Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Michel Debré, un réformateur aux Finances, 1966-1968

Les combats de Michel Debré pour le rayonnement économique et financier de la France dans le monde

Éric Kocher-Marbœuf

Texte intégral

  • 1 M. Debré, Trois républiques pour une France : mémoires, t. IV, Gouverner autrement : 1962-1970, Par (...)
  • 2 Le fonds Économie et Finances est coté 4 DE par le CHEVS, il comprend environ soixante-dix cartons. (...)

1Le titre et le plan de cet exposé dérivent étroitement de ceux des deux chapitres de Gouverner autrement, le tome IV des mémoires de Michel Debré, respectivement intitulés « Combat pour un rayonnement extérieur » et « Combat pour le système monétaire international »1. Il n’est pas aisé de revenir sur les thèmes qui y sont abordés en repartant des archives du ministre déposées au Centre d’histoire de l’Europe du vingtième siècle de la Fondation nationale des sciences politiques. En effet, ces documents et les souvenirs des protagonistes ont servi à l’écriture de l’autobiographie et l’étude des sources complémentaires mériterait d’être entreprise2. Doit-on pour autant s’avouer vaincu par le sujet ? Certainement pas car en ouvrant les cartons, l’historien découvre des pépites, notes, billets ou canevas de discours, qui présentent l’intérêt d’aller au-delà des mémoires et qui incitent à approfondir cette première investigation.

2Avant toute chose, il convient de s’interroger sur cette présentation des relations économiques et financières sous l’angle d’un combat. La France gaullienne n’ayant pas été en guerre contre les deux superpuissances, le tiers-monde et encore moins ses partenaires du Marché commun, pourquoi Michel Debré choisit-il cette posture belliciste peu en vogue dans le monde réputé feutré et policé des financiers et des diplomates ? La réponse réside certainement dans cette passion ardente qu’il partage avec le général de Gaulle de vouloir faire rayonner la France. Il s’agit de tout mettre en œuvre pour que le pays assure sa souveraineté, ici dans le domaine monétaire ou commercial, et qu’il exerce une influence majeure tant dans le concert des pays développés qu’auprès des jeunes nations. Naturellement, comme toutes les ambitions, celle-ci se traduit par une tension constante dans les réunions internationales, par des satisfactions, des replis et des échecs. Ce sont ces sentiments mitigés que Michel Debré a voulu exprimer en choisissant cette image de combats.

  • 3 Arch. CHEVS, 4 DE 67. Session annuelle des gouverneurs de la BEI, Rome, 5 juin 1967.
  • 4 M. Debré, op. cit., t. IV, Gouverner…, p. 137-145.

3En suivant les thèmes qu’il aborde dans son chapitre « Combat pour un rayonnement extérieur », force est de constater que ses archives ne permettent en aucune façon de faire le point précis de son action lors des réunions trimestrielles des ministres de l’Économie et des Finances de la CEE, hormis pour les problèmes liés au système monétaire international (SMI). Aussi ne peut-on guère montrer en quoi ses relations furent tendues avec la Commission européenne, comme il l’affirme, ou bien analyser de manière approfondie ses prises de position. Tout au plus apprend-on qu’amené à siéger à la session annuelle des gouverneurs de la Banque européenne d’investissement (BEI), il découvre que l’Italie capte à elle seule 60 % des prêts de l’établissement et qu’il serait judicieux de s’interroger sur les possibilités de financement de projets régionaux par ce biais en France3. De même, aucun dossier n’aide à retracer son action lors des négociations aboutissant à la signature du Kennedy Round du GATT en 1967. Enfin, aucun document n’apporte de complément aux mémoires en ce qui concerne ses rencontres avec ses homologues africains et malgache membres de la zone franc ou ne précise sa conception de l’aide aux pays en voie de développement en particulier lors de la deuxième conférence de la CNUCED à New Delhi en février 19684.

  • 5 Vice-président du Conseil et président du Comité d’État pour les sciences et les techniques.
  • 6 Vice-président du Comité d’État et accessoirement gendre de Kossyguine.

4En revanche, une épaisse chemise renseigne sur les enjeux du démarrage de sa présidence de la « Grande Commission de coopération franco-soviétique », sans toutefois, le pittoresque des anecdotes rapportées dans l’ouvrage. C’est Maurice Couve de Murville qui a proposé à Michel Debré d’assurer pour la France la présidence de cette structure bilatérale, composée de représentants de rang élevé, décidée lors du voyage du général de Gaulle à Moscou en juin 1966. Les interlocuteurs soviétiques de Michel Debré au sein de la Grande Commission seront Vladimir Kyrilline5 assisté de Gvichiani6. Il est prévu que les deux délégations se retrouvent à intervalle régulier pour résoudre les problèmes posés par l’exécution des accords commerciaux, économiques, techniques, scientifiques et rechercher les nouvelles possibilités d’échanges et de coopération. À côté de la Grande Commission, est instaurée une commission mixte ou « Petite Commission » qui découle d’un accord de coopération signé par le ministre des Affaires étrangères concernant les sciences fondamentales et appliquées, cessions de brevets, licences, accords de production et de commercialisation, échanges de techniques de productivité, gestion des entreprises.

5Débutée par un accord commercial signé en 1964 par Valéry Giscard d’Estaing, la coopération franco-soviétique est encore quasiment au point mort en 1966. Seul l’accord du 22 mai 1965 sur le développement conjoint du procédé de télévision couleur SECAM semble mieux parti. Dans le domaine de la recherche scientifique, un voyage d’Alain Peyrefitte au printemps 1966 a permis la signature de trois protocoles pour la recherche spatiale et d’une convention de coopération atomique.

  • 7 Président du Conseil des ministres de l’URSS.
  • 8 Vice-président du Conseil et président du Gosplan.
  • 9 Ministre du Commerce extérieur.
  • 10 Président du Comité d’État pour l’utilisation de l’énergie atomique.
  • 11 Président de l’Académie des sciences.

6Fidèle à ses habitudes, Michel Debré ne se contente pas d’une présidence pour l’honneur de cette commission a priori assez formelle. Il prépare minutieusement son voyage à Moscou prévu du 16 au 20 novembre 1966. Dans les jours qui précèdent, il se fait préciser l’état d’avancement des projets avant de rencontrer Alexis Kossyguine7, Vladimir Kyrilline, Baïbakov8, Patolitchev9, Pétrosiantz10 et Keldych11. Dans une note aux membres du cabinet devant l’accompagner à Moscou, le ministre explique qu’il veut établir une réelle collaboration industrielle et pas seulement procéder à des achats de licences ou organiser des missions d’information. Selon lui, les entretiens bilatéraux devront permettre de déterminer les objectifs de la collaboration industrielle, d’examiner les secteurs industriels souffrant de déficiences susceptibles d’être corrigées grâce à une collaboration entre les deux États, d’envisager les moyens pratiques et matériels à réunir pour organiser une structure d’accueil efficace des techniciens français en URSS et de développer la collaboration scientifique.

  • 12 M. Debré, op. cit., t. IV, Gouverner…, p. 135-136. Michel Debré cite en particulier les dossiers du (...)

7Michel Debré estime que le Quai d’Orsay et le ministère de la Recherche ont accaparé les discussions avec les Soviétiques au détriment des intérêts économiques, c’est pourquoi il entend impliquer davantage la direction des relations économiques extérieures (DREE) et la direction de la Prévision. Premier signe tangible de cette réorientation lors du séjour moscovite, le ministre obtient le principe de la création d’une chambre de commerce franco-soviétique. L’élection de Max Fléchet à sa tête en février 1967 et une première séance de travail à Moscou en avril suivant marqueront le lancement effectif de cette politique. La deuxième réunion de la Grande Commission en janvier 1968, à Moscou, prendra acte de l’avancée de la coopération dans les domaines scientifique et commercial12.

  • 13 Kossyguine est assisté de Kovaliev.

8En marge des travaux de coopération, c’est lors de ce deuxième séjour moscovite que Michel Debré, accompagné d’Olivier Wormser, l’ambassadeur de France en URSS, s’entretient avec Alexis Kossyguine des positions respectives de la France et de l’Union soviétique vis-à-vis du Système monétaire international13. Le verbatim de cette audience autorise une analyse un peu différente de la présentation des mémoires. En effet, on constate que Michel Debré fait d’emblée part à son interlocuteur de l’isolement de la France sur la scène internationale en matière de politique monétaire. Faut-il y voir cette connivence entre le régime gaullien et l’ogre soviétique fréquemment dénoncée dans les milieux atlantistes ? Toujours est-il que Michel Debré reconnaît la position de faiblesse de la France dans ce domaine. Cette franchise provoque une réaction tout aussi spontanée d’Alexis Kossyguine qui admet que l’URSS partage les vues françaises sur la nécessaire coordination des devises et richesses face à une politique américaine ne consistant qu’en une émission de papier. Le chef du gouvernement soviétique se dit même favorable à une coordination des positions soviétique et française. N’en attendant manifestement pas tant, Michel Debré insiste sur l’importance de la déclaration de Kossyguine et le pousse à aller plus loin en établissant un parallèle entre l’ONU et le FMI afin de lui montrer les conséquences positives de la présence de l’Union soviétique dans la première organisation internationale et le caractère négatif de son absence dans la seconde. Michel Debré veut convaincre les Soviétiques d’adhérer au FMI en argumentant du fait que leur présence à l’ONU ne laisse pas le champ libre aux Américains alors que leur absence au Fonds monétaire ne permet l’exercice d’aucun réel contre-pouvoir. Devant Kossyguine qui ne bronche pas, Michel Debré prédit que le bon fonctionnement sur le long terme de ces institutions dépend de la présence ou de l’absence de l’Union soviétique. Alexis Kossyguine se borne à répéter que si l’URSS est absente du FMI, c’est au nom du principe de non-ingérence dans les affaires de pays tiers. Toutefois, ajoute-t-il, les Soviétiques ont pris conscience de l’amputation de moitié du stock d’or détenu par les États-Unis en 1944 et de son transfert vers les États européens qui possèdent certainement davantage de métal précieux désormais. Pour le chef du gouvernement soviétique, ce constat explique que les États-Unis mettront tout en œuvre pour empêcher la création d’un fonds de réserve européen. Alexis Kossyguine conclut la discussion en reprenant le dogme léniniste de l’imminence de la crise finale du capitalisme, arguant du fait que le dollar est maintenu par un narcotique et qu’il faut envisager la liquidation du FMI.

9Cette conversation conduit tout naturellement à évoquer maintenant le second grand combat de Michel Debré durant les années 1966-1968, celui en faveur d’une refonte du SMI qui permettrait à la France et à l’Europe de contrebalancer la traditionnelle puissance anglo-saxonne.

  • 14 Arch. CHEVS, 4 DE 47.

10À l’arrivée de l’ancien Premier ministre rue de Rivoli, la réponse à l’éventualité d’une crise majeure du SMI a déjà donné lieu à la mise sur pied d’un dispositif d’urgence ainsi qu’en témoigne un dossier comportant des notes de synthèse ainsi que des procédures à mettre en œuvre en cas de dévaluation de la livre sterling ou de suspension de la convertibilité du dollar14. À la demande du ministre, Maurice Pérouse actualise et précise dans une note de juillet 1966 un dispositif remontant à mars 1965. Il s’agit avant tout d’assurer une permanence à la Banque de France, au cabinet du ministre des Finances ainsi qu’à l’ambassade de France à Washington pour les contacts avec le FMI. De même, des liens rapides doivent pouvoir être noués avec les partenaires de la CEE et les pays de la zone franc. Le cabinet s’attend à ce qu’une annonce majeure concernant le SMI intervienne un vendredi soir après la fermeture des marchés boursiers ou bien durant un week-end.

11Le 14 septembre 1967, soit environ un an après l’instauration de cette vigie, Jean-Yves Haberer adresse au ministre une note récapitulant les conséquences en France d’une dévaluation de la livre à laquelle il semble s’attendre prochainement. Selon Jean-Yves Haberer :

  • 15 Ibid.

« l’automne 1967 […] paraît curieusement marqué par un vent d’inquiétude sur les conséquences d’une dévaluation de la livre, alors qu’en 1966, le problème était également posé, l’indifférence prévalait. Il est vrai que depuis un an, un gros effort de conditionnement a été fait par les Anglo-Saxons, notamment auprès des banques centrales. Il rencontre la paresse des gouverneurs et des fonctionnaires toujours anxieux à l’idée d’affronter un problème sans précédent »15.

12Pour Jean-Yves Haberer, la position française est affaiblie par ses contradictions et les Anglo-Saxons ne voient que les faits : la France les suit malgré ses critiques. Elle participe au pool de l’or et aux accords de soutien au sterling. Naturellement, dans le même temps, une dévaluation de la livre serait l’occasion rêvée pour la France d’obtenir une révision des principes du SMI ou du FMI. Une dévaluation de la monnaie britannique mettrait fin à son rôle de monnaie de réserve et à l’un des fondements de la traditionnelle solidarité entre le Royaume-Uni et les États-Unis. À cette occasion, le Marché commun devrait faire la preuve de sa solidarité.

  • 16 Les dévaluations liées concernent les monnaies suivantes : livre irlandaise, couronne danoise, shek (...)
  • 17 Arch. CHEVS, 4 DE 47.

13Finalement, la dévaluation survient le 18 novembre 1967, entraînant dans sa chute une douzaine de monnaies satellites16. La nouvelle parité retenue de 2,4 $ pour 1 livre, au lieu de 2,8 $, signifie une dévaluation de 14,3 %. On reste au-dessous du seuil de 15 % envisagé en 1966 pour déclencher une dévaluation du franc17. Dès le lendemain, une réunion d’urgence des ministres des Finances du Marché commun se tient à Paris à l’invitation de Michel Debré qui entend bien mettre la crise à profit pour renforcer la concertation monétaire entre les Six. Dans le brouillon de la communication qu’il prononce au Conseil des ministres du 22 novembre, il analyse en quatre points la situation monétaire résultant de la dévaluation britannique. S’appuyant une nouvelle fois sur une note de Jean-Yves Haberer, il remet en perspective la situation spécifique du Royaume-Uni en insistant sur l’imbrication de causes tant structurelles que conjoncturelles. Puis, le ministre de l’Économie et des Finances revient sur les modalités de l’annonce faite par le gouvernement britannique en démontrant que la dévaluation ne change en rien la fragilité de la livre à moyen terme. En contrepoint, il met en exergue la solidité du franc, expliquant à ses collègues que : « notre situation est saine, notre balance des paiements est équilibrée, la balance commerciale, plus variable, est proche de l’équilibre […]. Notre monnaie est l’une des plus solides au monde. Les dettes extérieures ont été remboursées (à l’exception de 300 millions de dollars), les réserves d’or et de devises permettent la sérénité. » Selon Michel Debré, la dévaluation britannique n’est pas suffisamment importante car elle sera amputée de moitié par le rattrapage des prix et des salaires.

14Bien entendu, la crise du sterling doit être resituée dans le contexte plus large de celle du système de Bretton Woods et c’est avant tout la question de la création de nouvelles liquidités internationales pour enrayer la chute prévisible du dollar qui mobilise Michel Debré durant son ministère. Il se fixe pour objectif de contrer le lobbying américain qui vise à obtenir que le FMI, que les États-Unis contrôlent par le biais des droits de vote, soit autorisé à procéder à l’émission d’un « orpapier » distinct du dollar. Ces nouvelles liquidités permettraient à Washington de poursuivre sa politique d’inflation et d’exportation indéfinie de capitaux. C’est à une lutte sourde ou ouverte, selon les circonstances, que vont se livrer Français et Anglo-Saxons pour rallier à leurs vues les pays en développement ou leurs alliés du camp occidental. Même si la position française est souvent comprise, elle n’est pas suivie ou défendue lors des réunions des ministres des Finances du G 10 ou de la CEE car les États-Unis n’ont aucun mal à s’attirer les sympathies en argumentant que leur déficit est en partie imputable au fardeau de la défense du monde libre.

  • 18 Arch. CHEVS, 4 DE 47. Information du 22 juin 1966.
  • 19 Arch. CHEVS 4 DE 47.

15C’est lors d’une réunion du G 10 à Paris en mars 1966 que Michel Debré prend pour la première fois ses distances vis-à-vis de la demande américaine. Il persévérera dans cette posture défensive durant deux ans. Sa forte personnalité lui permettra de peser davantage sur le Conseil des ministres des Finances de la CEE auquel il participe pour la première fois à Rome en juin 1966. Dès son arrivée en Italie, il déclare aux journalistes venus l’accueillir que « la recherche d’un système créant de nouvelles liquidités n’est ni utile ni opportun tant que persistera le déficit de la balance américaine des paiements ». Cette réunion de Rome voit l’abandon définitif de la Collective Reserve Unit (CRU) imaginée par Valéry Giscard d’Estaing qui suscitait une grande méfiance chez les partenaires de la France. Michel Debré défend l’idée que la création d’un fonds de liquidités supplémentaires ne doit en aucun cas servir les intérêts d’un pays pour résoudre le problème de sa balance des paiements mais qu’il doit répondre à une exigence de caractère général18. Fidèle à sa conception anti-supranationale, il dénonce tout projet conférant à un organisme international la faculté de décider de la création d’éventuelles liquidités, du moins tant que la balance américaine des paiements ne sera pas rééquilibrée. Selon les calculs des experts de Bruxelles rapportés par le vice-président de la Commission Robert Marjolin, cette condition ne pourra pas être remplie avant au moins deux ans. De retour à Paris, Michel Debré rédige un compte rendu de la réunion de Rome destiné au général de Gaulle ainsi qu’à Maurice Couve de Murville. Revenant sur son intransigeance vis-à-vis des Néerlandais, Belges et Italiens qui désiraient que les Six admettent le principe de la création de liquidités nouvelles « sous certaines conditions », le ministre explique qu’il s’est « élevé contre cette manière d’aboutir à un accord qui était en fait une capitulation. Faire glisser la discussion du fond du problème vers un moyen de procédure, c’était en vérité quitter une position forte pour une position faible »19. À Francfort, où les fonctionnaires nationaux et communautaires se sont retrouvés parallèlement aux ministres, le même clivage est apparu. Michel Debré s’abstiendra de donner son accord aux paragraphes relatifs à la création d’une nouvelle monnaie dans le communiqué final de la conférence du G 10 à La Haye en juillet.

16À la veille de la 24e réunion des ministres des Finances des Six qui doit se tenir à Luxembourg du 11 au 13 septembre 1966, Michel Debré lance un appel à l’unité des Six au sujet de la question des liquidités monétaires internationales. Les ministres européens vont suivre l’option française en estimant indispensable de parvenir à un meilleur équilibre des balances des paiements avant d’envisager la création de nouvelles réserves internationales. Le Marché commun arrête ainsi une position contraire à celle qu’a défendue quelques jours plus tôt le Premier ministre britannique James Callaghan, en militant pour l’idée de la création presque immédiate de nouvelles réserves monétaires. Pour Michel Debré, c’est « un expédient destiné à permettre le financement des déficits extérieurs imputables à des gestions déficientes ». Au terme de cette rencontre au Grand-Duché, Michel Debré peut légitimement éprouver trois motifs de satisfaction. Tout d’abord, la France n’est pas isolée, ensuite la délégation française a obtenu de ses partenaires que l’élimination des déficits des balances des paiements des pays à monnaie de réserve soit un préalable absolu à la création de liquidités monétaires internationales. Enfin, pour la première fois, les Six ont admis que la création de nouvelles liquidités n’aiderait en rien les pays en développement.

17Ce premier succès n’est suivi d’aucune avancée à La Haye en janvier 1967 lors de la 25e réunion des ministres des Finances de la CEE. Il faut attendre leur 26e réunion à Munich en avril 1967 pour qu’ils parviennent à un accord sur des questions non explicitement incluses dans le traité de 1957 et qu’ils préconisent une réforme du FMI en huit points. Parmi ceux-ci, Michel Debré a obtenu que soit retenu le principe de l’obligation de remboursement des crédits nouveaux accordés par le FMI. Les nouveaux droits de tirage ne devront pas être transférables. Un peu moins de trois mois plus tard, lorsque s’ouvre la 27e réunion du Conseil des ministres des Finances de la CEE le 3 juillet à Bruxelles, le climat économique a changé, la RFA et d’autres pays États membres sont entrés en récession. Dans sa rituelle conférence de presse avant l’ouverture de la réunion, Michel Debré prend soin d’expliquer aux journalistes que la France doit être dissociée de ce ralentissement car elle continue de connaître un rythme de croissance annuelle de 4 % et la stabilité des prix. Surtout, le ministre français de l’Économie entend bien maintenir la pression sur ses collègues en rappelant à la presse que :

« le communiqué de Munich est la charte des Six en ce qui concerne la réforme du SMI. Les propositions monétaires sont centrées sur celles du Marché commun. Il n’est plus question ni de créer de l’or-papier, ni d’accorder un régime privilégié aux monnaies de réserve. »

18Étant apparemment parvenu à rallier ses collègues du Marché commun à ses vues, Michel Debré porte le débat au sein du G 10 qui se réunit à Londres les 17 et 18 juillet puis les 25-27 août 1967. Cette seconde réunion des plus puissants argentiers de la planète apparaît à bien des égards comme le point culminant des efforts de Michel Debré pour faire échec à la volonté anglo-saxonne de créer des moyens de paiements nouveaux en quantité illimitée. Les débats sont animés mais la volonté d’aboutir semble largement partagée. Claude Angletti dans L’Information cite un échange significatif qui aurait eu lieu entre Michel Debré et Henry Fowler. Au cours des discussions, le secrétaire au Trésor aurait subitement lancé à son collègue français :

  • 20 Arch. CHEVS, 4 DE 67. Article de Claude Angletti, L’Information du 30 août 1967.

« Michel, que puis-je faire pour vous être agréable ? » Surpris, Michel Debré n’aurait pas répondu, alors Fowler aurait ajouté : « Si ! Si ! Dites ! – Eh bien ! Ne parlez plus d’or-papier ! lui aurait répliqué Michel Debré. – C’est promis, aurait conclu l’Américain »20.

  • 21 Arch. CHEVS, 4 DE 67. Article de Jacques Marchol, L’Opinion du 31 août 1967.

19Pour autant, la conférence de Londres ne peut être qualifiée de complète victoire française mais plutôt de compromis pour reprendre l’expression de Jacques Marchol dans L’Opinion. En effet, si les ministres des Finances du G 10 acceptent la création de Droits de tirage spéciaux (DTS) sur le Fonds monétaire international, ils le font à des conditions nuancées pour les thèses initialement en présence21. Pour la conception française, la principale satisfaction réside dans l’acceptation par les Anglo-Saxons du principe du remboursement, ou de reconstitution, d’une fraction de 30 % des droits de tirage. Michel Debré a toutefois dû rabattre sa prétention initiale d’un remboursement de 50 % en cinq ans. Le montant du taux de reconstitution a été âprement débattu. Une première tentative de conciliation d’Émilio Colombo a été rejetée, tout comme la proposition faite par le ministre allemand Schiller de limiter le remboursement à 25 %. Arc-bouté sur ses positions, Michel Debré aurait même lancé à James Callaghan, hôte de la conférence : « Je sais qu’en Grande-Bretagne, les présidents de séance finissent toujours par imposer leur point de vue. Ce n’est pas le cas sur le continent. » Michel Debré est également parvenu à faire accepter l’idée qu’au-delà d’un seuil de 70 % des sommes accordées au cours des années précédentes, un État bénéficiaire de droits devrait les rembourser, condition sine qua non pour justifier que le DTS n’est pas une création artificielle de monnaie. Pourtant, si la limitation à 70 % porte sur des montants importants, elle risque bien de s’apparenter au système de liquidités voulu par les Américains, surtout si le pays débiteur se fait consentir annuellement d’importants tirages. Cependant, la France a remporté une victoire morale. Elle est parvenue à afficher la solidarité des Six et le Marché commun a obtenu de facto un droit de veto au FMI car il a été admis que les décisions importantes devraient être prises à une majorité de 85 % des droits de vote et les pays de la CEE en détiennent 16 %. Reste encore à débattre de ce projet de Londres, à le faire approuver à la réunion annuelle de gouverneurs du FMI à Rio en septembre et par les Parlements. En même temps, on est encore loin d’une réforme en profondeur du SMI car les mécanismes d’ajustement des balances des paiements demeurent imprécis, l’inconvénient de l’étalon de change or n’a pas disparu et les déficits des paiements des deux pays à monnaie de réserve sont toujours là.

  • 22 Arch. CHEVS, 4 DE 67. Le plan de la table de la conférence indique la présence des États et institu (...)

20Du 21 au 23 septembre 1967 se déroule à Dakar la première réunion en Afrique des ministres des Finances français, africains et malgache22. Il s’agit de déterminer la position de la zone franc avant la conférence de Rio du FMI à laquelle Michel Debré doit se rendre depuis le Sénégal. Michel Debré et les ministres de la zone franc analysent les problèmes monétaires internationaux sous l’angle des besoins des pays en développement qui ont besoin de mécanismes propres à stabiliser les cours mondiaux de certains produits de base ou tropicaux en complément de l’aide financière que les pays riches leur apportent.

21À Rio, il prononce le 26 septembre un discours majeur, récapitulant sa conception des DTS devant l’Assemblée générale du FMI, mais il doit écourter son séjour et revenir précipitamment à Paris pour être opéré en urgence de la prostate. Alité dans sa chambre d’hôtel, peu avant son rapatriement, il reçoit des marques de sympathie de James Callaghan et de Henri Fowler. Dès qu’il est en mesure de sortir de l’hôpital, il se rend au château de la Muette, à l’OCDE, où il commente les conclusions de la conférence du FMI. Selon lui, la seule solution durable réside dans un retour à la rigueur financière des pays déficitaires. Pour cela, il leur conseille d’adopter une politique intérieure appropriée en modérant les tendances inflationnistes et en adaptant leurs politiques budgétaire et monétaire. Surtout, il les enjoint de conduire une politique des finances publiques orientée vers l’élimination des déficits, passant par la réduction des dépenses publiques, la baisse des investissements à l’étranger. C’est d’ailleurs ce cocktail du genre du plan Rueff de 1958 qu’il prône en aparté à Fowler.

22Sur cette question fondamentale du SMI et des moyens de liquidités, Michel Debré entretient une correspondance régulière avec Henri Fowler, secrétaire américain au Trésor de septembre 1967 à mars 1968 dont la tonalité est nettement différente du dialogue tendu des Chequers début 1967. Dans ses mémoires, il évoque d’ailleurs la personnalité de ce démocrate austère au train de vie modeste. Le 7 septembre 1967, deux semaines avant la tenue de la conférence de Rio, Michel Debré rappelle à son collègue sa lecture de la position adoptée à Londres. Il insiste sur le fait que les DTS ne peuvent être considérés comme des instruments de réserve de la même qualité que l’or ou les monnaies de réserve car ils ont des caractéristiques marquées de crédit, notamment concernant leurs conditions de transfert et de reconstitution. S’il est exact que le DTS n’est pas subordonné au rétablissement de la balance américaine des paiements, le G 10 postule depuis La Haye que l’alimentation de liquidités monétaires internationales ne peut être faite en même temps par le déficit américain et le FMI. Entre les deux, il faut choisir sous la menace de la création d’une inflation internationale qui troublerait gravement la croissance économique du monde libre.

23D’autre part, le problème du prix de l’or n’a pas été réglé à Londres. Bien que le Trésor américain ait maintenu le taux, le problème existe du fait de la loi de l’offre et de la demande. Une réforme du FMI est indispensable, même si le secrétaire au Trésor n’a pris aucun engagement à ce sujet.

  • 23 Arch. CHEVS, 4 DE 67. Lettre de H. Fowler à Michel Debré du 4 juin 1969. Fowler a quitté ses foncti (...)

24Progressivement, les deux hommes font preuve d’une réelle cordialité comme en témoigne un télégramme exprimant des vœux de prompt rétablissement après l’opération du ministre français, l’emploi de la formule « Dear Michel » par Fowler, ou encore son désir de revoir son ancien collègue en 1969 à Paris alors qu’il a quitté le Trésor pour rejoindre Goldman Sachs. Le séjour de l’ancien secrétaire au Trésor au Ritz coïncidera avec l’élection présidentielle mais malgré les aléas d’emploi du temps inévitables dans ce type de période, Michel Debré lui promet de le rencontrer car, précise-t-il, « les rencontres amicales dépassent ces événements »23.

  • 24 – Rétablissement d’une forme de contrôle des changes par la réglementation des investissements amér (...)

25La traduction de la qualité du lien franco-américain se manifeste le 1er janvier 1968, lorsque le chargé d’affaires américain à Paris apporte à Michel Debré une lettre du secrétaire au Trésor l’informant avant qu’elles ne soient rendues publiques des mesures décidées par le président Johnson pour le rééquilibrage de la balance des paiements24.

  • 25 Arch. CHEVS, 4 DE 67. Lettre de Michel Debré à H. Fowler du 17 janvier 1968.

26En réponse à ce geste, Michel Debré exprime ses remerciements devant la « volonté des États-Unis de prendre les mesures nécessaires à l’assainissement de la situation monétaire internationale »25. Il souligne en particulier la décision courageuse que constitue le relèvement des impôts mais s’inquiète d’un passage de la lettre du secrétaire au Trésor qui demande aux pays amis de supporter une part de l’effort de rigueur consenti par les États-Unis. Michel Debré dit craindre en particulier l’aggravation du déficit commercial de la France vis-à-vis des États-Unis si de nouvelles mesures tarifaires ou discriminatoires aux importations étaient adoptées. Il encourage plutôt Fowler à appliquer les acquis du Kennedy Round et à éliminer les obstacles résultant de l’American Selling Price.

  • 26 Arch. CHEVS, 4 DE 67.

27Quelques semaines plus tard, le 8 mars 1968, Henri Fowler écrit à nouveau à Michel Debré au sujet de l’interdépendance des économies. Le secrétaire au Trésor explique que « le président [Johnson] souhaite trouver une solution au problème de la balance des paiements afin de renforcer le système libéral et ouvert. Nous souhaiterions le faire par des méthodes de coopération dans l’esprit de la résolution de l’OCDE et non par ce que vous avez décrit une fois avec vivacité comme des “méthodes romaines” [comprendre impériales]. Pendant ces deux derniers mois, nous avons recherché avec nos partenaires commerciaux les moyens les plus rationnels et constructifs pour une action commune afin d’atteindre les limites »26. Le secrétaire au Trésor établit une distinction très nette entre les positions politiques prises par la France en matière monétaire, diplomatique ou militaire et les liens d’amitié unissant les deux pays. En effet, lors d’une récente discussion à New Delhi entre Michel Debré et Rostow, sous-secrétaire au Trésor, Michel Debré s’est ouvert à son interlocuteur de son inquiétude au sujet de plusieurs manifestations récentes de francophobie aux États-Unis largement relayées dans les médias. Fowler lui répond qu’il est « quotidiennement conscient de ces sentiments et qu’[il a] reçu des lettres qui exigeaient qu’[il] réclame le paiement des dettes contractées par la France pendant la guerre de 1917-1918 ». Il ajoute : « Comme vous le savez, le président [Johnson] continuera à faire tout ce qu’il pourra pour décourager de tels phénomènes. Mais je n’ai pas besoin de vous dire que le retrait de nos troupes de France et les différences de politique au sujet du Viêt-Nam et du Proche Orient, ainsi que les histoires hautes en couleur au sujet des “attaques françaises” sur le dollar ont causé de réels dommages. » Le secrétaire au Trésor pense que : « le meilleur remède contre de tels maux est la coopération dans les domaines où nous pouvons aboutir. Afin de maintenir un juste équilibre dans l’opinion, nous avons souligné la coopération de la France dans le Kennedy Round, dans plusieurs programmes communs d’aide et dans de nouvelles décisions du NATO. » Henri Fowler suggère à Michel Debré de resserrer les liens en renouvelant l’expérience d’une réunion à six ou huit ministres sur le modèle de celle des Chequers. Les deux hommes sont en désaccord sur la portée de la conférence de Rio.

  • 27 Arch. CHEVS, 4 DE 67. Les ministres des autres États membres sont : les docteurs Strauss (Finances, (...)

28Le 26 février 1968, à Rome, se déroule une réunion préparatoire de la conférence de Stockholm du groupe des 10 prévue pour avril. Cette réunion confirme la conclusion de la 28e réunion des ministres de la CEE à Champs-sur-Marne de décembre 1967, qui avait pris acte de la possibilité d’un droit de blocage européen27. S’agissant des DTS, les avis divergent. Si les Allemands sont apparemment proches des Français, la délégation française est en revanche la seule à défendre le principe de l’opting out, c’est-à-dire le droit de ne pas participer à un DTS. La position française s’est durcie depuis la conférence de Rio car les États-Unis évoquent des droits de tirage de volume et de durée différents des modalités initialement prévues. En avril 1968, les États-Unis menacent de déclencher un embargo sur l’or.

29Face aux tensions croissantes sur le marché libre de l’or, les banques centrales du pool procèdent à des ventes massives de métal jaune. Ne voulant pas dilapider les réserves de la Banque de France, Michel Debré donne pour instruction de cesser toute vente. La tension monte avec le Trésor américain qui convoque les gouverneurs des grandes banques centrales courant mars, ce que refuse le gouverneur français Jacques Brunet. En février et mars 1968, Michel Debré traverse une période de grande solitude car il comprend bien que les freins posés aux exigences américaines sont en train de voler en éclats. À Paris, s’il sait qu’il a le soutien du général de Gaulle, il comprend que Georges Pompidou ne partage pas ses vues et que ses prises de parole en Conseil des ministres ne sont pas toujours bien perçues.

  • 28 Arch. CHEVS, 4 DE 67. Message urgent de l’ambassade de France à Washington aux ministères des Affai (...)

30À deux semaines de la conférence de Stockholm, un communiqué conjoint de Fowler et du chairman de la Réserve fédérale maintient la parité du dollar à 35 $ l’once d’or28. Le 19 mars, dans une lettre à Michel Debré, le secrétaire au Trésor revient sur le rôle important joué la semaine précédente par le communiqué des gouverneurs des banques du pool de l’or et du directeur du FMI pour calmer les tensions. Fowler promet une vigueur fiscale accrue aux États-Unis.

  • 29 Appliquée surtout aux produits chimiques organiques (colorants, matières plastiques), la mesure con (...)

31Le point de rupture est donc atteint durant la conférence de Stockholm du G 10 à la fin mars 1968. Michel Debré est seul contre tous pour refuser que les DTS ne soient émis qu’après le retour à l’équilibre de la balance des paiements américaine et qu’ils soient liés à un remboursement. Ainsi qu’il le relate, il fait l’objet de pressions et de remarques acerbes. Excédé, il se met hors-jeu en déclarant à la presse son opposition à l’orientation de la conférence. La capitulation européenne se traduit par une acceptation d’un désarmement douanier asymétrique au profit des États-Unis. En effet, le 9 avril 1968, à Luxembourg, les Six décident qu’ils apporteront leur concours au rétablissement de la balance américaine des paiements par une accélération unilatérale du désarmement douanier prévu dans le Kennedy Round du GATT, de manière à accroître l’excédent commercial américain en Europe. Les Européens exigent en retour des Américains qu’ils ne prennent aucune mesure protectionniste à l’importation et ne financent aucune subvention à l’exportation. D’autre part, les États-Unis doivent s’engager à abolir l’American Selling Price avant le 1er janvier 1969 conformément au protocole signé à Genève en mai 196729. À l’origine, Michel Debré était hostile à tout désarmement douanier asymétrique mais il s’y est résolu lors d’une réunion des Six à Bruxelles le 25 mars. C’est à son initiative que des conditions précises ont été posées aux Américains, tandis qu’Allemands et Néerlandais se contentaient de vagues promesses.

32Michel Debré ne cache pas l’amertume qu’il a ressentie en perdant cette bataille monétaire dont la conséquence directe aura été l’enclenchement d’un processus inflationniste mondial pour un quart de siècle. Il est indéniable que l’ambition de la France gaullienne en la matière s’est heurtée au « mur de l’argent » du capitalisme anglo-saxon pour reprendre une image fameuse, mais c’est surtout l’échec de l’Europe monétaire qui frappe a posteriori. Que de temps perdu et de sacrifices demandés en retour aux peuples européens auraient pu sans doute être épargnés pour parvenir à une convergence réelle de leurs monnaies et de leurs économies si les gouvernements des Six avaient constitué une réelle force face aux intérêts égoïstes des Américains. Ce n’est pas le moindre des paradoxes de voir que Michel Debré aura réellement œuvré pour une Europe unie et forte, lui le nationaliste toujours suspect dans les milieux dits proeuropéens.

Notes

1 M. Debré, Trois républiques pour une France : mémoires, t. IV, Gouverner autrement : 1962-1970, Paris, Albin Michel, 1993, p. 128-145 et 158-178.

2 Le fonds Économie et Finances est coté 4 DE par le CHEVS, il comprend environ soixante-dix cartons. Les archives complémentaires sont celles détenues par le Service d’archives économiques et financières (SAEF) à Savigny-le-Temple, par l’Union européenne, la BEI, les services d’archives des États partenaires de la France, les organisations financières internationales (GATT-OMC, BIRD, FMI).

3 Arch. CHEVS, 4 DE 67. Session annuelle des gouverneurs de la BEI, Rome, 5 juin 1967.

4 M. Debré, op. cit., t. IV, Gouverner…, p. 137-145.

5 Vice-président du Conseil et président du Comité d’État pour les sciences et les techniques.

6 Vice-président du Comité d’État et accessoirement gendre de Kossyguine.

7 Président du Conseil des ministres de l’URSS.

8 Vice-président du Conseil et président du Gosplan.

9 Ministre du Commerce extérieur.

10 Président du Comité d’État pour l’utilisation de l’énergie atomique.

11 Président de l’Académie des sciences.

12 M. Debré, op. cit., t. IV, Gouverner…, p. 135-136. Michel Debré cite en particulier les dossiers du procédé de télévision SECAM, du satellite français Roseau que les Soviétiques lanceront en 1971, le projet d’équipement d’une capsule lunaire soviétique par les Français et les 260 industriels français ayant pris contact avec la chambre de commerce franco-soviétique.

13 Kossyguine est assisté de Kovaliev.

14 Arch. CHEVS, 4 DE 47.

15 Ibid.

16 Les dévaluations liées concernent les monnaies suivantes : livre irlandaise, couronne danoise, shekel israélien, livre de Hong Kong, livre de la Guyane britannique, livre malaise, livre de Nouvelle-Zélande, Malte, Bermudes-Bahamas, Maurice, Chypre et peseta espagnole (dévaluation d’opportunité).

17 Arch. CHEVS, 4 DE 47.

18 Arch. CHEVS, 4 DE 47. Information du 22 juin 1966.

19 Arch. CHEVS 4 DE 47.

20 Arch. CHEVS, 4 DE 67. Article de Claude Angletti, L’Information du 30 août 1967.

21 Arch. CHEVS, 4 DE 67. Article de Jacques Marchol, L’Opinion du 31 août 1967.

22 Arch. CHEVS, 4 DE 67. Le plan de la table de la conférence indique la présence des États et institutions suivants : Cameroun, République centrafricaine, Congo, Côte-d’Ivoire, Dahomey, Gabon, Haute-Volta, Madagascar, Mali, Niger, RIM, Sénégal, Tchad, Togo, France, Caisse centrale de crédit et d’équipement, Banque de France, BCEAO, BCEAC, IEM, FMI, BIRD. Michel Debré présidera une autre réunion du groupe à Champs-sur-Marne le 27 janvier 1968.

23 Arch. CHEVS, 4 DE 67. Lettre de H. Fowler à Michel Debré du 4 juin 1969. Fowler a quitté ses fonctions en décembre 1968 à la suite de la victoire de Richard Nixon.

24 – Rétablissement d’une forme de contrôle des changes par la réglementation des investissements américains à l’étranger (maintien du montant des investissements dans les PVD, réduction à 60-65 % du montant des années 1965-1966 dans les pays anglo-saxons, suppression en Europe continentale).
- Réglementation du tourisme américain en Europe.
- Vote de nouveaux impôts par le Congrès (+ 10 %).
- Réexamen des dépenses militaires américaines, en particulier dans la zone du Pacte atlantique.
- Discussions bilatérales avec les pays opposant des obstacles non-tarifaires aux échanges.
En revanche rien sur l’or.

25 Arch. CHEVS, 4 DE 67. Lettre de Michel Debré à H. Fowler du 17 janvier 1968.

26 Arch. CHEVS, 4 DE 67.

27 Arch. CHEVS, 4 DE 67. Les ministres des autres États membres sont : les docteurs Strauss (Finances, RFA) et Schiller (Économie, RFA), Henrion (Belgique), Colombo (Italie), Werner (Luxembourg), Witteveen (Pays-Bas).

28 Arch. CHEVS, 4 DE 67. Message urgent de l’ambassade de France à Washington aux ministères des Affaires étrangères et de l’Économie et des Finances du 15 mars 1968.

29 Appliquée surtout aux produits chimiques organiques (colorants, matières plastiques), la mesure consiste à retenir comme assiette du droit de douane le prix intérieur américain et non le prix facturé par l’exportateur. L’American Selling Price peut atteindre 200 % de droits.

Auteur

Maître de conférences à l’université de Poitiers. Il est l’auteur de Le patricien et le général, Jean-Marcel Jeanneney et Charles de Gaulle, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2 vol., 2003. Il a également publié « La réception de la parole gaullienne dans les départements poitevins et charentais lors du voyage présidentiel de juin 1963 : entre accueil républicain et adhésion spontanée », in La prise de parole en politique, actes de la journée d’étude tenue à l’université de Poitiers en novembre 2001, Cahiers du Gerhico, nº 9, Poitiers, 2004 ; « La genèse des ordonnances de 1967 », in Action et pensée sociales chez Georges Pompidou, actes du colloque tenu au Sénat les 21 et 22 mars 2003, organisé par l’association Georges Pompidou, Paris, PUF, 2004. Il va publier « Notices biographiques des responsables des fédérations de la Vienne et des Deux-Sèvres du RPF (1947-1958) », Dictionnaire du RPF, sous la direction de Bernard Lachaise ; « L’expansion industrielle au service de l’ambition nationale », in Le gouvernement Debré, actes du colloque du CEHVS-FNSP de 2002 et « Serge Berstein, le défricheur de la France gaullienne et de la culture politique gaulliste », in Mélanges à Serge Berstein, sous la direction de Nicolas Rousselier, Fayard (à paraître)

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540