Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, la Belgique et l’organisation économique de l’Europe, 1918-1935

 | 
Éric Bussière

Troisième partie. Vers une Europe des producteurs

Introduction

Texte intégral

1La période 1919-1924 a été dominée par une tentative française de réorganiser l’Europe. Elle visait, en regroupant autour d’elle des régions ou puissances économiquement importantes à rééquilibrer (version modérée) ou affaiblir (version radicale) l’économie allemande. En partie malgré elle, la Belgique n’a pu éviter d’entrer dans ce jeu à ses côtés. La période qui s’ouvre à partir de l’été 1924 devait nécessairement aboutir à la définition d’un nouveau schéma. Une organisation plus durable, dans un contexte de paix économique, fut donc recherchée. L’idée d’une organisation européenne, sur le plan économique comme sur le plan politique, fut pour la première fois posée en termes modernes.

2Pour la Belgique, la dépendance en termes financiers ou commerciaux à l’égard de l’Angleterre, les liens économiques étroits avec les deux grandes puissances continentales voisines, la tradition libre-échangiste, feraient-elles pencher vers une politique d’équilibre - donc une Europe élargie - que l’histoire du xixe siècle avait imposée ? En tout état de cause, le caractère privilégié des relations avec la France semblait appartenir au passé. Du côté français, la nature des futures relations avec l’Allemagne restait le premier des problèmes. On peut dès lors se demander si ne se dessinerait pas plutôt une organisation à base « continentale » de l’Europe de l’Ouest où l’axe Paris-Berlin entraînerait nécessairement les choix de la Belgique.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540