Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gouverner le commerce au XVIIIe siècle

 | 
Sébastien Vosgien

Deuxième partie. Le « premier » XVIIIe siècle : la poursuite d’une politique économique colbertiste

Introduction de la deuxième partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La force de la convention dans l’action publique économique se présume de l’observation suivante, déjà explicitée : au nom de l’intérêt général, les pratiques économiques se trouvent souvent subordonnées au respect de conventions plus larges, qui vont parfois jusqu’à oblitérer ce que le libéralisme et les concepts d’économie de marché considéreront comme l’intérêt légitimement exclusif de l’opérateur privé de l’économie1.

Cette disqualification de l’intérêt privé possède quelques fondements d’ordre anthropologique. L’économie, aux stades primitifs, est souvent considérée comme dangereuse, car elle fait courir un risque au groupe. Elle suscite une forme d’opprobre car la poursuite de l’intérêt individuel s’apparente à une pratique antisociale2. Selon ces analyses, seul le développement de l’appareil de pacification étatique permet de dépasser cet état initial de suspicion à l’égard des pratiques marchandes. La doctrine contemporaine analyse toujours la concurrence en soi non comme une...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540