Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, la Belgique et l’organisation économique de l’Europe, 1918-1935

 | 
Éric Bussière

Préface

Ginette Kurgan-Van Hentenryk

Texte intégral

1Qui s’intéresse à l’histoire des relations économiques internationales et de la construction européenne ne pourra s’abstenir de prendre connaissance de la thèse d’Eric Bussière consacrée à la France, la Belgique et l’organisation économique de l’Europe de 1918 à 1935. En effet, au départ d’une matière à bien des égards austère, il construit, au sens littéral du terme, un livre qui se signale tant par sa nouveauté que son actualité.

2Il est vrai que le champ de l’histoire des relations internationales s’est fort élargi par rapport à l’histoire diplomatique traditionnelle. Aussi ne sera-t-on pas surpris de voir mises en œuvre des sources d’origine variée. Mais ce qui frappe à la lecture de cet ouvrage dont la construction révèle la maîtrise d’une matière complexe et le souci constant d’en articuler tous les éléments tout en les synthétisant au fil de l’exposé, c’est la richesse de sa documentation inédite. On ne peut que féliciter l’auteur pour le talent avec lequel il a obtenu l’accès à de très nombreuses archives d’entreprise fermées au public tant en France qu’en Belgique.

3Un des grands mérites de sa thèse réside dans la mise en évidence des obstacles à l’intégration liés aux structures des économies des différents pays d’Europe occidentale et de la nécessité d’insérer les relations franco-belges dans un contexte multilatéral. C’est ainsi qu’il illustre abondamment le contraste entre la dépendance profonde de l’économie belge à l’égard des marchés extérieurs et la capacité de repli de la France sur les marchés intérieur et impérial. Sans doute aurait-il fallu compléter l’analyse des causes de la compétitivité des produits belges en signalant que la Belgique d’avant la deuxième guerre mondiale était notoirement un pays de bas salaires. Autre élément de la toile de fond sur laquelle se déroulent les relations franco-belges : l’Allemagne était avant 1914 le premier partenaire commercial de la Belgique dont elle absorbait le quart des exportations. Ce facteur est évidemment essentiel pour comprendre l’ampleur des inquiétudes suscitées dans certains milieux par une alliance économique franco-belge dirigée contre l’Allemagne. Ce problème se posera d’ailleurs dans des termes voisins après le second conflit mondial.

4Mais c’est incontestablement dans l’étude du contraste opposant la concentration des industries belges, largement contrôlées par les banques mixtes, aux structures de propriété et de contrôle plus dispersées des industries françaises que la nouveauté de l’information est tout à fait remarquable. Dans un domaine encore peu défriché par l’historiographie belge, le lecteur fait ample moisson. Pour ne citer qu’un exemple tant de la nouveauté que de l’actualité de ce livre, le chapitre consacré à l’industrie électrique donne un éclairage tout à fait neuf sur les restructurations de cette industrie en Belgique depuis un quart de siècle. En effet, la révélation de l’accord secret conclu entre la Société générale de Belgique et la Sofina en 1930 remet en perspective l’histoire de la première OPA qui ébranla le marché financier belge, celle lancée en 1965 par la banque Lambert sur la Sofina, opération que la Société générale fit échouer en un jour. De même il faut attendre 1986 pour voir se réaliser une fusion envisagée dès les années trente entre Traction et Électricité, filiale de la Société générale, et Électrobel qui dut sa survie à l’influence de la Banque de Paris et des Pays-Bas.

5Bien que la stabilisation monétaire ait déjà fait l’objet de recherches dans les deux pays, ce livre en révèle un aspect inédit, à savoir la tentative de coupler l’opération en France et en Belgique avec pour conséquence que la décision de dévaluer le franc belge le 25 octobre 1926 était seulement un préalable à une stabilisation définitive et n’avait donc qu’un caractère provisoire. Comme l’historiographie belge a mis en évidence l’importance des liens des grandes banques belges avec les milieux financiers anglo-saxons, une remise en perspective des différentes sources d’information s’imposerait.

6L’analyse des trois phases des relations économiques franco-belges entre 1918 et 1935 fait ressortir l’importance d’autres protagonistes européens. Si la première période est marquée par un axe franco-belge contre l’Allemagne qui prend fin avec l’échec de l’occupation de la Ruhr et le basculement belge vers Je camp anglo-saxon, l’Allemagne reste au centre des tentatives de multilatéralisme et de stabilisation de la fin des années vingt. La crise des années trente provoque la recherche de solutions régionales avec le concours d’autres petits pays européens, Pays-Bas et Suisse sans parler du Grand-Duché de Luxembourg déjà lié à la Belgique par une union économique et monétaire. Au travers de ces avatars, Éric Bussière met l’accent sur des continuités économiques fondamentales qui remontent à la fin du xixe siècle, à savoir l’orientation résolument européenne du commerce extérieur de la France et de la Belgique, orientation qui persiste largement après la deuxième guerre mondiale. Mais sur le plan politique, trois données doivent être prises en compte pour comprendre les tâtonnements de l’organisation des relations économiques européennes. Ces données sont d’ordre à la fois politique et économique.

7En premier lieu, depuis 1830 et ce jusque bien après 1945, les responsables politiques belges sont hantés par la crainte d’un encerclement du pays par la France et de la perte de son indépendance. Qu’il s’agisse de l’échec du projet d’union douanière franco-belge en 1834 ou de la création de Benelux en 1944, ce souci est constamment présent. Aussi peut-on considérer l’effacement du pouvoir politique dans la prise de contrôle de la Société générale par le groupe Suez en 1988 comme un tournant majeur dans les relations franco-belges.

8Un deuxième facteur réside dans les liens privilégiés qui unissent la Belgique à l’Angleterre depuis son indépendance, liens sur lesquels se greffent d’étroites relations avec les Etats-Unis depuis la première guerre mondiale. Ces liens avec le monde anglo-saxon débordent le cadre strictement politique et se développent particulièrement sur le plan monétaire et financier dans les années vingt.

9Enfin il est une composante non négligeable liée à l’impossibilité pour les Pays-Bas de concevoir une intégration européenne dont la Grande-Bretagne et l’Allemagne seraient exclues et à la suspicion permanente nourrie par ce pays à l’égard des relations franco-belges.

10Ces quelques observations font ressortir les multiples questions soulevées par ce livre appelé à devenir un outil de référence pour l’histoire des relations économiques internationales de l’entre-deux-guerres. S’il y a un souhait à formuler, c’est qu’il donne lieu à une confrontation de ses données à celles des sources des autres partenaires européens impliqués dans les relations franco-belges.

Auteur

Professeur à l’Université libre de Bruxelles

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540