Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, la Belgique et l’organisation économique de l’Europe, 1918-1935

 | 
Éric Bussière

Deuxième partie. Cristallisation des ambitions et ruptures : 1923-1924

Chapitre II

L’occupation de la Ruhr : de la politique de pression à l’annexion économique d’une région ?

Texte intégral

1L’occupation de la Ruhr est à juste titre très souvent divisée en deux phases, la première correspondant à la mise en place du système de contrôle économique sur la région, la seconde étant marquée par le succès de ces mesures et la fin de la résistance passive. Du point de vue franco-belge, cette division chronologique peut être également utilisée. Dans un premier temps les Belges cherchent à limiter l’opération à une mesure de pression économique sur l’Allemagne. Elle doit être d’autant plus vigoureuse qu’elle doit être limitée dans le temps car dangereuse politiquement. Elle devrait déboucher sur une nouvelle formule de règlement des réparations.

2C’est la durée même de l’opération qui en transforme les modalités, notamment d’un point de vue économique. Les mesures prises sur place pour rendre la région économiquement viable, les contacts entre milieux industriels et financiers, les courants d’affaire peuvent déboucher sur une politique d’annexion économique de l’espace rhénan à l’espace franco-belge. Son succès aurait probablement, du même coup, rendu bien insuffisant le cadre de l’accord de mai 1923 pour absorber ce surplus de puissance. D’une certaine façon il est révélateur du caractère limité des ambitions du printemps 1923.

A. L’occupation de la Ruhr première phase : janvier-juin 1923 pression économique et divergence des objectifs

1. La pression économique contre l’Allemagne

  • 1 MAEB. 10466/VII. Jaspar à Rolin-Jacquemyns, 1-3-1923.
  • 2 Ibid. 10466/H. Deila Faille, 13-1-1923 - 22-1-1923

3Dès le début de la résistance passive, la politique du gouvernement belge vis-à-vis de l’Allemagne fut clairement définie ; elle peut se résumer par l’expression utilisée par Jaspar dans une lettre à Rolin-Jacquemyns, délégué de la Belgique à la Haute Commission interalliée des territoires rhénans (HCITR) : « Aller vite et fort1. » Cette attitude contraste avec l’expression communément répandue d’une Belgique à la remorque de la France. La contradiction n’est qu’apparente et Jaspar s’en explique clairement : « Il ne faudrait pas qu’on s’imagine que nous entendons temporiser et prolonger une situation politique et économique pleine de périls2. » La politique belge consiste à viser une victoire rapide combinant plusieurs objectifs : empêcher la France de développer une politique rhénane, renouer au plus vite avec l’Angleterre, obtenir des résultats tangibles en matière de réparations.

  • 3 Ibid. 10466/III. Gaiffïer à Jaspar, 22-1-1923.
  • 4 Ibid. 10466/IV. Davignon à Jaspar, 29-1-1923.
  • 5 Ibid. 10466/III, Jaspar à Gaiffïer, 25-1-1923.
  • 6 Ibid. 10466/V à X.

4Cette tactique était, dès le mois de janvier, préconisée par le ministre à Berlin, Délia-Faille3, tout comme par Gaiffïer à Paris4. Elle est confirmée par Jaspar et Theunis dès le 29 janvier. Les mesures à prendre dans la Ruhr devaient donc correspondre au but recherché. Poincaré subit une pression constante de la part des ministres belges, bien résolus à être tenus au courant des initiatives du président du Conseil, dans le sens d’une radicalisation de la pression économique5. Les contacts se multiplient au cours des premiers mois de l’occupation : visite de Jaspar à Paris le 10 février, de Theunis le 21, nouvelle demande de rencontre de Jaspar le 3 mars, visite de Poincaré, de ses ministres, des responsables français et belges en Rhénanie à Bruxelles le 12 mars, nouvelle conférence à Paris les 13 et 14 avril6. Les décisions prises furent donc concertées, voire négociées.

  • 7 Ibid. 10466/III, Jaspar à Gaiffïer, Entrevue avec l’ambassadeur de France, 25-1-1923. -10466/V - No (...)

5Le gouvernement belge s’inquiète en effet des incertitudes et du caractère d’improvisation de la politique française. Le 25 janvier, il préconise le bouclage douanier de la Ruhr mais aussi la réquisition du coke, du charbon, la prise de possession des gares, téléphone, télégraphe. Theunis envisage l’arrêt des centrales électriques7.

6La pression économique sur la Ruhr durant les six premiers mois s’exerça principalement de deux manières : bouclage douanier des territoires occupés avec contrôle des exportations, prélèvements sur les productions ou stocks disponibles.

  • 8 E. Weill-Raynal. Les réparations allemandes et la France, t. II, p. 397.
  • 9 MAEB. 10466/IV. Gaiffier à Jaspar, 31-1-1923.
  • 10 Ibid. 10466/V. Gaiffier à Jaspar, 10-2-1923.

7Les divergences franco-belges furent manifestes dans le domaine douanier. Elles révèlent des intérêts et des objectifs contradictoires. Dans une première phase, on se contenta de la saisie des douanes et de l’interdiction d’exporter du charbon vers l’Allemagne non occupée (18 et 25 janvier)8. La saisie correspondait à la stricte mise en valeur du gage productif, l’interdiction portant sur le charbon répondait à l’arrêt des prestations en nature, au titre des Réparations, décidé par l’Allemagne. La seconde phase posait des problèmes plus délicats : il s’agissait d’étendre l’interdiction d’exporter vers le reste de l’Allemagne à tous les produits. Cette mesure provoquerait des détournements de trafic vers la Hollande au détriment des industries belges et françaises. La métallurgie belge, sans marché intérieur serait la plus atteinte. Le gouvernement belge insista auprès du président du Conseil français pour associer les industriels aux décisions à prendre. Le 31 janvier celui-ci acceptait la création d’un Comité d’industriels en vue de l’étude des sanctions économiques9. On y trouvait du côté belge les représentants de la métallurgie, des charbonnages, de l’industrie électrique. L’interdiction d’exporter fut décidée le 10 février lors de la rencontre Poincaré-Jaspar : l’ensemble des exportations vers l’Allemagne non occupée était interdite tandis qu’un système de licences devait être établi à l’exportation10. Ces mesures entrèrent en application à partir du 12.

  • 11 Ibid. 10466/IX. Rencontre du 12-3-1923 à Bruxelles.

8La Belgique exigea une application rigide de ces dispositions auprès du gouvernement français. Deux types de produits étaient particulièrement visés : le charbon et les produits métallurgiques. Dans les deux cas, la France souhaitait ménager les neutres, en particulier l’Angleterre, afin d’éviter les plaintes trop nombreuses pouvant déboucher sur une tentative de médiation politique11. En revanche, Jaspar voulait défendre une position de droit bien établie qui ne devait souffrir aucun accommodement, maintenir la pression sur les industriels allemands et protéger les intérêts belges.

  • 12 Ibid. 10081. Bemelmans à Theunis, 5-2-1923. Theunis à Delacroix, 7-2-1923. Note pour le ministre, 1 (...)
  • 13 Ibid. 10081. Note pour le ministre, 10-3-1923.
  • 14 Ibid. 10081. Finances à Affaires étrangères, 26-4-1923.
  • 15 Ibid. 10466/XVI. 13-7-1923.

9Le conflit charbonnier porta sur les exportations à destination de la Suisse et surtout des Pays-Bas. Ces deux pays désiraient voir respecter les contrats de longue durée antérieurs à l’occupation. Le débat portait en outre sur le paiement par l’exportateur des 26 % en devises étrangères au titre des réparations et de l’impôt sur le charbon. Delacroix (représentant belge à la Commission des réparations) et Theunis, à l’origine opposés à toute livraison notamment à la Hollande qui demandait une augmentation du tonnage initial (250 000 t, au lieu de 90 000 t par mois), demandèrent le respect de ces règles et le paiement par la Hollande de l’impôt sur le charbon12. À la suite de nombreuses démarches diplomatiques, les exportations vers la Hollande furent arrêtées (25 février), puis reprirent sur ordre de Poincaré au général Dégoutte. La conférence franco-belge du 14 avril 1923 donna satisfaction aux Belges : l’impôt sur le charbon serait exigé à compter du 1er juin13. De nouvelles démarches conduisirent le gouvernement français à un assouplissement de sa position, négocié par Seydoux14 ; l’affaire ne fut réglée qu’en juillet 1923, les importateurs hollandais acceptèrent le paiement de l’impôt sur le charbon aux Franco-belges sous une appellation différente15.

  • 16 Ibid. 10466/IX. Rapport au Premier ministre, 19-4-1923.

10Le conflit fut beaucoup plus vigoureux pour les exportations de produits métallurgiques. Les positions respectives des deux pays étaient les mêmes que pour le charbon : Poincaré souhaitait donner des gages aux Neutres et à l’Angleterre, la Belgique ne voulait leur faire aucun cadeau : qu’ils aillent se plaindre à Berlin ! La réunion franco-belge du 12 mars 1923 aboutit à un compromis : les contrats passés avant le 9 janvier seraient honorés à condition que les importateurs fassent la demande de licences. Ces demandes seraient reçues jusqu’au 1er mai, après quoi, les exportateurs allemands devraient demander des licences, donc se soumettre16.

  • 17 Ibid. 10075/1. Hannecart à Jaspar, 11-5-1923 - 29-5-1923.
  • 18 Ibid. 10468. Jaspar à Hannecart, 27-6-1923.
  • 19 Ibid. 10468. Seydoux à Tirard, 27-6-1923.
  • 20 Ibid. 10468. Hannecart à Jaspar, 27-6-1923.
  • 21 Ibid. 10468. Herbette à Jaspar, 27-7-1923. Jaspar à Herbette, 11-8-1923.

11En réalité, cette facilité fut à l’origine de demandes de licences frauduleuses originaires d’Angleterre et des Pays-Bas. Au sein de la Mission interalliée de contrôle des usines et des mines (MICUM) dans la Ruhr, Français et Belges se solidarisèrent et le représentant belge Hannecart obtint le soutien de Dégoutte : le blocage de la Ruhr risquait de devenir inopérant en cas de faiblesse17. La conférence franco-belge du 6 juin mit les choses au point : les importateurs devraient fournir la documentation commerciale correspondant aux commandes. Jaspar fut très ferme dans ses instructions à Hannecart : « Que les permis ne soient délivrés qu’avec la plus grande parcimonie. Si le général Dégoutte recevait des instructions contraires, je vous prierais de m’en aviser d’urgence pour que j’intervienne auprès du Gouvernement de la République18 » Les instructions de Poincaré maintiennent son point de vue initial : le 25 mai il s’agissait d’être « aussi libéral que possible », le 27 juin de ne pas présenter d’exigences sévères envers les demandeurs anglais19. Sur le terrain, Français et Belges sont toujours solidaires et Hannecart demande que l’on agisse auprès de Seydoux : « C’est de son bureau que partent toutes les décisions marquées de faiblesse20. » L’affaire ne se régla qu’en juillet. À la suite d’un voyage du directeur des mines, Guillaume, dans la Ruhr, Poincaré et Jaspar tombent d’accord sur une distinction à faire entre les demandes anglaises généralement justifiées et les demandes hollandaises le plus souvent frauduleuses et provenant de maisons servant de prête-noms à des firmes allemandes : sur 315 000 tonnes demandées, 30 000 tonnes seraient finalement accordées21.

  • 22 E. Weill-Raynal, Les réparations allemandes et la France, t. II, p. 388.
  • 23 MAEB. 10466/IX. Réunion aux Affaires étrangères, 12-3-1923.

12Le second moyen de pression portait sur les prélèvements de produits, principalement le charbon et le coke, dont les Alliés avaient le plus grand besoin et dont les livraisons étaient suspendues du fait de l’ordonnance du gouvernement allemand du 13 janvier 192322. Les premiers détournements de wagons et de chalands vers la France et la Belgique ne constituaient qu’une solution provisoire : il fallait créer un trafic régulier et massif afin de rendre le gage productif et de ravitailler la métallurgie française en coke. De ce point de vue, la situation belge était moins alarmante23.

  • 24 Ibid. 10466/VIII.
  • 25 W. A. Me Dougall, op. cit., p. 258-259.
  • 26 MAEB. 10466/VII. Gaiffier à Jaspar, 27-2-1923. Note du 28-2-1923, Jaspar à Gaiffier, 28-2-1923.
  • 27 Ibid. 10466/VII. Jaspar à Gaiffier, 3-3-1923.
  • 28 Ibid. 10466/X. Jaspar à Gaiffier, non daté (fin mars 1923). 10466/XI. Réunion aux Affaires étrangèr (...)
  • 29 Ibid. 10466/XI. Réunion aux Affaires étrangères, 13 et 14-4-1923. 10075/1. Hannecart à Jaspait, 14- (...)
  • 30 Ibid. 10081. Hannecart à Jaspar, 29-5-1923. 10466/XV. Conférence franco-belge du 6-6-1923, Bruxelle (...)

13Pourtant, Jaspar et Poincaré divergeaient sur la conduite à tenir. Poincaré suivait dans ce domaine les propositions de Foch : essayer de remettre les mines et cokeries au travail en commençant par les entreprises à capitaux français et belges24 ; le mouvement ferait tache d’huile et on pourrait aboutir à des accords avec les konzerne (charbonnages-métallurgie) en vue du partage du coke produit : c’était la préfiguration des accords de MICUM de l’automne 1923. La réunion franco-belge du 21 février décide la mise en vigueur de ce projet : cette politique est confirmée par le conseil de guerre présidé par Poincaré le 23 février 192325. Elle s’avère assez vite inefficace : Gaiffier à Paris, Habets et Leduc, représentants du gouvernement belge dans la Ruhr, préconisent la saisie pure et simple du charbon et du coke sur le carreau des mines : 2 000 000 tonnes sont disponibles ; il n’y a qu’à se servir sur place26. Il faut persuader Poincaré. C’est l’objet de la conférence franco-belge du 12 mars, demandée par Jaspar. Poincaré demeure favorable à la politique d’entente avec les mines qui acceptent de travailler avec les Alliés ; la saisie ne doit intervenir qu’en cas d’échec. Ce n’est qu’au cours de la réunion des 13 et 14 avril 1923 que Poincaré nous semble s’être résigné à la contrainte absolue dans ce domaine. Le remplacement de Coste par Frantzen à la tête du MICUM, demandé par les Belges dès le début mars est la confirmation de la victoire de la ligne « dure »27. Ce furent encore les Belges qui, entre la fin mars et le début avril 1923, poussèrent à augmenter la pression par la saisie de produits métallurgiques auprès des entreprises refusant le paiement de l’impôt sur le charbon28. L’idée semble provenir des Belges de la MICUM, Hannecart et Habets, l’un et l’autre ingénieurs, le second directeur des charbonnages et des mines chez Cockerill. Le but était double : accroître la pression sur les firmes métallurgiques mais surtout écouler les stocks accumulés sur place avant le terme de la résistance passive afin d’éviter une concurrence ruineuse de la part des firmes allemandes qui voudraient les liquider à prix de dumping pour reconquérir leurs positions à l’exportation. Les Belges obtinrent l’appui de Dégoutte et les entretiens Theunis-Jaspar-Poincaré les 13 et 14 avril 1923 confirment cette orientation29. Les études en vue des enlèvements furent réalisées entre industriels. La réalisation du programme fut difficile en raison de leur peu d’empressement à acquérir les produits en question et de l’abstention des acheteurs qui attendaient la liquidation des stocks à la fin de la résistance passive. Ce fut encore une fois Jaspar qui poussa à l’action30.

14Les débats entre Franco-belges du premier semestre 1923 permettent d’analyser plus précisément qu’on ne l’a fait jusqu’ici la nature de l’opération menée à partir de janvier. On voit les responsables belges -en particulier Theunis - prêter une grande attention aux avis des milieux industriels tandis que Poincaré semble plutôt vouloir les tenir à l’écart ; les raisons politiques ne sauraient dans ce domaine tout expliquer (volonté de Poincaré de conserver son indépendance vis-à-vis de l’opinion publique…). Le combat de la Ruhr est en effet de nature différente pour les Belges et les Français. Pour Theunis et Jaspar, il s’agit d’un combat économique à remporter contre la puissance industrielle allemande : on comprend mieux la fermeté belge dans l’affaire des licences d’exportation. Ce combat de la Ruhr est contemporain des efforts des firmes belges pour s’implanter commercialement sur les marchés étrangers et notamment anglais. Ce combat est aussi financier : n’oublions pas que le souci majeur de Theunis, ministre des Finances, est de sauver les finances publiques et la monnaie de son pays ; il a besoin d’une solution rapide et rentable à la question des réparations. Cette recherche explique la dureté de la politique belge ; cette attitude est d’autant plus fondée que les responsables belges savent que les objectifs de Poincaré sont plus vastes et plus ambigus.

2. La divergence des buts

La Belgique et le voyage de Louis Loucheur à Londres : avril 1923

  • 31 D. Artaud, La question des dettes interalliées et la reconstruction de l’Europe, p. 525-539.

15L’épisode du voyage de Louis Loucheur à Londres au printemps 1923 et sa signification politique ont été mis en lumière par D. Artaud. Nous sommes d’accord avec les principales conclusions qu’elle en tire : il s’agissait là surtout d’une manœuvre de politique intérieure visant à affaiblir Poincaré31. Pourtant cet événement peut être replacé dans la perspective plus large des relations franco-belges.

  • 32 Ibid. 10466/VII. Gaiffier à Jaspar, 22-2-1923.
  • 33 W. A. Me Dougall, op. cit., p. 260.
  • 34 Ibid., p. 260. MAEB. 10466/X. Gaiffier à Jaspar, 24-3-1923.
  • 35 Ibid. Gaiffier à Jaspar, 31-3-1923. W. A. Me Dougall, op. cit., p. 265.

16Nous avons eu l’occasion de souligner les raisons profondes de l’intervention de la Belgique auprès de la France dans la Ruhr : politique de présence sur le terrain, objectifs économiques et financiers. Ainsi, en même temps qu’il fournissait une pression accrue sur l’Allemagne, le gouvernement belge était soucieux de voir défini par les Alliés un programme de réparations efficace et réaliste. Or les informations réunies par l’ambassadeur Gaiffier à Paris pouvaient légitimement inquiéter la Belgique. Dès le 22 février, il confirme à son gouvernement la volonté de Poincaré de conserver la Ruhr comme gage des paiements allemands et de ne l’évacuer que progressivement32. Pour l’ambassadeur il s’agit d’une véritable révision du traité de Versailles. Dès le mois de mars, l’éventualité d’un projet politique français en Rhénanie n’est plus à exclure (réunion du Comité interministériel de la Ruhr du 6 mars 192333) ; le 24 mars, Gaiffier rencontre Poincaré : celui-ci pense maintenir l’occupation de la Rhénanie pour trente ans et se montre favorable à son autonomie ou indépendance politique assortie d’un accord économique avec le Reich34. Pour l’ambassadeur, les propositions françaises en cas de défaite de l’Allemagne risquent bien de ne pas être raisonnables35.

17Pour parer à ce danger, il semble que Gaiffier ait mené, pendant les premiers mois de 1923, une politique personnelle pouvant aboutir à une solution politiquement acceptable de la crise en s’appuyant sur le personnage de Louis Loucheur.

18Les liens entre les deux hommes sont étroits depuis l’armistice et nous avons vu l’importance que Loucheur accordait à l’entente économique franco-belge. Nous avons évoqué plus haut les contacts entre les deux hommes en décembre 1922. En fait, Loucheur, comme Gaiffier, est inquiet du déroulement des événements et souhaite probablement une solution de compromis rapide en accord avec l’Angleterre.

  • 36 J. Bariéty, op. cit., p. 112.
  • 37 MAEB. 10466/V. Gaiffier à Jaspar, 8-2-1923.
  • 38 W. A. Me Dougall, op. cit., p. 265.
  • 39 MAEB. 10466/III. Gaiffier à Jaspar, 20-1-1923. Idem. VII. Gaiffier à Jaspar, 22-2-1923.
  • 40 Ibid. 10466/V. Gaiffier à Jaspar, 6-4-1923.

19La solution Loucheur prit plusieurs aspects successifs. À la fin janvier, les difficultés d’organisation sur le terrain rhénan portèrent au premier plan l’éventualité de la désignation d’un responsable politique ou militaire chargé de coordonner l’action des Franco-belges à la fois en Rhénanie et dans la Ruhr. L’enjeu était en fait celui de la finalité de l’opération en cours. J. Bariéty a évoqué les pressions du groupe « rhénan » qui, à Paris, semble avoir proposé la candidature de Weygand pour ces fonctions36. Gaiffier a-t-il cherché à neutraliser l’influence de ce groupe de pression ? Le 8 février, il suggère à Jaspar la nomination à ce poste d’un personnage de qualité disposant de la confiance totale des Alliés : Louis Loucheur37. En définitive, Poincaré décida de laisser les choses en l’état, mais la manœuvre de Gaiffier avait peut-être permis d’éviter une solution indésirable pour la Belgique. À plus long terme, Gaiffier voyait probablement en Loucheur une solution de politique intérieure française favorable aux intérêts de la Belgique. Mac Dougall évoque les rumeurs portant sur un éventuel remplacement de Poincaré par Loucheur désiré par Millerand en mars 192338. Gaiffier, de son côté, s’attend à plus ou moins long terme à la chute de Poincaré, causée par la défection des radicaux ; en janvier celle-ci lui paraît proche, en cas de résistance prolongée de l’Allemagne. En février, il envisage une défaite de Poincaré aux législatives de 192439. Au début avril, il regrette que le gouvernement français se prive des services d’« un homme de la valeur de M. Loucheur » du fait de la rivalité qui l’oppose à Raymond Poincaré40.

  • 41 Ibid. 10466/V. Gaiffier à Jaspar, 6-4-1923 - 9-4-1923.
  • 42 Ibid. 10466/XI. Entretien Poincaré, Theunis, Jaspar du 13 avril.

20Le voyage de Loucheur en Angleterre au début avril et ses entretiens officieux avec Bonar Law et Baldwin prennent alors tout leur sens. Il fut préparé par de nombreux entretiens avec Millerand et Gaiffier était informé du contenu de ses propositions : elles étaient inspirées des projets de Seydoux avec lequel il était en contact : paiement par l’Allemagne de 50 milliards de marks-or dont 26 pour la France, annulation de la série C - 82 milliards - en échange de celle de la créance anglaise et éventuellement américaine, escompte des échéances allemandes permettant une évacuation rapide de la Ruhr41. Poincaré fut informé par Loucheur de ses intentions mais il dépassa de beaucoup le programme initialement annoncé. En fait, il y avait là manœuvre politique : Loucheur se présentait comme le réconciliateur des Alliés et comme détenteur d’une solution de rechange en cas d’échec de Poincaré42.

  • 43 Ibid. 10466/XI. Jaspar à Gaiffier, 6-4-1923. Gaiffier à Jaspar, 7-4-1923 - 9-4-1923.

21Du point de vue franco-belge, le résultat de ce voyage fut une brusque colère de Jaspar qui n’avait pas été informé par Gaiffier de son action contre la « mollesse » et « l’indécision » du gouvernement français. Gaiffier, sans se découvrir, défendit la démarche de Loucheur et Poincaré invita les ministres belges à Paris les 13 et 14 avril, afin d’éclaicir la situation. La conférence aboutit à une nouvelle affirmation de solidarité des deux gouvernements dans la Ruhr et à l’accord de Poincaré en vue de l’élaboration en commun d’un plan de réparations à soumettre ensemble aux Anglais et Italiens43.

L’impossible entente sur les buts de l’opération

  • 44 Ibid. 10466/XI. Gaiffier à Jaspar, 9-4-1923 et 10466/XIII. Gaiffier à Jaspar, 17-5-1923.
  • 45 E. Weill-Raynal, op. cit., t. II, p. 450 et D. Artaud, p. 542-543.

22L’entente franco-belge en vue d’un plan commun de réparations ne devait pas se réaliser. Deux types de raisons nous semblent expliquer ce fait. Les plus immédiates ont trait aux intérêts financiers respectifs des deux puissances dans la question des réparations. La conception française se trouve exposée dans deux notes, probablement rédigées par Seydoux, et transmises à titre officieux au gouvernement belge par Gaiffier les 19 avril et 17 mai 192344. La philosophie de ce plan était la suivante : règlement intégral par l’Allemagne des bons des séries A et B de l’état des paiements de 1921 dans le cadre des pourcentages de Spa, soit 52 % pour la France (26 milliards de marks-or) et 8 % pour la Belgique ; compensation entre dettes de guerre et réparations allemandes pour la série C laissant subsister un solde net de 15 milliards environ qui pourraient être réglés en nature. En réalité, dans la pensée de Seydoux, ce solde était d’une valeur réelle douteuse et pourrait fournir l’élément d’élasticité nécessaire à la négociation future. La note de Poincaré au gouvernement britannique du 20 août 1923 suggère nettement cette possibilité45.

  • 46 E. Weill-Raynal, op. cit., t. II, p. 438-439.
  • 47 MAEB. 10466/XI. Entretiens du 13-4-1923.
  • 48 Ibid. 10081. Jaspar à sir G. Grahame, 27-8-1923.

23Les analyses belges ne sont pas identiques. Le gouvernement Theunis accepte volontiers le montant total de 50 milliards de marks-or comme raisonnable (séries A et B). De même, il considérait comme indispensable la compensation dettes-réparations comme le prouvent les notes belges adressées au gouvernement anglais au cours de l’été 1923. Cependant, il subordonnait son acceptation d’un tel programme à la définition d’une priorité en faveur des régions dévastées, c’est-à-dire à une renégociation des pourcentages de Spa46. En effet, au titre de l’état des paiements de 1921, la Belgique devait recevoir : séries A et B = 4 milliards ; séries C = 7 milliards. Elle risquait donc, une fois de plus, de faire les frais de la négociation future puisque celle-ci, au fond, aboutirait vraisemblablement à l’annulation des bons de la série C. Theunis fit donc des propositions raisonnables : sa demande portait sur un total de 5 milliards, mais dans le cadre d’un réaménagement des accords de Spa. Elles furent signifiées très clairement à la France par le premier ministre lui-même, dès le 13 avril47, à l’Angleterre dans une note de Jaspar à l’ambassadeur sir G. Grahame le 27 août 192348. Ces exigences expliquent en grande partie l’échec de la tentative de réalisation d’un plan franco-belge de réparations en avril-mai 1923. Poincaré préférait y renoncer afin de préserver l’unité entre les deux pays. Cette attitude pouvait sembler d’autant plus justifiée que le débat franco-anglais se posait en termes similaires. D. Artaud a montré que responsables français et anglais étaient conscients du caractère théorique du chiffre de 132 milliards de marks-or fixé en 1921. Toute réduction de ce montant devait conduire à la révision des pourcentages de Spa. En fixant pour base de ses exigences le remboursement de ses dettes envers les États-Unis, le gouvernement britannique cherchait à orienter celle-ci en sa faveur, ce qui était contradictoire avec la priorité aux régions dévastées défendue par la France.

  • 49 D. Artaud, op. cit., p. 546.

24En s’interdisant toute proposition précise face à celles de l’Allemagne des 2 mai et 7 juin 1923, il préservait l’unité franco-belge tout en reportant la responsabilité des sacrifices sur l’Angleterre49.

  • 50 E. Weill-Raynal, op. cit., t. II, p. 404.
  • 51 MAEB. 10466/XII. Jaspar à Gaiffier, 3-5-1923.
  • 52 E. Weill-Raynal, op. cit., t. II, p. 408-411.
  • 53 Ibid., p. 409.
  • 54 MAEB. 10466/XI. Gaiffier à Jaspar, 19-4-1923.

25Le caractère inacceptable des offres allemandes ne faisait donc aucun doute pour les gouvernements français et belge : une réponse commune fut adressée en ce sens au gouvernement du Reich50. En réalité, Jaspar aurait souhaité une réponse collective associant l’Italie et l’Angleterre à la note franco-belge51. Il est probable que c’est ce refus qui provoqua la communication officieuse au gouvernement français en date du 8 mai, puis officielle aux gouvernements français et anglais (24 mai et 8 juin) des notes techniques belges52. Elles avaient pour but de démontrer à l’Angleterre que la Belgique avait la volonté d’aboutir à une solution concrète de la question des réparations. Elles furent rédigées par Furst, secrétaire général adjoint de la délégation belge à la Commission des réparations en accord et avec l’appui de Louis Loucheur53. Nous y voyons la confirmation de son alliance discrète avec l’ambassadeur Gaiffier depuis décembre 1922. Elles prévoyaient la constitution de gages en Allemagne, chemins de fer, impôts indirects affermés, bons de participation dans l’industrie, devant se substituer au gage politique détenu par les Franco-belges. Ce programme permettrait la commercialisation de la dette allemande et l’évacuation rapide de la Ruhr. Le rendement prévu - 3 milliards de marks-or par an -correspondait à un capital de l’ordre de 50 milliards, conforme à ce que le banquier Morgan considérait comme souhaitable en vue de l’émission d’emprunts54.

26Enfin les notes d’accompagnement transmises aux gouvernements insistaient sur la nécessité d’une forte réduction des dettes de guerre. Ces notes évitèrent de traiter les questions de la réduction du montant total des réparations de même que celle de leur répartition afin de ne pas rompre l’unité franco-belge.

  • 55 E. Weill-Raynal, op. cit., t. II, p. 415.

27Comme le montre Weill-Raynal, il existe un parallélisme frappant entre le contenu de ces notes et les propositions communiquées par Berlin le 7 juin 1923. Furst indique qu’elles « rappellent singulièrement » les notes belges et que ce « ne fut peut-être qu’une coïncidence55 ». Il ne nous paraît pourtant pas invraisemblable que des fuites ou conseils en direction de Berlin aient été organisées (avec le concours du groupe Loucheur-Gaiffier ?).

  • 56 W. A. Me Dougall, op. cit., p. 268.
  • 57 D. Artaud, op. cit., p. 551.

28L’autre raison expliquant l’échec de l’entente franco-belge à définir des buts communs à l’opération est de nature politique. Nous avons eu l’occasion de le montrer partiellement plus haut. Le plan communiqué par Seydoux et Gaiffier le 17 mai révélait une fois de plus la différence de conception entre Français et Belges sur la nature de l’opération. Si le gage que proposaient les notes techniques belges pour garantir la bonne exécution de leur plan était de nature économique, le plan Seydoux prévoyait le maintien des Alliés dans la Ruhr et son évacuation par étapes, au fur et à mesure des paiements, c’est-à-dire le maintien d’un gage politique, de nature à inquiéter tous les partenaires de la France sur ses intentions réelles56. Dans ces conditions, la conférence franco-belge du 6 juin 1923 ne pouvait aboutir qu’à une unité sur un objectif à court terme : la fin de la résistance passive. Ce manque d’unité de vues se prolongea durant tout l’été 1923, où l’on vit Français d’un côté, Belges de l’autre, exposer leurs points de vue au gouvernement anglais, sans pour autant aboutir à un accord sur des propositions à faire à l’Allemagne. La volonté de l’Angleterre, comme de Poincaré, malgré le désir sincère de réconciliation du gouvernement belge, ainsi que l’imminence de la fin de la résistance allemande, expliquent cet immobilisme57.

B. L’occupation de la Ruhr deuxième phase : juin 1923-janvier 1924

29Au début de l’été, les divergences de fond sur la nature et les buts de l’occupation de la Ruhr entre Français et Belges étaient patentes. Pourtant, l’âpreté du combat et le désir de l’emporter de part et d’autre en avaient atténué les manifestations.

30La défaite allemande et le dénouement de la crise à l’automne 1923 ne pouvaient que les accentuer face aux choix politiques et économiques à effectuer.

  • 58 MAEB. 10466/XIV, Herbette à Jaspar, 4-6-1923.

31Le problème de fond était le suivant : que faire de la Ruhr une fois l’Allemagne vaincue ? La politique française fut suggérée par Herbette à Jaspar dès le 4 juin 1923 ; l’effondrement du mark va précipiter les choses et obliger à prendre une attitude active : « Il ne suffira plus d’attendre que les événements tournent en notre faveur : le déclenchement peut se produire d’un jour à l’autre. » Et Herbette d’exposer les grandes lignes du plan français : résoudre la question monétaire en Rhénanie, face à la démonétarisation de l’économie que représente la chute du mark, stabiliser l’organisation des chemins de fer rhénans, résoudre la question du régime douanier en instituant des taxes entre l’Allemagne occupée et non occupée et en facilitant l’entrée des produits français. Ce programme devait donner l’impression d’une installation durable aux populations : en fait on pouvait pratiquement l’assimiler à la préparation d’une annexion économique pouvant déboucher sur le terrain politique58.

32Dès lors, on comprend que le conflit d’intérêts franco-belge ne pouvait que s’accentuer et l’on pressent un changement d’attitude de Bruxelles : après la politique du « vite et fort », une politique de freinage qui aurait pu aboutir à une quasi-rupture à l’occasion du séparatisme rhénan durant l’automne et l’hiver 1923-1924. En réalité, cette analyse est trop rapide et bien des éléments viennent la contredire ou, du moins, la nuancer.

1. La question de l’exploitation directe des mines de la Ruhr

33La mise en exploitation directe peut être considérée comme la première mesure du programme français. Passer du prélèvement de charbon sur les stocks disponibles et sous protection militaire à la saisie et remise en marche des mines et cokeries constitue en soi un changement de dimension. Sur le plan économique, elle suggère que le gage productif puisse devenir durable, sinon définitif, par la cession de mines qu’elle semble annoncer ; sur le plan politique, elle démilitarise la présence économique franco-belge et tend à la normaliser. Elle fut à l’origine de la première crise grave entre les deux pays.

  • 59 W. A. Me Dougall, op. cit., p. 277.
  • 60 MAEB. 10079, Hannecart à Jaspar, 7-7-1923.
  • 61 Ibid. 10079, Hannecart ä Jaspar, 20-6-1923 - 7-7-1923.

34Durant le premier semestre, le déstockage de charbon sur le carreau des mines avait donné de bons résultats et les expéditions s’étaient progressivement accrues, passant de 1 000 t/jour en février à 11 000 t/jour en mai59. En juillet, on tablait sur 25 000 t/jour jusqu’à la fin de l’année60. Ce mode de prélèvement était parfaitement conforme à l’objectif d’une pression efficace et temporaire. La rupture prévue pour janvier 1924, des stocks disponibles constituait une invitation à modifier la nature de l’entreprise. En juin, le gouvernement français demandait la mise à l’étude de l’exploitation directe de mines de lignite sur la rive gauche du Rhin ; en juillet on pensait à l’exploitation directe de cokeries, ce qui posait la question de celle de mines de charbon à coke61.

  • 62 Ibid. 10466/XI, Rapport au Premier ministre, 19-4-1923.
  • 63 Ibid. 10079, Hannecart ä Jaspar, 26-7-1923.

35L’exploitation directe avait été écartée par le gouvernement belge au printemps62. Mais, en juillet les représentants belges à la MICUM acceptent la saisie de trois cokeries et le principe de l’exploitation directe de mines de charbon pour octobre ou novembre, sous la pression des Français. Jaspar intervient le 16 juillet et demande de freiner la saisie des cokeries sous des prétextes techniques63. Ses raisons sont de différentes natures ; les Français ont demandé la réduction des livraisons de fines à coke à la Belgique pour permettre l’alimentation des cokeries saisies, en attendant la mise en marche des mines, ce qui va à rencontre des intérêts de la sidérurgie belge. Surtout, au moment où la résistance passive s’essoufflait, il fallait éviter d’accroître l’emprise économique directe sur une région que l’on voulait évacuer assez rapidement.

36Or les Français allaient de l’avant et agissaient sans consulter leurs alliés. L’initiative vint de Paris et fut concrétisée par la venue du ministre Le Trocquer à Dûsseldorf le 23 juillet, accompagné d’experts dont le directeur des mines, Guillaume, et le directeur général des mines de Lens, Cuvelette. Malgré les réserves de Frantzen (président de la MICUM) et en l’absence des représentants belges, la mise en exploitation directe de mines dans un délai rapide fut décidée.

  • 64 Ibid. 10466/XVIII. Telegramme Jaspar ä Gaiffier, 4-8-1923. 10079. Jaspar ä Gaiffier, 3-8-1923.
  • 65 Ibid. 10075/11. Hannecart ä Jaspar, 8-8-1923.
  • 66 Ibid. 10079. Hannecart à Jaspar, 9-8-1923.

37En même temps, la MICUM décrétait, sans consulter les Belges, l’interdiction d’ouverture de nouveaux chantiers de déstockage de charbon à coke, ce qui signifiait l’arrêt des chantiers belges au 15 août64. En fait, la décision était politique, à son origine, et Frantzen s’était vu forcer la main par Dégoutte et des « personnes très excitées » depuis Paris. Il conseilla à Hannecart de durcir sa position et de faire repousser les mesures prises65. Jaspar était déjà intervenu par l’intermédiaire de son ambassadeur à Paris les 3 et 4 août. La crise se dénoua le 9 août par un entretien entre Hannecart et le général Dégoutte. Pour le premier, il s’agissait de « poser nettement le poing sur la table chez le général Dégoutte ». Tous les différends franco-belges furent évoqués et le général reconnut les torts du gouvernement français66.

  • 67 Ibid. 10079. Note pour le ministre, 19-8-1923. Télégramme Jaspar à MICUM, 23-8-1923.
  • 68 Ibid. 10075/III. A. Hannecart à Jaspar, 19-9-1923.
  • 69 Ibid. 10046/XVII. Jaspar à Gaillier.

38Au-delà de l’affaire de l’exploitation directe, il s’agissait aussi de redresser une situation en voie de dégradation sur le plan politique pour la Belgique. L’issue en fut la constitution d’une commission de techniciens qui, le 16 août, préconisa la saisie progressive de cinq mines, à partir du 26 pour la première, du 1er octobre pour les deux suivantes. Jaspar transmit son accord pour une seule mine le 23 août67. La question ne devait cependant plus poser de difficultés. La saisie de deux mines supplémentaires fut confirmée le 19 septembre68, l’exploitation directe fut maintenue après la fin de la résistance passive69.

2. La fin de la résistance passive et l’accord avec les industriels allemands

39L’attitude belge dans la question des exploitations directes en juillet-août, une fois replacée dans le contexte de la fin de la résistance passive, prend toute sa signification.

40Les premières initiatives allemandes sur le terrain furent celles d’industriels venus prendre contact avec les autorités alliées. La démarche initiale fut réalisée auprès de la délégation belge au sein de la MICUM et donna lieu à l’entrevue de Gladbeck avec les directeurs des mines fiscales.

  • 70 Ibid. 10466/XVII. Jaspar à Gaiffier.
  • 71 Ibid. 10075/11. Hannecart à Jaspar, 10-8-1923.
  • 72 Ibid. 10466/XVII. Chargé d’affaires belge à Jaspar, 20-8-1923.

41Jaspar, comme Poincaré, souhaitait que le gouvernement allemand mandatât ses industriels mais conseillait d’encourager le mouvement, ce qui pour les Belges, rendait la saisie des mines inopportune70. Il était d’autant plus encouragé dans cette voie que certains militaires français de l’entourage de Dégoutte, comme son conseiller économique le général Denvignes, dénonçaient le caractère politique et irréaliste de l’exploitation directe. Pour eux, mieux valait donner suite aux intéressantes conversations de Gladbeck alors que le Gouvernement voulait temporiser et avait l’intention de « pousser très à fond l’opération de la Ruhr71 ». L’avis de Poincaré ne fut transmis que le 21 août au gouvernement belge : ne pas décourager les premières démarches mais se comporter avec prudence72.

  • 73 J. Bariéty, op. cit., p. 228.
  • 74 Ibid. Chapitres VI et VII.

42Pourtant, des contacts entre industriels rhénans et responsables français eurent lieu à la suite de l’entrevue de Gladbeck ; elles furent menées par le général Denvignes qui y était favorable et débouchèrent sur la rencontre Otto Wolff-Degoutte du 27 août 192373. Ces tentatives n’aboutirent pas. J. Bariéty a, en effet, montré que ce délai était dû à la volonté de R. Poincaré d’obtenir une soumission formelle du gouvernement allemand avant toute négociation ; celle-ci ne fut acquise que le 26 septembre. Dans un deuxième temps, le président du Conseil voulut favoriser les solutions économiques dans le cadre rhénan, donc négociées sur le terrain, ce qui permit la reprise des conversations entre la MICUM et les industriels74.

  • 75 MAEB. 10466/XVIII. Note de Jaspar, 30-9-1923.
  • 76 J. Bariéty, op. cit., p. 241, 245, 251.
  • 77 MAEB. 10075/IV. Hannecart à Jaspar, 22-11-1923 et J. Bariéty, op. cit., p. 276-277.

43Le gouvernement belge dut se plier à cette tactique. Jaspar était lui-même favorable à la méthode consistant à laisser venir les industriels s’entendre directement avec la MICUM75. Les négociations reprirent au début octobre mais furent arrêtées le 23 par le durcissement des exigences françaises lié à l’éclatement de la crise séparatiste76. La situation fut débloquée par Hannecart lors d’une entrevue officieuse avec Vôgler, bras droit de Stinnes. Le contrat cadre avec les industriels ne put pourtant être signé que le 23 novembre. Ici encore, Hannecart mena le jeu et les négociations officieuses avec les Allemands. Les dernières réticences seraient venues de Poincaré lui-même et il fallut les pressions des Français de la MICUM alimentés en arguments par Hannecart et celles de certains ministres à Paris pour que l’accord fût acquis77.

3. L’échec d’une emprise économique permanente sur les territoires occupés

44La victoire économique que constituait l’accord général du 23 novembre n’avait de valeur que provisoirement et était soumise à un renouvellement à la date du 15 avril 1924, en attendant un arrangement à long terme ou définitif à venir. L’installation économique permanente mentionnée par Herbette lors de son entretien du 4 juin 1923 avec Jaspar supposait le contrôle des flux économiques : circuits financiers, donc monnaie, circuits de marchandises, donc transports et douanes et même de l’information avec les télégraphes et téléphones. C’est le domaine monétaire qui constitua la clef de voûte de l’ensemble de cette construction tant en raison de son caractère essentiel dans l’activité économique que de sa signification politique.

La tentative de séparatisme monétaire

  • 78 J. Bariéty, op. cit., p. 114.

45La question du séparatisme monétaire fut posée par les faits eux-mêmes : la débâcle financière du Reich. L’occupation de la Ruhr risquait d’achever un processus enclenché bien avant et l’idée d’une monnaie rhénane circulant dans l’ensemble des territoires occupés était évoquée dès la fin de janvier 1923. Elle permettrait de faire face aux besoins des troupes et services d’occupation, d’assurer le maintien de la vie économique et la mise en œuvre du gage productif78.

  • 79 MAEB. 10466/III. Note du 25-1-1923 et 10466/IV. Gaiffier à Jaspar, 2-2-1923.
  • 80 Ibid. 10466/IV. Conférence franco-belge à Paris, 30-1-1923.
  • 81 J. Bariéty, op. cit., p. 115.
  • 82 Ibid, p. 115 et MAEB. 10466/IV. Gaiffier à Jaspar, 2-2-1923 et 8-2-1923.
  • 83 Ibid. 10466/IV. Gaiffier à Jaspar, 7-2-1923 et 21-2-1923.

46En janvier et février, on se contente d’études préalables dont la mise en œuvre ne fut pas décidée puisque l’effondrement définitif du mark ne se produisit pas et que les saisies de marks dans les établissements financiers rhénans permirent d’assurer les besoins des occupants. Les premiers débats révélèrent l’ampleur du problème et la solidarité fondamentale des Franco-belges dans ce domaine ; pour Theunis, il fallait éviter que l’opération ne mette en péril le franc à un moment où la situation du franc belge nécessitait un soutien de la part de la Banque de France sur le marché de Paris79. L’introduction des deux monnaies dans la Ruhr était donc à proscrire, de même que la création d’un « franc rhénan » qui ne manquerait pas d’affecter la tenue des deux monnaies alliées80. En cela, il rejoignait les préoccupations du ministre des Finances, Lasteyrie, qui refusait tout engagement financier direct dans l’affaire81. Les études menées conjointement par la Banque de France et la Banque nationale de Belgique envisagèrent des formules « éliminant toute solution mettant en cause le franc français ou belge », avec pour gage les charbonnages, une part des livraisons allemandes, ou les chemins de fer82. Cependant, Theunis demeurait beaucoup plus réticent que Poincaré tandis que certains responsables belges dénonçaient, une fois de plus, les intentions politiques du Gouvernement de Paris83.

  • 84 Ibid., 10075/1, Hannecart à Jaspar, 29-5-1923 et 10466/XV ; Conférence franco-belge, 6-6-1923 et W. (...)
  • 85 Ibid., 10466/XVII, Rolin-Jacquemyns à Jaspar, 4-10-1923 et 10466/XVIII, Jaspar à Herbette, 9-10-192 (...)

47La question monétaire fut de nouveau posée au printemps par les services financiers français de la MICUM, mais la création d’une monnaie fut écartée lors de la conférence franco-belge du 6 juin 1923, par Theunis et Lasteyrie au profit de l’émission de « Notgeld84 ». Devant l’aggravation de la débâcle monétaire, les Franco-belges prirent leur première mesure positive le 19 octobre par la création des « bons de transport » de la Régie des chemins de fer. L’initiative vint du gouvernement français et fut transmise le 28 septembre par l’ambassadeur Herbette au gouvernement belge : elle devait permettre de contrer l’apparition de francs belges et français en Rhénanie tout en donnant la possibilité à la Régie des chemins de fer de fonctionner. Surtout, dans l’esprit de Tirard elle devait être l’amorce d’une solution de plus grande envergure, par la création de la monnaie rhénane qu’il souhaitait85.

  • 86 MAEB. 10466/XVIII, Rolin-Jacquemyns à Jaspar, 19-10-1923.
  • 87 Ibid., 10-10-1923 et W. A. McDougall, op. cit., p. 325.

48Sur le conseil du haut commissaire de Belgique, Rolin-Jacquemyns, le Gouvernement belge se rallia à la création de ce que l’on appellerait vite « le franc régie », qui fut entérinée par le Comité des représentants des deux banques centrales présidé par Tirard, le 19 octobre 192386. Cette décision était conforme à la politique menée jusqu’ici par la Belgique, puisque l’émission des bons de transport ne revêtait pas de signification politique tandis qu’elle conservait le caractère provisoire propre à l’occupation de la Ruhr87.

  • 88 J. Bariéty, op. cit., p. 240.
  • 89 MAEB. 10075/III/B, Dégoutte à Poincaré, 15-3-1923.
  • 90 J. Bariéty, op. cit., p. 260.
  • 91 MAEB. 10075/IV, Notes de Dehon des 2 et 3 novembre 1923. J. Bariéty, op. cit., p. 280.

49La tentative de création d’une véritable banque rhénane d’émission entre novembre et janvier 1924 marque un changement de dimension dans la politique menée. Elle est contemporaine de la négociation et de la signature des accords de MICUM de novembre qui invitaient à sortir du provisoire. Les initiatives ont deux origines : d’un côté, Tirard qui fait connaître ses vues au gouvernement lors du voyage à Paris à la fin de septembre ; ses ambitions dépassent la dimension économique et sont liées à la question du séparatisme88. De l’autre, les financiers et industriels allemands qui souhaitent l’instauration d’un ordre monétaire en Rhénanie pour des raisons économiques. Les premières initiatives furent françaises : le 15 octobre 1923, le général Dégoutte suggère à un groupe d’industriels et de banquiers la création d’une banque d’émission89 ; elles sont donc conformes aux directives de Poincaré du 28 septembre 1923. Ainsi, le mouvement est-il lancé avant que le déclenchement de la crise séparatiste n’accélère le processus. Le 25 octobre 1923, les représentants de la Rhénanie obtiennent de Strese-man l’autorisation d’ouvrir les négociations avec les autorités franco-belges90 ; sur le plan monétaire, elles aboutissent à un projet du banquier Hagen du 3 novembre 1923 portant sur la création d’une banque rhénane d’émission, au capital de 100 millions de marks-or réparti entre un groupe allemand (55 %), français (30 %), belge (15 %). Il est présenté aux autorités franco-belges de la HCITR au nom des responsables économiques de la Rhénanie. Quelques jours plus tard, il devient le projet officiel du Landtag provincial de Rhénanie91.

50De toutes ces tractations les Belges sont informés par leurs observateurs au sein des autorités d’occupation mais l’initiative leur échappe complètement : ce n’est qu’à partir du 12 novembre qu’ils sont associés à l’élaboration du projet.

  • 92 Archives Paribas-Allemagne 1/6, Réunion du 17-11-1923 chez le directeur du mouvement des fonds à Br (...)
  • 93 MAEB. 10075/IV, Note sur la discussion des statuts de la banque d’émission, 17-11-1923.

51Les points de vue français et belge sont assez différents au départ. Le second est exprimé par Janssen, directeur de la Banque nationale de Belgique lors d’une réunion des principaux banquiers au ministère des Finances, le 7 novembre. Le projet de la Banque nationale est le suivant : l’hypothèse de départ est constituée par l’accord indispensable du gouvernement de Berlin, ce qui est conforme au mandat reçu par les Rhénans du gouvernement allemand le 25 octobre. Les capitaux étrangers ne doivent pas participer à la nouvelle banque d’émission et les Alliés doivent se contenter d’un simple contrôle. La nouvelle banque rhénane est donc une affaire entre Allemands et les Alliés ne doivent pas sortir de leur statut d’occupants. Cependant la position belge sur ce point est modulable : en cas de participation alliée, la Belgique ne doit pas se dérober « surtout s’il s’agissait d’empêcher une combinaison anglo-allemande92 ». Les négociations menées sur place entre les Franco-belges et les banquiers rhénans confirment la nécessaire participation alliée et le conflit franco-rhénan autour de la question de la majorité. Le 17 novembre, Janssen essaie de promouvoir une voie moyenne : majorité rhénane mais majorité des trois quarts pour toute décision touchant aux statuts, la dissolution, l’élection du conseil. La question de la majorité n’est toujours pas tranchée93.

  • 94 Archives Paribas-Allemagne 1/6, Note du 20-11-1923. Lettre du directeur Atthalin au ministère des F (...)

52Du côté français, la direction des négociations, à la suite de deux réunions au ministère des Finances, fut confiée à la Banque de Paris et des Pays-Bas. Celle-ci détermine les principales exigences françaises, en accord avec la Banque de France. Pour Paribas, l’objectif à atteindre est simple : « La prépondérance du groupe français dans un groupe allié disposant du contrôle doit être assurée de manière intangible. » L’exigence d’une majorité alliée est une condition sine qua non de la participation de la banque au projet, donc de sa réalisation : c’est ce qui ressort de la réponse de Paribas à l’offre du ministère des Finances de mener les négociations pour la France le 20 novembre. La seconde exigence majeure consiste en un refus d’une monnaie rattachée au dollar qui rendrait plus difficiles les relations entre la France et les territoires rhénans. La stratégie suggérée par Paribas est claire : la création d’une banque rhénane dominée par la France doit permettre de seconder les organismes créés par les autorités d’occupation, de fournir les crédits nécessaires aux entreprises rhénanes notamment à celles ayant de bons rapports avec les autorités d’occupation, de faciliter la collaboration entre banques françaises et banques du Rhin94.

  • 95 Ibid. Jahan à Urban, 21-11-1923.

53H. Urban, directeur de la succursale de Bruxelles, présent aux réunions du ministère des Finances en Belgique, est chargé de convertir à ces vues ses collègues. Les banquiers belges semblent jouer un rôle moins en pointe que Paribas. Pour la plupart d’entre eux, la création de la banque d’émission rhénane est une affaire politique et ils s’offrent de suivre les directives du gouvernement. L’attitude de la Banque de Bruxelles tranche cependant nettement : il est de l’intérêt de la Belgique de participer à l’affaire et les participations de la banque en Rhénanie et au Luxembourg (Banque internationale à Luxembourg, ARBED) la portent à prendre un intérêt prépondérant dans la part belge95.

  • 96 Ibid. Note du 28-11-1923.
  • 97 Ibid. Urban à Atthalin, 29-11-1923.
  • 98 MAEB. 10466/XVIII, Télégramme de Rolin-Jacquemyns à Jaspar, 24-11-1923.
  • 99 Ibid. 10075/IV, Réunion de Bonn, 1-12-1923. Archives Paribas-Allemagne, 1/6, Réunion chez Philippso (...)
  • 100 W. A. McDougall, op. cit., p. 327. Archives Paribas-Allemagne, 1/6. Réunion chez Philippson, 3-12-1 (...)
  • 101 W. A. McDougall, op. cit., p. 327. MAEB. 10075/IV. Hannecart à Jaspar, 11-12-1923.

54Les négociations se développent à trois à Coblence, entre Atthalin pour les banques françaises, Rolin-Jacquemyns pour la Belgique, secondé par le banquier Philippson (assez proche de Paribas), et le groupe des banques allemandes dirigé par Hagen. Les positions de fond ne se modifient pas jusqu’au 28 novembre. Du côté français, Paribas : maintien de l’exigence de 45 % pour la part allemande, renforcée par des mesures de contrôle des opérations de la banque et par une forte cohésion du groupe allié96 ; du côté belge, Theunis précise ses conditions aux banques le 28 novembre : une majorité allemande susceptible de « rétablir le calme » dans les régions occupées, une monnaie basée sur un étalon-or97. La position belge a cependant évolué sur un point : la participation est maintenant considérée comme souhaitable ; Rolin-Jacquemyns évoque devant Atthalin, le 24 novembre, la nécessité de « ne pas faire échouer… la constitution d’un organisme bancaire dont nous attendons de précieux avantages économiques et des conséquences politiques intéressantes98 ». Le 29, Theunis insiste sur la nécessité de participer. Ce retournement s’explique, selon nous, à la fois par des raisons politiques (ne pas laisser les Français seuls face aux Rhénans), et économiques (intérêts de certains groupes belges). Le conflit se dénoue le 1er décembre à Bonn : la banque sera créée au capital de 6 millions de dollars soit 120 millions de Rheinmarks, sur la base de l/20e du dollar, soit un cours proche du franc belge. Le capital sera réparti entre le groupe rhénan (50 %), le groupe franco-belge (40 %), un groupe neutre choisi par les Franco-belges (10 %). Le comité de direction sera allié, la direction des services allemande. Les délibérations importantes seront prises à la majorité des trois quarts99. L’attitude belge dans la création de la banque rhénane n’est donc pas celle d’un frein, ni d’abstention comme le suggère MacDougall. Les réactions de Theunis à l’issue des négociations sont éloquentes : le Premier ministre « approuve complètement tout ce qui a été fait100 ». Le refus de Rolin-Jacquemyns d’homologuer éventuellement une ordonnance de la HCITR instituant la nouvelle banque d’émission en cas de désaccord avec Berlin, ne doit pas étonner outre mesure : l’accord de Berlin fait partie des hypothèses de départ du côté belge101. Si le gouvernement belge est résolu à la fin décembre 1923 à ne pas donner de signification politique à la création de la banque d’émission et à sa présence militaire en Rhénanie, il semble toujours prêt à en exploiter les avantages économiques.

  • 102 Archives Paribas-Allemagne, 1/6. Le directeur du Mouvement général des fonds à Paribas, 14-12-1923. (...)
  • 103 Ibid. Sir W. Tyrell à l’ambassadeur de France à Londres, 12-12-1923 et Banque d’Angleterre à Finaly (...)
  • 104 J. Bariéty, op. cit., p. 286-287.
  • 105 Archives Paribas-Allemagne, 1/6. Streseman à Hagen, 22-12-1923. Tirard à Hagen, 29-12-1923. MAEB. 1 (...)
  • 106 Archives Paribas-Allemagne, 1/6. Philippson à Atthalin, 18-1-1924.

55La constitution des groupes de participants se met en place sans difficultés apparentes, au cours de la première quinzaine de décembre. Du côté français, on trouve comme principaux souscripteurs le groupe des banques alsaciennes (environ un quart), les banques d’affaires et la Banque de France. En Italie, l’Association bancaire et le Credito italiano sont contactés102. Mais la principale difficulté vint d’Angleterre. Certains établissements britanniques installés à Cologne, comme la Barclays Bank, étaient initialement intéressés. Dans un premier temps, le Foreign Office s’était contenté de transmettre les offres de participation aux banques sans prendre officiellement position. Paribas se chargea donc d’interroger la Banque d’Angleterre, tandis que Philippson faisait jouer ses relations. La réponse de Norman à Finaly, le 2 janvier 1924, est très claire : « Je n’ai pas actuellement de raison de croire que la création de la banque projetée serait en accord avec les désirs et les intérêts de la Reichsbank, par les vues de laquelle j’aimerais être guidé dans une affaire de la sorte103. » Et pour cause ! J. Bariéty a bien montré que l’échec de la monnaie rhénane était dû à une conjonction d’intérêts entre la Banque d’Angleterre et la Reichsbank ayant pour objet la restauration monétaire en Allemagne et l’échec du Rheinmark. Le voyage de Schacht à Londres (31 décembre 1923-3 janvier 1924) est contemporain de la réponse de Norman à Finaly104. La décision de résistance du gouvernement allemand constituait en elle-même un pari antérieur à ce voyage : les conditions transmises par Berlin dès le 22 décembre à Hagen furent jugées inacceptables par les hauts commissaires français et belges, tout comme par les banquiers105. Les réactions furent tout d’abord vives : Tirard menace de constituer la banque par ordonnance et sans les Rhénans, mais l’appui ouvertement accordé par la Banque d’Angleterre à la restauration monétaire allemande et les difficultés du franc en janvier 1924 eurent vite raison de ces velléités. En revanche, le gouvernement belge et les banques menées par Philippson essayèrent jusqu’à la fin janvier de mettre en œuvre le projet, même sur des bases plus limitées : émission monétaire plafonnée et faculté de rachat des actions en 1929 en cas de non-renouvellement de la concession106. L’échec ne fut admis qu’en février. Cette attitude confirme, selon nous, les caractère plus économique que politique de cette création pour la Belgique.

La question des communications et des douanes

  • 107 MAEB. 10466/XV, Conférence franco-belge du 6-6-1923.
  • 108 Ibid. 10466/XVIII, Note de Jaspar, 30-9-1923 et note pour le ministre - section Europe occidentale, (...)

56La question des communications fut évoquée lors de la conférence franco-belge du 6 juin 1923, sans qu’une décision ne fut prise. Pourtant le problème de fond fut bien posé, puisque le directeur de la Régie des chemins de fer, Bréaud, fut chargé d’élaborer un projet laissant les chemins de fer de façon permanente entre les mains des Alliés. De même, l’idée d’une régie des télégraphes et du téléphone pouvant devenir permanente était évoquée107. Cette dernière hypothèse, pourtant écartée dès la fin septembre par Jaspar au profit d’un simple contrôle, semble avoir été en partie reprise sous la forme d’une direction générale des télégraphes et téléphones par les autorités franco-belges à Bonn, le 5 octobre 1924108.

  • 109 Ibid. Rolin-Jacquemyns à Jaspar, 3-10-1923.
  • 110 Ibid. 10075/III, B, Hannecart au ministre, 6-10-1923.

57Le projet Bréaud date du 15 août 1923. Il consistait en la transformation de la Régie franco-belge en une Société des chemins de fer rhénans à capital allié (France, Belgique, Italie, Angleterre) et rhénan. A côté d’impératifs de sécurité évidents, se profilaient des ambitions économiques consistant à contrôler le trafic des marchandises entre l’ensemble Rhénanie-Ruhr et l’Ouest de l’Europe pouvant être à la base d’une réorganisation complète de cette économie. Les deux types d’analyses étaient parallèlement présents dans l’esprit des dirigeants belges. Rolin-Jacquemyns privilégiait la vision politique de la question : pour lui, du seul point de vue de l’occupation comme de la sécurité future, un contrôle administratif suffisait : les projets français dans ce domaine révélaient des ambitions politiques, visant à assurer à long terme la main-mise française sur la région. Quant à Jaspar, il réservait sa décision et comptait traiter l’affaire directement avec le gouvernement français109. Hannecart privilégiait l’analyse économique et semble avoir été favorable au projet Bréaud. Le 19 septembre, à l’occasion de la visite de Le Trocquer dans la Ruhr, il provoque une intervention de Bréaud qui expose ses projets. Le 6 octobre, il prend position dans une lettre au ministre en faveur de la Société de gérance interalliée. Pour lui, la sécurité impose une décision, « mettre la main avec résolution sur les chemins de fer rhénans », ce qui entraîne le contrôle de ceux de la Ruhr afin d’éviter un boycott allemand par détournement de trafic. Le projet Bréaud constituait une base valable qu’il suffisait de mettre au point. Sa réalisation semblait possible ; un groupe financier italien était prêt à y investir 50 millions de F ; l’Angleterre laisserait peut-être faire si la question de la sécurité était mise en avant. Quant à la Belgique, elle devait absolument participer à la constitution de la société. D’un côté, il fallait empêcher la constitution d’une majorité franco-rhénane qui était à craindre, à un moment où les relations entre banques rhénanes et françaises allaient se développer. Surtout, en cas d’abstention, la Belgique subirait des détournements de trafic au détriment d’Anvers : « Elle serait ainsi entourée d’une ceinture qui l’étouffera par suite de l’influence française qui se développera dans des conditions inouïes et qui s’étendra de plus en plus sur notre pays. » De son côté, l’industrie belge avait tout intérêt à contrôler le réseau rhénan, ce qui permettrait la pénétration de ses produits en Rhénanie et offrirait une documentation permanente sur l’industrie allemande110. On aurait pu en dire tout autant du télégraphe et du téléphone…

  • 111 Ibid. 10075/VI. Dégoutte au président du Conseil, 4-3-1924.

58Ainsi, ambitions politiques et économiques étaient parallèles à l’automne 1923, ce qui n’empêchait pas l’autonomie des deux domaines comme nous le montrerons plus loin. La décision ne fut pas prise immédiatement. Au printemps 1924, Bréaud et Dégoutte maintenaient leur projet de société rhénane intégrée à une société internationale des chemins de fer du Reich, conforme au plan des experts111. Ce programme fut abandonné par la conférence de Londres.

  • 112 E. Weill-Raynal, op. cit., t. II, p. 398.
  • 113 MAEB. 10466/XVIII. Télégramme de Coblence, 25-10-1923.
  • 114 Ibid. 10466/XIV. Rolin-Jacquemyns à Jaspar, 9-1-1924 - 19-1-24. Jaspar à Rolin-Jacquemyns, 14-1-24.

59Le système douanier fut complété le 25 juin 1923 par des dérogations à l’entrée et à la sortie des produits à l’est de la zone d’occupation112. Il était difficile d’envisager sa pérennité indépendamment de la question de l’avenir politique de la Rhénanie. Pourtant, les autorités françaises favorisèrent l’ouverture à l’ouest aux produits alliés, notamment par l’entrée en franchise de denrées alimentaires et de matières premières françaises113. Au début de 1924, le comité directeur des Douanes proposa à la demande de la France la révision des tarifs de la zone occupée, mais Jaspar refusa l’égalisation entre l’Est et l’Ouest qui aurait revêtu un caractère politique et définitif ; on décida une forte augmentation sur les produits importés d’Allemagne et une diminution à la frontière occidentale très favorable aux produits alliés. Ici encore, une distinction entre ambitions économiques et politiques semble se dessiner114.

60Ainsi l’attitude prise par le Gouvernement et les autorités belges dans la Ruhr face à la politique menée par la France suggère moins l’abstention ou le suivisme que la distinction de deux domaines que l’on voudrait rendre autonomes : le politique et l’économique. Cette autonomie n’est pourtant pas totale et nous oblige pour comprendre l’évolution globale de la politique belge à quelques considérations sur les réactions de la Belgique face aux ambitions de la France en Rhénanie au cours de l’automne et de l’hiver 1923.

4. Ambitions politiques et économiques, automne-hiver 1923-1924

  • 115 Ibid. 10466/XVIII. Note Jaspar, 30-9-1923.

61Nous n’avons pas ici l’intention de réécrire l’histoire du séparatisme rhénan et de son échec. Nous voudrions simplement préciser comment les projets belges s’articulent par rapport à cette donnée de base et affiner la distinction que nous avions esquissée entre projet politique et projet économique. Durant le premier semestre de l’année, la politique de Jaspar avait consisté à éviter toute installation économique durable, tout en exerçant la pression la plus forte possible sur l’économie du Reich et les industriels. L’installation s’était pourtant imposée du fait de la résistance passive. Au début juin, les Français posent la question de la durabilité et semblent vouloir prendre seuls la direction des opérations ; la crise du 9 août 1923 rétablit l’équilibre entre Français et Belges et celui-ci ne semble plus remis en question durant plusieurs semaines. La politique belge conserve la même ligne jusqu’à la fin septembre ; une note de Jaspar du 30 faisant le bilan d’un entretien avec Hannecart quelques jours après la proclamation de la fin de la résistance passive par Streseman montre l’accord des deux hommes en vue d’aider celui-ci à sortir de ses difficultés115.

  • 116 W. A. McDougall, p. 303.

62Comment dans ces conditions expliquer l’attitude de neutralité bienveillante adoptée par le Gouvernement belge face au putsch séparatiste d’Aix-la-Chapelle déclenché à l’instigation du Comité de politique belge de P. Nothomb ? Comment expliquer l’inaction du Gouvernement pourtant au courant des préparatifs, puisqu’il s’en ouvrait au Gouvernement français dès le 4 octobre116 ?

  • 117 MAEB. 10466/XVIII. Note pour le ministre, 6-10-1923.
  • 118 Ibid. Rolin-Jacquemyns à Jaspar, 10-10-1923.
  • 119 Ibid. Note pour le ministre, 19-10-1923.
  • 120 J. Bariéty, op. cit., p. 251-254.
  • 121 F. Vanlangenhove, L’élaboration de la politique étrangère de la Belgique, p. 28.
  • 122 J. Bariéty, op. cit., p. 269.

63Pour nous, il semble qu’il y ait eu débat interne au sein du Gouvernement et du ministère des Affaires étrangères au cours d’octobre 1923. La question de fond est en effet posée le 6 octobre par le chef de section Europe septentrionale à son ministre : au cas où la France chercherait à sortir du cadre du traité de Versailles à l’occasion de la victoire dans la Ruhr, quelle devrait être la politique du Gouvernement ? Il conviendrait alors de revoir toute la politique belge sur le Rhin ; la Belgique ne pouvait toujours jouer le rôle de frein ; en cas d’appui sans réserve à la politique française, il s’agissait d’obtenir des compensations sérieuses117. Le débat est, quelques jours après, alimenté par une dépêche de Rolin-Jacquemyns du 10 octobre : l’effondrement monétaire est le prélude à l’effondrement politique du Reich. Les démarches se multiplient en vue de négociations entre Adenauer et les Franco-belges, la population cherche un gouvernement qui restaure la vie économique, les Alliés peuvent le faire de leurs mains. Quant à la crise séparatiste elle est proche, et Rolin-Jacquemyns conseille de ne pas trop précipiter les événements ni y mettre trop d’obstacles118. Le 19 octobre, une nouvelle note au ministre montre que les fonctionnaires français dans la Ruhr ont l’impression de flottement sur la politique à suivre119 ; ce même jour, l’ambassadeur Gaiffier informe le Quai d’Orsay que Jaspar a décidé une attitude de neutralité face au séparatisme ; le 24 octobre, l’ambassadeur se déclare favorable au succès du mouvement maintenant lancé120. Sans affirmer que le Gouvernement belge ait été à l’origine des événements d’Aix-la-Chapelle on ne peut en aucun cas parler « d’incident inopiné », comme le fait Vanlangen-hove121. Pour le Gouvernement belge le séparatisme était depuis octobre une carte jouable, à condition de ne pas paraître en être à l’origine : en cas de succès, il pouvait fournir l’occasion d’une négociation politiquement rentable et d’une nouvelle distribution des cartes ; en cas d’échec, il fallait pouvoir s’en démarquer, ce que fit Jaspar dès le 25 octobre122. Le débat était-il clos pour autant ? Il semble que la tentative séparatiste du Palatinat bavarois à partir du 5 novembre l’ait entretenu encore quelques semaines. Le 20 novembre, le maréchal Pétain est dans la Ruhr et préside le rapport chez le général Dégoutte. Hannecart plaide ouvertement pour une politique commune :

« Il est vrai que les Français n’ont pas dit nettement aux Belges leurs intentions au sujet de la République rhénane, du séparatisme, etc. Il en résulte que, dans certaines circonstances, les Belges ont eu à solutionner à l’improviste des questions fort délicates et fort difficiles. Si la Belgique et la France ont toutes deux intérêt à ce que quelque chose change au point de vue du rattachement au Reich de la Ruhr et de la Rhénanie, il me paraît logique que nos deux gouvernements soient francs vis-à-vis l’un de l’autre et étudient à fond et de commun accord la question rhénane.
« Le gâchis actuel est le résultat de ce que nous ne nous entendons pas ou bien de ce que nous ne nous comprenons pas.
« À certains points de vue, ce gâchis nous est aussi préjudiciable qu’à l’Allemagne elle-même. Nos autorités compétentes devraient bien faire en sorte de changer cet état de chose. »

  • 123 MAEB. 10075/IV, Hannecart à Jaspar, 20-11-1923.

Et Jaspar d’ajouter en marge de la dépêche de son représentant dans la Ruhr : « Il ferait mieux de ne pas s’occuper de choses qui ne le regardent pas », signe que les choix étaient faits de son côté123.

  • 124 Ibid. 10081, Jaspar à Gaiffier, 27-11-1923.
  • 125 Ibid. 10466/XIX. Gaiffier à Jaspar, 31-1-1923.

64À partir de la fin novembre, Jaspar fait demander à Poincaré de diminuer les rigueurs de l’occupation afin de bien prouver à l’étranger que les Franco-belges n’avaient pas d’ambitions politiques dans la Ruhr124. Le durcissement de la politique anglaise ne put que le conforter dans ses intentions : le 31 janvier 1924, à l’occasion d’un entretien avec Poincaré, il le persuade de l’inopportunité de soutenir l’autonomisme dans le Palatinat contre l’Angleterre125.

65Nous pouvons maintenant proposer une chronologie des ambitions successives de la politique belge au cours de l’année 1923.

66L’opération déclenchée en janvier avait pour but d’exercer une pression économique vigoureuse sur l’Allemagne afin de la faire plier au plus vite et d’aboutir à une solution sur les réparations. Elle fut donc conduite à peser continuellement sur les autorités françaises dans ce sens. À partir de juin, le Gouvernement belge accepte la transformation de la Ruhr en gage à long terme et il se prépare à recueillir les bénéfices de l’opération, comme le prouve sa persévérance dans l’affaire du rheinmark en janvier 1924. Octobre fut le mois des ambitions maximales : la politique belge semble, un temps, déboucher sur le terrain du séparatisme. À la fin novembre, ce ne sont plus qu’ambitions économiques ; les difficultés monétaires de janvier et le rejet par la Chambre, du traité de commerce franco-belge, le 24 février 1924, y mirent fin également et marquent l’amorce d’une nouvelle orientation de la politique économique de la Belgique.

Notes

1 MAEB. 10466/VII. Jaspar à Rolin-Jacquemyns, 1-3-1923.

2 Ibid. 10466/H. Deila Faille, 13-1-1923 - 22-1-1923

3 Ibid. 10466/III. Gaiffïer à Jaspar, 22-1-1923.

4 Ibid. 10466/IV. Davignon à Jaspar, 29-1-1923.

5 Ibid. 10466/III, Jaspar à Gaiffïer, 25-1-1923.

6 Ibid. 10466/V à X.

7 Ibid. 10466/III, Jaspar à Gaiffïer, Entrevue avec l’ambassadeur de France, 25-1-1923. -10466/V - Note pour le ministre, 8-2-1923.

8 E. Weill-Raynal. Les réparations allemandes et la France, t. II, p. 397.

9 MAEB. 10466/IV. Gaiffier à Jaspar, 31-1-1923.

10 Ibid. 10466/V. Gaiffier à Jaspar, 10-2-1923.

11 Ibid. 10466/IX. Rencontre du 12-3-1923 à Bruxelles.

12 Ibid. 10081. Bemelmans à Theunis, 5-2-1923. Theunis à Delacroix, 7-2-1923. Note pour le ministre, 16-3-1923.

13 Ibid. 10081. Note pour le ministre, 10-3-1923.

14 Ibid. 10081. Finances à Affaires étrangères, 26-4-1923.

15 Ibid. 10466/XVI. 13-7-1923.

16 Ibid. 10466/IX. Rapport au Premier ministre, 19-4-1923.

17 Ibid. 10075/1. Hannecart à Jaspar, 11-5-1923 - 29-5-1923.

18 Ibid. 10468. Jaspar à Hannecart, 27-6-1923.

19 Ibid. 10468. Seydoux à Tirard, 27-6-1923.

20 Ibid. 10468. Hannecart à Jaspar, 27-6-1923.

21 Ibid. 10468. Herbette à Jaspar, 27-7-1923. Jaspar à Herbette, 11-8-1923.

22 E. Weill-Raynal, Les réparations allemandes et la France, t. II, p. 388.

23 MAEB. 10466/IX. Réunion aux Affaires étrangères, 12-3-1923.

24 Ibid. 10466/VIII.

25 W. A. Me Dougall, op. cit., p. 258-259.

26 MAEB. 10466/VII. Gaiffier à Jaspar, 27-2-1923. Note du 28-2-1923, Jaspar à Gaiffier, 28-2-1923.

27 Ibid. 10466/VII. Jaspar à Gaiffier, 3-3-1923.

28 Ibid. 10466/X. Jaspar à Gaiffier, non daté (fin mars 1923). 10466/XI. Réunion aux Affaires étrangères, 9-4-1923.

29 Ibid. 10466/XI. Réunion aux Affaires étrangères, 13 et 14-4-1923. 10075/1. Hannecart à Jaspait, 14-4-1923.

30 Ibid. 10081. Hannecart à Jaspar, 29-5-1923. 10466/XV. Conférence franco-belge du 6-6-1923, Bruxelles.

31 D. Artaud, La question des dettes interalliées et la reconstruction de l’Europe, p. 525-539.

32 Ibid. 10466/VII. Gaiffier à Jaspar, 22-2-1923.

33 W. A. Me Dougall, op. cit., p. 260.

34 Ibid., p. 260. MAEB. 10466/X. Gaiffier à Jaspar, 24-3-1923.

35 Ibid. Gaiffier à Jaspar, 31-3-1923. W. A. Me Dougall, op. cit., p. 265.

36 J. Bariéty, op. cit., p. 112.

37 MAEB. 10466/V. Gaiffier à Jaspar, 8-2-1923.

38 W. A. Me Dougall, op. cit., p. 265.

39 MAEB. 10466/III. Gaiffier à Jaspar, 20-1-1923. Idem. VII. Gaiffier à Jaspar, 22-2-1923.

40 Ibid. 10466/V. Gaiffier à Jaspar, 6-4-1923.

41 Ibid. 10466/V. Gaiffier à Jaspar, 6-4-1923 - 9-4-1923.

42 Ibid. 10466/XI. Entretien Poincaré, Theunis, Jaspar du 13 avril.

43 Ibid. 10466/XI. Jaspar à Gaiffier, 6-4-1923. Gaiffier à Jaspar, 7-4-1923 - 9-4-1923.

44 Ibid. 10466/XI. Gaiffier à Jaspar, 9-4-1923 et 10466/XIII. Gaiffier à Jaspar, 17-5-1923.

45 E. Weill-Raynal, op. cit., t. II, p. 450 et D. Artaud, p. 542-543.

46 E. Weill-Raynal, op. cit., t. II, p. 438-439.

47 MAEB. 10466/XI. Entretiens du 13-4-1923.

48 Ibid. 10081. Jaspar à sir G. Grahame, 27-8-1923.

49 D. Artaud, op. cit., p. 546.

50 E. Weill-Raynal, op. cit., t. II, p. 404.

51 MAEB. 10466/XII. Jaspar à Gaiffier, 3-5-1923.

52 E. Weill-Raynal, op. cit., t. II, p. 408-411.

53 Ibid., p. 409.

54 MAEB. 10466/XI. Gaiffier à Jaspar, 19-4-1923.

55 E. Weill-Raynal, op. cit., t. II, p. 415.

56 W. A. Me Dougall, op. cit., p. 268.

57 D. Artaud, op. cit., p. 551.

58 MAEB. 10466/XIV, Herbette à Jaspar, 4-6-1923.

59 W. A. Me Dougall, op. cit., p. 277.

60 MAEB. 10079, Hannecart à Jaspar, 7-7-1923.

61 Ibid. 10079, Hannecart ä Jaspar, 20-6-1923 - 7-7-1923.

62 Ibid. 10466/XI, Rapport au Premier ministre, 19-4-1923.

63 Ibid. 10079, Hannecart ä Jaspar, 26-7-1923.

64 Ibid. 10466/XVIII. Telegramme Jaspar ä Gaiffier, 4-8-1923. 10079. Jaspar ä Gaiffier, 3-8-1923.

65 Ibid. 10075/11. Hannecart ä Jaspar, 8-8-1923.

66 Ibid. 10079. Hannecart à Jaspar, 9-8-1923.

67 Ibid. 10079. Note pour le ministre, 19-8-1923. Télégramme Jaspar à MICUM, 23-8-1923.

68 Ibid. 10075/III. A. Hannecart à Jaspar, 19-9-1923.

69 Ibid. 10046/XVII. Jaspar à Gaillier.

70 Ibid. 10466/XVII. Jaspar à Gaiffier.

71 Ibid. 10075/11. Hannecart à Jaspar, 10-8-1923.

72 Ibid. 10466/XVII. Chargé d’affaires belge à Jaspar, 20-8-1923.

73 J. Bariéty, op. cit., p. 228.

74 Ibid. Chapitres VI et VII.

75 MAEB. 10466/XVIII. Note de Jaspar, 30-9-1923.

76 J. Bariéty, op. cit., p. 241, 245, 251.

77 MAEB. 10075/IV. Hannecart à Jaspar, 22-11-1923 et J. Bariéty, op. cit., p. 276-277.

78 J. Bariéty, op. cit., p. 114.

79 MAEB. 10466/III. Note du 25-1-1923 et 10466/IV. Gaiffier à Jaspar, 2-2-1923.

80 Ibid. 10466/IV. Conférence franco-belge à Paris, 30-1-1923.

81 J. Bariéty, op. cit., p. 115.

82 Ibid, p. 115 et MAEB. 10466/IV. Gaiffier à Jaspar, 2-2-1923 et 8-2-1923.

83 Ibid. 10466/IV. Gaiffier à Jaspar, 7-2-1923 et 21-2-1923.

84 Ibid., 10075/1, Hannecart à Jaspar, 29-5-1923 et 10466/XV ; Conférence franco-belge, 6-6-1923 et W. A. McDougall op. cit., p. 324.

85 Ibid., 10466/XVII, Rolin-Jacquemyns à Jaspar, 4-10-1923 et 10466/XVIII, Jaspar à Herbette, 9-10-1923. J. Bariéty, op. cit., p. 240-241.

86 MAEB. 10466/XVIII, Rolin-Jacquemyns à Jaspar, 19-10-1923.

87 Ibid., 10-10-1923 et W. A. McDougall, op. cit., p. 325.

88 J. Bariéty, op. cit., p. 240.

89 MAEB. 10075/III/B, Dégoutte à Poincaré, 15-3-1923.

90 J. Bariéty, op. cit., p. 260.

91 MAEB. 10075/IV, Notes de Dehon des 2 et 3 novembre 1923. J. Bariéty, op. cit., p. 280.

92 Archives Paribas-Allemagne 1/6, Réunion du 17-11-1923 chez le directeur du mouvement des fonds à Bruxelles.

93 MAEB. 10075/IV, Note sur la discussion des statuts de la banque d’émission, 17-11-1923.

94 Archives Paribas-Allemagne 1/6, Note du 20-11-1923. Lettre du directeur Atthalin au ministère des Finances.

95 Ibid. Jahan à Urban, 21-11-1923.

96 Ibid. Note du 28-11-1923.

97 Ibid. Urban à Atthalin, 29-11-1923.

98 MAEB. 10466/XVIII, Télégramme de Rolin-Jacquemyns à Jaspar, 24-11-1923.

99 Ibid. 10075/IV, Réunion de Bonn, 1-12-1923. Archives Paribas-Allemagne, 1/6, Réunion chez Philippson, 3-12-1923.

100 W. A. McDougall, op. cit., p. 327. Archives Paribas-Allemagne, 1/6. Réunion chez Philippson, 3-12-1923.

101 W. A. McDougall, op. cit., p. 327. MAEB. 10075/IV. Hannecart à Jaspar, 11-12-1923.

102 Archives Paribas-Allemagne, 1/6. Le directeur du Mouvement général des fonds à Paribas, 14-12-1923. Ibid. Peretti de la Rocca à Finaly, 13-12-1923.

103 Ibid. Sir W. Tyrell à l’ambassadeur de France à Londres, 12-12-1923 et Banque d’Angleterre à Finaly, 2-1-1923.

104 J. Bariéty, op. cit., p. 286-287.

105 Archives Paribas-Allemagne, 1/6. Streseman à Hagen, 22-12-1923. Tirard à Hagen, 29-12-1923. MAEB. 10466/XIX, Rolin-Jacquemyns à Jaspar, 2-1-1924.

106 Archives Paribas-Allemagne, 1/6. Philippson à Atthalin, 18-1-1924.

107 MAEB. 10466/XV, Conférence franco-belge du 6-6-1923.

108 Ibid. 10466/XVIII, Note de Jaspar, 30-9-1923 et note pour le ministre - section Europe occidentale, 6-10-1923.

109 Ibid. Rolin-Jacquemyns à Jaspar, 3-10-1923.

110 Ibid. 10075/III, B, Hannecart au ministre, 6-10-1923.

111 Ibid. 10075/VI. Dégoutte au président du Conseil, 4-3-1924.

112 E. Weill-Raynal, op. cit., t. II, p. 398.

113 MAEB. 10466/XVIII. Télégramme de Coblence, 25-10-1923.

114 Ibid. 10466/XIV. Rolin-Jacquemyns à Jaspar, 9-1-1924 - 19-1-24. Jaspar à Rolin-Jacquemyns, 14-1-24.

115 Ibid. 10466/XVIII. Note Jaspar, 30-9-1923.

116 W. A. McDougall, p. 303.

117 MAEB. 10466/XVIII. Note pour le ministre, 6-10-1923.

118 Ibid. Rolin-Jacquemyns à Jaspar, 10-10-1923.

119 Ibid. Note pour le ministre, 19-10-1923.

120 J. Bariéty, op. cit., p. 251-254.

121 F. Vanlangenhove, L’élaboration de la politique étrangère de la Belgique, p. 28.

122 J. Bariéty, op. cit., p. 269.

123 MAEB. 10075/IV, Hannecart à Jaspar, 20-11-1923.

124 Ibid. 10081, Jaspar à Gaiffier, 27-11-1923.

125 Ibid. 10466/XIX. Gaiffier à Jaspar, 31-1-1923.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable