Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des francs-tireurs aux experts

 | 
Aude Terray

Annexes

Annexes 9

Texte intégral

N.B. : Les documents d’archives sont reproduits selon les normes utilisées sur le document original (majuscules, texte souligné…) ; les coquilles et fautes d’orthographe ont été conservées.

 

Lettre de Louis-Pierre Blanc et de Charles Prou en mission au Caire, adressée à Claude Gruson et au SEEF en janvier 1956.

 

1SAEF, B 34 091

2Cette lettre prouve que le SEEF essaime ses travaux novateurs à l’étranger et elle révèle l’ambiance qui règne au SEEF caractérisée par un refus du formalisme et l’esprit d’équipe.

 

3Le Caire, 7. 1. 56

4Monsieur,

5Après un pénible marchandage avec Prou, je me trouve désigné pour vous rendre compte de notre activité en territoire égyptien. Tâche difficile car il y aurait beaucoup à dire et une dure journée de labeur sur les nomenclatures a beaucoup amenuisé mes facultés de synthèse.

6Parlons d’abord de cette dure journée de labeur. En toute franchise elle a été presque reposante et ceci en dépit de 9 heures exactement de travail efficace. C’est une question de conditions de travail et d’existence en général : petit-déjeuner calme, 8 h 30 voiture de service avec chauffeur, 8 h 40 bureau clair avec terrasse et calme dans un bel immeuble neuf, possibilité d’obtenir à tout instant des plantons militaires de service un café, kerfa ou autre boisson chaude, 14 h à 15 h déjeuner en plein air au bord du Nil, 19 h voiture de service jusqu’à l’hôtel. Avec ça un chef de service aux ordres et tous ses collaborateurs, tous d’une gentillesse exemplaire.

7C’est ainsi que l’on peut, avec certes un peu d’expérience, mettre sur pied en trois jours un cadre comptable et les nomenclatures correspondantes, même si l’on ne comprend rien aux documents de base en arabe, et si l’on ne comprend que difficilement l’interlocuteur s’exprimant en anglais. Reste à voir ce que va donner le travail statistique.

8Jusqu’à nouvel ordre je reste assez optimiste sur ce point. Ce que Prou avait trouvé ici a beaucoup changé. Le personnel utilisable a été transféré au Conseil de la production, service qui rappelle la belle époque du plan en France. Les types crasseux qu’il avait connus sont maintenant dignes de se promener dans les couloirs de la rue de Rivoli. Des travaux ont été lancés dans toute une série de directions, évidemment parfois sans assez d’esprit de synthèse : centralisations de bilans, recensement complet de branches industrielles à l’aide d’équipes statisticien + ingénieur + comptable, etc. Le problème consiste à remettre tout ça dans le droit chemin et à boucher les trous. Une vingtaine de types disponibles, bien équipés avec d’excellentes machines à calculer.

9Voilà pour l’aspect comptabilité nationale. En réalité dès notre arrivée, nous avons eu affaire au Monnet local qui nous a demandé un plan d’organisation des services du plan, projet que nous avons fourni sans hésitation dans les 48 heures, avec organigrammes multiples à l’appui, après un 1er janvier studieux. Après avoir revu le Monnet local nous avons sans défaillir pondu un projet de travail en vue de pouvoir démarrer le plan le 1er juillet. Nous essayons de faire démarrer rapidement la comptabilité nationale, puis on verra les problèmes d’équilibre. Mais le grand problème reste celui de l’orientation du plan. Les services du plan ont l’air bien fournis en techniciens, notamment une quinzaine de types pour le barrage, mais il sera difficile de monter une cellule capable de faire la synthèse de tous les projets et de les traduire en termes économiques.

10On essaiera d’attaquer ça dans quelques jours. Cela dépendra beaucoup de l’évolution de nos conversations avec le « commissaire » qui est un colonel du genre peu loquace. Nous planchons une heure, nous buvons un café, puis nous nous séparons, toujours très cordialement, mais il est difficile de prévoir ce qui en sortira.

11A part les activités « plan », nous n’avons guère eu le temps de nous manifester, sinon à l’ambassade. Hier soir nous avons dîné avec la sœur d’Aujac. Les autres soirs nous appliquons un programme de repos dont les effets commencent à se faire sentir. La journée dans l’avion, presque trop courte, avait déjà constitué un premier repos, juste le temps de voir un bout des Alpes à travers les nuages, la côte italienne, les côtes de la Grèce et l’île de la Crète aux montagnes enneigées. Nous logeons dans un hôtel suisse qui n’a d’égyptien que son personnel soudanais en djellaba blanche. Le temps est beau et serein, le printemps à Paris, l’atmosphère celle d’un Marseille un peu plus mélangé et bruyant. Hier, vendredi, le dimanche musulman, nous sommes allés tenter de battre le record de vitesse de l’ascension de la pyramide de Cheops : à notre grande confusion nous souffrons aujourd’hui d’horribles courbatures dans les jambes. Vous voyez que tout va bien.

12Nous vous présentons nos respects et nous vous prions de saluer de notre part toute l’équipe de brillants planificateurs de l’immobilisme français. Nous vous serions tout de même reconnaissants si vous pouvez nous faire parvenir les travaux de ces planificateurs. Nous espérons en avoir besoin bientôt.

13Signé : Louis-Pierre Blanc

 

14Charles Prou rajoute ces quelques mots :

15Le moral est bon, le camarade Blanc râle plutôt un peu moins qu’à l’ordinaire… Nous vous souhaitons une heureuse année statistique et de ne pas trop vous fatiguer. Voulez-vous transmettre nos amitiés à nos camarades et accueillir nos respects égyptiens.

 

16Signé : Charles Prou

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable