Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’information économique, XVIe-XIXe siècle

 | 
Dominique Margairaz
, 
Philippe Minard

État et information économique

La statistique industrielle en Angleterre au XVIIIe siècle : position du problème

Philippe Minard

Texte intégral

« Nous vivons dans un âge de commerce et de calcul »
(Samuel Johnson, The Idler, 1759)

  • 1 Cette brève synthèse doit beaucoup aux travaux, aux conseils et à l’amitié de Joanna Innes et de Ju (...)

« Dans un but essentiel de gouvernement, […] les enquêtes à grande échelle sont
nécessaires. Les vrais patriotes, et les hommes d’État à l’esprit pratique ne peuvent
plus se satisfaire de vues partielles et fautives sur la situation du pays »
(Sir John Sinclair, Essays, 1802, p. 18)1.

  • 2 The Economic Writings of Sir William Petty, éd. par C. H. Hull, Cambridge, 1899, t. I, p. 244 (ma t (...)
  • 3 Charles Davenant, Of the Use of Political Arithmetick, in The Political and Commercial Works of tha (...)

1L’Angleterre de la Restauration a vu prospérer, dans le sillage de William Petty, toute une littérature d’arithmétique politique soucieuse d’asseoir ses diagnostics sur de solides évaluations chiffrées : « Ma méthode est assez inhabituelle, car au lieu de me servir seulement de termes comparatifs ou superlatifs, et d’arguments purement intellectuels, j’ai pris le parti de […] m’exprimer en termes de nombre, de poids ou de mesure »2. Comme Charles Davenant l’a précisé, l’arithmétique politique est justement « l’art de raisonner sur les objets relatifs au gouvernement avec des chiffres »3. De fait, Petty, Davenant, King et d’autres, en cette fin de XVIIe siècle, ont cherché à évaluer le revenu national anglais, et proposé une statistique démographique et sociale à l’échelle du pays tout entier. Mais on constate que dans l’Angleterre des Hanovre, il n’existe toujours pas de statistique manufacturière, du moins sous une forme analogue à celle que le Bureau du commerce s’acharne alors à constituer en France.

  • 4 Karin Johannisson, « Society in numbers : the debate over quantification in 18th-century political (...)

2Mon propos peut donc s’énoncer dans les termes d’un apparent paradoxe : le pays supposé le plus précocement industrialisé est précisément celui où la constitution d’une statistique industrielle est la plus tardive, semble-t-il. La création d’une section de statistique au sein du Board of Trade, en 1832, est certes contemporaine de la naissance de la Statistique Générale de la France, mais il n’existe nul équivalent anglais des enquêtes industrielles des années 1840 et 1860 avant 1907 ; et au XVIIIe siècle, nul équivalent de la statistique des inspecteurs des manufactures. Sans doute la statistique peut-elle s’entendre de diverses manières. Mais si l’on se tourne du côté de la statistique descriptive, on ne trouve rien d’analogue aux enquêtes des intendants de Louis XIV ou des intendants du commerce du siècle des Lumières. Les descriptions économiques se lisent sous la plume des voyageurs tels que Daniel Defoe, Samuel Johnson ou Arthur Young. Si l’on se tourne du côté des dénombrements et de l’arithmétique politique, Petty et King n’ont pas de successeurs avant l’organisation du recensement de 1801 ; il faut même attendre 1831 pour trouver mention des activités professionnelles4.

  • 5 Julian Hoppit, « Counting the industrial revolution », Economic History Review, 43-2, mai 1990, p.  (...)
  • 6 Walther G. Hoffmann, British Industry, 1700-1950, New York, A. M. Kelley, 1955, s’aventure à propos (...)
  • 7 Les inspecteurs des manufactures, créés par Colbert, ont en charge la surveillance du bon fonctionn (...)

3De sorte que les matériaux font défaut, qui permettraient de reconstituer le mouvement de la croissance industrielle anglaise au XVIIIe siècle. Les historiens économistes soucieux d’évaluer l’ampleur et le rythme de la « révolution industrielle » ne peuvent alors s’appuyer que sur des données très fragmentaires, telles que les arrivées de charbon à Londres, les chiffres de la fiscalité indirecte sur quelques produits spécifiques assez secondaires (savon, bougies, cuivre…), le droit de marque des draps du West Riding of Yorkshire, etc. Au-delà, ne sont disponibles que les chiffres de la balance du commerce, à travers les douanes : source abondante et de plus large assise, mais par définition plus révélatrice des échanges que de la production5. Dans ces conditions, la plupart des auteurs font partir leurs indices de croissance du XIXe siècle : avant 1800-1830, et les rapports des Factory inspectors, rien de bien assuré6. Aucune série n’est assez continue ni homogène dans tout le royaume, alors qu’en France, l’inspection des manufactures permet au moins d’évaluer la production des draps et toiles : la statistique est secret d’État, mais du moins des chiffres existent7.

Les raisons d’une absence en question

4Deux grandes explications ont été avancées pour rendre compte de l’inexistence de pareille statistique manufacturière en Angleterre : aucune ne me paraît cependant satisfaisante.

  • 8 Tihomir Markovitch, « Statistiques industrielles et régimes politiques », in Collectif, Pour une hi (...)
  • 9 Marie-Noëlle Bourguet, Déchiffrer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienne(...)
  • 10 Ce débat est analysé par Peter Buck, « People who counted: political arithmetic in the eighteenth c (...)
  • 11 Cette figure bien connue du spectre de la taxation est une constante de l’opposition à toute opérat (...)

5La première est proposée par Tihomir Markovitch, lors de l’important colloque consacré à l’histoire de la statistique, organisé par l’INSEE en 1976. Tout tiendrait selon lui aux systèmes politiques : « La statistique française est nettement meilleure et plus exhaustive que la statistique anglaise, parce que le régime autoritaire de Louis XIV, de Louis XV et de Louis XVI exigeait une connaissance suffisante de la production industrielle, de ses sources et de ses débouchés, alors que le régime libéral anglais exigeait au contraire que l’État se mêlât le moins possible de la vie économique du pays, et qu’il ne décourageât pas l’initiative privée par son ingérence, fût-ce seulement sur le plan de la statistique »8. Autrement dit, on postule une double équivalence, d’une part entre absolutisme et statistique, et d’autre part entre régime « libéral » et absence d’enquête ou d’appareil statistique. Marie-Noëlle Bourguet développe une argumentation similaire, qui explique l’essor conjoint de l’arithmétique politique dans les deux pays à la fin du XVIIe siècle par le manque de données empiriques disponibles, poussant à une approche plus théorique, plus mathématique. Mais ce manque de données renvoie à deux raisons inverses : en France, il découle de l’absolutisme, et du secret d’État qui pèse sur les chiffres et en interdit l’accès aux arithméticiens politiques ; en Angleterre, il serait le signe d’une orientation politique libérale du pouvoir9. Marie-Noëlle Bourguet tire argument du long refus des recensements et des registres de population. De fait, à deux reprises, en 1753 puis en 1758, le Parlement anglais a rejeté des projets en ce sens, au motif qu’ils auraient menacé la propriété – en l’exposant plus fortement au fisc : Lords et députés y ont vu une extension des procédures de l’excise, et donc le préliminaire d’une nouvelle taxation. Le débat mobilisa la rhétorique usuelle de l’opposition Country contre le pouvoir et ses partisans du Court party10 : pas question d’exposer les propriétaires au regard inquisiteur du gouvernement11 !

  • 12 Patrick O’Brien, « The political economy of British taxation, 1660-1815 », Economic History Review, (...)
  • 13 Ph. Minard, La fortune du colbertisme, op. cit., p. 274-293, et « Réputation, normes et qualité dan (...)

6L’explication par le régime politique semble discutable. Tout d’abord, parce que l’équivalence opérée entre laisser-faire, ou absence d’intervention de l’État, et régime parlementaire ou quasi-parlementaire, n’a rien d’évident. Ensuite, parce que l’existence d’une statistique manufacturière en France n’est pas due à une capacité supérieure de contrainte fiscale. L’erreur d’appréciation paraît ici double. D’un côté, le mythe d’un État anglais « léger » a fait long feu : le consentement parlementaire à l’impôt n’est nullement synonyme d’une fiscalité moins lourde en Angleterre (simplement son assiette est différente) et le poids de l’État fisco-militaire anglais a été souligné récemment par Patrick O’Brien et John Brewer12. D’un autre côté, l’existence d’une statistique régulière de la production textile en France n’est pas principalement due à une volonté fiscale : la statistique est la retombée indirecte du système de contrôle de qualité des produits, qui répond à un souci de réduction d’incertitude admise par l’ensemble des acteurs, et non imposée d’en haut par l’État royal de façon unilatérale, comme j’ai tenté de le démontrer ailleurs13. Du reste, le même mécanisme existe en Angleterre, dans le West Riding, à la demande des praticiens de la manufacture, avec un corps d’inspecteurs qui ressemble fort aux inspecteurs des manufactures français. Dès lors, il semble que la différence de nature des régimes politiques français et anglais ne constitue pas une explication satisfaisante : les modalités du débat (publicité ou secret d’antichambre versaillais) et les formes de la décision (délibérative ou autoritaire) sont une chose, la collecte de chiffres en est une autre. Tihomir Markovitch fait trop facilement crédit au discours libéral des réformateurs éclairés du XVIIIe siècle, engagés dans des batailles partisanes qui les conduisent à simplifier ou caricaturer la situation réelle.

  • 14 Adam Smith, Enquête sur la nature et les causes de la richesse des nations (1776), Livre IV, chapit (...)
  • 15 La citation est de George Norman Clark, Science and Social Welfare in the Age of Newton, Oxford, Cl (...)

7Une seconde grande explication a été avancée : l’absence de statistique industrielle serait due à l’éclipse de l’arithmétique politique en Angleterre au XVIIIe siècle. Dans son Histoire de l’analyse économique, Schumpeter avait en effet relié étroitement l’effervescence de l’arithmétique politique à la conjoncture politique du pays : après un âge d’or, entre la Restauration et l’installation des Hanovre, l’éclipse de l’arithmétique politique (symboliquement marquée par la mort de Gregory King en 1712, de Charles Davenant en 1714) correspondrait à la fin des turbulences post-1689 et à la stabilisation du régime, entraînant la retombée de l’élan « baconien » dans l’élite britannique de la fin du XVIIe siècle. Adam Smith pouvait alors dire son dédain pour ces entreprises d’évaluation économique chiffrée : « Je n’ai pas une grande confiance dans l’arithmétique politique »14. Certains historiens évoquent une « torpeur administrative générale en Angleterre au XVIIIe siècle », ou bien un repli des entreprises comptables sur la seule démographie15.

  • 16 Julian Hoppit, « Political arithmetic in eighteenth-century England », Economic History Review, 49- (...)
  • 17 Joanna Innes « The collection and use of information by government, circa 1600-1800 », à paraître. (...)

8Mais là encore, le constat paraît biaisé, qui ne rend pas justice à l’intensité des efforts de collecte et de la circulation de l’information économique tout au long du siècle. Julian Hoppit a souligné l’étonnante conjonction de l’année 1696, qui voit la création de l’Inspection générale des douanes, du Board of Trade et du Registre général de la navigation : trois instances qui institutionnalisent la collecte régulière de données chiffrées16. De plus, le XVIIIe siècle connaît nombre d’initiatives de collecte d’information où interviennent à la fois des acteurs institutionnels et des personnes privées17.

La collecte d’informations chiffrées

  • 18 Julian Hoppit, « Political arithmetic », art. cit., p. 520.

9Qui sont, en l’occurrence, les demandeurs en quête d’information ? L’effort des arithméticiens soucieux de parvenir à évaluer la richesse nationale, anglaise et écossaise, ne se relâche pas au XVIIIe siècle : on compte 16 estimations du revenu national depuis celle de W. Petty en 1667 jusqu’à celle de P. Colquhoun en 1814, dont 12 après 171318. Tous les calculateurs sont animés par la conviction que la connaissance des différentes branches de l’économie nationale permettra de comprendre les lois qui en gouvernent le développement potentiel. Du côté du gouvernement et des ministères, le souci principal est d’évaluer les capacités contributives : les demandes oscillent ainsi entre impératifs de gestion politique, objectifs militaires et effort de guerre. Mais elles sont aussi liées à une entreprise plus durable de maîtrise territoriale par la cartographie et la statistique.

  • 19 Ibid., p. 522.
  • 20 Ainsi lors d’un débat sur le commerce des fers et sa taxation : voir les Accounts and papers de 179 (...)

10Le Parlement n’est pas moins avide d’information : au cours du siècle, son rôle s’accroît, ses séances sont plus longues et plus nombreuses ; il devient de plus en plus un lieu où l’on débat d’économie en général et d’industrie en particulier. À l’appui des délibérations, rapports et demandes de données précises se multiplient manifestement, même si nous n’en avons plus aujourd’hui que des témoignages partiels : dans la première moitié du siècle, les accounts and papers ne sont pas tous publiés, et l’incendie de 1834 a malheureusement détruit les archives des Communes. Mais Julian Hoppit a pu établir la ventilation thématique des Accounts and papers mobilisés au cours de neuf sessions réparties de dix en dix ans approximativement, entre 1715 et 1791 : sur 382 rapports, 28 % concernent l’économie (soit autant que pour les finances)19. Dès qu’un débat survient, à l’occasion de pétitions ou de réclamations diverses, les chambres cherchent à se renseigner précisément. Mais elles ne disposent d’aucun service propre susceptible de rassembler les données demandées, et doivent s’en remettre à des informateurs extérieurs. On voit ainsi monter au cours du siècle l’appel à l’expertise externe, au-delà des seules capacités et connaissances des députés eux-mêmes. Le cas le plus commun est celui des réajustements de tarifs douaniers (taxes à l’importation ou au contraire bonifications à l’exportation, appelées drawbacks), pour lesquels les services des douanes sont systématiquement sollicités20.

  • 21 Cf. mon étude à paraître sur les Linen Boards.
  • 22 D. B. Horn, « The Board of Trade and consular reports », English Historical Review, 54, 1939, nº 21 (...)
  • 23 Joanna Innes, « The collection and use of information », art. cit.

11C’est en effet d’abord vers les administrations que le Parlement se tourne pour obtenir les informations et données dont il estime avoir besoin. Les services dédiés que sont les différents Boards, en charge de tel ou tel secteur, se trouvent ainsi dans la double position de demandeurs d’information auprès des agents locaux, et de fournisseurs des données qu’ils auront compilées à l’intention du gouvernement ou du parlement : les Douanes, la Commission de l’excise, le Bureau du Commerce (pour la balance commerciale), le Bureau d’Agriculture établi en 1793, mais aussi les Bureaux des Toiles, établis pour l’Irlande en 1711 et pour l’Écosse en 1727 (et qui fournissent des données analogues à celles de l’inspection des manufactures en France)21. Sont également mis à contribution tous les agents à l’étranger ou outre-mer : gouverneurs des colonies (qui rendent compte au Board of Trade), ambassadeurs, consuls. À trois reprises, en 1711, 1715 et 1765, les consuls ont été systématiquement interrogés sur l’état du commerce anglais dans leur zone de compétence22. À la fin du siècle se développe la pratique du questionnaire envoyé aux agents administratifs locaux (les juges de paix et leurs assistants, les constables des paroisses, les surveillants des pauvres) ou bien aux notables ruraux. Le clergé lui-même est parfois sollicité en matière d’agriculture, par exemple. Mais en 1795, craignant pour ses dîmes, l’Église établie refuse de collaborer à l’enquête générale sur l’état des récoltes : le Bureau de l’Agriculture doit alors envoyer des agents en mission spéciale dans les campagnes23.

  • 24 Commons Journals, vol. 24, 1744/5, passim ; John Smith, Memoirs of Wool, woollen Manufacture, and T (...)
  • 25 National Archives, Londres, BT 5; British Library, manuscrits, Liverpool papers et Auckland papers.(...)

12Parallèlement, les autorités anglaises ne négligent pas de s’adresser aux praticiens eux-mêmes : le Parlement en particulier a mis en place de véritables procédures de consultation et d’appel à l’expertise des acteurs économiques. L’audition des « témoins » appelés à répondre aux questions des comités parlementaires prend parfois l’allure de véritables interrogatoires contradictoires, lorsque les députés membres du comité poussent les personnes auditionnées dans leurs retranchements, et testent leur expertise autant que leur sincérité. Il semble bien qu’au cours du XVIIIe siècle, le travail des comités soit de plus en plus approfondi, même si notre perception peut être biaisée par l’inégale conservation des sources (puisque l’on tend de plus en plus à publier les rapports et comptes rendus d’audition des comités). L’audition des experts de tel ou tel domaine s’affirme néanmoins comme un moyen d’information crucial. Ainsi la grande enquête sur la draperie menée en 1745, suscitée par des accusations d’exportations illégales accrues des laines, et qui cherche à dresser un état des stocks, depuis les troupeaux de moutons jusqu’à la production de draps24. En 1785, c’est le Board of Trade qui engage une longue consultation des milieux manufacturiers et marchands en vue des négociations sur les clauses du traité de libre-échange avec la France : des représentants les plus notables des principaux secteurs productifs sont entendus au cours de séances qui s’étalent sur plusieurs mois25.

  • 26 Commons Journals, vol. 22, 1737, p. 772-3, 776-7, 788, 791, 810, 828, 850, 862, 866, 873 ; vol. 23, (...)

13Les praticiens sont accoutumés à ces procédures de consultation/probation, et viennent parfois défendre leur dossier avec leur propre documentation. Une longue affaire, en 1738, éclaire ces capacités de mobilisation autour de l’information économique : le débat porte sur la possibilité d’importer des produits métalliques d’Amérique, ce qui va à l’encontre du « pacte » colonial, et… des intérêts des sidérurgistes anglais. Les partisans d’une telle tolérance font valoir l’intérêt d’une indépendance accrue par rapport aux fournitures de matières premières d’Europe du Nord, et la hausse possible des exportations de draperies vers l’Amérique, qui compenserait le coût des importations de quincaillerie. Les métallurgistes de toute l’Angleterre se mobilisent contre cette perspective et, à l’appui de leur refus déterminé, fournissent une documentation impressionnante : une liste des forges existantes, actives et inactives, comparée à la liste des forges existant vingt années auparavant ; un argumentaire contestant les chiffres des services des douanes (qui ne vont pas dans le sens de leur plaidoyer) ; et surtout, ils excipent des chiffres de la taxe des pauvres, comparant les paroisses industrielles et non-industrielles du Pays Noir, dans le but de démontrer que le chômage et la pauvreté s’y sont accrus. Cette batterie de données conduit le comité parlementaire à demander au Bureau de l’excise, en guise de test et de contrepoint, les chiffres de la consommation de bière et d’alcools dans la région26 !

14Le Parlement joue ainsi, par ses demandes, ses consultations, ses comités d’enquête, un rôle majeur dans la collecte de l’information manufacturière (le Board of Trade, quant à lui, s’occupant essentiellement du commerce colonial ; du reste, il n’est doté d’une section statistique qu’en 1832). Mais tout aussi important est le rôle des Chambres en matière de diffusion de l’information.

La diffusion de l’information sur l’activité manufacturière

  • 27 Cf. leurs recherches sur le travail parlementaire : Julian Hoppit, Joanna Innes (eds.), Failed Legi (...)
  • 28 John Smith s’en explique dans l’introduction de ses Memoirs of Wool, op. cit., 1747. Les données de (...)
  • 29 L’édition la plus complète aujourd’hui disponible de ce qu’on appelle les Reports of the Committees (...)
  • 30 Sheila Lambert, House of Commons Sessional Papers of the Eighteenth-Century, Wilmington, Scholarly (...)

15Plusieurs évolutions significatives marquent le XVIIIe siècle. La première concerne la publicité des débats parlementaires, et la diffusion des rapports, mémoires et autres documents issus du travail des Chambres ou mobilisés à l’appui de leurs délibérations. Joanna Innes et Julian Hoppit ont souligné à quel point le tournant opéré au milieu du siècle ne saurait être sous-estimé27. Jusqu’aux années 1740, les délibérations et la documentation présentée lors des débats n’étaient pas accessibles au public : les comptes rendus des séances mentionnaient uniquement les votes ; la presse ne rapportait les discussions que de façon partielle et irrégulière ; les accounts and papers demeuraient manuscrits et seuls les parlementaires y avaient accès (à moins d’une volonté particulière de diffusion, dans un but de propagande). Ainsi, lorsque John Smith entreprend son énorme compilation sur l’histoire de la draperie anglaise, ambitionnant de rassembler de toutes les données disponibles, passées et présentes, travail qui aboutit en 1747 à la publication des Memoirs of Wool, il doit recourir à l’entremise d’un ami député, qui seul peut lui donner accès aux données du commerce extérieur et des douanes concernant le trafic des laines et des draps28. Mais la situation évolue sensiblement au mitan du siècle. Si la liberté de rendre compte des délibérations parlementaires s’accroît nettement dans les années 1770, l’évolution des modalités de cette publicité importe plus encore. La décision de publier officiellement les comptes rendus des séances a été prise dans les années 1740, avec un effort rétrospectif (il faudra 25 années pour cela). Dans un premier temps, la publication courante est centrée sur les votes, laissant aux journaux la liberté de rapporter la teneur des débats. Mais surtout, on publie aussi les documents attachés aux votes : ceux-ci figuraient déjà dans les comptes rendus manuscrits des séances, mais, de fait, le nombre des mémoires et autres rapports joints aux délibérations s’accroît sensiblement à partir des années 1740, gonflant le volume des comptes rendus désormais imprimés. Aussi est-il décidé en 1767 d’autoriser la publication en brochures séparées de certains rapports importants qui ne figuraient pas, faute de place, dans les Commons Journals29. De sorte que la documentation parlementaire officielle devient accessible au public. De plus en plus, les rapports des comités parlementaires, leurs auditions, mais aussi leurs documents de travail, leurs annexes chiffrées, les accounts and papers, sont édités séparément au cours même des sessions des deux chambres : destinés en priorité aux députés, ils entrent néanmoins dans le débat public de cette façon30.

  • 31 G. E. Fussell, « The collection of agricultural statistics in Great Britain : its origin and evolut (...)
  • 32 Joanna Innes, « The collection and use of information », art. cit., passim; Julian Hoppit, « Politi (...)

16Une seconde évolution majeure concerne l’esprit même de ces publications officielles : la diffusion de l’information économique est vue comme un instrument au service de l’amélioration. Les publications du Bureau d’Agriculture, dans les années 1790, s’inscrivent clairement dans cette dimension de l’encouragement : il s’agit, après l’enquête de 1795 sur l’état des cultures, de diffuser les « bonnes pratiques » agronomiques auprès du public31. Cette conception de l’information comme un service rendu au public rend possible et explique à la fois l’effet de synergie entre les initiatives publiques et privées que l’on observe dans la seconde moitié du XVIIIe siècle32.

La convergence des initiatives statistiques

  • 33 Sur la collaboration étroite entre la Society of Arts et le Board of Trade, cf. David G. C. Allan, (...)
  • 34 G. E. Fussell, « Collection of agricultural statistics », art. cit.
  • 35 Cf. George Chalmers, An Estimate of the Comparative Strength of Briatinn during the Present and Fou (...)

17La floraison d’initiatives qui marque les années 1750 est liée au contexte de craintes vis-à-vis de la menace française, et à l’agitation sociale produite par de mauvaises récoltes. En 1754 est formée la Society for the Encouragement of Arts, Manufactures and Commerce, qui est à l’origine d’une intense mobilisation cartographique et théorise une conception de l’enquête comme moyen de développement économique et social, la conduisant à multiplier les publications, les prix offerts aux artisans inventifs etc., avec le soutien officiel de la monarchie : la Society est conçue comme un relais pour l’action du Board of Trade33. De même, les enquêtes agricoles sur l’état des récoltes et le niveau des prix mobilisent les juges de paix, les surveillants des pauvres et autres petits notables locaux ; les résultats de ces collectes de données chiffrées sont publiés ensuite dans la London Gazette34. Des collaborations analogues se dessinent dans les domaines de la statistique médicale, criminelle, et démographique. En 1776, Lord Charles Whitworth publie les données du commerce extérieur depuis 1697, à partir des chiffres de l’Inspection générale des douanes. L’effet d’entraînement joue à plein, permettant la confrontation et l’effet cumulatif entre toutes ces données désormais rendues publiques35.

  • 36 « Le mot statistique, nom ou adjectif, peut renvoyer à des enquêtes liées à l’état général d’un pay (...)
  • 37 Rosalind Mitchison, « The Old Board of Agriculture », English Historical Review, 74, 1959, nº 290, (...)

18L’action de Sir John Sinclair, à la fin du siècle, offre une bonne illustration de cette mobilisation statistique. Député écossais, Sinclair est un habitué du lobbying dans les antichambres ministérielles. Membre de la Société pour l’information constitutionnelle et partisan des réformes, il se tient cependant en retrait du jeu politique partisan. Auteur d’une History of the Public Revenue of the British Empire (1785), il découvre la « statistique » lors d’un voyage en Allemagne à la fin des années 1780, et se lance dans la vaste entreprise d’un Statistical Account of Scotland : le premier volume paraît en 1791, et vingt autres suivront d’ici 179936. Population, ressources, économie, gouvernement local : il s’agit d’un travail de statistique descriptive, par comté, fondée sur les données fournies par les membres du clergé écossais. La même année, il fonde la British Wool Society, qui prépare des questionnaires à destination des manufacturiers. En 1793, il persuade William Pitt de créer le Bureau d’Agriculture, organisme semi-public, semi-privé, voué non seulement à l’agriculture mais plus largement à « l’amélioration intérieure » : reprenant l’une des vocations du Linen Board irlandais créé en 1711 et du Board of Trustees for Manufactures écossais de 1727, il est conçu comme un outil de développement économique assis sur la collecte de données quantitatives permettant d’orienter l’action des « améliorateurs »37.

19Néanmoins, il est clair que ces initiatives sont tardives, et que l’industrie n’est pas ici la préoccupation première : ce sont les questions démographiques et sociales, et donc l’approvisionnement alimentaire, qui font d’abord souci. Ce qui nous ramène, finalement, à la question initialement posée : pourquoi ne trouve-t-on pas, ou si peu, de véritables statistiques industrielles en Angleterre au XVIIIe siècle ?

*
* *

20J’espère avoir suggéré assez clairement que l’histoire des enquêtes quantitatives ne commence pas avec la création de la section de statistique du Board of Trade en 1832, au moment où fleurissent, il est vrai, les initiatives en matière de pauvreté, de santé, d’éducation. Mais la mobilisation statistique n’est pas une nouveauté : au contraire, on a vu que tout au long du XVIIIe siècle, la tradition de collecte des données initiée par les arithméticiens politiques n’avait pas disparu, en dépit des affirmations de Schumpeter (et même si l’on peut contester qu’il s’agisse toujours de statistique au sens strict).

  • 38 Lawrence Stone (ed.), An Imperial State at War, 1689-1815, Londres, Routledge, 1994.
  • 39 John V. Nye, « The myth of free-trade Britain and fortress France : tariffs and trade in the Ninete (...)

21L’industrie, cependant, n’apparaît pas centrale dans les préoccupations des acteurs publics ou privés en quête de chiffres. Sans doute parce qu’au fond, on n’en a pas vraiment besoin, tout simplement. Mon hypothèse est donc que si la « fièvre » statistique proprement dite n’a guère touché à la question de la production manufacturière intérieure, c’est parce que les enjeux les plus lourds étaient ailleurs, dans les échanges extérieurs. Je m’explique : dans un pays qui pense son économie en termes de balance internationale du pouvoir, dans un pays dont la fortune repose sur un puissant système impérial-maritime38, la seule statistique qui vaille vraiment est celle du commerce, et non celle de la production, qui est seconde. Les douanes répondent alors parfaitement aux besoins, qui peuvent fournir des chiffres desquels on inférera le cas échéant des évaluations relatives à la production manufacturière intérieure. L’Angleterre des Hanovre pense toujours, comme Charles Davenant que « les douanes sont le vrai pouls de la nation » et John Nye a bien montré la longue persistance d’un protectionnisme anglais bien plus puissant que celui du concurrent français, contrairement à une idée reçue qui a certes la vie dure39.

22Sans doute les douanes livrent-elles des données en volume, pas toujours aisées à convertir en valeur, mais la question qui se pose est d’abord celle de la balance du commerce, et non, en soi, celle de la richesse nationale : celle-ci est vue comme un dérivé de celle-là. Sans doute le problème ne se pose-t-il pas dans les mêmes termes dans un pays de petite taille et de vocation maritime, que dans un royaume très étendu et foncièrement continental. C’est précisément de cette manière que la comparaison avec la France doit être posée, et non en termes de régimes politiques : une orientation libérale du pouvoir ne signifie pas nécessairement qu’il s’abstiendra de diligenter des enquêtes. La différence des régimes pèse en fait sur la nature et la forme de la statistique, en particulier sur son statut public ou non, bien plus que sur son existence en soi. L’étude doit être poursuivie en ce sens, pour entrer plus avant dans le détail de la nature des données recueillies par les initiatives mentionnées plus haut, en se demandant en quoi la publicité des informations change la donne et en influence le contenu. Car telle est bien la conquête majeure dont on peut créditer le Parlement anglais : la constitution d’un espace public de débat des données économiques, réunissant experts, praticiens et décideurs.

Notes

1 Cette brève synthèse doit beaucoup aux travaux, aux conseils et à l’amitié de Joanna Innes et de Julian Hoppit, que je remercie.

2 The Economic Writings of Sir William Petty, éd. par C. H. Hull, Cambridge, 1899, t. I, p. 244 (ma traduction).

3 Charles Davenant, Of the Use of Political Arithmetick, in The Political and Commercial Works of that celebrated writer Charles Davenant, éd. Sir Charles Whitworth, 1771, t. I, p. 128.

4 Karin Johannisson, « Society in numbers : the debate over quantification in 18th-century political economy », in t. Fränsgsmyr, J. L. Heilbron, R. E. Rider (ed.), The Quantifying Spirit in the Eighteenth Century, Berkeley, University of California Press, 1990, p. 343-361 ; M. J. Cullen, The Statistical Movement in Early Victorian Britain. The Foundations of Empirical Social Research, Hassocks, The Harvester Press, 1975, p. 1-18.

5 Julian Hoppit, « Counting the industrial revolution », Economic History Review, 43-2, mai 1990, p. 173-193. Sur le West Riding : Philippe Minard, « L’inspection des draps du West Riding of Yorkshire, ou le jeu des normes au XVIIIe siècle », in Gérard Béaur, Hubert Bonin, Claire Lemercier (éd.), Pour une histoire de la fraude et de la contrefaçon, Genève, Droz, 2007, p. 621-638.

6 Walther G. Hoffmann, British Industry, 1700-1950, New York, A. M. Kelley, 1955, s’aventure à proposer des indices annuels, à partir d’extrapolations fondées sur un matériau très lacunaire pour le XVIIIe siècle ; Phyllis Deane, William Cole, British Economic Growth, 1688-1959. Trends and Structure, Cambridge, Cambridge University Press, 1962 ; Nicholas Crafts, British Economic Growth during the Industrial Revolution, Oxford, Clarendon Press, 1985.

7 Les inspecteurs des manufactures, créés par Colbert, ont en charge la surveillance du bon fonctionnement des bureaux de marque par où doivent passer tous les draps et toiles commercialisés. Ils s’efforcent de rassembler la statistique des pièces marquées, qu’ils transmettent chaque trimestre ou semestre au Bureau du commerce. Mais l’administration centrale peine à compiler toutes les données, assez disparates, qui lui parviennent. Cf. Philippe Minard, La fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières, Paris, Fayard, 1998, p. 196-210, et « Volonté de savoir et emprise d’État », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, nº 133, juin 2000, p. 62-71.

8 Tihomir Markovitch, « Statistiques industrielles et régimes politiques », in Collectif, Pour une histoire de la statistique, tome 1 : Contributions, Paris, Economica/INSEE, 1987 (1re éd. 1977), t. 1, p. 317-326, citation p. 319. Du même auteur : Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Révolution, Genève, Droz, 1976.

9 Marie-Noëlle Bourguet, Déchiffrer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienne, Paris/Montreux, Editions des archives contemporaines, 1988, p. 51.

10 Ce débat est analysé par Peter Buck, « People who counted: political arithmetic in the eighteenth century », Isis, 1982, 73, p. 28-45.

11 Cette figure bien connue du spectre de la taxation est une constante de l’opposition à toute opération de dénombrement ou de statistique : les inspecteurs des manufactures s’y sont fortement heurtés (cf. Ph. Minard, La fortune du colbertisme, op. cit., p. 177-181). En 1837, Moreau de Jonnès fait encore le même constat (cité par Bertrand Gille, Les sources statistiques de l’histoire de France, Genève, Droz, 1980 (1re éd. 1964), p. 200).

12 Patrick O’Brien, « The political economy of British taxation, 1660-1815 », Economic History Review, 41-1, 1988, p. 1-32; Peter Mathias, Patrick O’Brien, « Taxation in England and France, 1715-1810 », Journal of European Economic History, 5, 1976, p. 601-50; John Brewer, The Sinews of Power. War, Money and the English State, 1688-1783, 2e éd. Londres, Routledge, 1994.

13 Ph. Minard, La fortune du colbertisme, op. cit., p. 274-293, et « Réputation, normes et qualité dans l’industrie textile française au XVIIIe siècle », in Alessandro Stanziani (éd.), La qualité des produits en France, XVIIIe -XXe siècles, Paris, Belin, 2003, p. 69-92.

14 Adam Smith, Enquête sur la nature et les causes de la richesse des nations (1776), Livre IV, chapitre V, trad. fr. P. Taiëb, PUF, 1995, p. 605. Joseph Schumpeter, Histoire de l’analyse économique (1954), Paris, Gallimard, 1983, t. 1, p. 296-7.

15 La citation est de George Norman Clark, Science and Social Welfare in the Age of Newton, Oxford, Clarendon Press, 1949, p. 144-5; Peter Buck, « People who counted », art. cit., et aussi « Seventeenth-century political arithmetic: civil strife and vital statistics », Isis, 1977, 68, p. 67-84.

16 Julian Hoppit, « Political arithmetic in eighteenth-century England », Economic History Review, 49-3, 1996, p. 516-540.

17 Joanna Innes « The collection and use of information by government, circa 1600-1800 », à paraître. Texte aimablement communiqué par l’auteure, que je remercie.

18 Julian Hoppit, « Political arithmetic », art. cit., p. 520.

19 Ibid., p. 522.

20 Ainsi lors d’un débat sur le commerce des fers et sa taxation : voir les Accounts and papers de 1798/9.

21 Cf. mon étude à paraître sur les Linen Boards.

22 D. B. Horn, « The Board of Trade and consular reports », English Historical Review, 54, 1939, nº 215, p. 476-480.

23 Joanna Innes, « The collection and use of information », art. cit.

24 Commons Journals, vol. 24, 1744/5, passim ; John Smith, Memoirs of Wool, woollen Manufacture, and Trade…, Londres, 1747, t. 2, p. 62 sq. ; G. E. Fussell, Constance Goodman, « Eighteenth century estimates of British sheep and wool production », Agricultural History, 4-4, octobre 1930, p. 131-151 ; Phyllis Deane, « The output of the British woollen industry », Journal of Economic History, XVII-2, 1957, p. 207-223.

25 National Archives, Londres, BT 5; British Library, manuscrits, Liverpool papers et Auckland papers. Cf. Philippe Minard, « État et lobbying manufacturier en Angleterre à la fin du XVIIIe siècle », à paraître. Cf. aussi Renaud Morieux, « Les nations et les intérêts : patriotisme économique et commerce mondial dans le traité de commerce franco-anglais de 1786 », in Christophe Charle et Julien Vincent (éd.), La concurrence des savoirs. France et Grande-Bretagne à l’époque de la première mondialisation (1780-1914), à paraître.

26 Commons Journals, vol. 22, 1737, p. 772-3, 776-7, 788, 791, 810, 828, 850, 862, 866, 873 ; vol. 23, 1737/8, p. 15, 21, 109-117, 157 et 172 ; J. Innes, « The collection », art. cit.

27 Cf. leurs recherches sur le travail parlementaire : Julian Hoppit, Joanna Innes (eds.), Failed Legislation, 1660-1800. Compiled from the Commons and Lords Journals, Londres Hambledon Press, 1997; et Joanna Innes, « Parliament and the shaping of Eighteenth-Century English social policy », Transactions of the Royal Historical Society, 5th ser., t. 40, 1990, p. 63-92.

28 John Smith s’en explique dans l’introduction de ses Memoirs of Wool, op. cit., 1747. Les données des douanes ne sont pas rendues publiques, et seule leur communication au Parlement permet alors d’y avoir accès.

29 L’édition la plus complète aujourd’hui disponible de ce qu’on appelle les Reports of the Committees. First Series est celle de 1803.

30 Sheila Lambert, House of Commons Sessional Papers of the Eighteenth-Century, Wilmington, Scholarly Ressources Inc., 1975, t. 1, introduction.

31 G. E. Fussell, « The collection of agricultural statistics in Great Britain : its origin and evolution », Agricultural History, 18-4, octobre 1944, p. 161-167.

32 Joanna Innes, « The collection and use of information », art. cit., passim; Julian Hoppit, « Political arithmetic », art. cit.

33 Sur la collaboration étroite entre la Society of Arts et le Board of Trade, cf. David G. C. Allan, « The Society of Arts and government, 1754-1800 », Eighteenth-Century Studies, 7, 1974, p. 434-451, et « The Society of Arts and the Committee of the Privy Council for Trade, 1786-1815 », Journal of the Royal Society of Arts, avril 1961, p. 389-394 et 979-980 ; et Liliane Hilaire-Pérez, L’invention technique au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 2000, chapitre 5.

34 G. E. Fussell, « Collection of agricultural statistics », art. cit.

35 Cf. George Chalmers, An Estimate of the Comparative Strength of Briatinn during the Present and Four preceding Reigns…, Londres, 1782 ; Charles Whitworth, State of the Trade of Great-Britain in its Imports and Exports, progressively from the Year 1697…, Londres, 1776. Joanna Innes, « The collection and use of information », art. cit., passim; Edward Higgs, The Information State in England. The Central Collection of Information on Citizens since 1500, Basingstoke, Palgrave, 2004.

36 « Le mot statistique, nom ou adjectif, peut renvoyer à des enquêtes liées à l’état général d’un pays, ou concernant des matières d’État. C’est dans le premier sens que je l’emploie. Le second est le sens du mot en Allemagne » : Sir John Sinclair, « Observations on the nature and advantages of statistical enquiries », in Essays on Miscellaneous Subjects, 1802, p. 3. Cf. David Eastwood, « “Amplifying the province of the legislature” : the flow of information and the English state in the early nineteenth century », Historical Journal, LXII, nº 149, p. 276-294 (ici p. 289) ; Joanna Innes, « The collection and use of information », art. cit. ; et la rééd. Sir John Sinclair, The Statistical Account of Scotland, (1791-1799), D. J. Withrington, Ian R. Grant (eds.), Wakefield, EP Publishing Limited, 1983, 20 vol. 

37 Rosalind Mitchison, « The Old Board of Agriculture », English Historical Review, 74, 1959, nº 290, p. 41-69.

38 Lawrence Stone (ed.), An Imperial State at War, 1689-1815, Londres, Routledge, 1994.

39 John V. Nye, « The myth of free-trade Britain and fortress France : tariffs and trade in the Nineteenth Century », Journal of Economic History, 51-1, mars 1991, p. 23-46 ; et « Guerre, commerce, guerre commerciale : l’économie politique des échanges franco-anglais réexaminée », Annales E.S.C., vol. 47, mai-juin 1992, nº 3, p. 613-31.

Auteur

Professeur d’histoire moderne à l’Université Paris 8 et membre du laboratoire Institutions et Dynamiques Historiques de l’Économie (IDHE), CNRS-UMR 8533. Il est aussi directeur d’études à l’EHESS. Ses travaux portent sur le travail, la question sociale et les politiques économiques aux XVIIIe-XIXe siècles. Il a publié notamment La fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières (Fayard, 1998). Il a co-dirigé le volume 10 : Économie de l’Atlas de la Révolution française, Éditions de l’EHESS, 1997 (avec Gérard Béaur), L’argent des campagnes. Échanges, monnaie, crédit dans la France rurale d’Ancien Régime, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2003 (avec Denis Woronoff), et La France, malade du corporatisme ?, Belin, 2004 (avec Steven L. Kaplan). Parmi ses récentes publications on peut citer : « Trade without institution? French debates about restoring guilds at the start of the Nineteenth Century », in Ian Gadd, Patrick Wallis (éd.), Guilds and Association in Europe, 1200-1900, Londres, Institute of Historical Research, 2007, p. 83-100 ; « France “colbertiste” versus Angleterre “libérale” ? Un mythe du XVIIIe siècle », in Jean-Philippe Genet, François-Joseph Ruggiu (éd.), Les idées passent-elles la Manche ? Savoirs, représentations, pratiques, France-Angleterre, Xe-XXe siècles, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2007, p. 197-210 ; « L’inspection des draps du West Riding of Yorkshire, ou le jeu des normes au XVIIIe siècle », in Gérard Beaur, Hubert Bonin, Claire Lemercier (éd.), Pour une histoire de la fraude et de la contrefaçon, Genève, Droz, 2007, p. 621-638.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540