Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, la Belgique et l’organisation économique de l’Europe, 1918-1935

 | 
Éric Bussière

Deuxième partie. Cristallisation des ambitions et ruptures : 1923-1924

Chapitre V

La Belgique reprend sa liberté économique

Texte intégral

A. De la victoire du cartel à la conférence de Londres : les Belges surveillent Herriot et s’en éloignent

  • 1 MAEB. 11103. Délia Faille à Hymans, 12-5-1924 - 16-5-1924. MAEB. 10075/VII. Hannecart à Hymans, 24- (...)

1La période d’accalmie qui suivit les élections françaises du 11 mai et s’étendit jusqu’aux premières initiatives d’Herriot fut mise à profit par le Gouvernement belge pour définir sa politique sur les principales questions en suspens. Le maintien d’une politique de fermeté à l’égard de l’Allemagne était défendu par le ministre de Belgique à Berlin, Délia Faille : « L’Allemagne n’obéit qu’à la contrainte ; elle fera tout ce qu’elle pourra pour éluder les engagements qu’elle sera appelée à prendre ; la mauvaise foi allemande est sans limite. » D’où la nécessité de garanties et d’instruments de contrainte pour s’assurer de la mise en œuvre effective du plan des experts. Certains entretiens des responsables de la MICUM avec des industriels allemands allaient dans ce sens1. Les analyses d’ordre politique étaient renforcées par des considérations d’ordre économique émanant des industriels belges étayées par les rapports de Hannecart, représentant belge dans la Ruhr. L’évolution des prix des produits métallurgiques était défavorable aux usines belges et françaises depuis mars 1924 et ce dans toute la gamme des produits. Le 18 février les produits français bénéficiaient des avantages suivants :
– fonte : 30 % ;
– demi-produits : 25 % ;
– produits finis : 17 %.

2Au 25 mars 1924 les prix allemands étaient inférieurs de :
– 8,5 % sur la fonte ;
– 21 % sur les demi-produits ;
– 19 % sur les produits finis.

  • 2 Archives Paribas. Allemagne, 1/6. Hannecart à Hymans, 4-4-1924. Archives CS, PVCA Cockerill,
    2-6-19 (...)

3Les usines allemandes pouvaient dès lors entrer en lutte contre les usines belges : Krupp offrait des bandages à 20 F ou 30 F de moins la tonne que ses concurrents belges. Stinnes et Thyssen poussaient leur production et prévoyaient la baisse des prix pour avril. La situation ne pouvait que s’aggraver en cas de remise en cause du système économique de contrainte lié à l’occupation de la Ruhr : cordon douanier, taxes à l’exportation, licences, auquel venait s’ajouter le tarif différentiel belge de 1921 et les clauses douanières du traité de Versailles valables jusqu’en janvier 1925. Les analyses de Hannecart furent soutenues par une délégation de métallurgistes conduite par Greiner (Cockerill) auprès de Theunis à la fin mai. Dans un premier temps Hannecart conseillait de ne pas se laisser impressionner par les « jérémiades allemandes » et « d’éclairer certains politiciens à courte vue […] qui se font trop facilement les détracteurs de la politique franco-belge dans la Ruhr ». Au-delà, Hannecart conseillait le maintien, dans le cadre du plan Dawes, de la MICUM sous une forme adaptée, qui aurait pour but l’organisation des livraisons en nature et la documentation industrielle des Alliés2.

4L’attitude de la Belgique sur les grandes questions à résoudre fut définie par une série de notes internes du ministère des Affaires étrangères et confirmée lors d’une réunion chez le Premier ministre le 31 mai 1924. Conformément au plan des experts Theunis se prononça pour la suppression de toutes les contraintes économiques et celle de la MICUM. Il n’exclua pourtant pas le maintien d’une partie de ses cadres pour participer au contrôle de la bonne exécution du plan. Pour ce qui est de la Régie des chemins de fer, elle serait supprimée. La création d’une société des chemins de fer allemands prévue par les experts offrait toutes garanties d’ordre économique puisqu’elle rompait avec la tradition allemande d’un chemin de fer au service de l’industrie. En outre, le retour à la normale favoriserait le trafic à travers la Belgique. Quant à la Commission des réparations, elle devrait être maintenue et jouer le rôle d’intermédiaire entre les gouvernements et l’agent des réparations. Enfin, Belges et Italiens étaient favorables à des sanctions économiques préparées à l’avance.

  • 3 MAEB. 11103. Notes Van Zuylen, 17-5-1924 - 27-5-1924. Réunion du 31-5-1924 chez le Premier ministre

5Dans l’immédiat il convenait d’obtenir des Allemands, à la date du 15 juin, le renouvellement des contrats de MICUM, jusqu’à la mise en vigueur du plan des experts. Sur ce point, le Gouvernement belge était favorable à une nouvelle négociation sur le terrain et laissa carte blanche à Hannecart3.

  • 4 MAEB. 10079/VIII. Dégoutte à Herriot, 14-6-1924. Hannecart à Hymans, 15-6-1924. Armée du Rhin, note (...)

6Cette question fut à l’origine de la première alerte sérieuse causée par la politique du Gouvernement Herriot. Les responsables français et belges dans la Ruhr, Frantzen, Hannecart et le général Dégoutte lui-même étaient unanimes pour exiger le renouvellement des contrats de MICUM jusqu’à la mise en œuvre effective du plan des experts. En cas de refus des Allemands - leur résistance était prévue - des mesures de pressions économiques suffiraient à les faire céder. Or, l’attitude de Herriot inquiète le Gouvernement belge comme les responsables sur le terrain. En pleine négociation avec les industriels allemands Dégoutte est informé d’une démarche de l’ambassadeur d’Allemagne (14 juin) visant à obtenir de larges accommodements. Seydoux et Peretti proposent un délai de huit jours pour permettre de les négocier (paiement du kohlensteuer par traites à trois mois, renouvellement pour un mois seulement des contrats). Theunis réagit en convoquant l’ambassadeur Herbette tandis que Frantzen puis Dégoutte partent pour Paris afin de tenter de redresser la situation. L’une des préoccupations de Hymans lors de son entrevue avec Herriot le 18 juin 1924, avant le départ de celui-ci pour Londres, fut d’obtenir la prorogation de ces contrats. Manifestement le recul venait de Herriot pour qui la question restait entière malgré les pressions belges4. On peut légitimement interpréter l’attitude du président du Conseil comme la volonté de ne s’engager sur aucun dossier avant d’avoir fait son opinion et surtout d’en avoir discuté avec Mac Donald qu’il devait rencontrer les 21 et 22 juin. Pour les Belges, cette attitude pouvait passer soit pour de l’incompétence ou de la faiblesse, soit pour la volonté d’agir sans tenir compte de leurs intérêts.

7En fait, cet incident ne pouvait qu’accroître la méfiance et le discrédit à l’égard de la nouvelle équipe dirigeante française.

  • 5 MAEB. 11103. Moncheur à Hymans, 28-5-1924 - 13-6-1924. Davignon à Hymans, 16-6-1924. MAEF. RC 1918- (...)
  • 6 MAEB. 10075/VIII. Hannecart à Hymans, 20-6-1924.

8Le Gouvernement belge est informé par son ambassadeur à Londres de la difficulté d’un accord avec l’Angleterre sur les grandes questions à résoudre. Le voyage de Herriot prévu pour les 21 et 22 juin prenait donc un caractère décisif. Depuis le début juin le Gouvernement est inquiet ; il ne veut pas être laissé pour compte dans le règlement des affaires entre la France et l’Angleterre ; il craint aussi une entente directe franco-allemande. Les ministres belges désirent donc entretenir Herriot de ces questions. Celui-ci offre de passer par Bruxelles avant ou après les entretiens de Chequers. Theunis fait répondre qu’il recevra Herriot à son retour mais le 16 juin les services du ministère belge des Affaires étrangères font valoir à Hymans qu’il conviendrait de passer par Paris en rentrant de Genève afin d’éclairer le président du Conseil5. Les inquiétudes belges ne peuvent qu’être amplifiées par les impressions de Dégoutte à son retour de Paris le 16 juin. Pour lui, Herriot ira à Londres et Bruxelles sans connaître ses dossiers6.

  • 7 MAEB. 11103. Gaiffier à Hymans, 18-6-1924.

9Les entretiens de Chequers furent encadrés par deux conversations avec les ministres belges. Le compte rendu de l’entretien du 18 juin a été rédigé par l’ambassadeur Gaiffier. Les questions ne furent pas débattues à fond ; Herriot se tient sans doute sur la réserve : il accepterait pourtant une simple déclaration écrite de Mac Donald comme garantie d’exécution des paiements allemands. Il refuse de se prononcer sur la MICUM7.

  • 8 MAEB. 11103. Gaiffier à Hymans, 26-6-1924.
  • 9 J. Bariéty, Les relations franco-allemandes…, p. 416-421. MAEB. 11103. Entretiens Herriot-Theunis-H (...)

10Les entretiens du 24 juin 1924 à Bruxelles ont fait l’objet d’un compte rendu et de commentaires de la part des responsables belges dans les jours qui suivirent. Le ton en est donné par Gaiffier à la suite des conversations avec les fonctionnaires français eux-mêmes très inquiets : « On s’accorde à trouver qu’à Bruxelles vous avez arrêté, opportunément, M. Herriot sur la pente où il glissait très vite8. » Le compte rendu des entretiens du 24 juin éclaire et précise bien des questions posées par J. Bariéty dont nous partageons les conclusions. L’idée d’un malentendu franco-anglais sur la question des garanties d’exécution en cas de manquement allemand nous paraît fondée : Herriot pense avoir obtenu l’accord de Mac Donald sur une déclaration solennelle écrite élargie dans un deuxième temps en un pacte de collaboration entre les principales puissances alliées. En revanche Herriot nie que la question de l’évacuation militaire ait été évoquée aux Chequers ; face aux ministres belges il raidit sa position en évoquant une évacuation en cinq ans au fur et à mesure de la commercialisation de la dette allemande. Enfin il accepte, après lecture d’une note d’Hannecart, le principe d’une négociation sur place du renouvellement des contrats de MICUM9.

  • 10 MAEB. 11103. Gutt à Theunis, 26-6-1924 - 5-7-1924. Gaiffier à Hymans, 30-6-1924. Note Van Zuylen,
    4 (...)

11Ce qui subsiste des positions de Herriot est démantelé dans les jours qui suivent - fonctionnaires belges et français se rencontrent chez Sey-doux le 26 juin : les propositions de Crowe (délai pour le vote des lois allemandes de mise en application du plan Dawes, délai de quinze jours pour la fin des entraves économiques) sont un piège ; il convient de laisser les décisions entre les mains de la CDR. De même il ne faudra pas mettre en application le plan des experts avant l’organisation effective du contrôle. En outre l’idée que le plan Dawes augmente les obligations allemandes et justifie des compensations en faveur de l’Allemagne apparaît comme totalement injustifiée. L’évacuation de la Ruhr est une arme de négociation capitale qu’il ne faudra pas abandonner pour rien. En fait, dès le 30 juin 1924, Herriot doit bien avouer devant Gaiffier l’échec de sa première tentative : il n’a pu faire admettre le lien entre dettes et réparations ; il n’a même pas pu obtenir l’assurance d’une collaboration anglaise en cas de manquement allemand10.

  • 11 MAEB. 11103. Note Davignon, juillet 1924. Delacroix à Theunis, 5-7-1924.

12Le bilan, avant le début de la conférence de Londres, pour la Belgique revêt un aspect bien différent de ce qu’il était encore au début mai. De modératrice à l’époque de Poincaré, l’attitude belge devrait viser à éviter des concessions trop larges de la part de la France, désireuse à tout prix d’un accord. Face aux flottements d’Herriot et aux manœuvres de Crowe, Delacroix en était venu à souhaiter que les Américains prennent la « tête du mouvement » à la conférence de Londres et, au fond, à conseiller à Theunis de s’appuyer sur eux. En fait, au-delà du contexte diplomatique, il est clair que les impératifs économiques qui s’étaient imposés à la Belgique en février-mars 1924 ne pouvaient qu’accentuer l’opportunité d’une telle orientation11.

B. Blocage du dossier commercial : juin-août 1924

  • 12 MAEF. RC 1918-1940. C Belgique, 13. Poincaré à travaux publics, finances, commerce, 10-5-1924. Herr (...)
  • 13 MAEB. 3013-18/XVI. Herbette à Hymans, 12-7-1924. Gaiffier à Hymans, 30-6-1924.

13L’attitude française révèle une totale continuité entre les derniers temps du gouvernement Poincaré et l’arrivée au pouvoir d’E. Herriot. Il s’agissait d’empêcher la mise en vigueur du tarif belge avant que de larges atténuations, au bénéfice de la France, n’aient été obtenues. Les bureaux du Quai d’Orsay comme l’ambassadeur à Bruxelles étaient décidés, si nécessaire, à user de représailles. Le 10 mai une note de Poincaré à divers départements indiquait sa résolution à remettre en cause les avantages attribués à Anvers en matière de surtaxe. Le 21 juin 1924, Seydoux confirmait cette intention à Gaiffier : un nouvel accord commercial franco-belge devrait être signé avant la mise en vigueur du nouveau tarif belge ; dans le cas contraire, l’exonération de la surtaxe pourrait être étendue à Rotterdam12. La nécessité d’une reprise du dialogue fut admise par les deux gouvernements le 24 juin lors de la visite d’Herriot à Bruxelles et à nouveau invoquée le 30 par le ministre du Commerce Reynaldy auprès de Gaiffier13.

  • 14 MAEB. 3013-18/XII. PV du 12-5-1924.
  • 15 Archives Groupement des hauts fourneaux. PVCA, 23-4-1924. MAEB. 3013-18/XII. Réunion aux Affaires é (...)
  • 16 Ibid., Theunis à Hymans, 12-7-1924.

14En réalité la principale évolution vint du gouvernement belge poussé par le Comité central industriel de Belgique (CCI). Dans un premier temps, le gouvernement comme la commission interministérielle des questions douanières s’étaient prononcés pour une révision de l’accord du 12 mai 1923. Celle-ci aurait comporté la suppression de l’article 6, celle des concessions belges portant sur les articles de luxe (motifs fiscaux), l’atténuation des avantages accordés sur les vins14. Les industriels belges furent responsables de l’évolution de leur gouvernement. Depuis le mois d’avril celui-ci les interroge sur la future négociation commerciale avec l’Allemagne. Leur souci est avant tout d’empêcher l’entrée en Belgique de produits allemands. Dans la perspective d’une négociation bilatérale avec cette puissance, tout avantage accordé à la France risquait de lui être étendu. Le Groupement des hauts fourneaux comme la Fédération des constructeurs en venaient à prêcher le maintien du statu quo afin de pouvoir se protéger et négocier librement avec l’Allemagne. Cette attitude fut suggérée dès le 23 mai dans le cadre d’une réunion au ministère des Affaires étrangères. Le CCI, organe de l’ensemble de l’industrie belge, se montra plus modéré, laissant au Gouvernement toute liberté d’action, au début juin. Il durcit sa position le 26 juin 1924, conseillant de surseoir à toute négociation avec la France15. En réalité, le CCI proposait au Gouvernement une alternative : soit un régime préférentiel franco-belge que le gouvernement était décidé à ne pas accorder (« ils s’en trouveraient qui nous feraient payer très cher notre inféodation vis-à-vis de la France »), soit la politique des mains libres16. Ici encore l’évolution du CCI est intimement liée aux ruptures majeures des mois de février-mars 1924. Pourtant, les événements de politique intérieure française et les conséquences du voyage d’Herriot à Chequers puis à Bruxelles (24 juin) ont joué leur rôle d’accélérateur.

  • 17 Ibid., Herbette à Hymans, 6-7-1924 - 14-8-1924. MAEF. Europe 1918-1940, B 117. Herbette à Herriot, (...)

15Les divergences que ne pouvait que créer la nouvelle attitude belge se manifestèrent dès le début juillet : la France proposait le maintien de toutes les concessions obtenues par elle dans l’accord du 12 mai 1923 alors que la Belgique n’y consentait que pour une vingtaine d’articles en échange d’une garantie sur la surtaxe dans le cadre d’un modus vivendi provisoire. Le 14 août la situation n’avait toujours pas évolué et Herbette en concluait fort justement : « Cette intransigeance est significative, et si elle ne s’atténue pas, pour des raisons de politique générale, ce dont je doute d’ailleurs, la Belgique considérant probablement qu’elle n’aura plus besoin de nous après la conférence de Londres, il faudra prouver que nous disposons d’armes pour défendre nos intérêts menacés17. » Décidément, une page décisive de l’histoire de l’après-guerre semblait être tournée. L’évolution de la question monétaire en fournit une seconde illustration.

C. Dossier financier et monétaire : les Belges regardent vers l’Amérique

  • 18 H. Van der Wee et K. Tavernier, La Banque nationale de Belgique, p. 98-100.

16La crise monétaire dans laquelle le franc belge avait été entraîné entre janvier et mars 1924 avait été l’occasion d’une double prise de conscience pour le gouvernement et les autorités monétaires belges. D’un côté la dépendance de la devise nationale - et de son économie -à l’égard de mouvements incontrôlables sur le franc français. De l’autre, le risque explosif que faisait courir au franc belge la masse de fonds d’État à court terme en circulation. Le gouvernement comme la Banque nationale s’orientèrent donc dès les mois de mars-avril 1924 vers une politique d’emprunts intérieurs et extérieurs, destinés à absorber une part de la dette flottante et à stabiliser le cours du franc. Dans un premier temps, il semble que l’on s’orienta vers une opération combinée18.

  • 19 MAEB. 2374 bis. De Cartier au ministre, 19-3-1924, tél. Cartier, 2-4-1924 - 7-4-1924. MAEF. RC 1918 (...)
  • 20 MAEF. RC 1918-1940, C Belgique 112, Herbette à Poincaré, 30-4-1924, C. Belgique 113, Herbette à Poi (...)
  • 21 V. Janssens, Le franc belge, p. 172.
  • 22 MAEF. Y 244, ambassade de France à Bruxelles, note 24-6-1924.

17Dès le 19 mars 1924, l’ambassadeur à Washington, de Cartier de Marchiennes, fait état d’offres de collaboration de la part de banquiers américains. Les négociations furent entreprises, indépendamment du gouvernement, par Hautain, au nom de la SNCI, filiale de la Banque nationale de Belgique. Elles visaient à obtenir l’émission, sur le marché américain, d’un emprunt à long terme d’un milliard de francs belges destiné à fournir la masse de manœuvre permettant la stabilisation. Les négociations furent engagées avec la banque Higginson puis élargies au groupe Morgan-Guaranty Trust qui, à l’occasion de l’emprunt de 1920, s’était réservé la priorité sur toute nouvelle émission gouvernementale belge aux États-Unis19. Il semble que cette opération extérieure devait, à la demande du gouvernement, être combinée à un emprunt intérieur du même montant lancé par l’Association nationale des industriels et commerçants pour la réparation des dommages de guerre. L’opération extérieure ne peut avoir lieu. Cet échec vint du désir des banquiers américains d’attendre le règlement de la question des réparations à la Conférence de Londres avant de s’engager20. De fait, nous verrons que les négociations en vue d’une émission belge sur le marché américain reprirent en juillet-août à Londres. Quant à l’opération intérieure, elle porta sur un montant de près de 2 milliards de francs belges et se révéla, en mai 1924, être un échec21. La dépendance à l’égard du marché des capitaux américain n’en était que plus pesante pour le gouvernement Theunis. Et que dire de l’impression causée par la nouvelle hausse de la livre en juin, liée à l’avènement du gouvernement Herriot et par la demande faite par celui-ci auprès de Theunis, le 24 juin 1924, en vue de demander « immédiatement » et de concert l’appui de la trésorerie britannique en vue du soutien du franc22 ? Décidément tout poussait le gouvernement belge à rompre la solidarité économique et financière avec Paris.

D. Le terme d’une évolution : la conférence de Londres, juillet-août 1924

18Il ne saurait être question ici de réécrire l’histoire de cette conférence. On se fondera ici sur les travaux de J. Bariéty qui constitueront la trame implicite de nos analyses. On ne peut que regretter les lacunes de l’historiographie belge en ce domaine.

  • 23 MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 113, Herbette à Herriot, 21-5-1924.

19L’attitude de Theunis durant la conférence est guidée par un impératif majeur : assurer au plus vite la mise en œuvre effective du plan des experts. Celle-ci apparaît depuis la fin mai 1924 comme la condition de l’ouverture du marché américain à de nouveaux emprunts belges et d’une stabilisation du franc23. L’attitude des délégués belges, principalement Theunis et Hymans, correspond à un compromis entre les garanties à obtenir de l’Allemagne et les exigences des banquiers.

  • 24 MAEB. 11103, tél. Theunis, 23-7-1924.

20Cette priorité donnée à la dimension financière des questions explique la relative souplesse des délégués belges à propos des thèmes débattus au sein de la 2e commission. Theunis était décidé à une liquidation rapide de l’occupation économique de la Ruhr, malgré les inquiétudes de ses industriels. Quant au maintien d’une structure de contrôle sur les chemins de fer, même légère, il ne s’y était rallié que sur les insistances de son propre état-major et de R. Poincaré. Dès le 23 juillet il se déclare donc satisfait des résultats obtenus en ce domaine, au sein de la commission24.

  • 25 J. Bariéty, Les relations franco-allemandes et la France…, p. 494-96.
  • 26 MAEB. 11103, tél. Theunis, 20-7-1924.
  • 27 MAEB. 11103, tél. de Paris, 22-7-1924, tél. Theunis, 22-7-1924 - 23-7-1924 - 25-7-1924 -26-7-1924. (...)
  • 28 MAEB. 11103. Tél. Theunis, 28-7-1924 - 29-7-1924 - 31-7-1924. Papiers Hymans, 157, Entretiens avec (...)

21Les questions essentielles durant la première partie de la conférence le furent dans le cadre de la 1re commission. Rien ne permet de penser que le gouvernement belge était au courant des exigences formulées par les banquiers le 10 juillet qui visaient à déposséder la Commission des réparations de son pouvoir de contrôle sur d’éventuels manquements de la part de l’Allemagne25. Dans un premier temps, Theunis se félicite du compromis obtenu le 19 juillet26. Le refus des banquiers manifesté par Lamont et renforcé par l’arrivée du secrétaire d’État Hughes à Londres le surprennent. Theunis recherche alors un compromis, impliquant la reconnaissance d’un éventuel manquement par les membres du comité Dawes. Il rencontre à cet effet Young le 22 juillet au soir27. L’affaire ne fut tranchée qu’à la fin du mois, à la suite de nombreuses consultations politiques. La base de la transaction fut fournie par une proposition de recours à l’arbitrage émanant du président Coolidge lui-même. Dans la journée du 29, il semble que Theunis ait réussi à s’entremettre entre Mac Donald - qu’il vit le matin - et les Français ; le soir même il marquait sa satisfaction. La mise en forme définitive de l’accord d’arbitrage fut réalisée le 31 juillet. À cette date, Theunis considérait le succès de la conférence comme assuré28.

  • 29 MAEB. 2374 bis/IV, tél. Cartier, 7-8-1924. MAEF RC 1918-1940. C Belgique 113, Herbette à Herriot,
    3 (...)

22Du point de vue financier, on peut effectivement considérer que Theunis avait rempli son principal objectif à court terme. Les nouvelles de la conférence provoquent, dans les premiers jours d’août, une montée des fonds d’État européens sur le marché de New York. Les emprunts belges sont très hauts (le 7,5 % 1920 est à 110). La presse fait état de rumeurs selon lesquels un emprunt belge de 1 milliard serait en voie d’être conclu aux États-Unis en vue de dissocier le cours du franc belge de celui du franc français. Surtout, le 9 août 1924, Theunis rencontre les banquiers américains puis anglais et évoque la possibilité d’emprunts belges aux États-Unis. Effectivement, un premier emprunt de 30 millions de dollars fut couvert en totalité le 2 septembre29.

  • 30 MAEB. 11103. Entretiens Herriot-Theunis-Hymans, 24-6-1924.
  • 31 MAEB. 11103. Délia Faille à Hymans, 9-7-1924, Bariéty, op. cit., p. 497-499.
  • 32 Bariéty, op. cit., p. 568-570, p. 620. Papiers Hymans 157. Entretiens avec la délégation française.
  • 33 Bariéty, op. cit., p. 622-624 et 661. Papiers Hymans 157. Entretiens avec la délégation française.

23La seconde partie de la conférence fut centrée sur les conditions d’une évacuation militaire de la Ruhr. Depuis l’été 1923 cette question avait fait l’objet d’un débat entre les gouvernements Poincaré et Theunis. Le premier envisageait à l’origine le maintien de l’occupation pour une durée permettant la mobilisation d’une bonne partie de la dette de réparation, le second considérant que la remise de titres négociables et l’amorce d’une mobilisation suffisait. Ce point de vue fut réaffirmé par Theunis à Herriot le 24 juin 192430. Si l’exigence d’une évacuation de la Ruhr par les Franco-belges demeura inconnue du gouvernement français jusqu’à l’ouverture des négociations, ce n’était pas le cas du gouvernement belge averti par son ministre à Berlin depuis le 9 juillet31. L’acceptation de principe de Theunis d’une évacuation militaire de la Ruhr devant Mac Donald et Herriot ne doit donc pas surprendre. En revanche, le plan formulé par les experts alliés autour de J. Seydoux, prévoyant une évacuation en deux ans avec possibilité de raccourcir les délais en fonction de la mobilisation des obligations prévues par le plan Dawes était parfaitement dans la ligne de la politique du gouvernement belge. Cette possibilité fut nettement défendue par Theunis face à Snowden, le 8 août 1924, de même que celle du placement d’une partie des marks à recevoir dans des entreprises allemandes32. Pourtant, ici encore, des divergences ne devaient pas tarder à apparaître entre les deux politiques. En échange de l’évacuation militaire de la Ruhr, mesure de pression à but économique, le gouvernement belge s’en tient à des contreparties de même nature. De son côté Herriot évolue dès le 7 août vers une nouvelle formule : évacuation de la Ruhr rapide en échange de satisfactions dans le domaine de la sécurité et le domaine commercial dans un cadre bilatéral franco-allemand. Le voyage du président du Conseil à Paris les 9 et 10 août lui permet d’aller plus loin dans cette direction : le 11 août au matin il annonce à Mac Donald en présence de Theunis, qu’il n’avait pas consulté, l’évacuation de la Ruhr dans un délai d’un an. Clémentel annonce de son côté l’ouverture de négociations économiques avec les ministres allemands33.

  • 34 Papiers Hymans 147. Entretiens avec la délégation française.
  • 35 MAEB. 11103. Tél. Theunis, 11-8-1924 - 13-8-1924.
  • 36 MAEB. 11103. Tél. Theunis 14-8-1924. Bariéty, op. cit., p. 689.

24Ces décisions ne peuvent qu’inquiéter la délégation belge. Celle-ci avait essayé, en vain, d’obtenir des indications de la part de l’ambassadeur Gaiffier sur le contenu des discussions au sein du gouvernement français les 9 et 10 août. Le 11, elle tente d’obtenir de Clémentel des éclaircissements sur son projet de négociation économique avec l’Allemagne. Il ne lui est transmis que quelques jours plus tard34. En fait Theunis et Hymans parent au plus pressé. Du point de vue économique ils rencontrent Marx et Streseman le 11 après-midi - probablement après que ceux-ci eurent rencontré Clémentel et Seydoux - afin de se couvrir de ce côté ; ils tentent de négocier des avantages commerciaux en échange de l’évacuation rapprochée de la Ruhr. Il semble qu’ils aient obtenu la promesse d’un modus vivendi avant la mise en œuvre d’une négociation commerciale plus vaste35. Le 12 août les ministres belges rencontrent par deux fois leurs collègues français afin de mettre sur pied une attitude commune formulée dès le 13 au matin : évacuation de la Ruhr dans un délai d’un an. Les dernières initiatives de la délégation belge, le 14 août, consistèrent en démarches de Theunis auprès des banquiers américains afin qu’ils fassent pression pour éviter toutes nouvelles difficultés. Elles se traduisirent par l’appui de l’ambassadeur Kellogg au cours des dernières discussions36.

25Ainsi, dans le domaine financier, selon des impératifs clairement définis dès avant la conférence, dans le domaine commercial, à l’occasion d’une inflexion tactique d’E. Herriot, la délégation belge à Londres avait confirmé sa reprise d’indépendance totale vis-à-vis de la France sur les questions économiques. Appui sur les Anglo-Saxons dans le domaine financier et monétaire, négociations commerciales séparées avec l’Allemagne sont en fait le prolongement des ruptures du début de 1924, accentuées par l’arrivée de Herriot au pouvoir. La conférence de Londres marque donc bien la fin d’une époque et l’avènement d’une inflexion majeure de la politique du gouvernement belge en matière économique et financière.

Notes

1 MAEB. 11103. Délia Faille à Hymans, 12-5-1924 - 16-5-1924. MAEB. 10075/VII. Hannecart à Hymans, 24-5-1924.

2 Archives Paribas. Allemagne, 1/6. Hannecart à Hymans, 4-4-1924. Archives CS, PVCA Cockerill,
2-6-1924. MAEB. 10075/VII, Hannecart à Hymans, 30-5-1924.

3 MAEB. 11103. Notes Van Zuylen, 17-5-1924 - 27-5-1924. Réunion du 31-5-1924 chez le Premier ministre.

4 MAEB. 10079/VIII. Dégoutte à Herriot, 14-6-1924. Hannecart à Hymans, 15-6-1924. Armée du Rhin, note secrète, 15-6-1924. MAEB. 11103. Gaiffïer à Hymans, 18-6-1924.

5 MAEB. 11103. Moncheur à Hymans, 28-5-1924 - 13-6-1924. Davignon à Hymans, 16-6-1924. MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 91. Herberte à Herriot, 3-6-1924.

6 MAEB. 10075/VIII. Hannecart à Hymans, 20-6-1924.

7 MAEB. 11103. Gaiffier à Hymans, 18-6-1924.

8 MAEB. 11103. Gaiffier à Hymans, 26-6-1924.

9 J. Bariéty, Les relations franco-allemandes…, p. 416-421. MAEB. 11103. Entretiens Herriot-Theunis-Hymans, 24-6-1924.

10 MAEB. 11103. Gutt à Theunis, 26-6-1924 - 5-7-1924. Gaiffier à Hymans, 30-6-1924. Note Van Zuylen,
4-7-1924.

11 MAEB. 11103. Note Davignon, juillet 1924. Delacroix à Theunis, 5-7-1924.

12 MAEF. RC 1918-1940. C Belgique, 13. Poincaré à travaux publics, finances, commerce, 10-5-1924. Herriot à Herbette, 21-6-1924.

13 MAEB. 3013-18/XVI. Herbette à Hymans, 12-7-1924. Gaiffier à Hymans, 30-6-1924.

14 MAEB. 3013-18/XII. PV du 12-5-1924.

15 Archives Groupement des hauts fourneaux. PVCA, 23-4-1924. MAEB. 3013-18/XII. Réunion aux Affaires étrangères, 23-5-1924, note du 2-6-1924. Note pour Theunis, 4-7-1924.

16 Ibid., Theunis à Hymans, 12-7-1924.

17 Ibid., Herbette à Hymans, 6-7-1924 - 14-8-1924. MAEF. Europe 1918-1940, B 117. Herbette à Herriot,
24-7-1924 - 14-8-1924.

18 H. Van der Wee et K. Tavernier, La Banque nationale de Belgique, p. 98-100.

19 MAEB. 2374 bis. De Cartier au ministre, 19-3-1924, tél. Cartier, 2-4-1924 - 7-4-1924. MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 112, Herbette à Poincaré, 9-4-1924 - 23-4-1924. L. Ranieri, E. Francqui, p. 208.

20 MAEF. RC 1918-1940, C Belgique 112, Herbette à Poincaré, 30-4-1924, C. Belgique 113, Herbette à Poincaré, 21-5-1924.

21 V. Janssens, Le franc belge, p. 172.

22 MAEF. Y 244, ambassade de France à Bruxelles, note 24-6-1924.

23 MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 113, Herbette à Herriot, 21-5-1924.

24 MAEB. 11103, tél. Theunis, 23-7-1924.

25 J. Bariéty, Les relations franco-allemandes et la France…, p. 494-96.

26 MAEB. 11103, tél. Theunis, 20-7-1924.

27 MAEB. 11103, tél. de Paris, 22-7-1924, tél. Theunis, 22-7-1924 - 23-7-1924 - 25-7-1924 -26-7-1924. J. Bariéty, op. cit., p. 520.

28 MAEB. 11103. Tél. Theunis, 28-7-1924 - 29-7-1924 - 31-7-1924. Papiers Hymans, 157, Entretiens avec la délégation française durant la conférence de Londres. J. Bariéty, op. cit., p. 576-577.

29 MAEB. 2374 bis/IV, tél. Cartier, 7-8-1924. MAEF RC 1918-1940. C Belgique 113, Herbette à Herriot,
31-7-1924 - 3-9-1924. MAEB. 11103, tél. Theunis, 9-8-1924.

30 MAEB. 11103. Entretiens Herriot-Theunis-Hymans, 24-6-1924.

31 MAEB. 11103. Délia Faille à Hymans, 9-7-1924, Bariéty, op. cit., p. 497-499.

32 Bariéty, op. cit., p. 568-570, p. 620. Papiers Hymans 157. Entretiens avec la délégation française.

33 Bariéty, op. cit., p. 622-624 et 661. Papiers Hymans 157. Entretiens avec la délégation française.

34 Papiers Hymans 147. Entretiens avec la délégation française.

35 MAEB. 11103. Tél. Theunis, 11-8-1924 - 13-8-1924.

36 MAEB. 11103. Tél. Theunis 14-8-1924. Bariéty, op. cit., p. 689.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540