Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gouverner le commerce au XVIIIe siècle

 | 
Sébastien Vosgien

Deuxième partie. Le « premier » XVIIIe siècle : la poursuite d’une politique économique colbertiste

Chapitre V. La subordination de la concurrence

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La lecture des procès-verbaux du Conseil de commerce, essentiellement dans la première moitié du xviiie siècle, fait ressentir une époque profondément originale dans ses valeurs relatives à la concurrence. La concurrence, loin d’être reine du monde laborieux, se trouve servante au sein de l’oïkos1. Les politiques royales et le Conseil de commerce l’entretiennent dans une condition de domestique, alors qu’elle sera plus tard la « maîtresse du monde2 ». La domestication s’effectue par l’ordonnancement des monopoles, par la subordination à des intérêts supérieurs et par le contrôle des lieux du commerce3.

Même au niveau microéconomique, William M. Reddy par exemple considère que « l’échange purement concurrentiel est une impossibilité sociale4 » à cette époque. Enfin, la fixation des prix par le jeu de l’offre et de la demande répugne par principe, dans certains domaines, à l’administration royale du commerce. En réponse à un mémoire des députés dédié entre autres à la Compagnie de Guin...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable