Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, la Belgique et l’organisation économique de l’Europe, 1918-1935

 | 
Éric Bussière

Première partie. La France, la Belgique et la guerre économique continuée

Chapitre IV

Rapprochement économique et politiques d’adaptation : les choix des entreprises

Texte intégral

1Nous avons analysé dans les chapitres précédents la nature des projets économiques des États et les tentatives qu’ils ont pu mettre en œuvre, dans le domaine qui est le leur, principalement le domaine douanier, pour les mettre à exécution. Si le but recherché a pu consister, un moment, en une intégration économique par la voie du marché, celle-ci devait avoir pour corollaire une interpénétration des entreprises pouvant déboucher sur une véritable intégration industrielle et financière franco-belge. Au-delà des liens bilatéraux, cette intégration devait étendre ses effets à l’échelon du continent européen, surtout dans les régions où l’affaiblissement passager de l’Allemagne offrait des opportunités de développement. Nous voudrions analyser ici dans quelle mesure la politique des entreprises a pu coïncider avec de tels desseins et tenter de les prendre en charge ainsi que les adaptations rendues nécessaires par l’impossibilité, évidente à l’automne 1919, de réaliser l’accord économique global initialement recherché.

A. Les moyens de l’intégration : marchés des capitaux et institutions financières

1. Marché des capitaux et intégration des entreprises

2L’intégration des entreprises françaises et belges ne pouvait se réaliser sans son intermédiaire indispensable : l’accès au marché des capitaux des entreprises et la possibilité des transferts financiers vers l’étranger. Conduit à donner ou refuser son autorisation pour l’émission sur le marché financier de valeurs étrangères ou pour l’exportation de capitaux dans le cadre du comité constitué en vertu de la loi du 3 avril 1918, le gouvernement français pouvait, en ce qui concerne l’investissement à long terme, influencer de façon significative les relations avec la Belgique. A-t-il réussi à déterminer les principes d’une politique dans ce domaine ?

  • 1 MAEF. Europe 1918-1940 - B 104. Margerie à Pichon, 10-4-1919. Affaires étrangères à Finances, 22-4- (...)

3La question fut posée par P. de Margerie dès avril 1919. Il notait pour les intérêts français l’opportunité de remplacer le capital allemand dans nombre d’entreprises en Belgique, de ne point laisser les Anglais opérer cette substitution et suggérait la création d’un consortium français à cet effet. L’incertitude régnait alors sur l’attitude à adopter : le Quai d’Orsay considérait que les moyens financiers de la France ne lui permettaient pas de suivre Margerie tandis que les Finances préconisaient la tactique du cas par cas afin de saisir, le cas échéant, de bonnes occasions1. Une position officielle fut cependant définie à l’occasion des négociations de l’été 1919 : la France souhaitait la participation française à l’élimination des intérêts allemands en Belgique ; elle considérait, au surplus, la participation d’intérêts français dans l’industrie belge comme susceptible d’atténuer les tendances protectionnistes du parlement. Le gouvernement de Bruxelles refusa tout engagement systématique dans ce domaine, désireux de concilier son souci d’indépendance économique vis-à-vis de la France avec les avantages que cette proposition pouvait, dans certains cas, offrir.

4L’échec des pourparlers de 1919 aboutissant à l’absence de toute ligne directrice, celle-ci fut clairement définie en mai 1920 par Millerand en réponse à une demande du Comité d’exportation des capitaux : il convenait d’examiner avec largeur de vue toutes les demandes d’exportation de capitaux vers la Belgique. « Déjà profondément mêlés avant 1914, les intérêts communs de la France et de la Belgique ont pu manifester pendant la guerre et dans presque tous les domaines une solidarité étroite que nous devons précieusement conserver dans l’avenir. Au moment où se poursuivent, dans cet esprit, les négociations destinées à fixer le régime douanier des deux pays, cette solidarité doit donc apparaître aussi bien sous l’aspect financier.

  • 2 MAEF. Europe 1918-1940 - B 104. Finances à Affaires étrangères, 17-5-1920 et réponse Affaires étran (...)

« Cette attitude nous est commandée d’ailleurs par le développement même de nos échanges. Nos possibilités économiques respectives intensifient déjà un trafic dont l’Allemagne bénéficiait partiellement jadis. Il est normal que nos contacts financiers suivent une marche parallèle. La multiplicité des liens économiques ainsi favorisée doit s’ajouter aux puissantes raisons d’un autre ordre pour accroître la force de notre union politique2. »

  • 3 Ibid. Gaiffier à Millerand, 21-5-1920. AN/F 12 8883. Note Serruys, 17-9-1920.

5La politique d’intégration financière ainsi définie, associée à certaines craintes, exprimées par le gouvernement belge, de voir les investissements des pays à change fort (USA, Angleterre, Pays-Bas) dominer l’économie belge, est soutenue par le ministère du Commerce en septembre 1920. Devant la menace que pourrait représenter l’entrée de capitaux américains dans la sidérurgie belge, il préconise l’intervention éventuelle d’industriels français3. Pourtant, malgré la fermeté des positions définies en 1920, il ne semble pas que l’attitude française ait manifesté une réelle continuité en ce domaine dans les années qui suivirent. Avec la crise de 1921, le contentieux douanier franco-belge, le rétrécissement du marché financier en 1922, la politique de la France devient beaucoup plus restrictive. L’attitude du Quai d’Orsay à l’automne 1922, face à la demande d’admission à la cote officielle de la bourse de Paris de la Compagnie belge pour les industries chimiques est un bon révélateur de cette évolution.

  • 4 MAEF. Europe 1918-1940 - B 121. Margerie à Poincaré, 23-10-1922.
  • 5 MAEF. Europe 1918-1940 - B 105. Note Relations commerciales à Europe, 20-2-1923.

6Cette entreprise comportait toutes les caractéristiques d’une association étroite des intérêts franco-belges et, qui plus est, offrait toutes les garanties politiques qu’il était possible de réunir. Fondée en 1919 à l’instigation du groupe Empain afin de se substituer aux intérêts allemands dans la Société des produits chimiques de Droogenbosch, elle avait depuis, développé ses activités en France en association avec des groupes français (Gillet et fils à Lyon) et pris une participation majeure dans la Compagnie des nitrates. Malgré le soutien de l’ambassadeur Margerie, la présence du Premier ministre Theunis au conseil d’administration avant son entrée au gouvernement, le Quai d’Orsay refusa son accord et préféra transmettre le dossier pour avis au ministère du Commerce4. Cette évolution, qui contraste avec l’attitude de Millerand en 1920, est suivie d’une nouvelle inflexion favorable à la Belgique au début de 1923. Les consignes données par la section des relations commerciales sont en effet de nouveau favorables à ce pays : « Cette mesure interviendrait d’ailleurs utilement au moment où de grands efforts sont faits tant en France qu’en Belgique pour amener une collaboration économique des plus intenses entre ces deux pays5. »

  • 6 Ibid. B 104. Finances à Affaires étrangères, 13-12-1919, 17-2-1920. Affaires étrangères à Finances, (...)
  • 7 Ibid. 108. Finances à Affaires étrangères, 9-12-1919. Note relations commerciales, 20-2-1923.
  • 8 Ibid. 105 Herbette à Poincaré, 20-7-1923.

7Les impulsions données par les autorités françaises à l’exportation de capitaux à long terme vers la Belgique manquent de continuité. Elles suivent assez fidèlement l’évolution des relations politiques ou celle des négociations commerciales entre les deux pays mais n’ont pas pour but de créer les conditions stables au rapprochement des entreprises. Est-il pourtant possible, au-delà des inflexions chronologiques, de déterminer des critères ayant servi de références dans les décisions qui furent prises ? Les archives donnent, de ce point de vue, une impression plus favorable. Ainsi les entreprises belges exerçant une partie notable de leur activité en France furent souvent autorisées à faire appel au marché français : ainsi de Valère-Mabille (mécanique), du Gaz franco-belge (distribution dans le Nord de la France), de l’Asturienne des mines (zinc)6. De même, les investissements français dans des charbonnages belges furent soutenus7. Surtout le développement de succursales d’entreprises françaises en Belgique (alimentation, mécanique, automobile) fut encouragé8. Pourtant, la plupart des décisions prises correspondent, dans leurs justifications, beaucoup moins à la politique d’intégration économique plusieurs fois affirmée qu’au souci, par ailleurs justifié, de l’intérêt économique national.

2. Le rôle des grandes institutions financières : aspects bilatéraux

8Les grandes banques belges, en tête la Société générale de Belgique, fortement engagées dans l’industrie nationale, et les banques d’affaires en France constituaient le principal support en vue d’une intégration industrielle et financière franco-belge. Les liens qui existaient entre elles, leur participation à des affaires communes en France, Belgique ou à l’étranger datent souvent du xixe siècle. Les projets issus de la guerre les ont-ils renforcé de manière significative ?

9Parmi les anciennes liaisons bancaires, signalons pour mémoire les relations qui unissaient encore entre les deux guerres les maisons de haute banque, Rothschild à Paris et Lambert à Bruxelles. Cet axe financier, très actif au milieu du xixe siècle, connaît un déclin progressif jusqu’à la première guerre mondiale. À partir de 1919, on peut affirmer que la surface de la banque Lambert, malgré sa transformation en société anonyme en 1926, ne lui permet plus de jouer de rôle important dans les relations avec la France. Seuls les mouvements de fonds entre la Compagnie française du chemin de fer du Nord et le Nord belge furent l’occasion d’un courant d’affaires de quelque importance entre les deux établissements durant la période qui nous intéresse.

10En fait, les deux axes majeurs de coopération financière entre Bruxelles et Paris étaient constitués par le groupe Banque de l’union parisienne - Société générale de Belgique d’une part, la Banque de Paris et des Pays-Bas et sa succursale de Bruxelles de l’autre.

11La succursale de Bruxelles était apparue en même temps que la constitution de la Banque de Paris et des Pays-Bas en 1872. En fait elle faisait partie des éléments constitutifs de la première grande banque d’affaires française puisqu’elle reprenait les activités à Anvers et surtout Bruxelles de la maison de haute banque Bischoffsheim. Ces origines expliquent probablement la structure originale des organes directeurs de Paribas en Belgique encore au début du siècle. Elle oppose en effet une direction, placée sous la dépendance de la direction générale de Paris à un comité consultatif, sans pouvoir de décision mais chargé de maintenir le contact avec les milieux d’affaires de la place et de suggérer les opportunités. En fait ce rôle fut largement rempli par Raphaël de Bauer qui, lié aux familles de la haute banque, assuma d’une main ferme la direction de la succursale des années 1880 à 1916. Son activité suivit les grands axes du développement économique de la Belgique : chemin de fer, tramways, électricité, affaires coloniales et outre-mer. Globalement il semble que l’on puisse parler d’une relative autonomie de la succursale jusqu’en 1914.

12Comme nous l’avons vu plus haut, le remplacement du chevalier de Bauer fut organisé dès 1916, à Paris. H. Urban, ingénieur, administrateur de la Société générale des chemins de fer économiques, à la création de laquelle Paribas avait participé en 1880, fut désigné pour le remplacer. Les conditions de ce choix, le rôle joué par Urban au sein du comité d’enquête économique belge de Paris puis au sein du comité d’entente franco-belge semblent significatifs d’une volonté de la banque de resserrer les liens avec la succursale et l’économie belge. Le contrôle exercé par le siège sur toutes les affaires importantes à partir de 1919, la participation régulière des directeurs de Bruxelles à la conférence mensuelle des directeurs de succursales, la création en janvier 1923 d’un service des études financières à Bruxelles sur le modèle de celui de Paris semblent aller dans ce sens.

13Le principal axe de coopération franco-belge, par la puissance des intérêts en jeu, nous semble cependant constitué par les liens existant entre la Société générale de Belgique, grande banque « mixte » dominant largement l’économie belge en 1914 et la Banque de l’union parisienne (BUP), seconde banque d’affaires française à la même date.

14Ces liens sont bien antérieurs à la guerre. La Banque de l’union parisienne fut en effet constituée dès janvier 1904 pour reprendre la Banque parisienne dans laquelle la Générale de Belgique avait un intérêt depuis 1890. Elle associait la grande banque belge à six maisons de la haute banque protestante parisienne. Cette création devait permettre à celles-ci de regrouper leurs forces face à la concurrence de la Banque de Paris et des Pays-Bas. Elle assurait à la Société générale l’appui d’une nouvelle et dynamique banque d’affaires sur la place de Paris. Le capital d’origine de 40 millions de F fut réparti par moitié entre la Générale et les six maisons de haute banque. En 1913 il atteignait 80 millions et en faisait la seconde banque d’affaires du pays.

  • 9 Archives SGB-379-1. SGB à BUP, 12-8-1908.
  • 10 Archives SGB-379-1. Barbé à Brabander, 20-9-1906 - 14-9-1906. Archives SGB-379-3. Courcelle à Braba (...)
  • 11 G. Kurgan, Les activités bancaires de la Société générale de Belgique à l’étranger de 1900 à 1935, (...)

15Pourtant, malgré l’importance de la participation de la Société générale (près de 25 000 actions au début de 1919), l’équilibre entre les deux groupes d’actionnaires fit très rapidement de l’Union parisienne un établissement pleinement indépendant. Certes elle fut associée jusqu’à la guerre à de nombreuses affaires de la Générale. En Extrême-Orient dans les Tramways de Shanghaï, en Amérique latine dans divers établissements bancaires compagnies de chemins de fer et surtout dans la Banque italo-belge qui regroupait les intérêts de la Générale dans le sous-continent américain. De même, la BUP fut associée pour un quart à la constitution de la Banque de l’union anversoise avec la Générale et le groupe Bunge. Pourtant l’indépendance des deux établissements aboutissait quelquefois à des politiques contradictoires. Ainsi en Roumanie à propos de la Banque commerciale roumaine constituée en 1906 par la BUP : « La BCR ayant été constituée avec le concours du Crédit général liégeois, établissement concurrent de notre place, il ne nous est pas possible de lui destiner nos affaires avec la Roumanie, comme nous le faisons (...) pour la Banque d’Athènes, maison dans laquelle vous êtes intéressés, seuls, et à laquelle nous confions, exclusivement, toutes nos transactions avec la Grèce9. » Enfin les relations se tendent à plusieurs reprises, en 1906 à propos de la rémunération des avoirs de la Générale domiciliés chez la BUP, en 1912 où, d’un côté, la Générale renonce à faire passer ses ordres en bourse par le canal de la BUP et où celle-ci songe à constituer une filiale à Bruxelles10. Dès avant la guerre, la Générale s’engage en fait dans une nouvelle forme d’expansion à l’étranger. Les difficultés connues dans les relations avec la BUP ont-elles joué un rôle ? En 1913, la Générale regroupe une partie de ses participations bancaires dans la Banque belge pour l’étranger, véritable filiale dont elle a le contrôle absolu. Ce sont les succursales de la BBE - la première à Londres en 1913 - qui deviendront les principaux agents de son expansion11.

16On peut se demander dans ces conditions si l’axe BUP-Société générale pouvait devenir l’un des piliers d’une coopération financière et industrielle étroite entre intérêts belges et français dans la ligne des projets issus de la guerre.

17A la fin de 1918, dans l’euphorie de la victoire et de la reprise des contacts officiels entre Paris et Bruxelles, le discours officiel s’inscrit dans cette perspective :

  • 12 Archives SGB-379-3 : BUP à SGB, 30-11-1918.

« Nous avons été très heureux d’apprendre le rôle important que la Société générale de Belgique a joué pendant la période d’occupation. La dignité de votre attitude vis-à-vis de l’autorité allemande, la confiance que vos compatriotes vous ont témoignée pendant ces jours d’épreuves parent votre établissement d’une gloire nouvelle dont nous sommes fiers.
Nous espérons fermement avec vous que nos deux pays qui ont souffert ensemble vont maintenant travailler en commun à leur relèvement économique. Ainsi que vous le dites, c’est l’œuvre à laquelle nous devons maintenant donner tous nos efforts. Il nous sera bien agréable de collaborer à cette grande œuvre en étroite collaboration avec vous12. »

  • 13 Archives BUP, F 362, n. 6. N. 54 du 8-10-1919.

18Il apparaît que les initiatives des deux établissements durant les six premiers mois de 1919 correspondent assez bien à ces ambitions. Dans la perspective d’un rapprochement économique franco-belge à la faveur de la reconstruction, la région industrielle du Nord de la France devait être la zone privilégiée d’interpénétration des intérêts français et belges. La Société générale de Belgique projette donc, dès le début de 1919, d’y développer son implantation bancaire. Installée depuis 1895 dans la vallée de la Sambre, axe privilégié des implantations industrielles belges en France, grâce à la Banque centrale de Maubeuge, elle songe à étendre ses activités à l’ensemble des départements du Nord et du Pas-de-Calais par la reprise de la banque Verley-Decroix à Lille. La BUP est associée dès février à ce projet qui aboutit à la constitution de la Banque générale du Nord durant l’été 1919. Celle-ci, au capital de 50 millions, associe donc les intérêts économiques du Nord (on note la présence au conseil du président de la Chambre de commerce de Lille, des représentants de l’industrie linière) et des deux grands établissements amis, chacun pour un quart du capital environ13.

  • 14 Archives SGB-379, Le gouverneur de la Société générale au président de la BUP, 27-6-1919. Note sur (...)

19Ce mouvement de rapprochement initial apparaît comme peu durable et remis partiellement en cause dès l’été. La Société générale semble reprendre en France la politique d’implantation à l’étranger définie avant la guerre, par l’intermédiaire de succursales de la Banque belge pour l’étranger, instruments fermement contrôlés et plus à même de mettre en œuvre une politique indépendante. Dans un premier temps, elle décide d’alléger le montant de sa participation dans la BUP : l’augmentation de capital de Paribas annoncée en juin conduit la BUP à envisager une augmentation parallèle pour l’automne 1919 ; la Société générale décide de mobiliser une partie de ses titres : « Nous désirons non seulement nous alléger des titres qui nous restent de la dernière augmentation de capital mais aussi diminuer quelque peu notre participation d’origine qui devient un peu lourde14. »

  • 15 Archives SGB-379. Le gouverneur de la Société générale au président de la BUP, 27-6-1919. Note sur (...)
  • 16 MAEF. Europe 1918-1940 - Belgique 104. Margerie au ministre, 15-12-1919 - 28-7-1920. Affaires étran (...)

20Entre juillet et septembre 1919 la Générale cède donc plus de 6 000 titres pour ramener sa participation à 18 000 actions. Malgré les deux augmentations de capital successives (de 80 à 100 millions puis de 100 à 150 millions en 1920) la participation de la SGB, grâce à de nouvelles cessions, est ramenée progressivement à 15 000 titres, soit 5 % du capital contre plus de 15 % avant la guerre15. Ce désengagement s’accompagne d’une nouvelle implantation sur la place de Paris en 1920. Le projet datait en fait de l’automne de l’année précédente. Le traité de paix permettant la liquidation des participations allemandes dans les affaires françaises, la Générale passe un accord avec les actionnaires belges de la Banque Josse-Allard et Cie en vue de se substituer à la Dresdner Bank qui y avait acquis une participation un peu avant la guerre. L’affaire se réalisa en 1920 avec l’appui du Quai d’Orsay sur le conseil de l’ambassadeur Margerie et la Banque Josse-Allard fut transformée en succursale parisienne de la Banque belge pour l’étranger16.

  • 17 Archives BUP, Belgique 27, note 27. Archives BUP, Belgique 31, note 6.
  • 18 Archives BUP, Belgique 31, notes 1, 4, 5. Archives BUP, PVCD, 10-4-1919.
  • 19 MAEF. Europe 1918-1940 - Belgique 108. Financière des caoutchoucs à Affaires étrangères, 30-9-1919. (...)

21Le retour à une politique nettement affirmée d’indépendance de la part de la Société générale de Belgique dans le cadre de relations amicales avec la BUP sur le marché français trouve sa correspondance sur le marché belge. L’élimination des intérêts allemands ou germanophiles en Belgique avait pu être présentée en 1919 comme l’occasion de mise en œuvre de politiques financières communes. Le destin des intérêts anversois des deux établissements est significatif du côté en grande partie illusoire de tels projets. Les deux établissements avaient noué en 1909-1910 une communauté d’intérêts avec le groupe Bunge d’Anvers spécialisé depuis le milieu du siècle dans le commerce des denrées coloniales. Les deux pôles de cette association : la Banque de l’union anversoise constituée en 1910 entre Bunge et Cie, la BUP, la Générale et surtout la Société financière des caoutchoucs constituée en 1909 afin de développer la culture de l’hévéa et le commerce du caoutchouc à partir de la Malaisie, de Java et de Sumatra. On assiste très vite à une internationalisation du capital et de l’activité avec l’entrée en 1910 du groupe anglais de l’Eastern International Rubber Trust17. Le développement important des affaires jusqu’en 1917 attire l’intérêt d’un groupe rival, celui de la Banque industrielle de Chine. Celui-ci réussit, par achats discrets en bourse de Paris durant deux ans et demi, à réunir 54 000 actions et à prendre le contrôle de l’affaire à l’occasion de l’assemblée des actionnaires le 11 mars 1919. L’affaire prend très vite une coloration politique ; l’intérêt national et celui des alliés sert de justification au groupe Berthelot-Rivaud : une campagne de presse accuse le groupe Bunge de collusion avec les intérêts allemands, les Belges ne sont pas en cause et seront associés à la gestion de l’affaire. La réaction du groupe BUP-Générale-Bunge est très rapide. Grâce au rachat d’une société existante de moindre importance, il reconstitue une nouvelle affaire : la Société internationale de plantations et de finances (SIPEF) qui réunit l’ancien conseil d’administration et le personnel de direction de la Financière. En même temps, il tente, par rachats en bourse, d’en reprendre le contrôle. La tentative fut un échec et les deux entreprises conservèrent leur indépendance et leurs destins séparés18. Notons que l’intérêt national servit d’argument au groupe Berthelot pour obtenir la cotation en bourse de Paris des 200 000 actions nouvelles de la Financière en 1920. Quant à la BUP, l’agitation autour de l’affaire et les accusations portées contre Bunge la conduisirent à souscrire sans apparaître en nom à la SIPEF19.

22L’élimination des intérêts allemands ou germanophiles n’apparaît donc pas comme l’élément dominant de la politique des groupes financiers même au cours du premier semestre 1919. Tout au plus sert-elle d’alibi ou impose-t-elle certaines précautions aux groupes français. En aucun cas elle ne permet un renforcement de l’influence bancaire française en Belgique. Ici encore les banques évoluent plutôt dans la ligne de communautés d’intérêts antérieures à la guerre.

3. Les grandes institutions financières et l’expansion en Europe centrale et balkanique

  • 20 G. H. Soutou, « L’impérialisme du pauvre ». Relations internationales, n° 7, 1976. P. Mar-guerat, R (...)

23Cette région est la principale zone d’expansion du capitalisme français à partir de 1919. Encouragée par le Gouvernement, elle vise à substituer l’influence économique et politique de la France à celle de l’Allemagne au cœur de l’Europe. Le Gouvernement pousse donc à la prise de positions dominantes dans la finance susceptible d’apporter un véritable contrôle économique et de fournir la base et l’instrument de véritables flux financiers et commerciaux20. Un mouvement parallèle implique le capitalisme belge. La question de la reprise des relations d’affaires avec les pays ennemis fut tranchée dès le mois de juin 1919 :

  • 21 G. Kurgan, Les activités bancaires..., op. cit., p. 62.

« Vous me demandiez de vous fixer des directives quant à la reprise des relations avec les pays ennemis au lendemain de la signature du traité de paix. La question vient de faire l’objet d’un examen attentif de nos dirigeants et de ceux de notre maison mère la Société générale ; elle a été résolue dans un sens affirmatif, c’est-à-dire : quand la conclusion de la paix aura rahiené l’ordre politique normal entre les pays encore aujourd’hui en état de guerre, les banques de notre groupe reprendront avec les territoires de la quadruplice leurs rapports fin de 1914...21 »

  • 22 Archives SGB-216. Wouters (BBE) à Fanta (Banque franco-belge de Bulgarie), 16-6-1920.
  • 23 Archives SGB-216. Wouters (BBE) à Koujoumdjisky, 21-9-1923.

24Pourtant il ne s’agissait pas d’une simple restauration des positions d’avant-guerre. Pour la Belgique comme pour la France, le repli provisoire de l’Allemagne offrait la possibilité d’une vaste expansion commerciale dans ces régions ; comme l’indiquait l’un des directeurs de la BEE à l’un de ses correspondants : « Toutes les affaires de banque que nous faisons ont pour but principal de développer les relations commerciales et industrielles de la Belgique avec l’étranger22. » Seule différence avec la France, les responsables belges restaient fidèles à leur tradition de neutralité politique : « Notre rôle est toujours de faire des affaires et de laisser à de plus grands que nous les manœuvres politiques23. »

  • 24 Archives Paribas-18/61. Dewez à Urban, 3-3-1919. Urban à Finaly, 24-4-1919. Archives BUP-PVCD, 5-6- (...)

25Ce parallélisme conduit légitimement à s’interroger sur la nature des relations que les groupes financiers français et belges ont entretenu dans ce vaste espace économique. La concurrence que pouvaient leur imposer les groupes anglo-saxons, l’ampleur de la tâche à accomplir pouvaient justifier la mise en œuvre d’une alliance. Celle-ci fut en effet envisagée au début de 1919 pour la Pologne. H. Urban, directeur de la succursale de Bruxelles de Paribas, noue très rapidement des contacts avec les milieux économiques polonais. La transformation économique du pays permettrait des implantations industrielles et bancaires belges en association avec le capital polonais susceptibles de développer des relations étroites avec la Belgique. Urban suggère une association entre la Générale de Belgique et Paribas dans le cadre d’un bureau d’étude des affaires polonaises. À cet effet une prise de contact eut lieu avec le gouverneur Jadot. Pourtant, cette tentative d’association échoua et on aboutit à deux implantations bancaires concurrentes en Pologne. D’un côté la Banque franco-polonaise patronnée par Paribas, de l’autre la Société générale de banque en Pologne, patronnée par la SGB24. L’analyse des stratégies de développement menées par les deux établissements amis, SGB et BUP, permettra d’expliquer plus précisément les raisons qui empêchèrent une véritable coalition d’intérêts en Europe centrale.

  • 25 Archives SGB-379-1. Jadot à Villars, 27-6-1919.
  • 26 Archives SGB-276. Wouters à Fanta, 18-6-1920.
  • 27 Archives BUP-Roumanie 523. Boutry à Bavière, 24-11-1921.

26Les politiques menées par les deux banques correspondent à des logiques différentes. La SGB, fortement engagée dans l’industrie nationale belge et en passe de développer cet engagement, conçoit l’expansion bancaire comme le support de celle de son groupe industriel à l’exportation. Les succursales, agences, filiales de la Banque belge pour l’étranger (BBE), l’agent de son expansion dans ces régions, doivent donc être sous son contrôle absolu, ce qui exclut des participations minoritaires : « Pour la Roumanie (...) et les pays qui constituent pour l’industrie et le commerce belges des débouchés importants, nous avons, comme vous le savez, à l’instigation du gouvernement belge et avec le concours de celui-ci, la BBE (...). Le gouvernement belge attache la plus grande importance à ce que la Banque belge, par elle-même ou pour des filiales dans lesquelles elle aurait une influence prépondérante, s’établisse partout dans les pays où les Belges ont des intérêts. » Et la Générale de refuser une participation minoritaire offerte par la BUP dans la réorganisation d’une banque en Roumanie puisqu’il ne s’agirait que de prendre un certain intérêt dans le capital et d’avoir une simple représentation dans le conseil d’administration25. Plus précisément : « Il ne nous intéresse pas de faire une affaire, même si elle était d’un rendement suffisant, dès qu’elle devrait contribuer à l’activité d’autres établissements que le nôtre26. » L’activité de la BUP est quant à elle menée selon deux axes, l’un comme l’autre peu favorables à une unité d’action avec la SGB. Le premier concerne l’Europe centrale et consiste en une alliance étroite avec le groupe Schneider dans le cadre de l’Union européenne industrielle et financière (UEIF). Politique à vocation industrielle elle ne pouvait être que concurrente de celle de la SGB, ce qui eut des conséquences dans le domaine bancaire. Dans les Balkans, la BUP mène une stratégie à vocation bancaire assez différente de celle de la Générale : il s’agit souvent de participations minoritaires, susceptibles d’apporter une influence dans la direction des établissements concernés mais également de maintenir des relations étroites avec les capitalistes locaux et régionaux et de tisser des réseaux de correspondants dans l’ensemble de l’Europe centrale et balkanique. Ainsi de la Banque commerciale roumaine où, en 1921, la BUP n’avait que 15 % du capital, « proportion qui était d’ailleurs dans les grandes lignes de sa politique à l’étranger27 ».

  • 28 Archives SGB-216 : Wouters à Fanta : 20-5-1924. Archives BUP-Roumanie 523. Note 8.

27Les résultats de ces divergences se firent nettement sentir en Europe centrale (Autriche, Hongrie, Tchécoslovaquie) comme dans les Balkans. En Autriche, la SGB noua son alliance majeure avec le Wiener Bankverein. Les accords passés entre les deux établissements aboutirent à la reprise des 17 succursales de cette banque en Bohême par la BBE (avec une participation minoritaire du WBV et de capitaux tchèques) puis, en décembre 1920 d’un plus vaste accord : participation belge au capital du WBV, concentration auprès de cet établissement, à l’exclusion de tout autre, du mouvement de banque en Autriche et dans les états successeurs du groupe de la Générale28.

  • 29 C. Beaud, The interests of the Union Européenne in Central Europe, p. 375-79. E. Bussière, The inte (...)
  • 30 Archives BUP-PVCD, 7-10-1919 - 8-1-1920 - 2-3-1920. ANF 30-627. Lettre de l’attaché commercial à Pr (...)

28L’association BUP-Schneider dans le cadre de l’UEIF avait abouti, en 1919-1920, à la prise de contrôle du groupe Skoda en Tchécoslovaquie/Dans un deuxième temps, Schneider associé à de Wendel était entré en relations avec le gouvernement hongrois à l’occasion d’une inflexion temporaire de la politique française en faveur de la Hongrie. Un vaste projet de réorganisation des chemins de fer, sous la direction du Creusot avait été établi. L’échec de cette tentative politique s’était traduit par l’abandon du projet industriel29. Dans les deux cas, ces opérations à vocation industrielle s’étaient traduites par la création de liens entre la BUP ou l’UEIF et des banques concurrentes du groupe BBE-WBV. En Tchécoslovaquie la BUP avait favorisé l’entente entre la Hospodarska Banka de Prague, banquier de Skoda et un moment candidate au rachat des succursales du WBV, et la Zivnotenska Banka, principale banque tchèque. Des relations amicales entre la « Zivno » et la BUP avaient été nouées. Quant à l’UEIF, elle noua des relations avec la Boden Crédit Anstalt, autre banquier du groupe30. Surtout, en Hongrie, la BUP et l’UEIF avaient acquis 200 000 des 700 000 actions de la principale banque du pays, la Banque générale de crédit hongrois (BGCH), elle-même très liée aux Rothschild de Vienne et à la puissante Crédit Anstalt. Ainsi, en Europe centrale, des politiques à vocation industrielle avaient conduit les deux banques alliées (BUP-SGB) à la construction de réseaux concurrents. En raison de l’influence traditionnelle des établissements autrichiens et hongrois dans les Balkans, ces rivalités eurent également des conséquences pour la BUP et la Générale dans cette région.

  • 31 Archives SGB-379-1. Jadot à Villars, 27-6-1919. Archives BUP-PVCD BUP, 27-6-1919 -1-7-1919.
  • 32 Archives BUP-Roumanie 523. Entretiens avec d’Adler, 24-11-1919 - 31-8-1920. Archives BUP-Autriche 1 (...)
  • 33 H. Bonin, « La BUP en Roumanie », Revue historique, CCLXXILI/2, p. 354.
  • 34 Archives BUP-Roumanie 528. Lettres Boutry, 3-9-1923 - 12-9-1923 - 5-9-1924.

29La BUP y disposait de trois implantations : la Banque d’Athènes, la Banque balkanique à Sofia, la Banque commerciale roumaine. En Roumanie, pays largement agrandi par la paix, la BBE cherchait à s’installer tandis que la BUP se trouvait confrontée à la nécessité de réorganiser et de développer la BCR, établissement jusque-là de second ordre. Trois groupes se partageaient jusqu’alors l’influence au sein de la banque : le groupe autrichien du WBV, la BUP, un groupe de banquiers roumains conduit par Chrissoveloni et surtout Ecónomos qui assurait la direction effective de l’affaire en 1919-1920. La politique de la BUP consistait à développer la BCR sur le plan géographique (installation en Transylvanie), financier (augmentations de capital rendues nécessaires par la dépréciation du leu) tout en cherchant à asseoir plus solidement son influence. En juin-juillet 1919 une première combinaison est élaborée ; la BUP recherche la participation de la SGB pour accroître son influence et lui offre un siège d’administrateur -c’est l’échec : Jadot avait espéré « pouvoir réaliser ce projet en y créant, de commun accord avec la BUP, un nouvel organisme dont le capital aurait été constitué, pour la plus grande partie, par nos deux établissements, ou en prenant une part tout à fait prépondérante dans la BCR transformée, et agrandie31 ». Mais la BUP doit encore composer avec le groupe Ecónomos qui domine la banque : une première augmentation de capital maintient la répartition d’origine entre les trois groupes. Quant à la BBE, elle crée une succursale à Bucarest. Dans un deuxième temps, une nouvelle occasion s’offre de développer un réseau de partenaires cohérent en association avec la SGB ; le WBV recherche un associé roumain pour la reprise en commun de ses succursales transylvaines ; en proposant l’affaire à la BCR il y voit l’occasion d’y conserver son influence. Pour la BUP c’est la possibilité de développer des relations avec cet établissement, sur le point de nouer une communauté d’intérêts avec la SGB. Mais l’association naissante avec la BGCH l’emporte et c’est vers celle-ci que se tourne la BUP pour réaliser la même opération32. L’échec de cette opération la fait opter pour une politique d’indépendance vis-à-vis de toute immixtion étrangère. À l’occasion de la réorganisation de la banque puis d’augmentations de capital en 1924-1925 elle parvient à imposer son autorité absolue sur la BCR33. Des relations amicales peuvent ainsi être nouées avec la succursale roumaine de la BBE, comme prévu en 1919. Bien plus, en 1923, à l’occasion de l’entrée de la BUP dans Pétrofïna, des relations étroites entre la BCR et les filiales roumaines du groupe sont établies34.

  • 35 Archives BUP-PVCD, 2-12-1919.
  • 36 Archives SGB-216. Note du 14-6-1920. Fanta à Wouters, 9-4-1913. Réunion du 1-3-1913.
  • 37 Archives BUP-Bulgarie 135. Notes du 14-6-1920 - 13-10-1921. Réunion du 6-2-1922. Archives BUP-Bulga (...)
  • 38 Archives SGB-216. Koujoumdjisky à Wouters, 20-4-1923 - 25-8-1923. Crédit foncier d’Algérie et Tunis (...)

30En Bulgarie la position relative de la BUP au sein de la Banque balkanique, principale banque du pays, était semblable à celle qu’elle occupait au sein de la BCR. Elle dut en effet composer, en 1919, avec le WBV, son ancien partenaire, et le groupe BGCH-Crédit Anstalt, entrés dans l’affaire en 1917. Le bloc de contrôle - 47 000 actions sur 100 000 - se répartissait entre le WBC (13 000), la BUP (17 000), le groupe BGCH-Anstalt (17 000)35. C’est cette situation qui, comme en Roumanie, conduisit la SGB à opter pour une implantation séparée en 1920 en souscrivant une participation importante dans la société de banque en commandite A. Koujoumdjisky et Cie. Pourtant les choses sont beaucoup plus complexes ici que dans le cas roumain. La Générale était intervenue dans cette commandite à la demande de la BUP afin de détourner Koujoumdjisky d’une alliance avec Paribas qui aurait fait concurrence à la Banque balkanique. Avaient été également entraînés dans l’affaire le WBV à la demande de la SGB et le Crédit foncier d’Algérie et de Tunisie à la demande de la BUP36. Les deux établissements se trouvaient donc dans une situation ambiguë faite de partenariat et de concurrence auprès des mêmes entreprises (culture et exportation de tabac le plus souvent). À la Banque balkanique la BUP s’orienta plutôt vers une association avec le WBV, orienté nettement vers les intérêts belges depuis 1920. Pourtant il fallut en 1920-1921 associer plus étroitement le groupe BGCH-Crédit Anstalt à la direction de l’établissement à cause des relations nouées à la même époque du fait de la politique hongroise de l’UEIF. Si bien qu’en 1922, la BUP rechercha un rééquilibrage par une association avec la Banque d’Outre mer, du groupe de la SGB, qui aurait souscrit à une augmentation de capital. La situation ne fut définitivement clarifiée qu’en juillet 1923 par un renforcement définitif des positions du groupe BUP-WBV37. Quant à la commandite Koujoumdjisky, elle fut transformée à la même époque en une Banque franco-belge de Bulgarie, en fait dominée par la Générale et son associé bulgare. L’effacement du groupe BUP-WBV clarifiait une situation confuse, permettait une expansion plus rapide de l’établissement mais accentua la concurrence entre les deux banques, la BUP réservant ses affaires à la Banque balkanique, la SGB à la Franco-belge de Bulgarie38.

31Les analyses que nous avons pu faire à propos des politiques menées par la BUP et la SGB en Europe centrale et balkanique nous conduisent à nuancer les thèses défendues par P. Marguerat au colloque de Mayence en 1979. Il est certain que l’expansion des groupes français ou franco-belges en Europe balkanique a connu de gros succès et permis de détenir des positions considérables dans ces régions. D’autre part l’exploitation possible des atouts ainsi conquis a été inférieure aux possibilités qu’ils offraient du fait des oppositions violentes entre groupes. De ce point de vue les oppositions entre groupes français (BUP-Paribas) furent bien plus fortes qu’entre groupes français et belges (BUP-SGB) qui ne se départirent pas de leurs relations amicales même en situation de concurrence. Un facteur supplémentaire intervient cependant pour expliquer ces difficultés. La volonté d’indépendance de la SGB dans sa politique d’expansion et les divergences du mode d’expansion choisi avec la BUP n’expliquent pas tout. Une grande part des difficultés provient également du nationalisme exacerbé des groupes financiers d’Europe centrale qui crée, en même temps qu’il offre des opportunités, les multiples contradictions au milieu desquelles se débattent les groupes français et belges. Conscientes de ces difficultés, la BUP et SGB entreprirent, dans la seconde moitié des années vingt, un rapprochement de leurs politiques et une réorganisation de leurs implantations dans ces régions.

B. Les relations industrielles franco-belges : des projets gouvernementaux à la stratégie des firmes

32Si nos analyses précédentes ne nous permettent pas de conclure à un renforcement majeur des liens financiers franco-belges dans les années qui suivirent la signature de l’armistice, ceux-ci n’en demeuraient pas moins suffisamment étroits pour constituer le soutien nécessaire des politiques industrielles communes qui ont pu être envisagées.

33Les deux obstacles majeurs que l’on peut a priori leur opposer sont de deux natures. D’un côté le caractère théorique de ces projets ; issus de milieux gouvernementaux ou administratifs ils peuvent paraître sans véritables liens avec les réalités économiques et reposer plutôt sur des ambitions de nature politique. De l’autre, et cet obstacle s’est effectivement développé au fil des ans, la montée du protectionnisme les rendait de moins en moins viables faute de la constitution d’un véritable marché franco-belge.

34Nous analyserons, au-delà d’une première tentative dans l’industrie électrique, le cas de la sidérurgie auquel nous rattacherons la question luxembourgeoise qui lui est intimement liée. Dans un troisième temps nous consacrerons une étude détaillée à la question pétrolière, domaine où une grande politique franco-belge fut effectivement ébauchée.

1. Une tentative d’inspiration « clémentéliste » dans l’électricité

  • 39 A. Broder, L’industrie électrique française dans le contexte international : 1918-1931, Société d’h (...)
  • 40 R. Kuisel, Ernest Mercier, French technocrat. F. Baudhuin, Histoire économique de la Belgique, p. 5 (...)
  • 41 A. Broder, L’industrie électrique..., op. cit., p. 6.

35Une tentative importante destinée à mettre en œuvre les programmes industriels imaginés durant la guerre fut réalisée dans le domaine de la construction électrique sous l’égide de la Banque de Paris et des Pays-Bas. La banque était intéressée avant la guerre à de nombreuses entreprises de distribution d’électricité en France (Société centrale pour l’industrie électrique, Énergie électrique de la région parisienne, Cie parisienne de distribution d’électricité), de tramways et d’électricité en Belgique (Société générale belge d’entreprises électriques, Intercommunale belge d’électricité, Société des chemins de fer économiques). L’importance et la diversité de ces intérêts ne doivent cependant pas masquer l’état de dépendance de la France comme de la Belgique à l’égard des technologies américaines et surtout allemandes à la veille de la guerre. Comme l’a montré A. Broder, la prise de conscience, comme dans bien d’autres domaines, date de la guerre et le diagnostic du chapitre « Industrie électrique » de l’enquête industrielle de 1917 apparaît comme parfaitement lucide à cet égard39. Les programmes de rationalisation de la distribution d’électricité en France et en Belgique engagés au lendemain de la guerre, avec la participation de Paribas à la création d’Union d’électricité, pouvaient fournir l’occasion d’un élargissement important du marché qui manquait jusqu’alors40. Sur le plan technique, il apparaît que l’on a attendu beaucoup de la saisie des brevets allemands pour gagner l’indépendance technologique nécessaire au développement d’une industrie nationale41. Cette stratégie nous semble avoir été associée à une tentative de coopération interalliée, où trois partenaires, anglais, français et belge, furent engagés à partir de 1918. L’initiateur en fut H. Urban.

  • 42 H. Urban était en outre animé d’une profonde inimitié à l’égard de D. Heineman, principal animateur (...)
  • 43 Archives Paribas - 101/18. Urban à Wibratte, 16-10-1924. Notes des 5 et 15-7-1920. MAEF. Europe 191 (...)
  • 44 A. Broder, L’industrie électrique..., op. cit. p. 11.
  • 45 Archives Paribas - 101/18. CEB à CEF, 25-4-1925. Note du 16-10-1924.

36H. Urban avait été associé avant 1914 au développement des grandes entreprises de distribution d’électricité du groupe Paribas en Belgique. Nous avons vu plus haut son rôle au sein des organismes de réflexion économique institués par le gouvernement belge durant la guerre, puis sa nomination à la tête de la succursale de Bruxelles. La nomination de cet ingénieur de talent correspond probablement à la définition d’une priorité industrielle dans la stratégie de Paribas pour l’après-guerre. Sa première grande initiative, engagée durant le conflit, consista en la constitution d’un vaste groupe international de la construction électrique, capable d’ébranler la domination allemande, symbolisée par le rôle joué en Belgique par la SOFINA depuis la fin du siècle42. Les principaux engagements furent pris dès 1918. En France, ce programme consista en la constitution en novembre 1919 de la Société des constructions électriques du Rhône bientôt transformée en Constructions électriques de France. Celle-ci devait prendre appui sur le groupe britannique de l’English Electric C° dont elle devait exploiter les brevets en France, Belgique, Italie. En Belgique furent constituées les Constructions électriques de Belgique qui prirent la succession d’une entreprise liégeoise, puis des ateliers Van de Kerchove de Gand. La construction d’une nouvelle usine fut aussitôt entreprise à Herstal. Les СЕВ bénéficiaient pour la Belgique, Hollande et dépendances des brevets CEF et EEC et des bureaux techniques de cette société. Une coopération entre les trois entreprises était envisagée sous forme de passation de commandes, de représentation commerciale. Le succès de cette vaste association dépendait de la poursuite de l’entente économique entre les trois puissances concernées. Or, les Constructions électriques de Belgique, engagées dans un vaste programme d’investissements à Herstal, se trouvèrent vite confrontées à des difficultés financières qui nécessitèrent l’aide des banques. De façon plus fondamentale, l’échec des négociations franco-belges de 1919 et le renforcement du protectionnisme à l’occasion de la récession de 1921 expliquent les difficultés des СЕВ. Les commandes venues de France et d’Angleterre furent bien moindres que prévues43. Il faut ajouter à ces causes le retour en force de la concurrence allemande dopée par la dépréciation du mark44. La réorganisation des СЕВ entreprise en 1924 et 1925 mit fin au contrat qui la liait aux CEF45. Cet épisode fut très rapidement dépassé par Paribas qui dut revoir sa stratégie en matière d’électricité en Belgique dans la seconde moitié des années vingt. La tentative de 1918-1919 apparaît, replacée dans le long terme, comme une anomalie, fondée sur un contexte politique peu durable et condamnée par les rapports de force économiques fondamentaux.

2. La sidérurgie : grands projets d’après guerre et politiques d’adaptation des firmes

  • 46 Voir notre article, « La sidérurgie belge durant l’entre-deux-guerres », RBHC, 1984, p. 306-309.

37Au lendemain de la guerre et jusqu’à la constitution des ententes à partir de 1926 l’industrie sidérurgique fut le principal point d’application des idées de guerre ou de coopération économique en Europe. Ici encore de vastes projets furent mis sur pied durant le conflit. Nous avons analysé ce qu’il est advenu des velléités de cartellisation franco-belge sous contrôle étatique inspirées par le gouvernement français en 1919. De même, la réorganisation de la sidérurgie belge fut l’objet d’analyses au sein de la direction de la Générale de Belgique durant toute l’année 1918. À partir de l’idée d’un consortium, établi en vue d’une reconstruction harmonieuse des usines, on en vint assez rapidement à celle d’une fusion de l’ensemble des entreprises qui permettrait une rationalisation industrielle radicale, en spécialisant chaque usine en un seul produit, fabriqué ainsi au moindre coût. Cette constitution d’un vaste trust sous l’égide des banques fut présentée par le gouverneur Jadot à l’ensemble des sidérurgistes le 23 mai 1919. Elle écartait implicitement toute alliance privilégiée avec des groupes alliés et en particulier français et permettrait à la sidérurgie belge d’affronter de manière indépendante une concurrence internationale qui s’annonçait rude. Le projet ne put être mené à bien, en particulier du fait de l’opposition de certaines usines dont l’activité sidérurgique n’était pas la seule activité mais aussi du fait de la position particulière des groupes installés à l’étranger comme la Providence et Ougrée-Mari-haye46. Dans ce cas précis, les structures héritées du passé allaient plutôt dans le sens d’une certaine intégration transnationale et se heurtaient aux constructions théoriques. L’échec des projets de 1918-1919 puis le développement du protectionnisme à partir de 1921 nous conduisent à examiner de plus près le comportement des firmes sidérurgiques. Dans quelle mesure ont-elles, dans leur stratégie, participé aux projets gouvernementaux ? Comment se sont-elles adaptées aux conséquences de la récession de 1921 ?

38Nous analyserons ici les politiques menées par deux groupes aux assises françaises et belges : les Aciéries du Nord et de l’Est et leurs prolongements en Belgique et en Lorraine ; le groupe belge Ougrée-Marihaye et ses filiales françaises et luxembourgeoises.

  • 47 Archives Paribas - dossier 598/23.
  • 48 Recueil financier - 1913. Rapport UMH, année 1909. Archives Paribas - 598/23. Rapports Nord et Est, (...)

39Le groupe Nord et Est s’est constitué à partir de 1881, réunissant peu à peu des installations situées dans la région de Valenciennes et de Nancy. Ses liens avec la Belgique sont antérieurs au conflit mondial. Ils reposent sur une stratégie des approvisionnements fondée sur l’acquisition par le groupe français de mines de charbon en Belgique et de vente de minerai de fer à la sidérurgie belge. Ainsi Nord et Est misent-elles sur le développement des charbonnages de la Campine belge en participant au capital de Beeringen et à celui de Limbourg-Meuse. Elles comptent ainsi s’émanciper progressivement de la tutelle des Charbonnages du Nord - Pas-de-Calais par la fourniture de coke47. L’extension décisive du groupe vers la Belgique a lieu en 1907 par la reprise à bail des usines métallurgiques de Couillet près de Charleroi. Une nouvelle société est constituée à cet effet : les Usines métallurgiques du Hainaut (UMH) ; ses principaux actionnaires : Ed. Goud-chaux, président du Nord et Est, la Société métallurgique de Couillet, Nord et Est, Thy-le-Château et Paribas. Les usines sont progressivement modernisées (les hauts fourneaux) puis rachetées en 1912. Les liens avec Nord et Est sont renforcés dès 1907 par un contrat d’approvisionnement en minerai de fer de Briey fourni par la société française qui complète une des minières des UMH situées au Luxembourg. À la veille de la guerre, on peut parler d’une interpénétration des conseils d’administration des deux sociétés : à Nord et Est la présidence revient à G. Griolet (Paribas) ; on y retrouve les représentants des UMH, des Chemins de fer économiques (affaire à laquelle est intéressée la succursale de Bruxelles de Paribas) ; aux UMH on retrouve Ed. Goudchaux, J. Bernard (Usines métallurgiques de Basse-loire), un représentant de Beeringen48.

  • 49 Nord et Est - Rapport, 19-19-1920. PVCA Paribas, 22-3-1921. Archives Paribas - 585/14. Note du 22-2 (...)

40Au lendemain du conflit, la stratégie de développement externe du groupe s’accentue. Dans le Nord, absorption en 1920 des usines de l’Espérance à Louvroil et de la Société métallurgique de Pont-à-Ven-din. Dans l’Est et en Sarre, constitution avec Basse-Loire des Forges et Aciéries du Nord et Lorraine par l’acquisition d’Uckange et une forte participation à Neunkirchen et Hombourg. Quant à la stratégie des approvisionnements, elle se poursuit par la constitution de la société nouvelle des charbonnages du Levant de Mons qui associe Nord et Est (66, 6 %) avec UMH (21, 6 %) et le groupe Ougrée (11, 6 %) sur la base de recherches entreprises avant la guerre. On aboutit ainsi à la constitution d’un vaste groupe multinational organisé à partir de 4 sites : le Nord, la Belgique, l’Ouest, la Lorraine et la Sarre ; ses sources indépendantes d’approvisionnement en matières premières sont situées en Belgique (Campine, Hainaut) et ses minerais en Lorraine. Pourtant il ne semble pas que l’on puisse parler d’intégration industrielle. Les différentes usines combinent en effet un destin indépendant. Les UMH sont pratiquement intactes en 1919 et connaissent deux années de prospérité alors que Nord et Est est en pleine reconstruction dans le Nord jusqu’en 1923. L’association franco-belge repose donc simplement sur une complémentarité pour les matières premières49.

41La récession de 1921-1922 aboutit en deux ans à la réorganisation de l’ensemble du groupe et à l’affaiblissement des solidarités qui l’animaient.

  • 50 PVCA-Paribas, 19-6-1923 - 8-1-1924 - 18-4-1924. Archives Paribas - 471/2. Note, 19-6-1923. O. Hardy (...)

42La reconstruction des usines de Trith-Saint-Léger, les résultats médiocres de Basse-Loire et le coût des augmentations de capital destinées à Nord et Lorraine accumulent les dettes chez Nord et Est. Ces difficultés aboutissent à une avance de trésorerie de 30 millions par un syndicat dirigé par Paribas en juin 1923 suivi d’une augmentation de capital où la Société des mines de Lens, déjà présente depuis 1920 à l’occasion de l’absorption de l’Espérance, renforce sa participation et obtient la présidence de Nord et Est. Ce dénouement aboutit au recul de l’influence de Paribas et surtout à l’affaiblissement des liens avec la Belgique. Lens obtient en effet la qualité de fournisseur principal en coke de l’entreprise. La stratégie d’approvisionnement à long terme en Belgique semble abandonnée par la liquidation des participations dans Beeringen et Limbourg-Meuse à la fin de 1923 et d’une partie des actions Levant de Mons au début de 192450.

  • 51 Archives Paribas - 104/37. Note du 3-2-1923. Assemblée générale du 17-3-1924. Note juin 1938. Archi (...)

43La situation des UMH se dégrade elle aussi à partir de 1921. Après deux années de profits exceptionnels dus à ce que les UMH étaient la seule usine intacte en Belgique au lendemain du conflit, la situation se détériore en 1921 du fait de la récession et de la concurrence des usines reconstruites sur des bases modernes. Les pertes ont été d’autant plus lourdes et durables du fait de stocks trop importants accumulés jusqu’en 1920 en période de hausse, de déboires dans la mise en valeur du charbonnage de Saint-Ghislain qui dut être abandonné. Enfin, un accident intervenu durant l’été 1922 à l’un des hauts fourneaux aggrava la situation51.

  • 52 Archives Paribas - 104/37. Note du 3-2-1923. Assemblée générale du 17-3-1924. Note juin 1938. Archi (...)

44Dans ces conditions, la gestion industrielle des UMH dut être réorganisée par l’introduction d’un nouveau partenaire industriel : la société des laminoirs de Baume à Haine-Saint-Pierre. Les négociations durent de juin 1923 à février 1924. Elles aboutissent à la réduction du capital, la transformation de la dette obligataire en bons de caisse et une augmentation de capital de 60 millions dans laquelle Paribas intervient pour moitié. Le contrôle financier de l’affaire reste donc à Paribas tandis que la gestion industrielle passe du groupe Goudchaux (lié à Nord et Est depuis sa fondation) au groupe des Laminoirs de Baume52.

45Les années 1919-1920 marquent donc la fin d’une période de croissance externe d’un groupe aux attaches françaises et belges. Fondé sur des solidarités industrielles trop fragiles, il ne semble pas pouvoir tenter une intégration que les échecs des négociations sidérurgiques franco-belges de 1919 et le raidissement protectionniste de 1921 ne permettaient pas. À partir de 1923 on aboutit donc à plusieurs ensembles aux politiques industrielles totalement indépendantes et dont le seul lien, en fait ténu, réside dans la participation commune de Paribas.

  • 53 Recueil financier - 1929. M. Michel, La SA d’Ougrée-Marihaye, mémoire de licence, 1957-1958, p. 139 (...)
  • 54 Archives de l’État, Liège - Fonds Cockerill : dossier 405 - Ougrée à Gorcy, 12-3-1912. Archives CS  (...)

46Le développement du groupe belge Ougrée-Marihaye à partir de 1903-1904 offre l’exemple d’une intégration plus poussée et reposant sur une véritable logique industrielle. Installé près de Liège il constituait déjà, au début du siècle, un ensemble intégré disposant de ses propres approvisionnements en combustible. La mise en œuvre du procédé Thomas qui nécessitait l’acquisition de minerai lorrain et la possibilité de tourner les obstacles tarifaires décidèrent de l’installation en France et dans le Zollverein. Ainsi s’expliquent la prise de contrôle en 1903-1904 de la Société des hauts fourneaux de la Chiers à Longwy et de la Société des Forges de Vireux-Molhain dans les Ardennes. En 1905, Ougrée absorbait la SA des hauts fourneaux de Rodange au Luxembourg - en fait située à quelques kilomètres de Longwy - transformée en division d’Ougrée et alimentée par le charbonnage de Bray, dans le Hainaut. En 1914 Ougrée disposait ainsi de 4 sites industriels majeurs alimentés par ses charbonnages et 2 800 ha de minières lorraines et luxembourgeoises53. C’est cette logique industrielle qui détermine l’association nouée en 1912 avec la Société métallurgique de Gorcy pour la construction par Ougrée d’un haut fourneau. Celui-ci serait alimenté en minerai de Moutiers et livrerait sa fonte à Vireux-Molhain. Il s’agit donc pour Ougrée de compléter les approvisionnements en fonte de son usine de Vireux et, par le biais d’un voting agreement de renforcer son influence au conseil de la Société de Moutiers dont elle était déjà actionnaire. Au lendemain de la guerre Gorcy se porte adjudicataire au nom d’Ougrée des actions Moutiers de la Société de Differdange (placées sous séquestre). En 1922, conclusion logique de l’association, le haut fourneau de Gorcy est racheté par Vireux54.

  • 55 PVCA OM, 28-7-1919 - 29-3-1920 - 28-2-1924 - 24-11-1924. Archives CS. Dossiers Van Hoegaerden. Sain (...)

47Le développement d’Ougrée en France est parachevé entre 1919 et 1921 par la prise de possession progressive des principaux actifs des Hauts Fourneaux de Longwy et de la Sauvage F. de Saintignon et Cie. L’objectif essentiel est de consolider l’approvisionnement d’Ougrée en minerai de fer. En juillet 1919, Saintignon et Cie cédait à Ougrée la moitié de sa part des mines d’Amermont-Donemary (300 000 t minimum par an), la minière de Saulnes (entre Longwy et Villerupt), un haut fourneau et ses installations annexes. Le minerai serait destiné à Ougrée, le haut fourneau compléterait la Chiers. En mars 1920, Ougrée rachète à Saintignon le domaine minier de la Sauvage-Differdange. L’absorption complète des actifs de Saintignon et Cie s’achève au début de 1921. Une partie des actionnaires (P. et A. Amidieu du Clos) fournissent à Ougrée les actions nécessaires à la prise de contrôle de Saintignon et Cie contre un groupe adverse dominé par les aciéries de Longwy et Senelle-Maubeuge. Ougrée obtient ainsi le contrôle d’Amermont qui lui était indispensable. Enfin, le patrimoine minier d’Ougrée est complété en 1924 par l’acquisition de la minière G. Wie-sener qui complète un ensemble déjà important55.

  • 56 Archives de l’État, Liège, Fonds Cockerill. Dossier 405, acte syndical, déc. 1923.

48Ces grandes opérations de l’après-guerre correspondent donc pour Ougrée à l’achèvement d’une stratégie globale des approvisionnements entamée au début du siècle, à l’occasion de l’avènement d’une nouvelle technologie (la fonte Thomas). Elle dépasse cependant cette simple dimension puisqu’elle procède par acquisitions successives d’installations industrielles en partie complètes, intégrées à l’ensemble Ougrée. Cette intégration se fait enfin sur le plan financier. D’une part Ougrée paie une majeure partie de ses nouvelles acquisitions au moyen de ses propres actions, aboutissant à une internationalisation partielle de son capital. D’autre part elle assure le financement des filiales ainsi constituées, soit par des avances directes, soit par des cautionnements auprès des banques. Contrairement à l’ensemble Nord et Est, le groupe Ougrée traverse les difficultés de la récession de 1921. Les avances faites à la Chiers entre 1920 et 1922 sont consolidées en 1923 par une émission d’obligations et une augmentation de capital souscrites par Ougrée pour les trois quarts56.

  • 57 PVCA OM, 26-9-1921 - 24-10-1921.
  • 58 PCVA OM, 6-10-1919. Archives de l’État..., 405.

49L’implantation sur le marché français et la consolidation des débouchés sont également assurées par une stratégie en aval. Elle procède de l’acquisition d’usines de transformation, la Manufacture ardennaise d’estampage et les ateliers Derihon. La première dut se fournir en aciers spéciaux à Ougrée et en aciers martin auprès de Vireux-Molhain57. Surtout elle aboutit à une association étroite entre la Chiers et les Tréfïleries et Laminoirs du Havre. Dès 1913 cette société avait pris une participation et obtenu un siège au conseil de la Chiers. L’accord signé à la fin de 1919 prévoyait la construction par la Chiers d’un train à fil sur des fonds avancés gratuitement par les Tréfïleries à qui la Chiers s’engageait à vendre tous les ans durant quinze années 20 000 t de fil machine. Les Tréfïleries souscrivirent en outre la moitié d’une augmentation de capital de 6 000 000 F puis le quart de celle de 1923 qui porta le capital de l’entreprise à 30 000 000 F58. Ici encore on peut parler de la poursuite d’une stratégie à long terme issue de l’avant-guerre reposant sur une internationalisation partielle du capital en association avec les intérêts français.

  • 59 PVCA OM, 28-7-1919 - 1-12-1919 - 26-1-1920 - 29-3-1920 - 28-1-1924. Archives de l’État, Liège, Fond (...)

50Les difficultés issues de la guerre ainsi que les opportunités qu’elle offrit du fait de l’élimination des intérêts allemands de certains secteurs et de certaines régions furent à l’origine d’un nouveau partenariat pour Ougrée avec le groupe Marine-Homécourt dirigé par Théodore Laurent. Elle se matérialisa par la participation des deux firmes à la reprise des usines de la Deutsch-Luxemburgische au Luxembourg et la constitution de la société : Hauts fourneaux et Aciéries de Differdange, Saint-Ingbert et Rumelange (HADIR). Marine-Homécourt s’était de son côté intéressée à la reprise des intérêts allemands en Lorraine par la constitution des Aciéries de Rombas. De même, le 27 octobre 1920, Ougrée, Rombas et Semet-Solvay constituèrent la SA des fours à coke de Zeebruge dont la production à partir de charbons anglais devait être répartie par moitié entre Ougrée et Rombas. Semet-Solvay fut éliminé de l’affaire et le capital partagé par moitié en 192459.

51Pour Ougrée il s’agit d’un élargissement et d’un rééquilibrage de la stratégie d’approvisionnement en coke tourné cette fois vers l’allié anglais, conformément à l’une des orientations agitées durant la guerre. On constate également le renforcement de l’implantation au Luxembourg et de l’alliance avec les intérêts français.

52Cette vaste stratégie d’internationalisation du groupe Ougrée issue de la recherche de la sécurité des approvisionnements et la volonté de tourner les obstacles tarifaires avant la guerre, accentuée et élargie à partir de 1919, n’avait vraiment tout son sens que dans la perspective d’un accord à trois - France, Belgique, Luxembourg - facilitant les relations entre les pièces de l’ensemble et organisant les marchés. Faute de la constitution d’un vaste marché intérieur autour de la France dont Ougrée aurait vraisemblablement profité, seule l’organisation des marchés d’exportation pouvait le rendre viable. Nous avons constaté l’échec de ces tentatives entre 1921 et 1923. Nous analyserons dans une partie ultérieure le rôle essentiel joué par Ougrée d’un côté, Marine-Homécourt de l’autre pour y parvenir au cours de la seconde moitié des années vingt.

53Les deux ensembles industriels que nous venons d’étudier permettent de tirer certaines conclusions à propos des projets de coopération sidérurgique franco-belge issus de la guerre. De manière globale, il nous semble que le reproche d’être de simples constructions théoriques que l’on a pu leur faire est très exagéré. Ils reposaient en fait sur de réelles solidarités fondées essentiellement sur une stratégie des approvisionnements issue des années 1900-1914. Dans la mesure où ils furent poursuivis sur ces bases, certains d’entre eux furent viables. En revanche, ces tentatives échouent dès qu’il s’agit des débouchés de la sidérurgie, l’organisation des marchés autour de la France seule s’avérant impossible. Dès lors que la lutte avec l’Allemagne, seul facteur d’unité mais combien épuisant dans la mesure où elle seule détenait le coke nécessaire à une production compétitive, s’avérait trop coûteuse, l’élargissement du débat était indispensable. Loucheur l’avait compris dès 1919. La question restait, en 1923, de savoir dans quel rapport de force les Franco-belges pourraient discuter. Le « combat de la Ruhr » et ses suites furent déterminants dans ce domaine.

3. La sidérurgie : les prolongements luxembourgeois et silésiens

54Nous avons analysé à quel point le Luxembourg fut considéré par les États comme l’un des enjeux primordiaux du débat franco-belge entre 1919 et 1922. En réalité il constituait, du point de vue industriel, le prolongement des sidérurgies belges et lorraines et apparaissait comme un coin enfoncé au sud de l’Allemagne. Toute la stratégie des firmes industrielles et bancaires au Luxembourg se fondent sur ces données de base. En raison du caractère particulier de l’enjeu nous n’avons pas voulu séparer expansion bancaire et développement des intérêts sidérurgiques, intimement liés.

  • 60 J. Bariéty, Les relations franco-allemandes..., op. cit., p. 148.
  • 61 Archives Paribas-416/3. Note du 19-6-1919.

55En 1919 le Luxembourg pouvait apparaître comme un ensemble d’opportunités en raison du repli des intérêts allemands. Pourtant sa situation économique était mauvaise : sidérurgie en partie arrêtée du fait de la pénurie de moyens de transport, incertitudes au sujet de son approvisionnement en charbon allemand et en minerai de fer lorrain60. Situation monétaire déplorable du fait du retrait des marks et de leur remplacement par un franc luxembourgeois sans couverture métallique. Besoins urgents des finances publiques à la recherche d’un emprunt extérieur. Quant aux banques, elles étaient à la merci d’une ruée de leurs déposants aux caisses en cas de levée du moratoire institué par le Gouvernement61.

  • 62 Archives Paribas-416/1. Urban à Finaly, 24-4-1919. Archives BUP, PVCD, 24-6-1919 -27-7-1919.

56Cependant, l’importance de la sidérurgie du pays transformait cette faiblesse passagère en une série d’opportunités à saisir. C’est le sens des deux notes adressées par Urban à Finaly, directeur général de Paribas. Dans le domaine financier, la Banque internationale à Luxembourg est l’établissement le plus important de la place. Les relations avec les grandes usines et en particulier l’ARBED créent un mouvement d’affaires considérable. Pourtant du fait de la dépréciation du mark, devise en laquelle la plus grande partie de ses actifs étaient établis, son capital et ses réserves étaient entièrement absorbés en juin 1919. Cette situation, également connue de la BUP, ne semblait pas compromettre une éventuelle prise de contrôle. La banque cherche en effet des concours et s’adresse à la Société générale de Belgique, la Banque de Bruxelles, la BUP62.

  • 63 Archives CS, PVCA, Cockerill, 7-4-1919. MAEB. 3013-18/IV. Prince de Ligne à Hymans, 5-6-1919.

57Du côté sidérurgique la reprise des intérêts de Gelsenkirchen et de la Deutsch-Luxemburgische excite les appétits. On peut citer les analyses des dirigeants de Cockerill qui évoquent « les avantages qu’il y aurait à participer à un gros organisme semblable, formant un noyau du point de vue des relations, débouchés, achats de minerais, participations dans les comptoirs à l’étranger, etc. ». Quant au prince de Ligne, ministre de Belgique à Luxembourg, il conseillait de ne pas craindre de dépenser de l’argent afin de s’assurer le contrôle des grandes usines luxembourgeoises63.

  • 64 Archives SGB-379-1. Jadot à Urban, 27-6-1919. Archives Paribas-416/1. Urban à Finaly, 24-4-1919.
  • 65 Archives BUP-PVCA, 1-7-1919 - 22-7-1919.

58Les intérêts politiques sont en effet indissociables des intérêts économiques en cette affaire. La Société générale, menée par J. Jadot entend représenter au Luxembourg les intérêts nationaux de la Belgique. Il confie à H. Urban son inquiétude de voir les banques françaises s’installer à Luxembourg et compte sur une installation parallèle des banques belges. Auprès du président de la BUP il est plus net : « Quant à la politique bancaire de la Société générale de Belgique dans le Grand-Duché de Luxembourg, elle nous est dictée par la situation, au point de vue économique, de ce pays par rapport à la Belgique. Nous devons (...) considérer ce pays comme faisant partie de la Belgique, et d’accord avec notre Gouvernement, nous allons créer prochainement dans la province du Luxembourg belge une banque belge patronnée par la Société générale de Belgique (...) qui étendra son champ d’action à tout le Grand-Duché de Luxembourg64 ». Quant à la BUP, elle agit au Luxembourg en partie sur consignes du Gouvernement français qui l’appuie auprès des autorités luxembourgeoises en ce qui concerne les garanties à obtenir sur l’orientation future de la BIL65.

  • 66 Archives CS-PVCA Cockerill, 7-4-1919 - 5-5-1919 - 6-10-1919. MAEB. 3013-18/IV. Ligne à Hymans, 5-6- (...)
  • 67 Archives SGB-457. Conseils des 29-7-1919 et 23-1-1920.

59Les principales négociations entre groupes financiers et industriels ont lieu en 1919. Elles n’opposent pas groupes belges et français mais plusieurs groupes franco-belges, associant intérêts financiers et industriels. Un premier groupe est constitué par l’association Le Creusot-ARBED, associé successivement à plusieurs groupes belges. Cockerill, un moment intéressée par une association en vue de la reprise des usines de Gelsenkirchen se tourne ensuite vers Differdange, plus intéressant du point de vue industriel puis renonce. Elle semble avoir été découragée par les difficultés à réaliser l’union économique belgo-luxembourgeoise. Une association plus durable est nouée avec la Providence, autre groupe belge dont les principales implantations à Charleroi, Haumont et Rehon en France en faisaient déjà une entreprise franco-belge. L’action de ce groupe semble violemment combattue par le ministre de Belgique à Luxembourg : il conseille de faire de grosses surenchères pour battre ce groupe d’acheteurs. En même temps Trasenster, président d’Ougrée, semble également mener des négociations avec Gelsenkirchen qui n’aboutissent pas66. Un second groupe est alors constitué autour d’Ougrée et de la Générale de Belgique. Elle s’associe au groupe Marine-Homécourt en vue de la reprise de Differdange. L’accord est en principe réalisé avant même l’entente politique franco-belge sur le Luxembourg au printemps 1920 : dès juillet 1919 il est acquis que la majorité des titres (55 %) ira au groupe du pays avec lequel l’accord économique sera conclu. La constitution d’HADIR se réalise au début de 1920 sur une base un peu différente : le capital de 110 millions est partagé entre un groupe belge (50), français (50) et luxembourgeois (10)67. Quant aux intérêts de Gelsenkirchen, ils sont repris par l’ARBED et Le Creusot seul, qui constituent la Société métallurgique des Terres rouges. En fait la Générale ne devait pas abandonner toute tentative d’exercer une influence sur ce groupe comme nous le verrons ultérieurement.

  • 68 Archives BUP-PVCD BUP, 1-7-1919 - 19-8-1919 - 30-9-1919.

60Les mêmes clivages se retrouvent quant au contrôle de la Banque internationale à Luxembourg. La Société générale ne parvient pas à s’entendre avec la BIL et se trouve écartée au profit de sa concurrente, la Banque de Bruxelles avec qui elle était en relations. Une vaste combinaison est alors nouée, par l’intermédiaire de l’ARBED et du Creusot qui associe les actionnaires luxembourgeois de la BIL, la Banque de Bruxelles et la BUP. La Société générale tente un moment d’exercer son influence sur cette dernière pour empêcher l’opération. Elle l’accepte finalement sur la base de la parité entre les deux groupes. Pour la BUP, la solidarité avec Le Creusot semble l’emporter sur les liens financiers avec la SGB68. Dès la fin de 1919 deux vastes groupes, associant capital industriel et financier prennent donc le contrôle d’une part importante de l’économie luxembourgeoise : Le Creusot-ARBED - BUP-Banque de Bruxelles et Marine-Homécourt – Ougrée - Générale de Belgique. Les accords politiques de 1920 et le partage du Guillaume-Luxembourg confirment cette entente.

61Cet équilibre apparent, fondé sur celui des intérêts nationaux, n’est pourtant pas satisfaisant d’un point de vue économique. D’une part la situation financière du Luxembourg ne fut partiellement réglée qu’avec la constitution de l’UEBL en 1922 qui institue l’union monétaire entre les deux pays. Pourtant, la situation de la BIL reste longtemps très faible du fait de la dépréciation totale des marks qui figurent à son bilan. D’autre part les participations financières franco-belges dans la sidérurgie luxembourgeoise n’assurent pas son avenir, conditionné par une entente continentale avec l’Allemagne. Ici encore, le dénouement dépendait du rapport de force qui sortirait de la crise de la Ruhr.

62La Silésie constituait le second rôle de développement possible pour les sidérurgies française et belge du fait du rattachement de la partie industrielle de cette province à une Pologne alliée mais à court d’argent. Ici encore, les tentatives d’origine étatique échouèrent. En revanche, des projets à vocation industrielle furent élaborés dans une perspective d’alliance franco-belge. Leur échec est lié aux difficultés financières des groupes concernés en 1922.

  • 69 G. H. Soutou, « Les mines de Silésie et la rivalité franco-allemande », Relations internationales, (...)

63Les premières initiatives industrielles touchant la Silésie datent de 1920. Elles émanent du Quai d’Orsay et n’obtiennent que difficilement l’appui de la banque et de l’industrie françaises, regroupées dans une « société d’étude des affaires silésiennes » présidée par Mercier et animée par le colonel Weyl du Creusot. Les projets du Quai d’Orsay visaient au contrôle de l’ensemble du bassin charbonnier grâce à la constitution d’une société holding soutenue financièrement par des fonds publics. Les projets initiaux échouèrent en 1921 du fait des incertitudes politiques. Relancés par Weyl à l’issue du partage de la Silésie, ils se limitèrent ensuite à des prises de participations minoritaires par un holding franco-polonais qui, une fois encore, échouèrent69.

  • 70 Archives Paribas - 18/60. Note sur Laurahütte. Note du 26-2-1922.
  • 71 Archives Paribas - 18/60. Note sur Laurahütte : situation financière. Note du 24-3-1922 -30-5-1922. (...)
  • 72 G.H. Soutou, « Les mines... », article cité, p. 151.

64Beaucoup plus sérieuses car fondées sur des initiatives industrielles, apparaissent les tentatives lancées par la Dnieprovienne à l’automne 1921. Elles visent à utiliser les capitaux et les services techniques de cette entreprise d’origine liégeoise implantée dans le sud de la Russie en vue d’un redéploiement en Silésie, base pour une éventuelle reprise d’activité en Russie. Les projets développés par la Dnieprovienne visaient à la prise de contrôle d’entreprises associant hauts fourneaux et charbonnages comme la Vereinigte Königs und Laurahütte en combinant intérêts français et belges. On y voyait la possibilité de débouchés pour le fer de Lorraine, d’obtenir du charbon à bas prix capable de concurrencer celui de la Ruhr, et surtout du contrôle qui serait exercé sur la commercialisation des produits, réalisée en accord avec les usines franco-belges et susceptible de concurrencer la production allemande70. À la suite de plusieurs réunions un Syndicat d’étude pour la Haute Silésie est constitué, regroupant Paribas, Cockerill, la Dnieprovienne et Nord et Est71. Pourtant, malgré des perspectives industrielles prometteuses et la possibilité d’acquérir le contrôle absolu de Laurahütte, le projet ne se réalise pas. Nord et Est songe à financer sa participation en échange de ses propres actions tandis que les groupes belges refusent dans ces conditions d’engager de grosses masses d’argent frais. J. Bernard tente de raccrocher l’affaire au projet gouvernemental de holding franco-polonais lancé en 1920 qui devait bénéficier de l’appui de fonds publics. R. Pinot, contacté, accepta d’apporter son concours, mais l’ensemble du projet échoua au début de 192472.

  • 73 E. Bussière, La sidérurgie belge..., op. cit., p. 317-318.

65La Dnieprovienne relança l’affaire sur des bases belgo-allemandes au début de 1923 après le désistement définitif de Nord et Est. L’intérêt fut porté à la fois sur la Laurahütte et sur la FriedenshIltte dont les ventes à l’exportation seraient contrôlées par le groupe belge Ougrée-Marihaye, qui de son côté s’intéressa à plusieurs affaires. Dans ces deux cas les incertitudes politiques du début de 1923 suspendirent la réalisation de ces projets73.

66La sidérurgie constitue le domaine où le rapprochement industriel franco-belge était le plus souhaitable et le mieux fondé dans la mesure où il était le prolongement des stratégies antérieures à la guerre. L’échec des négociations de 1919 nous semble dans ces conditions déterminant. Faute d’organiser les marchés, les rivalités s’exaspérèrent à partir de 1921. Les actions entreprises en commun au Luxembourg ou en Silésie tiennent plus par leur caractère anti-allemand qu’elles n’apportent influence ou ne renforcent la cohésion. L’ultime tentative de 1923-1924 pour imposer à l’Allemagne un cadre économique favorable aux Franco-belges souffrit de ces rivalités internes.

4. Politique pétrolière franco-belge : la prééminence des choix gouvernementaux

  • 74 A. Nouschi, Luttes pétrolières au Proche-Orient, Paris, 1970. « L’État français et les pétroliers a (...)

67Les affaires pétrolières constituent l’un des domaines où la coopération entre groupes industriels et financiers français et belges fut la plus étroite au lendemain de la première guerre mondiale. Il met en jeu des impératifs nationaux de nature stratégique et industrielle apparus avec le conflit, mais oblige aussi à une action internationale destinée à se doter de sources d’approvisionnement. De ce point de vue la Belgique et la France se trouvaient placées dans une situation de dépendance à peu près identique vis-à-vis des puissances anglo-saxonnes. Pourtant, elles réagirent de manières apparemment différentes face à cette situation. Il n’y eut pas en Belgique de politique d’État en la matière et les principales initiatives, bien que soutenues par le Gouvernement, vinrent des groupes privés. En France, dans le contexte de guerre, une politique officielle fut mise en œuvre par H. Bérenger, puis L. Pineau, destinée à assurer l’indépendance nationale74. Pourtant ces deux lignes différentes devaient aboutir en 1922 à la définition d’une politique franco-belge des pétroles. Nous voudrions ici décrire le processus qui y conduisit. Les principaux acteurs de ce rapprochement furent les groupes financiers intéressés au pétrole, relayés par les autorités gouvernementales des deux pays.

  • 75 Archives Paribas-571/20, notes sur l’Omnium, 1915. 515/23, notes du 21-7-23. 473/9, notes juillet-a (...)
  • 76 Ibid, 571/20, note du 8-7-1919.

68Les premières initiatives du rapprochement vinrent du groupe belge Josse-Allard intéressé depuis sa création à l’Omnium international des pétroles. Celui-ci disposait de deux implantations majeures en Roumanie, les sociétés Colombia et Alpha, la première exploitant des concessions, la seconde disposant d’une raffinerie. Josse-Allard était associé dans l’Omnium au groupe Waterkeyn qui contrôlait de son côté deux importantes sociétés exploitantes en Russie, la Société des pétroles de Boryslav et celle de Grosnyi75. En 1919 l’Omnium doit faire face à des difficultés financières, obligé d’avancer de grosses sommes à ses filiales roumaines en vue de leur remise en état. En outre il prévoit un développement rapide de ses exploitations en vue de bénéficier des prix élevés du pétrole : forages, combinaisons pour la reprise d’intérêts allemands en Roumanie ou en France (Pechelbronn). Dans cette perspective il entre en relation avec Paribas dès juillet 1919, susceptible de lui offrir les assises financières et éventuellement l’appui diplomatique nécessaire pour ces opérations76. Le programme d’action est mis sur pied en août et septembre 1919. Il associe les groupes belges Josse-Allard et Waterkeyn, les banques françaises Paribas et Mirabaud, les industriels de la Société française d’études et d’entreprises associant Mirabaud et l’industriel M. Champin. Le programme industriel du groupe est défini par ce dernier en accord avec H. Bérenger : développement d’un groupe pétrolier aux assises nationales françaises et belges, politique de forage, de raffinage et de distribution s’appuyant sur le savoir-faire et les entreprises franco-belges, orientation des Aciéries et Usines à tubes de la Sarre, de la société Louvroil et Recquignies où capitaux et industriels franco-belges étaient associés vers la fabrication de tubes de pipe-line. Le programme, pleinement dans la ligne définie par Bérenger, était totalement approuvé par Josse-Allard : entente éventuelle avec des groupes anglais ou américains en Roumanie mais indépendance absolue de l’Omnium à leur égard.

  • 77 Archives Paribas-571/20. SPEP à Mercier, 16-1-1922. Ibid., 571/19. Omnium, note du 17-9-1919. Réuni (...)

69Le programme financier fut réalisé en novembre 1919 puis au printemps 1920 : crédit de 9,8 millions des banques françaises à l’Omnium puis augmentation de capital de 15 millions ; syndicat de blocage franco-belge : 28 300 titres pour le groupe Paribas-Mirabaud, 28 300 pour Josse-Allard - Waterkeyn. E. Mercier, lié à Champin, fut appelé à la présidence au début de 1920 ; le choix de cette personnalité garantissait le respect de la ligne définie avec Bérenger en 191977.

  • 78 Archives Paribas-571/19. Waterkeyn à Josse-Allard, 11-10-1919. Josse-Allard à Chapuy, 13-10-1919. R (...)
  • 79 P. Marguerat, « Réflexions sur l’expansion financière française dans le bassin danubien », colloque (...)
  • 80 Archives Paribas-571/20, notes 22-2-1923 - 21-12-1921. Roumanie-144, Josse-Allard à Urban, 1-12-192 (...)

70La principale zone d’expansion pour l’Omnium demeurait la Roumanie, région que ses cadres dirigeants connaissaient bien et où des intérêts allemands étaient à reprendre. Dans le cadre des accords Long-Bérenger d’avril 1919 on décide d’une association avec un groupe anglais pour la reprise en commun d’une entreprise allemande. Josse-Allard fait écarter l’alliance avec la Royal-Dutch, propriétaire de l’Astra-Romana et rivale de Colombia en Roumanie. Il exprime d’autant mieux ses craintes que Paribas est associé depuis août 1919 à la SPEP, constituée sous l’égide de la BUP et de la Royal Dutch et destinée à reprendre la participation allemande dans la TPC en Mésopotamie. Les pressions du groupe Josse-Allard - Waterkeyn sont en partie responsables de l’éloignement de Paribas du groupe BUP -Royal-Dutch au début de 192078. Une mission de Champin en Roumanie durant l’hiver 1919-1920 décide de l’orientation majeure en Roumanie : il obtient, avec un groupe anglais, une option sur 50 % des actions de la Steava Romana, seconde société pétrolière roumaine. Le soutien apporté à l’affaire par le Quai d’Orsay, la signature des accords de San Remo avec l’Angleterre en avril 1920 permettent à l’opération de se réaliser79. Pourtant la constitution en décembre 1920 de la Steava française chargée de porter la participation du groupe Paribas dans la Steava Romana revêt moins le caractère de coopération franco-belge que n’avait eu la réorganisation de l’Omnium. Le groupe des banques françaises (Paribas, Mirabaud, Mallet) domine largement, suivi par l’Omnium. Certes la succursale de Bruxelles a fourni quelques participants : Josse-Allard, Banque d’Outremer, Philippson, Banque de commerce, mais très minoritaires. Plusieurs raisons expliquent l’effacement du groupe Josse-Allard : le manque de moyens ; celui-ci a bien du mal à faire face à ses engagements au sein de l’Omnium : Paribas a dû faire seule une avance de 20 millions en décembre 1920 ; la volonté exprimée par le gouvernement français de réserver les actions de contrôle à des groupes spécifiquement français, ce qui ôtait une large part de leur intérêt aux actions ordinaires80.

  • 81 Archives Paribas-571/20, note 21-12-1921. Champin à Mercier, 18-1-1922. Colombia à Omnium, 28-10-19 (...)

71Aussi constate-t-on à partir de 1921 l’apparition de divergences entre le groupe belge et Paribas. Le groupe Josse-Allard, écarté de la direction de la Steava, souhaite conserver son caractère franco-belge et d’indépendance vis-à-vis des trusts à l’Omnium. Cette politique va à rencontre des options prises au cours de l’année 1920 par la création de la Standard franco-américaine. Le rapprochement avec le puissant groupe américain domine, à partir de 1921, toute la politique pétrolière de Paribas. En Roumanie, Colombia, filiale de l’Omnium, passe un contrat avec la Romano-Americana, filiale de la Standard qui se charge à partir de 1922 de la commercialisation de ses produits à l’exportation. Cette option nouvelle de Paribas s’accompagne d’un projet de réorganisation de l’ensemble du groupe Omnium-Colombia-Steava autour des bureaux de la Steava et sous la direction unique de Mercier. Elle provoque les protestations de Champin : « Sommes-nous dans les mêmes dispositions d’esprit qu’au départ ? Quels sont les faits nouveaux qui ont pu modifier ces dispositions d’esprit ? », la démission de Mercier de la présidence de l’Omnium en janvier 1923 et un désaccord entre Finaly et Josse-Allard pour sa succession, ce dernier proposant la nomination de Champin à la présidence81. Ces désaccords affaiblissent l’Omnium ; ce n’est pas lui qui, quelques semaines plus tard, serait désigné officiellement par les gouvernements français et belge comme axe de la coopération pétrolière franco-belge.

  • 82 MAEF. Europe 1918-1940, Roumanie 102. CIP à Office national du pétrole, 23-3-1920.
  • 83 Ibid. Wenger à Labonne, 21-5-1920.
  • 84 MAEF. Europe 1918-1940. Note remise par Gaiffier, 5-5-1920. Ibid., 103. Margerie à G. Leygues, 19-1 (...)
  • 85 Ibid., Roumanie 102. Gaiffier à de Peretti, 9-6-1920. AN F 30 : 1060. Président du Conseil à minist (...)
  • 86 MAEF. Europe 1918-1940 - Roumanie 103. Le ministre à ambassade Londres et légation Bucarest, 13-10- (...)

72Le développement d’une politique belge d’envergure en matière pétrolière est plus le fait des grands groupes financiers que du gouvernement. Elle est marquée par la constitution le 25 février 1920 de la Cie financière belge des pétroles (Petrofina) au capital de 50 millions de FB. Cette société associait la Société générale de Belgique aux milieux financiers anversois et à un groupe français très minoritaire. Son but était la reprise des intérêts allemands dans un groupe pétrolier roumain constitué par trois sociétés principales : Concordia (exploitation), Vega (raffinage) et Crédit petrolifere (transport, commercialisation). Il s’agissait d’un ensemble complet, l’un des principaux du pays par sa production et la capacité de sa raffinerie. Cette prise de contrôle fut, dès l’origine, l’objet d’une contestation de la part d’une entreprise française associée aux Allemands jusqu’en 1916, la CIP (Cie industrielle des pétroles) et qui détenait alors 40 % des actions de Véga. Le litige portait sur la régularité de la vente des titres, normalement placés sous séquestre, et dont la Deutsche Erdoel, jusqu’alors propriétaire, s’était débarrassée par l’intermédiaire de plusieurs sociétés suisses. La CIP protesta dès la fin mars 1920 auprès du gouvernement français, faisant valoir sa priorité, en tant qu’ancien actionnaire, dans le rachat des titres82. Le conflit occasionné par ce litige dura un an. La position de la CIP fut défendue par L. Wenger, représentant du ministère du Commerce en Roumanie et chargé de régler la question de l’indemnisation des sociétés pétrolières sinistrées en 1916, à la suite de l’invasion allemande. Pour lui, comme pour son collègue britannique la liquidation des intérêts allemands devait fournir la base de cette indemnisation83. Cette attitude, soutenue par le Quai d’Orsay se heurta aux interventions multiples de Petrofina et de ses représentants en Roumanie, et à celles non moins nombreuses de l’ambassadeur Gaiffier à Paris puis du premier ministre Delacroix, « les intérêts en cause, au point de vue belge, sont si considérables et d’un caractère si essentiel, que nous avons la certitude que le gouvernement français (...) donnera une nouvelle preuve de sa sympathie pour notre pays84 ». Après un succès apparent pour les Belges marqué par la décision de Millerand de s’abstenir de toute intervention auprès du gouvernement roumain, on note un durcissement sous l’influence de G. Leygues et probablement de Berthelot à l’automne 192085. Le gouvernement belge sut utiliser au mieux les arguments diplomatiques (appui du gouvernement britannique à sa thèse) et financiers (offre de prêts très favorables au gouvernement roumain). De son côté le gouvernement français refusait l’inscription à la cote des actions Petrofina et de sa filiale Naphta. Le litige fut résolu durant l’hiver sur la base d’un compromis élaboré par le commissariat aux essences majorité française dans la raffinerie Vega, participation - minoritaire - des entreprises sinistrées françaises en Roumanie, au capital de Petrofina, mise à disposition du marché français de 20 % de la production exportable de Concordia86.

  • 87 ANF 30-1060. Rapport du directeur aux essences, 24-4-1922.

73Du fait de la CIP, l’accord ainsi résolu ne dura qu’un peu plus d’un an : le 8 avril 1922 la CIP, peut être dans l’incapacité de faire face pour sa part, au vaste programme d’investissements du groupe en Roumanie céda ses actions à Petrofina, rompant ainsi l’équilibre de l’accord87.

74C’est cependant au printemps 1922, à l’occasion de la conférence de Gênes, qu’une politique pétrolière franco-belge put être esquissée. La politique française en matière de pétrole restait depuis 1917 fondée sur les bases définies par H. Bérenger. Pourtant, faute de disposer, parmi les groupes industriels français, de partenaires suffisamment puissants pour la mettre en œuvre, le gouvernement avait dû s’appuyer sur les deux grands groupes financiers du pays : la BUP et Paribas. La première, associée à la Royal Dutch, avait été pressentie pour mettre en valeur la participation devant revenir à la France au Proche-Orient, la seconde avait été nommée chef de file des intérêts français pour la Roumanie. Nous avons noté plus haut le rapprochement opéré en 1920, et renforcé par la suite, de Paribas avec la Standard Oil américaine. La politique nationale des pétroles prenait de plus en plus l’allure d’une politique d’équilibre entre les intérêts des trusts. La conférence de Gênes fut, pour le ministère du Commerce chargé de mettre en œuvre cette politique, l’occasion d’une révision, marquée par le retour à la politique d’origine fondée cette fois sur une alliance franco-belge.

75La conférence de Gênes (avril-mai 1922) devait, selon les projets britanniques, organiser la reconstruction de l’économie européenne en y associant l’Allemagne et surtout la Russie soviétique. Le projet anglais prévoyait notamment la constitution de vastes consortiums industriels européens pour la reconstruction de ce pays. Ses richesses pétrolières pourraient, dans un délai rapide, en assurer le financement et constituèrent l’un des enjeux économiques majeurs de cette conférence. La position de la France sur ces questions fut définie par L. Pineau, directeur des Essences au ministère du Commerce, dans deux notes des 24 février et 14 mars 1922. Il s’agissait d’empêcher les trusts Standard Oil ou Royal Dutch, de prendre le contrôle du consortium à constituer pour l’exportation des pétroles russes, comme pouvait le faire craindre le rapprochement pétrolier anglo-américain intervenu à l’occasion de la conférence de Washington et matérialisé, déjà, par l’entrée d’un groupe américain et de la Royal Dutch au sein du syndicat OPQ constitué en 1921 en vue de l’exploitation des terrains pétrolifères de l’État roumain. L. Pineau préconise, afin de contrer ces ambitions qui auraient pu écarter la France au profit des trusts une politique en trois points :
– respect des droits acquis par les anciens propriétaires de concessions ;
– utilisation d’une part des redevances pétrolières pour rembourser les dettes de la Russie ;
– mise à l’écart de la question du Caucase.

76Ce programme était susceptible de fournir la base d’une politique commune avec la Belgique. Plusieurs groupes belges ou franco-belges comme les pétroles de Boryslav, les pétroles de Grosnyi, le trust franco-belge des pétroles disposaient d’intérêts importants en Russie. France et Belgique se retrouvaient en outre sur le même terrain du fait de leurs fortes créances sur la Russie qui, en cas d’acceptation des principes proposés par Pineau, pouvaient leur assurer d’importantes ressources pétrolières.

  • 88 MAEF. Relations commerciales - B. 48/2. S. . 10. Notes de Pineau, 24-2-1922 - 14-3-1922. Archives P (...)
  • 89 Archives Paribas - 571/21 : Tél. Waterkeyn : 8. . 2. Papiers Jaspar : note 11-5-1922, Gênes. MAEF. (...)
  • 90 ANF 30 - B. 32 308. Note de la direction des Essences, 6-6-1922. MAEF. RC - B. 48/2. S.-d. VIL. Not (...)

77La conférence de Gênes fut effectivement l’occasion d’un rapprochement franco-belge88. D’un côté Waterkeyn, du groupe de l’Omnium, télégraphiait à Paribas afin d’obtenir l’appui des représentants de la banque à la conférence de Gênes en faveur des revendications belges sur Grosnyi. Surtout le 11 mai Laurent Eynac et L. Pineau obtenaient l’appui du ministre Jaspar sur le respect des droits acquis par les anciens propriétaires et évoquaient devant lui la perspective d’une union des intéressés français et belges. Ce soutien s’avéra finalement effectif. Les projets de main mise des trusts, en particulier de la Royal Dutch, sur le pétrole russe, semblent avoir échoué à Gênes principalement du fait de l’opposition du gouvernement belge et de ses représentants89. Ce rapprochement décisif eut pour conséquence la révision de la politique française : retour à l’indépendance la plus totale possible vis-à-vis des trusts, politique franco-belge du pétrole. Ces nouvelles options furent définies dans une note de fond adressée par L. Pineau aux départements ministériels concernés et rédigée dès le 6 juin 1922. L’idée centrale de L. Pineau résidait en la constitution d’une société de portefeuille franco-belge qui associerait les grandes banques belges, françaises, les raffineurs français indépendants des trusts. L’État apporterait à cette société les 95 millions de bénéfices laissés par le consortium chargé des opérations d’importation durant la guerre. Cette société à majorité française prendrait des engagements précis pour le ravitaillement du pays en pétrole. Elle constituerait des filiales, parfois en association avec des groupes étrangers, pour les principales affaires auxquelles elle serait conduite à s’intéresser. Ce programme, dans sa dimension franco-belge en particulier, obtint le soutien du Quai d’Orsay90.

  • 91 MAEF. RC 1918-1940 - B 48/2 - S.-d. X. Commerce à Affaires étrangères, 27-6-1922 -4-10-1922. MAEF. (...)
  • 92 MAEF. RC 1918-1940 - B 48/2 - S.-d. IL. Projet de convention pétrolière franco-belge adressé à Herb (...)

78Une coopération franco-belge à vocation régionale fut immédiatement engagée. Le gouvernement français favorisa la constitution d’un syndicat franco-belge pour la défense des intérêts français et belges dans l’industrie du pétrole en Russie. En Roumanie, il permit l’entrée du groupe Petrofina, bientôt rejoint par le groupe Josse-Allard, dans le syndicat OPQ91. Cet accord avec Petrofina devait être le prélude à une entente plus générale et permettre, en particulier, de résoudre la question de l’avenir du groupe Concordia. Dans l’esprit du commissaire aux Essences, cette coopération devait être couronnée par un accord politique permettant la mise en œuvre du programme le 6 juin 1922. Un projet, élaboré au début de 1923, établissait :
– « le principe de la coopération cordiale et de la réciprocité dans tous les pays » ;
– l’encouragement par les gouvernements à la constitution de groupes franco-belges ou à la participation de tels groupes à des syndicats internationaux ;
– des accords entre groupes français et belges afin de s’assurer des majorités stables dans les affaires créées en commun ;
– en cas de crise politique, coopération des deux gouvernements en vue de faciliter leur ravitaillement réciproque en pétrole92.

79Ce projet visait en fait à constituer, sur une échelle plus réduite, entre la France et la Belgique, une entente sur le modèle de San Remo, si difficile à mettre effectivement en œuvre avec l’Angleterre.

  • 93 MAEF. Europe 1918-1940 - B 116. Petrofîna au directeur des Essences, 10-8-1922. Petrofîna à Jaspar, (...)
  • 94 Archives Paribas - 571/20. Josse-Allard à Finaly, 10-1-1923.
  • 95 Archives Paribas. Urban à Finaly, 16-1-1923.

80Une telle entente était également souhaitée par les groupes belges. Petrofîna, à l’initiative de Meeus et de Francqui, prit l’initiative d’une ouverture auprès du gouvernement belge, à qui il demanda le 22 août 1922 de se prêter à une négociation officielle. Ses dirigeants souhaitaient le soutien diplomatique de la France qui leur avait été déjà très utile en Roumanie93. Les responsables du groupe Josse-Allard étaient dans le même état d’esprit : « les derniers événements (...) nous confirment que les seules alliances vraiment sincères sont les alliances franco-belges, et je voudrais conserver à l’Omnium ce caractère de groupement d’intérêts belges et français, indépendant de toutes autres grandes alliances étrangères94 ». Josse-Allard précisait à H. Urban « être en pleine communauté d’idées avec M. Francqui en ce qui concerne la politique franco-belge des pétroles95 ».

  • 96 MAEF. RC 1918-1940 - B 48/2 - S.-d. IL. Herbette à Poincaré, 22-3-1923. Archives BUP - C 60101. Con (...)
  • 97 MAEF. RC 1918-1940 - B 48/2 - S.-d. IL. Commerce à Affaires étrangères, 10-4-1923.
  • 98 Archives BUP - C 60101. Conversation Pineau-Cahen-Fuzier, 2-2-1923.

81Pourtant, un tel accord ne put voir le jour. Dans un premier temps Jaspar, très favorable au principe de l’entente franco-belge, manifesta son désir de voir le gouvernement français en prendre l’initiative96. Mais en mars 1923 Jaspar fit clairement comprendre qu’il souhaitait limiter cette entente à celle des entreprises. En fait il ne désirait pas engager officiellement son pays dans une alliance avec la France contre les trusts et en particulier la Standard Oil. Il est probable que les avertissements adressés par Finaly à Francqui à l’occasion d’une entrevue entre les deux banquiers le 5 février 1923 avaient joué leur rôle dans l’évolution de l’attitude de Jaspar. Finaly préconisait une alliance avec les Américains et indiquait que si on ne marchait pas avec lui, il contrecarrerait les combinaisons franco-belges envisagées3. Aussi, dès le 10 avril 1923, Pineau décida-t-il de se limiter à des accords entre groupes pétroliers. Le gouvernement français disposait d’atouts importants auprès des entreprises belges : celles-ci avaient besoin, outre de son appui diplomatique, de son accord en vue de l’inscription à la cote de leurs actions pour faire face à leurs besoins financiers97. D’une manière plus générale, cette attitude était conforme à une nouvelle inflexion de la politique de L. Pineau. Faute de trouver en France, en dehors des deux grandes banques d’affaires, les partenaires indépendants des trusts susceptibles de s’engager dans un projet de société de portefeuille franco-belge, le directeur des Essences dut revenir à la politique d’équilibre antérieure entre les trusts qui présida à la constitution de la CFP en 1923-1924. Pour la Belgique on associerait les deux groupements belges Petrofina et Josse-Allard à leurs groupes financiers respectifs : Société générale et BUP d’un côté, Banque de Bruxelles-Paribas de l’autre98. Le principal résultat de ce rapprochement fut en effet l’entrée de la BUP au sein du groupe de contrôle de Petrofina.

  • 99 Ibid. 100 - S.-d. 13, note 1.
  • 100 MAEF. RC 1918-1940 - B 48/2 - S.-d. IL. Crédit mobilier de Belgique à BUP, 31-5-1923. Archives BUP, (...)

82Le groupe belge s’était engagé à résoudre de manière favorable pour la France la question du contrôle de l’ensemble Concordia-Vega-Cré-dit pétrolifère. En outre, sa situation financière, à la fin de 1922, était délicate : Petrofina était débitrice de près de 30 millions auprès de ses banquiers99. Les négociations eurent lieu en mars et mai 1923 entre la BUP et le Crédit mobilier de Belgique. L’entente se réalisa sur la base du partage égal des actions de contrôle de Petrofina, le principe d’une politique commune entre les deux groupes (président du conseil d’administration belge, du comité de direction français), partage du pétrole de Petrofina : 4/5 au marché français, 1/5 au marché belge. Sur le plan financier l’accord se matérialisa par l’admission à la cote des actions Petrofina en bourse de Paris, et par l’octroi d’une avance de 8 millions de F à Concordia au titre de ses dommages de guerre en Roumanie100.

83Cette alliance des intérêts pétroliers français et belges fut affirmée une nouvelle fois en mars 1924 par la participation de Petrofina française et l’Omnium international des pétroles et de leurs filiales à la constitution de la CFP.

84Le pétrole apparaît, entre 1919 et 1923, comme le seul domaine où l’initiative gouvernementale française ait abouti, en particulier dans le cadre des relations franco-belges, à un résultat vraiment concluant. Une solidarité d’entreprises constituée en 1919 entre Paribas et un groupe belge s’est progressivement effacée devant une alliance autour de Petrofina conclue à l’instigation du gouvernement français. Pourtant, cette réussite apparente doit être nuancée. D’une part elle concerne un domaine neuf pour lequel, sur le continent, les alliances sont encore très mouvantes. Surtout, le rapprochement franco-belge s’opère selon un modèle bien traditionnel dans le cadre des relations entre les deux pays : appuis financier et diplomatique de la France sur lesquels les projets économiques belges peuvent s’appuyer. Pour la France en effet, l’alliance avec Petrofïna ne peut en aucun cas se substituer à ce qu’aurait pu apporter un partenariat étroit avec la Royal Dutch et surtout la Standard Oil. Tout au plus peut-elle alors jouer le rôle de soutien dans la politique nationale engagée à partir de 1923 par Poincaré et L. Pineau.

Conclusion

85Nous avons voulu, tout au long de ce chapitre, nous interroger sur l’attitude des entreprises face au postulat d’un rapprochement économique franco-belge, thème de pratiquement tous les discours entre 1919 et 1923. L’hypothèse souvent exposée qui oppose la volonté des hommes politiques et des administrateurs aux réalités économiques qu’ils ne peuvent bouleverser apparaît ici globalement vérifiée. Les tentatives d’alliances industrielles contre la domination allemande ont été rares ou ont échoué (électricité). L’intégration des industries, confrontée à la récession de 1921 et à la montée du protectionnisme, a fait long feu. Pourtant cette analyse trop globale mérite des nuances sérieuses. D’une part le caractère limité du rapprochement des entreprises françaises et belges tient également à des choix de caractère politique. En raison du statut exceptionnel de la Société générale de Belgique, de ses liens étroits avec le personnel politique du rang le plus élevé dans ce pays, le choix défini dès 1919 et affirmé à partir de l’été, en faveur d’une politique d’indépendance économique nationale, a joué un rôle essentiel dans les évolutions que nous avons décrites. D’autre part les projets d’origine politique que nous avons décrits ne péchèrent pas tous par leur caractère théorique ou irréaliste. Dans la mesure où ils reposaient sur des stratégies de développement à caractère strictement économique et souvent définies avant guerre, ils purent être poursuivis. L’expansion d’Ougrée en France à partir de 1919, le développement de l’implantation de la SGB dans le Nord de la France et sur le marché parisien en sont des exemples.

86Dans le mode d’expansion internationale des entreprises françaises et belges, dans le cadre plus étroit de leurs relations bilatérales, ce sont donc les continuités qui l’emportent entre 1919 et 1923, en dépit du caractère exceptionnel de la période et des vastes projets élaborés durant la guerre. Il leur a probablement manqué une part de réalisme nécessaire en s’appuyant davantage sur les rapports de force réels, mais aussi, du côté français, le caractère de projets plus strictement économiques qui eût augmenté leurs chances de succès.

Notes

1 MAEF. Europe 1918-1940 - B 104. Margerie à Pichon, 10-4-1919. Affaires étrangères à Finances, 22-4-1919. Finances à Affaires étrangères, 1-5-1919.

2 MAEF. Europe 1918-1940 - B 104. Finances à Affaires étrangères, 17-5-1920 et réponse Affaires étrangères à Finances.

3 Ibid. Gaiffier à Millerand, 21-5-1920. AN/F 12 8883. Note Serruys, 17-9-1920.

4 MAEF. Europe 1918-1940 - B 121. Margerie à Poincaré, 23-10-1922.

5 MAEF. Europe 1918-1940 - B 105. Note Relations commerciales à Europe, 20-2-1923.

6 Ibid. B 104. Finances à Affaires étrangères, 13-12-1919, 17-2-1920. Affaires étrangères à Finances, 17-11-1920.

7 Ibid. 108. Finances à Affaires étrangères, 9-12-1919. Note relations commerciales, 20-2-1923.

8 Ibid. 105 Herbette à Poincaré, 20-7-1923.

9 Archives SGB-379-1. SGB à BUP, 12-8-1908.

10 Archives SGB-379-1. Barbé à Brabander, 20-9-1906 - 14-9-1906. Archives SGB-379-3. Courcelle à Brabander, 25-7-1912. SGB à BUP, 4-1-1913. BUP à SGB, octobre 1913.

11 G. Kurgan, Les activités bancaires de la Société générale de Belgique à l’étranger de 1900 à 1935, colloque de Bruxelles, 1971, p. 62-63.

12 Archives SGB-379-3 : BUP à SGB, 30-11-1918.

13 Archives BUP, F 362, n. 6. N. 54 du 8-10-1919.

14 Archives SGB-379, Le gouverneur de la Société générale au président de la BUP, 27-6-1919. Note sur les ventes d’actions BUP, 1-6-1928.

15 Archives SGB-379. Le gouverneur de la Société générale au président de la BUP, 27-6-1919. Note sur les ventes d’actions BUP, 1-6-1928.

16 MAEF. Europe 1918-1940 - Belgique 104. Margerie au ministre, 15-12-1919 - 28-7-1920. Affaires étrangères à Finances, 28-11-1919.

17 Archives BUP, Belgique 27, note 27. Archives BUP, Belgique 31, note 6.

18 Archives BUP, Belgique 31, notes 1, 4, 5. Archives BUP, PVCD, 10-4-1919.

19 MAEF. Europe 1918-1940 - Belgique 108. Financière des caoutchoucs à Affaires étrangères, 30-9-1919. Affaires étrangères à Finances, 17-7-1920.

20 G. H. Soutou, « L’impérialisme du pauvre ». Relations internationales, n° 7, 1976. P. Mar-guerat, Réflexions sur l’expansion financière française dans le Bassin danubien entre 1919 et 1923. Colloque de Mayence, 1979.

21 G. Kurgan, Les activités bancaires..., op. cit., p. 62.

22 Archives SGB-216. Wouters (BBE) à Fanta (Banque franco-belge de Bulgarie), 16-6-1920.

23 Archives SGB-216. Wouters (BBE) à Koujoumdjisky, 21-9-1923.

24 Archives Paribas-18/61. Dewez à Urban, 3-3-1919. Urban à Finaly, 24-4-1919. Archives BUP-PVCD, 5-6-1919 - 4-3-1920. Rapport 503-1923.

25 Archives SGB-379-1. Jadot à Villars, 27-6-1919.

26 Archives SGB-276. Wouters à Fanta, 18-6-1920.

27 Archives BUP-Roumanie 523. Boutry à Bavière, 24-11-1921.

28 Archives SGB-216 : Wouters à Fanta : 20-5-1924. Archives BUP-Roumanie 523. Note 8.

29 C. Beaud, The interests of the Union Européenne in Central Europe, p. 375-79. E. Bussière, The interests of the BUP in Czechoslovakia, p. 402-406.

30 Archives BUP-PVCD, 7-10-1919 - 8-1-1920 - 2-3-1920. ANF 30-627. Lettre de l’attaché commercial à Prague, 10-10-1929.

31 Archives SGB-379-1. Jadot à Villars, 27-6-1919. Archives BUP-PVCD BUP, 27-6-1919 -1-7-1919.

32 Archives BUP-Roumanie 523. Entretiens avec d’Adler, 24-11-1919 - 31-8-1920. Archives BUP-Autriche 158. Note 62.

33 H. Bonin, « La BUP en Roumanie », Revue historique, CCLXXILI/2, p. 354.

34 Archives BUP-Roumanie 528. Lettres Boutry, 3-9-1923 - 12-9-1923 - 5-9-1924.

35 Archives BUP-PVCD, 2-12-1919.

36 Archives SGB-216. Note du 14-6-1920. Fanta à Wouters, 9-4-1913. Réunion du 1-3-1913.

37 Archives BUP-Bulgarie 135. Notes du 14-6-1920 - 13-10-1921. Réunion du 6-2-1922. Archives BUP-Bulgarie 146. Lettre à BUP, 7-12-1923. BUP-PVCD, 26-7-1923.

38 Archives SGB-216. Koujoumdjisky à Wouters, 20-4-1923 - 25-8-1923. Crédit foncier d’Algérie et Tunisie à Wouters, 10-12-1923.

39 A. Broder, L’industrie électrique française dans le contexte international : 1918-1931, Société d’histoire moderne, 1983 ; « Électricité et relations internationales dans l’entre-deux-guerres », Relations internationales, automne 1985.

40 R. Kuisel, Ernest Mercier, French technocrat. F. Baudhuin, Histoire économique de la Belgique, p. 58-59.

41 A. Broder, L’industrie électrique..., op. cit., p. 6.

42 H. Urban était en outre animé d’une profonde inimitié à l’égard de D. Heineman, principal animateur de la Sofina, traditionnellement qualifié par le Quai d’Orsay de représentant des intérêts allemands en Belgique.

43 Archives Paribas - 101/18. Urban à Wibratte, 16-10-1924. Notes des 5 et 15-7-1920. MAEF. Europe 1918-1940 - B 104. Crédit du Nord à ministère des Finances, 14-5-1920.

44 A. Broder, L’industrie électrique..., op. cit. p. 11.

45 Archives Paribas - 101/18. CEB à CEF, 25-4-1925. Note du 16-10-1924.

46 Voir notre article, « La sidérurgie belge durant l’entre-deux-guerres », RBHC, 1984, p. 306-309.

47 Archives Paribas - dossier 598/23.

48 Recueil financier - 1913. Rapport UMH, année 1909. Archives Paribas - 598/23. Rapports Nord et Est, 1912-1913.

49 Nord et Est - Rapport, 19-19-1920. PVCA Paribas, 22-3-1921. Archives Paribas - 585/14. Note du 22-2-1923.

50 PVCA-Paribas, 19-6-1923 - 8-1-1924 - 18-4-1924. Archives Paribas - 471/2. Note, 19-6-1923. O. Hardy-Hémery, De la puissance de la désindustrialisation. Un siècle dans le Valenciennois, p. 119.

51 Archives Paribas - 104/37. Note du 3-2-1923. Assemblée générale du 17-3-1924. Note juin 1938. Archives Paribas - 104/38. Urban à Wibratte, 3-11-1923.

52 Archives Paribas - 104/37. Note du 3-2-1923. Assemblée générale du 17-3-1924. Note juin 1938. Archives Paribas - 104/38. Urban à Wibratte, 3-11-1923.

53 Recueil financier - 1929. M. Michel, La SA d’Ougrée-Marihaye, mémoire de licence, 1957-1958, p. 139-142.

54 Archives de l’État, Liège - Fonds Cockerill : dossier 405 - Ougrée à Gorcy, 12-3-1912. Archives CS : dossier Gorcy - Gorcy à Ougrée, 27-9-1919. Note du 26-7-1922.

55 PVCA OM, 28-7-1919 - 29-3-1920 - 28-2-1924 - 24-11-1924. Archives CS. Dossiers Van Hoegaerden. Saintignon à Trasenster, 19-1-1920.

56 Archives de l’État, Liège, Fonds Cockerill. Dossier 405, acte syndical, déc. 1923.

57 PVCA OM, 26-9-1921 - 24-10-1921.

58 PCVA OM, 6-10-1919. Archives de l’État..., 405.

59 PVCA OM, 28-7-1919 - 1-12-1919 - 26-1-1920 - 29-3-1920 - 28-1-1924. Archives de l’État, Liège, Fonds Cockerill, 373. Convention du 27-10-1920.

60 J. Bariéty, Les relations franco-allemandes..., op. cit., p. 148.

61 Archives Paribas-416/3. Note du 19-6-1919.

62 Archives Paribas-416/1. Urban à Finaly, 24-4-1919. Archives BUP, PVCD, 24-6-1919 -27-7-1919.

63 Archives CS, PVCA, Cockerill, 7-4-1919. MAEB. 3013-18/IV. Prince de Ligne à Hymans, 5-6-1919.

64 Archives SGB-379-1. Jadot à Urban, 27-6-1919. Archives Paribas-416/1. Urban à Finaly, 24-4-1919.

65 Archives BUP-PVCA, 1-7-1919 - 22-7-1919.

66 Archives CS-PVCA Cockerill, 7-4-1919 - 5-5-1919 - 6-10-1919. MAEB. 3013-18/IV. Ligne à Hymans, 5-6-1919.

67 Archives SGB-457. Conseils des 29-7-1919 et 23-1-1920.

68 Archives BUP-PVCD BUP, 1-7-1919 - 19-8-1919 - 30-9-1919.

69 G. H. Soutou, « Les mines de Silésie et la rivalité franco-allemande », Relations internationales, 1974, n° 1, p. 135-146.

70 Archives Paribas - 18/60. Note sur Laurahütte. Note du 26-2-1922.

71 Archives Paribas - 18/60. Note sur Laurahütte : situation financière. Note du 24-3-1922 -30-5-1922. Urban à J. Bernard, 14-6-1922. J. Bernard à Urban, 29-6-1922.

72 G.H. Soutou, « Les mines... », article cité, p. 151.

73 E. Bussière, La sidérurgie belge..., op. cit., p. 317-318.

74 A. Nouschi, Luttes pétrolières au Proche-Orient, Paris, 1970. « L’État français et les pétroliers anglo-saxons... », Relations internationales, n° 7, p. 241-259. E. Bussière, « La BUP et l’existence d’un courant national dans les milieux pétroliers français dans l’entre-deux-guerres », Relations internationales, n° 43, p. 305-322.

75 Archives Paribas-571/20, notes sur l’Omnium, 1915. 515/23, notes du 21-7-23. 473/9, notes juillet-août 1919. 197/60, note sur la société de Grosnyi.

76 Ibid, 571/20, note du 8-7-1919.

77 Archives Paribas-571/20. SPEP à Mercier, 16-1-1922. Ibid., 571/19. Omnium, note du 17-9-1919. Réunion du 6-11-1919. Omnium à Paribas, 8-11-1919. Notes 12-2-1920 - 13-10-1920. C. Omnès, De l’atelier au groupe industriel, p. 130-134.

78 Archives Paribas-571/19. Waterkeyn à Josse-Allard, 11-10-1919. Josse-Allard à Chapuy, 13-10-1919. Réunion du 6-11-1919.

79 P. Marguerat, « Réflexions sur l’expansion financière française dans le bassin danubien », colloque de Mayence, 1979. G. H. Soutou, « L’impérialisme du pauvre », Relations internationales, n° 7, p. 219-239.

80 Archives Paribas-571/20, notes 22-2-1923 - 21-12-1921. Roumanie-144, Josse-Allard à Urban, 1-12-1920. Chevalier à Urban, 9-12-1920.

81 Archives Paribas-571/20, note 21-12-1921. Champin à Mercier, 18-1-1922. Colombia à Omnium, 28-10-1922. Josse-Allard à Finaly, 10-1-1923.

82 MAEF. Europe 1918-1940, Roumanie 102. CIP à Office national du pétrole, 23-3-1920.

83 Ibid. Wenger à Labonne, 21-5-1920.

84 MAEF. Europe 1918-1940. Note remise par Gaiffier, 5-5-1920. Ibid., 103. Margerie à G. Leygues, 19-10-1920.

85 Ibid., Roumanie 102. Gaiffier à de Peretti, 9-6-1920. AN F 30 : 1060. Président du Conseil à ministre des Finances, 10-6-1920.

86 MAEF. Europe 1918-1940 - Roumanie 103. Le ministre à ambassade Londres et légation Bucarest, 13-10-1920. Roumanie 104. Conversation Titulesco-Wenger, 3-1-1921. MAEF. Europe 1918-1940 - B. 104. Travaux publics à Affaires étrangères, 4-2-1920. Affaires étrangères à Finances, 27-2-1920. MAEF. Europe 1918-1940 - Roumanie 103. Commissaire aux essences à président du Conseil, 9-11-1920.

87 ANF 30-1060. Rapport du directeur aux essences, 24-4-1922.

88 MAEF. Relations commerciales - B. 48/2. S. . 10. Notes de Pineau, 24-2-1922 - 14-3-1922. Archives Paribas-515/23. Étude sur les sociétés belges, 21-7-1923.

89 Archives Paribas - 571/21 : Tél. Waterkeyn : 8. . 2. Papiers Jaspar : note 11-5-1922, Gênes. MAEF. RC - B. 48/2 : note 20-6-1922.

90 ANF 30 - B. 32 308. Note de la direction des Essences, 6-6-1922. MAEF. RC - B. 48/2. S.-d. VIL. Note pour Seydoux, 26-6-1922. Note pour le président du Conseil, 23-6-1922.

91 MAEF. RC 1918-1940 - B 48/2 - S.-d. X. Commerce à Affaires étrangères, 27-6-1922 -4-10-1922. MAEF. Europe 1918-1940 - B 106. Tél. Poincaré à Bucarest, 14-7-1922. Archives BUP -C 60 101. Conversation du 17-2-1923.

92 MAEF. RC 1918-1940 - B 48/2 - S.-d. IL. Projet de convention pétrolière franco-belge adressé à Herbette en février 1923.

93 MAEF. Europe 1918-1940 - B 116. Petrofîna au directeur des Essences, 10-8-1922. Petrofîna à Jaspar, 22-8-1922.

94 Archives Paribas - 571/20. Josse-Allard à Finaly, 10-1-1923.

95 Archives Paribas. Urban à Finaly, 16-1-1923.

96 MAEF. RC 1918-1940 - B 48/2 - S.-d. IL. Herbette à Poincaré, 22-3-1923. Archives BUP - C 60101. Conversation Sergent-Wenger, 17-2-1923. Archives BUP - C 60102/1. Conversation Finaly-Francqui, 5-2-1923.

97 MAEF. RC 1918-1940 - B 48/2 - S.-d. IL. Commerce à Affaires étrangères, 10-4-1923.

98 Archives BUP - C 60101. Conversation Pineau-Cahen-Fuzier, 2-2-1923.

99 Ibid. 100 - S.-d. 13, note 1.

100 MAEF. RC 1918-1940 - B 48/2 - S.-d. IL. Crédit mobilier de Belgique à BUP, 31-5-1923. Archives BUP, PVCD-UP, 31-7-1923.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540