Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’information économique, XVIe-XIXe siècle

 | 
Dominique Margairaz
, 
Philippe Minard

État et information économique

Statistique et « avis divers » : l’État, les chambres de commerce et l’information des commerçants (vers 1800-vers 1845)

Claire Lemercier

Texte intégral

  • 2 En particulier grâce à Jean-Pierre Hirsch, Les deux rêves du commerce. Entreprise et institution da (...)
  • 3 Que l’on parle de « patrons », d’« entrepreneurs », d’« hommes d’affaires », de « négociants », de (...)

1Ainsi le comte de Saint-Cricq, en 1828, défendait-il le budget d’un ministère du Commerce récemment recréé, en opposant à des pratiques de l’Ancien Régime, alors décrites comme inquisitoriales, un nouveau rôle d’orientation de l’économie pour lequel l’information serait un outil central. Les historiens du XXIe siècle ont une vision plus nuancée de cette chronologie des politiques économiques2 ; il n’en est pas moins utile de s’interroger sur les inflexions que connaît la première moitié du XIXe siècle. Pendant cette période, les traditions savante et administrative de la statistique (au sens habituel de grands tableaux généraux, chiffrés ou non) paraissent plutôt marquées, comme l’ont souligné les autres auteurs du présent ouvrage, par des ruptures de transmission, des oublis, des découragements et quelques redécouvertes, qui donnent à l’historien une impression de richesse et de variété moindres qu’au siècle précédent. Cependant, un autre type d’« information économique » est alors l’objet d’expériences et de mutations : celle qui est mise à la disposition des commerçants3 avec pour objectif de leur être directement utile, en particulier pour trouver de nouveaux débouchés. C’est un pan de ces relations entre État et acteurs économiques, avec pour enjeu ce qu’on peut appeler information économique et pour truchement les Chambres de commerce (rétablies à partir de 1802), qui sera évoqué ici.

2« L’État » n’est évidemment pas une entité uniforme : ce sont ici ses bureaux centraux chargés du commerce, au sein du ministère de l’Intérieur ou du Commerce (souvent couplé à l’Agriculture ou aux Travaux publics), qui seront pour l’essentiel évoqués. Or, la politique économique apparaît nécessairement interministérielle : ce n’est pas le moindre des problèmes auxquels sont confrontés les acteurs. Si certains revendiquent alors un rôle d’orientation et d’information pour les bureaux du Commerce, cette fonction semble aussi être choisie par défaut, faute de contrôle direct sur les douanes, par exemple.

  • 4 Comme le souligne A. Stanziani, « l’information économique » peut fort bien n’avoir pas pour but di (...)

3Ce rôle n’est qu’exceptionnellement décrit, à l’époque, comme une aide directe du ministère au succès d’entreprises particulières : le vocabulaire de l’intérêt individuel est alors loin d’être devenu politiquement légitime et, plus encore qu’aujourd’hui, c’est toujours un collectif, le Commerce national, qu’il s’agit officiellement d’encourager. L’objectif est l’ouverture de débouchés pour le commerce français, la lutte contre ses concurrents (anglais surtout), parfois le maintien de sa réputation ou encore celui de la confiance sur les marchés intérieurs4.

  • 5 Joseph Garnier, « Statistique », in Charles Coquelin et Gilbert-Urbain Guillaumin (dir.), Dictionna (...)

4La position des économistes, y compris ceux qui promeuvent alors une statistique non étatique, n’est guère différente : ils discutent peu des usages possibles de ses résultats, n’y voyant le plus souvent qu’un intérêt scientifique ou un moyen de mieux orienter la décision étatique. Si Joseph Garnier envisage que la statistique puisse aider à « la direction et l’administration des intérêts privés », c’est au détour d’une phrase qui vise surtout à étendre l’enseignement de l’économie politique5.

  • 6 Claire Lemercier, Un si discret pouvoir. Aux origines de la Chambre de commerce de Paris, 1803-1853(...)

5L’idée d’informer les commerçants reste donc un peu abstraite et les efforts de diffusion limités : on en sait finalement peu sur les destinataires réels de cette information. Il est vrai que les bureaux ministériels disposent, avec les Chambres de commerce, d’une institution intermédiaire à laquelle ils peuvent déléguer sa transmission. La position de ces Chambres est ambiguë. En théorie, depuis Chaptal, elles sont de véritables outils de l’administration, qui doivent la faire bénéficier de leurs « lumières » sur la situation économique ou sur des faits précis et lui transmettre des synthèses des plaintes et vœux des commerçants6. Sont venus s’y ajouter un rôle dans le circuit « descendant » de l’information, mais aussi une fonction plus spontanée de représentation, voire de lobbying et une véritable activité locale de service aux commerçants. En 1806, une circulaire leur interdisant toute publication spontanée affirmait :

  • 7 Circulaire du ministère de l’Intérieur aux Chambres de commerce, 31 mars 1806. Recueil des lois, dé (...)

« Les travaux des Chambres appartiennent à l’Administration : ils ont atteint leur but quand ils lui ont été soumis pour être appréciés par elle. C’est à l’autorité supérieure à juger des inconvénients et des avantages de leur publicité. »7

6Comme outil de diffusion ou de rétention de l’information, les Chambres s’avérèrent, dans la pratique, moins plastiques que cette circulaire ne l’espérait : bravant parfois l’interdiction de publier, elles rechignaient à d’autres moments à informer les commerçants, voire l’administration. Il arrivait aussi qu’elles n’en aient tout simplement pas les moyens.

7Dès lors, les Chambres occupent, selon les moments et les configurations locales de pouvoirs (et selon les choix de leurs membres), des places variées dans les circuits de l’information économique : elles informent le pouvoir central (ou les préfets), spontanément, en réponse à une question très ouverte ou à un véritable questionnaire à ambition statistique ; elles transmettent aux négociants, avec ou sans modifications, des nouvelles émanant des autorités ; ou encore elles recherchent – dans les journaux, auprès d’informateurs individuels ou d’autres institutions – des données utiles à l’élaboration de leurs propres rapports.

8Ces différents rôles d’intermédiaires plus ou moins efficacement tenus par les Chambres nous permettent en tout cas de retrouver des traces des circuits de l’information économique. Leurs archives commencent juste à être exploitées et ne l’ont guère été, à ma connaissance, dans cette optique. De ce fait, cette première exploration ne pourra pas rendre justice à la variété des situations provinciales, pas plus qu’elle ne fournira une chronologie très fine. Cependant, face à la rareté des traces laissées par les circuits et surtout par les usages de l’information économique, et à la rareté plus grande encore des études en la matière pour le XIXe siècle, il est utile d’ouvrir quelques pistes et de montrer que l’on peut parfois savoir qui reçoit une information, au bout de combien de temps, sous quelle forme et après quelles opérations éditoriales.

  • 8 Voir A. Stanziani, « Information… », op. cit., en particulier sur l’homogénéité trompeuse de la not (...)

9Au sein de « l’information économique », catégorie évidemment large et difficile à définir8, et plus particulièrement de celle qui passe ainsi par les Chambres de commerce, deux aspects seront ici privilégiés : d’une part le genre que constituent les « situations de l’industrie », que l’on pourrait placer dans la lignée des statistiques impériales ; d’autre part des éléments d’information a priori plus hétérogènes, des « nouvelles » ou « dépêches » : éléments sur la conjoncture, descriptions de nouveaux marchés, de nouvelles réglementations…

  • 9 Sur les sociétés anonymes, voir C. Lemercier, Un si discret…, op. cit., chap. 8 ; sur les brevets, (...)

10Je n’évoquerai pas ici un autre type d’information plus juridique, qui passe par des circuits différents (greffe du Tribunal de commerce, journaux, affiches…) : ouvertures de faillites, actes de société puis résultats des sociétés anonymes, dépôts de marques ou de brevets, annonces de marchés publics…9 Ces éléments sont pourtant sans doute bien plus présents, et cruciaux, dans l’information quotidienne du commerçant moyen, et non plus seulement du grand négociant a priori seul intéressé par les données les plus « macro » et les marchés les plus lointains. L’efficacité de la mise à disposition de ce type d’informations par la puissance publique est d’ailleurs amplement débattue, il est vrai surtout à la fin du XIXe siècle, alors que se développent des agences privées ou syndicales sur ce « marché ». Je n’évoquerai pas non plus l’information plus technique transmise par exemple par les expositions (qui fournissent aussi des indications de prix et de débouchés).

  • 10 Voir Jean-Claude Perrot, « Les dictionnaires de commerce au XVIIIe siècle », Revue d’histoire moder (...)
  • 11 L’enquête « Ars mercatoria » dirigée par Pierre Jeannin, puis Jacques Bottin et Jochen Hoock aborde (...)

11Il faut cependant souligner que les évolutions en matière de diffusion touchent inégalement tous ces domaines, et garder à l’esprit le fait que l’information jugée la plus pertinente et utile par un employé de ministère ne l’est pas forcément par un membre de Chambre de commerce ou, finalement, par un commerçant. L’« information » au sens strict, si l’on veut, qui décrirait une actualité, une situation du moment, une nouvelle ne peut de toute façon être valorisée que dans le cadre d’une « formation » commerçante qui, encore au XIXe siècle, se fait plutôt « sur le tas », mais qui s’appuie aussi sur de nombreux manuels et dictionnaires. Les connaissances qu’ils fournissent sur le droit, les lieux, les produits10 permet seule d’interpréter ce qu’indiquent les correspondants de chaque maison aussi bien que les publications de l’État ou des Chambres de commerce. Alors que les sources conservées sont nombreuses, on en sait encore trop peu sur les évolutions que connaît cet « outillage mental » des négociants au XIXe siècle11 – et encore moins sur celui des employés des bureaux ministériels qui tentent de leur demander ou de leur fournir de l’information. Si des malentendus ou des oppositions naissent souvent de cette confrontation de cultures, cela n’exclut pas la négociation, l’adaptation mutuelle. Les membres des Chambres de commerce, ces négociants souvent très investis dans des « fonctions gratuites » à la frontière du public et du privé, devenus parfois des quasi-professionnels de l’écriture de rapports et du lobbying, jouent un rôle important dans ce dialogue qui n’empêche pas forcément la transmission effective d’informations utiles.

« Situations de l’industrie » : des usages d’une non-statistique

  • 12 Avec en particulier de nombreuses analyses sur le rôle de Neufchâteau, de Chaptal, du préfet de la (...)

12La généalogie – ou les généalogies, avec leurs interruptions – des statistiques économiques produites par l’administration a été bien étudiée depuis plusieurs décennies12. Toutefois, il apparaît toujours difficile pour les historiens d’envisager ce type de sources autrement que par une comparaison avec les productions ultérieures de la Statistique générale de la France (voire de l’INSEE), qui ont finalement fixé la définition de la « statistique ». Comment ne pas pointer, à la lecture de ces textes plus anciens, la présence ou l’absence de chiffres, de tableaux, l’existence ou non d’un questionnaire fermé, la personnalité de ceux qui l’ont rempli ou qui ont codé les réponses ? Cette démarche n’est pas forcément anachronique en elle-même, mais elle peut conduire à mésestimer l’intérêt d’objets plus hybrides, de textes qui peuvent être vus comme des échecs de la statistique, y compris par rapport aux attentes de l’époque, mais qui remplissent finalement d’autres fonctions. Il en va ainsi pour nombre des « situations de l’industrie » qui ont été demandées, très régulièrement, à des Chambres de commerce entre leur (re) création et celle de la SGF.

Questions et non-réponses : Paris, 1803-1847

  • 13 Charles Dupin, Rapport sur les sociétés d’exportation, novembre 1843, Archives nationales (AN), F12(...)

13Après la multiplication de projets ambitieux sous l’Empire et les déceptions qui les ont accompagnés, le constat paraît acquis : « La statistique de la production générale, son état vrai et positif, n’existe nulle part »13. Dans certains domaines, la situation apparaît même moins favorable que sous l’Ancien régime, en l’absence d’inspection des manufactures ou de rôle administratif des Chambres de commerce (qui permettait à certaines d’élaborer des statistiques portuaires). Pourtant, de façon épisodique, un bureau ou l’autre relance l’idée d’une statistique générale édifiée à partir des contributions de toutes les Chambres et requiert leur réponse à un questionnaire, chaque semaine, chaque mois, chaque trimestre ou chaque année. Celle de Paris commente ainsi ce tropisme statistique :

  • 14 ACCIP, Procès-verbal du 4 novembre 1840.

« La Chambre croit aussi que la demande qui lui est faite dans ce moment n’a pas d’intention bien pressante ni bien sérieuse, et qu’elle n’a été amenée que par une sorte d’habitude administrative. »14

14Cela dit, la mission n’est pas forcément aussi impossible que pour les projets statistiques les plus ambitieux de l’époque impériale. En effet, il s’agit en général moins de tenter un inventaire des forces productives que d’obtenir des informations conjoncturelles : dans les questions et plus encore dans les réponses, c’est surtout de hausse ou de baisse qu’il s’agit, concernant activité, prix, salaires, chômage ou encore « crédit ».

15Ces questionnaires, qui ne s’appuient pas sur une nomenclature générale des branches, reçoivent des réponses censées porter sur l’ensemble d’une place, ou bien qui détaillent certains des secteurs les plus importants. Les revendications y tiennent souvent une place aussi légitime que les chiffres. Sur ce point, un tournant est manifeste à la fin des années 1830 : c’est le temps des « enquêtes » (plutôt que des « statistiques », mais la frontière est mince dans la pratique), qui se réfèrent explicitement au modèle anglais. Elles prennent des formes très diverses (enquêtes parlementaires – encore rares –, ministérielles, ou bien enquêtes de philanthropes comme Villermé), mais visent toujours à faire parler des témoins et intéressés et à faire connaître non seulement des « faits », mais aussi des arguments, non seulement aux décideurs politiques, mais au public.

  • 15 Voir en particulier, outre les sources précitées, les Annuaires d’économie politique et de statisti (...)
  • 16 Ministère du Commerce, Enquête relative à diverses prohibitions établies à l’entrée des produits ét (...)

16En matière d’information économique, l’impact de l’enquête dite « de Duchâtel » de 1834-1835 ne doit pas être négligé. Le modèle nouveau qu’elle propose influence sans doute plus les bureaux chargés du commerce, dans les années qui suivent, que celui de la statistique départementale impériale. Il frappe aussi les économistes, qui réclament plus d’initiatives parlementaires (plutôt que gouvernementales) et de publications (mais aussi plus d’interrogations d’économistes lors des enquêtes)15. L’enquête de Duchâtel est publiée en trois gros volumes qui reprennent en détail questions et réponses (et non pas seulement une synthèse) et incluent les chiffres donnés par les personnes interrogées aussi bien que leurs arguments les plus politiques. On les trouve « chez Renard, à la Librairie du Commerce, rue Sainte-Anne nº 71, où le ministre du Commerce a fait déposer un certain nombre d’exemplaires pour être livrés au public »16. Dès lors, dans la mesure où les informations requises pour la décision politique peuvent aussi tomber sous les yeux du « public » – et des concurrents, français ou étrangers –, les questions que se posent les commerçants, et parmi eux les membres des Chambres de commerce, au moment de fournir ces informations se trouvent nettement modifiées.

17C’est ce qu’indique en tout cas l’exploration dans la durée des archives de la Chambre de Paris – certes a priori non représentative. Alors même que ses membres du premier XIXe siècle (de Pierre Samuel Dupont de Nemours à Horace Say) sont souvent très liés au monde des économistes et qu’il lui arrive de faire traduire des enquêtes parlementaires anglaises, elle ne s’empresse pas pour autant de répondre aux sollicitations en matière de statistiques du gouvernement ou du préfet de la Seine. La limite classique que constitue le secret des affaires est loin d’être la seule qu’elle invoque. Les problèmes pratiques sont réels : taille de la ville, diversité des activités, absence de budget et de personnel pour la Chambre, nombreuses autres occupations de ses membres, voire méconnaissance de l’industrie parisienne par les grands banquiers qui y siègent en majorité. Ils s’ajoutent à des positions de principe, sur l’exactitude, l’utilité ou les dangers des statistiques, pour motiver diversement les refus, ou bien les limites que pose la Chambre, dans des lettres d’accompagnement, à l’interprétation des rapports qu’elle envoie tout de même. Ces problèmes ne semblent pas être spécifiques à la capitale, comme l’admet Saint-Cricq à propos de son enquête sur les soies du début des années 1820 :

  • 17 Discours du comte de Saint-Cricq à la Chambre des députés, 16 juillet 1828.

« Plusieurs [Chambres] répondirent, beaucoup s’en abstinrent : quelques-unes firent connaître que la tâche était au-dessus de leurs forces. Les premières fournirent des renseignements précieux, mais en déclarant elles-mêmes qu’ils étaient fort incomplets. Plusieurs, en faisant un aveu pareil, ne dissimulèrent pas qu’un tel travail ne saurait être le fruit d’une coopération commune, et que nul de leurs membres n’était assez maître de son temps pour s’y dévouer tout entier. »17

  • 18 Éric Brian, La mesure de l’État. Administrateurs et géomètres au XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel (...)
  • 19 Pour plus de détails sur le contenu des rapports (et sur la statistique de 1848), voir Claire Lemer (...)

18Mais il est possible que la Chambre de Paris, globalement très marquée par les choix effectués par ses tout premiers membres, ait été particulièrement frappée par l’échec de l’enquête de 1805. Après avoir tenté de répartir entre les membres le travail de réponse à des questions précises – et à échéance mensuelle – qui visaient à fournir un « état statistique », le secrétaire Dupont de Nemours avait alors jeté l’éponge, affirmant qu’un aveu d’ignorance valait mieux que des chiffres inexacts et en profitant pour demander, a minima, une publication plus fiable du cours des effets publics. Le brouillon de sa réponse était plus radical encore : il y affirmait que les seules réponses possibles se trouvaient dans les journaux, les rapports de police ou les sources fiscales et que les bureaux feraient bien mieux de recourir à l’induction – rappelant les anciennes querelles sur la balance du commerce18. A contrario, l’excellent accueil donné en 1810 à un rapport spontané de la Chambre sur les cotons qui était essentiellement politique et prescriptif (citant peu de chiffres et sans donner leurs sources)19 n’a pu qu’encourager l’institution, par la suite, à fournir des prises de position plutôt que des statistiques.

  • 20 ACCIP, 1 Mi 8, Lettre au préfet de la Seine du 5 juin 1833.

19Dans ce cadre, à partir des années 1820, la Chambre se propose tout de même de « créer pour chaque branche et de concert avec elle un système particulier d’information »20 : l’interrogation systématique d’une ou deux personnes par « branche » permet l’envoi de rapports réguliers, un peu plus fournis en chiffres, mais qui sont surtout l’occasion de négocier l’expression de diverses revendications. La Chambre, qui choisit ses informateurs, filtre en outre leurs avis (dans le sens d’un laissez-faire qui domine encore parmi ses membres). Plus fondamentalement, elle choisit les secteurs à évoquer : ses rapports donnent l’image d’une économie locale centrée sur l’« article de Paris », négligeant la production et le commerce alimentaires ou de vêtements courants et la plupart des grandes usines.

20La question qui se pose alors, parfois explicitement, est la suivante : si l’administration a besoin des intéressés pour obtenir des renseignements locaux, sectoriels et conjoncturels, quel intérêt ont-ils à les fournir (et à passer pour ce faire du temps en recherches) ? Comme l’écrit la Chambre en 1834, à la fin d’une période pourtant riche en rapports de ce type :

  • 21 ACCIP, Procès-verbal du 8 janvier 1834.

« Il est difficile d’obtenir de la plupart des intéressés dans chaque branche de commerce un travail qui leur impose le sacrifice d’un temps précieux sans leur offrir une perspective assurée des avantages qui doivent résulter pour eux des mesures prises par l’administration à la suite de ces renseignements. »21

  • 22 ACCIP, 1 Mi 8, Rapport du 29 février 1832.

21En lien avec cette question de la motivation des informateurs, puis avec celle de la publicité, c’est surtout l’échelle temporelle optimale des observations qui est plusieurs fois débattue. Face à une demande d’enquête bimensuelle, la Chambre argue ainsi de son impossibilité, mais aussi de son inutilité : la demande, les débouchés et les salaires ne changent pas assez vite, certains secteurs connaissent de toute façon la morte-saison22. Lorsque la Chambre donne des chiffres précis et datés, ils ont d’ailleurs rarement moins d’un an – souvent parce qu’ils sont en fait eux-mêmes tirés de sources administratives.

  • 23 ACCIP, 1 Mi 9, Lettre du 28 novembre 1835 en réponse au préfet de la Seine.
  • 24 Jean-Claude Perrot, « Les effets économiques de la Révolution. Trente années de bilan (1795-1825) » (...)
  • 25 Il en va de même pour les volumes suivants (26 août 1840, 14 juillet 1841, 24 décembre 1844, 9 sept (...)

22Le problème est au fond celui du sens des crises économiques – une notion alors de plus en plus discutée – et du rôle de l’information et des politiques économiques vis-à-vis d’elles. La Chambre de Paris déplore ainsi en 1835 que toute enquête soit impossible hors des moments de crise, où les négociants acceptent de parler, mais pour se plaindre23 ; les gouvernements eux-mêmes commencent à lancer des enquêtes, non plus pour des raisons scientifiques ou pour faire le bilan de la Révolution24, mais pour mesurer l’ampleur des crises, réfléchir sur leurs causes et leurs remèdes. Plus encore qu’auparavant, l’enquête apparaît dès lors surtout comme une consultation, voire un support de négociations. La diffusion de traductions des enquêtes parlementaires anglaises, puis de l’enquête de Duchâtel, confirme cet aspect et lui donne une nouvelle dimension en divulguant des chiffres non seulement généraux, mais portant sur certaines entreprises. Il faut souligner que le tournant constitué par la publication de l’enquête de la SGF ne paraît pas avoir eu le même impact, peut-être parce que ces chiffres n’étaient pas aussi directement liés à une actualité politique : en tout cas, à la Chambre de commerce Paris, la réception du premier volume n’amorce, le 20 septembre 1837, aucune discussion ; il est purement et simplement renvoyé aux archives et à la bibliothèque25. S’ils y sont peut-être consultés, ils ne sont pas commentés ; il en va différemment pour l’enquête de Duchâtel, à Paris et ailleurs :

  • 26 Propos d’un fabricant d’Amiens inclus en annexe de l’enquête et cités par Horace Say, « Enquêtes »,(...)

« Si l’enquête a eu son utilité en prouvant que les attaques contre les manufacturiers français n’étaient pas fondées, elle a produit aussi un très grand mal, en alarmant tous les intéressés sur leur avenir, et en suspendant toutes les transactions : elle a retenti jusque dans les hameaux, et le plus petit ouvrier attend avec anxiété quel sera son résultat. Il n’en aurait pas été ainsi si l’on avait procédé sans donner autant de publicité à l’enquête. »26

23L’incertitude sur la décision finale et l’argumentation même de protectionnistes insistant sur les faiblesses de leur secteur ont pu modeler la vision du monde, sinon les anticipations, de différents acteurs économiques, français ou étrangers – ouvriers compris. La multiplicité des destinataires, donc des usages possibles, du discours d’information ou de revendication implique donc de nouveaux risques : les membres des Chambres de commerce ne sont pas forcément plus incités à répondre qu’ils ne l’étaient lors de leurs tête à tête précédents avec l’administration. En 1837-1840, la Chambre de Paris se retrouve confrontée à ces interrogations nouvelles :

  • 27 ACCIP, 1 Mi 10, rapport du 26 juillet 1837.

« manifester les craintes d’une crise eût été peut-être, dans ces circonstances, augmenter les chances de la voir se déclarer »27.
« L’état des affaires dans un moment de crise comme celui où nous nous trouvons n’est pas un état normal, et une enquête faite dans un pareil moment ne présenterait pas l’état réel. […] Il y a là aussi un côté politique qui mérite qu’on l’envisage. Le travail de la Chambre ne peut manquer de devenir public. Or, s’il constate un état de détresse, ne va-t-il pas fournir un aliment à cette agitation si dangereuse qui s’est manifestée récemment dans presque toutes les classes ouvrières ? »

  • 28 ACCIP, Procès-verbal du 4 novembre 1840.

24À ces interrogations d’un membre, d’autres répondent qu’« ils trouvent dans la crise elle-même une raison d’entrer en communication avec le Gouvernement pour lui faire connaître les branches de Commerce qui ont le plus souffert, pour l’éclairer sur les mouvements des ouvriers et le mettre à même de distinguer ceux qui avaient quelque raison de se plaindre d’avec ceux dont les plaintes n’étaient provoquées que par le besoin du désordre. »28

  • 29 Également évoquées dans la communication de Nicolas Bourguinat.
  • 30 Chambre de commerce de Paris, Statistique de l’industrie à Paris, résultant de l’enquête faite par (...)

25Les nouvelles questions posées par les crises économiques et la publicité de l’information29 conduisent finalement la Chambre d’abord au silence (elle ne rend aucun rapport sur la situation de l’industrie entre 1834 et 1847), puis à l’invention d’un nouveau rôle, dans une conjoncture très particulière. En pleine crise post-révolutionnaire, alors que l’enquête sur le travail agricole et industriel lancée par l’Assemblée nationale (comme une consultation paritaire, branche par branche) semble risquer d’appuyer les propositions socialistes, la Chambre, poussée par son secrétaire Horace Say – à la recherche aussi d’une reconnaissance parmi les économistes –, se lance dans un monumental dénombrement de l’industrie parisienne, qui se donne à la fois comme un tableau, cette fois exhaustif et objectif (maison par maison), et un rapport de conjoncture, prétendant comparer les situations de 1847 et 184830. Arme politique, cette statistique vient aussi combler un tel vide que des acteurs très variés s’en saisissent, des administrations, qui en demandent le renouvellement en 1860 (malgré les problèmes de coordination avec la SGF que cela pose) à des syndicats qui y puisent des arguments sur l’importance de leur branche. Entrée alors dans le monde du chiffre et du tableau, qu’elle sait aussi utiliser en faveur de ses revendications (mais dont elle n’argue pas de l’utilité pour les acteurs économiques eux-mêmes), la Chambre n’en avait pas moins, dans les décennies précédentes, conservé le même silence que la plupart de ses homologues de province. Si la statistique peut être une arme efficace au service du lobbying économique et politique, ses membres n’avaient pas réellement souhaité s’en saisir avant cette conjoncture exceptionnelle : le silence pouvait avoir ses propres fonctions, ou éviter des risques liés à la publicité. Surtout, leurs priorités n’étaient pas celles des bureaux ministériels – ce qui pose la question de l’utilité d’informations « macro », fussent-elles conjoncturelles, pour la pratique commerçante. Ces malentendus et ces non-réponses ne rendirent pas pour autant vaines toutes les tentatives d’enquêtes auprès des Chambres, car la statistique n’était pas, en pratique, leur but unique.

Information et négociation : l’enquête de 1841

  • 31 AN, F12 6385.

26Pour compléter cet exemple parisien, il est intéressant d’étudier une enquête des plus banales, classique dans sa forme et sans retentissement particulier, en adoptant cette fois le point de vue archivistique des bureaux du ministère du Commerce, à la faveur d’un carton qui fournit de façon a priori exhaustive la correspondance avec les Chambres de commerce consultées31.

  • 32 ACCIP, VII-3.70 (1), Lettre du préfet de la Seine du 8 juillet 1833.
  • 33 Jean Clinquart, L’administration des douanes en France sous la Restauration et la Monarchie de Juil (...)
  • 34 AN, F12 6385, Ministère de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, Demande de bulletins (...)

27Après des décennies d’expériences décevantes, les ambitions des bureaux apparaissent à ce moment un peu réduites. En 1833, on pensait encore agréger à l’échelle du pays des résultats départementaux32. En revanche, le 24 août 1841, la « Demande de bulletins trimestriels » est seulement envoyée à 13 Chambres de commerce ou Chambres consultatives d’arts et manufactures de grands ports ou de centres industriels (plusieurs dizaines d’autres sont donc exclues). Il est vrai que cette demande n’est pas tout à fait l’héritière des précédentes, puisqu’elle émane de la Direction du commerce extérieur : on passerait donc d’une statistique recueillie pour elle-même à une enquête devant éclairer avant tout les choix douaniers. Elle vient après cinq années sans discussions publiques sur les douanes, marquées par des mesures ponctuelles prises par ordonnances, mais aussi par le sentiment croissant qu’une grande loi ou un traité (avec la Belgique en particulier) allait sans doute voir le jour33. Cunin-Gridaine est alors depuis 10 mois ministre du Commerce ; s’il reste finalement à ce poste jusqu’en 1848, il est le sixième à l’occuper depuis 1836. Après cette période d’instabilité, on peut comprendre que les bureaux affirment vouloir établir une correspondance avec les Chambres de commerce qui prenne « un caractère de régularité »34.

  • 35 AN, F12 6385, Ministère de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, Demande de bulletins (...)
  • 36 AN, F12 6385, Brouillon de réponse à la Chambre de commerce de Marseille, 30 septembre 1841.
  • 37 Sur ces conseils, voir C. Lemercier, Un si discret…, op. cit., chap. 3.
  • 38 Cunin-Gridaine connaît bien cette méthode d’enquête, pour l’avoir appliquée en particulier à propos (...)

28L’objectif explicite est classique : ni publication ni outil pour les commerçants ne sont envisagés, mais bien l’idée de « fournir des éléments d’appréciation souvent précieux, toujours utiles, pour l’examen des questions de législation commerciale et de rapports internationaux qui ressortissent à mon Département ». Les avis des Chambres en matière de législation sont qualifiés de « source d’où peuvent jaillir les éléments d’élaboration nécessaires à la constitution économique du pays »35. Plus prosaïquement, les bureaux pressent ensuite la Chambre de Marseille d’envoyer son rapport avant l’ouverture de la session parlementaire36. Ce recours aux Chambres de commerce pour la préparation des lois souligne les dysfonctionnements que connaissent les Conseils généraux du commerce et des manufactures, alors rarement convoqués, et dans des conditions qui ne leur permettent guère de délibérer ou de fournir de l’information originale37. La correspondance doit ainsi pallier l’absence d’une assemblée consultative nationale du commerce et de l’industrie. Par rapport à l’enquête de Duchâtel, elle implique également une relative confidentialité38.

  • 39 Quelle que soit la Chambre, un rapport représente en général dix à douze grandes pages manuscrites.

29Les réactions, variées, des Chambres de commerce sont révélatrices à la fois de la difficulté que présente toujours une telle entreprise d’enquête, mais aussi de l’existence d’attentes réelles de la part des acteurs. Premier constat : la plupart des Chambres interrogées ne répondent finalement pas au questionnaire, alors que deux autres, non sollicitées, envoient dix des treize rapports reçus entre le 27 novembre 1841 et le 14 octobre 1843 : Amiens (sept) et Montpellier (trois)39. Elles ont en effet appris l’existence de l’enquête et demandé, en octobre-novembre 1841, à y être associées. Seules les Chambres d’Elbeuf et de Rouen ont également renvoyé un et deux rapports. La première s’oppose aux traités de commerce et compare l’enquête à celle de Duchâtel ; la seconde, favorable aux traités, élargit le questionnement et en profite pour rappeler certaines de ses prises de position précédentes, non suivies d’effets. Leur volonté de prendre la parole souligne que ces questions ne peuvent plus guère rester confidentielles, même lorsque l’on recourt aux formes les plus institutionnalisées de consultation :

  • 40 AN, F12 6385, Lettre de la Chambre de commerce d’Amiens, 8 octobre 1841. La Chambre affirme n’avoir (...)

« La plupart des journaux qui s’occupent du commerce ont entretenu leurs lecteurs d’une circulaire adressée par vous aux Chambres de commerce […] Nous avons quelques raisons de croire que cette circulaire n’est pas la seule qui ne nous ait pas été adressée, et c’est encore d’après les mentions que font certains journaux de ce dont les Chambres de commerce s’occupent, que nous avons conçu ce soupçon »40.

  • 41 AN, F12 6385, Rapports du 18 avril et du 20 juillet 1842.
  • 42 AN, F12 6385, Rapport du 18 avril 1842.

30Il est donc clair que l’enjeu est là encore de revendiquer, de demander des mesures générales (pour ou contre les traités) ou particulières (statut du port de Sète, protection contre l’importation de graines oléagineuses…). Cela dit, le temps passé par les Chambres à l’écriture des rapports, par les bureaux ministériels à leur lecture et à l’écriture de réponses, ainsi que le type d’informations parfois fourni interdisent de clore ainsi la question en opposant information et revendication. Les Chambres qui répondent se posent des questions proprement statistiques, et les posent aux bureaux : il ne s’agit pas seulement d’appuyer une argumentation par n’importe quel chiffre, et l’on peut mesurer là tant la difficulté du travail statistique que l’intérêt que commencent à lui porter certaines élites, au-delà même du cercle des économistes. Ainsi, à deux reprises, un rapport d’Amiens est actualisé en séance, voire juste avant de fermer l’enveloppe d’envoi41. Certains rapports citent la Statistique agricole de la France, proposent des données rétrospectives sur plusieurs années ou expliquent clairement pourquoi des informations leur manquent (le détail du commerce avec l’étranger dans les villes sans douane, par exemple). La Chambre d’Amiens critique et rectifie les statistiques officielles des douanes sur le cabotage, qui incluent des doubles comptes42. Son rapport du 19 janvier 1842 fournit un bon exemple de ces scrupules statistiques (ou comptables), de ces interrogations sur des bonnes pratiques non encore définies :

« Tous les produits ci-dessus que nous n’avons pu indiquer que très succinctement, ont donné par leur réunion, suivant un état fait en 1838, un total de 114 millions. Nous devons faire la remarque qu’on n’y a pas porté le produit des filatures, parce qu’on a supposé que la plus grande partie de ces produits était employée par le tissage dans le département même & que ce qui était vendu au dehors se trouvait remplacé par des importations à peu près de la même valeur. »

  • 43 AN, F12 6385, Lettre de la Chambre de Marseille du 10 septembre 1841.

31Si ce zèle est motivé par la crainte des traités, il n’en est pas moins réel, nouveau – et encore peu partagé par d’autres Chambres. Celle du Havre refuse immédiatement de répondre, celles de Marseille et de Nantes demandent des délais supplémentaires avant de s’abstenir. Mais, dans le dialogue autour de ces refus, paraît se construire dans les bureaux une réflexion sur les obstacles à la construction et à la circulation de l’information économique, en particulier du côté des douanes, et sur ce qu’il est tout de même possible de faire. L’administration centrale est toute prête à en rabattre sur ses ambitions initiales (rapports trimestriels, dans toutes les grandes places, s’enquérant par exemple de la situation financière des places liées à celle de la Chambre…) pour obtenir une réponse, quelle qu’elle soit. On rassure ainsi la Chambre de Marseille sur le fait que le travail demandé n’a pas d’ambition scientifique (elle avait écrit que « la Chambre de Commerce, exclusivement occupée de questions pratiques, se livrera difficilement à l’étude de ces hautes spéculations de la science »43) et on abandonne l’idée d’un questionnaire uniforme, donc aux résultats cumulables, au profit de quatre rubriques générales (échanges, travail intérieur, action des capitaux, législation). On argumente aussi – en tentant de fléchir la Chambre du Havre – sur les faiblesses spécifiques du ministère du Commerce, en espérant sans doute que les Chambres se sentent solidaires :

  • 44 AN, F12 6385, Brouillon de réponse à la Chambre du Havre, 20 septembre 1841.

« Cette considération prendra plus de force à vos yeux si vous remarquez que notre département, par la nature même des choses qui lui ressortissent, ne saurait, comme les autres départements ministériels, trouver des éléments d’information dans les rapports des fonctionnaires, la plupart étrangers, par leurs spécialités et leurs habitudes, à ces matières […] ».44

32Le brouillon de cette lettre exposait plus crûment, dans une phrase finalement biffée, le nœud du problème :

  • 45 Ibid.

« Les Finances, l’Intérieur, les Travaux publics, la Marine, les Affaires étrangères ont, dans cet objet, les agents de douane, les préfets, les inspecteurs du génie, les commissaires des ports, les consuls à l’étranger. Le département du Commerce, bien qu’il reçoive des diverses branches du service un utile concours, n’a point de correspondant immédiat ; par cela même sans doute que ce rôle semble naturellement devoir être dévolu aux Chambres de commerce […]. »45

  • 46 Eux-mêmes récemment créés, en 1839, pour regrouper des informations éparses dans les rapports. Voir (...)
  • 47 AN, F12 6385, Lettre de la Chambre de Marseille du 10 septembre 1841.
  • 48 AN, F12 6385, échange de lettres entre la Direction du commerce extérieur du ministère de l’Agricul (...)

33Il paraît particulièrement difficile de se passer de ces seuls fonctionnaires supposés compétents en matière de commerce que sont ceux des douanes. La Chambre de Marseille demande ainsi la communication de leurs « bulletins de commerce »46 comme condition de possibilité de son propre rapport47. Après bien des vicissitudes, le ministère du Commerce finit par obtenir une réponse positive des douanes, mais en échange de la communication des rapports des Chambres. Le problème est notamment que ces bulletins n’ont pas un but statistique ni de politique économique, mais administratif et interne : extrêmement détaillés, ils peuvent difficilement être déplacés, et des résumés ne sont produits qu’au bout de plusieurs mois48.

  • 49 AN, F12 6385, Lettre de la Chambre de Marseille du 10 septembre 1841.
  • 50 AN, F12 6385, Rapport de la Chambre d’Amiens, 20 décembre 1842.
  • 51 AN, F12 6385, Rapport de la Chambre de Montpellier, 7 février 1843.
  • 52 Ibid.
  • 53 AN, F12 6385, Rapport de la Chambre de Montpellier, 10 janvier 1842.
  • 54 AN, F12 6385, Rapport de la Chambre d’Amiens, 20 décembre 1842.
  • 55 AN, F12 6385, Rapport de la Chambre de Montpellier, 10 janvier 1842. cf. Figure 1.
  • 56 Ibid.

34Ainsi, les échanges de courriers autour de l’enquête de 1841, même s’ils apparaissent décalés par rapport à l’ambition initiale, participent de la construction longue et difficile d’un système d’information économique national et interministériel (au profit quasi exclusif de l’administration centrale, même si la Chambre de Marseille, tout en demandant des délais pour elle-même, s’était déclarée intéressée par la communication des rapports des autres chambres49). En témoignent également les nombreuses annotations manuscrites qui parsèment les rapports reçus. Elles sont de deux ordres. Certaines témoignent de l’archivage et de la transmission entre bureaux de toute forme d’information, voire d’argumentation, pertinente pour l’élaboration des normes : « extraire pour le dossier des laines »50, « 2e bureau », « M. Richelet [?] examiner et m’en parler »51… D’autres annotations marquent de vives réactions à la lecture des arguments, voire des chiffres des Chambres : de nombreux « ? », « ! », « Non » (plus rarement « Oui ») ou des phrases entières : « Sous quel pavillon ? Quels sont les frets consentis ? »52, « la législation n’est pas exceptionnelle pour Cette [Sète] mais elle l’est pour Marseille cela est bien différent »53, « il faudrait là-dessus consulter d’autres Chambres de commerce »54, « et avec quoi subvenir aux dépenses municipales ? »55, « et le Trésor »56… Qu’il s’agisse de demander des précisions, de rectifier des faits ou de répondre à des arguments de principe, ces annotations forment la base des réponses, plutôt longues, adressées aux rapports, qui n’ont pas pour seul but d’encourager la poursuite des envois par des flatteries sur leur qualité. On voit là à l’œuvre une véritable pédagogie de la négociation, un dialogue détaillé sur chaque point. On pourrait s’étonner que les bureaux y accordent du temps, surtout pour faire changer d’avis une Chambre protectionniste ou libre-échangiste, ce qui semble a priori difficile. Mais il s’agit aussi, sans doute, d’une part d’une volonté de faire sortir les Chambres, du moins dans leur rhétorique, de la prise en compte étroite des intérêts locaux ; d’autre part, pour les fonctionnaires, d’un exercice d’argumentation : si l’on ne convainc pas chaque Chambre, on se frotte à des arguments et on fourbit des réponses qui pourront resservir dans d’autres lieux de discussion.

35Il apparaît ainsi impossible de séparer ce qui relèverait d’un système d’information économique de tout ce qui s’apparente à une consultation et à une négociation sur la politique économique. Cependant, des évolutions se font jour : dans les années 1840 plus que dans les années 1800, on tente d’appuyer les revendications sur des chiffres précis et discutés, on se préoccupe de l’accès aux données douanières et de leur exactitude ; en revanche, on n’ambitionne plus de totalisation nationale. Si l’information reste tournée vers la décision ministérielle plus que vers les besoins des acteurs économiques, la question de la publicité de ces données, des débats et des projets de traités eux-mêmes est posée. Les contraintes matérielles demeurent cependant, du côté d’un ministère du Commerce aux attributions incertaines et aux moyens limités – une situation que ne peut améliorer la naissance, en parallèle, de la Statistique générale de la France, qui adopte ses propres rythmes, catégories et méthodes, différents de ceux des douanes, mais pas forcément plus adaptés aux besoins du ministère ou des Chambres de commerce pour l’aide à la décision ou à la négociation.

Figure 1. Un exemple de rapport annoté

Figure 1. Un exemple de rapport annoté

AN, F12 6385, Rapport de la Chambre de commerce de Montpellier au ministre de l’Agriculture et du Commerce, 10 janvier 1842

Les extraits d’Avis divers sur le commerce : la création d’un véritable circuit d’information

  • 57 Philippe Minard, « État et économie en France après la Révolution », Historiens et géographes, nº 3 (...)
  • 58 On retrouve ainsi peu ou prou la trilogie classique des savoirs commerçants évoquée en introduction (...)

36S’il n’a donc pas vocation à être un ministère de la Statistique et ne parvient pas à devenir le ministère des Douanes57, le ministère du Commerce (et, auparavant, les bureaux chargés du Commerce au ministère de l’Intérieur), faisant de nécessité vertu, se saisit en revanche dès les années 1820 d’un rôle de collationnement et de mise en circulation d’informations économiques plus hétérogènes, mais pas forcément moins utiles aux commerçants : éléments de législation, voire de statistiques ou de débats économiques étrangers, ou informations fournies par des voyageurs ou des consuls sur les nouveaux marchés qu’il serait possible de conquérir58. Présentant la 23e édition de ces Extraits de divers avis sur le commerce au ministre de l’Intérieur en décembre 1822, le directeur général Castelbajac évoque ainsi leur contenu :

  • 59 AN, F12 9418, rapport du 10 décembre 1822.

« Il est composé essentiellement de renseignements que MM. les Ministres des Affaires étrangères et de la Marine tirent de la correspondance des ambassadeurs et ministres, & qu’ils communiquent au Département de l’Intérieur pour les faire connaître aux négociants. Les changements des lois ou mesures de douane dans les pays étrangers, les observations recueillies sur les nouveaux débouchés ouverts à l’industrie, les observations des agents français sur la marche ou sur les obstacles de nos rapports purement commerciaux, sont essentiellement le fond de ces communications. On ne saurait les transmettre par une circulaire sur chaque objet, elles se trouvent réunies dans ce bulletin, et le commerce sans en faire sa règle absolue paraît y attacher un grand prix. […] Il n’y a point d’époque fixe pour les donner au public commerçant, l’abondance des matières en décide. »59

  • 60 Il faudrait mieux comprendre la complémentarité entre ces canaux. Le 18e Extrait de divers avis sur (...)

37Il parle aussi de « publications, qui du reste ne portent en elles-mêmes aucun caractère officiel », cette ambiguïté n’étant sans doute pas le moindre de leurs intérêts. Il ne s’agit pas, en réalité, d’assurer à ces renseignements une publicité générale (comme on pourrait le faire, et comme on le fait régulièrement, en les insérant dans les pages de dépêches « non officielles » du Moniteur universel, par exemple60). Les Chambres de commerce sont particulièrement utiles pour assurer à ce type d’informations une circulation limitée, au sens où elles ne doivent pas arriver, par exemple, sous les yeux de concurrents anglais. En contrepartie, les Chambres ont la possibilité de monopoliser l’information ou de la distribuer de façon sélective.

Des Avis divers aux Annales du commerce extérieur

  • 61 AN, F12 9418, rapport du 10 décembre 1822.
  • 62 Une collection d’Extraits d’avis divers est conservée à la Bibliothèque municipale de Montauban, qu (...)

38La formule, créée en 1819, bénéficie pour s’installer d’une stabilité nouvelle au ministère de l’Intérieur (confié à Corbière de décembre 1821 à janvier 1828) et dans les bureaux impliqués, si l’on en juge par la récurrence des signatures et des écritures. Le comte Siméon, prédécesseur de Corbière, paraît avoir joué ici un rôle important, puisqu’il a « autorisé ou plutôt ordonné de se procurer les documents parlementaires anglais (Rapports des comités, enquêtes & bills) sur les matières commerciales. Chaque fois le bureau du commerce en traduit ou en extrait les objets qui peuvent intéresser l’industrie française. »61 De fait, dans les Avis des années 1820, ces documents sur l’Angleterre tiennent une place de choix ; ils ont fait l’objet d’une édition précise (coupes, ajouts de notes explicatives…) qui témoigne de leur importance pour les bureaux – et souligne la marge dont ceux-ci disposent pour sélectionner l’information à transmettre. Dans les années 1830 encore, les Extraits d’avis divers, qui portent alors l’en-tête d’un bureau dédié (ministère de l’Agriculture et du Commerce, Direction du commerce extérieur, 3e Bureau, Archives des documents étrangers, en 1837-1839), s’ouvrent souvent sur des statistiques (sur le commerce extérieur ou la navigation) en provenance du Board of Trade – l’esthétique du tableau très dense en chiffres s’imposant, bien plus que dans les années 1820, en première page62.

  • 63 Sur ce personnage, voir J. Clinquart, op. cit. et Francis Démier, « Nation, marché et développement (...)
  • 64 Chambre des députés, séance du 16 juillet 1828.

39Entre-temps, le comte de Saint-Cricq a sans nul doute été un acteur clé pour la pérennisation des Avis et la théorisation de leur rôle63. Venu de l’administration des douanes, où il avait déjà œuvré à la publication des tableaux annuels du commerce extérieur et débattu de la balance du commerce au début des années 1820, il avait été confronté en 1828, lors du débat précité, à des députés acceptant certes la recréation d’un ministère du Commerce, mais peu désireux de lui fournir un budget ou des employés. Certaines formules avaient fait mouche, comme celle d’Eugène d’Harcourt : « M. Rothschild n’a pas besoin d’un ministre du commerce pour apprendre de lui les moyens de s’enrichir. »64

40Saint-Cricq demandait en particulier la création d’inspecteurs du commerce – des hommes compétents, sans intérêt direct dans les affaires, qui pourraient contrôler et confronter les données fournies par les Chambres de commerce, dont le ministre rappelait clairement les insuffisances en matière de statistiques. Les députés avaient refusé cette création, comme celle de subventions ministérielles aux publications d’économie politique, pourtant soutenue par Charles Dupin et par Émile Oberkampf : pour ce dernier,

  • 65 Ibid.

« c’est surtout en donnant aux négociants et aux fabricants des détails qui leur sont nécessaires, et qu’ils trouveraient difficilement le moyen de se procurer par eux-mêmes, que M. le ministre du commerce peut prouver l’utilité de ses fonctions. »65

41Si les moyens demandés furent donc pour l’essentiel refusés, les objectifs de Saint-Cricq demeuraient, incluant, plus clairement que chez tout autre acteur de la période semble-t-il, l’information des négociants :

  • 66 Ibid.

« Il n’est probablement pas hasardé de dire que les grandes crises de l’industrie, à diverses époques, sont provenues, en partie du moins, de ce que les intéressés vivaient dans l’ignorance des faits qui, en leur révélant le rapport de la production à la consommation, pendant plusieurs années consécutives auraient pu les arrêter au moment où, séduits par les succès instantanés, ils se laissaient aller à des espérances exagérées. »66

  • 67 Voir C. Lemercier, Un si discret…, op. cit., p. 242-245 ; Jean Fredet, Quand la Chine s’ouvrait… Ch (...)
  • 68 ACCIP, VI-6.40 (2), Lettre du 3 mai 1843 du ministre du Commerce.

42À l’idée d’une aide à la décision ministérielle s’ajoute donc celle, plus nouvelle, d’informer les acteurs, en lien avec la notion, elle aussi plutôt récente, de crise. Les successeurs de Saint-Cricq, à partir des années 1840, adoptent semble-t-il des objectifs plus offensifs : il s’agit alors surtout de concurrencer l’Angleterre sur les nouveaux marchés qui s’ouvrent (en particulier la Chine, après la Perse ou le Brésil des années 1820), ce qui implique une critique des modes d’organisation spontanés du commerce français (« pacotilleurs » plutôt que vraies maisons avec correspondants…), voire la discussion de projets de véritables compagnies d’exportation. Là encore, les Chambres de commerce, pourtant critiquées par certains consuls, apparaissent souvent comme le seul relais possible, du fait de leur situation entre public et privé, pour organiser par exemple des expéditions commerciales lointaines67. L’enjeu que représente le marché chinois, en particulier, semble avoir été un des moteurs de l’institutionnalisation du Bureau des faits commerciaux et de ses recueils d’informations, devenus mensuels68.

  • 69 Voir Alessandro Stanziani, « Information and norms in the coordination of markets. Commercial fraud (...)
  • 70 Il s’agit plutôt là d’intuitions, fondées non sur une base de données exhaustive, mais sur la lectu (...)

43Ce Bureau se maintient ensuite jusqu’à la fin du siècle69. Ses publications changent régulièrement de nom : Documens sur le commerce extérieur jusqu’en 1851, puis Annales du commerce extérieur. Leur forme, dans le détail, reste relativement similaire, avec une succession d’informations de statuts variés, occupant d’une demi-page à quelques pages. Toutefois, les chiffres semblent se multiplier et surtout devenir plus concrets, avec en particulier des « comptes simulés d’achat », donnant dans les détails coût et composition d’une cargaison type ; en outre, des cartes apparaissent, semble-t-il dans les années 184070. Mais le changement majeur concerne l’indexation, faite au fur et à mesure, puis a posteriori, des renseignements fournis : elle témoigne d’un souci des usagers et d’une volonté de valoriser l’outil. Déjà, les Avis de 1834-1839, par rapport à ceux de 1821-1825, renvoient plus souvent, en note, à des Avis précédents sur le même thème ; parfois, ils rectifient aussi des chiffres, en indiquant les raisons de l’erreur. Il semble que ce soit à partir de 1867 que sont constitués des recueils rétrospectifs, partant de 1843, classés par pays et indexés finement par thèmes. Mais l’extrait XXXIV de juin 1838 indique déjà :

« D’après le désir exprimé par plusieurs Chambres de commerce, on publie, avec le présent numéro, un résumé des Règlements et Tarifs de douane en vigueur dans les colonies françaises. Les modifications qu’ils pourront subir seront successivement indiquées dans les Extraits. »

44C’est donc progressivement, et au moins en partie en fonction des demandes des intéressés, que les Avis deviennent un peu plus qu’une feuille de nouvelles : une série, puis un ensemble de recueils de référence.

Trajectoires d’informations : du terrain aux Avis divers

  • 71 AN, F12 9417 et 9418.

45J’ai pu examiner de façon détaillée l’élaboration des Avis divers de 1821-1825, de la lettre reçue d’un autre ministère ou d’un consul à la version imprimée, en passant par les annotations et brouillons71. À ce moment où la périodicité n’est pas fixe, la première étape, au ministère du Commerce, est la création d’un dossier qui regroupe des lettres provenant principalement du ministère des Affaires étrangères (consuls) et de celui de la Marine (administrateurs coloniaux et statistiques de navigation). Il est clair qu’eux-mêmes opèrent une sélection. En général, c’est une page ou un recto verso qu’ils envoient, déjà traduits et parfois coupés, avec des indications de source ou date parfois imprécises. Une lettre d’envoi précise à l’occasion que le ministre (ou, en réalité, un employé) a jugé que l’information pourrait intéresser le Commerce. Il apparaît toutefois probable qu’aux quelques lettres transmises explicitement pour être envoyées aux Chambres de commerce (ou plus spécifiquement à celles des ports, par exemple) s’en ajoutent d’autres, qui sont arrivées au ministère du Commerce pour ses propres bureaux, mais qu’on choisit là de diffuser plus largement. D’autres informations peuvent provenir des douanes ou bien être recherchées et traduites directement au sein du ministère. À l’occasion, c’est une lettre d’un entrepreneur et/ou voyageur, explorant la Chine, la Géorgie ou l’Inde, ou bien établi à Londres et critiquant les laines françaises, qui est reçue et – pour partie – publiée.

  • 72 Il est toutefois impossible d’inclure les échantillons de tissus transmis avec un rapport sur le Br (...)

46Pour partie, car le travail d’édition est important pour transformer le dossier de lettres en un extrait de quelques dizaines de petites pages. Les informations sont regroupées géographiquement dans chaque avis ; à celles qui portent sur les nouveaux marchés exotiques (pour lesquels on indique parfois très précisément quel assortiment de produits pourrait bien se vendre) s’ajoutent des décrets des Cortès ou des ukases sur les formalités douanières, ainsi que des avertissements concernant les fraudes ou les produits de mauvaise qualité (le fait qu’ils risquent d’être détectés et de nuire à l’ensemble du commerce français) – plus les statistiques et les débats britanniques. Les bureaux opèrent des synthèses, conservant les détails les plus pratiques72, retranchant la plupart des noms propres (lorsque la lettre d’un voyageur – souvent d’ailleurs rendu anonyme – évoque des concurrents anglais ou des administrateurs) ou atténuant des appréciations négatives portées sur les commerçants français. Il arrive aussi que l’on ôte des détails trop précis sur les méthodes de fraude. Les avis donnés par les informateurs sur des changements à opérer dans le droit ou la politique douanière de la France ne sont, en général, pas non plus publiés (cf. Figure 2). Toutes ces opérations ne paraissent pas énormément retarder la transmission des informations : il existe en général une différence d’un ou deux mois entre la date de la source et celle des Avis divers qui la mentionnent. Il faudrait, pour avoir un point de comparaison, savoir ce qu’il en est pour les journaux ou les correspondants de commerce. Toujours est-il que ces délais sont bien plus courts que ceux évoqués par Marc Bélissa pour une période antérieure.

47Les Avis sont alors tirés à 200 exemplaires. Ils sont envoyés aux ministères des Affaires étrangères, de la Marine et à la direction générale des Douanes, mais seulement au bout de quelques années, à leur demande. Leurs vrais destinataires sont les membres des Conseils généraux du commerce et des manufactures et la trentaine de Chambres de commerce. Chacune reçoit deux exemplaires, un pour elle, un pour son représentant au Conseil général du commerce. Cette diffusion limitée paraît avoir été l’objet de critiques régulières, qui témoignent d’un certain intérêt des Chambres pour la publication. En 1825, le ministre de l’Intérieur paraît envisager une republication par des imprimeurs privés, sollicitée par la Chambre de Paris :

  • 73 AN, F12 9418, Lettre du 16 novembre 1825 du ministre de l’Intérieur au président du Bureau du comme (...)

« Il semble bien que des avis qu’on imprime pour en faire profiter le commerce en général peuvent être multipliés sans indiscrétion, comme sans encourir le risque de blesser la prospérité de personne. »73

Figure 2 De l’avis reçu à l’avis imprimé

Figure 2 De l’avis reçu à l’avis imprimé

AN, F12 9417, Ministère de la Marine et des Colonies, Extrait d’un rapport au ministre de la Marine du contre-amiral Jurien, à bord du vaisseau Le Colosse, rade de Bahia, 20 mai 1821

Figure 2 De l’avis reçu à l’avis imprimé (fin)

Figure 2 De l’avis reçu à l’avis imprimé (fin)

AN, F12 9417, Ministère de l’Intérieur, 18e extrait de divers avis sur le commerce, Imprimerie royale, Paris, novembre 1821 : « Extrait d’une lettre de Bahia du 20 mai 1821 », p. 15

  • 74 AN, F12 9418, Réponse du 5 décembre 1825.

48Le Bureau du commerce et des colonies constate alors qu’il lui reste très peu d’exemplaires d’anciens avis (les planches de l’Imprimerie royale étant déjà brisées), mais ne s’oppose pas au principe des réimpressions74. Il ne semble toutefois pas avoir été mis en pratique avant le Second Empire, l’idée, rarement affirmée explicitement, de contrôler la diffusion de l’information paraissant encore dominer. Il est vrai que les membres des Chambres ont pu également y trouver un intérêt, y compris au sein de celle de Paris, qui écrivait pourtant en 1825 :

  • 75 Ibid., Lettre de la Chambre de commerce de Paris du 21 septembre 1825.

« Permettez-nous, Monsieur le Directeur, de vous représenter que des documents de cette nature, recueillis par le Gouvernement avec tout le soin qu’ils méritent, ne doivent pas tourner au profit exclusif d’un petit nombre d’individus seulement : qu’ils n’acquièrent toute leur utilité et ne remplissent leur but qu’autant que le Commerce entier du Royaume peut y puiser les lumières si essentielles au succès de ses opérations à l’étranger ; enfin que la publicité complette qui leur serait donnée, loin d’être onéreuse à l’administration, pourrait l’indemniser, au contraire des frais de rédaction, puisque l’impression de ces avis et leur vente, séparée ou en collection, offrirait un débit avantageux au libraire qui obtiendrait de vous ces manuscrits. »75

… et des chambres de commerce aux commerçants ?

  • 76 ACCIP, procès-verbaux des 19 et 29 novembre 1810. Des pratiques très similaires de ciblage des inté (...)
  • 77 ACCIP, Procès-verbal du 22 février 1826.

49L’idée d’utiliser les Chambres de commerce pour une diffusion sélective de l’information n’est pas neuve, mais les Avis divers la systématisent. Le 19 novembre 1810, la Chambre de Paris reçoit ainsi une lettre du ministre de l’Intérieur, envoyée « par bienveillance pour les négociants de la capitale », à propos de la possibilité de faire entrer des marchandises coloniales séquestrées en Allemagne. Il est précisé que la Chambre doit la faire connaître « par des lettres particulières ». En pratique, le syndic des courtiers de commerce est prévenu de vive voix, et les maisons intéressées sont priées de venir s’informer « chez celui des membres de la Chambre qu’elles préfèrent », les membres étant, eux, « priés de n’en laisser prendre à personne d’autre ni copie ni extrait » ; par la suite, en contrepartie, le ministère se renseigne confidentiellement auprès de la Chambre sur le crédit de ces maisons76. En 1826, Saint-Cricq lui-même, transmettant un rapport qui doit servir de base à un traité de navigation, indique qu’il ne doit être communiqué qu’aux intéressés directs77.

  • 78 Claire Lemercier, « Liens privés et régulation de l’économie : la famille et l’institution (Paris, (...)

50Ces cas ne sont pas isolés et, dans une Chambre de Paris dominée jusqu’aux années 1840 par le monde relativement fermé de la haute banque78, on peut imaginer que l’information n’est en effet diffusée que dans un cercle restreint (le même, sans doute, qui fournit les informateurs sollicités par la Chambre pour ses rapports sur la situation de l’industrie). Or les Avis ou des dépêches du même type y sont reçus en grand nombre : de deux à sept recueils d’Avis divers par an dans les années 1820 et 1830, plus quelques dizaines de dépêches du Bureau du commerce autour de 1830 et sous la IIe République, sans compter, sur un plan plus local, des tableaux réguliers sur les mouvements des eaux-de-vie, ceux de l’entrepôt de la douane, et à partir de 1834 quelques dizaines de circulaires douanières par an (à la demande de la Chambre). Comment gérer ce courrier, sachant que les membres ne semblent pas voir dans cette tâche d’information leur activité prioritaire, mais paraissent plus intéressés par l’écriture de rapports, puis la gestion d’équipements ? Quatre grands types de solutions sont mis en pratique par les membres de la Chambre de Paris.

  • 79 ACCIP, Procès-verbaux de février 1825, et AN, F12 9418, Lettre de la Chambre de commerce de Paris d (...)

51Leur première revendication récurrente, longtemps déçue, est l’obtention d’un exemplaire des Avis par membre (ils en reçoivent toutefois six dès les années 1820, ce qui constitue une exception par rapport à la province79). Les membres souhaitent donc utiliser eux-mêmes la publication (ou la faire partager à leurs proches).

  • 80 C. Lemercier, Un si discret…, op. cit., chap. 8.

52La Chambre choisit parfois des moyens de diffusion plus larges ; il est plausible que ses archives n’en rendent pas compte de manière systématique, mais probable que cela reste ponctuel. Il peut s’agir d’une transmission au Journal du commerce ou d’un affichage à la Bourse (en particulier dans les années 1840), où la Chambre dispose d’un certain contrôle sur les panneaux, dont elle exclut par ailleurs l’information publicitaire. Au début de la Restauration, puis de la Monarchie de juillet, elle avait d’ailleurs plaidé en vain en faveur d’une sorte de journal officiel économique, dont les Avis fournissent sans doute le meilleur succédané80.

  • 81 Ibid., chap. 7.
  • 82 Les procès-verbaux en ACCIP évoquent le 4 novembre 1835 « la collection générale des tarifs que pos (...)
  • 83 ACCIP, I-2.54 (39), Règlement du 20 janvier 1830.

53Alors qu’elle s’ouvre à des commerçants plus hétérogènes, puis à l’influence des cercles d’exportateurs, des chambres syndicales et à l’idée d’une gestion d’équipements locaux, la Chambre passe à une autre forme de mise à disposition de l’information en ouvrant une bibliothèque, la première du genre81. Dès 1831, le bibliothécaire constitue un recueil indexé des Avis divers et des tarifs reçus, preuve d’une demande des lecteurs (alors même que la bibliothèque n’est cataloguée qu’en 1836). Si cette dernière, ouverte en 1821, reste longtemps embryonnaire, faute de budget mais aussi d’intérêt des membres, et limitée à un fonds assez ancien, il est probable que les Avis en sont un des éléments réellement utilisés82. Or ils ne peuvent, là aussi, être accessibles qu’à une minorité choisie : le règlement établi en 1830 restreint l’accès aux « commerçants, fabricants, agents de change ou courtiers notoirement connus ou [aux] négociants étrangers à Paris présentés par leurs correspondants de la capitale », par opposition aux « simples curieux » ou « littérateurs »83. La fréquentation est toutefois en hausse : la bibliothèque est ouverte quotidiennement à partir du printemps 1839, et un garçon de bibliothèque à plein temps est engagé en novembre 1844.

  • 84 ACCIP, VI-6.40 (2), Lettre du 10 janvier 1844.
  • 85 ACCIP, Procès-verbal du 20 février 1851.

54Enfin, avant le Second Empire, moment où la Chambre devient moins un intermédiaire entre le gouvernement et les négociants qu’entre le gouvernement et les chambres syndicales, on voit poindre, sous forme de propositions, une dernière forme de diffusion limitée, qui passerait par ces organisations spontanées : Réunion d’exportation parisienne réclamant en 1844 l’exclusivité des résultats de la mission commerciale en Chine (« pour ne pas être divulgués par la presse au profit des étrangers »)84, ou Cercle de la librairie pour lequel Louis Hachette, également membre de la Chambre, obtient en 1851 que ses seuls membres soient invités à venir consulter à la Chambre une note signalant des possibilités de vente de papier en Espagne, dont le ministre du Commerce ne souhaite pas l’impression85.

  • 86 AN, F12 9417, Lettre de la Chambre de commerce de La Rochelle, 16 août 1822.
  • 87 AN, F12 9417, Lettre de la Chambre de commerce de Rouen, 30 mars 1824.
  • 88 AN, F12 6385, Ministère de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, Division du commerce (...)

55Il est évidemment plus difficile de brosser un tableau de la diversité des pratiques en province. On note dans les dossiers concernant les Avis divers quelques réponses de Chambres confirmant qu’elles ont transmis les extraits « à ceux des négocians qu’ils pouvaient intéresser »86 ou demandant un numéro ancien pour compléter leur collection87. On sait par ailleurs que plusieurs Chambres ont respecté moins longtemps que celle de Paris l’interdiction qui leur était théoriquement faite de publier leurs rapports, entretenant des relations parfois étroites avec la presse locale. J’en ai retrouvé trace en 1852, lorsque le ministre du Commerce rappelle l’interdiction de publication, soulignant en particulier les risques que présenterait une divulgation par les Chambres des éléments qui leur sont transmis sur les négociations diplomatico-douanières en cours88. Nombre de Chambres répondent, offusquées, à cette circulaire très sèche qu’elles n’ont jamais rien publié dans les journaux. Certaines donnent plus de précisions :

  • 89 AN, F12 6385, Lettre de la Chambre de commerce de Nantes, 4 novembre 1852.
  • 90 AN, F12 6385, Lettre de la Chambre de commerce de Strasbourg, 2 novembre 1852.

« Dans les cas mêmes où la publicité des dépêches du Gouvernement ne nous paraissait présenter aucun inconvénient, nous nous sommes le plus souvent bornés à inviter MM. les négocians que ces dépêches pouvaient intéresser à en venir prendre connaissance à notre secrétariat. »89
« Les communications que nous avons l’habitude de faire aux journaux de la localité se rapportent aux décisions émanées du gouvernement sur des modifications apportées au tarif qu’il importe au commerce de connaître. »90

56Deux autres sont directement visées par les foudres du ministère : la Chambre consultative d’arts et manufactures de Saint-Pierre-les-Calais, responsable d’une « fuite » dans le Moniteur industriel à propos des prohibitions des tulles, et celle de Rouen, qui tente de justifier une publication dans le Mercure français :

  • 91 AN, F12 6385, Lettre de la Chambre de commerce de Rouen, 11 novembre 1852.

« Mais chacun tient à être informé des modifications projetées, non pas pour régler immédiatement ses affaires là-dessus, mais pour en combattre l’adoption dans la mesure de ses forces et de son influence s’il les croit dangereuses. »91

57Action de lobbying, diffusion restreinte, ou bien plus large, de nouvelles moins « sensibles » : les figures de la retransmission de l’information sont assurément variées.

Le consul et le correspondant

  • 92 Je rejoins ici les conclusions proposées par A. Stanziani, « Information and norms… », op. cit., po (...)

58Si les Avis semblent donc trouver des lecteurs, il ne faudrait pas surestimer leur place au sein de l’information des commerçants : une information évidemment diverse, selon le secteur, le rayon d’action, la taille ou l’ancienneté de la maison, et dont les autres sources n’ont pas forcément, pour le XIXe siècle, fait l’objet de beaucoup d’études. Les commentaires assez régulièrement émis par la Chambre de Paris lors de la réception des Avis permettent toutefois d’envisager, dans une certaine mesure, ce qui se joue là. Lorsque les informations ministérielles sont du même type que celles qui pourraient être fournies par des correspondants (encore faut-il, évidemment, en avoir), elles sont souvent critiquées ; mais la question se pose différemment pour les nouveaux marchés lointains, par exemple, où les autorités disposent finalement d’un quasi-monopole92.

  • 93 ACCIP, Procès-verbal du 17 juin 1817.
  • 94 ACCIP, Procès-verbal du 21 mars 1838.

59Dès les premières annonces envoyées en 1817 par le sous-secrétaire d’État à l’Intérieur Becquey (qui semble être à l’origine de la création des Avis divers), les procès-verbaux frisent parfois l’ironie, ainsi lors de l’annonce d’un naufrage « déjà connu d’ailleurs dans les Chambres d’assurances de Paris et dans nos ports »93 ; dans de tels cas, assez récurrents, l’information est renvoyée aux archives. Ainsi, en 1838, à la réception d’une circulaire imprimée qui vise à donner des indications sur la crise commerciale et financière américaine et les menaces qu’elle fait peser sur la France, un membre critique explicitement les consuls et un autre affirme qu’il vaut mieux, dans ce genre de cas, « s’enquérir près des négociants en rapport habituel d’affaires avec le pays dont le crédit est en souffrance, des notions que leur correspondance particulière a pu leur procurer. »94

60Le refus de diffuser une information est parfois motivé par la crainte d’une responsabilité, face à de fausses nouvelles ou tout simplement à l’idée d’orienter les transactions. Ainsi, en 1846, alors que le ministre du Commerce, transmettant un avis du ministre des Affaires étrangères, propose d’inciter à l’achat de charbon de Newcastle avant une prochaine hausse des prix, les membres considèrent non seulement que l’information commence à dater, mais encore que :

  • 95 ACCIP, Procès-verbal du 4 mars 1846.

« la Chambre engagerait sa responsabilité en provoquant des opérations commerciales dans la prévision d’une éventualité quelconque. Sans doute la Chambre ne doit pas s’exposer à de malveillantes suppositions en ne livrant pas à la publicité des documents que le Gouvernement lui transmet dans ce but. Sans doute, après s’être plainte plusieurs fois du peu de soins que prenaient les Consuls des intérêts commerciaux, elle ne doit pas regretter des renseignements qui témoignent au moins de leur bon vouloir. Mais, cependant, il y a une distinction à faire entre les communications qui lui arrivent. S’agit-il d’actes publics, de mesures législatives relatives aux Douanes, aux droits nationaux à l’étranger, de faits commerciaux positifs ? La publication est un devoir. Il en est tout autrement lorsqu’il s’agit de renseignements sur lesquels s’appuient des raisonnements et des conséquences en faveur de telle ou telle probabilité. »95

  • 96 ACCIP, Procès-verbal du 18 mars 1846.

61En l’occurrence, le ministère du Commerce répond d’ailleurs que la Chambre reste maîtresse de ses choix de diffusion96.

  • 97 En 1833, elle prête ainsi au chef du protocole du ministère des Affaires étrangères un ouvrage berl (...)
  • 98 ACCIP, Procès-verbal du 11 janvier 1837.
  • 99 ACCIP, Procès-verbal du 4 avril 1849.
  • 100 Alex. de Clercq [lui-même consul] et C. de Vallat, « Consuls », in Dictionnaire de l’économie polit (...)

62À travers ces discussions transpire un certain orgueil des grands négociants-banquiers, qui disposent d’un véritable réseau de correspondants : ceux de François Delessert fournissent ainsi la bibliothèque en ouvrages étrangers97. De même, lorsque, en 1837, les courtiers de commerce de Paris demandent à la Chambre de solliciter une publication trimestrielle et non plus annuelle des états d’importation et d’exportation, « plusieurs membres » répondent « que c’est dans les informations qu’il obtient de ses correspondants personnels que chaque négociant doit puiser les éléments de ses spéculations. »98 La donne paraît toutefois changée dans les années 1840. Certes, encore en 1849, lorsque le consul à Shanghai, de Montigny, particulièrement actif et souvent en conflit avec les Chambres de commerce, annonce l’envoi d’une liste d’échantillons à fournir et donne le nom d’un négociant déjà établi sur place, désigné comme intermédiaire, la Chambre s’interroge face au rôle subordonné qu’on veut lui faire jouer ; des membres affirment qu’elle « ne peut, en principe, se borner à servir de bureau de renseignements ». Mais elle s’adapte à cette nouvelle donne, suivant ceux des membres qui demandaient alors : « La Chambre est bien appelée souvent à éclairer le Gouvernement, pourquoi ne chercherait-elle pas à éclairer le Commerce ? »99. Cette division interne à la Chambre s’est retrouvée précédemment (et se retrouve parmi les économistes) à propos des origines et du statut des consuls (commerçants ou fonctionnaires ?). Le débat a été en partie résolu par la mise en place, en 1847, d’une nouvelle formation pour les consuls, qui inclut économie politique et statistique commerciale et à l’élaboration de laquelle a participé le président de la Chambre Legentil100.

  • 101 C. Lemercier, Un si discret…, op. cit., p. 95-96 et 206-207.
  • 102 Bertrand Gille, « État de la presse économique et financière en France », Histoire des entreprises, (...)
  • 103 Une recherche dans le catalogue de la BNF sur les mots du titre « avis », « divers » et « commerce  (...)

63Entre les succursales, les correspondants, les cercles101, puis les chambres syndicales, mais aussi les journaux économiques et les agences privées d’information qui se multiplient à partir des années 1830102 (sans doute inégalement selon les villes103), il n’est donc pas aisé de situer la place des informations transmises, de façon contrôlée, par le biais du ministère du Commerce et des Chambres de commerce. Elles sont clairement d’une qualité et d’une confidentialité intermédiaires ; plus facilement repérables et indexables que les dépêches du Moniteur, moins adaptées à chaque cas particulier certainement que des éléments de correspondance.

  • 104 Jean-Jacques Hémardinquer, « Une correspondance de banquiers parisiens (1808-1815). Aspects socio-p (...)
  • 105 AN, F12 9417, Ministère de l’Intérieur, 18e extrait de divers avis sur le commerce, Imprimerie roya (...)
  • 106 ACCIP, I-2.32 (1) : Prix courant du marchand, Cours général de la Bourse, Écho du monde savant, Mon (...)

64De toute façon, le peu que l’on sait de cet ensemble complexe de ressources montre l’importance des circulations entre elles : des banquiers de la fin de l’Empire tentent ainsi de lire entre les lignes la presse officielle, au moins autant que de faire jouer leurs contacts personnels avec les ministres104. Les 1 500 pages annuelles des Annales maritimes et coloniales, publiées pour le ministère de la Marine et des Colonies par l’éditeur privé et membre de la Chambre de commerce de Paris Firmin Didot, sont officiellement recommandées par les Avis divers dans les années 1820105. À côté des Avis divers, la bibliothèque de la Chambre de commerce offre, en 1844-1845, une grande variété de périodiques, ces abonnements épuisant l’essentiel de son budget106.

  • 107 ACCIP, Procès-verbal du 22 mai 1833.
  • 108 ACCIP, Procès-verbal du 6 septembre 1837.

65Dès 1833, elle s’était abonnée aux Archives du commerce, dirigées par Henrichs, attaché au ministère des Affaires étrangères ; celui-ci l’avait parallèlement sollicitée pour obtenir « toutes les communications officielles qui lui parviendront [à la Chambre] soit du ministre, soit de la douane et dont la publication est utile au Commerce »107, mais il n’avait reçu que le droit de consulter la bibliothèque. Pour boucler la boucle, en 1837, la Chambre avait reçu une circulaire du ministre du Commerce qui la renvoyait « au recueil des Archives commerciales que publie M. Henrichs pour y avoir connaissance des évaluations prises pour base de la liquidation des droits ad valorem »108. Dès lors, il est clair que nul n’a le monopole de l’information juste…

66De même que les chiffres qui circulent entre Chambres, préfets et ministère du Commerce sont souvent, ultimement, issus des douanes, du fisc, de la police, des courtiers ou des impressions subjectives de quelques entrepreneurs, l’information qu’utilisent ces derniers s’échange ainsi suffisamment pour n’avoir pas de source unique, « privée » ou « publique ».

*
* *

67Même en s’en tenant à deux formes très particulières d’information économique, on mesure ainsi la complexité des circuits en la matière et la diversité des attentes. Si un chiffre global sur la navigation anglaise et une recommandation quant aux formalités douanières à observer à Odessa n’ont certes pas le même usage, la même utilité pour un commerçant, petit, moyen ou grand, ou pour un ministre, ce sont pourtant en grande partie les mêmes hommes, dans les bureaux chargés du Commerce et dans les Chambres, qui mettent en forme ce type d’informations et contrôlent leur diffusion. Jonglant aussi avec des données plus strictement juridiques, techniques ou politiques, ces acteurs se constituent finalement une culture en partie commune. Son émergence peut nous aider à comprendre la logique de trajectoires individuelles qui se situent aux frontières du public et du privé (passant aussi, en particulier, par la Banque de France ou les Tribunaux de commerce). Cette culture permet aussi la constitution d’un certain type de politique économique, bornée tant par des principes libéraux que par un manque de forces administratives, née plutôt de la pratique que d’intentions bien marquées, malgré le rôle de personnages comme Saint-Cricq : une politique de la consultation et de la négociation, guère théorisée (et du coup guère valorisée, en particulier par des économistes qui regardent le plus souvent vers l’Angleterre), qui n’exclut pas les décisions unilatérales, mais qui est sans doute propre, dans ses formes précises, à la France du premier XIXe siècle. Tandis que les négociants font feu de tout bois pour s’informer le plus efficacement possible – cela, sans doute, à toutes les époques –, les Chambres et les bureaux confrontent, diffusent ou ne diffusent pas chiffres ou nouvelles, en gérant en plus l’ambiguïté de leur rôle, censé servir à la fois l’État et le Commerce.

68Dans ces relations entre État, Chambres de commerce et commerçants autour de l’information économique, la création de la Statistique générale de la France ne constitue sans doute pas un tournant important. Elle marquerait plutôt une divergence accentuée entre exigences statistiques « scientifiques » et demande d’information des acteurs économiques – la prise de décision en politique économique, elle, mobilisant tant les dénombrements généraux que la parole des intéressés ou les nouvelles exotiques. C’est du côté des acteurs collectifs, entre public et privé, que la seconde moitié du XIXe siècle voit le plus de changements. Les Chambres de commerce, dès le début de la IIIe République, augmentent leurs budgets et leur personnel pour remplir des tâches d’administration et de service qui touchent largement à l’information et à la formation (la loi de 1898 stabilisant et légitimant ce rôle). Les chambres syndicales, d’abord difficiles à distinguer, dans certains cas, des agences privées d’information, maintiennent, une fois devenues syndicats, l’ambition de produire leurs propres données (sur le crédit de chaque maison, par exemple) et d’en rendre d’autres disponibles pour leurs seuls membres.

  • 109 A. Stanziani, « Information and norms… », op. cit. ; Alain Chatriot, « “Organiser des services de d (...)

69Si les acteurs et les circuits de l’information se multiplient donc, toutes les évolutions ne sont pas pour autant linéaires. On retrouve surtout, à la fin du siècle, voire encore dans l’entre-deux-guerres109, des permanences dans les questions et les difficultés auxquelles sont confrontés les acteurs – qui relativisent l’idée d’époques plus riches que d’autres en incertitudes économiques. Des choses changent : le Bureau d’information commerciale du ministère du Commerce crée un hebdomadaire en 1883, les expositions et musées du commerce se multiplient, les consuls sont autorisés à donner des informations sur le crédit de telle ou telle maison dans les années 1890. D’autres demeurent : les Chambres de commerce demandent plus de publications de la part des douanes, en prenant exemple sur l’Angleterre et les États-Unis ; les commerçants critiquent les consuls, mais leurs syndicats ne parviennent pas à établir des comptoirs. Alain Chatriot s’interroge sur la longue durée de la résistance patronale aux entreprises statistiques, pointant aussi le caractère interministériel – donc problématique – de ces dernières, les questions que pose leur publicité ou encore le recours fréquent, faute de mieux, au dépouillement de journaux (de la part des acteurs privés, voire des bureaux ministériels). Constater à quel point des institutions comme les Chambres de commerce, et même les syndicats patronaux, se sont construites autour de la circulation de l’information économique est déjà un premier résultat de ces recherches encore rares. Prendre la mesure des permanences et constituer une chronologie reste, pour l’essentiel, un horizon de recherche.

Notes

2 En particulier grâce à Jean-Pierre Hirsch, Les deux rêves du commerce. Entreprise et institution dans la région lilloise (1780-1860), Éditions de l’EHESS, 1991 et Philippe Minard, La fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières, Paris, Fayard, 1998.

3 Que l’on parle de « patrons », d’« entrepreneurs », d’« hommes d’affaires », de « négociants », de « marchands » ou de « commerçants », le vocabulaire est souvent piégé, juridiquement inadapté et/ou anachronique. On parlera ici de « négociants » ou « commerçants » pour évoquer ceux que les Chambres de commerce sont censés représenter, et qui sont souvent aussi banquiers ou industriels.

4 Comme le souligne A. Stanziani, « l’information économique » peut fort bien n’avoir pas pour but direct l’efficacité, au sens des économistes, mais plutôt le prestige, le pouvoir, la légitimité. Cf. Alessandro Stanziani, « Information, institutions et temporalité. Quelques remarques critiques sur l’usage de la nouvelle économie de l’information en histoire », Revue de synthèse, 4e série, t. 121, nº 1-2, janvier-juin 2000, p. 117-155.

5 Joseph Garnier, « Statistique », in Charles Coquelin et Gilbert-Urbain Guillaumin (dir.), Dictionnaire de l’économie politique, Guillaumin, Paris, 1852-1853, tome 2, p. 656. Horace Say, dans l’article « Enquêtes » du même ouvrage (tome 1, p. 701-706), n’envisage, lui, que la décision politique. Moreau de Jonnès, pour qui « les ouvrages de statistique sont destinés aux hommes d’État, aux hommes d’affaires dont la vie est trop occupée pour leur permettre d’éclairer eux-mêmes des calculs informes » (Éléments de statistique, Guillaumin, Paris, 1847, cité par Hervé Le Bras, « La Statistique générale de la France », in Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, La Nation, 2, Gallimard, Paris, 1987, p. 341), apparaît donc assez isolé.

6 Claire Lemercier, Un si discret pouvoir. Aux origines de la Chambre de commerce de Paris, 1803-1853, Paris, La Découverte, 2003, chap. 1 ; Igor Moullier, « Le ministère de l’Intérieur sous le Consulat et le Premier Empire (1799-1814). Gouverner la France après le 18 brumaire », thèse de doctorat d’histoire, Université Lille-III, dir. Gérard Gayot, 2004, chap. 7.

7 Circulaire du ministère de l’Intérieur aux Chambres de commerce, 31 mars 1806. Recueil des lois, décrets, ordonnances et arrêtés relatifs aux Chambres de commerce en général et à la Chambre de commerce de Paris en particulier, de Bonaventure et Ducessois, Paris, 1856.

8 Voir A. Stanziani, « Information… », op. cit., en particulier sur l’homogénéité trompeuse de la notion, et la présentation de Dominique Margairaz, supra.

9 Sur les sociétés anonymes, voir C. Lemercier, Un si discret…, op. cit., chap. 8 ; sur les brevets, Gabriel Galvez-Behar, « “Pour la fortune et pour la gloire”. Inventeurs, propriété industrielle et organisation de l’invention en France, 1870-1922 », thèse de doctorat, Lille-III, dir. Jean-Pierre Hirsch, 2004 ; sur les marchés publics, la thèse en cours d’Hélène Lemesle permettra d’en savoir plus.

10 Voir Jean-Claude Perrot, « Les dictionnaires de commerce au XVIIIe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 28, janvier-mars 1981, p. 36-67 ; Franco Angiolini et Daniel Roche (dir.), Cultures et formations négociantes dans l’Europe moderne, Éditions de l’EHESS, Paris, 1995, Claire Lemercier, Un si discret…, op. cit., chap. 7.

11 L’enquête « Ars mercatoria » dirigée par Pierre Jeannin, puis Jacques Bottin et Jochen Hoock aborde tout juste cette période.

12 Avec en particulier de nombreuses analyses sur le rôle de Neufchâteau, de Chaptal, du préfet de la Seine Chabrol et des créateurs de la Statistique générale de la France. Sans reprendre tous les travaux, depuis ceux, essentiels, de Jean-Claude Perrot et d’Alain Desrosières, on se bornera à citer, à propos de la période envisagée ici, Bertrand Gille, Les sources statistiques de l’histoire de France. Des enquêtes du XVIIe siècle à 1870, Genève, Droz, 1964, Jean-Marie Chanut, Jean Heffer, Jacques Mairesse, Gilles Postel-Vinay (dir.), L’industrie française au milieu du XIXe siècle. Les enquêtes de la Statistique générale de la France, Paris, Éditions de l’EHESS, 2000 et I. Moullier, « Le ministère… », op. cit., chap. 6.

13 Charles Dupin, Rapport sur les sociétés d’exportation, novembre 1843, Archives nationales (AN), F12 2491A.

14 ACCIP, Procès-verbal du 4 novembre 1840.

15 Voir en particulier, outre les sources précitées, les Annuaires d’économie politique et de statistique publiés par Joseph Garnier chez Guillaumin en 1844-1850.

16 Ministère du Commerce, Enquête relative à diverses prohibitions établies à l’entrée des produits étrangers commencée le 8 octobre 1834, sous la présidence de M. T. Duchâtel, ministre du commerce, Imprimerie royale, Paris, 1835, 3 vol. 

17 Discours du comte de Saint-Cricq à la Chambre des députés, 16 juillet 1828.

18 Éric Brian, La mesure de l’État. Administrateurs et géomètres au XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1994.

19 Pour plus de détails sur le contenu des rapports (et sur la statistique de 1848), voir Claire Lemercier, Un si discret…, op. cit., chap. 9 et 10 et Claire Lemercier, « Classer l’industrie parisienne au XIXe siècle », in Nomenclatures et classifications : approches historiques, enjeux économiques, Actes et communications de l’INRA, nº 21, novembre 2004, p. 237-271.

20 ACCIP, 1 Mi 8, Lettre au préfet de la Seine du 5 juin 1833.

21 ACCIP, Procès-verbal du 8 janvier 1834.

22 ACCIP, 1 Mi 8, Rapport du 29 février 1832.

23 ACCIP, 1 Mi 9, Lettre du 28 novembre 1835 en réponse au préfet de la Seine.

24 Jean-Claude Perrot, « Les effets économiques de la Révolution. Trente années de bilan (1795-1825) », in Une histoire intellectuelle de l’économie politique, XVIIe-XVIIIe siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, Paris, 1992, p. 441-469.

25 Il en va de même pour les volumes suivants (26 août 1840, 14 juillet 1841, 24 décembre 1844, 9 septembre 1846), selon les procès-verbaux correspondants (ACCIP).

26 Propos d’un fabricant d’Amiens inclus en annexe de l’enquête et cités par Horace Say, « Enquêtes », op. cit., p. 704.

27 ACCIP, 1 Mi 10, rapport du 26 juillet 1837.

28 ACCIP, Procès-verbal du 4 novembre 1840.

29 Également évoquées dans la communication de Nicolas Bourguinat.

30 Chambre de commerce de Paris, Statistique de l’industrie à Paris, résultant de l’enquête faite par la Chambre de commerce pour les années 1847-1848, Paris, Guillaumin, 1851.

31 AN, F12 6385.

32 ACCIP, VII-3.70 (1), Lettre du préfet de la Seine du 8 juillet 1833.

33 Jean Clinquart, L’administration des douanes en France sous la Restauration et la Monarchie de Juillet, Paris, Association pour l’histoire de l’administration des douanes, 1981.

34 AN, F12 6385, Ministère de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, Demande de bulletins trimestriels, 24 août 1841. Même la Chambre de commerce de Paris (ACCIP, Procès-verbal du 1er septembre 1841) indique alors : « Satisfaire complètement à une aussi vaste demande, et y satisfaire tous les trois mois, serait presque impossible ; mais l’idée de rapports aussi réguliers entre les organes du Commerce et l’Administration peut être éminemment utile. » Cependant, les membres se contentent d’envisager des sujets sur lesquels il serait utile de revendiquer (timbre, lettres de change, demande de communication des projets de traité) et de créer une commission au mandat assez vague, qui ne rend pas de rapport.

35 AN, F12 6385, Ministère de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, Demande de bulletins trimestriels, 24 août 1841.

36 AN, F12 6385, Brouillon de réponse à la Chambre de commerce de Marseille, 30 septembre 1841.

37 Sur ces conseils, voir C. Lemercier, Un si discret…, op. cit., chap. 3.

38 Cunin-Gridaine connaît bien cette méthode d’enquête, pour l’avoir appliquée en particulier à propos du travail des enfants : cf. Lee Shai Weissbach, Child Labor Reform in Nineteenth-Century France : Assuring the Future Harvest, Baton Rouge, Louisiana State University Press, 1989.

39 Quelle que soit la Chambre, un rapport représente en général dix à douze grandes pages manuscrites.

40 AN, F12 6385, Lettre de la Chambre de commerce d’Amiens, 8 octobre 1841. La Chambre affirme n’avoir pas du tout été consultée par le ministre entre novembre 1840 et août 1841.

41 AN, F12 6385, Rapports du 18 avril et du 20 juillet 1842.

42 AN, F12 6385, Rapport du 18 avril 1842.

43 AN, F12 6385, Lettre de la Chambre de Marseille du 10 septembre 1841.

44 AN, F12 6385, Brouillon de réponse à la Chambre du Havre, 20 septembre 1841.

45 Ibid.

46 Eux-mêmes récemment créés, en 1839, pour regrouper des informations éparses dans les rapports. Voir J. Clinquart, op. cit., p. 326.

47 AN, F12 6385, Lettre de la Chambre de Marseille du 10 septembre 1841.

48 AN, F12 6385, échange de lettres entre la Direction du commerce extérieur du ministère de l’Agriculture et du Commerce et la Direction générale des douanes, novembre-décembre 1842. Le même problème se pose en 1863 entre la Chambre de commerce de Dieppe et la douane locale, qui rechigne à la laisser relever des renseignements (voir un échange de lettres dans le même carton).

49 AN, F12 6385, Lettre de la Chambre de Marseille du 10 septembre 1841.

50 AN, F12 6385, Rapport de la Chambre d’Amiens, 20 décembre 1842.

51 AN, F12 6385, Rapport de la Chambre de Montpellier, 7 février 1843.

52 Ibid.

53 AN, F12 6385, Rapport de la Chambre de Montpellier, 10 janvier 1842.

54 AN, F12 6385, Rapport de la Chambre d’Amiens, 20 décembre 1842.

55 AN, F12 6385, Rapport de la Chambre de Montpellier, 10 janvier 1842. cf. Figure 1.

56 Ibid.

57 Philippe Minard, « État et économie en France après la Révolution », Historiens et géographes, nº 378, mai 2002, p. 195-201 a bien souligné à quel point les douanes constituaient le principal levier de ce qu’il est assez présomptueux d’appeler une politique économique. Sur les difficultés à exister du ministère du Commerce, voir O…, « Note sur l’histoire et les attributions du ministère de l’Agriculture et du Commerce », Revue administrative, 74e livraison, janvier 1846, p. 353-380.

58 On retrouve ainsi peu ou prou la trilogie classique des savoirs commerçants évoquée en introduction. Les origines des renseignements (lettres de voyageurs et publications officielles) rappellent aussi les sources de la « statistique » dans les dictionnaires économiques du XVIIIe siècle (Jean-Claude Perrot, « La statistique dans le premier dictionnaire d’économie politique en langue française », in Une histoire intellectuelle…, op. cit., p. 127-142). Rien de révolutionnaire donc sur le fond : ce sont plutôt les formes matérielles et l’organisation de la circulation de l’information qui ont changé.

59 AN, F12 9418, rapport du 10 décembre 1822.

60 Il faudrait mieux comprendre la complémentarité entre ces canaux. Le 18e Extrait de divers avis sur le commerce, imprimé en novembre 1821 (AN, F12 9417), indique ainsi à la fin du résumé d’un ukase : « NB. Le Moniteur du 17 octobre rapporte, sous la date d’Odessa du 18 septembre, qu’on venait de recevoir l’ordre d’y suspendre l’effet du règlement ci-dessus, et de laisser jusqu’à nouvelle décision la franchise dans son ancien état. » Le Moniteur a ainsi des sources plus variées et sa périodicité permet une plus grande actualisation de l’information, au prix d’une moins grande clarté de présentation.

61 AN, F12 9418, rapport du 10 décembre 1822.

62 Une collection d’Extraits d’avis divers est conservée à la Bibliothèque municipale de Montauban, qui a bien voulu m’en fournir une copie partielle. La dispersion des avis conservés témoigne de leurs processus de diffusion, puis d’indexation. Une recherche systématique dans les archives de Chambres de commerce permettrait sans doute une étude sérielle plus sérieuse. En 1834-1837, l’en-tête indique : ministère du Commerce, secrétariat général du Conseil supérieur du commerce (sur ce Conseil, voir C. Lemercier, Un si discret…, op. cit., p. 131-133). La périodicité est alors à peu près trimestrielle.

63 Sur ce personnage, voir J. Clinquart, op. cit. et Francis Démier, « Nation, marché et développement dans la France de la Restauration », thèse de doctorat d’État, Paris-X, dir. Philippe Vigier, 1991.

64 Chambre des députés, séance du 16 juillet 1828.

65 Ibid.

66 Ibid.

67 Voir C. Lemercier, Un si discret…, op. cit., p. 242-245 ; Jean Fredet, Quand la Chine s’ouvrait… Charles de Montigny, consul de France, Paris, Société de l’histoire des colonies françaises et librairie Larose, 1953.

68 ACCIP, VI-6.40 (2), Lettre du 3 mai 1843 du ministre du Commerce.

69 Voir Alessandro Stanziani, « Information and norms in the coordination of markets. Commercial fraud in France (1871-1905) », communication au X Simposio de Historia Economica, Barcelone, janvier 2005.

70 Il s’agit plutôt là d’intuitions, fondées non sur une base de données exhaustive, mais sur la lecture des catalogues de bibliothèques et sur le dépouillement d’un recueil constitué a posteriori : Annales du commerce extérieur, publiées par le Département de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics (3e série des avis divers), Amérique centrale et Amérique du Sud (Faits commerciaux). Tome 1er. Amérique centrale, Colombie, Venezuela. 1843 à 1866, libr. adm. de Paul Dupont, Paris, 1867.

71 AN, F12 9417 et 9418.

72 Il est toutefois impossible d’inclure les échantillons de tissus transmis avec un rapport sur le Brésil (AN, F12 9417, Copie d’une lettre de M. le vice-consul de France à Fernambouc [sic], 15 avril 1821). Or, à la réception d’une note sur le marché de la soie à Manille, la Chambre de commerce de Paris affirme que ce type d’information est inutile sans échantillon (ACCIP, Procès-verbal du 5 mars 1844).

73 AN, F12 9418, Lettre du 16 novembre 1825 du ministre de l’Intérieur au président du Bureau du commerce et des colonies.

74 AN, F12 9418, Réponse du 5 décembre 1825.

75 Ibid., Lettre de la Chambre de commerce de Paris du 21 septembre 1825.

76 ACCIP, procès-verbaux des 19 et 29 novembre 1810. Des pratiques très similaires de ciblage des intéressés, soit pour des informations sur des marchés prometteurs, soit pour des recommandations en matière de fraude, apparaissent encore en 1848 (ACCIP, VI-6.50 (17), Lettre du Bureau des faits commerciaux, 25 novembre 1848) ou 1852 (ACCIP, I-2.50 (35), Lettre du ministère de l’Intérieur, de l’Agriculture et du Commerce, 23 avril 1852).

77 ACCIP, Procès-verbal du 22 février 1826.

78 Claire Lemercier, « Liens privés et régulation de l’économie : la famille et l’institution (Paris, XIXe siècle) », Revue d’histoire du 19e siècle, nº 33-2, 2006, p. 23-53.

79 ACCIP, Procès-verbaux de février 1825, et AN, F12 9418, Lettre de la Chambre de commerce de Paris du 21 septembre 1825.

80 C. Lemercier, Un si discret…, op. cit., chap. 8.

81 Ibid., chap. 7.

82 Les procès-verbaux en ACCIP évoquent le 4 novembre 1835 « la collection générale des tarifs que possède la bibliothèque et que divers négociants viennent quelquefois consulter » et le 6 mars 1839 les avis divers qui, « avec le concours d’une table générale et continue, sont, par le public, assez fréquemment consultés ».

83 ACCIP, I-2.54 (39), Règlement du 20 janvier 1830.

84 ACCIP, VI-6.40 (2), Lettre du 10 janvier 1844.

85 ACCIP, Procès-verbal du 20 février 1851.

86 AN, F12 9417, Lettre de la Chambre de commerce de La Rochelle, 16 août 1822.

87 AN, F12 9417, Lettre de la Chambre de commerce de Rouen, 30 mars 1824.

88 AN, F12 6385, Ministère de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, Division du commerce extérieur, Bureau de la législation des douanes de France, Rapports avec les chambres de commerce et les chambres consultatives des arts et manufactures, Circulaire imprimée, aux membres des chambres, 25 octobre 1852.

89 AN, F12 6385, Lettre de la Chambre de commerce de Nantes, 4 novembre 1852.

90 AN, F12 6385, Lettre de la Chambre de commerce de Strasbourg, 2 novembre 1852.

91 AN, F12 6385, Lettre de la Chambre de commerce de Rouen, 11 novembre 1852.

92 Je rejoins ici les conclusions proposées par A. Stanziani, « Information and norms… », op. cit., pour une période plus tardive.

93 ACCIP, Procès-verbal du 17 juin 1817.

94 ACCIP, Procès-verbal du 21 mars 1838.

95 ACCIP, Procès-verbal du 4 mars 1846.

96 ACCIP, Procès-verbal du 18 mars 1846.

97 En 1833, elle prête ainsi au chef du protocole du ministère des Affaires étrangères un ouvrage berlinois introuvable ailleurs. ACCIP, Procès-verbal du 28 décembre 1833.

98 ACCIP, Procès-verbal du 11 janvier 1837.

99 ACCIP, Procès-verbal du 4 avril 1849.

100 Alex. de Clercq [lui-même consul] et C. de Vallat, « Consuls », in Dictionnaire de l’économie politique, op. cit., tome 1 ; ACCIP, Procès-verbaux des 28 mai 1828, 4 octobre et 8 novembre 1843, 28 avril 1847. Nombre de négociants semblent penser que les consuls commerçants sont trop sujets aux conflits d’intérêts – même si d’autres continuent à critiquer les consuls fonctionnaires.

101 C. Lemercier, Un si discret…, op. cit., p. 95-96 et 206-207.

102 Bertrand Gille, « État de la presse économique et financière en France », Histoire des entreprises, nº 4, novembre 1959, p. 59-76. Parmi les projets de sociétés envoyés pour soutien (et renvoyés aux archives) à la Chambre de commerce dans les années 1830, plusieurs, chaque année, relèvent de la presse économique.

103 Une recherche dans le catalogue de la BNF sur les mots du titre « avis », « divers » et « commerce » pour le XIXe siècle renvoie à des dizaines de périodiques provinciaux, exclusivement économiques ou non.

104 Jean-Jacques Hémardinquer, « Une correspondance de banquiers parisiens (1808-1815). Aspects socio-politiques », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 17, juillet-septembre 1970, p. 514-539.

105 AN, F12 9417, Ministère de l’Intérieur, 18e extrait de divers avis sur le commerce, Imprimerie royale, Paris, novembre 1821, p. 19.

106 ACCIP, I-2.32 (1) : Prix courant du marchand, Cours général de la Bourse, Écho du monde savant, Moniteur universel, Annales maritimes, Nouvelles annales des voyages, Almanach du commerce, Journal des chemins de fer, Moniteur industriel, Cours authentique des fonds publics, Véritas, Nouvelles archives du commerce, Feuille commerciale jointe au Journal du Commerce, Prix général et légal des marchandises, Armateurs maritimes, L’Exposition, Recueil industriel, Mémorial du commerce, Revue des Deux Mondes.

107 ACCIP, Procès-verbal du 22 mai 1833.

108 ACCIP, Procès-verbal du 6 septembre 1837.

109 A. Stanziani, « Information and norms… », op. cit. ; Alain Chatriot, « “Organiser des services de documentation économique permanente”. Débats et projets autour des statistiques au Conseil national économique au cours des années 1930 », communication à la journée d’étude « La genèse de la décision : chiffres publics, chiffres privés dans la France du XXe siècle », Saint-Denis, 7 avril 2006.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Un exemple de rapport annoté
Légende AN, F12 6385, Rapport de la Chambre de commerce de Montpellier au ministre de l’Agriculture et du Commerce, 10 janvier 1842
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4570/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1000k
Titre Figure 2 De l’avis reçu à l’avis imprimé
Légende AN, F12 9417, Ministère de la Marine et des Colonies, Extrait d’un rapport au ministre de la Marine du contre-amiral Jurien, à bord du vaisseau Le Colosse, rade de Bahia, 20 mai 1821
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4570/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Figure 2 De l’avis reçu à l’avis imprimé (fin)
Légende AN, F12 9417, Ministère de l’Intérieur, 18e extrait de divers avis sur le commerce, Imprimerie royale, Paris, novembre 1821 : « Extrait d’une lettre de Bahia du 20 mai 1821 », p. 15
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4570/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 107k

Auteur

Chargée de recherche au CNRS à l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (UMR 8066 CNRS-ENS). Elle travaille sur l’histoire des institutions et régulations économiques, essentiellement dans la France du XIXe siècle, et en particulier sur les tribunaux de commerce, les prud’hommes et les chambres syndicales. Elle a entre autre publié : Un si discret pouvoir. Aux origines de la chambre de commerce de Paris, 1803-1853, Paris, La Découverte, 2003 ; elle est co-éditrice avec Gérard Béaur et Hubert Bonin de Fraude, contrefaçon et contrebande, de l’Antiquité à nos jours, Genève, Droz, 2006.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540