Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Michel Debré, un réformateur aux Finances, 1966-1968

Introduction

Éric Bussière

Texte intégral

1Le colloque organisé par le Comité pour l’histoire économique et financière de la France au début de l’année 2004 et dont les actes nous sont ici livrés visait à éclairer une période essentielle de l’action ministérielle de Michel Debré entre 1966 et 1968. Si dans la hiérarchie des fonctions qu’il occupa, elle vient au second rang derrière la période où il assuma celles de Premier ministre du général de Gaulle, elle n’en revêt pas moins une ampleur telle que l’on a pu, pour un temps, présenter la fonction qui lui avait été confiée comme celle d’un vice-Premier ministre. L’importance des objectifs que se fixa le nouveau ministre des Finances, celle des réformes mises en œuvre ou amorcées, tout comme l’insertion de son action dans une réflexion de long terme le prouvent amplement.

2Un grand ministère de l’Économie et des Finances mis au service de la dynamique de l’économie française dans son ensemble : c’est ainsi que Michel Debré définit la mission qui lui est confiée en décembre 1965 dans le nouveau gouvernement dirigé par Georges Pompidou. D’où le caractère englobant de la perspective dans laquelle le nouveau ministre situa son action : une politique budgétaire et un maniement des instruments de la politique monétaire au service d’une politique conjoncturelle modernisée, des structures rénovées des marchés de l’argent au service de l’investissement à long terme, tant public que privé, dont la France avait un besoin urgent à l’approche de la mise en œuvre complète et définitive du Marché commun, des politiques structurelles destinées à conforter à long terme les atouts de la France : recherche, formation professionnelle, agriculture. Cet ensemble s’insère lui-même dans une réflexion en profondeur de Michel Debré sur le rôle de l’État dans l’économie.

3Loin d’impliquer une intervention et un contrôle de l’État sur tous les aspects de l’économie, Michel Debré conçoit l’action des pouvoirs publics comme partie d’une démocratie de la responsabilité. Les grands choix de politique économique doivent relever d’une concertation approfondie avec les milieux économiques, leur mise en œuvre doit associer pouvoirs publics et acteurs chacun dans leur domaine de compétence, en ménageant l’autonomie et en s’appuyant sur les responsabilités de chacun.

4Cette démocratie de la responsabilité trouve sa place dans le secteur agricole où Michel Debré s’appuya sur les mouvements représentant les courants modernisateurs de la profession et chercha à renforcer les moyens d’action du mutualisme agricole, tout en articulant sa dynamique propre sur un secteur privé que l’on chercha à renforcer. La promotion d’une gestion en partenariat ou de la gestion déléguée aux organisations professionnelles des instruments de la politique agricole s’inscrit pour l’essentiel dans le cadre de cette vision. En matière de formation professionnelle, ce sont la mobilisation et la responsabilisation de l’ensemble des acteurs qui sont recherchées à travers des structures de partenariat nouvelles. L’implication des acteurs fut également de mise dans le cadre de la rédaction des décrets d’application et de la mise en place de la TVA. Dans le même esprit, la gestion des entreprises publiques fit l’objet d’une réflexion approfondie, articulée sur le souhait d’une performance meilleure, d’économies pour les finances publiques, d’un pari sur les vertus d’une gestion autonome et d’une plus grande responsabilité des dirigeants dans un cadre contractuel.

5Cette action s’insère en réalité dans une réflexion et une pratique réformatrice que Michel Debré avait initiée dès avant-guerre, au sein du cabinet de Paul Reynaud. N’imaginait-il pas, dès cette époque, la constitution d’un grand ministère de l’Économie nationale englobant l’ensemble des leviers dont disposait l’État dans le domaine économique ? Une telle politique impliquait la recherche d’une efficacité accrue des pouvoirs publics et la volonté d’ajuster leur action et leurs moyens de la manière la plus exacte possible. La réflexion sur les missions de l’administration, la création de l’ENA au lendemain de la guerre, puis les analyses de Michel Debré sur la décentralisation au cours des années 1950 s’inscrivent dans cette perspective. C’est l’ensemble de ces analyses et de ces préoccupations qui devait à nouveau guider Michel Debré aux Finances. Son action réformatrice s’appuie sur une double continuité : de fortes convictions étayées par une réflexion personnelle à long terme, le réinvestissement des études conduites par ses prédécesseurs et la relance de leur action, la volonté de s’appuyer sur la nouvelle génération de cadres dirigeants du ministère des Finances issus de l’ENA et qui parvient aux fonctions de direction au milieu des années 1960.

6L’efficacité de l’État est ainsi recherchée à travers une meilleure efficacité de la dépense publique, la volonté de contenir les dépenses de fonctionnement au profit d’investissements publics plus importants et plus efficaces en matière de grands équipements, de politique de la recherche ou de formation professionnelle. Le tout devait conduire à une meilleure performance globale de l’économie française dans un monde de compétition accrue. Cette plus grande efficacité de l’État devait permettre à ce dernier de libérer les moyens de financement nécessaires aux entreprises. Les réformes de 1966-1967 devaient également y contribuer à travers la mise en place d’un marché de l’argent décloisonné et plus concurrentiel facilitant ainsi une mobilisation plus large de l’épargne vers les entreprises.

7Au total, c’est à la promotion de la place et des intérêts de la France en Europe et dans le monde que s’attache Michel Debré, situant son attitude dans la logique de celle du général de Gaulle. La dimension européenne est très souvent présente dans l’action du ministre, même si son attachement au modèle de l’Europe des patries ne fait pas de doute. La solidarité européenne n’en constitue pas moins l’un des axes de la politique de Michel Debré, que l’on observe les expériences des voisins avant d’agir ou que l’on s’efforce de regrouper les Européens autour d’une position commune au plan international, en particulier face aux Américains. Il n’en est pas moins vrai que, malgré des divergences de vue sur plusieurs plans, les expériences d’outre-Atlantique furent souvent source d’inspiration pour les réformes entreprises à l’initiative du ministre.

8Conformément à une méthode solidement établie, ce colloque a associé les mises en perspective et les analyses d’historiens aux interventions des principaux membres du cabinet de Michel Debré rue de Rivoli entre 1966 et 1968. Les historiens ont pu bénéficier de la consultation des papiers de Michel Debré, désormais ouverte aux chercheurs à la FNSP. Le projet de ce colloque n’était certainement pas de promouvoir une quelconque réhabilitation de cette période de l’action de Michel Debré mais de la faire mieux connaître. Une telle manifestation ne pouvait bien entendu rendre compte à elle seule de l’ampleur de l’activité alors déployée. Il reste donc à souhaiter que cette belle initiative puisse constituer un point de départ et un encouragement à des études nouvelles que la richesse des fonds livrés à la recherche autorise sans aucun doute.

Auteur

Éric Bussière est professeur à l’Université de Paris-IV. Il a notamment publié La France, la Belgique et l’organisation économique de l’Europe, 1918-1935, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1992 ; Horace Finaly, Fayard, 1996 ; Milieux économiques et intégration européenne en Europe occidentale au XXe siècle, textes réunis par Eric Bussière et Michel Durnoulin, Artois Presses universitaires, 1998.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540