Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’information économique, XVIe-XIXe siècle

 | 
Dominique Margairaz
, 
Philippe Minard

Le commerce et l’information économique dans la France moderne

Circulaires commerciales et réseaux négociants en Europe, fin XVIIIe-début XIXe siècles

Matthieu de Oliveira

Texte intégral

1Introduit dans le bureau de celui dont il espère une solution à la crise qu’il traverse, César Birotteau remarque avant tout :

  • 1 Honoré de Balzac, César Birotteau, chapitre VI.

« Sur une table, des cartons entassés, les mémoires, les projets, les mille renseignements confiés à un homme dans la caisse duquel toutes les industries naissantes essayaient de puiser. Le luxe royal de ce cabinet plein de tableaux, de statues, d’œuvres d’art, l’encombrement de la cheminée, l’entassement des intérêts nationaux ou étrangers amoncelés comme des ballots, tout frappait Birotteau, l’amoindrissait, augmentait sa terreur et lui glaçait le sang. Sur le bureau de François Keller gisaient des liasses d’effets, de lettres de change, de circulaires commerciales »1.

  • 2 Louis Bergeron, « Négoce et industrie : transfert d’hommes et de capitaux en France dans la premièr (...)

2Ce sont justement ces dernières qui retiendront mon attention. Source méconnue, elles sont restées jusqu’à présent négligées par les historiens qui leur préfèrent des correspondances au contenu apparemment plus riche et original. Seule exception, Louis Bergeron qui, lors du colloque Négoce et industrie en France et en Irlande aux XVIIIe et XIXe siècles de Bordeaux en 1978, signalait « qu’on aura toujours avantage à recourir à des sources moins directes mais plus sûres » et invitait à « la consultation de bonnes collections de circulaires »2, qui restaient pourtant encore à constituer. Si bien qu’elles n’ont semble-t-il fait l’objet d’aucune étude spécifique, et encore moins d’une approche sérielle.

  • 3 Roger Chartier, « La culture de l’imprimé », avant-propos à Les usages de l’imprimé, R. Chartier (d (...)

3Mais de quoi s’agit-il au juste ? Pour reprendre les termes de Roger Chartier, on pourrait les présenter comme « des imprimés qui ne sont pas des livres […] conservés au hasard d’une passion collectionneuse ou d’une pratique administrative [… et] qui portent texte, (ce sont finalement) les plus élémentaires des produits des presses, mais aussi, sans doute, les plus répandus »3. Plus pragmatique, je les définirais comme un document imprimé (mais échappant au dépôt légal), envoyé à une multiplicité de destinataires et ayant pour objet la diffusion d’une information sur la vie et l’activité d’une entreprise à caractère commercial. À la fois imprimé et public, l’objet circulaire constitue, et c’est là la première originalité, une exception dans un monde négociant qui fait la part belle à l’écriture manuscrite et cultive le secret ; il répond également à des normes de production spécifiques qu’il convient de préciser. Les circulaires constituent également un observatoire privilégié de l’organisation de l’espace commercial et des réseaux négociants, tout en offrant un large éventail d’informations spécifiques telles que la nature de l’activité commerciale, la structure juridique de l’entreprise, le nom des associés, etc. Leur texte présente enfin un intérêt non négligeable, mettant en œuvre des techniques de persuasion qui pour être simples n’en sont pas moins efficaces.

4Cette communication, qui repose sur une recherche en cours, avec ses tâtonnements nombreux, ses hypothèses fragmentaires et ses réponses encore trop partielles, tentera donc de mettre en lumière ces différents points en présentant successivement la richesse potentielle des fonds d’archives, les éléments communs et spécifiques à ce type de document, enfin une ébauche d’analyse du discours des circulaires.

I. Fonds d’archives et circulaires commerciales

  • 4 Cécile Dauphin, Pierrette Lebrun-Pezerat et Danièle Poublan, « L’enquête postale de 1847 », La corr (...)

5« Le genre humain est assurément très affectueux, ce qui n’empêche pas les lettres d’amitié de n’être qu’un détail auprès des lettres d’intérêt » disait l’économiste Michel Chevalier et les spécialistes s’accordent à dire depuis le milieu du XVIIIe siècle que 9/10e des lettres relèveraient des affaires4. Les circulaires occupent dans ce trafic postal une place à part, ne serait-ce que par leur caractère imprimé et demeurent bien souvent minoritaires dans les fonds conservés.

  • 5 Jacques Benkemoun, Études sur le commerce de l’Europe du Nord. La Maison Briansiaux de Lille, 1802- (...)

6Trois cas de figure bien différents illustrent pourtant la richesse des fonds d’archives. Le premier est François Charles Briansiaux, considéré comme le principal négociant de la place de Lille sous l’Empire. Né en 1769 à Dunkerque où sa famille se distingue dans l’armement maritime, il quitte la ville pour tenter sa chance à Lille et y fonde en 1792 une maison de commerce à son nom : il s’y livre au commerce des produits coloniaux, vins, grains, huiles,… avant de progressivement diversifier ses activités vers l’assurance, le courtage et l’armement maritime, la fourniture militaire, l’exploitation d’un vaste domaine rural, enfin l’escompte et la banque. De l’avis du préfet du Nord, sa maison, « de la plus faible importance à l’origine, s’est si prodigieusement étendue depuis ce temps-là que l’on serait peut-être autorisé à croire qu’elle est celle qui fait le plus d’affaires » en 1810. Cette extraordinaire ascension sociale est rythmée par deux mariages, le premier avec une Dunkerquoise et le second avec une riche veuve de Bruxelles. Cette dernière union illustre son intégration dans le monde des grandes affaires, alors que sa fortune – 600 000 francs de capital en 1810 – constitue un autre élément d’appréciation. Mais cela est avant tout le fruit d’un travail acharné pendant plus de trente ans, le résultat d’une prudence de chaque instant qui lui fait refuser toute affaire hasardeuse, enfin repose sur la constitution d’un très large réseau de clients et de fournisseurs, réseau qu’il constitue patiemment et entretient minutieusement. Si l’on connaît aussi bien François Charles Briansiaux, c’est qu’il a laissé l’un des plus beaux fonds d’archives commerciales privées, disponibles au Centre des Archives du Monde du Travail de Roubaix depuis le transfert des archives d’entreprises du Centre Historique des Archives Nationales et qu’il a fait l’objet de plusieurs travaux5. Le fonds 3 AQ se compose en particulier de 402 cartons dont 171 de comptabilité et 122 de correspondance passive où sont rassemblées les lettres reçues de 362 villes de France et d’Europe envoyées par 3 196 correspondants différents. De ces milliers de liasses, j’ai tiré un premier ensemble de 340 circulaires commerciales reçues par Briansiaux entre 1792 et sa mort en 1827.

  • 6 Bégouën-Demeaux, Mémorial d’une famille du Havre, Paris, Maisonneuve, t. I : Les fondateurs, Jacque (...)
  • 7 CAMT, 69 AQ 3 ; les circulaires sont rassemblées dans 61 chemises classées par ordre alphabétique d (...)

7J’y ai ajouté celles retrouvées dans les archives de la maison Foache Frères, du Havre. Présente à la fois à Saint-Domingue et au Havre, cette maison de commerce fondée en 1783 apparaît elle aussi comme l’une des principales de la place portuaire. Si la période des guerres révolutionnaires et impériales constitue pour elle une période creuse en raison du blocus maritime et de la rupture des liens avec les Antilles, elle parvient à se maintenir et retrouve une activité soutenue jusqu’au Second Empire6. Ses archives sont malheureusement beaucoup plus lacunaires que celles de Briansiaux, puisque ne subsistent sous la cote 69 AQ du CAMT que deux cartons de correspondances diverses, auxquels il faut cependant ajouter, et c’est là tout l’intérêt de ce fonds, un carton entier contenant une belle collection de 512 circulaires reçues et couvrant la période 1783-18657.

  • 8 Sur cette maison, à défaut d’une étude spécifique, voir la plaquette commémorative de Neuflize, Sch (...)

8Dernier exemple, celui de la Banque de Neuflize dont les archives sont conservées, toujours au CAMT, sous la cote 44 AQ et qu’il est sans doute inutile de présenter8. À l’inverse des deux cas précédents, les circulaires retrouvées ne proviennent pas de la correspondance passive, mais des services mêmes de l’établissement. Le carton 44 AQ 4 contient en effet une chemise rassemblant au moins une partie des circulaires émises par la Banque, non pas malheureusement comme le dit l’inventaire depuis 1800, mais 1843, et jusqu’en 1936, soit un total de 25, mais qui pour la plupart, dépassent le cadre chronologique de cette journée et ne sont citées ici que pour signaler une troisième source potentielle.

9C’est à partir de ces fonds que j’ai constitué une collection de plus de 850 circulaires. Avec une tel corpus, on ne dispose sans doute pas d’un tableau représentatif de l’activité négociante en Europe entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle, mais cet ensemble est bien significatif d’une pratique assez largement répandue et peut servir de base à une première étude.

  • 9 Il est conservé sous la cote 3 AQ 220.
  • 10 Lille, Jacquez, 124 p. ; Bibl. mun. Lille : 40 058.
  • 11 Paris, Au bureau de l’Almanach du Commerce, 1822, 1259 p.

10Avec une première interrogation : où trouver les adresses de ces centaines de destinataires pour la plupart inconnus ? François Briansiaux disposait d’un livre d’adresses organisé sous la forme d’un volume (27 x 38 cm) d’environ 150 folios, dont seuls 31 sont effectivement utilisés. Comme on peut le voir à la lettre G (voir document 1), chaque page est organisée en trois colonnes pour le nom, l’adresse (celle-ci n’étant complète, c’est-à-dire indiquant le numéro et la rue, que dans un tiers des cas) et la ville de chaque correspondant9. Il contient un total de 689 noms de correspondants du négociant, sans qu’on puisse savoir s’il s’agit de fournisseurs ou clients privilégiés – mais il connaît alors sans doute leurs coordonnées, pour les utiliser fréquemment –, ou de relations plus épisodiques dont il a besoin de noter les références. Par ailleurs, la présence de ratures semble indiquer que Briansiaux tenait à jour ce livre d’adresse. On peut également trouver des adresses de négociants tant, à l’échelle régionale, dans les Almanach du commerce et métiers des villes de Lille, Douay et Dunkerque pour l’année 178610 – c’est un exemple – qui précise les noms et adresses des principaux négociants et marchands des trois villes, que, pour le reste du pays, dans l’Almanach du Commerce de Paris, des départements de la France et des principales villes du monde, de J. de La Tynna, continué et mis dans un meilleur ordre par S. Bottin, contenant pour Paris seulement 50 000 adresses11, selon son titre complet et dont les informations sont réactualisées chaque année, même si le coût en est assez élevé (12 francs broché, 14 francs relié et 4,25 francs de port en sus).

  • 12 Elles sont conservées sous la cote Fonds Gentil, liasse 15 211.

11Vient ensuite une seconde interrogation : quand ce type de document apparaît-il ? Chez Briansiaux, les plus anciennes circulaires datent de 1795 et la collection Foache en conserve datant de 1783, mais les Archives municipales de Lille en détiennent deux, en tout point comparables à celles que je présente ici et datées de 178212. Si bien que l’on pourrait placer leur apparition, même si cela reste à préciser, au début des années 1780, et leur généralisation au cours des deux dernières décennies du XVIIIe siècle.

12Troisième interrogation enfin, la plus difficile, celle de la raison du passage du manuscrit à l’imprimé. D’autant que le recours à l’imprimerie implique une préparation et une élaboration incompatibles avec la moindre improvisation. Peut-on l’attribuer à un changement d’échelle dans l’activité des négociants, s’agit-il d’une recherche démultipliée de contacts et de marchés, d’une volonté conquérante décuplée de négociants qui ne se satisfont plus du réseau de correspondants, clients et fournisseurs confondus ? La réponse reste, on le voit, à préciser.

Document 1. Carnet d’adresse de François Briansiaux, lettre G

Document 1. Carnet d’adresse de François Briansiaux, lettre G

II. Un corpus de plus de 850 circulaires commerciales

  • 13 Formulaires « de toutes les lettres et billets de change » (I, 1re partie, Livre 3e, chap. X), « de (...)

13Il convient tout d’abord de s’intéresser aux éléments externes du document, à sa présentation formelle, voire classique. Existe-t-il des modèles de lettres, même manuscrites, qui permettent d’en préciser la forme et l’organisation ? J’espérais en trouver dans le Dictionnaire universel du commerce (édition de 1748) ou Le Parfait négociant (édition de 1757) de Savary des Brûlons, mais si les « formulaires » sont nombreux13, on n’y trouve rien sur la forme des « lettres-missives ». En revanche, La Science des négociants (1783) de La Porte propose « quelques modèles qui serviront de règles, pour en faire d’autres selon les sujets et les occasions », dont « L’offre de service » (p. 374) et « La recommandation » (p. 379). Le même évoque également le « style des lettres missives des négocians », proposant ainsi un modèle qui s’applique par la suite aux circulaires :

« Le style marchand doit être concis et net. […] Pour la forme, on met ordinairement le nom de celui qui écrit, au haut ou à la tête de la lettre à main gauche, et un peu plus avant, le lieu d’où on écrit et la date : on laisse environ un doigt de blanc et ensuite, on met Monsieur ; après quoi on laisse encore un doigt de blanc, pour commencer le texte de la lettre. Entre négocians, on écrit des pages de suite, sans laisser les revers blancs, comme aux lettres de cérémonies ; la marge est d’ordinaire d’un petit doigt. ».

  • 14 Science des négocians et teneurs de livres, ou Instruction générale pour tout ce qui se pratique da (...)

Quant au « caractère d’écriture le plus convenable aux négocians »,
« il n’y en a point de plus convenable que l’Italienne (que l’on nomme aussi Bâtarde), parce qu’outre qu’elle a toutes les qualités que je demande ci-dessus, elle est encore (uniquement) en usage chez toutes les nations et par conséquent à préférer »14.

14L’on retrouve d’ailleurs dans certaines circulaires cette police « à l’italienne » qui tend à imiter l’écriture manuscrite.

  • 15 CAMT, 3 AQ 340.

15Certaines de ces circulaires présentent ensuite quelques particularités (voir document 2). C’est le cas de l’envoi aux frais du destinataire puisqu’il n’y a pas de frais d’envoi jusqu’au 1er janvier 1849 qui instaure le timbre postal, le coût du port étant établi en fonction de la distance parcourue ; mais dans certains cas de « sévère économie »15, on demande donc au destinataire de ne pas accuser réception (est-ce donc la règle ?) ; au-delà, qu’en est-il des frais, du coût de réalisation de telles circulaires et à combien d’exemplaires sont-elles tirées ?

  • 16 CAMT, 3 AQ 340.
  • 17 CAMT, 3 AQ 233.
  • 18 On retrouve cette pratique d’insertion d’image dans le papier à en-tête et les factures de nombreus (...)

16Certaines circulaires se distinguent par la marque-totem de la maison, tel Megerlin, de Thionville16, qui apparaît ainsi selon l’interprétation qu’on en fait comme le négociant commissionnaire qui se mord la queue ou « le Serpent de Thionville » (comme on dit « le Sanglier des Ardennes »). D’autres (mais elles sont rares), ajoutent au texte une iconographie : c’est le cas sur la circulaire de la fonderie et les ateliers de construction de machine d’Hallette, Tournelle & Cie d’Arras17, et l’on remarque les vastes locaux, la cheminée fumante, l’intense activité (avec au moins 7 ouvriers)18. Enfin, la signature – dont j’aurais l’occasion de reparler plus bas –, dont le paraphe plus ou moins compliqué s’impose au lecteur destinataire, constitue elle aussi une certaine forme d’image, en plus d’être bien souvent le seul élément manuscrit de la circulaire.

  • 19 CAMT, 3 AQ 341.
  • 20 CAMT, 68 AQ 169.

17On sait enfin que la « nation négociante » transcende les frontières et parle le même langage ; on s’adresse donc de la même façon – et ici l’imprimé reproduit en nombre joue pleinement son rôle – à un négociant d’Anvers, Bayonne ou Milan. Le français, langue internationale du commerce, est donc presque exclusivement employé dans les circulaires retrouvées, même si on trouve quelques exceptions comme cette circulaire en hollandais, envoyées de Jever en 180619, ou encore celle de la Banque Thuret à destination des maisons britanniques et donc rédigée en anglais en 181720.

Document 2. Quelques particularités

Document 2. Quelques particularités

18Le nombre des circulaires permet également d’établir une chronologie des envois, le fonds Briansiaux servant ici de support (voir document 3). La période couverte s’étend de 1795 à 1827, soit entre le moment où le négociant lillois devient assez notable pour qu’on lui adresse des circulaires (il est alors reconnu, et donc devenu visible dans les autres places de négoce) et son décès. Selon les années, on compte entre 1 et 43 circulaires émises, soit une très large amplitude. Plus qu’aux régimes politiques, la chronologie des circulaires est à lier au contexte commercial, et donc économique et militaire, avec un probable effet retard. On remarque ainsi un faible nombre d’envois dans le climat de crise politique, économique et financière des premières années du Directoire avant que ne se manifeste un renouveau, peut-être lié au rétablissement de la monnaie métallique en févier 1797. Le mouvement s’amplifie avec le retour de la confiance et de la croissance au début du Consulat, avant de connaître une « explosion » à l’annonce de la conclusion de la Paix d’Amiens en 1802. Un recul s’amorce dès la reprise des hostilités en 1804 et dure jusqu’au lendemain de la proclamation du Blocus continental et les années fastes de l’apogée de l’Empire en 1807-1809. La crise économique puis militaire des années 1810 entraîne une longue période de stagnation qu’au retour à la paix, dont les effets ne sont sensibles qu’à partir de 1817-1818. Par la suite, ce retour à la paix et le rétablissement des relations maritimes a pour première conséquence d’élargir considérablement l’horizon commercial des négociants qui reçoivent désormais des circulaires du monde entier, ou presque.

  • 21 Les villes émettrices sont au nombre de 58 pour Foache, contre 61 pour Briansiaux.

19C’est ce qu’on peut observer en établissant une carte de la géographie négociante qui repose sur la localisation des villes émettrices et la quantification des circulaires expédiées et l’on renvoie ici à la carte établie à partir de la Collection Foache (voir document 4). Elles permettent ainsi de déterminer l’étendue du territoire négociant, mais surtout d’en comprendre l’organisation, la hiérarchisation et la polarisation. On remarque tout d’abord le grand nombre de lieux d’origine21, puis leur extrême dispersion géographique, selon qu’elles se trouvent à l’intérieur des frontières nationales (logiquement les plus nombreuses), sur le continent européen ou plus rarement par delà les mers. Le négociant lillois compte des correspondants dans 26 villes européennes, même si à l’évidence, l’Europe du nord-ouest est sur-représentée avec 18 villes, alors que l’espace méditerranéen ne compte que 7 villes d’origine. Les armateurs havrais reçoivent quant à eux des circulaires de 10 villes européennes, 8 en Amérique, 1 en Afrique, exclusivement (à une exception près) des ports. Les villes françaises se partagent quant à elles entre les localités de la région et les grandes places négociantes : Paris, Bordeaux, Rouen, Nantes, Lyon et Marseille, ou encore Orléans, Toulouse Strasbourg, Montpellier, La Rochelle.

Document 3. Graphique chronologique des circulaires commerciales reçues par Briansiaux (1795‑1827)

Document 3. Graphique chronologique des circulaires commerciales reçues par Briansiaux (1795‑1827)
  • 22 C. Dauphin, P. Lebrun-Pezerat et D. Poublan, « L’enquête postale de 1847 », op. cit., p. 103. Voir (...)

20La chronologie joue logiquement un rôle important dans cette géographie négociante, puisque l’espace commercial de François Briansiaux se confond peu ou prou avec les 130 départements du Grand Empire et ses satellites, alors que celui des Foache reflète l’élargissement des horizons commerciaux d’après 1815. À ce poids de l’histoire s’ajoute ce que j’appellerai un « effet de source » qui fait clairement apparaître une zone d’envoi privilégiée en fonction du lieu de réception, Lille dominant un vaste quart nord-ouest de l’Europe et Le Havre recevant des sollicitations d’un ample arc atlantique. Ces espaces sont par ailleurs très fortement polarisés. Tout d’abord parce que les cinq premières villes regroupent près de 55 % des circulaires expédiées à Briansiaux, et le phénomène tend à se renforcer avec la Maison Foache, la proportion atteignant 80 %, ensuite parce que de façon quelque peu paradoxale, on s’adresse en premier lieu à ses propres voisins et concurrents, puisque dans les deux cas, les circulaires envoyées de Lille et du Havre représentent 13,5 et 43 % du total. Enfin dernier élément de cette hiérarchisation, la capitale, par le rang qu’elle occupe parmi les villes émettrices, ne fait que se confirmer sa place de principal pôle économique du pays : on a là une nouvelle confirmation qu’« à la veille de la révolution industrielle […], l’espace épistolaire reste largement tributaire de l’attraction de la capitale »22.

Document 4. Carte des villes émettrices des circulaires de la Collection Foache

Document 4. Carte des villes émettrices des circulaires de la Collection Foache

III. Fragments du discours négociant

21Reste à déterminer ce que nous apprend enfin le texte de ces circulaires, ce que veulent nous dire les négociants, la façon dont ils le disent et dont ils entendent convaincre leur interlocuteur.

  • 23 CAMT, 3 AQ 291 pour 1808 et 69 AQ 3 pour 1814.

22Les circulaires visent avant tout à informer les destinataires, en premier lieu sur la vie des sociétés commerciales : une rapide typologie des circulaires permet de distinguer celles ayant trait à une fondation, qui représentent environ 30 % du total de celles annonçant une poursuite d’activité (environ 33 %) à la suite de l’arrivée ou du départ d’un associé, parfois la transmission de la clientèle ; ce premier ensemble représente près de deux tiers des circulaires. Il faut y ajouter celles signalant une dissolution ou cessation d’activité (environ 20 %), plus rarement une faillite (environ 2 %), ce second ensemble totalisant environ un cinquième des circulaires (voir tableau ci-dessous). Lorsque l’on dispose de plusieurs circulaires successives pour une même maison, il est possible de suivre son développement, ses avatars, les difficultés qu’elle rencontre ou encore les tensions qui surviennent entre d’anciens associés. À l’occasion, un fonds complète l’autre et parfait notre information en renouant les fils d’une généalogie fragmentaire des maisons de commerce : ainsi alors que la circulaire de 1808 annonce la poursuite d’activité de Quévremont, Balleydier & Cie, maison lyonnaise qui existe donc déjà, celle de 1814 signale sa liquidation et sa transformation en Balleydier frères & Cie23.

       Motif de la circulaire        

        Part du total        

Fondation

30 %

Poursuite d’activité

33 %

Dissolution

20 %

Faillite

2 %

Offre de service

15 %

23Plus largement, il est possible lier ces éléments à une sorte de « démographie » des sociétés commerciales qui naissent, se transforment, se reproduisent et meurent. Cette source vient également confirmer et compléter les recueils des actes de sociétés déposés auprès des tribunaux de commerce pour une période donnée et observer les recoupements et différences, avec trois possibilités : la société est présente dans les deux séries, dans l’une des deux, enfin dans aucune des deux (ce qui reste bien sûr impossible à vérifier).

  • 24 Sur la question de l’inégal accès à l’information et ses conséquences, voir par exemple l’article d (...)

24Les circulaires permettent également d’informer sur l’état du marché local, les prix ou le coût des recouvrements de créances : il s’agit alors d’offres de services qui composent les 15 % restants dans la typologie commencées plus haut. Sans doute s’agit-il des informations les plus précieuses, ou du moins celles qui le seraient si elles n’étaient pas partagées avec tant d’autres ; on est ici confronté à la question de la « publicité » de l’information, d’une trop grande symétrie dans l’accès au renseignement, du moins à un certain niveau de notabilité commerciale. Faire partie de la liste des destinataires d’une circulaire consacre donc l’entrée du destinataire dans une sphère sans doute plus élevée dans la hiérarchie négociante, mais au sein de laquelle, à niveau égal de « surface commerciale », on partage finalement ses informations avec tous et chacun, réduisant d’autant la probabilité de réaliser une véritable « bonne affaire », qui repose sur la connaissance et l’utilisation d’une information qu’on est le seul (ou presque) à détenir24.

25Enfin l’analyse des circulaires permet d’en savoir un peu plus sur les secteurs économiques représentés : il s’agit dans une très large majorité de maison de commission qui se chargent d’un achat pour le compte d’un client lointain, ainsi que d’escompteurs et encaisseurs de créances et de lettres de change (ce sont parfois les mêmes). Les autres sont avant tout négociants en marchandises et productions locales et dans quelques cas plus rares entrepreneurs de roulage. Mais dans la plupart des cas, les maisons sont mixtes et font un peu tout cela à la fois.

  • 25 Cité par J.-P. Hirsch, Les deux rêves du commerce, op. cit., p. 430.
  • 26 CAMT, 3 AQ 302.
  • 27 CAMT, 3 AQ 321.

26Les circulaires visent également, et c’est là l’un des principaux enjeux de la correspondance que l’on espère engager, à inspirer confiance à l’interlocuteur. À cet effet, on mobilise en premier lieu sa signature : on renvoie ici au drapier de Sedan Labauche qui rappelle que « le nom est la première propriété de l’homme »25 et les circulaires reflètent bien l’importance attachée à ce qui est assimilé à une forme d’engagement et vient clore l’envoi. Le Parisien Jean-Baptiste Bréa précise ainsi « Vous avez ci-dessous ma signature, à laquelle seule je vous prie d’ajouter foi »26, et Saint-Bris & Cie, de Paris, signale comme en écho : « … la signature de laquelle je vous prie de prendre note »27.

  • 28 CAMT, 3 AQ 238.
  • 29 CAMT, 3 AQ 290 ; la maison de commerce est installée à Lunel (Hérault).
  • 30 CAMT, 69 AQ 3.

27En plus du nom de la société, les circulaires mentionnent dans certains cas la liste, souvent les prénoms, des associés, précisant parfois s’ils disposent ou pas de la signature ; on peut ainsi savoir qui se cache derrière le fréquent… & Cie des maisons de commerce. En janvier 1821, le Bordelais Ed. Bethman entend relancer les affaires et la maison fondée par son grand-père et s’associe à cet effet à Alfred de Luze, fondé de pouvoir d’une maison parisienne aux États-Unis et Émile Dumas, attaché à la Maison Bethman de Francfort, dont les noms et la signature apparaissent au bas de la circulaire28. À la suite du départ en retraite de Rouët père, en septembre 1817, l’affaire est reprise par ses deux fils (?), Rouët aîné et Jules Rouët, flanqué de quatre associés qui ont tous la signature, tous les six signant « Rouët & Cie »29. Il arrive enfin que les autres associés, demeurés « sous l’anonime de la compagnie » comme le dit joliment la circulaire de la maison bordelaise Zimmerman, Mezler & Cie, disposent également de la signature, sous leur nom privé, « parce que nous somme convenus que deux d’entre eux pourront […] également signer valablement au nom de notre nouvelle société »30.

  • 31 CAMT, 3 AQ 291.
  • 32 CAMT, 3 AQ 316.

28On trouve également des informations sur la forme juridique de la société, selon les cas plus ou moins explicitement indiquée, ainsi que les modalités du financement, relevant le plus souvent de la commandite. Quevremont aîné, de Marseille se dit ainsi « suffisamment secondé par quelques-uns de mes anciens amis »31 ; Morel & Cie, d’Anvers, précise que « mes fonds… joints à la commandite que me fait la Maison Delaville Le Roux » qui signe en bas de la circulaire, lui assure des capitaux suffisants32 ; enfin Balleydier frères & Cie, de Lyon, déjà cités qui précisent que « MM. Augustin Périer & Cie de Grenoble et M. L.-A. Gérard de Besançon sont les commanditaires [de leur maison] pour une somme de 500 000 francs ».

  • 33 CAMT, 3 AQ 301.
  • 34 CAMT, 3 AQ 289.

29Dernier élément, les références : on se prévaut en effet de « parrainages » aussi prestigieux que possible, avant tout dans le but de prouver son sérieux, mais aussi pour signaler ainsi à son interlocuteur que l’on fait d’ores et déjà partie d’un réseau commercial dont il pourra à l’occasion profiter. Louis Blondel, de Paris, indique « Vous pouvez prendre des renseignements sur ma maison auprès de M. Jame, régent de la Banque de France, B. L. Fould et Vassal & Cie, banquiers à Paris »33 alors que Charles Immer, de Liverpool : « Si des informations sur mon compte peuvent vous être agréables, les maisons suivantes pourront vous satisfaire », soit les maisons de ses parents installés à Marseille et Avignon, un Parisien et un Londonien34.

30Tous ces éléments relevant à la fois du texte et du « para-texte » n’ont finalement qu’un seul objet, celui d’emporter la conviction du lecteur, de le convaincre d’établir le contact et d’engager une correspondance commerciale. Cette nécessité récurrente du commerce se trouve renforcée dans le contexte nouveau né des décrets d’Allarde et Le Chapelier qui rendent plus difficile toute représentation collective et renvoient les individus à une forme d’anonymat. La société et le monde économique d’après 1789 s’organisent dès lors sur la base de repères institutionnels plus flous, alors même que se met progressivement en place un marché intérieur unifié, au moins sur le plan fiscal, et que le territoire français s’étend de façon importante vers le Nord, l’Est et le Sud-Est sous le Directoire et l’Empire, et qu’après sa chute les horizons commerciaux s’élargissent considérablement. Les négociants se trouvent dès lors dans l’obligation de recourir à un nouveau vecteur d’information qui repose à la fois sur l’auto-représentation (« j’existe »), la manifestation d’une activité (« je fais ») et la projection d’une image de marque (« je le fais bien »). Cela soulève une fois encore un certain nombre de questions, renvoyant à l’image de soi que l’on veut donner, aux moyens de rayonner au-delà du petit cercle de ses correspondants habituels, enfin aux arguments employés pour convaincre son interlocuteur.

  • 35 CAMT, 3 AQ 316.

31Parmi les éléments les plus fréquemment mis en avant, on retrouve en premier lieu l’expérience. Les négociants n’hésitent pas à rappeler leurs longues années de bons et loyaux services, cette longévité étant par elle-même un gage de sérieux et certains vont jusqu’à mentionner les étapes de leur parcours dans une sorte de curriculum vitae « improvisé » : Jean-Baptiste Bréa rappelle ainsi qu’il a travaillé « un grand nombre d’années dans le commerce et la banque » comme « agent de change » et rappelle qu’il bénéfice de « l’estime et de la confiance » d’une place qu’il connaît bien, alors que Lefebvre, de Paris, a successivement été « étudiant en droit destiné au barreau, banquier et négociant de 1795 à 1811, pendant six ans administrateur et régent de la Caisse d’escompte et de commerce » et dispose donc de compétences étendues et d’une insertion au plus haut niveau dans le milieu commercial de la capitale35.

  • 36 CAMT, 3 AQ 277.
  • 37 CAMT, 3 AQ 321.
  • 38 CAMT, 3 AQ 311.

32Viennent ensuite le zèle, l’exactitude, la célérité, même s’il s’agit là de qualités « évidentes » et nécessaires chez un négociant (personne ne s’adresserait à quelqu’un de négligeant, imprécis et lent), mais ne pas signaler ces qualités équivaut sans doute à reconnaître qu’elles font défaut. Muyen, de Gand « vous assure d’avance la plus grande exactitude et ponctualité, ainsi que de l’économie et de la célérité »36 et le Parisien Taschggeny de Carrivin promet « du zèle et de l’activité »37. Des remarques similaires s’imposent pour la probité et l’intégrité, le même signalant « une intégrité à toute épreuve », alors qu’Harambouré & Bidart, de Paris, se prévalent d’« un grand fonds de probité connue »38.

  • 39 CAMT, 3 AQ 221.
  • 40 CAMT, 3 AQ 245.

33Le dernier argument mis en avant relève enfin de la qualité des produits et du service qui sont, sans surprise, de tout premier ordre, en tout cas pour ce qui relève de la responsabilité du négociant concerné. Sombret-Guillebert, entrepreneur de la manufacture de tabac d’Abbeville, propose ainsi différentes qualités de tabac, mais toutes « d’anciennes et bonnes matières » et « composées de feuilles saines et bien préparées », garanties d’une « bonne garde », à la condition bien sûr que l’acquéreur prête l’attention nécessaire aux conditions de stockage39. Quant à Matis, commissionnaire calaisien qui étend ses activités au recouvrement des effets sur les principales places de Flandre maritime et d’Artois, il souligne une commission réduite à ½ %, frais de port de lettres en sus, et promet un retour en papier à court jour sur Paris où il bénéficie de l’appui des banquiers Baguenault & Cie dans le cas de ce qu’il appelle « un au-besoin » ; pour autant, il attire l’attention de ses futurs clients sur l’absence de garantie en cas de retard de la diligence, de timbre ou d’échéance trop courte40.

34« Le réseau et le secret » constituent, on le sait, les deux éléments moteurs de l’activité négociante. Ils s’organisent en fait en deux sphères concentriques, la première, publique, s’adresse à une multiplicité de correspondants, se compose des circulaires qui vantent les mérites des expéditeurs et invitent les destinataires à entrer dans la seconde, plus restreinte et avant tout privée en ce qu’elle repose sur un lien direct et privilégié, celui de la correspondance commerciale et du secret des affaires. Il convient donc de préciser l’expression initiale en remplaçant le terme central : c’est « le réseau puis le secret ».

  • 41 À titre d’exemple, citons les fonds Greffulhe (correspondance reçue en 61 AQ 11 à 17, 63 à 197, 215 (...)

35Mais étayer cette hypothèse de départ impose sans doute de constituer une base de données plus vaste et plus efficace que celle dont j’ai posé ici les premiers jalons. Elle aurait vocation dans un premier temps à recoller l’ensemble de ces circulaires dans les fonds d’archives nationaux, départementaux ou locaux. D’autant qu’au-delà de ces trois exemples retenus et présentés, on trouvera sans peine des circulaires, les mêmes parfois et bien d’autres, dans tous les fonds contenant de la correspondance commerciale ou bancaire et la simple consultation de l’inventaire du CAMT permet de dresser une liste non exhaustive couvrant tant le XVIIIe que le XIXe siècle41. Parallèlement, il serait dès lors envisageable d’en proposer une étude plus approfondie que l’ébauche qui je viens de présenter.

Annexes

Répartition du nombre de circulaires émises par chaque ville et reçues par F. Briansiaux et la Maison Foache

Répartition du nombre de circulaires émises par chaque ville et reçues par F. Briansiaux et la Maison Foache

Répartition du nombre de circulaires émises par chaque ville et reçues par F. Briansiaux et la Maison Foache (suite)

Répartition du nombre de circulaires émises par chaque ville et reçues par F. Briansiaux et la Maison Foache (suite)

Répartition du nombre de circulaires émises par chaque ville et reçues par F. Briansiaux et la Maison Foache (fin)

Répartition du nombre de circulaires émises par chaque ville et reçues par F. Briansiaux et la Maison Foache (fin)

Notes

1 Honoré de Balzac, César Birotteau, chapitre VI.

2 Louis Bergeron, « Négoce et industrie : transfert d’hommes et de capitaux en France dans la première moitié du XIXe siècle », Négoce et industrie en France et en Irlande aux XVIIIe et XIXe siècles, L. M. Cullen et P. Butel (dir.), Colloque de Bordeaux mai 1978, Paris, Éd. du CNRS, 1980, p. 105. La remarque vaut pour la France. Pour l’Angleterre cf. Katie Scott, « Archives and collections. The Waddesdon Manor trade cards : more than one history », Journal of Design History, 17, 2004, p. 91-102 ; Maxine Berg and Helen Clifford, « Selling Consumption in the Eighteenth-Century : Advertising and Trade Cards in Britain and France », Cultural and Social History, 4, 2007, p. 145-170. Un programme de recherche sur ce thème est actuellement en cours à l’Université de Warwick.

3 Roger Chartier, « La culture de l’imprimé », avant-propos à Les usages de l’imprimé, R. Chartier (dir.), Paris, Fayard, 1987, p. 7-18 ; p. 10. Il évoque quant à lui les placards politiques.

4 Cécile Dauphin, Pierrette Lebrun-Pezerat et Danièle Poublan, « L’enquête postale de 1847 », La correspondance. Les usages de la lettre au XIXe siècle, R. Chartier (dir.), Paris, Fayard, 1991, p. 96-97.

5 Jacques Benkemoun, Études sur le commerce de l’Europe du Nord. La Maison Briansiaux de Lille, 1802-1806, mémoire de maîtrise, Paris IV, 1971 ; Nicolas Georges, La Maison Briansiaux. Aux origines d’une réussite commerciale, 1796-1803, thèse de l’École des Chartes, 1991 ; Jean-Pierre Hirsch, Les deux rêves du commerce. Entreprise et institution dans la région lilloise (1780-1860), Paris, Éd. de l’EHESS, 1991, p. 263-270 ; Matthieu de Oliveira, Argent public et argent privé sur les routes du Nord. Réseaux et flux financiers en Europe du nord-ouest de la Révolution à l’Empire, thèse de doctorat, Lille 3-Paris X, 1999.

6 Bégouën-Demeaux, Mémorial d’une famille du Havre, Paris, Maisonneuve, t. I : Les fondateurs, Jacques François Begouën, 1743-1831, choses et gens du XVIIIe siècle, 1948, 144 p. ; T. II : Stanislas Foache, négociant à Saint-Domingue, 1737-1806, 1951, 320 p. ; Laurent Bégouën-Demeaux, Papiers Bégouën Demeaux et Foache : lettres de commerce adressées à des correspondants américains de 1791 à 1816, Paris, Chez l’Auteur, 1994, XI-239 p.

7 CAMT, 69 AQ 3 ; les circulaires sont rassemblées dans 61 chemises classées par ordre alphabétique de villes d’expédition.

8 Sur cette maison, à défaut d’une étude spécifique, voir la plaquette commémorative de Neuflize, Schlumberger & Cie, 1800-1950, sl, 1950, 33 p.

9 Il est conservé sous la cote 3 AQ 220.

10 Lille, Jacquez, 124 p. ; Bibl. mun. Lille : 40 058.

11 Paris, Au bureau de l’Almanach du Commerce, 1822, 1259 p.

12 Elles sont conservées sous la cote Fonds Gentil, liasse 15 211.

13 Formulaires « de toutes les lettres et billets de change » (I, 1re partie, Livre 3e, chap. X), « de livres journaux » (I, 1re partie, Livre 4e, chap. V), « de toutes les sociétés qui se font » (I, 2e partie, Livre 1er, chap. II), « de lettres de réhabilitation » (I, 2e partie, Livre 4e, chap. V).

14 Science des négocians et teneurs de livres, ou Instruction générale pour tout ce qui se pratique dans les comptoirs des négocians, tant pour les affaires de banque, que pour les marchands et chez les financiers pour les comptes, par feu M[atthieu] de La Porte, professeur, teneur de livres de comptes, arithméticien et maître juré-expert pour les écritures, signatures, comptes et calculs, Amsterdam, Aux dépens de la Cie, 1783 (nouvelle éd. revue et corrigée), 757 p. ; p. 373 et 593. Voir également l’article de Pierre Jouanique, « Un classique de la comptabilité publique au XVIIIe siècle : La science des négociants de Mathieu de La Porte », Études et documents V, 1993, p. 339-361. Que Jean-Pierre Hirsch trouve ici mes remerciements pour m’avoir signalé ce manuel et m’avoir permis de consulter l’exemplaire de sa bibliothèque.

15 CAMT, 3 AQ 340.

16 CAMT, 3 AQ 340.

17 CAMT, 3 AQ 233.

18 On retrouve cette pratique d’insertion d’image dans le papier à en-tête et les factures de nombreuses entreprises au XIXe siècle.

19 CAMT, 3 AQ 341.

20 CAMT, 68 AQ 169.

21 Les villes émettrices sont au nombre de 58 pour Foache, contre 61 pour Briansiaux.

22 C. Dauphin, P. Lebrun-Pezerat et D. Poublan, « L’enquête postale de 1847 », op. cit., p. 103. Voir également L. Bergeron, « Paris dans l’organisation des échanges intérieurs français à la fin du XVIIIe siècle », Aires et structures du commerce français au XVIIIe siècle, colloque de l’Association des Historiens Économistes, Paris 4-6 octobre 1973, Lyon, Centre d’Histoire Économique et Sociale de la Région Lyonnaise, 1975, p. 237-263.

23 CAMT, 3 AQ 291 pour 1808 et 69 AQ 3 pour 1814.

24 Sur la question de l’inégal accès à l’information et ses conséquences, voir par exemple l’article d’Alessandro Stanziani, « Information, institutions et temporalité. Quelques remarques critiques sur l’usage de la nouvelle économie de l’information en histoire », Revue de synthèse, 4e série, janvier-juin 2000, nº 1-2, p. 117-155.

25 Cité par J.-P. Hirsch, Les deux rêves du commerce, op. cit., p. 430.

26 CAMT, 3 AQ 302.

27 CAMT, 3 AQ 321.

28 CAMT, 3 AQ 238.

29 CAMT, 3 AQ 290 ; la maison de commerce est installée à Lunel (Hérault).

30 CAMT, 69 AQ 3.

31 CAMT, 3 AQ 291.

32 CAMT, 3 AQ 316.

33 CAMT, 3 AQ 301.

34 CAMT, 3 AQ 289.

35 CAMT, 3 AQ 316.

36 CAMT, 3 AQ 277.

37 CAMT, 3 AQ 321.

38 CAMT, 3 AQ 311.

39 CAMT, 3 AQ 221.

40 CAMT, 3 AQ 245.

41 À titre d’exemple, citons les fonds Greffulhe (correspondance reçue en 61 AQ 11 à 17, 63 à 197, 215-216, 275 à 287…), Dugard (62 AQ 33 à 36), ou Thuret & Cie (68 AQ 29 à 169). Avec ces seuls trois exemples, on dispose de plus de 300 cartons à dépouiller, avec l’espoir d’une large moisson.

Table des illustrations

Titre Document 1. Carnet d’adresse de François Briansiaux, lettre G
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4553/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Document 2. Quelques particularités
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4553/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Titre Document 3. Graphique chronologique des circulaires commerciales reçues par Briansiaux (1795‑1827)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4553/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Document 4. Carte des villes émettrices des circulaires de la Collection Foache
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4553/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Répartition du nombre de circulaires émises par chaque ville et reçues par F. Briansiaux et la Maison Foache
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4553/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Répartition du nombre de circulaires émises par chaque ville et reçues par F. Briansiaux et la Maison Foache (suite)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4553/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Répartition du nombre de circulaires émises par chaque ville et reçues par F. Briansiaux et la Maison Foache (fin)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4553/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 191k

Auteur

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Lille 3 et membre de l’UMR 8529 IRHiS. Auteur d’une thèse intitulée Argent public et argent privé sur les routes du Nord. Réseaux et flux financiers en Europe du nord-ouest de la Révolution à l’Empire, ses recherches portent – entre autres – sur les territoires et réseaux des négociants français et européens de la fin du XVIIIe siècle au milieu du XIXe siècle. Il a publié « Signer de son nom. Du patronyme à la raison sociale », Hypothèses 2005, travaux de l’École doctorale d’histoire de Paris I, p. 329-337 et collaboré au tome III (1848-1870) du Dictionnaire biographique des ministres des Finances de la Révolution française au Second Empire, avec Guy Antonetti et Fabien Cardoni, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2008, http://books.openedition.org/igpde/1230.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540