Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Michel Debré, un réformateur aux Finances, 1966-1968

Michel Debré et les questions agricoles

René Groussard

Texte intégral

  • 1 Lois rédigées par A. Dupont-Fauville et J.-H. Bujard.

1En arrivant rue de Rivoli, Michel Debré connaissait de longue date le dossier agricole de la France. Il est en effet à l’origine de la loi du 3 août 1960 sur l’enseignement agricole et la formation professionnelle, ainsi que de la loi du 5 août 1960 d’orientation agricole, lois dont il avait inspiré la rédaction1, et qui demeurent, encore en ce début de siècle, le fondement de la réforme agraire et de la politique agricole de la France ; comme ministre des Finances, il va appliquer ces lois qu’il avait lui-même conçues, en retrouvant les interlocuteurs professionnels qu’il avait lui-même choisis comme partenaires en 1960.

2La période 1962-1965 n’aura donc été qu’un simple entracte. Il agira rue de Rivoli comme s’il était encore Premier ministre, mais dans une situation infiniment plus délicate :

31. L’Agriculture est en effet administrée à pouvoirs partagés entre le ministère de l’Agriculture et celui des Finances, puisque l’intervention de l’État est placée sous la tutelle des deux ministres.

  • 2 Nous n’examinerons pas les relations entre Edgar Faure et Michel Debré. Ce sont deux tempéraments s (...)

42. Dès sa constitution en janvier 1966, le gouvernement était fragilisé par l’élection en décembre 1965 du général de Gaulle à la présidence de la République au second tour de scrutin, péripétie due en partie au vote des paysans. À la manière d’un chef d’état-major, le chef de l’État répartira les rôles. Il adressera, en quelque sorte, trois lettres de mission : il confie à Michel Debré la garde de l’orthodoxie, à Edgar Faure le soin d’effacer dans l’opinion agricole traditionnelle l’effet traumatisant laissé par Edgar Pisani2 ; les deux ministres œuvrant sous l’œil vigilant de Georges Pompidou. Le gouvernement sera affaibli par le résultat des élections législatives de mars 1967, qui ne lui laissent qu’une seule voix de majorité au Parlement. Une fois replacée dans son contexte général, il est rapidement apparu que cette construction habile qui devait permettre de gouverner sans à coups ne résisterait pas à l’épreuve des faits. Conscient des risques encourus, Michel Debré tentera par voie d’ordonnances de relancer une politique de réformes.

53. La place prise par les questions agricoles dans la gestion quotidienne du ministère des Finances et dans les réunions interministérielles était sans commune mesure avec le poids de ce secteur dans le PIB, en raison notamment de la poursuite de la construction européenne et du poids politique des agriculteurs dans la société, ce qui obligera Michel Debré à beaucoup s’impliquer. Il fallait à la fois achever la réalisation du Marché commun, gérer des marchés intérieurs et extérieurs fluctuants, notamment celui du vin, en conciliant les engagements pris par la France vis-à-vis de l’Algérie, tout en résorbant les excédents du marché intérieur. Il fallait aussi gérer les multiples crises sectorielles dues à la surproduction, ou encore mettre en place, dans un secteur jusqu’alors négligé, une politique de l’élevage ambitieuse mais coûteuse. En même temps, le ministre de l’Économie et des Finances devait canaliser les demandes pressantes et réitérées par les organisations agricoles d’aides financières et structurelles au nom de la recherche d’une certaine parité de revenus.

*
* *

6I. Dans la gestion des affaires courantes, Michel Debré restera bien évidemment très attentif à la politique des prix agricoles et à une gestion rigoureuse du budget, mais tout autant à la défense des intérêts français dans les instances communautaires. Il est à noter que, dès cette époque, il reprochera à plusieurs reprises au gouvernement une insuffisante « présence » française et un intérêt trop distant porté à la qualité de notre représentation à Bruxelles. Pour les « indifférents », la présence du général de Gaulle à la tête de l’État suffisait à donner toutes les garanties, quant à la défense des intérêts du pays. J’ai la conviction que l’affaiblissement de la France dans les instances communautaires était perceptible dès cette époque.

7Mais Michel Debré va s’appliquer à élargir et approfondir le champ des réformes déjà engagées lorsqu’il était Premier ministre, dans quatre directions : accélérer le regroupement de l’industrie agroalimentaire sur de nouvelles bases, rapprocher le statut fiscal de l’exploitation agricole du droit commun, redéfinir les relations entre la direction du Trésor et l’institution du Crédit agricole en vue d’élargir le champ de compétence de la banque verte à l’agroalimentaire, réformer enfin le statut des coopératives agricoles.

  • 3 Roland Violot, ingénieur du Génie rural des eaux et des forêts, chargé des questions agroalimentair (...)

81. La ligne de conduite de Michel Debré s’agissant des industries agroalimentaires était celle suivie par le commissariat au Plan sous l’impulsion de Roland Violot3 et qu’il avait lui-même fixée quand il était Premier ministre. Sa politique visait à favoriser le regroupement des entreprises en vue de faire émerger d’un tissu industriel lâche, des groupes de dimension nationale. Le conservatisme des uns, les conflits de famille au sein des conseils d’administration des sociétés, la fragilité des entreprises faute de fonds propres suffisants ainsi que les luttes d’influence entre système coopératif et secteur privé paralysaient les énergies des plus entreprenants.

  • 4 Paul Ricard, industriel français, créateur du Ricard et de l’anisette Ricard, promoteur du tourisme (...)

9Associant le commissariat du Plan à sa démarche, Michel Debré décida de « sauter » l’étape du regroupement d’entreprises moyennes et petites en s’adressant à des sociétés qui, au plan national voire européen, avaient déjà fait la preuve de leurs compétences et de leur efficacité. C’est ainsi que Michel Debré reçut en juillet 1966 Paul Ricard4 rue de Rivoli, en présence de François-Xavier Ortoli, alors commissaire au Plan. Paul Ricard accepta de faire jouer à sa société le rôle de socle économique et financier pour sa branche d’activités, ce qui constituera un tournant pour la politique du groupe. En juillet 1966 était jeté le principe du rapprochement entre Pernod et Ricard, devenu en ce début de siècle l’une des toutes premières sociétés de sa branche dans le monde. D’autres initiatives suivirent toutes inspirées des mêmes principes.

102. Michel Debré, dans la loi d’orientation agricole avait fait le choix d’une politique contraignante et diversifiée dans son application prévoyant un contrôle strict de l’évolution des structures des exploitations agricoles. Il était persuadé qu’il s’agissait d’une transition et qu’il conviendrait de donner progressivement à ces dernières leur liberté d’entreprendre à l’image des entreprises des autres secteurs. C’est ainsi qu’il étendra le champ d’application de la TVA au secteur agricole. La réforme fut conduite avec un rare savoir-faire, au point qu’à l’époque, le président de la FNSEA, lors du congrès, put faire applaudir le nom de Michel Debré, ce qui en matière fiscale est plutôt une exception ! De même, il décida d’asseoir dorénavant l’impôt sur le revenu des exploitants agricoles non sur le montant des bénéfices établis forfaitairement, mais sur le bénéfice réel. Les organisations professionnelles lui sauront gré d’avoir engagé ces deux réformes qui constituent une phase importante de la modernisation de l’agriculture. Dans cette même logique, un conseil restreint devait en avril 1968 fixer de nouvelles orientations en vue d’accélérer le regroupement des exploitants agricoles et réserver le bénéfice des aides économiques de l’État aux agriculteurs les plus organisés. Le conseil restreint qui entérina ses propositions ne fut réuni qu’en octobre 1968, alors que Michel Debré avait quitté la rue de Rivoli.

113. De même, Michel Debré prendra, dans le cadre de la réforme générale du système bancaire en 1966, deux dispositions qui concernaient directement le Crédit agricole : rupture des liens de subordination exercés par le Trésor sur l’institution, et contrôle plus strict des aides accordées aux exploitations agricoles au titre des prêts bonifiés. La réforme donnait plus d’autonomie à la banque en renforçant ses moyens d’action, tout en permettant à la direction du Budget d’exercer un contrôle plus précis des avantages financiers dont bénéficiait l’institution fortement contestée par l’ensemble des banques nationalisées et privées.

12Le ministre donnera à Jacques Mayoux, alors directeur général, deux directives :

  • le Crédit agricole devait devenir, en priorité, la banque des industries agroalimentaires, en jouant un rôle majeur dans le regroupement, la concentration et le financement de ces entreprises ;

  • en second lieu, le Crédit agricole devait conserver son caractère mutualiste.

13L’institution devait se rapprocher des autres groupes mutualistes français ou originaires des pays de la Communauté européenne en vue de renforcer leur poids dans le réseau général des banques.

14Pour marquer l’intérêt porté à la réforme, Michel Debré autorisa Jacques Mayoux à prendre des participations dans les entreprises agroalimentaires par l’intermédiaire d’une filiale de la Caisse nationale de crédit agricole. Malheureusement, l’institution perdra, au fil du temps son caractère mutualiste et sa vocation industrielle, par opportunisme et ambition démesurés de certains de ses dirigeants, mais aussi en raison du laxisme des pouvoirs publics.

154. Michel Debré connaissait les tares des coopératives agricoles. Ancien sénateur d’Indre-et-Loire, il avait été en mesure d’en déterminer les effets concrets autant dans son département que par les conversations qu’il avait eues avec André Dulin et Paul Driant, deux de ses collègues au palais du Luxembourg, l’un et l’autre très au fait du sujet en raison des responsabilités qu’ils exerçaient dans le secteur mutualiste. C’est dans ces conditions que Michel Debré fit préparer une réforme de grande ampleur du statut des coopératives agricoles.

16Le nouveau dispositif figurera dans le train de mesures prises par voie d’ordonnances en novembre 1967. La réforme avait un triple objet. Il s’agissait en premier lieu de conforter les coopératives de base dans leur fonction d’outil privilégié au service des agriculteurs groupés pour la mise en commun de certains de leurs moyens d’exploitation et la mise sur le marché de leur production. Le second volet prévoyait la création de coopératives de type commercial, ayant un statut leur permettant de lever une partie des contraintes dues à la rigidité du système coopératif face au secteur privé, et de disposer ainsi d’une certaine souplesse d’intervention. Enfin, une troisième catégorie de société était créée : les SMIA (Sociétés mixtes d’intérêt agricole) qui avaient pour objet de faire participer les agriculteurs à la création d’entreprises dont ils détiendraient une part du capital en partenariat avec des investisseurs privés.

175. On peut encore citer le rôle joué par Michel Debré dans la politique d’aménagement rural. À l’initiative conjointe du Premier ministre et du ministre de l’Économie et des Finances seront créés des commissaires à la Rénovation rurale en 1967, en vue de donner une impulsion nouvelle à des zones en voie de désertification, notamment en coordonnant les interventions de la puissance publique.

*
* *

18II. Les réformes engagées par Michel Debré depuis 1960 illustrent la richesse de la pensée politique d’un personnage infiniment plus complexe qu’on veut généralement bien le dire. Sa pensée est le fruit d’une « hybridation » d’origines multiples : démocrate-chrétienne, révolutionnaire, colbertiste, nationale, supranationale et libérale. Mais il tenait compte aussi des rapports de force : l’agriculture en est une parfaite illustration. C’est ce que je me propose de montrer.

191. Le 26 avril 1960, dans le discours d’ouverture du débat sur la loi d’orientation agricole du 5 août 1960, à l’Assemblée nationale, Michel Debré déclarait que le Parlement était amené à fixer « l’orientation de l’agriculture pour une génération, même davantage ». Il inscrivait sa démarche dans la durée. L’article 2 de la loi stipulait « que cette politique [serait] mise en œuvre avec la collaboration des organisations agricoles ». L’exposé des motifs de la loi relative à l’enseignement agricole et à la formation professionnelle du 3 août 1960 s’adressait certes au monde agricole, mais en fait à la société tout entière, en ces termes : « L’orientation des programmes doit contribuer à faire des hommes les plus qualifiés pour assumer les responsabilités publiques ou professionnelles pour développer l’esprit communautaire, assumer le développement économique régional et pour comprendre les problèmes d’intérêt national. »

20Sous l’impulsion d’Antoine Dupont-Fauville, le mouvement jaciste va jouer un rôle déterminant dans la préparation et la mise en œuvre de ces deux lois entraînant derrière lui d’autres fractions du monde rural dans le soutien qu’apporteront ses membres à l’ancien Premier ministre. Ce mouvement affichait la primauté de la personne sur l’individu, le rôle prépondérant des corps intermédiaires dans la conduite d’une politique, la volonté de réforme affichée par chacun, quels que soient sa place et son rang dans la société. En termes politiques, l’homme d’État passera un contrat moral avec des représentants de la démocratie chrétienne rurale dont il partageait certaines valeurs. Sa liberté d’esprit, son rejet de l’individualisme bourgeois, sa considération pour la personne tournée vers l’action peuvent évoquer Emmanuel Mounier, l’auteur de « la révolution personnaliste ». Ceci explique qu’il n’entrera jamais en conflit ouvert avec les organisations professionnelles agricoles fortement influencées par la JAC dans ces années 1966-1968.

  • 5 Titre d’un ouvrage de Michel Debatisse publié en 1963.

212. On a parlé de « révolution silencieuse »5, à propos de la politique engagée par Michel Debré en 1960. La politique foncière en fournit une illustration. La doctrine de Michel Debré s’inspirait du programme révolutionnaire du Conseil national de la Résistance (CNR) dont la réforme du statut du fermage en 1946 avait été en agriculture l’une des applications. La politique foncière inscrite dans la loi d’orientation de 1960 et la loi complémentaire de 1962 – cette dernière préparée quand il était encore à Matignon – emprunte la même voie. Prenant appui sur une minorité de jeunes agriculteurs militants, la plupart originaires de la JAC, le dispositif juridique mis en place bousculait les relations familiales, prônait la « décohabitation » des générations vivant sous le même toit et ne laissait ni au propriétaire ni au fermier, en cas de vente de la terre ou de cessation d’activité, le libre choix de trouver leur successeur. Il créait des SAFER (Société d’aménagement foncier et d’établissement rural), sociétés anonymes, dont les conseils d’administration étaient composés exclusivement de représentants du monde agricole sous le simple contrôle de commissaires du gouvernement, et dont les prérogatives étaient très critiquées (elles le sont toujours), autant par nombre d’agriculteurs que par la majorité des élus UNR et par les juristes. Ainsi, Jean Foyer ne manquait jamais une occasion de dénoncer le caractère « exorbitant du droit commun » de ce dispositif juridique.

22Michel Debré, ministre de l’Économie et des Finances, eût pu se ranger à l’avis de la majorité de ses amis en faisant donner des instructions aux commissaires du gouvernement en vue de tempérer le « zèle » des SAFER. Il ne le fit jamais. Les conseils de prudence donnés par son cabinet lorsqu’il se déplaçait en province et particulièrement en Indre-et-Loire ne furent jamais suivis d’effet.

233. Il est banal de rappeler la place réservée à l’État dans la politique de réforme engagée par l’ancien Premier ministre. Il l’est probablement moins de constater que dans l’esprit de Michel Debré, réformer les modes d’intervention de l’État et réviser les comportements de la société allaient de pair. L’intervention de l’État prendra des formes très diverses, que l’on peut regrouper schématiquement sous trois rubriques : gestion directe, gestion contrôlée, gestion déléguée.

  • L’État prendra directement en charge le financement d’un programme étalé sur dix ans de construction de lycées agricoles. Selon Michel Debré, la formation était une priorité absolue ; l’État devait donc jouer un rôle moteur. Le double mérite du projet culturel de Michel Debré est d’avoir établi un lien fort entre l’enseignement initial et autoformation permanente des agriculteurs. Au nom de l’intérêt général, il mettra fin au conflit entre enseignement public et privé. Michel Debré est l’homme de la paix scolaire que Michel Rocard, ministre de l’Agriculture, aura le mérite et le courage de concrétiser en 1984.

  • L’État interviendra dans la vie publique sous une seconde forme, en multipliant la création d’organismes gérés en partenariat avec les élus professionnels. L’ensemble débouchera sur une cogestion État/professionels dont la création de l’ONIC (Office national interprofessionnel des céréales), en 1936, avait été la préfiguration. Ce dispositif allait entraîner une profonde remise en cause du champ de compétences et plus encore des manières d’agir de l’administration et qui méritent l’un et l’autre une analyse approfondie.

    • 6 ADASEA : Association départementale pour l’aménagement des structures des exploitations agricoles.

    L’État interviendra enfin selon une troisième modalité : la gestion déléguée. Ainsi, à titre d’exemple, à la création du CNASEA (Centre national pour l’aménagement des structures des exploitations agricoles), la question se posa pour Michel Debré, ministre de l’Économie et des Finances, de choisir l’instance chargée de préparer les dossiers de demande de cessation d’activité présentés par les agriculteurs âgés, disposition éminemment politique qui allait concerner des centaines de milliers d’entre eux. Trois solutions étaient proposées. La première confiait ce rôle à un établissement public sous contrôle strict de l’État, la seconde en chargeait les chambres d’agriculture sous tutelle de l’État, la dernière déléguait sinon en droit strict, du moins dans les faits, ce rôle à des associations départementales (ADASEA)6 constituées par les organisations agricoles dont les affinités couvraient tout l’échiquier politique. Dès lors que ces dernières acceptaient de remplir une mission de service public, intéressant d’abord les jeunes, le ministre pouvait tout accepter sachant bien que dans la grande majorité des départements, la profession agricole choisirait la dernière solution ; ce fut le cas.

24Ce simple exemple, choisi parmi bien d’autres, témoigne que Michel Debré avait une conception plurielle et évolutive du rôle de l’État pouvant aller, à la limite, jusqu’à son retrait. Ce dernier doit intervenir sous la forme la plus appropriée là où se joue l’essentiel pour la Nation dans un dialogue constant avec le citoyen. Cette méthode de gouvernement ouvre un vaste débat sur les conditions réelles d’exercice du pouvoir démocratique.

254. La politique de Michel Debré, on le sait, était fondée sur l’existence d’une Nation forte, indépendante et maîtresse de ses choix. La politique agricole en fournit de nombreux exemples. J’ai choisi volontairement l’un d’eux, dans un domaine peu exploré jusqu’ici. La réforme du statut des coopératives déjà évoquée prévoyait de substituer au droit en usage un dispositif à trois étages. Chacun d’eux avait le même objectif : renforcer la Nation. Rassemblés et liés entre eux par de fortes solidarités dans leurs coopératives de base, les agriculteurs maîtrisaient l’évolution du système agraire en le protégeant des ingérences étrangères. Ils occupaient durablement le territoire. Le second étage de la réforme créait d’autres solidarités qui permettaient aux agriculteurs de renforcer leur place et leur rôle dans la société face aux entreprises de droit privé, liées à l’espace de manière plus aléatoire. Elle renforçait la place du mouvement mutualiste dans la Communauté européenne, dans le même esprit que Paul Driant, alors président de la Caisse nationale de crédit agricole, l’avait imaginé au début des années soixante. Le troisième étage, enfin, avait pour objet d’exercer par la présence des agriculteurs dans le capital de sociétés mixtes un contrôle des sociétés industrielles de droit privé et de contrarier l’hégémonie des sociétés multinationales.

26En raison du conservatisme avéré de Georges Pompidou, faute d’avoir explicité suffisamment ses objectifs et d’avoir trouvé des interlocuteurs crédibles, par manque de temps également, la démarche de Michel Debré fut incomprise par l’administration du ministère de l’Agriculture et par les organisations agricoles également soucieux de ne pas trop bousculer « l’ordre établi ». Le projet préparé par Michel Debré fut certes accepté par le Premier ministre, qui excédé par la rédaction des ordonnances de 1967, s’y ralliera sans conviction aucune.

275. La conception d’une politique agricole commune d’essence supranationale, après la décision prise en décembre 1960 d’accélérer la construction européenne en étendant son champ aux productions agricoles, marque un tournant important dans la pensée politique de Michel Debré.

28L’acte essentiel intervint en janvier 1962, quand les six partenaires se sont mis d’accord pour la mise en place des premières organisations de marché et la création d’un Fonds commun pour le financement de cette politique (FEOGA). Le gouvernement de Michel Debré a été le premier artisan du règlement financier qui constitue encore aujourd’hui la charpente de la PAC. Ce règlement prévoyait, comme on le sait, prix communs, protection aux frontières et solidarité financière entre États. Les principes directeurs de la PAC, sa charpente et son mode de fonctionnement seront définitivement fixés quand Michel Debré quittera le ministère de l’Économie et des Finances. D’essence supranationale, la PAC sera un banc d’essai, voire une matrice, de la construction européenne. Animée à la fois par l’exigence d’une agriculture française puissante, prenant appui sur un État fort, et en même temps par la nécessité de construire une Europe maîtrisant son destin face aux deux grands, la politique agricole commune répondait à cette double volonté de l’homme d’État.

29Il serait intéressant, pour éclairer la pensée de Michel Debré, de rechercher si dans ses archives figurent des écrits donnant les raisons pour lesquelles il adopta, apparemment sans barguigner, une politique de caractère supranationale à laquelle on sait bien qu’il était fondamentalement opposé. Les arguments avancés étaient à l’époque de plusieurs natures. Par ce moyen, la France mettait à la charge de nos partenaires, et notamment de l’Allemagne, une partie du coût de la modernisation de notre agriculture. D’autre part, les projets Baumgartner/Pisani d’un juste prix sur le marché mondial des produits agricoles, assortis d’une aide au tiers-monde, ne pouvaient qu’inciter la France, premier partenaire agricole, à montrer l’exemple d’une organisation ordonnée des marchés agricoles au sein de la CEE. D’autres feront observer que la première préoccupation du général de Gaulle et de Michel Debré était à l’époque la guerre d’Algérie.

30Le général de Gaulle, Michel Debré et leurs collaborateurs étaient-ils suffisamment sûrs d’eux-mêmes, comme certains le pensent encore aujourd’hui, dans une Europe à six où la France exerçait une très forte influence, pour être certains que les contradictions entre leurs propres convictions et les contraintes d’une politique supranationale pourraient être surmontées durablement ? Les recherches faites ne m’ont pas permis de trouver des réponses satisfaisantes. J’ai commis l’erreur de ne pas avoir interrogé Michel Debré sur ce sujet.

316. Rechercher les racines d’une pensée libérale dans un personnage fondamentalement partisan d’une intervention permanente de l’État dans la vie publique et les faire admettre supposent d’avoir comme interlocuteurs des hommes bien formés. Antoine Dupont-Fauville, dans une interview réalisée il y a quelques années s’exprimait ainsi : « Aller au fond d’un problème signifie pour Michel Debré s’occuper de l’enseignement » ; « Créer un espoir pour les agriculteurs passe par l’éducation. » Exprimé sous une autre forme, cela signifie que dès lors que les agriculteurs et les dirigeants des coopératives ont les compétences techniques et gestionnaires appropriées, ils doivent être en mesure de se passer de l’intervention de l’État en gérant à leur manière leurs entreprises respectives. C’est le sens qui se dégage des dispositions, déjà évoquées concernant la banalisation de la fiscalité des exploitations agricoles et celles faisant jouer sans soutien de l’État un rôle économique moteur aux entreprises agroalimentaires premières dans leur branche. L’agriculteur formé n’a plus besoin d’un tuteur permanent, il peut et doit affronter les vicissitudes de son métier. L’intervention de l’État n’a de raison d’être que si elle est motivée par des impératifs d’intérêt national. Elle doit être adaptée aux circonstances. C’est la définition même du pragmatisme politique dont l’action de Michel Debré fournit un exemple.

32Cette libération à terme des contraintes imposées à l’exploitation agricole par l’État supposait que « l’appareil administratif et juridique » ainsi créé soit démantelé dans les mêmes délais et que les partenaires puissent solidairement s’y préparer. Il serait intéressant de savoir si Michel Debré s’est prononcé sur la révision à terme de cet « appareil » et plus généralement sur celle des « services votés ». A-t-il exprimé sa pensée sur ce va-et-vient de l’État au sein d’un système économique et social où la liberté d’entreprendre est la règle générale, et quel était son credo ?

*
* *

Conclusion

33Saisi dans l’esprit de la politique agricole définie en 1960, Michel Debré n’avait pas d’opinion a priori. Il avait des principes ; il se définissait des buts en fonction des réalités. L’ancien Premier ministre a pris dans la société civile et dans les partis politiques les références et les méthodes qui pouvaient lui être utiles. Il a passé un véritable contrat avec des hommes désireux de le suivre dans la voie qu’il avait tracée, sans autre condition.

34Si Michel Debré incarne le gaullisme, sa pensée politique fournit une explication de l’incapacité à définir ce qu’est le gaullisme si l’on prend les clivages politiques classiques comme référence.

35Michel Debré a fait confiance à des hommes, persuadé que ces derniers seraient les ferments d’une réforme permanente de la société agricole et rurale ; le cadre de leur action fixé, à eux d’agir. C’était un être sensible, et l’émotivité imprégnait sa démarche.

36La réussite économique est certaine ; l’agriculture française est l’une des plus performantes au monde. La portée politique du message de Michel Debré a été en revanche moins bien reçue. Les agriculteurs sont devenus dans les années 1970 de véritables acteurs économiques en oubliant souvent la dimension civique qu’il avait voulu leur inculquer. Le mutualisme perd son âme, les solidarités entre les hommes se délient, l’individualisme envahit la personne, l’administration s’est sclérosée et « bétonnée ». L’attachement des hommes aux valeurs de base auxquelles ils croyaient s’est délité sous l’action conjuguée du temps et de la perte de références politiques de la part des gouvernants.

37Michel Debré a fait appel à une méthode de gouvernement relevant de la démocratie directe. Ses relais d’opinion n’étaient pas élus au suffrage universel. Les adhérents de l’UNR, pour des raisons politiques, se défendaient en général de prendre la responsabilité d’assumer sur le terrain les réformes en cours, si bien que la signification de son message devenait incertaine. L’expérience l’a montré. Il y a là matière à réflexion. À ma connaissance, Michel Debré ne s’est jamais exprimé sur le sujet ; encore faudrait-il le vérifier.

38Le développement de la pensée politique de Michel Debré repose sur le souci permanent de rassembler les hommes autour d’un projet assumé au plus haut niveau de l’État. Les grands dossiers doivent être traités sans connotation politique partisane, doctrine qui implique la nécessité du rassemblement.

39Enfin, la pensée de Michel Debré s’inscrit dans un dessein politique décrit comme la « troisième voie », voie selon laquelle l’État diversifié dans ses modes d’intervention joue dans la société un rôle régulateur permanent tout en préservant à chacun sa liberté d’entreprendre.

40À l’image de son père, Michel Debré était un biologiste. Avec la même conviction, l’un soignait les hommes, l’autre soignait la société. Michel Debré n’était pas l’homme des grandes fresques historiques. Il avait en revanche une vision globale de la société, celle d’une société vivante, c’est-à-dire en changement permanent. Il saisissait les situations dans leur instant, préoccupé, dans le respect de ses principes, d’ajuster le moment des hommes avec le mouvement des idées et des choses. La politique était pour lui une création continue.

41On peut se demander pour conclure si la période de l’histoire de notre pays qui débute en 1966 ne marque pas une sorte de « cohabitation » organisée par le général de Gaulle. Pour Georges Pompidou, la politique agricole des années soixante était un ensemble de mesures à caractère transitoire ; pour Michel Debré, elle était également une fin en soi, la base d’une politique à très long terme. Leurs conceptions étaient antagonistes, le libéralisme de l’un s’opposait à l’ardente obligation du Plan de l’autre. J’ai pu en mesurer les effets en Indre-et-Loire, lors des élections législatives de 1967. Peut-on aller jusqu’à écrire que ces trois personnages constituaient un attelage constitutionnel qui ne tirait pas toujours dans le même sens ? Aux historiens de le dire, d’en éclairer les conséquences ainsi que de démêler les responsabilités respectives dans la crise de mai 1968.

Notes

1 Lois rédigées par A. Dupont-Fauville et J.-H. Bujard.

2 Nous n’examinerons pas les relations entre Edgar Faure et Michel Debré. Ce sont deux tempéraments si différents qu’on ne peut résumer en quelques phrases leurs comportements.

3 Roland Violot, ingénieur du Génie rural des eaux et des forêts, chargé des questions agroalimentaires au commissariat du Plan.

4 Paul Ricard, industriel français, créateur du Ricard et de l’anisette Ricard, promoteur du tourisme dans le Var, PDG de la société Ricard de 1938 à 1968.

5 Titre d’un ouvrage de Michel Debatisse publié en 1963.

6 ADASEA : Association départementale pour l’aménagement des structures des exploitations agricoles.

Auteur

Ingénieur agronome et membre de l’Académie d’agriculture de France. Il a été conseiller pour les questions agricoles au cabinet de Michel Debré (1966-1968), de Maurice Couve de Murville (1968), de François-Xavier Ortoli, ministre de l’Économie et des Finances (1968-1869), et enfin de Jacques Chaban-Delmas, Premier ministre (1969-1972). De 1973 à 1986, il est directeur général du Centre national pour l’aménagement des structures des exploitations agricoles (CNASEA). En 1986, il est nommé conseiller-maître à la Cour des comptes. De 1987 à 1999, il est président de la Commission des comptes de l’agriculture de la Nation. Depuis 1995, il est conseiller-maître honoraire à la Cour des comptes. Il a publié notamment Monde du vivant, agriculture et société : la pépite et le grain, avec P. Marsal, L’Harmattan, 1998 et Vive l’agriculture. Le politique, les hommes et le vivant, avec J.-F. Colomer, éd. France agricole, 2001

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540