Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’information économique, XVIe-XIXe siècle

 | 
Dominique Margairaz
, 
Philippe Minard

État et information économique

Le rôle des consuls français aux États‑Unis dans la transmission de l’information économique (1776‑1815)

Marc Belissa

Texte intégral

  • 1 Cette communication reprend sous une forme abrégée certains développements d’un ouvrage collectif c (...)

1Agents du roi, puis de la République et enfin de l’Empereur, les consuls de France aux États-Unis jouent un rôle fondamental dans le contrôle des relations commerciales entre la France et l’Amérique du Nord entre 1776 et 1815, ils participent au premier chef à la transmission de l’information économique1. Celle-ci se répartit en deux domaines.

Obligations consulaires et sources de l’information

2Il y a d’abord toute l’information qu’on pourrait dire à usage interne, c’est-à-dire à destination des autres membres du réseau consulaire en Amérique, de leurs collègues dans d’autres pays, mais aussi des officiers dans les Antilles ; enfin du ministère de la Marine. Dans les premiers cas, il s’agit d’informations ponctuelles éparses dans la correspondance, généralement en réponse à une demande très spécifique, ou pour prévenir une infraction.

3En direction du ministère, l’information des consuls était plus statistique, et les envois se faisaient en théorie de manière beaucoup plus régulière. Les agents du roi étaient en effet tenus, par l’ordonnance du 3 mars 1781, de dresser un état très précis de l’activité du commerce français dans leur district, de rassembler « tous les renseignements relatifs au commerce qui se fait entre ce pays et le leur, afin de rendre un compte exact à leur gouvernement pour le mettre à même d’adopter les mesures les plus propres à atteindre le but qu’il se propose en entretenant des agents commerciaux à l’étranger », comme le rappelle le consul à Philadelphie Liot, vers 1795. Cette obligation est maintenue pendant toute la période. Des concours annuels étaient également organisés au sein du ministère de la Marine, mais les consuls n’étaient pas tenus d’y participer. Une récompense modique, de l’ordre de 300 livres, était prévue pour le vainqueur. Les auteurs de mémoires intéressants, en dehors de ce concours, recevaient parfois une gratification, ce qui restait cependant tout à fait ordinaire.

4Il était précisément demandé de produire un état de la navigation française dans les ports de leur district par trimestre, et un état général pour l’année. Nous disposons de l’étude de quatre d’entre eux, pour les consulats de Baltimore et de Charleston, sous forme de tableaux rudimentaires contenant le nom des navires, leur capitaine, leur port d’origine, parfois la nature de la cargaison. Ces documents, pour précieux qu’ils soient, montrent la limite des moyens et compétences des consuls. Même en tenant compte d’une possible perte de documents dans les archives, les séries établies par les consuls sont lacunaires : sur un même tableau, on trouvera pour un navire une description très complète ; pour le suivant, on n’aura que le nom. À Charleston, le consul Chancognie établit en janvier 1803 un tableau du commerce du port pour l’année écoulée. Pour les 220 navires passés par le port, il ne donne qu’une seule information : leur provenance. Impossible de dire, à partir de ces données, quelle est la place de la navigation française. On ne peut que spéculer sur la nationalité des navires, et on ne connaît rien de leur cargaison. Il est impossible de créer des séries fiables donnant des mesures précises à partir de ces documents, ils permettent au mieux de dégager des tendances générales et des évolutions d’ensemble.

5La médiocre qualité de ces documents est à mettre au compte de deux éléments. Premièrement, les consuls n’avaient pas de formation particulière à l’exercice des fonctions consulaires. Pour obtenir un poste, il fallait maîtriser la langue du pays, avoir quelques connaissances en droit, manifester un certain niveau d’éducation. Mais de formation spécifique, point. Ce qui a probablement encore plus joué, c’est la difficulté que les consuls pouvaient avoir à rassembler des informations. C’est un fait que nombre d’entre eux déplorent. Les consuls de Charleston et de Boston insistent tous deux sur l’atmosphère de secret qui entoure l’activité des négociants, qui rechignent à donner des chiffres clairs. De même, les autorités portuaires ne peuvent fournir – quand elles y consentent – que des données imprécises, parfois admettent ne pas tenir de registre.

6À ceci, plusieurs raisons. Tout d’abord, les Américains sont encore un peu des colons anglais, et ont gardé des habitudes de discrétion, voire de dissimulation, dans leurs affaires commerciales, prises à l’époque où la métropole exerçait un contrôle tatillon sur le négoce de ses colonies. Par ailleurs, l’autorité américaine est encore faible et en pleine organisation. Pour une quarantaine de ports, on compte autant de services des douanes, qui ne communiquent pas entre eux. Impossible donc, même dans un seul État, de rassembler tous les chiffres de la navigation et du commerce. Cela est vrai tout particulièrement pour la période des Articles de Confédération (avant 1788-1789), mais cela l’est aussi pour le reste de la période.

  • 2 La Gazette était un journal qui datait de l’époque coloniale, et qui se diffusait surtout dans le T (...)

7Les consuls en étaient donc réduits à une observation quotidienne des mouvements de navires dans le port de leur résidence, méthode après tout relativement fiable puisqu’on est encore dans des établissements à taille humaine. Certains consuls employaient des agents dans les ports éloignés de leur résidence (c’est particulièrement vrai pour les consulats de Nouvelle-Angleterre, où les ports étaient nombreux et actifs). Il n’était donc pas possible d’entretenir un réseau dense. Ils pouvaient également se renseigner auprès des capitaines et marchands français, qui étaient normalement tenus de se présenter devant le consul à leur arrivée dans le port, mais certains préféraient se soustraire à cette obligation. Le consul ne prenait parfois pas la peine de relever précisément les informations. Une dernière source est celle des journaux, américains et anglais. Pour l’État du Maryland par exemple, on compte deux journaux qui traitaient largement des affaires du commerce, le Maryland Journal and Baltimore Advertiser et le Maryland Gazette, spécialisés dans des domaines différents2, qui intéressaient tous deux le commerce français.

Aider le commerce franco-américain

8Les États-Unis étaient, pour les marchands français, un pays très mal connu. La langue et les usages du commerce étaient inconnus ; les productions locales, les demandes des marchés, les capacités de paiement, tout était ignoré en France. Le rôle que devaient jouer les consuls dans ce domaine était vital : sans ces connaissances, les négociants français auraient été livrés à eux-mêmes. Pendant la période de la guerre d’Indépendance, cette situation était tenable, en absence de pratiquement toute concurrence, surtout anglaise. Les Français bénéficiaient d’une situation totalement artificielle, mais favorable.

  • 3 Le consul de Baltimore signale dès le début de 1782 le retour de marchands anglais, parfois sous pa (...)

9Cependant, aussitôt la paix signée, et même dès la fin des principaux combats après la bataille de Yorktown3, les négociants anglais déployèrent de grands efforts pour reconquérir un marché qui avait été entièrement le leur avant la guerre ; et au-delà des Anglais, il fallait compter avec les autres nations marchandes européennes, qui ne demandaient, tout comme la France, qu’à se tailler une part du gâteau américain.

  • 4 Ministère des Affaires étrangères, Mémoires et Documents, États-Unis, vol. 14.

10Le consul à Baltimore insistait dans un mémoire sur le caractère décisif de ces premiers mois pour corriger les pratiques françaises et les adapter au marché américain : « C’est surtout dans le commencement que ces défauts doivent se corriger. L’opinion une fois établie serait difficile à détruire ; il est plus aisé d’empêcher qu’on ne la prenne4 ». Les domaines couverts peuvent être ramenés à quelques grands thèmes, récurrents dans leur correspondance comme dans les mémoires plus fournis qu’ils produisirent.

11Le premier ensemble de conseils délivrés par les consuls portait sur les méthodes à adopter par les marchands français en Amérique. Le marché américain, ancien marché colonial réservé aux Anglais, était habitué à certaines méthodes de vente. La teneur générale du message des consuls dans ce domaine est simple : en toute chose, se conformer aux méthodes des Anglais. Deux raisons sont avancées. D’abord, c’est aux Français de s’adapter aux exigences du marché américain. Ensuite (mais ce n’est jamais explicitement affirmé), on sent une certaine admiration pour les méthodes anglaises – on n’ira pas jusqu’à dire de l’anglomanie, mais le message est répété avec une insistance qui laisse deviner plus que du pragmatisme. L’imitation des méthodes anglaises doit non seulement permettre aux Français de concurrencer les Anglais en Amérique sur un pied d’égalité, mais aussi d’augmenter la rentabilité des opérations commerciales. Certains conseils d’ordre pratique sont donnés, mais il s’agit avant tout de réorganiser le négoce français, pour le stabiliser et en finir avec des opérations souvent rentables, mais aussi ponctuelles et très irrégulières.

12Les mesures principales tiennent à une meilleure répartition des tâches, à une organisation plus rationnelle avec des fonctions mieux définies. Le commerce anglais en Amérique reposait sur un réseau de négociants établis dans le pays, disposant de leurs propres magasins et entrepôts. Il existait ainsi un véritable réseau anglais qui s’étendait des deux côtés de l’Atlantique. Les négociants en Angleterre pouvaient effectuer des envois en Amérique, en sachant qu’ils seraient vendus au mieux par un correspondant qui connaissait la demande américaine, ou au besoin stocker les marchandises jusqu’à un meilleur moment. Ce système avait le mérite de limiter les capitaines à des fonctions d’affrètement uniquement. Libérés de la charge de vendre et acheter, qu’ils ne maîtrisaient souvent qu’approximativement, ils pouvaient multiplier les voyages, rentabilisant au maximum les navires et les équipages. Enfin, les consuls conseillaient d’imiter jusqu’aux méthodes de conditionnement des produits anglais, auxquelles les Américains étaient habitués.

  • 5 Pour l’économie du tabac dans les États du Sud, voir surtout J. M. Price, France and the Chesapeake (...)

13La question du crédit était particulièrement importante. Le crédit était bien entendu utilisé par les marchands entre eux, tout comme en France, mais il était déjà largement répandu parmi les acheteurs, notamment dans les campagnes. L’économie rurale des États producteurs de tabac, notamment, reposait sur les liens du crédit établis avec l’Angleterre, relayés par les marchands établis dans des postes sur les rivières, où les cultivateurs pouvaient à la fois vendre leur production et acheter les marchandises venues d’Angleterre. Ce système du crédit avait l’avantage d’attacher durablement les producteurs américains aux maisons de commerce anglaises, mais aussi de concentrer dans quelques lieux les productions à exporter en Angleterre5. Or, si les négociants français connaissaient le crédit et s’en servaient, c’était sur des durées beaucoup plus courtes que les Anglais. Il n’était pas encore dans les habitudes de maintenir un crédit ouvert de façon permanente, avec des durées de paiement longues et des taux bas. À tout point de vue, il valait mieux pour un Américain traiter avec les négociants anglais.

14Ces défauts structurels du commerce français sont signalés dès l’installation des consuls français en Amérique, pendant la guerre d’Indépendance. Le marché américain étant dépendant pour ces quelques années des négociants français, il était possible de vendre des produits mal préparés, de qualité très médiocre, à des prix élevés. Les consuls signalèrent immédiatement les erreurs commises par les marchands français, qui voyaient le marché américain comme un marché colonial captif, non comme un partenaire à part entière, avec lequel établir des liens de commerce permanents. Par la suite, cette manière de voir le marché américain fut assez rapidement remplacée par une apparente résignation : les Anglais dominaient ce marché, il n’était pas possible de s’y implanter avec succès.

15Autre point essentiel dans les instructions des consuls : la base d’une réorganisation du commerce français en Amérique, suggérée par les consuls, devait être l’implantation de négociants dans le pays, ou l’utilisation de contacts, de « facteurs » sur place, au lieu de la pratique des convois de navires. L’établissement de négociants dans le pays permettait de mieux préparer les envois, en s’informant sur les besoins du marché, mais aussi de faire tourner plus rapidement les navires. Si l’on ne pouvait trouver de marchand français établi sur place auquel confier ses affaires, ou avec lequel créer une association, il fallait avoir recours à des marchands américains. Des deux solutions proposées, les consuls préféraient l’emploi de facteurs français établis sur le long terme dans les ports américains. Non seulement il s’agissait de favoriser les affaires de la nation, mais on avait parfois quelque hésitation à s’en remettre aux marchands américains, réputés parfois peu fiables, notamment au lendemain de la guerre d’Indépendance, qui avait vu de nombreux marchands improvisés se lancer. Ces conseils ne sont plus guère délivrés à partir du moment où le commerce entre France et États-Unis repose sur les seuls Américains. La présence de marchands français établis en Amérique permettrait de créer des entrepôts, de vendre au meilleur moment et non plus dans l’urgence, avant de reprendre la mer.

16Enfin, l’établissement de marchands stables en Amérique améliorerait l’image du commerce français. On reprochait aux marchands français d’être laxistes, peu réguliers, voire indélicats lorsque cela était possible et leur « caractère latin » les incitait à une certaine lenteur dans les opérations – en définitive, on leur reprochait surtout d’être français. L’image était construite sur des principes discutables, mais elle correspondait assez bien à la réalité du commerce français en Amérique : généralement mal établi, souvent irrégulier, en définitive peu fiable au regard de la concurrence, notamment anglaise. Même au lendemain de l’intervention en Amérique, les consuls invitèrent à ne pas se leurrer sur son impact économique.

17Les consuls consacrèrent beaucoup de leur temps à établir des listes de produits qui pouvaient être vendus aux États-Unis, chaque consul se concentrant sur les productions de son district, en essayant de dégager des spécificités locales. Ils dressaient également la liste des produits qui pouvaient être achetés aux États-Unis et exportés soit vers la France, soit vers les Antilles. L’établissement d’un commerce stable reposait sur cette condition que les marchés aient une certaine complémentarité, et qu’un négociant français puisse non seulement vendre ses productions en Amérique, mais aussi y trouver une cargaison de retour pour le navire qu’il aurait affrété. On retrouve ce même travail au niveau du consulat général, sous la forme de compilations de l’ensemble de ces mémoires, donnant une vision globale des productions américaines.

18La question des goûts spécifiques des Américains était d’une grande importance pour déterminer quels produits exporter. Il existait bien entendu déjà aux États-Unis une demande spécifique, un goût déterminé dans plusieurs domaines, et les consuls invitaient les marchands et même les fabricants français à adapter leurs envois et leur production. On trouve ainsi dans la correspondance et dans les mémoires des consuls des considérations très techniques et très détaillées sur la couleur, la coupe et la taille des vêtements à exporter aux États-Unis ; sur les motifs que l’on appréciait pour la vaisselle ; ou encore sur les types de vins particulièrement goûtés par les Américains. Mais il était également possible de modifier ce goût en faveur des produits français, dans certains domaines précis. Les consuls invitaient donc à faire des envois de marchandises de qualité, notamment de textiles mais aussi de vins, à des prix très faibles, même s’il fallait vendre à perte. L’important était de réussir à écouler la marchandise, pour créer une habitude chez les Américains.

19L’information industrielle ne tient qu’une place très limitée dans l’information transmise par les consuls. Cela n’est guère surprenant au regard de la très forte dépendance technique des États-Unis vis-à-vis de l’Europe, et principalement de l’Angleterre, dont ils tiraient encore non seulement les techniques, mais aussi les techniciens. Les consuls parlent peu de l’industrie locale. Les informations qu’ils transmettent à ce sujet ont surtout pour but de définir les domaines de compétence des Américains, où ils n’ont pas besoin d’importer les productions européennes et françaises en particulier. Il n’est fait mention que de trois domaines : l’industrie navale et la sidérurgie de la Nouvelle-Angleterre, et la minoterie des États du Centre (Maryland et Pennsylvanie principalement). Ils cherchent surtout à définir les complémentarités ou des incompatibilités commerciales entre la France et les États-Unis.

20Le dernier domaine est celui de l’information agricole. De nouveau, peu de renseignements dans la correspondance et les mémoires des consuls, bien que ce domaine fût de la première importance pour les États-Unis (au premier rang en valeur des exportations de produits américains). Si la liste des produits exportables est longue, aucun renseignement n’est donné sur les méthodes de culture, les méthodes des producteurs, les saisons de récolte et de préparation des produits. Ces renseignements étaient pourtant nécessaires pour réaliser des opérations commerciales rapides, notamment pour des produits tels que le tabac, qui ne se vendaient pas toute l’année. Enfin on connaît quelques rares cas où des consuls ont fait envoyer des échantillons de plantes américaines, pour acclimatation et culture éventuelle en France ou dans les Antilles.

21Dans l’ensemble, il faut donc constater que le réseau consulaire manifestait assez peu de curiosité pour ce qui dépassait du cadre strict du commerce.

Regards croisés

22Les Français, tout comme les Américains, avaient recours à un ensemble d’images types, portraits tout à la fois moraux et physiques. Il est assez surprenant de constater que dès cette époque, et pour une nation encore bien jeune, les Français ont une image non seulement bien arrêtée de ce qu’étaient selon eux les Américains, mais que cette image correspondrait encore en partie à celle de l’Américain tel que certains se le représentent parfois aujourd’hui. À la confluence du fantasme et de l’observation, ces stéréotypes sont tout aussi révélateurs qu’ils sont abusifs. Les consuls avaient-ils une idée plus précise de ce qu’étaient les Américains, parce qu’ils étaient quotidiennement à leur contact ? De façon générale, on l’a vu, les Français voyaient déjà les Américains comme un peuple tourné tout entier vers le commerce, fasciné par la prospérité matérielle.

23Chez tous les consuls, on retrouve un même ensemble de qualificatifs pour désigner les Américains lorsqu’ils se livrent au commerce. Ils sont tout à la fois pragmatiques, dynamiques, dotés d’une grande capacité d’adaptation selon le consul Létombe à Boston. Mais le même homme les peindra plus loin sous des traits plus négatifs : versatiles voire inconstants, moralement douteux puisque prêts à tout par simple appât du gain. Chose étonnante, les consuls ne font aucune remarque sur la propension de certains Français à choisir les États-Unis comme pays de prédilection pour leurs opérations frauduleuses. Les propos qu’ils tiennent sur les mœurs commerciales des Américains se lient toujours à des considérations sur l’ordre politique existant en Amérique. Il est en effet inconcevable qu’une république soit gouvernée par ceux que le consul général à Philadelphie Félix-Beaujour qualifie en 1808 de « marchands de farine et de poisson » sans que la fibre morale de ses habitants ne se détériore. À cette vision politico-morale des États-Unis se joint un mépris certain pour un peuple qui se livre avec trop de passion au commerce – jugement paradoxal pour un consul, s’il en est ! C’était probablement là un frein à la compréhension des motivations et des pratiques commerciales des Américains. En ceci, il est étonnant que les consuls n’aient jamais fait preuve de plus de clairvoyance, ou tout simplement de moins de préjugés. Les Américains n’étaient de toute manière guère plus tendres avec les Français, condamnés comme des Latins, des aristocrates dans l’âme, vivant sous le joug d’une royauté. Ils parvenaient grosso modo aux mêmes conclusions, à savoir que le marchand français est un roublard, assoiffé de profit et n’hésitant pas à commettre toutes les infractions nécessaires pour s’enrichir rapidement.

24L’impuissance des consuls était en partie due à la complicité des autorités : comment ne pas en déduire que les anciens Cincinnati étaient devenus des Harpagons ? D’autant que les consuls étaient au premier plan pour goûter l’amertume de l’échec du commerce français en Amérique, dont ils n’étaient peut-être pas responsables, mais bien spectateurs privilégiés.

25Non seulement les Américains sont d’emblée perçus sous un jour biaisé, mais le marché en entier est mal compris par les Français. À aucun moment les consuls ne se détachent d’une vision in fine révélatrice d’une mentalité plus habituée au cadre de l’exclusif colonial qu’aux principes du libre-échange pourtant déjà soutenus haut et fort par les Américains. Dans tous les conseils qu’ils donnent, on note un attachement à la méthode des Anglais et des Américains, mais jamais à l’esprit qui anime cette méthode. Le vocabulaire employé par les consuls n’est pas innocemment d’ordre militaire, dans le droit fil des traités de 1778 ; il devient difficile de dire quel traité entraîne l’autre, du traité de commerce et d’amitié ou de l’alliance militaire. Il s’agit de s’emparer du commerce américain, non pas d’ouvrir des échanges avec ce pays ; il faut prendre la place laissée vacante par les Anglais comme on prend une place forte. Le marché est perçu comme un débouché pour les produits français et un producteur de certaines denrées exotiques ou coloniales que l’on ne peut trouver dans les Antilles.

26On aperçoit cette incapacité à se débarrasser du carcan idéologique colonialiste dans la description faite par les consuls du commerce français tel qu’il s’exerce en Amérique : les méthodes sont les mêmes que pour les envois dans les Antilles, par convois, en espérant trouver sur place une cargaison de retour. De même, dans les plans commerciaux échafaudés par les consuls, on ne voit jamais de proposition échappant à la règle de l’exclusif ; tout au plus essaye-t-on parfois de la contourner. Il est certain qu’il n’était probablement pas bienvenu, pour un officier de rang finalement assez bas, de remettre en question dans sa correspondance l’ensemble de la politique économique et coloniale de la France. Il n’en reste pas moins que les consuls ne font qu’une analyse strictement française de la situation du commerce américain, manifestant peu d’intérêt pour une compréhension américaine ou même croisée des enjeux. On peut également attribuer cette timidité des projets consulaires à une incapacité à dépasser ce qui existe déjà. Il faut cependant reconnaître à certains consuls une certaine capacité à réfléchir à grande échelle aux problèmes du commerce franco-américain.

Impact et circuits de l’information

27Les consuls ne renseignaient pas uniquement les Français. Leur rôle visait bien entendu à favoriser le négoce de leur nation, mais il fallait également encourager les négociants américains à se rendre dans les ports français, car si les Français connaissaient mal les États-Unis, la réciproque était tout aussi vraie. Ils assuraient la publicité des nouvelles lois en vigueur, tout comme ils délivraient les papiers nécessaires. Au-delà de cette information politique et administrative, ils se chargeaient également de publier les cours des principales denrées en France. Pour les États-Unis, il s’agissait avant tout du tabac, du coton, du riz, de certains produits de la pêche.

28L’impact de l’information émise auprès des Américains est difficile à évaluer. D’abord parce qu’on ne sait pas si les consuls ont maintenu une politique constante de publication dans les journaux ou s’il s’agissait d’une pratique irrégulière. Ensuite parce que le commerce entre la France et les États-Unis s’est bientôt retrouvé, par la force des événements européens, presque entièrement entre les mains des Américains : avaient-ils besoin de plus d’incitation pour se rendre dans les ports français ?

29Il est également difficile de statuer sur l’impact général de l’action consulaire en faveur du commerce. Cependant, en retraçant le parcours de l’information, il nous est possible de savoir jusqu’où elle a pu remonter.

30La première étape est, nous l’avons vu, au niveau des différents consulats. L’information apportée est particulière au district du consul, et ne couvre donc pas l’ensemble des États-Unis. Les propos d’ordre général ne sont pas véritablement de nature à aider les commerçants, manquant trop de caractère pratique.

31La seconde étape est au niveau du consulat général. Il s’agit non seulement de regrouper dans un seul document l’ensemble des informations, mais aussi d’en tirer les conseils d’ordre général, que les consuls ne seraient pas toujours à même de donner, n’ayant pas la perspective plus élevée de leur supérieur direct. L’organisation même du mémoire révèle ce double effort de résumé et de synthèse.

32La troisième étape est donc le ministère de la Marine et des Colonies. L’information qu’il récolte est double, et en grande partie redondante, puisqu’elle provient à la fois directement des consulats, et du consulat général, qui lui transmet la synthèse. Ce que l’on pourrait nommer un premier cycle de l’information est accompli lorsque, dans ses instructions au nouveau ministre plénipotentiaire, le comte de Montmorin fait état de préoccupations d’ordre économique. Montmorin étant ministre des Affaires Étrangères, on peut en déduire que l’information récoltée par le ministère de la Marine a été partagée – ce qui constituerait une quatrième étape.

  • 6 Arch. dép., Loire Atlantique, C 752, Lettre de Castries à Sourdeval, commissaire des ports et arsen (...)

33On peut montrer un deuxième cycle de l’information. Celui-ci part de nouveau des consuls, puis passe par le consul général, le ministère de la marine et aboutit aux autorités portuaires de Nantes ou de Bordeaux et aux représentants du commerce de ces villes, en l’occurrence la chambre de commerce de Nantes dans le cas d’une lettre du ministre de la Marine Castries d’octobre 1783 qui transmet formellement les rapports des consuls pour en diffuser les conseils « aux négociants de la place »6.

  • 7 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes, Charleston, A 64, dépêche de Fourcroy au Ministre des (...)

34Ce schéma de transmission de l’information, relativement lent puisqu’on peut situer la durée moyenne d’un cycle complet, depuis les consuls jusqu’aux marchands en France, entre six mois et un an, reste valable en théorie pour toute notre période. Il n’est pas le seul vecteur de l’information, les marchands ayant leurs propres réseaux, formels ou non. Cependant, pour la majeure partie de notre période, il faut bien noter que la transmission se fait de façon de plus en plus aléatoire, à mesure que le contrôle anglais sur les mers se renforce. L’information jusqu’au ministre plénipotentiaire lui-même ne circulait plus que par intermittences. Pour les consuls, on assiste entre 1793 et 1815 à une raréfaction progressive de l’information, dans les deux sens. La correspondance se fait beaucoup plus irrégulière, les mémoires envoyés sont bien moins nombreux. Autre tendance importante, pendant toute la période de la guerre, où le commerce se fait sur des navires américains, ces mémoires montrent une tournure de plus en plus spéculative ou historique. Les consuls, dont les taches se sont réduites en même temps que s’amenuisait la présence commerciale française, n’ont plus guère de commentaires à faire sur le commerce français en Amérique au moment où ils parlent. Ainsi le mémoire de Fourcroy à Charleston en 1812, qui est une analyse du commerce français en Amérique de 1778 à 1812, s’arrête-t-il très longuement sur la période de la paix, entre 1783 et 1793, pour chercher les causes de l’échec français7. La période des guerres est rapidement évoquée. Puis le consul traite des développements possibles après la guerre… Bien maigre consolation ! Les consuls français en Amérique du Nord sont devenus alors de simples spectateurs à défaut d’aider efficacement au développement commercial transatlantique.

Notes

1 Cette communication reprend sous une forme abrégée certains développements d’un ouvrage collectif consacré au réseau consulaire français aux États-Unis : S. Bégaud, M. Belissa, J. Visser, Aux origines d’une alliance improbable. Le réseau consulaire français aux États-Unis (1776-1815), Bruxelles, P.I.E. – Peter Lang, 2005.

2 La Gazette était un journal qui datait de l’époque coloniale, et qui se diffusait surtout dans le Tidewater Maryland, les campagnes qui bordaient la Chesapeake et ses affluents. Il traitait en particulier des affaires du tabac. Le Journal avait été créé en 1773. Diffusé à Baltimore avant tout, il était surtout lié à la navigation et au commerce des grains.

3 Le consul de Baltimore signale dès le début de 1782 le retour de marchands anglais, parfois sous pavillon étranger, parfois, plus hardiment, sous pavillon anglais.

4 Ministère des Affaires étrangères, Mémoires et Documents, États-Unis, vol. 14.

5 Pour l’économie du tabac dans les États du Sud, voir surtout J. M. Price, France and the Chesapeake. A History of the French Tobacco Monopoly, 1674-1791, and of Its Relationship to the British and American Tobacco Trades, Ann Arbor, (University of Michigan Press), 1973. Du même auteur, « The economic growth of the Chesapeake and the European market, 1697-1775 », Journal of Economic History, XXIV, décembre 1984, p. 496-511.

6 Arch. dép., Loire Atlantique, C 752, Lettre de Castries à Sourdeval, commissaire des ports et arsenaux de Nantes.

7 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes, Charleston, A 64, dépêche de Fourcroy au Ministre des Relations Extérieures, 31 août 1811.

Auteur

Maître de conférences (HDR) en histoire moderne à l’Université de Paris X Nanterre, il a participé à de nombreux ouvrages collectifs sur l’histoire du XVIIIe siècle et de la Révolution française. Il a publié Fraternité Universelle et Intérêt National, 1713-1795. Les cosmopolitiques du droit des gens, Paris, Kimé, 1998 et Repenser l’ordre européen 1795-1802. De la société des rois aux droits des nations, Paris, Kimé, 2006. Il a également, en collaboration avec S. Bégaud et J. Visser, publié une étude sur les consuls français aux États-Unis : Aux origines d’une alliance improbable : le réseau consulaire français aux États-Unis, Bruxelles, P.I.E. – Peter Lang, 2005. Son dernier ouvrage est une nouvelle édition des œuvres de Mably sur la Pologne Du gouvernement et des Loix de la Pologne, Paris, Kimé, 2008.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540