Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’information économique, XVIe-XIXe siècle

 | 
Dominique Margairaz
, 
Philippe Minard

État et information économique

Chiffres privés, chiffres politiques : l’inconcevable publication des Bilans de Pietro Verri (État de Milan, deuxième moitié du XVIIIe siècle)

Christine Lebeau

Texte intégral

  • 1 Voltaire au marquis de Beccaria, juin-juillet 1762, Correspondance, éd. Théodore Besterman, Bibliot (...)
  • 2 Sur la vie et la carrière de Pietro Verri, Carlo Capra, I progressi della ragione : Vita di Pietro (...)

1Le nom de Pietro Verri est d’abord associé au Caffè, manifeste des Lumières milanaises, dont Voltaire saluait non sans condescendance les progrès1. Philosophe et publiciste, Pietro Verri est aussi un acteur de premier plan et l’auteur de trois bilans du commerce de l’État de Milan2.

2L’administrateur milanais agit dans un contexte de crise : la Cour de Vienne hérite en 1715 d’un duché amoindri, encore appauvri par les guerres de Succession de Pologne et d’Autriche et désormais à l’écart des grandes routes commerciales. Il doit aussi s’adapter à un contexte impérial dont Jean-Claude Perrot rappelait l’importance pour le développement des statistiques. En effet, l’État de Milan, déjà composite par nature, s’intègre dans un ensemble où les pouvoirs et les intérêts sont démultipliés, où des cultures, politiques et surtout économiques, ne se laissent pas enfermer dans un cadre national, qu’il soit italien ou allemand. En même temps, le cadre relativement restreint d’un ancien État italien permet de suivre au plus près les modes d’élaboration des outils de décision administratifs et leurs usages.

  • 3 Peter D. Groenewegen, Eighteenth Century Economics. Turgot, Beccaria and Smith and their Contempora (...)
  • 4 Pour une approche politique de la statistique, Silvana Patriarca, Numbers and Nationhood: Writing S (...)

3L’itinéraire de Pietro Verri qui, de faiseur de projets, devient praticien et théoricien, à la fois le Turgot et le Smith italien selon les historiens de la pensée économique, nous semble pouvoir illustrer des glissements et des décalages qui ne se laissent pas facilement saisir par un changement mécanique de paradigme3. Au-delà d’une perspective qui semble attribuer à la pensée économique un rôle impératif dans l’action politique, Pietro Verri nous donne des clefs plus générales pour réfléchir à un contexte d’Ancien Régime ou à l’articulation complexe de la statistique descriptive, de l’économie politique et de la nation politique4. Nous essaierons donc d’analyser la succession de trois moments. L’État de Milan, composé complexe d’intérêts divers, est d’abord amené à développer et transformer sa collecte d’informations fiscales et économiques. Ces innovations contribuent, en une histoire à la fois conjointe et distincte, à la formulation de principes économiques libéraux et à l’élaboration d’outils statistiques nouveaux. Le sens de la collecte ne s’en trouve pas modifié pour autant et continue d’informer la réforme mais pas les arbitrages des entrepreneurs privés, dont précisément la chose publique cherche encore à se dégager.

Mercantilisme et information économique : un premier dialogue ?

  • 5 Cf. Joseph Schumpeter, Histoire de l’analyse économique, Paris, Gallimard, 1983, I : L’âge des fond (...)
  • 6 Pour un résumé de cet enchaînement fatal, Antonio Genovesi, Delle Lezioni di commercio osia d’econo (...)
  • 7 Philipp Wilhelm von Hörnigk, Oesterreich über Alles, wann es nur will ; das ist… Fürschlag… mittels (...)

4Disposer d’une balance du commerce favorable, c’est-à-dire faire en sorte que les exportations l’emportent sur les importations, est un objectif hautement désirable pour les gouvernants depuis le XVIe siècle5. Dans un système de pensée mercantiliste, l’excès des importations entraîne des sorties de numéraire, la baisse de l’échange et l’avilissement des marchandises locales. Décadence de l’agriculture, des manufactures, baisse de la population, appauvrissement de l’État en sont les conséquences fatales, comme l’expose Genovesi, titulaire de la chaire d’économie politique de Naples depuis 17546. Cette conviction est tout aussi fortement ancrée dans la pratique des administrateurs autrichiens, lecteurs de Hörnigk jusqu’au milieu du XVIIIe siècle7. Pour sa part, Verri préfère se référer à Montesquieu :

  • 8 Esprit des loix, livre XX, chap 21, cit. dans Considerazioni sul commercio dello stato di Milano de (...)

« Un pays qui envoye toujours moins de marchandises qu’il n’en reçoit, se met lui-même en équilibre en s’appauvrissant : il recevra toujours moins jusqu’à ce que dans une pauvreté extrême il ne reçoive plus rien »8.

  • 9 1 million d’habitants sur 7 000 km2.
  • 10 Bruno Caizzi, Industria, commercio e banca in Lombardia nel XVIII secolo, Milan, Banca commerciale (...)
  • 11 Carlo Capra, La Lombardia austriaca nell’età delle riforme: (1706-1796), Turin, UTET, 1987. Carlo C (...)

5Or, la situation du duché de Milan, depuis la guerre de Succession d’Espagne et son attribution aux Habsbourg de Vienne, jusqu’au début des années 1760, n’est guère enviable. Les pertes territoriales sont considérables : les villes de Bergame, Brescia et Crémone sont attribuées à la République de Venise, la Valteline est unie aux Grisons, et le duché de Mantoue demeure indépendant. Les conséquences de la guerre de Succession d’Autriche sont tout aussi dommageables : les provinces de Tortona, de Novara et de Vigevano sont perdues dès 1743 au traité de Worms9. Ces amputations territoriales privent le duché de Milan de ses deux principales ressources, la manufacture de drap et le commerce de transit10. L’accumulation des douanes intérieures, héritées de l’administration espagnole, vient encore encourager la contrebande. Cette situation est bien connue des Autrichiens qui multiplient les enquêtes : celle de 1708 confirme ainsi la quasi-disparition de la manufacture de draps et l’extinction des manufactures d’armes et des ateliers de marqueterie de pierres précieuses à Milan. Dans ce contexte, comment le duché de Milan peut-il devenir une source de revenus fiscaux pour la cour de Vienne, voire les Indes d’Autriche pour l’ensemble de la Monarchie des Habsbourg11 ?

  • 12 Salvator Pugliese, Condizioni Economiche e Finanziarie della Lombardia nella prima metà del secolo (...)
  • 13 Marco Bianchi, « Le entrate e le spese dell’amministrazione centrale e delle province dello Stato d (...)
  • 14 Le Sénat est un conseil de 15 sénateurs nommés à vie qui joue un rôle similaire à celui des Parleme (...)
  • 15 Cf. les remarques de Franco Angiolini, « Nobles et marchands dans l’Italie moderne », in Franco Ang (...)

6L’État de Milan possède une très ancienne administration financière qui ne ménage pas ses efforts pour compter12. Le système mis en place par les Visconti demeure inchangé jusqu’en 1749, date à laquelle le Magistrato Straordinario, en charge des revenus féodaux, des régales et des eaux publiques et le Magistrato Ordinario, en charge de toutes les autres recettes et de leur répartition, des contrats et des dépenses militaires, sont fusionnés dans le Magistrato Camerale, sur le modèle du système mis en place à Vienne à la même époque. Les comptables de la Regia Camera leur rendent les comptes et compilent les bilans prévisionnels tant admirés de l’impératrice Marie-Thérèse13. Sous la responsabilité des Magistrati se trouvent encore les Giudici delle Strade, delle Monete, dei Dazi, delle Acque qui veillent respectivement sur les chemins, la monnaie, les impôts indirects, les eaux. Les Magistrati sont également représentés dans les provinces par les Refendari Camerali qui surveillent la perception de l’impôt. Avant la fusion, les Magistrati ne dépendaient que du Consiglio Segreto, deuxième instance de l’État après le Sénat14. La fusion de 1749 les place sous l’autorité du plénipotentiaire sans changer pour autant la structure sociale des magistratures, composées de membres du patriciat. Mais faut-il opposer noblesse et négoce15 ?

  • 16 Luigi Trezzi, Ristabilire e restaurare il Mercimonio. Pubblici Poteri e attività manifatturiere a M (...)
  • 17 S. Pugliese, Condizione economiche op. cit., p. 95. Commercio P. A 230 Serifici, ASM comporte plu (...)
  • 18 Nombreux dossiers dans Archivio di Stato, Milano (ASM), Commercio, Parte antica, plus particulièrem (...)
  • 19 L. Trezzi, Ristabilire e restaurare… op. cit., p. 184.

7Pour dynamiser le commerce, le gouvernement autrichien crée donc une nouvelle instance en 1725, la Regia Giunta del mercimonio. Véritable conseil du commerce qui rassemble les principaux magistrats en charge de l’administration économique, la Giunta doit d’abord procurer au plénipotentiaire autrichien et au Conseil d’Italie à Vienne les connaissances nécessaires à l’administration du commerce milanais. Elle doit aussi établir un nouveau tarif douanier en relation avec les quelque quatre-vingts corporations de la ville de Milan – le Vicario de Provvisione assure la direction du conseil – et toutes les autres corporations des provinces qui composent l’État de Milan16. Les archives conservent la trace de conflits d’intérêts multiples qui opposent notamment les soyeux aux drapiers, pourtant en voie d’extinction selon les enquêtes, les marchands de Lyon aux marchands de Flandre, plus largement les fabricants qui veulent la protection aux négociants qui veulent la liberté17. Plusieurs enquêtes par secteur sont réalisées. Échantillons à l’appui, les Milanais font la preuve de la qualité de leurs produits en comparaison des produits français, au surplus fabriqués avec la soie grège importée à bon compte du duché de Milan18. Les gabelles sur les produits manufacturés sont finalement diminuées d’un quart en 173919.

  • 20 David K. Smith, « Structuring politics in early eighteenth-century France : the political innovatio (...)
  • 21 Pour une première orientation, Renato Zangheri, « I catasti », Storia d’Italia Einaudi, vol. 5, I c (...)

8L’administration milanaise est certes entrée dans un processus communicationnel, proche du contexte français analysé par David Kammerling Smith20. Pour autant, il s’agit davantage d’une cérémonie de l’information qui fait remonter les doléances sectorielles au sommet de l’État patricien et autrichien. Cette politique souvent inquisitrice et toujours volontaire se heurte aux intérêts privés, notamment à la toute-puissante Congregazione dello Stato qui, censée rassembler « l’universalité du corps politique » de l’État de Milan, est de fait l’organe des grands propriétaires, dont l’influence est déjà mise à mal par la promulgation en 1759 du censimento, l’impôt sur la terre assis sur un cadastre parcellaire21.

  • 22 Les bilans caméraux qui récapitulent les recettes fiscales et proposent un double bilan des dépense (...)
  • 23 Ce qui justifie à nouveau la formation d’une nouvelle jointe « per il ristabilimento del Mercimonio (...)

9Les papiers de finances milanais donnent encore à voir aujourd’hui cette « volonté de savoir » au-delà de la doléance locale ou sectorielle et des « bilans caméraux » qui font apparaître l’importance comparée et comparable de la fiscalité directe et indirecte22. Alors que l’impôt direct est réformé entre 1749 et 1759, la fiscalité indirecte et donc « l’activité du commerce » constitue l’autre gisement de ressources pour la Cour de Vienne23.

  • 24 Une série continue de manuscrits de la Bibliothèque nationale de Vienne (ÖNB) renferme ces travaux (...)
  • 25 Philippe Moureaux, Les préoccupations statistiques du gouvernement des Pays Bas autrichiens et le d (...)
  • 26 Cf. Carlo Antonio Vianello (éd.), Economisti minori del Settecento lombardo, Milan, 1942 et Carlo C (...)
  • 27 Édition par Andrea Leonardi, Un « economista » italiano al servizio dell’imperatrice Maria Teresa. (...)

10Les faiseurs de projets statistiques ont ainsi l’oreille du gouvernement autrichien24. Les Habsbourg tentent ainsi d’asseoir leur contrôle sur les pays qu’ils dominent par une meilleure connaissance des richesses et entretiennent l’émulation entre les « projecteurs ». Si l’on dresse aux Pays-Bas une statistique industrielle générale selon des méthodes françaises avec un personnel français, la tradition milanaise se suffit à elle-même25. Dès 1754, le marquis de Carpani (1705-1777) propose ses premiers bilans, Relazione dello stato presente della città di Milano et Memoria sulle condizioni economiche dello stato di Milano et, entre 1756 et 1758, alors qu’il réside à Vienne, son projet de réforme de la banque de S. Ambrogio26. La collection de mémoires stimule encore les échanges entre l’administration et le monde du négoce. Ainsi le toscan Antonio Pellegrini, fils de marchand drapier de Prato, représentant de la ferme milanaise à Prague et à Vienne et, depuis 1759, questeur étranger au Censo, dresse un état littéral du commerce de la Monarchie des Habsbourg27.

  • 28 Résumé des débats dans « Stato in cui lasciassimo sul finire del 1733 il Censimento, o sia estimo g (...)
  • 29 Cf. entre autres « Varie quote assegnate al Mercimonio dello Stato di Milano », 1730, ASM, Censo, p (...)
  • 30 Évoqué par Pietro Verri dans la préface du 2e bilan, Luigi Einaudi éd., Pietro Verri, I due primi B (...)

11Effort statistique et décision fiscale se rencontrent encore dans le débat autour de l’extension du censimento. Dès 1730, il est envisagé d’y inclure la tassa di mercimonio, c’est-à-dire la fiscalité portant sur les revenus d’industrie, commerciaux et mobiliers28. Des études sont encore réalisées et un dialogue est à nouveau noué avec les corporations29. Ce débat suscite une réelle avancée statistique : au lieu d’établir comme précédemment l’état d’un secteur ou de raisonner sans chiffres à partir de l’opinion commune, le plénipotentiaire Beltrame Cristiani commande en 1752 un tableau complet des entrées et sorties par produit et par bureau de douane30. L’information fiscale est aussi économique, mais ce fichier demeure, selon la tradition politique de la Monarchie, privé et secret (geheim), c’est-à-dire qu’il appartient en propre au souverain et est placé sous la garde de l’archiviste de la Cour à Milan.

  • 31 Éric Brian met en relation le déchiffrement de la Monarchie et sa perte de légitimité, cf. La mesur (...)

12Le déchiffrement de la Monarchie sert ici à la construction de l’État en lui accordant un surcroît de légitimité31. La construction de l’outil statistique d’abord sectoriel puis global associe travail administratif et « projection ». Différents niveaux de participation et de communication, acteurs publics et privés, entrent en jeu. Mais avant d’établir une communication réglée entre l’État et la marchandise, encore faut-il organiser la circulation de l’information au sein même de l’État.

Deux bilans pour un commerce32

  • 32 En dehors des exemplaires imprimés commandés par Pietro Verri, première publication par Pietro Cust (...)
  • 33 « Le idee della Economia pubblica erano perfettamente sconosciute da noi. Il Marchese Carpani fu il (...)

13Quand Pietro Verri (1728-1797) propose de donner un nouvel instrument de décision au conseil récemment créé pour la réforme des tarifs douaniers, il se situe toujours dans le contexte que nous avons décrit précédemment : « Nous connaissions bien les principes de l’économie politique. Le marquis de Carpani avait été le premier à faire circuler un manuscrit intitulé Relazione dello stato… qui affirmait sans preuve que notre commerce actif se montait à 49 millions et notre commerce passif à 40 millions. J’analysais notre production intérieure, la soie, les grains, le lin, les fromages, les produits manufacturés, j’analysais rubrique par rubrique les marchandises importées, j’indiquais ce que nous recevions pour chaque produit et, en me fondant sur les chiffres compilés en 1752, j’en calculais la valeur »33. Dans le cadre d’une nouvelle instance destinée à améliorer le rendement de la fiscalité indirecte, Pietro Verri réalise un pas en avant statistique en institutionnalisant la démarche qui avait présidé au fichier « privé ».

  • 34 « Buon Cittadino con costanza, con fortuna, con fatica e con mezzi privati », « Lettera riservata » (...)
  • 35 Grand chancelier de la Cour et responsable à ce titre du Département d’Italie depuis la suppression (...)
  • 36 Pietro Verri, Memorie Sincerie, Enrica Agnesi (éd.), Modène, Mucchi, 2001, p. 111. Cf. page 210 le (...)

14Membre du conseil en charge de la réforme du tarif douanier depuis 1764, Verri n’offre encore que la recherche d’un « faiseur de projets », d’un « bon citoyen doué de constance et de bonne fortune, ne répugnant pas à l’effort et disposant de quelques moyens personnels »34. En effet, le Bilancio communiqué aux membres du conseil est extrait d’un manuscrit, Considerazioni sul commercio dello Stato di Milano, rédigé entre 1761 et 1763 que Verri avait envoyé au grand chancelier Kaunitz35. Verri travaille avec « des moyens privés » : les chiffres compilés lors de l’enquête Cristiani de 1752, des documents conservés dans les archives du Sénat, dépêches, rapports administratifs, doléances et remontrances des corps, du Tribunale di Provisione, de la Congregazione dello Stato, auxquels il a accès grâce à sa qualité de fils de sénateur. Il n’a pas accès aux chiffres « privés » de la caisse militaire c’est-à-dire au montant des sommes payées directement à Vienne pour l’entretien des troupes en Italie36. Quoi qu’il en soit, il lui paraît nécessaire que la commission dispose de bases certaines et abandonne erreurs et préjugés, comme, par exemple, déduire le commerce de l’État de Milan de celui de la ville, comme Carpani le proposait, ou prendre les statistiques de la production des cocons pour estimer le commerce de la soie ou encore croire, sans aucune preuve chiffrée, que la production des grains est le double de la consommation domestique.

  • 37 « La somiglianza fra uno Stato, ed una privata Famiglia perfettamente sussiste in tal proposito, se (...)
  • 38 Entrées = 131 975 45 + x (actifs au Piémont) ; Sorties = 22 948 614.13.2 + y (caisse militaire). Do (...)

15Ce bilan emprunte à la fois la forme d’un discours qui, rigoureusement appuyé sur les chiffres, commente les forces et les faiblesses du commerce milanais, et celle du tableau qui, en une vue synthétique, fait apparaître le caractère « passif » du commerce milanais ou le déficit en faveur de « l’étranger », surtout français. Il raisonne en actifs et passifs, ou entrées et sorties, selon le modèle de la comptabilité privée des négociants, convaincu qu’« un État et une famille se ressemblent précisément en ce que, dans une petite comme dans une grande économie, le compte des entrées et des sorties est la base de toute réforme »37. Un autre trait rapproche ce bilan du commerce de Milan d’un bilan privé : la volonté d’inclure les remises exigibles dans l’étranger proche ou les bénéfices réalisés dans les provinces perdues par des sujets de l’État de Milan et donc, de ce fait, non soumis à la fiscalité milanaise, mais qui alimentent la circulation monétaire de l’État de Milan (notés x sur le document p. 210 infra)38.

16Ce bilan « privé » est évidemment très politique : il met en évidence le poids du déficit qui enrichit la ferme générale par la perception des taxes à l’entrée du duché, et dénonce le double effet de la domination autrichienne en saisissant en une équation à double inconnue les pertes territoriales et financières d’une part et les dépenses militaires de l’autre.

  • 39 « Presqu’aucune des branches d’administration n’est gouvernée avec l’intelligence qui serait nécess (...)
  • 40 Il faut donc relativiser l’absence de demande des Etats pour des comptes généraux qui se fonde sur (...)
  • 41 « A chi leggerà », op. cit.

17Le bilan, inclus dans un mémoire réservé au seul usage du grand chancelier, vaut à son auteur de paraître dans le cercle très restreint des « sujets formés » dont la Monarchie manque cruellement39. En revanche, la liaison entre le caractère passif du commerce milanais et la domination autrichienne suscite à la fois déplaisir et curiosité pour ce nouvel outil administratif, d’autant que la ferme générale établie en 1749 et confiée à un consortium de Bergame, l’un des choix majeurs de la politique économique autrichienne, est implicitement prise à partie40. Un nouveau bilan est donc commandé à Pietro Verri, qui doit s’appuyer sur des chiffres récents et recevoir l’appui technique des bureaux41.

  • 42 Pietro Verri, Ricapitulazione Generale de’Generi Entrati, e Usciti nello Stato di Milano l’Anno 176 (...)
  • 43 La préface du rapport Transunto totale… se fait l’écho de la difficulté des classements et de la né (...)
  • 44 Préface, Ricapitulazione Generale… op. cit., ÖNB.
  • 45 « Spese fatte per la costruzione del bilancio del commercio dell’anno 1762 sotto la direzione de’Re (...)
  • 46 Cadastre parcellaire, le censimento fournit des données sur la surface agricole et le produit des p (...)

18Les archives « privées », celles de Verri et celles des plénipotentiaires42, conservent la trace matérielle de ce travail qui, par rapport au fichier de 1752, pose à nouveaux frais le problème de l’agrégation des données43 et du calcul de leur valeur, « prix primitif », une fois les taxes intérieures déduites et les taxes à l’exportation ajoutées44. Une compilation par produits assujettis à la gabella della Mercanzia, tels qu’ils apparaissent dans les livres des différents postes de douanes, est donc réalisée pour l’année 1762 par des commis spécialement employés à cet effet entre mai 1764 et octobre 176545. Les résultats obtenus pour les grains sont vérifiés par le biais de l’emploi d’une autre méthode, qui repose sur l’utilisation des données du censimento qui permettent notamment d’obtenir des données sur les grains non soumis à la gabelle46.

  • 47 Le passif n’est plus que 1 593 459.9.2, mais l’x des remises à l’étranger a disparu.
  • 48 Finanza P.A., 6, ASM. Pour l’histoire des réformes financières, cf. Carlo Capra, Lombardia austriac (...)

19Le second Bilancio donne une vue plus favorable de l’économie milanaise sous domination autrichienne47. Il se contente désormais de chiffrer le certain : l’équation à double inconnue a disparu, et le déficit en est d’autant diminué. Conséquence directe de ce travail et de la discussion qui suit sa diffusion dans les bureaux milanais et auprès de la Congregazione dello Stato, un nouveau tarif (Grida generale per la mercanzia di tutto lo Stato di Milano) est publié en 1765. Ce tarif récapitule les différents produits et les droits qu’ils doivent acquitter sur les différents itinéraires du duché et ouvre la voie à la transformation de la ferme générale en régie (1765)48.

  • 49 Bilancio 1762…, op. cit., L. Einaudi éd., p. 70-71, p. 76.

20L’administration austro-milanaise dispose désormais d’un instrument analytique qui récapitule les produits entrés ou sortis et la part du transit dans cet ensemble, mais aussi d’un ensemble de normes qui fixent les catégories, les poids et mesures, le mode de calcul des « valeurs ». Le raisonnement s’effectue cependant par ordre de grandeur et non par direction : la logique est fiscale et politique. D’un coup d’œil, il est possible de connaître le rendement fiscal d’un produit donné, de distinguer quels produits il convient d’encourager et ainsi d’acquérir une « intelligence supérieure (pour) agencer le commerce »49. L’information macro-économique n’en construit pas moins son objet à partir de la micro-information marchande. Pour autant, le double travail de Pietro Verri n’est pas redondant. Les Bilanci de Verri s’imposent encore comme marqueurs dans une histoire intellectuelle de l’économie politique et des comptes généraux.

Deux logiques pour un bilan

  • 50 Cesare Beccaria, Elementi di economia pubblica, Francesco Ferrara éd., Turin, Eugini Pompa, 1850-18 (...)
  • 51 Adam Smith, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, trad. G. Garnier, (1 (...)
  • 52 J. Schumpeter, Analyse économique op. cit., chapitre « Les experts de l’administration et les pamp (...)
  • 53 Verri serait ainsi supérieur à Smith sur ce point, cf. J. Schumpeter, Analyse… op. cit., I, p. 254.

21Dès 1769, Beccaria, en charge de la nouvelle chaire d’économie politique fondée par l’impératrice Marie-Thérèse à Milan, préconise une politique commerciale fondée sur l’incitation et non l’interdiction, mais le but demeure toujours une balance commerciale positive50. Dix ans plus tard, Adam Smith y voit à la fois un « soin ridicule » caractéristique du système mercantile et une politique vouée à l’échec, écho négatif immédiatement repris par Roland de la Platière dans ses Lettres d’Italie51. Pourtant, du point de vue de l’histoire de la statistique et de la comptabilité publique, Pietro Verri accomplit un pas important. Renonçant provisoirement à opposer les deux catégories d’expert de l’administration ou d’enseignant, et de pamphlétaire, Joseph Schumpeter aperçoit dans Pietro Verri un véritable économétricien qui pratique l’analyse numérique ou l’art de raisonner avec des chiffres sur les objets relatifs au gouvernement, et l’un des premiers économistes à calculer une balance de paiements, bien que ce terme n’apparaisse vraiment qu’en 1767 sous la plume de James Steuart52. Pourtant, l’enjeu du premier Bilancio ne se limiterait pas au calcul de la balance du commerce des marchandises, il constituerait bien plutôt une étape indispensable à l’élaboration d’une pensée économique libérale qui serait fondée en dernier ressort sur une analyse du « calcul des plaisirs et des peines »53. De fait, le bilan de commerce, à la fois concept, principe et instrument, né au croisement de la théorie et de la pratique, sert doublement d’accélérateur, dans le changement de paradigme de l’économie politique et dans la formulation des éléments d’une comptabilité nationale.

  • 54 Ambroise Arnould, De la balance du commerce et des relations commerciales extérieures de la France (...)
  • 55 Melon, Essai politique (1734), Collection des principaux économistes, Économistes financiers du 18e(...)
  • 56 David Hume, Essai sur la balance du commerce, Collection des principaux économistes, Mélanges d’éco (...)
  • 57 « Dialogo sulle monete », stampato in Lucca nel 1762, Carte Verri, 373, f. 50. Cf. également « Memo (...)
  • 58 « Elementi del Commercio », Il Caffè, I, 3, p. 29-38, p. 877-878 et p. 1022-1023.
  • 59 Christine Lebeau, Aristocrates et grands commis à la cour de Vienne (1748-1791). Le modèle français(...)
  • 60 Bilancio 1762 op. cit., éd. Einaudi, p. 71.

22Disposer d’une balance de commerce est une nécessité du bon gouvernement qui doit se fonder sur des données sûres : cette leçon est répétée par les économistes néo-mercantilistes ou pré-libéraux, de Melon à Bielfeld en passant par Véron de Forbonnais. Vers 1760, la question de savoir sur quelle base chiffrée il faut asseoir cette balance du commerce n’est cependant pas réglée, pas plus d’ailleurs qu’en 1791 lorsque Arnould publie sa Balance du commerce54. Si Melon préconise de l’établir à partir des changes et si Forbonnais propose d’associer douanes et changes, Bielfeld pour sa part propose de revenir aux douanes55. À l’orée de l’économie libérale, Hume considère en revanche que chiffrer la balance à partir des douanes ou des changes est non seulement une entreprise hasardeuse mais encore vaine, puisque les espèces ne sauraient manquer56. Pietro Verri n’a pas lu « seulement » Bielfeld mais aussi Forbonnais, Melon, Dutot, Hume à la bibliothèque impériale de Vienne57. Il y a mémorisé les définitions du commerce actif et passif et de la balance commerciale qui nourrissent la réflexion de l’académie de commerce formée à l’intérieur du conseil de commerce d’Autriche. Il en rédige un extrait, aussitôt publié dans le Caffè58. Son horizon est d’abord celui de l’économie politique européenne concentrée à Vienne, puis il s’élargit à l’actualité française59. En revanche, le recours à Boisguilbert n’est jamais explicite, ni même le retour sur Vauban, alors que le cadastre milanais est aussi le fils de la Dîme royale. Pour autant, il ne faut pas sous-estimer la marge de manœuvre de l’administrateur qui, à l’instar de Bielfeld, réfute l’usage des changes60 mais qui, contre le même Bielfeld, continue à vouloir agir en père de famille et traduit la leçon de Hume sur la circulation de l’argent sous forme d’une équation incluse dans le bilan.

  • 61 C. Capra, I progressi… op. cit, p. 75-78.
  • 62 Carlo Capra après Franco Venturi fait de Lloyd (Le vite incrociate di Henry Lloyd e Pietro Verri, T (...)
  • 63 Bilancio Generale Del Commercio dello Stato Tratto dai Registri dell’Anno 1769 (1773), Carte Verri, (...)

23Descendant d’une famille de propriétaires fonciers sans lien avec la marchandise, Pietro Verri a étudié d’abord chez les Barnabites de Brera puis chez les Jésuites de Parme, où il a reçu une éducation traditionnelle fondée sur l’apprentissage des langues anciennes et le schéma traditionnel – grammaire, rhétorique, physique, métaphysique – auquel les pères ajoutent le droit61. A-t-il reçu à cette occasion une initiation à la partie double et au change ? Sans doute a-t-il plus probablement vu ces bilans privés en usage dans les affaires milanaises. Son service militaire en Bohême dans un régiment italien engagé dans la guerre de Sept ans lui donne l’occasion de faire une sorte de tournée financière dans les milieux de la ferme générale italienne et de se convaincre de la nécessité d’apprendre la nouvelle science de gouvernement62. Pietro Verri affirme pourtant dans la préface du Bilan de 1769 qu’il ne disposait pas de modèle63. L’accès au stock de connaissances économiques alors disponibles résulte chaque fois de combinatoires particulières et cette liberté de fait encourage la formulation de principes nouveaux.

  • 64 Bilancio 1762 op. cit., éd. Einaudi, p. 69.
  • 65 Luigi Einaudi, Pietro Verri, I due primi Bilanci op. cit., introduction, p. 20.
  • 66 Cf. Pompeo Neri, Osservazione sopra il prezzo legale delle monete, 1751, Scrittori classici Italian (...)

24La balance du commerce, instrument obsolète du système mercantile, est devenue dans le Bilancio le « prospectus fidèle des crédits et des débits »64. En ce sens, il ne s’agit plus d’un tableau du commerce mais bien d’une balance des paiements. Le second Bilancio contient d’ailleurs une longue analyse des conséquences monétaires du commerce passif, compréhension intuitive de la théorie quantitative de la monnaie. En effet, la diminution du prix des grains et des vins ne s’explique pas par l’augmentation de la récolte ou par la diminution de la population, mais dépend de la masse de monnaie en circulation65. L’importance du débat monétaire pour la formation des économistes milanais a été soulignée : la signature du concordat monétaire avec le roi de Sardaigne en 1752 suscite en effet une réflexion collective approfondie sur les flux monétaires, qui se prolonge jusqu’au milieu des années 1760 et conduit à une reformulation de la définition de la richesse66.

  • 67 « Si, comme nous venons de le voir, le commerce entre les nations, n’est autre chose que le transpo (...)
  • 68 Ibid., § V, Principes généraux de l’Economie, p. 37 ; § XVII, De la circulation, « Les réflexions q (...)
  • 69 Ibid., § XIX, Du bilan de commerce, p. 166-170.
  • 70 « Il faudroit donc avoir une connoissance exacte de son exportation et de son importation pour calc (...)
  • 71 « La balance entre la production et la consommation peut être constamment en faveur d’une nation, q (...)

25Pietro Verri, en charge, entre autres, des bilans commerciaux jusqu’en 1773 et de l’élaboration du nouveau tarif douanier pour l’État de Milan jusqu’en 1774, mûrit dans le même temps l’une de ses analyses les plus importantes. Les Réflexions sur l’économie politique contiennent ainsi une analyse des mécanismes économiques à partir de la dépendance entre vendeurs et acheteurs67. Toute politique économique doit chercher à promouvoir l’activité, afin d’augmenter la population, les ressources de la nation et la reproduction et donc viser à multiplier le nombre des vendeurs et à diminuer le nombre des acheteurs, mais, comme en dernier ressort le nombre des vendeurs se multiplie à proportion que le nombre des acheteurs augmente, la reproduction annuelle ne peut que s’accroître68. Du coup, la balance de commerce devient une « notion impropre », au moyen de laquelle « on cherche à découvrir un fait, savoir si un État améliore ou détériore sa situation actuelle », si sa « reproduction annuelle » augmente ou diminue69. Pietro Verri reprend la leçon du premier Bilancio en dédoublant la notion de bilan : le premier, imparfait, s’appuie sur les douanes et ne considère que les marchandises importées ou exportées, le second, virtuel, devrait inclure l’importation et l’exportation de la marchandise universelle, c’est-à-dire de l’argent, et permettre de chiffrer la reproduction annuelle70. Ce que les commerçants vendent et achètent reste toutefois lié à ce que la nation produit et consomme, à la différence de l’hypothèse proposée par Adam Smith71.

  • 72 P. Verri, Réflexions op. cit., XL Caractère d’un ministre d’économie politique, p. 356.
  • 73 Cf. Condorcet à P. Verri, 7 novembre 1771, 1772, Œuvres, A. Condorcet-0’Connor et F. Arago (éd.), P (...)

26Les conséquences politiques sont clairement énoncées. Le « ministre en charge de l’économie publique » doit finalement légiférer de manière indirecte, non contraignante et laisser à l’industrie et à l’activité toute la liberté de s’exercer, « ne désespérer jamais du bien mais en hâter les progrès »72. Condorcet critique la relation établie par Verri entre prix, nombre d’acheteurs et de vendeurs et, a fortiori, l’application des mathématiques à une transaction commerciale, telle que la conçoit Paolo Frisi dans la deuxième édition des Réflexions. Cependant, il approuve ces « deux grandes vérités : l’une qu’il est de l’intérêt des despotes de laisser aux peuples toute la liberté qui ne nuit point à la constitution établie ; l’autre, que des loix sages et une administration équitable sont le meilleur moyen d’augmenter la reproduction et par conséquent la puissance et les revenus de l’État »73.

27La balance du commerce cesse d’être principe, comme elle l’était chez Melon et Forbonnais. Matrice d’un nouveau schéma explicatif de l’« économie publique », la balance du commerce n’en demeure pas moins un instrument changeant et perfectible au service d’une administration qui doit continuer d’agencer les intérêts.

28Pour encourager l’interaction des besoins et des profits, le théoricien-praticien n’a pas moins besoin de voir. Mais que veut-il voir ? La définition des objets change d’abord en fonction de sa situation.

  • 74 P. Verri, Réflexions… op. cit., § XIX, p. 171.
  • 75 Ibid., § XIX, p. 174.

29Le paradigme libéral commande d’apporter la preuve de la relation qui unit acheteurs et vendeurs : « Un calcul qui n’auroit pour preuve de sa justesse que la simple assertion du calculateur, sans démonstration, ne pourroit jamais être, comme chacun le voit, un principe sur lequel on pût avec prudence établir avec une pleine certitude aucun raisonnement important. Ce dépouillement seroit certainement encore plus intéressant, si par son moyen on pouvoit non seulement connoitre la valeur et la totalité des marchandises particulieres livrées et reçues, mais en outre les états d’où l’on les a tirées et ceux auxquels on les a livrées »74. Il apparaît pourtant impossible de rendre véritablement compte de toutes les formes de l’échange, notamment monétaire : « Un État est une grande famille, à laquelle il importe de savoir exactement si elle s’enrichit ou s’appauvrit, quels sont les objets sur lesquels elle perd et ceux sur lesquels elle gagne. Il est assez indifférent de savoir comment se nomment ses créanciers et des débiteurs, d’où viennent originairement les marchandises dont on fait usage. Je crois donc qu’on doit se contenter, en faisant le dépouillement des registres des douanes, de distinguer chaque marchandise et d’en noter le prix, avec la seule division comme dans le commerce de devoir et avoir »75. La préface du Bilancio de 1769 renvoie une dernière fois aux apories de la théorie dans la pratique administrative : ni la contrebande, ni le revenu des biens possédés à l’extérieur, ni les dettes et crédits possédés à l’étranger ne peuvent être chiffrés avec exactitude. Mais le raisonnement en « valeurs » actives et passives, censé instrumenter la décision du ministre et non celle du négociant, vient appuyer le « calcul des plaisirs et des peines ».

  • 76 Gian Rinaldo Carli, Breve Ragionamento sopra i bilanci economici delle nazioni, Carlo Antonio Viane (...)
  • 77 Giovanna Tonelli, « Baldassarre Scorza e la riforma daziaria nella Lombardia absburgica », Nuova Ec (...)
  • 78 Elementi del commercio esteriore d’importazione e di esportazione dello stato di Milano. Raccolti d (...)
  • 79 Copia di lettera scritta da S.A. il Sign Principe di Kaunitz a me Ministro Plenipotenziario conte d (...)
  • 80 « La quantità di una data sorte di panni entrata nello stato, o che ha circolata da Provincia a Pro (...)
  • 81 Cf. (Carpani), Saggio sopra il Bilancio dellà Stato di Milano, con il quale in mezzo alle grandissi (...)
  • 82 B. Scorza, Elementi del commercio esteriore d’importazione e di esportazione op. cit., discorso pr (...)
  • 83 Bilancio consuntivo dell’Assegno destinato da S.M. a favore dell’Industria e del Commercio per gli (...)

30D’un paradigme à l’autre, l’activité statistique poursuit son propre chemin : il s’agit non seulement d’orienter le commerce mais aussi d’appréhender les « principaux objets économiques et politiques d’un État »76. Dès 1772, Pietro Verri passe la main à Baldassare Scorza, commis des fermes qui dirige désormais un véritable bureau des bilans de commerce77. Entre projet et réalité, les bilans de 1778 se situent à la fois dans la continuité et la rupture avec le Bilancio de 176978. La continuité est assurée par la comparaison des chiffres, voulue par l’administration autrichienne, par l’objectif de l’opération, réformer le tarif douanier de l’État de Milan dans sa liaison avec les États héréditaires de la Monarchie des Habsbourg79. La rupture avec les choix de Verri est nettement visible dans le raffinement des nomenclatures, dans la dissociation, pour chaque item, de la valeur totale des marchandises et du produit de la taxe, dans la tentative de proposer une vision dynamique du commerce par directions. En effet, c’est bien un marché qui apparaît dans ces statistiques qui dressent le bilan actif et passif de chaque produit par provinces et par itinéraires, en distinguant le transit de la consommation. L’administration milanaise veut disposer d’un « vocabulaire du commerce » et non de la seule réduction à l’ordre alphabétique des registres de douane qui lui permettra de simplifier le tarif. Elle veut encore savoir instantanément « quelle quantité de chaque espèce de tissu entre dans l’État, circule de province en province et finalement transite par l’État ; pas tant pour en augmenter le profit que pour avoir connaissance de l’activité ou de la passivité d’une branche donnée de la manufacture et des qualités qui méritent plus ou moins notre attention, relativement à la fiscalité et au commerce »80. On se gardera cependant d’opposer trop rapidement raison théorique et raison pratique. Les critères proposés par Scorza renouent avec les suggestions de Vauban : l’intermédiaire en est sûrement le marquis de Carpani, qui critiquait les chiffres de Verri en reliant le chiffre de la population (1 million d’habitants), le volume supposé de la consommation, et le surplus exportable déduit du revenu des exploitations estimé selon le censimento81. Le « calcolo irrefragabile della maggiore ricchezza progressiva della Nazione » doit intégrer non seulement les chiffres du commerce et de l’intérêt de l’argent, mais aussi les chiffres de la population et du censimento qui autorisent une estimation de la densité de la population (au km2)82. Les bilans de commerce de 1778 entrent finalement dans le circuit de l’administration financière, qui s’en sert pour construire un nouvel outil, l’état des dépenses du commerce en partie double (actifs/passifs, créditeurs/débiteurs), lequel rapporte la dépense engagée pour le soutien du commerce aux gains fiscaux83.

  • 84 L’imposition d’une taxe unique sur les marchandises est âprement discutée, mais sans conséquence pr (...)

31Alors que les Bilans de 1778 semblent d’abord confirmer une pratique dirigée de l’économie, ils autorisent une nouvelle réforme d’inspiration libérale : la suppression en 1784 des barrières commerciales entre le duché de Milan devenu Lombardie autrichienne et les États héréditaires de la Monarchie des Habsbourg84. L’apport intellectuel n’en est pas moins significatif. Le statisticien comme l’économiste recherche dans les chiffres la preuve de son raisonnement. Parti de la micro-économie des postes de douane, il construit un nouvel ordre des données qui relient les comptes généraux en une esquisse de comptabilité nationale, où la liaison entre commerce et consommation apparaît comme la liaison la plus neuve.

32Logiques administratives et intellectuelles se croisent dans l’administration du commerce, sans introduire de relation univoque de domination. On ne cherchera pas à attribuer une vaine primauté. Ces efforts analytiques et statistiques prennent corps dans le contexte impérial. Ces deux logiques sont cependant étroitement liées par l’absence de communication au monde de la marchandise des outils patiemment élaborés dans l’interne de l’État.

Des bilans pour quel espace public ?

  • 85 Lettre du 26 juin 1763, cit. par G. Sommi Picenardi, « Lettere inedite di Pietro Verri », Rassegna (...)
  • 86 Cf. Carte Verri, 382.1. Outre les mémoires de Carli et Carpani déjà cités, P. Verri, Confutazione d (...)

33« … Pour moi, j’ai d’abord achevé mon ouvrage sur le commerce… je ne te cache pas qu’il doit subir un examen plus intéressant pour ma fortune avant qu’il soit porté à celui du public »85. Le faiseur de projet recherche d’abord le succès de ses idées. Cinquante exemplaires imprimés du premier Bilancio provoquent non sans ambiguïté la colère et l’intérêt du chancelier Kaunitz. Le fichier « privé » de 1752 est ainsi porté sur le devant de la discussion administrative. Les réponses – dont une seule est imprimée – portent davantage la marque d’une querelle interne de l’administration. Encore la querelle porte-t-elle sur la véracité des chiffres et non sur l’opportunité de leur diffusion86. Après le succès publicitaire de Verri – la transformation de la ferme en régie –, le débat s’apaise, limité à la rivalité de Verri et de Carli. En revanche, l’entreprise statistique continue.

  • 87 Alain Desrosières, La politique des grands nombres : histoire de la raison statistique, Paris, La D (...)

34Aucun de ces bilans qui procurent une vue de plus en plus fine de l’économie milanaise n’est pourtant destiné à une diffusion parmi les acteurs économiques. Ils visent toujours à orienter l’action publique, même si progressivement le propos intellectuel – pour ou contre les douanes intérieures, pour ou contre la formation d’un espace douanier unique avec les pays de la Monarchie des Habsbourg, quelles routes, quelles directions – double et encadre la décision politique. Leur statut d’arcane, privée et politique, est-elle pourtant la seule clef d’explication de cette césure entre État et marchandise87 ?

35Vers 1760, la frontière entre savoir négociant et savoir d’État ne semble pas infranchissable. En esquissant les contours du savoir négociant à travers l’éloge de Gournay, Turgot semble anticiper sur la longue et difficile agrégation des données que suscitent les bilans du commerce de l’État de Milan : « Comparer entre elles les productions de la nature et des arts dans les différents climats ; connaître la valeur de ces productions ou, en d’autres termes, leur rapport avec les besoins et les richesses des nationaux et des étrangers ; les frais de transport variés suivant la nature des denrées et la diversité des routes, les impôts multipliés auxquelles elles sont assujetties, etc. ; en un mot, embrasser dans toute son étendue et suivre dans ses révolutions continuelles l’état des productions naturelles, de l’industrie, de la population, des richesses, des finances, des besoins et des caprices mêmes de la mode chez toutes les nations que le commerce réunit, pour appuyer sur l’étude approfondie de tous ces détails des spéculations lucratives, c’est étudier le commerce en négociant, ce n’est encore qu’une partie de la science du commerce ». Ce n’est pas tant le contenu que l’utilisation de ce savoir qui permet de tracer une nette délimitation :

  • 88 Turgot, « Éloge de Gournay », Œuvres, Gustave Schelle (éd.), Paris, Alcan, 1910, I, p. 596-597.

« Découvrir les causes et les efforts cachés de cette multitude de révolutions et de leurs variations continuelles ; remonter aux ressorts simples dont l’action, toujours combinée et quelquefois déguisée par les circonstances locales, dirige toutes les opérations du commerce […] saisir ces rapports compliqués par lesquels le commerce s’enchaîne avec toutes les branches de l’économie politique ; apercevoir la dépendance réciproque du commerce et de l’agriculture, l’influence de l’un sur l’autre sur les richesses, sur la population et sur la force des États et le poids qu’il met dans la balance politique ; enfin démêler, dans les hasards des événements et dans les principes d’administration adoptés par les différentes nations de l’Europe les véritables causes de leurs progrès ou de leur décadence dans le commerce, c’est l’envisager en philosophe et en homme d’État »88.

  • 89 Mémoire sur le commerce de la France et de ses colonies, s.l., 1789, avant-propos.

36Une économie de la connaissance s’esquisse, qui fait glisser l’information du comptoir négociant à la table de l’administrateur. En 1789, l’intendant Tolosan souligne encore la difficulté de cette entreprise. Les savoirs du négociant et de l’administrateur se combinent inégalement : « Nous croyons en publiant ce mémoire devoir annoncer qu’il n’est pas entièrement notre ouvrage ; nous avons été aidés dans nos recherches et dans nos calculs par un ancien négociant qui a voyagé avec fruit dans la plus grande partie de l’Europe et qui joint à une grande justesse d’esprit des connaissances en tous genres, surtout dans les matières de commerce. Nous avons combiné nos idées avec les siennes pour évaluer les produits tant de notre agriculture, de nos richesses industrielles et pour en former le résultat général »89. La hiérarchie entre savoir négociant et savoir politique ne disparaît pas, mais les « idées générales » sont désormais le produit de la collaboration des « personnes instruites ». Ambroise Arnould, chef du bureau de la balance du commerce, proclame en 1791 le nouveau régime de la statistique : le gouvernement n’hésite plus à publier les documents conservés jusqu’ici dans les bureaux, la nation ne tient plus les négociants dans le mépris et n’est plus la proie de l’avidité de quelques-uns. Changement de paradigme, révolution politique et sociale vont ici de pair.

37Verri, administrateur patricien de l’État de Milan dans les années 1760-1780 se situe dans l’entre-deux.

  • 90 G. Carli, Breve Raggionamento op. cit., p. 149.
  • 91 « L’interesse de’quali (negozianti) non è sempre quello della Nazione », P. Verri, Considerazioni (...)
  • 92 « Abili ed onorati soggetti versati delle scienze economiche, e dotati di zelo e di fermezza », P.  (...)
  • 93 Sur le persiflage adressé à la nouvelle « République de Platon » imaginée par Carli, cf. C. Capra, (...)

38Pour Verri, la culture du « mistère » puise de fortes racines dans l’État de Milan. Il désigne par là les fermiers qui contrôlent une large part des activités économiques à travers les Monti, et sont accusés de laisser les habitants de l’État de Milan dans l’ignorance de leurs intérêts, par exemple dans l’ignorance du repli du commerce de la soie grège et dans l’illusion d’un supposé solde positif du commerce des grains. Gian Rinaldo Carli, président du Conseil supérieur de l’économie, perçoit également le bilan comme un moyen de redonner voix à d’autres intérêts, à d’autres manufactures que la laine et de soustraire le commerce au contrôle des 96 corporations90. Cette configuration locale, en s’insérant dans un contexte impérial, rencontre la nécessité pour le pouvoir central d’asseoir son contrôle en rompant avec le « spagnolisme » qui divisait pour régner et opposait les magistratures entre elles. Pour que les statistiques deviennent la chose de tous, encore faut-il que l’État représente la société tout entière91. Or, l’État de Milan n’est pas la chose de tous, partagé entre le souverain Habsbourg et les patriciens de la Congregazione dello Stato, et traversé de multiples intérêts privés, à commencer par la ferme, dont le réseau s’étend à l’ensemble de la Monarchie des Habsbourg. Pietro Verri envisage bien la formation d’une Chambre de commerce avec « la facoltà direttrice per tutti i commercianti », afin de régler les tarifs douaniers et les changes, d’élaborer les lois du commerce et d’en faire respecter la lettre, c’est-à-dire de surveiller l’emploi des matières premières, de protéger les droits des négociants, d’arbitrer entre les corporations. Cette chambre de commerce devrait cependant être composée de ministres zélés « habiles et honorables, versés dans la science économique, zélés et dotés de fermeté d’esprit »92, proposition qui annonce davantage la formation d’un organisme de contrôle supplémentaire que les prémices d’un nouveau partage des pouvoirs93.

  • 94 P. Verri, Considerazioni… op. cit., p. 62.
  • 95 P. Verri, Ricapitulazione Generale… op. cit.
  • 96 Commercio P.A. 4 P.G. 1771-1775, 1 Varie, 18 janvier 1772 au plénipotentiaire.
  • 97 P. Verri, Meditazioni… op. cit., p. 155-156.
  • 98 François Véron Duverger de Forbonnais, Recherches et considérations sur les finances de la France, (...)
  • 99 P. Verri, Memorie sincere. 402, 1, f. 45-46.

39Ce contexte local rejoint également une vue largement partagée par les économistes, selon laquelle l’intérêt des négociants ne coïncide pas avec l’intérêt de la nation. Pietro Verri y revient à plusieurs reprises94. Dans le deuxième Bilancio, la marchandise est accusée de dissimuler les prix et les poids. Les connaissances présentées dans le Bilan de 1769 ont été acquises en dépit du « secret jaloux » (gelozia) que les négociants gardent autour du montant des taxes qu’ils acquittent réellement : seul le témoignage croisé de plusieurs négociants a pu faire foi95. Pour commenter l’augmentation de l’argent et du commerce dans le duché de Milan en 1772, le président du Conseil suprême de l’économie, Gian Rinaldo Carli, ne peut s’appuyer que sur la « recette de quelques marchands »96. C’est encore le législateur qui doit réprimer la fausseté du commerce, faire respecter la bonne foi afin de protéger le corps des négociants97. Le préjugé social n’est certainement pas absent de ces jugements. Mais un Véron de Forbonnais, issu de la marchandise, exprime la même méfiance : « Il fut établi en 1607 un Conseil de Commerce composé de différents Officiers du Parlement et de la Cour des Aides : mais cet établissement fut bientôt abandonné : et l’État n’en retira point de fruit, parce que pour conduire le commerce il faut en même tems sçavoir comment il se fait et se munir des principes contre les pièges de l’intérêt particulier de ceux qui le font. C’est un aveu fâcheux qu’arrache une expérience journalière ; les négociants voient trop peu l’intérêt de la société. Le législateur, au contraire, ne doit calculer que le gain national ; et pour s’élever à cette combinaison il ne peut se dispenser de descendre au détail, non pas des profits particuliers, mais des opérations diverses du commerçant »98. Des enjeux de savoir et de méthode contribuent à reconfigurer le préjugé social, mais il en va d’abord de l’accès aux connaissances économiques, qui distingue les administrateurs des docteurs en droit romain et de la marchandise99.

40Le changement de paradigme économique survient dans l’État de Milan grâce à la conjonction d’un contexte politique et d’une continuité statistique. Les glissements successifs dont on a tenté d’écrire l’histoire doivent nous mettre en garde envers l’application de schémas trop simples. Mais une constatation s’impose : la frontière encore floue entre État et acteurs du commerce met un obstacle à un partage de l’information économique.

  • 100 Angelo Moioli, « I ceti mercantili e manifatturieri e la loro partecipazione all’attività di govern (...)
  • 101 « Tutte le notizie intorno allo stato attuale del Commercio, delle Fabriche e Manifatture del Regno (...)
  • 102 Il Colbertismo. Dissertazione coronata dalla reale società economica fiorentina li 13 Giugno 1792 d (...)

41Il faut attendre la constitution de la République d’Italie à Lyon en 1802 pour voir apparaître un nouveau pouvoir dans le corps électoral composé à parts égales de propriétaires fonciers, de manufacturiers et de négociants et de capacités (literati) avec, en relais, les chambres de commerce primaires qui remplacent les anciennes corporations100. Le mot d’ordre est alors d’activer le circuit de communication entre les représentants locaux et les intérêts négociants et d’aligner les institutions italiennes sur celles de l’Empire français. L’activité des négociants appelés à siéger dans le corps électoral reproduit alors la réalité des poids économiques. En 1811, une Chambre du commerce est chargée de réunir « toutes les informations relativement à notre commerce, aux fabriques et aux manufactures de notre royaume, aux difficultés qui en limitent le développement et le progrès et aux moyens de le faire prospérer », ainsi que de « présenter ses vues sur les primes et les encouragements qu’il convient de donner aux inventeurs et aux introducteurs de machines, sur les règlements de police qu’il faudrait introduire et plus généralement sur tout ce qui intéresse le Commerce, les Fabriques et les Manufactures du Royaume »101. Un conseil permanent des cinq branches du commerce se réunit en 1812, jouant un vrai rôle d’intermédiaire entre l’État et les négociants. Un nouvel élan statistique est donné par son secrétaire, Francesco Mengotti, toscan d’origine et auteur d’une dissertation primée par l’académie de science économique de Florence qui fait le procès du « colbertisme »102.

42Une nouvelle configuration politique se dessine ; le dossier de la constellation instable des relations de l’information économique avec la science économique et avec la statistique des comptes généraux est alors à reprendre.

Notes

1 Voltaire au marquis de Beccaria, juin-juillet 1762, Correspondance, éd. Théodore Besterman, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, 1980, VI, p. 946-947.

2 Sur la vie et la carrière de Pietro Verri, Carlo Capra, I progressi della ragione : Vita di Pietro Verri, Bologne, Il Mulino, 2002.

3 Peter D. Groenewegen, Eighteenth Century Economics. Turgot, Beccaria and Smith and their Contemporaries, Londres, Routledge, 2002, p. 270.

4 Pour une approche politique de la statistique, Silvana Patriarca, Numbers and Nationhood: Writing Statistics in Nineteenth Century Italy, Cambridge, Cambridge University Press, 1996.

5 Cf. Joseph Schumpeter, Histoire de l’analyse économique, Paris, Gallimard, 1983, I : L’âge des fondateurs, p. 477 ; Carlo Antonio Vianello (éd.), Discorsi inediti di Baldassarre Scorza sui bilanci commerciali dello stati di Milano del 1769 e del 1778 e sui Porti di Trieste e Nizza, Milan, Fontes Ambrosiani, 1938, introduction.

6 Pour un résumé de cet enchaînement fatal, Antonio Genovesi, Delle Lezioni di commercio osia d’economica civile da leggersi nella cattedra interiana, Naples, I fratelli Simone, 1765-1767, II, 12, § 17 et 27, § 9, mais aussi Véron de Forbonnais, Éléments du commerce, Leyde, Briasson, 1754, II, chapitre XII, p. 310 et sq.

7 Philipp Wilhelm von Hörnigk, Oesterreich über Alles, wann es nur will ; das ist… Fürschlag… mittelst einer Landes-Oeconomie die Kayserl. Königl. Erb-Lande… über alle andere Staaten von Europa zu erheben… zu welchem noch ein Anhang, von unpartheyischen Gedanken über die Oesterreichische Landes-Oeconomie… beygefügt worden, s.l., 1684, 4e éd. Francfort-sur-le-Main/Leipzig, 1753.

8 Esprit des loix, livre XX, chap 21, cit. dans Considerazioni sul commercio dello stato di Milano del conte Pietro Verri ciambellano attuale delle Maestà I.R.A. 1763, Carlo Antonio Vianello éd., Milan, Université L. Bocconi, 1939, I : Del l’indole e del bilancio del commercio nostro, p. 25.

9 1 million d’habitants sur 7 000 km2.

10 Bruno Caizzi, Industria, commercio e banca in Lombardia nel XVIII secolo, Milan, Banca commerciale Italiana, 1968, p. 11-13. Angelo Moioli, Alberto Cova, Aldo Carera, Luigi Trezzi, Storia dell’industria lombarda, I Dal Settecento all’unità politica. Un sistema manifatturiero aperto al mercato, Sergio Zaninelli dir., Milan, Edizioni il Polifilo, contribution d’A. Moioli, p. 3-102.

11 Carlo Capra, La Lombardia austriaca nell’età delle riforme: (1706-1796), Turin, UTET, 1987. Carlo Capra, « the Eighteenth Century. The Finances of the Austrian Monarchy and the Italian States », in Richard Bonney (dir.), Economic Systems and State Finance, Oxford, Clarendon Press, 1995, p. 295-314, p. 314, estime que la contribution du duché de Milan aux finances de la Monarchie est au niveau des autres Pays et souligne la part du profit dans le complexe habsbourgeois pour l’État de Milan à travers l’investissement dans les manufactures et dans le système scolaire.

12 Salvator Pugliese, Condizioni Economiche e Finanziarie della Lombardia nella prima metà del secolo XVIII, Turin, Fratelli Bocca, 1924.

13 Marco Bianchi, « Le entrate e le spese dell’amministrazione centrale e delle province dello Stato di Milano nella seconda metà del Settecento », Archivio Storico Lombardo, Ser. 10, 1980, 5, p. 174-196.

14 Le Sénat est un conseil de 15 sénateurs nommés à vie qui joue un rôle similaire à celui des Parlements en France : S. Pugliese, Condizioni Economiche… op. cit., p. 113.

15 Cf. les remarques de Franco Angiolini, « Nobles et marchands dans l’Italie moderne », in Franco Angiolini et Daniel Roche (dir.), Cultures et formations négociantes dans l’Europe moderne, Paris, Éditions de l’EHESS, 1995, p. 97-110.

16 Luigi Trezzi, Ristabilire e restaurare il Mercimonio. Pubblici Poteri e attività manifatturiere a Milano negli anni di Carlo VI, Milan, Franco Angeli, 1986, p. 23 et sq., analyse du « Sommario delle riposte fatte dalle Università, dicembre 1712 ».

17 S. Pugliese, Condizione economiche op. cit., p. 95. Commercio P. A 230 Serifici, ASM comporte plusieurs demandes de prohibition des soies étrangères, sans qu’il y soit donné de suite.

18 Nombreux dossiers dans Archivio di Stato, Milano (ASM), Commercio, Parte antica, plus particulièrement 2 Parte Generale 1720-39 Consulta della Giunta di Mercimonio per la rinnovazione delle gride in materia del Serificio e del Lanificio, 1720 (avec échantillons de produits) et 3 P. G. 1740-6.

19 L. Trezzi, Ristabilire e restaurare… op. cit., p. 184.

20 David K. Smith, « Structuring politics in early eighteenth-century France : the political innovations of the French Council of Commerce », Journal of Modern History, 74-3, septembre 2002, p. 490-557. Les archives des chambres de commerce provinciales (30 cartons conservés à l’ASM) se concentrent cependant largement sur les aspects institutionnel et organisationnel.

21 Pour une première orientation, Renato Zangheri, « I catasti », Storia d’Italia Einaudi, vol. 5, I caratteri originari, Turin, Einaudi, 1973, p. 761-805.

22 Les bilans caméraux qui récapitulent les recettes fiscales et proposent un double bilan des dépenses effectives (consumazione) et prévues (prevenzione) sont conservés par le Hofkammerarchiv, Vienne, fasz. 15-30. Analyse par M. Bianchi, « Le entrate et le spese… », op. cit. Plus généralement : Philippe Minard, « Volonté de savoir et emprise d’Etat. Aux origines de la statistique industrielle dans la France d’Ancien Régime », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 193, 2000, p. 63-72.

23 Ce qui justifie à nouveau la formation d’une nouvelle jointe « per il ristabilimento del Mercimonio » en 1751, composée de quatre sénateurs dont Gabriele Verri, père de Pietro, d’un questeur et de l’avocat fiscal, cf. « 1751 al 1755 Erezione di una Giunta per il ristabilimento del Mercimonio e semplice trattazioni », Commercio, P.A. 3, ASM. Son activité se borne à une enquête sur les secteurs de la laine et la soie et à la collection de projets peu précis comme la formation d’une société terrestre pour le développement de l’agriculture de montagne !

24 Une série continue de manuscrits de la Bibliothèque nationale de Vienne (ÖNB) renferme ces travaux rassemblés par les plénipotentiaires Firmian et Wilczek et ensuite transmis à l’empereur François (II) I.

25 Philippe Moureaux, Les préoccupations statistiques du gouvernement des Pays Bas autrichiens et le dénombrement des industries dressé en 1764, Bruxelles, éditions de l’université de Bruxelles, 1971.

26 Cf. Carlo Antonio Vianello (éd.), Economisti minori del Settecento lombardo, Milan, 1942 et Carlo Capra, « Un precursore delle riforme: Francesco Maria Carpani (1705-1777) », in L’Europa tra illuminismo e Restaurazione. Scritti in onore di Furio Diaz, Rome, Paolo Alatri, 1993, p. 115-155.

27 Édition par Andrea Leonardi, Un « economista » italiano al servizio dell’imperatrice Maria Teresa. L’opera di Antonio Pellegrini : Osservazioni sopra lo stato attuale del commercio della Monarchia austriaca (1759-1761), Trente, Studia di studi Trentini di scienze storiche, 1995. Le Censo jugeait les litiges issus du censimento.

28 Résumé des débats dans « Stato in cui lasciassimo sul finire del 1733 il Censimento, o sia estimo generale dello Stato di Milano colli vantaggi che dal medesimo risulteranno », 1750, Lombardia Collectanea, 38, Haus-Hof-und Staatsarchiv (HHSTA), Vienne et discussion sur l’assiette des deux impôts par Giovanni Battista Cadorna Bianchini, Riflessione… sopra il Piano del censimento pubblicato nello Stato di Milano nell’anno 1759, coll’aggiunta infine d’un Sistema per estinguere i debiti delle Città, Provincie e Comunità dello, Milan, vers 1759, Cod. Ser. n. 12299, ÖNB.

29 Cf. entre autres « Varie quote assegnate al Mercimonio dello Stato di Milano », 1730, ASM, Censo, p.a., 426 et « Sommario delle riposte fatte dalle Università nel particolare del ristabilimento del mercimonio », 1749, ASM, Fondo commercio, p.a., 273.

30 Évoqué par Pietro Verri dans la préface du 2e bilan, Luigi Einaudi éd., Pietro Verri, I due primi Bilanci del commercio estero dello Stato di Milano, Turin, La Riforma sociale, 1932, p. 73. Aucune trace dans Commercio, P.A., 3 P.G. 1740-1769, ASM.

31 Éric Brian met en relation le déchiffrement de la Monarchie et sa perte de légitimité, cf. La mesure de l’Etat : administrateurs et géomètres au XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1994, p. 156.

32 En dehors des exemplaires imprimés commandés par Pietro Verri, première publication par Pietro Custodi, Scrittori classici italiani di economia politica, Milan, 1804, Parte Moderna, XVII. Bilans également reproduits dans Opere filosofiche e d’economia politica del conte Pietro Verrri, IV, éd. Silvestri, 1818 et dans Classici italiani, Milan, 1835, II. Édition contemporaine par Luigi Einaudi éd., Pietro Verri, I due primi Bilanci del commercio estero dello Stato di Milano, Turin, La Riforma sociale, 1932. Étude critique des différents manuscrits par Daniela Parisi, « Gli studi economici del giovane Pietro Verri: i bilanci del commercio », Pietro Verri e il suo tempo, Carlo Capra dir., Bologne, Cisalpino-Monduzzi, 1999, p. 790-811. Synthèse sur les différents manuscrits conservés à la Fondation Mattioli : Giorgio Panizza et Barbara Costa, L’archivio Verri, II La « Raccolta Verriana », Fondazione Raffaele Mattioli per la storia del pensiero economico, Milan, 2000, « Scritti economici: i due bilanci del commercio dello Stato di Milano (1764-1765) », p. 89-96.

33 « Le idee della Economia pubblica erano perfettamente sconosciute da noi. Il Marchese Carpani fu il primo che nel 1754 lasciò correre un Manoscritto intitolato Relazione dello stato… sosteneva senza prove che il nostro commercio attivo ascende a quarantanove milioni, e il passivo a quaranta milioni. Io analizzava i prodotti interni, seta, grani, lino, cacio, manifatture, analizzava capo per capo le merci estere, indicando d’onde ne ricievamo principalmente ogni classe, e appoggiando ai daziati fatti nel 1752, ne calcolava il valore », « A chi leggerà », Bilancio Generale del commercio dello Stato di Milano cavato dai Libri della Mercanzia del 1762 cogli Allegati riuniti in questo Volume, dai quali puo riconoscersi la totale quantità entrata, uscita, e rimasta di ogni merce col prezzo corrente di essa 1764-68, Carte Verri, 383.

34 « Buon Cittadino con costanza, con fortuna, con fatica e con mezzi privati », « Lettera riservata », Carteggio di Pietro e di Alessandro Verri dal 1766 al 1797, Emanuele Greppi et Alessandro Giulini éd., Milan, L.F. Cogliati, 1923, IV, p. 315.

35 Grand chancelier de la Cour et responsable à ce titre du Département d’Italie depuis la suppression du Conseil d’Italie en 1757. Cf. P. Verri, Considerazioni… op. cit.

36 Pietro Verri, Memorie Sincerie, Enrica Agnesi (éd.), Modène, Mucchi, 2001, p. 111. Cf. page 210 le bilan de 1752. Bilancio Generale del commercio dello Stato di Milano, Carte Verri 383 et Lombardia Collectanea, 38, HHSTA : la caisse militaire est notée Y et les actifs au Piémont X.

37 « La somiglianza fra uno Stato, ed una privata Famiglia perfettamente sussiste in tal proposito, sendo che sì nella piccola, che nella grande economia, un conto d’entrata, e d’uscita annuo è la base principale di ogni riforma », Ibid.

38 Entrées = 131 975 45 + x (actifs au Piémont) ; Sorties = 22 948 614.13.2 + y (caisse militaire). Dovrebbe x = 9 751 069.1.32 (22 948 614.13.2 – 13 197 545) + y. Pour une comparaison avec la comptabilité privée, cf. Stefano Levati, Da ‘tencin’a banchieri : i Taccioli, l’ascesa economica e sociale di una famiglia di negozianti tra Ghiffra e Milano, Intra, Banca popolare di Intra, 1992.

39 « Presqu’aucune des branches d’administration n’est gouvernée avec l’intelligence qui serait nécessaire », Votum du chancelier Kaunitz, 1760, Österreichische Zentralverwaltungsgeschichte, II. Abteilung, III, Friedrich Walter (éd.), Vienne, 1934, p. 3.

40 Il faut donc relativiser l’absence de demande des Etats pour des comptes généraux qui se fonde sur le seul cas franco-anglais, cf. André Vanoli, Une histoire de la comptabilité nationale, Paris, La Découverte, 2002, p. 20.

41 « A chi leggerà », op. cit.

42 Pietro Verri, Ricapitulazione Generale de’Generi Entrati, e Usciti nello Stato di Milano l’Anno 1762…, Mailand, 1765 et Transunto Totale de’Generi entrati, e usciti nello Stato di Milano l’anno 1762…, Mailand, 1765, Carte Verri, 383 et Cod. Ser., n. 12297 et 12298, ÖNB.

43 La préface du rapport Transunto totale… se fait l’écho de la difficulté des classements et de la nécessité, pour plus d’exactitude, d’éviter les doubles emplois. Trois niveaux de classement sont proposés : alphabétique des registres, thématique selon la Ricapitulatione et analytique selon le Bilancio.

44 Préface, Ricapitulazione Generale… op. cit., ÖNB.

45 « Spese fatte per la costruzione del bilancio del commercio dell’anno 1762 sotto la direzione de’Regj Consiglieri Conte Pietro Verri e Marchese Angelo Meraviglia Mantegazza » qui énumère les « scrittori e Aritmetici impiegati nello stralcio de’libri della Mercanzia », Archivio Verri, 382.7, Fondation Mattioli. Cf. Bilan de 1762, illustration.

46 Cadastre parcellaire, le censimento fournit des données sur la surface agricole et le produit des parcelles.

47 Le passif n’est plus que 1 593 459.9.2, mais l’x des remises à l’étranger a disparu.

48 Finanza P.A., 6, ASM. Pour l’histoire des réformes financières, cf. Carlo Capra, Lombardia austriaca…, op. cit.

49 Bilancio 1762…, op. cit., L. Einaudi éd., p. 70-71, p. 76.

50 Cesare Beccaria, Elementi di economia pubblica, Francesco Ferrara éd., Turin, Eugini Pompa, 1850-1869, Biblioteca dell’ economista, I, III, livre III, chap. 4, § 23, § 24.

51 Adam Smith, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, trad. G. Garnier, (1843), Osnabrück, O. Zeller, 1966, Livre IV, 3 : « Des entraves extraordinaires apportées à l’importation de presque toutes les espèces de marchandises des pays avec lesquels on suppose la balance du commerce défavorable », p. 93. Jean-Marie Roland de la Platière, Lettres écrites de Suisse, d’Italie, de Sicile et de Malthe, par M***… à Mlle** à Paris, en 1776, 1777 et 1778…, Amsterdam, 1780.

52 J. Schumpeter, Analyse économique op. cit., chapitre « Les experts de l’administration et les pamphlétaires », p. 254 et sq. Aucune mention de Verri dans Paul Studenski, The Income of Nations. Theory, Measurement and analysis: past and present. A study in applied Economics and Statistics, New York, NY Press, 1958.

53 Verri serait ainsi supérieur à Smith sur ce point, cf. J. Schumpeter, Analyse… op. cit., I, p. 254.

54 Ambroise Arnould, De la balance du commerce et des relations commerciales extérieures de la France dans toutes les parties du globe, Paris, Buisson, 1791.

55 Melon, Essai politique (1734), Collection des principaux économistes, Économistes financiers du 18e siècle, 4, (Osnabrück, 1843), O. Zeller, 1966, XXIII ; Éléments du commerce, Leyde, 1754, II, XII, p. 310-314 ; Baron de Bielfeld, Institutions politiques, ouvrage où l’on traite de la Société civile, des Loix, de la Police, des Finances, du Commerce, des forces d’un Etat, et en général de tout ce qui a rapport au Gouvernement, Paris, 1761, tome II, IV, § 15, p. 313.

56 David Hume, Essai sur la balance du commerce, Collection des principaux économistes, Mélanges d’économie politique 14, (1847), O. Zeller, 1966, p. 86.

57 « Dialogo sulle monete », stampato in Lucca nel 1762, Carte Verri, 373, f. 50. Cf. également « Memorie sincere », Carte Verri, 402.1, f. 45-46.

58 « Elementi del Commercio », Il Caffè, I, 3, p. 29-38, p. 877-878 et p. 1022-1023.

59 Christine Lebeau, Aristocrates et grands commis à la cour de Vienne (1748-1791). Le modèle français, Paris, CNRS éditions, 1996. Sergio Zaninelli, « Un progetto d’un nuovo sistema di Taglia da pratticarsi nello Stato di Milano del 1709 », Archivio storico Lombardo, série 8°, X, 1960, p. 535-586.

60 Bilancio 1762 op. cit., éd. Einaudi, p. 71.

61 C. Capra, I progressi… op. cit, p. 75-78.

62 Carlo Capra après Franco Venturi fait de Lloyd (Le vite incrociate di Henry Lloyd e Pietro Verri, Torino, Editrice Tirrenia Stampatori, 1977) le primum movens de la vocation de Verri pour l’économie politique, mais c’est sous-estimer la pression de la cour de Vienne et l’analyse raisonnée des moyens d’y parvenir que les Verri tracent à travers le compte rendu de leurs séjours viennois (cf. Carte Verri, 338 Viaggio a Vienna del 1753 et Memorie sincerie, op. cit.).

63 Bilancio Generale Del Commercio dello Stato Tratto dai Registri dell’Anno 1769 (1773), Carte Verri, 434.1, préface.

64 Bilancio 1762 op. cit., éd. Einaudi, p. 69.

65 Luigi Einaudi, Pietro Verri, I due primi Bilanci op. cit., introduction, p. 20.

66 Cf. Pompeo Neri, Osservazione sopra il prezzo legale delle monete, 1751, Scrittori classici Italiani di economia politica. Parte antica, tome VI-VII, 2e éd. 1804 ; (Cesare Beccaria), Riflessioni in punto di ragione sopra il libro intitolato Del disordine e de’rimedj delle monete nello stato in Milano, Milan, Galeazzi, 1762, Sul disordine delle monete a Milano nel Settecento, Milano, Electa, 1986 ; Pietro Verri, Il gran zoroastro, ossia astrologiche osservazioni su i veri principj della scienza monetaria…, Lugano, 1762 et Estratto del saggio sulla teoria delle monete del Generale Lloyd, stampato in Londra nel 1771, del matematico Paolo Frisi, Opere di economia politica del conte Pietro Verri, Milan, G. G. Destefanis, 1804 ; Gian Rinaldo Carli, Delle Monete et dell’instituzione delle zecche d’Italia dell’ antico e presente sistema di esse…, a L’Aja (-Pisa), G. P. Giovannelli, 1754-1757 ; Francesco Carpani, Del disordine e de’rimedi delle monete nello Stato di Milano éd. par Carlo Antonio Vianello, « La riforma monetaria in Lombardia nella seconda metà del’700 », Annali de Economia, XIII, 2, Padoue, 1939. Importance également soulignée par Franco Venturi, Settecento riformatore. Da Muratori a Beccaria, Turin, Einaudi, 1969.

67 « Si, comme nous venons de le voir, le commerce entre les nations, n’est autre chose que le transport des marchandises : si ce transport ne se fait qu’à cause de l’avantage qu’on y trouve ; si cet avantage dépend de la seule différence du prix ; si la différence de ce prix dépend à son tour du rapport entre le nombre de vendeurs et celui des acheteurs, il suit une conséquence bien naturelle, qu’une nation trouvera d’autant plus de facilité à se débarrasser de l’excédent de ses marchandises qu’il y aura chez elle-même plus de vendeurs et moins d’acheteurs, et qu’il y aura plus d’acheteurs et moins de vendeurs chez la nation à qui elle veut remettre ses denrées », P. Verri, Réflexions sur l’économie politique, Gabriel Mingard trad., La Haye, Detune, 1779, § IV Premiers mobiles du commerce et analyse du prix, p. 36 (Meditazioni sulla economia politica, Livorno, nella stamp. dell’Enciclopedia, 1771).

68 Ibid., § V, Principes généraux de l’Economie, p. 37 ; § XVII, De la circulation, « Les réflexions que nous avons faites jusqu’à présent, nous conduisent à tirer cette conséquence : que l’augmentation de la marchandise universelle et de sa représentation, est toujours un bien pour un état, lorsque la circulation augmente dans la même proportion », p. 144.

69 Ibid., § XIX, Du bilan de commerce, p. 166-170.

70 « Il faudroit donc avoir une connoissance exacte de son exportation et de son importation pour calculer au juste l’augmentation ou la diminution de la reproduction annuelle de l’Etat. Le dépouillement des registres des douanes ne suffit donc pas pour parvenir à une connoissance certaine du vrai sur cette importante question », ibid., § XIX, Du bilan de commerce, p. 170.

71 « La balance entre la production et la consommation peut être constamment en faveur d’une nation, quoique ce qu’on appelle la balance du commerce soit en général contre elle. Il est possible qu’une nation importe pendant un demi-siècle de suite pour une plus grande valeur que celle qu’elle exporte : l’or et l’argent qu’on lui apporte pendant tout ce temps peut être en totalité immédiatement envoyé au dehors ; la quantité d’argent en circulation chez elle peut aller toujours en diminuant successivement et céder la place à différentes sortes de papier-monnaie ; les dettes même qu’elle contracte envers les autres nations avec lesquelles elle fait ses principales affaires de commerce peuvent aller toujours en grossissant et cependant, malgré tout cela, pendant la même période, sa richesse réelle, la valeur échangeable du produit annuel des terres et de son travail aller toujours en augmentant dans une proportion beaucoup plus forte », Richesse des nations…, op. cit., II, p. 94. Peter Groenewegen conclut rapidement à l’identité des deux thèses, cf. « Reflections on Pietro Verri’s political economy », Eighteenth Century Economics… op. cit., p. 270-280.

72 P. Verri, Réflexions op. cit., XL Caractère d’un ministre d’économie politique, p. 356.

73 Cf. Condorcet à P. Verri, 7 novembre 1771, 1772, Œuvres, A. Condorcet-0’Connor et F. Arago (éd.), Paris, Didot, 1847, I, p. 283-8. Cf. également Arithmétique politique. Textes rares ou inédits (1767-1789), B. Bru et P. Crépel (éd.), Paris, INED, 1994, p. 68-74.

74 P. Verri, Réflexions… op. cit., § XIX, p. 171.

75 Ibid., § XIX, p. 174.

76 Gian Rinaldo Carli, Breve Ragionamento sopra i bilanci economici delle nazioni, Carlo Antonio Vianello éd., Saggi inediti di Gian Rinaldo Carli sull’economia pubblica dello Stato di Milano, Firenze, L. S. Olschki, 1938, p. 144 (texte rédigé en 1769 et publié en appendice des Meditazioni sull’economia politica del Verri). Perspective plus large que les objectifs français : « En formant un Bureau de la balance du commerce, on s’est proposé de connaître l’étendue et la nature de notre commerce extérieur et ses effets sur la prospérité nationale », 29 décembre 1791, AN Paris, F12, 1834B, cit. par Michel Beaud, « Le bureau de la balance du commerce (1781-1791) », Revue d’histoire économique et sociale, 1964, XLII, p. 357-377, p. 357. Sur les liens que doivent entretenir science économique et comptabilité nationale, cf. Oleg Arkhipoff, Introduction à la comptabilité nationale. Qu’est-ce que l’économie nationale ?, Paris Ellipses, 1995, p. 13.

77 Giovanna Tonelli, « Baldassarre Scorza e la riforma daziaria nella Lombardia absburgica », Nuova Economia e Storia, 1997, 1, p. 25-68.

78 Elementi del commercio esteriore d’importazione e di esportazione dello stato di Milano. Raccolti dai libri della Finanza dell’anno M. DCC. LXXVIII. Parte Prima Del Bilancio di Commercio, I, Cod. Ser. n. 12.323, Elementi del commercio interiore di circolazione nello stato di Milano. Raccolti dai libri della Finanza dell’anno M. DCC. LXXVIII. Parte Prima Del Bilancio di Commercio, II, Cod. Ser. n. 12.324, Elementi del Commercio Pratico di Transito per lo Stato di Milano Raccolti dai Libri della Finanza dell’anno MDCCLXXVIII. Parte Prima del Bilancio di Commercio, III, Cod. Ser. n. 12.325, Bilancio del Commercio Politico dello Stato di Milano per l’Anno 1778, IV, Mailand, 1783, Cod. Ser. n. 12.326, Addizioni al Bilancio del Commercio Politici dello Stato di Milano par l’Anno 1778, V ed ultimo, Mailand, 1782, Cod. Ser. n. 12.327, ÖNB, Vienne.

79 Copia di lettera scritta da S.A. il Sign Principe di Kaunitz a me Ministro Plenipotenziario conte di Wilzek in date de 28 nov 1782, Commercio P.A., 4 P.G.

80 « La quantità di una data sorte di panni entrata nello stato, o che ha circolata da Provincia a Provincia, o che finalmente è passata per transito ; ma tanto non basta per le nostre speculazioni, ne’per darsi una idea dell’attività o passività dello stato in un dato vano di manifattura e la qualità principalmente che può meritare la nostra attenzione, sia rispetto alla finanza, sia rispetto al commercio », Copia di lettera scritta da S.A. il Sign Principe di Kaunitz, op. cit.

81 Cf. (Carpani), Saggio sopra il Bilancio dellà Stato di Milano, con il quale in mezzo alle grandissime difficoltà di formarne uno si fa la dimostrazione del suo attivo commercio per mezzo delle produzioni annuali e Reali delle Terre con tre Prospetti fatto da un Cittadino all’occasione che è stato stampato un Bilancio del Commercio dello Stato di Milano in data delli a Marzo 1764, Carte Verri, 382 Bilancio del commercio dello Stato di Milano e scritti relativi, 1764-1768.

82 B. Scorza, Elementi del commercio esteriore d’importazione e di esportazione op. cit., discorso preliminare.

83 Bilancio consuntivo dell’Assegno destinato da S.M. a favore dell’Industria e del Commercio per gli anni 1772, 1773, 1774, Commercio P.A., 4 P.G. 3.

84 L’imposition d’une taxe unique sur les marchandises est âprement discutée, mais sans conséquence pratique.

85 Lettre du 26 juin 1763, cit. par G. Sommi Picenardi, « Lettere inedite di Pietro Verri », Rassegna nazionale, 185, mai-août 1912, p. 301-315, p. 314.

86 Cf. Carte Verri, 382.1. Outre les mémoires de Carli et Carpani déjà cités, P. Verri, Confutazione del Bilancio del Commercio dello Stato di Milano. In data de’2 Marzo 1764, ms, f. 74r-94v. et (Filippo Muttoni), Commento al bilancio di Pietro Verri sotto forma di lettera datata Cosmopoli 19 Marzo 1764, imprimé, 109r-117r.

87 Alain Desrosières, La politique des grands nombres : histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte, 2000, p. 40.

88 Turgot, « Éloge de Gournay », Œuvres, Gustave Schelle (éd.), Paris, Alcan, 1910, I, p. 596-597.

89 Mémoire sur le commerce de la France et de ses colonies, s.l., 1789, avant-propos.

90 G. Carli, Breve Raggionamento op. cit., p. 149.

91 « L’interesse de’quali (negozianti) non è sempre quello della Nazione », P. Verri, Considerazioni op. cit., p. 68. A. Desrosières, La politique des grands nombres… op. cit., p. 47-48.

92 « Abili ed onorati soggetti versati delle scienze economiche, e dotati di zelo e di fermezza », P. Verri, Réflexions… op. cit., p. 184-188.

93 Sur le persiflage adressé à la nouvelle « République de Platon » imaginée par Carli, cf. C. Capra, I progressi… op. cit., p. 173, p. 249.

94 P. Verri, Considerazioni… op. cit., p. 62.

95 P. Verri, Ricapitulazione Generale… op. cit.

96 Commercio P.A. 4 P.G. 1771-1775, 1 Varie, 18 janvier 1772 au plénipotentiaire.

97 P. Verri, Meditazioni… op. cit., p. 155-156.

98 François Véron Duverger de Forbonnais, Recherches et considérations sur les finances de la France, Bâle, Cramer, 1758, I, p. 162.

99 P. Verri, Memorie sincere. 402, 1, f. 45-46.

100 Angelo Moioli, « I ceti mercantili e manifatturieri e la loro partecipazione all’attività di governo nell’Italia napoleonica. Il caso del consiglio generale del commercio », Studi trentini di scienze storiche, 1983, LXII, 4, 381-424, p. 383.

101 « Tutte le notizie intorno allo stato attuale del Commercio, delle Fabriche e Manifatture del Regno, alla difficoltà che ne ritardano lo sviluppo e il progresso e intorno ai mezzi di farle prosperare; proporrà le sue viste sopra i premj e gli incoraggiamenti da dare agli inventori e introduttori di macchine, stabilimenti e metodi più utili sui regolamenti per la polizia delle fabriche e in generale tutto ciò che può interessare il Commercio, le Fabbriche e le manifatture del Regno », ibid.

102 Il Colbertismo. Dissertazione coronata dalla reale società economica fiorentina li 13 Giugno 1792 di Francesco Mengotti socio delle reali academie de’Georgofili di Firenze e delle scienze, lettere, ed arti di Padova, Edizione quarta riveduta dall’autore, Verona, 1797.

Table des illustrations

Titre Bilan de 1752
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4559/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Bilan de 1762
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4559/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 831k

Auteur

Professeur d’histoire moderne à l’Université de Paris I-Panthéon- Sorbonne. Ses recherches portent sur la circulation des savoirs d’État en Europe et sur la construction politique et culturelle de la monarchie des Habsbourg au XVIIIe siècle. Elle a entre autre publié : Aristocrates et grands commis à la Cour de Vienne (1748-1791). Le modèle français, Paris, CNRS Éditions, 1996 ; « Éloge de l’homme imaginaire. Recherches sur la construction de la figure de l’administrateur au XVIIIIe siècle », in Werner (Michael) et Zimmermann (Bénédicte) (dir.), De la comparaison à l’histoire croisée, Paris, Le Seuil, 2004, p. 99-116 ; « Vom Raum der Verwaltung zum Raum des Gelehrten : Il Governo della Toscana sotto il Regno di Sua Maestà il Re Leopolo II (1790) », Behrisch (Lars) (dir.), Vermessen, Zählen, Berechnen. Die politische Ordnung des Raums im 18. Jahrhundert, Frankfurt/Main, Campus Verlag, 2006, p. 131-149 ; « Regional Exchanges and Patterns of Taxation in Eighteenth Century Europe : the case of the Italian Cadastres », in Global Debates about taxation, Nehring (Holger) et Schui (Florian) (dir.), Basingstoke, Palgrave/Macmillan, 2007, p. 21-35 ; « Échanger des modèles dans la République des administrateurs (XVIIIe siècle) : des cadastres italiens au cadastre joséphiste », in De l’estime au cadastre en Europe. Époque moderne, Touzery (Mireille) (dir.), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2007, p. 247-263.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540