Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Michel Debré, un réformateur aux Finances, 1966-1968

Michel Debré ministre de l’Économie et des Finances

Antoine Dupont-Fauville

Texte intégral

1Le 24 décembre 1965, le téléphone sonne chez moi. Je décroche :

« Allô, Antoine, c’est Michel Debré. Georges Pompidou vient de me proposer un grand ministère de l’Économie et des Finances. J’aimerais avoir votre avis.

— Refusez. Restez en réserve.

— Merci, mais j’ai accepté et je vous propose d’être mon directeur de cabinet. Puis-je compter sur vous ?

— Évidemment.

Puis après un moment :

— Il faut réfléchir dès maintenant à ce que nous allons faire. Avez-vous des idées ?

— Je crois qu’en ce moment, il y a trois grands types de problèmes. Le premier, vous le connaissez mieux que quiconque : former des hommes. Le deuxième est celui du logement, à attaquer me semble-t-il par la réforme foncière. Le troisième est le re-développement économique tellement vaste qu’il vaut mieux porter l’effort sur la recherche.

— Tout cela est intéressant. Cela tombe bien, demain c’est Noël, voulez-vous me faire une note et me l’apporter ensuite. »

2C’est ainsi que cela a commencé pour moi, le style était donné.

3Ce colloque va essayer de retracer l’action considérable de Michel Debré pendant les mois où il a été responsable du ministère de l’Économie et des Finances.

4Les grands pans de son action seront exposés soit par les collaborateurs qui ont contribué à l’élaborer dans les différents secteurs, soit par d’éminents universitaires.

5Mon ambition n’est pas d’être exhaustif mais d’essayer, au-delà des faits, de faire revivre le grand ministre mais aussi l’homme, l’un et l’autre non seulement méconnus, mais simplement mal connus, qu’était Michel Debré, tout en évoquant brièvement son action.

6On a déjà beaucoup écrit sur lui. L’essentiel de son œuvre est exposé dans ses mémoires qui sont et qui resteront la référence essentielle. Mais son extrême pudeur, jointe, il faut le reconnaître, à la mauvaise maîtrise de la télévision (alors qu’il était un excellent orateur au Parlement ou dans les réunions de militants) ont occulté son image.

7Son ami et collaborateur le plus intime a été Pierre Racine, qui fut son directeur de cabinet à Matignon, mais pour la période qui nous concerne, à l’Économie et aux Finances, je fus son collaborateur le plus proche et il a bien voulu écrire que j’étais devenu pour lui un ami.

8Michel Debré rapporte que c’est le général de Gaulle qui lui a recommandé de garder à Matignon le jeune collaborateur que j’avais été auprès de lui en 1958, et notamment au cours de la grande opération financière de la fin de cette année.

9Je n’étais alors que l’adjoint de Maurice Pérouse, avant de devenir en 1960 le conseiller technique pour les Affaires économiques et financières de Michel Debré, Premier ministre. Nous étions au départ un peu méfiants, l’un vis-à-vis de l’autre, puis j’ai été totalement conquis non seulement par le ministre mais aussi par l’homme.

10Je connaissais donc bien Michel Debré lorsqu’il est rentré rue de Rivoli, au début de 1966.

11Mais qui était-il pour le grand public ?

12Il était essentiellement l’homme qui avait fait la Constitution et qui avait défendu une certaine conception de l’Algérie.

13Seuls les gens du ministère des Finances se rappelaient que l’ancien Premier ministre avait eu une action importante dans le domaine financier mais plus encore économique, et nombreux étaient ceux qui se méfiaient de quelqu’un qui pouvait avoir des idées autres que celles avancées traditionnellement par les grandes directions du ministère, qui se considéraient un peu comme le cœur du cœur, l’incarnation de l’Administration française.

14Et voilà en effet que Michel Debré rentre à Rivoli. Il va y rester 29 mois. Il apprendra à connaître son ministère et son ministère apprendra à le connaître. Ils feront ensemble du bon travail, et je puis affirmer que, sauf exception, évidemment, Michel Debré se sera assuré le respect et l’estime de ses fonctionnaires et lui-même les aura largement compris.

15En réfléchissant à ces quelques propos, j’ai essayé de distinguer ce qui caractérisait l’homme et le ministre. En fait les deux étaient tellement liés, Michel Debré assumait tellement sa fonction, que cette distinction m’a paru somme toute artificielle.

16Michel Debré était d’abord un grand commis de l’État, conscient de la responsabilité et de la noblesse d’appartenir à la Haute Administration française, ce qui le rapprochait des fonctionnaires du ministère. Mais il était membre du Conseil d’État, et il y a plus qu’une rue à traverser, il fallait parcourir une large place, pour aller de l’un à l’autre de ces bâtiments qui se faisaient face, en général en s’ignorant !

17Mais qu’après Baumgartner et Giscard, ce soit un maître des requêtes au Conseil d’État qui s’installe dans le bureau du ministre n’était pas ce à quoi on s’attendait !

18Michel Debré a tenu à présider le dîner du 150e anniversaire de l’inspection générale des Finances dont son directeur était en même temps chef de service. Il y avait environ 200 personnes dont 199 étaient inspecteurs et une seule ne l’était pas : le ministre, maître des Requêtes au Conseil d’État. Cela s’est bien passé même s’il y avait de-ci de-là des réflexions acides…

19Michel Debré avait été récemment Premier ministre, et Premier ministre du général de Gaulle. Cela a certainement influencé sa façon d’envisager les problèmes. Il n’était pas un technicien pur, et il était attiré par les questions ayant une portée générale comme les problèmes financiers internationaux. De plus, étant en charge de l’économie, il considérait que sa compétence s’étendait à l’industrie, la recherche, les travaux publics, voire l’agriculture. Il avait tendance à être un peu le Premier ministre de l’Économie, et même s’il était loyal envers le Premier ministre, cela agaçait Georges Pompidou, d’autant plus que le tempérament naturel de l’un et de l’autre ne les portait pas aux mêmes conclusions et surtout aux mêmes méthodes.

20Michel Debré était très intelligent, de façon un peu gênante, car il distinguait tout de suite ce qui était juste et essentiel et détestait les fausses valeurs, parfois brillantes, ce qui a conduit à quelques conflits, notamment avec certains milieux professionnels bien établis sur leurs fausses certitudes. Il avait une particularité que je cite, car elle m’a longtemps désarçonné : lorsqu’on expliquait une question au ministre, il avait tendance à se concentrer au point qu’on se demandait s’il vous écoutait. On était très surpris ensuite d’entendre qu’il reprenait ce point, l’exprimant mieux que vous.

21Contrairement à la quasi-totalité des hommes politiques, il ne visait pas à séduire. Nous avions coutume de dire que pour convaincre le ministre d’une mesure à prendre, il fallait d’abord qu’elle soit justifiée, mais, en cas d’hésitation, expliquer que cela le rendrait impopulaire.

22Très généreux, il avait horreur des égoïsmes souvent médiocres qui s’incarnaient dans certains corporatismes.

23Il avait en plus une certaine difficulté lors des premiers contacts, moins d’ailleurs avec les publics populaires qu’avec les milieux plus évolués et contents d’eux-mêmes. Cela venait en partie de sa timidité et de sa grande pudeur. J’ai toujours pensé que cette réserve avant de se confier s’expliquait aussi par le rude apprentissage de la Résistance où la prudence s’imposait.

24En revanche, lorsqu’il accordait sa confiance, je l’ai expérimenté personnellement, il l’accordait totalement.

25Je me rappelle même m’être permis de lui reprocher de laisser certaines personnes que je n’estimais pas faire état de leurs rapports avec le ministre et de confidences supposées de ce dernier. De même, Michel Debré réussissait en contrepartie à s’assurer le dévouement, que j’allais presque qualifier de sans borne, de ceux que ce ministre atypique avait séduits dans tous les milieux. On était « contre Michel Debré » ou « totalement pour lui ».

26Tout cela va se traduire dans les relations du ministre avec son cabinet et son ministère. Le ministre n’est venu qu’avec un petit nombre de collaborateurs antérieurs avec au premier rang, Pierre Racine, dans une position spéciale, Françoise Duléry et Michel Herson pour les rapports avec les parlementaires, ainsi que Jean-Claude Aurousseau. Le ministre va accepter qu’en dehors de son directeur de cabinet, les principaux collaborateurs viennent des différentes directions du ministère, et soient sinon désignés par elles, au moins présentés par elles.

27Il était agréable de travailler avec Michel Debré. Certes il était exigeant car lui-même était un énorme travailleur et il avait une conception particulière des horaires, mais il portait un soin attentif à toute note ou toute communication de ses collaborateurs.

28Avec lui on avait le sentiment, je crois fondé, de participer vraiment à une action d’intérêt général. Le respect que Michel Debré portait à chacun et à tous – le petit personnel me dira combien il l’appréciait – était d’abord valable pour ses proches collaborateurs.

29Il affirmera dans ses mémoires qu’il n’a jamais pris une décision sans avoir mon avis. Cela est peut-être vrai, mais il aimait bien travailler en direct avec ses autres proches conseillers techniques : Haberer, Rouvillois, Cortesse, pour ne citer que quelques-uns parmi les plus importants. Michel Debré les cite d’ailleurs tous avec leurs fonctions dans ses mémoires.

30À ma connaissance, même s’il n’était pas d’accord, il n’a jamais mis un membre de son cabinet en porte-à-faux et laissa à chacun une large initiative.

31J’ajoute qu’il a également eu les mêmes rapports avec les secrétaires d’État au Budget, notamment le fidèle Robert Boulin, et au Commerce extérieur, Chambrun puis Nungesser.

32Avec le ministère, il sera le ministre : celui qui prend les décisions, mais il respectera toujours les personnalités et les compétences des fonctionnaires qui sont sous ses ordres. Il aimait avoir des rapports directs avec eux, même s’il considérait comme prudent d’avoir l’avis de ses conseillers.

33Le ministre précédent avait laissé pendant un certain moment des nominations à la tête des grandes directions. Il va pratiquement toutes les renouveler :

  • au Trésor, Lauré succède à Pérouse ;

  • au Budget, La Genière remplace Martinet souffrant ;

  • aux Impôts, La Martinière succède à Laxan ;

  • à la DREE, Chapelle succède à Valls ;

  • à la CP, Farge remplace Martial Simon ;

  • aux Prix, Fourcade remplace in fine Philippe Huet qui avait lui-même succédé à cette institution qu’était Rosenstock-Franck ;

  • au Personnel, Mascard remplace Verny.

34Je puis vous assurer que ces nominations ont été faites dans le seul souci de choisir le meilleur. J’ai été moi-même impliqué dans une procédure où le nom que j’avais proposé était mis en cause, l’intéressé étant accusé d’être communiste donc contestant le régime lui-même. En réalité, il avait été jeune militant des maquis communistes pendant la guerre, puis avait cessé de l’être.

35Une conversation d’abord, entre l’intéressé et moi, puis une autre de moi-même avec le ministre ont abouti à donner une suite positive à ma proposition.

36J’ajoute qu’aucun de ses collaborateurs n’a été l’objet d’une nomination ou d’une promotion au ministère de sa part.

37Il aimait aussi rédiger – tradition peut-être du Conseil – et il participait lui-même à la mise au point des nombreux textes qui ont été adoptés à cette époque.

38Son œuvre rue de Rivoli a été très grande, sans doute la plus importante en un tel laps de temps. Il va mener de front une saine gestion des finances publiques internes et externes, des prix, de la monnaie et une politique hardie de modernisation et de réforme. Le champ d’action est très large puisqu’il ajoute au domaine traditionnel des finances une section économique surtout en liaison avec d’autres membres du gouvernement : ses amis, Foyer pour le droit des sociétés et des faillites, Jeanneney pour la réforme de la Sécurité sociale, Christian Fouchet pour la formation professionnelle, Pisani pour la loi foncière sans parler de la participation avec la création des plans épargne d’entreprises. Il va à la fois changer les conditions mêmes de fonctionnement de certains domaines essentiels et modifier ou créer des institutions pour agir dans ces domaines.

39En plus des grandes lois de programme déjà citées, il crée un marché hypothécaire, réforme le marché monétaire, met en place la TVA dans le commerce et l’agriculture, lance la RCB, rénove le texte fondamental de comptabilité publique vieux de cent ans, et libère largement les prix.

40C’est lui qui crée la BNP et permet l’accès du Crédit agricole au Marché monétaire ; il crée trois grands groupes d’assurances, la CAECL dont viendra le Crédit local, la COB, les Instituts régionaux d’administration, la Fondation nationale pour la gestion des entreprises (créée en mai 1968), la Fondation de France, le Centre d’études des revenus et des coûts, l’Institut de la consommation ; en liaison avec Peyrefitte mais sur son initiative, il crée l’ANVAR, le CNEXO, l’IRIA, et fusionne les régies fiscales

41Les amis de Michel Debré ont édité un hommage à Michel Debré, un petit volume intitulé Une passion pour la France. Et en réalité, ce qui caractérise plus que tout l’action de Michel Debré aux Finances, comme tout au long de sa vie, cela a bien été « la passion pour la France ». Il savait mieux que quiconque combien la défaite de 1940 et les années de la IVe République avaient affaibli son pays. Il savait également qu’une suite de circonstances, dont la guerre d’Algérie, avait fait que le général était revenu et que grâce à lui, grâce à une nouvelle Constitution, à une nouvelle donne politique et à une série de mesures nécessaires, la France retrouverait son rang. Il avait aperçu à Matignon et plus encore rue de Rivoli que, dans tous les domaines, il fallait adapter notre vie sociale, notre économie, nos finances, à notre temps et procéder à des réformes profondes, tout en maintenant les grands équilibres, donnant à la France les moyens de sa politique et en la rendant plus libre, en remboursant notamment la totalité de la dette extérieure.

42Plus la situation politique – comme l’avaient montré les élections de 1967 – ou les volontés autour de lui avaient tendance à se détendre, plus il travaillait sans relâche à cette tâche qu’il estimait être sa mission.

43Le bilan qu’il a laissé et qui va en partie être exposé montre qu’il a vraiment été un grand serviteur de l’État et de la Nation.

Auteur

Inspecteur général des Finances. Il a été notamment chargé de mission au cabinet du général de Gaulle en 1958, chargé de mission à partir de 1959 au cabinet de Michel Debré, alors Premier ministre, puis conseiller technique dans le même cabinet de 1960 à 1962. En 1966-1968, il est directeur de cabinet de Michel Debré, ministre de l’Économie et des Finances. Il a publié notamment : « Que nous réserve l’euro ? », Échanges, juillet 1988 et « Euro et intégration », Géopolitique, juillet 2001

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540