Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, la Belgique et l’organisation économique de l’Europe, 1918-1935

 | 
Éric Bussière

Première partie. La France, la Belgique et la guerre économique continuée

Chapitre V

Nouvelle convergence d’intérêts : vers l’occupation de la Ruhr

Texte intégral

A. La rivalité commerciale avec l’Allemagne

1Nous avons noté à plusieurs reprises les ouvertures effectuées du côté de l’Allemagne par le gouvernement français, en vue d’un accord économique fondé sur la constitution de cartels industriels, en particulier dans la sidérurgie. Ces projets furent surtout soutenus par Loucheur et Seydoux. Le ministre et le fonctionnaire envisageaient, dès mars-avril 1919, au moment de l’échec de l’entente économique interalliée pour l’après-guerre, une réorientation continentale de la politique française. Une entente franco-allemande serait en effet suffisamment puissante pour équilibrer l’influence économique croissante des puissances anglo-saxonnes et surtout, pour Loucheur, des États-Unis. La place de la Belgique dans cette entente était inscrite dans la géographie et les réalités économiques. Le moyen de l’y introduire pouvait, du point de vue français résulter de deux voies différentes. Ou bien la Belgique concluait avec la France une entente préalable, renforçant le poids de celle-ci dans un dialogue avec l’Allemagne ; ou bien le dialogue franco-allemand imposerait à la Belgique de participer à l’entente, sous peine de voir ses positions radicalement contournées.

  • 1 Trachtenberg, France and European Economic Diplomacy 1916-1923, p. 175.

2Il est certain que les préférences françaises allaient à la première solution. L’échec des négociations de 1919 invitaient pourtant à examiner la seconde. Celle-ci le fut dès l’été 1920 par Seydoux et Cheysson dans le cadre des réflexions qui débouchèrent, en décembre-janvier 1920-1921, sur le plan Seydoux, communiqué à l’Allemagne lors de la conférence de Bruxelles. Le plan était l’esquisse des accords de Wiesbaden ; il consistait à combiner livraisons en nature, participations françaises à l’industrie allemande, accords de cartels franco-allemands, le tout couronné par un accord commercial entre les deux pays1. Les accords Loucheur-Rathenau ne constituent que la reprise de ces mêmes projets. Sur le plan industriel, les livraisons en nature devaient être combinées à des accords de cartel. Cheysson s’en explique devant Delacroix, délégué belge à la Commission des réparations : « M. Cheysson m’a parlé plus longuement d’un projet de cartel métallurgique franco-allemand auquel la Belgique et le Luxembourg voudraient sans doute s’associer. M. Loucheur redoute un échec de son projet pour les réparations en nature si la grande industrie ne collabore pas franchement. Or, sans un gros chiffre annuel de fournitures en nature, l’accord de Londres ne sera pas exécuté. Sans l’appui de l’industrie, le cabinet Rathenau ne pourra pas vivre longtemps… »

  • 2 MAEB. 366/IV, Delacroix ä Theunis, 29-6-1921. Delia Faille ä Jaspar, 27-8-1921.
  • 3 Ibid. Gaiffier ä Jaspar, 18-7-1921. Ibid. 3013-18/IX. Note de Ramaix.

3« D’autre part, l’industrie est menacée d’une crise redoutable, déjà la concurrence des ateliers rivaux français les obligent à soumissionner en dessous du prix de revient. Une entente entre eux ne servirait à rien puisque leurs prix (seraient) supérieurs aux prix allemands. Bref, un cartel est désirable… » Le projet est effectivement mis à exécution puisque le 26 août 1921 Loucheur et de Wendel rencontrent Rathenau à Wiesbaden2. Les accords de cartels devaient être combinés à une entente commerciale. Celle-ci mettrait fin au boycott allemand sur les matières premières et produits finis français. En échange, la France établirait des tarifs spéciaux permettant l’entrée des produits nécessaires à la reconstruction3.

  • 4 MAEF. Europe 1918-1940, B 116. Tél. Jaunez, 19-9-1921. Note pour Peretti, 21-11-1921.
  • 5 Archives GHF-PVCA, 21-12-1921 - 4-1-1922 - 18-10-1922.

4Dans les deux cas, cartels et entente commerciale, l’industrie belge était menacée. D’une part elle perdrait de nombreux débouchés liés à la reconstruction en France. De l’autre, elle devrait s’associer, dans de mauvaises conditions, aux cartels franco-allemands. Le gouvernement belge était pleinement conscient de ce danger. Jaspar ne cacha pas ses appréhensions ; ces accords marquaient un changement profond de la politique économique de la France. « En 1919, M. Loucheur et M. Clémentel ont préconisé ici même des liens économiques étroits entre la France et la Belgique pour faire bloc contre l’Allemagne. Aujourd’hui, on inaugure une tout autre politique ; c’est l’union économique étroite que l’on poursuit – c’est une politique de pénétration réciproque qui vous entraînera très loin… » Toutes les questions se rattachant à des accords économiques (de la Belgique) avec la France allaient nécessairement passer au second plan. Jusqu’au mois de novembre, il fallut rassurer le Gouvernement belge sur les intentions de la politique française. Pourtant, Margerie et le Gouvernement français savaient qu’en cas d’entente franco-allemande, la Belgique devrait suivre4. L’échec des accords de Wiesbaden était patent avant la fin de 1921, la défiance des industriels français n’étant qu’un des éléments d’explication. Malgré diverses tentatives en 1922 beaucoup plus limitées dans leur objet, on peut affirmer que les chances d’un accord bilatéral franco-allemand étaient passées. Les Belges tentèrent, en 1921-1922, de mettre en place, dans un cadre plus restreint, un plan de livraisons en nature, sur le modèle de Wiesbaden. Bien qu’il fut mis a exécution, il rencontra l’hostilité farouche de l’industrie belge, en particulier du Groupement des hauts-fourneaux5. Les divergences d’intérêts entre sidérurgistes français et belges n’empêchaient donc pas une convergence de points de vues dans leurs relations avec l’Allemagne. Celle-ci se manifesta largement à partir de 1921.

  • 6 MAEF. RC 1918-1940, C Belgique 1. Finances à Affaires étrangères, 20-5-1920. Gaiffier à Millerand, (...)

5Si la récession de 1920-1921 est à l’origine du raidissement protectionniste français et des difficultés franco-belges, celles-ci furent en grande partie renforcées du fait de la violente concurrence de l’industrie allemande à l’exportation, profitant de la dépréciation du mark. Du côté français la protection contre les produits allemands fut organisée grâce au double tarif ; ceux-ci se voyaient infliger le tarif général (ou maximum) porté à 300 % du tarif minimum par le décret du 28 mars 1921. Ce régime fut renforcé par le jeu des coefficients de péréquation et, au cours de l’année 1920, par un système de prohibitions et de certificats d’origine destinés à éviter le contournement du tarif général par des pays tiers. Très gênantes pour ces derniers, ces formalités ou interdictions furent levées ou allégées discrètement pour la Belgique malgré les résistances du ministère des Finances ou du Commerce6.

6La Belgique mit beaucoup plus longtemps à se protéger de la sorte. La relative rapidité de sa reconstruction industrielle, la nécessité de certaines importations allemandes et surtout la volonté de rétablir le transit dont bénéficiait l’économie du pays jusqu’en 1914 l’expliquent. L’accentuation de la concurrence allemande se marque dès l’automne 1920 en métallurgie. Elle est liée à la baisse du mark et aux généreux crédits à l’exportation des banques qui y trouvent de larges profits en spéculation sur devises. Elle se développe outre-mer (Argentine), en Europe : Espagne, Danemark, Bulgarie.

  • 7 MAEF. RC 1918-1940 - C Belgique 161. Margerie au ministre, 9-3-1921. Ibid., 95. Rapport de l’attach (...)
  • 8 MAEB. 3013-18/VIII. Note : concurrence des produits allemands dans la verrerie.
  • 9 MAEF. RC 1918-1940 - C Belgique 30. Note du 24-2-1922.
  • 10 Ibid. C Belgique 46, Margerie au ministre, 27-10-1921.
  • 11 M. Suetens. La politique commerciale de la Belgique…, p. 182.
  • 12 MAEF. RC 1918-1940 - C Belgique 46. Note pour M. Brugère, 7-11-1921. ANF 12 - 8883. Rapport Charria (...)
  • 13 Archives CS, PVCA OM, 30-1-1922.
  • 14 ANF 30 - 1512. Commission de révision des coefficients de majoration, avril 1922.
  • 15 MAEF. RC 1918-1940 - C Belgique 29. Entretien de l’attaché commercial et du directeur général des D (...)
  • 16 M. Suetens, La politique…, op. cit., p. 133-134. ANF 12 - 8883. Rapports Charriaut, 20-8-1921 - 20- (...)

7Le marché français fait l’objet d’une violente concurrence entre Belges et Allemands7. Cette concurrence touche également les autres grandes industries d’exportation, particulièrement la verrerie8. Les statistiques commerciales belges révèlent, d’autre part, la concurrence croissante de l’industrie allemande sur le marché belge. En tonnage, l’accroissement des importations en 1921 par rapport à 1920 est de 153 % alors que les exportations n’augmentent que de 57 %. Le phénomène s’accentue au 1er trimestre 1922 et provoque l’inquiétude du gouvernement9. Cette situation provoque un mouvement croissant, au sein du monde industriel, en faveur d’une protection contre l’Allemagne. La Fédération nationale des associations commerciales et industrielles de Belgique demande au ministre Jaspar l’édification d’un double tarif. Un groupement des industriels belges menacés par les pays à change déprécié se constitue à l’automne10. En fait, le double tarif est à l’étude depuis septembre. L’Allemagne se voit infliger le tarif maximum par l’arrêté du 3 novembre 1921, régime étendu à l’ensemble des pays à change déprécié le 8 avril 1922 (en particulier la Tchécoslovaquie)11. Ce rapprochement des régimes douaniers sous la pression des industriels belges est analysé avec faveur par les responsables français. D’un côté il favorise les exportations sur le marché belge, les marchandises allemandes bénéficiant jusqu’au 3 novembre 1921 d’un avantage de prix de 30 à 50 %. Au-delà, il peut être exploité dans le sens d’un accord économique sur des bases proches de celles de 1919. Dès novembre 1921 Seydoux demande à l’ambassade à Bruxelles d’exploiter la situation par la publication d’articles dans la presse belge. L’attaché commercial constate en novembre le désarroi des industriels belges et le renouveau de faveur pour une entente très étroite avec la France12. En janvier 1922, malgré la violence de leur différend, métallurgistes français et belges s’accordent pour refuser l’entrée de l’Allemagne dans la nouvelle IRMA13. Enfin en avril 1922, au sein de la commission de révision des coefficients de majoration des droits de douane, les fonctionnaires plaident en faveur d’une entente d’État à État entre la France et la Belgique contre les produits allemands et pour la modération à l’égard de la Belgique14. De son côté, le gouvernement belge s’oriente vers une lutte en commun contre les produits allemands. Dès janvier 1921, à la conférence de Paris sur les réparations, il joue selon Briand, un rôle prépondérant qui aboutit à la taxation à 12 % des exportations allemandes afin d’éviter l’inondation des marchés français et belges par les produits allemands. En juillet, des contacts officieux de l’attaché commercial de France permettent au directeur général des Douanes belges de suggérer l’entente franco-belge contre les produits allemands comme base de meilleures relations bilatérales15. La parenthèse que peuvent constituer les accords Loucheur-Rathenau une fois dépassée, on peut affirmer que la lutte contre l’industrie allemande constitua la base du rapprochement esquissé à partir du printemps 1922 et de l’accord du 12 mai 1923. Ce rapprochement est également favorisé par l’incertitude sur les objets de la loi du 9 juin 1921 votée par le parlement britannique protégeant les industries clés ou pesant sur les produits provenant de pays à change déprécié. Ici encore, les inquiétudes de la métallurgie et de la verrerie belge favorisent le rapprochement franco-belge16. Avec les contraintes croissantes qui pesèrent sur les finances publiques belges entre 1919 et 1922, la rivalité économique avec l’Allemagne constitue l’un des fondements majeurs de la participation belge aux événements de la Ruhr en 1923.

B. Le rôle de la contrainte financière : de la conférence de Paris a l’occupation de la Ruhr

8La difficile question des réparations domine largement la diplomatie européenne de 1919 à 1922. C’est elle qui détermina l’occupation de la Ruhr en 1923, dénouement provisoire d’un conflit franco-allemand que le traité de Versailles n’avait pas vraiment achevé. Sur le plan diplomatique la position belge est traditionnellement décrite durant cette période comme celle d’un juste milieu entre attitudes anglaise et française. Se limiter à cette analyse, au demeurant exacte, serait pourtant oublier que la question des réparations demeurait avant tout une question financière et que c’est dans ce domaine que la solidarité fondamentale franco-belge doit être analysée. Elle repose sur des contraintes de même nature : inflation de guerre et financement de la reconstruction à maîtriser. Cette solidarité apparaît nettement à l’observation de quelques grands indicateurs financiers : les indices de la circulation fiduciaire évoluent de manière assez proche et l’évolution très voisine du cours des deux devises témoigne d’une quasi-parité de situation en terme de pouvoir d’achat extérieur.

Circulation (indices)

Circulation (indices)

9De même, le coût de la reconstruction a pesé très fortement sur les finances publiques des deux pays. Si l’évolution des dépenses totales est comparable, on constate cependant que l’effort fiscal en Belgique fut plus tardivement réalisé qu’en France – il s’agissait de grever le moins possible les coûts afin de conserver les marchés extérieurs -rendant encore plus ardente la nécessité du paiement des réparations.

Déficit budgétaire

Déficit budgétaire

10Malgré cette similitude de situation la politique menée par la Belgique dès 1919 nous semble largement autonome, fondée sur analyse spécifique de sa situation économique, financière et diplomatique. D’une certaine manière, c’est la non-reconnaissance de cette spécificité par les puissances anglo-saxonnes et en particulier l’Angleterre qui, au cours de l’année 1922, aboutit à créer la solidarité d’intérêts quasi totale avec la France.

  • 17 L. Ranieri, E. Francqui, p. 185.

11L’analyse des impératifs spécifiques à l’économie belge faite par M. Frère au début de 1919 (reconstitution rapide du potentiel industriel et reconquête des marchés extérieurs) trouve son pendant sur le plan financier dans celle d’E. Francqui. Directeur de la Société générale de Belgique et président du Comité national de secours et d’alimentation durant la guerre, il joue le rôle de conseiller financier officieux du gouvernement Delacroix en 1919. Son objectif : assainir le plus vite possible les finances intérieures et extérieures du pays : « Ce qu’il nous faut dare-dare, c’est trois ou quatre milliards qui nous permettront d’attendre cinq ou six mois jusqu’au moment où on nous fournira les dix ou quinze milliards indispensables au paiement de nos dettes à l’étranger et au rétablissement de notre vie économique17 » Certes l’optimisme de ces lignes confine à l’illusion. Pourtant l’assainissement rapide, même s’il ne devait être que partiel, de la situation financière belge resta l’objectif principal des gouvernements jusqu’en 1922.

12Les délégués belges à la conférence de la paix visèrent à atteindre cet objectif. Il pouvait l’être par la satisfaction de trois revendications : l’annulation des dettes de guerre belges ; priorité en matière de réparations sur les premiers versements effectués par l’Allemagne ; remboursement par ce pays, en or ou devises, des marks mis en circulation en Belgique durant le conflit. Le sentiment très rapide d’une concurrence avec les deux principales puissances intéressées, la Grande-Bretagne et la France, fit opter la Belgique, en 1919, pour une stratégie autonome.

  • 18 S. Marks. Innocent abroad, p. 178-201. E. Weill-Raynal, Les réparations allemandes et la France, t. (...)

13Dans le cadre de la conférence de la paix les responsables belges s’appuyèrent surtout sur la délégation américaine, non directement intéressée aux réparations, pour obtenir satisfaction. Leurs principaux défenseurs furent H. Hoover et le colonel House. L’opposition la plus violente aux demandes de la Belgique vint de Llyod George peu soucieux de favoriser un relèvement rapide de l’économie belge. Quant à la France, elle ne soutint la priorité belge qu’après avoir tenté vainement d’imposer à l’Angleterre une priorité en faveur des régions dévastées qui aurait associé son cas à celui de la Belgique. Le texte du traité concernant les réparations belges fut établi définitivement le 3 mai 1919 par une commission d’experts ; il prévoyait le remboursement des dettes de guerre par l’Allemagne et une priorité de 2 500 millions de francs-or à valoir sur les premiers versements allemands en espèces. Quant aux 6 milliards de marks détenus par la Banque nationale, ils restaient à la libre disposition de la Belgique18.

  • 19 S. Marks, op. cit., p. 348. L. Ranieri, op. cit., p. 192-195.

14Le gouvernement Delacroix essaya de régler au plus vite la question qui représentait la seconde source possible d’apport en devises. Les négociations furent engagées dès juillet 1919 et aboutirent à l’accord Erzberger-Francqui du 23 novembre. L’Allemagne rembourserait 5,5 milliards de marks-or sur 20 ans avec un intérêt annuel de 5 %. Ici encore la Belgique avait fait cavalier seul ce que la France lui reprocha. Il semble même, si nous suivons S. Marks, que Francqui ait promis de faire pression sur le gouvernement belge afin d’éviter la liquidation des biens allemands séquestrés, signe qu’un rééquilibrage de la politique économique belge vers l’Allemagne n’était pas à exclure dans son esprit. Pourtant, ici encore les espoirs initiaux furent déçus et l’accord ne fut pas ratifié par le parlement allemand19.

  • 20 L. Ranieri, op. cit., p. 205.

15Le retrait des États-Unis de la scène européenne priva la Belgique d’un appui précieux. Certes elle put y négocier en 1920 et en 1921 deux emprunts de 50 et 30 millions de dollars à des conditions très coûteuses. Mais les tentatives de Wilson en 1921 puis de Hoover en 1922 auprès du Congrès pour faire annuler la dette de guerre belge échouèrent20.

16Entre 1920 et 1922 l’assainissement financier extérieur reste l’objectif prioritaire de la politique belge. Il est d’autant plus affirmé à partir de novembre 1920 quand G. Theunis ancien délégué belge à la Commission des réparations prend le portefeuille des finances puis, en décembre 1921, les fonctions de Premier ministre. Il se conjugue alors avec une sévère reprise en mains des finances publiques en vue de se rapprocher de l’équilibre budgétaire. Deux cadres de négociations dominent durant ces trois années : le cadre interallié pour les réparations qui fonctionne de manière quasi permanente ; le cadre germano-belge pour la question des marks, en fait largement placé sous la dépendance du premier.

  • 21 Papiers Jaspar, 233. Theunis à Jaspar, 15-4-1920 - 9-6-1920. E. Weill-Raynal, op. cit., t. I, p. 58 (...)
  • 22 E. Weill-Raynal, op. cit., t. I, p. 557-562. M. Trachtenberg, France and European Economie Diplomac (...)

17La ligne du gouvernement belge en matière de réparations est définie dès le printemps 1920 : obtenir un pourcentage favorable puis négocier un forfait. Elle est en continuité avec les projets de 1919 et vise à permettre une mobilisation rapide de la créance sur l’Allemagne. Elle est défendue par les ministres belges à San Remo en avril puis par Delacroix dans une note à Millerand en septembre 192021. La politique modérée défendue par ce dernier et inspirée par les hauts fonctionnaires du ministère des Finances fut soutenue par le gouvernement belge ; elle aboutit au projet de Boulogne du 2 juillet 1920 (100 milliards de marks-or en capital à 5 %, 65 milliards à 8 %). À la conférence de Spa les intérêts de la Belgique sont défendus par Millerand qui consent à réduire la part de la France pour obtenir les 8 % belges en échange de la signature définitive de l’accord militaire qui vient d’être négocié22.

  • 23 M. Trachtenberg, France and European…, p. 156-183.
  • 24 MAEB. 3013-18/VII. Gaiffier à Jaspar, 29-1-1921. Weill-Raynal, op. cit., t. I, p. 593-607 et 626-63 (...)

18Pourtant, les difficultés de l’entente interalliée aboutissent dès l’été 1920 à une inflexion des politiques française et belge. Totalement indépendantes l’une de l’autre, elles reposent sur une négociation bilatérale avec l’Allemagne. Les projets français sont les plus vastes. Ils comportent une dimension économique qui dépasse largement la question financière. Les premières approches ont lieu à partir d’août 1920 et sont suivies au Quai d’Orsay par Seydoux. Elles aboutissent à une proposition française, faite par Seydoux, et à la conférence des experts réunie à Bruxelles le 15 décembre 1920 visant à développer les réparations en nature dans le cadre d’une entente économique franco-allemande. Celle-ci est complétée, quelques semaines plus tard par une proposition d’accord provisoire qui permet de tourner les pressions anglaises et belges en vue d’un forfait que le parlement français n’avait pas accepté23. La constitution du cabinet Briand en janvier 1921 correspond initialement à un durcissement de la part de la France. S’il est permis de penser que l’esquisse d’un dialogue économique franco-allemand pouvait légitimement inquiéter les Belges, il apparaît qu’ils ont joué un rôle majeur dans les solutions intervenues à la conférence de Paris en janvier 1921 puis à celles de Londres en avril-mai. D’une part ils s’assuraient, grâce aux versements escomptés, des sommes importantes au titre de leur priorité. De l’autre, ils jouèrent un rôle majeur dans l’instauration d’une taxe de 12 puis de 26 % sur les exportations allemandes dont les motivations étaient largement protectionnistes. Briand et Berthelot purent ainsi se féliciter à juste titre du rôle joué par la Belgique durant ces quelques mois24.

  • 25 E. Weill-Raynal, op. cit., t. II, p. 52-53. MAEB. 366/IV, Delacroix à Theunis, 7-9-1921.

19La tentative de dialogue bilatéral noué avec l’Allemagne à la fin de 1920 resurgit cependant dès le mois de juin 1921 et débouche en octobre sur les accords Loucheur-Rathenau. Ici encore le risque d’un contournement économique de la Belgique par une entente franco-allemande était présent tandis que la priorité belge dans les paiements en espèces pouvait être remise en cause. On pouvait craindre en effet que, forte d’une entente avec la France pour les paiements en nature, l’Allemagne ne se déclare incapable de faire face aux obligations de l’état des paiements25. Or, la reconstruction matérielle étant quasiment achevée en Belgique à la fin de 1921, la stabilisation des finances extérieures et intérieures était devenue la préoccupation essentielle du gouvernement.

  • 26 MAEB. 366/IV, Bemelmans à Theunis, 15-9-1921. Theunis à Jaspar, 30-9-1921.
  • 27 E. Weill-Raynal, op. cit., t. II, p. 127-128.
  • 28 Ibid., t. II, p. 53.

20Malgré son opposition de fond aux accords de Wiesbaden, le gouvernement belge adopta une attitude modérée, s’abritant derrière l’Angleterre pour en atténuer les conséquences fâcheuses26. Il obtint sur le plan des réparations en nature une limitation des livraisons à la France surtout pour l’année 1922. En particulier, sur le plan charbonnier, il obtint des garanties sur les quantités et qualités de charbons (en particulier de fines à coke) à livrer par l’Allemagne en échange de son renoncement au droit d’exporter27. Sur le plan financier surtout, la Belgique accorda son appui à l’Angleterre en vue d’obtenir la ratification de l’accord du 13 août 1921 fixant les modalités de la répartition du premier milliard de marks et versé par l’Allemagne en vertu de l’état des paiements28.

  • 29 S. Marks, Innocent abroad, p. 348. MAEB. 366/IV. Delacroix à Theunis, 7-9-1921.

21Si la mise en œuvre d’un dialogue franco-allemand représentait une menace pour la Belgique, elle lui offrit pourtant, au même moment, l’occasion d’essayer de régler la question des marks. À la suite de l’échec de février 1920, de nouvelles ouvertures eurent lieu à Spa en juillet puis durant l’automne ; elles débouchèrent sur une négociation qui échoua en janvier 1921. Les négociations franco-allemandes de l’été 1921 eurent également leur parallèle franco-belge : on se mit d’accord sur un paiement de 4 milliards de marks le 1er septembre, approuvé par le gouvernement allemand le 22 septembre. L’une des raisons de la prudence conseillée par Delacroix à propos des accords de Wiesbaden résidait dans une éventuelle approbation par la commission des Réparations de la convention des marks signée avec l’Allemagne29.

  • 30 S. Marks, op. cit., p. 318. E. Weill-Raynal, op. cit., t. II, p. 105.

22Dans l’un comme dans l’autre cas, la déception allemande dans la question de la Silésie remit en question le rapprochement économique avec la France comme l’accord sur les marks signé avec la Belgique30.

  • 31 Papiers Jaspar, 208. Jaspar à Theunis, 26-12-1921. E. Weill-Raynal, op. cit., t. II, p. 130.

23L’échec du rapprochement économique franco-allemand et l’impossibilité de parvenir, sur une vaste échelle, à une organisation des réparations en nature satisfaisante replacèrent au premier plan la question financière. Du point de vue belge il s’agit dans un premier temps d’obtenir le maintien de la priorité sur les versements en espèces. Après l’alerte liée au plan de Chequers (décembre 1921) où Anglais et Français s’entendirent sur la remise en cause partielle de la priorité belge, la conférence de Cannes puis l’accord financier du 31 mars 1922 donnèrent satisfaction à la Belgique qui devait recevoir 360 millions de marks-or sur les paiements effectués en 1921 et la totalité de ceux de 1922 soit 720 millions31. Pourtant ce mode de répartition présentait l’inconvénient de laisser la Belgique isolée face à l’Allemagne ; elle pouvait donc une nouvelle fois être tentée par une négociation bilatérale.

  • 32 Papiers Jaspar, 208. Jaspar à Theunis, 16-12-1921. E. Weill-Raynal, op. cit., t. II, p. 172-175. MA (...)
  • 33 MAEB. 10466/1. Gaiffier à Jaspar, 6-1-1923.

24Durant l’année 1922 le gouvernement belge apporte son appui à toute solution permettant la mobilisation de la dette allemande sous la forme d’un emprunt. Elle est marquée par le soutien au plan Loucheur en décembre 1921 puis, en 1922, à l’action du comité de l’emprunt où le représentant français, C. Sergent, se trouve isolé. En fait le gouvernement belge est prêt à une large réduction de l’état des paiements de 1921 afin d’obtenir du cash. En cela, Theunis est soutenu depuis juillet 1922 par les représentants de la finance belge qui lui conseillent une « liquidation » au mieux de la créance sur l’Allemagne. L’ambassadeur Margerie déplore cet état de fait qui consiste à introduire l’« esprit des affaires » en politique. En réalité les banquiers belges sont prêts à suivre les suggestions de leur collègue américain Morgan que Poincaré se refuse à recevoir tant il trouve ses propositions « ridicules »32. Le gouvernement Theunis se raccrocha à l’idée d’un emprunt jusqu’à la dernière limite puisque le 5 janvier 1923, alors que l’occupation de la Ruhr était virtuellement engagée, Theunis proposa à Poincaré un partage favorable à la France en cas d’émission d’un petit emprunt allemand33.

  • 34 S. Marks, Innocent abroad, p. 348-360. L. Ranieri, E. Francqui, p. 195.

25Les difficultés d’entente avec la France sur un programme financier commun furent responsables, en 1922, des tentatives ultimes de négodations bilatérales avec l’Allemagne. Elles s’ouvrirent le 12 juin 1922 sur la question des marks mais échouèrent à nouveau. En revanche, à l’issue de l’échec de la conférence financière de Londres (7-14 août 1922), la Belgique signa avec l’Allemagne le compromis du 2 septembre 1922 qui lui permit d’obtenir des bons du Trésor allemands à 6 mois garantis par l’encaisse de la Reichsbank en paiement des dernières échéances de 1922, au grand mécontentement de Poincaré34.

26Enfin, malgré les difficultés d’une entente avec la France, l’attitude anglaise au cours de l’année 1922 contribua à éloigner d’elle la Belgique.

  • 35 C. Fink, The Genova Conference, p. 123, 190, 222 et 229.
  • 36 S. Marks, op. cit., p. 360.

27La conférence de Gênes marqua nettement la différence des approches sur la question financière entre Londres et Bruxelles. Ici les intérêts français et belges se trouvèrent presque identiques. Les deux pays, fortement engagés dans la Russie des tsars (Belgique 3,5 milliards de F-or), disposaient de peu de moyens pour participer au consortium imaginé par l’Angleterre et destiné à la reconstruction du pays. Ils privilégiaient donc la restitution des biens indûment expropriés ou de larges indemnisations sur les nouveaux investissements sous forme de concessions défendus par l’Angleterre. La préparation de la conférence du côté français et belge s’était effectuée en étroite collaboration. Pourtant, les représentants de la Belgique se trouvèrent en pointe par rapport aux Français dans leur défense du droit des anciens propriétaires et refusèrent de signer le mémorandum sur les dettes et les biens privés qui devait être adressé à la Russie soviétique. Les violents reproches des représentants belges et l’annonce du « contrat Boyle » qui était censé accorder à la Royal Dutch le monopole de l’exportation du pétrole russe entraînèrent le refus de Poincaré de le signer35. De même que l’attitude britannique à Gênes, les dernières propositions du gouvernement Bonar Law, à la conférence de Paris en janvier 1923 qui prévoyaient la fin de la priorité belge, des remboursements en espèces sur le trop-perçu, l’annulation d’une partie des bons du Trésor reçus en septembre 1922 achevèrent de solidariser le gouvernement belge avec la France36.

28Il nous reste à analyser dans quelles conditions le gouvernement belge fut conduit à accompagner la France dans la Ruhr. Deux axes de réponse nous semblent se détacher : des raisons financières et des raisons économiques. Les préoccupations financières dominèrent la politique belge des réparations depuis 1919. Le choix, maintes fois affirmé, pour une solution rapide et globale devint de moins en moins possible à réaliser au point de perdre son intérêt à la fin de 1922. Sur le plan économique, les choix belges furent déterminés par la politique française. Les industriels belges n’étaient pas favorables à une entente économique avec l’Allemagne, entre 1919 et 1922. À partir de janvier 1921, ils le manifestèrent par leur mouvement en faveur d’une protection douanière. Pourtant, en cas d’entente franco-allemande, ils n’auraient pas pu s’y dérober sous peine d’être contournés et encerclés économiquement.

29La conférence de Gênes marque l’orientation décisive de la politique belge vers la France. Par sa politique, l’Angleterre conteste résolument les droits acquis en Russie, dans la question des réparations. Elle ôte ainsi à la Belgique comme à la France leurs dernières chances en vue d’un redressement financier autonome dans le cadre de l’orthodoxie financière défendue par Poincaré comme par Theunis. Dès lors, la solidarité de situation, marquée par l’évolution parallèle des deux devises, pousse la Belgique « dans les bras » de la France.

  • 37 Papiers Jaspar, 210. Tél. Theunis, 4-5-1922.

30Depuis mai 1922, il nous semble que l’opinion de Theunis37 était faite et qu’il était prêt à suivre Poincaré dans sa politique de force. Le 4 mai 1922 il expose à l’ambassadeur Margerie qu’il a besoin, dans la question des réparations, d’un « dossier » pour son opinion publique et le Parlement. Le 23 novembre 1922, Theunis et son ministre des Affaires étrangères Jaspar sont à Paris. Il s’agissait pour les Belges de connaître l’attitude de Poincaré lors de la prochaine conférence de Bruxelles où les Alliés devaient statuer sur les moratoires allemands demandés depuis le 12 juillet et renouvelés le 14 novembre. Poincaré voulait un dénouement rapide : la conférence devrait avoir lieu avant le 15 décembre afin d’aboutir à une solution pour le 31. Le président du Conseil réitérait ses positions antérieures : pas de moratoire sans gage productif, c’est-à-dire territorial. Il hésitait encore entre une option réduite – Essen – suggérée par Foch et une option large – toute la Ruhr – suggérée par Dégoutte, mais était prêt à agir seul. En fait la décision d’occupation de la Ruhr était prise : on savait que l’Angleterre refuserait les dernières propositions de la France, fondées sur un sacrifice sur les dettes de guerre. La conférence de Bruxelles devait revêtir un caractère strictement politique : Poincaré souhaitait y inviter la Pologne et la petite entente : l’Angleterre n’en serait que mieux isolée.

  • 38 MAEB. 10466/1. PV du 23-11-1922. W. A. Mc Dougall, dans France’s Rhineland Diplomacy, p. 237-238, f (...)

31Theunis accepta ce programme – il ferait tout son possible pour que la conférence de Bruxelles prouve à l’opinion publique belge que l’emploi de la force était la dernière solution – sur le plan politique. Il obtenait des assurances : la France ne resterait pas dans la Ruhr et ne chercherait pas l’annexion de la rive gauche du Rhin38. La continuité depuis mai 1922 est flagrante dans la pensée du Premier ministre belge.

  • 39 F. Van Langenhove, L’élaboration de la politique étrangère de la Belgique, p. 26.
  • 40 MAEB, 10466/1. Gaiffier à Jaspar, 27-11-1922 - 28-11-1922.
  • 41 Ibid., 28-11-1922.
  • 42 Ibid., 12-12-1922 - 14-12-1922.
  • 43 Ibid., 12-12-1922.

32Pourtant, comme le confirment les souvenirs de Van Langenhove, Theunis se trouvait en pointe par rapport à l’attitude de son ministre des Affaires étrangères39. Avec l’ambassadeur Gaiffier ils ne considèrent pas la décision comme irrémédiable : Poincaré était prisonnier de ses déclarations politiques et de son opinion publique, le véritable instigateur de l’opération de la Ruhr était Millerand40. En outre, les risques financiers encourus étaient très grands, les milieux économiques français inquiets41. Gaiffier manœuvre alors pour freiner le mouvement : contacts avec Loucheur et Tardieu qui envisagent d’attaquer le président du Conseil à la Chambre, entretien avec Millerand le 14 décembre afin de lui présenter les risques politiques et sociaux de l’opération42. De même, on pense que des satisfactions financières, un emprunt même limité de l’Allemagne sur le marché international au profit des Alliés, suffirait à empêcher l’opération43. Pourtant, le 5 janvier 1923, la participation belge à l’opération est confirmée par Theunis et les troupes belges entreront dans la Ruhr avec les Français quelques jours plus tard.

33Les choix économiques et financiers qui présidèrent à l’entrée des Belges avec les Français dans la Ruhr ne sont certainement pas les seuls. Les impératifs politiques (crainte de l’encerclement, politique de présence) ne sont probablement pas négligeables dans cette décision. Les deux domaines sont cependant, selon nous, largement autonomes. Pourtant, une fois l’opération lancée, ils eurent tendance à s’interpénétrer, malgré tous les efforts belges pour l’éviter, tant la dynamique propre au processus et les conséquences économiques et financières des éventuelles modifications de frontières en jeu étaient importantes.

Notes

1 Trachtenberg, France and European Economic Diplomacy 1916-1923, p. 175.

2 MAEB. 366/IV, Delacroix ä Theunis, 29-6-1921. Delia Faille ä Jaspar, 27-8-1921.

3 Ibid. Gaiffier ä Jaspar, 18-7-1921. Ibid. 3013-18/IX. Note de Ramaix.

4 MAEF. Europe 1918-1940, B 116. Tél. Jaunez, 19-9-1921. Note pour Peretti, 21-11-1921.

5 Archives GHF-PVCA, 21-12-1921 - 4-1-1922 - 18-10-1922.

6 MAEF. RC 1918-1940, C Belgique 1. Finances à Affaires étrangères, 20-5-1920. Gaiffier à Millerand, 21-5-1920. Affaires étrangères à Finances, 3-6-1920.

7 MAEF. RC 1918-1940 - C Belgique 161. Margerie au ministre, 9-3-1921. Ibid., 95. Rapport de l’attaché commercial, 20-10-1921. Archives CS, PVCA OM : 27-11-1920 - 30-1-1922.

8 MAEB. 3013-18/VIII. Note : concurrence des produits allemands dans la verrerie.

9 MAEF. RC 1918-1940 - C Belgique 30. Note du 24-2-1922.

10 Ibid. C Belgique 46, Margerie au ministre, 27-10-1921.

11 M. Suetens. La politique commerciale de la Belgique…, p. 182.

12 MAEF. RC 1918-1940 - C Belgique 46. Note pour M. Brugère, 7-11-1921. ANF 12 - 8883. Rapport Charriaut, 24-11-1921.

13 Archives CS, PVCA OM, 30-1-1922.

14 ANF 30 - 1512. Commission de révision des coefficients de majoration, avril 1922.

15 MAEF. RC 1918-1940 - C Belgique 29. Entretien de l’attaché commercial et du directeur général des Douanes, 2-7-1921.

16 M. Suetens, La politique…, op. cit., p. 133-134. ANF 12 - 8883. Rapports Charriaut, 20-8-1921 - 20-9-1921.

17 L. Ranieri, E. Francqui, p. 185.

18 S. Marks. Innocent abroad, p. 178-201. E. Weill-Raynal, Les réparations allemandes et la France, t. I, p. 105.

19 S. Marks, op. cit., p. 348. L. Ranieri, op. cit., p. 192-195.

20 L. Ranieri, op. cit., p. 205.

21 Papiers Jaspar, 233. Theunis à Jaspar, 15-4-1920 - 9-6-1920. E. Weill-Raynal, op. cit., t. I, p. 581-545.

22 E. Weill-Raynal, op. cit., t. I, p. 557-562. M. Trachtenberg, France and European Economie Diplomacy, p. 141-143. Papiers Jaspar, 155. Jaspar à Delacroix, 8-5-1920. MAEF. 1918-1940. C Belgique 7. Millerand à Margerie, 17-7-1920.

23 M. Trachtenberg, France and European…, p. 156-183.

24 MAEB. 3013-18/VII. Gaiffier à Jaspar, 29-1-1921. Weill-Raynal, op. cit., t. I, p. 593-607 et 626-639. Papiers Jaspar, 8, Gaiffier à Jaspar, 11-5-1921.

25 E. Weill-Raynal, op. cit., t. II, p. 52-53. MAEB. 366/IV, Delacroix à Theunis, 7-9-1921.

26 MAEB. 366/IV, Bemelmans à Theunis, 15-9-1921. Theunis à Jaspar, 30-9-1921.

27 E. Weill-Raynal, op. cit., t. II, p. 127-128.

28 Ibid., t. II, p. 53.

29 S. Marks, Innocent abroad, p. 348. MAEB. 366/IV. Delacroix à Theunis, 7-9-1921.

30 S. Marks, op. cit., p. 318. E. Weill-Raynal, op. cit., t. II, p. 105.

31 Papiers Jaspar, 208. Jaspar à Theunis, 26-12-1921. E. Weill-Raynal, op. cit., t. II, p. 130.

32 Papiers Jaspar, 208. Jaspar à Theunis, 16-12-1921. E. Weill-Raynal, op. cit., t. II, p. 172-175. MAEF. RC 1918-1940. C Belgique 111. Margerie à Poincaré, 13-7-1922.

33 MAEB. 10466/1. Gaiffier à Jaspar, 6-1-1923.

34 S. Marks, Innocent abroad, p. 348-360. L. Ranieri, E. Francqui, p. 195.

35 C. Fink, The Genova Conference, p. 123, 190, 222 et 229.

36 S. Marks, op. cit., p. 360.

37 Papiers Jaspar, 210. Tél. Theunis, 4-5-1922.

38 MAEB. 10466/1. PV du 23-11-1922. W. A. Mc Dougall, dans France’s Rhineland Diplomacy, p. 237-238, fait référence à une réunion plus large avec Lasteyrie, Seydoux, Peretti, Barthou. Il est probable qu’une réunion plus intime l’avait précédée. J. Bariéty, op. cit., p. 104-107.

39 F. Van Langenhove, L’élaboration de la politique étrangère de la Belgique, p. 26.

40 MAEB, 10466/1. Gaiffier à Jaspar, 27-11-1922 - 28-11-1922.

41 Ibid., 28-11-1922.

42 Ibid., 12-12-1922 - 14-12-1922.

43 Ibid., 12-12-1922.

Table des illustrations

Titre Circulation (indices)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/481/img-1.png
Fichier image/png, 15k
Titre Déficit budgétaire
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/481/img-2.png
Fichier image/png, 21k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540