Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’historien, l’archiviste et le magnétophone

 | 
Florence Descamps

Première partie. De l'histoire orale aux archives orales : histoire d'une acclimatation

Chapitre II

L’Amérique pionnière : la naissance de l’« histoire orale » et son expansion en Europe au XXe siècle

Texte intégral

  • 4  Ch. W. Conway, « Lyman Copeland Draper, Father of American Oral History », Journal of Library Hist (...)

1Tandis qu’en France la source orale semble entrer en marginalité du fait des anathèmes prononcés contre elle par l’école « méthodique », le recours aux témoignages oraux s’organise très précocement outre-Atlantique. On sait grâce à Charles-Victor Langlois que dès 1860, afin de pallier l’absence de sources écrites et d’archives administratives, la collecte de témoignages est pratiquée à grande échelle, avec le concours de « reporters », sur la côte californienne auprès des pionniers par l’historien Hubert Howe Bancrott, et qu’elle se double d’ailleurs d’une collecte systématique de documents écrits de toute sorte, y compris de ce que nous appellerions en France « les papiers privés » (archives familiales, archives de corporations, etc.) et de campagnes systématiques de « recopie » des documents que l’historien n’a pu se procurer ou acheter. Plus précocement encore, aux alentours de 1840, un érudit, Lyman Copeland Draper, considéré comme le père de l’histoire orale américaine4, collecte les souvenirs des vieux soldats de la révolution américaine et des premiers pionniers de la conquête de l’Ouest, matériaux documentaires qu’il lègue à la Société historique du Wisconsin.

2Un peu plus tard, autour de deux pôles qui se mettent en place, l’un très précocement dès le début du xxe siècle et l’autre plus tardivement juste après la seconde guerre mondiale, se structurent deux « écoles » de pensée et d’action qui sont indirectement ou directement aux origines de « l’histoire orale » aux États-Unis, discipline à part entière qui n’a pas d’équivalent en France. Ces deux « écoles » sont totalement hétérogènes dans leur philosophie, leurs finalités et leurs méthodes ; elles ont cependant pour point commun le recours aux témoins-acteurs, le recours à leur parole, l’utilisation de la méthode de l’histoire de vie et la forte influence qu’elles ont eue en Europe et en France. Histoire orale vue d’en-bas d’un côté, histoire orale vue d’en-haut de l’autre, nous les présenterons selon deux pôles emblématiques : l’École de Chicago et le Département de Columbia.

I. L’école de Chicago

  • 5  Sur l’école de Chicago, on peut lire en français J. Coulon, L’école de Chicago, Paris, PUF, 1992 ; (...)

3Pourquoi faire un détour par l’école de Chicago5 qui est surtout une référence pour les sociologues ? Pour trois raisons principales. Parce qu’elle a élaboré un modèle d’enquête sur le terrain à base d’entretiens et d’histoires de vie dont les acquis, même s’ils sont toujours ardemment discutés, sont passés dans la pratique courante des sociologues et des historiens, notamment en histoire sociale. Parce qu’elle a nourri de ses références et de ses travaux l’histoire orale américaine et européenne à partir des années soixante lorsque les promoteurs de cette nouvelle histoire ont exhumé les grandes enquêtes des années vingt et trente. Parce qu’enfin, elle constitue une référence fondatrice pour la sociologie française et que par ce biais elle a joué un grand rôle dans la redécouverte quelque peu tonitruante de l’intérêt de la source orale en France, via la méthode du récit de vie.

4Mais en préalable, pour nos lecteurs étudiants en histoire, quelques informations sur le département de sociologie de l’université de Chicago.

1. La création du département de sociologie de l’université de Chicago

  • 6  J. Peneff, La méthode biographique, Paris, A. Colin, 1990, p. 39-40.
  • 7  J. Harper met en place un nouveau système d’études avec le regroupement du collège et de l’univers (...)
  • 8  Rappelons qu’en France la sociologie est rattachée à la philosophie et entre en concurrence avec l (...)
  • 9  Max Weber et Maurice Halbwachs y séjourneront tous deux : Max Weber en 1904 et Maurice Halbwachs e (...)

5L’université de Chicago, créée sur l’initiative d’un mécène privé, John Rockefeller, président de la Standard Oil Company, sur un immense campus que le public découvre à la faveur de l’Exposition universelle de 1893, a pour responsable un véritable « entrepreneur intellectuel »6 : John Harper, un jeune professeur de grec et d’hébreu de 33 ans7. Ce dernier institue un département autonome de sociologie, distinct de l’économie et des sciences politiques, à la tête duquel il place A. Small, un fils de pasteur aux idées progressistes, et qui connaît assez rapidement un grand succès : en 1907, plus de 1 000 étudiants (sur les 10 000 étudiants américains en sociologie) fréquentent ce département qui développe un cursus académique complet jusqu’au doctorat. Une association professionnelle de chercheurs, un institut de recherches, une revue spécialisée, une maison d’édition, la diffusion de manuels, un gros effort de communication viennent jeter les bases de l’institutionnalisation, de la reconnaissance de la sociologie comme science8 et du rayonnement international9 de l’université de Chicago.

  • 10  Il s’agissait d’y créer des équipements collectifs de qualité (établissements de soin, écoles, clu (...)
  • 11  Cette école ne s’intéresse guère au travail industriel ou ouvrier, aux usines ou aux bureaux, qui (...)

6Le champ de recherche de ce nouveau département de sociologie est la ville elle-même conçue comme « laboratoire » de recherche et d’expérimentation sociale. Chicago est en effet à cette époque marquée par une fantastique explosion démographique, par la concentration de nombreuses populations ethniques hétérogènes déposées par les vagues successives d’immigrants d’Europe centrale, d’Europe méditerranéenne, d’Orient, d’Amérique centrale et de Noirs venus du Sud, par la juxtaposition de quartiers et de communautés ethniques et culturels séparés, et par une instabilité économique et financière chronique, sur fond d’enrichissement et de capitalisme exacerbé. La violence et la délinquance y font leur nid, terreau paradoxal d’expériences sociales progressistes de la part de capitalistes réformateurs, philanthropes et paternalistes. Au tournant du siècle est lancé le mouvement des settlements, dont le chef de file est Jane Addams ; le projet consiste à réhabiliter les taudis de centre-ville10 et à créer des quartiers mélangeant les classes sociales, dans lesquels les classes bourgeoises éclairées (professions intellectuelles, avocats progressistes, bourgeois libéraux, patrons philanthropes) accepteraient de se réinstaller. Autour de ces settlements, se développent des débats passionnés auxquels prennent part les hommes politiques, les responsables municipaux mais aussi les sociologues de Chicago, qui s’engagent dans la presse, dans l’organisation de conférences et par l’envoi sur le « terrain » d’étudiants pour enquêter et recueillir des informations à visée statistique et qualitative. Cette première génération expérimentale, qui fait œuvre de sociologie appliquée, et au sein de laquelle certains évolueront comme travailleurs sociaux, lègue à l’école de Chicago quelques-uns de ses thèmes de prédilection : l’habitat urbain, la criminalité, l’immigration, les minorités ethniques11.

2. La méthode des « histoires de vie »

  • 12  William Thomas arrive à l’université de Chicago en 1892 et y devient assistant en 1895 ; polyglott (...)
  • 13  L’apostrophe célèbre de Robert Park est reproduite dans J. Peneff, La méthode biographique, op. ci (...)

7Les trois grandes figures du département de sociologie sont William Thomas, Florian Znaniecki et Robert Park dont les biographies mouvementées12 peuvent expliquer l’intérêt qu’ils portent à la vie de leurs congénères et qui vont faire la célébrité de l’école de Chicago. La méthode de Robert Park mise au point à partir de 1915 repose sur deux piliers : premièrement, la pratique de l’observation directe et la collecte d’informations de première main, aboutissant à la constitution d’un dossier documentaire détaillé et assorties d’un journal d’enquête, et cela grâce à une immersion directe dans les milieux sociaux concernés13 ; et deuxièmement, l’utilisation de la méthode autobiographique comme moyen de connaître de façon approfondie la réalité sociale, avant de l’analyser et de l’expliquer. Il s’agit de quitter les bibliothèques pour affronter le monde réel et d’étudier la variété des processus de dissociation et d’intégration à l’œuvre dans la société ; la collecte d’autobiographies est l’un des moyens d’accéder à ce monde « réel », celui de l’histoire en train de se faire, celui de la société en train de « travailler » comme la pâte du boulanger travaille sous l’action du levain.

  • 14  N. Anderson, The Hobo. The sociology of homeless Man, 1923 ; traduit en français en 1993, Le Hobo, (...)
  • 15  L’étude des gangs en pleine période de prohibition retient l’attention des chercheurs, ils utilise (...)
  • 16  L. Wirth, The Ghetto, 1928; H. Zorbaugh, The gold Coast and the Slum, 1929.
  • 17  P. G Gressey, The Taxi Dance Hall, 1932; P. Young, The Pilgrims of Russian Town, 1932.
  • 18  E. Frazier, The Negro Family in Chicago, 1932; Ch. Johnson, Shadow of the Plantation, 1934 (612 fa (...)

8Les sujets de prédilection du département de sociologie dans les années qui suivent la première guerre mondiale sont les sous-prolétaires et les immigrants14, les marginaux, les délinquants15, la coexistence d’habitats opposés tels que le ghetto ou le quartier doré16, la nostalgie communautaire17, les Noirs18... Dans ces études, l’autobiographie sert de preuve pour démontrer la capacité de résistance physique, sociale et culturelle des individus et même pour démontrer leurs capacités d’adaptation ; ces recherches en effet n’ont pas qu’une visée académique, elles sont destinées aux juges et aux travailleurs sociaux chez qui il s’agit de redresser l’idée selon laquelle la seule solution réside dans la répression et elles se donnent comme prospectives, en essayant de prévoir la façon dont les gens pourraient évoluer compte tenu de l’évolution de leur propre groupe.

9De l’analyse des entretiens autobiographiques naît par ailleurs une école sociologique particulière, celle des interactionnistes, qui met l’accent sur la situation spécifique d’entretien et ses interactions, laissant de côté les expériences passées des individus pour s’intéresser au présent des témoins et à la relation d’intercommunication entre les deux interlocuteurs, courant sociologique dont nous avons également beaucoup à apprendre pour notre réflexion sur la méthode d’entretien.

  • 19  vol. 1 et 2 en 1918 et vol. 3 à 5 en 1920, soit 2 300 pages, trad. française et rééd., Paris, Nath (...)
  • 20  W. Thomas et F. Znaniecki : « Les documents biographiques, aussi complets que possible, constituen (...)
  • 21  700 lettres privées sont proposées dans le volume I.

10Parmi les thèses soutenues en sociologie au sein du département de sociologie, une vingtaine ont suivi les nouvelles règles de Robert Park, et ce sont elles qui ont fait connaître l’école de Chicago : parmi elles, la grande majorité sont des enquêtes de terrain, réalisées entre 1923 et 1934, à partir d’histoires de vie, mais qui offrent en définitive, contrairement aux idées communes, une place circonscrite à la source orale. C’est le cas de la somme de William Thomas et Florian Znaniecki, The Polish Peasant in Europe and America19 considérée comme le modèle du genre en sociologie, pour ce qui concerne l’utilisation de la méthode biographique20 ; cette recherche qui a eu entre autres une influence considérable sur l’école sociologique polonaise et française utilise en réalité des sources variées et met notamment l’accent sur la correspondance privée des migrants polonais, documents auxquels les auteurs accordent une très grande valeur en raison de leur caractère non provoqué et non reconstruit a posteriori21 ; on est loin du culte du document autobiographique brut que certains zélateurs pratiqueront dans les années soixante-dix.

  • 22  W. Thomas, Methods and Techniques for the Study of Crime Causation and Présentation, Burgess Paper (...)
  • 23  En termes de doctrine, il y a là résumée en quelques lignes l’inspiration qui devrait guider toute (...)

11William Thomas distingue deux fonctions dans l’usage de la méthode autobiographique : le recueil « extensif » qui permet de collecter de nombreux récits pour dessiner les contours du groupe, et la pratique d’autobiographies « intensives », approfondies, détaillées, contradictoires, c’est-à-dire croisées22 : « Il y a sans doute des difficultés insurmontables dans le projet d’améliorer les autobiographies dans le sens d’une plus grande objectivité. C’est un document issu de l’introspection, la mémoire est notoirement sélective, l’observation individuelle est défectueuse, l’élaboration des fantasmes et des préjugés joue un grand rôle. [...] Mais ces données sont susceptibles d’amélioration et de systématisation et auront de riches applications quand un nombre considérable d’autobiographies correctement obtenues seront employées comparativement pour déterminer la variation de perception de l’expérience humaine dans la diversité des situations. Et il faut reconnaître de la valeur même au plus subjectif des récits, pour l’analyse des conduites et leur interprétation »23. La méthode autobiographique permet également, selon lui, de mettre en valeur et d’explorer les notions de migrations, d’itinéraires (à prendre ici d’abord au sens propre du terme géographique puis au sens figuré), de changement social, de trajectoire et de mobilité, notions que la sociologie française reprendra par la suite largement à son compte.

  • 24  Cette autobiographie, publiée par C. Shaw en 1930 pour la première fois, connut 7 rééditions ; la (...)
  • 25  On notera que le recueil de l’histoire de vie passe à cette époque par la prise de notes manuelle (...)

12Un autre type de travaux de l’école de Chicago a connu une très grande notoriété, ceux réalisés cette fois-ci à partir d’une histoire de vie unique, appuyée sur des documents judiciaires ou biographiques : le plus connu est The Jack Roller24, l’autobiographie/biographie d’un jeune voleur « détrousseur d’ivrognes » écrite en prison en collaboration avec son éducateur, Clifford Shaw, pendant sept années25.

  • 26  P. Joutard Ces voix qui nous viennent du passé, Paris, Hachette, 1983, p. 79.
  • 27  Cf. la collecte de récits autobiographiques par Paul Radin dans les années vingt auprès d’Indiens, (...)
  • 28  P. Joutard op. cit., p. 78-79.

13Avec la crise des années trente, la sociologie connaît un regain d’intérêt et les méthodes de l’école de Chicago se diffusent hors du département ; elles sont reprises sous le New Deal par la Work Progress Administration dans le cadre des Federal Writers Projects pour lutter contre le chômage des intellectuels26 : collecte de récits de migrants, de récits d’indiens dans leurs réserves27, de récits des petits Blancs du Sud et des anciens esclaves par des étudiants, des professeurs, des journalistes ou des écrivains... 180 000 pages d’histoires de vie sont à cette époque collectées entre 1935 et 1943, dont 4 000 vies de Noirs anciens esclaves ou descendants d’anciens esclaves28.

3. Le développement d’une histoire orale « vue d’en bas »

  • 29  Michel Trebitsch, Les Cahiers de l’IHTP, n° 21, 1992, op. cit., p. 18.
  • 30  Paris, 1963, Gallimard 1978.
  • 31  Les enfants de Sanchez, coll. « Tel », Gallimard 1978, p. 14. Citation in P. Joutard op. cit., p. (...)

14Toutes ces autobiographies collectées dans l’entre-deux-guerres dans un but à la fois de recherche, d’action sociale, de mémoire communautaire et de conservation tombent quelque peu dans l’oubli, jusqu’à leur soudaine redécouverte au début des années soixante, donnant ainsi naissance à un courant particulier de « l’histoire orale » américaine, fortement inspirée des thèmes de l’école de Chicago. Les histoires de vie aussi connaissent leur diffusion véritable dans le grand public dans les années soixante, dans le contexte troublé et contestataire de la guerre du Vietnam, en plein mouvement des droits civiques, donnant naissance à « un populisme existentialiste, postulant que le savoir peut en lui-même résoudre la question sociale »29 et la question ethnique. Ce courant inspire la New Left (féministes, radicaux, pacifistes) qui oppose alors une histoire orale vue « d’en bas » à une histoire WASP vue « d’en haut », masculine, écrite et blanche. Le livre-culte, retenu généralement pour marquer le début de cette période, est celui d’Oscar Lewis en 1961, Les enfants de Sanchez. Autobiographie d’une famille mexicaine30, autobiographie familiale à plusieurs voix (deux frères et deux sœurs) dans la banlieue de Mexico, réalisée à partir d’enregistrements individuels ou collectifs et de matériaux écrits divers. La méthode des biographies croisées dans une même famille, selon Oscar Lewis « donne une vision cumulative, multiple et panoramique de chaque individu, de la famille dans son ensemble, et de nombreux aspects de la vie du prolétariat mexicain. Les différentes versions données d’un même incident par les divers membres de la famille sont un moyen de vérification interne quant à la véracité et à la validité de la plupart des faits et qui contrebalancent ainsi en partie le caractère subjectif inhérent à une autobiographie unilatérale »31.

  • 32  S. Terkel, Working, Random House, New York, 1972; Hard Times: an Oral History of the Great Depress (...)
  • 33  L’ouvrage le plus connu en France est probablement Roots d’A. Haley (1973), traduit en français so (...)

15Ces autobiographies et les professions de foi militantes qui les accompagnent vont connaître un succès d’autant plus grand que les médias s’en saisissent et contribuent à amplifier le phénomène. Au début des années soixante-dix, un grand nombre des autobiographies du New Deal sont publiées par Georges P. Rawick (From Sundown to Sunup : the Making of the Black Community, 1972, 19 tomes), ce qui contribue à renouveler en profondeur l’histoire de l’esclavage et de la communauté noire (cf. les programmes d’histoire orale sur le problème noir dans les universités de Duke et de North Caroline). Mais c’est surtout Studs Terkel32, un journaliste de radiotélévision, passé par l’université de Chicago en 1930, ancien writer des Federal Writers Projects, qui devient le chef de file de cette histoire orale en faisant connaître les acquis et les méthodes de l’école de Chicago et en publiant des autobiographies d’habitants de Chicago pendant la crise de 192933. Ces autobiographies sont de véritables best-sellers, donnant naissance à ce que l’on a appelé le terkélisme.

  • 34  M. Trebitsch, Les Cahiers de l’IHTP, op. cit., p. 19.

16Ce mouvement éditorial et radiophonique assure le succès durable d’une certaine « histoire orale vue d’en bas » et opère « par la vulgarisation et la médiatisation une surprenante coïncidence chronologique, sinon idéologique, entre l’utopie de la contestation radicale »34 des années soixante-dix et la recherche des racines communautaires du melting pot américain. Redécouvrant la méthode de l’histoire de vie, revendiquant une « autre » histoire du modèle social et politique américain, cette histoire orale « vue d’en bas », qui cherche ses références scientifiques et intellectuelles dans la sociologie de l’école de Chicago, ne peut que se heurter, après la seconde guerre mondiale, à l’autre pôle d’histoire orale constitué en tant que tel et sous ce nom et implanté à l’université de Columbia.

II. Le département d’histoire orale de l’université de Columbia35

1. Histoire orale ou archives orales « vues d’en haut » ?

  • 36  Cité par P. Joutard, op. cit., p. 74.
  • 37  A. Nevins, The Gateway to History, 1938, cité par M. Trebitsch, op. cit., p. 17.
  • 38  Louis M. Starr, « Oral History », in Encyclopedia of Library and Information Sciences, vol. 20, Ne (...)

17A nouveau, on trouve aux origines de l’aventure un journaliste-historien, Allan Nevins, qui, se disposant en 1931 à écrire la biographie du président Cleveland, s’aperçoit de la rareté des sources écrites et administratives et de leur caractère lacunaire : « Il existait de multiples organismes chargés de conserver les archives des hommes morts depuis longtemps, mais personne pour recueillir l’information sur le passé le plus récent, provenant des personnalités du monde de la politique, des affaires ou des autres secteurs d’activité »36. Il imagine alors dès 1938 de « créer une organisation qui ferait un effort systématique pour obtenir des américains vivants qui ont eu une existence significative, par oral ou par écrit, la relation la plus complète de leur participation à la vie politique, économique et culturelle des 60 dernières années »37. C’est le Columbia University Oral History Research Office animé par Alian Nevins et Louis Starr38 et créé en 1948 au sein de l’université de Columbia.

  • 39  Cette transcription systématique est une des marques distinctives de l’histoire orale anglo-saxonn (...)
  • 40  Cette pratique fera des émules en Angleterre dans les années quatre-vingt, notamment dans l’entrep (...)
  • 41  Dès la seconde guerre mondiale, l’armée envoie des historiens sur le terrain recueillir les témoig (...)
  • 42  P. Joutard « Historiens à vos micros ! », L’Histoire, n° 12, mai 1979, p. 107.

18En 1949, grâce à la mise au point définitive du magnétophone à bandes en juin 1948, les premières interviews commencent. Les premiers récits sont à caractère autobiographique (c’est le seul point commun avec l’école de Chicago) et sont systématiquement transcrits39. Le programme d’interview s’étend aux élites politiques et culturelles (artistes, hommes de radio et de presse), aux élites économiques (chez Ford, par exemple, sont recueillis les témoignages de 483 personnes40), militaires41 et scientifiques. Dès 1960, le département d’histoire orale de Columbia compte près de 130 000 pages d’interview (selon le premier catalogue, The Oral History Collection) ; en 1975, il dénombre 425 000 pages de transcription correspondant à 3 500 témoins et 15 000 heures d’entretiens. Columbia sert de modèle pour les centres créés dans les années cinquante à l’université du Texas, à Berkeley ou Los Angeles, puis le mouvement s’étend sur l’ensemble du territoire ; en 1954, on compte 4 centres d’histoire orale ; en 1965, 89 centres ; en 1973, 316 centres et en 1977, plus d’un millier42... À partir des années soixante, les principaux centres d’histoire orale publient régulièrement leurs rapports d’activité et leurs catalogues (Columbia, Berkeley, etc.) et le premier guide méthodologique est publié en 1966.

  • 43  Oral History, Oral History at Columbia, American Craftspeople Project, Projects and Interviews, 19 (...)

19On se trouve aux antipodes de l’approche de l’école de Chicago, : il s’agit bien plus d’une approche patrimoniale et de création archivistique que de résoudre une quelconque question sociale ; les objectifs sont explicitement historiques, voire « événementiels » (au sens historiographique du terme), les documents sont produits pour la recherche historique de demain et non promis à une exploitation immédiate ; et ce sont les élites qui sont considérées en priorité, leur émergence, leur rôle, leurs représentations et leurs modes d’action : « L’entreprise était clairement élitiste [...] dans ses conceptions historiques comme dans ses cibles sociales. L’idée qui sous-tendait le projet était de mettre en valeur le rôle-clef des leaders dans les événements ; c’était une histoire vue d’en haut », rappellent les responsables actuels du département d’histoire orale43.

20Les méthodes d’interview sont basées sur les méthodes traditionnelles de l’histoire, avec étude préalable des sources écrites et de la littérature secondaire et établissement d’un questionnaire semi-directif (« what political and sociologist call elite or specialized interviewing »), par opposition à la méthode du questionnaire directif (survey interview).

  • 44  Dans son article de synthèse sur l’histoire orale américaine, Norman Hoyle explique que les psycho (...)
  • 45  De ce fait, une heure d’interview revient à 40 heures de travail, selon le manuel d’histoire orale (...)

21De façon paradoxale, les sources orales collectées sont conçues comme une extension des sources écrites, au point que le document original est davantage la transcription de l’entretien que l’enregistrement-son dont les « producteurs » se soucient en définitive assez peu44 ; en conséquence, de très sévères règles de transcription sont élaborées de manière à certifier la « scientificité » de la transcription et les témoins se voient retourner leur transcription pour certification et validation (ils ont toute latitude pour corriger ou modifier leur texte). Le texte écrit de l’entretien est ensuite fiché, indexé, complété de documents ou de photographies45. L’enregistrement n’est finalement qu’une étape dans le processus de production du document et les sources orales sont, au terme de ce processus, transformées en archives écrites. Les archives orales produites le sont à usage patrimonial et public : les transcriptions validées et certifiées par le témoin sont progressivement ouvertes aux chercheurs, au gré des volontés des témoins, dans des délais plus ou moins longs, la plupart donnant un accès libre à leur témoignage après leur mort.

  • 46  Historique du département d’histoire orale de Columbia, op. cit., p. 1-8.

22Le profil de l’intervieweur dessiné par le département de Columbia est clairement celui d’un archiviste-oral, même si de façon qui prête à confusion en français, il porte le nom « d’historien oral » : l’intervieweur doit être un « observateur désintéressé, un collecteur d’information qui ne doit avoir ni biais ni intérêts dans l’étude considérée, [...], l’objectif étant que la constitution de l’enregistrement soit distincte de l’activité d’analyse et d’interprétation de l’historien » ; il doit avoir « un engagement aussi faible que possible dans le monde de l’interviewé » et n’être qu’un simple dépositaire d’information » ; il est avant tout « un collecteur d’information objectif et distancié »46. En conséquence, les interviews ne doivent pas être menés par les historiens eux-mêmes, mais par des archivistes spécialisés qui produisent des documents pour les historiens du futur et pour un usage différé.

2. Le développement d’une histoire orale « vue d’en haut »

  • 47  Cette revue a joué un rôle important en ouvrant ses colonnes aux débats théoriques, et en essayant (...)
  • 48  D’après Norman Hoyle, « Oral History », Library Trends, july 1972, p. 60-81.

23Créée en 1967, l’American Oral History Association, présidée par Allan Nevins, compte en 1972 plus de 700 membres ; un peu plus tard est créée l’Oral History Review en 197347, qui accompagne le développement de « l’histoire orale » et lui donne ses bases intellectuelles, institutionnelles et méthodologiques. En 1971, 230 programmes sont en cours (contre 89 en 1965), 23 000 personnes ont été interviewées, 700 000 pages de transcription peuvent être consultées (contre 400 000 en 1965)48... Dans la liste des institutions possédant des programmes d’archives orales, à côté d’institutions académiques et universitaires, on trouve des sociétés savantes, des bibliothèques, des associations ethniques, des organisations communautaires, des hôpitaux, des musées, des firmes (Ford et IBM par exemple), des « agences » gouvernementales (NASA, Service des parcs nationaux), des fédérations professionnelles (l’Association des ingénieurs civils, par exemple, ou la Société psychanalytique de Los Angeles) et des groupements d’intérêts (lobbies). Soulignons que les bibliothécaires se montrent particulièrement actifs dans le domaine de l’histoire orale : ils enrichissent par ce biais leurs départements des manuscrits, dans lesquels ils font entrer les interviews, par assimilation aux manuscrits autobiographiques écrits.

24Dans l’ensemble des programmes américains inspirés par l’exemple du département de Columbia, on peut distinguer trois types principaux d’entretiens : premièrement, des entretiens autobiographiques, qui concernent le plus souvent des personnages importants, en général des hommes politiques, des dirigeants d’entreprises ou de syndicats et qui s’apparentent à des « mémoires parlées » (autobiographical memoirs) ; les sociétés d’histoire locale, en revanche, privilégient les anciens pionniers ou les descendants de pionniers à qui elles font raconter leur vie.

  • 49  Certains de ces programmes d’histoire orale sont réalisés au sein des grandes bibliothèques univer (...)

25Deuxièmement, des entretiens biographiques, qui portent sur un personnage particulier, en général une personnalité de premier plan et d’envergure nationale telles que les présidents Hoover, Truman, Roosevelt, Eisenhower, Kennedy, Johnson, Nixon, ou bien John Foster Dulles, Martin Luther King, George Marshall49...

26Troisième type de programme d’histoire orale, ceux consacrés à un thème ou une activité particulière : l’occupation du Japon, le pétrole au Texas, la République de Chine entre 1911 et 1949, la Sécurité sociale, etc. Les universités adoptent des programmes thématiques en fonction des spécificités économiques et sociales des États auxquelles elles appartiennent : le jazz à La Nouvelle-Orléans, les droits civils à Washington DC, l’extraction pétrolière à l’université du Texas, l’industrie automobile et l’histoire des syndicats à la Wayne State University, le vin à Berkeley, etc.

27Au terme de ce processus, les États-Unis, pays neuf et souffrant d’un déficit de mémoire institutionnelle et nationale (les archives fédérales sont tardivement organisées), sans cesse à la recherche d’une cohésion sociale et politique, se sont dotés par les centres « d’histoire orale », assimilés à des institutions patrimoniales officielles, d’une mémoire sociale, économique, culturelle et politique.

28Pendant la période de la guerre du Vietnam, cette école d’histoire « modérée », du moins non explicitement engagée par opposition à l’école militante de Chicago, se voit violemment contestée et prise à partie : elle est attaquée dans sa méthodologie et dans le choix de ses sujets d’interviews. Méthodologiquement d’abord, il apparaît que la relation entre un interviewé et son intervieweur ne peut jamais être totalement neutre, « objective » ou « scientifique » comme le disaient les manuels, et qu’elle s’établit dans une dialectique subtile entre le témoin et son archiviste-oral (cf. l’influence de l’école interactionniste). Ce dernier est forcément fortement impliqué dans la création du document par l’intérêt qu’il manifeste ou ne manifeste pas, par ses mouvements, par ses questions, par sa présence même. Deuxièmement, le document créé n’est pas contemporain de l’époque étudiée mais de la période à laquelle l’interview est réalisée, il est rempli des biais et imprégné des passions de l’actualité. Autrement dit, après la période archi-vistique productiviste, vient le temps de la réflexivité et de la critique qualitative des témoignages oraux...

29Du point de vue des contenus, c’est la légitimité d’une « top-down » history, d’une histoire « vue d’en haut », qui est récusée par la génération des années soixante, celle de la guerre du Vietnam, qui souhaite donner la parole aux exclus et utiliser l’interview comme un instrument de « reconscientisation ». Politiquement, le département d’histoire orale de Columbia est par ailleurs accusé de n’interviewer que des partisans du maintien des troupes américaines au Vietnam. Quoiqu’il en soit, toutes ces querelles méthodologiques, intellectuelles et politiques, le terkelisme dans sa version médiatique et grand public, aboutissent à un grand mouvement de libération de la parole, « Letting the people speak ! », qui vient nourrir des programmes de recherches davantage centrés sur l’identité culturelle, communautaire et sexuelle des groupes dominés (Cultural Studies et Women Studies).

III. Institutionnalisation et diversification de l’histoire orale aux Etats-Unis

1. Normalisation de l’histoire orale américaine

  • 50  Ronald J. Grele, Envelopes of Sound, 1975 et réédition, Envelopes of Sound. The Art of Oral Histor (...)
  • 51  Michael Frisch, A Shared Authority, SUNY Press, Albany, 1990.
  • 52  Eva MacMahan, Elite Oral History Intervewing, University of Alabama Press, Tusca-loosa, 1989.

30A partir de 1975, après les remous de la guerre du Vietnam et la phase que l’on pourrait qualifier d’idéologique, l’histoire orale américaine se normalise progressivement50 : les débats perdent en partie leur charge politique et développent des aspects plus méthodologiques sur l’identité de l’auteur du document oral, sur le rôle que joue l’historien dans le processus de création et de structuration de l’identité du témoin-acteur, sur les interactions créées par la situation d’entretien51, sur le travail d’interprétation de l’historien-oral52. L’histoire orale américaine s’universitarise, s’officialise et se répand au sein des universités, appuyée sur d’innombrables manuels pédagogiques, tout en conservant des ancrages non universitaires dans les musées, dans les entreprises ou dans le milieu associatif. Toutefois, deux courants restent identifiables avec une histoire orale « d’en haut » pratiquée dans les grandes universités de l’Est, du Texas et de la Californie ainsi que dans les grandes institutions publiques ou privées, et une histoire orale « vue d’en bas » davantage développée dans le Sud.

  • 53  En 1978, l’université de Columbia lance un grand programme sur les American Leaders en procédant p (...)
  • 54  Oral History, Oral History at Columbia, American Craftspeople Project, Projects and Interviews, 19 (...)

31Aujourd’hui, le département d’histoire orale de Columbia est toujours très actif et, tout en poursuivant ses grandes intuitions fondatrices53, s’est diversifié au gré des fondations privées, de la demande sociale et des nouvelles orientations de la discipline historique aux États-Unis. Dans leur rapport d’activité 1987-199254, les responsables du centre indiquent qu’il a été collecté entre 400 et 700 heures d’enregistrement par an et décrivent près de 20 programmes différents, dont nous donnons les principales caractéristiques, car ils illustrent les différents courants qui traversent l’histoire orale américaine depuis les années 1990.

32Le fonds Biographical Interviews est le sous-ensemble le plus vaste et le cœur historique du département d’histoire orale de l’université de Columbia ; à l’origine deux types d’interview y étaient menées, des courtes interviews focalisées sur des thèmes particuliers, des longues interviews dans le cadre d’histoires de vie choisies dans des domaines aussi variés que la vie des arts, la vie politique, les médias, les affaires, et la vie religieuse. Ce fonds d’autobiographies et de biographies est régulièrement alimenté : artistes, écrivains, éditeurs, personnalités du monde artistique, collectionneurs, ecclésiastiques, membres du clergé et leaders religieux, leaders du mouvement étudiant dans les années 1960, féministes, hommes d’affaires et philanthropes, journalistes, hommes de télévision...

33Le département a également constitué une collection de près de 200 histoires de vie d’artisans et d’artistes américains, s’intéressant à leur milieu social et familial, à leur formation, à leur apprentissage, aux techniques qu’ils ont utilisées, à leur culture et à leurs métiers.

34En dehors de ce fonds biographique général, au cours des années 1987-1992, de nombreuses collections particulières, d’importance inégale, ont été constituées, au gré des financements privés ou publics. Un certain nombre d’entre elles concerne les politiques publiques fédérales, notamment en histoire internationale : citons par exemple, un important fonds d’archives orales constitué après la révolution iranienne de 1979, en partenariat avec la Fondation pour l’histoire de l’Iran au xxe siècle, auprès des anciens responsables des relations avec l’Iran pendant les administrations Eisenhower, Kennedy, Johnson, Nixon et Carter ; le Hungarian Project, quant à lui, collecte des témoignages sur la résistance antinazie en Europe centrale et dans les pays de l’Est...

  • 55  Cette personnalité fut membre du Congrès et gouverneur de l’État du Connecticut mais surtout un am (...)
  • 56  La collecte des récits autobiographiques de chercheurs ou de grands scientifiques n’était pas inco (...)

35D’autres fonds d’archives orales sont consacrés à l’histoire de la philanthropie, à l’histoire des sciences sociales, à l’histoire de l’éducation ou de l’assistance dans l’après-guerre (Spencer Foundation, Jessie Smithe Noyes Foundation et The Pew Charitable Trusts/Glenmede Trust Project) ou aux politiques sanitaires et sociales fédérales (The Abraham A. Ribicoff Project pour l’administration Kennedy55). L’histoire du sang et plus généralement l’histoire de la médecine depuis la seconde guerre mondiale sont évoquées par une collection de 17 autobiographies de scientifiques américains56.

  • 57  Lowenstein fut une des figures politiques des plus importantes des années soixante et soixante-dix (...)

36Dans le domaine politique, le fonds Allard K. Lowenstein est consacré aux mouvements contestataires des années soixante et soixante-dix57 ; The Edward I. Koch Administration, lui, est un fonds d’archives orales centré sur la personnalité d’E. I. Koch, maire de New York entre 1977 et 1990, et consacré à l’administration de la ville, il a démarré en 1990 et devait s’étendre sur deux années avec une quarantaine d’interviews. Il est prolongé par une série d’entretiens auprès d’autres anciens maires et leurs équipes, ainsi qu’auprès d’autres « leaders » de la ville de New York.

37Dans le domaine social, The Northside Center for Child Development réunit des témoignages sur la société américaine, la ségrégation sociale ou raciale et les différentes politiques qui ont été menées à ce sujet ; le Council for Exceptional Children est consacré à l’éducation spécialisée et aux enfants handicapés, à partir d’interviews d’éducateurs, de travailleurs sociaux et de militants ; The Washington Press Club Foundation s’intéresse aux premières femmes entrées « en journalisme » après la guerre (60 histoires de vie) ; Gay and Lesbian History est un programme consacré aux leaders du mouvement Gay depuis 1970 et aux auteurs homosexuels ; le fonds Black Panthers compte 50 interviews de militants de ce mouvement auxquels s’ajoutent des témoignages de leurs épouses ou de leurs enfants, etc. Enfin, il existe des collections spécialisées, de moindre envergure, plus « pointues », telles que le fonds Mark XX qui réunit des témoignages sur la conception, la mise en place et l’extension du système Mark, système informatique qui a révolutionné les bibliothèques américaines (9 interviews).

38Le département d’histoire orale de Columbia reçoit également des collections d’interviews privées réalisées à l’occasion de thèses ou d’enquêtes en sciences sociales, soumises à des clauses spéciales de communicabilité en fonction des desiderata des chercheurs : recherches faites sur le théâtre, sur le maccarthysme dans les universités, sur le mouvement syndical au Venezuela, sur les drogués et les institutions sociales qui sont concernées par ce problème... mais l’accueil de telles enquêtes est limité en raison des problèmes de financement (il faut des sponsors privés).

2. Les développements récents de l’histoire orale américaine

  • 58  A. Portelli, The Death of Luigi Trastulli and other Stories, Suny Press, 1991; S. Gluck et D. Pata (...)
  • 59  Sur ce point, G. Noiriel, Qu’est-ce que l’histoire contemporaine ?, Paris, Hachette, 1998, p. 116- (...)
  • 60  À chaque groupe social, ethnique ou sexuel son histoire et à chaque groupe son historien, ce derni (...)

39Au cours des années quatre-vingt-dix, les discussions théoriques et méthodologiques58 reprennent sous la pression de l’Affirmative Action, de la Gender History, des Communities Studies et du Linguistic Turn qui agitent l’historiographie américaine, notamment en histoire sociale59 ; elles portent sur la relation d’entretien, sur « la manipulation » que chacun essaie de mettre en œuvre pour faire dire à l’autre ce qu’il veut entendre, sur les liens entre mémoire individuelle et mémoire collective, sur les biais introduits par l’intervieweur selon sa qualité et son statut60, sur la démocratisation de l’histoire et sa multiculturalisation etc.

  • 61  En 1973, le fonds d’histoire orale de Columbia, soit 350 000 pages de transcription, n’était acces (...)

40Sans pouvoir parler véritablement d’unification de la discipline, on assiste néanmoins à un rapprochement des divers courants d’histoire orale présentés jusqu’ici schématiquement par nous sous le nom de Chicago et Columbia, notamment grâce au rôle joué par l’Oral History Review (Arthur Hansen et Michael Frisch) et l’International Journal of Oral History, qui contribuent à enrichir et à organiser la réflexion et les débats : les sujets d’enquête et les populations interrogées se diversifient ; on distingue un même effort de réflexivité sur les pratiques et de théorisation tandis qu’une plus grande attention se porte sur le processus de fabrication et la préservation des matériaux, ainsi que sur les instruments de travail qui ont pris beaucoup de retard depuis les années soixante-dix61. Cette théorisation en même temps que cette institutionnalisation de l’histoire orale lui ouvrent les portes de l’Université et de ses formations les plus élitistes : des filières et des formations universitaires sont organisées en histoire orale, qui vont même jusqu’au Ph. D. Par effet-retour, certains responsables des départements d’histoire orale s’inquiètent de cette éventuelle « pollution » de l’histoire orale par les « distinctions » de la vie universitaire (accumulation de diplômes et fermeture aux moins titrés), de l’éventuelle sclérose qui pourrait en résulter et de la potentielle exclusion des historiens locaux et autodidactes qui ont fait le succès et l’originalité de l’histoire orale américaine.

  • 62  A. Wieviorka, L’Ère du témoin, Plon, 1998, p. 127-160 et M. Kling et Y. Thanassekos (dir.), Ces vi (...)
  • 63  Le fait même de ne pas reconnaître véritablement leur histoire dans ce film a incité les survivant (...)
  • 64  Des antennes du projet existent dans les pays occidentaux où résident des survivants de l’Holocaus (...)
  • 65 « Le sauvetage de l’individu dans la masse : l’intimité comme concept central de l’histoire orale » (...)

41Dans une autre direction, une mention particulière doit être faite de la collecte systématique des témoignages des survivants des camps d’extermination nazis62, qui commence à la fin des années soixante-dix après le succès télévisuel controversé du feuilleton Holocauste63. L’initiative vient d’une psychanalyste de New Haven dans le Massachussetts, Dori Laub, qui décide de mettre sur pied un « Projet cinématographique sur les survivants de l’Holocauste » et enregistre 200 témoignages de survivants. En 1982, l’université de Yale lui offre son aide et crée le premier département d’archives filmées sur la Shoah, confié à Geoffrey Hartman, professeur de littérature comparée, qui travaille avec des chercheurs et des bénévoles. En 1987, Alain Fortunoff fait un don au département qui permet le recrutement d’un conservateur et de développer les campagnes d’interviews sur l’ensemble du territoire américain. En 1995, les Fortunoff Video Archives for Holocaust Testimonies rassemblent environ 3 600 témoignages, soit près de 10 000 heures d’entretien, collectées dans le monde entier64 et ont fait école auprès de divers musées, fondations et associations du souvenir aux États-Unis et en Europe. La méthode d’entretien, inspirée des principes de la psychologie clinique et de la psychanalyse, est non-directive et centrée sur le vécu du témoin lui-même65. Son témoignage doit lui permettre de se libérer par la parole d’une expérience traumatisante, qui continue d’oppresser sa vie quotidienne, sociale et psychique. La durée de l’entretien n’est pas limitée. L’intervieweur est avant tout un écouteur, cherchant à instaurer ce que Geoffrey Hartman appelle un « pacte testimonial ».

  • 66  Après les tests de recrutement, les futurs intervieweurs suivent un stage de formation de trois jo (...)
  • 67  A. Wieviorka, op. cit., p. 148.

42En 1994, Steven Spielberg, confronté dans le cadre du tournage de son film la Liste de Schindler à des survivants des camps, crée la Survivors of the Shoah Visual History Foundation, chargée de retrouver « tous » les survivants interviewables (estimés à 300 000 personnes) ; des équipes internationales sont formées66, des objectifs quantitatifs sont assignés (5 jours de travail par semaine, 4 entretiens par jour) ; en 1995, 20 000 témoignages sont déjà engrangés, dont 1 300 pour la France ; en 1998, le site Internet de la fondation indique que 42 274 personnes ont été interviewées et à la fin de 1999, un article du Monde indique que 50 000 témoignages ont été collectés. L’entretien est filmé, semi-directif, « calibré » (2 heures par témoin), orienté à 60 % sur la période de la guerre et à 20 % sur les deux périodes qui l’encadrent ; il se conclut sur le message « que [le témoin] souhaiterait laisser en héritage pour les générations à venir » ; de ce dernier élément, Annette Wieviorka déduit que ces archives orales constituent davantage des « archives de la survie » que des archives orales de la Shoah67. Les vidéos sont archivées et centralisées à Los Angeles, numérisées, indexées et rendues disponibles sur serveur, avec possibilité de consulter, outre les témoignages eux-mêmes, divers documents, d’archives ou pédagogiques, permettant au « lecteur » de situer le contexte et l’espace dans lesquels s’insèrent ces témoignages. La fondation prévoit également un important programme de valorisation et d’exploitation de ses collections de témoignages, à destination de divers publics, cédéroms, livres de vulgarisation, films, documentaires, brochures, etc.

3. L’expansion de l’histoire orale hors des États-Unis

  • 68  Cf. Jean Meyer, Apocalypse et révolution au Mexique : les Cristéros, Paris, Gallimard/ Julliard 19 (...)
  • 69  L’Institut du judaïsme contemporain de l’université hébraïque de Jérusalem lance son programme d’h (...)
  • 70  En 1974, est fondée à Vancouver l’association d’histoire orale canadienne ; l’université Laval pre (...)

43Enfin, dernière étape dans la saga de « l’histoire orale américaine », c’est à partir des années soixante-dix, son exportation et sa diffusion hors des États-Unis : elle se fait dans un premier temps en direction de l’espace d’influence américain, l’Amérique centrale et l’Amérique du Sud, où elle trouve un terreau favorable avec la recherche des racines indiennes et la dénonciation des structures de domination politique, sociale et économique68, vers Israël69 et vers le Canada, où elle rencontre également des minorités historiques et culturelles résistantes (Indiens et francophones), en particulier au Québec sur fond de revendication d’indépendance70.

  • 71  Sur ce sujet, voir J. Markiewcz-Lagneau, « L’autobiographie en Pologne, ou de l’usage social d’une (...)

44Rappelons pour mémoire que l’histoire orale polonaise s’est constituée très précocement dès l’entre-deux-guerres. Nous avons vu en effet comment l’école de Chicago avait inauguré ses travaux avec la somme de William Thomas et Florian Znaniecki sur les paysans et les migrants polonais dans les années 1900-1920. En 1921, Florian Znaniecki organise dans son propre pays un concours d’histoires de vie : il reçoit 149 mémoires. Le mouvement est lancé et se développe dans l’entre-deux-guerres : le sociologue Krywicki fait de même auprès de chômeurs et reçoit 800 réponses, Chalasinski réitère l’expérience auprès de jeunes paysans et reçoit 1500 réponses. Après la guerre, les concours reprennent, relayés par la presse et la radio. En 1952, la radio lance un grand concours d’histoires de vie assorti de nombreux prix. Chalasinski dirige un nouveau concours et reçoit 5 500 autobiographies dont il publie environ un dixième. À partir des années soixante, la sociologie polonaise pratique à grande échelle la méthode du concours des récits de vie et utilise les moyens modernes de communication, notamment la radio, pour ses appels à témoignage71.

45En 1980, l’histoire orale anglo-saxonne se dote d’un instrument de diffusion, l’International Journal of Oral History qui développe une approche interdisciplinaire avec des anthropologues, des ethno-archéologues, des folkloristes, des sociologues et des spécialistes de critique textuelle, ce qui contribue à étoffer le corpus théorique de « l’histoire orale » ; ce Journal international d’histoire orale contribue bien évidemment à répandre les méthodes et les acquis de l’« histoire orale » américaine en Europe.

46Les promoteurs de l’histoire orale en Europe puis en France se rattachent d’une façon ou d’une autre à l’un ou l’autre de ces deux pôles, Chicago ou Columbia, et vont puiser dans ces deux expériences d’histoire orale américaine une partie de leur inspiration, de leurs références théoriques ou méthodologiques, tout en les combinant à des traditions scientifiques et historiographiques nationales propres...

IV. L’irruption de l’histoire orale en Europe

  • 72  Nous suivons ici l’exposé qu’en fait M. Trébitsch dans Les Cahiers de l’IHTP, n° 21 et celui encor (...)

47L’histoire orale en Europe se développe surtout à la faveur des mouvements contestataires des années soixante et se construit dans une opposition à l’histoire académique et institutionnelle ; elle se greffe néanmoins sur des caractéristiques intellectuelles, historiques et politiques nationales. Quelles sont, très grossièrement résumées, les principales caractéristiques de l’histoire orale en Angleterre, en Italie et en Allemagne, pays avec qui les historiens français entretiennent des liens privilégiés dans les années soixante-dix et quatre-vingt72 ?

1. L’Angleterre chef de file73

  • 73  R. Samuel, « L’histoire orale en Grande-Bretagne », Bulletin du Centre de recherche sur la civilis (...)
  • 74  R. Blythe, Mémoires d’un village anglais, trad. J. B. Hess, Plon, coll. « Terre humaine », 1972.
  • 75  Les premiers musées industriels du fer et du charbon ou du textile sont créés à cette époque (Musé (...)

48En 1978, la tenue du deuxième congrès international d’histoire orale en Angleterre - (le premier a eu lieu en 1976 à Bologne) - rend manifeste l’existence d’une histoire orale britannique propre dont la principale préoccupation est l’histoire des classes populaires. Un premier courant à la fois ruraliste et ouvriériste, en grande partie non universitaire, s’épanouit dans les années cinquante, appuyé sur les travaux de dialectologues accumulés depuis les années trente et sur les « histoires de villages »74, tout en s’intéressant en parallèle à la culture industrielle et ouvrière du xixe siècle en déclin ou en voie de disparition75.

  • 76  R. Hoggart, La culture du pauvre : étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre,(...)
  • 77  E. P. Thompson, La formation de la classe ouvrière anglaise, 1963, Éd. du Seuil, 1988 ; The Voice (...)
  • 78  E. P. Thompson, La formation de la classe ouvrière anglaise, Gallimard/Éd. du Seuil, 1988, p. 13-1 (...)

49Ce courant rencontre dans les années soixante un deuxième courant, plus universitaire, inspiré par les travaux de Richard Hoggart sur « la culture du pauvre »76et par les recherches de Paul Thompson qui travaille sur la formation de la classe ouvrière anglaise77. Ce dernier récuse très tôt les méthodes quantitatives de l’histoire économique et sociale de son temps et choisit de s’intéresser aux individus eux-mêmes, aux ouvriers « réels », au contexte social particulier dans lequel ils s’insèrent et au sens qu’ils donnent à leurs actions : « Je ne conçois la classe ni comme une “structure” ni même comme une “catégorie”, mais comme quelque chose qui se passe en fait - et qui, on peut le montrer, s’est passé - dans les rapports humains. De plus, la notion de classe implique celle de rapport historique. [...] Ce rapport doit toujours s’incarner dans des hommes et dans un contexte réels ». Il faut rechercher en quoi la conscience de classe et les expériences qui la nourrissent « se traduisent en termes culturels et s’incarnent dans des traditions, des systèmes de valeurs, des idées et des formes institutionnelles »78.

  • 79  R. Samuel, Village Life and Labour, 1975.

50Dans un tel programme, le recours à la source orale et aux témoignages vécus des acteurs prend une place centrale. Des groupes de travail interdisciplinaires formés d’historiens, de sociologues et d’anthropologues s’organisent, poursuivant l’objectif de fonder « une autre histoire » sociale qui engloberait le travail, les femmes, les loisirs et la culture, à base d’histoire orale et d’histoires de vie... Cette histoire qui prend le nom des Workshops History est militante, politiquement engagée79 ; elle veut redonner la parole au peuple et démocratiser l’histoire officielle, stigmatisée comme celle des élites. De ce fait, l’histoire orale britannique n’est pas une exclusivité universitaire mais l’affaire de tous : Paul Thompson répertorie, en 1980, 250 équipes d’histoire orale, parmi lesquelles une vingtaine seulement sont d’origine universitaire.

  • 80  M. T. Frank, « Pour une histoire de l’Éducation en France depuis 1945 », Histoire de l’Éducation, (...)

51Variation au sein de l’histoire des « dominés », dans la dynamique de l’expérience des « libres enfants de Summerhill », les historiens britanniques, sous l’impulsion là encore de Paul Thompson, s’intéressent au monde de l’enfance, à l’éducation familiale et au système scolaire anglais, ainsi qu’à la guerre vue par les enfants80. À partir de 1968, Paul Thompson lance une vaste enquête nationale d’histoire orale sur l’époque edwardienne, centralisée à l’université d’Essex, qui devient le centre universitaire de l’histoire orale britannique (elle est le siège de la revue britannique Oral History et de l’Oral History Society créées en 1973) ; 500 témoignages et récits de vie sont collectés auprès d’un corpus de personnes nées entre 1880 et 1905 (deux ou trois entretiens par personne) et étudiés de façon transversale et thématique (enfance, jeunesse, formation, loisirs, famille, éducation, religion, entrée dans le monde du travail, vie amoureuse) afin de cerner la jeunesse britannique et les changements qui l’affectent sous le règne d’Edouard VIL ; les résultats de ces recherches sont présentés dans The Edwardians en 1975, dans The voice of the Past, Oxford University Press, 1978 et dans Edwardean Childhoods (Thea Thompson) en 1981. Ces travaux ne sont pas sans rappeler les études de Philippe Ariès dont les livres sont par ailleurs très lus en Angleterre et on notera que, de ce point de vue, il y a comme une coïncidence entre les thèmes privilégiés de la Nouvelle Histoire et ceux de l’histoire orale.

  • 81  Traduit en français sous le titre suivant : R. Blythe, Mémoire d’un village anglais, coll. « Terre (...)
  • 82  David Lance, An Archive Approach to Oral History, London, Imperial War Museum, in collaboration wi (...)

52De même qu’aux États-Unis, le succès de l’histoire orale vient par les médias : par un best-seller d’abord en 1969, Akenfield, Portait of an English Village81 qui relate la vie quotidienne dans un village anglais puis par la mode des émissions de radio et de télévision où les personnes âgées racontent leur vie (Yersterday’s Witness)... jusqu’à la très sérieuse BBC qui diffuse des cours et propose des stages de formation à l’histoire orale. En 1972, le très institutionnel Imperial War Museum de Londres ouvre un Department of Sound Record et recueille les témoignages de responsables militaires, d’officiers et de simples soldats82.

  • 83  Plusieurs centaines d’heures sont collectées par la Phonothèque de l’université de Swansea, cité p (...)
  • 84  Les Manchester Studies s’intéressent à la minorité juive de Manchester.
  • 85  Le premier numéro à thème, en 1975, de la revue Oral History est consacré à la famille et à la jeu (...)
  • 86  M. Chamberlain, Paysannes des marais, Éd. des Femmes, Paris, 1976.
  • 87  A. Seldon et J. Pappworth, By Word of Mouth: « Elite » Oral History, Londres, New York, 1983.
  • 88  On peut retenir les noms de H. A. L. Cockerell, de O. Westall, de Pettigrew ou de Y. Cassis par ex (...)
  • 89  C’est ainsi que Christopher Cook, journaliste à la BBC, qui s’est fait connaître par les interview (...)

53Si l’oral history britannique est particulièrement dynamique pour ce qui concerne les populations « d’en bas » (ouvriers, mineurs83, minorités religieuses84, syndicats, enfants85, femmes86), elle ne néglige pas pour autant le haut de la pyramide sociale : deux autres secteurs historiques font appel aux témoignages oraux des acteurs, d’une part l’histoire des élites sociales et politiques87 et de l’autre l’histoire d’entreprise88. Dans le domaine politique et économique, les British Oral Archive and Administrative History démarrent au tout début des années quatre-vingt et sont conservées à la bibliothèque de la London School of Economics. L’histoire d’entreprise qui se développe dans les années quatre-vingt sous le nom de company history ou de corporate history, variante britannique de la business history américaine, fait un large usage des entretiens de dirigeants, de manageurs, de cadres d’entreprise ou de banques89.

2. L’histoire orale italienne

  • 90  En Espagne, l’histoire orale qui se développe à partir des années quatre-vingt est centrée elle au (...)

54En Allemagne et en Italie, où les expériences fasciste et nazie pèsent de tout leur poids, la perspective est également militante et les historiens-oraux s’interrogent sur le pourquoi et le comment du fascisme et de son installation au sein de la société90.

55En Italie, dans les années cinquante, sont menées de façon « spontanée » des enquêtes orales dans la classe ouvrière du Mezzogiorno et du Nord industriel (région de Turin) ; elles se multiplient grâce au soutien des instituts historiques de la Résistance dont le réseau s’étend à l’Italie tout entière, des villes ou des collectivités locales ou d’organismes comme l’Instituto Ernesto de Martino à Milan qui souhaite contribuer à la connaissance du monde populaire et à la reprise des luttes ouvrières et paysannes et met en œuvre « une critique anthropologique de la culture des élites » (M. Trebitsch).

  • 91  Cf. L’intervista, strumento di documentazione, Giornalismo, antropologia, storia orale. Atti del C (...)

56Le monde politique n’est pas non plus oublié avec l’interview de 253 députés sur leur parcours et sur la vie politique du pays ou bien l’enquête concernant la préparation du Traité de Rome de 195791.

  • 92  N. Revelli, Le monde des vaincus, Maspéro, Paris, 1980. L’auteur a recueilli plus de 500 témoignag (...)
  • 93  M. Trebitsch, « Du mythe à l’historiographie », Les Cahiers de l’IHTP, n° 21, 1992, p. 22. Sur l’h (...)

57Dans cette première phase, l’histoire orale italienne ressemble plus à une accumulation documentaire d’histoires de vie, d’autobiographies, de témoignages qu’à une « autre » histoire et a surtout une forte visée compréhensive et militante : comprendre la vie ouvrière, comprendre la pauvreté, revitaliser la culture du monde populaire92... L’histoire orale italienne prend un autre visage après 1968, avec le renforcement de l’extrême-gauche, « en liant contre-histoire des groupes opprimés et alternative révolutionnaire »93 et en donnant la parole aux ouvriers, aux militants politiques et aux femmes dans une perspective de reconquête de dignité et d’identité. Le mouvement s’accentue par l’écho qui lui est donné dans les médias (télévision et radio) et se dote d’un instrument de diffusion avec la revue Fonti orali, studi e ricerche ; mais il a du mal à s’institutionnaliser, éclaté entre les centres de recherche locaux (les groupes de recherche d’Italie du Nord), les instituts d’histoire de la Résistance et les instituts universitaires nationaux.

  • 94  F. Ferraroti, Histoire et histoires de vie : la méthode biographique dans les sciences sociales, 1 (...)

58Au milieu des années soixante-dix, l’histoire orale italienne perd quelque peu de son caractère populiste et local pour s’orienter, sous l’influence du sociologue Franco Ferraroti94, vers une réflexion plus théorique sur le lien entre autobiographie, groupes sociaux et identité ou sur les phénomènes de mémoire et de silence (Luisa Passerini). Reprenant lui aussi l’héritage de l’école de Chicago dès les années cinquante, Franco Ferraroti met en valeur les acquis de la méthode de « l’histoire de vie » et en souligne les apports essentiels pour les sciences sociales : « le caractère synthétique » du récit de vie qui permet d’appréhender le changement individuel et collectif, la possibilité de « lire une société à travers une biographie », la mise au jour de la mémoire collective et de son articulation avec la mémoire individuelle, la découverte d’une histoire du quotidien, l’intégration de « la subjectivité explosive » des témoignages... Il désigne aussi la relation d’entretien et le récit de vie comme le moyen permettant à l’historien social de faire « une expérience de terrain », ce dont l’historien en « bibliothèque » n’avait jusqu’à présent pas la possibilité.

  • 95  A l’occasion de cette étude, 150 récits de vie ont été recueillis auprès d’anciens ouvriers de la (...)
  • 96  Par rapport à la vieille génération des ouvriers fascistes, Luisa Passerini souligne la pauvreté d (...)
  • 97  L. Passerini, « Mémoires et histoires de 1968 », Le Mouvement social, n° 143, avril-juin, 1988 ; e (...)

59Pour les phénomènes de mémoire et de silence, le chef de file est Luisa Passerini du département d’histoire de Turin qui après avoir étudié dans un premier temps la mémoire ouvrière fasciste de la région de Turin95 s’oriente au milieu des années quatre-vingt vers celle des groupes terroristes gauchistes (elle a recueilli 60 histoires de vie auprès d’anciens terroristes emprisonnés à Bologne96) ; elle s’intéresse plus particulièrement aux femmes membres des Brigades rouges, emprisonnées depuis le milieu des années soixante-dix97 : 12 récits de vie sont recueillis en 1985 auprès de prisonnières « dissociées », c’est-à-dire celles qui, sans revenir sur leurs engagements d’alors et sans collaborer avec la police (les « repenties »), acceptent de porter un regard rétrospectif et critique sur leurs actes. Luisa Passerini étudie les amnésies qui « trouent » la mémoire de ces femmes, notamment celles qui couvrent le souvenir de leurs violences armées, et cherche à les expliquer : absence de mémoire collective qui vienne structurer et porter la mémoire individuelle, absence de tradition de « repentir » ou de « pardon » dans la gauche laïque italienne, congélation de la mémoire en prison, refoulement, désir d’établir une solidarité et une compréhension avec les universitaires enquêtrices... Quoi qu’il en soit, tout silence, selon Luisa Passerini, doit s’interpréter par rapport à la mémoire, à l’identité et au présent.

  • 98  C. Poni et C. Ginzburg ; « La micro-histoire », Le Débat, n° 17, 1981 ; J. Revel, (dir.), Jeux d’é (...)
  • 99  G. Levi, Le Pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du xviie siècle, trad., Ga (...)
  • 100  M. Gribaudi, Itinéraires ouvriers. Espaces et groupes sociaux à Turin au début du xxe siècle, Éd. (...)
  • 101  C. Poni et C. Ginzburg, « La micro-histoire », Le Débat, n° 17, 1981.
  • 102  En France, un des historiens qui établit des passerelles entre micro-histoire et histoire orale es (...)

60L’histoire orale italienne est également influencée par la microstoria98, elle-même inspirée des travaux de Paul Thompson ; cette dernière, qui s’est développée surtout en histoire moderne99 (mais pas seulement100), prône une « réduction d’échelle »101 et veut s’attacher à la vie des individus eux-mêmes, à leur devenir particulier, à leurs communautés familières, à leurs points de vue, à leur « vécu » et à leur univers intérieur. La micro-histoire a en commun avec l’histoire orale le choix privilégié des populations dominées ou modestes, la focalisation sur un petit groupe d’individus, voire sur un individu unique dans lequel se réfracte le groupe social tout entier, l’attention portée à la « culture », la recherche du « subjectif » et du sens donné par les individus à leurs actions. À ce titre, dans un mouvement d’inter-fécondation réciproque, l’histoire orale peut apparaître comme la version contemporaine de la micro-histoire de l’époque moderne102.

3. L’histoire orale allemande

  • 103  M. Trebitsch, « Du mythe à l’historiographie », Les Cahiers de l’IHTP, n° 21, 1992, p. 22. Bibliog (...)
  • 104  Cf. l’intervention d’É. François, Les Cahiers de l’IHTP n° 4, juin 1987, « Questions à l’histoire (...)

61En Allemagne, le développement de « l’histoire orale » est plus tardif et se donne « comme la réponse de la génération de 1968 à ses questions sur le passé du nazisme »103. Pourtant, dans les années cinquante, dans le cadre traditionnel de l’histoire politique, à l’instar de ce qu’a pu réaliser en France le Comité pour l’histoire de la seconde guerre mondiale, ont été réalisées des collectes de témoignages « archivistiques » auprès des Allemands réfugiés ou expulsés d’Europe centrale ; mais c’est surtout à partir de la fin des années soixante que se renouvellent les interrogations sur la société allemande sous le nazisme (le mouvement du Sonderweg), avec un accent mis sur les populations « dominées » et trop longtemps ignorées par l’historiographie classique, « les petites gens », les femmes, la vie quotidienne, les immigrés, les minorités, le prolétariat urbain, la classe ouvrière104.

  • 105  Sur le programme d’histoire orale de la Bavière nazie, on peut lire M. Broszat, Bayern in des NS-Z (...)
  • 106  Sur la rencontre d’Essen consacrée à l’histoire orale, on peut lire le compte rendu de J.-P. Rioux (...)
  • 107  Sur cette expérience d’histoire orale, M. Mitterauer, « Aber arm wollte ich nicht sein », in H. Ch (...)

62C’est ainsi que deux grandes enquêtes ont lieu dans les années quatre-vingt, l’une à l’initiative de l’Institut fur die Zeitgeschichte de Munich sur la Bavière nazie105 et l’autre à l’université d’Essen par le groupe LUSIR sur les « Histoires de vie et groupes sociaux de la Ruhr de 1930 à 1969 » à base de sources écrites et orales, sous la direction de Lutz Niethammer106. On peut aussi citer, pour l’Autriche, l’enquête d’histoire orale menée sous la direction de Michel Mitteaurer, professeur d’histoire économique et sociale à Vienne, dans le cadre d’un programme plus vaste de recherche sur les structures sociales et familiales en Europe centrale de la fin du xviiie siècle au début du xxe siècle : soucieux de collecter des matériaux sur le prolétariat rural (valets de ferme, ouvriers agricoles, servantes, domestiques, manœuvres itinérants, journaliers, brassiers) dont les archives écrites ne parlent guère, il recueille dans les maisons de retraite des environs de Vienne de nombreux témoignages de personnes âgées nées au tournant du siècle ; les entretiens permettent de dévoiler et de décrire la dureté des conditions de travail dans les campagnes, la pauvreté, la misère affective et familiale et la précarité de la condition domestique rurale107.

  • 108  Sur l’« Alltagsgeschichte » ou « l’Anthropologie historique interprétative », on peut lire G. Noir (...)
  • 109  Sur les ateliers d’histoire, voir M. Pollak, « La fête d’une autre histoire à Berlin », Vingtième (...)

63L’histoire orale allemande se donne comme une histoire « alternative » qui se nourrit de l’élan du mouvement Vert, une histoire vue d’en bas, die Geschichte von unten, mais aussi une histoire du quotidien (« die Alltaggeschichte »), une histoire locale (la culture relève des compétences des Länder et non du Bund), une histoire engagée, animée par des chercheurs allemands désireux de voir l’histoire remplir une fonction politique et sociale, et de mettre en place une « solidarité compréhensive » entre les chercheurs et leurs objets d’étude ainsi qu’une théorie de l’action sociale108. Des ateliers de recherche-action où se rencontrent historiens, sociologues, témoins-acteurs, cinéastes, journalistes se multiplient109, tandis que la multiplication d’instituts d’histoire du temps présent (Institut fur Zeitgeschichte) valorise et institutionnalise cette histoire orale des exclus et des dominés (histoire des tziganes, des juifs, des homosexuels ou des femmes, etc.).

  • 110  Sur ce sujet, on peut lire Ch. Browning, Ordinary Men, Reserve Police Bataillon and The final Solu (...)
  • 111  Cf. É. François, « L’Allemagne fédérale se penche sur son passé », Vingtième siècle. Revue d’histo (...)
  • 112  E. Nolte, Les mouvements fascistes : l’Europe de 1919 à 1945, 1969, Calmann-Lévy, rééd. Hachette « (...)

64À partir des années quatre-vingt, l’histoire orale allemande se ressent également des débats historiques et politiques qui agitent la société allemande. Dans le cadre des recherches sur le nazisme, une réflexion précoce sur le problème du silence, de l’oubli, du refoulement se met en place, tandis que d’autres historiens tentent de saisir ce qui a pu mener « des hommes ordinaires » à participer au système nazi : l’ont-ils fait par conformisme de groupe, obéissance, passivité, endoctrinement, « lavage de cerveau », conviction idéologique...110. Les débats se portent aussi sur la question de l’identité allemande et sur les solutions de continuité entre le « génie » allemand, ses racines régionales et « climatiques » et les différentes formes que le nazisme a pu recouvrir dans la société111. L’école « révisionniste » d’Ernst Nolte112 travaille de son côté sur les rapports que les Allemands entretiennent avec leur passé récent ; cet historien tente de « déculpabiliser » ses compatriotes en faisant du nazisme une réponse directe au communisme et en s’appuyant sur l’antériorité du goulag stalinien, qui comme « génocide de classe » aurait servi de modèle au « génocide de race » ; il souligne également les « souffrances » subies par la population allemande sous le nazisme et dénonce la « culture d’extermination » présente chez tous les belligérants, y compris chez les Alliés à travers leurs raids de bombardements massifs sur le territoire allemand.

  • 113  On observe le même mouvement en France avec les « affaires » Touvier, Bousquet, et surtout avec le (...)

65Après la chute du Mur de Berlin et la réunification des deux Allemagnes, les débats historiques et historiographiques connaissent un nouveau regain, au centre desquels la question de la mémoire occupe à nouveau la première place : mémoire des crimes communistes, mémoire des crimes contre les Juifs en ex-RDA pendant la guerre et dans l’après-guerre... La question de la réunification des deux mémoires de la RFA et de la RDA et des conditions auxquelles cette réunification pourrait se faire est également posée. Dans un tel cadre problématique, les témoignages oraux rétrospectifs sont nécessairement sollicités, avec un lien très fort entre mémoire, identité, vérité, culpabilité et histoire, accompagnant, à l’image de ce qui se passe en France, une certaine judiciarisation des débats113.

66Par rapport à cette histoire orale européenne qui se met en place progressivement, la France accuse un certain retard, dû à la force des principes de l’école historique française.

Notes

4  Ch. W. Conway, « Lyman Copeland Draper, Father of American Oral History », Journal of Library History, n° 1, p. 234-241, oct. 1966 et William B. Hesseltine, « Pioneers Mission »: The Story of Lyman Copeland Draper, Madison, The State Historical Society of Wisconsin, 1954.

5  Sur l’école de Chicago, on peut lire en français J. Coulon, L’école de Chicago, Paris, PUF, 1992 ; G. Pineau, J.-L. Legrand Les histoires de vie, Paris, PUF, 1993 ; M. Trebitsch, « Du mythe à l’historiographie », Les Cahiers de l’IHTP, n° 21, nov. 1992, p. 13-33 ; J. Peneff, La méthode biographique, Paris, A. Colin, 1990 ; Y. Grafmeyer et I. Joseph, L’école de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Paris, Éd. du Champ urbain, 1979 ; J.-M. Chapoulie, « Everett C. Hugues et le développement du travail de terrain en sociologie » in Revue française de sociologie, XXV, 1984, p. 582-604 et sa préface à H. Becker, Outsiders, Paris, Métailié, 1985, ainsi que La tradition sociologique de Chicago : 1892-1961, Paris, Seuil, 2001.

6  J. Peneff, La méthode biographique, Paris, A. Colin, 1990, p. 39-40.

7  J. Harper met en place un nouveau système d’études avec le regroupement du collège et de l’université, une liaison étroite enseignement/recherche, la création de laboratoires et de presses universitaires, l’ouverture des cours aux jeunes filles et la création d’un quatrième trimestre de cours en été pour les professionnels ; enfin les professeurs sont choisis non seulement pour leurs diplômes académiques mais aussi pour leurs qualités de management dans l’organisation de leur enseignement et pour leurs qualités pédagogiques à l’égard des étudiants.

8  Rappelons qu’en France la sociologie est rattachée à la philosophie et entre en concurrence avec l’histoire, les sciences politiques (A. Siegfried), la géographie (Vidal de la Blache) et la philosophie. À la mort de Durkheim, l’hostilité de la traditionnelle Sorbonne se fait plus forte et la sociologie s’éparpille entre plusieurs courants ; la revue L’année sociologique paraît de façon cahotante, François Simiand et Marcel Mauss, deux des principaux disciples de Durkheim n’entreront jamais à la Sorbonne par la grande porte et Maurice Halbwachs n’accède à une chaire d’enseignement qu’en 1935 ; les durkheimiens s’égaillent dans l’administration, la politique ou à l’étranger... Cf. V. Karady, « Durkheim, les sciences sociales et l’Université, bilan d’un semi-échec », Revue française de sociologie, XVII, n° 2, 1976. Résultat, on compte deux ou trois dizaines d’étudiants en sociologie en France contre plusieurs milliers d’élèves à la même époque aux États-Unis, dont une autre des caractéristiques est la forte présence de femmes, ce qui donne à la sociologie américaine une tonalité résolument féministe.

9  Max Weber et Maurice Halbwachs y séjourneront tous deux : Max Weber en 1904 et Maurice Halbwachs en 1930 (cf. M. Halbwachs, « Chicago, expérience ethnique », Annales HES, 1932, t. IV).

10  Il s’agissait d’y créer des équipements collectifs de qualité (établissements de soin, écoles, clubs, gymnases, crèches) en faisant pression sur la municipalité pour qu’elle assure la réfection et le développement de ces quartiers.

11  Cette école ne s’intéresse guère au travail industriel ou ouvrier, aux usines ou aux bureaux, qui surgissent de terre à l’époque, laissant ces thèmes à la psychosociologie ou à l’école des relations humaines d’E. Mayo qui s’organisent un peu plus tard dans les années trente et accompagnent le développement du taylorisme.

12  William Thomas arrive à l’université de Chicago en 1892 et y devient assistant en 1895 ; polyglotte et pluridisciplinaire (philosophie et littérature anglaise), il est issu des Appalaches et a connu le milieu des mineurs de fonds. Devant les campagnes de presse incessantes contre les « Polaks » accusés d’une délinquance plus forte que les autres immigrants, William Thomas part pour Varsovie et y apprend le polonais ; il y rencontre Florian Znaniecki, jeune noble intellectuel et désargenté qui s’occupe à Varsovie de l’administration des migrants, qui a été successivement élève de Bergson et de Halbwachs, ancien de la Légion étrangère et ancien journaliste à Marseille. Séduit par ce profil éclectique et peu commun, il convainc le jeune polonais de l’accompagner à Chicago. Quant à Robert Park, il a lui aussi un itinéraire original : après avoir suivi des études de philosophie et exercé le métier de journaliste, il reprend le chemin de l’Université en Allemagne, mais la lutte antiraciste et anticolonialiste en Amérique le détourne de ses études de philosophie et le ramène aux États-Unis aux côtés du Mouvement noir. Lui aussi est convaincu en 1913 par W. Thomas de venir enseigner à l’université de Chicago. Robert Park est par ailleurs le beau-père de R. Redfield fondateur de l’école anthropologique des études de communauté (Communauty studies) qui se développeront dans l’après-guerre. Rappelons que jusqu’en 1929, à l’université de Chicago, les départements de sociologie et d’anthropologie ne font qu’un.

13  L’apostrophe célèbre de Robert Park est reproduite dans J. Peneff, La méthode biographique, op. cit., p. 51 : « On vous a dit d’aller fouiller à la bibliothèque et d’accumuler une masse de notes à partir d’archives poussiéreuses. On vous a dit de choisir d’étudier n’importe quel problème pourvu que vous puissiez trouver à son sujet des rangées de documents moisissants préparés par des bureaucrates fatigués et remplis par des employés indifférents [...] Mais une chose de plus est indispensable : l’observation de première main. Allez et observez les salons des hôtels de luxe ou les asiles de nuit. Asseyez-vous sur les canapés des maisons résidentielles mais aussi sur les paillasses des taudis... En bref, jeunes gens, salissez vos pantalons en faisant de la vraie recherche », cité in L. Lofland « The Chicago legacy », Urban life, vol. 11, n° 4, 1983, p. 497.

14  N. Anderson, The Hobo. The sociology of homeless Man, 1923 ; traduit en français en 1993, Le Hobo, Sociologie du sans-abri, postface d’O. Schwartz.

15  L’étude des gangs en pleine période de prohibition retient l’attention des chercheurs, ils utilisent en les croisant les sources de police, la presse, les archives judiciaires et les statistiques : Landesco, Organized Crime in Chicago, 1929 ; F. Trasher, Le Gang : a Study of 1313 Gangs in Chicago, 1930.

16  L. Wirth, The Ghetto, 1928; H. Zorbaugh, The gold Coast and the Slum, 1929.

17  P. G Gressey, The Taxi Dance Hall, 1932; P. Young, The Pilgrims of Russian Town, 1932.

18  E. Frazier, The Negro Family in Chicago, 1932; Ch. Johnson, Shadow of the Plantation, 1934 (612 familles du Sud qui ont connu l’esclavage et ses séquelles). Ces références sont tirées de l’ouvrage de J. Peneff sur la méthode biographique.

19  vol. 1 et 2 en 1918 et vol. 3 à 5 en 1920, soit 2 300 pages, trad. française et rééd., Paris, Nathan, 1998. Sur cette somme, 300 pages sont consacrées à l’autobiographie d’un jeune polonais, Wladeck, qui a en quelque sorte valeur illustrative ou typologique pour l’ensemble de l’étude.

20  W. Thomas et F. Znaniecki : « Les documents biographiques, aussi complets que possible, constituent le type parfait de matériau sociologique ». Cf. aussi l’ouvrage de méthode de J. Dollard Criteria for the Life History, 1935.

21  700 lettres privées sont proposées dans le volume I.

22  W. Thomas, Methods and Techniques for the Study of Crime Causation and Présentation, Burgess Papers, Box 38, Folder 9, Regenstein Library, cité par Jean Peneff, La méthode biographique, op. cit., p. 64 et 68.

23  En termes de doctrine, il y a là résumée en quelques lignes l’inspiration qui devrait guider toute collecte d’archives orales à base de récits de vie : intérêt de cette méthode pour l’étude des perceptions et des conduites individuelles, nécessité de collecter des histoires de vie « en série », nécessité d’un traitement critique approprié pour corriger les défauts de la source, croisement et comparaisons des autobiographies entre elles, possibilité d’une objecti-vation de la réalité sociale à partir de témoignages subjectifs...

24  Cette autobiographie, publiée par C. Shaw en 1930 pour la première fois, connut 7 rééditions ; la dernière est accompagnée d’une préface d’H. Becker, traduite dans « Biographie et mosaïque scientifique », ARSS, n° 62-63, juin 1986, p. 105-110.

25  On notera que le recueil de l’histoire de vie passe à cette époque par la prise de notes manuelle et par la co-réécriture entre le sociologue et l’acteur-témoin.

26  P. Joutard Ces voix qui nous viennent du passé, Paris, Hachette, 1983, p. 79.

27  Cf. la collecte de récits autobiographiques par Paul Radin dans les années vingt auprès d’Indiens, cf. P. Radin, Crashing Thunder, an Autobiography of American Indian, 1926, traduit en français dans la coll. « Terre humaine », sous le titre Soleil Hopi, Plon, 1959.

28  P. Joutard op. cit., p. 78-79.

29  Michel Trebitsch, Les Cahiers de l’IHTP, n° 21, 1992, op. cit., p. 18.

30  Paris, 1963, Gallimard 1978.

31  Les enfants de Sanchez, coll. « Tel », Gallimard 1978, p. 14. Citation in P. Joutard op. cit., p. 80-81. Oscar Lewis a été l’élève de R. Redfield. On remarquera l’allusion à la nécessité d’une critique interne des témoignages, même si le mot n’est pas prononcé, et le principe selon lequel le croisement des témoignages permet la saisie d’une réalité objective.

32  S. Terkel, Working, Random House, New York, 1972; Hard Times: an Oral History of the Great Depression in America et Division Street: America, New York, Pantheon Book, 1970. Sur Terkel, on peut lire Louis Starr co-responsable du département d’histoire orale de Columbia, « Studs Terkel and Oral History », in Dialogue, IX, 4, 1976, p. 76-84 et Ronald Grele, Enveloppes of Sound. The Art of Oral History, Chicago, Precedent Publishing Inc., 1985. En français, on peut lire, S. Terkel, Chicago, carrefour de la solitude, Paris, Fayard 1968 et Gagner sa croûte, Paris, Fayard 1976.

33  L’ouvrage le plus connu en France est probablement Roots d’A. Haley (1973), traduit en français sous le titre de Racines.

34  M. Trebitsch, Les Cahiers de l’IHTP, op. cit., p. 19.

35  Oral History, Oral History at Columbia, American Craftspeople Project, Projects and Interviews, 1987-1992, Columbia University, 1992, 33 p., Historique du département de Columbia, pp. 1-8.

36  Cité par P. Joutard, op. cit., p. 74.

37  A. Nevins, The Gateway to History, 1938, cité par M. Trebitsch, op. cit., p. 17.

38  Louis M. Starr, « Oral History », in Encyclopedia of Library and Information Sciences, vol. 20, New York, M. Dekker, 1977, p. 440-463, cité par M. Trebitsch, Les Cahiers de l’IHTP, n° 21, op. cit., p. 17.

39  Cette transcription systématique est une des marques distinctives de l’histoire orale anglo-saxonne, mais elle n’est pas unanimement pratiquée en Europe. En France, l’absence de moyens financiers et des réticences d’ordre méthodologique expliquent le fait que ne soient pas réalisées des transcriptions systématiques, notamment dans les structures patrimoniales traditionnelles.

40  Cette pratique fera des émules en Angleterre dans les années quatre-vingt, notamment dans l’entreprise ICI où la direction des Ressources humaines réalise des entretiens lors du départ de ses retraités.

41  Dès la seconde guerre mondiale, l’armée envoie des historiens sur le terrain recueillir les témoignages d’officiers ou de simples soldats sur leurs expériences de combattants, d’après N. Hoyle, « Oral History », Library Trends, july 1972, p. 60-81. Cette pratique, inaugurée en 1943 dans le Pacifique, perdure et se développe au fil des conflits dans lesquels l’armée américaine se trouve engagée : guerre de Corée, guerre du Vietnam, jusqu’à la récente guerre du Golfe. Voir sur cette question, E. Everett, Oral History, techniques and procedures, Center of Military History, Washington DC, 1999.

42  P. Joutard « Historiens à vos micros ! », L’Histoire, n° 12, mai 1979, p. 107.

43  Oral History, Oral History at Columbia, American Craftspeople Project, Projects and Interviews, 1987-1992, Columbia University, 1992, 33 p., Historique du département d’histoire orale de Columbia, p. 1-8.

44  Dans son article de synthèse sur l’histoire orale américaine, Norman Hoyle explique que les psychologues, les anthropologues, les linguistes et les bibliothécaires ont essayé de défendre l’idée selon laquelle l’enregistrement était le document original ; ce seraient les historiens américains qui auraient imposé de fait la transcription en ne demandant jamais à consulter les cassettes, mais toujours les transcriptions (à Columpia, le rapport est de 1 demande de consultation de bande pour 1 000 demandes de consultations de transcriptions). Norman Hoyle confesse même que dans certains cas, une fois transcrits, par mesure d’économie, les enregistrements ont été effacés et que les bandes ont resservi à l’infini (N. Hoyle, op cit., p. 73). Il semblerait néanmoins que sur l’exemple de Columbia qui a changé de politique en 1964, les centres d’histoire orale aient résolu de conserver systématiquement leurs enregistrements. Quoi qu’il en soit, cette méthode de la transcription s’est exportée dans toute l’Europe jusqu’en Russie, où le programme d’histoire orale de la fondation Gorbatchev, mené en partenariat avec l’Institut de relations internationales de Moscou et l’université de Stanford auprès des responsables politiques, diplomatiques et militaires de l’époque Gorbatchev, comprend la transcription systématique des entretiens (M. Narinski, séminaire de l’École doctorale de Paris IV, 8 oct. 1999). Nous n’avons pas osé demander si le fait que chaque interview soit payée 500 dollars avait son origine dans les méthodes de l’histoire orale américaine ou dans les mœurs financières russes actuelles !

45  De ce fait, une heure d’interview revient à 40 heures de travail, selon le manuel d’histoire orale de C. Davis, K. Back, K. Mac Lean, Front Tape to Type, Chicago, American Library Association, 1977, p. 114. Cité par P. Joutard op. cit., p. 75.

46  Historique du département d’histoire orale de Columbia, op. cit., p. 1-8.

47  Cette revue a joué un rôle important en ouvrant ses colonnes aux débats théoriques, et en essayant d’aller au-delà de l’énumération et de la description d’expériences pratiques de collecte.

48  D’après Norman Hoyle, « Oral History », Library Trends, july 1972, p. 60-81.

49  Certains de ces programmes d’histoire orale sont réalisés au sein des grandes bibliothèques universitaires ou directement par la Bibliothèque présidentielle.

50  Ronald J. Grele, Envelopes of Sound, 1975 et réédition, Envelopes of Sound. The Art of Oral History, 1985; « The development, Cultural Particularities and State of Oral History in the United States », Bios, Zeistschrift für Biographieforschung und Oral History, 1990.

51  Michael Frisch, A Shared Authority, SUNY Press, Albany, 1990.

52  Eva MacMahan, Elite Oral History Intervewing, University of Alabama Press, Tusca-loosa, 1989.

53  En 1978, l’université de Columbia lance un grand programme sur les American Leaders en procédant par questionnaires directifs et par transcription systématique des enregistrements.

54  Oral History, Oral History at Columbia, American Craftspeople Project, Projects and Interviews, 1987-1992, Columbia University, 1992, p. 8-24.

55  Cette personnalité fut membre du Congrès et gouverneur de l’État du Connecticut mais surtout un ami proche de Kennedy, il fut secrétaire pour la Santé et la Protection sociale et sénateur jusqu’en 1980. Les entretiens ont été consacrés à la politique sanitaire et sociale dans le Connecticut et à l’administration Kennedy, complétés par des témoignages de son équipe. C’est un des plus gros fonds d’histoire « législative » fédérale sur les trois dernières décennies.

56  La collecte des récits autobiographiques de chercheurs ou de grands scientifiques n’était pas inconnue de Guy Thuillier, futur promoteur des archives orales en France, à qui, dès 1969 le doyen Roger, spécialiste d’histoire des sciences, avait parlé de ces enquêtes qui s’étendaient jusqu’en Europe.

57  Lowenstein fut une des figures politiques des plus importantes des années soixante et soixante-dix ; engagé dans le mouvement des droits civiques, dans le mouvement antiVietnam, dans le mouvement étudiant, dans le mouvement anti-apartheid pour la réforme des partis politiques, contre la guerre du Biafra, etc., il fut assassiné en 1980. 80 témoignages ont été réunis par des historiens spécialistes de cette période en vue d’écrire sa biographie.

58  A. Portelli, The Death of Luigi Trastulli and other Stories, Suny Press, 1991; S. Gluck et D. Patai, Women’s Words: The Feminists Practice of Oral History, New York, Routledge, 1991. Au sein de l’histoire orale des femmes, un premier courant s’intéresse en priorité au « vécu » existentiel des femmes : vie quotidienne, sphère domestique, travail, famille, vie sexuelle... Le deuxième courant est plus offensif et s’attache à la dénonciation de toutes les formes de domination subies par les femmes, y compris de l’idée selon laquelle il existerait un domaine propre à la féminité, il réfléchit également à la définition « linguistique » de la femme par les hommes.

59  Sur ce point, G. Noiriel, Qu’est-ce que l’histoire contemporaine ?, Paris, Hachette, 1998, p. 116-125 et Sur la « crise » de l’Histoire, Paris, Belin, 1996, p. 126-144.

60  À chaque groupe social, ethnique ou sexuel son histoire et à chaque groupe son historien, ce dernier faisant obligatoirement partie du groupe qu’il étudie. Seules des femmes peuvent interviewer des femmes, seuls des Noirs peuvent interroger des Noirs, seuls des juifs peuvent interviewer des déportés juifs, etc.

61  En 1973, le fonds d’histoire orale de Columbia, soit 350 000 pages de transcription, n’était accessible que par le biais d’un index alphabétique des noms de personnes.

62  A. Wieviorka, L’Ère du témoin, Plon, 1998, p. 127-160 et M. Kling et Y. Thanassekos (dir.), Ces visages qui nous parlent, actes de la Rencontre internationale sur le témoignage des survivants des camps de concentration nazis, fondation Auschwitz et fondation pour la Mémoire de la déportation, Bruxelles-Paris, 1995, p. 67-70.

63  Le fait même de ne pas reconnaître véritablement leur histoire dans ce film a incité les survivants à se mobiliser pour ressaisir leur propre histoire et à ne pas se laisser déposséder de leur propre mémoire.

64  Des antennes du projet existent dans les pays occidentaux où résident des survivants de l’Holocauste. En France, le correspondant des Fortunoff Video Archives for Holocaust Testimonies est l’association Témoignages pour mémoire : 130 interviews, soit environ 300 heures de témoignages filmés ont été réalisées par l’antenne française ; les enregistrements ont été déposés aux Archives nationales.

65 « Le sauvetage de l’individu dans la masse : l’intimité comme concept central de l’histoire orale », Nathan Beyrak, responsable de l’antenne israélienne des Archives Fortunoff. Cité par A. Wieviorka, op. cit., p. 176-180.

66  Après les tests de recrutement, les futurs intervieweurs suivent un stage de formation de trois jours en histoire, psychologie, et critique des témoignages.

67  A. Wieviorka, op. cit., p. 148.

68  Cf. Jean Meyer, Apocalypse et révolution au Mexique : les Cristéros, Paris, Gallimard/ Julliard 1974 et La Christiade : l’Église, l’État et le peuple dans la révolution mexicaine, Paris, Payot, 1974. L’auteur s’est appuyé à la fois sur une enquête par questionnaire écrit et sur une enquête orale auprès des survivants de la révolte des années vingt, mais aussi sur les travaux de l’École nationale d’anthropologie et d’histoire de Mexico (cf. sous la direction d’Eugenia Meyer, le programme « Archivo de la Palabra » qui se préoccupe de recueillir la mémoire des exclus et des opprimés). Il existe aussi une école d’histoire orale brésilienne importante, qui englobe une histoire orale vue d’en haut (les élites) et une histoire orale vue d’en bas. Sur l’histoire brésilienne, K. de Queiros Mattoso, Mémoires et identités au Brésil, L’Harmattan, 1996 et plus particulièrement sur l’histoire orale brésilienne, M. de Moreas Feirrera et J. Amado, Usos e abusos da historia oral, Rio de Janeiro, Éd. FGV, 1997. La présidente actuelle de l’Association internationale d’histoire orale est d’ailleurs brésilienne.

69  L’Institut du judaïsme contemporain de l’université hébraïque de Jérusalem lance son programme d’histoire orale sur l’émigration juive au xxe siècle, sur le sionisme, le génocide et la guerre des Six-Jours.

70  En 1974, est fondée à Vancouver l’association d’histoire orale canadienne ; l’université Laval prend la tête de l’histoire orale québécoise avec la sociologue Nicole Gagnon, qui rencontre alors les travaux plus anciens des dialectologues, des folkloristes du début du siècle comme Marcel Barbeau et ceux des linguistes. Cf. le manuel de J. Bruno, D. Millar, M. Juneau, L’histoire orale, Québec, 1978 et celui de N. Gagnon et J. Hamelin (dir.), L’histoire orale, Québec, Edisem, 1978. En 1981-1984 est lancé un grand concours national de récits de vie auprès des personnes âgées de plus de 70 ans, dont les résultats sont publiés en 1987 sous la direction de G. Lachance, Mémoires d’une époque, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture, Documents de recherche, n° 12, 1987 (1 500 heures d’enregistrement).

71  Sur ce sujet, voir J. Markiewcz-Lagneau, « L’autobiographie en Pologne, ou de l’usage social d’une technique sociologique », Revue française de sociologie, oct.-déc. 1976, p. 591-613 et E. P. Thompson, « The Humanistic Tradition and Life Histories in Poland », Oral History, vol. VII, n° 1, printemps 1979, p. 21-25.

72  Nous suivons ici l’exposé qu’en fait M. Trébitsch dans Les Cahiers de l’IHTP, n° 21 et celui encore plus complet de P. Joutard dans Ces voix qui nous viennent du passé, op. cit., p. 91-113. Ce dernier évoque l’école d’histoire orale Scandinave nourrie dès le xixe siècle des travaux des folkloristes et des dialectologues, ainsi que l’histoire orale irlandaise et écossaise.

73  R. Samuel, « L’histoire orale en Grande-Bretagne », Bulletin du Centre de recherche sur la civilisation industrielle, n° 0, nov. 1977, Écomusée de la communauté Le Creusot-Montceau-les-Mines ; P. Thompson, « L’histoire orale en Grande-Bretagne », Bulletin de l’IHTP, n° 2, déc. 1980, p. 9-13 ; P. Thompson, « The Development and Present State of Oral History », Bios, Zeistschrift fur Biographieforschung und Oral History, 1990.

74  R. Blythe, Mémoires d’un village anglais, trad. J. B. Hess, Plon, coll. « Terre humaine », 1972.

75  Les premiers musées industriels du fer et du charbon ou du textile sont créés à cette époque (Musée de plein air de Sheffield) et les grandes enquêtes autobiographiques ouvrières du xixe siècle sont rééditées ; des collections de chansons ouvrières et minières sont exhumées et réenregistrées.

76  R. Hoggart, La culture du pauvre : étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre, 1959, 1970 ; « L’histoire orale en Grande-Bretagne », Bulletin du Centre de recherche sur la civilisation industrielle, n° 0, nov. 1977, Écomusée de la communauté Le Creusot-Montceau-les-Mines.

77  E. P. Thompson, La formation de la classe ouvrière anglaise, 1963, Éd. du Seuil, 1988 ; The Voice of the Past : Oral History, 1978 et « Des récits de vie à l’analyse du changement social », Cahiers internationaux de sociologie, 69, p. 249-268, 1980 ; Edwardean Childhoods, London, 1981.

78  E. P. Thompson, La formation de la classe ouvrière anglaise, Gallimard/Éd. du Seuil, 1988, p. 13-14.

79  R. Samuel, Village Life and Labour, 1975.

80  M. T. Frank, « Pour une histoire de l’Éducation en France depuis 1945 », Histoire de l’Éducation, INRP, n° 53, juin 1992, p. 22-23. Voir sa bibliographie très complète sur l’Éducation, les enfants et l’histoire orale, en Grande-Bretagne et dans le reste du monde. Les enfants constituent une des figures des « oubliés » des archives écrites et de l’histoire ; à ce titre, ils sont la cible de très nombreux programmes d’histoire orale : éducation familiale, premiers « dressages », scolarité, transmission des savoirs scolaires et sociaux, entrée dans le monde du travail, immigration, sociabilité, loisirs, imaginaire, etc.

81  Traduit en français sous le titre suivant : R. Blythe, Mémoire d’un village anglais, coll. « Terre humaine », Plon, 1972.

82  David Lance, An Archive Approach to Oral History, London, Imperial War Museum, in collaboration with the Association internationale d’archives sonores, 1985.

83  Plusieurs centaines d’heures sont collectées par la Phonothèque de l’université de Swansea, cité par P. Joutard op. cit., p. 100.

84  Les Manchester Studies s’intéressent à la minorité juive de Manchester.

85  Le premier numéro à thème, en 1975, de la revue Oral History est consacré à la famille et à la jeunesse.

86  M. Chamberlain, Paysannes des marais, Éd. des Femmes, Paris, 1976.

87  A. Seldon et J. Pappworth, By Word of Mouth: « Elite » Oral History, Londres, New York, 1983.

88  On peut retenir les noms de H. A. L. Cockerell, de O. Westall, de Pettigrew ou de Y. Cassis par exemple pour cette Company History, notamment pour l’histoire des groupes d’assurances et des banques. Bibliographie in A. Beltran et M. Ruffat (dir.), Culture d’entreprise et histoire, 1991, par O. Westall, p. 94-95.

89  C’est ainsi que Christopher Cook, journaliste à la BBC, qui s’est fait connaître par les interviews qu’il a réalisées dans les milieux politiques britanniques, conservateurs ou travaillistes, à l’occasion d’une série d’émissions concernant la politique dans les années soixante-dix, se tourne dans les années quatre-vingt vers les milieux d’affaires et collabore avec des historiens de la Business History (G. Jones, King, Pressnel) à divers ouvrages d’histoire bancaire. C’est lui, entre autres, qui initie à l’histoire orale en 1990 et en 1991 Pierre de Longuemar, futur responsable des Archives historiques de Paribas à Paris et futur archiviste-oral convaincu. Influencé dès le départ par la pratique anglo-saxonne de l’histoire orale, ce dernier adopte, pour le compte rendu d’entretien, la méthode du résumé ou de « l’interprétation organisée », à savoir une transcription remaniée par l’intervieweur, revue et corrigée par le témoin. Il est vrai que les entretiens réalisés par Pierre de Longuemar l’ont été pour la rédaction d’un ouvrage historique et que les informations collectées avaient besoin d’être exploitables immédiatement. Cf. P. de Longuemar, « La constitution de sources orales au sein d’un service d’archives historiques : l’expérience de Paribas », Entreprises et histoire, n° 20, 1998, p. 133-142.

90  En Espagne, l’histoire orale qui se développe à partir des années quatre-vingt est centrée elle aussi sur la mémoire du franquisme et de la guerre civile espagnole. Touchée par la « movida », elle s’oriente ensuite vers l’étude du « fait libertaire » et des changements profonds qui affectent la société espagnole à partir de la mort de Franco. M. Vilanova, C. Borderias, « L’histoire orale et ses enseignements, un exemple en Catalogne », in Bulletin de l’IHTP, n° 11, mars 1983, p. 22-34. M. Vilanova, D. Willems, « La langue et le pouvoir en Catalogne pendant les années trente », actes du Ve Colloque international de Barcelone, mars 1985, p. 495-504 et « L’histoire du temps présent en Espagne », in R. Frank (dir.), Écrire l’histoire du temps présent, CNRS, 1993, p. 89-93 ; C. Bordarias, « L’histoire orale en Espagne », Bios, Zeistschrift fur Biographieforschung und Oral History, 1990, p. 49-56.

91  Cf. L’intervista, strumento di documentazione, Giornalismo, antropologia, storia orale. Atti del Convegno, Roma, 5-7 mars 1986, Rome, 1987, ministero per i Beni culturali et ambientali, Quaderni della rassegna degli Archivi di Stato ; P. Canicci et G. Conti (dir.), Rassegna degli Archivi di Stato, le fonti orali, xxlviiie année, n° 1-2, Rome, janv.-août, 1988.

92  N. Revelli, Le monde des vaincus, Maspéro, Paris, 1980. L’auteur a recueilli plus de 500 témoignages de paysans et de paysannes piémontais, sur leur vie pendant la guerre et « en temps de paix », parfois, sur plusieurs générations.

93  M. Trebitsch, « Du mythe à l’historiographie », Les Cahiers de l’IHTP, n° 21, 1992, p. 22. Sur l’histoire orale italienne et ses thèmes de prédilection, L. Passerini, « Travaux récents d’histoire orale en Italie », Bulletin de l’IHTP, n° 2, déc. 1980, p. 14-21 ; G. Contini, « Towards a Story of Oral History in Italy », Bios, Zeistschrift fur Biographieforschung und Oral History, 1990 ; N. Revelli, Il mondo dei Vinti, Turin, Einaudi, 1977, trad. Maspéro, 1980 ; В. Bernardini, С. Poni, A. Triulzi, Fonti orali-Oral Sources-Sources orales, Milano, Franco Angeli, 1978.

94  F. Ferraroti, Histoire et histoires de vie : la méthode biographique dans les sciences sociales, 1983, trad., Paris, Klincksieck, 1983.

95  A l’occasion de cette étude, 150 récits de vie ont été recueillis auprès d’anciens ouvriers de la période fasciste par Luisa Passerini et son équipe. Cf. L. Passerini, Torino Operaia e Fascismo, Bari, Laterza, 1984. Luisa Passerini analyse les rapports entre mémoire, identité sociale et engagement politique, mettant en lumière les processus de dénégation et de contradiction qui peuvent s’infiltrer entre l’identité symbolique et la réalité sociale vécue.

96  Par rapport à la vieille génération des ouvriers fascistes, Luisa Passerini souligne la pauvreté de la capacité narrative et l’atrophie de l’oralité dans la génération des gauchistes de 1968. Elle y voit notamment la conséquence du basculement dans une culture de l’écrit et du passage par l’Université. Néanmoins, les capacités de l’oralité resteraient inentamées dans le domaine de la famille ou de la vie privée, de la maison et de la sociabilité, de l’identité et des permanences mentales...

97  L. Passerini, « Mémoires et histoires de 1968 », Le Mouvement social, n° 143, avril-juin, 1988 ; exposé de L. Passerini à notre séminaire, le 22 mai 1990 et « Stratification et trous de la mémoire » et « Identité féminine et violence politique », Bulletin de l’IHTP, n° 57, sept. 1994, p. 33-34.

98  C. Poni et C. Ginzburg ; « La micro-histoire », Le Débat, n° 17, 1981 ; J. Revel, (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, HESS/Gallimard/Éd. du Seuil, 1996.

99  G. Levi, Le Pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du xviie siècle, trad., Gallimard 1989, préface de J. Revel ; C. Ginzburg, Le fromage et les vers, l’univers d’un meunier du xvie siècle, Turin, 1976, Aubier/Flammarion, 1980. En France, A. Corbin, Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot, sur les traces d’un inconnu, 1798-1876, Flammarion, 1998.

100  M. Gribaudi, Itinéraires ouvriers. Espaces et groupes sociaux à Turin au début du xxe siècle, Éd. de l’EHESS, 1987. Il a étudié très finement les trajectoires individuelles des paysans devenus ouvriers chez Fiat dans la banlieue de Turin au début du xxe siècle.

101  C. Poni et C. Ginzburg, « La micro-histoire », Le Débat, n° 17, 1981.

102  En France, un des historiens qui établit des passerelles entre micro-histoire et histoire orale est Ariette Farge, historienne de la société sous l’Ancien Régime et de ses populations marginales ou dominées ; le fait qu’elle étudie ces groupes sociaux essentiellement à partir des archives judiciaires et policières, archives fondées principalement sur l’interrogatoire et donc sur la parole et le témoignage, rapproche ses travaux de certains travaux d’histoire orale ; personnellement, nous avons trouvé dans ses écrits « méthodologiques » des réflexions très précieuses sur les témoignages et les « paroles » des témoins. Cf. A. Farge, Le goût de l’archive, Paris, Éd. du Seuil, 1989, 1997 et Des lieux pour l’histoire, Paris, Ed. du Seuil, 1997, p. 67-81. « L’archive judiciaire est devenue pour moi un moyen de saisir des bribes de paroles, des fragments de mots, de comportements, toute sorte de micro-événement dont j’ai décidé de faire des objets d’histoire. A partir de ce moment, j’ai essayé de travailler au plus près des sources, sur ces paroles singulières, sur ces récits extravagants, dérisoires ou très souvent très ordinaires dont finalement la grande histoire parle si peu. », A. Farge, entretien avec Sciences Humaines, hors série, n° 18, sept-oct. 1997. Dans les Lieux pour l’histoire, elle établit la connexion entre la souffrance humaine et sociale qu’elle décèle et étudie dans les archives de la police et de la justice sous l’Ancien Régime et celle qui s’exprime dans l’histoire orale du temps présent, notamment celle des anciens déportés.

103  M. Trebitsch, « Du mythe à l’historiographie », Les Cahiers de l’IHTP, n° 21, 1992, p. 22. Bibliographie sur l’histoire orale allemande : L. Niethammer et W. Trapp, Lebensfahrung und kollektives Gedächtnis. Die Praxis des Oral History, Frankfort, Suht Kamp, 1980, Syndikat, 1985 ; G. Paul et B. Schossig, Die andere Geschichte : Geschichte von unten, Spurensicherung, Ökologische Geschichte, Geschichtwerkstätten, Cologne, 1986.

104  Cf. l’intervention d’É. François, Les Cahiers de l’IHTP n° 4, juin 1987, « Questions à l’histoire orale », p. 33-43.

105  Sur le programme d’histoire orale de la Bavière nazie, on peut lire M. Broszat, Bayern in des NS-Zeit. Studien und Dokumentationen, Munich, 1977-1984.

106  Sur la rencontre d’Essen consacrée à l’histoire orale, on peut lire le compte rendu de J.-P. Rioux dans le Bulletin de l’IHTP n° 8, mars 1982. Sur le programme LUSIR, L. Niethammer et A. von Plato (dir.), Lebengeschichte und Sozialkultur im Ruhrgebiet 1930 bis 1960, Bonn, 1983-1985.

107  Sur cette expérience d’histoire orale, M. Mitterauer, « Aber arm wollte ich nicht sein », in H. Ch. Ehalt, Geschichte von unten. Fragestellungen, Methoden und Projekte einer Geschichte des Alltags, Vienne, 1984, p. 14-162. Pour un exemple d’autobiographie tirée de cette enquête, M. Gremel, Mit neun Jahren im Dienst. Mein Leben in Stübl und am Bauernhof 1900-1930, Vienne, 1983.

108  Sur l’« Alltagsgeschichte » ou « l’Anthropologie historique interprétative », on peut lire G. Noiriel, Sur la « crise » de l’histoire, op. cit. p. 148-150 et Qu’est-ce que l’histoire contemporaine ?, Hachette, 1998, p. 113-116. Pour en savoir plus, A. Lüdtke, L’histoire du quotidien, 1989, Éd. de la MSH, 1994.

109  Sur les ateliers d’histoire, voir M. Pollak, « La fête d’une autre histoire à Berlin », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 4, 1984, p. 146-148.

110  Sur ce sujet, on peut lire Ch. Browning, Ordinary Men, Reserve Police Bataillon and The final Solution in Poland, New York, Harper Collins, 1992, et, plus controversé, l’ouvrage de D. J. Goldhagen, Les bourreaux volontaires de Hitler. Les Allemands ordinaires et l’Holocauste, Paris, Éd. du Seuil, 1997.

111  Cf. É. François, « L’Allemagne fédérale se penche sur son passé », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 7, 1985, p. 151-163 ; G. Kiersch, Les héritiers de Goethe et d’Auschwitz, Paris, Flammarion, 1986 ; sous la direction de B. Brigouleix et J. Rovan, Que devient l’Allemagne ?, Anthropos, 1986 ; F. Guérard « Le débat sur l’identité allemande », Problèmes politiques et sociaux, n° 578, fév. 1988, La Documentation française ; É. François, « La question allemande, hier et aujourd’hui » et H. Kaelbe, « La Zeitgeschichte : l’histoire allemande et l’histoire internationale du temps présent », in R. Frank (dir.), Écrire l’histoire du temps présent, CNRS, 1993 ; Peter Reichel, L’Allemagne et sa mémoire, Paris, Odile Jacob, 1998 ; Edouard Husson, Comprendre Hitler et la Shoah. Les historiens de la République fédérale allemande depuis 1949, Paris, PUF, 2000.

112  E. Nolte, Les mouvements fascistes : l’Europe de 1919 à 1945, 1969, Calmann-Lévy, rééd. Hachette « Pluriel », 1992 ; « L’identité affirmative des Allemands », entretien avec H. Wismann, Projet, n° 248, déc. 1996, p. 55-60 ; La guerre civile européenne 1917-1945. National-socialisme et bolchevisme, trad. J.-M. Argelès, Éd. des Syrtes, 2000. L’école dite « révisionniste » allemande ne doit pas être confondue avec le négationnisme de Faurrisson et de ses disciples, qui se développe principalement en France ; cf. P. Vidal-Naquet, Les assassins de la mémoire. Un Eichmann de papier et autres essais sur le révisionnisme, La Découverte, 1991 et Éd. du Seuil 1995.

113  On observe le même mouvement en France avec les « affaires » Touvier, Bousquet, et surtout avec le procès Papon, au cours duquel il est fait appel, non seulement à des anciens acteurs et des témoins, mais aussi à des historiens spécialistes de la période. Sur ce sujet, on peut lire H. Rousso et E. Conan, Vichy, un passé qui ne passe pas, Paris, 1994 et 1996 ; H. Rousso, La hantise du passé, Paris, Textuel, 1997 ; J.-N. Jeanneney, Le passé dans le prétoire : l’historien, le juge et le journaliste, Paris, Éd. du Seuil, 1998 ; Y. Thomas, « La vérité, le temps, le juge et l’historien », Le Débat, n° 102, nov.-déc. 1998 ; D. Bensaïd, Qui est le juge ? Pour en finir avec le tribunal de l’Histoire, Paris, Fayard 1999.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable