Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Michel Debré, un réformateur aux Finances, 1966-1968

Contexte politique et conjoncture économique lors du passage de Michel Debré au ministère de l’Économie et des Finances, janvier 1966‑mai 1968

Frédéric Tristram

Texte intégral

1L’arrivée de Michel Debré rue de Rivoli, le 8 janvier 1966, s’inscrit dans un contexte bien particulier.

  • 1 La croissance du produit intérieur brut total exprimé en francs constants 1970 est exactement de 7, (...)

2Depuis près de trois ans, le gouvernement mène une politique économique restrictive, visant à limiter la hausse des prix. Un plan de stabilisation a été présenté en septembre 1963 par le ministre des Finances, Valéry Giscard d’Estaing, à la demande expresse du général de Gaulle. Utilisant les instruments classiques du contrôle des prix, de la restriction du crédit et de la modération salariale, il a réussi à maintenir l’inflation à un niveau satisfaisant, de l’ordre de 3 % par an. Ce succès est cependant compensé par un net ralentissement de la croissance. Certes, avec plus de 4,5 % en 1965, la progression du PIB reste soutenue ; mais elle est très en deçà des résultats obtenus au début des années 1960, proches de 6 ou même de 7 %1.

3Le plan de stabilisation n’a pas que des conséquences économiques. Il pèse sur le climat politique des années 1963-1965, induisant, pour les détenteurs du pouvoir exécutif, une perte sensible de popularité. Aussi contribue-t-il à la mise en ballottage du général de Gaulle au premier tour de l’élection présidentielle, le 5 décembre 1965. Rendu responsable de la situation, Valéry Giscard d’Estaing est contraint de quitter le ministère des Finances pour laisser la place à Michel Debré.

4En agissant de la sorte, le général de Gaulle espère sans doute donner un second souffle à sa politique économique et reconquérir une opinion qui lui avait partiellement fait défaut. Au-delà de ces objectifs généraux, la nomination de l’ancien Premier ministre suscite toutefois une série d’interrogations.

5La première concerne la place exacte de Michel Debré dans le jeu politique des années 1966-1968. Pourquoi et dans quelles circonstances revient-il au gouvernement ? Quelle y est son influence ? Quel rôle ce passage rue de Rivoli joue-t-il dans la carrière de l’ancien Premier ministre ?

6Le deuxième point à explorer est l’apport de Michel Debré à la politique économique du pays. Y a-t-il une spécificité de son action et, si oui, sur quoi porte-t-elle ? La nomination de Michel Debré marquet-elle, de la part du général de Gaulle, une volonté de rupture ou d’infléchissement ? La période 1966-1968 se situe-t-elle, au contraire, dans la continuité des années précédentes ?

7Le dernier point concerne plus spécifiquement la conjoncture. Michel Debré a-t-il pu bénéficier de conditions favorables, notamment en terme de croissance, pour mener à bien son action ?

8Ces trois séries de questions ne sont évidemment pas indépendantes les unes des autres. De bons indicateurs conjoncturels constituent un atout dans une perspective de réformes économiques. Mais la réussite d’un ministre se juge également à sa capacité à intervenir dans un processus de décision dont il n’est finalement que l’un des acteurs.

I. La place de Michel Debré dans le jeu politique des années 1966-1968

9Dès son arrivée rue de Rivoli, Michel Debré se trouve placé en position de rivalité, à la fois vis-à-vis de son Premier ministre, Georges Pompidou, et de son prédécesseur, Valéry Giscard d’Estaing. Cette compétition latente est encore renforcée par la perspective de deux échéances électorales majeures.

10La première apparaît très proche. Il s’agit des élections législatives prévues pour mars 1967, soit à peine plus d’un an après la constitution du nouveau gouvernement. Michel Debré entend bien, dans la campagne qui s’annonce, jouer un rôle de premier plan. La seconde est l’élection présidentielle normalement programmée en décembre 1972. La succession du général de Gaulle apparaît certes lointaine, quelques semaines après sa reconduction à la tête de l’État. Sa perspective, pour n’être pas encore envisagée de façon explicite, n’en est pas moins présente dans tous les esprits. Or les héritiers putatifs ne sont pas légion : dès 1966, trois noms se dégagent au sein de la majorité, Georges Pompidou, Valéry Giscard d’Estaing et Michel Debré.

11La rivalité est d’abord très nette avec Georges Pompidou. Michel Debré occupe, il est vrai, une place particulière. De janvier 1959 à avril 1962, il a exercé les fonctions de Premier ministre et, pour la première fois sous la Cinquième République, un ancien locataire de Matignon revient au gouvernement. En charge de l’Économie et des Finances, il détient en outre le portefeuille le plus en vue. Toutes ces raisons font que Michel Debré est immédiatement perçu comme un véritable Premier ministre bis.

  • 2 « M. Michel Debré remplacera M. Valéry Giscard d’Estaing. L’ancien Premier ministre assumera la res (...)
  • 3 J. Boissonat, « Retour au colbertisme », La Croix, 9 janvier 1966.
  • 4 Ph. Bauchard, « M. Debré devient Premier ministre en second », Les Échos, 10 janvier 1966.
  • 5 J. Ferniot, « Michel Debré sème la panique », L’Express, 10 janvier 1966.

12La revue de la presse de la première quinzaine du mois de janvier est de ce point de vue éloquente. Le Monde daté du 8 janvier 1966 parle ainsi de « vice Premier ministre »2. Jean Boissonat estime le lendemain, dans La Croix, que « nous nous retrouvons avec deux premiers ministres »3, tandis que pour Michel Bauchard, dans Les Échos, « M. Debré devient Premier ministre en second »4. On pourrait ici multiplier les citations, la formule la plus imagée étant publiée par L’Express, qui note ironiquement, le 10 janvier, que « Debré garde Pompidou »5.

  • 6 Sur la volonté de Michel Debré d’empiéter sur le domaine de compétences de Jean-Marcel Jeanneney, c (...)

13Cette analyse est corroborée par un certain nombre de signes, qui semblent témoigner de l’attachement du général de Gaulle à son nouveau ministre des Finances. Debré et Pompidou participent sur le même pied, comme anciens Premiers ministres, à la cérémonie d’investiture du président de la République, le 8 janvier au matin. Elle s’appuie également sur le domaine de compétences très étendu qui est reconnu au nouveau ministre. Michel Debré se voit ainsi accorder le droit de réunir ou de présider le Comité économique interministériel. Il ambitionne d’étendre son action au secteur social, officiellement dévolu à Jean-Marcel Jeanneney6.

14Très vite cependant, cet espoir d’un « super-ministère » de l’Économie va être déçu. La composition du gouvernement marque, pour Michel Debré, une première déception : il n’est pas ministre d’État, comme il aurait pu l’espérer, et n’arrive qu’en huitième place dans l’ordre protocolaire. Surtout, la logique institutionnelle reprend ses droits et Georges Pompidou impose, avec le soutien du général de Gaulle, son autorité sur l’équipe gouvernementale.

  • 7 P. Locardel, « Le plan Debré ce matin devant le Conseil des ministres », Le Figaro, 16 février 1966
  • 8 Clarus, « Le plan Debré », Capital, 17 février 1966.

15Aussi le relatif effacement de Michel Debré intervient-il très tôt, dès février 1966. Le ministre de l’Économie et des Finances présente alors un train de mesures, baptisées « Plan Debré », qui est assez mal reçu par la presse et les milieux professionnels. Le Figaro parle d’une « vingtaine de mesures disparates et de portée limitée »7. Capital, qui est une feuille d’information économique assez influente dans le patronat, dénonce « un plan qui manque d’ampleur, d’audace et de réalisme »8. En réalité, un mois après sa nomination, Michel Debré est sinon marginalisé, au moins banalisé au sein du gouvernement.

  • 9 L’Année politique, 1967, p. 9.

16Ainsi le ministre ne joue-t-il pas, dans la campagne pour les élections législatives de 1967, un rôle moteur. C’est logiquement au chef du gouvernement, Georges Pompidou, qu’il revient de conduire les troupes du parti majoritaire, l’UNR. De manière significative, Michel Debré est absent du principal événement de la campagne, le grand meeting que tiennent les gaullistes au Palais des Sports, le 31 janvier 1967. Les deux seuls ministres à prendre la parole devant les militants sont André Malraux et Georges Pompidou9.

  • 10 L’UNR ne compte que 200 députés dans la nouvelle Assemblée contre 233 dans la précédente. Elle n’at (...)

17Dans ces conditions, les résultats en demi-teinte obtenus par la majorité les 5 et 12 mars 1967 remettent temporairement Michel Debré en selle10. Il en témoigne d’ailleurs dans un ouvrage rétrospectif, publié en 1993 :

  • 11 M. Debré, Entretiens avec le général de Gaulle, 1961-1969, Paris, Albin Michel, 1993, p. 89.

« Ma véritable rentrée politique, ce n’est pas mon retour au gouvernement en tant que ministre de l’Économie et des Finances qui la marque, mais [un] entretien avec le général de Gaulle le 15 mars 1967, soit trois jours après les élections législatives. Leur préparation a été l’affaire de Matignon ; leurs médiocres résultats sont, dans l’esprit du Général, en partie du moins imputable au Premier ministre et à son équipe. D’où mon retour en grâce11. »

  • 12 L’article 38 de la Constitution du 4 octobre 1958 permet au gouvernement de prendre par ordonnances (...)

18De ce retour en grâce résulte l’adoption des ordonnances de l’été 1967. Ces textes importants, pris entre le 18 et le 30 août, traitent de sujets divers : intéressement des travailleurs, réorganisation de la Sécurité sociale, restructuration industrielle ou stimulation des marchés de capitaux. Ils portent tous, cependant, la marque du ministre des Finances. C’est lui qui, notamment, a l’idée d’utiliser la procédure de l’article 38 qui, couplée avec la mise en œuvre à répétition de l’article 49§3, laisse très peu de place à l’initiative parlementaire12. Pour faire voter la loi de délégation, définitivement adoptée le 16 juin, le gouvernement posera ainsi à trois reprises la question de confiance.

19Mais une fois encore, ce retour d’influence est de courte durée : dès l’automne 1967, les ordonnances prises, Michel Debré rentre dans le rang. Et en mai 1968, Georges Pompidou l’écarte délibérément des négociations de Grenelle, ce qui provoque sa démission, le 30 mai 1968.

20Le poids politique de Michel Debré au sein du gouvernement a donc suivi une courbe descendante. Parti de très haut, il décline rapidement et ne parvient jamais, malgré le regain qui suit les élections de 1967, à se rétablir complètement. Mais plus que les qualités respectives de Michel Debré et Georges Pompidou, la position subordonnée du ministre des Finances traduit une différence de fonction. Elle résulte du jeu normal des institutions de la Cinquième République et du refus, par le général de Gaulle, d’une dyarchie au sein du gouvernement.

21Michel Debré n’est pas seulement en concurrence avec le Premier ministre. Il doit compter sur l’hostilité, à peine voilée, de Valéry Giscard d’Estaing. Deux raisons l’expliquent.

22L’une plus personnelle tient à la façon dont Valéry Giscard d’Estaing a été écarté du ministère des Finances en janvier 1966. Seul, il a dû assumer l’impopularité d’une politique financière voulue par le président de la République et peut-être en a-t-il conçu une certaine amertume contre le successeur qui lui avait été choisi.

23L’autre raison est plus politique. En bon tacticien, Valéry Giscard d’Estaing estime le moment venu de prendre ses distances vis-à-vis d’un pouvoir gaulliste dont il pressent la fragilité. Aussi l’ancien ministre se place-t-il volontairement sur les marges de la majorité, position qu’il résume par la formule « oui, mais » lancée dans une conférence de presse, le 10 janvier 1967.

  • 13 L’Année politique, 1967, p. 46.

24Dès lors, l’ancien ministre des Finances, sans aller jusqu’à la critique frontale de l’action de Michel Debré, ne laisse pas passer une occasion de faire valoir ses différences. Il utilise pour cela la tribune que lui offre, à partir de mars 1967, la présidence de la commission des finances de l’Assemblée nationale. Le débat de politique économique des 29 et 30 juin 1967 fournit, à cet égard, un bon exemple. Valéry Giscard d’Estaing prononce à cette occasion un discours remarqué dans lequel il corrige ou nuance les grandes orientations que le ministre des Finances vient d’exposer13. Or, si la confrontation avec l’opposition valorise Michel Debré en en faisant un adversaire de premier plan (il se mesure ainsi à Gaston Deferre dans un face-à-face télévisé le 14 novembre 1966 ou assez fréquemment, à l’Assemblée nationale, avec Pierre Mendès France), les critiques venant de sa propre majorité le desservent et l’affaiblissent.

25En définitive, Michel Debré n’a pas pu, dans des circonstances politiques il est vrai défavorables, utiliser son passage rue de Rivoli comme tremplin à sa carrière. Et il n’a pas su, si tant est d’ailleurs que cela ait été sa volonté, se placer, comme Georges Pompidou et Valéry Giscard d’Estaing, dans une dynamique de conquête de la présidence de la République. Ce relatif échec politique ne doit cependant pas faire oublier les réalisations de Michel Debré dans le domaine économique et financier.

II. Des réformes économiques et financières importantes

26Michel Debré a en effet, entre janvier 1966 et mai 1968, fait aboutir un certain nombre de réformes importantes, que ce soit dans le domaine de la politique fiscale, de la politique du crédit et des marchés financiers, ou encore de la politique industrielle. Il n’est pas question ici de développer tous ces thèmes qui font l’objet de diverses communications. Quelques lignes de force peuvent cependant être dégagées.

27Tout d’abord, Michel Debré s’inscrit très largement dans la continuité de Valéry Giscard d’Estaing. Les mesures adoptées en 1966 et 1967 avaient en effet souvent été préparées sous le ministère précédent. Les rivalités personnelles ou politiques ne doivent pas dissimuler une profonde unité d’inspiration.

  • 14 L. Quennouëlle-Corre, La direction du Trésor, 1947-1967, l’État-banquier et la croissance, Paris, C (...)

28Le constat est net, comme l’a bien montré Laure Quennouëlle-Corre, pour ce qui concerne la restructuration des secteurs bancaires et financiers14. L’action de Michel Debré est ici déterminante. Une série d’ordonnances, préparées avec un jeune fonctionnaire du Trésor, Jean-Yves Haberer, rapproche les banques d’affaires des banques de dépôts, libéralise l’ouverture des guichets, facilite la distribution du crédit et décloisonne les marchés de capitaux. Or, toutes ces mesures étaient envisagées et avaient été mises à l’étude dès 1964 et 1965 dans l’entourage de Valéry Giscard d’Estaing.

  • 15 F. Tristram, Une fiscalité pour la croissance. La direction générale des Impôts et la politique fis (...)
  • 16 Ibid., p. 561 et suivantes.

29La remarque vaut également en matière de politique fiscale. L’événement le plus important est ici le vote de la loi du 6 janvier 1966, qui étend la taxe sur la valeur ajoutée au commerce de détail. Voulue par Valéry Giscard d’Estaing, cette disposition est mise en œuvre par Michel Debré et entre en application, sous son ministère, le 1er janvier 196815. De même, en matière d’harmonisation européenne des taxes sur le chiffre d’affaires, les deux premières directives, officiellement adoptées le 11 avril 1967, étaient discutées à Bruxelles depuis 1964, sans que l’on puisse constater de rupture entre les deux ministres16.

  • 17 M. Debré, « Et maintenant ? », La Nation, 5 janvier 1966.
  • 18 Respectivement de 4,1, 4,0 et 2,2 milliards de francs courants, cf. Annuaire rétrospectif…, op. cit (...)

30La politique conjoncturelle est le dernier exemple de cette continuité. Pour beaucoup d’observateurs, la nomination de Michel Debré en janvier 1966 inaugure une période de relance. Echaudé par sa mise en ballottage, le général de Gaulle souhaiterait infléchir sa politique et renoncer, au moins partiellement, à la lutte contre l’inflation. Michel Debré lui-même accrédite cette thèse en publiant dans La Nation, à la veille de sa nomination, un article à forte coloration sociale qui apparaît sur le moment comme une critique du plan de stabilisation17. L’ambiguïté est cependant très vite levée. Certes, la politique budgétaire est peut-être, sous Michel Debré, un peu plus expansionniste que les années précédentes : aux excédents de 1964, 1965 et 196618 succède en 1967 un déficit de l’ordre de 4,7 milliards de francs courants. La situation reste toutefois très maîtrisée, loin en tout cas de tout dérapage.

31En réalité, Michel Debré et Valéry Giscard d’Estaing partagent globalement les mêmes orientations. Quelles sont-elles ?

32Il s’agit d’abord de l’attachement au libéralisme économique. D’une certaine manière, Michel Debré va même plus loin que son prédécesseur dans la libéralisation de l’économie française. Cette constatation va à l’encontre de l’image traditionnelle, certainement caricaturale, d’un Michel Debré tenté par le dirigisme. C’est pourtant cette image qui est durablement diffusée dans l’opinion publique, notamment par la presse. Au moment de la nomination du ministre par exemple, les journaux sont presque unanimes pour opposer un Giscard libéral et un Debré « colbertiste », pour reprendre le titre de l’article de Jean Boissonat paru dans La Croix du 9 janvier 1966.

  • 19 AEF, Z 15 470, Communication de Michel Debré au Conseil des ministres de la CEE du 3 juillet 1967.

33La deuxième orientation est la construction européenne. Il serait faux d’affirmer que Debré a été moins « européen » que Valéry Giscard d’Estaing. L’exemple de la politique fiscale est parlant : c’est Michel Debré, que l’on dit très sourcilleux sur les questions d’indépendance nationale, qui signe, dans ce domaine régalien, les premières directives. Les archives du ministère des Finances montrent même un ministre soucieux d’avancer très vite dans cette direction et d’étendre l’harmonisation aux impôts directs, notamment ceux pesant sur les sociétés19.

34La troisième orientation commune est la stabilité financière et le refus de l’inflation contre laquelle Michel Debré a d’ailleurs des mots très durs dans ses Mémoires :

  • 20 M. Debré, Trois républiques pour une France : mémoires, t. IV, Gouverner autrement : 1962-1970, Par (...)

« Dans ce pays où la consommation l’emporte sur l’épargne et où le niveau des salaires paraît trop souvent distincts de la quantité ou de la qualité du travail, la démagogique thèse de la relance par la consommation, c’est-à-dire par l’inflation, s’enracine vite dans les esprits. L’indexation automatique, en provoquant une sur-inflation, aggrave le mal20. »

35Peut-on cependant distinguer des caractéristiques propres à l’action de Michel Debré ? La réponse ne fait guère de doute. Le nouveau ministre se distingue d’abord de son prédécesseur par le style et par la manière de concevoir et d’exercer son autorité. Les témoignages de ses collaborateurs sont, à cet égard, éloquents. Tous dépeignent un patron exigeant, doté d’une grande force de travail, suivant de près les dossiers et intervenant parfois dans les moindres détails.

  • 21 F. Tristram, Une fiscalité..., op. cit., p. 592 et suivantes.

36Les différences tiennent également à l’accent mis sur un certain nombre de thèmes récurrents. Ainsi le ministre attache-t-il sans doute plus d’importance que son prédécesseur aux questions démographiques, allant même jusqu’à envisager une réforme radicale des aides fiscales à la famille21. Il en est de même pour l’industrialisation et la nécessité de constituer de grands groupes nationaux, même si, dans ce domaine, la loi du 12 juillet 1965, adoptée sous Valéry Giscard d’Estaing, contenait des dispositions très favorables aux fusions des entreprises et à la concentration du capital.

37L’essentiel est ailleurs : il est dans le volontarisme politique de Michel Debré. Le ministre veut faire aboutir les réformes, prend ses décisions rapidement et n’hésite pas, le cas échéant, à bousculer son administration. De cette activité parfois débordante naît ce sentiment d’abondance qui émaille le passage de Michel Debré rue de Rivoli.

  • 22 Croissance du produit intérieur brut total exprimé en francs constants 1970, cf. Annuaire rétrospec (...)
  • 23 La progression est exactement de 9,18 % en 1960, 11,21 % en 1961, 6,72 % en 1962, 6,93 % en 1963, 6 (...)
  • 24 Le taux de chômage passe de 1,9 % en 1966 à 2,7 % en 1967. Ibid, p. 71.

38Or, cette activité réformatrice doit d’autant plus être soulignée qu’elle est effectuée dans un contexte économique qui, sans être mauvais, n’est pas si positif qu’il semblerait au premier abord. Certes, la conjoncture n’est pas défavorable et les taux de croissance restent très élevés. Avec 5,2 % en 1966, 4,7 % en 1967 et 4,3 % en 196822, ils sont cependant en deçà des performances constatées dans la première moitié de la décennie. Ce ralentissement est confirmé par les données chiffrées concernant l’investissement et l’emploi. En francs constants, la formation brute de capital fixe des entreprises industrielles croît entre 1966 et 1968 de l’ordre de 6 % par an, contre près de 8 % avant 196523. Ce résultat en demi-teinte est dû à une baisse des capacités d’autofinancement des entreprises et exige l’adoption, au printemps 1967, de mesures fiscales incitatives. Quant au chômage, il augmente, certes de façon très modeste, à partir de 196724.

39En conclusion, Michel Debré a mené, dans un contexte délicat, une profonde action réformatrice. Il poursuit ainsi la politique d’inspiration libérale menée avant lui par Valéry Giscard d’Estaing, en y imprimant sa marque volontariste. Il ne réussit cependant pas à en tirer un bénéfice politique qui l’aurait mis en position favorable pour succéder au général de Gaulle.

Notes

1 La croissance du produit intérieur brut total exprimé en francs constants 1970 est exactement de 7,1 % en 1960, 5,5 % en 1961, 6,7 % en 1962, 5,3 % en 1963 et 6,5 % en 1964 et 4,8 % en 1965. Cf. Annuaire rétrospectif de la France, séries longues, 1948-1988, INSEE, 1990, p. 242.

2 « M. Michel Debré remplacera M. Valéry Giscard d’Estaing. L’ancien Premier ministre assumera la responsabilité de l’ensemble des affaires financières, économiques et sociales », Le Monde, 8 janvier 1966.

3 J. Boissonat, « Retour au colbertisme », La Croix, 9 janvier 1966.

4 Ph. Bauchard, « M. Debré devient Premier ministre en second », Les Échos, 10 janvier 1966.

5 J. Ferniot, « Michel Debré sème la panique », L’Express, 10 janvier 1966.

6 Sur la volonté de Michel Debré d’empiéter sur le domaine de compétences de Jean-Marcel Jeanneney, cf. E. Kocher-Marboeuf, Le Patricien et le Général. Jean-Marcel Jeanneney et Charles de Gaulle, 1958-1969, Paris, CHEFF, 2003, p. 670-671.

7 P. Locardel, « Le plan Debré ce matin devant le Conseil des ministres », Le Figaro, 16 février 1966.

8 Clarus, « Le plan Debré », Capital, 17 février 1966.

9 L’Année politique, 1967, p. 9.

10 L’UNR ne compte que 200 députés dans la nouvelle Assemblée contre 233 dans la précédente. Elle n’atteint la majorité absolue qu’avec l’appui des 44 républicains indépendants groupés autour de Valéry Giscard d’Estaing. Encore ce résultat n’est-il acquis que d’extrême justesse, le nombre total des sièges étant de 487.

11 M. Debré, Entretiens avec le général de Gaulle, 1961-1969, Paris, Albin Michel, 1993, p. 89.

12 L’article 38 de la Constitution du 4 octobre 1958 permet au gouvernement de prendre par ordonnances des mesures d’ordre législatif après y avoir été autorisé, pour un temps limité, par une loi de délégation. L’article 49§3 permet au gouvernement de faire adopter un texte sans vote du Parlement, en engageant sa responsabilité sur ce texte.

13 L’Année politique, 1967, p. 46.

14 L. Quennouëlle-Corre, La direction du Trésor, 1947-1967, l’État-banquier et la croissance, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière, 2000, p. 509 et suivantes.

15 F. Tristram, Une fiscalité pour la croissance. La direction générale des Impôts et la politique fiscale de 1948 à la fin des années 1960, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2005, p. 574 et suivantes. Attendue depuis la création de la TVA en 1954, cette mesure constitue une transformation radicale des conditions de taxation de la distribution et facilite incontestablement la modernisation du secteur.

16 Ibid., p. 561 et suivantes.

17 M. Debré, « Et maintenant ? », La Nation, 5 janvier 1966.

18 Respectivement de 4,1, 4,0 et 2,2 milliards de francs courants, cf. Annuaire rétrospectif…, op. cit., p. 616.

19 AEF, Z 15 470, Communication de Michel Debré au Conseil des ministres de la CEE du 3 juillet 1967.

20 M. Debré, Trois républiques pour une France : mémoires, t. IV, Gouverner autrement : 1962-1970, Paris, Albin Michel, 1993, p. 79.

21 F. Tristram, Une fiscalité..., op. cit., p. 592 et suivantes.

22 Croissance du produit intérieur brut total exprimé en francs constants 1970, cf. Annuaire rétrospectif…, op. cit., p. 242.

23 La progression est exactement de 9,18 % en 1960, 11,21 % en 1961, 6,72 % en 1962, 6,93 % en 1963, 6,48 % en 1964, 4,43 % en 1965, 7,93 % en 1966, 5,52 % en 1967, et 5,81 % en 1968. Ibid., p. 242.

24 Le taux de chômage passe de 1,9 % en 1966 à 2,7 % en 1967. Ibid, p. 71.

Auteur

Diplômé de l’IEP de Paris, Frédéric Tristram est agrégé d’histoire et docteur en histoire contemporaine. Il a publié Une fiscalité pour la croissance. La direction générale des Impôts et la politique fiscale en France de 1948 à la fin des années 1960, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2005 ; « Les impôts locaux dans les années 1950 et 1960 : entre impératifs économiques et libertés locales », in Histoire des finances locales de la Révolution à nos jours, Orléans, PUO, 2003 ; « Le ministère français des Finances et l’harmonisation fiscale européenne dans les années soixante », in Le rôle des ministères des Finances et de l’Économie dans la construction européenne, 1957-1978, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2002 et « Le rôle des groupes de pression dans l’élaboration de la loi fiscale », in J. Garrigues (dir.), Les groupes de pression dans la vie politique contemporaine en France et aux États-Unis de 1820 à nos jours, Rennes, PUR, 2002

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540