Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gouverner le commerce au XVIIIe siècle

 | 
Sébastien Vosgien

Troisième partie. Le « second » XVIIIe siècle : la déconstruction de l’action publique économique au nom du libéralisme

Introduction de la troisième partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

De l’avis général, le milieu du xviiie siècle constitue un tournant1. Le constat du primat de l’intérêt2 dans les comportements humains n’est pas nouveau3, mais il justifiait auparavant des instances capables de le contrôler4. Des hommes comme Gournay5, au contraire, proposent d’utiliser la force de l’intérêt6, en ne contrariant pas sa direction spontanée. Au lieu d’opposer à cette force un mouvement inverse, émis par les institutions, ils souhaitent s’arrimer à elle7. Rien ne sert d’aller à contre-courant des individus et des sociétés. Ces hommes font litière des prétentions à opposer la force publique aux mobiles individuels. Cet argument, qui s’applique en d’autres temps pour justifier un ajustement du droit8, porte la volonté réformiste et célèbre la confiance dans les forces vives de l’économie.

Des hommes d’État tels que Turgot formulent explicitement la supériorité du jeu de l’intérêt particulier :

« Il est clair que l’intérêt des particuliers, dégagé de toute gêne, remplit néc...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540