Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économie sociale et solidaire et État

 | 
Jean-Claude Barbier

Concurrence, volontariat, co-production et biens communs : diversité des rapports entre État et économie sociale et solidaire

L’économie sociale et solidaire, un outil de gouvernance des communs : une expérience de pastoralisme communautaire en Tarentaise

Pierre Thomé

Texte intégral

1Cette contribution propose une définition du concept de communs et présente les différents acteurs impliqués dans une construction sociale pouvant être réalisée pour la gouvernance de ressources matérielles ou immatérielles. Les liens entre ESS et État sont abordés dans une étude de cas.

I. Qu’est-ce qu’un commun ?

  • 1  Au Moyen Âge, les consortages (« partager le même sort ») créés dans les Alpes par des paysans sur (...)
  • 2Hardin (G.), « La tragédie des biens communs », Science, 1968.
  • 3Ostrom (E.), Gouvernance des biens communs. Pour une nouvelle approche des ressources naturelles, (...)

2L’économie sociale et solidaire (ESS) bénéficie d’une large reconnaissance et ses différentes composantes (associations, coopératives, fondations, mutuelles) sont bien identifiées. En revanche, les communs, référence conceptuelle pourtant ancestrale1, étaient peu connus jusqu’à l’attribution en 2009 du prix Nobel d’économie à Elinor Ostrom, ce qui a permis de faire plus largement découvrir en France les travaux de cette économiste sociologue américaine avec la traduction de l’un de ses ouvrages clés : Gouvernance des biens communs. Dans les années 1970-1980, E. Ostrom s’est opposée à la forte prégnance aux États-Unis du courant néolibéral dont le projet politique prévoit une large privatisation des ressources naturelles, processus bien connu de l’enclosure, seule façon capable, d’après les néolibéraux, de vraiment protéger ces ressources de l’avidité des usagers quand ils en ont le libre accès, ils en deviendraient ainsi les destructeurs. E. Ostrom affirme au contraire qu’il y a dans le monde des usages qui vont à l’encontre de cette « tragédie des communs », formule choc de l’américain Garrett Hardin2, biologiste malthusien néolibéral. Pour vérifier son hypothèse, E. Ostrom parcourt le monde à la rencontre d’expériences communautaires de pastoralisme, de pêche, d’irrigation… démontrant que des hommes et des femmes « peuvent conclure des accords contraignants en vue de s’engager dans une stratégie coopérative qu’ils élaborent eux-mêmes [...]. [Elle] présente des cas importants de ressources communes qui [l]’ont aidée à comprendre le processus d’auto-organisation et d’autogouvernance », pour constater également que la plupart de ces cas « furent de riches mélanges d’instrumentalités publiques et privées3 ».

A. Définition

3Dissocier commun et bien, c’est déjà écarter l’idée qu’un bien commun serait une chose considérée comme naturelle, par exemple affirmer que l’eau est un bien commun universel ; on peut certes le revendiquer mais sans pour autant admettre que cela va de soi, l’histoire et l’actualité sociale et politique se chargeant de le démontrer ; c’est ensuite en faire un nom, puis un concept ainsi défini :

4Un COMMUN est une construction sociale générée par un processus reliant :

  • un collectif agissant (avec pour règle de base le volontariat) ;

  • une ressource (matérielle ou immatérielle), bien public ou bien privé ;

  • un ensemble de droits d’accès, de bons usages de cette ressource à protéger.

5Il peut être éphémère (actions d’alerte, de témoignage), ces membres ne cherchant pas à l’instituer (ou très peu) dans un cadre administratif contraignant, tout en pouvant être instituant par les idées développées.

6Il peut être institué en l’inscrivant dans un cadre économique, social, écologique avec un objectif de production de biens consommables ou de services ; c’est cette deuxième approche que je privilégie.

B. Ressources et acteurs du processus des communs

Les ressources

7Avec en premier lieu les plus vitales, eau, terre arable, air, soleil, elles sont au centre du système. Si les humains n’ont aucune influence directe sur l’astre solaire, sinon d’en modifier quelque peu les effets par la pollution, en revanche leur rôle est prépondérant dans l’usage des ressources propres à la planète Terre. Se pose alors la question de la gouvernance de ces ressources : qui en est détenteur, qui décide des règles de leur usage ?

8Les ressources de la connaissance relèvent du même processus. On peut également l’élargir à des domaines, tels que le logement, la santé, l’éducation, la culture…, pouvant être à l’origine de nombreux communs : habitat coopératif, maison de santé, média, école alternative, etc. Ces ressources sont en droit :

  • soit des biens publics, tels les pâturages communaux, nombreux dans les Alpes, avec droit d’usage (bail, convention, charte) concédé à des éleveurs rassemblés dans un commun (groupement pastoral par exemple), à charge pour eux de ne pas surexploiter l’herbage, de l’entretenir et éventuellement de payer une redevance ;

  • soit des biens privés : par exemple, les actuels 11 000 sociétaires de Terre de liens (le commun) sont de fait copropriétaires du foncier agricole acquis par la Foncière Terre de liens, celui-ci étant loué (baux de carrière) en fermage à des agriculteurs produisant en bio ; toute spéculation foncière est exclue statutairement.

Les acteurs autonomes

  • 4Castoriadis (C.), Fait et à faire. Les carrefours du labyrinthe V, Paris, Seuil, 1997.

9Citoyens qui s’interrogent et veulent interroger, non seulement par le dire mais aussi par le faire, les façons dont sont gouvernées, voire accaparées, les ressources. Autonomie en opposition à hétéronomie tel que le définit Cornélius Castoriadis : « tension/contradiction entre d’un côté, la libération de la créativité sociale (cette libération étant une caractéristique centrale d’une démocratie véritable) et de l’autre, les dispositifs institutionnels et les dispositions anthropologiques “raisonnables” chargées de prévenir l’hubris, la démesure4 ».

10Le processus débute avec ces acteurs réunis en collectifs qui, conspirant (au sens étymologique : respirer avec, aspirer à), envisagent de prendre le chemin du FAIRE. C’est ainsi que naît un COMMUN, auquel peuvent parfois s’associer des acteurs publics (généralement des collectivités territoriales) très concernés par la nature même de la ressource objet du commun (gestion de l’eau et de son assainissement, énergie renouvelable, agriculture périurbaine, forêts et pâturages communaux, espaces publics, etc.).

Les acteurs publics

11Chargés des fonctions régaliennes (dont la justice, garante des libertés) et de la mise en œuvre de l’intérêt général (ou supposé tel) en réglementant l’usage des ressources.

  • 5Rosanvallon (P.), Le Bon Gouvernement, Paris, Seuil, 2015.

12« Des aspirations et des réflexions s’expriment aujourd’hui dans de nombreux secteurs de la société civile et dans le monde militant [...] en distinguant les qualités requises des gouvernants et les règles organisatrices de la relation entre gouvernés et gouvernants. Réunies, celles-ci forment les principes d’une démocratie d’exercice comme bon gouvernement5 » : cette approche quelque peu idéalisée d’un « bon gouvernement » permet de se représenter ce que pourraient être des politiques publiques favorisant le développement d’espaces d’autonomie, y compris pour la formation, permettant de multiplier les communs dans la gouvernance des ressources.

13Les rôles qui peuvent être assurés par ces différents acteurs seront évoqués dans l’étude de cas.

Les acteurs économiques privés

14Il semble nécessaire de distinguer ceux du grand marché mondial recherchant surtout le développement de leur richesse en accaparant le maximum de ressources et ceux de l’économie réelle, celle de bon nombre de PME et TPE sensibles au développement local et qui génèrent actuellement le plus d’emplois ; certaines peuvent se rapprocher de l’ESS si elles respectent les critères définis par la loi de juillet 2014 et intégrer un processus de communs. Enfin, les entreprises d’origine de l’ESS (associations, coopératives, mutuelles) font partie intégrante de ces acteurs.

15Les communs, si une production de biens marchands est prévue, s’inscrivent dans un cadre législatif adapté à leur objet, le cadre de l’ESS étant souvent utilisé avec ses différentes possibilités, dont celle de la société coopérative d’intérêt collectif6, qui favorise un multisociétariat avec un fonctionnement collégial. Cette proximité institutionnelle avec l’ESS va bien au-delà de sa dimension statutaire ; en effet, les acteurs des communs en partagent volontiers les fondements essentiels : but poursuivi autre que la seule distribution de bénéfices, gouvernance démocratique, développement de l’activité et création d’emplois, circuits courts rapprochant autant que faire se peut producteurs et consommateurs, juste prix, protection de l’environnement… C’est ce qui est abordé dans l’étude de cas qui suit.

II. Pastoralisme en communs dans les montagnes de Tarentaise

16La vallée glacière de la Tarentaise en Savoie commence à Albertville pour se terminer au-dessus de Val d’Isère au pied du col de l’Iseran. C’est l’une des plus fortes concentrations mondiales de stations de sports d’hiver, ce qui génère un emploi saisonnier important et certainement plus recherché que celui d’agriculteur en montagne. Mais cette belle vallée parvient cependant à conserver une activité agricole nécessaire à l’économie locale et qui participe également à l’entretien de la montagne, grâce à l’agropastoralisme d’été avec des troupeaux de moutons et surtout de vaches Tarine, dont le lait sert à la production d’un fromage célèbre, le beaufort ! L’adret ou versant du soleil est le terrain le plus favorable à cette activité agricole, dont le maintien peut se heurter aux problèmes rencontrés par l’ensemble de l’agriculture à taille humaine : artificialisation des sols, spéculation foncière, disparition de fermes faute de repreneurs. Mais là aussi la résistance existe, comme par exemple à Granier, petit village quasi gaulois !

A. Histoire d’un village du versant du soleil

Une réalité problématique

17En Tarentaise, les communs remontent au xie siècle grâce à des communautés monastiques qui réussirent à convaincre quelques paysans vivant modestement en autarcie d’« essarter » (défricher) les pentes de la montagne pour les transformer en pâturages d’été. Peu à peu, ces pâturages sont devenus des communs sous la forme d’albergements7, c’est-à-dire des concessions d’usage à très long terme, lesquelles ont été peu à peu récupérées par les communes. C’est l’une des caractéristiques historiques de cette vallée où encore aujourd’hui 75 % des pâturages d’été sont communaux :

  • 8Pérouse (G.), Introduction à l’inventaire sommaire des archives communales de l’arrondissement d’A (...)

« C’est la propriété commune qui a fait le premier et le plus solide lien entre les membres de l’association communale, qui les a groupés et leur a révélé leur solidarité, qui leur a dicté leurs plus anciennes institutions. C’est dans les régions les plus alpestres, plus favorables à la création et au maintien de la propriété collective, que les communes ont été les plus grands propriétaires, et c’est là que la vie communale a éclos d’abord et s’est développée le plus activement8 ».

18En été, pour assurer un gros travail de fenaison, les paysans éleveurs devaient et doivent encore rester dans la vallée, aussi embauchent-ils des bergers et des fromagers pour une centaine de jours, généralement de la Saint-Jean, jour de l’« emmontagnée », à fin septembre pour la « démontagnée » ; ce système a un coût élevé qui se répercute sur le prix du fromage.

Le territoire

  • 9  René Chenal est le principal témoin interviewé en juin et juillet 2014. Ses citations sont signées (...)

« Plutôt que territoire je préfère parler de terroir, expression plus forte et qui renvoie à une culture et à un mode de vie liés à la montagne. Cette culture est faite de savoir-faire transmis de génération en génération, de pratiques collectives, de pastoralisme soucieux de l’environnement montagnard, de la qualité d’un fromage labellisé9. »

19Ce terroir commence à Aime, 600 mètres d’altitude, puis en remontant le versant du soleil parvient à Granier (1 240 mètres), village de 360 habitants, entouré de terres arables largement consacrées à la production du fourrage pour la nourriture du bétail pendant les longs mois d’hiver. Il arrive enfin aux pâturages de Plan Pichu à 1 500 mètres pour grimper jusqu’à 2 300 mètres vers le Cormet d’Arêches, passage vers la vallée du Beaufortin. L’eau provient principalement de deux importants torrents qui traversent les alpages et alimentent plusieurs villages en eau potable et en eau d’irrigation ; en amont, EDF procède à des captages dans des limites définies contractuellement. Jusqu’à présent ces torrents n’ont pas eu de chute de débit significative ; à l’avenir, tout dépendra de l’évolution du climat avec le risque d’une baisse importante de la couche de neige en hiver.

20Granier a deux caractéristiques géopolitiques d’une grande importance : d’une part, ce village est implanté dans la pente et à proximité d’une zone avalancheuse, ce qui interdit pratiquement toute extension ; d’autre part, l’ensoleillement important de l’adret ne facilite pas en hiver la pérennité et la stabilité du manteau neigeux. Ces caractéristiques ne permettent pas d’envisager la création d’une grande station de sports d’hiver et freinent la spéculation foncière. La commune n’a donc pas beaucoup d’alternatives pour conserver une activité économique locale et elle doit tout faire pour maintenir l’agropastoralisme et développer le tourisme de randonnée en hiver et en été, plusieurs gîtes communaux et privés ont été créés dans ce but.

Une dynamique collective à Granier

  • 10Région Rhône-Alpes, Projet stratégique pour l’agriculture et le développement rural. Diagnostic 20 (...)

21Dans les années 1970 à Granier, plusieurs jeunes villageois, constatant que des fermes ne trouvaient pas repreneur, s’inquiètent de l’avenir du pastoralisme et de la fabrication du beaufort, principale activité économique du pays. Le risque de voir disparaître l’emploi agricole en montagne est bien réel : de 1976 à 2006 en Tarentaise, 80 % des fermes n’ont pas retrouvé de repreneurs10. Si, depuis, la situation s’est stabilisée, elle demeure cependant fragile, les jeunes agriculteurs rencontrant beaucoup de difficultés s’ils veulent s’installer seuls.

22La première initiative de ces villageois est de créer un collectif
informel pour étudier ce qui pourrait être envisagé pour sauver l’agro­pastoralisme :

« Cette idée provient de quelque chose de très ancré en nous : la passion de la montagne. Je suis fils, petit-fils d’agriculteurs montagnards à la vie rude ; mon père, comme beaucoup d’autres ici, avait ce qu’on appelle la “double activité”, c’est-à-dire son travail d’agriculteur et, comme trois ou quatre vaches n’assurent pas un revenu suffisant, ses huit heures de chantier ou d’usine, plus les heures de transport. Ce qui fait que mes parents ne souhaitaient pas que je connaisse cette vie très contraignante, et ce d’autant plus qu’à cette époque le beaufort ne marchait pas très fort ! Aussi ils m’ont poussé à faire des études, ce que j’ai fait, mais toutes les périodes de vacances je les passais au village, où je voyais bien que les paysans commençaient à s’arrêter les uns après les autres. Or j’aime ce village, cette terre, le pastoralisme, c’est quelque chose qui est chevillé au corps ; c’est une véritable passion pour nous et on n’avait pas envie que tout cela disparaisse, il fallait continuer le travail de nos parents mais en l’adaptant au monde moderne. En montagne, tu ne peux pas t’en sortir seul et le collectif est une nécessité. » (R. C.)

23La passion de la montagne et le faire ensemble sont indispensables pour vivre du pastoralisme montagnard, dont les conditions de travail peuvent être rudes. C’est certes une source de revenus, mais c’est aussi œuvrer à la protection des milieux naturels. C’est cette passion qui a motivé des Savoyards de Granier, dont le projet professionnel n’était pas a priori de s’embarquer dans une aventure à risques, aussi belle soit-elle.

  • 11Beyerbach (C.), « Alpages et agropastoralisme en Tarentaise et Pays du Mont-Blanc », Étude ethnolo (...)

« La finalité du métier d’éleveur en montagne n’est pas tant la performance, mais le travail en lui-même en tant que source de plaisir en même temps que source de revenus. La passion pour ce métier, qui repose sur les interactions fines entre les savoir-faire de l’homme, les animaux et la nature, constitue un dénominateur commun11. »

« Au début des années 1970, on était en plein dans une politique agricole productiviste à tous crins, définie par des technocrates qui ne connaissaient pas grand-chose de l’agriculture en montagne ; une vache, il fallait la considérer comme une usine à lait ! Le risque était que les paysans deviennent exclusivement producteurs de matière première. On ne voulait pas tomber dans un système où le lait est ramassé par des industriels du fromage comme ça commençait d’ailleurs à se faire ; on nous conseillait aussi de garder nos troupeaux dans la vallée en achetant du foin un peu partout parce que, nous disait-on : “Ça vous reviendra moins cher” ! La qualité pour nous ce n’est pas cela, elle suppose que les vaches mangent l’herbe de l’alpage l’été et l’hiver le foin que nous ramassons sur nos terres, ce qui veut dire que nous gardions la maîtrise complète de toute la chaîne de production du fromage. Face à cette soi-disant modernisation, il nous a fallu repenser le pastoralisme à Granier de façon plus collective ; c’est ce qui se pratiquait depuis longtemps dans les alpages d’été et on s’est dit “transposons ce modèle vers le bas !” Bon, c’était de belles paroles mais comment faire et avec quels moyens ? » (R. C.)

Le consortage

24Un représentant en matériel agricole leur suggère d’aller voir ce qui se passe dans le Valais suisse. Là, ils découvrent le consortage, « partager le même sort » :

« Par consortage on entend une gestion communautaire du travail et des biens collectifs, [...] les consortages d’alpages et des eaux sont les plus répandus. [...] En tant que membres d’un consortage, les usagers sont à la fois propriétaires et gestionnaires des biens communautaires. [...] Ses fonctions écologiques et sociales confèrent au système de consortage un immense potentiel pour le futur. Des biens comme l’eau, le sol, les semences… doivent être considérés comme patrimoine commun. [...] Forme d’organisation expérimentée pour la protection et la jouissance des biens communautaires ainsi que des ressources naturelles, le système de consortage pourrait, pour cette raison précisément, devenir un modèle de gestion durable de la nature et de l’environnement12. »

25Cette rencontre enthousiasme le groupe et tous ses membres sont convaincus qu’ils doivent s’inspirer de ces pratiques collectives.

B. La solution des communs

26Le collectif de Granier entre immédiatement en contact avec des conseillers de la chambre d’agriculture de Savoie pour étudier quelle serait la solution la plus adaptée pour leur village.

Le GAEC du consortage, premier commun

  • 13  Définition du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, en ligne sur http:/ (...)

27Il est vite apparu qu’un groupement agricole d’exploitation en commun (GAEC) était la meilleure solution. « Un GAEC (créé par la loi du 8 août 1962) est une société civile agricole de personnes permettant à des agriculteurs associés la réalisation d’un travail en commun13 ». Il est constitué par deux à dix personnes physiques. Le capital, constitué par des parts sociales souscrites par les membres fondateurs, est fixe ou variable et doit être au minimum de 1 500 euros. Un GAEC peut aussi avoir pour objet la vente du fruit du travail des associés.

28Le projet est présenté à l’ensemble du village, qui comprenait encore à cette époque une quarantaine d’éleveurs.

« On ne peut pas dire que l’on a déclenché l’enthousiasme ! On nous prenait pour des fous et beaucoup pensaient qu’on allait rapidement se casser la figure. C’est vrai que ça demandait de gros investissements financiers avec des emprunts importants pour la construction des étables en stabulation libre, de la grange à foin et d’un local pour le matériel agricole sans aucune certitude de réussite. On s’est quand même retrouvés à quinze puis au fil du temps à huit pour vraiment démarrer en novembre 1978 le GAEC Le Consortage, appelé ainsi parce que ce fut notre inspiration. Ces huit se connaissaient bien, l’école, les corvées à l’alpage, les fêtes… et on avait une forte volonté commune de faire vivre le village. » (Un fondateur)

29Une fois les fonds nécessaires rassemblés, dont plusieurs subventions venant des institutions publiques européennes et françaises, le collectif s’est mis au travail, et tout était à faire : rassembler les terres, construire des bâtiments, définir des statuts et des règles de fonctionnement tout en assurant les tâches quotidiennes d’une ferme.

Le remembrement

« Avant la création du GAEC les terres agricoles du village se répartissaient dans de multiples parcelles (environ 10 000), dont certaines faisaient à peine 300 mètres carrés ! On a alors entrepris de les regrouper au maximum afin de faciliter la fenaison. Le fait qu’une grande partie de nos champs soit entrée dans un commun a-t-il changé notre relation à la terre, se sent-on dépossédé ? Je ne crois pas, c’était devenu nécessaire pour la sauvegarde d’une activité agricole à Granier et notre passion du travail de la terre n’en a pas été altérée. De toute façon, un paysan conserve toujours quelques ares pour ses pommes de terre, un peu de grain… Aujourd’hui, le GAEC reste le seul éleveur de bovins en activité sur la commune ; il y a aussi un élevage de chevaux et un élevage de chèvres. » (R. C.)

30Le bâti du GAEC et les terres regroupées (environ 400 hectares) sont la propriété d’un groupement foncier agricole (GFA), ce qui permet la transmission par parts, et les « anciens », quand ils s’arrêtent, peuvent en conserver, ce qui permet à un jeune entrant au GAEC de débuter uniquement avec la dotation jeune agriculteur (DJA14), un peu moins de 30 000 euros dans la région, et racheter des parts par la suite.

La gestion du travail

« On a mis en place une banque du travail : le revenu ne se répartit pas en fonction du nombre de parts détenues, mais du temps de travail réellement effectué par chaque associé, qui note quotidiennement ses heures. C’est basé sur une grande confiance entre nous. » (R. C.)

31Le GAEC du Consortage, à capital variable, a débuté avec quarante vaches laitières pour arriver aujourd’hui à cent vingt ; ce sera le maximum. Il est solidement installé dans l’économie villageoise et assure à huit agriculteurs-éleveurs un revenu annuel variable en fonction du nombre d’heures de travail effectuées. Tous les fondateurs n’y sont plus actifs ; les remplacements se font sans trop de difficultés et il arrive que des bergers saisonniers deviennent sociétaires :

« Ce collectif permet de ne pas être toujours pris par le travail agricole. J’ai besoin d’une double activité et en hiver, je suis moniteur de ski. Je fais donc la traite du matin, puis je monte en station, et en rentrant en fin d’après-midi je m’occupe d’autres tâches au GAEC. On peut aussi avoir des congés, voyager, assister à des réunions… Si j’étais seul, je ne pourrais rien faire de tout cela. » (Un associé récent)

32Le GAEC du Consortage, de type collectif non familial, a été le premier en Tarentaise :

« On a été un groupe leader dans la région avec une idée forte : s’opposer à des supers pouvoirs intoxiquant qui veulent tout accaparer. On a été beaucoup médiatisé et visité et c’est peut-être ainsi que plusieurs GAEC de ce type se sont créés. » (R. C.)

33Les jeunes agriculteurs sont généralement intéressés par la formule :

« Je n’ai pas envie de vivre comme mon père, on a besoin d’avoir une vie sociale. Je suis passionné d’agriculture, je défendrai l’agriculture jusqu’à la fin de ma vie, mais ce n’est pas pour ça que j’irai m’enterrer à bosser cent heures par semaine, et tout sacrifier. [...] Je pense qu’il y a de plus en plus d’installations qui se font dans le cadre d’un GAEC [...]. L’agriculture, je la vois comme ça, de plus en plus collective, et ce n’est pas pour ça qu’elle sera moins performante ou qu’elle entretiendra moins bien les alpages. » (Un agriculteur-éleveur)

La CUMA du Cormet, deuxième commun

34Une grande partie du matériel agricole et de terrassement est regroupé dans une coopérative d’utilisation du matériel agricole (CUMA) dont la zone d’action comprend Granier, les alpages de Plan Pichu et plusieurs communes voisines. Cette coopérative assure également le suivi et l’entretien d’un important réseau de canaux d’irrigation des prairies de la commune.

Le groupement pastoral, un commun d’alpages

  • 15  Groupement pastoral : institué par la loi pastorale du 3 janvier 1972, titre II, et la loi montagn (...)

35Bien avant la création du GAEC, les éleveurs de Granier étaient utilisateurs des 1 500 hectares des pâturages communaux de Plan Pichu, droit d’usage partagé depuis longtemps avec des agriculteurs des communes voisines. Ce droit coutumier n’avait pas de statut légal sinon une convention tacite avec la commune de Granier, propriétaire des lieux. Forts de leur expérience collective, les huit fondateurs du GAEC estimèrent que l’on pourrait aller plus loin dans la co-gouvernance de ces pâturages en suggérant la création d’un groupement pastoral15 permettant une meilleure identification publique. Cette proposition a été difficile à faire accepter par leurs collègues :

« Ce fut un moment difficile avec pas mal de tensions. Pour un peu on nous aurait traités de communistes ! Et faire passer cette idée a été long, mais en montagne on sait être patient, on sait regarder et peu à peu les paysans se sont bien rendu compte que le devenir de la montagne était dans l’action collective avec la mise en commun de moyens nouveaux, c’est ainsi que l’on a fait l’acquisition à partir de 1985 de machines à traire mobiles, ce qui a complètement changé le travail en alpage. » (R. C.)

36L’introduction de ces machines a été un tournant et peu à peu l’idée fait son chemin, il faut cependant attendre 1999 pour que le groupement pastoral du Plan Pichu devienne vraiment une coopérative. Il regroupe actuellement six GAEC et trois éleveurs indépendants.

Fonctionnement du groupement pastoral du Plan Pichu

37L’été, pendant une centaine de jours, 420 vaches laitières occupent l’alpage réparties en trois troupeaux dont s’occupent sept bergers et bergères. Le lait est converti directement sur place par deux fromagers spécialistes. Un petit troupeau de moutons est également présent.

38Le groupement assure à ses frais (budget annuel d’environ 15 000 euros) l’entretien et l’amélioration de l’alpage (éviter le développement des arcosses), des locaux et des chemins carrossables pour faciliter les déplacements des bergers et des machines à traire. L’électricité domestique est fournie par une turbine installée sur le torrent et par des groupes électrogènes pour les machines.

39Les gros travaux d’entretien sont assurés en « corvées ». Chaque éleveur membre du groupement pastoral doit assurer chaque année quatre heures de corvée par tête de bétail :

« Le système des corvées est très ancien ; c’est une charge, mais on ne peut multiplier les frais de personnel, la priorité étant d’assurer les salaires des bergers et des fromagers. Nous avons aussi d’importantes contraintes réglementaires puisque la labellisation du beaufort crée des obligations : fumure naturelle des prairies, pas d’OGM, pas d’ensilage, fourrage produit localement… Tout cela fait que les paysans sont aussi des acteurs efficaces pour la protection de l’environnement montagnard. » (R. C.)

40La rétribution des éleveurs associés se fait en fonction de la production laitière de chacune de leurs vaches ; celle-ci est évaluée trois fois durant l’été au cours du cérémonial rigoureux de la pesée. Une mutuelle d’entraide a été créée pour permettre d’indemniser les éleveurs ayant des bêtes accidentées.

Le travail en commun des bergers

41La vie de berger en alpage est rude. La journée de travail commence avec la première traite à 3 heures du matin et ne se termine guère avant 21 heures, avec quelques d’arrêts, dont la sieste avant la traite de l’après-midi. En dehors des deux traites quotidiennes, et quel que soit le temps, les bergers sont occupés à déplacer les machines à traire, à délimiter les parcs, parfois à courir après les bêtes quand les clôtures ont été mal refermées ou abîmées par les touristes, à faire de l’entretien courant.

« Bien qu’on ait deux jours de congés toutes les deux semaines, ce travail en montagne rend difficile une vie de famille. Mais je ne pourrais pas m’en passer tant que j’en serai capable. J’aime la montagne, j’aime passionnément ce travail. Et quand je me retrouve dans la vallée fin septembre je me sens complètement déphasée pendant quinze jours ! » (Une bergère)

Conflits d’usage

42Des touristes (surtout les motorisés) négligent parfois les consignes en traversant les alpages :

« Des barrières ou clôtures qui restent ouvertes, des déchets laissés par terre peuvent rendre difficile la cohabitation entre les agriculteurs et les autres usagers de la montagne. Le problème consiste moins dans l’incompatibilité entre les différentes activités que dans la méconnaissance du monde agricole et pastoral par des acteurs extérieurs qui viennent en montagne pour leurs loisirs. Ces conceptions divergentes sont à l’origine de conflits d’usage parfois récurrents, ce qui amène aujourd’hui les agriculteurs à exprimer le souhait de mettre en place ou d’améliorer les formes de communication avec les autres utilisateurs de la montagne. » (Un agriculteur)

43Ces incidents sont résolus le plus souvent à l’amiable et il n’est pas envisagé de réglementer sévèrement la traversée des alpages ; des indications de bonne conduite sont affichées un peu partout :

« Des touristes, on en a besoin, ils achètent du beaufort et le font connaître. L’été à Plan Pichu, il y a beaucoup de monde pour participer aux visites et aux fêtes d’alpage organisées régulièrement. » (R. C.)

Les communs de la vallée

44Le beaufort d’été, le plus réputé, est la production du travail communautaire des éleveurs et des bergers ; il a une grande valeur culturelle issue de la longue histoire du pastoralisme montagnard dont la modernisation ne nuit en rien à ses qualités. Il a aussi une valeur marchande, qui pour s’exprimer doit redescendre dans la vallée.

45Les meules de beaufort ne restent que quelques jours en montagne, puis elles sont transportées pour affinage (cinq à sept mois) dans les caves de la coopérative laitière Neige et soleil à Aime. Cette coopérative rassemble depuis 2001 une quinzaine d’éleveurs, dont tous ceux du groupement pastoral de Plan Pichu. Durant la saison d’été, elle ne fabrique pas, et assure la production du beaufort d’hiver tout le reste de l’année, les éleveurs venant y déposer le lait de leur ferme. Suivant les saisons, six à neuf personnes y travaillent.

  • 16  SICA : coopératives multisociétaires, loi du 10 septembre 1947.

46Dernière coopérative de ce vaste réseau, la société d’intérêt collectif agricole (SICA16) du Replat se charge de la commercialisation de toutes les productions alimentaires locales (miel, confitures, salaisons, fromages) vendues dans des boutiques locales ; mais le beaufort est surtout commercialisé (à 70 %) par la grande distribution.

47Le dernier commun est une association : le Syndicat de défense du beaufort, qui couvre l’ensemble des vallées du territoire de labellisation :

« On est présents et actifs dans le Syndicat de défense du beaufort ; cette organisation joue un rôle important dans la promotion non seulement du fruit commun, mais aussi comment nous le produisons, dans quelles conditions. » (R. C.)

48Ce fruit commun doit être valorisé et développé :

« Au syndicat de défense, ils ont mis en place une formation pour tous les nouveaux entrants dans la filière du beaufort [...]. On explique toute l’histoire collective de l’AOP beaufort, qui existe parce que ce sont des gens qui ont su travailler ensemble ; faire bien comprendre à tous que le beaufort, c’est bien parce que c’est le lait le mieux payé en France, mais c’est surtout une dynamique qui ne doit pas mourir [...]. Transmettre le fait que si ça a marché, c’est parce qu’à un moment, il y a des gens qui se sont tenus par la main, et si on veut que ça continue, on doit rester dans cet esprit du collectif. » (Un éleveur)

49Des collectifs étroitement reliés par leur attachement aux valeurs de la montagne, des ressources naturelles en propriété commune ou bien public, des règles de fonctionnement définies collectivement sont à l’origine de six communs dont cinq entrent dans les définitions de l’ESS (quatre coopératives et une association), le sixième (GAEC) n’en étant pas très loin. Le fonctionnement polycentrique de ces communs est fondé sur des processus démocratiques où la règle de l’unanimité prévaut. Toutefois, le nombre d’heures de réunion généré par ce fonctionnement est vécu comme contraignant. Pourrait-il devenir un obstacle ?

« L’équilibre est difficile à trouver et je crains un peu que les plus jeunes ne trouvent plus le temps de se réunir, ils sont en effet tous en double activité, alors qu’il faut du temps pour réfléchir ensemble et si on ne le prend pas, j’ai bien peur que l’on s’en remette à des techniciens qui décideront sans trop connaître le pastoralisme, alors que la force et la qualité du beaufort viennent en grande partie de son mode de fabrication resté complètement aux mains des paysans. » (R. C.)

Notes

1  Au Moyen Âge, les consortages (« partager le même sort ») créés dans les Alpes par des paysans sur la base d’un travail communautaire étaient des communs. L’expression est encore d’usage dans le Valais suisse.

2Hardin (G.), « La tragédie des biens communs », Science, 1968.

3Ostrom (E.), Gouvernance des biens communs. Pour une nouvelle approche des ressources naturelles, Cambridge, Cambridge University Press, 1990 (trad. française, Bruxelles, De Boeck, 2010).

4Castoriadis (C.), Fait et à faire. Les carrefours du labyrinthe V, Paris, Seuil, 1997.

5Rosanvallon (P.), Le Bon Gouvernement, Paris, Seuil, 2015.

6  Sur les SCIC, voir en ligne sur http://www.les-scic.coop/sites/fr/les-scic/, consulté le 20/04/2017.

7  Sur les albergements, voir en ligne sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Albergement, consulté le 20/04/2017.

8Pérouse (G.), Introduction à l’inventaire sommaire des archives communales de l’arrondissement d’Albertville, 1911, cité in Viallet (H.), Les alpages et la vie d’une communauté montagnarde : Beaufort du Moyen-Âge au xviie siècle, mémoire, Chambéry, Académie salésienne, 1993.

9  René Chenal est le principal témoin interviewé en juin et juillet 2014. Ses citations sont signées [R. C.]. D’autres témoignages proviennent du film documentaire La Montagne aux sept bergers réalisé et produit par Anne et Erik Lapied en 2006.

10Région Rhône-Alpes, Projet stratégique pour l’agriculture et le développement rural. Diagnostic 2006.

11Beyerbach (C.), « Alpages et agropastoralisme en Tarentaise et Pays du Mont-Blanc », Étude ethnologique, Chambéry, Fondation Facim, 2011.

12  Sur les consortages en Valais, voir en ligne sur www.wikivalais.ch/index.php/Consortages_en_Valais, consulté le 20/04/2017.

13  Définition du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, en ligne sur http://agriculture.gouv.fr/exploitations-agricoles-structures-et-statuts, consulté le 20/04/2017.

14  Sur la DJA, voir en ligne sur http://agriculture.gouv.fr/aide-linstallation-de-jeunes-agriculteurs, consulté le 20/04/2017.

15  Groupement pastoral : institué par la loi pastorale du 3 janvier 1972, titre II, et la loi montagne du 9 janvier 1985.

16  SICA : coopératives multisociétaires, loi du 10 septembre 1947.

Auteur

Pierre Thomé, éducateur spécialisé (diplôme supérieur en travail social, option recherche-action), a tout d’abord été pendant dix ans éducateur spécialisé dans un établissement d’accueil pour adolescents en grande difficulté, puis pendant vingt ans formateur en travail social en région lyonnaise. Il a été par la suite chargé de mission auprès du département du Rhône afin d’évaluer les dispositifs d’accueil pour la protection de l’enfance. Il est retraité depuis 2003. Pierre Thomé s’intéresse de très près à l’économie sociale et solidaire. Il est l’auteur de Créateurs d’utopies. Démocratie, autogestion, économie sociale et solidaire paru en 2012 aux éditions Yves Michel (Gap) et de Biens communs, quel avenir ? Un enjeu stratégique pour l’ESS, 2016, Éditions Yves Michel (Gap). Il a également contribué à de nombreux ouvrages collectifs : Travail social, l’impossible professionnalisation ?, Centre de recherche sur les inadaptations, 1985 ; Des utopies réalisables, Genève, A. Type éditions, 2013 ; Figures de l’utopie, hier et aujourd’hui, Rennes, éditions des presses universitaires de Rennes, 2014. Pierre Thomé a participé à plusieurs colloques dont L’économie sociale dans le mouvement des idées, ADDES, 22 octobre 2013 avec une communication intitulée « À la recherche des possibles : interactions entre biens communs et économie sociale et solidaire ».

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540