Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Michel Debré, un réformateur aux Finances, 1966-1968

La politique industrielle et la recherche scientifique sous Michel Debré

Maurice Allègre

Texte intégral

1Avant de faire partie du cabinet de Michel Debré, j’avais pendant un peu plus d’un an occupé un poste équivalent dans le cabinet du ministre qui l’avait précédé, et je me trouvais être le seul rescapé de cette équipe. Lors de ma première arrivée rue de Rivoli, où pour la première fois un jeune ingénieur était admis au cabinet du ministre des Finances et des Affaires économiques, j’avais ressenti une curieuse impression. Doté d’une solide foi du charbonnier en l’avenir industriel de la France, j’avais eu à l’époque le sentiment d’être le Huron débarquant dans un milieu financier où le scepticisme était plutôt la règle. Pour mon plus grand bonheur, cette « foi », je l’ai trouvée chez Michel Debré, ministre de l’Économie et des Finances avec lequel il était donc aisé de travailler en parfaite communion d’esprit.

2Michel Debré était pleinement un homme d’État, homme de caractère au sens défini par le général dans le fil de l’épée :

« Son mouvement est d’imposer à l’action sa marque, de la prendre à son compte, d’en faire son affaire. Il a la passion de vouloir, la jalousie de décider. L’homme de caractère confère à l’action sa noblesse ».

3Michel Debré savait que la France ne pouvait pas être un grand pays sans disposer d’une industrie développée et compétitive. Fidèle à son tempérament, il a joué un rôle moteur tout à fait inhabituel pour un titulaire de la rue de Rivoli dont le rôle traditionnel était plutôt d’avoir le pied sur le frein.

4Il fallait d’abord encourager et faciliter le jeu des acteurs industriels en utilisant intelligemment les moyens d’action préexistants tels que le FDES dont un large usage sera fait pour la sidérurgie mais aussi en encourageant la création de cadres et outils nouveaux : c’est ainsi que la nouvelle formule du GIE, créé sous l’impulsion de Michel Debré, a beaucoup servi aux industriels pour officialiser les associations en participation.

5La modernisation des secteurs en retard était devenue indispensable. Il fallait mettre à niveau les grands outils et services technologiques. Le cas du téléphone était particulièrement criant. C’était l’époque où Fernand Reynaud amusait toute la France avec son histoire du « 22 à Asnières ». Un grand programme d’investissements a été lancé à ce moment-là et sa poursuite a conduit en quelques années à un redressement très spectaculaire. Rue de Rivoli, Michel Debré a poursuivi le plan de réduction des charbonnages lancé par Michel Debré Premier ministre.

6Afin de rendre l’industrie compétitive, il était indispensable d’encourager les mouvements de concentration, par exemple dans le pétrole avec la création de l’ERAP, et dans l’aéronautique. Il convenait aussi d’aider les grandes industries de base à passer le cap difficile d’une complète restructuration. C’est avec Michel Debré que Jacques Ferry, président de la chambre syndicale, a commencé la négociation du Plan sidérurgie dont la considérable ampleur et les conséquences sociales ne se sont que progressivement révélées. Plus de trente ans après, la position mondiale conquise par Arcelor justifie amplement les efforts accomplis.

7Il fallait enfin ne pas avoir peur de couper les ailes des éternels canards boiteux afin d’éviter les hémorragies sans espoir et leurs effets négatifs. C’est ainsi que Michel Debré a eu un jour le courage de dire « Ça suffit » pour les Forges d’Hennebont, tout en lançant la DATAR dans un grand effort de réindustrialisation de la zone et de reclassement des personnels. Ce fut sans nul doute un tournant fondamental dans la politique d’aménagement du territoire.

8Plus que tout autre, Michel Debré savait à quel point préparer l’avenir était la clef de la réussite. Dans un monde de plus en plus technologique, la recherche était un enjeu essentiel. Dès son arrivée, il voulut lancer une vaste loi-programme sur la recherche et me demanda d’aller promouvoir cette idée auprès du ministre de la Recherche Alain Peyrefitte. Celui-ci aurait dû normalement accueillir cette idée à bras ouverts, surtout émanant d’un ministre chargé des Finances ! Curieusement, il n’en fut rien et cette loi ne vit jamais le jour. La recherche fut néanmoins l’objet de soins attentifs. C’est ainsi que le même jour furent créés trois organismes de recherche dont l’importance ne s’est point depuis démentie : l’ANVAR, le CNEXO et l’IRIA. Les mécanismes financiers d’aide à la recherche-développement furent renforcés et les grands programmes technologiques connurent leur apogée.

9Ces grands programmes technologiques, préexistants ou nouveaux, devaient avoir avant tout le souci des débouchés industriels. L’exemple du Concorde, dont on apercevait les limites commerciales, était là pour le rappeler. Le spectre était large et couvrait les principales technologies de pointe de l’époque.

  • Pour l’atome, une révision déchirante était en cours. Le graphite gaz ne pouvait déboucher commercialement et il fallait se rallier à la technologie américaine. On sait avec quel brio la francisation en a été faite et combien notre industrie est aujourd’hui compétitive dans le domaine de l’électricité nucléaire, comme vient de le démontrer le choix récent des Finlandais.

  • En matière spatiale, et contrairement à l’idée selon laquelle les satellites étaient le maillon fondamental, le caractère stratégique des lanceurs a été perçu, ouvrant le champ à ce qui deviendrait Ariane.

  • En aéronautique, fut prise une orientation essentielle malgré le coût important prévisible de cette stratégie : l’Airbus a été lancé pour profiter de l’élan du Concorde, avec cette fois l’ambition de devenir un succès commercial qui est bien maintenant au rendez-vous.

  • Michel Debré fut très vite convaincu de l’importance primordiale qu’allait revêtir l’informatique et de la nécessité pour notre pays de disposer d’une véritable industrie après le désastre de la première affaire Bull. Il a été le véritable promoteur du lancement du Plan calcul, ce qui est peu banal pour un ministre des Finances mais très bien visé pour un ministre de l’Économie ! Hélas, l’industrie n’était pas prête et s’est déchirée, les ego des grands industriels prenant finalement le pas sur l’intérêt général alors que la première phase avait pourtant réussi…

  • Le caractère stratégique des composants électroniques – qui sont devenus les fameuses « puces » d’aujourd’hui – avait été vu dès le début du lancement du Plan calcul. Jeune délégué à l’Informatique, je me souviens très bien être allé dans son bureau faire signer en premier à Michel Debré, alors ministre des Armées, le tout premier « plan composants ».

10Chaque fois que cela apparaissait nécessaire pour la réussite d’un grand dessein industriel, Michel Debré n’hésitait pas à situer résolument les ambitions nationales dans une perspective européenne. Ses convictions sur l’Europe ne l’ont jamais empêché de préconiser à de nombreuses reprises des alliances européennes, par exemple, dans l’espace où le programme Eldo-Europa préfigurait Ariane, car il fallait à l’Europe un lanceur ne dépendant pas de la bonne volonté américaine. De même dans l’aéronautique, l’Airbus ne pouvait être qu’européen afin de bénéficier des marchés des compagnies nationales.

11L’obligation de conclure une alliance européenne était inscrite dans la première convention du Plan calcul. Ce programme fut réalisé à la lettre et l’Europe de l’informatique créée avec Siemens et Philips sous le nom d’Unidata. Ce vaste regroupement avait commencé à fonctionner et aurait peut-être connu un succès comparable à celui d’Airbus si le gouvernement français n’avait quelques années plus tard accompli une incroyable volte-face. Tournant brutalement le dos à l’Europe au profit de Honeywell-Bull, il engendra un immense gâchis et la longue descente aux enfers de Bull s’achève seulement maintenant. Dans notre pays plus encore qu’ailleurs, il est dangereux d’avoir raison trop tôt !

*
* *

12Cette période si active et gratifiante a vu sous l’impulsion décisive de Michel Debré le lancement de très nombreuses actions dont la plupart ont porté de remarquables fruits à long terme. Mais, en si peu de temps, il n’était pas possible de tout faire et quelques regrets viennent inévitablement à l’esprit en évoquant certaines actions qui n’ont pu voir le jour. C’est ainsi, par exemple, qu’il n’a pas été possible de convaincre le président de Sud Aviation que les Américains allaient tout faire pour empêcher Concorde d’atterrir à New York ni de persuader la direction du Trésor qu’il aurait été particulièrement opportun de convertir en pétrole une partie de nos abondantes réserves en or. Même pour un Michel Debré, le poids des murs rue de Rivoli était parfois trop lourd à remuer !

Auteur

Ingénieur général des Mines et licencié en droit. Il a été conseiller technique (1964-1966) au cabinet de Valéry Giscard d’Estaing alors ministre des Finances et des Affaires économiques, puis au cabinet de Michel Debré, alors ministre de l’Économie et des Finances (1966-1967). Il est, depuis 1998, Président de l’Agrer et consultant international sur les questions énergétiques

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540