Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des francs-tireurs aux experts

 | 
Aude Terray

Annexes

Annexes 8

Texte intégral

N.B. : Les documents d’archives sont reproduits selon les normes utilisées sur le document original (majuscules, texte souligné…) ; les coquilles et fautes d’orthographe ont été conservées.

 

Collecte des informations chiffrées pour le comité des Experts : lettre de Claude Gruson à monsieur de Précigout, secrétaire général du Syndicat des Textiles artificiels datée du 10 février 1951.

 

1SAEF, B 34 091

210/II/51

3Monsieur de Précigou,
Secrétaire Général du Syndicat des Textiles artificiels

4Monsieur,

5Vous avez reçu, ces jours derniers, la visite de monsieur Wirth, inspecteur des Finances, qui a été chargé d’une mission d’étude dans le cadre du travail de comptabilité nationale.

6Cette mission a pour objet d’éclairer le Comité des Experts institué par le décret du 31 mars 1950, dans la décision qu’il doit prendre relativement à la forme des comptes généraux qu’il a été chargé d’établir. Les comptes publiés jusqu’à ce jour, – qu’il s’agissait de ceux qu’a établis ces dernières années la commission du Bilan, ou de ceux qui ont été communiqués le mois dernier au Parlement – ne retracent les manifestations de l’activité productrice que par un compte global unique. Ils décrivent les relations du secteur productif avec les particuliers, avec les collectivités publiques, avec l’étranger et les territoires d’outre-mer, avec le système bancaire et le marché des capitaux ; mais ils laissent dans l’ombre toutes les transactions qui interviennent au cours du processus de production, entre les entreprises. Or, l’inconvénient d’une description comptable ainsi limitée à des grandeurs globales, c’est d’abord qu’elle ne peut être que très malaisément recoupée par des observations concrètes – les grandeurs globales résultant dans certains cas de l’addition d’éléments hétérogènes ; c’est ensuite que tous les phénomènes qui intéressent le mécanisme de la production y restent nécessairement indistincts. Notamment la formation et la disparition des goulets d’étranglement, les distorsions de l’échelle des prix, les mouvements de main d’œuvre, l’insuffisance ou l’excès des équipements, ne peuvent être expliqués ou prévus si la production est décrite globalement. Une possibilité d’explication ou de prévision n’apparaît que dans la mesure où le système comptable permet de distinguer, dans l’économie productive, des secteurs homogènes, c’est-à-dire des secteurs assez nombreux pour que l’on puisse regarder les entreprises qui y sont placées comme soumises à des nécessités économiques et techniques semblables.

7Mais l’état actuel des investissements statistiques ne permet pas de décrire l’activité productrice par secteurs. En particulier, il n’est pas possible de mesurer l’importance des transactions qui lient un secteur productif à chacun des autres. La mesure directe de phénomènes enchevêtrés dans un tout aussi complexe présente d’ailleurs des difficultés considérables. On ne peut songer à les saisir qu’indirectement – comme l’a fait le Professeur Léontief à Harvard, pour le Gouvernement américain en déterminant avec toute la précision possible les relations qui, pour chaque catégorie d’entreprises, lient la production aux achats de matières premières et d’énergie, aux payements de main-d’œuvre, et aux charges de l’équipement.

8La détermination de ces fonctions de production est certainement très difficile. Apriori, je conçois que leurs caractéristiques quantitatives et même leur forme, puissent varier suivant la nature de la demande – dans la mesure où elle oblige les producteurs à modifier leurs plans – et suivant les données qui déterminent en fait le rythme de la production (capacité de production des outillages ; possibilités d’achat de certaines matières premières essentielles ; ou enfin, importance de la demande). Autrement dit, je conçois qu’une entreprise puisse vivre dans des états de régime différents et qu’elle soit caractérisée dans ces divers états par des fonctions de production différentes. Mais il ne me semble pas impossible de classer les hypothèses possibles ; de déterminer la nature des variables qui interviennent dans les fonctions de production, la forme de ces fonctions et même, dans le cas le plus favorable, leurs principales caractéristiques quantitatives.

9C’est pour ébaucher ce travail que j’ai demandé à monsieur Wirth et aux collaborateurs qui ont été mis à sa disposition pour quelque temps par l’Inspection Générale des Finances de faire une enquête dans certains secteurs de la production, et en particulier dans le secteur des textiles artificiels.

10Je vous serais très vivement reconnaissant de vouloir bien répondre à ces questions, ou de demander à un technicien d’y répondre ; étant entendu que je me trouve personnellement à votre disposition pour tous éclaircissements complémentaires.

11J’ajoute que cette enquête doit être regardée, si vous voulez bien vous y prêter, comme rigoureusement confidentielle, puisqu’elle correspond pour le moment à une étude préalable. C’est seulement à un stade ultérieur que les résultats obtenus – et les décisions d’enquêtes générales qui pourront être prises sur ces bases – pourront être soumis à une discussion publique.

12Je vous en remercie à l’avance, et je vous prie d’agréer, monsieur, l’assurance de ma considération très distinguée.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540