Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’information économique, XVIe-XIXe siècle

 | 
Dominique Margairaz
, 
Philippe Minard

État et information économique

L’État et l’information économique pendant les crises frumentaires, de la fin de l’Ancien Régime au milieu du XIXe siècle

Nicolas Bourguinat

Texte intégral

Aux origines de l’information sur les subsistances sous l’Ancien Régime

  • 1 Sylvie Drame, Judith Miller, Bertrand Roehner et Christian Gonfalone (éd.), Un siècle de commerce d (...)

1Parallèlement à l’essor des modélisations des circuits nationaux et internationaux du blé qu’offrait la littérature économique des Lumières, une politique visant à rassembler un savoir fiable et régulièrement actualisé sur les prix alimentaires avait déjà connu une traduction concrète sous l’Ancien régime, et ceci avant même l’époque de Turgot. Sa priorité n’était cependant pas principalement le suivi des prix des subsistances dans les provinces du royaume, et encore moins sans doute la prévision des fluctuations ascendantes et la gestion d’éventuelles pénuries. Sa priorité était fiscale, et c’est pourquoi ses balbutiements remontent à la toute première phase d’affermissement de l’État monarchique, très précisément à l’ordonnance de Villers-Cotterets de 1539. La connaissance par l’État du niveau des prix conditionnait celle de la valeur des productions agricoles, donc des revenus des provinces, à partir desquelles pouvait s’opérer la définition de l’assiette de l’impôt, avec le concours des États provinciaux, pour les parties du pays qui en possédaient. C’était déjà, notons le par parenthèse, un terrain de contradiction avec le souci d’assurer un « juste prix » aux consommateurs que la monarchie revendiquait comme sien : car « s’il n’entre pas de monnaie dans une région par le commerce, il ne peut en sortir pour le paiement de l’impôt, et du point de vue du fisc, des prix du blé bas, que l’on a l’habitude d’associer à des périodes d’aisance pour une majorité de la population (sauf les producteurs et les négociants) ne constituaient pas une situation souhaitable »1. L’autre aspect essentiel de ce droit de regard que revendiquait l’État monarchique était le souci d’assurer dans les meilleures conditions le ravitaillement des armées, où qu’elles soient cantonnées (en fait essentiellement sur les frontières de l’Est et du Nord, à partir de l’époque de Louis XIV), afin d’éviter les abus qu’elles risquaient d’engendrer en vivant sur le pays. C’est pourquoi les relevés des mercuriales étaient adressés, au XVIIIe siècle, non seulement au Bureau des subsistances du Contrôle général, mais aussi au secrétariat d’État à la Guerre. Et de fait, tout au moins avant Turgot, la seule utilisation de ces données ayant à voir avec les problèmes de déficits régionaux et de flux commerciaux en période de cherté excessive des grains fut constituée par les interdictions d’exporter, que les observateurs de la conjoncture des prix pouvaient, à l’occasion, édicter.

  • 2 On notera cependant que pareilles interdictions pouvaient aussi être arrêtées par les Parlements, c (...)
  • 3 Comme en témoigne, entre autres, Olivier Chaline, « Le juge et le pain. Parlement et politique d’ap (...)
  • 4 Steven L. Kaplan, Provisioning Paris, op. cit., p. 37-40.

2De la même façon, les intendants pouvaient user de cette prérogative régalienne pour bloquer toute sortie de grains en dehors des frontières de leur circonscription, et protéger ainsi « leurs » consommateurs, même si la mesure devait occasionner une gêne pour les provinces voisines2. Mais les réglementations concernant la boulangerie et le prix du pain sont restées avant 1789 des affaires locales, où les autorités administratives, qu’il s’agisse du subdélégué ou de l’intendant lui-même, n’étaient guère amenées à jouer qu’un rôle indirect, et où l’essentiel de l’initiative appartenait aux autorités municipales, ou bien aux institutions parlementaires3. Même à Paris, les frictions entre le prévôt des marchands, qui représentait, avec l’échevinage, le versant municipal de l’autorité, et le lieutenant-général de police, dont les pouvoirs émanaient du roi, n’ont jamais cessé, sous l’Ancien Régime, autour des questions liées aux subsistances4. Et les luttes incessantes des villes-marchés de la zone d’approvisionnement de Paris contre les prétentions de la capitale (qualifiée communément dans les correspondances et les actes d’alors de « Nouvelle Rome », de « vautour », de « sangsue insatiable »), pour être les illustrations les plus connues de ce phénomène, ne sont pas les seules, bien loin de là.

  • 5 Ibid., p. 38.
  • 6 On rappellera, par exemple : Pierre Lefèvre, Le commerce des grains et la question du pain à Lille (...)
  • 7 Lettre du procureur du roi de Saint-Lô au procureur-général Godard de Belbeuf, juillet 1788, Arch. (...)
  • 8 S. L. Kaplan, Provisioning Paris, op. cit., p. 36.

3Car plus on s’éloignait du Bassin parisien, plus les représentants du roi avaient des chances d’être contestés sur ces matières. Ailleurs, à l’échelle des généralités, « la compétition pour la recherche des grains prenait, de manière caractéristique, la forme de conflits de juridiction, administrative et morale, entre les autorités locales et leurs supérieurs hiérarchiques5 ». Les parlements jouissaient d’une généreuse dose d’indépendance institutionnelle et constitutionnelle, et exerçaient une sorte de police parallèle des subsistances, parfois complémentaire de celle de l’administration royale, parfois supplantant ou défiant celle-ci. Les monographies locales incitent du reste à réévaluer l’impact et le rôle de leurs décisions dans les questions frumentaires6. En particulier, elles mettent en évidence le poids des procureurs-généraux, officiers qui jouent le rôle d’intermédiaires entre le Parlements et les substituts (parfois appelés aussi « procureurs du roi »), qui sont l’ultime échelon de la « fonction publique » locale, au niveau des villages et des hameaux. Non seulement ceuxci font remonter l’information auprès du siège du ressort parlementaire, mais « ils ont des pouvoirs de justice et de police, mais comme ils sont les magistrats les plus au contact de la demande populaire, en période de cherté, il est très fréquent qu’ils sollicitent le procureur-général, pour lui demander un avis ou l’inviter à faire adopter et publier un arrêt adapté à la situation, afin de « prouver au peuple que du moins on s’occupe à faire cesser cette cause dont il se plaint7 ». Ainsi, jusqu’aux incidents frumentaires du printemps et de l’été 1789, on peut affirmer qu’en dehors de la région parisienne, les « […] procureurs généraux étaient mieux informés sur les subsistances que les intendants et même que le contrôleur général, et mieux placés qu’eux pour voir leurs commandements exécutés8 ».

  • 9 Voir Jean-Claude Perrot, Une histoire intellectuelle de l’économie politique, Paris, Éditions de l’ (...)

4De plus, malgré l’ancienneté de l’ambition statistique de l’État central, il fallut beaucoup de temps pour qu’un tel système de collecte d’une information régulière sur les prix vienne à bout des résistances des offices municipaux liés au fonctionnement des marchés, et, bien entendu, des réflexes de méfiance des marchands eux-mêmes. C’est surtout, donc, à l’âge de la « monarchie administrative » des Lumières que le Contrôle général put disposer de relevés plus solides, couvrant la totalité du territoire français. Avec Turgot, enfin, l’entreprise de libéralisation du commerce des grains s’accompagna (sans d’ailleurs qu’il y ait eu paradoxe) d’un surcroît d’exigences de la part des autorités, dont l’intérêt pour la supervision de l’évolution des prix était réveillé à la fois par le souci de vérifier la véracité des postulats physiocratiques, et par la gestion des troubles catastrophiques connus sous le nom de Guerre des Farines, qui suivirent immédiatement la nouvelle législation en 1775. Jamais cependant les séries de prix tirées des mercuriales des principaux marchés français n’ont été complétées, à l’époque du Contrôle général, par une connaissance proportionnée des quantités de céréales, ni au niveau des flux commerciaux, ni a fortiori au niveau de la production, et cette connaissance-là a dû, avant 1789, emprunter d’autres voies, qui ne nous retiendrons pas ici. Ce sont celles de la statistique savante d’un Lagrange ou d’un Lavoisier, qui supposait que l’on raisonne à partir d’évaluations souvent contestables des besoins de la population, évaluations elles-mêmes fondées sur une estimation de la ration alimentaire moyenne et sur des ratios démographiques9.

  • 10 Nicolas Delamare, Traité de la police, Paris et Amsterdam, 1705, t. II, p. 607-608.
  • 11 Voir notamment Maxime du Camp, Paris, ses organes et son administration, Paris, 1879, t. II, p. 59- (...)

5On se bornera donc ici à rappeler les grandes lignes du savoir économique issu de ce recensement méthodique des prix, telles qu’elles se présentent à la veille de la Révolution, tout en gardant à l’esprit que son caractère opératoire est resté fortement limité par le jeu conflictuel des différents pouvoirs protagonistes des questions frumentaires. À son origine se trouvent donc les mercuriales municipales, et en conséquence, l’activité des mesureurs. C’étaient des officiers municipaux le plus souvent, qui étaient au XVIIIe siècle un élément essentiel de la police des grains. Bien connus à Paris, ils régentaient aussi le fonctionnement des halles municipales de province, même dans les villes de taille modeste. D’après Delamare, ils agissaient à la fois comme « arbitres de la bonne justice et de la bonne foi entre vendeurs et acheteurs », comme « chiens de garde chargés de dénoncer les abus et les défauts du commerce »10, et ils étaient responsables de l’enregistrement des tarifs des transactions, dont aucune en principe ne pouvait se faire sans leur intervention, puis de la rédaction de la mercuriale, à partir de cet énorme matériau. Leur travail, dont les historiens des prix sont bien forcés d’accepter la valeur comme telle, pouvait refléter plus ou moins la vérité, surtout dans la mesure où la grande difficulté de cette période était de parvenir à dégager une notion claire et acceptée par tous du prix moyen des transactions (et elle-ci ne s’imposera pas avant que le gouvernement central, sous le Consulat, se soit mêlé de l’affaire et ait généralisé à tous les marchés les mêmes règles de comptage). Mesureurs et contrôleurs pouvaient fausser la signification de la mercuriale, pour préserver l’ordre et ne pas provoquer d’inquiétude, en n’enregistrant pas les transactions aux prix les plus élevés. Ils étaient cependant placés sous étroite surveillance à la halle de Paris, mais des malversations les impliquant directement étaient souvent dénoncées dans les marchés provinciaux avant 1789. En dépit de ces réserves, dont on ne peut, de toute façon, évaluer les conséquences statistiques, les mercuriales sont considérées en tant que telles, comme des sources de valeur très solide. Elles furent de plus en plus dressées par d’autres fonctionnaires municipaux, les offices de mesureur ayant été supprimés une première fois à Paris par un édit de 1719 (qui les remplaçait par des commis, salariés et révocables, nommés par la lieutenance-générale), demeuré sans effet, puis une seconde fois par un édit de septembre 1759, qui ne laissa pas davantage de traces, mais qui étendit l’éradication programmée aux provinces, et enfin par Turgot en 1776 sans plus de succès11. Sous le Premier Empire, ils seront définitivement fonctionnarisés par la préfecture de police, notamment en 1801 et en 1808 sous l’autorité de Dubois, dont l’œuvre fut ratifiée par le Conseil d’État le 19 avril 1806 et sanctionnée par d’importants décrets impériaux : celui du 21 décembre 1807, qui donnait le droit de nomination des inspecteurs des Halles au préfet de la Seine, et celui du 16 juin 1808 sur le mode de perception des droits de pesage, mesurage et jaugeage. Mais même avant la Révolution, la valeur du travail des mesureurs parisiens était jugée très solide. Turgot lui-même fit main basse sur tous leurs livres de compte, que l’on retrouve in fine comme source dans les travaux économiques non seulement de Lavoisier mais également d’auteurs de la première moitié du XIXe siècle, comme Chabrol de Volvic ou Benoiston de Châteauneuf.

  • 12 Voir Ernest Labrousse, Ruggiero Romano et François-Georges Dreyfus (éd.), Le prix du froment en Fra (...)

6Sur cette base, dressée pour le moindre des marchés du royaume, et dirigée des municipalités vers les intendances12, les subdélégués confectionnaient des relevés bimensuels pour l’ensemble des marchés de leur circonscription, et les adressaient au Contrôle général. Ces documents distinguaient, en général, trois qualités différentes de froment. Après 1777, le relevé devint hebdomadaire, ce qui laisse imaginer que le gouvernement pouvait espérer exercer ainsi un suivi de la conjoncture, à la fois plus fin et plus serré et être mieux à même d’agir vite en période de crise. À Paris, le Bureau des subsistances, qui était une sous-division du Contrôle général, dressait à son tour des états, dont les faiblesses sont les suivantes : premièrement, il s’agissait de prix moyens, mais calculés de manière arithmétique, dans la mesure où les quantités vendues n’étaient pas systématiquement enregistrées par les municipalités et les subdélégations, même après 1777, où des ordres avaient été donnés en ce sens de manière à orienter le mode de calcul vers celui d’une moyenne pondérée ; deuxièmement, il ne peut s’agir que de prix moyens à l’échelle des généralités (les fonctionnaires de la Statistique générale de la France les transformeront, au XIXe siècle, en prix par grandes régions économiques), et ils ne permettent pas à la bureaucratie royale d’élaborer une appréciation très précise des variations intra-régionales (alors que celles-ci peuvent être importantes, voire déterminantes dans le déclenchement d’un mécanisme de pénurie).

De la révolution aux monarchies censitaires : l’impact de la centralisation

  • 13 Marie-Noëlle Bourguet, Déchiffrer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienne(...)
  • 14 Voir le livre de Catherine Kawa, Les ronds-de-cuir en Révolution. Le personnel du ministère de l’In (...)
  • 15 On rappellera le grand livre de Michel Bruguière, Gestionnaires et profiteurs de la Révolution et d (...)
  • 16 Voir Pierre Caron, « Notes sur la législation et l’administration du commerce des céréales de 1788 (...)

7La Révolution modifia bien évidemment le fonctionnement de ce système, mais certes pas au point qu’on puisse affirmer que « l’appareil de collecte et d’enregistrement de l’Ancien régime s’est effondré13 ». En fait, les changements se situent davantage dans les détails de l’organisation et dans le choix des hommes que dans les principes. Nombre d’auteurs ont souligné d’ailleurs que pour l’administration ministérielle, la continuité prévalait largement sur la rupture ; même si certains commis de l’État issus de la grande noblesse perdirent leur place après 1792, comme le marquis de Montaran, la préférence fut vite donnée à des administrateurs chevronnés qui avaient fait leurs classes dans les institutions supprimées ou les bureaux en déliquescence de l’Ancien Régime. Ceux qui pouvaient se prévaloir d’un pedigree de patriote ou de jacobin, s’ils purent bénéficier de quelques ouvertures sous la dictature de la Montagne, durent souvent s’incliner devant la reconnaissance accordée à la compétence et à l’expérience des hommes de l’ancien système, surtout après Thermidor14. En conséquence de quoi, les habitudes intellectuelles ne furent pas immédiatement modifiées, pas davantage que les pratiques, et un tel jugement est soutenable pour la gestion des finances publiques en général15. Passé au ministère de l’Intérieur, le Bureau des subsistances ne réforma donc pas son fonctionnement, et continua de recevoir des municipalités, désormais sans intermédiaire provincial, les relevés issus des mercuriales. Cependant, il est bien clair que la phase d’application du Maximum, en 1793-1794, eut des conséquences importantes, à la fois sur le rôle du Bureau et sur les méthodes et les moyens d’appréhension des fluctuations de prix16.

  • 17 Circulaire du 1er floréal an VIII, reproduite dans E. Labrousse, R. Romano et F.-G. Dreyfus (éd.), (...)
  • 18 Résultats « des enquêtes successives lancées entre mai 1793 par le Comité de division, et messidor (...)
  • 19 Circulaires du 25 messidor et du 14 germinal an VI, prescrivant « à toutes les administrations muni (...)

8Mais à cette réserve près, les choses ne bougèrent à nouveau que lorsque le Consulat donna un nouvel élan à la centralisation administrative, en achevant et en rationalisant l’entreprise de réduction de l’autonomie des pouvoirs locaux, notamment de département et de district, qu’avait amorcée le Directoire. Dès le Directoire, en effet, c’est le commissaire du gouvernement près l’administration départementale qui se chargeait de transmettre, au rythme décadaire en règle générale, les mercuriales originales des marchés à grains. Lucien Bonaparte, dès son installation au ministère de l’Intérieur au lendemain de Brumaire, s’empressa de renouveler cette injonction aux préfets nouvellement créés : la circulaire du 1er floréal an VIII précise que les chiffres dont le gouvernement central veut disposer sont seulement ceux « des marchés qui ont habituellement quelque importance17 », et précise qu’il en existe une sorte de liste officielle. Ce qui confirme que la police des grains de la fin du XVIIIe siècle a une vision nette de l’existence d’une certaine typologie des marchés, selon leurs fonctions, leur rayon d’approvisionnement, et les volumes qui s’y échangent : ici, la base documentaire est vraisemblablement le « recensement de l’an II »18 ou bien les résultats de l’enquête complémentaire entreprise par François de Neufchâteau en l’an VI19.

  • 20 Circulaire du 1er floréal an VIII, cité in E. Labrousse, R. Romano et F.-G. Dreyfus (éd.), Le prix (...)

9Le frère de Napoléon conclut par un « Je vous crois trop pénétré de l’utilité de ce travail, et de l’influence qu’il doit avoir sur les mesures que le gouvernement pourrait être amené à prendre relativement aux subsistances pour ne pas attendre de votre part toute l’attention et l’exactitude qu’il exige »20. Sans conséquences apparentes dans l’immédiat, son texte marque néanmoins une rupture dans l’histoire des modes de perception des enjeux céréaliers par l’État central. En effet, peu de temps après sa diffusion, le choix de l’arme préfectorale comme facteur-clé du renforcement de la centralisation débouche sur une volonté plus nette, de la part du « Bureau de commerce et subsistances » (ainsi qu’il est rebaptisé momentanément), de coordonner la collecte des données et surtout d’uniformiser celles-ci pour maximiser l’efficacité de leur traitement. Plusieurs circulaires suivront donc, éclairantes à propos des incohérences qui affectaient la confection des séries de prix dans le passé. Un texte du 20 thermidor an X relève qu’ainsi, « il existe souvent dans les mercuriales des grains, des erreurs plus ou moins graves, que j’attribue plutôt à l’inexpérience des personnes chargées de les rédiger qu’à leur négligence » : il décide donc d’imposer l’hectolitre, mesure de capacité, comme « la mesure usuelle qui doit servir pour la vente des grains sur tous les marchés […] et peut être adoptée comme unité fondamentale pour la rédaction des mercuriales ». C’était bien sûr mettre l’accent sur un point fondamental, l’incroyable complexité de la métrologie héritée de l’époque moderne, qui, en plus de rendre suspecte l’élaboration du prix moyen lui-même, rendait jusque-là très problématique la comparaison des prix régionaux, et a fortiori leur agrégation.

  • 21 Texte reproduit dans Un siècle de commerce du blé en France…, op. cit., p. 57-58. Même ensuite, l’u (...)
  • 22 C’est la règle, en principe, pour les marchés situés dans la zone d’approvisionnement de Paris, ent (...)
  • 23 AN, F11, 1082. Si le froment vient toujours en premier, dans une rubrique qui rassemble toutes les (...)
  • 24 « La méthode qui me paraît la seule régulière, écrit Becquey, consiste à multiplier chaque quantité (...)

10Bien entendu, ce texte n’exprimait qu’un vœu de l’administration centrale et il ne suffisait pas en lui-même à réformer ou à redresser le comportement des maires. Aussi le problème ne sera-t-il pas réglé du jour au lendemain, loin s’en faut. Le texte accorde d’ailleurs un délai d’adaptation, avec une date butoir d’entrée en vigueur de l’hectolitre pour toutes les mercuriales, fixée au 1er vendémiaire an XI. Mais parier sur une durée d’un an était bien optimiste… Une circulaire du 1er avril 1817, envoyée en urgence aux préfets par le Bureau des subsistances, en plein milieu d’une période de troubles de cherté, revient ainsi sur le désarroi dans lequel le manque de précision des conversions opérées par les maires plonge les fonctionnaires de l’Intérieur : « quand les différences de prix d’un marché à l’autre d’un même arrondissement ou d’un même département sont par trop inégales [sic], et qu’elles subsistent constamment, alors il faut supposer qu’elles proviennent d’opérations vicieuses, […] de quelque vice de rédaction qui se glisse dans les feuilles originales dressées par les maires, ou aux bases fautives sur lesquelles est établi le prix moyen : 1° dans la conversion des mesures locales en hectolitres, là où les autorités n’ont pas le soin de proscrire l’usage sur les marchés de toute mesure étrangère au système métrique […] ». En conséquence de quoi, le texte (signé par Becquey, sous-secrétaire d’État du département de l’Intérieur, alors président de la Commission des subsistances de Louis XVIII) invite les préfets à « éclairer les maires, par des instructions courtes et faciles à comprendre, sur la manière dont ils doivent opérer pour convertir en hectolitres les mesures usitées dans leur pays ». Et, preuve que c’est bien la compétence et la bonne volonté de ceux-ci qui sont en cause, il ajoute : « il serait peut-être même à propos que vous fixassiez vous-même, si vous le jugiez nécessaire, la valeur de chaque mesure locale en hectolitres21 ». Le même texte de l’an X transformait également la périodicité des relevés, abandonnant l’intervalle décadaire pour lui substituer la quinzaine (chiffres agrégés des ventes et moyenne des prix au 15 et au 30 de chaque mois), qui restera en vigueur jusqu’à la fin du XIXe siècle, mais continuera d’être complétée, à l’occasion des périodes de cherté, par des états permettant un suivi plus serré, à la semaine voire au jour de marché près22… Il créait enfin, ce qui n’est pas négligeable, un échelon intermédiaire par lequel devaient passer les états dressés et visés par les maires, en institutionnalisant l’intervention du sous-préfet : celui-ci pouvait procéder à des contrôles préliminaires et à des ajustements, donc corriger les écarts a priori bizarres à l’intérieur de l’arrondissement (mais il introduisait aussi un nouveau risque d’erreur de copie)… Signalons aussi qu’en octobre 1812, une nouvelle circulaire devait enrichir encore l’éventail de produits agricoles concernés par ces relevés de prix en portant les tableaux-types de 13 à 27 articles23. La dernière amélioration décisive date de la circulaire d’avril 1817 déjà évoquée : en effet, pour remédier aux incohérences qu’elle déplorait, elle imposa un modèle de calcul pour la fixation du prix moyen qui correspond à la moyenne pondérée par les quantités vendues24. C’est là certainement un pas en avant décisif pour la crédibilité (comme source statistique) des prix départementaux élaborés à partir des mercuriales, ce dont ont pris acte les auteurs de Un siècle de commerce du blé en France en choisissant, pour leurs séries, une date aussi tardive que 1825, et en n’incluant pas la Révolution et l’Empire.

Un savoir statistique d’utilité marginale

  • 25 Faute de place pour développer ce point, je renverrai donc aux travaux bien connus de M.-N. Bourgue (...)
  • 26 Voir sur ce point les compléments donnés aux vues de Woolf et Perrot par le chapitre 6 de la thèse (...)

11Les progrès accomplis par rapport à l’ancien Contrôle général paraissent tout à fait considérables : la départementalisation de la France a fait progresser la couverture du territoire, ou si l’on préfère, la densité de l’information rassemblée (Labrousse a pu calculer que 900 marchés étaient ainsi pris en compte par le Département de l’Intérieur, contre 440 avant 1789) ; la périodicité a connu des variations, mais la régularité des relevés est demeurée de règle, de sorte que le suivi gouvernemental ne connaît pas d’interruption dans le temps ; la qualité et la fiabilité des données ont progressé constamment, grâce à l’uniformisation des habitudes de comptage et de mesure impulsée via le relais préfectoral, et il est donc possible d’en tirer une représentation économique d’ensemble plus opératoire qu’autrefois, la comparaison inter-départementale se faisant enfin à partir d’informations compatibles entre elles et agrégées en fonction des mêmes règles. Il faudrait compléter ce tableau par celui des progrès, également considérables, accomplis dans la connaissance des ressources et des productions de l’agriculture nationale. Tout y contribuait : l’ambition uniformisatrice des révolutionnaires, la soif d’embrasser l’ensemble du territoire national par des connaissances positives, la volonté aussi de tirer un bilan du passé qui anima aussi bien le personnel politique des Brumairiens que le personnel administratif du Consulat, le besoin de dresser régulièrement des états des lieux, celui de recenser les forces disponibles (ainsi après 1811-1812, lors de la crise terminale de l’Empire)25. Néanmoins, les efforts d’investigation furent plus désordonnés que coordonnés de Brumaire à 1814, et l’instrument dont on disposait par le biais du Bureau de statistique fut lui-même plusieurs fois malmené et soumis à des tensions contradictoires, avant d’être finalement supprimé en 1812. Au sein du ministère de l’Intérieur, ses attributions n’avaient jamais pu être clairement délimitées, par rapport aux deux grands bureaux de la 2e division (l’Agriculture, dirigée par Silvestre, et les Subsistances, dirigées par Fauchat). Son personnel réel n’atteignit que de tous petits effectifs et la cohabitation entre la statistique savante qu’incarnaient un Chaptal, un Duquesnoy ou un Coquebert de Montbret et la statistique administrative n’y fut pas toujours commode26.

  • 27 « Rapport sur les divers travaux entrepris jusqu’ici relativement à la statistique agricole de la F (...)
  • 28 La circulaire du 30 décembre 1814 est à l’origine de ce qu’on appelle parfois la « statistique agri (...)

12Globalement, il semble que quel que soit le bureau concerné, l’entreprise de collecte ait manqué de continuité et ait été insuffisamment relayée sur le terrain par les préfets – qui manquaient de collaborateurs compétents, et croulaient de toute manière sous les sollicitations. Sous la Première Restauration, Silvestre donna un tableau sans concession de l’activité passée des bureaux en qualifiant leurs travaux de « rapides, irréguliers, sans jamais la suite nécessaire : les employés de cette division étaient toujours détournés soit pour d’autres bureaux, soit pour d’autres occupations, sous prétexte que le travail n’était pas d’urgence, et ensuite on leur demandait en 8 jours et quelquefois en 3 des résultats généraux et chiffrés sur lesquels on n’avait, dans les bureaux, que des données incomplètes ou fautives27 ». Il n’eut de cesse de relancer une nouvelle enquête, moins basée d’ailleurs sur l’élaboration de chiffres et d’états annuels que sur le recours à des « tableaux » et mémoires rappelant ceux des préfets de Chaptal, mêlant à la fois structures et performances agricoles, systèmes agraires et méthodes culturales28. À côté des tableaux de prix que le Bureau des Subsistances continuait de confectionner (il était revenu au ministère de l’Intérieur à côté de celui d’Agriculture dans le cadre d’une 3e division refondue), à côté des états annuels d’évaluation des récoltes pour lesquels une grille nationale était toujours adressée aux préfectures, la Restauration retrouva une forme de curiosité pour les exploitations (taille moyenne, types de baux, choix d’assolements) par l’intermédiaire de questionnaires adressés à ses sous-préfets. C’est plus ou moins cette logique, davantage que celle d’une supervision en temps réel des résultats des récoltes et du comportement des prix, que l’on retrouva à la source de la grande enquête lancée en 1837 et publiée en 1840 par la SGF. Mais rappelons bien que dans ce domaine, comme du reste dans bien d’autres domaines relatifs à l’histoire des bureaucraties, la multiplication des circulaires et des demandes du « centre » doit faire soupçonner l’inefficacité globale du système et non son excès de sophistication.

  • 29 Voir N. Bourguinat, Les grains du désordre, op. cit., p. 72-112 et « Libre-commerce du blé et repré (...)
  • 30 Lettre à Collin de Sussy, 19 juillet 1812, in Correspondance de Napoléon Ier, Paris, Plon, 1868, t. (...)

13Faut-il déduire de ce qui précède que le gouvernement central, via les bureaux spécialisés des ministères, disposait de moyens fiables d’anticiper les hausses de prix et de rééquilibrer les ressources régionales en cas de pénurie, ou bien plutôt qu’il en était réduit, par manque de moyens financiers ou par la faute d’obstacles techniques, à demeurer plutôt un spectateur engagé des crises, à peu près comme il l’était sous l’Ancien Régime ? Sur ce point, que j’ai plus longuement analysé par ailleurs29, je me limiterai aux crises frumentaires du début du siècle, en laissant de côté celle qui frappa la monarchie de Juillet en 1846-1847 pour laquelle l’organe responsable, si l’on peut ainsi s’exprimer, était le ministère de l’Agriculture et du Commerce alors dirigé par le manufacturier sedanais Cunin-Gridaine : il est connu pour avoir pratiqué une politique de stricte neutralité misant sur le rééquilibrage « naturel » des ressources par les mécanismes du marché, et pour avoir réduit la « surveillance » de la crise à des projections rassurantes concernant les sources d’approvisionnement disponibles à l’étranger. Les crises économiques de 1811-1812 et de 1816-1817, dans la mesure où les tensions entre l’interventionnisme et le libéralisme y sont plus marquées, présentent davantage d’intérêt pour l’analyse. Je rappellerai d’abord que la crise de 1811-1812 intervint peu de temps après la création d’un nouveau ministère des Manufactures et du Commerce qui avait récupéré l’essentiel des bureaux de la 2e division de l’Intérieur, à l’exception notable du Bureau d’agriculture (juin 1811). C’était à n’en pas douter un désaveu pour le comte de Montalivet, qui demeurait cependant titulaire de l’Intérieur. Le Bureau des subsistances, dans cette nouvelle configuration, passait sous la coupe d’un nouveau ministre, ancien directeur des Douanes, le comte Collin de Sussy. Il est très probable que la communication entre les différents services concernés par la crise frumentaire, déjà incomplète en temps ordinaire et compliquée par des problèmes d’archivage des liasses et des cartons, bref de « mémoire administrative », qui ont été pointés par Igor Moullier dans sa récente thèse, en fonctionna d’autant plus mal. Dans une lettre, Napoléon s’emporta contre les « bureaux de l’Intérieur, [où] la plus crasse ignorance avait présidé à toutes ces affaires et [qui] avaient donné de faux renseignements, [de sorte qu’on] était arrivé à la crise sans avoir [ses] magasins remplis30 ». De fait, jusqu’à la veille de la moisson de 1811, ils avaient tenu à l’empereur, tout au moins par le truchement de Montalivet, un discours très rassurant, en contradiction avec les vues alarmistes de Maret, à la direction générale des Vivres, et avec les intuitions de Napoléon lui-même. Montalivet s’opposa également à la réactivation d’une politique de contrôle des prix, à laquelle procéda finalement Napoléon avec ses deux célèbres décrets des 4 et 8 mai 1812.

  • 31 Ibid., p. 77
  • 32 Sur la composition du Conseil et les orientations des différents membres, voir L. de Lanzac de Labo (...)

14Plus fondamentalement, on observe aussi que le pouvoir d’intervention échappa plus ou moins aux ministères concernés, pour passer à des organismes ad hoc, à travers lesquels on peut deviner une forme de reconnaissance de l’« expertise » en matière de grains : or ni dans le Conseil des subsistances de l’Empire, ni dans la Commission des subsistances de la Restauration on ne trouve en effet de référence explicite au savoir économique issu des activités des bureaux ministériels. Or ces deux organismes étaient les seuls à disposer d’un véritable pouvoir décisionnel et d’une capacité de financement indépendante par rapport au ministère de l’Intérieur, et eux seuls, au niveau du pouvoir central, étaient en mesure de décider d’achats et d’acheminement vers divers points de fournitures de blé vers des points du territoire frappés de pénurie. En réalité, les Commissions ont été dominées par des hommes d’État de stature bien supérieure à celle des commis et des gratte-papier du ministère, ou bien par des hommes issus du grand négoce céréalier, ce qui était encore une façon de reconnaître l’inadéquation des savoirs que la statistique mettait à la disposition des dirigeants. Le Conseil, sous l’Empire, fut créé par le décret du 28 août 1811 : il répondait à la volonté de l’Empereur de mettre en place un rouage stable, composé « des personnes qui aient la tradition et les principes »31 pour satisfaire aux priorités du pouvoir en place : fournir adéquatement Paris afin que l’ordre n’y soit pas troublé, et fournir les armées. D’où la présence du comte Dubois, préfet de police de 1800 à 1807, pourtant en semi-disgrâce, qui avait assumé la gestion de la crise de l’an X et réorganisé la boulangerie de la capitale, celle de Réal, doyen des conseillers d’État, de Pasquier, préfet de Police, et de Frochot, préfet de la Seine (intégré seulement par un décret du 29 janvier 1812). Le comte Maret participait enfin en tant que directeur-général des Vivres militaires. Significativement, la présidence de droit de la nouvelle institution, attribuée d’abord à Montalivet, lui fut retirée au bout de six mois pour être confiée à Collin de Sussy, qui s’y montra très effacé32. C’est là un indice supplémentaire de la marginalisation relative des organes statistiques dans la gestion de cet enjeu majeur.

  • 33 Alors maître des requêtes au Conseil d’État, le comte Anglès avait été membre du Conseil supérieur (...)
  • 34 Comme ancien gouverneur d’Odessa (1803-1805) et de l’ensemble des provinces du Sud de l’Empire russ (...)
  • 35 Sur tout ceci, je me permets de renvoyer de nouveau à N. Bourguinat, Les grains du désordre, op. ci (...)

15Sous la Restauration, c’est encore Pasquier, titulaire du portefeuille de la Justice et l’Intérieur dans le bref ministère Talleyrand-Fouché, que l’on trouva à l’origine de la création de la Commission, le 6 septembre 1815, destinée d’abord à composer au mieux avec les contraintes que la présence de plus d’un million de soldats étrangers sur le sol français faisait peser sur les ravitaillements et qui fut étendue seulement neuf mois plus tard au rôle d’un instrument anticrise. Après le départ de Pasquier, ne restaient guère que le comte Saint-Cricq, administrateur des Douanes et député, les conseillers d’État Taboureau et de la Bonardière, ainsi que comte Anglès, préfet de Police formé à l’école napoléonienne, pour représenter le point de vue de l’État face aux vues des commerçants comme Portal ou Begouën, respectivement très liés au négoce bordelais et rouennais33. Le préfet de la Seine, Chabrol de Volvic, présent occasionnellement au début, fut intégré par une ordonnance royale du 26 octobre 1816. Par contre, ni Vaublanc ni Laîné, en tant que ministres de l’Intérieur successeurs de Pasquier, ne furent très impliqués dans le fonctionnement de la Commission. La présidence appartenait à un technicien doté de l’envergure d’un politique, le conseiller d’État Becquey, alors sous-secrétaire d’État au département de l’Intérieur, et futur directeur des Ponts-et-Chaussées jusqu’en 1830. Becquey laissa parfois la place au chef du gouvernement, le duc de Richelieu, car à l’occasion ce dernier assista aux séances34. Si un ministère coiffait ainsi les deux institutions, ni la Commission ni le Conseil ne daignèrent utiliser les chiffres des bureaux et mobilisèrent d’emblée leurs propres canaux d’information. Les données concernant les prix et les quantités disponibles (aussi bien dans les greniers et réserves publics que dans les terroirs où l’on avait habitude de puiser) dont les deux institutions font état dans leurs discussions proviennent en effet de sources diverses : parmi elles, le Bureau des subsistances figure au tout dernier rang, derrière la Préfecture de Police, dont les espions et les informateurs permettaient à Pasquier et à Anglès de faire connaître presque en temps réel à leurs collègues les rumeurs de la Halle, les problèmes des boulangers, les incidents éventuels (le Conseil se réunissait toujours vers les sept heures du soir, à un moment où les cours du jour et les quantités vendues et restant disponibles pouvaient lui être communiquées), et surtout derrière les intermédiaires habituels de cette politique d’achats d’urgence, à savoir les maisons de négoce et leurs commissionnaires35.

16La « gestion » d’une situation de pénurie ne pouvait donc se satisfaire d’un tableau de quinzaine de l’évolution des prix et de simples états préfectoraux des apparences des récoltes à venir issus du circuit classique de l’information statistique centralisée. Elle nécessitait un aperçu de ceux-ci au jour le jour, au gré des correspondances des commissionnaires, des opérateurs spécialisés qui rendaient compte de leurs prospections dans les départements qu’on espérait encore capables d’offrir des excédents, et des fondés de pouvoir des maisons de grain, chargés de l’exécution d’achats massifs dans lesquels ils recherchaient davantage le meilleur bénéfice de leur société que l’intérêt du Trésor public. Parfois aussi intervenaient les représentants du gouvernement envoyés en mission spéciale pour superviser telle ou telle grosse expédition, ainsi que les auditeurs que la Direction Générale des Vivres déploya en 1812 sur les routes et les canaux empruntés par les chargements hollandais ou baltiques. Non négligeables sont aussi, pour 1812 et 1816-1817, les courriers particuliers des préfets adressés directement au Conseil et à la Commission et non au ministre de tutelle (ils étaient aussi très sollicités par le ministère de la Police, c’est-à-dire respectivement par Savary et par Decazes, pour tout ce qui relevait des enjeux d’ordre public). Globalement, les réseaux qui sont à l’œuvre dans le travail de ces instances de régulation et de secours, apparaissent donc largement indépendants de l’appareil de collecte de l’État.

  • 36 Ainsi le sieur Gautier, qui prospecte dans l’arrière-pays saumurois, fait-il état, le 16 novembre 1 (...)
  • 37 Souligné par moi. AN, F11, 301, PV de la séance du 21 novembre 1816.
  • 38 Sur l’administration et les politiques documentaires, voir les contributions d’Igor Moullier, Domin (...)

17Il en résulte que la police des subsistances du début du XIXe siècle, d’une part, n’avait pas l’ambition de corriger les hausses et les pénuries sur la totalité du territoire national, mais seulement de traiter celles qui menacent Paris et les frontières du Nord et de l’Est (et bien évidemment de prendre les mesures appropriées d’interdiction de l’exportation ou bien de les lever), et que d’autre part, l’affairisme et la spéculation n’étaient jamais absents de ses entreprises. C’était déjà le cas, on le sait, de l’institution montagnarde de l’an II, et cela demeura vrai pour le premier point du Conseil impérial, et pour le second de la Commission de la Restauration, où les conseillers d’État voisinaient avec les négociants (ou les mandataires de ceux-ci, via des alliances familiales), quand les membres ne cumulaient pas ces deux qualités à la fois. À en juger par de nombreuses auditions de commissionnaires, l’expérience accumulée dans le démarchage des régions céréalières de l’Ouest et du Centre et dans la passation de marchés au service du gouvernement apparaissait en elle-même une voie logique pour voir sa carrière couronnée par un siège dans la Commission36. Quant à l’exécution des marchés, on se reposait entièrement sur les marchands et on n’employait aucun personnel spécifique. Et lorsque le ministre de la Police générale, Decazes, mentionna « plusieurs rapports signalant des individus achetant des grains sur les marchés ou dans les campagnes comme des accapareurs et, quelquefois, comme des malveillants », et déplorant la difficulté de les distinguer des « acheteurs qui sont des agents qui opèrent pour le service public », la Commission lui répondit fermement qu’elle n’employait « ni agent, commissaire ou courtier », mais qu’elle s’adressait toujours à « des négociants bien famés faisant habituellement ce genre de commerce, et qui ont dû trouver dans la protection que le gouvernement accorde à la libre circulation des blés toute la sécurité désirable pour l’exécution des commissions qui leur ont été confiées et dans lesquelles ils ont toujours agi comme pour leur propre compte37 »… Les tableaux et moyennes de prix et de productions agricoles confectionnés par les bureaux n’étaient donc pas, en eux-mêmes, un moyen de se passer des réseaux et de l’expertise du grand négoce. Aussi demeurèrent-ils les instruments d’une ambition de savoir sans application véritable, insuffisants pour garantir l’efficacité des secours et l’impartialité de l’État dans l’équilibrage des ressources, et tout juste convenables pour édicter en temps voulu les interdictions de sortie de grains aux frontières (qui du reste étaient pratiquées par tous les pays voisins de la France, fussent-ils moins bien lotis qu’elle sur le plan des outils statistiques)38.

Notes

1 Sylvie Drame, Judith Miller, Bertrand Roehner et Christian Gonfalone (éd.), Un siècle de commerce du blé en France, 1825-1913. Les fluctuations du champ des prix, Paris, Economica, 1991, p. 56.

2 On notera cependant que pareilles interdictions pouvaient aussi être arrêtées par les Parlements, comme celui de Dijon pendant la disette de 1770, qui bloqua les sorties de grains de la province de Bourgogne, en même temps qu’il contractait avec des commissionnaires pour organiser des importations. Cf. sur ce point Steven Laurence Kaplan, Provisioning Paris. Merchants and Millers in the Grain and Flour Trade during the Eighteenth Century, Ithaca (NY), Cornell University Press, 1984, p. 434-435.

3 Comme en témoigne, entre autres, Olivier Chaline, « Le juge et le pain. Parlement et politique d’approvisionnement d’après les papiers du procureur-général de Rouen », Annales de Normandie, 39, 1989, p. 21-36.

4 Steven L. Kaplan, Provisioning Paris, op. cit., p. 37-40.

5 Ibid., p. 38.

6 On rappellera, par exemple : Pierre Lefèvre, Le commerce des grains et la question du pain à Lille de 1713 à 1789, Lille, Imprimerie Robbe, 1925 ; Camille Bloch, Le commerce des grains dans la généralité d’Orléans (1768), d’après la correspondance inédite de l’intendant Cypierre, Orléans, Herluison, 1898 ; Louis Viala, La question des grains et leur commerce à Toulouse au XVIIIe siècle, Toulouse, Privat, 1909 ; Joseph Letaconnoux, Les subsistances et le commerce des grains en Bretagne au XVIIIe siècle, Rennes, Oberthur, 1909 ; Charles Desmarest, Le commerce des grains dans la généralité de Rouen à la fin de l’Ancien Régime, Paris, Jouve et Cie, 1926 ; Bernard Vonglis, Le commerce des céréales à Reims au XVIIIe siècle, Reims, Presses Universitaires de Reims, 1980.

7 Lettre du procureur du roi de Saint-Lô au procureur-général Godard de Belbeuf, juillet 1788, Arch. dép. Seine-Maritime, 16J109, cité par Olivier Chaline, « Le juge et le pain », art. cit., p. 30.

8 S. L. Kaplan, Provisioning Paris, op. cit., p. 36.

9 Voir Jean-Claude Perrot, Une histoire intellectuelle de l’économie politique, Paris, Éditions de l’EHESS, 1991.

10 Nicolas Delamare, Traité de la police, Paris et Amsterdam, 1705, t. II, p. 607-608.

11 Voir notamment Maxime du Camp, Paris, ses organes et son administration, Paris, 1879, t. II, p. 59-60 ; Léon de Lanzac de Laborie, Paris sous Napoléon, Paris, Plon, 1908, t. 5, Assistance et bienfaisance. Approvisionnement, p. 322-26. Voir enfin l’opinion de Cambacérès sur le décret de 1808, Archives nationales, Paris (désormais AN), AF IV, 2259.

12 Voir Ernest Labrousse, Ruggiero Romano et François-Georges Dreyfus (éd.), Le prix du froment en France à l’époque de la monnaie stable, 1726-1913, Paris, SEVPEN, 1970.

13 Marie-Noëlle Bourguet, Déchiffrer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienne, Montreux, Éditions des Archives Contemporaines, 1989, p. 12.

14 Voir le livre de Catherine Kawa, Les ronds-de-cuir en Révolution. Le personnel du ministère de l’Intérieur sous la Première République, Paris, CTHS, 1997, et la thèse d’Igor Moullier, « Le ministère de l’Intérieur sous le Consulat et le Premier Empire. Gouverner la France après le 18-Brumaire » université Lille III, 2004, qui plaident tous deux en faveur de l’idée de continuité des carrières et de stabilité des personnels.

15 On rappellera le grand livre de Michel Bruguière, Gestionnaires et profiteurs de la Révolution et de l’Empire. L’administration des finances françaises de Louis XVI à Bonaparte, Paris, Olivier Orban, 1986.

16 Voir Pierre Caron, « Notes sur la législation et l’administration du commerce des céréales de 1788 à l’an V », Bulletin trimestriel de la Commission de Recherche et de Publication de Documents Relatifs à la Vie Economique sous la Révolution, 1906, p. 113 et suivantes, et du même, La commission des subsistances de l’an II. PV et actes, Paris, Picard, 1925.

17 Circulaire du 1er floréal an VIII, reproduite dans E. Labrousse, R. Romano et F.-G. Dreyfus (éd.), Le prix du froment…, op. cit., p. XX.

18 Résultats « des enquêtes successives lancées entre mai 1793 par le Comité de division, et messidor an III [juillet 1795] par le Comité de salut public, dont les réponses se sont mélangées, apparemment indistinctement, pour les destinataires de l’administration centrale, [et dont] les différents tableaux comprennent l’indication, sur deux colonnes, du nombre de jours de foire et de marché » : Dominique Margairaz, Foires et marchés dans la France préindustrielle, Paris, Éditions de l’EHESS, 1988, p. 31.

19 Circulaires du 25 messidor et du 14 germinal an VI, prescrivant « à toutes les administrations municipales des départements de la République d’adresser [au Bureau du Commerce de la 4e division du ministère de l’Intérieur] un tableau des foires et marchés qui se tiennent dans leurs arrondissements respectifs », et d’adjoindre des tableaux chiffrés pour les « marchés de grains et farines, les seules denrées sur lesquelles il fût de l’intérêt du gouvernement d’avoir des renseignements précis pour former les mercuriales du prix des grains » (AN, F12, 1266). Tous les papiers issus des enquêtes de l’an III avaient été reversés au ministère de l’Intérieur en brumaire an IV (octobre 1795) et se trouvent aux AN, AF III, 103A, Directoire exécutif. Voir D. Margairaz, Foires et marchés…, op. cit., p. 96, note 3.

20 Circulaire du 1er floréal an VIII, cité in E. Labrousse, R. Romano et F.-G. Dreyfus (éd.), Le prix du froment…, op. cit., p. XX. C’est nous qui soulignons.

21 Texte reproduit dans Un siècle de commerce du blé en France…, op. cit., p. 57-58. Même ensuite, l’unification de la métrologie ne paraît pas avoir été complète : alors que la circulaire d’avril 1817 déclare que les mesures non métriques de capacité sont frappées d’interdiction et ne doivent plus être employées, les préfets doivent réitérer longtemps ce type d’interdiction (Ernest Labrousse a retrouvé une circulaire préfectorale datée de 1855, archives départementales de la Marne, 128M, rappelant que le boisseau n’était plus toléré : Le prix du froment, op. cit., p. XXIV). Enfin, j’ai pu constater que le ministère lui-même se laissait aller, jusque sous la Monarchie de Juillet, à employer les anciennes unités dans les écritures…

22 C’est la règle, en principe, pour les marchés situés dans la zone d’approvisionnement de Paris, entité clé des schémas de l’économie céréalière qui ont cours au Bureau depuis le XVIIIe siècle (AN, F11, 1092 et 1244 à 1255). Elle correspond à peu près aux départements de la Seine-et-Oise, de la Seine-et-Marne, de l’Eure-et-Loir, de l’Oise, et de l’Aisne, mais peut en inclure d’autres. Le régime napoléonien et les monarchies censitaires parlent du « rayon de Paris », là où l’Ancien Régime, quant à lui, raisonnait par « couronnes ». Voir Nicolas Bourguinat, Les grains du désordre. L’État face aux violences frumentaires dans la première moitié du XIXe siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, 2002, p. 113-148.

23 AN, F11, 1082. Si le froment vient toujours en premier, dans une rubrique qui rassemble toutes les « qualités de blé », pourvu qu’elles soient propres à la fabrication de farines panifiables, il est suivi de : méteil, seigle, orge, sarrasin, maïs, avoine, pois, lentilles, haricots, etc.

24 « La méthode qui me paraît la seule régulière, écrit Becquey, consiste à multiplier chaque quantité vendue par son prix et à diviser la somme des produits par le total des ventes, [plutôt que] se borner à diviser, comme on le fait souvent, la somme des prix par le nombre d’hectolitres vendus. »

25 Faute de place pour développer ce point, je renverrai donc aux travaux bien connus de M.-N. Bourguet, déjà citée supra note 13, de Jean-Claude Perrot, L’âge d’or de la statistique régionale française (an IV-1804), Paris, Société des Études Robespierristes, 1977 et de Stuart Woolf, « Towards an history of the origins of statistics : France, 1789-1815 », in Louis Bergeron (dir.), La statistique en France à l’époque napoléonienne, Bruxelles, Centre G. Jacquemyns, 1981.

26 Voir sur ce point les compléments donnés aux vues de Woolf et Perrot par le chapitre 6 de la thèse d’I. Moullier, citée supra, note 14.

27 « Rapport sur les divers travaux entrepris jusqu’ici relativement à la statistique agricole de la France », juillet 1814, AN, F11, 495-96.

28 La circulaire du 30 décembre 1814 est à l’origine de ce qu’on appelle parfois la « statistique agricole de 1814 », dont une compilation fut publiée en 1914 par le CTHS. Voir Octave Festy, « Les enquêtes agricoles en France de 1800 à 1815 », Revue d’histoire économique et sociale, 34, 1956, p. 43-59 ; Hugh Clout, « L’évolution de la France rurale, 1815-1914. Essai de géographie historique », Mosella, nº 12, 1985, p. 6-7 ; S. Woolf, « Towards the history… », op. cit., p. 154-155.

29 Voir N. Bourguinat, Les grains du désordre, op. cit., p. 72-112 et « Libre-commerce du blé et représentations de l’espace français. Les crises frumentaires du début du XIXe siècle », Annales HSS, 56-1, 2001, p. 125-152.

30 Lettre à Collin de Sussy, 19 juillet 1812, in Correspondance de Napoléon Ier, Paris, Plon, 1868, t. 23, p. 75.

31 Ibid., p. 77

32 Sur la composition du Conseil et les orientations des différents membres, voir L. de Lanzac de Laborie, Paris sous Napoléon, op. cit., t. V, p. 215-20, et AN, F11, 296. Pour la Commission, voir Roland Caty, « La Commission des subsistances. Politique et action du gouvernement de Louis XVIII devant la disette de 1816-1817 », thèse de 3e cycle, Université de Provence, 1977.

33 Alors maître des requêtes au Conseil d’État, le comte Anglès avait été membre du Conseil supérieur de police au cours de la crise de 1811-1812, et il avait pu y côtoyer Pasquier, Réal, Pelet de la Lozère, et Savary.

34 Comme ancien gouverneur d’Odessa (1803-1805) et de l’ensemble des provinces du Sud de l’Empire russe, le duc était un des acteurs les mieux informés des problèmes posés par le commerce du blé. Il sollicita l’appui d’Alexandre Ier, son ami personnel, pour faire venir des chargements de la Mer Noire – dont le rôle fut néanmoins secondaire, car ils parvinrent à destination trop tard dans la seconde moitié de l’année 1817.

35 Sur tout ceci, je me permets de renvoyer de nouveau à N. Bourguinat, Les grains du désordre, op. cit., p. 72-112. L’ouvrage de Judith Miller, Mastering the Market. The State and the Grain Trade in Northern France, 1700-1860, Cambridge University Press, New York, 1999, me paraît devoir être lu avec précaution.

36 Ainsi le sieur Gautier, qui prospecte dans l’arrière-pays saumurois, fait-il état, le 16 novembre 1816, de ses « 25 années d’expérience des temps les plus difficiles » pour solliciter une place dans la Commission « concentrée » qu’il appelle de ses vœux, regroupant à la fois les achats civils, municipaux et militaires « qui se font directement ou indirectement pour le compte de l’État ». AN, F11, 301, PV de la séance du 14 novembre 1816.

37 Souligné par moi. AN, F11, 301, PV de la séance du 21 novembre 1816.

38 Sur l’administration et les politiques documentaires, voir les contributions d’Igor Moullier, Dominique Margairaz et Philippe Minard dans « Les temps composés de l’économie », Annales historiques de la Révolution française, nº 352, avril-juin 2008.

Auteur

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Marc Bloch Strasbourg 2 et membre junior de l’Institut Universitaire de France. Parmi ses publications, plusieurs concernent l’histoire économique et sociale du XIXe siècle (Les grains du désordre, Paris, EHESS, 2002 ou Histoire des États-Unis de 1865 à nos jours, Paris, Armand Colin, 2006). Il s’intéresse aussi à l’histoire des représentations et à l’histoire culturelle, par exemple à travers l’étude des récits de voyage (direction du collectif Voyager en Europe de Humboldt à Stendhal, Paris, Nouveau Monde, 2007). Il prépare une histoire comparée des transitions post-napoléoniennes en Europe.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540