Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, la Belgique et l’organisation économique de l’Europe, 1918-1935

 | 
Éric Bussière

Première partie. La France, la Belgique et la guerre économique continuée

Introduction

Texte intégral

1L’immédiat après-guerre, dont le terme est marqué par la conférence de Londres en juillet-août 1924 constitue, en tous points, une période exceptionnelle. Les relations économiques internationales en particulier sont dominées par un ensemble de facteurs de nature très diverse : reconstruction des économies (aspects matériels, financiers, réorganisation des courants commerciaux), auxquels viennent se mêler projets d’origine politique symbolisés par les traités de paix.

2Ces projets datent en fait de la Grande Guerre, comme l’a montré G. Soutou. Pour la France en particulier il s’agissait au minimum de rééquilibrer la puissance économique allemande en s’appuyant d’une part sur une association étroite avec l’économie belge, et plus largement, sur une alliance économique interalliée. Pour la Belgique il s’agissait de trouver un nouvel équilibre dans ses relations économiques extérieures, l’ancien ayant été rompu par l’agression allemande. Serait-il fondé sur un axe franco-anglais comme la déclaration de Sainte-Adresse pouvait le laisser croire : L’échec des projets interalliés replacerait les deux pays face à l’Allemagne dans un débat limité aux puissances continentales. Sauraient-ils trouver les conditions d’une alliance économique les rendant, ensemble, plus forts : De fait, depuis 1892 les relations économiques franco-belges étaient marquées par la précarité de leur statut. Le modus vivendi qui les établissait sur la base de la clause de la nation la plus favorisée était assorti d’une possibilité de dénonciation avec préavis de douze mois. Si les Belges réclamaient l’ouverture du marché français, les Français craignaient, de leur côté, un développement trop marqué des relations économiques germano-belges. Bref, les ambitions de l’immédiat après-guerre trouvent leurs racines dans les difficultés du début du siècle.

3Le caractère profondément multilatéral des relations commerciales en Europe ne pouvait cependant permettre la naissance d’une entente économique franco-belge sans tenir compte du rôle des autres puissances, en particulier l’Allemagne. Le succès éventuel de cette entente reposait donc sur l’existence d’un projet commun de réorganisation économique de l’Europe.

4Dans une première étape, les initiatives sont françaises et visent à tirer parti, au maximum, des clauses du traité de Versailles. Les circonstances de l’échec de 1919 et ses causes doivent être analysées, en particulier à l’aide des archives belges, peu ou pas utilisées jusqu’ici. De même, la nature du rapprochement qui s’esquisse en 1922 contre l’Allemagne.

5Nous avons préféré isoler la crise de la Ruhr et son dénouement, véritable cristallisation de ces problématiques, dans une seconde partie.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540