Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, la Belgique et l’organisation économique de l’Europe, 1918-1935

 | 
Éric Bussière

Introduction générale

Texte intégral

1Il est curieux de constater que les travaux des historiens français portant, en totalité ou en partie, sur l'histoire de la Belgique contemporaine sont très rares. Cela est d'autant plus surprenant étant donné la proximité géographique et la communauté partielle de culture, de langue et de destinée historique à maintes époques entre les deux pays. Un élément d'explication réside peut-être dans une certaine tendance de nombreux milieux en France à confondre la nature, les intérêts de la Belgique avec ceux de leur propre pays au point de refuser d'accepter l'idée d'une spécificité belge. Ainsi de G. Clemenceau lors de la Conférence de Paris en 1919 qui prétendait assumer lui-même la défense des intérêts belges, ce qui irrita profondément les premiers concernés.

  • 1 Robin L. Hogg, Structural Rigidities and Policy Inertia in Inter-War Belgium, Bruxelles, 1986.
  • 2 S. Marks, Innocent Abroad. Belgium at the Paris Peace Conference of 1919, Chapel Hill, 1981.
  • 3 W. A. Mac Dougall, France's Rhineland Diplomacy : 1914-1924. The Last Bid of Balance Power in Europ (...)
  • 4 M. J. Enssle, Streseman's Territorial Revisionism, Germany, Belgium and the Eupen-Malmedy Question  (...)

2Le phénomène est d'autant plus remarquable que ce pays a récemment beaucoup intéressé les historiens anglais ou américains. On peut citer pour l'histoire économique la thèse de Robin L. Hogg portant sur l'entre-deux-guerres et récemment publiée1. Les historiens américains des relations internationales ont eux-mêmes traité de la Belgique comme S. Marks2, ou largement utilisé les archives belges (C. Fink, Mac Douggall...)3. Enfin les relations germano-belges ont également fait l'objet de travaux récents comme celui de M. J. Enssle4.

3Notre intention, dans l'étude que nous proposons, est donc de combler, au moins partiellement, cette lacune. Au-delà de la spécificité à restituer aux intérêts et à l'histoire de la Belgique, l'intégration de nos deux pays au sein de la Communauté européenne, engagée dès après la seconde guerre mondiale, renforçant et concrétisant pour le long terme leur communauté de destin, engage à une analyse rétrospective. Le mouvement lancé à l'issue de ce conflit dramatique n'est pas issu du néant. Dans quelle mesure les événements des décennies antérieures l'ont-ils préparé : La spécificité des relations franco-belges a-t-elle contribué à cette préparation ?

  • 5 Les relations franco-belges de 1830 à 1934, Metz, 1975.
  • 6 J. Bariéty, Les relations franco-allemandes après la première guerre mondiale, Paris, 1977.

4La lacune que nous constations plus haut dans l'historiographie française récente avait été remarquée dès 1975 par R. Poidevin dans sa présentation des travaux d'un colloque tenu à Metz portant sur les relations franco-belges de 1830 à 1934. Une partie importante des communications portait sur l'immédiat après-guerre et attirait l'attention sur l'ampleur des projets économiques français relatifs à la Belgique. Ce travail est en grande partie issu de ces préoccupations5. Il doit cependant beaucoup à deux grandes thèses. Celle de J. Bariéty qui, relative aux relations franco-allemandes après la première guerre mondiale, révélait l'importance du rôle de la Belgique et posait à cet égard de nombreuses questions6. Notre problématique initiale doit énormément à l'ouvrage de G. Soutou : les buts de guerre économiques des grandes puissances de 1914 à 1919 qui place la Belgique au cœur des projets d'organisation économique de l'Europe débattus au cours de cette période. Quelle fut leur destinée dans les années de crise qui suivirent l'armistice du 11 novembre 1918 : Ainsi, entre les projets issus de la grande guerre et les réalisations qui suivirent la deuxième guerre mondiale, tout laisse à penser que l'entre-deux-guerres constitua une phase d'expérimentation, utile à analyser pour qui veut comprendre les évolutions récentes.

5Comme nous le verrons, la Belgique et la France constituent sur le plan économique deux entités à la fois très proches aux relations tout à fait spécifiques, et en même temps très différentes par la taille du marché et le degré d'ouverture sur l'extérieur qui est le leur. Leurs approches d'un même problème, celui de l'organisation économique de l'Europe, risquaient donc d'être à la fois différentes et complémentaires.

6Nos réflexions porteront à la fois sur le plan bilatéral et multilatéral. Les relations bilatérales entre la France et la Belgique sont marquées par une nette spécificité, surtout sur les plans industriels et financiers. Les relations industrielles franco-belges sont dominées au cours du xixe siècle par des dépendances en termes d'approvisionnements. Le charbon belge a longtemps approvisionné notre pays, et ce n'est qu'assez tardivement que la concurrence anglaise puis allemande l'a emporté.

  • 7 F. Lentacker, La frontière franco-belge. Étude géographique des effets d'une frontière sur la vie d (...)

7Nous verrons qu'il n'en constitue pas moins un appoint jugé appréciable durant l'entre-deux-guerres. À la fin du siècle, le développement de la sidérurgie fondée sur le procédé Thomas a inversé ce phénomène. Le minerai de fer lorrain approvisionne ainsi largement la sidérurgie belge à la veille de la grande guerre. Ces complémentarités s'accompagnent de tout un réseau de participations ou d'implantations directes de part et d'autre de la frontière, phénomène largement décrit par F. Lentacker7. Plus largement, le phénomène s'explique par la volonté, traditionnelle chez les industriels belges, de s'implanter sur le marché français. D'où les liens étroits entre industries française et belge dans les domaines de l'électricité, du verre, de la métallurgie et au-delà, la participation commune à des cartels de producteurs. Ces liens se retrouvent sur le plan financier avec l'implantation des groupes français en Belgique (Banque de Paris et des Pays-Bas) et belges en France (constitution de la Banque de l'union parisienne par la Société générale de Belgique en 1904).

  • 8 M.-T. Borrelly-Bitsch, Les répercussions du tarif douanier français de 1910 sur les relations franc (...)

8Pourtant ces liens étroits et tout à fait spécifiques du fait de la profonde intégration des entreprises belges d'origine dans le tissu économique français ne vont pas sans difficultés. L'implantation d'usines belges en France est souvent due à un excès de protectionnisme dans ce pays, lui-même violemment condamné. Ainsi le tarif de 1892 qui a provoqué une inversion durable du solde des relations commerciales bilatérales au profit de la France a été à l'origine d'une revendication permanente de la grande industrie belge en faveur d'une ouverture du marché français. De même le tarif douanier français de 1910 a-t-il relancé le débat en termes souvent acerbes8.

  • 9 M.-T. Borrelly, « Aspects des relations franco-belges en 1905 : les conséquences de la convention g (...)

9Au-delà de la dimension bilatérale, les relations franco-belges sont cependant fortement marquées par les politiques des autres puissances, Angleterre, Allemagne. Ainsi la convention de commerce germano-belge de 1904 (22 juin), conséquence du nouveau tarif allemand de 1902, est-elle analysée en France comme une lourde menace, risquant d'aboutir à une expansion des intérêts allemands en Belgique et, pourquoi pas, à terme, à son intégration dans le Zollverein9. La Belgique apparaît donc comme un enjeu et la « plaque tournante » des relations économiques dans l'Ouest européen. Dès lors, la question des relations franco-belges s'insère dans une problématique plus large, aux dimensions multilatérales.

  • 10 P. Van Zeeland, Report presented by Monsieur Van Zeeland to the Governments of the United Kingdom a (...)

10La période qui va de l'armistice du 11 novembre 1918 à l'échec du bloc-or en mars 1935 se prête particulièrement bien à l'analyse des liens entre approches bilatérales et multilatérales des relations économiques en Europe. La période est en effet marquée par deux tentatives d'organisation économique où l'axe franco-belge joue un rôle capital. Dans le premier cas, il s'agit, pour la France, d'associer la Belgique à un projet de guerre économique contre l'Allemagne. La conférence de Paris et les négociations franco-belges de 1919, puis les événements dramatiques de 1923-1924 en constituent les deux temps forts. La dimension franco-belge se présente, dans ce projet, comme un préalable à une ambition plus globale. La crise des années trente donne naissance au bloc-or. Ici l'initiative est belge et vise à l'organisation d'un sous-espace régional permettant à son industrie de survivre. Entre ces deux tentatives se situe une période de paix économique marquée par la conférence de 1927 tenue sous les auspices de la SDN. Ce projet est nettement multilatéral et les relations franco-belges semblent passer au second plan. Au-delà des correspondances que l'on peut établir entre les deux tentatives extrêmes que nous nous proposons d'analyser il est certain que l'expérience acquise a largement joué son rôle. Les tentatives de construction successives ont enrichi l'expérience des acteurs au point de constituer un capital précieux pour l'avenir. Comme le montrent les conclusions du rapport Van Zeeland de 1938, les années d'avant-guerre, dominées par la perspective d'un nouveau conflit, n'apporteront pas de réelle nouveauté10.

11Cette approche institutionnelle et empirique se trouve confortée par l'examen des faits économiques. Les statistiques que nous présentons en annexes confirment la périodisation que nous venons de suggérer.

12Si l'on observe la part que représentent les relations commerciales bilatérales dans le total des échanges des deux pays on constate l'importance primordiale pour la Belgique de ses relations avec la France, la moyenne pour les années 1919-1935 s'établissant à 18,50 %. Pour la France elle se monte à 10,50 %. Cette asymétrie est liée à la taille très différente des deux marchés concernés. L'évolution par rapport à cette moyenne est conforme aux trois temps forts évoqués précédemment. Pour la Belgique les chiffres dépassent cette moyenne entre 1919 et 1924 et révèlent même un certain développement des relations bilatérales par rapport à 1913. Pour la France, si l'on excepte l'année - anormale - de 1919, le même phénomène se prolonge jusqu'en 1926. Il existe donc bien une période de relations, sinon privilégiées du moins très étroites entre les deux pays, dans les années qui suivirent le conflit mondial. La seconde moitié des années vingt est marquée par une inversion de ces tendances. Le phénomène est net, dans les deux cas, à partir de 1927. Pourtant les chiffres restent proches de la moyenne pour la France ce qui tendrait à prouver un retour à la « normale », ils lui sont assez nettement inférieurs pour la Belgique entre 1927 et 1930. L'évolution durant la première moitié des années trente révèle une assez forte divergence. La part de la Belgique dans le commerce extérieur de la France tend à diminuer, le redressement de 1935 se présentant comme une anomalie liée à la dévaluation du Belga. Pour ce qui est de la Belgique on constate un redressement à partir de 1931 qui culmine en 1933 à un niveau légèrement supérieur à la moyenne.

13Une analyse en termes de client et de fournisseur permet de préciser cette chronologie et l'importance des phénomènes constatés pour chacun des deux pays. Les exportations belges vers la France évoluent dans le cadre de notre chronologie avec une nette accentuation du phénomène à chacune des trois périodes, les écarts à la moyenne de 18,50 % (part des exportations belges vers la France) étant très élevés, surtout au cours des deux premières périodes. Par rapport à une moyenne de 14,60 %, l'importance du marché belge pour la France évolue de façon assez proche de celle du chiffre global analysé plus haut. En termes de fournisseurs, les évolutions sont moins nettes. Le rôle du marché français pour la Belgique reste important durant toute la période malgré un déclin à partir de 1930. Dans le cas inverse, la stabilité l'emporte même si la Belgique tend à l'emporter, anormalement, sur l'Allemagne jusqu'en 1925.

14Outre une périodisation conforme à l'approche institutionnelle que nous avons dégagée, les statistiques révèlent l'importance majeure du niveau des exportations belges en France comme facteur d'explication des évolutions constatées. La possibilité pour les produits belges d'entrer en France semble donc devoir rester, jusqu'en 1935, un des éléments déterminants des relations économiques entre les deux pays.

15Les analyses que nous nous proposons d'effectuer viseront, en définitive, à décrire et expliquer les modèles d'organisation économique de l'Europe que Français et Belges tentèrent de promouvoir durant cette période. Son originalité tient à la fois au rôle primordial que les uns et les autres eurent l'occasion de jouer dans ces tentatives, et à la spécificité que les relations franco-belges conservèrent, même dans le cadre de projets plus globaux. Ceux-ci devront toutefois être systématiquement confrontés aux faits économiques qu'ils ont produits ou qui les ont fait naître. Au-delà de l'action des hommes politiques, des responsables de la haute administration, ce sont les stratégies d'entreprises, industrielles et financières, qui nous paraissent déterminantes comme facteur d'explication. Seule la capacité à intégrer l'ensemble de ces données pouvait garantir la valeur et offrir des chances de succès à ces tentatives.

Notes

1 Robin L. Hogg, Structural Rigidities and Policy Inertia in Inter-War Belgium, Bruxelles, 1986.

2 S. Marks, Innocent Abroad. Belgium at the Paris Peace Conference of 1919, Chapel Hill, 1981.

3 W. A. Mac Dougall, France's Rhineland Diplomacy : 1914-1924. The Last Bid of Balance Power in Europe, Princeton, 1978. C. Fink, The Genova Conference, Chapel Hill, 1984.

4 M. J. Enssle, Streseman's Territorial Revisionism, Germany, Belgium and the Eupen-Malmedy Question : 1919-1929, Wiesbaden, 1980.

5 Les relations franco-belges de 1830 à 1934, Metz, 1975.

6 J. Bariéty, Les relations franco-allemandes après la première guerre mondiale, Paris, 1977.

7 F. Lentacker, La frontière franco-belge. Étude géographique des effets d'une frontière sur la vie des relations, Lille, 1974.

8 M.-T. Borrelly-Bitsch, Les répercussions du tarif douanier français de 1910 sur les relations franco-belges, RI, 1978, p. 285-299.

9 M.-T. Borrelly, « Aspects des relations franco-belges en 1905 : les conséquences de la convention germano-belge sur les relations entre la France et la Belgique » dans Les relations franco-belges de 1830 à 1934..., p. 125-139.

10 P. Van Zeeland, Report presented by Monsieur Van Zeeland to the Governments of the United Kingdom and France, Londres, 1938.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540