Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économie sociale et solidaire et État

 | 
Jean-Claude Barbier

Les relations entre l’État, le secteur privé et l’économie sociale et solidaire sont sources d’innovation

La Big Society : un projet novateur qui n’a pas eu les effets escomptés

Caroline Slocock

Texte intégral

1Dans de nombreux pays, les gouvernements cherchent à développer des rapports nouveaux avec la société civile et à l’impliquer davantage dans la poursuite de leurs objectifs. La Big Society, l’initiative phare lancée par le Premier ministre britannique David Cameron en 2010, en est sans doute la tentative la plus connue. Cette expérience a été controversée et s’est révélée en grande partie infructueuse. Tout pays souhaitant s’engager sur une voie similaire peut toutefois en tirer de précieux enseignements.

2Le principal enseignement de cette initiative est que les gouvernements doivent cesser de considérer l’Économie sociale et solidaire comme un simple prestataire de services et travailler de manière plus collaborative avec la société civile dans son ensemble, qu’il s’agisse du secteur associatif ou du secteur privé.

Qu’est-ce que la Big Society ?

3Pour commencer, examinons ce que l’on entend par Big Society et les raisons pour lesquelles cette politique et d’autres du même ordre ont tant d’attrait pour les responsables politiques.

4La Big Society a aujourd’hui beaucoup moins d’écho que lors de son lancement, et nous ne savons pas encore si elle sera poursuivie après le changement de gouvernement de 2016. Il ne s’agit cependant pas d’une mode passagère. En 2010, lors de son accession au poste de Premier ministre, David Cameron déclarait :

« Ce jour marque le début d’un programme de réforme profond et ambitieux qui retirera du pouvoir aux hommes politiques pour le donner au peuple. »

5Un tel discours semblait novateur, voire révolutionnaire, à l’époque. Pourtant, le précédent Premier ministre, le travailliste Gordon Brown, avait lui aussi promis de « partager le pouvoir et la responsabilité avec les communautés de citoyens pour les aider à s’aider eux-mêmes et à façonner les services publics ».

6En effet, bien qu’elle soit aujourd’hui étroitement associée à une politique conservatrice, la « Troisième voie » du Parti travailliste, mise en place dans le cadre du « renouveau civique » de Tony Blair et de Gordon Brown, avait des objectifs extrêmement proches de ceux de la Big Society :

  • l’appropriation par la population des politiques locales : donner plus de pouvoir aux citoyens, par un renforcement de la transparence et de la redevabilité et par la constitution de groupes associatifs forts et influents ;

  • l’ouverture des services publics : ouvrir les services publics à de nouveaux prestataires pour les rendre plus efficaces, responsables et mieux adaptés ;

  • la promotion de l’action civique : encourager le bénévolat et les dons.

7De nombreux investissements et projets ont été engagés, pour la plupart sous l’ancien Gouvernement travailliste : création des academies pour donner plus d’autonomie aux écoles, transfert d’actifs à des communautés pour la gestion de pubs et de boutiques dans leur quartier, développement des contrats de prestation de services publics, instauration d’un service civique permettant aux jeunes de faire l’expérience du bénévolat ou encore mise en place de la Big Society Capital et d’autres formes nouvelles d’investissement social.

8Bien que la mort de la Big Society ait été annoncée à de nombreuses reprises depuis 2010, le Gouvernement conservateur a poursuivi cette politique après son arrivée au pouvoir en 2015. Lors de cette élection, le programme électoral du Parti travailliste comportait de nouveau la promesse de donner aux citoyens un plus grand pouvoir de décision sur les services locaux. Il y a fort à parier que de tels objectifs et politiques continueront de figurer au programme des futurs gouvernements.

Pourquoi les responsables politiques poursuivaient-ils ces objectifs ?

9Pourquoi la Big Society a-t-elle exercé tant d’attrait sur les responsables politiques de tous bords, non seulement au Royaume-Uni, mais aussi dans un nombre croissant de pays ?

10Premièrement, les responsables politiques et les fonctionnaires ont été de plus en plus conscients que l’État ne peut pas résoudre seul de nombreux problèmes. Le vieillissement de la population, par exemple, entraîne une hausse de la demande de services médicaux et sociaux, qui ne peut être endiguée que si la société civile dans son ensemble (les citoyens, le secteur associatif, les entreprises) agit localement pour permettre aux personnes âgées d’être autonomes et en meilleure santé. Au Royaume-Uni, les responsables politiques commencent progressivement à se considérer non plus comme des gestionnaires de services publics, mais comme des catalyseurs de progrès sociaux plus larges, travaillant en partenariat avec d’autres acteurs.

11Deuxièmement, on a observé une volonté croissante de la part des citoyens de participer aux décisions sur les services publics auxquels ils ont accès et de bénéficier de services plus personnalisés. Cela ne concerne pas que la classe moyenne. Les responsables politiques britanniques parlent désormais de plus en plus de services « centrés sur les individus » pour aider plus efficacement les personnes aux besoins complexes, qui sont souvent dépendantes des aides sociales. Ils cherchent donc à innover et à exploiter les compétences du secteur associatif et du secteur privé.

12Troisièmement, il est de plus en plus couramment admis que les mesures destinées à renforcer les communautés, caractérisées par un sentiment d’appartenance, de solidarité et de capital social, ont des conséquences positives pour l’ensemble de la société, notamment parce que ces communautés constituent des réseaux de soutien efficaces qui contribuent à réduire la demande de services publics et parce qu’elles favorisent le bien-être et la croissance économique.

13Quatrièmement, face au déclin du soutien dont ils bénéficient, les responsables politiques des partis traditionnels cherchent à renouveler la démocratie, et travailler avec des communautés et des organisations au plus près des citoyens est l’un des moyens d’y parvenir. Les grands partis britanniques ont vu leur nombre d’adhérents chuter au cours des dernières décennies. Depuis de nombreuses années, le taux de participation aux élections nationales est faible et la confiance dont jouissent les hommes politiques et les autorités est au plus bas, en particulier au sein des catégories socio-économiques les moins élevées.

14Enfin, de nombreux gouvernements cherchent à réduire les dépenses publiques. Il devient plus difficile de trouver où réaliser des économies en améliorant l’efficience. La tendance est désormais à la production de services publics plus efficaces, ce qui nécessite souvent de s’inspirer des méthodes novatrices du secteur associatif et d’autres secteurs. L’État cherche également à inciter d’autres acteurs, en particulier les associations, à assumer de nouvelles responsabilités dans des domaines dont il se retire.

Cette politique a-t-elle été efficace ?

15Cinq ans après l’annonce du lancement de la Big Society, Civil Exchange a mené une vaste étude sur cette initiative, en comparant ses objectifs aux résultats obtenus. Le rapport établi à l’issue de cette troisième étude annuelle a été publié en janvier 2015 sous le titre Whose Society? The Final Big Society Audit.

16Nous sommes arrivés à la conclusion que la Big Society était en grande partie un échec, même si certains exemples prometteurs permettent de penser qu’il existe un grand potentiel, à condition de poursuivre les mêmes objectifs de manière adéquate.

L’appropriation par la population des politiques locales

17Le premier objectif de la Big Society était l’appropriation par la population des politiques locales. Malheureusement, les statistiques montrent que les communautés n’ont pas eu le sentiment de jouir d’une plus grande capacité d’action.

18Ainsi, en 2013-2014, 34 % de la population estimait pouvoir influer sur les décisions locales, contre 38 % les deux années précédentes ; le taux de participation à la vie civique est passé de 41 % en 2012‑2013 à 30 % l’année suivante ; enfin, la part des citoyens ayant un sentiment d’appartenance à leur quartier a chuté de 78 % à 70 %, pour atteindre son plus bas niveau depuis 2005.

19Malgré les engagements de promouvoir le « localisme » inscrits dans la Big Society, cinq ans après, le Gouvernement anglais demeure l’un des plus centralisés au monde. Même la création des academies, tentative emblématique de donner plus d’autonomie au niveau local en matière de services publics traditionnels, a fait sortir les écoles du giron des collectivités locales pour les placer sous le contrôle du Gouvernement central, rendant ainsi plus difficile la prévision d’un nombre de places suffisant dans les écoles pour répondre à la hausse du nombre d’élèves en Angleterre. Notons néanmoins que depuis la publication de Whose Society?, le Gouvernement s’est engagé dans un programme de décentralisation accrue au profit de nouvelles régions urbaines ; reste toutefois à savoir si cette initiative renforcera la capacité d’action de la société civile ou ne fera qu’ajouter un échelon de gouvernement.

20Certaines communautés ont cependant acquis un plus grand pouvoir sur les services gérés par des prestataires privés grâce à l’introduction d’un droit de préemption sur les biens utiles à la communauté, qui leur a permis de reprendre des boutiques, des pubs et d’autres services locaux qui auraient sans cela disparu à la fermeture des entreprises qui les géraient.

21Avec l’aide du Gouvernement central, les collectivités locales ont également mené des expériences pour faire participer la population à un mode novateur de fourniture des services publics. Ainsi, les Neighbourhood Places (lieux de vie de quartier) ont permis d’identifier les problèmes prioritaires et de les résoudre. Un exemple parmi tant d’autres est celui du quartier de Balsall Heath, à Birmingham, où ont été mises en œuvre des mesures coordonnées entre le secteur public, le secteur associatif et la population locale pour aider les personnes âgées et vulnérables, lutter contre la délinquance et réhabiliter les lieux mal famés.

L’ouverture des services publics

22Le deuxième objectif de la Big Society, l’ouverture des services publics, a été la plus grande source de déception.

23Le Gouvernement avait promis de mettre fin aux monopoles dans les services publics, de rendre les services publics plus responsables et mieux adaptés aux différents besoins. Il s’appuyait en cela sur la conviction tenace que le marché et la concurrence en seraient la clé.

24Cependant, le résultat n’a pas tant été une plus grande diversité des acteurs que l’arrivée de nouveaux prestataires privés exerçant un quasi-monopole, qui ont remporté des marchés grâce aux économies d’échelle qu’ils permettent, sans nécessairement améliorer la qualité des services. Quatre grandes multinationales se sont vu attribuer des marchés publics représentant près de 4 milliards de livres sterling et la moitié des contrats publics, en valeur, a été passée avec seulement trente-neuf prestataires. Peu d’informations sont disponibles sur l’utilisation des fonds. La responsabilité de ces prestataires semble limitée puisqu’un grand nombre d’entre eux sont considérés comme trop importants pour les laisser faire faillite (too big to fail) et se sont vu attribuer de nouveaux contrats même après avoir commis de graves manquements dans le cadre de contrats précédents. Et de tels manquements ont été nombreux ces dernières années.

L’action civique et le secteur associatif

25Enfin, le Gouvernement s’était engagé à développer le bénévolat et le don ainsi que les activités des communautés. C’est sans doute dans ce domaine que les progrès ont été les plus significatifs.

26Il faut dire que la situation de départ était très favorable : en 2014, le Royaume-Uni se situait à la septième place du World Giving Index, qui classe les pays en fonction du niveau d’engagement bénévole et de dons de leurs citoyens.

27Ces dernières années, le bénévolat des jeunes a fortement augmenté, probablement grâce à des programmes tels que le National Citizen Service (service civique britannique) qui a récemment été introduit. Le Gouvernement a encouragé l’investissement social, notamment via le lancement des obligations à impact social (prêts du secteur privé), pour soutenir l’innovation et a créé une institution bancaire, la Big Society Capital. Il a par ailleurs encouragé les dons des particuliers en mettant en place des allégements fiscaux applicables aux legs et de nouveaux outils informatiques pour les associations caritatives.

28L’objectif était bien sûr de renforcer le secteur associatif. Il est donc paradoxal que celui-ci ait justement été le grand perdant de cette politique.

29Naturellement, le secteur associatif est très résilient et jouit d’une grande confiance et d’un grand respect de la part de la population, qui a par ailleurs davantage recours à ses services : aujourd’hui, 40 % des citoyens déclarent qu’eux-mêmes ou un membre de leur famille proche ou de leur entourage amical ont bénéficié des services d’une organisation caritative ou y ont fait appel, contre 34 % en 2012 et 9 % en 2005.

30Toutefois, la situation financière des acteurs du secteur associatif est aujourd’hui plus précaire en raison de la baisse des subventions publiques et de leur échec à remporter une part suffisante des contrats publics face au secteur privé.

31Le modèle de la Big Society reposait en partie sur le fait que les services devaient être améliorés grâce à une plus grande implication du secteur associatif, par exemple dans le cadre du programme de retour à l’emploi du Gouvernement (Work Programme), qui consistait à confier à des prestataires indépendants l’accompagnement au retour à l’emploi. Alors que le ministre prévoyait que le secteur associatif remporterait 35 % à 45 % de la valeur totale de ces contrats, il n’en a finalement reçu que 15 % environ, le plus souvent en qualité de sous-traitant du secteur privé, sous des conditions contractuelles telles que les ressources consacrées aux groupes « difficiles à aider » ont été au bout du compte moindres que par le passé.

32En réalité, les revenus du secteur associatif provenant de l’État ont, entre le pic de 2009-2010 et 2012-2013, chuté de 1,9 milliard de livres sterling en termes réels, et la baisse des subventions se poursuit. Parallèlement, les revenus provenant de dons du secteur privé se sont maintenus au même niveau qu’en 2009-2010, tandis que les dons de particuliers n’ont augmenté que de 0,8 milliard de livres sterling au cours des deux années précédant la période 2012-2013.

33Le trou dans les finances du secteur associatif est donc de plus en plus important. À cette situation difficile s’ajoute, pour de nombreux services, une hausse de la demande en raison de la réduction des dépenses dans les services publics. Si 88 % des organisations caritatives ont vu augmenter la demande dans les services qu’elles proposent, elles ne sont que 32 % à estimer pouvoir y répondre.

34L’influence du secteur associatif sur le Gouvernement a également été mise à mal par la Big Society, en dépit des engagements du Gouvernement de respecter son rôle militant, d’instaurer de solides partenariats avec lui et de faire plus souvent appel à des entités externes pour élaborer les politiques et « co-produire » les services publics.

35De nombreux responsables politiques nationaux et locaux ont attaqué la dimension militante des organisations caritatives. Cela s’est notamment manifesté par des commentaires négatifs de la part de ministres, par l’introduction de clauses d’obligation de réserve dans les contrats publics et par l’adoption d’une loi limitant les sommes que les organisations caritatives sont autorisées à consacrer à leurs campagnes au moment des élections. Plus récemment, le Gouvernement a annoncé que toutes les conventions de subvention conclues avec des organisations associatives devraient normalement contenir une clause interdisant l’utilisation de fonds publics pour tenter d’influencer le Gouvernement, le Parlement ou les partis politiques ou d’obtenir des modifications dans les réglementations ou la législation. Compte tenu des protestations que cette proposition a suscitées, le Gouvernement a engagé une consultation à ce sujet.

36Du fait notamment que l’État a de plus en plus tendance à considérer le secteur associatif comme un prestataire de services plutôt que comme un partenaire social, il semble qu’il soit de moins en moins enclin à tenir compte de l’opinion de ce secteur pour améliorer les services.

L’échec à faire du secteur associatif un partenaire actif

37L’un des principaux échecs de la Big Society est de ne pas avoir su faire du secteur associatif un partenaire social actif, ce qui a eu pour effet de compromettre l’efficacité de cette politique.

38Par exemple, ces dernières années, les banques alimentaires ont été de plus en plus sollicitées au Royaume-Uni. Le Trussell Trust, l’un des principaux acteurs dans ce domaine, a fourni une aide alimentaire d’urgence à plus de 900 000 adultes et enfants dans le besoin en 2013-2014. À certains égards, les banques alimentaires qui se développent d’elles-mêmes pour satisfaire des besoins auxquels l’État ne répond pas sont la quintessence de la Big Society. Elles dépendent de bénévoles et de l’aide des supermarchés pour collecter des dons alimentaires, et travaillent comme l’État ne pourra jamais le faire.

39L’objectif du Trussell Trust n’est pas seulement de soulager la pauvreté mais aussi de contribuer à l’empêcher d’apparaître. Lorsqu’il a eu connaissance de l’utilisation inappropriée de sanctions (à savoir le retrait des aides) par certains services locaux d’aide sociale et qu’il a tenté d’en informer le Gouvernement, le ministre du Travail et des Retraites de l’époque, Iain Duncan Smith, a refusé de lui accorder une entrevue et, dans une lettre divulguée aux médias, a laissé entendre que l’organisation caritative cherchait à se faire de la publicité pour récolter des fonds. L’organisation a officieusement été menacée de fermeture. Quelques années après, elle s’est finalement fait entendre, mais seulement lorsque le rapport d’un groupe parlementaire constitué de députés du parti au pouvoir a repris ces informations.

40Dans une démocratie moderne, en particulier lorsque les citoyens appartenant aux catégories socio-économiques les plus basses se sentent de plus en plus exclus et lorsque les services publics ne répondent pas à leurs besoins, il est primordial que le secteur associatif puisse s’exprimer pour pointer du doigt ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas.

L’échec à aider en priorité ceux qui en ont le plus besoin

41Le deuxième échec de la Big Society est de ne pas avoir su apporter de l’aide là où cela était le plus nécessaire et de ne pas avoir su faire entendre la voix de ceux dont le pouvoir et l’influence au sein de la société sont les plus faibles. David Cameron déclarait en 2011 : « Nous sommes tous concernés et c’est ensemble que nous réparerons notre société brisée », mais ces paroles paraissent bien creuses aujourd’hui.

42Pour commencer, la Big Society se caractérise par une grande disparité. J’entends par là que les indicateurs de capital social, tels que la solidarité, la confiance mutuelle et les niveaux de bénévolat et de dons, sont généralement bien plus élevés chez les plus riches que chez les plus défavorisés. Lorsque l’État se retire, les réseaux d’aide sociale, y compris les associations, sont moins nombreux à intervenir.

43Ensuite, les coupes dans les services publics et les aides sociales ont touché de manière disproportionnée les personnes les plus démunies, qui sont justement les plus susceptibles d’avoir besoin d’une aide publique. De plus, ce sont les petites associations et les services associatifs qui viennent en aide aux plus démunis dans les zones défavorisées qui ont subi le plus durement les réductions des subventions publiques. Les organisations œuvrant dans ces zones dépendent souvent d’aides de l’État.

44Enfin, les réformes menées au niveau des services publics, qui se sont traduites par un recours considérable à l’externalisation et un choix en apparence plus vaste pour les usagers, semblent n’avoir eu aucun effet sur les inégalités massives et persistantes entre les riches et les pauvres dans le domaine de la santé et de l’éducation.

45C’est sans doute cet échec à bien orienter l’aide qui a conduit au vote en faveur de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne lors du référendum de 2016, puisque les plus favorables à cette issue étaient ceux dont les conditions de vie se sont le moins améliorées et qui ont le plus souffert des coupes dans les dépenses publiques.

L’échec à être plus exigeant avec le secteur privé

46Le troisième échec de la Big Society est de n’avoir pas exigé ou attendu plus du secteur privé – pas seulement plus de dons au secteur associatif, mais aussi une gestion plus socialement responsable. Les entreprises peuvent par exemple promouvoir la santé non seulement auprès de leurs propres salariés ou en sponsorisant des activités sportives, mais aussi en commercialisant des produits sains.

De quelles mesures pourrait être constituée une Big Society efficace ?

47Tournons-nous maintenant vers l’avenir pour nous demander ce que nous devrions attendre d’une Big Society efficace.

Un meilleur ciblage

48En premier lieu, les mesures doivent cibler davantage les plus démunis.

49Le secteur associatif a à cet égard un rôle important à jouer, non seulement en participant à la conception de meilleurs services et à l’identification des besoins insatisfaits, mais aussi parce que ses organisations sont à même de contribuer à la construction de communautés fortes, renforçant ainsi le capital social, et qu’elles savent comment travailler efficacement avec des personnes aux besoins complexes, pour parvenir à de meilleurs résultats sur le plan social et empêcher les problèmes de survenir.

50Il est tout à fait possible de mettre en place une collaboration plus efficace entre le secteur associatif et les pouvoirs publics à l’avenir, tant au niveau national que local, de manière à produire de meilleurs résultats, à renforcer le « localisme » et à transformer les services publics pour travailler plus efficacement avec les personnes aux besoins complexes.

Un nouveau modèle de réforme du secteur public

51Néanmoins, si l’on veut répondre à ces aspirations, un nouveau modèle de réforme du secteur public est nécessaire. Le modèle actuellement appliqué au Royaume-Uni a entraîné un recours considérable à l’externalisation, mais a aussi eu pour effet de standardiser et de fracturer les services publics. Pour réaliser des économies d’échelle et du fait du coût des procédures d’appel d’offres, les marchés publics sont devenus de plus en plus gros, et le prix le principal critère d’adjudication. Cela a conduit à ce qu’un ministre de l’ancien Gouvernement a qualifié de « course vers le bas » au niveau des prix ; ainsi, dans le domaine des soins à domicile dispensés aux personnes handicapées ou âgées, il est désormais fréquent de ne consacrer que quinze minutes à la toilette et au repas. Et les soignants sont souvent payés en dessous du salaire minimum dans la mesure où leurs déplacements ne sont pas rémunérés.

52Dans ce contexte, il a souvent été difficile pour les petites organisations spécialisées de remporter des contrats dans l’ensemble des services publics. La réponse du Gouvernement a été de les encourager à se développer, à généraliser leurs services ou à s’associer avec d’autres organisations, ignorant ainsi la valeur des activités spécialisées ancrées au niveau local. Comme l’a récemment écrit un grand nom du secteur associatif :

  • 1Judy Robinson, ancienne présidente d’Involve Yorks and Humber, citée in Slocock (C.), Evans (K.), (...)

« Les petites organisations […] sont liées à leur environnement local et le connaissent parce qu’elles en font partie. Cela signifie que les gens ont confiance en leur travail et que ce travail satisfait des besoins réels, identifiés grâce à des informations issues du terrain. Ces organisations sont capables d’attirer des bénévoles et des ressources locales parce que les gens voient en quoi elles apportent un bien social1. »

53En effet, la pression exercée sur le secteur associatif pour qu’il adopte un mode de fonctionnement plus proche de celui du secteur privé, avec l’État qui le traite souvent comme un simple prolongement de lui-même, risque de saper les qualités qui en font la singularité, à savoir sa capacité à mobiliser la générosité des citoyens, à gagner la confiance des usagers, à traiter les gens comme des êtres humains et non comme des unités de production, à innover et à s’exprimer en toute indépendance au nom de ceux qu’il aide.

54Le secteur associatif est, pour le moins, différent et c’est cette différence qui doit être mieux reconnue et encouragée lorsque l’État collabore avec lui.

55Au Royaume-Uni, on constate que le secteur public commence à admettre cette idée. Ainsi, le plan sur cinq ans du système de santé publique britannique (National Health Service’s Five Year Forward View) comporte l’engagement de passer d’un modèle de soins « industriel » à un modèle davantage fondé sur la communauté, caractérisé par un partenariat renforcé avec le secteur associatif de manière à exploiter son « énergie renouvelable ». Dans ce cadre, le National Health Service s’engage à avoir recours à l’octroi de subventions au secteur associatif lorsque cela est approprié et à ne pas se limiter à passer des contrats au moyen d’une mise en concurrence.

56La première étape pourrait être d’examiner les contrats en cours et les pratiques actuelles en matière d’attribution de marchés publics à des prestataires de services afin de s’assurer qu’ils entraînent effectivement de meilleurs résultats et pas seulement une réduction du coût des services.

57S’ils doivent revoir leurs rapports avec le secteur associatif, il est également temps pour les gouvernements d’être plus exigeants avec le secteur privé et d’arrêter de le voir comme un simple prestataire de services pour le considérer davantage comme une force pouvant œuvrer au bien commun.

Un gouvernement plus collaboratif

58Le plus grand enseignement de la Big Society est que le Gouvernement doit avoir une attitude plus collaborative et travailler en véritable partenariat avec la société civile. Puisque les gouvernements cherchent à obtenir des résultats, par exemple une bonne santé et pas seulement des services médicaux efficients, il est essentiel d’impliquer plus largement les forces issues de la société civile.

59Conserver une gouvernance centraliste et directive fonctionnant selon le modèle du marché ne permettra pas d’atteindre cet objectif, notamment en ce qui concerne l’aide aux groupes défavorisés et le renforcement des communautés là où cela est nécessaire.

60Toutefois, une telle collaboration exige de développer de nouvelles compétences et de mieux cibler dans quels domaines et de quelle manière la contribution du secteur associatif et du secteur privé serait bénéfique.

61Cela implique de former les responsables, de mieux faire connaître les différents secteurs et d’investir du temps dans ces nouvelles relations. Il est également nécessaire d’élaborer de nouveaux mécanismes standards de collaboration avec les autres secteurs.

62Pour ce faire, on pourrait mettre en place une commission dirigée par des représentants de la société civile, qui serait chargée de réfléchir à la façon dont les ressources sociales pourraient être déployées pour favoriser une société plus juste et à la façon dont les secteurs associatifs, privé et public pourraient travailler ensemble à l’identification et à l’atteinte d’objectifs sociaux communs.

Conclusion

63L’enseignement essentiel de la Big Society est que la collaboration avec la société civile, c’est-à-dire les citoyens, le secteur associatif et les entreprises, est probablement le moyen le plus efficace d’accroître la capacité d’action de la population et de créer une société qui fonctionne bien pour chacun.

Notes

1Judy Robinson, ancienne présidente d’Involve Yorks and Humber, citée in Slocock (C.), Evans (K.), Corry (D.) et Kruger (D.), Making Good: The future of the voluntary sector.

Auteur

Caroline Slocock est directrice et membre fondateur de Civil Exchange, un think tank créé pour aider l’administration et la société civile à mieux coopérer. Elle est le principal auteur de The Big Society Audit, Civil Exchange, 2012 qui examine en détail dans quelle mesure la Big Society et les initiatives antérieures ont permis aux gouvernements britanniques de tenir leurs promesses et s’interroge sur les leçons pour l’avenir. Le troisième et dernier audit intitulé Whose Society? [La société de qui ?] a été publié en janvier 2015 (Civil Exchange) et fait des recommandations importantes destinées aux gouvernements et à l’administration pour tirer un meilleur parti des ressources de la société dans son ensemble. Selon elle, les trois principaux volets de ces politiques (responsabilisation de l’échelon local, action sociale et réforme des services publics) devraient être maintenus par les prochains gouvernements, l’administration cherchant à offrir les services publics différents différemment et d’une manière plus efficiente à répondre aux changements de la société. Au cours de ces quatre dernières années, Caroline Slocock a également été secrétaire du groupe de travail sur l’indépendance du secteur associatif (Panel on the Independence of the Voluntary Sector) qui produit chaque année un rapport sur la manière de préserver l’indépendance du secteur associatif lorsqu’il coopère étroitement avec l’administration. Caroline Slocock a plus de trente ans d’expérience et a travaillé dans les plus hautes instances de l’Administration, dans le secteur public au sens large et dans le secteur associatif.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540