Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, la Belgique et l’organisation économique de l’Europe, 1918-1935

 | 
Éric Bussière

Deuxième partie. Cristallisation des ambitions et ruptures : 1923-1924

Introduction

Texte intégral

1Les années 1923 et 1924 constituent une rupture importante dans l’histoire des relations économiques internationales de l’entre-deux-guerres. D’un côté elles constituent l’ultime tentative, peut-être la plus radicale, de mise en œuvre du programme de guerre économique et de remodelage des équilibres en Europe imaginés durant le conflit. De l’autre, avec la conférence de Londres, elles marquent la victoire des partisans de la paix et d’une certaine ouverture économique. L’échec de cette ultime tentative, lancée par Poincaré, tendrait à démontrer l’impuissance d’un projet politique à transformer de manière viable les données fondamentales et les rapports de force. Cette analyse, globalement juste, doit dans ce contexte précis être nuancée.

2Dans sa dimension franco-belge, l’occupation de la Ruhr fut motivée par une conjonction de facteurs tendant à solidariser fortement les deux partenaires du point de vue économique. Nous avons analysé le poids des impératifs financiers dans la décision qui fut prise. Cette solidarité se poursuit en 1923-1924 et se manifeste de façon éclatante dans la communauté de destin des deux monnaies. L’opération de la Ruhr constitue également l’aboutissement d’un protectionnisme croissant de la part des industriels français et belges, depuis la récession de 1921 et l’accentuation de la dépréciation du mark. De ce point de vue, les industriels belges, plus directement confrontés à la concurrence allemande à l’exportation, en particulier dans la métallurgie, se révèlent plus déterminés encore que leurs collègues français dans la lutte.

3Cette solidarité dans l’action, pour être durable, replaçait au premier plan la question de l’entente économique entre les deux pays. Le contexte politique obligeait à aboutir. La nature de l’alliance économique qui serait conclue, la capacité à s’entendre sur les buts à atteindre sur le terrain constitueraient l’un des critères de réussite de l’aventure lancée en janvier 1923.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable