Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, la Belgique et l’organisation économique de l’Europe, 1918-1935

 | 
Éric Bussière

Deuxième partie. Cristallisation des ambitions et ruptures : 1923-1924

Chapitre III

Les fruits de l’opération

Texte intégral

A. La métallurgie : l’échec d’un rééquilibrage

1Les événements de l’automne et de l’hiver 1923-1924 avaient marqué l’échec d’une tentative : celle de la prise de contrôle économique ou politique d’une région vitale pour l’économie allemande par les Franco-belges. Ceux-ci n’en disposaient pas moins de moyens de pression suffisants pour imposer aux industriels allemands, et en particulier aux sidérurgistes, des accords susceptibles de renverser les rapports de force à leur profit. Cela supposait que Français et Belges puissent surmonter leurs divisions et s’entendre sur les objectifs à atteindre. Deux questions essentielles étaient à résoudre : celle des approvisionnements (coke, minerai de fer, mitrailles) déterminante pour les coûts, celle des débouchés et de l’organisation éventuelle des marchés.

  • 1 MAEF. Europe 1918-40, B 116. Poincaré à Herbette, 16-2-1923 - 20-2-1923 - 23-2-1923 -1-3-1923 - 9-3 (...)

2Dans un premier temps les relations bilatérales entre sidérurgistes restèrent assez difficiles. La résistance passive provoqua une véritable pénurie de coke ; une nouvelle fois le gouvernement français fit pression sur les sidérurgistes belges en interdisant les exportations de mitrailles afin d’obtenir du coke. On se mit pourtant d’accord en mars 1923 sur un programme d’échange de coke belge contre mitrailles françaises. De même, les rivalités commerciales entre les deux sidérurgies ne furent pas atténuées par le combat de la Ruhr : d’un côté de Wendel se plaignait des exportations accrues de produits belges vers la France du fait de la dépréciation relative du franc belge en 1923, de l’autre le Groupement des hauts fourneaux refusait tout tarif de chemin de fer préférentiel en faveur des sidérurgistes lorrains et luxembourgeois entre leurs usines et le port d’Anvers1.

  • 2 MAEB. 10075/IV, 10081. Hannecart à Jaspar, 1-12-1923. GHF, PVCA, 5-12-1923. MAEB. 10082. Note Van Z (...)
  • 3 MAEB. 10466/XIV. Rolin-Jacquemyns à Jaspar, 10-2-1924. MAEB. 10081. Rolin-Jacquemyns à Jaspar, 14-2 (...)

3À partir de l’été puis de l’automne 1923, les pénuries s’atténuèrent du fait de l’accroissement des livraisons de la MICUM. Pourtant celles-ci ne seraient, sous cette forme, que provisoires ; il fallait donc songer à des solutions plus durables. De leur côté, les charbonnages de la Ruhr avaient un besoin urgent de rentrées d’argent, sous forme de devises, afin de reconstituer leurs trésoreries épuisées par l’inflation et la résistance passive ; ils étaient donc vendeurs de charbon qu’ils offrirent aux entreprises françaises et belges en sus de leurs livraisons à la MICUM. L’occasion d’une reprise des relations d’affaires directes entre usines allemandes et alliées s’offrait donc. Le gouvernement belge réussit à imposer à la France certaines précautions. On risquait en effet de voir « le lamentable spectacle de Belges ou de Français qui courront après les Allemands » pour avoir du charbon tandis que certains charbonnages en profiteraient pour ne pas remplir leurs obligations auprès de la MICUM. Celle-ci fut donc chargée des achats et de la répartition entre Français et Belges2. Malgré cela des contrats directs furent passés entre fournisseurs allemands et clients belges ou français, cassant les prix au détriment des organismes répartiteurs officiels ; il fallut donc rétablir le régime des licences à l’exportation, pour un temps suspendu, afin de mieux contrôler les marchés3. Ces difficultés révélaient le caractère provisoire et artificiel du régime adopté et auraient dû conduire les gouvernements à définir une politique pour le long terme, c’est-à-dire la nature des relations futures entre industries allemande et alliée. La question était d’autant plus urgente à résoudre que se posait, à l’automne 1923, celle de la liquidation des stocks de produits métallurgiques accumulés au cours de l’année dans la Ruhr.

  • 4 MAEB. 10075/III, B. Hannecart à Jaspar, 17-10-1923. MAEB. 10081. Hannecart à Jaspar, 29-5-1923. GHF (...)
  • 5 MAEB. 10466/XV. Réunion du 6-6-1923. MAEB. 10075/III, B. Hannecart à Jaspar, 17-10-1923.
  • 6 MAEB. 10466/XVIII. Le consul général de Belgique à Londres à Jaspar, 3-10-1923. Tél. Gaiffier à Jas (...)

4Il faut rappeler ici que les stocks de produits furent saisis au printemps 1923 dans les usines pour non-paiement du kohlensteuer et remis à la caisse des gages en vue de leur liquidation. Le projet initial de vendre ces produits aux consommateurs et aux aciéries belges et françaises se heurta aux intérêts du Groupement des hauts fourneaux comme du Comité des forges qui refusaient cette concurrence « officielle » sur leur marché intérieur. Seules les mitrailles ou les ferroman-ganèses les intéressaient. Quant à l’exportation, leur résistance se justifiait également puisque leur politique en 1923 consistait à s’emparer de marchés précédemment détenus par les usines allemandes. Ainsi fallut-il à plusieurs reprises interrompre les saisies faute d’amateurs pour les produits en question ; de fait les premières tentatives d’adjudication échouèrent. La conférence franco-belge du 6 juin 1923 décida de passer outre et de poursuivre les saisies en cherchant un terrain d’entente avec les industriels. L’organisation définitive des ventes ne fut réalisée qu’en août. Deux consortiums, l’un français, l’autre belge (aciéristes, transformateurs, construction mécanique) furent établis afin de les canaliser et d’éviter les perturbations sur le marché que pourraient occasionner des adjudications massives. Les ventes à l’exportation furent effectuées par les services commerciaux des usines4. La question de fond fut cependant posée dès le 6 juin par Poincaré : qu’adviendrait-il des stocks accumulés à l’issue de la crise politique en cours ? Une fois maîtres chez eux, les industriels allemands ne pourraient-ils pas liquider les stocks accumulés à l’exportation et à vil prix afin de reconquérir les marchés perdus et de se procurer les devises dont ils avaient le plus pressant besoin5 ? Ces soucis étaient également partagés par la métallurgie anglaise à l’automne 1923. Elle se manifesta auprès du consul général de Belgique à Londres et par une démarche de l’ambassadeur d’Angleterre à Paris. Jaspar et Poincaré acceptèrent la nomination d’un expert britannique auprès de la MICUM afin de fournir les assurances nécessaires6.

5Ainsi, à l’automne 1923, la liquidation progressive de la crise de la Ruhr poussait les différents partenaires à une négociation globale où seraient confrontés les atouts et revendications de chaque groupe.

  • 7 J. Bariéty, Les relations franco-allemandes…, op. cit., p. 302-303.
  • 8 MAEB. 10082. Casteur à Jaspar, 19-9-1923. Rapport chez le général Dégoutte, 19-12-1923. J. Cockeril (...)
  • 9 Archives Paribas-Allemagne 1/6. Note du 4-6-1923.

6Comme l’a montré J. Bariéty, les premières initiatives en vue d’un dialogue direct entre industriels vinrent des Allemands : le rapport de force s’est donc renversé au profit de la France par rapport à la situation de l’été 19227. Dès septembre 1923 Krupp fait des ouvertures directes à des industriels français à qui il propose des participations dans ses usines ; il recherche également une prise de contact avec des représentants de l’industrie belge : Francqui, Greiner (Cockerill) Trasenster sont cités. En novembre et décembre des accords de nature commerciale sont envisagés entre plusieurs groupes : on cite des tractations entre Hagondange et Otto Wolf, un contrat pour fourniture de coke entre Stinnes et HADIR, des négociations entre les Aciéries de Longwy et Roëchling8. Les sidérurgistes français sont donc bien conscients du caractère exceptionnel de la situation créée par la victoire sur l’Allemagne : il s’agissait d’en tirer au plus vite des bénéfices et de les consolider pour le plus grand nombre possible d’années. Pourtant le sens de leur action doit être bien précisé : il s’agissait moins de soumettre la grande industrie allemande que de renouer, dans un rapport de force équilibré, les relations de complémentarité antérieures à la guerre. Ce programme bénéficie également du soutien de la haute banque : dès le mois de juin 1923, les études réalisées par la Banque de Paris et des Pays-Bas préconisaient une coopération sidérurgique franco-allemande fondée sur des participations croisées entre groupes et livraison de produits semi-finis d’origine lorraine à l’Allemagne9.

  • 10 MAEB. 10082. Délia Faille à Jaspar, 15-9-1923. Jaspar à Gaiffier, 20-9-1923.

7Ce premier mouvement est parfaitement connu des responsables belges dans la Ruhr et des services diplomatiques à Berlin. Ils craignent une entente entre sidérurgies française et allemande au détriment de la Belgique ; cette inquiétude est également partagée par le gouvernement belge qui s’en ouvre dès septembre 1923 à Poincaré10.

  • 11 MAEB. 10466/VII. CR réunion au Quai d’Orsay, 21-2-1923. MAEB. 10082. Jaspar à Hannecart, 28-9-1923. (...)

8Le raisonnement tenu par Poincaré repose sur une logique assez différente de celle des milieux économiques français concernés. Si une entente entre industriels français et allemands lui semble à un certain point de vue désirable, celle-ci doit s’intégrer dans un projet politique contrôlé par les gouvernements ; les ententes directes entre industriels lui apparaissent comme « pire que tout ». Dès septembre il rassure donc le gouvernement belge : la Belgique bénéficierait des accords passés avec les industriels allemands. Le 18 décembre, à l’occasion d’une visite de Rechberg à Seydoux, ce dernier précise clairement les intentions du Gouvernement : pas d’accord avec les industriels allemands tant que la question des réparations ne serait pas réglée ; intégration des accords industriels dans le nouveau programme de réparations. On craignait du côté français que les Allemands, en offrant des participations dans leurs usines, ne cherchent à sauver les fonds de roulement placés à l’étranger et objet de l’enquête du comité Mac Kenna. On pensait également du côté allemand que les Français pourraient jouer les intermédiaires avec la finance anglo-saxonne afin d’obtenir les capitaux dont l’industrie avait besoin. En fait Poincaré, dès l’hiver 1923, avait renoncé à une logique économique - alliance industrielle continentale et rôle de la France comme intermédiaire financier entre les États-Unis et l’Allemagne - au profit d’une logique politico-financière : solidarité avec l’Angleterre et les autres Alliés et priorité à la question des réparations en espèces. De ce point de vue, en voulant contrôler l’ensemble du jeu, il a perdu un temps précieux empêchant par là la constitution de véritables solidarités industrielles continentales11.

  • 12 MAEB. 10082. Gaiffier à Jaspar, 12-12-1923. Notes pour le ministre, 13-12-1923 -14-1-1924.
  • 13 MAEB. 10075/IV. Hannecart au ministre, 9-1-1924. J. Bariéty, op. cit., p. 303.
  • 14 MAEB. 10082. Note pour le ministre, 23-1-1924.
  • 15 MAEB. 10082. Réunion des métallurgistes belges, 15-1-1924.
  • 16 MAEB. 10082. Gaiffier à Jaspar, 11-1-1924.

9L’attitude du gouvernement belge et celle des milieux industriels face aux projets franco-allemands présente de notables différences. Les diplomates et la haute administration s’inquiètent d’une alliance franco-allemande à laquelle l’industrie belge ne participerait pas. Leurs appréhensions sont partagées par J. Jadot, gouverneur de la Société générale de Belgique12. Les hauts fonctionnaires et le gouverneur Jadot à Bruxelles, Hannecart dans la Ruhr, soutiennent l’idée, remuée également dans les milieux français, d’un cartel métallurgique avec l’Allemagne. À cet effet, Hannecart noue des contacts avec Hubert (Krupp), Stinnes, Vôgler. On se met d’accord, avant la mi-janvier, sur les principes suivants : convention d’échange charbon et coke contre minerai, entente-production pour la fonte, cartel d’exportation à trois (France, Belgique, Allemagne) pour l’ensemble des produits. Ce programme est contemporain des vastes propositions formulées dès janvier par Otto Wolf et Rechberg au gouvernement français dans un cadre bilatéral13. Pour aboutir, il faudra pourtant obtenir le consentement des usines belges. Pour cela, on compte sur « de puissantes influences bancaires, par exemple M. Jadot qui est rallié depuis longtemps à nos idées14 ». Afin de fixer la politique du pays, Jaspar réunit tous les intéressés à Bruxelles le 15 janvier 1924 : représentants du département des Affaires étrangères, responsables belges dans la Ruhr, Groupement des hauts fourneaux. En réalité, Trasenster, au nom du Groupement, se montre beaucoup moins inquiet que le ministre : les échanges minerai charbon existaient avant la guerre, « il y a là une nécessité économique à laquelle nous ne pouvons nous opposer ». Le seul point délicat consiste à s’assurer que les prestations de réparations soient correctement assurées et que le minerai livré aux Allemands ne le soit pas dans des conditions plus avantageuses qu’aux Belges. Quant aux ententes, créations de trusts, accords de cartels, Trasenster ne croit pas « qu’on puisse ou qu’on ait intérêt à les faire en dehors de nous ». Grâce à ses prix de revient et à l’importance de ses exportations, la sidérurgie belge pensait donc pouvoir défendre ses intérêts face à ses puissantes voisines15. Les réticences du Groupement provenaient probablement de l’élargissement de la nature des projets d’entente envisagé à l’Angleterre. Le principe en fut acquis dès le 4 janvier 1924 à l’occasion de l’entrevue Otto-Wolf-Sey-doux16. Il répondait aux inquiétudes des métallurgistes britanniques face à une éventuelle coalition continentale. Plus largement il s’intégrait dans la politique de Poincaré : priorité à l’entente interalliée sur les relations bilatérales franco-allemandes. Ce rééquilibrage et cette ouverture vers l’Angleterre furent favorablement accueillis par le gouvernement belge.

  • 17 MAEF. Europe 1918-1940. B 121, Labbé à Poincaré, 23-1-1924.

10La mise en œuvre des négociations sur le plan international fut entreprise dès le 23 janvier 1924. Trasenster rencontre à Paris les représentants du Comité des forges. Ceux-ci ont pris les premiers contacts avec les Anglais qui acceptent l’idée d’une entente. Les Français demandent donc aux Belges de s’entremettre afin d’atténuer les tensions entre les deux pays. On se mit également d’accord pour limiter les premières négociations aux rails17.

  • 18 MAEB. 10082. Note Trasenster, 23-2-1924.

11En réalité les sidérurgistes belges n’étaient pas favorables aux ententes internationales telles qu’elles étaient envisagées au début de 1924. Pour Trasenster, les Français et Gaiffier étaient d’accord avec lui sur ce point, les métallurgistes anglais, attaqués sur leur marché intérieur, recherchaient, grâce aux ententes, un substitut à une protection douanière que leur gouvernement leur refusait. Une entente sur les rails était seule acceptable mais serait insuffisante pour faire évoluer la politique du gouvernement anglais dans un sens favorable aux Franco-belges. Quant à la métallurgie française, elle visait, au fond, au même objectif : la reconnaissance de la protection du marché national par les ententes. Dans ces conditions, une entente qui lui fermerait les marchés français et britanniques tout en encadrant sa puissance d’exportation dans les limites étroites d’un cartel n’intéressait pas la métallurgie belge. C’est ce que Trasenster fit comprendre au consul de France à Liège en janvier 192418.

  • 19 MAEB. 10082. Note du 13-3-1924. Gaiffier à Jaspar, 9-2-1924.
  • 20 MAEB 10082. Note du 13-3-1924. Gaiffier à Jaspar, 9-2-1924.
  • 21 MAEB. 10082. Note du 13-3-1924. J. Bariéty, op. cit., p. 304.
  • 22 MAEB. 10075/VI. Hannecart au ministre, 15-3-1924. MAEB-10082. Note du 21-3-1924. Hymans à Theunis, (...)

12Les métallurgistes belges ne purent se dérober aux négociations d’ensemble qui se développèrent à partir de février 1924. Sur le plan international, les métallurgistes français, belges, luxembourgeois et anglais se rencontrèrent à Londres le 23 février. On se limita à la reconstitution de 1TRMA (entente-rails) et à l’exposé des revendications de chaque groupe. En fait celles de l’ensemble France, Belgique, Luxembourg, Sarre atteignaient 58 % du marché mondial. Il restait 13 % à partager entre les USA et l’Angleterre, situation inacceptable pour celle-ci qui détenait un quota de 33 % avant guerre et qui demandait une augmentation de sa part. La conclusion du débat fut que la France et le Luxembourg diminueraient leurs exigences à condition de pouvoir obtenir une part du marché intérieur allemand : tout se résumait dans le nécessaire dialogue franco-allemand ; cette première approche du problème avait surtout servi à lever les inquiétudes des métallurgistes britanniques et à obtenir leur aval aux négociations franco-allemandes19. Celles-ci aboutirent à un accord de principe dès le 12 février 1924 : cession de mines de charbon par le Reich à l’État français, livraisons garanties de coke à la France, fourniture de demi-produits lorrains à l’Allemagne. Pourtant, cet accord de principe restait soumis à plusieurs préalables : accord des gouvernements, conformité avec le futur plan des experts et mise en vigueur de celui-ci. De son côté, Seydoux invitait le gouvernement belge à une démarche parallèle vis-à-vis du gouvernement allemand20. Pourtant la politique française marque une inflexion au début mars. Elle est suggérée par R. Pinot et approuvée par Seydoux. Il s’agit de négocier au plus vite les accords entre industriels et de les tenir prêts à s’intégrer dans le plan des experts21. Hannecart remarque de son côté « une certaine impatience » de la part des Français. Il fallait absolument aboutir avant la publication du plan des experts et profiter de la bonne volonté des industriels allemands qui ne serait pas durable. Sur le terrain, les choses avancent vite : le 15 mars 1924 un accord portant sur la livraison de 500 à 600 000 t de coke en échange de demi-produits durant vingt-cinq ans est projeté entre Knutange (Schneiderde Wendel) et Kloekner. Hannecart demande d’urgence l’avis de Bruxelles sur la question. Theunis opte dans un premier temps pour une politique de prudente réserve : on attendra la publication du plan des experts et l’accord interallié sur la question des réparations. Puis, sur les instances du gouvernement français, le gouvernement belge accepte de s’associer à une demande officielle du gouvernement français auprès de l’Allemagne contre la promesse que la France n’entravera pas l’approvisionnement de la Belgique en minette22.

13En fait ces tentatives d’accord n’aboutirent pas. Depuis le mois de février, le gouvernement allemand temporise et refuse d’avaliser toute entente industrielle avant le règlement de la question des réparations. Le renouvellement des accords de MICUM, en date du 15 avril 1924, est la dernière concession d’importance qu’il accepte de faire avant la mise sur pied d’un nouveau plan de réparations issu de celui des experts. Désormais la négociation globale et les rapports de forces entre puissances allaient prendre le pas sur les questions industrielles proprement dites. Celles-ci ne seraient à nouveau à l’ordre du jour qu’à l’automne.

14Peut-on parler ici d’échec des ambitions industrielles de Poincaré ou plus globalement des Franco-belges ? Il est probable que dans le domaine sidérurgique, Poincaré n’avait pas de véritable « politique industrielle ». Son erreur a probablement consisté à ne pas savoir reconnaître l’autonomie de ce domaine. En voulant tout contrôler il a probablement empêché la sidérurgie française d’obtenir, dans de bonnes conditions, des sources d’approvisionnements en coke précieuses pouvant contribuer à améliorer ses prix de revient. Au-delà, les choses n’étaient pas mûres. Les intérêts divergents entre Belges et Français, entre continentaux et Anglais ne permettaient pas encore l’organisation des marchés. Il faudrait encore deux années pour y parvenir, et de manière encore incomplète.

B. Le plan des experts : la dernière convergence d’intérêts

15La fin de la résistance passive avait offert aux Franco-belges certaines opportunités économiques dont nous avons analysé le destin durant l’hiver et le printemps 1923-1924. Elle eut surtout pour conséquence de rendre à la question des réparations son caractère international, ce qui se traduisit par la constitution de comité d’experts chargés de résoudre les aspects financiers du conflit. On en revenait donc à ce qui constituait la préoccupation majeure du gouvernement belge à la fin de 1922.

  • 23 MAEB. 10469. Note : origine des comités d’experts. D. Artaud, La question des dettes interalliées, (...)
  • 24 D. Artaud, op. cit., p. 606-607.

16L’idée de l’expertise, suggérée par le secrétaire d’État américain Hughes dans le discours de Newhaven en décembre 1922, avait été reprise dans les propositions allemandes des 2 mai et 7 juin 1923 avec l’appui de l’Angleterre (note du 20 juillet). La proposition en fut renouvelée le 20 octobre 1923 par le gouvernement britannique avec l’aval des États-Unis. Son acceptation par le gouvernement français en date du 25 octobre doit beaucoup aux pressions du gouvernement belge qui menaça la France d’une réponse unilatérale et favorable au projet. Dans le débat qui suivit sur la compétence du comité d’experts, le gouvernement belge marqua son refus de la voir limitée à l’examen de la capacité actuelle de paiement de l’Allemagne, marquant sa préférence pour un règlement définitif et gobai du problème23. Cette volonté se retrouve dans la mission assignée par la CDR aux experts le 30 novembre 1923, compromis négocié par Barthou avec l’appui du délégué belge Delacroix24.

  • 25 MAEB. 10469. Gaiffier à Jaspar, 13-12-1923. Gaiffier attendait Sergent, président de la BUP et Fina (...)

17La désignation des représentants belges au sein des comités d’experts démontre la continuité de la politique suivie. La délégation était en effet composée de E. Francqui, vice-gouverneur de la Société générale de Belgique, entouré de M. Houtart, banquier, et de A.-E. Janssen, directeur de la Banque nationale. Les experts français, Par-mentier et Atthalin, marchèrent en fait à la remorque des Belges, étant donné l’ascendant que Francqui exerça sur le comité Dawes25. Son action peut être analysée comme une dernière tentative pour concilier les ambitions financières et économiques issues de la victoire de 1918 et de l’occupation de la Ruhr.

18Les propositions d’E. Francqui constituèrent la base des travaux du comité Dawes. Elles avaient été provoquées par ce dernier, en contact avec Van de Vyvere et Francqui depuis 1920 dans le cadre des affaires du groupe Pétrofina. Elles prirent également pour base les notes techniques belges de 1923. Elles constituent une synthèse entre la position française exprimée par Seydoux dans une note du 4 janvier 1924 et la volonté anglaise de préserver l’unité et la souveraineté économique de l’Allemagne.

  • 26 MAEB. 10469. Gaiffier à Jaspar, 14-1-1924. J. Bariéty, Les relations franco-allemandes après la pre (...)

19Les idées de Seydoux reposaient sur quelques grands principes : création d’une monnaie-or par une ou plusieurs banques d’émission ; contrôle du budget allemand par la CDR ; constitution de gages de manière à s’assurer des paiements et à égaliser les coûts de production entre les deux pays ; possibilité de cession de mines et de participations industrielles, en particulier dans la chimie. Les propositions de Francqui visaient à atteindre les mêmes buts en supprimant la plupart des contrôles envisagés par Seydoux. Elles lui furent présentées par Delacroix et C. Gutt, second délégué belge à la CDR le 23 janvier 1924 et reçurent un accueil favorable26.

  • 27 L. Ranieri, E. Francqui, p. 199-200. MAEB. 10469. Delacroix à Theunis, 17-1-1924 -18-1-1924 - 6-2-1 (...)
  • 28 MAEB. 10469. Delacroix à Theunis, 6-2-1924 - 11-2-1924. De Nieuwenhuys à Jaspar, 8-2-1924. L. Ranie (...)

20Le premier volet consistait en la création d’une nouvelle banque d’émission. Il avait été discuté avec Parmentier et Kindersley, directeur de la Banque d’Angleterre, les 16 et 17 janvier et définitivement établi à la suite d’une audition du Dr Schacht le 20 janvier par le comité Dawes. Il s’agissait d’une banque d’émission unique à privilège exclusif. Son conseil serait composé par moitié d’Allemands et d’étrangers (dont le président avec voix prépondérante) ; son siège serait situé hors d’Allemagne, afin d’empêcher toute immixtion gouvernementale dans le processus d’émission27. Le second volet consistait à organiser les paiements au titre des réparations. Francqui proposa le 6 février de séparer du budget de l’Allemagne certaines recettes faciles à contrôler qui en fourniraient la base. Cette solution permettrait d’éviter le contrôle du budget général, considéré par l’Angleterre comme une atteinte à la souveraineté de l’Allemagne ; elle permettrait, grâce à la constitution de monopoles fiscaux, d’une compagnie des chemins de fer allemands, d’évaluer la dette des réparations en capital et de la mobiliser rapidement sous forme d’emprunts. Enfin, la constitution d’une société hypothécaire émettrice d’obligations sur l’industrie allemande en grèverait les coûts et égaliserait les conditions de rentabilité avec les entreprises des pays alliés dont les dettes n’avaient pas été totalement annulées par l’inflation28.

21Ce programme marque donc une parfaite continuité dans la politique belge : mobilisation des réparations par l’emprunt ; contraintes imposées à l’industrie allemande visant à prendre le relai des clauses commerciales de cinq ans destinées à disparaître en janvier 1925 en limitant durablement sa rentabilité.

  • 29 MAEB. 10469. Delacroix à Theunis, 25-1-1924 - 23-2-1924 - 19-3-1924 - 20-3-1924 -25-3-1924. Theunis (...)
  • 30 L. Ranieri, op. cit., p. 202. J. Bariéty, p. 310.

22Il fut principalement attaqué par les experts anglais. Dans un premier temps ils essayèrent d’imposer le principe d’un budget unique dont le bonus seul serait versé au compte des réparations. Puis à l’occasion du voyage des experts à Berlin, l’expert britannique, Stamp, fut « chambré pendant quatre jours » par lord d’Abernon, germanophile, afin de réduire ses évaluations sur la capacité de paiement allemande. Pourtant, les principales évaluations de Francqui, notamment sur la rentabilité des chemins de fer, furent retenues. Les dernières attaques des Anglo-Saxons eurent lieu à partir du 19 mars 1924. Au sein du comité Mac Kenna elles visèrent à réduire les évaluations portant sur le montant des capitaux allemands à l’étranger. Au sein du comité Dawes elles parvinrent à limiter les contraintes financières imposées à l’Allemagne : la nouvelle banque d’émission aurait son siège en Allemagne et son conseil d’administration ne serait plus mixte. Le montant des obligations à émettre passa de 16 à 11 milliards de marks-or pour la Société des chemins de fer, de 10 à 5 pour les obligations industrielles29. Certes le résultat final apparaissait comme très satisfaisant à Poincaré, qui n’en attendait pas tant, comme à Seydoux qui y voyait la possibilité de combiner mobilisation et prises de participations industrielles. Pourtant, le soutien français dans la dernière phase des négociations sembla manquer aux Belges, attitude qui parut « incompréhensible » à Francqui. Les contraintes ayant pesé sur le franc ont-elles joué30 ?

23Tel qu’il apparaissait en avril 1924, le plan des experts avait été conçu en grande partie pour être acceptable pour le gouvernement français. Dans les domaines financier et industriel, il préservait l’essentiel des positions sur lesquelles reposait la solidarité franco-belge dans la Ruhr. Dans sa conception, il s’inscrivait dans la continuité des projets issus de la grande guerre. Compromis fragile entre contraintes financières et industrielles, sa mise en œuvre effective supposait le maintien d’une convergence d’intérêts suffisante entre Français et Belges, l’approbation des Américains et des Anglais. En outre, il laissait une grande part des problèmes à résoudre entre les mains des gouvernements, en particulier celui des conditions des emprunts à émettre et d’une éventuelle compensation entre dettes de guerre et réparations. Sa dénaturation progressive à partir de la conférence de Londres joua surtout au détriment de sa dimension économique et de l’autonomie financière qu’il semblait encore pouvoir offrir aux Franco-belges. En réalité, au moment de son acceptation par les puissances, la convergence d’intérêts qui avait jusque-là réuni les deux pays était déjà sérieusement ébranlée.

Notes

1 MAEF. Europe 1918-40, B 116. Poincaré à Herbette, 16-2-1923 - 20-2-1923 - 23-2-1923 -1-3-1923 - 9-3-1923. Groupement des hauts fourneaux, PVCA, 21-3-1923. Archives Cockerill-Sambre, dossier Chiers, direction. La Chiers à Van Hoegaerden, 28-4-1913.

2 MAEB. 10075/IV, 10081. Hannecart à Jaspar, 1-12-1923. GHF, PVCA, 5-12-1923. MAEB. 10082. Note Van Zuylen, 15-12-1923.

3 MAEB. 10466/XIV. Rolin-Jacquemyns à Jaspar, 10-2-1924. MAEB. 10081. Rolin-Jacquemyns à Jaspar, 14-2-1924. MAEB. 10081. Jaspar à Theunis, 25-2-1924.

4 MAEB. 10075/III, B. Hannecart à Jaspar, 17-10-1923. MAEB. 10081. Hannecart à Jaspar, 29-5-1923. GHF PVCA, 4-4-1923 - 11-7-1923 - 8-9-1923 - 22-8-1923.

5 MAEB. 10466/XV. Réunion du 6-6-1923. MAEB. 10075/III, B. Hannecart à Jaspar, 17-10-1923.

6 MAEB. 10466/XVIII. Le consul général de Belgique à Londres à Jaspar, 3-10-1923. Tél. Gaiffier à Jaspar, 17-10-1923.

7 J. Bariéty, Les relations franco-allemandes…, op. cit., p. 302-303.

8 MAEB. 10082. Casteur à Jaspar, 19-9-1923. Rapport chez le général Dégoutte, 19-12-1923. J. Cockerill à Hannecart. Theunis à Jaspar, 24-12-1923.

9 Archives Paribas-Allemagne 1/6. Note du 4-6-1923.

10 MAEB. 10082. Délia Faille à Jaspar, 15-9-1923. Jaspar à Gaiffier, 20-9-1923.

11 MAEB. 10466/VII. CR réunion au Quai d’Orsay, 21-2-1923. MAEB. 10082. Jaspar à Hannecart, 28-9-1923. Note sur visite Rechberg, 18-12-1923. Gaiffier à Jaspar, 31-12-1923.

12 MAEB. 10082. Gaiffier à Jaspar, 12-12-1923. Notes pour le ministre, 13-12-1923 -14-1-1924.

13 MAEB. 10075/IV. Hannecart au ministre, 9-1-1924. J. Bariéty, op. cit., p. 303.

14 MAEB. 10082. Note pour le ministre, 23-1-1924.

15 MAEB. 10082. Réunion des métallurgistes belges, 15-1-1924.

16 MAEB. 10082. Gaiffier à Jaspar, 11-1-1924.

17 MAEF. Europe 1918-1940. B 121, Labbé à Poincaré, 23-1-1924.

18 MAEB. 10082. Note Trasenster, 23-2-1924.

19 MAEB. 10082. Note du 13-3-1924. Gaiffier à Jaspar, 9-2-1924.

20 MAEB 10082. Note du 13-3-1924. Gaiffier à Jaspar, 9-2-1924.

21 MAEB. 10082. Note du 13-3-1924. J. Bariéty, op. cit., p. 304.

22 MAEB. 10075/VI. Hannecart au ministre, 15-3-1924. MAEB-10082. Note du 21-3-1924. Hymans à Theunis, 21-3-1924 - 1-4-1924.

23 MAEB. 10469. Note : origine des comités d’experts. D. Artaud, La question des dettes interalliées, p. 581-586. MAEB. 11103. Note Jaspar, 25-10-1923.

24 D. Artaud, op. cit., p. 606-607.

25 MAEB. 10469. Gaiffier à Jaspar, 13-12-1923. Gaiffier attendait Sergent, président de la BUP et Finaly, directeur général de Paribas. L. Ranieri, E. Francqui, p. 198.

26 MAEB. 10469. Gaiffier à Jaspar, 14-1-1924. J. Bariéty, Les relations franco-allemandes après la première guerre mondiale, p. 307. MAEB. 10466/XIX. Gutt à Theunis, 23-1-1924.

27 L. Ranieri, E. Francqui, p. 199-200. MAEB. 10469. Delacroix à Theunis, 17-1-1924 -18-1-1924 - 6-2-1924.

28 MAEB. 10469. Delacroix à Theunis, 6-2-1924 - 11-2-1924. De Nieuwenhuys à Jaspar, 8-2-1924. L. Ranieri, op. cit., p. 200-201.

29 MAEB. 10469. Delacroix à Theunis, 25-1-1924 - 23-2-1924 - 19-3-1924 - 20-3-1924 -25-3-1924. Theunis à Delacroix, 25-3-1924. MAEB. 11103. Nieuwenhuys à Jaspar, 9-2-1924. L. Ranieri, op. cit., p. 202.

30 L. Ranieri, op. cit., p. 202. J. Bariéty, p. 310.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540