Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gouverner le commerce au XVIIIe siècle

 | 
Sébastien Vosgien

Deuxième partie. Le « premier » XVIIIe siècle : la poursuite d’une politique économique colbertiste

Chapitre VI. Stratégie par rapport à la rivalité étrangère

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le jus ad bellum, autrement dit le droit permettant le recours à la force entre États, évolue au xviiie siècle. Grotius avait préalablement cherché à circonscrire le recours à la force armée par le souverain, dans le cadre de sa doctrine de bellum justum. Au milieu du xviiie siècle, les cabinets diplomatiques marginalisent cette doctrine au profit des droits fondamentaux de l’État, qui instituent ce dernier comme seul interprète du droit naturel1. Le recours à la force armée se soustrait alors aux conditions restrictives dégagées par Grotius. Parmi ces droits fondamentaux figure le commerce international.

Le bellicisme interétatique trouve d’autres substituts. Certes, le Conseil de commerce coordonne l’action commerciale avec l’action militaire dans les périodes de guerre ouverte et réfléchit ponctuellement sur la définition juridique de la guerre par rapport aux contrats d’assurance maritime. Néanmoins, la plupart du temps, il organise une action commerciale hostile, dans des termes...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable