Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, la Belgique et l’organisation économique de l’Europe, 1918-1935

 | 
Éric Bussière

Deuxième partie. Cristallisation des ambitions et ruptures : 1923-1924

Conclusion de la deuxième partie

Texte intégral

1Les événements qui éclatèrent en janvier 1923 dans la Ruhr sont incontestablement le produit du drame des réparations et de l’incapacité des puissances à le résoudre. À bien des égards, ils sont également le prolongement des projets issus de la guerre dans le domaine économique et dont les réparations pouvaient constituer l’un des éléments de mise en œuvre. Rappelons que l’Union économique franco-belge, agrandie de la Sarre et du Luxembourg devait en constituer la base. La possibilité d’y inclure la Rhénanie et la Ruhr, un moment entrevue à l’automne 1923, donne l’image d’un bloc capable de dominer économiquement une Allemagne réduite et de balancer en importance, l’Angleterre ou le bloc anglo-saxon.

2Le projet n’était pas initialement présent au cours du premier semestre 1923 ; le gouvernement belge n’en voulait pas, ses concepteurs français n’étaient plus au pouvoir ou penchaient pour des solutions plus raisonnables. Les faits se chargèrent à l’automne de le replacer un moment au premier plan.

3L’alliance franco-belge en 1923 ne se limite pas à une simple solidarité financière. Les deux pays se trouvent placés dans une situation voisine de compétitivité par rapport à l’Angleterre et à l’Allemagne. Mais cette solidarité ne débouche pas sur une union économique ; elle est purement négative, contre l’industrie allemande. Les industriels belges veulent leur intégration dans le marché français mais leurs collègues français ne le désirent pas ; bien plus, ils se retrouvent en concurrence sur les marchés extérieurs et ne parviennent pas à s’entendre sur le terrain.

4Cette solidarité, toute négative, risque de devenir dangereuse à la fin de 1923. L’article 6 de l’accord commercial constitue une chaîne qui entrave les Belges et dont les Français risquent de se servir à leur profit : c’est l’encerclement qui menace. La solidarité financière est pleine de périls dont Theunis prend la mesure entre janvier et mars 1924.

5Les événements du début de 1924 marquent la prise de conscience, parmi les responsables belges, du risque d’une perte de leur indépendance économique, sans aucun profit. Le printemps et l’été correspondent à un rééquilibrage nécessaire dans leur politique : orientation financière vers les Anglo-Saxons, commerciale vers l’Allemagne. Mais ce rééquilibrage ne signifie pas que cette liberté, nécessaire à une petite économie qui se veut ouverte comme la Belgique, soit retrouvée. Le poids économique de l’Allemagne, celui de l’impératif monétaire qui fournit des armes aux Anglo-Saxons signifient que le nouvel équilibre dont la Belgique a besoin pour vivre sera difficile à trouver.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540