Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des francs-tireurs aux experts

 | 
Aude Terray

Annexes

Annexes 13

Texte intégral

N.B. : Les documents d’archives sont reproduits selon les normes utilisées sur le document original (majuscules, texte souligné…) ; les coquilles et fautes d’orthographe ont été conservées.

 

Extraits inédits des mémoires de Pierre-Yves Cossé : la direction de la Prévision à la fin des années soixante.

 

1Archives privées Pierre-Yves Cossé

 

L’école de la comptabilité nationale

2Dans ma quatrième année de tournée, je fis un stage à la direction de la Prévision, ce qui était alors fréquent. Jean Saint-Geours en était le directeur. Ce remarquable agitateur d’idées et animateur d’hommes stimulait les esprits et les cœurs. Il était à l’origine de travaux originaux qu’il tentait de vendre au ministre et à son équipe. Ce n’était en revanche ni un organisateur ni un gestionnaire, la direction ne disposant pas par exemple de programme de travail précis. C’était aussi un homme pressé et légitimement ambitieux ; considérant qu’il serait perpétuellement marginalisé par une droite quine l’aimait pas, il quitta l’administration pour rejoindre François Bloch-Lainé au Crédit Lyonnais.

3Lorsque j’entrai en 1968 de façon durable à la direction de la Prévision, Jean Sérisé l’avait remplacé. Homme fluet et d’apparence fragile, il était l’illustration de la méritocratie républicaine. D’origine modeste, – sa mère avait été institutrice dans le sud ouest (il me raconta le choc de son premier voyage en train), – il s’était intégré à la sortie de l’ENA à l’équipe du SEEF, autour de Claude Gruson et avait partagé le mendésisme à ses débuts. Personne ne comprit pourquoi ce technicien doué du sens de l’humain et aux goûts modestes fut un jour fasciné par un grand bourgeois à l’intelligence, il est vrai exceptionnelle et à l’ambition démesurée, Valéry Giscard d’Estaing.VGE eut peu de vrais fidèles autour de lui. Jean Sérisé fut de ceux-là. Il entra dans son cabinet et en assura de façon nominale la direction à partir de 1964. En fait, Michel Poniatowski tirait les ficelles. Je le constatai au lendemain de ma nomination comme inspecteur adjoint des Finances, en juin 1964. Les cinq adjoints, se présentant au cabinet, furent reçus par Michel Poniatowski, multipliant les plaisanteries, rappelant que ses ancêtres avaient habité cette aile Napoléon du Louvre. Jean Sérisé se tenait à ses côtés et ne prononça que quelques formules de politesse…

4Après un court passage à la tête de la Comptabilité Publique, Jean Sérisé fut désigné par Michel Debré pour succéder à Jean Saint-Geours. Lorsque Valéry Giscard d’Estaing revint aux affaires, après l’élection de Georges Pompidou, en juin 1969, Jean Sérisé le rejoignit une nouvelle fois à son cabinet, mais continua à exercer nominalement ses fonctions à la direction de la Prévision jusqu’en 1972. Je subirai bien des fois dans ma carrière les effets de ces cumuls malsains qui s’expliquent par l’absence de filet d’accueil pour les équipes des ministres incertaines sur leur avenir. En 1974, Jean Sérisé suivit Valéry Giscard d’Estaing à l’Élysée, fut un de ses conseillers proches mais discrets. Sa carrière administrative s’arrêta pour l’essentiel en 1981. Il avait des amis à gauche, mais ceux-ci ne pouvaient rien pour lui. Et il resta sans affectation.

5La Prévision était une sorte de phalanstère, dans l’ensemble cantonné et hiérarchisé des Finances. La liberté d’esprit et d’allure était la règle. Saluons l’empirisme et la souplesse des ministres et de leurs cabinets qui ont toléré l’existence d’un ensemble administratif ne répondant pas aux normes traditionnelles. Sa composition était hétérogène : beaucoup de contractuels mieux traités que dans les autres ministères parce qu’ils percevaient les « primes des Finances », des administrateurs ENSAE, des ingénieurs et quelques énarques, qui ne pouvaient espérer faire carrière dans une direction ne comportant que trois postes de sous-directeurs. Une minorité bruyante militait dans les organisations de gauche ou d’extrême gauche. Quelques communistes, avec des fortes personnalités, dont le futur ministre Anicet Le Pors, constituaient le centre, respectueux de la hiérarchie et des méthodes de travail traditionnelles, ils avaient freiné avec succès en mai 1968 les poussées des autogestionnaires. Ils ne contribuaient guère au renouvellement des idées et des méthodes. Les PSU étaient les plus nombreux et les plus divisés. En tant que rocardien, j’étais à « droite ». Michel Mousel, qui devint en 1975 secrétaire national du PSU après le départ des rocardiens, se situait à gauche. La véritable extrême gauche était représentée par quelques militants de la Ligue Communiste ou des maoïstes, généralement des transfuges du PSU.

6Dans le secteur micro-économique, l’école libérale était fortement représentée avec des ingénieurs disciples de Marcel Boiteux et de Maurice Allais. Certains comme Hubert Lévy-Lambert, alliaient une remarquable capacité d’analyse et de formalisation mathématique et un manque évident de sens politique lorsqu’ils présentaient les conclusions auquel conduisait le calcul économique. Considérant par exemple que le coût d’usage des équipements publics non saturés était pratiquement nul, ils proposaient de supprimer les péages sur les autoroutes de liaison et d’en mettre un sur les autoroutes de dégagement saturées, comme l’autoroute de l’ouest à six heures le soir…

7Le secteur macro-économique était lui traditionnellement à gauche. Le premier modèle utilisé pour la confection des budgets économiques fut appelé Zogol, du nom de leurs auteurs, Philippe Herzog et Gaston Olive, qui furent longtemps au PC. Leur successeur, membre du PSU, choisit après 1968 d’aller enseigner à Grenoble plutôt que de continuer à éclairer les « gouvernements bourgeois » en général et Valéry Giscard d’Estaing en particulier. Michel Rocard travailla plusieurs années dans ces équipes, aux côtés de Philippe Herzog avec qui il gardera le contact, occupant les fonctions de secrétaire général de la commission des comptes de la Nation.

8A la direction de la Prévision, je me frottai à la micro-économie, notamment à l’occasion d’un travail sur les coûts et avantages économiques de la vaccination BCG. Cela me permit de constater qu’à l’époque l’Institut Pasteur ne connaissait pas ses coûts. Mais j’appris surtout la macro-économie, d’abord comme correspondant pour le moyen terme de l’INSEE et du Commissariat au Plan, puis comme responsables des budgets économiques. Je me suis initié à un langage, la comptabilité nationale et soumis aux exigences de la cohérence comptable. Je pris conscience de l’interdépendance entre les acteurs économiques à partir de l’évaluation des effets variantiels d’une mesure politique ou d’un « choc externe » comme une crise pétrolière, me familiarisant avec les principaux modèles en usage. Ainsi, après mai 1968, alors que les cabinets et les directeurs des Finances avaient perdu et leur sang froid et tout sens de la mesure, l’équipe des « budgets économiques » mesura avec exactitude et rapidité les effets quantitatifs des grèves et des hausses de revenus et proposa une politique d’accompagnement.

9A l’automne 1968, la même équipe étudia une dévaluation du franc devenue inéluctable, dont nous apprîmes par la radio qu’elle n’aurait pas lieu suite aux pressions de Jean-Marcel Jeanneney sur le général de Gaulle… Nous étions prêts en juillet 1969, lorsque Valéry Giscard d’Estaing dévalua. Techniquement, l’opération fut parfaitement maîtrisée et le secret gardé, ce qui évita toute spéculation. Jean Sérisé nous avait fait croire qu’il était parti dans le Sud Ouest, alors qu’il s’était enfermé dans son domicile parisien. Les effets inflationnistes furent contenus et l’équilibre des comptes extérieurs rétabli rapidement, l’accélération de la croissance mondiale facilitant la reprise de nos exportations.

10Nous montâmes une « étude de cas » à partir de cette dévaluation qui fut présentée aux fonctionnaires des autres directions. Nous étions les seuls – avec l’INSEE – qui puissent expliquer les interdépendances entre les agents économiques, ménages, entreprises, institutions financières et État et les conditions quantifiées de réalisation des équilibres internes et externes. Nos prétentions étaient sûrement excessives par rapport à la fiabilité des outils que nous utilisions mais dans le monde relativement stable et fermé des années 1960, les résultats obtenus étaient grosso modo satisfaisants. Délimitant le champ des possibles, nous étions écoutés, y compris par un ministre polytechnicien, soucieux de faire moderne et de montrer un attachement aux outils scientifiques.

11Avec la multiplication des aléas, l’importance croissante des marchés et des phénomènes d’anticipations, la mode des analyses trimestrielles, les modèles annuels keynésiens utilisant les cadres de la comptabilité nationale, perdirent une part de leur intérêt. Il reste que l’administration économique française tient encore une place très honorable dans les enceintes économiques internationales, en particulier, lorsqu’il s’agit d’analyses et de prévisions annuelles. En revanche, les études du cycle économique étaient pratiquement ignorées, contrairement aux États-Unis. Lorsque l’économie française devenue beaucoup plus dépendante de l’environnement extérieur et des marchés a connu des variations cycliques beaucoup plus marquées dans les années 1990, les économistes de la Prévision n’ont guère anticipé cette transformation, ne proposant que des études assez pauvres.

12Il a été reproché en partie avec raison à l’école de la comptabilité nationale d’avoir étouffé la recherche dans des directions nouvelles, comme la prise en compte de l’environnement avec la notion de développement durable, ou la mise en valeur des facteurs qualitatifs et institutionnels du développement. Il est vrai que la demande politique – à quelques exceptions près, dont Jacques Delors réclamant le calcul d’« indicateurs sociaux » a toujours été faible.

Les groupes « Finances-Plan »

13La direction de la Prévision était avec l’INSEE, l’entité des Finances qui entretenait les relations les plus régulières avec le Commissariat au Plan. En poste à la direction de la Prévision de 1968 à 1973, j’avais participé activement à la préparation du VIe Plan, dont les débuts furent prometteurs. J’avais en charge, avec un collègue de l’INSEE, le secrétariat des groupes « Finances-Plan » mis en place par Michel Debré, ministre de l’Économie et des Finances un rôle central dans l’élaboration du VIème Plan, ce qui impliquait qu’il soit en mesure de faire des propositions précises au moment où s’ouvrirait la concertation officielle avec les autres administrations et les partenaires sociaux.

14Dès la fin de 1967, un outil original s’esquissa entre fonctionnaires du Plan et des Finances à partir d’un nouvel outil élaboré par l’INSEE, le modèle « physico-financier », dit Fifi. Ce modèle rompait avec l’approche keynésienne des modèles de prévision à court terme, et prenait en compte l’ouverture des frontières et de compétitivité de l’offre en distinguant le secteur « exposé » à la concurrence extérieure et les secteurs « abrités ». Ses vertus pédagogiques étaient certaines car il permettait, en particulier par un jeu de comptes variantiels, de faire apparaître les inconvénients de la hausse des prix dans le secteur concurrentiel, mais il n’était pas capable de simuler les incidences monétaires.

15Un « compte de départ » présentant les évolutions tendancielles de l’économie française fut présenté aux fonctionnaires des Finances. Il faisait apparaître des déséquilibres qu’il fallait corriger par des politiques économiques appropriées. Les modélisateurs de l’INSEE, avec l’appui du Plan, dont l’ambition apparaît rétrospectivement excessive, impressionnée par l’appareillage scientifique, sceptiques, mais disciplinés, assistaient stoïques le samedi matin à de longues réunions présidées par le directeur de cabinet de Michel Debré où les mystères du modèle et de ses variantes étaient dévoilés.

16La préparation du VIème Plan ne se remit pas de mai 1968 ni du départ de Rivoli de Michel Debré. La gestion au jour le jour mobilisa politiques et fonctionnaires. Xavier Ortoli, nouveau Ministre de l’Économie et ancien Commissaire au Plan, ballotté par les événements, fut remplacé après l’élection de Georges Pompidou par Valéry Giscard d’Estaing, qui désengagea son ministère. Certes la plupart des groupes Finances-Plan reprirent leurs travaux, qui pour une part avaient un caractère méthodologique et aboutirent à des conseils de politique économique sans engager réellement le ministère. Lorsque les Commissions du Plan furent officiellement réunies, le résultat de ce travail figura parmi les documents préparatoires.

17Pour ma part, je continuai mon rôle d’intermédiaire entre les Finances et le Plan. J’avais appris à connaître le processus de travail du Commissariat, appréciant son style plus décontracté et informel qu’aux Finances, son appétit pour les débats de fond et la diversité des participants. J’avais constaté aussi la difficulté à conclure des réunions souvent fort longues et l’absence de leadership. René Montjoie, proche de Georges Pompidou, affaibli par la maladie, n’étant pas remplacé.

18J’étais présent aussi dans différentes Commissions. Le groupe technique de la Commission de l’Économie générale et du financement, dont j’étais membre avec les modélisateurs de l’INSEE nommé les « fifistes », les experts des syndicats – avec Pierre Rosanvallon siégeant au titre de la CFDT – étudiait les comptes du modèle et ses variantes. La CGT et FO considérant que le modèle était un piège, n’entraient pas dans la discussion. À la « commission de Synthèse » présidée par René Montjoie où j’occupais un strapontin, les débats présentaient un intérêt certain lié à la qualité des participants et à la cohérence du débat organisé autour de la logique du modèle : les directeurs les plus importants du ministère étaient présents, Renaud de la Genière pour le Budget, Dominique de la Martinière pour les Impôts, à côté des grands patrons comme Ambroise Roux.

19Le jeu du modèle conduisait à débattre de la compétitivité – prix des entreprises, ce qui était une manière de mettre en cause le compromis social adopté après mai 1968, fondé sur de fortes hausses de salaires, de pouvoir d’achat et de prix. Il resta sans conclusion, faute de volonté politique. Les propositions du Plan furent rédigées de manière à ne pas créer de contraintes excessives pour le gouvernement. Et le déroulement du Plan (1971-75) fut perturbé en 1973 par le premier choc pétrolier.

20Au Comité du Financement, je faisais partie de l’équipe des rapporteurs. Le climat était très différent de la Commission Économique ; les représentants des syndicats étaient généralement absents, les économistes peu nombreux et les banquiers de la Place, publics ou privés omniprésents. Il n’était pas jugé convenable de débattre de la monnaie au Plan, cette matière jugée ésotérique et confidentielle par les spécialistes du Trésor et de la Banque de France fut exclue jusqu’en 1981 de la discussion avec les partenaires sociaux. La politique monétaire esquivée, l’on parlait « tuyauterie », c’est-à-dire adéquation entre ressources à la disposition des différents circuits et besoins à financer.

21Au Comité de la Concurrence, j’étais Rapporteur Général à la demande de Jean-Pierre Fourcade, Inspecteur des Finances alors directeur général de la Concurrence et des prix. Mon nom lui avait été suggéré par l’Inspection Générale des Finances souhaitant alors que ses membres occupent un certain nombre de postes de rapporteurs. Le président du comité était Christian Chavanon, président d’Havas et ami du président de la République. Cet homme tout puissant, affable, cultivé et gourmet était un habile sceptique sachant éviter les incidents et plaire. En dépit d’un jeu limité de la concurrence du fait des réglementations existantes et d’une liberté encore très partielle des prix, le sujet divisait les milieux professionnels. La guerre était ouverte entre le petit commerce et les grandes surfaces, utilisées en sous main par les Finances comme levier de lutte contre la hausse des prix. Elle s’amorçait entre ces mêmes grandes surfaces et les fabricants de grande marque qui tentaient de défendre leurs marges par des modes sélectifs de distribution. Les organisations de consommation commençaient à apparaître, notamment avec l’Institut National de la Consommation, autre institution créée par Michel Debré.

22Je pris conscience de la faible capacité d’intervention de l’administration dans la relation fournisseur-client, un des rouages centraux d’une économie de marché. Les efforts publics pour atténuer les déséquilibres ont presque toujours échoué.

23Invité à déjeuner par les principaux lobbys, de Publicis à Leclerc, j’écoutai beaucoup et parlai peu, conscient des limites de l’exercice qui m’était confié. Néanmoins, un premier document, publié dans le cadre des options du VIème Plan fut bien accueilli. Alain Vernay dans le Figaro saluait les bonnes intentions : « Du plein exercice de la concurrence ne dépend rien moins que le succès ou l’échec du VIème Plan. Car seule, la destruction progressive de tous les cloisonnements peut empêcher que la hausse n’interrompe à mi-Plan l’expansion ». Jacques Rueff m’écrivit : « C’est un admirable document qui traduit très exactement ma pensée dans presque tous les domaines ». Ayant passé avec succès ce premier cap, je demandais à Jean-Pierre Fourcade de me trouver un remplaçant pour la seconde phase des travaux, guère à l’aise dans ce monde de la publicité et de la distribution…

24La préparation du VIème Plan m’avait beaucoup appris : signification et limites d’un modèle macro-économique, jeu des lobbys, fonctionnement des procédures interministérielles. J’avais côtoyé une partie des « princes qui nous gouvernent » et m’étais lié avec des économistes de qualité ; certains acquirent plus tard quelque notoriété : Michel Aglietta, alors marxiste léniniste, portant des chemises rouges, apportait dans les enceintes du Plan une conviction et une compétence qui forçaient l’estime. Il est aujourd’hui un conseiller écouté de la Banque de France et un des meilleurs spécialistes de la monnaie. Le plus jeune, Christian Sautter, usait de sa courtoisie et de son humour pour apaiser les conflits entre les auteurs du modèle et ses utilisateurs. Devenu secrétaire général adjoint de la Présidence de la République durant le premier et le second septennat de François Mitterrand, il mêlait la conviction du militant obstiné et le pragmatisme de l’homme de pouvoir, au point que ses interlocuteurs ont souvent eu quelque peine à se retrouver dans son comportement.

25Malgré la richesse de cette période, la « planification française » m’apparut un exercice lourd et formaliste. Le hiatus entre le travail accumulé et les résultats apparents était considérable. En quittant la Direction de la Prévision pour la Société Centrale pour l’équipement du territoire, la SCET, à la fin de 1973, je m’éloignais sans grands regrets du Commissariat du Plan.

26Militant politique, je participai cependant, avec une médiocre conviction, à des groupes de travail au sein du PS sur la planification. Les réflexions s’orientaient vers un modèle de planification, à la hongroise, sorte de troisième voie entre capitalisme et socialisme. Il en résultait des dispositifs forts complexes et inapplicables. Le plus réaliste des rocardiens fut Michel Rocard qui s’en prit au tabou, déclarant en octobre 1995 que la seule régulation possible dans une économie complexe était le marché. Le Plan n’était plus qu’un ensemble de procédures permettant d’éclairer et de compléter le marché. Son propos choqua et je le trouvai moi-même excessif. François Mitterrand devait partager l’appréciation de son ancien rival lorsqu’il le nomma en juin 1981, ministre du Plan. Je refusai alors d’accompagner Michel Rocard rue de Martignac, convaincu que dans le contexte politique et économique du moment, le Plan serait marginalisé.

L’après 1968 à la direction de la Prévision

27Dans l’agitation post soixante-huitarde, la mobilité des cadres, importante à la Direction de la Prévision, me valut d’occuper une des fonctions les plus stimulantes, celle des budgets économiques en 1970. À vrai dire, je dus me consacrer tout autant à l’organisation et à la gestion des hommes qu’à la réflexion économique.

28Les budgets économiques, techniquement des prévisions à caractère annuel présentées dans les cadres de la comptabilité nationale sont à la fois une procédure administrative et un exercice économique fondé sur la modélisation. Il s’agit de fournir deux fois par an au ministre, dans la perspective en particulier de la préparation de la Loi de Finance, des analyses détaillées et commentées après avoir rassemblé l’ensemble des informations disponibles dans toutes les administrations, les avoir traitées dans un modèle formalisé, et établi quelques prévisions variantielles liées aux aléas ou à des mesures de politique économique. La confection d’un calendrier et son respect strict, la collaboration entre les cellules d’analyse et de synthèse exigent de l’autorité et de la diplomatie, dans la mesure où la qualité de la prévision est liée à la bonne volonté et au sérieux des apporteurs d’informations. J’améliorai le fonctionnement des circuits, conscient que le travail serait perpétuellement à reprendre car il fallait tout à la fois convaincre, expliquer les options que nous prenions et faire face à une rotation accélérée de nos correspondants.

29Quant à la gestion des hommes… Le moyen le plus sûr pour décrire le climat de l’après mai 1968 est de citer le message que j’adressai à mes collaborateurs, fin 1972, lorsque je les quittai : « Nous flottions dans nos attributions et il était hors de question que nos diplômes, nos positions hiérarchiques puissent faire illusion à nous-mêmes et à l’extérieur. Cet état de nudité nous a contraints à une simplicité dans les rapports de travail, qui correspondait aux préférences ou à la méthodologie de la majorité d’entre nous. Nous n’avons guère été obsédés par ce sens aigu de l’insignifiant qui étouffe la plupart des rapports quotidiens. Nous avons fait la démonstration de l’inutilité d’un certain formalisme, même sous l’angle de l’efficacité. Ne pouvant pas m’imposer par la technique, je m’affirmai comme pédagogue et organisateur et j’éprouvai un sentiment de satisfaction et de réussite en remplissant cette double mission. N’étant pas techniquement en mesure d’écraser quiconque et manifestant par principe une confiance – perpétuellement sceptique – à l’égard de la libre utilisation par chacun de ses propres possibilités, j’ai cherché à créer les conditions administratives et psychologiques d’une maturation rapide. J’estime avoir largement réussi : le décollage d’un certain nombre a été pour moi le principal motif de satisfaction au cours de ces deux années. On n’échappe pas à l’illusion paternaliste d’être plus ou moins responsable d’une mue qui s’inscrivait normalement dans l’histoire d’un individu, alors qu’on a été au mieux un catalyseur et plus vraisemblablement un témoin. Cette division est plus riche qu’il y a deux ans, pas seulement d’un point de vue numérique ».

30J’avais eu la chance d’accompagner les débuts de plusieurs jeunes polytechniciens, dont Jacques Mistral, que je retrouverai plus tard au cabinet de Michel Rocard. Ce grand jeune homme mince, timide et myope était sensible et réservé. Il avait une haute conscience de ses capacités et de ses devoirs, comme il sied à un protestant engagé dans le monde. A gauche, tout en restant à l’écart des partis, il n’aimait guère les excès de l’époque et mettait au premier plan son métier et l’économie. Je corrigeai avec une minutie un peu maniaque ses premiers travaux écrits exigeant plus de clarté et de lisibilité. En quelques mois les progrès furent spectaculaires, et tel Pygmalion je me crois avoir fabriqué le nouveau Mistral. Quelques années plus tard, il bifurqua vers l’agrégation d’économie et l’enseignement. Lorsque Michel Rocard démissionna du gouvernement Fabius, j’intervins pour qu’il prenne la responsabilité de l’équipe d’économistes travaillant pour Michel Rocard. Sa compétence, sa capacité à travailler en équipe et son respect de l’opinion d’autrui assurèrent à son groupe une convivialité et une efficacité exceptionnelle. Très logiquement, il entra au cabinet de Michel Rocard, Premier Ministre en 1988. Il y a bien longtemps qu’il m’a dépassé en économie et dans la « Rocardie ».

31Mon message ne se limitait pas à la méthode. Il répondait timidement au marxisme d’alors dominant critiquant des fausses sciences comme le keynésianisme et la comptabilité nationale « L’information économique que nous manipulons dans des “cadres comptables bourgeois” et selon des concepts “bourgeois”, n’est pas seulement source d’idéologie mais aussi source de connaissance. Certes, nous sommes constamment pris au piège… d’une réalité tronquée à travers le système étroit des seuls variables que nous savons utiliser. En dépit de ces biais, il existe la possibilité d’une analyse économique à partir de notre cadre de travail. Mais avons-nous le goût du réel ? ».

32Je reçus une réponse de mes collaborateurs. S’agissant de l’organisation, « de franches félicitations m’étaient décernées pour le tour de force réalisé… A partir d’un matériau de base un peu fruste, il a monté une équipe qui tourne et dont on peut dire qu’elle a appris son métier et qu’elle y trouve un certain intérêt. Il n’est pas étonnant qu’il ait attrapé à cette rude tâche un bon tour de reins… ». En revanche, il m’était reproché « une réunionnite aiguë doublée d’indigestion chronique de notes et de comptes rendus »… Et mes collaborateurs expliquaient sur les relations qui s’étaient établies entre nous : « Les rapports avec Pierre-Yves Cossé n’ont jamais été des rapports adultes. Nous avons joué, l’un le rôle du maître, les autres, celui des écoliers sages ou turbulents… » « Sa personnalité, mélange de lucidité amère et de totale impuissance à se remettre en question, a créé un certain nombre de barrages. Sa peur avouée de violer les gens et sa plus grande peur encore d’être violé par eux ont fixé des limites précises à nos rapports » « Son choix délibéré de refuser le jeu de la hiérarchie traditionnelle d’une part et une trop grande intimité, d’autre part, l’ont conduit à rendre nos rapports très flous, ces derniers n’étant plus rigoureusement hiérarchiques ni le moins du monde personnels. Cette manière de marcher sur la corde raide finit par donner le vertige… » « Prisonnier d’un triple réseau de contradictions liées au système, à lui-même et à sa base, Pierre-Yves Cossé a pratiqué la “démocratie directe” chaque fois que cela a été possible… mais toutes les décisions importantes ont été prises sous forme d’oukases indiscutables ».

33Parmi ces collaborateurs attachants, j’en évoquerai un dont la personnalité m’a particulièrement frappé. Je perçus chez Christian Phéline à la sortie de l’ENA. Mai 1968 avait modifié sa vie. Le militantisme allait envahir ses jours et ses nuits. Dans un premier temps il se situa à la gauche du PSU, militant dans la section du XVème dont j’étais un membre fort peu assidu, critiquant les compromis bourgeois de Michel Rocard, avant de rejoindre la Ligue Communiste. Son charme physique lui valait beaucoup d’admiratrices : tête d’ange, cheveux blonds et fins, élégance des mouvements et des expressions (…). Il était prodigieusement doué. A partir de la formation économique de l’énarque de base, il s’adapta en quelques semaines aux exigences techniques de la Prévision. Il était d’une rapidité stupéfiante et rédigeait de sa fort belle écriture les études qu’on lui demandait sur les sujets les plus variés quasiment au fil de la plume. La seule difficulté était de mettre la main sur lui ; il partait ou arrivait à des horaires imprévisibles, passait ses soirées et ses week-ends à des « actions à la base » auprès d’employés, d’ouvriers ou d’intellectuels, dormait peu et on ne savait où, apparaissant au bureau, hâve, épuisé, non rasé et parfois semble-t-il à jeun. Il frôla la clochardisation administrative et la condition de la « lumpen intelligentsia » pour reprendre une expression qu’avait inventée Gilles Martinet. Je fis preuve d’une grande patience, m’adaptant à son emploi du temps. Nous discutions souvent politique quoiqu’il me considérât comme non récupérable et que « le temps passé avec moi fasse partie de ses contradictions ». A l’époque, il refusait toute prise de responsabilité et toute promotion. Avec le temps, il admit que « la France n’était pas dans une situation prérévolutionnaire » et adopta un mode de vie plus régulier.

34J’eus la chance de passer mes derniers mois à la Direction de la Prévision sous les ordres d’Edouard Malinvaud. Il fut l’un des deux patrons qui m’impressionnèrent dans ma vie professionnelle, le second étant Jacques Delors. Ce grand homme raide et doctoral, dont le visage grave s’illuminait parfois d’un sourire, me faisait un peu peur. Lorsque le téléphone sonnait à huit heures du matin dans mon bureau, je savais que mon directeur m’appelait, arrivé le premier à sept heures trente du matin. C’était souvent pour me poser une question technique sur les variations d’un poste entre deux comptes successifs et je n’étais pas toujours capable de répondre… Je l’avais entendu en Commission des Comptes annoncer de façon aventureuse les fluctuations du cours du dollar ; l’interrogeant sur le caractère aléatoire d’une telle prévision, le scientifique m’avait répondu : pouvez-vous me démonter le contraire ? Une fois de plus, je restai coi.

35N’étant pas capable de faire progresser la Direction de la Prévision dans la mise au point d’outils nouveaux, je ne croyais pas que je puisse y faire carrière. Aussi lorsque par l’intermédiaire de Jacques Friedmann, alors chef de service à l’Inspection des Finances, je fus sollicité par le groupe de la Caisse des Dépôts pour occuper les fonctions de directeur administratif et financier de la Société Centrale pour l’Equipement du Territoire (SCET), j’étudiais l’offre avec sérieux et l’acceptai. J’étais conscient de quitter un milieu intellectuellement stimulant, de me priver d’un réseau humain particulièrement riche et de m’éloigner des centres de décisions économiques et financières. Mais je savais également que les débouchés à la sortie de la direction de la Prévision étaient limités. Les entreprises n’ont guère d’appétit pour l’économie et les économistes. Les banques et quelques grandes sociétés industrielles sont dotées de services spécialisés mais il s’agit généralement de cellules isolées coupées des activités principales de l’entreprise.

36Mon départ fut néanmoins retardé de quelques semaines du fait de l’opposition de Jacques Calvet, qui avait succédé à Jean Sérisé comme directeur de cabinet de Valéry Giscard d’Estaing. Il m’expliqua que si je n’avais guère de chances d’être nommé un jour Directeur de la Prévision, j’avais vocation à figurer sur la « short list » qui serait soumise le moment venu au Ministre en fonction. La perspective de me retrouver un jour en bonne position sur une « short list » ne suffit pas à me retenir à Rivoli.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540