Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, la Belgique et l’organisation économique de l’Europe, 1918-1935

 | 
Éric Bussière

Première partie. La France, la Belgique et la guerre économique continuée

Chapitre premier

Un projet issu de la guerre

Texte intégral

A. Des réflexions initiales à la conférence économique de 1916

1L’idée d’un rapprochement économique franco-belge à l’issue du conflit mondial est née de réflexions parallèles menées à partir du premier semestre 1915.

  • 1 G. H. Soutou, Les buts de guerre économiques des grandes puissances de 1914 à 1919, p. 517-519.
  • 2 Ibid., p. 831.
  • 3 Ibid., p. 626.
  • 4 Ibid., p. 561-564.
  • 5 Ibid., p. 633.

2Du côté français elles émanent d’un milieu composé d’hommes politiques et de haut personnel de l’administration regroupés au sein du Bureau d’études économiques rattaché à la présidence du conseil1. L’ensemble de ces réflexions devint la politique officielle du gouvernement français lors de l’arrivée d’E. Clémentel au ministère du Commerce à la fin octobre 19152. Cette politique a été largement décrite par G. Soutou. Son but était de provoquer, à l’occasion de la victoire, un rééquilibrage économique de l’Europe au profit de l’Entente, et en particulier de la France, au détriment de l’Allemagne. Celui-ci avait surtout une dimension industrielle visant à faire de la France la grande puissance du continent. La mise en œuvre de cette politique comportait un cadre général : le maintien de la solidarité économique interalliée une fois le conflit achevé. Dans cette perspective, une discrimination économique serait organisée contre l’Allemagne, en particulier en la privant du bénéfice de la clause de la nation la plus favorisée et par l’organisation d’une gestion interalliée des matières premières. Dans ce cadre général s’imbriquait un cadre plus restreint, celui des relations économiques franco-belges auquel on adjoindrait bien vite le Luxembourg. G. Soutou a défini la Belgique « comme un enjeu de taille entre le Reich et l’Entente, et en particulier la France : les équilibres d’après guerre dépendaient en effet pour une part non négligeable des orientations économiques de la Belgique vers l’un ou l’autre camp »3. L’alliance sous une forme à définir des deux économies, compte tenu de la récupération de l’Alsace-Lorraine et du détachement du Luxembourg du Zollverein ferait pencher l’équilibre du côté de la France. En 1915, la solution la plus fréquemment évoquée du côté français était aussi la plus radicale : celle de l’union douanière pure et simple4. C’était le cas au sein du Bureau d’études économiques. De même, au Havre dans l’entourage du ministre de France auprès du gouvernement belge, des études en vue du rapprochement des deux économies étaient menées dès la fin de l’année5. Cet ensemble de réflexions ainsi que l’action personnelle de Clémentel devaient déboucher sur la conférence économique de Paris du 14 au 17 juin 1916.

  • 6 Papiers Broqueville, Correspondance Barbanson – Broqueville. Barbanson à Broqueville, 1-3-1915 – 8- (...)
  • 7 Ibid., Barbanson à Broqueville, 8-5-1915. F. Van Langenhove, L’action du gouvernement belge en mati (...)
  • 8 G. H. Soutou, op. cit., p. 835. Papiers Broqueville, Barbanson à Broqueville, 18-5-1915.
  • 9 G. H. Soutou, op. cit., p. 633.

3Du côté belge des études sur l’avenir économique de la Belgique sont mises en œuvre dès ce début de l’année 1915. Elles émanent d’initiatives diverses, responsables économiques, politiques, universitaires, puis furent prises en charge officiellement par le gouvernement du Havre à l’automne dans un souci évident de contrôle. Au début de l’année Gaston Barbanson, directeur des ARBED luxembourgeoises est chargé par le premier ministre de Broqueville d’une étude sur le renouvellement des traités de commerce. Son rapport sur la politique économique de la Belgique après la guerre est remis dès avril. Pour lui, une refonte totale du tarif douanier du pays est nécessaire ; elle devrait être fonction de l’environnement économique futur de la Belgique6. En même temps à Londres, Carton de Wiart, directeur de la Société générale de Belgique, organise, à l’initiative du ministre des Chemins de fer Seghers un Conseil national économique belge chargé du même programme. Celui-ci constitué principalement par des milieux anver-sois et comprenant peu d’industriels est fortement contesté par Barbanson7. Enfin, à Paris, un cercle d’industriels étudie les mêmes questions. Il s’agissait ici d’un groupe fortement lié aux milieux de l’industrie française que l’on trouve à la fin de l’année dans l’entourage de Clémentel : le baron Empain, fort engagé dans les affaires françaises notamment d’électricité, Georges Theunis, Georges Desprests, industriel du verre8. Entre ces différents groupes, aux intérêts divers, les milieux négociants anversois attirés vers l’Angleterre, Empain « partisan déterminé du rapprochement économique le plus étroit entre la France et la Belgique » il convenait de mettre bon ordre selon Barbanson lui-même9.

  • 10 Van Langenhove, op. cit., p. 97-98.
  • 11 J. Willequet, Albert Ier roi des Belges, p. 124-127.

4L’enquête confiée par le gouvernement au professeur Waxweiler, directeur de l’institut de sociologie Solvay de Bruxelles, en septembre 1915 prend alors toute sa signification ayant pour but « de fournir au gouvernement le plus d’indications possibles sur toutes les éventualités qui peuvent s’offrir pour une politique économique nationale » elle avait le caractère d’investigation scientifique indépendante des intérêts particuliers ; n’ayant pas « pour désir immédiat d’organiser sur le terrain économique ni l’offensive contre l’Allemagne, ni l’entente avec les États dont la Belgique partage la fortune des armes » elle ne préjugeait pas des choix futurs entre les grandes orientations possibles10. Au demeurant, si la personnalité scientifique qu’était Waxweiler pouvait donner toutes garanties aux milieux économiques intéressés comme aux membres du gouvernement, il en était de même pour Albert Ier, avec qui il était lié, et dont il fut l’émissaire secret lors de ses contacts avec Toerring entre 1915 et février 191611.

5Avant même que ne se pose la question de la nature du futur rapprochement économique à opérer avec l’Angleterre ou la France à l’issue du conflit, c’était son principe même, donc la participation à la future conférence économique alliée, annoncée depuis le 21 décembre 1915 par Clémentel qui était en cause. De fait, il semble que les réticences majeures vinrent du roi lui-même, désireux de ne prendre aucun engagement prématuré en matière politique ni économique. Le témoignage de Barbanson est ici particulièrement révélateur : en présence de deux choix économiques antagonistes en train de se constituer, il était impossible à la Belgique de ne pas choisir. La seule solution possible était l’entente économique entre alliés dont Clémentel était le champion : afin de ne pas être isolée la Belgique devait en prendre l’initiative. Pichon suggère à Barbanson, devenu secrétaire du Comité d’enquête économique belge à Paris, une initiative belge et celui-ci demande à Broqueville d’exercer une pression en ce sens sur le roi. L’échec de cette tentative est peut être lié à la volonté du roi de ne pas compromettre les sondages en cours du côté des Empires centraux.

  • 12 Papiers Broqueville, Barbanson à Broqueville, 5-12-1915 – 22 et 23-12-1915 – 2-1-1916 – 1-2-1916. G (...)

6Il semble cependant qu’un entretien avec l’industriel E. Coppée à la fin janvier ait modifié le point de vue du roi. Enfin, l’initiative des Alliés qui aboutit à la déclaration de Sainte-Adresse du 14 février 1916 garantissant à la Belgique son indépendance « politique et économique » fut sans doute déterminante. Le 7 février la Belgique était invitée à la conférence économique, le 16 février l’invitation était acceptée12. Officiellement, l’ancrage de la Belgique dans le « bloc » économique de l’Entente était décidé.

  • 13 G. Soutou, op. cit., p. 898-920.
  • 14 Id., op. cit., p. 924-925.

7Quelles sont les intentions des deux gouvernements à la veille de la conférence économique interalliée sur leurs relations économiques futures : Celles du gouvernement français sont définies dans une note du 14 avril 1916 rédigée en vue de la préparation de la conférence avec la Belgique : « Il faut aller le plus loin possible dans l’union. Le résultat qu’il est permis d’attendre à cet égard compterait pour nous parmi les plus grands et les plus beaux profits de la guerre. » De son côté le collaborateur du ministre de France au Havre poussait dans le même sens et conseillait de conclure avec la Belgique avant la fin de la guerre13. Enfin, sans qu’une position officielle soit clairement définie ni préparée par des études suffisantes, il est clair que Clémentel était résolu à proposer à la Belgique une union douanière, ce qu’il fit lors d’un entretien avec de Broqueville le 28 mai 1916, quelques semaines avant le début de la conférence14.

  • 15 G. Soutou, op. cit., p. 632.
  • 16 G. Soutou, op. cit., p. 922-925.

8Du côté belge, les divergences sur la politique à suivre, notamment entre membres du gouvernement, aboutissent à la définition d’une voie moyenne qui fut défendue à la conférence de juin 1916. Dans un premier temps, les initiatives furent prises par de Broqueville, partisan d’une orientation française. Dès juin 1915, les ministres belges avaient suggéré à O. Homberg, en mission pour le ministère des Finances au Havre, une « union douanière réduite » franco-belge, avec tarifs préférentiels et cartels industriels pour l’exportation15. Le gouvernement français n’avait pas donné suite. Au début de 1916, l’initiative est sem-ble-t-il, aux mains de Broqueville ; celui-ci est partisan d’un accord franco-belge étroit et tombe d’accord le 28 mai 1916 avec Clémentel sur le principe d’une union douanière. En fait, il s’est trop avancé et se trouve isolé au sein de son propre gouvernement. Beyens, ministre des Affaires étrangères y est opposé, tandis que Hymans, à l’origine de la déclaration de Sainte-Adresse, est partisan d’un rapprochement avec l’Angleterre16.

  • 17 Van Langenhove, op, cit., p. 200-204.
  • 18 G. Soutou, op. cit., p. 959.

9La position de la Belgique à la conférence de Paris en juin 1916 aboutit donc à une solution de compromis exposée publiquement par Broqueville entouré de Beyens, Van de Vyvere, Waxweiler. Elle est directement inspirée des conclusions de l’enquête dirigée par ce dernier ; ses principales conclusions : assurer l’indépendance économique de la Belgique vis-à-vis de l’Allemagne dont la politique avait poursuivi l’objectif de « s’assurer en Belgique une influence économique dominante » en s’appuyant sur les facilités et garanties offertes par les puissances « qui portent intérêt » à la Belgique et ayant signé la déclaration de Sainte-Adresse, c’est-à-dire la France et l’Angleterre17. La conséquence logique de ce programme fut l’adhésion officielle de la Belgique aux conclusions de la conférence de Paris transmise au gouvernement français le 15 juillet 191618.

10Les objectifs de la France et de la Belgique tels qu’ils apparaissent au milieu de l’année 1916 sont donc de dimensions tout à fait différentes. D’un côté on tente de mettre en œuvre une grande politique, à la dimension d’un continent, fondée sur une logique simple : l’affrontement de blocs sur les plans économiques et politiques. De l’autre une politique de rééquilibrage. La Belgique est attirée vers trois pôles : deux pôles continentaux : France, Allemagne, un pôle maritime, l’Angleterre. L’un, d’entre eux a pris trop d’influence dans la vie du pays : il s’agit de s’appuyer sur les deux autres pour retrouver un nouvel équilibre. Cette politique de rééquilibrage extérieur est à l’image du compromis entre intérêts économiques à l’intérieur du pays : milieux industriels, milieux du négoce international. Cette différence de nature explique largement les difficultés du dialogue ultérieur entre les deux pays.

B. Des dispositions de principe à leur mise en œuvre : l’échec des premières négociations (1916-1917)

  • 19 MAEB. 3013-18/III. Le ministre des Affaires étrangères au ministre des Affaires économiques, 4-2-19 (...)

11À partir de l’été 1916 la politique du gouvernement belge consista à essayer d’obtenir de la France et de l’Angleterre les « facilités et garanties » nécessaires à réaliser ce programme. Cette ligne politique est parfaitement définie par P. Hymans, ministre d’État sans portefeuille représentant du gouvernement belge à Londres jusqu’en octobre 1917, puis ministre des Affaires économiques et surtout ministre des Affaires étrangères à partir de janvier 1918 : « Notre intérêt est de négocier séparément avec la France, pays protectionniste, et avec l’Angleterre, qui, si elle ne reste pas fidèle au libre-échange absolu, ne paraît cependant pas devoir entrer dans la voie d’une protection accentuée ; (...) en négociant séparément avec nos deux grands voisins, nous avons des chances de bénéficier du désir qu’ils ont l’un et l’autre de jouer un rôle influent dans notre vie économique19. »

  • 20 G. H. Soutou, op. cit., p. 970-976.

12Les gouvernements français et belge tombèrent d’accord dès l’été 1916 pour entamer des discussions visant à mettre en œuvre le programme de la conférence de Paris. Les responsables du quai d’Orsay et du ministère du Commerce étaient en effet convaincus de la nécessité d’aboutir avant la fin du conflit à un accord avec la Belgique pour profiter de la volonté, vive durant les hostilités, de ce pays de se dégager de l’emprise économique allemande20.

  • 21 G. H. Soutou, op. cit., p. 970-976.

13Les discussions consistèrent en un entretien entre Clémentel et de Broqueville le 16 août 1916 suivi de deux entrevues, à Paris, entre Clémentel et le ministre des Finances Van de Vyvere les 6 septembre et 9 octobre 1916. Ils aboutirent à la conférence économique franco-belge de Paris entre les 10 et 13 avril 191721. Pourtant, à la fin de 1917, aucun engagement formel n’avait été pris entre les deux partenaires sur la nature de leurs futures relations. Plusieurs raisons l’expliquent.

14D’une part, les divergences entre responsables des deux pays sur la nature de leurs futures relations. De l’autre, les incertitudes liées au contexte international : issue de la guerre et situation de l’Allemagne au moment des négociations de la paix, entente économique globale entre alliés et en particulier attitude de l’Angleterre (son futur régime douanier, ses relations avec son empire revêtaient une importance capitale pour les deux pays) puis des États-Unis. Ceci explique qu’aucun des deux partenaires ne se soit engagé formellement sur les grands thèmes de cette négociation, et que les perspectives aient été encore assez largement ouvertes à la fin des hostilités. Pourtant, il est possible de dégager les principaux objectifs des deux partenaires et leurs points d’accord et de désaccord.

  • 22 G. H. Soutou, op. cit., p. 964.
  • 23 MAEF. Europe 1918-1940 – B. 114. Rapport Clémentel du 15-9-1918.
  • 24 G. H. Soutou, op. cit., p. 969.

15Les plus grandes ambitions furent sans conteste celles d’E. Clémentel. Son but était d’atteindre l’intégration économique la plus poussée entre les deux économies afin de ne constituer qu’une seule entité à laquelle viendraient s’adjoindre l’Alsace-Lorraine et probablement le Luxembourg. Cette intégration serait avant tout industrielle, Clémentel ayant à plusieurs reprises proposé aux Belges de laisser l’agriculture de côté22. Cette intégration devrait se faire sur le plan des entreprises et viser à réaliser des « combinaisons industrielles » franco-belges associées à une pénétration bancaire française en Belgique. Ainsi seraient nouées « entre industriels des deux côtés de la frontière, de multiples coalitions d’intérêts23 ». Deux moyens privilégiés s’offraient : l’élimination des intérêts allemands en France et en Belgique au profit de capitaux franco-belges : de ce point de vue Clémentel souhaitait une participation massive des capitaux français à cette opération en Belgique ; la création d’industries nouvelles franco-belges substitutrices d’importations allemandes24. Enfin, la reconstruction nécessaire des industries dévastées par le conflit et les prélèvements ou destructions allemandes offrait l’opportunité d’une reconstitution sur ces nouvelles bases. Cette idée fut développée à partir de l’automne 1916 et resta un leitmotiv des responsables français jusqu’en 1919.

  • 25 Ibid., p. 973.
  • 26 MAEB. 3013-18/III. Le ministre des Affaires étrangères au ministre des Affaires économiques, 4-2-19 (...)

16Ce schéma d’intégration aurait été quasi naturellement réalisé dans le cadre d’une union douanière ; celle-ci, nous le verrons, fut vite écartée par les Belges. Cependant, même dans ce cas, il entrait probablement dans les intentions de Clémentel d’y associer l’idée de consortium. C’est celle-ci qui devint le cheval de bataille de Clémentel à l’automne 1916. Dans un cadre national ou international, ce serait le moyen, dans la perspective dirigiste qui était la sienne, de poursuivre l’organisation du bloc économique allié et de l’association industrielle franco-belge. Ces consortiums franco-belges mettraient sur pied un vaste programme de spécialisation industrielle, organiseraient la substitution des intérêts franco-belges aux intérêts allemands, permettraient la suppression des droits de douane entre les deux pays pour leurs productions et organiseraient l’exportation en commun. On pouvait envisager leur formation dans des domaines tels que la métallurgie, la chimie, le matériel électrique, les textiles, le ciment et le verre25. Ces consortiums pourraient être intégrés aux sociétés interalliées des solvants, des métaux, des corps gras, etc., que Clémentel projetait de constituer avec l’appui de l’Angleterre26. L’ensemble de ces projets s’intégrerait dans la perspective d’une politique fondée sur la discrimination douanière vis-à-vis de l’Allemagne et la gestion interalliée des matières premières auxquelles la France demandait à la Belgique de s’associer.

17Les études engagées pour le gouvernement belge par E. Waxweiler furent poursuivies après sa mort survenue en juin 1916 par Maurice Frère, l’un de ses collaborateurs, qui prit la direction du Bureau d’études économiques rattaché au ministère des Affaires économiques créé en octobre 1917 et placé sous l’autorité de P. Hymans. C’est dans ce cadre que furent définies les orientations de la future politique économique belge.

  • 27 MAEB. 3013-18/III. Conférence économique franco-belge de 1917. Procès-verbaux.
  • 28 Ibid.
  • 29 Ibid.

18Le principe de base de cette nouvelle politique consistait à débarrasser la Belgique de l’emprise économique allemande de manière « complète et durable27 ». Dans cette perspective, la Belgique était déterminée à imposer, de concert avec les alliés, un régime d’exception à l’économie allemande, fondé sur des règlements spéciaux, prohibitions et le refus d’accorder à ce pays le bénéfice de la clause de la nation la plus favorisée. Selon Van de Vyvere, ministre des Finances, ce principe constituerait « la vraie base de notre régime économique futur28 ». La conférence de Paris ayant défini ce cadre « d’élimination de l’empire allemand », il convenait de développer entre alliés des politiques de coopération susceptibles de se substituer au rôle que jouaient les relations avec ce pays dans les économies alliées. Cette contrepartie positive revêtait une importance particulière pour la Belgique. L’Allemagne était son fournisseur en sources d’énergie (charbon), matières premières (métaux non ferreux importés d’outre-mer par la Metallge-sellschaft) et équipements industriels (machines) ; elle détenait des positions clés dans l’industrie belge (électricité) et jouait un rôle de premier plan dans son activité commerciale grâce aux positions qu’elle détenait dans le port d’Anvers en raison du rôle de transit que celui-ci jouait pour l’économie allemande. Le principe des « débouchés » compensateurs énoncé par la conférence de Paris prenait ici tout son sens ; il se trouvait renforcé, politiquement, par la déclaration de Sainte-Adresse de février 191629.

19La Belgique comptait donc mettre en œuvre une vaste opération de substitution dans ses relations économiques internationales. Elle se montrait favorable à la création de sociétés interalliées des matières premières qui se substitueraient au fournisseur allemand. Elle souhaitait le développement de l’industrie mécanique et électrique chez les alliés, avec le même objectif. Enfin elle désirait voir se substituer un transit franco-britannique et franco-belge au transit avec l’Allemagne. Ces principes généraux coïncidaient parfaitement avec le programme d’E. Clémentel. Les divergences provenaient du cadre dans lequel ces politiques prendraient place.

  • 30 Papiers Broqueville, Barbanson à Broqueville, 25-5-1916 – 27-7-1917. MAEB. 3013-18/III. Conférence (...)
  • 31 G. H. Soutou, op. cit, p. 961 et 971. Barbanson à Broqueville, 25-5-1916. MAEB. 3013-18/III. Hymans (...)

20Les travaux d’E. Waxweiler avaient confirmé le rôle essentiel joué par l’exportation dans l’industrie belge. Celle-ci était permise en grande partie par les coûts extrêmement bas que permettait un régime économique libéral fondé sur des droits de douane très faibles. Les responsables belges ne souhaitaient donc pas voir ces grands principes remis en cause ; l’idéal pour la Belgique eût donc été la constitution d’une vaste zone de libre-échange qui eût compris la Grande-Bretagne et son empire – Belgique redoutait les tendances protectionnistes dans ce pays et souhaitait des garanties de ce côté – et la France dont on souhaitait une évolution vers le libre-échange. Les Belges ne se privaient pas de critiquer le protectionnisme français et en particulier le régime de 1892. Ici l’industriel G. Barbanson, le ministre Beyens – a Belgique (...) aussi à cause de la politique douanière qui avait prévalu dans d’autres pays », le ministre Van de Vyvere en parlant du port d’Anvers « votre place y est préparée, marquée. Elle sera prépondérante si vous adoptez résolument une politique libérale » –se rejoignent totalement30. Cette vaste zone de libre-échange, elle-même ouverte sur le monde extérieur, aurait offert toutes garanties vis-à-vis des neutres dont la Belgique n’aurait pas eu à souffrir. Elle fut suggérée par Van de Vyvere à Clémentel en 1916, sous la forme d’une union douanière à trois, elle était acceptée par Barbanson en 1916 et par Hymans en 1918. Les démarches en ce sens effectuées par le gouvernement belge en 1916 échouèrent : le gouvernement anglais refusant de s’engager31. Restait l’union douanière franco-belge. Celle-ci fut résolument et constamment refusée par les responsables belges à partir de l’été 1916. Elle reviendrait en effet pour la Belgique à adopter pour sa plus grande part le tarif douanier français, ce qui, du même coup, lui ferait perdre une partie de ses marchés extérieurs. À ces arguments économiques s’ajoutaient des arguments d’ordre politique : l’union douanière avec la France compromettait l’indépendance nationale en matière économique et – pensait-on – en matière politique, ce qu’une partie du gouvernement et le roi refuseraient.

  • 32 G. H. Soutou, op. cit., p. 961-963.

21Le bilan des négociations de 1916-1917 apparaît donc mince en termes d’engagements précis. Dans un cadre interallié les deux pays étaient d’accord pour se concerter en vue d’établir un tarif prohibitif commun contre l’Allemagne, dénoncer les traités de commerce comportant la clause de la nation la plus favorisée, créer des sociétés interalliées des métaux proposées par Clémentel. Dans un cadre plus restreint, les Belges étaient favorables à des ententes entre industriels français et belges, au développement d’industries de substitution – de même était évoquée une politique des matières premières franco-belges dans le cadre d’échanges minerai de fer-charbon ou coke belge fabriqué à partir de charbons anglais. Enfin une politique concertée des transports était-elle envisagée, permettant de drainer le transit suisse et italien vers la France et la Belgique. C’est cependant le cadre de cette coopération qui constituait le point de divergence fondamental entre les deux pays. L’union douanière fut définitivement refusée par Broqueville le 18 août 1916 puis par Van de Vyvere le 6 septembre32.

  • 33 MAEB. 3013-18/III. Conférence économique franco-belge de 1917. Procès-verbaux.

22Pour Van de Vyvere il s’agissait d’établir une « entente facilitant les échanges et la collaboration économique des deux nations, chacun des deux pays maintenant toutefois sa liberté tarifaire complète vis-à-vis des tierces parties, sauf vis-à-vis des puissances ennemies...33 ». Clémentel se reporta alors sur la formule des consortiums - ce qui revenait à établir des unions douanières par branches assorties de politiques industrielles communes - à partir d’octobre 1916. Enfin, en avril 1917, il suggéra la possibilité de créer des zones de libre-échange limitées sous la forme de « trafic-frontière » pour la période de reconstruction. Il ne fut pas possible de se mettre d’accord sur ces deux dernières formules qui ne furent cependant pas formellement écartées par les Belges. Des transactions restaient donc possibles. Les ministres belges suggéraient de leur côté un accord plus traditionnel, sous la forme d’une convention commerciale classique avec tarif annexé, dans laquelle les deux pays se feraient des concessions réciproques. Cette convention, établie pour une durée déterminée, permettait à la Belgique de développer de nouvelles industries - machines - susceptibles de trouver un débouché en France.

  • 34 G. H. Soutou, op. cit., p. 959-989.

23Cette formule ne put trouver l’assentiment de Clémentel, gêné par la volonté du parlement de conserver la maîtrise de son tarif douanier. Enfin Clémentel ne pouvait offrir que des concessions limitées sur la question de la surtaxe d’entrepôt. Celle-ci qui taxait les marchandises d’origine extra-européennes qui transitaient par un pays européen avant leur importation en France gênait le développement du port d’Anvers dont l’hinterland recouvrait une bonne partie du nord et de l’est de la France. Les concessions qu’était susceptible de faire le gouvernement sur ce point étaient combattues par les représentants des ports français et notamment le Havre et Dunkerque34.

  • 35 Ibid., op. cit., p. 983.

24Les choses restèrent en l’état entre avril 1917 et la fin de l’année. Le dialogue franco-belge se limita, sur cette question, à une correspondance Klobukovski (ministre de France au Havre) - Van de Vyvere en juin qui n’aboutit pas. La reprise des conversations proprement dites fut empêchée par la démission de Beyens en juillet ; l’arrivée de Hymans au ministère des Affaires étrangères en janvier 1918 marquait définitivement la victoire du camp des partisans de l’équilibre entre la France et l’Angleterre et la fin de toute possibilité d’union douanière avec la France. Sur ce point l’accord entre le roi et son ministre était total35.

C. Dialogue franco-belge et dimension interalliée : 1918-1919

1. Les difficultés du dialogue : divergences belges et incertitudes françaises

  • 36 Papiers Broqueville, Barbanson à Broqueville, 29-1-1918.
  • 37 MAEB. 3013-18/III. Affaires économiques à Affaires étrangères, 23-8-1918. Affaires étrangères à Aff (...)

25Si l’année 1918 ne vit pas la reprise de négociations formelles, elle fut marquée par un dialogue continu entre responsables des deux pays sur le statut de leurs futures relations économiques. Les divergences internes au gouvernement belge expliquent ces contretemps. Hymans était favorable à la reprise des négociations alors que Beyens et Van de Vyvere préféraient temporiser, se réservant de négocier avec l’Allemagne selon l’issue du conflit36. Ces divergences portaient également sur la nature et la valeur des avantages à demander à la France. Les avis divergeaient sur l’importance des bénéfices que tireraient les ports belges de la suppression par la France de la surtaxe d’entrepôt et d’origine en leur faveur. Le ministère des Affaires économiques les minimisait. En particulier son application à l’Alsace-Lorraine en cas de rattachement à la France provoquerait une perte de trafic, mais non déterminante pour l’avenir des ports belges. De même, en cas de développement des approvisionnements charbonniers de la France en provenance d’Angleterre la suppression de la surtaxe d’origine, qui ne touchait pas l’Europe, ne serait d’aucun effet. L’administration de la marine confirmait de son côté qu’il était difficile de chiffrer les avantages pour la Belgique de la suppression éventuelle des surtaxes. Elle proposait, le cas échéant, de renoncer aux revendications portant sur les transports au profit des revendications douanières. Hymans obtint leur maintien au premier rang. Le poids politique des milieux anver-sois joua ici probablement un grand rôle37.

  • 38 Van Langenhove, L’action du gouvernement belge..., p. 212. MAEB. 3013-18/III. Note Hymans, 11-1-191 (...)
  • 39 G. H. Soutou, Les buts de guerre..., p. 960-961.
  • 40 Van Langenhove, op. cit., p. 211-216. G. H. Soutou, op. cit., p. 986. MAEB. 3013-18/III. Affaires é (...)

26D’un autre côté la politique de bascule menée par Hymans conduisait à temporiser. Certes elle permit d’exercer une pression sur Paris. Ainsi à l’issue de la création du comité de commerce anglo-belge (14 décembre 1917) et des déclarations qu’y fit Balfour en faveur d’une aide des pays anglo-saxons à la Belgique, Paris manifesta sa volonté de reprendre les négociations bilatérales38. Cependant la volonté de ne rien entreprendre du côté français sans avoir sondé le gouvernement britannique poussait à l’attentisme. Les ouvertures belges du côté de Londres se soldent en effet par des échecs successifs. Déjà en 1916 les diverses démarches en vue d’obtenir un traitement de faveur pour les produits belges à l’entrée dans l’Empire britannique avaient échoué39. La création par l’Angleterre du Belgian trade committee en juin 1917 fournit l’occasion d’un dialogue et de discussions d’experts au Havre en août et septembre. Elles aboutirent à la création du comité de commerce anglo-belge cité plus haut. Les deux comités poursuivirent le dialogue en avril 1918. Enfin à partir de septembre, Clémentel semblant désireux de reprendre au plus vite les négociations avec la Belgique, Hymans décida une consultation préalable de la Grande-Bretagne le 26 octobre. Les revendications belges ne furent encore pas satisfaites40.

  • 41 G. H. Soutou, op. cit., p. 1830-1832. MAEB. 3013-18/III. Gaiffier à Hymans, 4-2-1918. Affaires étra (...)
  • 42 MAEB. 3013-18/III. Affaires étrangères à Finances, 13-2-1918.
  • 43 Id. Gaiffier à Hymans, 11-5-1918.
  • 44 G. H. Soutou, op. cit., p. 1830-1831.
  • 45 MAEB. 3013-18/III. Gaiffier à Hymans, 15-2-1918 – 12-3-1918. Hymans à Affaires économiques, 25-3-19 (...)
  • 46 MAEB. 3013-18/III. Gaiffier à Hymans, 17-5-1918. Hymans à Gaiffier, 31-5-1918.

27La reprise des négociations avec la France s’avérait enfin d’autant plus difficile que planaient des incertitudes et des craintes sur les fondements de sa future politique économique. Au début de février Clémentel indique au ministre de Belgique à Paris, Gaiffier, que la France pourrait modifier sa politique tarifaire vis-à-vis de l’Allemagne en cas où ses revendications territoriales (Alsace-Lorraine) seraient satisfaites et ne pas lui appliquer le tarif maximum. Les doutes du gouvernement belge sont renforcés à l’occasion de l’intervention de Clémentel au Sénat lors du débat auquel avait donné lieu l’interpellation Perchot le 7 février 191841. Cette évolution était grave, la protection de l’industrie belge durant la période de reconstitution étant considérée comme fondamentale par Hymans. Le gouvernement belge s’était engagé très loin dans cette voie puisqu’il se préparait, au début février à une série de démarches diplomatiques auprès du président Wilson afin de justifier la discrimination économique contre l’Allemagne, au moins pour la période de reconstruction42. Les craintes du gouvernement belge furent levées à l’occasion d’un entretien entre hauts fonctionnaires à Paris au début mars43. D’un autre côté, la capacité de Clémentel à imposer ses vues en matière économique au parlement étaient mises en doute par le ministre de Belgique et les milieux belges à Paris. L’Association de l’industrie et de l’agriculture françaises présidée par le sénateur Touron qui réclamait le retour à la politique traditionnelle de la France était particulièrement visée par Gaiffier44. Enfin, les indications obtenues par le canal des fonctionnaires du Quai d’Orsay et du ministère du Commerce réveillaient les craintes de Gaiffier et de son ministre Hymans : la proposition d’une zone franche de part et d’autre de la frontière, celle d’une union douanière à trois avec l’Angleterre étaient analysées comme des manœuvres visant à aboutir à l’union douanière franco-belge pure et simple dont on ne voulait pas45. Enfin les conceptions sur la nature des entretiens économiques à engager étaient diamétralement opposées du côté belge et français. En mai F. Pila, fonctionnaire au Quai d’Orsay, suggère à Gaiffier de prendre l’initiative d’une nouvelle conférence économique bilatérale où les questions de principe seraient seules évoquées et les questions tarifaires repoussées à la fin du conflit. La réponse d’Hymans allait dans le sens inverse : des compensations tarifaires seraient nécessaires pour que la Belgique puisse poursuivre la guerre économique contre l’Allemagne46.

2. La dimension interalliée

28À partir de l’été 1918, le dialogue franco-belge perd en partie son caractère bilatéral pour se trouver plus directement intégré aux questions interalliées. Les initiatives qui conduisirent à élargir le débat vinrent des deux côtés.

  • 47 Van Langenhove, op. cit., p. 122-123.

29Dans les milieux gouvernementaux et industriels belges le souci de la reconstruction industrielle se joignit, à partir de 1917, à celui du futur statut économique du pays. L’enjeu en est assez fidèlement rapporté par Van Langenhove dans son livre de 1927 : il s’agissait pour l’industrie belge aussitôt la fin des hostilités d’être en mesure de reconquérir au plus vite les marchés abandonnés du fait du conflit. La remise en état de l’appareil industriel, la reconstitution des stocks constitueraient une priorité pour le pays. Ce programme devrait être exécuté rapidement et au moindre coût dans un contexte de concurrence acharné47. L’intérêt du gouvernement belge était de placer cette question sur le terrain interallié. La déclaration de Sainte-Adresse puis celles en faveur de la reconstruction de la Belgique faites à la conférence de Paris constituaient une première justification. Surtout, la création du conseil interallié des achats de guerre et des finances, celle des « executives » puis des comités de programme pour la question des stocks de matières premières à partir de décembre 1917, nécessiterait, semblait-il, l’intégration des programmes belges de reconstruction dans un plus vaste ensemble si ces organismes étaient appelés à survivre au conflit.

  • 48 Van Langenhove, op. cit., p. 105-146-147.
  • 49 MAEF. Europe 1918-1940 - Belgique 122. Le ministre du Commerce au ministre des Affaires étrangères, (...)

30En juillet 1917, le Gouvernement constitua la Commission interalliée pour le ravitaillement industriel et agricole de la Belgique (CIRIAB) chargée de présenter les programmes de ravitaillement belges aux Alliés. Celle-ci tint ses premières réunions en septembre en présence de délégués britannique et français. Elle fut renforcée par la suite par un Italien et un Américain48. À la suite de la réunion de la CIRIAB à Londres le 19 avril 1918, fut constitué par le gouvernement belge, le 14 juin 1918, le Comptoir national pour la reprise de l’activité en Belgique. Celui-ci, construit sur le modèle de l’office de reconstitution industrielle français, était chargé de centraliser les programmes d’achat de la Belgique49. Dans ce cadre la France fut saisie le 16 avril 1918 d’une première demande d’un crédit de 100 millions pour le financement des besoins immédiats de la Belgique lors de sa libération, puis le 31 octobre d’un programme complet d’organisation de la reconstruction. Un programme similaire avait été adressé à l’Angleterre, l’Italie et aux États-Unis.

  • 50 MAEF. Europe 1918-1940 – Belgique 122. Le ministre de Belgique en France au ministre des Affaires é (...)
  • 51 Idem. Le ministre de Belgique en France au ministre des Affaires étrangères, 6-2-1919.

31Il prévoyait la constitution chez les Alliés de commissions correspondant au Comptoir national pour la reprise de l’activité en Belgique et à l’Association nationale pour la restauration de l’agriculture. Les deux associations belges transmettraient à ces organismes ces programmes belges, étudieraient en commun les commandes à passer qui bénéficieraient du caractère « d’ordres gouvernementaux et leur garantissaient dès lors l’ordre de priorité des besoins de guerre ». Pour réaliser ces fournitures les alliés puiseraient en priorité sur leurs stocks de guerre et procéderaient par voie de réquisition dans les entreprises du pays. Ces programmes seraient financés par les gouvernements alliés qui se rembourseraient sur les réparations à obtenir des Empires centraux50. Dans sa revendication, le gouvernement belge s’appuyait sur une base solide : la déclaration de Sainte-Adresse ; en s’adressant de manière séparée aux différents gouvernements, il jouait de la rivalité que pouvait susciter entre eux le désir de s’attacher la Belgique tout en ne préjugeant pas de la poursuite de la collaboration interalliée une fois le conflit terminé. Pourtant la création d’une telle organisation supposait au moins un certain temps le maintien d’un régime économique d’exception inspiré de celui qui prévalait à la fin du conflit. En ce sens, le gouvernement belge restait proche des thèses de Clémentel et d’une certaine manière du gouvernement britannique favorable au maintien en faveur des régions dévastées comme la Belgique, de certaines formules d’organisation issues du temps de guerre51.

  • 52 MAEB. 3013-18/III. Note Hymans du 25-10-1918. Visite chez Clémentel.
  • 53 MAEB. 3013-18/III. P. Hymans à J. Pichon, ministre des Affaires étrangères – Paris.

32Ce projet avait été annoncé à Clémentel par le ministre Hymans lui-même le 25 octobre 1918. Lors de cette entrevue le ministre belge avait très nettement distingué la question de la reconstruction industrielle et économique de celle des futures relations commerciales qu’il entendait traiter séparément52. Cette dernière question fit l’objet de communications aux gouvernements anglais le 14 novembre 1918 et français le 18 novembre. Leur but était d’obtenir, avant le retour du gouvernement belge à Bruxelles des engagements des gouvernements alliés susceptibles de conforter sa position auprès de l’opinion publique. En échange de garanties de la part de la Belgique au sujet de ses futures relations avec l’Allemagne, le gouvernement belge demandait à l’Angleterre l’assimilation de son commerce à celui de la métropole dans ses relations avec l’Empire. À la France il avait demandé « à titre privilégié, un régime de faveur, propre à nous faciliter l’accès de ses marchés, tant coloniaux que métropolitains » sous forme d’un engagement conventionnel « pour un terme de quelque durée ». Ce régime serait tel que ne pourraient s’en « prévaloir les autres pays alliés ou neutres ». D’autre part elle demandait « l’assimilation, moyennant réciprocité, des ports belges aux ports français ». Un tel régime serait susceptible de préserver le pays de l’emprise économique allemande ; dans cette perspective la Belgique prendrait « des mesures de défense pour garantir son marché intérieur contre l’invasion de produits allemands53 ». Ainsi le programme économique officiel du gouvernement belge consistait-il à se prévaloir d’une situation politique particulière -la neutralité violée et la déclaration de Sainte-Adresse – et à mettre en balance des « sacrifices » qu’il était par ailleurs déterminé à faire pour obtenir un traitement économique de faveur de la France.

  • 54 MAEF. Europe 1918-1940 – Belgique 114.
  • 55 MAEB. 3013-18/III. Gaiffier à Hymans, 21-6-1918.
  • 56 MAEF. Relations commerciales 1918-1940 – C. Belgique 1. Note de F. Pila, 25-11-1918.

33La politique du ministère du Commerce vis-à-vis de la Belgique fut définie dans un rapport transmis au Quai d’Orsay le 30 janvier 191954. Clémentel prenait le contre-pied de l’attitude belge en intégrant la question de la reconstruction industrielle à celle des futures relations bilatérales. Cette position fut signifiée dans le mois de juin par Pila à Gaiffier55. Elle est plus largement justifiée par Clémentel : de nombreuses industries du Nord sont le prolongement des industries belges : c’est la collaboration et non la concurrence qui doit jouer entre elles ; et plus nettement : « La Belgique devra comprendre que la France, qui a vu dix de ses plus riches départements ravagés, ne pourra contribuer à la reconstruction de la Belgique que si les industries belges deviennent pour la France non des concurrentes mais des alliées. » Pila, pour le Quai d’Orsay, précisait de son côté que les industries de la France du nord et de la Belgique devraient renaître associées56. Pourtant Clémentel, comme certains hauts fonctionnaires des Affaires étrangères, avait bien conscience que, dans le domaine de la reconstruction, la France, elle-même dépendante des Anglo-Saxons, aurait peu à offrir en comparaison de ce que pouvaient fournir ces puissances. Il préconisait donc de sérier les questions en deux groupes : les questions générales telles que l’exclusion des capitaux allemands, les mesures contre le dumping, le tarif prohibitif contre l’Allemagne, les stocks de matières premières, la reconstitution de l’outillage et les emprunts seraient réservées à la conférence ou à des commissions interalliées ; seules des questions spécifiquement franco-belges seraient du domaine des négociations bilatérales. Dans ce cadre, la France se trouverait en meilleure position.

  • 57 G. H. Soutou, op. cit., p. 2848-2849.
  • 58 Idem, op. cit., p. 2842.
  • 59 MAEF. Europe 1918-1940 – Belgique 114. Pichon à Clémentel, 12-10-1918.
  • 60 G. H. Soutou, op. cit., p. 2852.

34Pour une grande part, les futures relations économiques franco-belges reposaient donc sur l’issue de la conférence de la paix et en particulier sur les décisions qu’elle prendrait quant aux contraintes à imposer à l’Allemagne et à la poursuite de la coopération interalliée. Les décisions de la conférence en matière économique furent discutées au sein de la commission économique qui siégea à partir du 5 février 191957. Le programme de Clémentel reposait sur l’idée que la France, l’Italie, la Belgique, avaient besoin d’une assistance particulière pendant les années de reconstruction faute de quoi l’Allemagne envahirait leurs marchés ; cette assistance reposait sur une coopération entre alliés et le maintien du contrôle des matières premières58. Les arguments ici développés vis-à-vis du gouvernement anglais étaient quasiment identiques à ceux exposés maintes fois par le gouvernement belge aux alliés. Le gouvernement français pouvait donc, semblait-il, compter sur l’appui de la Belgique au cours des négociations. Il essaya effectivement d’associer ce pays à plusieurs de ses revendications. Ainsi, la Belgique n’ayant pu, du fait des puissances anglo-saxonnes, participer au conseil interallié des achats de guerre et des finances, la France essaya-t-elle en octobre 1918 de la faire admettre aux débats qui auraient pour objet l’après-guerre. De même le gouvernement français essaya-t-il de faire appuyer ses thèses en matière douanière par le membre belge qu’il avait fait nommer au sein de la commission économique. Il s’agissait de faire admettre par les puissances anglo-saxonnes les thèses françaises visant à la suppression de la clause de la nation la plus favorisée comme règle générale des relations économiques entre puissances ; cette exception devait permettre la conclusion d’accords régionaux privilégiés comme l’accord franco-belge en préparation59. La question du maintien du contrôle interallié des matières premières, base de toute coopération future selon la France, fut discutée au sein de la section des matières premières du Conseil suprême économique le 4 avril 1919. Elle aboutit à la victoire totale des thèses américaines dont H. Hoover s’était fait le champion : retour à la liberté économique et fin des contrôles60.

  • 61 L. Ranieri, Émile Francqui ou l’intelligence créatrice, p. 173-174 - 183-185.

35On peut se demander, en ce domaine, si le gouvernement belge fut un allié très précieux pour la délégation française. Le remaniement ministériel de novembre 1918 et le retour à Bruxelles du gouvernement et du roi avaient placé au premier plan de responsabilité, en particulier en matière économique, les hommes qui avaient assuré la responsabilité du ravitaillement de la Belgique durant la guerre en collaboration étroite avec H. Hoover, président de la Commission for Relief in Belgium. C’était particulièrement le cas d’E. Francqui, président du Comité national de secours et d’alimentation. Or, Hoover, qui de son côté plaidait pour la liquidation des organismes économiques de contrôle issus de la guerre, avait suggéré dès l’été 1918 au gouvernement belge de se tenir à l’écart de ces organismes et de s’appuyer sur la CRB. En tout état de cause, c’était principalement des États-Unis que proviendraient les ressources et Hoover, grâce à la CRB, se faisait fort d’obtenir un traitement de faveur pour la Belgique. En novembre 1918 il est chargé par le président Wilson de négocier les conditions de la participation américaine à la reconstruction de la Belgique. Les premiers achats du gouvernement belge après la guerre furent donc entrepris à l’initiative de Francqui par l’intermédiaire de Hoover : cargos américains, stocks de guerre du gouvernement américain, crédits privés d’un consortium bancaire réuni par Hoover au profit de l’industrie belge61.

  • 62 G. H. Soutou, op. cit., p. 2866-2873. Bariéty, Les relations franco-allemandes après la première gu (...)

36Si le programme de Clémentel en matière de coopération interalliée n’avait pas été suivi, les conditions économiques de la paix imposées à l’Allemagne n’en demeuraient pas moins sévères : clause de la nation la plus favorisée accordée par l’Allemagne aux Alliés de façon unilatérale pendant cinq ans, liquidation des biens allemands situés sur les territoires des puissances alliées, libre disposition en faveur des Alliés des brevets industriels allemands, traitement le plus favorisé sur les voies de communication allemandes, clause sur les réparations en nature et clauses spécifiques sur la Sarre, l’Alsace-Lorraine62. Cet ensemble offrait un cadre, un ensemble de potentialités aux puissances alliées qui, par ailleurs, conservaient leur absolue liberté.

3. La France et la Belgique face à face

  • 63 MAEB. 3013-18/IV. Note Terlinden, 7-4-1919. Gaiffier à Hymans, 24-4-1919.
  • 64 G. H. Soutou, op. cit., p. 2853, 1-6-1919.

37Ces potentialités, les responsables du ministère du Commerce et du Quai d’Orsay étaient bien décidés à les mettre en œuvre en y associant l’économie belge. Pourtant, au-delà de cette permanence, la possibilité d’une réorientation continentale des projets économiques de la France se dessine. Les puissances anglo-saxonnes apparaissent comme les véritables responsables de l’échec du maintien de la coopération économique alliée et les États-Unis comme les concurrents les plus redoutables. Le 7 avril 1919 Serruys, haut fonctionnaire du ministère du Commerce, rencontre un fonctionnaire belge : devant l’échec de l’entente interalliée pour les matières premières dû aux Anglo-Saxons, l’entente économique franco-belge est indispensable. Le 24, Serruys pousse à la reprise rapide des négociations franco-belges. Le 31 mai, Loucheur, ministre de la Reconstruction, expose ses vues sur la nécessaire entente métallurgique franco-belge-luxembourgeoise63 à laquelle il compte associer l’Angleterre et plus tard l’Allemagne. Ces réflexions vont de pair avec celles de J. Seydoux au Quai d’Orsay : se méfier des Anglo-Saxons et manœuvrer entre ces puissances, s’appuyer sur la Belgique sans exclure un rapprochement ultérieur avec l’Allemagne64.

  • 65 MAEF. Europe 1918-1940 – Belgique 122. Gaiffier à Pichon, 14-4-1919 – 9-5-1919.

38De son côté, la Belgique liquidait les organismes prévus pour la reconstruction de son économie dans le cadre interallié à la demande du gouvernement anglais. Ainsi fut dissoute la CIRIAB et le Comptoir national pour la reprise des activités en Belgique65.

  • 66 G. H. Soutou, op. cit., p. 986.
  • 67 MAEF. Europe 1918-1940 – Belgique 122. Margerie au ministre, 21-5-1919.

39En avril 1919 Français et Belges se retrouvaient donc face à face, confrontés à une négociation économique purement bilatérale. L’isolement de la Belgique dans sa négociation avec la France serait d’autant plus grand que les ouvertures belges en vue d’obtenir un traitement privilégié de la part de l’Angleterre aboutirent à une fin de non-recevoir signifiée le 26 mai 191966. Quant à l’aide attendue en vue de la reconstruction de la Belgique, elle allait s’avérer tout à fait insuffisante et peu appréciée des industriels belges qui lui reprochèrent d’être composée presque uniquement d’objets manufacturés concurrençant leurs propres produits67.

  • 68 MAEF. Europe 1918-1940 – Belgique 114. Defrance au ministre, 29-11-1918. Le ministre des Affaires é (...)
  • 69 MAEF. Europe 1918-1940 – Belgique 114. Le ministre au ministre de Belgique à Paris, 5-2-1919 et rép (...)

40La réponse française aux demandes belges du 18 novembre ne fut pas immédiate. Les responsables du Quai d’Orsay, Defrance, ministre de la République à Bruxelles, Pila chef du service économique, Berthelot, secrétaire général, et du ministère du Commerce tombèrent d’accord pour proposer à la Belgique une négociation globale et la plus large possible. Les demandes de la Belgique étaient en effet les mêmes qu’en 1917 et la France ne pouvait les satisfaire sans d’importantes compensations visant à « la substitution, aussi étendue que possible, en Belgique, des intérêts et du commerce français aux intérêts et au commerce allemands68 ». À la demande du gouvernement belge, soucieux d’obtenir des gages de la bonne volonté du gouvernement français vis-à-vis de son opinion publique une réponse écrite lui fut transmise le 5 février 1919. Sans prendre aucun engagement sur les demandes de la Belgique, le gouvernement français proposait l’ouverture d’une négociation formelle portant sur tous ces aspects des relations économiques franco-belges ; celle-ci aurait lieu à Paris. Le ministre du Commerce Clémentel en assurerait la centralisation du côté du gouvernement français qui se proposait d’établir le programme des travaux. La réponse positive du gouvernement belge fut communiquée par Gaiffier le 17 février 191969.

  • 70 MAEB. 3013-18/III. Hymans au ministre de France au Havre, 12-10-1918.

41Cette négociation était d’autant plus nécessaire que la France, en date du 10 septembre 1918, avait dénoncé tous ses traités de commerce dont le modus vivendi franco-belge de janvier 1892. Celui-ci n’était maintenu provisoirement en vigueur que par tacite reconduction entre les deux pays70. Un nouveau traité était donc à définir.

D. Dimension politique et réalités économiques

42Les projets élaborés par Clémentel et les hauts fonctionnaires français durant la guerre sont d’une certaine manière fascinants par la rigueur de leur construction et la largeur de vue qu’ils révélaient. On a pu leur reprocher de n’être qu’une construction intellectuelle de responsables politiques et administratifs peu au fait des réalités économiques. Nous voudrions montrer que ces remarques ne sont qu’en partie fondées en ce qui concerne le rapprochement franco-belge et que des projets précis furent envisagés. D’un autre côté, l’historiographie belge, en particulier Van Langenhove, présente l’union douanière comme la seule solution viable à ce rapprochement mais comme impossible à mettre en œuvre du fait de la différence entre les régimes douaniers des deux pays. Ici encore de sérieuses nuances sont à apporter.

1. La dimension industrielle

43Les principaux projets industriels pour l’après-guerre formulés essentiellement du côté français concernaient la métallurgie. C’est dans ce domaine que les complémentarités, mais aussi les concurrences étaient les plus fortes entre Franco-belges et que la lutte s’annonçait la plus rude avec l’Allemagne. Les bouleversements notables dans l’équilibre des rapports de force entre puissances proviendraient des modifications territoriales issues du conflit ainsi que des ententes douanières qui seraient ensuite conclues. Les problèmes, du côté français comme du côté belge, peuvent être posés en termes d’approvisionnements comme de débouchés.

  • 71 G. H. Soutou, op. cit., p. 2745-2748.
  • 72 G. H. Soutou, « Le coke dans les relations internationales en Europe, de 1914 au plan Dawes (1924)  (...)
  • 73 Idem, p. 2745-2748.

44La France, par le retour de la Lorraine annexée disposerait d’un atout considérable grâce à la détention de son formidable gisement de minerai de fer. En privant l’Allemagne de sa principale source d’approvisionnement, elle disposait d’une arme – Clémentel – ou d’un moyen d’échange – Loucheur – de poids dans le futur rapport de force71. Quant à la Belgique, elle s’approvisionnait à la veille de la guerre quasi exclusivement en minerai de fer lorrain à la suite de l’adoption massive du procédé Thomas par ses usines. La fin du conflit devrait normalement permettre le rétablissement d’un courant commercial naturel d’autant plus que les industriels belges étaient souvent propriétaires des mines dont provenait leur minerai. Seule l’intervention de la puissance politique pouvait ici contrarier ce mouvement par le biais de licences d’exportation. Le gouvernement français, et c’était bien l’intention de Clémentel comme de Loucheur, pouvait donc intervenir afin de provoquer et de contrôler une éventuelle entente métallurgique franco-belge. L’approvisionnement en charbon et surtout en coke ou charbon à coke se posait en termes rigoureusement inverses. La France et la Belgique se trouvaient déficitaires et dépendantes de l’Allemagne en coke pour, respectivement, 2,4 et 1 million de tonnes en 1913. La France importait également 550 000 tonnes de coke belge et des fines à coke britanniques. Cette situation de dépendance se traduisait défavorablement en termes de prix de revient pour la France et la Belgique par rapport à l’Allemagne (en % du prix de revient par tonne de fonte, la part du coke était de 52,9 % en France, 47,5 % en Belgique, 40,7 % en Allemagne)72. On notera l’amorce d’une complémentarité franco-belge en terme d’échange coke-minerai en 1913. Celle-ci n’était pourtant pas complète. Cependant, les prises de participations des métallurgistes français dans la Campine belge depuis 1900, dont la mise à fruit n’était pas achevée, permettrait à terme, pensait-on, de la renforcer. L’approvisionnement énergétique de la métallurgie belge et française se posait donc en termes très voisins. Il serait aggravé par l’adjonction éventuelle de la Lorraine (déficit de 4 millions de tonnes de coke) et du Luxembourg (déficit de 2,6 millions de tonnes) à l’ensemble franco-belge. Ce déficit pourrait être limité en réorientant les courants d’approvisionnement vers l’Angleterre - position de Clémentel dans le cadre de la coopération interalliée - ou en obtenant la livraison par l’Allemagne du coke nécessaire grâce au traité (Loucheur et Clémentel) soit par voie contractuelle73.

  • 74 G. H. Soutou, op. cit., p. 610.

45En termes de débouchés les problèmes posés par l’issue du conflit n’étaient pas moins complexes. La désannexion de la Lorraine doublerait pratiquement la capacité de production de la sidérurgie française. Considéré comme une chance de faire du pays une grande puissance industrielle par les milieux politiques et de la Haute Administration, cet état de fait apparaissait comme une charge à bien des membres du Comité des forges faute d’une métallurgie de transformation capable d’absorber cet accroissement de production. En outre, le Comité des forges considérait comme souhaitable le rattachement économique du Luxembourg à la Belgique, transférant à ce dernier pays la charge d’absorber la fonte et l’acier luxembourgeois74. Nous aurons l’occasion d’analyser les préventions des sidérurgistes belges contre l’accord économique belgo-luxembourgeois de 1921. Notons cependant que dès 1918 cette question faisait l’objet d’analyses proches de celles du Comité des forges.

  • 75 Archives de la Société générale de Belgique, dossier « Consortium des aciéries de 1919 ». Note de W (...)
  • 76 Archives Paribas, 416/1. Note de G. Barbanson non datée.

46Witmeur, responsable des questions sidérurgiques à la Société générale de Belgique, se place dans l’hypothèse d’un rattachement du Luxembourg à la Belgique, au moins du point de vue économique. Jusqu’en 1914, la fonte et l’acier luxembourgeois étaient inclus dans l’espace économique du Zollverein et en partie absorbés par celui-ci. Pourtant, très gros producteur de fonte, celui-ci tendait de plus en plus à transformer celle-ci en produits finis en vue de l’exportation. « Cette contrée devient donc de plus en plus une concurrente des usines belges. » Pour Witmeur il était cependant encore possible « de tâcher d’obtenir des arrangements, de trouver des combinaisons pour concilier les intérêts belges et grand-ducaux, puisque ces intérêts se complètent encore très souvent ». En raisonnant en grandes masses la Belgique manquait de fonte, le Luxembourg en produisait trop. On pouvait donc renoncer en Belgique à construire des hauts fourneaux supplémentaires pour compléter les besoins en fonte des aciéries tandis que le Luxembourg renoncerait à la construction d’aciéries et de laminoirs nouveaux qui concurrenceraient la production belge. On le voit, cette politique reposait sur une imbrication étroite des groupes sidérurgiques des deux pays, déjà esquissée par la participation belge dans les ARBED75. Ces analyses peuvent être complétées par celles de G. Barbanson, industriel belgo-luxembourgeois et futur président des ARBED. Celui-ci était également partisan du rattachement économique du Luxembourg à la Belgique. Pourtant cela poserait d’inévitables difficultés aggravées par un contexte international difficile. Certaines garanties étaient donc à obtenir : « Il y aurait toutefois lieu de s’assurer un traitement équitable de la part de la France et de l’Allemagne pour la fourniture des minerais de fer et du coke, tant en ce qui concerne les tarifs de chemin de fer que les droits à la sortie éventuels. » Plus globalement, face à la menace du protectionnisme français et allemand et celle que représentait une éventuelle préférence impériale britannique, il faudrait « parvenir à obtenir un régime économique acceptable » grâce auquel « l’adjonction du Grand-Duché pourrait se faire sans inconvénients graves76 ».

47Les bouleversements provoqués par la guerre dans l’industrie sidérurgique continentale se posaient donc en des termes voisins pour la France et la Belgique. Les traités de paix définiraient un cadre commun pour leurs futures relations avec l’Allemagne, leur principale concurrente et fournisseur de coke. Il conviendrait de le compléter par une nouvelle définition de leurs relations bilatérales, fondée sur leur partielle complémentarité en termes d’approvisionnements et le partage des débouchés.

  • 77 G. H. Soutou, op. cit., p. 1049-1050.
  • 78 Papiers Broqueville, G. Barbanson à de Broqueville.
  • 79 MAEF. Europe 1918-1940 – Belgique 114. Rapport du ministère du Commerce du 30-1-1919.

48Dans cette perspective, les projets maximalistes de Clémentel n’étaient pas sans disposer de soutiens parmi les sidérurgistes français et belges. G. Soutou a montré que Schneider, toutefois isolé, était favorable à une lutte sans merci contre l’industrie allemande en rompant délibérément avec celle-ci afin de favoriser le développement de la métallurgie de transformation et de la construction électrique en France. Ce programme s’appuyerait sur une union douanière avec le Luxembourg et la Belgique qui renforcerait d’autant et dynamiserait l’ensemble77. Les analyses de Schneider rejoignaient parfaitement celles de G. Barbanson du point de vue des futures relations avec l’Allemagne. Ce dernier proposait d’entraver le développement de la sidérurgie allemande en ne lui livrant que les produits dont elle avait strictement besoin et en imposant un droit de sortie sur les produits bruts ou semi-finis franco-belges à destination de l’Allemagne. Cette politique devait permettre de développer l’industrie de transformation en France et en Belgique78. Parallèlement, les métallurgistes des deux pays uniraient leurs efforts à l’exportation. Cette position commune n’est probablement pas sans rapport avec l’entrée du groupe Schneider au sein des ARBED présidées par G. Barbanson après la guerre. Enfin, si les projets de Clémentel prévoyaient un développement des courants d’approvisionnements vers l’Angleterre, il était suivi en cela par certaines études du gouvernement belge qui envisageaient l’importation de fines à coke anglaises par la Belgique où s’effectuerait leur transformation en coke afin d’être expédiées vers les centres de consommation français. Nous verrons plus loin que ce projet fut dans une certaine mesure réalisé en 192079. Enfin il est à noter que les entreprises belges disposant d’installations en France ou au Luxembourg comme Ougrée-Marihaye ou La Providence, les groupes franco-belges comme celui constitué par les Usines métallurgiques du Hainaut et les Aciéries du Nord et de l’Estlié à Paribas, les métallurgistes français ayant investi en Campine comme Pont-à-Mousson avaient tout intérêt au regroupement de leurs installations dans un même espace économique.

  • 80 G. H. Soutou, op. cit., p. 836.
  • 81 H. Urban, L’effort de demain, p. III à VIII.
  • 82 MAEF. Europe 1918-1940 – Belgique 114. Rapport ministère du Commerce, 30-1-1919. MAEB. 4132-33. Le (...)

49D’autres branches industrielles pouvaient être à la base d’un rapprochement étroit entre les deux pays. G. H. Soutou a mentionné les liens étroits développés durant la guerre entre Schneider et Empain et les projets communs qui débouchent sur leur association dans la Société parisienne pour l’industrie électrique en 1919 ou l’Union européenne industrielle et financière en 192080. Dans ce même domaine de l’industrie électrique, des contacts eurent lieu entre fonctionnaires français et H. Urban, président de la Société générale belge d’entreprises électriques qui disposait d’une filiale française. H. Urban, installé à Paris durant la guerre, avait été chargé en 1916 d’une enquête pour le compte du gouvernement belge sur le rôle des banques après la guerre. En avril 1917, son ouvrage L’effort de demain, témoigne d’une volonté de battre l’Allemagne sur le terrain économique dans le cadre d’une coopération interalliée81. Son engagement en date du 10 mars 1916 en tant que directeur de la succursale de Bruxelles de Paribas n’est probablement pas étranger à ce programme. Nous verrons que, dans cet esprit, certaines réalisations verront le jour. Enfin, le gouvernement belge semblait de son côté favorable à une coopération franco-belge dans l’industrie chimique. Ici, comme dans l’industrie électrique, la dépendance de la France comme de la Belgique vis-à-vis de l’industrie allemande était nette. Dans ce domaine, à la place du consortium interallié des colorants proposé par Clémentel, Van de Vyvere suggérait une société franco-belge fondée sur une première élaboration des produits en Belgique et leur transformation en produits finis en France où le marché était beaucoup plus vaste82.

2. Aspects douaniers

50Au-delà des projets industriels on peut se demander dans quelle mesure le rapprochement des deux systèmes douaniers assez différents était possible. L’un des grands arguments des industriels français vis-à-vis de leurs partenaires belges était celui des coûts qui justifiait la protection du marché français contre les produits belges. Inversement, l’argument souvent présenté par le gouvernement belge contre l’union douanière avec la France était celui de la différence des régimes douaniers des deux pays. L’adoption du régime français par la Belgique en cas d’union intime entre les deux pays aboutirait à une hausse des coûts et à la perte de marchés extérieurs.

  • 83 G. H. Soutou, op. cit., p. 965-969.

51Du côté français les attitudes des industriels vis-à-vis du rapprochement économique franco-belge pouvaient être classées en trois catégories. Certaines branches traditionnellement exportatrices ou fortement installées en Belgique y étaient très favorables comme le verre, la céramique, le papier. A l’opposé, les industriels du Nord, qui seraient les premiers touchés par cet accord, y étaient formellement opposés et intervinrent en ce sens auprès de Clémentel. D’une manière plus générale, les grands organismes patronaux s’inclinaient devant les avantages politiques d’une union douanière (Comité des Forges, Comité central des houillères de France) ou acceptaient un rapprochement plus classique mais très large (Fédération des industriels et des commerçants83).

  • 84 MAEB. 3013-18/III. Le ministre des Affaires étrangères au ministre des Finances, 27-2-1918.
  • 85 AGR Papiers M. Frère, 153.
  • 86 AGR Papiers M. Frère, 151.

52Du côté belge une évolution favorable à un accord se fait sentir en 1918-1919. Les informations recueillies en Belgique par le gouvernement belge révèlent dès le début de 1918 une tendance en faveur du protectionnisme au sein des milieux industriels, au moins pendant la période de restauration qui suivra la fin des hostilités. Dans ces conditions « nos compatriotes demeurés dans la Belgique occupée ne visent pas seulement l’application d’un tarif de défense à l’égard des Empires centraux, mais aussi un relèvement des droits vis-à-vis des produits des autres pays, – même de ceux provenant des nations alliées ». Cette évolution temporaire vers le protectionnisme semble donc admise par Hymans et susceptible de jouer un rôle dans la négociation à venir avec la France : « Il y a lieu d’examiner si nous n’avons pas intérêt à constater, dès le début des nouveaux échanges de vues, que l’état dans lequel l’ennemi a mis la plupart de nos établissements industriels pourrait nous amener à envisager la nécessité d’une modification sensible, et d’ailleurs temporaire, de notre régime douanier dans son ensemble84 ». Une telle évolution, susceptible, par le rapprochement des deux systèmes douaniers, de faciliter un accord franco-belge, est confirmée par le rapport de M. Frère au ministre des Affaires économiques d’octobre 1918 portant sur le futur régime douanier de la Belgique et qui fut à l’origine des notes belges de novembre aux gouvernements français et anglais. Frère y défend le système du double tarif comportant un tarif maximum qui serait infligé à l’Allemagne, surtout durant la période de reconstruction afin d’exclure ses produits du marché belge durant cette période essentielle. Le tarif minimum serait fixé en fonction des besoins du marché national et on éviterait de le consolider par des conventions pendant les années de reconstruction afin de permettre les adaptations nécessaires. Quant à la clause de la nation la plus favorisée, elle serait accordée aux seuls pays accordant à la Belgique un traitement avantageux85. Ce programme correspond encore ici à une évolution vers un régime proche de celui de la France. Pourtant, M. Frère reste opposé en février 1919 à une union douanière franco-belge. Pour lui elle ne serait théoriquement avantageuse que durant les années de reconstruction. Or, les besoins de la France seraient alors tels que les barrières douanières joueraient peu. Une fois la période de reconstruction passée, le protectionnisme français jouerait contre la capacité de pénétration des productions belges à l’étranger. Pourtant, Frère se montrait désireux de trouver un système préférentiel franco-belge, hors tarif, qui échapperait à l’hypothèque de la clause de la nation la plus favorisée86.

  • 87 MAEB. 3013-18/III. Gaiffier à Hymans, 27-2-1919 - 12-3-1919, et Hymans à Gaiffier, 10-3-1919.

53À l’approche des négociations franco-belges de l’été 1919 le gouvernement français évoque de nouveau la possibilité de remplacer l’union douanière refusée par la Belgique pour un accord-frontière. Cette perspective semble avoir beaucoup intéressé les industriels belges qui en étaient informés. Faute d’obtenir des concessions tarifaires intéressantes de la part de la France un tel accord serait susceptible de favoriser la complémentarité des deux économies durant la période de reconstruction. Il y avait donc, sur ce terrain, une possibilité d’entente économique entre les deux pays. En fait, Hymans y était défavorable pour des raisons politiques et conseillait à Gaiffier de présenter les objections qu’indiquait M. Frère dans sa note de février en évitant de montrer que « seules des considérations politiques nous guident87 ».

54Ainsi il nous semble qu’au printemps 1919 les bases d’un rapprochement économique étroit existaient entre les deux pays. D’un côté des ambitions industrielles également partagées et qui, en partie, furent préparées par des contacts, des études, menées pour certains groupes industriels. De l’autre, une perspective de rapprochement des régimes douaniers des deux pays, une certaine bonne volonté des milieux industriels français malgré l’exception notable de ceux du Nord et l’intérêt marqué des Belges pour le marché français. L’analyse précise du déroulement des négociations et le contenu des projets présentés durant l’été permettra de comprendre les raisons de leur échec.

Notes

1 G. H. Soutou, Les buts de guerre économiques des grandes puissances de 1914 à 1919, p. 517-519.

2 Ibid., p. 831.

3 Ibid., p. 626.

4 Ibid., p. 561-564.

5 Ibid., p. 633.

6 Papiers Broqueville, Correspondance Barbanson – Broqueville. Barbanson à Broqueville, 1-3-1915 – 8-4-1915 – 30-4-1915.

7 Ibid., Barbanson à Broqueville, 8-5-1915. F. Van Langenhove, L’action du gouvernement belge en matière économique pendant la guerre, p. 97.

8 G. H. Soutou, op. cit., p. 835. Papiers Broqueville, Barbanson à Broqueville, 18-5-1915.

9 G. H. Soutou, op. cit., p. 633.

10 Van Langenhove, op. cit., p. 97-98.

11 J. Willequet, Albert Ier roi des Belges, p. 124-127.

12 Papiers Broqueville, Barbanson à Broqueville, 5-12-1915 – 22 et 23-12-1915 – 2-1-1916 – 1-2-1916. G. Soutou, op. cit., p. 921.

13 G. Soutou, op. cit., p. 898-920.

14 Id., op. cit., p. 924-925.

15 G. Soutou, op. cit., p. 632.

16 G. Soutou, op. cit., p. 922-925.

17 Van Langenhove, op, cit., p. 200-204.

18 G. Soutou, op. cit., p. 959.

19 MAEB. 3013-18/III. Le ministre des Affaires étrangères au ministre des Affaires économiques, 4-2-1918.

20 G. H. Soutou, op. cit., p. 970-976.

21 G. H. Soutou, op. cit., p. 970-976.

22 G. H. Soutou, op. cit., p. 964.

23 MAEF. Europe 1918-1940 – B. 114. Rapport Clémentel du 15-9-1918.

24 G. H. Soutou, op. cit., p. 969.

25 Ibid., p. 973.

26 MAEB. 3013-18/III. Le ministre des Affaires étrangères au ministre des Affaires économiques, 4-2-1918.

27 MAEB. 3013-18/III. Conférence économique franco-belge de 1917. Procès-verbaux.

28 Ibid.

29 Ibid.

30 Papiers Broqueville, Barbanson à Broqueville, 25-5-1916 – 27-7-1917. MAEB. 3013-18/III. Conférence économique franco-belge de 1917. MAEF. R.C. 1918-1940. C. Belgique 1. Comptes rendus sténographiques par thème.

31 G. H. Soutou, op. cit, p. 961 et 971. Barbanson à Broqueville, 25-5-1916. MAEB. 3013-18/III. Hymans à ministre Affaires économiques, 25-3-1918.

32 G. H. Soutou, op. cit., p. 961-963.

33 MAEB. 3013-18/III. Conférence économique franco-belge de 1917. Procès-verbaux.

34 G. H. Soutou, op. cit., p. 959-989.

35 Ibid., op. cit., p. 983.

36 Papiers Broqueville, Barbanson à Broqueville, 29-1-1918.

37 MAEB. 3013-18/III. Affaires économiques à Affaires étrangères, 23-8-1918. Affaires étrangères à Affaires économiques, 20-9-1918. Note pour le ministre, 19-10-1918.

38 Van Langenhove, L’action du gouvernement belge..., p. 212. MAEB. 3013-18/III. Note Hymans, 11-1-1918. Hymans à Barbanson, 14-1-1918. Gaiffier à Hymans, 22-4-1918.

39 G. H. Soutou, Les buts de guerre..., p. 960-961.

40 Van Langenhove, op. cit., p. 211-216. G. H. Soutou, op. cit., p. 986. MAEB. 3013-18/III. Affaires étrangères à Affaires économiques, 6-9-1918 - 14-10-1918. Note pour le roi, 15-9-1918.

41 G. H. Soutou, op. cit., p. 1830-1832. MAEB. 3013-18/III. Gaiffier à Hymans, 4-2-1918. Affaires étrangères à Finances, 13-2-1918.

42 MAEB. 3013-18/III. Affaires étrangères à Finances, 13-2-1918.

43 Id. Gaiffier à Hymans, 11-5-1918.

44 G. H. Soutou, op. cit., p. 1830-1831.

45 MAEB. 3013-18/III. Gaiffier à Hymans, 15-2-1918 – 12-3-1918. Hymans à Affaires économiques, 25-3-1918.

46 MAEB. 3013-18/III. Gaiffier à Hymans, 17-5-1918. Hymans à Gaiffier, 31-5-1918.

47 Van Langenhove, op. cit., p. 122-123.

48 Van Langenhove, op. cit., p. 105-146-147.

49 MAEF. Europe 1918-1940 - Belgique 122. Le ministre du Commerce au ministre des Affaires étrangères, 1-6-1918.

50 MAEF. Europe 1918-1940 – Belgique 122. Le ministre de Belgique en France au ministre des Affaires étrangères, 31-10-1918.

51 Idem. Le ministre de Belgique en France au ministre des Affaires étrangères, 6-2-1919.

52 MAEB. 3013-18/III. Note Hymans du 25-10-1918. Visite chez Clémentel.

53 MAEB. 3013-18/III. P. Hymans à J. Pichon, ministre des Affaires étrangères – Paris.

54 MAEF. Europe 1918-1940 – Belgique 114.

55 MAEB. 3013-18/III. Gaiffier à Hymans, 21-6-1918.

56 MAEF. Relations commerciales 1918-1940 – C. Belgique 1. Note de F. Pila, 25-11-1918.

57 G. H. Soutou, op. cit., p. 2848-2849.

58 Idem, op. cit., p. 2842.

59 MAEF. Europe 1918-1940 – Belgique 114. Pichon à Clémentel, 12-10-1918.

60 G. H. Soutou, op. cit., p. 2852.

61 L. Ranieri, Émile Francqui ou l’intelligence créatrice, p. 173-174 - 183-185.

62 G. H. Soutou, op. cit., p. 2866-2873. Bariéty, Les relations franco-allemandes après la première guerre mondiale, p. 179-187.

63 MAEB. 3013-18/IV. Note Terlinden, 7-4-1919. Gaiffier à Hymans, 24-4-1919.

64 G. H. Soutou, op. cit., p. 2853, 1-6-1919.

65 MAEF. Europe 1918-1940 – Belgique 122. Gaiffier à Pichon, 14-4-1919 – 9-5-1919.

66 G. H. Soutou, op. cit., p. 986.

67 MAEF. Europe 1918-1940 – Belgique 122. Margerie au ministre, 21-5-1919.

68 MAEF. Europe 1918-1940 – Belgique 114. Defrance au ministre, 29-11-1918. Le ministre des Affaires étrangères au ministre du Commerce, 2-12-1918. MAEF. Relations commerciales 1918-1940 – C. Belgique 1. Note de F. Pila, 25-11-1918.

69 MAEF. Europe 1918-1940 – Belgique 114. Le ministre au ministre de Belgique à Paris, 5-2-1919 et réponse du 17-2-1919.

70 MAEB. 3013-18/III. Hymans au ministre de France au Havre, 12-10-1918.

71 G. H. Soutou, op. cit., p. 2745-2748.

72 G. H. Soutou, « Le coke dans les relations internationales en Europe, de 1914 au plan Dawes (1924) », Relations internationales, n° 43, p. 249-267.

73 Idem, p. 2745-2748.

74 G. H. Soutou, op. cit., p. 610.

75 Archives de la Société générale de Belgique, dossier « Consortium des aciéries de 1919 ». Note de Witmeur du 1-2-1919.

76 Archives Paribas, 416/1. Note de G. Barbanson non datée.

77 G. H. Soutou, op. cit., p. 1049-1050.

78 Papiers Broqueville, G. Barbanson à de Broqueville.

79 MAEF. Europe 1918-1940 – Belgique 114. Rapport du ministère du Commerce du 30-1-1919.

80 G. H. Soutou, op. cit., p. 836.

81 H. Urban, L’effort de demain, p. III à VIII.

82 MAEF. Europe 1918-1940 – Belgique 114. Rapport ministère du Commerce, 30-1-1919. MAEB. 4132-33. Le ministère des Affaires étrangères au ministère des Finances, 11-1-1917.

83 G. H. Soutou, op. cit., p. 965-969.

84 MAEB. 3013-18/III. Le ministre des Affaires étrangères au ministre des Finances, 27-2-1918.

85 AGR Papiers M. Frère, 153.

86 AGR Papiers M. Frère, 151.

87 MAEB. 3013-18/III. Gaiffier à Hymans, 27-2-1919 - 12-3-1919, et Hymans à Gaiffier, 10-3-1919.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540