Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économie sociale et solidaire et État

 | 
Jean-Claude Barbier

Concurrence, volontariat, co-production et biens communs : diversité des rapports entre État et économie sociale et solidaire

Le bénévolat au Danemark, une forme d’engagement civique utile et complémentaire à l’action de l’État

Torben Fridberg

Texte intégral

Les notions de « secteur du bénévolat » et de « travail bénévole »

1Depuis quelques décennies, la notion de « secteur du bénévolat » occupe une place de plus en plus importante dans le discours politique et le débat public au Danemark. Dans l’administration publique et en sciences sociales, ce vocable est désormais communément utilisé pour désigner les activités qui ne peuvent pas être rattachées au secteur public, au marché ou à la sphère familiale. Il n’existe en revanche pas de consensus sur ce que recouvre exactement ce secteur, sans compter que dans ses nombreuses « branches », le sentiment d’« appartenir » à un secteur en particulier est absent ou tout juste émergent, se développant au fur et à mesure que l’intérêt pour le potentiel du bénévolat s’accroît. En outre, plusieurs formes d’organisation existent dans les zones grises entre le secteur du bénévolat et le secteur public ou entre le secteur du bénévolat et le secteur privé lucratif. On citera comme exemples l’Église danoise, les coopératives de logement, les caisses de chômage et la garde territoriale. Il est vrai que le débat public s’intéresse plus souvent aux efforts déployés par la société civile qu’au cadre institutionnel dans lequel ils sont fournis. Le terme de « travail bénévole », utilisé aussi couramment que celui de « secteur du bénévolat », est presque perçu comme une « institution » en soi.

2Dans l’esprit des gens, le secteur du bénévolat et les associations (de bénévoles) et activités organisées en leur sein sont très proches. Au Danemark (et plus généralement dans les pays scandinaves), les associations de bénévoles et plus particulièrement la vie associative sont considérées comme une réalisation des idéaux démocratiques. Précisons que la Constitution danoise de 1849 donne aux citoyens le droit de former des associations dans tout but légal. Cette forme d’organisation, vue comme une école de démocratie et le terreau de l’engagement civique et de la participation citoyenne, a prédominé pour transformer la société moderne.

3La légitimité donnée par la constitution démocratique mise à part, la tradition associative remonte aux grands mouvements populaires (à partir de 1880 environ) et à la création de l’État-providence (à partir de 1930 environ). En dépit du déclin des mouvements populaires conduits par les fermiers, les ouvriers ou d’autres catégories, les associations continuent à jouer un rôle central en tant que groupes de défense d’intérêts et comme socle de l’intégration locale et d’un grand nombre d’activités de la société civile.

4Depuis le début des années 1980, le bénévolat connaît un regain d’intérêt, en particulier dans le cadre de l’action sociale mais également dans bien d’autres domaines comme l’intégration des immigrés. En 1983, le ministère des Affaires sociales forme un comité mixte (Comité de liaison du travail social bénévole). En 1990, un Centre pour le travail social bénévole est créé. En 1998, la loi danoise sur le service social énonce que les communes sont tenues de coopérer avec les organisations bénévoles locales. À partir des années 2000, tous les gouvernements s’attachent à souligner la valeur du bénévolat et, en 2010, le Gouvernement libéral-conservateur déploie une stratégie nationale pour la société civile visant à renforcer la contribution de cette dernière aux efforts de la politique sociale. En 2013, le Gouvernement social-démocrate renégocie une nouvelle charte de coopération entre le secteur du bénévolat et le secteur public.

5Les initiatives politiques sont le signe que les associations de bénévoles et le travail bénévole en général sont de plus en plus considérés comme une forme d’engagement civique utile et complémentaire à l’action de l’État.

Le bénévolat au Danemark

6L’ampleur et les caractéristiques du bénévolat au Danemark ont fait l’objet d’une grande enquête effectuée auprès de la population en 2012. L’objectif étant d’analyser les tendances, cette enquête a repris les termes d’un sondage similaire conduit en 2004. En outre, l’enquête de 2012 incluait un échantillon d’immigrés issus de pays non occidentaux et vivant au Danemark depuis au moins cinq ans.

7Il s’avère qu’environ un tiers de la population des 16-85 ans exerçait un travail bénévole en 2012. Sur l’ensemble des personnes interrogées, 38 % ont affirmé effectuer du bénévolat dans au moins l’un des quatorze domaines présentés, 35 % ont affirmé s’être engagés dans les douze derniers mois et 26 % au cours du mois précédent. Ces proportions sont les mêmes qu’en 2004 (voir tableau 1). Cela montre que la mesure de l’engagement bénévole selon une même méthodologie (questions identiques posées dans un ordre inchangé, etc.) conduit à un résultat similaire pour 2012 et 2004.

Tableau 1. Proportion de la population danoise âgée de 16 ans et plus engagée dans un travail bénévole en 2004 et 2012 (en pourcentage)

       2004       

       2012       

Est bénévole

38

38

A été bénévole au cours des 12 derniers mois            

35

35

A été bénévole au cours du dernier mois       

26

25

Source : sondages sur le travail bénévole, 2004 et 2012.

8En 2004, les enquêteurs ont conclu que le bénévolat semblait avoir augmenté progressivement au cours des quinze années précédentes, les sondages effectués au début des années 1990 indiquant que la proportion de bénévoles était d’environ un quart de la population.

9L’enquête de 2012 était destinée à réitérer celle de 2004, mais était enrichie de questions sur les activités bénévoles de court terme, ponctuelles, telles que l’aide à l’organisation d’un festival, d’un événement sportif, d’une journée de collecte de fonds ou le nettoyage d’une plage. Environ 20 % de la population avait participé à ce type d’activité au cours des douze derniers mois (voir tableau 2). Parmi les personnes concernées, certaines exerçaient également une activité bénévole plus régulière, mais dans l’ensemble ce sont 43 % de la population qui s’étaient portées bénévoles soit régulièrement soit de manière ponctuelle au cours des 12 mois précédents. Ce chiffre rejoignait les résultats d’autres enquêtes en la matière, où les personnes interrogées répondaient généralement à une seule et unique question sur leur engagement bénévole au cours de la même période. Enfin, le sondage de 2012 incluait des questions sur le bénévolat en ligne, en dehors des activités liées à la vie associative courante, comme s’occuper de la page d’accueil d’un site internet. Ce type d’activité, qui englobe l’assistance sociale en ligne, l’écriture d’articles pour le site Wikipédia et toute autre activité exclusivement exercée par le biais d’internet, mobilise moins de 2 % de la population. Ce pourcentage comprend des personnes également engagées dans d’autres activités bénévoles et le fait d’inclure cette activité d’un nouveau genre n’augmente pas la proportion globale des bénévoles dans la population adulte.

Tableau 2. Proportion de la population danoise âgée de 16 à 85 ans ayant effectué un travail bénévole au cours des douze derniers mois en 2012 (en pourcentage)

Hommes

Femmes

Ensemble

1. Bénévolat dans au moins l’un des 14 domaines présentés

36

33

35

2. Bénévolat ponctuel (ex. : événement sportif, festival, journée de collecte, campagne de récupération des déchets…)

21

18

20

Bénévolat exercé dans le cadre du 1 + 2

45

41

43

3. Bénévolat en ligne

3

2

2

Bénévolat exercé dans les 3 cas ci-dessus (1 + 2 + 3)

46

41

43

Nombre de personnes interrogées

1 308

1 501

2 809

Source : sondages sur le travail bénévole, 2004 et 2012.

10Même en examinant le travail bénévole sous l’angle des domaines d’action concernés, la stabilité est manifeste entre 2004 et 2012. Le tableau 3 présente la proportion de la population qui s’est portée bénévole dans quatorze domaines différents. Les activités sportives sont de loin les plus plébiscitées, ayant mobilisé 11 % de la population en 2012, exactement comme en 2004.

Tableau 3. Proportion de la population danoise ayant effectué un travail bénévole au cours des douze derniers mois, dans différents domaines, en 2004 et 2012 (en pourcentage)

Domaine

2004

2012

Culture (ex. : musées, archives locales, chorales)

3

5

Sport (ex. : clubs sportifs, clubs de danse, piscine)

11

11

Autres activités de loisir (ex. : association de loisir, généalogie, scouts)

5

3

Éducation, enseignement, recherche (ex. : vie scolaire, loisirs éducatifs, association proposant des cours de cuisine, de couture, etc.)

3

4

Santé (ex. : donneur de sang, association de patients, secours d’urgence)

3

4

Action sociale (ex. : association de retraités, centres d’accueil, aide aux réfugiés, instances des crèches et jardins d’enfants)

3

3

Environnement (ex. : préservation de la qualité de l’environnement, protection animale)

1

1

Logement et vie locale (ex. : association de résidents, association pour l’équipement des logements, association de propriétaires)

6

5

Associations professionnelles, industries et métiers (ex. : syndicat, chambre locale de commerce, association touristique)

3

2

Assistance et conseil juridique (ex. : organisation de consommateurs, droits de l’homme, aide juridique)

0

1

Politique et partis politiques (ex. : organisation locale d’un parti, actions de terrain)

1

1

Activités internationales (ex. : organisations humanitaires, œuvrant pour la paix et la solidarité)

2

2

Culte religieux (ex. : travail paroissial, école du dimanche)

2

2

Autres domaines

3

4

Total

35

35

Nombre de personnes interrogées

3 134

2 809

Source : sondages sur le travail bénévole, 2004 et 2012.

11Néanmoins, au-delà de la stabilité globale, la population engagée dans le bénévolat est en réalité très mouvante. Parmi les personnes interrogées, environ 26 % étaient bénévoles à la fois en 2004 et en 2012, mais 16 % étaient bénévoles en 2004 et non en 2012, tandis que 15 % étaient bénévoles en 2012 mais ne l’étaient pas en 2004.

12Par ailleurs, certaines tendances se dégagent lorsqu’on se penche sur le profil des bénévoles.

13Au Danemark, les hommes sont généralement plus nombreux que les femmes à effectuer un travail bénévole. Mais cela ne sera bientôt plus vrai et la tendance pourrait même s’inverser à l’avenir. En 2004, 38 % des hommes et 32 % des femmes étaient bénévoles. En 2012, ces proportions étaient respectivement de 36 % et de 33 %, mais dans les groupes les plus jeunes, la proportion de femmes impliquées dans le bénévolat était supérieure à celle des hommes.

14Le sondage de 2004 met à mal l’idée selon laquelle les jeunes seraient moins enclins que leurs aînés à s’engager dans le bénévolat. Cela dit, en 2012, la proportion de jeunes impliqués dans le bénévolat s’avère inférieure à celle mesurée en 2004 tandis que la part des personnes âgées de 70 ans et plus augmente, cette tendance concernant autant les hommes que les femmes. En 2004, 32 % des 16-29 ans avaient effectué un travail bénévole au cours des douze derniers mois, contre seulement 26 % en 2012. En 2004, 23 % des 66 ans et plus étaient bénévoles, une proportion qui atteint les 34 % en 2012. Par conséquent, la stabilité globale est imputable au fait que les anciennes générations compensent la baisse de mobilisation parmi les jeunes. Notons qu’en 2012 comme en 2004, le niveau d’engagement des groupes d’âge moyen (30-49 ans) est très élevé, atteignant les 41 %. Les personnes de cette tranche d’âge sont entraînées dans le bénévolat par leurs propres activités mais aussi par les activités de leurs enfants. Il s’agit en outre du groupe d’âge le plus occupé par un travail à temps plein, ce qui accroît la probabilité d’un engagement bénévole mais peut aussi expliquer que le temps moyen consacré au bénévolat est inférieur à celui observé chez les plus jeunes et les plus âgés (voir tableau 4).

Tableau 4. Proportion de la population ayant effectué un travail bénévole au cours des douze derniers mois (en pourcentage) et moyenne d’heures consacrées au bénévolat par différents groupes de la population au cours du dernier mois en 2004 et 2012

Exercice d’un travail bénévole au cours de l’année passée

(en pourcents)

Nombre d’heures moyen consacré au bénévolat au cours du dernier mois et nombre de personnes interrogées

2004

2012

2004

2012

Ensemble

35

35

17 797

16 704

Hommes

38

36

18 431

16 354

Femmes

32

33

16 366

16 350

16-29 ans

32

26

20 78

15 81

30-49 ans

41

41

15 431

12 296

50-65 ans

35

33

19 209

18 187

66 ans et plus

23

34

18 79

22 140

En formation

34

28

20 104

17 62

Sans formation professionnelle

25

26

20 129

23 89

Cursus : formation professionnelle

36

34

13 228

16 179

Cursus : études supérieures courtes

36

28

19 77

13 65

Cursus : niveau licence

42

40

16 160

17 169

Cursus : études supérieures longues

45

51

20 98

13 140

Agglomération de la capitale

31

38

17 167

18 155

Villes avec banlieues

35

34

16 366

16 370

Petites zones urbaines et villages

37

33

22 155

16 77

Zone rurale

37

36

14 109

13 97

Parent d’enfant(s) de moins de 18 ans

42

42

16 296

11 249

Sans enfant de moins de 18 ans

32

32

17 501

19 455

Ne travaille pas

28

30

21 246

22 278

Travaille entre 1 heure et 40 heures par semaine

37

36

15 400

13 313

Travaille plus de 40 heures par semaine

48

43

17 151

11 113

Source : sondages sur le travail bénévole, 2004 et 2012.

15La forte corrélation qui a toujours existé entre niveau d’études et travail bénévole semble se renforcer. Parmi les personnes ayant fait des études supérieures longues (au moins un niveau master), 51 % étaient bénévoles en 2012, contre 45 % en 2004. En revanche, parmi les groupes dont le niveau d’études est inférieur, le tableau montre une tendance à la baisse de la participation en 2012 par rapport à 2004.

16Au Danemark, la part de la population engagée dans un travail bénévole était traditionnellement plus importante dans les zones rurales que dans les grandes villes. La situation a changé : en 2012, la plus grande proportion de bénévoles se trouve dans l’agglomération de Copenhague et la plus faible dans les petites villes et les villages.

17Lorsqu’on s’intéresse cette fois aux groupes qui ont participé à des actions bénévoles ponctuelles en lien avec une manifestation spécifique telle qu’un événement sportif ou musical, un festival, une journée de collecte de fonds ou une campagne de récupération des déchets, on observe que les profils de ces bénévoles présentent de nombreuses similarités avec ceux des bénévoles plus réguliers. Les groupes plus âgés ont moins tendance à participer à des activités occasionnelles que les groupes les plus jeunes. En revanche, pour les personnes qui ont des enfants de moins de 18 ans vivant sous leur toit et qui travaillent plus de 40 heures par semaine, la probabilité d’avoir participé à une activité bénévole ponctuelle au cours de l’année passée est très élevée. Dans l’ensemble, il semble que les groupes occupés à plein-temps et ayant des enfants mineurs sont les plus susceptibles de prendre part à un travail bénévole occasionnel. Mais peut-être est-ce le lien étroit entre l’engagement bénévole et l’âge qui nous incite à penser que la volonté de participer à des activités bénévoles ponctuelles est différente d’une génération à l’autre.

18En 2012 et 2004, en moyenne, les personnes interrogées ont déclaré avoir effectué respectivement 16 et 17 heures de bénévolat au cours du dernier mois écoulé. Ces chiffres masquent toutefois de fortes disparités. Une tendance nette se dégage : le temps moyen consacré au bénévolat est d’autant moins important que l’on s’y consacre souvent. La fréquence du bénévolat est la plus élevée parmi les travailleurs à temps plein qui ont des enfants sous leur toit (voir tableau 4). En moyenne, les bénévoles âgés de 30 à 49 ans ont effectué 12 heures de bénévolat en 2012, contre 22 heures pour les bénévoles âgés de 66 ans et plus. Les bénévoles ayant des enfants de moins de 18 ans vivant sous leur toit ont en moyenne donné 11 heures de leur temps, contre 19 heures pour les bénévoles n’ayant pas d’enfants mineurs à charge. Les actifs travaillant plus de 40 heures par semaine ont effectué 11 heures de bénévolat en moyenne, contre 22 heures pour les bénévoles qui ne travaillent pas.

19Globalement, il ressort de ces enquêtes que la population est tout à fait disposée à effectuer un travail bénévole lorsqu’elle en perçoit l’utilité. 21 % des personnes interrogées ont précisé qu’elles n’étaient pas bénévoles à la date du sondage, mais qu’elles l’avaient été par le passé. Ainsi, on estime que les deux tiers de la population étaient bénévoles au moment de l’enquête ou l’avaient été auparavant et que la part de la population n’ayant jamais exercé d’activité bénévole s’élève à 33 %. Cette proportion, qui s’élevait à 34 % en 2004, reste stable et inclut 13 % de personnes qui affirment être prêtes à s’engager si on les y invite. En fin de compte, la part de la population qui n’a jamais participé à un travail bénévole et qui n’en a pas l’intention est de 20 % environ.

20Parmi les personnes non bénévoles au moment de l’enquête, 45 % affirment qu’elles seraient prêtes à se consacrer à une tâche bénévole si on le leur demandait. En 2004, cette proportion était exactement la même. Les plus motivés sont les groupes d’âge les plus jeunes. Parmi les 16-25 ans non bénévoles, près de 60 % indiquent qu’ils accepteraient d’effectuer du bénévolat si on le leur demandait.

21Lorsqu’on demande aux bénévoles à quelle occasion ils ont accepté de donner de leur temps, on s’aperçoit que le recrutement est étroitement lié aux réseaux sociaux. La plupart du temps, les personnes qui se lancent dans le bénévolat disent l’avoir fait en réponse à une sollicitation d’une organisation bénévole ou autre (52 % des bénévoles) ou par choix personnel. Ainsi, 46 % des bénévoles affirment s’être lancés dans le bénévolat en raison de l’intérêt personnel qu’ils trouvaient à ce type d’activité, un critère qui a donc également son importance. Pour 20 % des sondés, leur engagement était lié aux activités de leurs enfants. Par ailleurs, 14 % ont précisé être membres d’une organisation bénévole et 13 % ont indiqué qu’ils effectuaient un travail bénévole parce qu’il fallait bien que quelqu’un s’en charge. Seules quelques personnes ont dit avoir réagi à une annonce publicitaire.

22La motivation la plus souvent citée par les bénévoles est la capacité à contribuer à une cause importante à leurs yeux. La deuxième motivation la plus fréquente est le fait de participer, en tant que bénévole, à un groupe soudé et apprécié. Enfin, le bénévolat permet de contribuer à une action de grande importance pour la vie locale.

23Les personnes non bénévoles ont invoqué à 64 % le manque de temps comme raison principale à leur absence d’engagement. Parmi elles, 12 % ont précisé n’avoir jamais été sollicitées.

24En ce qui concerne l’organisation du travail bénévole, l’étude révèle que le modèle classique du bénévolat exercé par les membres d’une association est peut-être en train d’évoluer. Ce modèle, qui s’appliquait à 79 % des bénévoles en 2004, ne concerne plus que 70 % de ces derniers en 2012. Il semble que le bénévolat soit désormais moins lié à l’appartenance à une association et davantage en lien avec les activités exercées pour son intérêt personnel ou les activités des enfants. Cela dit, cette évolution est modeste et la plus grande part du travail bénévole est encore largement effectuée par des adhérents à une organisation.

25Le sondage a également montré que 21 % des personnes immigrées originaires de pays non occidentaux étaient bénévoles. Ce chiffre est à mettre en regard avec la proportion de bénévoles dans l’ensemble de la population, de 35 %. Néanmoins, les bénévoles présentent les mêmes caractéristiques dans le groupe des immigrés que dans la population globale. Ainsi, les immigrés ayant suivi des études supérieures ont davantage tendance à s’engager que ceux qui n’ont pas fait d’études, et ceux qui ont un travail ont davantage tendance à s’engager que ceux qui n’en ont pas. En revanche, la proportion de bénévoles dans les tranches d’âge les plus jeunes est aussi importante que parmi les jeunes en formation.

Perspectives pour le secteur du bénévolat

26À première vue, la stabilité globale observée dans le secteur du bénévolat est surprenante, compte tenu de l’intérêt grandissant que ce secteur suscite depuis plusieurs décennies. De surcroît, la période 2004-2012 a été marquée par une grave crise financière, qui s’est fait durement ressentir sur le marché du travail. Nombreux sont ceux qui ont dû changer d’emploi. Au Danemark, une réforme structurelle d’envergure est venue s’ajouter à ces différents facteurs. Presque toutes les communes ont dû fusionner pour constituer des collectivités locales plus grandes, ce qui n’a pas été sans conséquence dans les relations qui existaient de longue date entre les associations et les communes. Paradoxalement, cette stabilité d’ensemble du secteur bénévole s’explique peut-être par la formidable dynamique à l’œuvre au sein de la population au service du bénévolat.

27En règle générale, les bénévoles sont recrutés parce que leur situation ou le contexte leur a offert l’occasion de s’engager ou fait qu’ils ont été sollicités. Ainsi, la plupart des bénévoles participent à une action par le biais des associations ou des organisations dont ils sont membres ou avec lesquelles ils sont en contact en raison de leur statut social, d’une étape de leur vie ou de leurs centres d’intérêt. Cela vaut pour les associations de bénévoles comme pour les institutions du secteur public telles que les crèches, les jardins d’enfants et les écoles. Mais tant que les bénévoles se recruteront principalement dans les associations, il est probable que la stabilité globale du secteur perdure.

28Les résultats de l’enquête effectuée suggèrent que les efforts politiques et administratifs visant à augmenter le nombre des bénévoles pourraient sous-estimer l’importance du contexte organisationnel qui détermine le recrutement. Les individus ne décident pas de s’engager en l’absence totale de structure.

29Au lieu de lancer des campagnes générales de mobilisation, il serait plus judicieux de s’intéresser aux conditions dans lesquelles les associations exercent leurs activités, recrutent de nouveaux bénévoles et parviennent à garder ceux qui participent déjà à leurs actions.

Auteur

Torben Fridberg est chercheur à l’Institut danois de recherche sociale depuis 1976. Il a tout récemment assumé le rôle de vice-responsable de l’étude PIAAC pour le Danemark (évaluation internationale des compétences des adultes réalisée dans 24 pays de l’OCDE entre 2012 et 2014). Torben Fridberg a organisé, coordonné et mis en œuvre un nombre important de projets nationaux et transnationaux de recherche et d’analyse comparative de données issues d’études et de registres d’études depuis 1989-1991 . En 1998-1999, il utilise les données de l’Eurobaromètre de 1984, 1992, 1993 et 1996 pour analyser « l’opinion publique sur la question du chômage au sein de différents régimes sociaux européens » dans le cadre du projet EPUSE (Employment Precarity, Unemployment and Social Exclusion) relevant du 4e programme-cadre européen. En 2002-2003, puis en 2008 Torben Fridberg est membre d’une équipe chargée de l’exploitation de l’enquête EVS sur les valeurs européennes. Il est également coordinateur du volet recherche du projet international Johns Hopkins consacré au secteur associatif danois. Il a réalisé en 2012 une étude sur le volontariat au Danemark. Torben Fridberg travaille actuellement, sur un projet visant l’exploitation des données et analyses relatives au volontariat dans les pays nordiques recueillies et conduites dans le cadre de l’étude PIAAC. Parmi ses publications les plus récentes figure Volunteers in the Danish Home Guard 2011 (SFI – Centre national danois de recherche sociale, Copenhague, 2013).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable