Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’information économique, XVIe-XIXe siècle

 | 
Dominique Margairaz
, 
Philippe Minard

État et information économique

Introduction : de Colbert à la Statistique Générale de la France

Dominique Margairaz

Texte intégral

« Les écrits de ce genre, en mettant sous les yeux de tous les faits les plus simples et les plus communs éclairent chaque individu sur ses propres intérêts ; ils fortifient le patriotisme ; ils inspirent un noble orgueil en exposant toutes les richesses de la France, ses moyens, ses ressources. »
Chaptal, Aux Propriétaires des Annales de Statistique, 21 ventôse an X.

  • 1 Recueil des lettres circulaires, instructions, programmes, discours et autres actes publics émanés (...)
  • 2 D. Margairaz, François de Neufchâteau. Biographie intellectuelle, Paris, Publications de la Sorbonn (...)
  • 3 Recueil des lettres circulaires…, op. cit., vol. 2, an VIII, Plan des commissions qui vont être éta (...)
  • 4 Recueil des lettres circulaires…, op. cit., vol. II, an VIII, Description abrégée des départements, (...)

1Deux initiatives du ministre de l’Intérieur, par deux fois appelé à cette fonction sous le Directoire, sont propres à ancrer la problématique de cette deuxième journée d’études consacrée à l’information dans un paysage économique et socio-politique en cours de recomposition, et à en assurer la pertinence dans son contexte historique propre. Il s’agit de deux circulaires, rédigées à un peu plus d’un an d’intervalle, adressées aux administrations centrales des départements mais dont la cible du discours, à travers elle, est le monde des entrepreneurs, commerçants et manufacturiers, avec lesquels le gouvernement s’efforce d’instaurer un nouveau mode de relations, respectueux des principes de la liberté d’industrie, mais dans le refus d’une ignorance mutuelle des intérêts respectifs de chacune des deux sphères. En fructidor an VI, il s’agit, par l’intermédiaire des administrateurs départementaux, d’informer le monde du commerce lato sensu des perspectives ouvertes par la prohibition des marchandises anglaises prononcée par une cédule du roi d’Espagne du 8 germinal an VI. L’inventaire précis des exportations britanniques vers la péninsule et le tableau des répercussions, sur les exportations françaises, d’une politique commerciale agressive et habile, la revue des filières et des produits développés ou au contraire en déficit sur le sol français, sont destinés à alimenter la réflexion et les spéculations des entrepreneurs, à « éveiller leur attention » par l’exposé des débouchés qui s’offrent désormais à eux : « Rappelez donc aux manufacturiers et aux négociants de votre arrondissement qu’une nouvelle carrière est ouverte à leur émulation… que le désir de sa Majesté étant que le commerce français trouvât dans ses États une protection conforme à la bonne amitié et à l’intelligence qui unissent les deux nations, il venait de donner des ordres pour que sur simple vérification de la nature et de l’origine des marchandises, on ne mît aucun retard ni le moindre empêchement à leur introduction dans ce royaume. »1 L’approche est cohérente avec les efforts déployés par le ministre en direction des agents diplomatiques, dont il eût souhaité un concours plus actif en matière d’information économique2. En frimaire an VII, il est question cette fois d’organiser, dans le cadre de la Division de la navigation intérieure, le travail de douze commissions chargées d’examiner « les communications d’intérêt majeur » dont la réalisation doit permettre, dans un avenir pacifié, d’achever un véritable « système général de navigation » à l’échelle de la République. Composées d’ingénieurs en chef et ordinaires des Ponts et Chaussées, de savants, de cultivateurs et de négociants, celles-ci se voient assigner une mission d’expertise et de préparation des dossiers techniques (plans, profils, nivellements…) et financiers (estimations, devis…) : « L’éloignement des capitalistes pour ce genre d’entreprises était principalement fondé sur l’incertitude de la possibilité de leur exécution, commente le ministre. Les capitalistes ne veulent pas prendre d’engagement avant de savoir si l’entreprise proposée est possible… Il ne leur a manqué que cette encourageante facilité, pour tourner leurs vues et diriger l’emploi de leurs fonds vers ces entreprises faites pour illustrer ceux qu’elles enrichissent, en associant leurs intérêts particuliers à l’intérêt national. »3 En opérant le tri parmi la multitude des projets plus ou moins hasardeux portés à la connaissance des bureaux ministériels, en produisant une certification légale sur l’utilité de ceux-ci, assortie d’une véritable garantie sur leur faisabilité et leur rentabilité future, l’État prend ainsi à sa charge un investissement cognitif propre à réduire l’incertitude et à attirer des capitaux vers l’aménagement d’infrastructures qu’il est lui-même hors d’état de promouvoir. Le savoir partagé apparaît au fondement d’une nouvelle alliance entre l’État d’un côté, le capital et l’entreprise de l’autre ; il agit comme l’opérateur de la composition des intérêts privés et de l’intérêt général. L’approche est cette fois-ci en concordance avec la finalité assignée à la publication des « descriptions abrégées des départements », l’une parmi les entreprises descriptives alors dans leur « âge d’or » : porter à la connaissance des citoyens les données essentielles relatives à « la population, le sol et l’industrie de chaque subdivision de la France… C’est là, affirme le ministre, que les Français pourront prendre une juste idée des immenses ressources de la République… C’est alors que l’industrie, dont la liberté est l’élément, prendra son essor… »4

  • 5 F.-Y. Damon et J.-P. Hirsch, « Les milieux textiles français et le marché chinois au milieu du XIXe(...)
  • 6 M.-N. Bourguet, Déchiffrer la France, Paris, Éditions des archives contemporaines, 1989.
  • 7 W. Kula, « Histoire, Démocratie et Statistique », Mélanges en l’honneur de Fernand Braudel, 2 ; Mét (...)

2Utopie que tout cela ou vision anticipatrice ? Un demi-siècle plus tard, les déconvenues de Charles de Montigny, résident français à Shangaï, interrogent pour le moins l’efficacité de la collaboration entre l’État et les entrepreneurs, et la confiance accordée par ceux-ci au flux d’information qui aurait dû préluder à leur mobilisation industrielle et commerciale, et le cas qu’ils en font5. Peut-être ne nourrissaient-ils pas plus d’illusion que Chaptal, pourtant à l’origine de la grande enquête statistique de l’an IX, dont il désirait qu’elle fût publiée et largement diffusée6, sur la valeur des informations recueillies par les commis de l’État raillés au même moment par Jean-Baptise Say : à l’en croire, les bases sur lesquelles fut établi plusieurs fois l’état des fabriques, de l’agriculture et du commerce se révélaient aussi hasardées que celles qui auraient pu servir à déterminer le nombre de mouches qui peuplent l’Europe au mois d’août !7 Les deux initiatives ministérielles ont pour nous la vertu de rapprocher État, acteurs et information économique, au cœur d’une séquence où coïncident l’émergence de la statistique, l’autonomisation du champ de l’économie dans l’espace savant comme dans les politiques et l’action publique, et l’apparition d’un véritable public d’experts ou de professionnels impliqués dans la circulation élargie et accélérée de l’information économique. Elles désignent l’information économique comme un nœud des relations entre l’État et les acteurs, et suggèrent que le régime de collecte et d’usage de celle-ci est étroitement lié à la nature de l’État et des relations qu’il tisse avec la société tout entière. Elles délimitent enfin de façon extensive le champ qu’on souhaitait embrasser en réunissant des compétences et des regards pluriels autour d’une thématique associant statistique et information économique.

  • 8 J.-C. Perrot, « Les comptabilités économiques de Lavoisier », Il y a 200 ans, Lavoisier, Tec et Doc (...)

3Statistique et information économique, en effet, de même que les problématiques savantes afférentes aux deux thématiques, ne se superposent pas exactement, et, comme le soulignait Denis Woronoff lors de la discussion, la statistique n’est pas le tout de l’information économique. La statistique a vocation à agréger, à produire une représentation, une réduction synthétique et abstraite, elle se donne comme un ensemble d’opérations aboutissant à une construction symbolique ; de façon moins restrictive, l’information économique, en son contenu comme dans son sens éïdétique, réunit l’ensemble des faits relevant de la spécification substantielle ou nominale que se donnent les acteurs, elle-même référée à la nature des réalités auxquelles ils se rapportent ou aux finalités de leur collecte ou de sa communication. Elle admet l’exceptionnel, l’irréductible, le ponctuel ou le divers, au sens des « avis » évoqués par Claire Lemercier, ainsi qu’une pluralité de mises en forme. Statistique et information économique ne relèvent pas davantage de la même échelle temporelle : la première, produit d’un ensemble d’opérations et de traitements, s’inscrit dans la durée, même lorsque l’urgence révolutionnaire transforme tout délai en acte contre-révolutionnaire ; la seconde s’inscrit dans des échelles de temps différenciées : pour une part plus étroitement dans la temporalité de l’action, supposant alors un enchaînement accéléré du recueil à l’usage et la prompte obsolescence des contenus, pour une autre part dans une durée longue si l’on prend en considération l’ensemble des dispositifs normatifs ou réglementaires, produits ou sanctionnés par l’État, qui constituent autant de repères pour les acteurs. Lois somptuaires ou hiérarchie des marchandises, tarifs douaniers ou normes sanitaires, contingentements ou prohibitions véhiculent une information relevante au champ d’action économique, qui les oriente ou les contraint dans leurs décisions. Statistique et information constituent ainsi deux ensemble sécants, dont la question de leur contenu économique respectif apparaît pourtant commune : « Si l’on excepte les physiocrates, le monde savant n’éprouve aucune difficulté, jusqu’en 1791, à réunir des données économiques ; les faits relèvent du sens commun, ils sont recueillis à la demande de la monarchie par ces commis de bureau que J.-B. Say persiflera encore peu après. »8 Jean-Claude Perrot signale par là un double écart : entre la sphère de savoirs délimitée par le corpus statistique et celle que délimite au XVIIIe siècle le corpus de l’économie politique ; entre nos propres outils conceptuels et ce qui s’offre à nous dans les enquêtes ou les relevés d’époque, mêlant sous forme discursive ou numérique des données d’ordre démographique, géographique, fiscal, ethnographique et économique. En d’autres termes, il attire l’attention sur la faible dépendance, dans les périodes anciennes, des dispositifs formels de sélection et de classement des données à l’égard de la science économique en construction, et sur l’historicité des catégories selon lesquelles ceux-ci s’ordonnent, qui ne s’ajustent pas davantage à nos propres découpages. Plus empiriquement, les finalités utilitaires de la collecte d’informations subordonnent celle-ci à la représentation du réel sur lequel l’État prétend agir, et aux divisions administratives et sociales à l’intérieur desquelles il pense sa propre intervention. Loin d’être tenu pour un objet naturel, l’information économique est ici questionnée dans sa réalité précaire et son mode d’existence propre, fruit de la rencontre oblique entre matières administratives et constructions savantes.

  • 9 Voir en ce sens D. K. Smith, « Au bien du commerce » : Economic Discourse and Visions of Society in (...)
  • 10 J. Habermas, Théorie de l’agir communicationnel (1981), trad. fr. J.-M. Ferry et J.-L. Schlegel, Pa (...)

4L’originalité du propos tient à la tentative de penser ensemble la manière dont l’État se représente le champ et le mode de fonctionnement de l’économie, les politiques par lesquelles il prétend intervenir dans ceux-ci, ou s’en abstenir, et les dispositifs matériels et formels de collecte et de circulation de l’information. La séquence retenue invitait à réfléchir sur la portée et le retentissement réciproque des évolutions en cours, propres à chacun des aspects. À cet égard, la scansion révolutionnaire, en ce qu’elle entérine l’affirmation des principes libéraux et l’avènement du pouvoir représentatif, induisant la reconnaissance de la société civile et la publicité des affaires publiques, méritait d’être plus particulièrement interrogée. Par hypothèse, le succès du paradigme libéral, qui place l’entrepreneur, commerçant, manufacturier ou « cultivateur » en position d’acteur, en lieu et place de l’État, comme c’est le cas dans l’environnement de pensée mercantiliste, induit une reconfiguration des politiques publiques et des dispositifs de collecte et de circulation de l’information. En interaction réciproque, finalités et modalités des politiques publiques d’un côté, nature, direction des flux et usages des informations collectées, de l’autre, doivent s’en trouver modifiés. Au fondement d’une science du bon gouvernement, l’appareil informatif développé par l’ancienne monarchie, nourri de rapports, de statistiques et de correspondances profus, apparaît comme un instrument exclusif de rationalisation de la décision publique, prioritairement orienté vers des buts fiscaux, voire indirectement militaires, et de direction ou d’administration, au sens strict du terme, de l’économie, elle-même au service des objectifs de puissance. Il exprime une certaine conception des relations entre pouvoir, savoir et économie, co-extensive d’une vision organiciste de la société et d’une conception politique de la richesse. À l’orée du XVIIIe siècle, les innovations institutionnelles qui tendent à instaurer un véritable espace mixte de consultation et d’arbitrage par la création du Conseil de Commerce étaient-elles de nature à infléchir cette vision, et à suggérer, non seulement la préfiguration d’une claire distinction entre intérêts privés et intérêts publics, mais encore l’amorce d’un régime original de circulation et de partage de l’information économique9 ? Entre l’intérêt du Commerce, horizon de pensée et de travail du Conseil et les intérêts des commerçants, un abyme subsistait, aussi profond que celui qui sépare le premier tarif de capitation (1695) de la liste des citoyens actifs en 1791 ! Pour le combler, il faut qu’une autre représentation des acteurs et de l’économie s’installe, au cours d’un lent processus qu’irrigue la question centrale de la composition des intérêts privés, il faut qu’une autre conception de l’information et de l’État prenne place, qui assigne à l’un le rôle d’un prestataire de services et accorde à l’autre le statut d’un bien public. À une pédagogie, voire une discipline du Commerce, peut alors se substituer un agir communicationnel10.

  • 11 J.-P. Hirsch, Les deux rêves du commerce. Entreprise et institution dans la région lilloise (1780-1 (...)

5Ainsi formulée, la problématique privilégie la question des attentes réciproques de l’État et des entrepreneurs en matière d’information, et celle de la manière dont celles-ci sont explicitées et prises en charge, avec le support de dispositifs intellectuels, institutionnels et matériels remaniés. Elle s’inscrit ainsi dans le cadre large des interrogations sur les rapports entre l’État et les entrepreneurs, dont Jean-Pierre Hirsch a montré qu’elles ne pouvaient se réduire à une alternative simpliste liberté versus dirigisme11. Relation malheureuse, selon l’auteur des Deux rêves du commerce, que celle des entrepreneurs à leurs institutions, imputable à l’incapacité des uns à formuler clairement leurs besoins, et à la cécité des autres à l’égard de la nécessaire dimension collective des dynamiques entrepreneuriales. Entre le besoin de normes, de règles et de conventions propres à organiser la compétition et le jeu économique, ressenti de façon plus ou moins claire et explicite par les uns, et l’invention, au sein de l’administration, de nouvelles modalités relationnelles de nature à prendre en charge la nécessaire régulation de la sphère économique sans y intervenir de façon intrusive, semble s’interposer le spectre inhibant de principes érigés en rempart contre le retour à l’ancien ordre des choses. Dans la hantise partagée de la résurrection d’une administration du commerce qui, sous le sceau de la certaine science du roi, sait mieux que les acteurs quelles productions, quels courants commerciaux doivent être animés et quels profits sont légitimes, au regard des finalités de la communauté et de la puissance du prince, le fétichisme de la liberté d’industrie, la proscription de toute forme de corps intermédiaires et d’organisation collective font obstacle à la reconnaissance des attentes et des besoins, d’autant plus efficacement que les acteurs en ont intériorisé le message, qu’ils savent mobiliser à leur profit dans leurs relations au monde du travail. Dans un tel contexte, il apparaissait légitime d’interroger plus spécifiquement la manière dont avaient pu se conjuguer les attentes en matière d’information, d’une part, les effets des changements de paradigme au fondement de l’action publique et du regard porté sur la sphère économique au sein des milieux dirigeants, de l’autre. En proposant d’examiner sous cet angle les procédures de sélection et de mise en forme des faits, les dispositifs qui visent à en protéger le secret ou à en organiser la diffusion, les canaux et les acteurs qui y contribuent, les cadres conceptuels et les dynamiques politiques qui les portent, la problématique s’inscrivait au croisement d’une histoire de la statistique promue dans la mouvance de l’histoire intellectuelle, et de l’histoire des liaisons tumultueuses entre l’État et les agents économiques.

  • 12 Journal des Arts et manufactures, t. I, an III, Prospectus, non paginé, et « Sur la géographie indu (...)
  • 13 Jean-Claude-Marie Vincent de Gournay (1712-1750) et François Véron de Forbonnais (1722-1800).
  • 14 Sur ces aspects, voir S. Meyssonnier, La balance et l’horloge, Montreuil, Éditions de la Passion, 1 (...)
  • 15 Correspondance littéraire, philosophique et critique, adressée à un souverain d’Allemagne depuis 17 (...)

6Dans le prospectus qu’ils font paraître en l’an III, les rédacteurs du Journal des Manufactures, publication officielle pilotée par la commission exécutive d’Agriculture et des Arts, dessinent, par le détour d’une rhétorique dont il faut faire la part, les contours d’un espace public de production et de circulation de l’information économique et technique, associant administration et acteurs à la genèse comme à l’usage de celle-ci. À la faveur du projet de « Géographie industrielle » porté par le périodique, qui requiert explicitement le concours des agents administratifs et des correspondants appelés à rectifier et compléter les premières données, le profil du public susceptible d’en recueillir le profit est cependant retouché : « On doit présumer que les citoyens dont les pensées sont tournées vers l’économie politique attacheront quelque prix à un pareil ouvrage, dans lequel ils pourront trouver une réunion de données numériques qui a manqué jusqu’ici à cette science. Elle leur fournira les moyens de comparer les résultats de leurs théories avec ce qui existe réellement, et par conséquent de juger de leur exactitude ou des corrections qu’il convient de leur apporter. »12 Ouvert à la société civile, le circuit de communication se rétrécit aux limites d’une société plus étroite d’experts, et privilégie le dialogue entre statistique et science économique, au détriment de la rencontre avec le monde du négoce et des entrepreneurs. De longue date, l’information est cependant un nœud de la question de la réforme de l’administration du commerce et du rapprochement entre acteurs et administration, débattue au sein même de l’appareil d’Ancien Régime. Gournay et Forbonnais13, issus de celui-ci et liés au monde de la marchandise, en ont fait dès les années 1750 un axe de leur critique comme de leur pensée réformatrice, qui embrasse politiques publiques, principes et postulats théoriques, réhabilitation du négociant et adaptation des modalités et des contenus d’information propres à instruire le magistrat sur les véritables fondements de la prospérité comme sur les résultats de son action14. Aliment d’une science du commerce qui doit concourir avec elle à l’élaboration des politiques publiques, l’information économique tient simultanément lieu d’instrument probatoire à l’égard de celles-ci. À ce prix, la reconnaissance du savoir spécifique des négociants peut apparaître comme un remède à la « bureaumanie »15. Lumières et expérience, principes et observation se conjuguent dans le refus de l’esprit de système et d’administration. L’équation accorde par postulat une place déterminante à l’information économique et à sa circulation.

  • 16 Journal des Manufactures, op. cit., t. I, p. 53.
  • 17 D. K. Lewis, Convention : a Philosophical Study, Harvard, Cambridge University Press, 1969 ; J.-P.  (...)

7Savoir économique et modèles d’administration s’élaborent dans le contexte des Lumières, à la confluence d’échanges et de circulations des hommes, des idées et des textes. Gournay avait lui-même acquis par ses voyages une connaissance étendue du commerce et des modalités de son administration à l’échelle européenne. C’est à bon droit qu’avec Christine Lebeau et Guillaume Garner, nous suivons pour ainsi dire ses traces, lui dont les Cours de Vienne et de Berlin avaient souhaité s’attacher les services. À l’échelle des États allemands ou à celle d’une opération ponctuelle d’enquête sur la richesse du duché de Milan, passé sous domination Habsbourg, on observe les tensions à l’œuvre entre dispositifs formels et finalités enquêtrices, elles-mêmes subordonnées aux représentations du champ de l’économie et des relations entre État et société civile. L’autonomisation du savoir économique ainsi que celle de l’action publique en direction de l’économie passent dans les deux cas par la rupture plus ou moins ouvertement assumée avec une vision politique de l’économie-puissance qui commande par postulat l’hégémonie des catégories fiscales. Les innovations formelles qui affectent l’activité et la matière statistique en sont à la fois le résultat et le vecteur, agents d’un processus qui se joue à l’interface du public et du privé. Force est de constater pourtant que les dynamiques de rupture se retrouvent dans l’endogénéisation du savoir et des catégories du commerce plus que dans la promotion des acteurs au rang d’utilisateurs de la statistique, même si la société civile est potentiellement créditée d’une virtualité critique. Les flux centripètes l’emportent ici sur une dynamique centrifuge dont l’affleurement est subordonné à l’émergence d’une autre figure des relations entre l’État et le monde du commerce. Revenons un instant au Journal des Manufactures et à la « Géographie industrielle » pour en faire comprendre les enjeux : « Il est quelques dénominations d’art et d’industrie qui, étant d’un usage local, n’ont pas une signification assez déterminée. Ces mots seront imprimés en italique. Les correspondants voudront bien en faire parvenir la définition, accompagnée de tous les développements nécessaires pour en fixer le sens. Ces précautions sont indispensables pour parvenir à une synonymie exacte des arts et métiers, et en dresser un vocabulaire exempt d’ambiguïté ; ouvrage important qui produirait le bon effet d’exclure du langage de l’industrie cette confusion fâcheuse qui fait que des ouvriers d’un atelier n’entendent pas ceux d’un atelier voisin. »16 Les ouvriers, mais aussi les fabricants ou les négociants, dont le savoir localisé pose une limite à leur capacité d’ouverture et d’entreprise, faute de saisir les virtualités de ressources qui ne peuvent être pensées comme telles en raison de l’incommunicabilité des expériences locales. Pour dépasser cet éparpillement des savoirs et créer les conditions d’un marché national, voire mondial, la traduction et la désingularisation des expériences, la création d’un savoir commun, d’un common knowledge pour reprendre le langage conventionnaliste, est nécessaire17. Si « M. de Rothschild n’[avait] pas besoin d’un ministre du commerce pour apprendre de lui les moyens de s’enrichir », le monde du commerce avait sans nul doute besoin, pour élargir ses horizons et s’adapter aux transformations rapides de l’environnement économique, d’instruments de connaissance et d’information que les géographies commerçantes ou les publications privées n’étaient pas forcément aptes à leur délivrer, leurs auteurs assez armés pour en assurer un degré optimal d’universalité et de mise à jour, ni en position de les marquer du sceau d’une certification officielle.

8Les perspectives, échelles et terrains différentiés d’analyse du cas français apportent des éclairages nuancés sur les enjeux et les modalités de cette reconfiguration qui s’esquisse aux marges de l’appareil traditionnel d’information étatique, dont l’utilité et l’usage se trouvent en retour questionnés. C’est particulièrement net dans le cas des subsistances, pour lesquelles le degré supplémentaire de sophistication qui améliore la fiabilité des données recueillies contraste avec l’inadaptation de leur utilité dans les temps de crise. La contribution de Nicolas Bourguinat met en évidence la constitution d’un circuit parallèle d’information qui associe étroitement, aux marges de l’administration et en dehors des divisions ministérielles concernées, pouvoirs publics et monde des grands négociants céréaliers, seul apte à réunir les informations utiles à une action d’urgence lors des grandes crises de 1811-1812 et 1816-1817, mais aussi à en tirer de substantiels profits. Dès lors qu’il s’agit de raisonner sur les stocks et de prospecter les ressources du marché, la main passe aux acteurs du commerce ; et de l’échange information contre accès aux marchés subventionnés, chacun retire ce qu’il a mis. Pour des motifs d’ordre public, les statistiques officielles n’ont d’ailleurs pas vocation à être divulguées, tant leur publicité peut s’avérer contre-productive, involontairement porteuse d’un encouragement à la spéculation. La tension entre information et secret est une constante de longue date dans cette filière très sensible, et une composante pérenne des relations, voire des manipulations réciproques entre l’État et les acteurs du commerce. Comme instrument de prévision et surtout de gestion des crises, la statistique des prix et les tableaux d’apparence des récoltes avaient donc une efficacité douteuse. L’outil n’en perdura pas moins, au-delà même de l’abandon de toute volonté interventionniste, devenue hors de propos en 1848. On observe ainsi un décalage entre la rupture affichée dès 1789 au niveau des principes, la persistance durable des politiques de crise, et la continuité de l’appareil et des procédures statistiques dans l’indifférence aux contextes idéologiques et politiques. En revanche, aux marges ou dans l’ignorance des instances qualifiées, les opérations de secours aux villes ou aux départements sinistrés s’organisent avec l’appui d’un dispositif d’information certes pas entièrement inédit, mais renforcé et surtout institutionnalisé par l’entrée officielle des représentants du négoce dans le Conseil puis la Commission des subsistances sous l’Empire et la Restauration.

  • 18 J.-P. Hirsch, op. cit., notamment p. 432-436 pour une synthèse du parallèle.
  • 19 Cf. l’analyse détaillée des procédures mises en œuvre lors des enquêtes de 1839 et 1860 dans J.-M.  (...)

9La consécration du paradigme libéral ne semble pas davantage menacer l’existence de la statistique industrielle et ne contrarie en rien la volonté de connaître de plus en plus finement la situation des branches et des établissements. Le regard croisé porté par Philippe Minard sur la France et l’Angleterre est de ce point de vue éclairant, en ce qu’il remet symétriquement en cause l’équivalence trop légèrement posée entre mercantilisme et volonté de connaître et de compter, d’un côté, libéralisme et vide statistique, de l’autre. C’est la fonction et l’usage de la statistique qu’il faut alors interroger, dans le contexte d’un parlementarisme naissant d’un côté, de pratiques éprouvées du débat et du contrôle parlementaire de l’autre, mais aussi d’une « politique des affaires » très différemment conduite de part et d’autre de la Manche18. Concentrons-nous sur le cas français. Dépourvue de corps spécialisé après la disparition de l’Inspection des manufactures, à l’exception des inspecteurs des mines, l’administration doit s’en remettre à la diligence des préfets et des sous-préfets, avec le renfort occasionnel des inspecteurs des contributions, pour atteindre les entrepreneurs plutôt réticents à délivrer des renseignements dont ils redoutent qu’ils parviennent à la connaissance du fisc ou de la concurrence19. Grâce à l’administration des douanes, les statistiques commerciales sont plus faciles à quérir, mais la question de leur publicité et de leur usage interroge de la même façon les relations entre État et entrepreneurs. À suivre Igor Moullier et Claire Lemercier, on constate que les promesses du dispositif institutionnel promu par Chaptal, contrariées dans le court terme de l’épisode impérial, ne se réalisent que lentement et de façon hésitante. Une séquence expérimentale, où l’idéologie et les intentions l’emportent sans doute sur l’émergence réelle de pratiques neuves, et qui va grossièrement de Thermidor à 1804, se clôt avec le retrait du ministre entrepreneur. Dans cet intervalle, des publications comme le Journal des Mines, analysé par Isabelle Laboulais, contribuent pourtant sous la houlette de Coquebert de Montbret à la production d’un savoir d’État perméable aux apports de la cité savante, dont il réclame le concours, et voué à la mobilisation des investisseurs plus encore peut-être qu’à l’information des bureaux ou à la constitution d’un savoir scientifique de référence. Après 1815, les chambres de commerce apparaissent comme le lieu d’une possible reconfiguration des circuits et des flux de l’information économique, traversé cependant de tensions et de contradictions. La connaissance des débouchés extérieurs était sans doute l’un des objectifs au service duquel l’intermédiation de l’État pouvait s’avérer le plus profitable. Le bilan de ce point de vue semble plus positif que celui dressé par Marc Belissa dans le contexte américain de la fin du XVIIIe siècle. Au-delà, l’enquête menée par Claire Lemercier découvre une pluralité d’occasions et de canaux d’échanges qui témoignent d’un renouvellement des pratiques au sein même de l’administration, mais ce sont alors les contradictions d’intérêts au sein même des milieux du commerce qui se révèlent de nature à contrarier la stabilisation d’un régime de partage du savoir. Plus fondamentalement, si la statistique apparaît comme une dimension majeure de la construction de l’État moderne, et l’information économique comme un axe essentiel de structuration du monde du commerce, les deux niveaux de réalité peinent durablement à se rejoindre. Facteur ou produit du divorce mal négocié entre État et entrepreneurs ? La question demeure ouverte, mais la lecture des contributions réunies dans la présente section suffit à convaincre qu’elle est loin d’être triviale.

Notes

1 Recueil des lettres circulaires, instructions, programmes, discours et autres actes publics émanés du citoyen François (de Neufchâteau) pendant ses deux exercices du ministère de l’Intérieur, Paris, Imprimerie de la République, vol. 1, an VII, Circulaire sur le commerce avec l’Espagne, 24 fructidor an VI, p. 154-159.

2 D. Margairaz, François de Neufchâteau. Biographie intellectuelle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2005, p. 280-281.

3 Recueil des lettres circulaires…, op. cit., vol. 2, an VIII, Plan des commissions qui vont être établies pour la Navigation intérieure, p. 339-350.

4 Recueil des lettres circulaires…, op. cit., vol. II, an VIII, Description abrégée des départements, p. 165-169.

5 F.-Y. Damon et J.-P. Hirsch, « Les milieux textiles français et le marché chinois au milieu du XIXe siècle », dans Échanges et cultures textiles dans l’Europe pré-industrielle, J. Bottin et N. Pellegrin (dir.), Revue du Nord, Hors Série Histoire nº 12, Villeneuve d’Asq, 1996, p. 49-60.

6 M.-N. Bourguet, Déchiffrer la France, Paris, Éditions des archives contemporaines, 1989.

7 W. Kula, « Histoire, Démocratie et Statistique », Mélanges en l’honneur de Fernand Braudel, 2 ; Méthodologie de l’histoire et des sciences humaines, Toulouse, Privat, 1973, p. 279-288.

8 J.-C. Perrot, « Les comptabilités économiques de Lavoisier », Il y a 200 ans, Lavoisier, Tec et Doc, Paris, Londres, New-York, 1995, p. 95-110, cit. p. 96.

9 Voir en ce sens D. K. Smith, « Au bien du commerce » : Economic Discourse and Visions of Society in France, PhD, University of Pennsylvania, 1995 et « Structuring politics in early Eighteenth-Century France : The political innovations of the French Council of Commerce », The Journal of Modern History, 74, 2002, p. 490-537.

10 J. Habermas, Théorie de l’agir communicationnel (1981), trad. fr. J.-M. Ferry et J.-L. Schlegel, Paris, Fayard, 1987, en particulier p. 102 : sur la base d’une information partagée et d’une discussion libre et rationnelle, deux sujets recherchent une entente sur une situation d’action afin de coordonner consensuellement leurs projets.

11 J.-P. Hirsch, Les deux rêves du commerce. Entreprise et institution dans la région lilloise (1780-1860), Paris, éditions de l’EHESS, 1991.

12 Journal des Arts et manufactures, t. I, an III, Prospectus, non paginé, et « Sur la géographie industrielle », p. 49-56, citation p. 55-56.

13 Jean-Claude-Marie Vincent de Gournay (1712-1750) et François Véron de Forbonnais (1722-1800).

14 Sur ces aspects, voir S. Meyssonnier, La balance et l’horloge, Montreuil, Éditions de la Passion, 1989 ; L. Charles, La liberté du commerce des grains et l’Économie politique française (1750-1770), Thèse pour le doctorat de Sciences économiques, Paris 1, 1999 ; Commerce, population et société. Autour de Vincent de Gournay (1748-1758) Actes du colloque de l’INED, 19-21 février 2004, à paraître. A. Skornicki, « L’État, l’expert et le négociant, le réseau de la “science du commerce” sous Louis XV », Genèses, nº 65, 2006-4, p. 4-26.

15 Correspondance littéraire, philosophique et critique, adressée à un souverain d’Allemagne depuis 1753 jusqu’en 1769 par le baron de Grimm et par Diderot, J. Michaud et F. Chéron (éd.), Paris, Longchamps, 1813, t. 5, p. 264, expression attribuée à Gournay.

16 Journal des Manufactures, op. cit., t. I, p. 53.

17 D. K. Lewis, Convention : a Philosophical Study, Harvard, Cambridge University Press, 1969 ; J.-P. Dupuy, « Convention et common knowledge », Revue économique, 40-2, mars 1989, p. 361-400.

18 J.-P. Hirsch, op. cit., notamment p. 432-436 pour une synthèse du parallèle.

19 Cf. l’analyse détaillée des procédures mises en œuvre lors des enquêtes de 1839 et 1860 dans J.-M. Chanut, J. Heffer, J. Mairesse, G. Postel-Vinay, L’industrie française au milieu du XIXe siècle. Les enquêtes de la Statistique générale de la France, Paris, éditions de l’EHESS, 2000, p. 13-31.

Auteur

Professeur d’histoire moderne à l’Université de Paris 1, responsable du pôle Paris 1 de l’IDHE-UMR 8533 du CNRS. Elle a publié notamment Foires et marchés dans la France préindustrielle, Paris, Éditions de l’EHESS, 1988 et François de Neufchâteau. Biographie intellectuelle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2005. Elle a dirigé avec Philippe Minard Le marché dans son histoire, numéro spécial de la Revue de Synthèse, Éditions Rue d’Ulm, t. 127, 2006/2, ainsi que Les temps composés de l’économie, nº spécial des Annales historiques de la Révolution française, nº 352, avril-juin 2008.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540