Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’historien, l’archiviste et le magnétophone

 | 
Florence Descamps

Première partie. De l'histoire orale aux archives orales : histoire d'une acclimatation

Chapitre III

La résurgence de la source orale en France dans la première moitié du xxe siècle : une suite d’occasions manquées

Texte intégral

I. La méfiance a l’égard de l’histoire contemporaine et la dévalorisation du témoin par l’école historique française

1Si l’histoire romantique ou libérale du premier xixe siècle français semblait encore accepter les témoignages oculaires des contemporains, l’achèvement de l’édification de l’école « méthodique » historique française entre le milieu des années 1870 et la fin des années 1890 semble exclure durablement de son paysage documentaire l’oralité, en affirmant, on l’a vu précédemment, le primat du document écrit et de l’événement, mais aussi et c’est une circonstance aggravante pour la source orale, en excluant l’intérêt pour l’histoire récente ou immédiate.

  • 4  Malgré l’article XXXVII de la loi de messidor an II qui a organisé la communication libre des docu (...)
  • 5  L’étude du Moyen Âge apparaît comme la marque distinctive de la possession de savoirs et de compét (...)
  • 6  « Nous prétendons rester indépendants de toute opinion politique ou religieuse », proclame Gabriel (...)

2Préoccupés depuis Fustel de Coulanges par le projet de construire une histoire-science, soucieux de se démarquer des historiens amateurs, des essayistes et des journalistes, à l’utilisation du seul document écrit, considéré comme l’unique instrument de connaissance, les historiens méthodiques ajoutent une nouvelle règle professionnelle : la distance critique avec l’événement, source d’objectivité et d’impartialité. Cette distance méthodologique se justifie en outre par la contrainte que fait peser à l’époque sur l’histoire contemporaine la législation sur les archives : un délai de 50 ans de réserve au moins est imposé à la communication des documents publics4. Toute histoire « trop » contemporaine est par conséquent immédiatement suspectée d’amateurisme5 ou de politisation6.

  • 7  Nombre des jeunes historiens qui y écrivent sont des chartistes, souvent d’origine nobiliaire. L’É (...)
  • 8  Cf. G. Thuillier, Les écoles historiques, PUF, 1990, 1993, p. 26 ; G. Noiriel, La « crise » de l’h (...)

3De fait, liés aux clivages politiques qui marquent le xixe siècle depuis la Révolution française et se ravivent au moment de l’affaire Dreyfus, autour de la question ouvrière ou de la séparation de l’Église et de l’État, se développent à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle plusieurs courants d’histoire contemporaine engagés, faisant appel à diverses écoles de pensée culturelles ou politiques : l’école historique légitimiste et catholique, dont les chefs de file sont le marquis de Beaucourt, Marius Sepet et Léon Gautier, se rassemble autour de la Revue des questions historiques créée en 1866 ; tout en utilisant des sources de première main et en appliquant les règles d’érudition admises par l’École des chartes7, cette « école » défend une interprétation providentialiste et ultramontaine de l’histoire de France ; elle se propose de réaliser « un grand travail de révision historique » concernant l’histoire de la monarchie et de l’Église8.

  • 9  G. Thuillier, Les écoles historiques, op. cit., p. 34-35.
  • 10  H. Taine, Les origines de la France contemporaine, 1875-1893, Laffont, 1986 ; A. Sorel, Essais d’h (...)

4Les « historiens académiques »9 (Taine, Sorel, Bourgeois ou Hanoteaux) défendent une conception littéraire en même temps que traditionnelle de l’histoire ; souvent professeurs à l’École libre des sciences politiques, ils ne sont pas des historiens universitaires au sens strict du terme, ils ne travaillent pas nécessairement sur des documents de première main, mais font plutôt, par les grandes synthèses ou les relectures qu’ils proposent, œuvre de vulgarisation scientifique ou d’essayistes10. Ils appartiennent pour la plupart au camp républicain modéré ou conservateur et s’appuient sur un réseau d’institutions prestigieuses telles que La Revue des Deux Mondes, Le Temps, l’École libre des sciences politiques ou l’Académie des sciences morales et politiques, où ils côtoient bien des acteurs de la vie politique, intellectuelle et sociale du temps. De ce fait, ils peuvent être amenés à faire un usage implicite des témoignages de leurs contemporains.

  • 11  J. Bainville, Histoire de la Troisième République, 1935.

5Dans la mouvance de l’Action française, un peu plus tard, Jacques Bainville11 ou Pierre Gaxotte, qui veulent tirer les leçons politiques de l’histoire n’hésitent pas à mélanger histoire, essayisme et journalisme, tandis qu’à l’autre bout de l’échiquier se constitue une histoire socialiste et ouvrière, à laquelle participent Jean Jaurès, René Viviani, Albert Thomas ou Alexandre Millerand.

  • 12  M. Bloch, Apologie pour l’histoire ou le métier d’historien, Paris, A. Colin, 1993, p. 57-66.
  • 13  Il faudra « l’invention » de l’histoire du temps présent dans les années quatre-vingt pour assiste (...)

6Le clivage est donc net, du point de vue des méthodes et des objectifs, entre historiens professionnels universitaires d’un côté (même si ces mêmes historiens ont parfois été conduits à mettre leur science au service de la République laïque et anticléricale, notamment dans leurs ouvrages pédagogiques ou dans leurs livres de vulgarisation) et historiens littéraires ou essayistes « engagés » de l’autre, qui n’hésitent pas à s’aventurer jusqu’aux rivages de l’actualité. Ce refus universitaire d’intégrer la contemporanéité dans la discipline historique par souci de rigueur et d’impartialité, refus sur lequel Marc Bloch reviendra dans les années trente12, condamne le recours aux témoignages oculaires et auriculaires des contemporains, assimilés durablement à des anecdotes sans intérêt, à des propos de salon, au pittoresque ou à des jugements partisans13 ; il les enferme dans un usage journalistique, il les abandonne à une conception littéraire de l’histoire où l’on campe des personnages et des caractères, il fait accroire au lien intrinsèque entre source orale et « petite histoire » et laisse sur ce point le champ libre à d’autres traditions historiques comme celle de l’École libre des sciences politiques, créée en 1872 et destinée à la formation des hauts fonctionnaires, ainsi qu’aux sciences sociales naissantes.

II. Le recours aux témoignages et les sciences sociales naissantes : entre tâtonnements et innovations

7Les sciences sociales, à l’instar de l’histoire-science professionnelle, s’édifient à la fin du siècle en tant que disciplines universitaires et une grande effervescence intellectuelle accompagne le début du xxe siècle : de nouvelles problématiques se mettent en place autour de la connaissance de la société et de son évolution, des discussions animées s’engagent autour de notions telles que la tradition, le progrès, l’hérédité, l’enracinement, la psychologie collective, la mémoire...

  • 14  P. Favre, Naissance de la science politique en France 1870-1914, Fayard 1989.

8Le folklore, l’ethnologie, la sociologie, les sciences politiques14, la géographie forgent petit à petit leurs méthodes et leurs outils, et parmi ces disciplines, certaines commencent à recourir de façon empirique aux témoignages oraux (on parle alors de traditions orales), aux récits ethnographiques, à la technique de l’entretien qui s’extrait lentement de la gangue de l’interrogatoire policier ou judiciaire et du questionnaire administratif...

1. Dans le domaine religieux

9Dans le domaine politique et religieux, l’existence de contre-mémoires ferventes, nées des violences ou des persécutions de l’histoire, suscite tout au long du xixe siècle de nombreuses initiatives de la part de passionnés et d’érudits locaux.

  • 15  Par exemple, comte de Quatrebarbes, Une paroisse vendéenne sous la Terreur, 1833. Sur la mémoire v (...)

10Il y a d’abord la veine légitimiste et catholique, avec à partir des années 1830-1840 la fixation des souvenirs des guerres de Vendée et de la chouannerie réunis par des curés vendéens ou par les sociétés légitimistes15ou bien la collecte de témoignages concernant les persécutions religieuses commises pendant la Révolution par les initiateurs des procès en béatification des victimes de la Terreur à la fin du xixe siècle... Chez ces vaincus de l’histoire, la tradition orale est une arme de défense contre l’histoire officielle et dominante, anticléricale et anti-monarchiste, c’est le lieu de l’affirmation d’une identité « vendéenne, catholique et royaliste ». Une telle entreprise ne risquait guère de retenir l’attention des historiens de l’école « méthodique » attachés à l’époque à la construction d’une large mémoire nationale, républicaine et laïque unifiée.

  • 16  P. Joutard, La légende des camisards. Une sensibilité au passé, Paris, Gallimard, 1977, Hachette, (...)

11La mémoire protestante aura-t-elle plus d’écho auprès des historiens universitaires ? Cette dernière est très précocement recueillie et structurée16 : dès la fin de la guerre des Camisards (1704), des dépositions de témoins oculaires sont consignées par écrit ; le pasteur Antoine Court recueille de façon méthodique, à partir de 1715, les témoignages croisés des Camisards dans le but d’écrire une histoire de la guerre des Cévennes, créant ainsi le premier fonds d’archives religieuses provoquées en France ; tout au long du xviiie et du xixe siècle, la tradition orale familiale et celle des Assemblées du Désert transmettent de génération en génération les récits des événements de la guerre et des prophéties de l’époque, les prières et les hymnes, les cantiques et les complaintes, les contes et les traditions religieuses collectives ou familiales ; mais en réalité, toute cette « littérature orale » est précocement (dès le xviiie siècle) et parallèlement consignée par écrit, accédant ainsi au statut d’archives écrites, imprimée et diffusée grâce à la création tout au long du xixe siècle d’« institutions de mémoire » telles que la Société de l’histoire du protestantisme français (1852) ou le musée du Désert (1911).

12Même si, porteuse d’un idéal de résistance, de justice et de liberté, la mémoire camisarde entre à la fin du xixe siècle en résonance avec la mémoire républicaine, anticatholique, anticléricale et antimonarchiste, les sources orales ne font pas pour autant l’objet d’une quelconque réhabilitation méthodologique de la part de l’école historique méthodique. La culture écrite dominante est plus forte que le respect d’une tradition orale pourtant à la source d’une connaissance et d’une identité originales.

2. Du côté du folklorisme

a. Les premières collectes folkloristes au xixe siècle

  • 17  Les termes « folklore », « folkloriste » et « folklorisme » apparaissent en 1846, importés d’Angle (...)
  • 18  C’est aussi la mode de la publication des récits et des carnets de voyage (cf. Charles Nodier et s (...)
  • 19  Sur le rôle de George Sand et le recueil des mœurs et coutumes du Berry dans le cadre de son activ (...)
  • 20  Barbey d’Aurevilly est le chantre de la chouannerie normande, cf. son roman, L’ensorcelée dont le (...)
  • 21  Cf. Les Chouans (1834) ou Les Paysans (1844).
  • 22  P. Martel, « Le Félibrige », in P. Nora (dir.) Les Lieux de mémoire, t. 3, p. 3 515-3 555 et T. Ga (...)

13De façon plus large, c’est la veine folkloriste17 qui se révèle tout au long du xixe siècle la plus féconde pour l’oralité : il y a d’abord la fixation très précoce des traditions paysannes et rurales, encouragée par la mouvance littéraire romantique et régionaliste18 (George Sand19, Barbey d’Aurevilly20, Balzac21) puis par le mouvement félibrige qui démarre en 1854 et s’étend jusque dans l’entre-deux-guerres (Frédéric Mistral et ses disciples22).

  • 23  Sur l’extension et les activités des sociétés savantes, archéologiques, historiques, linguistique (...)

14Les collectes ethnographiques de traditions orales et de dialectes sont réalisées par les sociétés savantes et les sociétés folkloriques qui se multiplient dès l’Empire, tout au long du xixe siècle sur l’ensemble du territoire23, stimulées à la fin du xixe siècle par les destructions qui ont marqué les campagnes à la suite de la guerre de 1870 et de l’occupation prussienne.

  • 24  Cf. M. Ozouf, « L’invention de l’ethnographie française : le questionnaire de l’Académie celtique (...)

15Mais c’est dès 1804 que les promoteurs de l’Académie celtique au sein du musée des Monuments français ont lancé un programme systématique de collecte des usages et des patois destinés à servir à l’histoire de France ; cette enquête, adressée à des informateurs privilégiés, est appuyée sur un questionnaire de type anthropologique : fêtes, rites de passage de la naissance à la mort, croyances, superstitions, cultes et tombeaux préhistoriques, etc.24 Un certain nombre des mémoires recueillis sont publiés entre 1807 et 1830.

  • 25  J.-Y. Guiomar, « Le Barsaz-Breiz de Théodore Hersart de la Villemarqué », Les Lieux de mémoire, Ga (...)

16De façon non surprenante, la Bretagne est une des régions françaises où la moisson ethnographique est la plus abondante (avec la Provence) : la collecte des traditions et des usages en Bretagne reprend de la vigueur entre 1820 et 1850, portée par la mode du celtisme, du bretonisme et du romantisme. La manifestation la plus éclatante en est la publication du Barsaz-Breiz, chants populaires de la Bretagne, collectés par Théodore de La Villemarqué, publié une première fois en 1839, suivi de cinq autres éditions jusqu’en 186725. À cette dernière occasion, la controverse fait rage autour de « l’authenticité » des chansons mettant en question la tradition orale et... les réécritures de l’auteur : « Il était impossible que des chants d’une langue et d’une facture toutes modernes eussent été transmis inaltérés depuis plus de quinze siècles, par les simples vertus d’une tradition orale ».

  • 26  F. Wey, La Haute-Savoie, récits d’histoire et de voyage. L’intérêt de cet exemple est que l’auteur (...)

17Les récits de voyageurs, très à la mode tout au long du xixe siècle, entretiennent également l’intérêt du public pour le pittoresque, les traditions orales, les légendes et les premières descriptions ethnographiques : ce sont les premiers reportages sur la France profonde26 !

18Cette activité ethnographique foisonnante trouve son point d’aboutissement institutionnel dans la création par Paul Sébillot (1843-1918), « traditionniste », folkloriste, linguiste et dialectologue, de La Revue des traditions populaires (1886) et de la Société du même nom. La dialectologie, science complémentaire du folklore, est par ailleurs elle aussi en plein développement depuis les années 1880 avec la création de la Société des parlers de France en 1893 et de la Revue des patois gallo-romans en 1887. La publication de L’Atlas linguistique de la France commence en 1902 et s’achève en 1910 ; les 4 volumes de la synthèse Folklore de France paraissent de 1904 à 1907, véritable « tableau de l’ethnographie de la France » à travers ses traditions orales, collectant plus de 15 000 « faits » ethnographiques à travers toute la France.

19Malgré cette intense activité et ces travaux prometteurs, l’écart semble se creuser entre ces sociétés savantes foisonnantes et une histoire universitaire en plein processus de « professionnalisation » ; tout se passe comme si s’installait progressivement une répartition des tâches implicite : aux sociétés savantes l’histoire locale, le folklore et « l’histoire immobile » ; aux historiens universitaires l’histoire nationale, les sources « nobles », c’est-à-dire écrites, l’événement et le changement. Il faut attendre l’entre-deux-guerres pour que des passerelles soient lancées entre « correspondants locaux », folkloristes et historiens « nationaux » et que soit tentée une intégration des uns et des autres dans un système collectif de recherche historique.

b. Les Archives de la parole

  • 27 Pour en savoir plus, J. Thévenot, « Les machines parlantes », in Ch. Samaran (dir.), L’histoire et (...)
  • 28  Sur Ferdinand Brunot, lire J.-C. Chevallier, « L’Histoire de la langue française de Ferdinand Brun (...)
  • 29  Le plus ancien enregistrement d’un homme public français est celui du prince Jérôme Napoléon, data (...)

20L’intérêt pour les parlers locaux et pour la littérature orale aboutit à la création d’une « institution de mémoire » à l’université de Paris en 1911, le département des Archives de la parole27, dirigé par Ferdinand Brunot auteur de la monumentale Histoire de la langue française à laquelle il travaille de 1896 à 193828. L’expérience française a été précédée par la création d’archives sonores à l’Académie des sciences de Vienne en 1899 et à Berlin en 1904 (le Phonogramm-Archiv). La collecte d’archives sonores sous leur forme orale, originale « brute » et non plus sous la forme de document para-écrit (réponses à des questionnaires ou transcription par écrit de récits ou de chansons) est rendue possible par l’invention du phonogramme dans les années 1888-1890 et les premiers documents enregistrés qui nous sont parvenus datent de cette époque : discours d’hommes politiques, d’hommes de lettres, d’artistes ou d’inventeurs29. Le disque succède ensuite au phonogramme, permettant l’accumulation d’enregistrements musicaux, littéraires et politiques (enregistrements de discours à la Chambre des députés) notamment à partir des années trente, phénomène encore accéléré par l’apparition du microsillon puis par sa diffusion dans l’après-guerre. Avec le 78 tours se créent des collections d’enregistrements ou des documentaires sonores consacrés à des artistes ou à des écrivains, telles que « l’Encyclopédie sonore », « Leurs débuts », « Leurs œuvres et leurs voix », « Auteurs du xxe siècle ». Le magnétophone à bandes et son procédé d’enregistrement magnétique ne se développent qu’après 1948, suite aux travaux de mise au point menés par les Américains pendant la guerre de 1940-1945.

  • 30  Cf. P. Lejeune, Je est un autre, Éd. du Seuil, 1980, p. 104-110.
  • 31  Cité par J. Thévenot, op. cit., p. 1 189.
  • 32  « L’ensemble de nos disques n’est d’ailleurs pas exclusivement un recueil de mots ou de formes dia (...)

21Ces Archives de la parole auraient pu être le lieu de création de sources orales à finalité historique, politique par exemple, d’autant plus que dans le même temps, à partir des années 1880 et 1890 l’invention de l’interview, qui, comme son nom l’indique, vient des États-Unis se répand dans la presse30 ; mais comme on l’a vu, ces archives de la parole naissent en milieu linguistique et folkloriste et, de ce fait, sont orientées dès l’origine vers l’ethnographie, la musicologie et la dialectologie. Ferdinand Brunot, philologue, grammairien et linguiste, fondateur des Archives de la parole expose ainsi son programme31 : « Une des besognes les plus urgentes sera d’aller d’abord vers ce qui va se perdre. Nous avons tout autour de nous, de grands vieillards qui se meurent, ce sont nos patois [...]. Le document parlé animera et éclairera ce que l’écriture n’a pu fixer. Le véritable atlas linguistique des parlers de France doit se faire ». Les premières missions en « car phonographique » sont lancées en 1912 dans les Ardennes, sponsorisées par Émile Pathé (plus de 200 disques sont ainsi enregistrés et fichés), puis en 1913 en Limousin et dans le Berry où les enquêteurs collectent parlers locaux, vieux récits et légendes et où l’on enregistre « tout ce qui reste du folklore local » ; sont recueillies ainsi de vieilles chansons berrichonnes auprès de Louise Briaud, la servante de George Sand, âgée de 74 ans. L’entretien direct fait ses premiers pas méthodologiques, succédant au questionnaire directif adressé à des correspondants-informateurs, embrassant à la fois des problématiques dialectologiques et ethnographiques32.

22Les missions s’étendent dans l’entre-deux-guerres en Europe centrale et balkanique, dans les possessions de l’Empire en vue de l’Exposition coloniale de Vincennes, mais aussi dans les Alpes de Haute-Provence et dans le Languedoc... Le département fournit aussi en matériel d’enregistrement les explorateurs et les ethnologues (Paul-Émile Victor au Groenland ou des missionnaires au Moyen-Orient ou en Asie, etc.).

  • 33  R. Devigne, Le musée de la Parole et du Geste, Paris, 1935 et La Phonothèque nationale, Paris, 194 (...)
  • 34  Anthologie des poètes dits par eux-mêmes (Verhaeren, Anna de Noailles, Apollinaire, Valéry, Aragon (...)
  • 35  J. Thévenot, « Les machines parlantes », op. cit., p. 1 191.

23Les Archives de la parole constituent le noyau central des collections de la Phonothèque nationale, créée en 1938 par le ministre Jean Zay, qui fusionne le département avec le musée de la Parole et du Geste33, créé en 1927 par la Ville de Paris et destiné à collecter les archives cinématographiques et phonographiques. La Phonothèque érigée en département de la Bibliothèque nationale reçoit la mission d’appliquer la loi du 19 mai 1925 sur le dépôt légal des documents sonores. Elle met en œuvre trois actions prioritaires : continuer les missions phonographiques instituées par Ferdinand Brunot, créer un laboratoire de recherche et d’imprimerie sonore, améliorer la conservation et mettre en fiches les enregistrements déjà réalisés. Pendant la guerre, les missions lointaines s’arrêtent mais les campagnes linguistiques, ethnographiques et dialectales, soutenues par le gouvernement de Vichy, se poursuivent dans les provinces françaises ; dans la foulée de la Libération, la Phonothèque lance en 1945 une collecte de témoignages de maquisards dans la région d’Angoulême et en Charente. Hormis cette dernière exception, dans l’après-guerre, les archives sonores de la Phonothèque nationale demeurent avant tout des archives linguistiques ou littéraires34, musicologiques et, dans une moindre mesure, ethnographiques ; elles ignorent « la notion de document sonore d’intérêt historique »35 et restent étrangères à la notion de témoignage rétrospectif à caractère historique ; elles restent de ce fait peu connues et peu utilisées par les historiens universitaires professionnels. L’absence de passerelle avec le monde historien est patente.

c. La discipline folkloriste dans l’entre-deux-guerres

24Concurrencée par la phonothèque de la RTF (ancêtre de l’INA) pour les enregistrements radiophoniques, la Phonothèque peine par ailleurs à se constituer en institution centralisatrice et, même dans le domaine ethnographique où elle a été pionnière, d’autres organismes constituent en effet leurs propres collections d’enregistrements : le musée Guimet, le musée de l’Homme créé en 1936, le musée des Arts et des Traditions populaires de Paris créé en 1937 par Georges-Henri Rivière.

  • 36  Les folkloristes, on l’a vu, définissent leur discipline comme l’étude des « cultures populaires » (...)
  • 37 Le folkloriste Van Gennep souligne que les femmes sont également de bons relais, elles sont selon l (...)
  • 38  Th. Barthélémy, F. Weber (dir.), Les campagnes à livre ouvert. Regards sur la France rurale des an (...)
  • 39  En infléchissant son intérêt vers les discours et vers l’interaction née de la situation d’entreti (...)

25La discipline folkloriste est en effet en plein renouvellement entre les deux guerres et renforce ses structures36 : en 1928 sont fondées la Société de folklore français à laquelle participent Georges Dumézil et Marcel Mauss, et La Revue de folklore français. La discipline met également au point ses méthodes de travail et d’investigation. Pour leurs enquêtes, les folkloristes utilisent des médiateurs, des relais locaux, des « informateurs privilégiés » qui peuvent être des curés, des instituteurs, des notables locaux ou les érudits des sociétés savantes, parfois des artisans ou des paysans « lettrés », ces derniers présentant le triple avantage d’être insérés dans le tissu local, de parler le « patois local » et d’être capables de manier l’écrit, car le système fonctionne à partir de comptes rendus d’enquête37. Les folkloristes utilisent la méthode du questionnaire, qui dans certains cas peut comporter plusieurs dizaines de rubriques, mais le questionnaire ne s’applique pas directement aux « observés », il est en réalité adressé aux « observateurs-enquêteurs » locaux qui s’en servent comme aide-mémoire pour leurs propres observations, descriptions ou relations : l’enquête est donc indirecte, « intermédiée » par l’informateur et reste dominée par l’écrit ; il n’y a pas d’enregistrement et ce que l’informateur recherche avant tout, ce sont des « faits » ethnographiques38 : formes de maison, structures villageoises ou agraires, coutumes, alliances patrimoniales et matrimoniales, généalogies, etc. ; de ce point de vue, il y a une certaine convergence entre la démarche historique méthodique et la démarche folkloriste d’alors, quant à cette recherche et cette détermination des « faits »39. Quant aux résultats de l’enquête, ils sont mis en forme, synthétisés par le folkloriste local ou parisien, et publiés sous forme de monographies locales ou régionales.

  • 40  Les grèves de 1936 par exemple font l’objet d’une étude ethnographique.
  • 41  D. Fabre, « Le "Manuel de folklore français" d’Arnold Van Gennep », in P. Nora (dir.) Les Lieux de (...)
  • 42  Sur l’ethnologie et ses différentes orientations en Europe, on peut lire I. Chiva, U. Jeggle (dir. (...)

26Dans les années trente, une équipe fervente se réunit autour de Georges-Henri Rivière, directeur du musée d’Ethnographie du Trocadéro, d’André Varagnac et de Marcel Maget tous deux folkloristes ; ils s’intéressent à la disparition de la civilisation rurale mais aussi à l’édification d’une culture ouvrière contemporaine40. Le musée des Arts et Traditions populaires est créé en 1937, porté par la ferveur du Front populaire, désireux de faire « reconnaître comme autonome une culture du peuple travailleur »41. Les liens avec les pays d’Europe nordique, centrale et orientale, avec la Russie soviétique notamment, se resserrent sous l’influence de Georges-Henri Rivière ; tous ces pays, à l’instar de l’Allemagne, sont en effet très en avance dans cette discipline et possèdent depuis la fin du xixe siècle de nombreux musées ethnographiques et de véritables écoles folkloristes42. Fruit de ce dynamisme et de cet enthousiasme, la décision est prise d’accueillir en France pour la première fois le futur Congrès international de folklore. Mais les ambiguïtés nazies et des pays autoritaires d’Europe Centrale, le ruralisme exalté du Pavillon des Provinces de l’Exposition de Vincennes en 1937 créent des dissensions dans le mouvement folkloriste.

27En 1939, au sein du nouveau musée des Arts et Traditions populaires est ouvert un département d’Ethno-Musicologie qui lance dès le premier été sa première enquête orale en Basse-Bretagne sur le thème de la danse, de la musique, du chant et des cérémonies rituelles. Cette première enquête donne le ton des collections du musée des Arts et Traditions populaires : elles seront avant tout musicologiques et la parole n’y aura en définitive qu’une place réduite.

  • 43  Sur Arnold Van Gennep, lire D. Fabre, « Le "Manuel de folklore français" d’Arnold Van Gennep », in (...)

28Après la guerre de 1939-1940, le régime de Vichy récupère largement cet héritage, en harmonie avec certains thèmes de la révolution nationale (exaltation de la France rurale, de la « race française » et de la France des provinces) et essaie de le faire fructifier sous l’Occupation. De ce fait, dans l’après-guerre, le folklore souffre d’un discrédit sensible, malgré les alternatives offertes par Arnold Van Gennep dans son Manuel de folklore français (1939-1957)43. Influencé par l’anthropologie anglaise de James Frazer, Arnold Van Gennep propose l’étude des « mœurs et des coutumes », non pas celle des danses et des histoires de bonnes femmes, mais celle des rituels et des rites de passage, celle des gestes et des règles, des cérémoniels et des fêtes, des cycles et des coutumes. Critique à l’égard d’Émile Durkheim et de Marcel Mauss qui utilisent des informations de seconde main, il préconise des méthodes d’enquête plus directes : il faut que le folkloriste aille lui-même sur le terrain. Sensible au modèle cyclique du temps populaire, il s’élève contre la conception étroitement chronologique, linéaire et événementielle de l’histoire « positiviste » et contre son attachement « à l’écume des phénomènes » ; intéressé par la démarche régressive de Marc Bloch, il souhaite « dilater » le présent en réintroduisant de la durée dans la contemporanéité et veut dévoiler l’ordre caché des choses.

  • 44  Intervention de F. Gétreau, conservateur du Patrimoine, responsable du département Musicologie et (...)

29Quoi qu’il en soit, discrédité par l’usage qui en a été fait sous Vichy, le mot « folklore » est abandonné dans l’après-guerre, laissé au tourisme et aux démonstrations de danses villageoises de plein air, au profit du mot « ethnographie » ou de l’expression « arts et traditions populaires » ; le musée des Arts et Traditions populaires, installé à la lisière du Bois de Boulogne, se tourne vers la musicologie, l’art populaire, l’histoire des outils et des techniques, les objets du quotidien, etc. Aujourd’hui, sur 35 000 items, seulement 500 documents ressortent de documents parlés ; pour la plupart d’entre eux, il s’agit surtout de littérature orale, de poèmes, de sermons, de conversations familières, de commentaires linguistiques ; les témoignages sur le travail, la vie quotidienne, les fêtes ou les aspects institutionnels ou politiques ne concernent que 200 documents44. Pas plus que les Archives de la parole, les enregistrements du musée des ATP ne connaissent véritablement la « notion d’intérêt historique ». L’occasion est encore manquée pour les praticiens de la tradition orale de jeter, si ténues soient-elles, des passerelles vers l’histoire, les chemins divergent...

3. Du côté de l’ethnologie

  • 45  Cf. M. Mauss, Manuel d’ethnographie, Payot, 1947 (recueil posthume de ses instructions rassemblées (...)
  • 46  Lors de sa leçon inaugurale à l’École pratique des hautes études en 1902, Marcel Mauss insiste sur (...)

30De son côté, l’ethnologie française est elle aussi en pleine structuration avec la création en 1925 de l’Institut d’ethnologie de l’université de Paris autour de Paul Rivet, Lucien Lévy-Bruhl et Marcel Mauss neveu de Durkheim. Cet institut est un lieu de réflexion et de fécondation pour les « savants » qui s’y retrouvent et y échangent leurs hypothèses mais aussi un important lieu de formation pour les « correspondants locaux » qui vont exercer leur métier d’ethnologue sur le terrain : administrateurs coloniaux, missionnaires, commerçants, médecins coloniaux, officiers, explorateurs passionnés ou amateurs savants, interprètes... Marcel Mauss donne à ses élèves des instructions très codifiées et très précises pour la collecte ou le recueil d’objets, de coutumes, de langues ou de récits oraux45. Des protocoles de collecte et d’entretien, des questionnaires extrêmement détaillés sont ainsi mis à la disposition des « observateurs » pour faire sur le terrain leurs enquêtes de façon méthodique, rationalisée et organisée ; mais là encore, à l’image des enquêtes folkloristes, les questionnaires sont destinés aux relais locaux, aux observateurs, aux « informateurs privilégiés » qui peuvent être des personnels métropolitains vivant en milieu « indigène » ou des « indigènes », détenteurs d’une information particulière sur leurs congénères : vieillards, notables, hommes-mémoires, sages, Anciens, etc. ; ils ne sont pas appliqués directement aux « observés » eux-mêmes. Les résultats des observations et des enquêtes sont « remontés » jusqu’au savant qui les évalue, les synthétise et leur donne sens46.

  • 47  Intervention de B. de L’Estoile, au colloque Histoire de la recherche collective en sciences socia (...)
  • 48  B. Malinowski, Les Argonautes du Pacifique occidental, 1922, Paris, Gallimard 1963. Il enquête dan (...)
  • 49  Cf. M. Griaule, « L’enquête orale en ethnologie », Revue philosophique, 10-12 oct.-déc. 1952, p. 5 (...)

31La création du musée de l’Homme en 1936, dans la dépendance du Muséum d’Histoire naturelle, vient couronner ce système et répondre aux besoins des ethnologues français, qui ont l’ambition, par la mise en place d’un vaste système de recherche collective et centralisée dont le musée serait le centre d’impulsion, de traitement et d’analyse, « de constituer les archives de l’Humanité »47. Du point de vue des méthodes d’enquête, l’école française se situe à l’opposé de l’observation participante de Bronislaw Malinowski48, fondateur de l’école anthropologique britannique, et partisan de l’immersion dans le milieu local, progressivement redécouverte par les Français à la fin des années trente et pendant la guerre. De fait, un certain nombre d’ethnologues français commencent à aller eux-mêmes « sur le terrain » dans les années qui précèdent le deuxième conflit mondial : Claude Lévi-Strauss accomplit ses enquêtes de terrain chez les Indiens au Brésil dans les années 1935-1938, l’africaniste Marcel Griaule enquête en pays Dogon au Mali entre 1931 et 1948. En 1943, ce dernier est nommé à la tête de la première chaire d’ethnologie à la Sorbonne49.

4. Du côté de la sociologie

32Dès le début du xixe siècle, l’administration impériale tente de mieux cerner les populations locales et confie aux préfets la charge d’organiser de vastes enquêtes démographiques, sociales, économiques, statistiques mais aussi historiques ou culturelles. Ce sont les maires qui font l’objet des envois de questionnaires, à charge pour eux de répondre aux questions posées en mobilisant enquêteurs, notables ou correspondants locaux.

  • 50  Louis-René Villermé, Tableau physique et moral des ouvriers dans les fabriques de coton, de laine (...)
  • 51  F. Le Play, Les ouvriers européens en 1855 et La réforme sociale en France en 1864. On peut se rep (...)
  • 52  Cité in A. Blanchet et A. Gotman, L’enquête et ses méthodes : l’entretien, Nathan, 1992, p. 13.

33Au sein de la sociologie française naissante, le recours à l’entretien oral n’est pourtant pas totalement ignoré, même s’il prend une forme particulière : Louis-René Villermé50 et Frédéric Le Play s’essaient en effet dès la première moitié du xixe siècle aux premières enquêtes de population51, soucieux de constituer des matériaux de réflexion et d’accumuler des connaissances pour résoudre la fameuse « question sociale » qui obsède à la fois les socialistes, les catholiques sociaux et les légitimistes régionalistes et ruralistes. Frédéric Le Play à l’occasion de ses enquêtes ouvrières met au point une méthode d’entretien qu’il expose en 1862 dans une « Instruction sur la méthode d’observation dite des monographies de famille » : l’entretien mené par l’enquêteur social parfois accompagné d’un officier de police, s’apparente à un interrogatoire, il se fait sur le mode de la « visite » à domicile et s’accompagne d’un questionnaire systématique de type administratif, sanitaire et social ; néanmoins, Le Play recommande bien de laisser parler l’interrogé, même s’il fait quelques digressions, de ne pas le couper et de ne pas le lasser par un questionnaire administré de façon trop « méthodique » : « Mieux vaut écouter qu’interroger »52.

  • 53  Les responsabilités occupées par Frédéric Le Play sous le second Empire ont peut-être contribué à (...)
  • 54  M. Bloch lui-même souligne l’indifférence de Durkheim et de ses disciples à ces « réalités très hu (...)
  • 55  F. Simiand « Méthode historique et science sociale », Revue de synthèse historique, 1903, repris d (...)

34Mais là encore les éléments recueillis par ces entretiens, la méthode employée ne semblent guère obtenir d’écho auprès des historiens de la IIIe République engagés prioritairement dans la construction d’une histoire événementielle et politique53. La méthode le playsienne et ses acquis ne sont d’ailleurs pas mieux reçus au sein de l’école durkheimienne. Cette dernière est, dans sa première période, avant tout soucieuse de fonder une nouvelle science par la découverte de « lois sociales » sur le modèle des lois physiques : c’est la tentation « nomologique ». L’objectivité scientifique ne peut être atteinte que par le dépassement du cas particulier, de l’individu et de l’événement, d’où l’importance que les durkheimiens, dont le chef de file est dans ce domaine François Simiand (1873-1935), accordent aux techniques statistiques. Emile Durkheim (1858-1917) cherche en réalité davantage à « isoler » les faits sociaux pour les traiter comme des « choses », à les décontextualiser et à les désindividualiser qu’à les examiner dans leur expression existentielle et contingente. Il récuse toute approche de la société qui consisterait à passer par la conscience des individus (méthode compré-hensive ou herméneutique) et on cherchera vainement dans Le suicide (1897) le « vécu » du suicidaire54. François Simiand, disciple de Durkheim, récuse lui aussi l’approche individuelle, l’introspection psychologisante et la recherche des « motifs » des acteurs. Très critique à l’égard de l’école historique « méthodique », il dénonce les « trois idoles de la tribu des historiens » : le politique, l’individu, la chronologie55. Dans un tel cadre conceptuel, la rencontre avec l’individu, l’entretien, le témoignage individuel, l’expression subjective ne peuvent être que proscrits.

5. Du côté de la géographie

  • 56  Vidal de La Blache, le Tableau de la géographie de la France est le premier volume de l’Histoire d (...)

35Enfin de son côté, la géographie n’est pas en reste dans les innovations méthodologiques et dans l’élargissement de ses problématiques : pour son Tableau de la géographie de la France56, Vidal de la Blache (1845-1918), chef de l’école géographique française, prône le voyage sur le terrain et l’observation des paysages, mais aussi l’organisation d’enquêtes parmi la population de la région étudiée, ce que ses disciples en géographie humaine, économique et politique comme Albert Demangeon ou André Siegfried développeront dans l’entre-deux-guerres. À l’occasion de chaque monographie régionale, le géographe met en place un réseau de correspondants sur le terrain, souvent des instituteurs, qui doivent remplir des questionnaires comportant non seulement des rubriques descriptives sur l’économie, le genre de vie ou l’habitat actuels, mais aussi des questions portant sur le peuplement depuis l’Ancien Régime, voire le Moyen Âge ; les informations recueillies oralement auprès de la population locale viennent compléter les observations du regard et sont consignées par écrit. On notera qu’à nouveau, le questionnaire constitue un instrument de travail mis à disposition de l’observateur-relais : « l’observé » n’est pas appréhendé ou interrogé directement, mais par le biais d’un informateur-médiateur.

36Chaque discipline au sein des sciences sociales chemine ainsi dans ses voies, de façon relativement séparée, investie dans un effort de structuration et de théorisation qui l’absorbe tout entière, s’institutionnalisant et forgeant petit à petit ses méthodes de travail et ses objets de recherche. La notion d’enquête progresse cependant, se dépouillant lentement de ses aspects administratifs pour adopter des objectifs plus cognitifs, mais l’entretien direct en tant que tel n’est pas encore érigé en méthode ni même en moment de l’enquête ; « l’observé » n’est pas appréhendé directement, il est le plus souvent abordé par le biais d’un témoin-relais qui accumule de façon intermédiaire des informations et des connaissances descriptives, matériaux « de seconde main » qu’à son tour l’historien, l’ethnologue ou le folkloriste utilise pour leur travail d’interprétation et de synthèse. L’acteur observé n’a pas encore totalement acquis le statut de témoin-source.

  • 57  J. Piaget, La représentation du monde chez l’enfant, 1926, rééd., Paris, PUF, 1976.
  • 58  Sigmund Freud, Études sur l’hystérie, 1885, trad., Paris, PUF, 1956.
  • 59  Carl Rogers, « The Non Directive Method as a Technic for Social Research », American Journal of So (...)
  • 60  Et encore, cette méthode n’est toujours pas admise en histoire où l’entretien non directif est sou (...)

37En réalité, c’est en psychologie qu’à la même époque s’élabore une réflexion sur le témoignage, la parole et l’entretien : les travaux de Jean Piaget sur la psychologie de l’enfant dans les années 1920 permettent de mettre en relation la méthode de questionnement, le déclenchement de la parole, le discours et les représentations du patient57. Dans son ouvrage La représentation du monde chez l’enfant, Jean Piaget y définit la méthode clinique : « L’art du clinicien consiste, non à faire répondre, mais à faire parler librement et à découvrir les tendances spontanées au lieu de les canaliser et de les endiguer » (p. IX). Par ailleurs, en psychanalyse, les travaux de Freud et de ses disciples montrent l’intérêt de la méthode non directive et le pouvoir thérapeutique et libératoire de la parole58. Mais les cloisonnements disciplinaires et internationaux sont là, il faut attendre plus de vingt ans et les travaux de Carl Rogers pour que ces acquis intellectuels fécondent la démarche sociologique ou ethnographique et pour que la méthode de l’entretien passe du domaine clinique aux sciences sociales59 ; à l’entretien conçu comme un interrogatoire et réalisé à partir d’un questionnaire, se substitue progressivement une méthode où l’écoute devient première et où « l’informateur », et non plus l’intervieweur, est au centre de l’entretien. Il faudra presque autant d’années pour que cette méthode passe de la sociologie à l’histoire60 !

38Cette effervescence intellectuelle et disciplinaire finit néanmoins par être contagieuse et dans les années trente, après la période d’affirmation et de définition disciplinaire, un rapprochement s’esquisse entre sciences sociales, sciences humaines et histoire, cette dernière étant à son tour touchée par un profond renouvellement : c’est le moment des Annales.

III. Les annales ou l’histoire en effervescence : un contexte favorable pour extraire la source orale de son purgatoire ?

1. La redécouverte et la prise en compte du contemporain

  • 61  H. Berr, voir sa thèse en 1898, L’avenir de la philosophie, esquisse d’une synthèse des connaissan (...)
  • 62  H. Berr, « Sur notre programme », Revue de synthèse historique, 1900, t. 1. On croirait entendre l (...)
  • 63  « Les études historiques et la guerre », Revue de synthèse historique, 1919, n° 29, p. 27.

39Les indices du rapprochement entre sciences humaines, sciences sociales et histoire, se multiplient à partir du début du xxe siècle. Le dialogue entre sociologie, psychologie et histoire est amorcé par Henri Berr (1862-1955) grâce à la création de la Revue de synthèse historique (1900), qui, en annonçant la nécessité d’une histoire qui soit à la fois une psychologie biographique et sociale61, ouvre des horizons prometteurs au renouvellement des thématiques historiques : « L’étude comparative des sociétés doit aboutir à la psychologie sociale, à la connaissance des besoins fonciers auxquels répondent les institutions et de leurs manifestations changeantes. L’étude des séries historiques doit aboutir à la psychologie des grands hommes d’action et de pensée, des individualités ethniques, des moments critiques de l’histoire. Et c’est une question de psychologie, importante et délicate, à élucider que celle du rôle joué dans l’histoire par l’élément intellectuel »62. Son intuition est renforcée après la guerre et le conduit à lancer en 1919 son ambitieux projet d’une encyclopédie historique, L’Évolution de l’humanité, qui souhaite faire une place à l’histoire de l’art et à l’histoire des mentalités ou des idées et s’étendre de la préhistoire au temps présent... : « Ce qu’il faut, c’est que l’histoire s’oriente nettement vers la solution des problèmes qui intéressent la vie, la vie des peuples et celle des individus, la vie matérielle et la vie de l’esprit »63. Mais pour un tel programme, quelles méthodes utiliser ? Quels documents ? Quelles sources ? Le sujet ne semble pas être abordé. Henri Berr est philosophe de formation, professeur de rhétorique au lycée Henri-IV, pas historien, il ne se préoccupe guère des méthodes ou des outils, il est l’homme de la synthèse.

  • 64  Dans un de ses derniers livres, Histoire sincère de la nation française, Paris, PUF, 1969, Charles (...)
  • 65  Dans leur préambule à la première livraison des Annales, Lucien Febvre et Marc Bloch expriment leu (...)
  • 66   L. Mucchielli, « Aux origines de la nouvelle histoire : l’évolution intellectuelle et la formatio (...)
  • 67  Mais des rapprochements se font aussi entre sociologues et folkloristes. Ainsi Robert Hertz s’inté (...)
  • 68  C’est Albert Demangeon qui représente les géographes au comité de rédaction.
  • 69  Maurice Halbwachs participe au comité de rédaction des Annales.
  • 70  André Siegfried siège au comité de rédaction des Annales. Dans son Tableau politique de la France (...)
  • 71  Charles Rist, professeur d’économie politique à la faculté de Droit de Paris et sous-gouverneur de (...)
  • 72  C’est le début d’un mouvement plus profond en histoire comme dans l’ensemble des sciences sociales (...)

40Vingt ans après la Revue de synthèse, le Mouvement des Annales, sous l’impulsion de Marc Bloch (1886-1944) et de Lucien Febvre (1878-1956), recueille les intuitions de Henri Berr, affirme, contre les dessèchements de l’histoire événementielle et politique64, la nécessité d’explorer de nouveaux champs de recherche et étire le temps historique jusqu’à l’histoire immédiate65. Ils ouvrent, autour de la revue des Annales d’histoire économique et sociale, créée en 1929, un espace interdisciplinaire de discussion intellectuelle66 entre ces « archéologues des temps immobiles » que sont les folkloristes67 et les ethnologues, les géographes68, les sociologues69, les politistes70, les économistes71 et les historiens. La priorité va à l’histoire économique et sociale, car dans le souci de soustraire l’histoire aux influences idéologiques ou institutionnelles qui s’attachent à l’histoire politique et dans le but de fonder une science historique inattaquable, le Mouvement des Annales souhaite privilégier l’observation des phénomènes sociaux, leur étude comparative et l’établissement de corrélations statistiques72.

  • 73  Selon l’expression de B. de L’Estoile, intervention déjà citée au colloque de l’EHESS sur La reche (...)
  • 74  Paul Leuilliot, promoteur inlassable de l’histoire locale, est secrétaire de la revue des Annales (...)
  • 75  Henri Berr dans l’introduction de la première livraison, cité par Thierry Gasnier, « Le local », i (...)

41Les fondateurs du Mouvement se préoccupent aussi d’essayer de mieux articuler les travaux des universitaires et ceux des sociétés savantes locales dont ils connaissent le travail « sur le terrain » et dont ils apprécient les services : les érudits locaux, instituteurs ou curés, ne se sont-ils pas constitués en quelque sorte en « travailleurs auxiliaires »73 et bénévoles des sciences humaines et sociales naissantes, au service, qui de la géographie, qui du folklore, qui de l’histoire ou de l’archéologie74 ? Au sein de la Revue de synthèse, Marc Bloch et Lucien Febvre se sont intéressés au projet d’Henri Berr de travailler sur « l’histoire provinciale » française et de rassembler « les morceaux épars de passés locaux » pour aboutir à « une psychologie très précise » de la France75 ; à l’occasion de ce projet, ils ont côtoyé des folkloristes ou des spécialistes des traditions populaires (le folkloriste André Varagnac tient une chronique dans la Revue entre 1930 et 1938), avec lesquels ils ont pu nouer un dialogue autour de la notion de tradition ou de coutume ; de ce fait, ils connaissent les méthodes de travail des folkloristes, sur lesquels ils sont d’ailleurs parfois critiques, insistant notamment sur la nécessité d’essayer de « dater » (sic !)...

  • 76  A. Varagnac, « Une coopérative de travail scientifique : la commission des recherches collectives (...)
  • 77  Intervention de F. Weber au colloque de l’EHESS sur l’histoire de la recherche collective en scien (...)

42Une occasion de collaboration plus étroite entre historiens et folkloristes naît à la suite du recensement de 1931 qui montre le dynamisme démographique des villes et l’accélération de l’exode rural ; le Centre international de synthèse d’Henri Berr créé en 1925 lance alors une vaste enquête collective sur la civilisation rurale : communauté villageoise, alimentation populaire, artisanat, techniques et outillages, travail, structures foncières... Lucien Febvre y participe par le biais de la Commission des recherches collectives (CRC) créée en 1935, où travaillent également les deux folkloristes, André Varagnac et Marcel Maget76. L’enquête est organisée d’emblée de façon collective et indirecte, avec constitution d’un réseau de correspondants locaux (jusqu’à 300) puisés, entre autres, dans les sociétés savantes et dirigés par un responsable scientifique, et appuyée sur un questionnaire de plusieurs centaines de questions. Ce questionnaire, inspiré du questionnaire folkloriste mais aussi géographique, est adressé aux correspondants locaux ; sa forme évolue progressivement vers le questionnaire moderne, avec des « blancs » entre les questions pour permettre de répondre directement sur le papier et pour permettre un premier codage des réponses. Plus de 1000 monographies locales sont ainsi étudiées et rédigées. Mais alors que Lucien Febvre avait conçu ces enquêtes comme répétables, non closes, l’expérience s’arrête à cause de la guerre. La CRC est absorbée par le musée des ATP ; le modèle d’enquête collective type CRC est abandonné après la guerre au profit de l’enquête ethnographique individuelle à base d’observation directe, qui conduit l’ethnographe « sur le terrain » et lui assure des occasions de rencontre directe avec les observés77. Dès lors, l’entretien, le mode d’entrée en relation et la communication interpersonnelle deviennent des aspects centraux de l’enquête ethnographique et une préoccupation constante des chercheurs de cette discipline.

2. Les Annales : pour une histoire « vue de l’intérieur » ?

  • 78  Cité par A. Burguière, « L’anthropologie historique », in F. Bédarida (dir.), L’histoire et le mét (...)
  • 79  M. Bloch, « Projet d’un enseignement d’histoire comparée des sociétés européennes », candidature a (...)

43Par ailleurs, accompagnant ce rapprochement interdisciplinaire entre ethnographes et historiens, le Mouvement des Annales met en œuvre une révolution historiographique avec la naissance d’une histoire « à la fois élargie et poussée en profondeur », cette histoire des mentalités, dont Lucien Febvre et Marc Bloch dessinent les contours à la fin des années vingt, et autour de laquelle sociologues, ethnologues, folkloristes et historiens peuvent se retrouver. Dans leurs projets respectifs d’enseignement au Collège de France en 1928, 1929 et 193478, tous deux en esquissent les grandes intuitions : Lucien Febvre, biographe de Luther et explorateur du « cœur religieux du xvie siècle », appelle de ses vœux une histoire psychologique des mentalités où « l’historien [s’installerait] au carrefour où toutes les influences viennent se recouper et se fondre dans la conscience des hommes vivant en société ». Marc Bloch, historien des croyances et de la société féodale, prône une interprétation « par le dedans » des faits humains d’organisation sociale, car l’historien ne saurait prétendre expliquer une « institution » s’il ne la relie pas « aux grands courants intellectuels, sentimentaux, mystiques, à la mentalité, en un mot, de l’époque qui en vit la naissance ou l’épanouissement »79.

44Ces annonces programmatiques prometteuses en histoire des mentalités, ces interrogations sur la psychologie historique des individus et des masses de la part d’un médiéviste et d’un moderniste éveillent-elles l’intérêt des historiens contemporanéistes et de ceux qui osent s’aventurer jusqu’à l’histoire récente ? Les temps ne semblent pas encore mûrs.

  • 80  Dès 1925, Pierre Renouvin publie son cours sur les origines de la première guerre mondiale, 5 ans (...)
  • 81  P. Renouvin et J-B. Duroselle, Introduction à l’histoire des relations internationales, Paris, A. (...)
  • 82  P. Renouvin, Les origines immédiates de la guerre (28 juin-4 août 1914), Alfred Costes, 1925, p. 2 (...)

45Pourtant, paradoxalement, c’est peut-être la très traditionnelle histoire diplomatique qui ressent les premiers frémissements d’un élargissement de ses problématiques, sans qu’on puisse néanmoins, à notre connaissance, tracer un lien direct de cause à effet entre cette discipline et les Annales. A l’occasion de ses travaux sur les origines de la Grande Guerre80, alors même qu’il fait œuvre d’histoire immédiate, Pierre Renouvin esquisse en effet une thématique novatrice qu’il développera après la guerre, celle des « forces profondes »81. L’étude des documents, dit-il dans son cours sur les origines de la guerre, permet, certes, de mettre en place « presque entièrement la trame des faits, d’en fixer les dates, l’enchaînement », mais c’est leur interprétation qui permet « d’apercevoir parfois les intentions des hommes d’État » et de dévoiler comment « pendant une crise diplomatique, l’action des hommes d’État est dominée par certains sentiments et par certaines forces »82. Après la guerre, Pierre Renouvin éclaircira cette notion de « forces profondes » qui désigne chez lui autant les forces économiques ou les conflits financiers que les opinions publiques ou les passions collectives nationales.

  • 83  Dans sa volonté de renouveler l’histoire des relations internationales, Pierre Renouvin a cherché (...)
  • 84  C’est cette Société qui confie à Pierre Renouvin un enseignement sur les origines de la guerre et (...)
  • 85  Ce mélange est tout à fait neuf et intéressant (dans les structures commémoratives de la Révolutio (...)
  • 86  Remarquons que cet usage « clandestin » d’informations orales est relativement classique en histoi (...)

46Attachée traditionnellement au rôle des individus et au rôle des hommes d’État, l’histoire diplomatique se voit ainsi renouvelée par cette thématique des « forces » collectives dont les individus sont désormais porteurs et dont l’historien doit chercher la trace dans les représentations et les actions des acteurs de la vie internationale. Cette attention portée aux motivations profondes des acteurs, à leurs intentions ou à leurs « sentiments » porte en elle des germes prometteurs pour le recours aux témoignages oraux des anciens acteurs, recours qui se généralisera en histoire des relations internationales à partir des années quatre-vingt83. D’ailleurs, en relisant cette phrase relativement sibylline et sans solliciter trop complaisamment le texte, nous ne pouvons nous empêcher de penser que les documents d’archives n’ont pas toujours été les seules sources de Pierre Renouvin, et nous sommes convaincue que ses recherches sur les origines de la guerre ont bien pu être « éclairées » par quelques témoignages des protagonistes du conflit, auxquels il aurait eu accès de façon privilégiée. En effet, au sein de la Société d’histoire de la guerre créée en 191984 et de la Revue d’histoire de la guerre, puis au sein de la Commission créée en 1928 sur la politique extérieure de la France et ses rapports avec le déclenchement de la guerre, n’a-t-il pas siégé aux côtés d’experts de l’époque, aux côtés d’anciens acteurs, diplomates, officiers généraux, ou hommes politiques85 ? N’a-t-il pas ainsi disposé d’informations privilégiées sur l’état d’esprit des anciens acteurs, sur leurs « sentiments » ou sur leurs opinions, lui permettant de mieux comprendre ce qui s’est joué au niveau des acteurs individuels86 ? Mais ce n’est là qu’une hypothèse de notre part.

3. Marc Bloch et la critique des témoignages

  • 87  L. Febvre, « Vers une autre histoire », Revue de métaphysique et de morale, t. 58, n° 3 et 4, 1949 (...)

47L’élargissement « en épaisseur et en profondeur » des thématiques historiques par les fondateurs du Mouvement des Annales entraîne-t-il par ailleurs l’élargissement de la notion de source ? Quelques années après son programme de candidature au Collège de France, dans deux articles, l’un en 1938 sur « La psychologie et l’histoire » et l’autre en 1941 sur « La sensibilité dans l’histoire » (repris dans Combats pour l’histoire en 1953), Lucien Febvre revient sur cette idée de retrouver la psychologie historique des temps passés : retrouver « les outillages mentaux », recomposer « les représentations que se forgeait du monde, de la vie, de la politique, telle collectivité historique », reconstituer « l’univers, tout l’univers psychologique, intellectuel, moral » des individus... Pour pouvoir faire une telle histoire, il revient à l’historien de se mettre en quête des sources adéquates et c’est ce que Lucien Febvre expose un peu plus tard en 1949 : « L’histoire se fait avec des documents écrits, sans doute. Quand il y en a. Mais elle peut se faire, elle doit se faire sans documents écrits s’il n’en existe point. Avec tout ce que l’ingéniosité de l’historien peut lui permettre d’utiliser pour fabriquer son miel, à défaut des fleurs usuelles. Donc avec des mots. Des signes.[...] D’un mot, avec tout ce qui, étant à l’homme, dépend de l’homme, sert à l’homme, exprime l’homme, signifie la présence, l’activité, les goûts et les façons d’être de l’homme »87. Le dogme du primat du document écrit est ébranlé, la question des sources de cette « nouvelle » histoire est posée.

  • 88  M. Mauss, Manuel d’ethnographie, Payot, 1947 (recueil posthume). Ce recueil rassemble les conseils (...)

48De fait, les Annales dès l’entre-deux-guerres se livrent à un véritable renouvellement de la notion de source historique en proposant l’utilisation de la source iconographique, des cartes topographiques, des plans, des photographies, des objets, des outils, de l’archéologie, des parcellaires... Sera-ce l’occasion pour la source orale de sortir de l’ombre ? Par contagion des méthodes folkloristes et ethnographiques en train de se constituer, le questionnaire, l’enquête, et l’observation88, va-t-on assister à une sortie du purgatoire des témoignages oculaires ou de la tradition orale ? Les souvenirs des acteurs des temps passés vont-ils faire l’objet d’une redécouverte et d’une réhabilitation en histoire ?

  • 89  L’impact et la violence de la guerre de 1914-1918 font éclore une importante littérature de témoig (...)
  • 90  Marc Bloch, comme nous l’avons dit plus haut, n’ignore pas l’usage des témoignages que fait l’ethn (...)

49Si un Pierre Renouvin a probablement utilisé, même implicitement et de façon compréhensive, les témoignages de ses contemporains sur la guerre -car comment en faire abstraction quand fleurit la littérature de témoignages sur la Grande Guerre89, quand on fréquente des lieux où l’on côtoie les décideurs de l’époque et qu’on est soi-même un mutilé de guerre -, il n’a pas théorisé cette méthode ni mis en exergue cette source, que ce soit pour la critiquer, la réfuter ou pour la décréter recevable ; les traditions universitaires sont trop fortes. Et en définitive, c’est à Marc Bloch lui-même qu’il revient de s’y être intéressé le premier de façon nouvelle90.

  • 91  Dans l’Apologie, Marc Bloch évoque combien les récits de bataille et de défaite qu’il avait si sou (...)
  • 92  C’est ainsi que par la méthode régressive qui lui est propre, Marc Bloch avant de remonter jusqu’a (...)

50Ancien combattant comme Pierre Renouvin et ancien officier de renseignement, Marc Bloch est pris par deux fois dans l’expérience de la guerre, celle de 1914-1918 et celle de 1939-1940, irruptions brutales et personnellement vécues d’une histoire-en-train-de-se-faire dans l’univers immobile du médiéviste91. Désireux de s’affranchir des raideurs « antiactualité » de l’école historique méthodique, porteur d’une historiographie qui entrelace désormais connaissance du passé et compréhension du présent92, il fait par deux fois œuvre « d’histoire immédiate ».

  • 93  Revue de synthèse historique, 1921, repris in M. Bloch, Histoire et historiens, Paris, A. Colin, 1 (...)
  • 94  Il cite dans son article les travaux de psychologues belges, allemands, britanniques et français s (...)
  • 95  M. Bloch, Histoire et historiens, Paris, Armand Colin, 1995, p. 150.
  • 96  J. Le Goff, Préface à la réédition des Rois thaumaturges, Paris, Gallimard 1983 et introduction à (...)

51Les observations qu’il a pu recueillir sur le comportement de ses contemporains dans les tranchées pendant le premier conflit lui inspirent en 1921 un premier travail sur la rumeur, « Réflexions d’un historien sur les fausses nouvelles de la guerre »93, consacré à la psychologie individuelle ou collective, à la psychologie du témoignage94, à la transmission orale et aux mécanismes de production et de transmission des fausses nouvelles ou des légendes. Là où d’autres (les historiens méthodiques) dénonceraient l’erreur et le mensonge et récuseraient la tradition orale, Marc Bloch dépasse cette aporie, dégage l’intérêt même des « défauts » de la tradition orale et en démontre la fécondité pour une étude des psychologies sociales ou des représentations collectives contemporaines : « L’erreur ne se propage, ne s’amplifie, ne vit enfin qu’à une condition : trouver dans la société où elle se répand un bouillon de culture favorable. En elle, inconsciemment, les hommes expriment leurs préjugés, leurs haines, leurs craintes, toutes leurs émotions fortes95 ». Ces réflexions trouvent un prolongement dans les travaux de Marc Bloch sur la question de la croyance et de la crédulité au Moyen Âge, qui aboutissent en 1924 à l’un des premiers ouvrages en histoire des mentalités, Les Rois thaumaturges96.

  • 97  Publiée de façon posthume en 1946.
  • 98  C’est le premier sous-titre de l’Apologie, avant que Marc Bloch n’adopte le « métier d’historien »
  • 99  Marc Bloch a commencé à réfléchir sur ces thèmes dès 1914 : cf. son allocution prononcée en 1914 a (...)

52La guerre de 1939-1940 le plonge à nouveau dans l’action et lui inspire un véritable essai d’histoire du temps présent, L’Étrange défaite97, tandis que les servitudes de l’Occupation en 1941-1943 lui laissent le loisir de réfléchir à « pourquoi et comment travaille l’historien »98. À cette occasion, il revient sur cette question des « fausses nouvelles » et reprend sa réflexion sur la psychologie du témoignage, sur les règles critiques à mettre en œuvre pour départager le vrai du faux99, et sur l’utilisation que peut faire l’historien des témoignages individuels en histoire. Les circonstances tragiques de l’Occupation, son exécution en juin 1944 par les Nazis, ne permettent pas à ses contemporains de prendre connaissance du fruit de ses travaux et ce n’est qu’en 1949 que, de façon posthume, l’Apologie pour l’histoire ou le métier d’historien, recueil inachevé, est édité par les soins de Lucien Febvre.

53On peut considérer L’Apologie pour l’histoire ou le métier de l’historien comme l’aboutissement des débats intellectuels de l’entre-deux-guerres entre sociologues et historiens, mais aussi le fruit d’un double ébranlement du monde et d’une expérience « vécue » de la guerre ; le résultat en est une réflexion renouvelée sur le temps de l’histoire, sur l’individu et la société, sur les outils de la connaissance historique, sur le métier et le rôle social de l’historien. D’un point de vue méthodologique, ses propos sur la critique des documents et des témoignages, sur la psychologie du témoin, sur l’observation historique, sur la véracité en histoire, sur le problème de la « compréhension » sont autant de réponses à ses vieux maîtres Seignobos et Langlois qu’une contribution aux débats intellectuels avec Wilhelm Dilthey (par livres interposés), Maurice Halbwachs ou François Simiand.

  • 100  M. Bloch, Apologie, op. cit., p. 72.
  • 101  Et d’ajouter avec nostalgie en note de bas de page « hélas, toujours sans succès ! ».

54Ces réflexions méthodologiques auraient pu servir de base à une réflexion sur le recours aux témoignages oraux en histoire contemporaine et même à une esquisse de théorie pour des sources orales « provoquées » ; en effet, de façon totalement prémonitoire, considérant avec envie l’observateur du « proche passé », Marc Bloch évoque dans une intuition anticipatrice la possibilité pour ce dernier de créer ses propres sources : « Lorsque les phénomènes étudiés appartiennent au présent ou au tout proche passé, l’observateur, si incapable soit-il de les forcer à se répéter ou d’en infléchir, à son gré, le déroulement, ne se trouve pas également désarmé vis-à-vis de leurs traces. Il peut, littéralement, appeler certaines d’entre elles à l’existence. Ce sont les rapports des témoins »100. En revanche, l’historien des temps lointains, qui rêve comme Ulysse, « de pouvoir nourrir les ombres de sang pour les interroger »101 n’a pas cette ressource et n’a pour « machine à remonter le temps que celle qui fonctionne dans [le] cerveau [des historiens] avec des matériaux fournis par des générations passées ». En tant que militante de la source orale, nous nous plaisons à imaginer que l’invention du magnétophone, machine à fixer le temps, aurait séduit Marc Bloch et qu’il se serait laissé entraîner à interroger les « ombres » avant qu’elles ne disparaissent et à recueillir les souvenirs-traces laissés dans la mémoire de ses contemporains...

55Mais ces propos novateurs, ces nouveaux axes de réflexion sont-ils seulement entendus et reçus au moment où paraît l’Apologie ? Nous sommes en pleine reconstruction économique, l’ouvrage de Marc Bloch semble en décalage, dépassé, tout se passe comme si les nouveaux mots d’ordre n’étaient plus les mêmes : les préoccupations intellectuelles ont changé, le vent intellectuel a tourné, les intérêts scientifiques se sont déplacés... Une fois de plus, le rendez-vous est raté pour les témoignages oraux ; malgré les avancées de Marc Bloch, le temps a manqué pour développer jusqu’au bout cette question des sources orales et pour définir les méthodes d’une histoire immédiate dont les thèmes et les méthodes semblaient pourtant prêts à sortir de l’ombre.

4. Mémoire et histoire

  • 102  Maurice Halbwachs vient de publier Les Cadres sociaux de la mémoire en 1925. Mais au début des ann (...)
  • 103  Faut-il rappeler que la mémoire est un véritable sujet de société et de littérature, (cf. Proust e (...)
  • 104  M. Halbwachs, Les Cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel, 1994, p. 101-102.
  • 105  M. Halbwachs, « L’histoire est un tableau des changements », ibid., p. 77-78.
  • 106  Cf. sa thèse sur La classe ouvrière et les niveaux de vie, publiée en 1912 (p. XVI). Voir sur ce p (...)
  • 107  M. Halbwachs, « C’est qu’en général l’histoire ne commence qu’au point où finit la tradition, mome (...)
  • 108  M. Halbwachs, La mémoire collective, 1997, p. 113.

56Dernier élément d’un débat interdisciplinaire qui aurait pu également déboucher sur la prise en considération des témoignages et des souvenirs rétrospectifs, c’est la discussion autour de la mémoire et de l’histoire. Ce débat se développe entre Marc Bloch et le sociologue Maurice Halbwachs (1877-1945)102, qui participe au comité de rédaction des Annales, sur les rapports entre histoire et mémoire103, entre histoire et sociologie. Selon Maurice Halbwachs, l’histoire traditionnelle s’intéresse trop exclusivement « à l’ordre de succession chronologique dans le temps »104, c’est-à-dire à ces « faits hétérogènes » qu’elle construit artificiellement en ruptures et en changements105, en causalités et en conséquences ; pour lui, l’histoire est une reconstruction faite par les groupes dirigeants contre les mémoires populaires ou minoritaires qu’elle laisse en dehors et qu’elle méconnaît, notamment la mémoire ouvrière106. C’est donc à la sociologie qu’il revient de combler ces lacunes : d’une part, la sociologie se doit de chercher les continuités, « les permanences », les identités à travers le temps, « les sentiments et les images qui forment la substance de [la] pensée [du groupe] », les intentions qui guident l’action des groupes sociaux, les traditions enfouies dans les consciences et restées vivantes dans la mémoire ; et d’autre part, elle doit s’attacher à exhumer les mémoires minoritaires ou collectives populaires... C’est en définitive à la mémoire collective et à la sociologie que Maurice Halbwachs confie la charge de reconstituer « une histoire vivante », et non à une discipline historique universitaire pétrifiée sur des « archives mortes »107 ; car c’est grâce à la mémoire « qui se perpétue ou se renouvelle à travers le temps », qu’« il est possible de retrouver un grand nombre de ces courants anciens qui n’ont disparu qu’en apparence », les traditions108.

  • 109  M. Bloch, « Mémoire collective, traditions et coutumes », Revue de synthèse historique, déc. 1925, (...)
  • 110  Cette affirmation est autant une réponse à Maurice Halbwachs et à sa théorie de la tradition qu’un (...)
  • 111  Par la sociologie et plus particulièrement par une sociologie de la mémoire, Maurice Halbwachs vou (...)

57À ces prétentions de la sociologie, Marc Bloch se devait de répondre. Il y répond une première fois en 1925 dans un compte rendu des Cadres sociaux109 dans lequel il récuse les raisonnements de la sociologie, marqués selon lui par le « finalisme » et un « anthropomorphisme vague » et défend l’approche historienne : cette dernière se place du côté du réel et des effets observables, elle s’intéresse aux processus ou aux mécanismes concrets de transmission de mémoire collective (les rites religieux, la coutume juridique par exemple) et aux acteurs sociaux qui en sont les supports ou les instruments (les grands-parents par exemple). Il y revient ensuite un peu plus tard dans l’Apologie en réaffirmant que l’historien est le spécialiste des « hommes dans le temps » (p. 53) et le passeur qui « sans cesse a besoin d’unir l’étude des morts à celle des vivants » (p. 65)110 ; en ce sens, l’historien est un homme de mémoire, et par ces activités d’enseignement et de vulgarisation, il est même un producteur, un acteur de mémoire. L’histoire selon Marc Bloch n’est évidemment pas cette succession d’événements extérieurs et hétérogènes que décrit Maurice Halbwachs, caricaturant les plus raides des historiens historisants, mais la science du « continu » et du changement, à la fois science « des grandes ondes de phénomènes apparentés qui traversent de part en part la durée » et connaissance précise du « moment humain où ces courants se resserrent dans le nœud puissant des consciences » (Apologie, p. 135) » ; enfin l’histoire n’a de sens que si elle organise un va-et-vient permanent entre la compréhension du présent par le passé et la compréhension du passé par le présent et c’est pourquoi Marc Bloch donne à l’histoire le devoir impératif d’intégrer l’étude de « l’actuel » et la connaissance du présent (Apologie, p. 65)111.

  • 112  L’ouvrage inachevé de Maurice Halbwachs sur La mémoire collective paraît de façon posthume en 1951 (...)
  • 113  G. Namer, « Mémoire collective, mémoire sociale et itinéraire du message de la mémoire, Bulletin d (...)

58Ce débat autour de l’articulation entre sociologie, mémoire et histoire aurait pu conduire à réfléchir sur le statut des témoins et la validité de leurs souvenirs, sur le travail de la mémoire et ses vecteurs, sur les liens entre mémoire individuelle et mémoire collective, mais la guerre de 1939 et l’Occupation interrompent brutalement la discussion112 ; l’héritage de Maurice Halbwachs reste en grande partie en friches jusqu’à ce qu’il resurgisse chez les historiens et les sociologues à la fin des années soixante-dix et au début des années quatre-vingt, lors des recherches sur la mémoire collective et nationale menées diversement et successivement à l’EHESS (1978-1981) et à l’IHTP (1981-1983), sous l’impulsion croisée de Pierre Nora, Jean-Pierre Rioux et Gérard Namer113. Mais on notera que si l’œuvre philosophique et sociologique de Maurice Halbwachs est redécouverte à cette époque grâce au philosophe-sociologue Gérard Namer, le nom de Marc Bloch, lui, n’est guère cité à cette époque.

59Au cours de cette première décennie des Annales et plus largement dans cet entre-deux-guerres s’est cristallisé un moment exceptionnel d’effervescence intellectuelle qui aurait pu aboutir à la « déghettoïsation » de l’oralité et des témoignages en histoire : nouvelles thématiques de recherche plus propices à l’expression de l’oralité (histoire des mentalités, psychologie individuelle et collective), desserrement de la définition de document et élargissement de la notion de source, tentatives d’intégration de l’histoire locale, naissance des procédés d’enquête et apprentissage de la méthode du questionnaire, premiers balbutiements dans le recours à l’entretien, dialogue interdisciplinaire, émergence forte de l’histoire immédiate, premières prises en compte du vécu, amorce d’une discussion sur la mémoire, rénovation de la critique des témoignages, revisitation de la notion de causalité et de véracité en histoire... Mais les raidissements provoqués par l’élévation des barrières entre disciplines universitaires et surtout le manque de temps dû à la guerre ont empêché qu’aux annonces philosophiques et programmatiques succèdent de véritables discussions sur les sources et les méthodes et que soient tirées les conséquences historiographiques de tels renouvellements. A l’issue de la guerre, le contexte intellectuel a changé, les mêmes conditions ne sont plus réunies ; la source orale se replie dans l’ombre.

IV. Une marginalisation et une dévalorisation de la source orale qui perdurent dans l’après-guerre

1. Les méthodes quantitatives ou les succès d’un nouveau scientisme

60Dans l’immédiate après-guerre, les sciences sociales un temps rapprochées reprennent des chemins autonomes et travaillent chacune sur « leur terrain ». Dans l’ensemble, la question du témoignage, la technique de l’entretien, le statut de l’informateur ne sont pas véritablement mis en question ni discutés.

  • 114  B. Malinowski, Les Argonautes du Pacifique occidental, 1922, réédité par Gallimard en 1963. George (...)
  • 115  C. Lévi-Strauss, Anthropologie structurale, Paris, Plon, 1958.
  • 116  C. Lévi-Strauss, Tristes tropiques, Paris, Plon, 1955 et les Mythologiques, Plon, 4 vol. , 1964-19 (...)
  • 117  J. Copans, Introduction à l’anthropologie et à l’ethnologie, Paris, Nathan, 1996, p. 22-23.
  • 118  M. Leiris, Cinq études d’ethnologie, Paris, Denoël, 1969 ; Miroir de l’Afrique, Paris, Gallimard 1 (...)

61Seule l’ethnologie, qui se tourne progressivement vers la méthode de l’observation participante dans le sillage de Bronislaw Malinowski et de Marcel Griaule, s’en préoccupe, mais la discipline se détourne de la société française contemporaine pour se concentrer sur les rivages lointains et exotiques de l’outre-mer en voie de décolonisation et pour chercher l’altérité et la différence sous leurs formes les plus distanciées114. Dominée ensuite pour quelques décennies par le structuralisme lévi-straussien115, tentée par la littérature116, délaissant la critique des sources et des conditions de production des informations, elle met davantage au centre de sa réflexion la question de l’auteur et celle de l’écriture117 que celle de l’informateur. L’anthropologie s’éloigne également de la sociologie et de l’ethnologie, elle se rapproche à son tour de la philosophie ou de la littérature en s’attachant d’abord aux conditions de production de textes et à l’enquête intertextuelle (Michel Leiris118, Roland Barthes, Jean-François Lyotard).

  • 119  Nous avons pu pour notre part entendre quelques extraits de ces enregistrements de l’enquête sur l (...)

62Le folklore quant à lui travaille de son côté grâce au réseau des Arts et des Traditions populaires et produit surtout des monographies individuelles et locales, souvent en lien avec les géographes ; grâce à la création de la Délégation générale à la Recherche scientifique et technique (DGRST) qui vient soutenir la recherche en sciences sociales, les années soixante voient resurgir les projets interdisciplinaires et deux grandes enquêtes collectives sont successivement lancées, la première en Bretagne et la seconde en Aubrac. En dépit de la présence de Georges-Henri Rivière dans le comité de pilotage scientifique, l’enquête de Plozévet au tout début des années soixante ne remplit pas tous les espoirs mis en elle par les folkloristes : plus que les traditions, les permanences ou les survivances de la civilisation rurale traditionnelle, c’est surtout le changement au sens de modernisation qui intéresse les chercheurs présents sur le terrain ainsi que les coordinateurs parisiens, notamment les sociologues et les économistes. En outre, ce sont les méthodes quantitatives et sérielles qui tiennent le devant de la scène, reléguant au second plan la méthode ethnographique traditionnelle. De ce point de vue, l’enquête interdisciplinaire sur l’Aubrac (1963-1966) répond plus directement aux attentes des folkloristes et à cette occasion de nombreux enregistrements sont réalisés (généalogies familiales, récits familiaux, chansons et contes, techniques et métiers, communautés villageoises, traditions religieuses, etc.)119.

63Quant à la sociologie, elle se détourne dans l’immédiate après-guerre des méthodes ethnologiques et ethnographiques compréhensives, de l’enquête de terrain et de l’observation participante pour adopter les méthodes sociologiques quantitatives venues d’outre-Atlantique, fondées sur le questionnaire écrit, systématique et directif et sur l’échantillon représentatif (voir infra pp. 97-99).

64En fait, de façon générale, un modèle structuraliste ou marxiste domine : les individus sont des agents sociaux inconscients des forces sociales qui s’exercent sur eux, ils n’ont ni le statut d’acteur ni celui de sujet, leurs paroles n’ont pas d’intérêt en elles-mêmes, mais pour ce qu’elles dévoilent de « l’idéologie dominante » qui sévit dans la société.

65Dans un tel cadre, l’instrument statistique est présenté comme l’instrument privilégié de la rupture avec les représentations du sens commun, comme le moyen le plus efficace de démystifier les discours et de révéler les réalités cachées sous les représentations.

2. Les séductions de l’histoire quantitative

  • 120  F. Simiand, « Méthode historique et science sociale. Étude critique d’après les ouvrages récents d (...)
  • 121  Sur les ambitions d’une histoire sérielle et quantitative, voir le colloque tenu à l’ENS de Saint- (...)
  • 122  F. Furet, « De l’histoire-récit à l’histoire-problème », Diogène n° 89, repris dans L’atelier de l (...)
  • 123  A. Daumard et F. Furet, « Méthodes d’histoire sociale. Les archives notariées et la mécanographie  (...)
  • 124  E. Leroy-Ladurie, Le territoire de l’historien, Paris, Gallimard 1973, p. 20.
  • 125  E. Leroy-Ladurie, Le territoire de l’historien, Paris, Gallimard 1973, p. 13-14.
  • 126  P. Chaunu, Faire de l’histoire, Paris, Gallimard 1974, vol. II, p. 67.

66Au sein du Mouvement des Annales, l’histoire des mentalités appelée de leurs vœux par Marc Bloch et Lucien Febvre, se voit bousculée par l’histoire économique et sociale : déjà dominante entre les deux guerres, mais dopée par les ferveurs de la reconstruction puis de la croissance, elle s’établit en reine à la VIe Section de l’EPHE, recueillant un autre héritage durkheimien, celui de François Simiand, sociologue, économiste et statisticien, qui a légué à cette histoire économique et sociale la nécessité de lutter contre les trois « idoles » de l’histoire traditionnelle : l’idole politique, l’idole individuelle et l’idole chronologique120 ; elle s’épanouit sous le magistère d’Ernest Labrousse d’un côté et de Fernand Braudel de l’autre. Influencée par le marxisme, le durkheimisme ou le structuralisme, l’historiographie désormais dominante, au primat du document d’archives et de l’événement politique, militaire ou diplomatique, en substituent trois autres, celui du chiffre, de la structure et de la longue durée121. Son « régime de scientificité » n’est plus fondé comme dans l’historiographie « méthodique » sur le fait et la preuve documentaire, mais sur la preuve statistique, qui permet de dégager des relations universelles et des modèles : « L’analyse quantitative et les procédures statistiques, à condition d’être adaptées au problème et judicieusement conduites, sont parmi les méthodes les plus rigoureuses de “testage” des données »122. Aux slogans de l’histoire méthodique si souvent raillés par ses adversaires répondent désormais une autre série de slogans chez les historiens épris d’analyses quantitatives et sérielles : « Scientifiquement parlant, il n’est d’histoire sociale que quantitative. Sur ce point, l’accord est quasi unanime »123 ou bien « Il n’est d’histoire scientifique que quantifiable »124, « L’historien de demain sera programmeur ou il ne sera plus »125, ou encore « Le quantitatif maîtrisé, grâce à l’économique, hier, et l’informatique demain, peut atteindre un pan capital d’une histoire de l’essentiel »126.

67Les thèmes favoris de cette histoire économique et sociale, tels que la conjoncture et les fluctuations de l’économie, les prix et les salaires, les crises économiques et les cycles, la monnaie, les structures économiques, les classes sociales, l’impérialisme économique, « le retard industriel » de la France et la croissance, sont aux antipodes de la source orale et de ses éventuels apports ; le faible lien qui pouvait exister entre histoire politique traditionnelle (les grands hommes) et témoignages des acteurs est, dans le cas de l’histoire économique, totalement inexistant. Les concepts, le système épis-témologique sous-tendant l’histoire quantitative, la définition des sources et le choix des méthodes d’analyse, les thèmes d’étude qui ont présidé à la constitution d’une histoire économique en France sous l’influence d’un François Simiand ou d’un François Perroux, expliquent que les représentants de l’histoire économique aient été probablement parmi les derniers à se rallier aux témoignages oraux et qu’ils n’aient pu le faire qu’à partir du moment où ils ont accepté de reconsidérer le rôle des individus et des institutions et de s’intéresser aux entreprises. Il faut attendre pour cela la fin des années soixante-dix et le début des années quatre-vingt, les déceptions ou les dessèchements de l’histoire quantitative macro-économique et l’arrivée à maturité de la seconde, voire de la troisième génération d’historiens économiques.

3. Des frémissements du côté du politique

  • 127  Cité in G. Noiriel, Qu’est ce que l’histoire contemporaine ?, op. cit., p. 77.

68Ainsi donc tant du point de vue des thématiques, des méthodes que des périodes de prédilection (l’histoire contemporaine se voit désertée au profit de l’Ancien Régime et du xixe siècle qui connaissent une période de gloire), le contexte n’a jamais été aussi défavorable à la source orale. Cette dernière continue de faire les frais de la prétention à une histoire-science objective, cette fois-ci chiffrée, sérielle et quantitative, et subit dès lors un double ostracisme ; en effet, celui des Annales, version Braudel et Labrousse, n’a pas fait disparaître l’ancien, ce dernier continuant de sévir chez les tenants de l’approche historique et politique traditionnelle : « La base nécessaire et profonde est l’érudition, [...] la démarche primordiale de l’histoire est l’établissement du fait et de la chronologie par la critique la plus exigeante » écrit Charles Pouthas dans son éditorial lors du lancement de la RHMC en 1954127. Dans un tel cadre méthodologique, les témoignages oraux ont bien du mal à se glisser.

  • 128  La clef de cette apparente contradiction est probablement à rechercher dans la conjugaison de troi (...)
  • 129  R. Rémond « Plaidoyer pour une histoire délaissée. La fin de la Troisième République », Revue fran (...)

69Néanmoins, chez les historiens politiques, l’attachement aux « forces de l’esprit », au primat du politique et au rôle des individus prépare un futur terrain d’acclimatation aux archives orales. C’est notamment le cas chez un historien comme Guy Thuillier, chez qui se combinent paradoxalement l’attachement le plus fidèle aux méthodes d’érudition et la plus ardente promotion des sources orales128. Mais c’est aussi le cas chez les historiens proches des sciences politiques (IEP, FNSP) à qui l’histoire universitaire, forte de son attachement au maintien d’une distance temporelle avec son sujet, laisse le champ libre pour tout ce qui touche à l’histoire politique contemporaine ou à l’histoire immédiate des trente dernières années129.

  • 130  F. Bloch-Laîné en est la figure la plus achevée.

70Dans l’après-guerre, à l’Institut des études politiques, conformément au projet des fondateurs de l’École libre des sciences politiques, ce sont d’ailleurs les acteurs-témoins de la vie administrative, économique et politique du pays eux-mêmes qui enseignent l’économie politique, l’économie financière et monétaire, l’économie sociale et l’histoire immédiate : François Bloch-Laîné, Paul Delouvrier, Pierre Mendès-France, Pierre Besse, André de Lattre, Bernard Chenot, Pierre Laroque, Roger Grégoire et bien d’autres ont tous enseigné à Sciences Po, inculquant à leurs élèves l’intérêt pour l’histoire contemporaine et inaugurant un modèle spécifique de l’acteur-chroniqueur-historien130. Au croisement de cette présence active des acteurs dans le champ de l’histoire, des sciences politiques qui se structurent en pôle scientifique séparé de la sociologie et de l’histoire politique traditionnelle, va surgir progressivement la figure du témoin.

  • 131  Voir supra la tolérance que nous prêtons à Pierre Renouvin concernant les témoignages oraux des co (...)
  • 132  D’ailleurs, le colloque se fait sous la houlette de la FNSP et non pas celle de la Sorbonne, de mê (...)

71En 1965, organisé par la FNSP, se tient un grand colloque sous la présidence de Pierre Renouvin131, consacré à Léon Blum, président du Conseil. Des témoins, des anciens acteurs ont été associés à la préparation du colloque et aux séances de travail. C’est une grande première et ce colloque est le premier d’une longue série de colloques du même genre organisés par la FNSP (Daladier, Vichy, la Reconstruction, etc.). Néanmoins, quand on relit l’introduction et la postface des Actes du colloque, entre les lignes percent les réticences qu’il a fallu surmonter au sein des milieux historiens pour faire accepter ce recours aux témoignages des contemporains132 : la participation des témoins et des acteurs à ce colloque, trente ans « seulement » après les faits étudiés, reste hétérodoxe. De fait, les organisateurs éprouvent le besoin de justifier longuement et au moyen de circonlocutions apaisantes leur démarche : rappel du « scrupule des historiens de ne pas devancer l’échéance qui marque l’entrée du passé dans le silence et la paix, garanties d’objectivité historique », évaluation du bien-fondé du délai trentenaire et de l’« apaisement des passions », recherche d’une démarche garantissant la possibilité d’une « étude critique à froid », affirmation du caractère provisoire des résultats d’un tel colloque, rappel de la nécessité de travailler à partir de « données objectives établies » grâce à la publication de plusieurs ouvrages sur la période, etc. Les efforts de justification des organisateurs sont à la mesure des contestations dont les témoignages des acteurs contemporains font encore l’objet à l’époque.

72Quoi qu’il en soit, face à l’impérialisme néoscientiste et quantitativiste, les germes de la contestation ne tardent pas à se faire jour et, au tournant des années soixante et soixante-dix se met en place un nouveau contexte intellectuel, qui prépare en profondeur la sortie de purgatoire de la source orale.

Notes

4  Malgré l’article XXXVII de la loi de messidor an II qui a organisé la communication libre des documents publics, les règlements administratifs ont toujours été plus restrictifs : suite au décret du 14 mai 1887, il est accordé le droit d’obtenir communication de documents conservés aux archives, à condition qu’ils aient 50 ans d’âge et qu’ils ne soient pas « réservés » par l’administration versante. Mais les archives des Affaires étrangères, de la Guerre ou de la Marine se montrent parfois moins libérales, et n’ouvrent leurs fonds que pour les périodes les plus anciennes (ante 1814). Cela dit, la règle des 50 ans se diffuse progressivement à partir de la fin du xixe siècle et tend à devenir générale. Cf. K. Pomian, « Les archives, du trésor des chartes au Caran », in P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, Gallimard Paris, 1997, t. 3, p. 3 999-4 067.

5  L’étude du Moyen Âge apparaît comme la marque distinctive de la possession de savoirs et de compétences spécifiques, qui permettent à l’historien professionnel de se différencier de l’historien-amateur. En 1900, plus de la moitié des historiens français sont des médiévistes et à l’EPHE, sur une cinquantaine de séminaires, deux seulement sont consacrés à l’histoire post-1500. Dans la période de 1886 à 1918, aucun article d’histoire contemporaine post-1852 n’est publié dans aucune revue scientifique (d’après G. Noiriel, Qu’est-ce que l’histoire contemporaine ?, Hachette, 1998). Ce phénomène est une conséquence directe de la non-accessibilité par les historiens aux archives « contemporaines » du fait de la prescription cinquantenaire. Mais il s’explique également par l’effort considérable réalisé par l’État pour rendre accessibles les sources anciennes : publication de l’Annuaire des bibliothèques et des archives (1886), du Catalogue des Archives de France (sous la direction de Ch.-V Langlois en 1891), des Sources de l’Histoire de France (sous la direction d’Auguste Molinier en 1901), etc. Les instruments de travail suscitent les chercheurs et développent la recherche dans le secteur qu’ils couvrent.

6  « Nous prétendons rester indépendants de toute opinion politique ou religieuse », proclame Gabriel Monod dans son manifeste introductif de La Revue historique en 1876.

7  Nombre des jeunes historiens qui y écrivent sont des chartistes, souvent d’origine nobiliaire. L’École des chartes passe alors pour un conservatoire du sentiment monarchiste.

8  Cf. G. Thuillier, Les écoles historiques, PUF, 1990, 1993, p. 26 ; G. Noiriel, La « crise » de l’histoire, Belin, 1996, p. 215 et Ch.-O. Carbonell, Histoire et historiens, une mutation idéologique des historiens français, 1865-1885, Toulouse, Privat, 1976.

9  G. Thuillier, Les écoles historiques, op. cit., p. 34-35.

10  H. Taine, Les origines de la France contemporaine, 1875-1893, Laffont, 1986 ; A. Sorel, Essais d’histoire et de critique, Paris, Plon, 1883 et Histoire diplomatique de la guerre franco-allemande, Paris, Plon, 1875.

11  J. Bainville, Histoire de la Troisième République, 1935.

12  M. Bloch, Apologie pour l’histoire ou le métier d’historien, Paris, A. Colin, 1993, p. 57-66.

13  Il faudra « l’invention » de l’histoire du temps présent dans les années quatre-vingt pour assister en histoire contemporaine à une réhabilitation officielle de l’usage des témoignages oculaires. Bien plus encore, avec l’institutionnalisation de cette « nouvelle » période historique, la question du témoignage des acteurs et de la validité de cette prise de parole devient centrale et renoue avec les problématiques des historiens de l’Antiquité concernant « le témoin digne de foi ».

14  P. Favre, Naissance de la science politique en France 1870-1914, Fayard 1989.

15  Par exemple, comte de Quatrebarbes, Une paroisse vendéenne sous la Terreur, 1833. Sur la mémoire vendéenne, J.-C. Martin, « La Vendée, région-mémoire », in P. Nora (dir), Les Lieux de mémoire, rééd. 1997, t. 1, p. 519-534 et La Vendée de la mémoire, 1800-1980, Paris, éd. du Seuil, 1989.

16  P. Joutard, La légende des camisards. Une sensibilité au passé, Paris, Gallimard, 1977, Hachette, 1983, et « Le musée du Désert », in P. Nora (dir.) Les Lieux de mémoire, Gallimard 1997, t. 2, p. 2 653- 2 677.

17  Les termes « folklore », « folkloriste » et « folklorisme » apparaissent en 1846, importés d’Angleterre, et se substituent au tournant du siècle aux termes « tradition » et « traditionniste » jusque-là usités en France (cf. Paul Sébillot, Folklore de France, 1904-1907) ; l’expression « tradition » retrouvera une nouvelle jeunesse avec « les arts et traditions populaires », notamment dans l’après-guerre, suite à la disgrâce du terme « folklore » entaché par l’idéologie vichyste. Le folklore se définit comme l’étude des « cultures populaires », mais Marcel Mauss le définit aussi par l’étude de « tout ce qui n’est pas officiel ». L’attrait pour les cultures populaires n’est pas une exclusivité française et se développe de façon comparable en Angleterre, en Irlande, en Écosse (Walter Scott), en Allemagne (Grimm). Les premiers musées ethnographiques ouvrent au milieu du xixe siècle : celui de Quimper en 1846 et celui de Nancy en 1848 ; à la veille de la seconde guerre mondiale, il y a plus d’une vingtaine de musées folkloristes en France.

18  C’est aussi la mode de la publication des récits et des carnets de voyage (cf. Charles Nodier et ses Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France en 1820 où il cherche, « avide de souvenirs », « une histoire sensible et vivante »), suivie par celle du roman rustique entre 1860 et 1925 (478 titres parus).

19  Sur le rôle de George Sand et le recueil des mœurs et coutumes du Berry dans le cadre de son activité littéraire et sur sa conception de la tradition orale comme source d’une « autre histoire », on peut lire P. Joutard Ces voix qui nous viennent du passé, op. cit., p. 52-54. Dans l’introduction à ses Légendes rustiques (1858), G. Sand écrit : « Honneur et profit intellectuel à qui se consacrerait à la recherche de ces traditions merveilleuses de chaque hameau qui rassemblées ou groupées, comparées entre elles et minutieusement disséquées, jetteraient peut-être de grandes lueurs sur la nuit profonde des âges primitifs ».

20  Barbey d’Aurevilly est le chantre de la chouannerie normande, cf. son roman, L’ensorcelée dont le héros est le chevalier des Touches, agent des Princes et enlevé par les Républicains. Selon P. Joutard, Barbey serait le premier auteur à avoir employé l’expression « histoire orale » ; parlant des témoignages qu’il a recueillis sur la chouannerie, l’auteur de l’Ensorcelée souligne : « Je les avais recueillis là où pour moi gît la véritable histoire, non celle des cartons et des chancelleries, mais l’histoire orale, le discours, la tradition vivante qui est entrée par les yeux et les oreilles d’une génération et qu’elle a laissée, chaude du sein qui la porta et des lèvres qui la racontèrent, dans le cœur et la mémoire de la génération qui l’a suivie », cité par P. Joutard op. cit., p. 57.

21  Cf. Les Chouans (1834) ou Les Paysans (1844).

22  P. Martel, « Le Félibrige », in P. Nora (dir.) Les Lieux de mémoire, t. 3, p. 3 515-3 555 et T. Gasnier, « Le local », in P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, Gallimard 1997, t. 3, p. 3 423-3 476. Frédéric Mistral ne se préoccupe pas seulement du maintien vivant des langues occitanes grâce à l’écriture d’œuvres littéraires, mais aussi de la conservation et de la revitalisation des traditions et de la sociabilité locales (costumes, fêtes, mobilier, danses folkloriques). Il est à l’origine de la création du musée ethnographique d’Arles, le Museon Arleton, en 1896.

23  Sur l’extension et les activités des sociétés savantes, archéologiques, historiques, linguistique et folkloriques au xixe siècle, on peut lire T. Gasnier, « Le local » », in P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, Gallimard 1997, t. 3, p. 3 423 -3 476 et F. Bercé, « Arcisse de Caumont et les sociétés savantes », ibid, Paris, Gallimard t. 1, 1 545-1 573 ; J.-P. Chaline, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France, xixe-xxe siècle, Paris, CTHS, 1995. En 1862, le Comité des travaux historiques dénombre 204 sociétés savantes et 915 en 1903...

24  Cf. M. Ozouf, « L’invention de l’ethnographie française : le questionnaire de l’Académie celtique », Annales, ESC, mars-avril, 1981 et P. Joutard op. cit., p. 47.

25  J.-Y. Guiomar, « Le Barsaz-Breiz de Théodore Hersart de la Villemarqué », Les Lieux de mémoire, Gallimard 1997, p. 3 479-3 514. Voir aussi P. Joutard Ces voix qui nous viennent du passé, op. cit., p. 49-51.

26  F. Wey, La Haute-Savoie, récits d’histoire et de voyage. L’intérêt de cet exemple est que l’auteur est un chartiste et inspecteur général des archives départementales, et qu’il ne dédaigne pas d’avoir recours à l’enquête orale. Cité par P. Joutard op. cit, p. 59-60.

27 Pour en savoir plus, J. Thévenot, « Les machines parlantes », in Ch. Samaran (dir.), L’histoire et ses méthodes, Encyclopédie de La Pléiade, t. XI, p. 802-819 et « Discothèques, phonothèque et tenidiothèques », op. cit, p. 1 184-1 204 ; voir aussi M.-F. Calas, « Les débuts des archives sonores et visuelles », Ethnologie française, oct.-déc. 1978, p. 331-336.

28  Sur Ferdinand Brunot, lire J.-C. Chevallier, « L’Histoire de la langue française de Ferdinand Brunot », in P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, Gallimard 1997, t. 3, p. 3 385-3 419 et P. Joutard op. cit., p. 67.

29  Le plus ancien enregistrement d’un homme public français est celui du prince Jérôme Napoléon, datant de 1890. On possède ainsi les voix de Renan, de Kossuth, de Méliès, d’Eiffel, du pape Léon XIII, de Georges Clemenceau, de Raymond Poincaré, de Sarah Bernardt, de Dreyfus, de Guillaume Apollinaire, de Verhaeren, etc. Ces voix de l’Histoire peuvent être entendues au département audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France (ancienne Phonothèque nationale), ou à l’Institut des archives sonores, association possédant des « collections de voix », IAS, 109, bd Haussmann, 75008 Paris, responsables : D. Vallon et F. Picard.

30  Cf. P. Lejeune, Je est un autre, Éd. du Seuil, 1980, p. 104-110.

31  Cité par J. Thévenot, op. cit., p. 1 189.

32  « L’ensemble de nos disques n’est d’ailleurs pas exclusivement un recueil de mots ou de formes dialectales ; ils constituent comme une synthèse de la vie ardennaise avec ses travaux, ses usages, ses coutumes, ses chants et son langage particulier », Charles Bruneau, Revue historique ardennaise, cité par M.-F. Calas, « Les débuts des archives sonores et visuelles », Ethnologie française, oct.-déc. 1978, p. 331-336.

33  R. Devigne, Le musée de la Parole et du Geste, Paris, 1935 et La Phonothèque nationale, Paris, 1949.

34  Anthologie des poètes dits par eux-mêmes (Verhaeren, Anna de Noailles, Apollinaire, Valéry, Aragon, etc.), Anthologie sonore de l’éloquence judiciaire (réquisitoire du procureur général Mornet contre le Maréchal Pétain).

35  J. Thévenot, « Les machines parlantes », op. cit., p. 1 191.

36  Les folkloristes, on l’a vu, définissent leur discipline comme l’étude des « cultures populaires », mais ils n’ont pas toujours des visées uniquement et purement académiques ; leurs objectifs ressortent parfois de visées « appliquées » : soit dénoncer des « pratiques superstitieuses et obscurantistes », et c’est plutôt le discours de l’état laïc, éducateur et progressiste ; soit éradiquer les pratiques païennes qui subsistent sous le vernis de rites à peine christianisés, et ce serait davantage l’objectif de l’Église ; soit célébrer les racines raciales et culturelles des peuples de France et d’Europe, et c’est le fait des États autoritaires et nationalistes de l’entre-deux-guerres.

37 Le folkloriste Van Gennep souligne que les femmes sont également de bons relais, elles sont selon lui de meilleures observatrices et de meilleures conservatrices de traditions que les hommes.

38  Th. Barthélémy, F. Weber (dir.), Les campagnes à livre ouvert. Regards sur la France rurale des années trente, Paris, Presses de l’ENS et EHESS, 1989.

39  En infléchissant son intérêt vers les discours et vers l’interaction née de la situation d’entretien, la démarche ethnographique contemporaine s’éloigne des rivages « positivistes » et donc de la démarche historique, sauf à ce que celle-ci intègre à son tour les mêmes préoccupations, ce qu’elle peut faire jusqu’à un certain point, mais jamais totalement, car elle risque d’y perdre son objet : la connaissance du passé en tant que tel.

40  Les grèves de 1936 par exemple font l’objet d’une étude ethnographique.

41  D. Fabre, « Le "Manuel de folklore français" d’Arnold Van Gennep », in P. Nora (dir.) Les Lieux de mémoire, rééd. 1997, t. 3, p. 3 592.

42  Sur l’ethnologie et ses différentes orientations en Europe, on peut lire I. Chiva, U. Jeggle (dir.), Ethnologies en miroir. La France et les pays de langue allemande, Paris, MSH, 1987.

43  Sur Arnold Van Gennep, lire D. Fabre, « Le "Manuel de folklore français" d’Arnold Van Gennep », in P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, rééd. 1997, t. 3, p. 3 583-3 614.

44  Intervention de F. Gétreau, conservateur du Patrimoine, responsable du département Musicologie et Paroles au musée des ATP de Paris, aux journées de l’École nationale du Patrimoine, 23-24 septembre 1999, à La Rochelle.

45  Cf. M. Mauss, Manuel d’ethnographie, Payot, 1947 (recueil posthume de ses instructions rassemblées et publiées par une de ses élèves). Rappelons que Marcel Mauss n’a jamais fait lui-même d’enquête de terrain. Il est un « ethnologue de cabinet », selon Jean Copans, L’enquête ethnologique de terrain, Paris, Nathan, 1998, p. 27.

46  Lors de sa leçon inaugurale à l’École pratique des hautes études en 1902, Marcel Mauss insiste sur l’évaluation des témoignages et sur la nécessité d’appliquer la méthode de la critique des textes et de la philologie. En effet, le savant est dépendant de la qualité des informations qu’on lui « remonte » et de la qualité de ses relais locaux : il lui faut des observateurs-enquêteurs « dignes de foi ». En outre, dans un système de division du travail où l’interprétation revient au savant (cf. le modèle naturaliste), il est logique que les ethnologues demandent à leurs correspondants locaux de relever les faits et rien que les faits, de ne faire qu’observer, et de ne surtout pas tenter d’interpréter ; le système d’organisation de la recherche retentit sur les méthodes de travail : l’enquêteur doit intervenir le moins possible dans l’analyse et se contenter de la collecte « pure ».

47  Intervention de B. de L’Estoile, au colloque Histoire de la recherche collective en sciences sociales au xxe siècle, du 4-6 novembre 1999, sur l’ethnologie française dans les années trente, à paraître.

48  B. Malinowski, Les Argonautes du Pacifique occidental, 1922, Paris, Gallimard 1963. Il enquête dans les îles Totbriand dans les années 1915-1918. La méthode de B. Malinowski recouvre toute une série d’activités menées simultanément : immersion dans la vie locale, observation des rituels, descriptions des pratiques quotidiennes et culturelles, recueil de cas concrets, écoute des points de vue des informateurs, fixation par écrit des traditions orales, apprentissage des parlers locaux, prise de notes quotidiennes, va-et-vient réflexif entre notes et « terrain », activités d’écriture, etc.

49  Cf. M. Griaule, « L’enquête orale en ethnologie », Revue philosophique, 10-12 oct.-déc. 1952, p. 537-553 et Méthode de l’ethnographie, Paris, 1957.

50  Louis-René Villermé, Tableau physique et moral des ouvriers dans les fabriques de coton, de laine et de soie, 1840.

51  F. Le Play, Les ouvriers européens en 1855 et La réforme sociale en France en 1864. On peut se reporter à l’introduction d’Antoine Savoye à Frédéric Le Play, La méthode sociale, Analyse institutionnelle, Méridien Klincksieck, 1989. Un peu plus tard dans le siècle, en Angleterre, Charles Booth dirige entre 1889 et 1891 une vaste enquête sur les pauvres de Londres, qui aboutit à une publication en 1902, Life and Labour of the People of London, 17 vol. , Londres, Macmillan. Dans la même inspiration, le sociologue Du Bois réalise, en 1899, la première étude systématique de communauté urbaine, publiée sous le titre de The Philadelphia Negro, a Social Study, 1899, mère de toutes les enquêtes de sociologie urbaine, telles que celles que pratiquera l’école de Chicago vingt ans plus tard. Cité par A. Blanchet et A. Gotman, L’enquête et ses méthodes, Nathan, 1992, p. 14.

52  Cité in A. Blanchet et A. Gotman, L’enquête et ses méthodes : l’entretien, Nathan, 1992, p. 13.

53  Les responsabilités occupées par Frédéric Le Play sous le second Empire ont peut-être contribué à discréditer ses travaux aux yeux des historiens républicains.

54  M. Bloch lui-même souligne l’indifférence de Durkheim et de ses disciples à ces « réalités très humaines [...] qui leur paraissaient désespérément rebelles à un savoir rationnel », leur dédain pour l’événement et pour « la vie la plus intimement individuelle », qu’ils désignent sous le terme de « résidu », M. Bloch, Apologie pour l’histoire, op. cit., p. 44. Avec Marcel Mauss, propre neveu de Durkheim, les choses s’infléchissent et l’anthropologie s’attache à redécouvrir « le fait social total » dans toute sa complexité événementielle et contextuelle : « Ce sont des “tout”, des systèmes sociaux entiers dont nous avons essayé de décrire le fonctionnement [...]. Il y a dans cette observation concrète de la vie sociale le moyen de trouver des faits nouveaux [...]. Dans les sociétés, on saisit plus que des idées ou des règles, on saisit des hommes, des groupes et leurs comportements » (M. Mauss, Sociologie et Anthropologie, 1950, p. 275), cité in S. Beaud et F. Weber, Guide de l’enquête sur le terrain, 1997, p. 309.

55  F. Simiand « Méthode historique et science sociale », Revue de synthèse historique, 1903, repris dans Méthode historique et sciences sociales, présentation de Marina Cedronio, Paris, Éd. archives contemporaines, 1987.

56  Vidal de La Blache, le Tableau de la géographie de la France est le premier volume de l’Histoire de France de Lavisse chez Hachette, il paraît en 1903. Cf. « Le tableau de la géographie de la France de Vidal de La Blache », in P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, Paris, Gallimard 1997, t. 1, p. 1 073-1 098.

57  J. Piaget, La représentation du monde chez l’enfant, 1926, rééd., Paris, PUF, 1976.

58  Sigmund Freud, Études sur l’hystérie, 1885, trad., Paris, PUF, 1956.

59  Carl Rogers, « The Non Directive Method as a Technic for Social Research », American Journal of Sociology, 1945, n° 50-4, p. 279-284 et La relation d’aide et la psychothérapie, 1942, trad. fr., Paris, ESF, 1977. D. Schnapper, responsable des Archives orales de la Sécurité sociale cite également ses travaux (Le développement de la personne, Paris, Dunod 1967) et préfère à la méthode directive l’entretien semi-directif, voire non directif, cf. son Rapport sur la constitution d’archives orales à la Sécurité sociale, 1980, p. 48.

60  Et encore, cette méthode n’est toujours pas admise en histoire où l’entretien non directif est souvent assimilé à du bavardage ; le témoin doit être « cadré », sinon « ça part dans tous les sens », « ça risque de déborder ! » entend-on souvent de la part d’historiens contemporanéistes chevronnés.

61  H. Berr, voir sa thèse en 1898, L’avenir de la philosophie, esquisse d’une synthèse des connaissances fondées sur l’histoire, cité par R. Leroux, Histoire et sociologie en France, de l’histoire-science à la sociologie durkheimienne, Paris, PUF, 1998, p. 103-149 et aussi H. Berr, La synthèse en histoire, son rapport avec la synthèse générale, 1911, Paris, Albin Michel, 1953.

62  H. Berr, « Sur notre programme », Revue de synthèse historique, 1900, t. 1. On croirait entendre les objectifs d’un programme d’archives orales en 2000 : psychologie sociale, connaissance intime des institutions, appréhension du changement, psychologie des acteurs et des dirigeants, histoire intellectuelle et histoire des idées...

63  « Les études historiques et la guerre », Revue de synthèse historique, 1919, n° 29, p. 27.

64  Dans un de ses derniers livres, Histoire sincère de la nation française, Paris, PUF, 1969, Charles Seignobos déclare : « On pourrait juger que j’ai fait la part trop large à la politique ; c’est que je suis convaincu que l’autorité politique et les accidents politiques, invasions, guerres, révolution, changement de souverain, ont de tout temps exercé une action décisive sur l’évolution du peuple français », p. 9-15, cité in R. Leroux, Histoire et sociologie en France, de l’histoire-science à la sociologie durkheimienne, Paris, PUF, 1998, p. 79.

65  Dans leur préambule à la première livraison des Annales, Lucien Febvre et Marc Bloch expriment leur désir d’en finir avec les barrières qui séparent les historiens qui étudient « les documents du passé » et ceux qui « de plus en plus nombreux consacrent [...] leur activité à l’étude des sociétés et des économies contemporaines », Annales, I, 1929, p. 1-2. Cette attention aux problèmes contemporains peut également être lue comme une des conséquences de la participation des fondateurs de la Revue à la guerre de 1914-1918 : l’historien ne peut plus se contenter de rester dans sa tour d’ivoire de savant, il doit orienter sa réflexion vers la compréhension du présent, voire vers l’action. D’après K. Pomian, « L’heure des Annales », in P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, Gallimard rééd., 1997, t. 1, p. 908, près de la moitié des articles parus dans les Annales entre 1929 et 1941 sont consacrés à l’histoire contemporaine récente (mais pas française), à l’économie, à la sociologie ou à l’actualité internationale, couvrant des thèmes aussi variés que la crise économique, la taylorisation du travail, la SDN, le socialisme et les syndicats, le New Deal, le nazisme et la Russie stalinienne, etc. : « Pendant les dix premières années de leur existence, les Annales ont été pour une large part une revue du temps présent, portée par l’ambition d’atteindre à la juste intelligence des faits qui demain seront l’histoire ». Sur Marc Bloch et son intérêt pour le temps présent, on peut lire P. Deyon, J.-C. Richez et L. Strauss, Marc Bloch, l’historien et la Cité, PUS, 1997 et O. Dumoulin, Marc Bloch, Presses de la FNSP, Paris, 2000.

66   L. Mucchielli, « Aux origines de la nouvelle histoire : l’évolution intellectuelle et la formation du champ des sciences sociales (1880-1930), Revue de synthèse, 1995, n° 1, p. 55-99.

67  Mais des rapprochements se font aussi entre sociologues et folkloristes. Ainsi Robert Hertz s’intéresse dans son ouvrage Sociologie religieuse et folklore (PUF, 1928) au culte des saints et aux croyances populaires.

68  C’est Albert Demangeon qui représente les géographes au comité de rédaction.

69  Maurice Halbwachs participe au comité de rédaction des Annales.

70  André Siegfried siège au comité de rédaction des Annales. Dans son Tableau politique de la France de l’Ouest, qui fait écho au Tableau géographique de la France de Vidal de La Blache, il tente de conjuguer géographie, histoire rurale et paysanne, démographie historique et comportements politiques contemporains.

71  Charles Rist, professeur d’économie politique à la faculté de Droit de Paris et sous-gouverneur de la Banque de France, est le représentant des économistes au comité de rédaction de la revue.

72  C’est le début d’un mouvement plus profond en histoire comme dans l’ensemble des sciences sociales notamment en sociologie, qui « dessaisit le discours au profit de la courbe », pour se calquer sur le modèle des sciences physiques et naturelles, M. Ferro, L’Histoire sous surveillance, Paris, Calmann-Lévy, 1985, p. 131.

73  Selon l’expression de B. de L’Estoile, intervention déjà citée au colloque de l’EHESS sur La recherche collective en sciences sociales au xxe siècle.

74  Paul Leuilliot, promoteur inlassable de l’histoire locale, est secrétaire de la revue des Annales dès 1929, jusqu’en 1945.

75  Henri Berr dans l’introduction de la première livraison, cité par Thierry Gasnier, « Le local », in P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, Gallimard 1997, t. 3, p. 3 459.

76  A. Varagnac, « Une coopérative de travail scientifique : la commission des recherches collectives du Comité de l’Encyclopédie française », Annales d’histoire économique et sociale, vol. VII, 1935, p. 302-306. De Marcel Maget, on peut lire son Guide d’étude directe des comportements culturels, SAEP, 1953.

77  Intervention de F. Weber au colloque de l’EHESS sur l’histoire de la recherche collective en sciences sociales, 4-6 novembre 1999, à paraître. Voir l’enquête interdisciplinaire sur l’Aubrac dans les années soixante.

78  Cité par A. Burguière, « L’anthropologie historique », in F. Bédarida (dir.), L’histoire et le métier d’historien, Paris, Éditions de la MSH, p. 174-175.

79  M. Bloch, « Projet d’un enseignement d’histoire comparée des sociétés européennes », candidature au Collège de France, 1934, repris in Histoire et historiens, A. Colin, Paris, 1995, p. 124-125.

80  Dès 1925, Pierre Renouvin publie son cours sur les origines de la première guerre mondiale, 5 ans après la signature des derniers traités. Les origines immédiates de la guerre (28 juin-4 août 1914), Alfred Costes, 1925.

81  P. Renouvin et J-B. Duroselle, Introduction à l’histoire des relations internationales, Paris, A. Colin, 1964, p. 164.

82  P. Renouvin, Les origines immédiates de la guerre (28 juin-4 août 1914), Alfred Costes, 1925, p. 250-267, cité par G. Noiriel, Qu’est-ce que l’histoire contemporaine ?, Paris, Hachette, 1998, p. 56.

83  Dans sa volonté de renouveler l’histoire des relations internationales, Pierre Renouvin a cherché à nouer dans une complexité féconde relations politiques et diplomatiques, forces économiques et géographiques, actions individuelles des gouvernants, opinions publiques, tempéraments nationaux et mentalités collectives (cf. P. Renouvin, introduction à L’histoire des relations internationales, Hachette, 1953-1958). Dans le cadre de cette matrice intellectuelle, le recours aux témoignages des témoins survivants conçus à la fois comme des acteurs mais aussi comme des sujets « agis », sur lesquels s’appliquent les « forces profondes », acquiert un sens et une crédibilité. Pierre Renouvin n’a jamais lui-même systématisé ni même théorisé le recours aux témoignages oraux des acteurs contemporains, il est resté largement fidèle aux doctrines de l’histoire méthodique et attaché au décalage temporel source d’impartialité et de distance objective, même s’il a fait œuvre d’histoire immédiate en étudiant dans un délai rapproché la première guerre mondiale. Néanmoins, il a fait une place aux souvenirs des anciens acteurs dès le début des années 1960, en organisant de façon pionnière la confrontation historiens-témoins à l’occasion du colloque sur Léon Blum et le gouvernement du Front populaire organisé par la FNSP en 1965 (cf. son introduction au colloque). Ses successeurs, une fois les fondements de l’histoire du temps présent fermement assurés, intégreront relativement facilement les apports de la source orale en histoire des relations internationales et organiseront efficacement le dialogue entre sources écrites et sources orales. L’Institut Pierre-Renouvin est, avec le Centre d’histoire contemporaine de Nanterre, l’un des premiers centres universitaires de recherche en histoire à avoir invité, dans les années quatre-vingt, des anciens acteurs, témoins ou décideurs, à dialoguer oralement et publiquement avec des historiens spécialistes de la politique étrangère de la France. Cette reconnaissance de la source orale par l’école française de relations internationales s’est poursuivie jusque dans le soutien apporté par les professeurs de cette spécialité à la constitution des archives orales du ministère des Finances et à celles du ministère des Affaires étrangères.

84  C’est cette Société qui confie à Pierre Renouvin un enseignement sur les origines de la guerre et qui publie en 1925 son cours.

85  Ce mélange est tout à fait neuf et intéressant (dans les structures commémoratives de la Révolution française, il n’y avait pas d’acteurs ni de témoins oculaires, et pour cause !). Il y a là une première version des Comités d’histoire ministériels des années 1980, qui réunissent membres scientifiques, anciens acteurs et actuels décideurs.

86  Remarquons que cet usage « clandestin » d’informations orales est relativement classique en histoire contemporaine, soit pour des raisons de respect de la confidentialité soit pour des raisons de non-avouabilité de la source orale (les thèses d’histoire des années quatre-vingt n’acceptent encore les témoignages oraux qu’à dose homéopathique ou seulement à titre « illustratif »).

87  L. Febvre, « Vers une autre histoire », Revue de métaphysique et de morale, t. 58, n° 3 et 4, 1949 et Combats pour l’histoire, Paris, A. Colin, 1953, p. 428. Souligné par nous.

88  M. Mauss, Manuel d’ethnographie, Payot, 1947 (recueil posthume). Ce recueil rassemble les conseils méthodologiques dispensés à ses élèves par Marcel Mauss à l’Institut d’ethnologie de Paris pour leurs enquêtes de « terrain ».

89  L’impact et la violence de la guerre de 1914-1918 font éclore une importante littérature de témoignage et de fiction sur la guerre (Roland Dorgelès et Les croix de bois, Erich Maria Remarque et À l’ouest rien de nouveau pour ne citer que les titres les plus connus) ; cette littérature donne toute sa place au « vécu » de l’événement et aux perceptions des acteurs. Cette irruption du « vécu » et de la souffrance crée un contexte favorable à la prise en considération des témoignages, et ce n’est pas un hasard si cette question vient ébranler la réflexion des historiens (cf. l’œuvre de Marc Bloch). Sur ce sujet des témoignages, on peut lire également Jean Norton-Cru, Du témoignage, 1930, Paris, J.-J. Pauvert, 1967. On peut constater le même phénomène après la seconde guerre mondiale : la floraison d’une littérature de témoignage de la part des déportés, des résistants ou des acteurs de la seconde guerre mondiale finit par « obliger » la communauté historienne à mettre au cœur de sa réflexion le témoin et le témoignage.

90  Marc Bloch, comme nous l’avons dit plus haut, n’ignore pas l’usage des témoignages que fait l’ethnographie, cf. la référence qu’il fait à la revue Folklore et à la Revue des traditions populaires dans son article sur « Les fausses rumeurs pendant la guerre » et à ce qu’il appelle « la psychologie du témoignage ».

91  Dans l’Apologie, Marc Bloch évoque combien les récits de bataille et de défaite qu’il avait si souvent lus au cours de ses recherches se sont trouvés éclairés par sa propre expérience des combats de 1914 -1918 et par sa « nausée » de 1940 (p. 64).

92  C’est ainsi que par la méthode régressive qui lui est propre, Marc Bloch avant de remonter jusqu’au Moyen Age s’intéresse aux différentes formes contemporaines de la propriété rurale et agricole en France. Cf. L’île de France (les pays autour de Paris), 1913 et Les caractères originaux de l’histoire rurale française, Paris, 1931.

93  Revue de synthèse historique, 1921, repris in M. Bloch, Histoire et historiens, Paris, A. Colin, 1995, p. 147-166. On notera que Marc Bloch saisi par l’urgence et la crainte de perdre des éléments aussi volatiles appelle à une collecte des souvenirs sur les « fausses nouvelles de la guerre » : « Il est temps d’ouvrir une enquête sérieuse sur les fausses nouvelles de la guerre ; car les quatre années terribles reculent déjà dans le passé, et plus tôt qu’on ne croit, les générations qui les ont vécues vont peu à peu commencer à disparaître. Quiconque a pu et su voir doit dès maintenant rassembler ses notes ou mettre par écrit ses souvenirs ». Et il ne laisse pas ce travail à ceux « que rien n’aurait préparé au travail historique » (les journalistes, les sociologues, les psychologues ?), mais le confie « aux personnes rompues aux méthodes critiques et habituées aux problèmes sociaux », c’est-à-dire aux historiens.

94  Il cite dans son article les travaux de psychologues belges, allemands, britanniques et français sur la psychologie du soldat mais aussi sur la psychologie du témoignage en général, notamment en milieu judiciaire.

95  M. Bloch, Histoire et historiens, Paris, Armand Colin, 1995, p. 150.

96  J. Le Goff, Préface à la réédition des Rois thaumaturges, Paris, Gallimard 1983 et introduction à la réédition de l’Apologie, A. Colin, 1993.

97  Publiée de façon posthume en 1946.

98  C’est le premier sous-titre de l’Apologie, avant que Marc Bloch n’adopte le « métier d’historien ».

99  Marc Bloch a commencé à réfléchir sur ces thèmes dès 1914 : cf. son allocution prononcée en 1914 au lycée d’Amiens lors d’une distribution de prix, « Critique historique et critique du témoignage », publié in M. Bloch, Histoire et historiens, A. Colin, Paris, 1995, p. 8-16.

100  M. Bloch, Apologie, op. cit., p. 72.

101  Et d’ajouter avec nostalgie en note de bas de page « hélas, toujours sans succès ! ».

102  Maurice Halbwachs vient de publier Les Cadres sociaux de la mémoire en 1925. Mais au début des années trente, il commence à travailler sur un ouvrage que la déportation ne lui permettra pas de finir et qui sera publié de façon posthume en 1951 sous le titre de La mémoire collective. Il a séjourné à l’université de Chicago dans le département de sociologie au début des années trente, et a publié en 1932 un article sur « Chicago, expérience ethnique », dans les Annales (n° 4, 1932).

103  Faut-il rappeler que la mémoire est un véritable sujet de société et de littérature, (cf. Proust et La Recherche du temps perdu, Barrès et Les Déracinés) en même temps qu’un sujet de philosophie qui mobilise de nombreuses énergies : Maurice Halbwachs écrit contre Henri Bergson (Matière et Mémoire, 1898), répond à Maurice Blondel (Revue philosophique, 1926) tandis que Marc Bloch commente les uns et les autres (« Mémoire collective, tradition et coutume », Revue de synthèse, t. XL, déc. 1925).

104  M. Halbwachs, Les Cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel, 1994, p. 101-102.

105  M. Halbwachs, « L’histoire est un tableau des changements », ibid., p. 77-78.

106  Cf. sa thèse sur La classe ouvrière et les niveaux de vie, publiée en 1912 (p. XVI). Voir sur ce point G. Namer, postface à la réédition des Cadres sociaux de la mémoire (1994, p. 324).

107  M. Halbwachs, « C’est qu’en général l’histoire ne commence qu’au point où finit la tradition, moment où s’éteint ou se décompose la mémoire sociale », La mémoire collective, 1951, Paris, Albin Michel, 1997, p. 130. On retrouve dans tout l’ouvrage l’opposition entre mémoire collective et histoire, notamment au chapitre III, construite autour d’antithèses constituées en système : d’un côté histoire/archives/morts/extériorité/écrit/temps unique et de l’autre mémoire collective/traditions/vivants/intériorité/vécu/temps relatifs.

108  M. Halbwachs, La mémoire collective, 1997, p. 113.

109  M. Bloch, « Mémoire collective, traditions et coutumes », Revue de synthèse historique, déc. 1925, tome XL, p. 73-83, repris in M. Bloch, Histoire et historiens, Paris, Armand Colin, 1995, p. 191-199.

110  Cette affirmation est autant une réponse à Maurice Halbwachs et à sa théorie de la tradition qu’une réponse à la littérature d’inspiration barrésienne ou maurrassienne ; elle définit et légitime également le rôle social de l’historien.

111  Par la sociologie et plus particulièrement par une sociologie de la mémoire, Maurice Halbwachs voulait concurrencer l’histoire ; cette fois-ci, c’est Marc Bloch qui, allant jusqu’à « l’actuel » et pratiquant sa méthode régressive, annexe la mémoire collective et conteste la sociologie.

112  L’ouvrage inachevé de Maurice Halbwachs sur La mémoire collective paraît de façon posthume en 1951, deux ans après l’Apologie pour l’histoire de Marc Bloch, ouvrage également posthume. La discussion ne peut reprendre.

113  G. Namer, « Mémoire collective, mémoire sociale et itinéraire du message de la mémoire, Bulletin de l’IHTP, n° 6, déc. 1981 ; Batailles pour la mémoire. La commémoration en France de 1945 à nos jours, Papyrus, 1984, L’Harmattan, 1987 ; Mémoire et société, Klincsieck, Paris, 1987 ; postfaces aux rééditions des deux ouvrages de M. Halbwachs, Les cadres sociaux de la mémoire (Paris, rééd. Albin Michel, 1994) et La mémoire collective (rééd. Paris, Albin Michel, 1997).

114  B. Malinowski, Les Argonautes du Pacifique occidental, 1922, réédité par Gallimard en 1963. Georges Balandier, Sociologie actuelle de l’Afrique noire, Paris, PUF, 1955.

115  C. Lévi-Strauss, Anthropologie structurale, Paris, Plon, 1958.

116  C. Lévi-Strauss, Tristes tropiques, Paris, Plon, 1955 et les Mythologiques, Plon, 4 vol. , 1964-1971.

117  J. Copans, Introduction à l’anthropologie et à l’ethnologie, Paris, Nathan, 1996, p. 22-23.

118  M. Leiris, Cinq études d’ethnologie, Paris, Denoël, 1969 ; Miroir de l’Afrique, Paris, Gallimard 1996.

119  Nous avons pu pour notre part entendre quelques extraits de ces enregistrements de l’enquête sur l’Aubrac lors des Journées de l’école du Patrimoine, les 22-24 septembre 1999, présentés par Florence Gétreau, conservateur du département Musicologie et Paroles du musée des ATP.

120  F. Simiand, « Méthode historique et science sociale. Étude critique d’après les ouvrages récents de M. Lacombe et M. Seignobos », Revue de synthèse historique, t. VI, 1903, p. 1-22 et 129-157.

121  Sur les ambitions d’une histoire sérielle et quantitative, voir le colloque tenu à l’ENS de Saint-Cloud en 1965 sur L’histoire sociale, sources et méthodes ; on peut lire aussi P. Chaunu, Histoire, sciences sociales. La durée, l’espace et les hommes à l’époque moderne, SEDES, 1983, avant-propos ; M. Ferro, L’Histoire sous surveillance, Paris, Calman-Lévy, 1985, p. 130-138. Sur la domination intellectuelle de l’histoire économique et sociale, Lutz Raphaël, « Le Centre de recherches historiques de 1949 à 1975 », Cahiers du Centre de recherches historiques, CRH, n° 10, avril 1993, p. 40-41 ; A. Plessis, « L’histoire économique », in F. Bédarida (dir.), L’histoire et le métier d’historien 1945-1995, Paris, MSH, 1995, p. 271-280 ou G. Noiriel, Qu’est-ce que l’histoire contemporaine ?, Paris, Hachette, 1998, p. 65-100 ; C. Delacroix, F. Dosse, P. Garcia, Les courants historiques en France, 19e-20e siècle, Paris, A. Colin, 1999.

122  F. Furet, « De l’histoire-récit à l’histoire-problème », Diogène n° 89, repris dans L’atelier de l’histoire, Paris, Champ-Flammarion, 1982, p. 77.

123  A. Daumard et F. Furet, « Méthodes d’histoire sociale. Les archives notariées et la mécanographie », Annales ESC, n° 34, 1959, p. 676.

124  E. Leroy-Ladurie, Le territoire de l’historien, Paris, Gallimard 1973, p. 20.

125  E. Leroy-Ladurie, Le territoire de l’historien, Paris, Gallimard 1973, p. 13-14.

126  P. Chaunu, Faire de l’histoire, Paris, Gallimard 1974, vol. II, p. 67.

127  Cité in G. Noiriel, Qu’est ce que l’histoire contemporaine ?, op. cit., p. 77.

128  La clef de cette apparente contradiction est probablement à rechercher dans la conjugaison de trois principes doctrinaux : le rejet d’une histoire quantitative et du déterminisme économique, l’attachement viscéral au rôle des individus dans l’histoire, le goût pour l’approche biographique et les sources qualitatives (la littérature ou les Mémoires par exemple).

129  R. Rémond « Plaidoyer pour une histoire délaissée. La fin de la Troisième République », Revue française des sciences politiques, avril-juin, 1957, p. 253-270.

130  F. Bloch-Laîné en est la figure la plus achevée.

131  Voir supra la tolérance que nous prêtons à Pierre Renouvin concernant les témoignages oraux des contemporains. Le fait qu’il ait accepté de présider ce colloque en est un indice supplémentaire.

132  D’ailleurs, le colloque se fait sous la houlette de la FNSP et non pas celle de la Sorbonne, de même que René Rémond écrit son article sur l’entre-deux-guerres « délaissé » dans la Revue française des sciences politiques et non dans la Revue Historique ou dans la RHMC.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540