Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, la Belgique et l’organisation économique de l’Europe, 1918-1935

 | 
Éric Bussière

Troisième partie. Vers une Europe des producteurs

Chapitre premier

La dimension bilatérale et ses insuffisances

Texte intégral

A. Les difficultés de la reprise du dialogue commercial

1Les négociations commerciales qui s’engagent dès l’automne 1924 entre les puissances européennes prennent une nouvelle dimension du fait de la réintroduction de l’Allemagne dans la partie. La disparition, en date du 10 janvier 1925, des contraintes issues du traité de paix rendait à cette puissance toute sa liberté d’action. Aussi, Français et Belges désiraient-ils ménager les transitions entre l’ancien et le nouveau régime commercial que ce pays allait établir et se retrouvaient en position de demandeurs. Cette position de faiblesse s’était accentuée lors de la conférence de Londres où l’on avait vu les représentants des deux gouvernements solliciter séparément la mise en œuvre de négociations. L’idée d’une entente préalable entre les deux pays afin de négocier en position de force avec le puissant voisin semblait avoir totalement disparu. Les négociations belgo-allemandes commencèrent dès la seconde semaine de septembre ; les négociations franco-allemandes à partir du 1er octobre.

2Le dialogue franco-belge ne fut cependant pas rompu. La mise en vigueur du nouveau tarif belge, prévue initialement pour le 1er octobre 1924, ne pouvait être effective sans certains accommodements au profit de la France, au risque d’une guerre douanière entre les deux pays. Tout le débat résidait sur le thème de l’ampleur à lui donner.

  • 1 MAEF. Europe 1918-1940. B 117, Herbette à Herriot, 27-8-1924.

3La position du gouvernement français consistait à essayer d’obtenir le maximum de garanties du côté de la Belgique. Faute d’un nouvel accord économique refusé par le gouvernement belge en juillet, le gouvernement de la République acceptait l’idée d’un modus vivendi plus précaire (durée de six mois avec tacite reconduction) mais très large qui reprendrait une grande partie des dispositions tarifaires de l’accord de 1923. Il gommerait ainsi les effets négatifs du nouveau tarif belge sur les exportations françaises aggravés par plusieurs amendements et permettrait de négocier dans de bonnes conditions avec l’Allemagne1. Jusqu’en octobre les autorités françaises s’attachèrent à obtenir de la Belgique une négociation large qui lie suffisamment ce pays.

  • 2 MAEB. 3013 18 XII. Note du 8-9-1924 pour le ministre.

4Quant au gouvernement belge, sa priorité absolue résidait dans la signature rapide d’un accord avec l’Allemagne, si possible avant le 10 janvier 1925. Il tenait donc à conserver sa pleine liberté d’action et à ne pas se lier avec la France. Au-delà, un modus vivendi trop large aurait privé le gouvernement belge des armes dont il disposait en vue de la signature d’un traité définitif avec la France2. À un accord portant sur 280 articles proposé par la France il répliquait par une proposition limitée à 20 articles seulement.

  • 3 MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 32, Herbette à Herriot, 9-7-1924 - 6-8-1924 - 21-8-1924. Jaunez à He (...)

5Les tendances à la fermeté du gouvernement de Bruxelles étaient pourtant tempérées par celles d’une partie de l’industrie. Celles-ci se manifestèrent dans la presse professionnelle et régionale entre juillet et septembre 1924 (Revue industrielle de Charleroi, Journal de Liège). Ces interventions préconisaient une entente préalable avec la France faute de quoi l’Allemagne s’emploierait à diviser les deux pays ou à signer avec la France seule ce qui conduirait à l’isolement de la Belgique. La nécessité de l’entente avec la France était renforcée par la position de dépendance belge pour certaines matières premières. Dès le mois de mai le Groupement des hauts fourneaux avait rappelé au gouvernement que la libre exportation du minerai de fer français vers la Belgique était d’ordre primordial pour la sidérurgie belge. Enfin, le CCI avait fait savoir que dans les négociations avec l’Allemagne, le point de vue des producteurs devait être privilégié sur celui des consommateurs, ce qui semblait prémunir les exportations françaises en Belgique contre toute ouverture trop large du marché belge aux produits allemands3.

6Deux motifs expliquent le relatif assouplissement des positions belges et françaises dans le courant septembre 1924 et que l’on ait pu aboutir à la signature d’un premier modus vivendi franco-belge le 24 octobre.

  • 4 MAEF. Europe 1918-1940. B 117. Tél. Herbette, 6-9-1924 - 13-9-1924. Tél. Jaunez, 23-9-1924.
  • 5 AN F 12, 8882. Note pour le ministre, 27-9-1924. Charraut à Elbel, 23-9-1924. MAEB. 3013-18 XII. O. (...)
  • 6 MAEB. 3013-18 XII. Gaiffier à Hymans, 30-9-1924 - 3-10-1924. Theunis à Hymans, 8-10-1924.

7D’un côté le durcissement progressif des positions françaises. La réponse du gouvernement belge à la demande de la France en vue d’un élargissement de la base des négociations en date du 22 septembre reste négative (ajout d’un seul produit)4. Les fonctionnaires du ministère du Commerce sont favorables à un durcissement : publication dans la presse industrielle de demandes de relèvements de droits sur des produits intéressant particulièrement la Belgique, suspension de certaines facilités d’exportation de matières premières vers la Belgique (effectivement réalisée), menace de l’extension à Rotterdam des privilèges dont jouit Anvers sur la surtaxe (sur les conseils de l’ambassadeur Herbette)5. Ces menaces semblent porter. Les diplomates belges en poste à Paris font pression sur leur ministre relayés par le ministre des Finances qui évoque un « état d’esprit et une nervosité qui doivent (…) nous engager à prendre les plus extrêmes précautions6 ».

  • 7 MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 32. Tél. Berlin, 23-9-1924. F. Vanlangenhove, L’élaboration…, p. 46- (...)
  • 8 MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 32/33, Jaunez à Herriot, 25-9-1924 - 2-190-1924 -3-10-1924 - 8-10-19 (...)
  • 9 MAEB. 3013-18/XII. Gaiffier à Hymans, 1-10-1924. Hymans à Gaiffier, 4-10-1924.

8Les premiers contacts avec les négociateurs allemands poussent également le gouvernement belge à une ouverture du côté de Paris. L’Allemagne pose en effet comme condition préalable à tout accord avec la Belgique l’octroi réciproque de la clause de la nation la plus favorisée7. Cette exigence, vite connue des milieux intéressés en Belgique, déclenche une vive campagne de presse dans les journaux proches des milieux industriels (L’Industrie nationale, La Revue industrielle) en vue du maintien d’une protection efficace face à l’industrie allemande. La Revue industrielle de Charleroi réclame d’urgence un accord franco-belge. Cette campagne est certes combattue par certaines branches (automobile) ou par la Libre Belgique qui combat l’attitude du CCI et « l’esprit de lucre » des industriels8. Mais le gouvernement doit tenir compte de ces protestations. Décidé à signer avec l’Allemagne il tente de limiter les concessions qu’il faudrait faire en préparant, dans le plus grand secret, un relèvement important de son tarif. Afin de se prémunir contre toute rétorsion de la part de la France et d’offrir certaines garanties à ses industriels, il assouplit sa position vis-à-vis de Paris. Le 1er octobre 1924 Gaiffier rencontre Herriot, Raynaldy (ministre du Commerce) et Seydoux ; ceux-ci proposent des négociations à Paris pour le 13 octobre. Malgré les réticences de Hymans, celles-ci purent s’ouvrir dès le 11 octobre9.

  • 10 MAEB. 3013-18/XII. Gaiffïer à Hymans, 23-10-1924, 11-10-1924.

9Les négociations qui débouchèrent sur le modus videndi du 24 octobre 1924 furent difficiles et même « pénibles », de l’avis de l’ambassadeur Gaiffïer. Ceci est dû à l’éloignement des positions initiales des deux partenaires. Le gouvernement français exigeait un large accord comportant : – des concessions unilatérales de la Belgique compensant les exagérations du tarif voté par les chambres ; – des concessions réciproques supplémentaires, et menaçait la Belgique de représailles sur la surtaxe et certains produits. Les négociateurs belges demandaient le maintien du privilège des ports belges en matière de surtaxe, l’approvisionnement normal de leur pays en cas de prohibitions à l’exportation en échange de réductions portant sur 21 articles du tarif belge. Le 11 octobre au soir, Gaiffïer ne pensait pas un accord possible10.

  • 11 MAEB. 3018-18/XII. Gaiffïer à Hymans, 16-10-1924 - 17-10-1924 - 18-10-1924 - 21-10-1924 - 22-10-192 (...)

10Les positions évoluèrent pourtant dans les jours qui suivirent dans le sens du schéma suggéré par la Belgique. Les discussions les plus rudes portèrent sur les vins et les automobiles. Le 22 octobre, Raynaldy menaça de rompre. Un compromis fut obtenu le 2311.

  • 12 MAEB. 3013-18/XII. Note du 24-10-1924. ANF 12, 8882. Note pour le Président de la République.

11Les analyses du modus vivendi, paraphé le 24 et signé le 30 octobre, faites de part et d’autre en relèvent justement le caractère symbolique. Du côté belge on avait cédé sur 27 articles mais les concessions faites à la France étaient imposées par les intérêts mêmes de l’industrie belge (fonte, aciers, demi-produits à la demande des transformateurs belges) ou par le maintien de bonnes relations avec l’Angleterre ou les États-Unis (automobiles). Les véritables concessions portaient sur 10 produits : vins, huile d’olive, médicaments, parfums mais ne concernaient pas les articles de luxe proprement dits. On insistait d’autre part sur la faculté de relèvement du tarif en cas d’augmentation des prix de plus de 20 %. Du côté français on insistait sur le caractère symbolique et précaire du maintien du régime sur la surtaxe dans la mesure où le gouvernement réservait sa position en cas de discussion contraire de la Commission centrale du Rhin. À cela s’ajoutaient certaines garanties d’approvisionnement et facilités de transit312.

  • 13 AN F 12, 8882. Charriaut à Elbel, 23-9-1924. MAEF. RC 1918-1940 - C Belgique 32. Tél. Margerie, 23- (...)

12Ce modus vivendi relève plus d’une volonté d’apaisement qu’il ne révèle une entente de fond. Il était difficile aux deux pays d’aboutir à un échec alors que l’un et l’autre négociaient avec l’Allemagne. Cet accord était de plus utile au gouvernement belge dans la mesure où il lui permettait de reprendre ses négociations avec celle-ci sur des bases plus stables dans ses relations avec la France. Du côté français, il semble que l’on ait renoncé à une entente plus large avec la Belgique pour les mêmes raisons. À la fin du mois de septembre les fonctionnaires du Quai d’Orsay comme du ministère du Commerce prennent conscience de ce que les relations avec l’Allemagne devaient prendre la première place dans leur raisonnement. L’attaché commercial à Bruxelles conseille à son ministre de ne pas abandonner sa liberté de négociation contre « un plat de lentilles ». De même, Jaunez à Bruxelles, Margerie à Berlin ont le sentiment que les Belges vont tenter d’utiliser la France dans leurs négociations avec l’Allemagne afin de connaître ses véritables intentions et, peut-être, de lui faire payer une partie des concessions désirées par la Belgique. Dans cette perspective Jaunez suggère de faire traîner la négociation franco-allemande pour gêner la Belgique13.

13Les nécessités de la négociation avec l’Allemagne ne purent, dans les semaines suivantes, que distendre dangereusement les relations franco-belges.

  • 14 MAEF. Europe 1918-1940. B 117. Herbette à Herriot, 17-11-1924. Tél. Laroche à Herbette, 14-11-1924.
  • 15 MAEF. RC 1918-1940 - C Belgique 33. Herbette à Herriot, 26-11-1924 - 10-12-1924 28-12-1924 - 27-1-1 (...)
  • 16 MAEF. RC 1918-1940 - C Belgique 33. Herbette à Herriot, 15-11-1924 - 27-1-1925 -17-2-1925. Margerie (...)
  • 17 MAEF. RC 1918-1940 - C Belgique 33, Herbette à Herriot, 9-12-1924. MAEF-Europe 1918-1940 - Belgique (...)
  • 18 H. Van der Wee et B. Tavernier, La Banque nationale de Belgique, p. 101.

14En vue de la reprise des négociations germano-belges le 10 novembre 1924, et dans la perspective de conclure sur la base de la clause de la nation la plus favorisée, un vaste relèvement de tarif est opéré par le gouvernement belge, portant sur plus de 300 postes14. Cette nouvelle inflexion de la politique belge est l’objet d’une double contestation. Sur le plan intérieur elle ravive le débat entre industriels, opposés à cette ouverture vers l’Allemagne, et milieux du négoce, favorables à ce rééquilibrage. D’un côté la Nation belge défend le point de vue du CCI, relayée par L’Industrie nationale, de l’autre La Libre Belgique, soutenue par certains universitaires libéraux (G. de Leener) favorables à un rééquilibrage du commerce de la Belgique en faveur de l’Allemagne aux dépens de la France15. Au fur et à mesure que les négociations avancent, les pressions allemandes se font de plus en plus fortes : exceptions à la clause de la nation la plus favorisée, puis -après le 10 janvier 1925 - exigence de cette clause dans son intégralité16. Ce débat crée de graves divergences au sein même du gouvernement : le ministre de la Défense, le ministre de l’Industrie et du Travail sont opposés à ces larges concessions en faveur de l’Allemagne ; à la suite de discussions orageuses en Conseil des ministres, le ministre des Affaires étrangères parvient à faire prévaloir son point de vue : aboutir à tout prix avec l’Allemagne17. Le débat avait été suffisamment vif pour laisser de profondes marques de division. Ces choix fondamentaux et les difficultés pour les réaliser furent l’une des causes de la dissolution des chambres et le recours à des élections anticipées décidées par le gouvernement Theunis en février 192518.

  • 19 MAEF. RC 1918-1940 - C Belgique 33. Herbette à Herriot, 12-11-1924.

15La politique du gouvernement belge subit également les critiques du gouvernement français. Le 11 novembre 1924 éclate une mini-crise franco-belge à l’occasion de la publication du nouveau tarif belge. Le gouvernement français prétend que son acceptation du modus vivendi du 24 octobre a été surprise puisque les négociateurs français n’avaient pas été prévenus de ce relèvement publié le 23 octobre à Bruxelles. Au-delà, les intérêts français étaient lésés de deux manières. Directement dans la mesure où de nombreux produits français sont touchés. Indirectement dans la mesure où les exigences allemandes interdisent à l’avenir tout tarif différentiel de la part de la Belgique, notamment en faveur des produits français. Herbette se fait largement l’écho de ces inquiétudes : « La situation est extrêmement grave. Je ne crois pas exagérer en disant qu’une bonne moitié de nos exportations en Belgique se trouve menacée » ; il suggère également la mise en œuvre d’une campagne de presse en France exposant « en termes cordiaux » combien la nouvelle orientation de la politique commerciale belge rendra difficile la signature d’un accord commercial franco-belge19.

  • 20 AN F 12, 8882. Note pour le ministre du Commerce, 8-1-1925.

16La réaction effective du gouvernement prit la forme du dépôt, devant les chambres, du « projet 713 » de relèvement du tarif douanier. Celui-ci résulte de deux objectifs. D’une part il prévoit le relèvement du tarif minimum sur une large gamme de produits intéressant particulièrement les exportations belges en France (meubles, armes, machines à fabriquer le papier, zinc.) en représailles au relèvement du tarif belge ; de l’autre il s’agissait d’articles intéressant particulièrement l’Allemagne dans l’hypothèse d’un accord tarifaire avec ce pays. Dans certains cas, céramique, constructions mécaniques, les deux cibles de ce relèvement se superposaient20.

17La nature même de la réaction française confirme l’évolution qui s’était manifestée dès octobre. En prévoyant un relèvement du tarif visant l’Allemagne en même temps que la Belgique, elle plaçait ses relations commerciales avec les deux pays sur le même pied et renonçait à toute entente privilégiée avec cette dernière. Du même coup, elle légitimait la politique d’indépendance commerciale du gouvernement belge.

18Sur ces bases plus équilibrées une nouvelle négociation franco-belge put être engagée. Les modalités en furent établies à la suite de divers entretiens Serruys-Gaiffier en décembre 1924 ; elles purent commencer à Bruxelles à partir du 16 février 1925. Malgré leur caractère bilatéral, elles restèrent marquées par les contraintes de la négociation de chacune des parties avec l’Allemagne.

  • 21 MAEF. Europe 1918-1940. Belgique 117. Herbette à Herriot, 19-2-1925.

19Dans un premier temps, l’échec des premières discussions avec l’Allemagne, marqué par le refus de Berlin de signer un accord provisoire avec la France le 6 janvier 1925 libérait, en quelque sorte, le terrain aux négociations franco-belges. Pourtant, celles-ci se déroulèrent en deux phases ; dans un premier temps furent traitées les questions strictement bilatérales, permettant ainsi au gouvernement belge de conserver toutes ses armes dans sa négociation avec Berlin. Ce n’est qu’à partir du début mars, alors que les grands traits de l’accord germano-belge étaient définis, que les négociations franco-belges purent reprendre21.

  • 22 MAEB. 2451 bis. Rapport sur le modus vivendi du 4-4-1925.

20La structure de l’accord correspond à une série de concessions réciproques sur des produits intéressant spécifiquement l’un ou l’autre pays, assorti d’arbitrages, du côté français, sur des postes pouvant également intéresser l’Allemagne. Les négociateurs belges obtinrent des réductions sur le tarif existant pour certains produits agricoles (fruits, fleurs, chevaux) ; ils purent également se prémunir contre le projet 713 soit par des relèvements de tarif négociés (meubles, armes de chasse) soit par la promesse, plus précaire, que le gouvernement français les supprimerait de son projet : poissons, légumes en conserve, produits chimiques. Pour certains d’entre eux, des relèvements à l’occasion des négociations avec l’Allemagne étaient admis. De son côté la France obtenait une réduction sur les vins mousseux (de 480 F à 360 F l’hl) assortie de la reprise, dans l’article 6 du nouvel accord, des dispositions de la convention de 1923. Les autres réductions concernaient des produits divers, dont les machines textiles que la Belgique achetait traditionnellement en France22.

  • 23 F. Vanlangenhove. L’élaboration…, p. 49.
  • 24 MAEB. 2451 bis. Rapport sur le modus vivendi du 4-4-1925.
  • 25 MAEF. Europe 1918-1940. Belgique 117. Herbette à Briand, 4-7-1925.

21Les deux accords, belgo-allemand et franco-allemand, furent signés l’un comme l’autre le 4 avril 1925 et prirent la forme du modus vivendi. Cette similitude de situation, qui pouvait passer pour une volonté de retour à l’équilibre de la part du gouvernement belge ne doit pas tromper. Comme l’analyse Vanlangenhove, l’accord avec l’Allemagne n’avait pas moins d’ampleur que celui de 1923 avec la France. « Avant la guerre on l’eût appelé traité de commerce. » C’est pour éviter toutes difficultés face au parlement et peut-être pour ménager les susceptibilités françaises que cette forme fut adoptée avec l’Allemagne23. Quant au modus vivendi signé avec la France, il avait pour principale caractéristique sa précarité, puisque soumis à la révision en cours du tarif douanier placée sous les impératifs de la négociation tarifaire franco-allemande à venir. Accueilli favorablement par la presse française (Le Temps) il détendait le climat des relations franco-belges et offrait à la Belgique un « véritable répit »24 pour une durée approximative d’un an. Il prenait donc l’aspect d’une garantie à court terme pour la Belgique. Il ne fut, de plus, ratifié par le Parlement français qu’au cours de l’été, après que le gouvernement de la République se fut assuré du vote, en Belgique, de la loi prorogeant jusqu’au 31 décembre 1925 le droit du gouvernement belge de modifier les droits de douane par décret, instrument permettant la mise en application du modus vivendi avec la France25.

22Le bilan de ce premier « tour » de négociations commerciales nous apparaît laisser la France en position de faiblesse par rapport à ses deux grands partenaires. Les négociations avec l’Allemagne échouent en juillet 1925, conservant aux relations entre les deux pays leur caractère instable et précaire, état de fait favorable à une reprise par l’industrie allemande, de sa supériorité sur sa voisine du Sud. Du même coup, le régime des relations franco-belges conserve son caractère provisoire qui fait ressortir l’importance du modus vivendi germano-belge d’avril. La France courrait ainsi le risque d’une nouvelle orientation économique de son alliée politique. La précarité des rapports de force entre industries de base et des relations monétaires confirme cette impression.

B. Sidérurgie l’impossible organisation des marchés

23Les réticences marquées du CCI envers l’accord signé avec l’Allemagne, ses pressions en faveur d’une entente préalable avec la France correspondent en grande partie aux inquiétudes de la sidérurgie belge qui disposait d’une grande influence sur cet organisme.

  • 26 J. Bariéty. « Le rôle d’E. Mayrisch entre les sidérurgies allemande et française après la première (...)

24L’idée d’une organisation des marchés en commençant par les rails souhaitée par les Français et les Anglais au début de l’année n’avait pu être mise en œuvre avant l’été 1924. Les Allemands s’étaient en effet dérobés, attendant les conclusions de la conférence de Londres avant de s’engager. Les premières tractations semblent avoir repris dès septembre 1924, parallèlement aux négociations commerciales qui commencèrent le 1er octobre26.

25Deux facteurs nouveaux interviennent sur l’état du marché sidérurgique à partir de l’automne et de l’hiver 1924-1925. D’un côté le contexte monétaire conduit à distinguer les pays à monnaie stabilisée ou en cours de stabilisation : Allemagne, Grande-Bretagne et les pays à monnaie dépréciée : France, Belgique, Luxembourg. La dépréciation du franc joue en faveur des franco-belges le rôle, bien qu’atténué, que jouait celle du mark en 1921-1922. L’Allemagne disposait en revanche pour se défendre de la reprise de sa liberté en matière douanière à partir du 10 janvier 1925 et de la fin des clauses du traité de paix qui permettaient l’accès, en franchise de droits de douane, de contingents de produits lorrains, luxembourgeois, sarrois sur son territoire.

  • 27 Archives CS. PVCA Socobelge, 26-1-1925 - 29-9-1925 - 26-10-1925 - 30-11-1925.

26L’automne 1924 et l’année 1925 voient donc le développement d’une intense concurrence entre les quatre pôles de la sidérurgie continentale : France, Allemagne, Belgique, Luxembourg. Du point de vue belge la concurrence joue surtout pour la conquête des marchés extérieurs : en 1924 et durant le premier semestre 1925, Français, Luxembourgeois et Sarrois sont les adversaires les plus sérieux, la concurrence allemande restant modérée. À partir de juin 1925, celle-ci commence à se manifester ; elle s’accentue à l’automne tandis que les produits français commencent à attaquer le marché belge du fait de la dépréciation accélérée du franc français27.

  • 28 Archives CS. Dossier Ferrum. Warms à Brichant, 22-10-1924.
  • 29 H. Rieben. Les ententes de maîtres de forges, p. 184-187.
  • 30 Archives CS. Dossier Ferrum. Warms à Brichant, 22-10-1924.
  • 31 Bariéty. « Le rôle d’E. Mayrisch… », op. cit., p. 129. Archives CS. Dossiers Chiers Direction, 1919 (...)

27Dans ce contexte de concurrence exacerbée, quelle est la position des différents groupes sur le modèle d’organisation des marchés à adopter ? La situation de la métallurgie allemande est très mauvaise dès l’automne 1924 ; les prix de revient dépassent les prix de vente « il n’y a pas une seule usine qui puisse tenir encore six mois si cette exploitation à perte continue28 ». Cette situation perdure une bonne partie de 1925 où les usines allemandes pèsent peu à l’exportation (2 050 000 t) face aux usines franco-sarroises (3 436 000 t) et belgo-luxembourgeoises (3 633 000 t)29. La réaction est donc imposée par la situation : « le 10 janvier 1925, la frontière allemande doit se clore, il n’y a pas deux avis sur ce point30 ». Cette fermeture est complétée le 18 décembre par une entente entre la sidérurgie allemande et les industries de transformation celles-ci s’engageant à s’approvisionner en Allemagne en produits bruts sous réserve que les prix soient ceux du marché mondial. Ce repli sur le marché intérieur ne constituait cependant pas une fin en soi. Les pressions exercées par les usines françaises et belges pesaient à l’exportation comme sur les prix intérieurs allemands. Les usines allemandes préconisaient donc la conclusion d’ententes avec leurs partenaires européens. Dans cette perspective, sous la présidence de F. Thyssen, les sidérurgistes allemands reconstituèrent à la date du 1er novembre 1924 un cartel intérieur de l’acier. Celui-ci visait à réduire la production pour faire remonter les prix. Ce modèle, qui ne préjugeait pas de la future organisation des marchés, fut proposé dès novembre aux Français en vue de son extension sur le plan international. Ils en faisaient la condition pour attribuer aux Français une part de leur marché intérieur au profit de la métallurgie d’Alsace-Lorraine31.

  • 32 H. Rieben, Les ententes de maîtres de forges…, p. 184-187.
  • 33 MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 162. Labbé à Herriot, 14-11-1924 - 29-11-1924.
  • 34 MAEB. 10082. Gaiffier à Hymans, 11-12-1924.
  • 35 Groupement des hauts fourneaux. PVCA, 24-9-1924 - 22-10-1924 - 24-1-1925.

28Apparemment situées dans une même position de concurrence vis-à-vis de l’Allemagne les sidérurgies françaises et belges analysaient de manières différentes la situation et l’organisation future des marchés. La taille des marchés est un premier facteur de différenciation : en 1925 la sidérurgie belgo-luxembourgeoise a exporté 78 % de sa production contre 38 % pour la sidérurgie franco-sarroise32. Le marché intérieur représente donc un repli possible pour la France, non pour la Belgique. En outre, métallurgistes belges et français se trouvent dans une situation très différente vis-à-vis des usines luxembourgeoises et lorraines. Celles-ci ont été prises en charge par des groupes français. La convergence d’intérêts est donc totale entre usines françaises et lorraines qui font partie des mêmes groupes industriels. En revanche, nous avons vu que la constitution de l’UEBL avait été l’occasion d’une opposition formelle du Groupement des hauts fourneaux. L’absorption de la sidérurgie luxembourgeoise par la sidérurgie belge n’a pas eu lieu ; les deux groupes restent donc concurrents et même opposés en 1925. La position de la sidérurgie belge à la fin de 1924 est clairement exprimée par les positions prises par G. Trasenster, président du Groupement des hauts fourneaux. En novembre, il expose son point de vue au consul de France à Liège : entre 1919 et 1923 il était favorable à une entente franco-belgo-allemande imposée à l’Allemagne par la force. En 1924, les conditions ayant changé, il était favorable à une entente négociée. Celle-ci devait prendre la forme d’une union douanière à trois ; reprenant les schémas de L. Loucheur il précisait que seule une union continentale de cette nature pourrait s’imposer face à l’Angleterre et lui empêcher la fermeture de son marché33. Cette constitution d’un marché commun européen de l’acier correspondait parfaitement aux intérêts de la sidérurgie belge. D’un côté elle lui assurerait les moyens de pression susceptibles de conserver une grande partie de ses marchés outre-mer (qui passaient par l’Angleterre pour une bonne part) et d’empêcher le dumping allemand ou français à l’exportation ; de l’autre elle lui offrait une position de repli sur le marché continental et en particulier sur le marché français. Il s’agissait là d’une vision à long terme des intérêts de la sidérurgie belge qui se réalisa, sous une forme voisine, dans les années cinquante. À plus court terme, Trasenster proposait, comme substitut à sa première idée, un cartel très large, et non limité au simple contrôle de la production. Celui-ci organisant effectivement le marché pour les principaux produits, garantirait seul les intérêts commerciaux et financiers de la sidérurgie belge34. Pour Trasenster : les demi-mesures, les ententes partielles franco-allemandes n’étaient pas satisfaisantes. Il prenait nettement position pour l’entente complète ou la « bataille ». Cette position, qui reposait sur une réelle compétitivité des usines belges, maintenant reconstruites, aidées par la baisse du franc, excluait tout arrangement sur le modèle des contingents et ne tenait aucun compte des intérêts luxembourgeois, encerclés par les trois puissances voisines et pour qui le marché allemand demeurait un débouché quasi naturel. De même l’accord commercial germano-belge qui accordait à l’Allemagne la clause de la nation la plus favorisée en maintenant la fermeture du marché allemand à la sidérurgie belge avait-il été combattu par le Groupement des hauts fourneaux35.

  • 36 MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 162. Labbé à Herriot, 14-11-1924 - 29-11-1924.
  • 37 Archives CS. PVCA Chiers, 19-12-1924.
  • 38 MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 162. Labbé à Herriot, 14-11-1924 - 29-11-1924.
  • 39 MAEB. 10082. Gaiffïer à Hymans, 26-11-1924.

29Il semble qu’une partie de la métallurgie française n’aurait pas désavoué les projets de Trasenster. Deux très grands groupes, Marine-Homécourt, avec lequel Ougrée avait partie liée, et de Wendel étaient favorables à ses idées36. De même, une des solutions avancées par la métallurgie française pour résoudre la question des contingents alsaciens-lorrains consistait en un abaissement suffisant du taux de protection permettant la pénétration des produits français sur le marché allemand ce qui signifiait en partie la réciprocité37. Pourtant, la plupart des entreprises, conduites par Léon-Lévy (Chatillon-Commentry) se refusaient à suivre Trasenster sur le terrain trop risqué de l’union douanière38. Dans cette perspective la sidérurgie était conduite au dialogue bilatéral avec l’Allemagne. Il est probable que le Quai d’Orsay, suivi par les sidérurgistes, a voulu faire d’une entente franco-allemande préalable le pilier de l’entente européenne à constituer. Dans ces conditions, les autres groupes, belges et anglais, se seraient greffés sur cet axe en se voyant imposer certaines conditions. Le gouvernement belge s’inquiète de cette hypothèse. Ces appréhensions sont renforcées par les propos tenus par Seydoux à Gaiffïer à la fin novembre. Certes les Belges comme les Anglais et les Italiens seraient conviés si les négociations franco-allemandes débouchaient sur le terrain des cartels. Cependant, en cas d’accord sur l’échange de coke contre du minerai de fer, les Belges n’auraient rien à y voir39. Le complexe de l’encerclement économique de la Belgique par la France et l’Allemagne était toujours présent : l’ambassadeur conseillait à son gouvernement de ne pas être le dernier à négocier avec l’Allemagne.

  • 40 MAEB. 10082. Gaiffïer à Hymans, 7-1-1925. Archives CS, Dossier Ferrum. Warms à Bri-chant, 27-10-192 (...)

30En fait, ce furent les Allemands qui, dès les premiers contacts avec les Français réclamèrent l’élargissement de la négociation à la Belgique, l’Angleterre, la Pologne, la Tchécoslovaquie. Cette position s’explique en partie par les contacts établis dès la mi-octobre entre les sidérurgies allemandes et anglaises à Dûsseldorf. Les Anglais, en position d’infériorité, avaient demandé aux Allemands de prendre l’initiative de la constitution des cartels40. En novembre 1924, tout comme au début de 1924 entre Français et Anglais il semble que l’on ait décidé de commencer par la reconstitution de l’Entente internationale des rails.

  • 41 Archives CS, Dossier Chiers-direction, 1919-1939. Morard à Van Hoegaerden, 5-12-1924.

31Ces décisions furent communiquées aux représentants des usines françaises et des filiales des groupes belges Ougrée et la Providence à Paris le 4 décembre 1924. Ces derniers promirent de tout faire pour permettre la constitution des ententes nationales dans leur pays afin de permettre de négocier utilement sur le plan international. Malgré cette bonne volonté, les négociations piétinèrent durant une bonne partie de l’année41. Les oppositions d’intérêts, entre Français et Luxembourgeois d’un côté, Belges de l’autre, expliquent en grande partie ces difficultés.

  • 42 Archives CS, Chiers PVCA, 20-2-1925 - 20-3-1925 - 24-4-1925. PVCA OM, 29-6-1925.

32Celles-ci se manifestèrent tout d’abord sur le plan intérieur français. Elles provinrent surtout de la Chiers, filiale d’Ougrée. Les responsables de la Chiers refusaient les conceptions de leurs collègues français sur les principes de réorganisation de l’Office de statistique des produits métallurgiques (OSPM) qui devait être à l’origine de la constitution des comptoirs nationaux. La Chiers s’opposa à la création d’un système de redevance-ristourne, moyen d’un dumping à l’exportation. De même, la négociation de l’entente intérieure pour les rails fut très difficile. La Chiers considérait que « les quantités à attribuer aux usines ne devaient pas être proportionnelles uniquement aux capacités de production mais qu’on devrait encore tenir compte de la capacité de concurrence qui s’était révélée depuis la rupture des ententes » et dont la Chiers était responsable. Enfin, elle chercha à imposer la constitution d’une entente-fil que refusaient ses collègues. À la fin octobre l’entente-rail n’était toujours pas constituée sur le plan national du fait de cette entreprise. Dans la mesure où la Chiers était une filiale d’Ougrée et que le président d’Ougrée était également celui du GHF belge, cette opposition avait une signification internationale42.

  • 43 J. Bariéty, Le sidérurgiste…, op. cit. p. 131-132.
  • 44 MAEB. 10082. Gaiffier à Vandervelde, 2-7-1925. Nieuwenhuys à Vandervelde, 3-7-1925. Casteur à Vande (...)

33Sur ce plan, l’évolution, au cours du premier semestre 1925, se fit en l’absence des Belges. Le refus des métallurgistes belges de prendre en compte les intérêts luxembourgeois pousse la principale entreprise de ce pays, les ARBED, à négocier un accord privé avec les organisations professionnelles allemandes puis à rechercher son extension sur le plan franco-allemand. E. Mayrisch joue ainsi les intermédiaires entre Rohstahlgemeinschaft et Comité des forges du printemps 1925. On aboutit ainsi à l’accord du 17 juin 1925 signé à Luxembourg, qui permet l’entrée de 1 750 000 t de fonte et acier en provenance de France, Luxembourg, Sarre sur le marché allemand. Cet accord a pour contrepartie la mise en œuvre d’une entente internationale, l’octroi par la France de son tarif minimum au profit de la métallurgie de transformation allemande. Il devait entrer en vigueur avec l’accord commercial franco-allemand. L’impossibilité d’aboutir sur ce plan fit échouer provisoirement cette tentative43. Elle fut cependant très mal reçue en Belgique. D’une part les diplomates considéraient l’attitude de la France en la matière à la limite du tolérable dans la mesure où elle tendait à attirer le Luxembourg dans son orbite économique. De l’autre les sidérurgistes belges considéraient que cet accord fermait l’Allemagne à leurs produits et reportait à la grande exportation les produits que les usines allemandes ne vendraient plus sur le marché intérieur44. Aucune question de fond ne semblait donc réglée et la métallurgie belge maintenait son attitude d’opposition.

34On peut donc affirmer qu’à la fin 1925, c’est l’instabilité et la précarité des conditions du commerce international qui domine. En dépit de leur solidarité de fait dans le domaine monétaire, la France et la Belgique conduisent leur politique commerciale de manière séparée et isolée face à l’Allemagne ; les entreprises sidérurgistes s’opposent dans leurs conceptions de la future organisation internationale des marchés. Sur le plan monétaire, tous les efforts de la Belgique visent à séparer son destin de celui de la France, risquant ainsi d’accentuer les divergences.

C. La Belgique tentée par le « séparatisme » monétaire

  • 45 L’expression est de G. Theunis.
  • 46 1. H. Van der Wee, K. Tavernier, La Banque nationale de Belgique, p. 99-100.

35La crise monétaire de février-mars 1924 avait joué un rôle essentiel sur l’évolution de la politique belge durant l’été 1924. Le souci de l’indépendance économique de la Belgique passait par la prise « en mains »45 par les autorités belges de l’évolution du cours du franc. Pour le gouvernement, il s’agissait donc d’une stabilisation du change sans préjuger du retour à la parité-or d’avant guerre. Ces idées étaient partagées par les instances dirigeantes de la Banque nationale : la stabilisation serait une première étape, suivie d’une déflation prudente permettant, selon les possibilités de l’économie, de recouvrer la valeur-or de 1914. Cette ligne, suggérée dès 1923 par le service d’études de la Banque nationale (P. Van Zeeland, A.-E. Janssen) fut développée au cours du printemps 1924, probablement sous l’impulsion des contacts d’A.-E. Janssen avec les milieux financiers anglo-saxons dans le cadre des comités d’experts. Défendue le 24 septembre 1924 par Janssen devant le conseil général de la BNB, elle fut adoptée par le gouvernement Theunis et officialisée par la loi du 6 mars 1925. Celle-ci fondait la stabilisation monétaire sur des emprunts extérieurs importants46. Dans cette perspective deux options s’offraient quant aux futures relations monétaires avec la France : stabilisations réalisées de manière parallèle dans le cadre d’une union latine rénovée ; stabilisation totalement indépendante. Dans le premier cas on s’engageait sur une politique économique extérieure concertée, bien difficile à mener depuis les ruptures de 1924, dans le second, la Belgique recherchait les voies de l’indépendance dans une communauté d’intérêts plus marquée avec les puissances anglo-saxonnes au détriment de ses liens avec la France. Les choix ne furent cependant pas immédiats : ils devaient dépendre pour une part de l’évolution du franc français et de la capacité du cartel des gauches à prendre en mains la situation financière. La méfiance l’emportait de ce point de vue à Bruxelles depuis le mois de juin 1924. Les derniers mois du gouvernement Theunis furent principalement consacrés à des mesures de préparation. Les choix déterminants furent ceux du gouvernement Poullet-Vandervelde (juin 1925 -mai 1926) au sein duquel A.-E. Janssen occupait les fonctions de ministre des Finances : la continuité était ainsi totale depuis l’été 1924.

1. Les derniers choix de G. Theunis : appui sur les États-Unis

36Les choix initiaux de G. Theunis consistèrent à rechercher son principal appui auprès des milieux financiers américains. Il s’agissait de la seule véritable politique d’équilibre possible face aux puissances européennes : la France d’un côté, l’Angleterre de l’autre. Il s’agissait également d’une continuité puisque la banque Morgan avait soutenu financièrement la Belgique en 1920-1921 et s’était réservé l’exclusivité des emprunts de l’État belge sur le marché américain. Les contacts pris par Theunis lors de la conférence de Londres avaient permis l’émission d’un premier emprunt de 30 millions de dollars le 2 septembre 1924. Il maintint cette orientation privilégiée dans les six mois qui suivirent.

  • 47 S. Marks, Innocent abroad, p. 362-363. MAEB. 10488. Gutt à Theunis, 4-12-1924 -31-12-1924.

37La conférence financière réunie à Paris au début janvier 1925 et précédée de discussions d’experts fut l’occasion pour le gouvernement Theunis d’accentuer son orientation vers les États-Unis. Son rôle était de répartir les versements du plan Dawes entre ses bénéficiaires. Les revendications belges portaient sur le montant à percevoir sur les premiers versements Dawes en vue de l’extinction de la priorité reconnue à la Belgique en 1919 ; la seconde sur le pourcentage à recevoir sur les versements suivants : la présence des Etats-Unis, la première à une conférence des ministres des Finances, était légitimée par leurs revendications pour leurs propres dommages de guerre et frais d’occupation47.

  • 48 MAEB. 10488. Gutt à Theunis, 12-11-1924.
  • 49 Ibid. Gutt à Theunis, 4-12-1924 - 8-12-1924.
  • 50 Ibid. Gutt à Theunis, 27-11-1924 - 12-11-1924.
  • 51 MAEB. 10488. Note Delacroix, 30-9-1924. Theunis à Hymans, 29-9-1924. Gutt à Theunis, 17-11-1924. S. (...)

38Les principales initiatives furent prises par C. Gutt dans le cadre des discussions entre experts, avec l’appui de G. Theunis. Leur justification ressort clairement de ces lignes : « Le résultat a beaucoup de chances d’être ce que le voudront les États-Unis. C’est pourquoi je manœuvre pour faire alliance avec eux. Nous avons pour cela, outre les objets immédiats que nous poursuivons dans la conférence, d’autres raisons importantes que vous connaissez48. » Dans la première quinzaine de décembre une véritable alliance fut conclue entre Gutt et les négociateurs américains (Fraser et Logan) : les deux délégations appuieraient leurs revendications réciproques49. En revanche, les Belges cherchèrent, pour des raisons tactiques, à se démarquer des Français qui de toutes manières marcheraient avec les Américains50. Belges et Américains se trouvèrent surtout unis contre les Anglais. Ceux-ci avaient fait écarter la nomination de Logan à la Commission des réparations qu’ils jugeaient trop favorable aux Franco-belges. De même, ils tentèrent d’empêcher la participation américaine à la conférence. Vis-à-vis de la Belgique ils adoptèrent une position très dure : la priorité de ce pays étant plus qu’éteinte, celle-ci devrait rembourser un trop-perçu et ne recevoir de ce fait que 2,25 % des recettes du plan Dawes551

  • 52 MAEB. 10488. Note Theunis, 7-1-1925. Gutt à Theunis, 13-12-1924.

39L’appui belge aux thèses américaines visait un objectif à long terme : verser 2 % aux États-Unis constituait une « prime d’assurance bon marché contre la mauvaise volonté allemande ». Cela favoriserait la mobilisation de la dette de l’Allemagne. Dans l’immédiat il facilita le placement sur New-York de l’emprunt Morgan, 50 millions de dollars, du 18 décembre 1924. Le département d’État n’était décidé à l’autoriser qu’en échange de l’appui belge dans le cadre de la conférence. L’attitude belge qualifiée de splendid par Logan facilita les choses52.

  • 53 S. Marks, op. cit., p. 363-364.

40Le bilan des négociations fut favorable à la Belgique : solde de la priorité prélevé sur les recettes de la Ruhr ; perception de 4,5 % des versements allemands du plan Dawes. Les contacts favorables noués avec les autorités américaines furent poursuivis au-delà53.

  • 54 MAEB. 10488. Gutt à Theunis, 13-12-1924.
  • 55 Papiers Hymans, 174, conversation Theunis-Winston, 25-4-1925.
  • 56 H. Van der Wee, K. Tavernier, op. cit., p. 110. L. Ranieri, E. Francqui, p. 205.

41Dans le cadre de la conférence des ministres des Finances, la délégation américaine avait expressément refusé de discuter de la question des dettes de guerre54. En réalité, le règlement de celle-ci était devenu, depuis le début de l’année, une des conditions du gouvernement américain au soutien financier des puissances européennes débitrices. Le 25 avril 1925, Theunis reçoit officieusement le sous-secrétaire au Trésor américain. Celui-ci conseille de rechercher un arrangement avec les Américains avant la France. Theunis en convient : les offres de Clémentel de janvier 1925 (réserves en cas de non-paiement des réparations par l’Allemagne) ont été mal reçues. Le budget 1925 sera présenté en équilibre ; le change belge est stabilisé55. Le gouvernement prit sa décision au mois de mai. La mission chargée de négocier l’accord en août 1925 comprenait Francqui, Cattier (Banque d’Outremer) et Theunis, ce qui démontrait, après sa défaite aux élections, la continuité des choix en ce domaine. L’accord du 18 août 1925 étalait le remboursement de la dette belge (484 millions de $) sur soixante-deux ans56. C’est dans ce contexte, à la suite pourtant de quelques difficultés, que l’emprunt Morgan, 50 millions de dollars, du 12 juin 1925 put être émis aux États-Unis.

  • 57 MAEB. 10490. Delacroix à Theunis, 29-1-1925 - 10-2-1925. MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 91. Tél. He (...)

42Cette orientation américaine de Theunis correspondait principalement à une volonté d’indépendance de celui-ci vis-à-vis des trois États européens voisins. Elle est également déterminée par l’impossibilité de se procurer ailleurs des capitaux. L’Angleterre se réserve encore, du fait de la préparation du retour de la livre au pair. En outre, elle pose des conditions politiques à son assistance : les démarches effectuées par Delacroix à Londres en février 1925 en vue de négocier l’émission d’une première tranche d’obligations des chemins de fer du Reich se heurte à des obstacles : évacuation de la Ruhr et de la zone de Cologne ; règlement de la question de la sécurité et des dettes. Quant aux ouvertures de Schacht en vue d’un remboursement rapide des marks, elles ont pour contrepartie des conditions politiques que Theunis refuse57.

43La politique de Theunis, entre septembre 1924 et avril 1925, avait permis, grâce au soutien financier américain, une régularisation du cours du franc belge à un taux voisin de 20 F par dollar ou 100 F par livre. Le départ du cabinet Theunis le 5 avril 1925 à la suite des élections du 4 avril laissait entre les mains du cabinet issu de la nouvelle majorité démocrate-chrétienne-socialiste les choix décisifs.

  • 58 MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 113. Herbette au ministre, 27-12-1924 - 19-1-1925 -19-1-1925.
  • 59 MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 113. Herbette au ministre, 21-1-1925 - 29-1-1925.

44Ceux-ci avaient pourtant déjà fait l’objet d’un débat interne aux milieux politiques et économiques belges depuis la fin de l’année 1924. Celui-ci dépasse de beaucoup le débat académique entre d’évaluateurs et revalorisateurs. La grande industrie, représentée par le CCI, relayée par certains journaux tels la Nation belge, est favorable à la stabilisation au cours actuel et refuse toute revalorisation : l’exportation et l’industrie belges sont en cause. L’industrie reçoit dans ce débat l’appui discret de la Générale de Belgique qui met en doute la possibilité d’une revalorisation dans son rapport de 1924 et d’E. Francqui, favorable à une stabilisation à un niveau bas58. La Banque nationale, relayée par une partie de la haute banque (Philippson), soutient la politique de Theunis de revalorisation lente du franc59.

  • 60 Ibid, C Belgique 114. Herbette au ministre, 17-3-1925 - 25-3-1925 - 8-4-1925 - 19-5-1925.

45Le débat est nourri d’éléments extérieurs à partir de mars 1925 où une partie de la presse belge fait écho aux analyses de la presse financière britannique, proche de la Cité, qui prônent une indépendance du franc belge vis-à-vis du franc français60. Le rétablissement de la convertibilité de la livre sur la base de la convertibilité-or, effective en mai 1925, donnait à la Banque d’Angleterre et à la Cité la possibilité de recouvrer leur rôle financier en Europe et dans le monde. La stabilisation des monnaies sous les règles du GES constituaient la base de ce programme. La Belgique, traditionnellement liée à la France dans le cadre de l’union latine, devait y trouver une place de choix. Le succès d’une stabilisation du franc belge sous l’égide de la Banque d’Angleterre isolerait la France et la conduirait à entrer à son tour dans le nouveau cadre. La tentative de stabilisation Janssen d’octobre 1925-mars 1926 peut être considérée comme le pur produit de ces ambitions.

2. Le franc belge sous influence anglaise ?

  • 61 H. Van der Wee, K. Tavernier, op. cit., p. 107.
  • 62 MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 91. Herbette au ministre, 15-5-1925 - 18-6-1925. Ibid. C. Belgique 1 (...)

46La constitution du nouveau cabinet belge fut l’occasion d’une crise politique longue (plus de deux mois) et dommageable au franc belge : il passa de 96 F la livre le 12 mai à 109 F le 1er juillet et 117,50 F à la mi-septembre61. La coalition au pouvoir n’inspirait guère confiance aux milieux économiques. Elle fut jugée peu favorable à de bonnes relations avec la France par l’ambassadeur Herbette62. L’expérience monétaire qu’elle allait entreprendre fut donc observée avec méfiance, sinon hostilité de la part de celui-ci comme du gouvernement de la République.

47La nomination d’A.-E. Janssen au ministère des Finances plaçait cependant la politique monétaire du Gouvernement sous les apparences de la continuité. Issu de la Banque nationale, il conduirait celle-ci en étroite collaboration avec elle. La décision de passer d’une régularisation du cours du franc à une stabilisation définitive sous l’égide de l’étalon de change-or est avant tout celle de la Banque nationale qui sut convaincre Janssen de s’y prêter.

  • 63 H. Van der Wee K. Tavernier, op. cit., p. 109.
  • 64 Ibid., p. 110
  • 65 MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 115-116. Herbette à Briand, 18-1-1926. Briand à Herbette, 5-9-1925.
  • 66 MAEF. RC 1918-1940. C. Belgique 114. Herbette à Briand, 16-6-1925.
  • 67 H. Van der Wee, K. Tavernier, op. cit., p. 113-114.
  • 68 Société générale de Belgique, rapport exercice 1925.

48Les choix effectués par la Banque nationale proviennent d’entretiens, en mars puis juillet 1925, entre le gouverneur Hautain et les gouverneurs des banques centrales allemande, américaine et anglaise. A la fin juillet 1925, Norman et Strong sont à Bruxelles et approuvent les grandes lignes de son plan de stabilisation fondé sur un emprunt extérieur de 150 millions de dollars63. Il est probable qu’il fut encouragé dans cette voie par Norman, décidé à isoler la France, et par Schacht avec qui il évoqua à nouveau la possibilité d’une solution à la question des marks en échange de la restitution d’Eupen-Malmédy64. Pourtant la décision de rompre l’union latine et de stabiliser sans la France ne fut pas immédiate ; en mars, Hautain semble avoir tenté de convaincre le gouverneur de la Banque de France, Robineau, de réaliser une stabilisation concertée avec la Belgique ; en août 1925, il hésite encore et semble prêt à attendre une stabilisation du cours du franc français en vue d’une opération simultanée. L’échec du voyage de Caillaux en septembre aux États-Unis fut probablement déterminant dans la décision de stabiliser sans la France65. L’évolution du cours du franc français explique également la décision prise. Celui-ci connut deux alertes au cours du second semestre 1925. En juin, le cours moyen mensuel de la livre passe à plus de 100 F à Paris, entraînant dans sa chute le franc belge. Une nouvelle fois, une grande partie de la presse dénonce les responsabilités de la politique du Cartel ; les communiqués du ministère des Finances démontrent la supériorité de la situation financière belge ; la presse belge reprend les articles de la presse financière anglo-saxonne qui a réclamé la dissociation des deux devises66. La nouvelle alerte sur le franc français en septembre-octobre (cours mensuel de la livre : 109,20 F) fut l’occasion des choix définitifs. À partir du 17 septembre, à la demande du Gouvernement, la BNB intervint massivement sur le marché des changes et stabilisa en quelques jours le cours de la livre à environ 106 F67. Cette décision fut, semble-t-il, assez bien acceptée dans l’opinion et dans les milieux financiers. Le rapport de la Société générale pour l’année 1925 en témoigne : « Tout le monde a suivi avec une attention angoissée la chute du franc français. En appliquant, dès le mois de septembre, sa politique de stabilisation, le Gouvernement a heureusement pu rompre à point nommé, la relation qui existait entre le franc belge et le franc français et éviter le trouble économique qui aurait accompagné (…) une dépréciation brusque de la monnaie68. »

  • 69 H. Van der Wee, K. Tavernier, op. cit. p. 116-161. V. Janssens, Le Franc belge, p. 180-193.

49L’histoire de la tentative de stabilisation Janssen et de son échec a été remarquablement décrite par V. Janssens et par H. Van der Wee et K. Tavernier. La description des principales étapes de cette tentative suffisent pour notre propos. Les projets du Gouvernement furent communiqués aux banques le 28 septembre qui les acceptèrent sans véritable enthousiasme semble-t-il, leur succès dépendant en grande partie de la possibilité d’obtenir des financiers anglo-saxons les masses de manœuvre en devises nécessaires. Les responsables du gouvernement et de la Banque nationale eurent à cet effet plusieurs cycles de négociations à Londres (début puis mi-octobre) puis à New York et à Londres (novembre). Au début de décembre, le gouvernement et la BNB n’avaient pu obtenir des Anglo-Saxons que des crédits provisoires de deux fois 27,5 millions de dollars. Quant à l’emprunt de stabilisation, initialement prévu pour un long terme, il se limita à une offre de 100 millions de dollars pour trois ans, assorti de conditions très dures, présenté par Norman le 17 février 1926. Les conditions d’un échec étaient dès lors réunies69.

50Les explications des réticences de la finance anglo-saxonne, qui avait pourtant encouragé la Belgique dans un premier temps, reposent sur une critique de la conception même du projet. Celles-ci vinrent surtout des banquiers privés et en particulier du groupe Morgan. Leur principale critique reposait sur l’insuffisance des mesures de stabilisation interne : pour eux l’équilibre budgétaire et la consolidation de la dette flottante devaient avoir la priorité. Ensuite seulement la stabilisation du cours du change s’imposerait. L’évolution de la situation sur les marchés des changes et les difficultés qui s’ensuivirent leur donnèrent en fait raison. Il est à noter que, dans le débat entre autorités belges et anglo-saxonnes, les principales difficultés vinrent des États-Unis, Norman jouant le plus souvent le rôle de médiateur, ce qui confirme son rôle particulier dans toute cette affaire.

  • 70 MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 115. Jaunez à Briand, 15-10-1925. MAEF. Y internationale 245. Note 2 (...)
  • 71 MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 116. Herbette à Briand, 18-1-1926.

51La politique du gouvernement et des autorités françaises durant ces difficultés est surtout celle de l’abstention. L’attitude du gouvernement belge, celle des journaux qui analysent avec satisfaction l’évolution favorable du cours du franc belge par rapport au franc français à partir d’octobre (Herbette parle de « délire ») sont jugées « scandaleuses » au Quai d’Orsay. Les diplomates en poste à Bruxelles considèrent avec méfiance la dépendance en cours d’installation de la devise belge à l’égard de la livre sterling qui risque d’avoir des conséquences économiques, financières et même politiques dans les relations franco-belges. Enfin la rupture de l’Union latine, en date du 28 décembre 1925, est-elle très mal reçue à Paris70. Pourtant, les difficultés rencontrées par le ministre Janssen redressent ces premières inquiétudes : les difficultés de l’opération apparaissent assez vite à Herbette, très lucide et bien renseigné. Au début janvier ses dépêches changent de ton : « Tout n’est pas dit en effet, et les plus belles conceptions sur le papier ne résistent pas toujours victorieusement à l’action des faits71. »

  • 72 Ibid. C Belgique 115. Jaunez à Briand, 20-10-1925. Herbette à Briand, 7-10-1925 -30-9-1925 - 10-11- (...)

52Les analyses de l’ambassadeur étaient nourries des contacts qu’il avait avec les milieux industriels et financiers belges. D’une manière générale, ils considéraient la stabilisation comme prématurée. La situation des finances extérieures de la Belgique - balance des comptes -restait débitrice et ne permettait pas d’asseoir une stabilisation. Une partie d’entre eux demeurait favorable à une entente préalable avec la France. Leurs analyses étaient partagées par les milieux financiers parisiens sceptiques sur l’issue de l’expérience en cours. Les analyses les plus dures étaient celles de Francqui, acquis depuis longtemps à une forte dépréciation de la monnaie. Pour lui les Anglo-Saxons, et en particulier la Cité de Londres, poussaient à une stabilisation définitive des monnaies française et belge afin d’affaiblir la capacité concurrentielle des industries des deux pays. Cette critique fut relayée par une partie de l’opposition et notamment par Jaspar, proche des idées de Francqui. Quant à la presse, informée des exigences croissantes des banques anglo-saxonnes, elle dénonçait leur impérialisme financier : « Nous sommes gouvernés par des banquiers étrangers72. »

  • 73 H. Van der Wee, K. Tavernier, op. cit., p. 119-120. MAEF. RC 1918-1940, C Belgique 115-116. Herbett (...)

53Les pressions spéculatives causées par la baisse du franc français à partir d’octobre 1925 sont en grande partie responsables de l’échec de l’expérience Janssen. Face à cette devise dont le cours moyen mensuel évolue de 109,80 F la livre en octobre 1925 à 132,40 F en février 1926, le maintien du taux de 106-107 F la livre pour le franc belge devient très difficile. Cette évolution est due à des facteurs psychologiques ; jusqu’en 1925 les deux monnaies ont évolué en sympathie : le maintien du cours de 106-107 F la livre pouvait sembler difficile à tenir. Surtout, la baisse du franc français provoque une vague d’achats spéculatifs sur le marché français de la part de maintes entreprises belges (charbon, acier) au point que le gouvernement belge, poussé par les autorités monétaires anglaises, envisage une surtaxe sur les importations françaises ; d’autres profitent d’un écart qu’elles jugent temporaire entre les deux devises pour rembourser leurs dettes en francs français. Herbette est tenu au courant de cette situation par Janssen lui-même : ce sont 500 millions (30 novembre 1925) puis 700 millions (15 décembre) qui passent ainsi de Belgique en France73.

  • 74 H. Van der Wee, K. Tavernier, op. cit., p. 121.

54Ces mouvements ont deux conséquences. Sur le plan intérieur ils assèchent les liquidités des banques qui liquident une partie de leurs bons du Trésor : « Le spectre de la dette flottante réapparaissait sur la scène de l’assainissement monétaire belge74. » Sur le plan externe le soutien du franc belge coûte de plus en plus cher et épuise les réserves de change : 67 millions de dollars entre le 17 septembre 1925 et le 10 mars 1926. À partir de décembre 1925, le financement de la dette flottante se fait par émission de bons du Trésor en devises-or sur le marché international.

55Les nouvelles conditions imposées par la finance anglo-saxonne à partir du 17 février témoignent de la victoire des banquiers belges : le nouveau plan de stabilisation devra être décidé avec leur collaboration. Ceux-ci ne l’accepteront que dans le cadre d’une nouvelle combinaison politique. Le 8 mars, Francqui demande la démission de Janssen ; le 15 mars la BNB renonce à intervenir sur le marché et laisse filer la livre à 121,50 F. Le cabinet Poullet disparaît dans la tourmente pour faire place à un cabinet d’union nationale présidé par Jaspar avec Francqui, ministre sans portefeuille chargé de la restauration monétaire.

  • 75 MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 117. Herbette à Briand, 5-5-1926.

56L’expérience Janssen et son échec eut des conséquences multiples et importantes quant à l’évolution des relations économiques entre les deux pays et la politique monétaire respective de la France et de la Belgique. Elle démontra, de manière négative, la force des liens monétaires entre les deux pays : le 5 mai 1926, le franc français avait retrouvé le pair par rapport au franc belge75.

  • 76 MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 116-117. Herbette à Briand, 18-1-1926 - 9-5-1926.

57Elle écarte provisoirement la solution britannique comme point d’appui en vue de la stabilisation. Hautain considère depuis janvier les financiers anglo-saxons comme des « requins » aux « odieuses exigences » ; il s’insurge en particulier contre les conditions posées par les britanniques en mars selon lesquelles « la Belgique s’engagerait à suivre tant au point de vue économique que financier la politique que lui tracerait l’Angleterre » ; cette vassalité consacrerait la ruine de l’industrie belge76.

  • 77 Ibid. C Belgique 114. Finances à Affaires étrangères, 28-5-1925 - 14-3-1925. Ibid. C Belgique 117. (...)

58Du côté français, l’expérience belge fut anxieusement observée et analysée. En mars 1925, la politique de Theunis est citée en exemple par le président du Conseil. En mai 1925, Caillaux s’appuie sur l’attitude des journaux socialistes belges pour refuser la solution d’un prélèvement sur le capital. L’échec de l’expérience Janssen, surtout, fut analysé. Gaiffier constate que l’on a « vu sans déplaisir le franc belge rejoindre, dans sa chute rapide, le franc français » mais constate le caractère modéré et sympathique pour la Belgique de la presse française. Surtout l’opinion publique est mise en garde contre une stabilisation avec concours étranger. Cette attitude est celle d’Herbette qui dénonce, le 16 mars 1926, un plan britannique pour affaiblir l’industrie belge. Ces idées sont reprises par le président du Conseil dans une note du 24 mars. De même, Seydoux dans un entretien avec Jay - de la banque Morgan - aussi bien que le ministre des Finances et le gouverneur de la Banque de France déduisent de l’expérience belge que la priorité est à l’assainissement financier intérieur et que l’appel au capital étranger doit intervenir dans des quantités restreintes et en toute dernière limite77.

  • 78 Ibid. C Belgique 117. Herbette à Briand, 24-3-1926. MAEB. 2374 bis/Vf. Gaiffier à Van-dervelde, 18- (...)

59Enfin, l’échec de la stabilisation Janssen ouvre une nouvelle fois les portes à une politique monétaire franco-belge concertée. C’est l’avis de Francqui, dès le 24 mars 1926, exprimé au cours d’un entretien avec Herbette. Il préconise des conversations entre les deux gouvernements en vue d’un rétablissement parallèle et solidaire des deux monnaies. Une nouvelle convention monétaire franco-belge, destinée à remplacer l’Union latine, pourrait en fournir le cadre78.

Notes

1 MAEF. Europe 1918-1940. B 117, Herbette à Herriot, 27-8-1924.

2 MAEB. 3013 18 XII. Note du 8-9-1924 pour le ministre.

3 MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 32, Herbette à Herriot, 9-7-1924 - 6-8-1924 - 21-8-1924. Jaunez à Herriot, 8-9-1924. Groupement des hauts fourneaux - PVCA : 21-5-1924.

4 MAEF. Europe 1918-1940. B 117. Tél. Herbette, 6-9-1924 - 13-9-1924. Tél. Jaunez, 23-9-1924.

5 AN F 12, 8882. Note pour le ministre, 27-9-1924. Charraut à Elbel, 23-9-1924. MAEB. 3013-18 XII. O. de Thieusies à Hymans, 25-9-1924. Hymans à Jaunez, 22-9-1924.

6 MAEB. 3013-18 XII. Gaiffier à Hymans, 30-9-1924 - 3-10-1924. Theunis à Hymans, 8-10-1924.

7 MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 32. Tél. Berlin, 23-9-1924. F. Vanlangenhove, L’élaboration…, p. 46-48.

8 MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 32/33, Jaunez à Herriot, 25-9-1924 - 2-190-1924 -3-10-1924 - 8-10-1924 - 11-10-1924 - 15-10-1924.

9 MAEB. 3013-18/XII. Gaiffier à Hymans, 1-10-1924. Hymans à Gaiffier, 4-10-1924.

10 MAEB. 3013-18/XII. Gaiffïer à Hymans, 23-10-1924, 11-10-1924.

11 MAEB. 3018-18/XII. Gaiffïer à Hymans, 16-10-1924 - 17-10-1924 - 18-10-1924 - 21-10-1924 - 22-10-1924 - 23-10-1924.

12 MAEB. 3013-18/XII. Note du 24-10-1924. ANF 12, 8882. Note pour le Président de la République.

13 AN F 12, 8882. Charriaut à Elbel, 23-9-1924. MAEF. RC 1918-1940 - C Belgique 32. Tél. Margerie, 23-9-1924 - Jaunez à Herriot, 27-9-1924.

14 MAEF. Europe 1918-1940. B 117. Herbette à Herriot, 17-11-1924. Tél. Laroche à Herbette, 14-11-1924.

15 MAEF. RC 1918-1940 - C Belgique 33. Herbette à Herriot, 26-11-1924 - 10-12-1924 28-12-1924 - 27-1-1925 - 29-1-1925 - 3-2-1925 - 19-2-1925.

16 MAEF. RC 1918-1940 - C Belgique 33. Herbette à Herriot, 15-11-1924 - 27-1-1925 -17-2-1925. Margerie à Herriot, 11-11-1924 - 15-11-1924.

17 MAEF. RC 1918-1940 - C Belgique 33, Herbette à Herriot, 9-12-1924. MAEF-Europe 1918-1940 - Belgique 117. Herbette à Herriot, 17-11-1924.

18 H. Van der Wee et B. Tavernier, La Banque nationale de Belgique, p. 101.

19 MAEF. RC 1918-1940 - C Belgique 33. Herbette à Herriot, 12-11-1924.

20 AN F 12, 8882. Note pour le ministre du Commerce, 8-1-1925.

21 MAEF. Europe 1918-1940. Belgique 117. Herbette à Herriot, 19-2-1925.

22 MAEB. 2451 bis. Rapport sur le modus vivendi du 4-4-1925.

23 F. Vanlangenhove. L’élaboration…, p. 49.

24 MAEB. 2451 bis. Rapport sur le modus vivendi du 4-4-1925.

25 MAEF. Europe 1918-1940. Belgique 117. Herbette à Briand, 4-7-1925.

26 J. Bariéty. « Le rôle d’E. Mayrisch entre les sidérurgies allemande et française après la première guerre mondiale », RI n° 1, p. 129.

27 Archives CS. PVCA Socobelge, 26-1-1925 - 29-9-1925 - 26-10-1925 - 30-11-1925.

28 Archives CS. Dossier Ferrum. Warms à Brichant, 22-10-1924.

29 H. Rieben. Les ententes de maîtres de forges, p. 184-187.

30 Archives CS. Dossier Ferrum. Warms à Brichant, 22-10-1924.

31 Bariéty. « Le rôle d’E. Mayrisch… », op. cit., p. 129. Archives CS. Dossiers Chiers Direction, 1919-1939. Morard à Van Hoegaerden, 5-12-1924.

32 H. Rieben, Les ententes de maîtres de forges…, p. 184-187.

33 MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 162. Labbé à Herriot, 14-11-1924 - 29-11-1924.

34 MAEB. 10082. Gaiffier à Hymans, 11-12-1924.

35 Groupement des hauts fourneaux. PVCA, 24-9-1924 - 22-10-1924 - 24-1-1925.

36 MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 162. Labbé à Herriot, 14-11-1924 - 29-11-1924.

37 Archives CS. PVCA Chiers, 19-12-1924.

38 MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 162. Labbé à Herriot, 14-11-1924 - 29-11-1924.

39 MAEB. 10082. Gaiffïer à Hymans, 26-11-1924.

40 MAEB. 10082. Gaiffïer à Hymans, 7-1-1925. Archives CS, Dossier Ferrum. Warms à Bri-chant, 27-10-1924.

41 Archives CS, Dossier Chiers-direction, 1919-1939. Morard à Van Hoegaerden, 5-12-1924.

42 Archives CS, Chiers PVCA, 20-2-1925 - 20-3-1925 - 24-4-1925. PVCA OM, 29-6-1925.

43 J. Bariéty, Le sidérurgiste…, op. cit. p. 131-132.

44 MAEB. 10082. Gaiffier à Vandervelde, 2-7-1925. Nieuwenhuys à Vandervelde, 3-7-1925. Casteur à Vandervelde, 8-7-1925. Archives CS - PVCA OM, 29-6-1925.

45 L’expression est de G. Theunis.

46 1. H. Van der Wee, K. Tavernier, La Banque nationale de Belgique, p. 99-100.

47 S. Marks, Innocent abroad, p. 362-363. MAEB. 10488. Gutt à Theunis, 4-12-1924 -31-12-1924.

48 MAEB. 10488. Gutt à Theunis, 12-11-1924.

49 Ibid. Gutt à Theunis, 4-12-1924 - 8-12-1924.

50 Ibid. Gutt à Theunis, 27-11-1924 - 12-11-1924.

51 MAEB. 10488. Note Delacroix, 30-9-1924. Theunis à Hymans, 29-9-1924. Gutt à Theunis, 17-11-1924. S. Marks, Innocent abroad, p. 363.

52 MAEB. 10488. Note Theunis, 7-1-1925. Gutt à Theunis, 13-12-1924.

53 S. Marks, op. cit., p. 363-364.

54 MAEB. 10488. Gutt à Theunis, 13-12-1924.

55 Papiers Hymans, 174, conversation Theunis-Winston, 25-4-1925.

56 H. Van der Wee, K. Tavernier, op. cit., p. 110. L. Ranieri, E. Francqui, p. 205.

57 MAEB. 10490. Delacroix à Theunis, 29-1-1925 - 10-2-1925. MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 91. Tél. Herbette, 22-3-1925.

58 MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 113. Herbette au ministre, 27-12-1924 - 19-1-1925 -19-1-1925.

59 MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 113. Herbette au ministre, 21-1-1925 - 29-1-1925.

60 Ibid, C Belgique 114. Herbette au ministre, 17-3-1925 - 25-3-1925 - 8-4-1925 - 19-5-1925.

61 H. Van der Wee, K. Tavernier, op. cit., p. 107.

62 MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 91. Herbette au ministre, 15-5-1925 - 18-6-1925. Ibid. C. Belgique 114 : Herbette au ministre : 3-6-1925 - 9-6-1925.

63 H. Van der Wee K. Tavernier, op. cit., p. 109.

64 Ibid., p. 110

65 MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 115-116. Herbette à Briand, 18-1-1926. Briand à Herbette, 5-9-1925.

66 MAEF. RC 1918-1940. C. Belgique 114. Herbette à Briand, 16-6-1925.

67 H. Van der Wee, K. Tavernier, op. cit., p. 113-114.

68 Société générale de Belgique, rapport exercice 1925.

69 H. Van der Wee, K. Tavernier, op. cit. p. 116-161. V. Janssens, Le Franc belge, p. 180-193.

70 MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 115. Jaunez à Briand, 15-10-1925. MAEF. Y internationale 245. Note 21-10-1925. Jaunez à Briand, 28-10-1925. H. Van der Wee, K. Tavernier, op. cit., p. 133.

71 MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 116. Herbette à Briand, 18-1-1926.

72 Ibid. C Belgique 115. Jaunez à Briand, 20-10-1925. Herbette à Briand, 7-10-1925 -30-9-1925 - 10-11-1925. Affaires étrangères à Finances, 26-9-1925. V. Janssens, Le Franc belge, p. 188.

73 H. Van der Wee, K. Tavernier, op. cit., p. 119-120. MAEF. RC 1918-1940, C Belgique 115-116. Herbette à Briand, 25-11-1925 - 9-12-1925 - 15-12-1925 - 4-1-1926.

74 H. Van der Wee, K. Tavernier, op. cit., p. 121.

75 MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 117. Herbette à Briand, 5-5-1926.

76 MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 116-117. Herbette à Briand, 18-1-1926 - 9-5-1926.

77 Ibid. C Belgique 114. Finances à Affaires étrangères, 28-5-1925 - 14-3-1925. Ibid. C Belgique 117. Herbette à Briand, 16-3-1926. Notes Seydoux, 2-4-1926 - 24-3-1926.

78 Ibid. C Belgique 117. Herbette à Briand, 24-3-1926. MAEB. 2374 bis/Vf. Gaiffier à Van-dervelde, 18-3-1926 - 14-5-1926.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540