Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gouverner le commerce au XVIIIe siècle

 | 
Sébastien Vosgien

Troisième partie. Le « second » XVIIIe siècle : la déconstruction de l’action publique économique au nom du libéralisme

Chapitre VII. Le renouveau des hommes, la désaffection de l’institution

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’existence du Bureau du commerce dans la seconde moitié du xviiie siècle se caractérise par une conjugaison originale. Son déclin quantitatif coïncide avec un volontarisme qualitatif. En d’autres termes, le nombre de dossiers traités diminue, alors que les orientations libérales des décideurs se manifestent avec vigueur.

La nature officielle de l’institution ne change pas réellement. Dans les arrêts du Conseil, par exemple ceux nommant un nouveau commissaire, l’institution est désignée par une longue périphrase : « bureau étably pour l’examen et la discution, tant des affaires concernant le commerce de Terre et de mer au dedans et au dehors du Royaume, les fabriques et les manufactures, que de toutes les propositions et mémoires qui y seroient renvoyés1 ». Cette formulation reprend plutôt fidèlement les termes de l’arrêt fondateur du 29 juin 1700.

Il est certain que le recul de l’esprit de réglementation contribue pour une large part à l’affaiblissement du Conseil de commerce. La réd...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable