limbourg-Meuse, tandis que Pont-à-Mousson étend son influence sur Beeringen. À l’inverse, les groupes belges amplifient leurs investissements dans les mines de fer françaises, parachevant ici un mouvement engagé depuis le début du siècle ; ainsi, Ougrée engage plus de 200 000 000 de F dans l’équipement de ses minières au Luxembourg et en France22.

20Ces stratégies d’internationalisation des services commerciaux et de l’approvisionnement en matières premières visaient à assurer le fonctionnement des groupes industriels. Le régime des échanges et des ententes en vigueur permit leur mise en œuvre sur le plan international. Les choses sont plus complexes quant aux stratégies de croissance. D’une manière générale on peut dire que le régime des ententes en bloquant la part de marché des firmes sidérurgiques au moyen de quotas de production ont favorisé les stratégies de diversification, celles-ci se traduisant souvent par la fabrication de nouveaux produits non comptoirés ou extérieurs à la branche. Ainsi de la stratégie du groupe Ougrée.

  • 23 Archives CS, dossiers Chiers. Note du 14-12-1931.
  • 24 E. Bussière, La sidérurgie beige durant l’entre-deux-guerres, le cas d’Ougrée-Marihaye, RBHC, XV, p (...)
  • 25 Ibid., p. 339.

21Le groupe évite en effet les investissements dans les produits peu élaborés tels les poutrelles et demi-produits, assez peu rémunérateurs et susceptibles de soutenir une croissance forte. Au contraire, il les développe dans des produits de qualité capables d’assurer de nouveaux débouchés. Ainsi sa filiale française, la Chiers, se spécialise dans la production de feuillards puis de tôle d’aciers minces pour automobiles. En 1930 l’usine de Blagny est en cours d’aménagement pour la fabrication de tôles glacées pour carrosserie automobile en des qualités et dimensions uniques en Europe. Des marchés importants seront ensuite conclus avec les groupes Renault et Citroën23. Ce n’est souvent que dans un deuxième temps (au début des années trente) que les positions conquises dans les nouvelles gammes de produits furent consolidées au moyen d’ententes. Plus largement, la politique d’Ougrée s’ouvre vers la chimie grâce à l’association nouée dès 1923 avec l’Air liquide dans la Société belge de l’azote. Il s’agissait de développer l’utilisation des sous-produits et des laboratoires des usines d’Ougrée. Avec l’arrivée de nouveaux partenaires en 1928 (Compagnie de Béthune) la diversification s’accentue (chimie fine) et se combine à l’internationalisation24. On retrouve la même évolution dans le développement du groupe Ougrée au Maroc. Utilisation du potentiel technique et politique des approvisionnements avec la création des Charbonnages de Djérada ; diversification dans de nouveaux domaines miniers (zinc, plomb, fer, pétrole) en association avec le Bureau de recherches et de participations minières (BRPM) qui débouche sur la constitution de l’Union marocaine financière, industrielle et minière (UNIMAROC) en 193025.

  • 26 Ibid., p. 337.
  • 27 MAEF. Europe 1918-1940. B. 106. Note du 13-1-1926 de Schneider.

22Plus largement, la période voit se développer un véritable modèle de croissance externe qui prit toute son ampleur par toute une série de fusions opérées dans un premier temps au sein de chaque groupe national. Le respect des contraintes imposées par les ententes interdit en effet la recherche d’un accroissement des parts de marché par accroissement direct des moyens de production. Les principales firmes eurent donc tendance à procéder au rachat d’entreprises souvent moins puissantes afin d’augmenter leurs capacités de production et leurs quotas. Plusieurs exemples le montrent dans les cas belges et luxembourgeois. Pour Ougrée, elle se traduit par la prise de contrôle en 1930 de la Société minière et métallurgique de l’Alliance Monceau. Celle-ci, en situation relativement difficile, offre en fait peu d’intérêt sur le plan industriel. Elle permit en revanche d’augmenter le quota du groupe d’un quart environ et de conserver la première place au sein de l’entente belge (20,64 %)26. La politique de la Société générale de Belgique, bien que relevant d’une stratégie d’origine financière, aboutit au même résultat. L’absorption d’Athus par Angleur puis le contrôle exercé sur Sambre et Moselle et Cockerill, à l’occasion des difficultés financières issues de la stabilisation, permet la constitution d’un groupe Société générale au sein de FELA belge. Au Luxembourg, le phénomène se traduisit par l’absorption de la Société métallurgique des Terres rouges par les ARBED en 1926. Celle-ci s’explique par des motifs industriels ; les ARBED disposaient des installations permettant d’absorber les produits semi-finis des Terres rouges et leur transformation en produits plus élaborés. La viabilité de l’ensemble, aux dimensions multinationales, était rendue possible quelques mois plus tard par la réglementation de l’EIA qui permettait une affectation judicieuse des commandes à l’intérieur du groupe27.

  • 28 Ibid., l’ambassadeur au ministre, 28-5-1928. Archives SGB. ARBED 321, Jadot à Barbanson, 4-5-1928. (...)

23Pourtant, le phénomène le plus remarquable de la fin de cette période est que ce processus de fusions eut tendance à dépasser le cadre national au point d’aboutir à de spectaculaires tentatives d’intégrations industrielles à l’échelle européenne. Au cœur de ces manœuvres, la politique menée par l’ARBED. Nous avons vu, à la suite de J. Bariéty, le rôle joué par cette firme dans la constitution de l’EIA. Or, il semble bien que pour E. Mayrisch cette entente n’était qu’une étape vers la constitution de véritables trusts sidérurgiques à l’échelle du continent. Il s’en était ouvert auprès de F. Vanlangenhove durant la conférence de Genève en mai 1927. La première vaste opération de ce type concerna l’ARBED et se traduisit par l’achat en mai 1928 puis janvier 1929 de 40 000 actions sur le marché hollandais par la Société générale de Belgique. Cette opération considérable (plus de 500 000 000 de F) visait à renforcer les liens entre le groupe de la Générale de Belgique et la sidérurgie luxembourgeoise, dans la ligne poursuivie par Jadot depuis 1919. Cette opération, soutenue par Francqui et Theunis, reçut l’approbation de G. Barbanson, président des ARBED, favorable à ce rapprochement28. Le fait que les titres acquis par la Société générale aient transité par la banque hollandaise Mendelssohn n’est pas indifférent pour l’évolution du processus. Le financier Mannheimer, principal animateur de la banque Mendelssohn, joua le rôle d’intermédiaire dans un projet de beaucoup plus vaste ampleur dont la Banque de Paris et des Pays-Bas fut avertie au début d’octobre 1929.

  • 29 Archives Paribas, 528/112. Notes du 12-10-1929 - 15-10-1929.
  • 30 Ibid., Berthelot à Finaly, 16-10-1929.
  • 31 Ibid., Finaly à Mannheimer, 23-10-1929.
  • 32 Archives CS - PVCA OM, 22-2-1931. ANF 14 18412, Labbé au ministre, 1-2-1928.

24Le projet consistait à former une société regroupant les principales firmes sidérurgiques allemandes, belges et françaises. Le groupe allemand aurait été constitué des Vereinigte Stahlwerke, Gelsenkirchen et Phoenix, le groupe belge de Cockerill, Angleur-Athus, Sambre et Moselle (c’est-à-dire le groupe de la Société générale), le groupe luxembourgeois par les ARBED. Restait à y adjoindre un groupe français. À la date du 12 octobre, les Allemands et les Belges étaient d’accord. Le capital de l’ensemble, 150 millions de dollars, aurait été réparti en trois parts égales : allemande, belgo-luxembourgeoise (on voit ici la conséquence du rapprochement esquissé en 1928) et française. Une augmentation immédiate de capital de 80 millions de dollars, aurait fourni les moyens de nouveaux investissements. Le groupe financier susceptible de réaliser l’opération était constitué : Dillon Read, Mendelssohn, Paribas, le Crédit suisse et une banque suédoise29. Mannheimer avait déjà contacté T. Laurent (Marine-Homécourt) et le gouvernement français donna son accord30. Le projet échoua du fait de l’opposition de de Wendel, dont la participation était considérée comme indispensable et qui préféra conserver son indépendance31. Parallèlement deux tentatives plus limitées furent entreprises par les ARBED, probablement en dehors de la Générale et dans un cadre plus restreint. Au début de 1928 une fusion avec l’Espérance-Longdoz fut négociée avec le groupe Coppée, son principal actionnaire. L’internationalisation du groupe aurait été accentuée du fait des implantations de l’Espérance en France (Montataire, Aulnoye, Strasbourg). Une nouvelle tentative fut esquissée au début de 1931 avec Ougrée mais celle-ci refusa de l’envisager32.

  • 33 Archives Paribas. Dossiers 416/1 - 416/2.

25Les objectifs de ces tentatives, malgré leurs échecs, méritent d’être analysés. Elles interviennent, pour la principale d’entre elles, à un moment où l’EIA telle qu’elle a été constituée, ne fonctionne plus correctement (octobre 1929). Elles visent donc à dépasser cette première formule dans un sens conduisant radicalement à l’intégration industrielle : celle du trust. De ce point de vue elle constitue une ultime tentative. Une seconde raison, peut-être plus déterminante encore, réside dans la difficulté de plus en plus grande des firmes de financer les programmes industriels en cours. Comme nous l’analyserons plus loin, à l’automne 1929 le marché belge ne parvient plus à faire face aux besoins de l’industrie nationale. De même, les ARBED doivent négocier au cours de 1930 un très vaste emprunt, initialement prévu pour un montant de 500 000 000 de FF33. On connaît également la disette de capitaux en Allemagne. Le projet de 1929 correspondrait peut-être plus à l’amorce d’une intégration financière à l’échelle européenne qu’à une véritable tentative d’intégration industrielle à laquelle il manquerait encore celle du marché. Cette analyse de l’échec de l’intégration industrielle dans la sidérurgie, malgré une internationalisation accrue des firmes, porte le débat sur le terrain financier.

26L’évolution des structures de la métallurgie européenne dépasse donc, durant les années 1926-1930, le cadre strict des relations franco-belges, tel qu’il pouvait être envisagé dans le contexte politiquement privilégié de l’immédiat après-guerre. Certes, les liens de complémentarité en termes de matières premières, les politiques intégrées à l’échelle des firmes s’approfondissent. Mais le véritable débat n’était plus celui d’une intégration franco-belge (avec le Luxembourg) mais ouest-européenne. Une première conclusion sur cette période, pour l’industrie fondamentale qu’était la sidérurgie, est qu’elle constitue un premier rendez-vous manqué. Elle n’en fut pas moins une période d’expérimentation utile pour l’avenir.

B. Les autres domaines de convergence

1. Les destinées de la politique franco-belge du pétrole

  • 34 E. Bussière, « La BUP et l’existence d’un courant national dans les milieux pétroliers français dan (...)
  • 35 MAEF. RC 1918-1940. B. 48/2. Dossier général, Herbette au ministre, 25-4-1923 - 6-2-1924 - 14-2-192 (...)
  • 36 Ibid., Herbette au ministre, 30-12-1926. ANF 12 8882, H. Bouchet au ministre du Commerce, 22-12-192 (...)

27La mise en œuvre d’une politique franco-belge du pétrole, décidée à l’issue de la conférence de Gênes et marquée par l’entrée de la BUP dans le capital de Pétrofïna se poursuivit durant la seconde moitié des années vingt. Nous désirons ici en examiner les modalités et la dimension. Son fondement résidait dans un parallélisme de situation entre les deux pays. L’un comme l’autre se trouvaient sous la dépendance étrangère pour leur approvisionnement. Au-delà de la nécessité d’importer, c’était la domination des trusts anglo-saxons dans la commercialisation que l’on cherchait à réduire. Celle-ci fut marquée sur les deux marchés par une lutte des prix nuisible à l’approvisionnement comme aux firmes nationales. En France, elle eut surtout lieu à partir de novembre 1926 et se traduisit par de lourdes pertes pour le groupe des indépendants. La loi de 1928 mit fin à ces difficultés grâce à l’intervention de l’État dans la répartition des parts de marché34. En Belgique, cette lutte se développa entre septembre 1922 et mars 1923 puis reprit à partir de novembre 1923 pour s’achever en janvier 1924. Au cours de cette lutte, le groupe belge Purfina (filiale de Pétrofina) avait dû abandonner provisoirement le marché quand les prix ne lui permettaient plus de suivre. Comme en France, le gouvernement était intervenu, mais plus rapidement : création d’une commission des carburants et instauration d’un système de licences d’importation (1924)35. De même, le gouvernement belge favorise le regroupement des intérêts nationaux dans une fédération des intérêts pétrolifères belges (suscitée par G. Hannecart lors de son passage au ministère des Affaires étrangères) qui devait être l’organe d’une politique des approvisionnements36. Pourtant, à la différence du modèle français, cette politique devait se faire par le canal d’entreprises privées. Le gouvernement écartait toute idée de politique « nationale » du pétrole par souci d’équilibre et volonté de ménager les groupes anglo-saxons. C’est donc officieusement qu’il devait intervenir.

  • 37 MAEF. RC 1918-1940. B. 48/2. Herbette au ministre, 23-12-1926.

28Les sources d’approvisionnement détenues directement par des groupes belges étaient loin de suffire à la Belgique. À côté des intérêts anciens et devenus inopérants car détenus en Russie, ils disposaient de quelques participations en Pologne et surtout en Roumanie avec surtout celles de Pétrofina. Pourtant la carte roumaine s’était avérée décevante puisque la Roumanie refusait l’exportation de son brut et que la participation de la Belgique au groupe OPQ chargé de s’intéresser aux terrains de l’État se traduisit par un échec et la liquidation de l’entreprise37.

  • 38 Ibid., B. 48/2 - Sd VI, Josse-Allard à Mercier, 28-8-1925. Tél. à ambassade Londres, 24-8-1925.
  • 39 MAEF. RC 1918-1940. B. 48/2. Sd II, Gaiffier à Herriot, 7-11-1924 - 28-1-1925. Note, 14-2-1928. ANF (...)

29Le gouvernement belge orienta donc son effort vers le Proche-Orient en essayant d’obtenir une part des pétroles irakiens en entrant directement dans la TPC. Une démarche simultanée fut entreprise en août 1925 auprès des gouvernements anglais et français. Le groupe belge Josse-Allard, principal intéressé, faisait valoir le renforcement que cette présence pouvait apporter au groupe de la CFP. Ces démarches n’eurent aucun succès et l’on s’orienta vers un renforcement de la présence belge au sein de la CFP38. Celle-ci était déjà partiellement agissante du fait de la présence de Pétrofina française parmi les souscripteurs d’origine. De même, l’Omnium international des pétroles, où se trouvaient associés les groupes Waterkeyn et Josse-Allard à Paribas, avait souscrit une part du capital initial de la CFP. Cependant, la direction effective de l’Omnium échappait de plus en plus à ses créateurs belges pour passer dans l’orbite de Paribas, tandis que Josse-Allard se rapprochait dès 1923-1924 de la politique de Francqui et de Pétrofina. Cette évolution explique la volonté de ce groupe de renforcer ses positions au sein de la CFP par une participation directe au capital. Elle se manifesta dès 1924 par plusieurs démarches auprès de la CFP. Surtout en 1926, à l’occasion de la première augmentation de capital, une souscription de près de 5 000 titres du groupe Josse-Allard vint heureusement combler les défaillances des groupes français liés aux anglo-saxons. E. Mercier accorda alors son soutien au renforcement du groupe belge au moyen d’une souscription d’actions à vote plural, théoriquement réservées aux groupes français, et d’une représentation au conseil d’administration. Ce programme fut réalisé dès février 1928 en accord avec le Quai d’Orsay et le ministère des Finances39. Pourtant ce rapprochement resta plus du domaine financier que du domaine industriel. Dans cette perspective, c’est plutôt du côté de l’activité du groupe Pétrofina qu’il nous faut rechercher l’existence d’une politique de dimension plus vaste.

  • 40 E. Bussière. La BUP…, op. cit., p. 313 à 315.

30Cette période est marquée par la difficulté de réaliser une véritable intégration du groupe. Sur le plan de la direction de l’entreprise, le partage théorique des rôles est inscrit dans les accords de 1923 : conseil d’administration dirigé par un Belge (Francqui), comité de direction dirigé par un Français (Sergent). En fait le pouvoir leur échappe. Un partage régional semble en fait s’exercer entre intérêts anversois, représentés par les frères Carlier et l’animateur de la filiale Pétrofina française, L. Wenger. Cette dichotomie correspond en réalité à un déséquilibre structurel du groupe qui empêche sa véritable intégration : le brut roumain, raffiné par une filiale de Concordia alimente surtout le marché des Balkans, tandis que les marchés belge et français doivent s’approvisionner à d’autres sources. Ici, le rôle principal revient à L. Wenger. Dès 1924 il opère une vaste négociation avec le syndicat du naphte russe qui aboutit à la conclusion de deux contrats parallèles pour l’approvisionnement des marchés belges et français en essences et huiles soviétiques. Cette politique, qui s’appuie en France sur le groupe des indépendants, débouche sur des tentatives d’acquisition de gisements en Perse et au Venezuela. Sur le plan industriel, elle se traduit par la décision de construction d’une raffinerie de 500 000 t à Dunkerque prise dès 1929. Sa position géographique traduisait bien la vocation franco-belge de la politique entreprise40. Il y a pourtant lieu d’en limiter la portée. D’une part le gouvernement belge engage dès la fin des années vingt une politique destinée à organiser le raffinage. D’autre part le bilan des relations pétrolifères franco-belges en 1920 reste encore limité largement au domaine des participations financières.

2. Solvay, une ambition pour la chimie française ?

Les ambitions initiales

  • 41 F. Braudel, E. Labrousse, Histoire économique et sociale de la France, t. 4, vol. 1, p. 283. J-P. D (...)
  • 42 W. J. Reader, Imperial Chemical Industries, A history, p. 217-234.

31Les principales relations entre industries chimiques belges et françaises à la veille de la première guerre mondiale sont constituées par le rôle important joué par le groupe Solvay sur le marché français. La victoire progressive du procédé Solvay sur le procédé Leblanc à la fin du xixe siècle avait imposé le groupe belge parmi les fabricants de soude en France. Ces positions furent consolidées entre 1886 et 1896 par une répartition des tâches entre les trois principaux groupes : Solvay pour la soude, Saint-Gobain pour l’acide sulfurique, Péchiney pour l’électrochimie et l’électrométallurgie. À ces accords généraux s’ajoutaient des ententes particulières entre firmes telle la convention de 1895 entre Solvay et Saint-Gobain : Solvay obtenait la prééminence pour la soude (2/3 du marché) mais s’abstenait de produire de l’acide sulfurique41. Pourtant la présence de Solvay en France n’est qu’un élément d’une stratégie mondiale. La firme belge dirige ses usines françaises (principalement celle de Dombasle) de Bruxelles alors qu’elle a développé un véritable partenariat industriel en Angleterre et aux États-Unis. Dans le premier cas elle dispose d’une forte participation dans le groupe Brunner Mond et Cy depuis 1881. Aux États-Unis, elle a constitué, avec Brunner Mond et des capitalistes américains, la Solvay Process Cy. À la veille de la guerre, Solvay et ses deux associés contrôlent le marché mondial de la soude et de ses dérivés42.

  • 43 J.-P. Daviet, ibid., p. 1124 et suiv. ; W.-J. Reader, ibid., p. 360 et suiv.
  • 44 Idem.

32La guerre fut l’occasion, en France, d’une prise de conscience d’un retard de l’industrie chimique et d’une intervention de l’État dans ce domaine. L’occasion d’un nouveau développement de la chimie française résulte à la fois de l’apparition de procédés nouveaux pour la synthèse de l’ammoniaque [procédé Haber (Badische Anilin), G. Claude (Air liquide), Casale] et de la saisie des brevets allemands en vertu du traité de Versailles. Le Gouvernement a suscité, en 1919, la constitution d’une société d’étude de l’azote destinée à la mise en œuvre d’un de ces procédés en vue d’une production à grande échelle en France. Celle-ci regrouperait les principales firmes chimiques nationales. J.-P. Daviet a montré que les choix du Gouvernement (Service des poudres et surtout L. Loucheur) allèrent en faveur du procédé Haber et visèrent à écarter Solvay du groupe à constituer. Pourtant, ce dernier songeait également à développer le procédé en France43. Au-delà du choix technique - le procédé Claude jouissait d’une confiance moindre que le procédé allemand - il nous semble qu’il faille voir ici un choix stratégique de L. Loucheur. Solvay, lié à des groupes américains et à Brunner Mond, représente un axe anglo-saxon. Le choix d’un regroupement d’entreprises purement françaises dans un partenariat privilégié avec l’Allemagne (acquisition du savoir-faire auprès de la Badische Anilin) est dans la logique de la politique de Loucheur à partir de mars 1919. L’accord signé avec la firme allemande en novembre 1919 ne put cependant pas entraîner l’adhésion des groupes français44. L’ONIA est constituée en 1924 pratiquement sans les industriels, tandis qu’une occasion de regroupement dans un contexte interallié et franco-belge était perdue.

Le développement de nouveaux axes de coopération franco-belge

  • 45 J.-P. Daviet, ibid., p. 1155-1324.
  • 46 ANF 14 18412, Affaires étrangères à Travaux publics, 5-10-1928. MAEF. Europe 1918-1940. Belgique 12 (...)
  • 47 J.-P. Daviet, ibid., p. 1104 et suiv.

33En France comme en Belgique, le développement de l’industrie de l’azote est l’un des axes majeurs du renouvellement de la chimie. Les différents groupes français prolongent leurs investissements en France par des associations avec des groupes belges. Ainsi Kuhlmann met en œuvre le procédé Casale à Anzin et à Maries à partir de 1924 puis participe à la constitution des fours à coke de Selzoete avec des entreprises belges afin d’y développer la même production45. En 1929, il constitue la Société des produits chimiques de la Meuse avec des partenaires liégeois et anversois qui rachètent les fours à coke de Tilleur dont les sous-produits serviront à la production d’ammoniaque et d’engrais46. Le principal axe de coopération nous semble pourtant être constitué par celui qui associe la Société chimique de la Grande Paroisse et Ougrée-Marihaye. La Société chimique de la Grande Paroisse est constituée en 1919 en association entre Air liquide et Saint-Gobain pour la mise en œuvre du procédé G. Claude. Elle développe une politique de production directe en France (usines de Monte-reau et de Waziers) mais également la cession de licences. Dès 1921 les Mines de Béthune peuvent donc développer cette production à Bully-Grenay. En Belgique, cette politique aboutit à la constitution de la Société belge de l’azote47.

  • 48 E. Bussière, La sidérurgie…, op. cit., p. 337-338.

34Cette création résulte pour partie des relations antérieures à la guerre qui existaient entre G. Trasenster et G. Claude. Dès 1906, l’Air liquide disposait d’installations à Ougrée. La SBA, constituée en juillet 1923, confirme et accentue cette alliance. Il est probable qu’elle détermina la rupture entre Ougrée et Semet-Solvay (Solvay était opposé au développement de ce procédé depuis 1919) au sein de la Société des fours à coke de Zeebrugge, intervenue dès janvier 1924. L’affaire, au développement considérable (capital 80 millions en 1928), entra en phase de production dès 1925. Elle constitua une filiale, la Société des produits chimiques du Marly. L’ensemble de leurs produits fut commercialisé par Ougrée48. En 1928, la Compagnie de Béthune vint rejoindre Ougrée et Air liquide au sein de la Société franco-belge d’Ougrée pour l’exploitation en commun de brevets et la poursuite de nouvelles recherches. Le groupe développa rapidement ses productions : ammoniaque et dérivés, division organique (pharmacie), électrochimie à partir de 1928 grâce à la Société belge d’électrochimie.

  • 49 J.-P. Daviet, op. cit., p. 1293 et suiv. Solvay en France. Note historique aimablement fournie par (...)

35À côté de ces nouveaux axes franco-belges, Solvay développa ses activités en France. Le traité de paix provoque l’entrée dans l’espace économique français des usines de Sarralbe et de Château-Salins, détachées des Deutsche Solvay Werke. Surtout, les capacités du groupe sont accrues par une nouvelle implantation à Tavaux, plus au sud et donc moins vulnérable que Dombasle, menacée en 1916-1917 par l’avance allemande. Tavaux se trouve par ailleurs bien placée pour faciliter le rapprochement en cours avec les importants consommateurs que représentent les groupes textiles de Lyon et de Roanne. La décision date environ de 1925, les premiers travaux commencent en 1928. Deux fabrications devaient être mises en œuvre sur ce nouveau site. D’une part la fabrication de chlore et de soude caustique par electrolyse du sel. Celle-ci commence à partir de 1930 ; Solvay avait été précédé dans cette direction par Saint-Gobain (1924) et par Kuhlmann à Loos. La construction d’une soudière selon le procédé Solvay constituait la seconde partie de l’opération. Elle entra en service en 193249.

  • 50 J.-P. Daviet, op. cit., p. 1322 et suiv.
  • 51 Ibid., p. 1321. F. Baudhuin, Histoire économique…, op. cit., p. 93.

36Le principal axe du développement de Solvay en France semble cependant être constitué par un rapprochement avec le groupe Gillet. Celui-ci est consommateur de soude pour la fabrication des pâtes cellulosiques qui entrent dans la fabrication de la viscose. Les deux groupes constituent, avec la banque Vernes, la Mutuelle industrielle, chargée de regrouper des participations communes et d’assurer leur financement. Il est en outre probable que par cette création Solvay cherchait à se procurer directement, sur le marché français, les capitaux nécessaires au financement de ses investissements en France50. Le développement de l’activité verrière de Solvay ne fut pourtant pas sans poser des difficultés dans ses relations avec les groupes français et en particulier Saint-Gobain. J.-P. Daviet a évoqué l’intrusion de Solvay sur le marché des glaces à partir de 1921 avec la constitution de la Compagnie internationale pour la fabrication du verre qui, à partir de la Belgique, essaime ses installations dans plusieurs pays d’Europe et en particulier en France. Les produits du nouveau groupe, qui utilise le procédé Libbey-Owens, concurrencent les glaces minces de Saint-Gobain d’où une lutte entre 1926 et 1928 qui remet en cause durant quelques mois l’entente soude en France. L’entrée du groupe dans la convention internationale des glaceries met rapidement fin au conflit51.

Vers de nouveaux regroupements à base franco-belge ?

  • 52 L. F. Haber, The chemical industry, 1900-1930, p. 279-290.
  • 53 Ibid., p. 294-296.

37Le regain de dynamisme qui semble marquer l’industrie chimique en France et en Belgique dans les années d’après-guerre ne suffit pourtant pas à rétablir l’équilibre vis-à-vis des grandes puissances voisines et en particulier l’Allemagne. La constitution de 1TG Farben en 1925 fut l’amorce de regroupements ou de tentatives de regroupements à l’échelle nationale dans différents pays d’Europe52. Elle affecta fortement la stratégie internationale du groupe Solvay. Dans un premier temps, Brunner Mond et Solvay pensèrent réagir à la construction du géant mondial de la chimie par un partage des marchés qui toucherait à la fois à la nature des produits et à leur répartition géographique. À cet effet des contacts furent noués avec IG Farben par Brunner Mond en juin 1925 puis Solvay en mars 1926. Les négociations se développent à Bruxelles chez les Solvay entre les 9 et 11 août 1926. Un arrangement est pratiquement conclu en vue d’une coopération étroite entre Solvay, Brunner Mond et leur prolongement américain Allied Chemical, et IG Farben. Il devait aboutir à un vaste partage des marchés, une coopération technique et être matérialisé sur le plan financier par un échange d’actions entre les sociétés concernées53. Ce vaste accord définissait un axe entre chimie allemande et chimie anglo-saxonne entre lesquelles Solvay aurait constitué un trait d’union.

  • 54 W. J. Reader, ICI, t. I, p. 291-293, p. 457-464.

38L’échec du projet est d’abord dû au refus du partenaire américain d’y participer. Depuis la guerre, l’influence de Solvay et de Brunner Mond sur Solvay Process Cy s’est effritée. En 1920, son incorporation dans un ensemble plus large, l’Allied Chemical and Dye corp. inc. n’a pu être évitée de même que son entrée dans l’US Export Alkali Association. Le partenaire américain conquiert son indépendance et refuse l’accord avec IG Farben. Les ententes d’avant-guerre avec le groupe Solvay sont rompues en septembre tandis que Brunner Mond prend la tête d’un regroupement à base nationale de la chimie anglaise constitué dès décembre 1926. LTCI (Imperial Chemical Industries)54. Nouvel affaiblissement pour le groupe Solvay dont la part dans cet ensemble est bien moindre que celle qu’il détenait chez Brunner Mond.

  • 55 F. Baudhuin, Histoire économique, p. 87-88. J.P. Daviet, op. cit., p. 1325.
  • 56 Ibid, p. 1338-1339.
  • 57 Ibid., p. 1329-1330.
  • 58 Ibid., p. 1328.
  • 59 Ibid., p. 1156.

39En France, comme en Belgique, on assiste donc à des tentatives de regroupement. La constitution de l’Union chimique belge est due à l’initiative de Solvay en 1928. Elle a pour but un regroupement des forces à l’échelle nationale, destiné à faire face aux défis allemand et anglais55. Elle va de pair avec la stratégie financière du groupe en Belgique qui consiste à réunir autour de Solvay, les trois groupes dominants : Société générale, Banque de Bruxelles, Paribas, comme nous le verrons plus loin. Du côté français plusieurs solutions furent envisagées. D’une part une solution nationale prônée par le directeur général de Kuhlmann, R. Berr, soutenu par le service des poudres et les milieux gouvernementaux. Il provoque au cours de l’année 1926 des discussions entre industriels en vue de constituer une « union chimique française » sur le modèle de 1TCI. Le projet ne peut aboutir et la constitution du Comité des industries chimiques, chargé de promouvoir la constitution de filiales communes masque mal son échec56. La seconde solution est franco-belge et correspond à une initiative du groupe Solvay. Celle-ci viserait à un vaste regroupement autour du groupe belge qui opérerait un recentrage de sa politique sur la France. Le développement de relations avec Kuhlmann, Gillet - par la Mutuelle industrielle - et Saint-Gobain, le placerait en position de médiateur. Saint-Gobain fut l’objet des principales avances : constitution en 1927 d’une société d’études et d’applications chimiques (Solvay-Saint-Gobain) ; achats d’actions Saint-Gobain en bourse de Paris par Solvay ; proposition d’échange d’administrateurs entre l’Union chimique belge et Saint-Gobain en vue d’une « politique commune en France et en Belgique » (1928) ; proposition en 1929 de constituer une société holding commune en vue de participations conjointes. L’ensemble de cette politique échoue57. Plusieurs explications peuvent être avancées pour l’expliquer. Pour J.-P. Daviet Saint-Gobain, tout en reconnaissant la nécessité d’une entente avec Solvay, se refuse à une intégration dans un ensemble où il perdrait son autonomie. Les conditions d’une acceptation pour Saint-Gobain auraient été l’obtention d’un statut de chef de file de la chimie française, ce que les groupes concurrents et en particulier Kuhlmann n’auraient pas accepté58. Nous nous retrouvons donc confrontés à une situation proche de celle de la métallurgie française face aux Belgo-luxembourgeois ou aux Allemands en 1929 : les structures des entreprises françaises, trop dispersées, ne leur permettent pas un partenariat sur une base équilibrée avec, tantôt les Allemands, tantôt les Belges. Ainsi se tourne-t-on vers les formules plus classiques des ententes. Rappelons pour mémoire la visite de Bosch, directeur d’IG Farben à Paris en juin 1927. Il propose une entente européenne à trois (France, Angleterre, Allemagne) susceptible de lutter contre la prééminence américaine. Les structures de l’industrie française ne lui permettaient évidemment pas une telle aventure. On en vient alors tout naturellement à la formule des ententes plus classiques : dès 1928 l’industrie française de l’azote recherche un accord qui préserve son marché intérieur. Le prix plus élevé du charbon en France justifie l’écart de prix de revient de l’ammoniaque avec les concurrents étrangers. L’accord est signé à Ostende durant l’été 1930 sur la base du respect des marchés intérieurs59.

3. La Belgique : carrefour d’affrontement ou d’intégration de l’industrie électrique en Europe ?

  • 60 Archives Paribas, 101/16, Urban à Finaly, 22-1-1930. A. Broder, « Électricité et relations internat (...)

40La Belgique avait été, jusqu’à la veille de la grande guerre un véritable carrefour où s’étaient rencontrés les grands intérêts de l’industrie électrique en Europe. Elle avait été la base du développement du groupe Empain sur le plan international (en France notamment) mais aussi le relai essentiel du développement de l’industrie allemande en Europe et dans le monde par l’intermédiaire de la SOFINA. La guerre et l’année 1919 furent marquées par la volonté des intérêts belges et français de se dégager de l’emprise de la SOFINA, estimée trop forte. Sur le plan politico-financier, cette tentative fut marquée par le procès intenté à D. Heineman, ingénieur d’origine germano-américaine et principal animateur de la SOFINA, aussitôt après l’armistice. Celui-ci se terminait par un non-lieu dès juillet 1919 mais la SOFINA se transformait provisoirement en TRUFINA et devait abandonner quelques positions60. Sur le plan industriel, les projets de Paribas sur le plan interallié échouèrent assez vite (voir lre partie). Dans les deux cas, H. Urban avait mené le combat contre la SOFINA, avec le soutien momentané, semble-t-il, d’E. Francqui.

41Durant les années 1919-1926, le développement de l’électrification en Europe s’accélère. Le phénomène se traduit par un gonflement considérable des actifs des sociétés de portefeuille belges. Celles-ci conservent leurs intérêts dans les nombreuses sociétés de transports urbains et de distribution acquis au début du siècle. Elles développent leurs participations dans de nouvelles entreprises de production et de distribution en Belgique et à l’étranger depuis 1919.

  • 61 Archives Paribas, 101/16, Production d’électricité en Belgique en 1929. Archives Paribas, 101/39, É (...)

42Dans la seconde moitié des années vingt la répartition des intérêts entre groupes est à peu près stabilisée. Le groupe Empain, dont les principales participations sont regroupées au sein d’Électrorail, mène une politique totalement indépendante des groupes bancaires belges et ne semble pas avoir été mêlé aux manœuvres qui secouèrent la Belgique à partir de 1928. Les deux pôles d’activité du groupe sont la Belgique avec environ 30 % de la production d’électricité en 1929 et la France qui représente 36 % du portefeuille d’Électrorail en 1931 (43 % pour la Belgique)61.

  • 62 Archives Paribas, 104/39, Traction et Électricité. Archives Paribas, 101/16, Production…
  • 63 Ibid. 103/26, Note de mars 1927.
  • 64 Ibid. 101/19, Note sur la société. Ibid. 101/16, Production…

43Le groupe des sociétés contrôlées par les banques est beaucoup plus complexe à définir, tant les liens les associant, ou les divisant parfois, sont complexes. Se détache pourtant l’ensemble contrôlé par la Société générale de Belgique. En 1929, il est regroupé dans une holding : Traction et Électricité, au capital de 260 millions. Une évaluation du portefeuille au 31 octobre 1931, le chiffre à 566 millions dont 118,5 pour les filiales françaises : principalement la Nantaise d’éclairage. En Belgique, on situe sa part de la production à 26,1 % du total62. Les intérêts directement contrôlés par Paribas et la Banque de Bruxelles étaient beaucoup moins importants. Les deux établissements étaient associés depuis 1882 au sein de la Société générale des chemins de fer économiques au capital de 50 millions en décembre 1926. L’affaire, très prospère, était contrôlée à parts égales par les deux banques mais animée par la famille Urban depuis sa fondation. H. Urban la présidait tout en y représentant Paribas63. Les Économiques disposaient de participations en Italie, Espagne et, depuis 1925, dans la société d’Énergie électrique de la Sorgue et du Tarn. Surtout, en 1895, les Économiques avaient constitué, avec la Société générale de Belgique, la Société générale belge d’entreprises électriques. Par la suite de modifications dans la structure du capital, le contrôle effectif de l’affaire se trouvait réparti, en 1927, entre les Économiques et les trois grandes banques, associées à quelques partenaires minoritaires. Tout comme les Économiques, la présidence était assurée par H. Urban, tant à titre personnel que comme représentant de Paribas. Les principaux intérêts du groupe se situaient en Belgique avec la Société intercommunale belge d’électricité (32 % de la production belge en 1929) en Pologne et en France par l’intermédiaire de leur Filiale : les Exploitations électriques. L’ensemble de ce dernier groupe était en fait assez instable et principalement tenu en équilibre par la personnalité de H. Urban64.

  • 65 A. Broder, « Électricité… », p. 275-276. Archives Paribas, 101/19, 105/42. Archives Pari-bas, 102/2 (...)

44Le dernier groupe est représenté par la SOFINA. Celle-ci s’est reconstituée en 1928 sous la raison sociale d’origine. Le groupe SOFINA peut être considéré en 1929-1930 comme la principale société de portefeuille de valeurs d’électricité en Europe. Ses intérêts se répartissent entre l’Espagne et l’Amérique du Sud grâce à ses filiales CHADE (Compania Hispano Americana de Electricidad), et SIDRO (Barcelona Traction light and Power Cy, Mexican light and Power…), l’Europe Centrale grâce à Gesfuerel (Gesellschaft Für Electrische Unternehmungen), la Belgique et la France. En France, A. Broder a montré l’importance majeure jouée par ce groupe par ses filiales (Financière électrique, Société centrale pour l’industrie électrique) au sein de sociétés de production d’importance majeure comme les Forces motrices de la Truyère, la Compagnie électrique de la Loire et du Centre. Cette influence est en partie financière, renforcée par des participations bancaires comme la banque Thalmann en 1928, mais surtout technologique : les filiales de SOFINA assument la direction technique de la construction des centrales, comme ce fut le cas pour la Truyère et pour celle de Kembs. En Belgique, la position de SOFINA est encore plus forte en raison de ses liens étroits avec la Banque de Bruxelles dont elle reste le premier actionnaire et premier déposant. Certes le président Desprets a mené une politique d’indépendance vis-à-vis de sa partenaire depuis 1919. Nous verrons le destin de celle-ci en 1928-1929. Pourtant, il nous faut limiter le rôle joué par la SOFINA dans la production belge. Elle a pu en 1925 en constituant la Serma (Société d’électricité de la région de Malmédy), construire les premiers barrages hydroélectriques de Belgique. Pourtant sa part dans la production belge n’est que de 3,7 % en 192965.

  • 66 MAEF. Europe 1918-1940. Belgique 105. Note, 15-9-1925. ANF 12 8882, Bouchet au ministre du Commerce (...)
  • 67 A. Broder, « Électricité… », p. 277.
  • 68 MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 165. Peretti au ministre, 18-2-1930.
  • 69 Coudenhove-Kalergi, J’ai choisi l’Europe, p. 167 et suiv. J. de Launay, L. Loucheur, Carnets secret (...)

45Le problème majeur concernant la SOFINA à la fin des années vingt est celui de ses liens avec l’industrie allemande et américaine et de la détention du pouvoir au sein du groupe. A. Broder a montré que les marchés mondiaux restaient en grande partie dominés et partagés, durant cette période, entre fabricants de matériel américains et allemands. Le marché européen n’échapperait pas à cette règle et cet état de fait serait en grande partie permis par l’emprise exercée par le groupe SOFINA et la protection des intérêts allemands qu’elle aurait permis à l’issue de la grande guerre. Cette thèse est celle de la diplomatie française, qui voit en D. Heineman un dangereux agent de l’influence germanique. En Belgique, elle est partagée par le groupe Empain, concurrent malheureux de SOFINA en 1925-1927 pour les premiers aménagements hydroélectriques belges66. À l’appui de la thèse d’A. Broder, la répartition du capital de la SOFINA en 1929 qui montre la domination germano-américaine67 - globalement, cette thèse se vérifie. Pourtant, elle doit être, selon nous, au moins partiellement nuancée. La reconstitution de la SOFINA en 1929 relève moins d’un « camouflage » d’intérêts germano-américains que d’une internationalisation du capital, souhaitée par D. Heineman. Selon les notes internes de Paribas, les actions privilégiées du groupe, qui assuraient le contrôle de l’affaire, auraient été détenues par des filiales : le groupe serait donc dès 1929 autocontrôlé. Heineman lui-même revendiquait son indépendance vis-à-vis de la General Electric ; en 1929, au moment de la vente par la Banque de Bruxelles, en difficulté, de ses 15 000 actions, il les aurait fait acquérir par une filiale canadienne du groupe, afin d’éviter leur rachat par l’entreprise américaine68. En réalité, les projets de Heineman visaient plutôt une intégration de la distribution d’électricité en Europe sous l’égide de la SOFINA, par le développement de l’interconnexion des réseaux. Cette politique, qui aurait été précédée par une entente entre industriels sur le modèle de l’EIA, était soutenue par L. Loucheur et fut évoquée lors de son voyage à Berlin en avril 1927. Au-delà des liens existant entre SOFINA et le groupe d’entreprises Giros-Loucheur, les deux hommes se trouvaient associés dans l’union pan-européenne de Coudenhove-Kalergi dont ils furent les principaux propagandistes, sur le plan économique, avec E. Mayrisch. Il développa ce thème au cours de plusieurs conférences en 193069. Nous nous trouvons donc ici, une fois encore, face au projet d’une Europe des producteurs, issu de la conférence de 1927. Il est certain que le déséquilibre industriel qui existait au profit de l’industrie électrique allemande ôtait une bonne part de ses chances de réussite au projet, à la différence de la sidérurgie. Le remodelage qui affecta les groupes d’intérêts électriques belges en 1928-1931 est pourtant largement déterminé par les positions relatives à ces projets.

  • 70 Archives Paribas 105/43, note, 5-3-1928.

46Les études de la commission gouvernementale des grands travaux et en particulier ceux de la sous-commission de l’industrie électrique en mai 1927 concluèrent à la nécessité d’une rationalisation de la production et de la distribution de l’électricité en Belgique. Les groupements régionaux cohérents étaient préconisés sous le contrôle d’un organisme central coordinateur70. Cette évolution nécessaire rendait souhaitable une redistribution des cartes entre les principaux groupes qui, ce fut le cas pour la Générale et la SOFINA, étudièrent chacun de leur côté des projets de rationalisation. Les regroupements nécessaires risquaient de se faire au détriment des groupes les moins puissants et en particulier de Paribas, associée à la Banque de Bruxelles et à la SGB dans la Société générale belge d’entreprises électriques. C’est probablement cette raison qui poussa H. Urban à prendre l’initiative d’une fusion des entreprises contrôlant en particulier l’intercommunale : la Société générale belge d’entreprises électriques, les Économiques en y associant la Compagnie pour l’éclairage et le chauffage par le gaz (intérêts en Belgique et dans le Nord de la France). Dans une seconde étape, on y ajouta la reprise de l’Union financière d’électricité et de transports et de sa filiale l’Électrotrust. L’ensemble fut constitué à la fin de 1928 sous la raison sociale : Compagnie générale d’entreprises électriques et industrielles Électrobel.

  • 71 Archives Paribas, 101/16, note, 3-12-1928.

47Les dimensions du groupe dépassaient largement le cadre de la Belgique. La valeur de son portefeuille, estimée à 2,5 milliards de F était répartie entre la production et la distribution en Belgique (Intercommunale et filiales), en France, Europe centrale, Proche-Orient, réseaux de tramways urbains partout en Europe et en particulier en France. Dotée de services techniques propres, Electrobel se posait en rivale de la SOFINA. Le groupe de contrôle se répartissait entre la Banque de Bruxelles (50 %) Paribas et son groupe (30 % grâce à un voting agreement avec Philippson et Finabel) et la Générale, en position minoritaire avec 13 %. Le système de vote (75 % pour toute décision importante) préservait les intérêts de Paribas, d’autant plus qu’H. Urban, à titre personnel, devenait président du comité de direction du groupe. En fait, ce dernier, sur le plan belge comme sur le plan international, visait à marginaliser la SOFINA en associant les grands groupes financiers belges et français71.

  • 72 Archives Paribas, 101/16, Urban à Finaly, 24-11-1928. Note, 16-3-1929. Urban à Wibratte, 16-3-1929 (...)

48Dès l’origine, la construction imaginée par Urban révéla certaines faiblesses. D’une part la Générale ne s’engage pas à fond, conservant en portefeuille des intérêts directs dans l’Intercommunale, ses filiales et son contrôle absolu sur ses propres affaires. En outre, sa rivalité avec la Banque de Bruxelles durant les années 1928-1929 ne facilite pas l’alliance. D’autre part, l’articulation de la politique générale de Paribas et de sa participation au sein d’Électrobel est mal définie. Il est probable que Finaly escomptait la présence effective de la SGB afin d’équilibrer la Banque de Bruxelles ; surtout, Urban et Finaly ne parviennent pas à s’entendre sur les modalités de la politique de Paribas en matière d’électricité. Urban souhaite une alliance avec Electrobel. Finaly et le directeur Wibratte préconisent une répartition des tâches : Electrobel pour l’étranger, Compagnie financière d’électricité, affaire plus étroitement contrôlée par Paribas, pour la France. En France, Paribas maintiendra une politique de neutralité entre les groupes (filiales de SOFINA, filiales d’Électrobel pour les Exploitations électriques) alors que Urban souhaite l’attirer résolument dans le camp d’Electrobel. C’est ce soutien trop faible, combiné à certaines maladresses tactiques et à certaines erreurs qui explique l’échec du projet Urban et la redistribution des cartes de 1930-193172.

  • 73 Archives Paribas 101/16, Finaly ä Urban, 2-1-1930. Note pour Finaly, 22-1-1930. Note sur Electrobel

49Au cours de 1929, Electrobel s’engage dans une lutte âpre contre les intérêts de la SOFINA en Espagne. Elle parvient à racheter à l’Electro-bank de Zurich ses participations dans la Madrilène d’électricité et les Tramways de Bilbao. Elle prend le contrôle de Reva, destinée à l’aménagement hydroélectrique et à l’irrigation de la région de Valence. L’ensemble est bientôt regroupé au sein d’Hispanobel, constituée en octobre 1929, qui remet brutalement en cause la prééminence de la SOFINA en Espagne. Plus globalement les appuis traditionnels du groupe, Banque de Bruxelles, Electrobank, semblent lui faire défaut. La maladresse d’Urban semble avoir consisté à menacer, en même temps, les positions de la Société générale en Belgique même. Électrobel procède, au cours de 1929, à des achats de titres menaçant les intérêts de la Générale dans les Centrales électriques des Flandres, l’Électricité de l’Escaut, l’Électrique anversoise. Le projet d’Urban semble avoir été d’obliger la Générale à une nouvelle négociation et à s’engager plus à fond aux côtés d’Électrobel. L’échec de la manœuvre est patent dès la fin de 192973.

  • 74 Ibid., note sur Electrobel (debut 1931).

50L’origine en est constituée par les difficultés d’Hispanobel. L’État espagnol a dû renoncer au soutien financier et aux subventions programmées dans le cadre de l’aménagement de la région de Valence. L’engagement d’Électrobel s’en trouve accru au point de mettre sa trésorerie en difficultés74. Cette situation intervient à un moment où la Banque de Bruxelles se trouve elle-même en position d’extrême faiblesse, comme nous le verrons dans le chapitre suivant. Cette situation se traduisit par un mouvement de redistribution des cartes opéré au détriment d’Électrobel.

  • 75 Ibid., note pour Finaly, 22-1-1930.

51D’une part les deux grandes banques belges s’entendent, à la fin de 1929, pour mettre fin à leurs rivalités dans tous les domaines, en particulier l’électricité. De l’autre la SOFINA et la Générale signent, le 22 février 1930, un accord secret de répartition de leurs intérêts respectifs dans les affaires d’électricité, visant en fait à neutraliser Électrobel et à limiter son expansion. Des échanges d’administrateurs ont lieu entre Traction et Électricité et la SOFINA. Pour fermer le cercle, la SOFINA menace de retirer tout appui à la Banque de Bruxelles si celle-ci ne renonce pas à son influence dominante dans Électrobel75.

  • 76 Ibid., Finaly à Urban, 2-1-1930.

52Urban est donc totalement isolé et Paribas renonce à le soutenir. Cette attitude s’explique en partie par le rôle joué par la SOFINA sur le marché français et les multiples combinaisons financières auxquelles elle a pu associer les banques françaises. D’autre part nous verrons qu’un vaste rapprochement à l’échelle européenne était déjà engagé autour de Paribas et auquel la Société générale était partie prenante. Surtout, Finaly expose à Urban que Paribas se refusant à être entraîné dans des luttes d’influence avec des puissances belges et des puissances internationales dans le domaine de l’électricité où elle n’avait rien à faire76.

  • 77 Ibid., Acte syndical du 22-2-1930.

53La réorganisation d’Électrobel place la Société générale de Belgique en position centrale, ce qu’elle souhaitait dès l’origine. Le groupe de contrôle comprend, à partir de février 1930, cinq participants à 20 % : Société générale, Paribas, Banque de Bruxelles, Mutuelle Solvay et SOFINA. La présidence du comité de direction revient à G. Theunis, pour la Société générale, tandis que G. Barbanson préside le conseil d’administration. On voit ici se confirmer le vaste regroupement d’intérêts que la Générale avait esquissée autour des ARBÊD. La Générale se retrouve donc en position d’arbitre entre le groupe Finabel - holding qui rassemblait les intérêts de Paribas, Philippson, Mutuelle Solvay et Société générale dans plusieurs entreprises et la SOFINA. En réalité, c’est un partenariat qui se devine avec cette dernière, situation qui échappe totalement à Paribas qui ne fut avertie qu’au début de 1931 de l’accord secret de février 193077.

  • 78 Ibid., note sur Électrobel (début 1931).

54L’aggravation des difficultés d’Hispanobel au cours de 1930 constitua le prétexte à l’approfondissement de l’alliance SOFINA-Société générale et à un partage des rôles entre les deux groupes. Les pertes d’Électrobel du fait de ses entreprises espagnoles, mal dirigées, atteignent 200 millions. Cependant elles ne mettent pas en péril l’existence de la société : ces pertes sont largement couvertes par les réserves occultes et quelques facilités de trésorerie devaient suffire, en 1931 et 1932, à passer ce mauvais cap. Une amélioration de la gestion s’imposait pourtant78.

55Deux solutions furent envisagées. Celle préconisée par E. Weyl, administrateur-délégué d’Électrobel désigné par la SOFINA visait à la fusion des deux trusts. La seconde préconisée par Urban : le maintien de l’intégrité d’Électrobel et son assainissement. La première solution risquait en fait d’éliminer Paribas de toutes les affaires d’électricité en Belgique et d’affaiblir ses positions en Europe. Finaly décide de défendre le principe de l’intégrité d’Électrobel. Une série de conférences le 15 janvier 1931 (Francqui, Moreau et leurs états majors) puis les 13 février 1931 (Francqui-Finaly) aboutissent à la décision de s’opposer à la fusion, position signifiée par les deux groupes lors de la réunion du consortium des grands actionnaires le 16 février. Pourtant le 17 février, Biaise et Galopin (SGB) sont à Paris et reviennent sur leurs positions. Ils préconisent une fusion et une redistribution des intérêts : les participations françaises d’Électrobel iraient à un groupe français, la SOFINA céderait à la Générale ses intérêts dans les régions d’Anvers et de Gand mais conserverait 40 % de l’Intercommunale.

  • 79 Ibid., 105/42, Heineman ä Finaly, 22-12-1930. Ibid., 101/16, note sur les Conferences de 1931. Note (...)

56À la suite de nouvelles conférences (21 février, 24 février, 26 février -2 mars, 7 mars), Paribas décide de durcir ses positions et menace de se retirer purement et simplement si la fusion est envisagée. Le 11 mars, la Générale accepte le principe du maintien d’Électrobel. Une nouvelle répartition des intérêts s’esquisse : partage de l’influence dans les régions d’Anvers et des Flandres ; accord en vue d’un partage des zones d’influence entre Électrobel et SOFINA qui désigne l’administrateur-délégué et apporte son concours technique à Électrobel. Enfin Paribas est invité à s’intéresser à Traction et Électricité par la SGB79.

57Électrobel devient ainsi le lieu de rencontre des intérêts des groupes belges dans la production et la distribution d’électricité. L’évolution s’achève en 1936 avec le remplacement de Solvay par Électrorail.

58La période 1928-1930 vit en fait s’affronter deux vastes projets aux dimensions européennes dont la Belgique constitua le terrain d’affrontement. Celui d’H. Urban, autour d’Electrobel vise à constituer un axe franco-belge, appuyé sur Paribas et les milieux de la finance belge. Il représente l’ultime exemple des projets issus de la grande guerre. L’un de ses défauts majeurs est qu’il manque des bases industrielles indispensables. Le second, celui de la SOFINA, est plus internationaliste. Certes il s’appuie sur les ressources considérables de l’industrie allemande. Mais il tend à dépasser le modèle traditionnel issu de l’avant-guerre pour adopter une dimension européenne. Un personnage comme Urban, représentant la tradition industrielle belge ou française se refusa à l’admettre, tandis qu’un mouvement, d’abord hésitant semble s’être manifesté au sein du monde financier. Nous verrons les dernières tentatives en sa faveur au début des années trente.

59Plus globalement nos analyses quant à la sidérurgie et à l’électricité semblent montrer que le projet d’une Europe des producteurs à base franco-belgo-allemande est allé beaucoup plus loin qu’on ne l’a analysé jusqu’à présent. Les projets de Briand ont leur correspondant dans le domaine industriel. L’Europe des producteurs, préconisée par Loucheur, Mayrisch, Heineman, a reçu progressivement l’appui d’une large fraction de l’industrie belgo-luxembourgeoise et de l’industrie allemande. Elle débouche plus sur de vastes tentatives d’intégration industrielle en 1929-1930 que sur celle des marchés, comme nous l’avons vu pour l’EIA. D’une certaine manière, les tentatives de fusion de 1929-1930 sont celles de la dernière chance pour corriger l’évolution négative du fonctionnement des ententes. Il semble que l’industrie française, un moment susceptible de rallier le projet, ait été trop divisée et surtout ait freiné des tendances qu’elle jugeait contraires à ses intérêts après la stabilisation de 1927. Avant d’élargir nos conclusions à l’ensemble des problèmes de cette période, il nous faut examiner le versant financier à ces tentatives industrielles. Autour de la Belgique semblent en effet s’organiser à partir de 1928 des regroupements à l’échelle européenne parallèles à ceux qui affectent l’industrie.

Notes

1 H. Rieben, Des ententes de maîtres de forges au plan Schuman.

2 H. Rieben, op. cit., p. 184-187.

3 Groupement des hauts fourneaux, PV EIA, 4-5-1927 - 10-4-1929 - 19-6-1929 - 27-11-1929.

4 GHF. PV EIA, 9-2-1927 - 10-2-1927 - 9-3-1927.

5 GHF. PV EIA, 30-3-1927 - 27-4-1927 - 28-9-1927 - 7-12-1927. Étude historique sur l’EIA, oct. 1947, GHF lre partie.

6 GHF. PV EIA, 14-12-1927.

7 Ibid, 20-6-1928.

8 Étude historique sur FEIA, ler partie.

9 GHF. PV EIA : 23-1-1928 - 1-2-1928.

10 Ibid., 9-10-1929 - 23-10-1929 - 9-12-1929 - 18-12-1929.

11 H. Rieben, op. cit., p. 229-230.

12 GHF, PV EIA : 26-2-1930 - 12-3-1930 - 2-7-1930 - 3-9-1930.

13 Ibid., 15-1-1930 - 7-5-1930.

14 H. Rieben, op. cit., p. 231.

15 Archives CS, PVCA, OM, 27-7-1925 - 28-6-1926 - 28-11-1927. Dossiers Chiers, PVCA, 20-11-1925. E. Hexner, The international steel cartel, p. 282.

16 A. Baudant, Pont-à-Mousson, 1918-1939, p. 404-410.

17 Ibid., p. 411.

18 Ibid., p. 407.

19 H. Rieben, op. cit., p. 224. GHF, PV EIA, 15-12-1926 - 15-6-1927.

20 Archives CS, dossiers Van Hoegaerden. Notes sur l’IRMA, 27-1-1927 - 28-5-1927.

21 J. Bariéty, Le rôle d’E. Mayrisch…, op. cit., p. 131.

22 A. Baudant, op. cit., p. 58. Archives CS, PVCA OM, 26-3-1928. AN F 14 18412. Labbé au ministre, 12-6-1926 - 27-12-1927.

23 Archives CS, dossiers Chiers. Note du 14-12-1931.

24 E. Bussière, La sidérurgie beige durant l’entre-deux-guerres, le cas d’Ougrée-Marihaye, RBHC, XV, p. 338.

25 Ibid., p. 339.

26 Ibid., p. 337.

27 MAEF. Europe 1918-1940. B. 106. Note du 13-1-1926 de Schneider.

28 Ibid., l’ambassadeur au ministre, 28-5-1928. Archives SGB. ARBED 321, Jadot à Barbanson, 4-5-1928. Theunis à Barbanson, 4-5-1928. Barbanson à SGB, 5-5-1928. SGB à Mendelssohn, 12-5-1928 - 8-1-1929.

29 Archives Paribas, 528/112. Notes du 12-10-1929 - 15-10-1929.

30 Ibid., Berthelot à Finaly, 16-10-1929.

31 Ibid., Finaly à Mannheimer, 23-10-1929.

32 Archives CS - PVCA OM, 22-2-1931. ANF 14 18412, Labbé au ministre, 1-2-1928.

33 Archives Paribas. Dossiers 416/1 - 416/2.

34 E. Bussière, « La BUP et l’existence d’un courant national dans les milieux pétroliers français dans l’entre-deux-guerres », RI, n° 43, p. 311.

35 MAEF. RC 1918-1940. B. 48/2. Dossier général, Herbette au ministre, 25-4-1923 - 6-2-1924 - 14-2-1924 - 30-10-1924.

36 Ibid., Herbette au ministre, 30-12-1926. ANF 12 8882, H. Bouchet au ministre du Commerce, 22-12-1927.

37 MAEF. RC 1918-1940. B. 48/2. Herbette au ministre, 23-12-1926.

38 Ibid., B. 48/2 - Sd VI, Josse-Allard à Mercier, 28-8-1925. Tél. à ambassade Londres, 24-8-1925.

39 MAEF. RC 1918-1940. B. 48/2. Sd II, Gaiffier à Herriot, 7-11-1924 - 28-1-1925. Note, 14-2-1928. ANF 30 - 1403. Mercier à Pineau (ONCL), 25-1-1927.

40 E. Bussière. La BUP…, op. cit., p. 313 à 315.

41 F. Braudel, E. Labrousse, Histoire économique et sociale de la France, t. 4, vol. 1, p. 283. J-P. Daviet, La Cie de Saint-Gobain, p. 790 et suiv.

42 W. J. Reader, Imperial Chemical Industries, A history, p. 217-234.

43 J.-P. Daviet, ibid., p. 1124 et suiv. ; W.-J. Reader, ibid., p. 360 et suiv.

44 Idem.

45 J.-P. Daviet, ibid., p. 1155-1324.

46 ANF 14 18412, Affaires étrangères à Travaux publics, 5-10-1928. MAEF. Europe 1918-1940. Belgique 121, Affaires étrangères à Commerce, 11-3-1929.

47 J.-P. Daviet, ibid., p. 1104 et suiv.

48 E. Bussière, La sidérurgie…, op. cit., p. 337-338.

49 J.-P. Daviet, op. cit., p. 1293 et suiv. Solvay en France. Note historique aimablement fournie par Solvay et Cie.

50 J.-P. Daviet, op. cit., p. 1322 et suiv.

51 Ibid., p. 1321. F. Baudhuin, Histoire économique…, op. cit., p. 93.

52 L. F. Haber, The chemical industry, 1900-1930, p. 279-290.

53 Ibid., p. 294-296.

54 W. J. Reader, ICI, t. I, p. 291-293, p. 457-464.

55 F. Baudhuin, Histoire économique, p. 87-88. J.P. Daviet, op. cit., p. 1325.

56 Ibid, p. 1338-1339.

57 Ibid., p. 1329-1330.

58 Ibid., p. 1328.

59 Ibid., p. 1156.

60 Archives Paribas, 101/16, Urban à Finaly, 22-1-1930. A. Broder, « Électricité et relations internationales », RI, n° 43, p. 276.

61 Archives Paribas, 101/16, Production d’électricité en Belgique en 1929. Archives Paribas, 101/39, Électrorail.

62 Archives Paribas, 104/39, Traction et Électricité. Archives Paribas, 101/16, Production…

63 Ibid. 103/26, Note de mars 1927.

64 Ibid. 101/19, Note sur la société. Ibid. 101/16, Production…

65 A. Broder, « Électricité… », p. 275-276. Archives Paribas, 101/19, 105/42. Archives Pari-bas, 102/25 (note de 1929). Archives Paribas, 103/30, note 29-11-1928.

66 MAEF. Europe 1918-1940. Belgique 105. Note, 15-9-1925. ANF 12 8882, Bouchet au ministre du Commerce, 3-11-1927.

67 A. Broder, « Électricité… », p. 277.

68 MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 165. Peretti au ministre, 18-2-1930.

69 Coudenhove-Kalergi, J’ai choisi l’Europe, p. 167 et suiv. J. de Launay, L. Loucheur, Carnets secrets, p. 166. F. Vanlangenhove, D. Heineman, Biographie nationale, t. 40, p. 382-419.

70 Archives Paribas 105/43, note, 5-3-1928.

71 Archives Paribas, 101/16, note, 3-12-1928.

72 Archives Paribas, 101/16, Urban à Finaly, 24-11-1928. Note, 16-3-1929. Urban à Wibratte, 16-3-1929 - 4-4-1929 - 5-7-1929.

73 Archives Paribas 101/16, Finaly ä Urban, 2-1-1930. Note pour Finaly, 22-1-1930. Note sur Electrobel.

74 Ibid., note sur Electrobel (debut 1931).

75 Ibid., note pour Finaly, 22-1-1930.

76 Ibid., Finaly à Urban, 2-1-1930.

77 Ibid., Acte syndical du 22-2-1930.

78 Ibid., note sur Électrobel (début 1931).

79 Ibid., 105/42, Heineman ä Finaly, 22-12-1930. Ibid., 101/16, note sur les Conferences de 1931. Note 9-3-1931. Finaly ä Francqui, 20-3-1931. Note 8-7-1931.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540