Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’information économique, XVIe-XIXe siècle

 | 
Dominique Margairaz
, 
Philippe Minard

État et information économique

Du « sein de la terre » aux « mains du commerce » : la connaissance des richesses minérales diffusée par le Journal des Mines (1794‑1810)

Isabelle Laboulais

Texte intégral

1Lorsqu’elle est mise en place par la Convention, le 13 messidor an II, l’agence des Mines est placée sous l’autorité de la commission des Armes et des Poudres ; puis, par la loi du 30 vendémiaire an IV relative aux écoles de service public, elle est remplacée par le conseil des Mines, désormais établi sous la tutelle du ministère de l’Intérieur. En dépit de cette nouvelle désignation, ses attributions ne changent pas : le conseil des Mines continue de contrôler le corps des Mines dans son ensemble c’est-à-dire qu’il reste chargé, jusqu’en 1810, de l’administration des ressources minérales, de l’organisation des enseignements dispensés à l’École des Mines et de la publication du Journal des Mines.

  • 1 Jean-Claude Perrot, L’âge d’or de la statistique régionale française (an IV-1804), Paris, Société d (...)
  • 2 Denis Woronoff regarde le Journal des Mines comme un vecteur privilégié de toute information pouvan (...)
  • 3 Journal des Mines, Volume I, nº 1, vendémiaire an III, p. 12. Toutes les citations respectent l’ort (...)

2À l’image du Journal des arts et manufactures qui rend compte des travaux de la commission d’Agriculture, des Arts et Manufactures en publiant notamment entre 1795 et 1797 une « géographie industrielle »1, ce périodique tient lieu à la fois de « tribune et [de] bulletin de liaison » de l’administration des Mines2. Il est en effet chargé de rendre publics les rapports et mémoires produits par les ingénieurs et les inspecteurs, ainsi que les contributions adressées au conseil des Mines par des membres d’autres corps savants ou techniques. Fidèle à la proclamation de l’an III, ce périodique s’efforce de suivre « les substances que l’Art extrait du sein de la terre jusques dans les mains du Commerce qui les transporte et les échange »3. Dans les cent soixante huit numéros publiés entre 1794 et 1810 se côtoient des instructions pour les voyageurs métallurgistes, des descriptions minéralogiques de certains territoires, des notices sur certains minerais, des mémoires consacrés à certains sites miniers, des descriptions techniques de machines utilisées pour l’exploitation, ainsi que des mémoires statistiques.

  • 4 Ibid., p. 6.
  • 5 Journal des Mines, Volume X, germinal an IX, p. IV.
  • 6 Idem.

3Jusqu’en l’an VII où la parution s’interrompt pour des raisons financières, Charles Coquebert assure la fonction de rédacteur, mais le choix des articles publiés incombe à la conférence des Mines, instance collégiale qui réunit l’ensemble des agents4. À partir de l’an IX, le journal paraît de nouveau, c’est alors une équipe composée de plusieurs ingénieurs membres du corps (Haüy, Vauquelin, Baillet, Brochant, Tremery et Collet-Descostils) qui se voit chargée de la rédaction. Dès lors, Chaptal associe étroitement ce périodique à l’entreprise statistique5 et le désigne comme prioritairement destiné aux concessionnaires ainsi qu’aux savants français et étrangers6.

  • 7 Dominique Margairaz, François de Neufchâteau. Biographie intellectuelle, Paris, Publications de la (...)

4En examinant les articles du Journal des Mines destinés à faire connaître les richesses minérales, nous voudrions montrer la manière dont un périodique peut contribuer à la fois à l’organisation de la collecte et à la diffusion des résultats d’enquêtes sur les ressources ; nous voudrions aussi souligner la manière dont ces textes articulent la connaissance du territoire et l’incitation à en exploiter les ressources. Nous nous arrêterons tout d’abord sur les questionnaires suggérés ou publiés par le Journal des Mines, puis nous verrons qu’en dépit de la diversité des outils imaginés par les agents des Mines pour exposer les informations économiques rassemblées, on peut distinguer deux catégories de textes : ceux qui contribuent à la « description de la France », ceux qui relèvent au contraire du « tableau de la situation de la République »7 ; nous montrerons enfin que tous ces textes cherchent à faire de l’information économique publiée un argument en faveur de l’intervention ou de l’incitation économique.

Les formes de l’enquête

  • 8 Journal des Mines, Volume I, nº 1, vendémiaire an III, p. 8.
  • 9 Idem, p. 56.

5Si le Journal des Mines est chargé de publier les résultats des enquêtes sur les mines, il intervient aussi en amont, en suggérant notamment quelques procédés pour collecter des données sur les ressources minérales, données qui enrichissent ensuite certains articles publiés. Dans le programme qui ouvre le premier numéro du Journal des Mines, plusieurs contributions sont évoquées, celles de « savants estimables », de « voyageurs employés à la recherche des mines », et de « ceux qui s’associeront volontairement à ces travaux »8. D’ailleurs, quelques pages plus loin, dans l’« Apperçu [sic] de l’extraction et du commerce des substances minérales en France avant la Révolution », le rédacteur invite « tous les citoyens à concourir avec zèle à l’exécution du Tableau général des mines de France et de leurs produits »9.

Des consignes éparses…

6Ce type d’invitation se retrouve dans presque toutes les notices départementales. Aucune consigne précise n’accompagne cependant ces sollicitations adressées aux lecteurs. Tout au plus trouve-t-on dans le périodique des indications éparses qui peuvent tenir lieu de consignes fragmentées. Ainsi, lorsque le Journal des Mines publie des extraits des registres de la conférence des Mines, on peut y lire :

  • 10 Journal des Mines, Volume I, nº 6, ventôse an III, p. 6.

« Sur la proposition d’un membre, la conférence arrête que tout [sic] ceux qui enverrons des mémoires ou observations à l’agence des Mines, seront invités à exprimer en langage méthodique, les substances et les outils qu’ils auront occasion d’observer dans les divers travaux, d’indiquer le rapport que les outils peuvent avoir entr’eux, et d’ajouter les noms vulgaires, et particulièrement ceux qu’ils portent dans le lieu des observations »10.

  • 11 Coquebert revient sur cette méthode dans le commentaire d’une collection de minéraux : « Indépendam (...)
  • 12 « Lettre du citoyen Berthout au citoyen Coquebert rédacteur du Journal des mines », Journal des Min (...)
  • 13 Gabriel Gohau, Une histoire de la géologie, Paris, Seuil, Points, 1990, p. 117.

7On retrouve ici des consignes assez conformes à celles énoncées par les naturalistes, et très représentatives de celles qui se trouvent disséminées dans de nombreux articles11. Ces consignes insistent sur l’inscription des échantillons dans les lieux de la collecte ; cependant, la quête d’exactitude n’est énoncée que de manière approximative. On peut en effet se demander ce qu’est le « langage méthodique » évoqué ici. Est-ce, comme le suggère l’un des lecteurs du Journal des Mines, la « langue minéralogique de Werner » qui, selon lui, doit faciliter l’identification des fossiles par les voyageurs naturalistes12 ? Ou bien est-ce simplement une manière d’insister sur la rigueur avec laquelle les observations doivent être rapportées ? Il est, à vrai dire, difficile de trancher. La méthode de Werner qui fonde son classement sur la forme des minéraux et sur leurs caractères chimiques est souvent évoquée dans le périodique ; cependant, le Journal des Mines ne publie jamais aucune consigne pour en généraliser l’adoption. Il faut dire qu’à la même époque, Haüy, qui depuis l’an III exerce les fonctions de conservateur des collections de minéraux de l’Agence des Mines, est en train d’élaborer son traité de cristallographie dans lequel il se démarque de Werner. Il affirme en effet que les formes extérieures dérivent d’un petit nombre de systèmes cristallins qu’il désigne comme la « molécule intégrante »13. Jusqu’à la parution du traité d’Haüy, les consignes pour identifier les minéraux restent donc assez floues. Werner est cité, sans pour autant apparaître comme la référence retenue par le Conseil des Mines.

  • 14 Journal des Mines, Volume IV, nº 23, thermidor an IV, p. 48.
  • 15 Journal des Mines, Volume V, nº 26, brumaire an V, p. 142.
  • 16 Archives nationales, Paris (AN), F14 1301 A, « Compte rendu par le Conseil des mines au Ministre de (...)

8D’ailleurs, de manière générale, les articles du Journal des Mines s’attachent davantage aux consignes pratiques qu’aux conseils de méthode. Assez régulièrement, les auteurs de descriptions signalent à leurs lecteurs les phénomènes à vérifier. Ainsi, pour rédiger sa notice minéralogique du département de l’Ain, Coquebert reprend des indications qu’il dit avoir trouvées dans des descriptions des années 1770 et 1780, il suggère donc à ses lecteurs d’aller s’assurer de leur exactitude, car il craint que ces informations n’émanent de « personnes peu versées dans la minéralogie »14. Sans nécessairement mettre en cause la fiabilité des observations dont il dispose, Coquebert suggère aussi à ses lecteurs d’aller visiter certains sites pour confirmer ou contredire les indices, notamment les indices de présence de houille repérés par les ingénieurs des Mines15. Là encore, le rédacteur ne donne pas de consignes d’observation précises à ses lecteurs, il leur indique seulement une liste de choses à voir, un peu à la manière de ce que faisait le conseil des Mines pour ses agents16.

  • 17 Journal des Mines, Volume II, nº 9, prairial an III, p. 14-24.

9Cette analogie avec les manières de faire des ingénieurs des Mines n’est pas isolée, certains de leurs rapports publiés dans le Journal pouvaient en effet servir de modèles aux observateurs amateurs. Ainsi, dans un mémoire intitulé « Avantages d’une exploitation de houille et de plomb aux environs de Montaigu, département du Puy-de-Dôme »17, Duhamel annonce le cadre qu’il a suivi et qu’il entend voir suivre par ses confrères avant d’émettre son avis :

  • 18 Idem, p. 14-15.

« Avant d’entrer en matière, je crois devoir faire une courte digression et tracer rapidement les observations auxquelles on doit avoir égard lorsqu’on veut s’intéresser dans une entreprise de mine. Quelle est l’espèce de minerai ? Quelle est sa richesse présumée ? Quelles sont les dimensions du filon ou de la couche ? Paroit-il réglé ? Est-il découvert en plusieurs points ? Quelle est sa position topographique ? L’exploitation exigera-t-elle des machines hydrauliques ? Y a-t-il des courans d’eau suffisans ? Y a-t-il des bois pour les étais ? Existe-t-il des grandes routes qui rendent l’accès facile, et des canaux ou des rivières qui fassent espérer de diminuer les frais de transport ? Enfin, le débit des substances, lorsqu’elles seront extraites, paroît-il assuré ? Voilà, je crois, les questions que l’on doit faire avant de prendre un intérêt dans une mine car c’est de la réunion du plus grand nombre possible de ces circonstances que dépend le succès d’une telle entreprise »18.

10Cette méthode explicitement destinée aux agents des Mines concerne aussi les lecteurs puisqu’elle est publiée dans le Journal. Elle fait d’ailleurs directement écho à la promesse de l’an III de suivre « les substances que l’Art extrait du sein de la terre jusques dans les mains du Commerce qui les transporte et les échange » et traduit la vision macro-économique de l’activité minière qui semble nourrir la pensée des agents des Mines et irriguer les pages du périodique tout au long de cette période.

… aux instructions

  • 19 Antonella Vannoni, « Les instructions pour les voyageurs : voyage, expérience et connaissance au XV (...)
  • 20 René Sigrist (dir.), H.-B. de Saussure (1740-1799). Un regard sur la terre, Genève, Georg, 2000. On (...)

11Bien que l’agence des Mines n’ait jamais conçu « son » propre questionnaire, le Journal en évoque quelques-uns qui paraissent conformes à ses vues19. En ventôse an III, puis en floréal an IV, le périodique fait paraître intégralement deux instructions : tout d’abord l’« Essai d’un manuel du voyageur métallurgiste » que l’auteur, Alexandre Miché, un ingénieur des Mines, a déjà présenté à la conférence des Mines ; puis le célèbre « Agenda ou tableau général des observations et des recherches dont les résultats doivent servir de base à la Théorie de la terre » qu’Horace-Bénédict de Saussure a fait paraître la même année dans le quatrième volume de ses Voyages dans les Alpes20. Ces deux textes peuvent offrir des approches complémentaires : l’un s’attache en effet à l’inventaire des ressources, l’autre cherche à rendre intelligible leur localisation. Cependant, ces deux textes reposent sur deux modalités de découpage du réel régies par des principes bien distincts.

  • 21 Journal des Mines, Volume I, nº 6, ventôse an III, p. 6.
  • 22 Marie-Noëlle Bourguet, Déchiffrer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienne(...)
  • 23 Journal des Mines, Volume IV, nº 20, floréal an IV, p. 80.

12De manière assez conforme aux entreprises statistiques contemporaines, la grille proposée par Miché ancre l’inventaire sur une trame topographique : les mines, fonderies et usines doivent être situées non seulement au sein du maillage administratif (département, district, canton puis commune), mais aussi dans leurs « positions propres » (montagnes, coteaux, gorges, vallons, plaines, etc.)21. Ce qui l’emporte néanmoins dans les intentions de l’auteur, c’est bien la constitution d’un tableau général ordonné topographiquement. Comme dans la statistique départementale, l’espace reste ici un principe d’exposition, un moyen d’introduire ordre et liaison dans la description22. On retrouve cette même logique dans le compte rendu que Coquebert donne de l’ouvrage de Berchtold, An Essay to direct and extend the inquiries of patriotic travellers (Essai pour diriger et étendre les recherches des voyageurs qui se proposent l’utilité de leur patrie). Ce guide est jugé capital pour appréhender « les objets les plus importants de l’économie politique » et Coquebert ajoute que « ces questions composent, par leur réunion, un agenda semblable à celui que M. de Saussure a donné pour le voyageur géologue »23. Cette remarque n’est pas anodine puisque le compte rendu paraît dans le même numéro que l’Agenda de Saussure. À la fin de sa recension, Coquebert choisit de reproduire les questions relatives aux mines proposées par Berchtold ; elles concernent à la fois les recherches historiques sur les mines, l’état actuel des mines, la manière générale de procéder dans l’exploitation des mines, les progrès de l’art des mines, les mineurs, les lois et les règlements en faveur des mines : des thèmes qui suffisent à situer l’approche de Berchtold aux antipodes de celle de Saussure.

  • 24 René Sigrist, « La géographie de Saussure à l’horizon des savoirs du XVIIIe siècle », in René Sigri (...)

13Le texte de celui-ci s’ouvre par trois chapitres dans lesquels sont exposés les principes astronomiques, chimiques et physiques, enfin les monuments historiques. Ce sont là les connaissances liminaires qui doivent, selon lui, guider le travail du géologue. Ensuite, les observations à faire sont classées dans des chapitres distincts, en fonction des lieux où elles sont réalisées : le bord de la mer, les fleuves et les eaux courantes, les plaines, les montagnes, les vallées, les volcans, les mines. Cet Agenda formule au total trois cents questions qui sont regroupées en 21 thèmes. La minéralogie y tient un rôle central ; elle se subdivise en deux parties bien distinctes. Saussure différencie le travail de définition des espèces de minéraux et de roches – la lithologie – de l’étude des structures et des formations minérales – la géognosie24. Certes, ce texte prend en compte, lui aussi, la topographie, mais il s’attache avant tout à l’étude structurale des montagnes, à la minéralogie, à la physique de la terre et de l’atmosphère, sans oublier la composition de l’air. C’est donc d’une science générale du globe terrestre qu’il s’agit ici, projet qui excède très largement les tâches dévolues aux ingénieurs des Mines, mais qui fait écho aux débats qui se déroulent à cette période où la géologie construit son projet et son discours entre minéralogie, géographie physique et géognosie. Par rapport à Miché, Saussure détaille bien davantage ses consignes. À la lecture de son Agenda, on saisit avec évidence son souci de rigueur. Il reprend des conseils récurrents, et recommande ainsi, en toute circonstance, de noter la hauteur, la nature, l’étendue, la pente ou l’inclinaison, les dimensions, la largeur, la profondeur, la vitesse, la quantité, la température, l’épaisseur, la forme, la direction des phénomènes retenus. Il évoque même l’importance des indices, des traces, des vestiges que le regard du géologue doit être capable d’identifier lorsqu’il est sur le terrain. De manière assez conforme aux usages de cette époque, Saussure caractérise aussi avec attention les moments les plus propices à l’observation. Son Agenda ne s’en tient pourtant pas à cette énumération d’instructions formelles, il semble suggérer au géologue de passer de la collecte des faits à la construction des savoirs. Il suggère d’ailleurs que le questionnaire qui doit présider à la construction des savoirs ne diffère selon qu’il s’adresse à l’homme de terrain ou au savant de cabinet, tous deux doivent contribuer à la production du savoir. Pour Saussure, le regard du géologue se décline donc de différentes manières depuis le « coup d’œil » porté sur l’ordre, la situation, la direction, l’épaisseur et même la nature des montagnes jusqu’au regard médiatisé par l’instrument ou complété par l’expérience. Celle-ci permet de dépasser le caractère superficiel du coup d’œil extérieur, d’aller de la connaissance de la forme externe de l’objet à la structure de celui-ci, et ce sont donc souvent des expériences chimiques qui sont suggérées ; pour Saussure, elles sont aussi nécessaires au géologue que l’analyse mathématique l’est à l’astronome. Bien que ce questionnaire regarde très nettement du côté des sciences de la Terre, et non pas du côté de l’économie, il trouve sa place dans le Journal des Mines.

14Derrière ce choix de publier les deux instructions de Miché et de Saussure, on retrouve la manière dont Coquebert conçoit la formation des agents des Mines. D’après lui, les travaux des ingénieurs des Mines doivent en effet être guidés à la fois par des questions suscitées par les sciences naturelles et par des questions propres aux sciences de l’homme ; il considère qu’ils sont

  • 25 « Extraits d’ouvrages étrangers : Uber den bergbau in Spanien, etc. ; Sur l’état des mines en Espag (...)

« appelés tout-à-la fois [sic] à servir l’État et les sciences, ils ne doivent exclusivement s’attacher ni aux observations scientifiques, ni aux objets d’économie et d’administration ; mais embrassant les sujets qu’ils traitent dans toute leur étendue, la préférence qu’ils pourraient accorder à l’une ou à l’autre de ces parties ne doit point influer sur leurs recherches ni se faire apercevoir dans leurs rapports »25.

15Ces deux domaines de savoir sont représentés dans le Journal des Mines, rien cependant n’est indiqué pour préciser leur articulation. Si Coquebert appelle de ses vœux la création d’un genre hybride, les textes effectivement produits suggèrent qu’il fut difficile à mettre en œuvre.

Les formes de l’exposé

Contribuer à la description de la France

  • 26 J.-C. Perrot, L’âge d’or…, op. cit., p. 19.

16C’est à partir du moment où le Comité de Salut Public et la commission d’Agriculture et des Arts encouragent des monographies partielles à titre d’essai que paraissent les premiers mémoires de minéralogie économique dans le Journal des Mines26. Ces textes, censés contribuer à la description de la France, s’attachent à une circonscription – le plus souvent un département, mais il peut aussi s’agir d’un pays – sous l’angle de la minéralogie. Ils doivent donc pouvoir s’insérer dans un éventuel projet de connaissance du territoire de nature encyclopédique.

La description minéralogique de la République

  • 27 Journal des Mines, Volume I, nº 1, vendémiaire an III, p. 8.
  • 28 Idem, p. 34-54.
  • 29 Journal des Mines, Volume I, nº 4, nivôse an III, p. 47-84 et nº 5, pluviôse an III, p. 13-50.
  • 30 Journal des Mines, Volume II, nº 7, germinal an III, p. 25-63 et nº 8, floréal an III, p. 1-32.
  • 31 Journal des Mines, Volume I, nº 5, pluviôse an III, p. 49.
  • 32 Journal des Mines, Volume II, nº 10, messidor an III, p. 15-82.
  • 33 Journal des Mines, Volume III, nº 18, ventôse an IV, p. 43-60.
  • 34 Journal des Mines, Volume VI, nº 35, thermidor an V, p. 813-852.

17Dans le programme du Journal des Mines, une « description minéralogique de la République » est déjà évoquée, elle est désignée comme un « tableau fidèle des richesses fossiles »27. Aucun plan d’ensemble n’est cependant tracé, et les premiers volumes du périodique témoignent de la simple juxtaposition de monographies minéralogiques consacrées à différents pays, sans que l’échelle du territoire retenu soit toujours identique, sans qu’un principe de contiguïté détermine l’ordre des parutions, sans enfin chercher à couvrir la totalité du territoire. Ainsi, dès le premier numéro, paraît un « Mémoire sur la minéralogie du Boulonnais… »28 ; dans les numéros quatre et cinq, un « Mémoire pour servir à la description minéralogique du département du Mont-Blanc »29 ; dans les numéros sept et huit, un « Mémoire sur la minéralogie du département de la Manche »30, etc. Tous ces textes sont rédigés par Charles Coquebert et résultent d’un travail de compilation qui s’appuie sur les mémoires d’agents des Mines, ou d’autres agents du gouvernement, voire sur les observations ou les lettres envoyées au conseil par des savants ou des professeurs d’histoire naturelle. Bien que ces descriptions ne semblent suivre aucun plan préalablement établi, la plupart commencent par énoncer les principales caractéristiques minéralogiques de chaque district, avant de détailler les principales veines identifiées. On glisse donc insensiblement des informations minéralogiques vers des suggestions d’exploitation, voire vers une forme d’incitation économique. Cette tendance est particulièrement marquée dans le mémoire consacré au département du Mont-Blanc. Coquebert y note d’ailleurs : « Nous donnerions trop d’étendue à ce mémoire si nous voulions décrire tout ce que ces montagnes offrent d’intéressant pour la géologie et la minéralogie »31 ; en revanche, les conseils explicitement formulés pour entreprendre des recherches de filons sont assez détaillés, y compris d’un point de vue technique. En dépit des titres que portent ces mémoires, leur orientation semble plus économique que minéralogique, ou du moins la connaissance minéralogique des terrains est-elle subordonnée aux possibilités d’exploitation des ressources. Quelques textes publiés dans le Journal des Mines ne tiennent pas compte de cette préoccupation, il s’agit certes des monographies dont l’objet est l’histoire naturelle ou l’histoire physique, et non pas la minéralogie d’une région. On peut par exemple citer Girard, ingénieur des travaux publics qui publie dans le numéro 10 des « Observations sur l’histoire physique de la vallée de Somme »32. Dans ce texte, il s’attache aux configurations des terrains mais ne tient aucun compte de l’exploitation des ressources. C’est le cas également de Dupuget sur les Antilles33, de Passinges sur le Forez34. Cependant, ces mémoires, détachés de toute préoccupation d’exploitation, sont d’une part peu nombreux et d’autre part ils sont rédigés par des auteurs extérieurs au corps des Mines.

18Même juxtaposés, les mémoires « minéralogiques » ne constituent pas une description cohérente de la France. Dès l’an IV, ils disparaissent d’ailleurs peu à peu des volumes du Journal des Mines, en partie au moins du fait de la création de la notice des richesses minérales de la République française.

La notice des richesses minérales de la République française…

  • 35 Journal des Mines, volume IV, nº 23, thermidor an IV, p. 37-38.
  • 36 Ibid., p. 37.
  • 37 Ibid., p. 37.

19Le 1er thermidor an IV, un arrêté du conseil des Mines adopte un plan d’ensemble pour exposer les richesses minérales de la République française. Ce texte qui paraît dans le numéro 23 du Journal instaure un « Tableau des mines et usines de la France », également désigné comme « Notice des richesses minérales de la République française par ordre de départements »35. Dans le préambule de ce texte, les grands principes de la politique minière sont rappelés : il s’agit à la fois de « fixer le génie actif et industrieux des Français sur les matières premières qu’ils peuvent extraire de leur propre territoire »36, et de faire cesser la dépendance à l’égard des puissances étrangères. Pour cela, ce tableau entend à la fois : indiquer les lieux où existent les substances minérales ou fossiles qui peuvent être utilisées, les établissements en activité et ceux qui ont été abandonnés, en joignant à l’indication des lieux, des observations sur la quantité, et la qualité des minerais, les avantages des localités, et à l’indication des établissements, des réflexions sur les améliorations dont ils paraissent susceptibles, et sur les moyens de reprendre ceux abandonnés qui présenteraient des espérances suffisantes37.

  • 38 Ibid., p. 38.

20C’est donc un panorama de l’activité minière de chaque département qu’instaure cet arrêté. En s’attachant ainsi aux ressources, aux débouchés, aux techniques d’exploitation, aux réseaux de commercialisation, aux perspectives de développement local, ces notices font songer à une approche quantifiée. D’ailleurs, à la fin de l’arrêté, la volonté de différencier cette notice des richesses minérales de la description minéralogique de chaque département est clairement affirmée, le texte précise enfin que cette notice s’occupera « uniquement de l’énonciation des objets utiles à des établissements industriels et commerciaux »38. Dans les intentions, il s’agit donc de dissocier description et quantification, minéralogie et économie ; les notices départementales doivent offrir une nomenclature des mines en activité et des indices connus, les descriptions minéralogiques quant à elles semblent moins directement liées à l’exploitation. Pourtant, si ce projet de description minéralogique est souvent rappelé dans les bilans que le conseil des Mines adresse au ministère de l’Intérieur, c’est toujours pour en relancer la mise en œuvre sans cesse retardée faute de personnel : les agents des Mines se consacrent en effet à l’inspection des sites avant de travailler à la description des territoires ; ils évaluent les conditions de circulation des produits plus qu’ils ne s’attachent à la configuration des terrains.

  • 39 Journal des Mines, Volume VIII, nº 44, floréal an VI, p. 642.

21Lorsque l’on passe des déclarations d’intention aux textes, la distinction entre ces deux catégories – notices et description – semble beaucoup moins nette. En effet, les huit notices publiées se démarquent assez nettement des consignes de l’arrêté. Il ne s’agit jamais de dénombrement mais toujours de description, les notices ne se contentent pas d’un inventaire localisé des ressources minérales. Charles Coquebert, qui est aussi l’auteur de ces notices pour lesquelles, une fois encore, il s’efforce de compiler des données réunies par d’autres, conçoit toutes ses notices départementales en deux temps : une notice géographique précède toujours une notice des richesses minérales ; la première est organisée en fonction des entités naturelles repérables au sein du département – le découpage est le plus souvent fondé sur la nature des terrains –, alors que la seconde présente une typologie des ressources. Le recours à la description, d’une part, et la structure des notices, d’autre part, doivent permettre, selon ses propres termes, de concilier les intérêts de la « géologie » et ceux de la « science économique »39, comme il tentait déjà de le faire avec ses descriptions minéralogiques. Néanmoins on reste bien davantage ici du côté de la description que du côté de la quantification.

22Les sept premières notices départementales paraissent régulièrement entre l’an IV et l’an VI, alors que la huitième et dernière est publiée seulement en l’an XII. Par la suite, cette série est interrompue sans plus d’explications. Toutefois, à la même période, on voit paraître dans le Journal des Mines non plus des notices mais des statistiques des mines et usines.

La statistique des mines et usines

  • 40 Journal des Mines, Volume XIV, nº 80, floréal an XI, p. 123-153 et nº 82, messidor an XI, p. 277-30 (...)
  • 41 Journal des Mines, Volume XIX, nº 113, mai 1806, p. 379-400, nº 114, juin 1806, p. 435-458, Volume  (...)
  • 42 Journal des Mines, Volume XV, nº 89, pluviôse an XII, p. 321-356.

23La première statistique des mines et usines qui paraît en l’an XI est consacrée à la Moselle, elle est composée par Héron de Villefosse. Comme le précise une note de bas de page, il s’agit d’un extrait de la statistique générale du département de la Moselle adressée au ministre de l’Intérieur40. Trois ans plus tard, le Journal des Mines publie cette fois la « Statistique des mines et usines du département du Mont-Blanc par M. H. Lelièvre »41. Le maillage départemental continue donc de prévaloir, mais l’uniformisation des titres semble difficile à imposer car, entre ces deux « statistiques des mines et usines », paraît un « Aperçu des richesses minérales, des mines, usines et bouches à feu que renferme le département de la Sarre »42 rédigé par Duhamel, lui aussi membre du corps des Mines. Le contenu de son mémoire est assez proche de celui des « statistiques des mines et usines » et pourtant cette désignation n’est pas reprise dans le titre ; probablement parce que cette expression ne désigne pas alors une catégorie spécifique, ou du moins stable, et cela, même si un certain nombre de régularités restent saisissables dans la structure des textes.

  • 43 Journal des Mines, Volume XIV, nº 80, floréal an XI, p. 128.
  • 44 Journal des Mines, Volume XIX, nº 113, mai 1806, p. 385.

24Seules les deux « statistiques des mines et usines » s’ouvrent par des considérations générales relatives au département ; il ne s’agit toutefois plus, comme c’était le cas dans les notices géographiques de Coquebert, d’une description du pays concerné, mais tout au plus d’une introduction générale sur les principales branches d’activité du département, introduction visant à convaincre le lecteur de la confiance qu’il doit avoir dans le développement de l’exploitation minière. Puis, lorsque l’auteur entre dans le vif du sujet, il distingue les différents types de ressources ou de richesses minérales. Héron de Villefosse pour sa part aborde les terres, pierres et fossiles, puis les combustibles minéraux, les mines métalliques, enfin les eaux et sources minérales. Chaque partie décrit d’abord les grands types de terrains à la manière d’un mémoire géologique, puis énumère les « usines qui s’y rapportent »43. Lelièvre, à propos du département du Mont-Blanc annonce : « Entrons dans quelques détails sur la nature, la quantité et la valeur des produits de l’exploitation du règne minéral, sur le nombre des individus qu’elle emploie, le numéraire qu’elle met en circulation, et la consommation de bois qu’elle occasionne »44. Duhamel, quant à lui, ouvre son mémoire en énumérant et décrivant les principales caractéristiques des substances minérales, il propose ensuite quelques considérations sur la lithologie de la Sarre, enfin il s’attache aux fonderies de fer, forges, usines et bouches à feu de ce département.

  • 45 Journal des Mines, Volume XX, nº 120, décembre 1806, p. 500.

25Sans qu’il s’agisse d’une quantification très précise, les auteurs tentent néanmoins dans ces mémoires de dénombrer les établissements et d’évaluer leur production, même s’ils n’y parviennent pas toujours. Lelièvre construit toutefois un tableau des produits de l’industrie minérale dans lequel il indique la nature des productions, leur poids, leur valeur, le bois consommé, les ouvriers employés. Plus qu’une valeur absolue, les chiffres ont ici une fonction argumentative : l’objectif poursuivi par les agents qui composent ces statistiques des mines et usines consiste avant tout à convaincre le ministère de soutenir l’industrie. Ainsi, après avoir commenté son tableau, Lelièvre conclut : « On peut, par ce qui précède, apprécier l’importance dont l’exploitation du règne minéral est déjà pour le département et calculer ce qu’elle doit devenir sous un gouvernement paternel, protecteur de l’industrie. »45.

26Il semble que les statistiques des mines et usines publiées dans le Journal des Mines, – en dépit de leur petit nombre – tendent vers un objectif plus affirmé de quantification ; la statistique minéralogique montre toutefois combien celui-ci reste difficile à atteindre.

La statistique minéralogique

  • 46 Xavier Leschevin, Table analytique des matières contenues dans les 28 premiers volumes du Journal d (...)
  • 47 Journal des Mines, Volume XVII, nº 102, juin 1806, p. 405-437.
  • 48 Journal des Mines, Volume XXI, nº 126, juin 1807, p. 445-474 ; Volume XXII, nº 127, juillet 1807, p (...)
  • 49 Journal des Mines, Volume XVII, nº 102, juin 1806, p. 405-437.

27En 1813, dans la Table des premiers volumes du Journal des Mines, Xavier Leschevin désigne par l’expression « statistique minéralogique »46 l’ensemble des textes descriptifs publiés par le périodique savant. Cependant, du mot à la chose, le contenu semble avoir mis du temps à se fixer. Les premiers mémoires de statistique minéralogique publiés dans le Journal des Mines réunissent, un peu comme le faisait Coquebert dans ses notices, des données sur la constitution physique du département, puis des éléments sur les différents établissements qui y sont implantés et qui sont susceptibles de s’y développer : d’abord la « constitution physique » ensuite « l’industrie ». Tel est du moins le cas de la statistique minéralogique de la Haute-Marne47 et de celle du Lot48. La minéralogie et l’économie se suivent une fois encore sans être articulées. La différence la plus marquée avec les premières notices départementales c’est qu’il ne s’agit plus ici d’un travail de compilation mais au contraire d’un mémoire composé par les ingénieurs des Mines en poste dans le département en question. D’ailleurs, le « Mémoire sur la statistique minéralogique du Département de la Haute-Marne »49, composé par Rozière et Houry, date de l’an X, et on apprend dans une note qu’il n’était pas destiné à l’impression ; il s’agit donc très certainement d’un rapport initialement adressé au conseil des Mines et jugé conforme aux attentes du Journal des Mines. Le chapitre « État actuel des usines » était à l’origine exposé sous forme de tableaux mais la publication de ce document entraîne quelques modifications. Pour des raisons de format, ceux-ci n’ont pu être imprimés. Les données sont donc reprises dans des paragraphes rédigés ; on retrouve tour à tour : le nombre et la nature des usines, les ouvriers, les produits, le bois consommé, les débouchés, les obstacles, inconvénients et moyens d’y parer. Dans chacun de ces paragraphes, les chiffres collectés sont indiqués.

  • 50 Journal des Mines, Volume XIX, nº 109, janvier 1807, p. 25-66, nº 110, février 1807, p. 81-134, nº  (...)
  • 51 Journal des Mines, Volume XIX, nº 109, janvier 1807, p. 34.
  • 52 Journal des Mines, Volume XXV, nº 148, avril 1809, p. 257-306 ; nº 149, mai 1809, p. 321-372.
  • 53 Journal des Mines, Volume XXV, nº 148, avril 1809, p. 261.

28Le travail de terrain ne systématise cependant pas la quantification. Ainsi, Blavier, qui présente sa « Statistique minéralogique du département de l’Aveyron »50 comme le fruit de quatre années de travail de terrain, ne cite quasiment aucun chiffre et organise son texte « en autant de parties qu’il y a d’objets minéralogiques susceptibles d’être mis en exploitation »51. Sans pouvoir parler d’une évolution – le petit nombre de textes invite en effet à la prudence –, on peut toutefois relever que Calmelet dans son « Mémoire statistique sur les richesses minérales du département de Rhin et Moselle… »52 adopte la même structure typologique : dans un premier chapitre, il traite des minerais métalliques qui se rencontrent dans le département, et consacre un paragraphe à chaque métal, paragraphe qu’il termine en évoquant les travaux entamés pour sa recherche, les indices qui doivent exciter l’attention, ainsi que les mines anciennes dont la reprise serait avantageuse ; le second chapitre est consacré aux substances non métalliques dont on peut retirer des produits utiles, d’une part les matières salines, de l’autre les substances terreuses et pierreuses53. La volonté nomenclaturale semble l’emporter peu à peu dans la connaissance des départements transmise par le Journal des Mines ; pour autant, ce processus n’instaure pas de facto la quantification. On retrouve ici la volonté de donner un aperçu, d’aider à saisir « en un coup d’œil » les ressources dans un territoire donné. À la même période, cette ambition est déclinée de deux autres manières : par la construction de collections, et la production de cartes géographiques. Or, comme la carte et la collection, la description relève dans sa mise en œuvre de la « logique du coup d’œil », ce sont des effets de réel que l’on cherche à atteindre et, dans cette entreprise, il semble difficile de laisser une place aux chiffres.

  • 54 D. Margairaz, François de Neufchâteau…, op. cit., p. 281.

29Dominique Margairaz a montré, à propos de François de Neufchâteau, combien les conditions de production statistique ont pu rabattre les ambitions initiales vers des modalités plus littéraires54 ; on peut ici s’interroger non seulement sur les conditions de production des mémoires départementaux mais aussi sur les conditions de diffusion de ces données. Des données chiffrées étaient-elles en effet capables de convaincre les exploitants potentiels aussi bien que des mots ? Les tentatives parallèles de présenter des états quantifiés de la situation minière semblent prouver que non.

Dresser un tableau de la situation minière

30Avec ce deuxième type d’outil, l’objet à connaître n’est plus une entité spatiale mais une ou plusieurs substances. Cette approche fait assez directement écho à l’enquête nationale de fructidor an III dans laquelle les richesses minérales constituent l’une des rubriques à renseigner.

L’inventaire des richesses minérales

  • 55 Journal des Mines, Volume I, nº 1, vendémiaire an III, p. 55-92.
  • 56 Ibid., p. 56.

31La volonté de dresser un inventaire des richesses minérales non seulement département par département mais aussi substance par susbtance apparaît déjà dans le premier numéro du Journal des Mines pour lequel Charles Coquebert rédige un « Apperçu [sic] de l’extraction et du commerce des substances minérales en France avant la Révolution »55. On retrouve ici la volonté commune à cette période de dresser un état de la situation avant la Révolution de façon à pouvoir mesurer les progrès accomplis. Pour cela, le rédacteur dit s’appuyer sur les matériaux réunis par Gillet-Laumont (qui est à la tête de l’agence des Mines avec Lefebvre et Lelièvre) et par quelques minéralogistes56 ; il évoque également les deux lettres circulaires adressées aux directeurs des exploitations pour les inviter à transmettre à l’agence des Mines des matériaux pour dresser le tableau général des mines et de leur produit. Ce texte prend ensuite la forme d’un inventaire, puisque Coquebert évoque d’abord les combustibles, puis les métaux (le fer, le cuivre, le plomb, l’étain, l’or et l’argent, le mercure, le zinc, le cobalt, le bismuth, l’antimoine, le manganèse, l’arsenic, le nickel, le tungstène), les pyrites, schistes alumineux et terres vitrioliques, le sel, les argiles et les marbres. Pour chaque type de ressources, il mentionne leurs usages avant d’évoquer leurs principales localisations. À plusieurs reprises, il signale la nécessité de disposer, de données fiables et chiffrées, mais il s’agit plus d’un programme de travail que d’un constat. D’ailleurs, ce souhait tarde à se réaliser.

  • 57 Journal des Mines, Volume X, nº 59, thermidor an IX, p. 879-886.
  • 58 Ibid., p. 879.

32En effet, en thermidor an IX, lorsque le Journal des Mines paraît de nouveau, après plus d’un an d’interruption, un mémoire intitulé « Sur les richesses minérales de la France », mémoire que Lefebvre a d’abord exposé à la Société philomatique, est publié dans le numéro 5957. Il est présenté comme le résultat de son travail visant à « faire connaître l’état des ressources obtenues de l’exploitation des diverses substances minérales qu’offre le sol de la France »58. Il propose alors un rapide aperçu de chaque substance en mentionnant tour à tour ses atouts et ses principales localisations ; il commence par les houilles, puis évoque les sels minéraux, les fers et aciers, les calamines, les cuivres, et les plombs. La nature de ce mémoire exposé devant les membres de la Société philomatique peut expliquer le ton assez général et l’absence de chiffres.

  • 59 Journal des Mines, Volume XII, nº 71, thermidor an X, p. 325-412 et nº 72, fructidor an X, p. 413-4 (...)
  • 60 Journal des Mines, Volume XII, nº 71, thermidor an X, p. 330.

33En revanche, un an plus tard, paraît dans le Journal des Mines un « Aperçu général des mines de houille exploitées en France, de leurs produits et des moyens de circulation de ces produits » : il s’agit cette fois d’un long mémoire rédigé59 dont Lefebvre entend « faire une chose également utile sous divers points de vue ; d’abord l’instruction des hommes d’État qui désireraient des détails sur cet objet ; ensuite pour l’utilité tant des divers consommateurs, que des exploitants de mines. »60.

34Dès les premières lignes, celui-ci souligne son projet de s’attacher à la fois aux lieux principaux de consommation, aux grands établissements où la houille est employée, aux localités propices à la création de nouvelles usines et fabriques. Sans exposer en détail ses sources, il évoque néanmoins les données adressées au conseil des Mines par les exploitants et celles accumulées par les agents des Mines. Ces éléments lui ont permis de mentionner dans chaque notice le produit en masse des houillères de chaque département et le prix moyen des houilles « tant sur la mine qu’aux lieux principaux de consommation ». Après un rapide préambule, il passe en effet en revue chaque département, présenté par ordre alphabétique, il indique les produits annuels des mines de houille puis décrit les enjeux qu’il y a à exploiter cette ressource. Dans sa conclusion, il tente de proposer une sorte de géographie de la houille, en insistant sur les potentialités distinctes des différentes parties du territoire. En dépit de cette structure nomenclaturale censée faciliter la présentation de données chiffrées, en dépit de l’importance des sources rassemblées, il s’agit plus ici d’estimation que de quantification. L’échelle nationale complique évidemment la tâche et, dans la logique de ce périodique les mots semblent de meilleurs arguments pour convaincre que ne le sont les chiffres, du moins à l’échelle du territoire entier. Reste toutefois à voir, l’usage qui est fait de la quantification à l’échelle d’une exploitation.

Les descriptions de mines

35Dès les premiers volumes du Journal, des descriptions de mines sont régulièrement publiées. Elles résultent du travail d’expertise accompli par les agents des Mines, et non pas d’une collecte de données aux conditions de réalisation inégales. Les modalités de ces enquêtes de terrain sont exposées dans le décret du 18 messidor an III ; à l’article X, on lit que :

« L’occupation principale des inspecteurs et des ingénieurs dans leurs courses, sera :
1. De visiter les mines exploitées ;
2. De donner des conseils et des avis aux directeurs des travaux ;
3. De prendre des mesures pour que les travaux soient solides, et que les ouvriers soient en sûreté ;
4. De visiter les fonderies et tous les établissemens analogues aux mines, de donner des conseils, des avis aux directeurs de ces établissemens, etc. ;
5. D’éclairer, d’instruire leurs élèves, de leur donner des leçons-pratiques de toute nature ;
6. De rassembler toutes les substances fossiles, comme sels, terres, pierres combustibles, mines et métaux qui existent dans leur arrondissement et d’en envoyer la collection à Paris. »

  • 61 Journal des Mines, Volume II, nº 9, prairial an III, p. 45-60.

36La visite des sites exploités ou à exploiter tient donc une place importante dans le quotidien des agents des Mines. Les ingénieurs sont censés donner leur avis en de multiples circonstances : tantôt il s’agit de proposer un diagnostic sur une mine anciennement exploitée puis abandonnée, tantôt un échantillon a été adressé à l’agence ou au conseil des Mines pour solliciter une autorisation d’exploiter, un ingénieur est alors envoyé sur place pour présenter un état de la situation61. Les descriptions de mines résultent toujours de commandes spécifiques mais n’émanent pas d’un plan qui engloberait tous les sites identifiés sur le territoire.

  • 62 Journal des Mines, Volume II, nº 11, thermidor an III, p. 48.
  • 63 Journal des Mines, Volume VII, nº 39, frimaire an VI, p. 213-240 et Volume VII, nº 40, nivôse an VI (...)

37Malgré ces circonstances disparates, ces mémoires ont des structures assez similaires : les auteurs s’arrêtent d’abord sur la situation de la mine, sur son étendue, sur la nature des terrains, sur les filons qui s’y trouvent, sur le minerai que donnent les filons exploités, sur la manière dont les mines sont exploitées, puis sur la durée de l’exploitation, le produit et le bénéfice, les employés de la mine et leurs gages ; enfin le mémoire se termine souvent par des perspectives d’avenir, tant en termes d’équipement technique, que d’aménagement d’infrastructure et de débouchés. On retrouve ici un plan assez fidèle à celui de Duhamel que nous avons cité plus haut. Certains mémoires se terminent parfois par des diagnostics techniques très précis, c’est le cas de celui de Schreiber sur les mines du bailliage de Trarbach62 ; d’autres proposent des devis estimatifs, c’est ce que fait Guillot-Duhamel dans le rapport qu’il consacre aux mines de Giromagny en distinguant les dépenses générales et les dépenses mensuelles63. Lorsque plusieurs mines se trouvent sur un même site, elles sont traitées les unes après les autres.

  • 64 Philippe Minard, La fortune du colbertisme, Etat et industrie dans la France des Lumières, Paris, F (...)
  • 65 D. Margairaz, François de Neufchâteau…, op. cit., p. 272.

38L’objectif consiste souvent à déterminer si l’exploitation de la mine peut ou non être rentable. Ce sont d’une part les conditions de production et les quantités produites, d’autre part la commercialisation qui retiennent l’attention des ingénieurs des Mines. À la lecture de leurs rapports, on mesure qu’ils se font tout à la fois observateurs et informateurs, mais aussi experts et inspecteurs64. Leurs mémoires, a fortiori ceux qui sont publiés dans le Journal des Mines, ne constituent pas seulement un outil de la science du bon gouvernement, ils apparaissent aussi comme des moyens d’encourager l’activité économique65 et de toucher ses principaux acteurs.

De l’intervention à l’incitation économique, les inflexions des discours du Journal des Mines

  • 66 Journal des Mines, Volume VI, nº 33, prairial an V, p. 733.

39Dès le premier numéro du Journal des Mines, l’essor de l’exploitation et de la commercialisation des richesses minérales apparaît comme une manière de défendre la puissance commerciale de la France, voire de ruiner l’adversaire, c’est-à-dire en premier lieu, bien sûr, l’Angleterre66. Ce discours très offensif accompagne l’expansion territoriale de la République : plusieurs textes publiés dans le périodique à propos des mines des départements réunis témoignent d’ailleurs de la pérennité de ce langage ; mais le Journal des Mines rend également compte d’un certain nombre d’initiatives en espérant probablement faire des émules.

L’État garant d’une action conduite au nom du bien public contre le danger des intérêts particuliers

  • 67 Journal des Mines, Volume I, nº 1, vendémiaire an III, p. 31-33.
  • 68 Journal des Mines, Volume II, nº 9, prairial an III, p. 14-24.

40La défense d’une action conduite au nom du bien public contre le danger des intérêts privés n’est pas un thème nouveau mais, pendant la Révolution, ce discours se trouve régénéré par le credo républicain, si bien que le Journal des Mines mentionne régulièrement des entreprises qui se constituent dans un objectif patriotique. À titre d’exemple, on peut citer la « souscription patriotique pour la recherche des mines de houille dans le district de Boulogne »67. Si la mobilisation collective des citoyens pour la recherche de houille apparaît comme une mission patriotique, l’implication individuelle de capitalistes l’est tout autant. Ainsi, dans son mémoire sur les « Avantages d’une exploitation de houille et de plomb aux environs de Montaigu »68, Duhamel conclut son exposé par un appel aux « capitalistes et citoyens aisés », il note :

  • 69 Ibid., p. 24.

« Ils trouveront probablement, outre l’avantage de retirer un intérêt honnête de leur mise, les avantages, plus grands encore, de vivifier le pays, qui n’est pas riche, d’y améliorer l’agriculture, d’y multiplier les arts, d’y attirer les bras, de faire des heureus ; enfin de remplir une partie des devoirs dont tout bon citoyen doit s’acquitter envers sa patrie, lorsque les facultés le lui permettent ».69

  • 70 Journal des Mines, Volume VI, nº 34, messidor an V, p. 799.

41Des mineurs aux capitalistes, on voit ainsi se constituer plusieurs figures patriotiques qui se mobilisent pour poursuivre ou entreprendre l’exploitation des ressources70 et qui deviennent de véritables modèles de comportement. Parfois les capitalistes sont exhortés de manière encore plus directe et concrète :

  • 71 Journal des Mines, Volume III, nº 13, vendémiaire an IV, p. 54.

« Ce n’est que dans les grandes communes qu’il peut se trouver des capitalistes que d’aussi grands avantages détermineraient à cette exploitation dès qu’ils leur seraient connus. C’est pour remplir ce but, que ces observations sont consignées dans le Journal des Mines, destiné à propager tout ce qui peut tendre en ce genre à la prospérité de la République ; c’est donc aux citoyens qui ont des fonds à mettre dans des entreprises lucratives, que nous adressons cet avis : ils verront, par les détails dans lesquels nous sommes entrés, que le district d’Alais peut être regardé comme la partie de la France la plus riche en mines de fer, comme il est aussi une des plus abondantes en mines de houille, et qu’il réunit d’ailleurs tout ce qu’on peut désirer pour une exploitation avantageuse ».71

  • 72 Journal des Mines, Volume III, nº 14, brumaire an IV, p. 24.

42On pourrait multiplier les exemples d’invitations semblables à celle-ci. On les retrouve à la fois dans les descriptions de mines que nous avons évoquées, dans des avis spécifiques ou dans des mémoires plus généraux, comme celui que Charles Coquebert consacre aux mines des environs de Lyon en brumaire an IV72. À la lecture de ce genre de texte, on peut même se demander si la volonté d’inciter les entrepreneurs n’est pas plus importante que celle d’informer les lecteurs, ou bien, pour le dire autrement, si le lectorat supposé ne se réduit pas aux exploitants avérés ou potentiels.

  • 73 Journal des Mines, Volume VI, nº 32, floréal an V, p. 634.

43En tout cas, pour les agents des Mines, il ne s’agit pas seulement de multiplier les initiatives mais il faut aussi parvenir à constituer des entreprises de taille suffisante pour se doter de conditions d’exploitation convenables. Cette idée revient à plusieurs reprises dans les notices départementales de Coquebert ; dans celle qu’il consacre aux Basses-Alpes il note ainsi qu’« aucune amélioration n’est possible tant que les exploitans se borneront à des travaux faibles et partiels. Leur intérêt d’accord avec le vœu de la loi, devait les porter à devenir concessionnaires, et à former des compagnies capables de se livrer à une exploitation plus active, plus régulière et conséquemment plus productive. »73. Ici, ce n’est pas le bénéfice de l’exploitant qui compte mais celui de la nation, c’est la raison pour laquelle les débats sur le rôle du gouvernement occupent une place importante dans le Journal des Mines.

L’État entrepreneur ou incitateur ?

44Un texte publié en pluviôse an V dans le Journal des Mines donne un assez bon aperçu de la fonction incitative dévolue à l’État en matière d’exploitation minière.

  • 74 Journal des Mines, Volume V, nº 29, pluviôse an V, p. 377-384.
  • 75 Ibid., p. 381.
  • 76 Ibid.
  • 77 Ibid.
  • 78 Ibid.

45Ce texte s’intitule « Passages tirés de différentes lettres écrites du Nord de l’Allemagne au Conseil des Mines par un savant minéralogiste »74. Par déduction, on peut établir qu’il s’agit de F.W.H. von Treba qui a publié en 1789-1790 un Bergbaukunde en deux volumes ; mais, une fois encore, c’est Charles Coquebert qui est censé avoir sélectionné les extraits. Treba suggère, en s’inspirant de l’exemple de Freiberg, que l’État reprenne ou crée une usine capable de servir de modèle aux entrepreneurs. Dans le premier cas, il conseille de collaborer avec le propriétaire de l’établissement, c’est-à-dire de lui adjoindre des hommes « éclairés » censés diriger les opérations et notamment les améliorations à mettre en œuvre, de faire prendre en charge les frais de l’entreprise par le Trésor public et de reverser les profits au propriétaire une fois les avances remboursées. Treba – à moins que ce ne soit Coquebert ? – propose même d’utiliser le Journal des Mines pour assurer la publicité nécessaire à la mise en place de cet établissement modèle75. Pour soutenir plus encore ces initiatives, il suggère à l’État d’apporter les « mêmes secours pécuniaires et d’instruction » à d’autres entrepreneurs et justifie cette idée en affirmant que « l’État ne doit pas craindre de légers sacrifices lorsqu’il s’agit d’encourager des branches d’industrie aussi importantes »76. Dans l’hypothèse où aucun entrepreneur n’accepterait ce projet, Treba souffle au gouvernement français l’idée d’acquérir un établissement et de le « céder en toute propriété à un citoyen doué des talens, de la probité et de la fortune nécessaire pour y faire exécuter les améliorations proposées »77. En aucun cas, pour Treba, l’État ne doit se faire entrepreneur ; il estime au contraire que « le bien public exige que les établissemens de ce genre appartiennent à des particuliers, et le Gouvernement doit se borner à des avances et à des encouragemens »78.

  • 79 Journal des Mines, Volume VI, nº 33, prairial an V, p. 723-734.

46Quelques mois plus tard, le Journal des Mines publie un mémoire qui développe une position très différente de celle-ci. Il est cosigné par trois commissaires de la conférence des Mines : Lefebvre, Silvestre et Brongniart et est intitulé : « Considérations sur les avantages que le Gouvernement français pourrait assurer au commerce et aux diverses parties du service public par l’exploitation de quelques mines dont la République est en possession tant dans les pays conquis que dans son ancien territoire »79. Les trois auteurs suggèrent que le gouvernement se charge lui-même de gérer et d’exploiter quelques établissements miniers. Comme chez Treba, il s’agit de constituer des établissements modèles mais la manière dont ceux-ci doivent être gérés est très différente. Lefebvre, Silvestre et Brongniart proposent en effet de laisser ceux-ci sous le contrôle du gouvernement et d’en confier la direction aux inspecteurs et ingénieurs des Mines, également chargés de former des chefs d’ouvriers mineurs susceptibles de travailler ensuite dans d’autres établissements. La présence des agents des Mines, placés sous l’autorité du conseil et du ministère de l’Intérieur, est présentée comme une garantie pour que le système de régie préconisé reste fiable sans pour autant devenir trop dispendieux.

  • 80 Ibid., p. 727.
  • 81 Ibid., p. 729.
  • 82 Ibid.

47Des tels établissements sont considérés comme des modèles, tant par les conditions d’exploitation exemplaires qu’ils sont censés développer, que par le lieu de formation qu’ils peuvent constituer pour les « artistes » et les « ouvriers »80. Cette proposition permet aux auteurs de redire les bienfaits qu’ils voient dans la mise en place d’une école pratique, annoncée en l’an IV mais toujours pas créée. L’émulation est encore évoquée d’une autre manière : les auteurs proposent en effet de créer des « arrondissements de mines » qui engloberaient au moins une mine métallique autre que le fer, une usine à traiter le fer et une houillère81 ; ils concluent ce paragraphe ainsi : « On sent combien trois établissemens de cette nature peuvent s’entre’aider, et combien d’avantages doivent résulter du concours des ressources que chacun d’eux produit, indépendamment de la réunion des lumières de leurs directeurs »82. Ces circonscriptions minières apparaissent comme un outil d’émulation et de bonne gestion.

  • 83 Ibid., p. 732.

48Pourtant, aux yeux du conseil des Mines, l’État doit aller au-delà de l’émulation, il doit être partie prenante de l’exploitation des richesses minéralogiques. En effet, si certains établissements gérés par le gouvernement peuvent constituer des modèles, d’autres proposent tout simplement une solution pour que toutes les exploitations – même les moins rentables – soient en activité. Lefebvre, Silvestre et Brongniart expliquent en effet que « des particuliers ne peuvent pas se livrer à de pareilles entreprises ; et le Gouvernement, en y plaçant annuellement des fonds qu’il en retire, fait gagner au commerce la mise en circulation d’une nouvelle quantité de matières premières : il a entretenu l’industrie et souvent vivifié un pays qui, sans cela, serait resté désert ; il a donc, même dans ce cas peu favorable, augmenté la force et la richesse de l’État. »83. Cette figure de l’État entrepreneur ne domine pas dans les mémoires publiés par le Journal des Mines ; cependant, comme le montre cet extrait, elle est loin d’avoir totalement disparu. Elle incite d’ailleurs à questionner le rôle des acteurs. En s’arrêtant sur les parcours respectifs de Lefebvre ou de Silvestre, on constate en effet une certaine stabilité des hommes en poste, cette donnée peut expliquer ou au moins éclairer la continuité des argumentaires mobilisés par certains protagonistes.

49Du mémoire de Treba à celui de Lefebvre et ses acolytes, on retrouve dans le Journal des Mines la tension caractéristique de cette époque entre deux modèles : celui d’un État qui incite, celui d’un État qui agit. Le périodique ne tranche pas sur ce point mais, sur cette question aussi, il apparaît comme un lieu de débat.

*
* *

  • 84 AN, F14 1301 B, Minute d’une lettre du 27 germinal an VII, du Chef de la 4e division (du Ministère (...)

50Si les mémoires des ingénieurs et inspecteurs des Mines, si les enquêtes lancées auprès des exploitants constituent des corpus destinés à la bonne gestion des ressources minérales, les éléments publiés dans le Journal des Mines s’attachent en revanche bien davantage à convaincre : convaincre les autorités gouvernementales de l’utilité des projets – et l’on peut sur ce point établir un parallèle fort avec les travaux dirigés par François de Neufchâteau sur la navigation intérieure –, mais aussi convaincre les capitalistes des possibilités de développement suscitées par l’exploitation des richesses minérales. La décision prise en l’an VII de diffuser gratuitement ce périodique aux Sociétés d’agriculture montre bien ce rôle d’interface qu’il entend jouer dans la collecte et la diffusion d’informations économiques84.

51Pour autant, la forme la plus adaptée pour diffuser l’information économique et pour faire de celle-ci un argument susceptible de convaincre semble difficile à fixer, de même que la conception que les agents des Mines avaient de l’information économique reste difficile à dégager. Pour cela, il faudrait disposer des procès-verbaux des séances de la conférence des Mines qui, malheureusement, ont disparu.

Notes

1 Jean-Claude Perrot, L’âge d’or de la statistique régionale française (an IV-1804), Paris, Société des Études Robespierristes, 1977, p. 17-18.

2 Denis Woronoff regarde le Journal des Mines comme un vecteur privilégié de toute information pouvant concourir à l’amélioration de la sidérurgie française : « Par des articles, des extraits de rapports, des comptes rendus de missions, le Journal des mines plaide pour l’innovation technique, nourrit les dossiers, arme techniquement et intellectuellement tous ceux qui ont une responsabilité dans cette branche d’industrie pour qu’ils sautent le pas ». Denis Woronoff, L’industrie sidérurgique en France pendant la Révolution et l’Empire, Éditions de l’EHESS, Paris, 1984, p. 317-318.

3 Journal des Mines, Volume I, nº 1, vendémiaire an III, p. 12. Toutes les citations respectent l’orthographe d’origine.

4 Ibid., p. 6.

5 Journal des Mines, Volume X, germinal an IX, p. IV.

6 Idem.

7 Dominique Margairaz, François de Neufchâteau. Biographie intellectuelle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2005, p. 268.

8 Journal des Mines, Volume I, nº 1, vendémiaire an III, p. 8.

9 Idem, p. 56.

10 Journal des Mines, Volume I, nº 6, ventôse an III, p. 6.

11 Coquebert revient sur cette méthode dans le commentaire d’une collection de minéraux : « Indépendamment du catalogue raisonné des collections il est à désirer que chaque échantillon soit accompagné d’une courte indication des circonstances où il a été trouvé ; puisque ce sont souvent ces circonstances qui en font tout le prix. La tradition se perd les catalogues s’égarent ou ils deviennent inutiles lorsqu’un cabinet est dispersé et des morceaux intéressants sont négligés faute d’être accompagnés des titres qui les rendraient recommandables. », « Mineralien Cabinet gesammlet und beschrieben von dem Verfasser der Erfahrungen vom innern des Gebirge ; c’est-à-dire Collection de minéraux formée par l’auteur des Observations sur l’intérieur des montagnes et décrite par lui-même, Clausthal, 1795 », Journal des Mines, Volume IV, nº 23, thermidor an IV, p. 66-84.

12 « Lettre du citoyen Berthout au citoyen Coquebert rédacteur du Journal des mines », Journal des Mines, Volume II, nº 7, germinal an III, p. 65-66.

13 Gabriel Gohau, Une histoire de la géologie, Paris, Seuil, Points, 1990, p. 117.

14 Journal des Mines, Volume IV, nº 23, thermidor an IV, p. 48.

15 Journal des Mines, Volume V, nº 26, brumaire an V, p. 142.

16 Archives nationales, Paris (AN), F14 1301 A, « Compte rendu par le Conseil des mines au Ministre de l’Intérieur en exécution de l’arrêté du Directoire exécutif du 19 frimaire an 4 », Conseil des mines-Sept thermidor an 4 : « Des mesures adoptées pour faire vérifier les indices de mines : Les indications qui sont adressées au Conseil des mines, soit par les autorités constituées, soit par des particuliers sont soigneusement classées par départemens (sic), cantons et communes. Lorsque les inspecteurs et ingénieurs... /... .../... des mines sont répartis dans les régions minéralogiques à chacune desquelles est affecté un inspecteur et un ingénieur qui doivent se la partager pour la parcourir, le Conseil fait remettre une instruction générale sur cette région qui contient 1°. L’énonciation des établissemens (sic) en activité qui sont connus du Conseil, 2°. Ceux de ces établissemens (sic) sur lequels le gouverneur a besoin de renseignements particuliers ou auxquels il y a des améliorations praticables, 3°. Les établissements abandonnés, 4°. Les indices à vérifier. Les inspecteurs et ingénieurs sont sur chaque objet séparément des rapports au Conseil et font part sur les lieux aux exploitants des améliorations faciles à déterminer et évidament (sic) urgentes ».

17 Journal des Mines, Volume II, nº 9, prairial an III, p. 14-24.

18 Idem, p. 14-15.

19 Antonella Vannoni, « Les instructions pour les voyageurs : voyage, expérience et connaissance au XVIIIe siècle », in Claude Blanckaert (dir.), Le terrain des sciences humaines (XVIIIe-XXe siècle), Paris, L’Harmattan, 1996, p. 79-81. En 1791, Dolomieu présenta ses Notes à communiquer à Messieurs les naturalistes qui font le voyage de la Mer du Sud et des contrées voisines du Pôle austral, lues à la Société d’histoire naturelle de Paris le 29 juillet 1791, Paris, Chardoin, 1791.

20 René Sigrist (dir.), H.-B. de Saussure (1740-1799). Un regard sur la terre, Genève, Georg, 2000. On consultera aussi Albert V. Carozzi, « Symboles et codes pour la simplification et la standardisation des observations géologiques de terrain : un projet manuscrit inédit du dix-huitième siècle par Horace-Bénédict de Saussure (1795-1797) », De la géologie à son histoire, Paris, Éditions du CTHS, 1997, p. 75-89.

21 Journal des Mines, Volume I, nº 6, ventôse an III, p. 6.

22 Marie-Noëlle Bourguet, Déchiffrer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienne, Paris-Montreux, Éditions des archives contemporaines, 1988, p. 84-87.

23 Journal des Mines, Volume IV, nº 20, floréal an IV, p. 80.

24 René Sigrist, « La géographie de Saussure à l’horizon des savoirs du XVIIIe siècle », in René Sigrist (dir.), H.-B. de Saussure…, op. cit., p. 231.

25 « Extraits d’ouvrages étrangers : Uber den bergbau in Spanien, etc. ; Sur l’état des mines en Espagne, et particulièrement sur celui des mines de mercure d’Almaden ; par Jean-Martin Hoppensacck, Weimar, 1796, un volume, in 8°, de 160 pages, accompagné de quatre planches ; Bericht über die königl. spanischen silbergbergwercke zur Cazalla und Guadalcanal, etc. ; Rapport sur les mines d’argent de Cazalla et Guadalcanal, dans la province d’Estramadoure en Espagne ; avec un plan pour l’établissement d’une compagnie pour l’exploitation de ces mines, par le même, ibid, volume in 8°, de 62 pages », Journal des Mines, Volume V, nº 29, pluviôse an V, p 388-389.

26 J.-C. Perrot, L’âge d’or…, op. cit., p. 19.

27 Journal des Mines, Volume I, nº 1, vendémiaire an III, p. 8.

28 Idem, p. 34-54.

29 Journal des Mines, Volume I, nº 4, nivôse an III, p. 47-84 et nº 5, pluviôse an III, p. 13-50.

30 Journal des Mines, Volume II, nº 7, germinal an III, p. 25-63 et nº 8, floréal an III, p. 1-32.

31 Journal des Mines, Volume I, nº 5, pluviôse an III, p. 49.

32 Journal des Mines, Volume II, nº 10, messidor an III, p. 15-82.

33 Journal des Mines, Volume III, nº 18, ventôse an IV, p. 43-60.

34 Journal des Mines, Volume VI, nº 35, thermidor an V, p. 813-852.

35 Journal des Mines, volume IV, nº 23, thermidor an IV, p. 37-38.

36 Ibid., p. 37.

37 Ibid., p. 37.

38 Ibid., p. 38.

39 Journal des Mines, Volume VIII, nº 44, floréal an VI, p. 642.

40 Journal des Mines, Volume XIV, nº 80, floréal an XI, p. 123-153 et nº 82, messidor an XI, p. 277-301.

41 Journal des Mines, Volume XIX, nº 113, mai 1806, p. 379-400, nº 114, juin 1806, p. 435-458, Volume XX, nº 120, décembre 1806, p. 407-502.

42 Journal des Mines, Volume XV, nº 89, pluviôse an XII, p. 321-356.

43 Journal des Mines, Volume XIV, nº 80, floréal an XI, p. 128.

44 Journal des Mines, Volume XIX, nº 113, mai 1806, p. 385.

45 Journal des Mines, Volume XX, nº 120, décembre 1806, p. 500.

46 Xavier Leschevin, Table analytique des matières contenues dans les 28 premiers volumes du Journal des Mines, Paris, 1813, p. II.

47 Journal des Mines, Volume XVII, nº 102, juin 1806, p. 405-437.

48 Journal des Mines, Volume XXI, nº 126, juin 1807, p. 445-474 ; Volume XXII, nº 127, juillet 1807, p. 5-62.

49 Journal des Mines, Volume XVII, nº 102, juin 1806, p. 405-437.

50 Journal des Mines, Volume XIX, nº 109, janvier 1807, p. 25-66, nº 110, février 1807, p. 81-134, nº 111, mars 1807, p. 169-204, nº 112, avril 1807, p. 249-276 ; Volume XX, nº 116, août 1807, p. 119-136, nº 117, septembre 1807, p. 199-226.

51 Journal des Mines, Volume XIX, nº 109, janvier 1807, p. 34.

52 Journal des Mines, Volume XXV, nº 148, avril 1809, p. 257-306 ; nº 149, mai 1809, p. 321-372.

53 Journal des Mines, Volume XXV, nº 148, avril 1809, p. 261.

54 D. Margairaz, François de Neufchâteau…, op. cit., p. 281.

55 Journal des Mines, Volume I, nº 1, vendémiaire an III, p. 55-92.

56 Ibid., p. 56.

57 Journal des Mines, Volume X, nº 59, thermidor an IX, p. 879-886.

58 Ibid., p. 879.

59 Journal des Mines, Volume XII, nº 71, thermidor an X, p. 325-412 et nº 72, fructidor an X, p. 413-458.

60 Journal des Mines, Volume XII, nº 71, thermidor an X, p. 330.

61 Journal des Mines, Volume II, nº 9, prairial an III, p. 45-60.

62 Journal des Mines, Volume II, nº 11, thermidor an III, p. 48.

63 Journal des Mines, Volume VII, nº 39, frimaire an VI, p. 213-240 et Volume VII, nº 40, nivôse an VI, p. 243-315.

64 Philippe Minard, La fortune du colbertisme, Etat et industrie dans la France des Lumières, Paris, Fayard, 1998, p. 171.

65 D. Margairaz, François de Neufchâteau…, op. cit., p. 272.

66 Journal des Mines, Volume VI, nº 33, prairial an V, p. 733.

67 Journal des Mines, Volume I, nº 1, vendémiaire an III, p. 31-33.

68 Journal des Mines, Volume II, nº 9, prairial an III, p. 14-24.

69 Ibid., p. 24.

70 Journal des Mines, Volume VI, nº 34, messidor an V, p. 799.

71 Journal des Mines, Volume III, nº 13, vendémiaire an IV, p. 54.

72 Journal des Mines, Volume III, nº 14, brumaire an IV, p. 24.

73 Journal des Mines, Volume VI, nº 32, floréal an V, p. 634.

74 Journal des Mines, Volume V, nº 29, pluviôse an V, p. 377-384.

75 Ibid., p. 381.

76 Ibid.

77 Ibid.

78 Ibid.

79 Journal des Mines, Volume VI, nº 33, prairial an V, p. 723-734.

80 Ibid., p. 727.

81 Ibid., p. 729.

82 Ibid.

83 Ibid., p. 732.

84 AN, F14 1301 B, Minute d’une lettre du 27 germinal an VII, du Chef de la 4e division (du Ministère de l’Intérieur) au Cen Le Camus, chef de la 3e division du même ministère : « Mon cher collègue, Le ministre a accueilli la proposition que je lui ai faite de destiner un certain nombre d’exemplaires du Journal des mines en faveur des sociétés d’agriculture qui, pour la plus part [sic] désirent d’en avoir connaissance et s’en promettent des succès pour la chose publique. Je vous fais passer la décision du Ministère sur cet objet, elle ordonne que 120 exemplaires du Journal des Mines seront déposés périodiquement à ma division. ».

Auteur

Maître de conférences à l’Université Marc Bloch (Strasbourg 2) depuis 1998. Elle enseigne à l’Institut d’histoire moderne. Membre de l’EA3400, elle dirige jusqu’à la fin de l’année 2008 un programme ANR intitulé « Expériences de terrain et compétences cartographiques ». Elle a notamment publié en 1999 Lectures et pratiques de l’espace, l’itinéraire de Coquebert de Montbret (1755-1831), savant et grand commis d’État, Paris, Honoré Champion, puis, en 2006, en co-direction avec Hélène Blais Géographies plurielles. Les sciences géographiques au moment de l’émergence des sciences humaines (1750-1850), Paris, L’Harmattan. En janvier 2008, elle a fait paraître dans la revue Minerva « Serving Science and the State : Mining science in France, 1794-1810 ».

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540