Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’information économique, XVIe-XIXe siècle

 | 
Dominique Margairaz
, 
Philippe Minard

Le commerce et l’information économique dans la France moderne

Les représentations théoriques de la circulation de l’information économique au XVIIIe siècle

Loïc Charles

Texte intégral

  • 1 L’expression « nouvelle microéconomie » tend à s’imposer chez les économistes français pour désigne (...)
  • 2 Philippe T. Hoffman, Gilles Postel-Vinay, et Jean-Laurent Rosenthal, Priceless Markets. The Politic (...)
  • 3 Cf. Alessandro Stanziani, « Information, institutions et temporalité. Quelques remarques critiques (...)

1Depuis une dizaine d’années en France, mais depuis bien plus longtemps dans le monde anglo-saxon, les historiens de l’économie se tournent régulièrement vers ce que l’on nomme couramment la « nouvelle microéconomie » pour y analyser le fonctionnement des économies d’Ancien régime.1 Pour des raisons méthodologiques évidentes, le thème de l’information économique est un domaine privilégié d’investigation de ce courant de l’histoire économique. Une des études récentes les plus influentes sur l’histoire économique de la France d’Ancien Régime s’appuie de manière systématique, et avec une grande expertise, sur ces nouveaux outils issus de la théorie économique moderne (théorie de l’information, théorie de l’agence, théorie des jeux, théorie du comportement individuel) pour obtenir des conclusions nouvelles et importantes sur le fonctionnement du marché du crédit parisien et sur les origines de la Révolution française.2 Plusieurs articles récents de revues de cette littérature, tant en français qu’en anglais, qui résument les apports, ainsi que certaines limites de cette approche ont ainsi témoigné de son succès grandissant auprès des historiens de l’économie française d’Ancien Régime.3

  • 4 Les travaux de Jean-Claude Perrot ont été réunis dans le recueil : Une histoire intellectuelle de l (...)
  • 5 Steven L. Kaplan, Bread, Politics and Political Economy in the Reign of Louis XV, Martinus Nijhoff, (...)

2Toutefois, l’évolution récente de l’histoire économique française n’est pas univoque. Sous l’impulsion des travaux de Jean-Claude Perrot, plusieurs études ont montré que d’autres outils conceptuels étaient disponibles pour l’historien : ceux qu’avaient développés les auteurs économiques de l’époque.4 Cette approche se retrouve également outre-atlantique sous l’influence de l’œuvre de Steven Kaplan.5 Il existe des différences de méthodes dans les deux traditions – les historiens américains ont ainsi tendance à marquer de manière plus claire que leurs homologues français la séparation méthodologique traditionnelle entre l’histoire intellectuelle et l’histoire des faits et des institutions –, mais elles ne sauraient masquer le poids de l’héritage commun et revendiqué de l’histoire sociale qui les oppose assez clairement aux historiens qui s’inspirent de la « nouvelle microéconomie ».

  • 6 Parmi les historiens, il n’y a guère que P. Minard qui ait cherché à utiliser le cadre heuristique (...)

3En ce qui concerne le thème de l’information économique, la démarche heuristique de la « nouvelle histoire économique » domine largement.6 En effet, il semblerait que les auteurs économiques du XVIIIe siècle ne puissent être dans ce cas que de peu d’utilité, dès lors que les économistes eux-mêmes conviennent que la théorie économique ne s’est emparée que récemment de cette question. Or, ce constat est, comme nous allons le voir, largement erroné. L’information économique a été un thème central des débats économiques sur la liberté du commerce et la richesse des réflexions développées par les auteurs de l’époque des Lumières sur ce point est manifeste. Du fait même de cette richesse, on ne saurait prétendre à l’exhaustivité dans les développements qui vont suivre. Notre propos se limitera donc à repérer les principales alternatives analytiques développées par les auteurs économiques français du XVIIIe siècle dans le cadre du débat sur la liberté du commerce.

  • 7 Ceci est d’autant plus vrai que les auteurs discutés ci-après sont aussi, pour la plupart, des acte (...)

4Par ailleurs, nous avons choisi de centrer notre propos sur un débat spécifique, celui des grains. Aussi certains aspects informationnels (sur la qualité par exemple) qui n’eurent que peu d’importance dans le cadre du débat sur le commerce des grains ne seront pas évoqués. Ce choix permet de ne pas diluer le propos en envisageant un trop grand nombre de cas particuliers ou, à l’inverse, d’adopter un point de vue trop général en faisant appel à quelques « grands » textes systématiquement conviés lors de ce genre d’exercice en faisant l’économie d’une contextualisation fine. La position méthodologique adoptée dans les pages qui suivent est différente. De notre point de vue, les choix d’hypothèses ou les argumentaires développés par les auteurs étudiés ne sont pas arbitraires, mais répondent à un besoin de rendre compte des caractéristiques de l’économie française du XVIIIe siècle.7 Ainsi, les représentations théoriques que nous allons évoquer sont autant d’hypothèses alternatives que peut mobiliser l’historien de l’économie pour son analyse.

Liberté du commerce et circulation de l’information

5L’idée que la liberté du commerce produit des effets économiques positifs que, ni les règlements particuliers des communautés, ni l’action directe du gouvernement ne sont capables d’égaler apparaît au début des années 1750, et acquiert rapidement une force inconnue jusque-là. Parmi les arguments évoqués en faveur de la liberté du commerce, un des plus intéressants est celui de l’impossibilité pour le gouvernement de réunir l’information nécessaire pour déterminer correctement les décisions économiques les plus efficaces. Il est très clairement exposé dans une lettre envoyée au Journal œconomique par le marquis d’Argenson en 1751 :

  • 8 « Lettre à l’auteur du Journal œconomique au sujet de la dissertation sur le commerce de M. le Marq (...)

« Le commerce est la science des particuliers, mais la direction générale du commerce ne peut être une science, car elle est impossible. […] Que l’on se persuade que pour connaître ce commerce de direction il ne suffirait pas de posséder les intérêts de nation à nation, de provinces à provinces, de communautés à communautés, mais qu’il faudrait encore savoir tous ceux de particuliers à particuliers, la qualité et la valeur de chaque marchandise. Qui se tromperait sur le moindre article pourrait errer sur le reste, dirigerait mal et ferait de mauvaises lois. Qui prétendra donc à cette sagacité intégrale et universelle ? Non datur scientia : cependant les directeurs du commerce se l’arrogent ; et s’ils se l’attribuent à tort, ou s’ils consultent moins leurs lumières que leurs caprices, il n’en résulte que des lois de gêne et des faveurs injustes ».8

  • 9 Politique et économie…, op. cit., p. 44.
  • 10 Politique et économie…, op. cit., p. 42.

6À l’inverse, le particulier est à même de juger correctement de ses intérêts et des conséquences économiques ou juridiques de ses actes à travers les échanges qu’il effectue avec les autres : « un homme seul voit plus clair dans les intérêts de son commerce, et le conduit mieux que dix associés, dont les intérêts sont toujours divisés et souvent opposés. S’il va trop loin, s’il usurpe, s’il nuit aux autres, ces autres l’arrêtent et le répriment à l’aide de la justice, voilà ce qui constitue la police et la balance convenables au commerce. Les législateurs ne peuvent voir que confusément tant d’intérêts divers ».9 Une telle opposition amène logiquement d’Argenson à plaider pour que le rôle de l’État dans l’économie soit très mesuré et se limite à « de bons juges, la punition du monopole, une égale protection à tous les citoyens, des monnaies invariables, des chemins et des canaux ; par-delà ces articles les autres soins sont vicieux ».10 Toutefois, la lettre de d’Argenson n’est pas directement concernée par l’analyse économique, et le concept de prix n’est même pas évoqué. L’argumentation de d’Argenson est essentiellement politique et le commerce n’est, semble t-il, pris que comme l’illustration d’une problématique plus large. Le texte de d’Argenson reprend la question politique de l’adéquation entre intérêts privés et intérêt public. Ce point est confirmé par la référence explicite qu’il fait à La fable des abeilles de Mandeville :

  • 11 Politique et économie…, op. cit., p. 42. Sur l’influence de Mandeville sur la pensée économique fra (...)

« [L]es républiques ont plus avancé leur commerce presque sans lois et sans gêne, qu’ailleurs sous les plus grands ministres ; l’instinct de l’abeille y fait plus que le génie des plus grands politiques ».11

7Dès 1753, Herbert utilise très largement ce type de raisonnement pour mettre en avant l’inefficacité de la législation traditionnelle. Son argumentation développe l’analyse esquissée par le Marquis d’Argenson sur les capacités limitées de l’administration à collecter et à traiter l’information économique. Ainsi s’oppose-t-il à la constitution de magasins publics car les agents publics sont relativement inefficaces :

  • 12 C.-J. Herbert, Essai sur la police générales des grains, Paris, 1755. Nous citons d’après l’édition (...)

« Un commissionnaire zélé, entendu, intègre, se transporte dans le canton où ses ordres et sa bonne volonté le conduisent. Il en ignore les détails. Il achète des grains au prix courant, souvent sans distinction de qualités : il est rare qu’il ne les fasse bientôt renchérir, et qu’il n’excite des murmures, des soulèvements souvent dangereux. […] Que s’ensuit-il de cette opération ? Que le commissionnaire n’ayant d’autre but, que de faire une emplette, a pris indistinctement tout ce qui s’est présenté ; qu’il a parcouru une province avec plus de zèle que de réflexion sur les achats, et sur les frais ; qu’il a payé le médiocre comme le bon ; que sa précipitation a renchéri voiture et grains ; qu’il faut les vendre de même sans distinction, ou que l’État y perde ; que ces grains sont au prix le plus cher, sans être les meilleurs, ni les mieux conditionnés ; le prix et les qualités étant indifférents à celui qui ne court aucun risque d’y perdre. »12

  • 13 Sur ce dernier point le texte de 1755 corrige le texte de 1753 qui voyait dans ceux-ci une solution (...)
  • 14 « Il n’y a que ceux qui ont un intérêt personnel à la conservation des grains, qui puissent les bie (...)
  • 15 « Nous avons parlé ci-devant des inconvénients qui résulteraient d’une entreprise générale, et des (...)
  • 16 C.-J. Herbert, Essai…, op. cit., p. 34.

8On peut déceler dans l’argumentation d’Herbert trois causes pour lesquelles le commerce libre est plus efficace que l’État ou les entrepreneurs commandités par celui-ci.13 La première est l’absence d’intérêt individuel des agents de l’État, ce qui entraîne des coûts supplémentaires.14 La seconde est liée à la taille de l’entreprise qui engendre des rendements d’échelle décroissants.15 La troisième enfin est liée au déficit d’information des commis de l’État qui doivent couvrir plusieurs activités ou provinces différentes, et ne peuvent acquérir les connaissances spécialisées du marchand de grain. Herbert mêle d’ailleurs assez souvent la première et la troisième cause, même si au plan logique elles ne se recoupent pas tout à fait : les gains économiques liés à la plus grande attention de l’agent économique ne reposent pas nécessairement sur une meilleure information. Le problème d’information se pose notamment lorsque le gouvernement désire déterminer le moment d’autoriser l’exportation. Étant incapable d’obtenir l’information adéquate sur le niveau des récoltes, comme des stocks accumulés, il est donc obligé d’attendre que l’unanimité se fasse sur la nécessité d’exporter pour agir, ce qui arrive toujours trop tard.16 Ainsi, l’État ne peut assurer la gestion du commerce des grains et de l’approvisionnement de la nation à un coût économique raisonnable.

9À l’opposé, un commerce libre, animé par les seuls marchands, distribue le grain en quantité égale au besoin, au prix le plus avantageux pour le consommateur :

  • 17 C.-J. Herbert, Essai…, op. cit., p. 22-3.

« Le marchand au contraire guidé par le seul espoir du gain, a intérêt de n’acheter que dans les endroits ou la marchandise est la moins chère. Si elle hausse trop dans le pays où il commence ses achats, il va les achever dans un autre. Il marchande, il choisit, il fait des transports à propos, et avec la plus grande économie. Il y est même nécessité, si la concurrence s’en mêle, parce que la perte tomberait entièrement sur lui. Ainsi plusieurs marchands qui se dispersent, opèrent plus sûrement qu’un seul commissionnaire, à qui son ardeur ou sa maladresse ne peuvent faire aucun [sic] tort. C’est ainsi que les prix peuvent se mettre de niveau sans aucun effort, et que l’équilibre des grains s’établit de lui-même par des acheteurs épars, que le seul appas du bénéfice fait concourir au bien général. La liberté bien établie, et l’habitude des marchands encouragée, diminueront plus promptement et plus sûrement la misère et la cherté dans les temps les plus difficiles ».17

10Il est intéressant de noter qu’Herbert attribue aussi une part des externalités positives du commerce libre à la création de routines chez les marchands (« l’habitude des marchands ») qui permettent de réduire l’incertitude de leurs actions ; leur expérience leur permet de déterminer avec un minimum de calcul l’action efficiente dans la plupart des situations.

11Dans le schéma d’Herbert, le prix tient un rôle central. D’une part, c’est le prix de vente du blé et non les quantités de grains produits qui détermine le profit du cultivateur et son intérêt à la culture des terres :

  • 18 C.-J. Herbert, Essai…, op. cit., p. 34.

« [C]’est le prix des grains qui anime, ou décourage le cultivateur. S’ils s’avilissent, il a un intérêt sensible à ne plus souhaiter une si bonne récolte ; et s’il ne vend point à propos, il ne peut faire les avances d’une nouvelle culture. […] C’est le prix et non la quantité, qui règle ses travaux, et qui le détermine à tracer plus ou moins de sillons ».18

  • 19 C.-J. Herbert, Essai…, op. cit., p. 54.

12D’autre part, le prix fournit une information essentielle aux acteurs du commerce des grains. En effet, si les marchands ont, dans le cadre du libre commerce, une supériorité dans la rapidité d’exécution par rapport à l’administration, ou aux entrepreneurs qu’elle commandite, c’est parce qu’ils peuvent s’en remettre au seul prix pour déterminer s’il existe une demande résiduelle de grains, et le lieu où elle s’exprime : le prix est un « thermomètre toujours sûr ».19

  • 20 C.-J. Herbert, Essai…, op. cit., p. 35.

13Toutefois, lorsque le commerce est entravé par les règlements, le prix des grains cesse d’être un indicateur fiable pour l’acheteur et le vendeur. Lorsque l’on accorde une permission d’exporter à partir d’un lieu ou d’une région particulière, « un essaim d’acheteurs peut se répandre dans l’instant, arrher et enlever tous les blés ; et faire naître la disette au sein de l’abondance : car les marchands ne peuvent se jeter que dans l’endroit où il est permis d’enlever ; et ils se hâtent de profiter d’une permission momentanée ».20 Dans ce cas, les marchands n’agissent plus en fonction de la seule variable prix. La permission étant momentanée, ils sont prêts à aller au-delà de cette limite ne sachant pas où, ni quand, ils pourront à nouveau procéder à des achats non contraints par la législation traditionnelle. De manière symétrique, le cultivateur est incité à liquider ses stocks et à vendre une quantité trop grande de grains, ne sachant pas s’il pourra en faire de même à un prix avantageux les années suivantes. Dans un cas comme dans l’autre, le marché en est déséquilibré et le prix est tantôt trop haut pour assurer la subsistance de tous les consommateurs, tantôt trop bas pour rémunérer suffisamment les producteurs et les marchands de grains.

  • 21 Lorsque le prix des grains est faible, les droits de sortie sont faibles ou nuls ; au fur et à mesu (...)

14Par conséquent, Herbert propose de supprimer l’ensemble de la législation traditionnelle sur le commerce des grains, et le système des permissions et des passeports particuliers, pour lui substituer une régulation basée sur le prix des grains, à l’aide d’un système d’échelle mobile de droits de sortie21. La justification d’une telle mesure est qu’elle permet d’influer sur l’état de l’offre et de la demande en s’appuyant sur le rôle heuristique du prix :

  • 22 C.-J. Herbert, Essai…, op. cit., p. 54, je souligne ; voir aussi, p. 56-57.

« [C]’est le prix seul, qui règle le sort du blé, et qui le fait mouvoir. S’il est à plus bas prix chez nous, que chez nos voisins, il sortira, parce que le marchand y trouve du bénéfice : s’il est plus cher en France, que chez l’étranger ; il restera en France, sans qu’il soit besoin d’aucune défense, parce qu’il y a de la perte à l’exporter. Le blé étranger au contraire sera attiré en France par le plus haut prix. C’est une balance continuelle, que le prix seul gouverne, pour la fixer d’un côté ou d’un autre. Appesantir le prix par le surhaussement des droits de sortie, c’est le faire pencher de notre côté, et retenir nos grains, sans aucune défense : l’alléger par la diminution ou la suppression de ces mêmes droits, c’est faire tourner la balance de l’autre côté, et pousser nos grains au dehors sans permissions ».22

  • 23 Dans la première édition, Herbert proposait de plus de défendre la sortie des grains au-delà d’un « (...)
  • 24 Le muid est équivalent à 12 setiers mesure de Paris, la mesure la plus commune dans le commerce des (...)
  • 25 « Si l’on proposait d’imiter tout d’un coup la méthode anglaise, ce changement subit pourrait cause (...)

15Herbert voit alors la possibilité d’une action de l’État, par l’intermédiaire des prix, qui s’avèrerait plus efficace. En faisant payer un droit de sortie plus ou moins élevé, voire, en encourageant sur le modèle anglais l’exportation du blé ou, à l’inverse, en attirant les grains lors d’une disette par une prime à l’importation, Herbert est persuadé que le gouvernement royal détient un principe d’action économiquement rationnel.23 Dans la situation présente de la France, il repousse le modèle anglais qui cumule subvention à l’exportation et protection à l’importation, et propose d’établir simplement un droit de sortie de « 22 livres par muid24 » modulable selon les circonstances.25 Ainsi, en cas de disette, il préconise une subvention à l’importation. Il y a encore loin du laisser-faire des économistes libéraux du siècle suivant,… il faut se méfier des formules qui échappées de leur contexte laissent à penser qu’Herbert soit libre-échangiste. Il se prononce pour une pratique administrative plus efficace, ce plaidoyer et les objectifs qu’il se fixe – balance du commerce excédentaire, augmentation de la puissance économique et politique française – sont inscrits dans le programme de réforme du cercle de Gournay.

  • 26 Comme le note en 1757, Montaudoin de la Touche. Cf. Jean-Gabriel Montaudoin de la Touche Supplément (...)

16Toutefois, le schéma théorique mis en place par Herbert pour engager le gouvernement à adopter une politique plus éclairée en matière de commerce des blés laissait la porte ouverte à une critique beaucoup plus radicale du rôle que pouvait jouer l’État dans ce domaine.26 Elle sera menée quelques années plus tard par un autre membre du cercle de Gournay rallié à la cause physiocratique, Louis-Paul Abeille.

Abeille : le « vrai prix » comme vecteur d’informations

  • 27 Les similitudes entre les analyses d’Abeille et de Turgot sur ce point sont nombreuses et profondes (...)
  • 28 G.-F. Le Trosne, 1768, Lettre à un ami sur les avantages de la liberté du commerce des grains et le (...)

17Abeille, alors inspecteur général des manufactures, publie en juillet 1768 un livre, Principes sur la liberté du commerce des grains, qui développe l’idée que la capacité du marché libre à réduire l’incertitude des agents économiques, le rend incomparablement plus efficace que les modes alternatifs d’allocation des ressources. Bien qu’Abeille soit lié avec les physiocrates au milieu des années 1760 et n’ait apparemment plus de contact avec les anciens membres du cercle de Gournay à l’exception de Morellet et Turgot, son analyse se situe dans le prolongement direct du thème de l’efficacité du marché développé par le cercle dans les années 1750. D’une manière similaire à celle de Turgot, il radicalise les conceptions d’Herbert pour aboutir à une théorie complète du fonctionnement du marché.27 L’ouvrage d’Abeille s’avère d’autant plus important que ses acquis seront presque immédiatement utilisés par le physiocrate Le Trosne.28

  • 29 La définition retenue par Abeille de cette dernière variable ne considère que les « vrais » besoins (...)
  • 30 L.-P. Abeille, Principes…, op. cit., p. 155-156.

18La question théorique autour de laquelle s’articule la réflexion d’Abeille est celle des conditions idéales de fonctionnement du commerce des grains ; c’est-à-dire la détermination des caractéristiques d’un marché national du grain où les mouvements de prix constatés figureraient exactement les mouvements des quantités disponibles des vendeurs et les besoins réels des acheteurs.29 En d’autres termes, Abeille cherche à déterminer à quelles conditions théoriques les agents économiques disposeraient d’une information parfaite sur les conditions du marché et utiliseraient cette information de telle manière à ce que le bien-être de la communauté soit maximisé via le système de prix. Or, cet état idéal, Abeille le définit comme celui de « la plus grande concurrence de vendeurs et d’acheteurs » et il en résulte naturellement la liberté complète de vendre et d’acheter à l’intérieur comme à l’extérieur du royaume.30 À partir de cette définition, Abeille va montrer que dans des conditions de liberté absolue, le prix qui s’établit naturellement est le « vrai prix », c’est-à-dire un prix qui garantit simultanément un approvisionnement efficace pour les acheteurs et un revenu suffisant pour les vendeurs.

  • 31 L.-P. Abeille, Principes…, op. cit., p. 67.

19La démonstration d’Abeille a lieu en trois temps, tout d’abord il va montrer que les individus comme l’État sont face à un « état d’ignorance invincible » sur les quantités qui sont produites, susceptibles d’être vendues et achetées.31 Ce manque d’information condamne l’administration à intervenir sur la base d’une connaissance inappropriée des conditions du marché. Sur ce point, Abeille prolonge la critique que d’Argenson faisait de l’intervention publique dans les pages du Journal œconomique. Dans un second temps, Abeille démontre qu’il existe néanmoins une règle sûre pour connaître l’état du marché : le prix du blé qui est la seule information précise et disponible pour tous les agents. Dans un troisième temps, il montre que si le commerce n’est pas parfaitement libre, ce prix est porteur d’une information erronée sur le montant des quantités disponibles et des besoins réels de la population. Par conséquent, la seule action du gouvernement susceptible d’améliorer l’approvisionnement de la nation est d’imposer la liberté la plus complète dans les échanges, intérieurs et extérieurs, pour révéler le « vrai prix ».

20Dans l’absolu, Abeille convient qu’il serait souhaitable, pour l’économiste comme pour l’administrateur, de pouvoir calculer le « vrai prix des grains » ; c’est-à-dire de définir d’après les quantités disponibles, les désirs des acheteurs et des vendeurs, le prix qui permettrait la satisfaction des uns et des autres ou, plus précisément, la satisfaction maximale sous contrainte des quantités disponibles.

  • 32 L.-P. Abeille, Principes…, op. cit., p. 6 ; voir aussi p. 152-153.

« Mais personne n’ignore qu’il est absolument impossible de connaître, et à beaucoup près, ce qu’il existe de grains des anciennes récoltes ; ce qu’en a fourni la dernière moisson ; quelle est la quantité des autres productions en fruits, en légumes, en boissons qui suppléent les grains en tout, ou en partie, dans certaines provinces. Il n’est pas moins impossible de connaître ce que l’augmentation de prix dans les grains, peut opérer de diminution dans ces consommations de fantaisie, ou de recherche, qui contribuent à la nourriture, mais dont on se passe aisément. Il faut renoncer à établir, d’après des éléments si fugitifs, la règle dont on a besoin ».32

  • 33 L.-P. Abeille, Principes…, op. cit., p. 35, 45-46 et 66-67.
  • 34 « Ces opérations [achats, ventes et transports] sont quotidiennes et universelles. Nous nous assuro (...)

21Cet « état d’ignorance invincible » sur les conditions générales du commerce rend l’administrateur incapable de fixer le prix satisfaisant pour les acheteurs et vendeurs.33 Puisque le calcul des quantités est impossible, il n’existe pour les agents économiques qu’une seule manière de combler l’ignorance et d’obtenir une information fiable, c’est de déterminer le « vrai prix » du blé. Une fois ce prix connu, il sera possible de savoir, d’après ses fluctuations, s’il y a suffisamment de blé pour nourrir la population, ou s’il en manque. Le problème est que le « vrai prix » ne peut être que le résultat d’une multitude d’opérations et d’échanges effectués au hasard par les acheteurs et les vendeurs.34 Ainsi, seul le fonctionnement libre du marché décentralisé est susceptible de révéler à la multitude le « vrai prix » qui pourra, en retour, orienter judicieusement les actions des acheteurs et des vendeurs. L’argumentation d’Abeille fait donc de la liberté complète la condition nécessaire à une connaissance satisfaisante de l’état réel du marché des grains :

  • 35 L.-P. Abeille, Principes…, op. cit., p. 43.

« Il faut en conclure que si l’objet le plus important de l’administration est de bien connaître la somme des grains existants dans le royaume, et l’étendue précise du besoin, elle n’a qu’un seul moyen d’acquérir cette connaissance ; c’est de s’assurer du vrai prix de la denrée ».35

  • 36 L.-P. Abeille, Principes…, op. cit., p. 12.
  • 37 « Je vois clairement que l’intérêt sera l’unique moteur de ces commerçants étrangers. Ils apprennen (...)
  • 38 L.-P. Abeille, Lettre d’un négociant…, op. cit., p. 95.

22Lorsque le gouvernement intervient, soit directement par l’achat ou la vente de grains, soit indirectement par l’établissement de lois qui limitent la liberté, les prix constatés dans le commerce des grains transmettent une information insuffisante ou erronée au marchand : « Elles [les lois] tendent à établir un prix indépendant de l’état des choses, ou pour mieux dire, contraire à leur état actuel ».36 En effet, le marchand doit désormais prendre en compte le risque supplémentaire créée par la prohibition, risque indépendant du mécanisme du prix lui-même et, de fait, il rend le calcul des décisions économiques beaucoup plus aléatoire. Prenant l’exemple d’une hausse du prix dûe à une pénurie de blé dans un port étranger et assez éloigné (la démonstration est cependant valable pour tout lieu où le négociant ne peut se transporter immédiatement), Abeille contraste les anticipations effectuées par les négociants, suivant que ce port pratique la liberté du commerce ou la prohibition. Dans le premier cas, l’incertitude n’est pas un frein pour le marchand car il peut toujours rediriger sa cargaison vers un port où le blé est à son « vrai prix », s’il s’avère que le prix a baissé durant le temps du voyage.37 En effet, le négociant, même s’il espère toujours bénéficier d’un prix plus élevé qu’à la normale, enverra néanmoins son blé toutes les fois où il calcule pouvoir en tirer un « profit courant », condition qui est toujours garantie lorsque la liberté est effective.38 À l’inverse, l’annonce de la prohibition cause un changement radical dans son espérance de profit :

  • 39 L.-P. Abeille, Lettre d’un négociant…, op. cit., p. 94.

« Si dans ce moment on l’avertit que le port où il compte envoyer sa denrée, sera fermé dès qu’elle y sera entrée ; qu’il sera forcé de l’y laisser dépérir, ou de la vendre à très bas prix ; il ne verra plus d’un côté qu’un bénéfice incertain puisqu’il dépend du cas où il arriverait seul ; et d’un autre côté qu’une perte presque nécessaire au cas où il arrivât d’autres négociants qui, comme lui seraient dans la nécessité de vendre une denrée devenue surabondante. […] elle [la prohibition] repousse l’étranger, qui seul pourrait fournir ce qui lui manque, faire ouvrir les greniers, et ramener au prix toujours vrai et juste qu’établit la concurrence, le prix excessif, occasionné par le petit nombre de vendeurs, et par la crainte de manquer de subsistance ».39

  • 40 L.-P. Abeille, Principes…, op. cit., p. 11-2.
  • 41 L.-P. Abeille, Principes…, op. cit., p. 10-14.
  • 42 L.-P. Abeille, Principes…, op. cit., p. 15-6.

23De plus, et c’est un problème essentiel pour Abeille, les entorses à la liberté provoquent des modifications dans les comportements individuels qui contrarient le bon fonctionnement du commerce. Il définit deux catégories d’agents : d’une part, « cette partie nombreuse de la nation à qui l’habitude tient lieu de logique » et, d’autre part, ceux qui « sont capables de raisonnement, de calcul et de fermeté ».40 Or, les premiers, qui ont acquis un « esprit de justice et de raison » dans les autres commerces, car la seule « expérience rend nécessairement tous les hommes justes et raisonnables, sur les opérations d’un commerce libre, et sur presque toutes les choses qui en sont l’objet » ont une attitude bien différente dans le commerce des grains : ils s’épouvantent à la moindre hausse de prix, quelle qu’en soit la cause, et au moindre bruit d’exportation.41 Abeille explique cette attitude par deux raisons. Tout d’abord la prohibition elle-même, qui tend à accentuer les fluctuations de prix en limitant le nombre de cultivateurs et en décourageant les étrangers à apporter du grain. Ensuite, et surtout, la prétention de l’administration à se charger de fournir au peuple le grain à un prix raisonnable, si bien que ces agents ont pris l’habitude d’appeler le gouvernement à l’action dès que le prix du grain hausse, ce qu’ils ne font dans aucun autre commerce.42

  • 43 L.-P. Abeille, Principes…, op. cit., p. 17.

24Confronté à l’agitation populaire, la police force les greniers et attente au droit de propriété des cultivateurs, et des marchands de grains, pour faire cesser l’émeute. La conséquence en est que le monopoleur comme le propriétaire honnête n’ont qu’un objet : protéger leurs possessions contre l’administration en les cachant.43 Toutes ces actions et réactions des différents agents économiques vident le prix de son contenu informationnel :

  • 44 L.-P. Abeille, Principes…, op. cit., p. 18, 41-42, italiques dans l’original.

« Il s’établira nécessairement des prix faux, et par l’abondance de quelques marchés, et par l’épuisement apparent des greniers […] dans l’état de prohibitions totales ou partielles, la concurrence devient insensiblement bornée, et souvent nulle ; ainsi il existe une incertitude universelle sur la quantité. Alors au lieu de se proportionner à la quantité et au besoin, le prix se proportionne à la peur de ceux qui consomme, et à l’adresse des vendeurs ».44

  • 45 « [L]es petits cultivateurs, et ils sont innombrables en Bretagne, ne retirent jamais de quoi rempl (...)

25Dans cette situation d’incertitude, les individus capables de calculer, c’està-dire la plupart des marchands, sont en bien meilleure position que ceux qui n’agissent que par habitude, le peuple et les petits cultivateurs45 :

  • 46 L.-P. Abeille, Principes…, op. cit., p. 26-7.

« Les prohibitions multiplient les occasions et les facilités d’acheter la denrée fort au-dessous de sa valeur, et de la vendre fort au dessus du prix auquel la réduirait une libre et entière concurrence. […] Les marchands de grains sont devenus, par le vice de la loi, des espèces de joueurs, qui s’exposent au risque de gagner, ou de perdre, mais qui ne négligent rien pour profiter du beau jeu et des fautes des joueurs ».46

  • 47 L.-P. Abeille, Principes…, op. cit., p. 27.
  • 48 L.-P. Abeille et al., Corps d’observation…, op. cit., p. 167.
  • 49 L’idée que le libre échange réduit l’incertitude pour les agents économiques est également mise en (...)

26À l’opposé, quand le commerce est libre, « l’esprit de justice et de raison » redevient général et « le public a toujours beau jeu, et ne peut faire de fautes ».47 Parallèlement, le petit cultivateur qui, ployant sous le poids du bas prix, avait peu à peu, « par instinct » et « sans principes et sans calculs » limité au maximum sa culture de blé l’augmente à nouveau, dès le retour de la liberté et d’un prix qui lui donne un bénéfice.48 L’analyse d’Abeille met en avant le rôle du prix comme vecteur d’information. Elle repose notamment sur l’idée que le commerce rendu parfaitement libre réduit l’incertitude liée à l’acte d’échange puisque le « vrai prix » garantit que tous les agents disposeront d’une information sûre et facilement interprétable sur les conditions du marché.49

Information et comportements économiques

  • 50 Principes et observations économiques, Amsterdam, Marc Michel Rey, 1767, 2 vols., X-316 + 284 p. Un (...)

27François Véron de Forbonnais est un personnage particulièrement important parmi les économistes de la période 1750-1770. Dans les années 1750, c’est essentiellement son nom qui a incarné la « science du commerce » du cercle de Gournay aux yeux de ses contemporains. Chacun de ses livres provoquait l’événement et il est le seul, parmi les membres du cercle, à avoir contribué à tous les débats importants. L’influence de sa pensée a culminé avec sa promotion comme principal conseiller économique du Contrôleur général Silhouette en 1759. L’échec de ce dernier et de ses tentatives de réformes a, semble-t-il, contraint Forbonnais au silence, sans qu’il soit possible de certifier si cela fut volontaire, ou non. Ce n’est qu’après le tournant des années 1760 que Forbonnais reprend une activité littéraire soutenue, avec la volonté manifeste de reconquérir sa position dominante dans l’opinion publique, que les physiocrates lui avaient entre-temps subtilisée. Dans les Principes et observations économiques, publié en 1767, c’est à l’occasion d’un commentaire étendu sur les articles « Fermiers » et « Grains » de Quesnay que Forbonnais aborde la question de la liberté du commerce des blés. Il se prononce en faveur d’une liberté modérée, répétant pour l’essentiel les propositions énoncées plus de dix ans auparavant dans l’Encyclopédie.50

  • 51 Le fait qu’Abeille a écrit les Principes sur la liberté du commerce des grains en réponse à Forbonn (...)
  • 52 François Véron de Forbonnais, Examen du livre intitulé Principes sur la liberté du commerce des gra (...)

28L’ouvrage de Forbonnais fut sévèrement attaqué dans les Éphémérides du citoyen, l’organe des physiocrates et de leurs alliés. Toutefois, la réponse la plus intéressante est venue d’un ancien membre du cercle de Gournay, Abeille, dans ses Principes sur la liberté du commerce des grains (voir la section précédente). Abeille s’en est pris à la position modérée de Forbonnais en montrant qu’il débouchait sur une politique économique dont les résultats ne pouvaient être que négatifs pour le peuple et la nation.51 Forbonnais a immédiatement mesuré l’importance de la contribution théorique d’Abeille, et de ses implications quant à la question de la liberté du commerce des blés, puisqu’il y répond presque immédiatement par un Examen du livre intitulé Principes sur la liberté du commerce des grains qui paraît en août 1768.52

29Dans ce texte, Forbonnais élabore une réponse très intéressante à l’argument central d’Abeille. D’une part, Forbonnais montre que le statut épistémologique de la catégorie « vrai prix » n’est pas assuré. En effet, non seulement les circonstances locales font qu’il est différent en chaque endroit mais, de plus, il y aura toujours des erreurs d’anticipations de la part des individus :

  • 53 F. Véron de Forbonnais, Examen…, op. cit., p. 8-9.

« La variété des prix locaux entre les provinces, étant une nécessité physique, ne pourrait empêcher seule de regarder ces prix locaux comme le vrai prix de chaque lieu ; et le résultat commun, comme le vrai prix commun du royaume. Mais l’influence de la peur, et celle de la cupidité, produisent indispensablement des mécomptes qui ne peuvent être calculés ».53

30Étant donné que le marché national est fragmenté en une infinité de marchés locaux dont les conditions d’offre et de demandes dépendent de circonstances propres à chacun de ces marchés, un « vrai prix » constaté à un endroit véhicule une information difficile à interpréter à un autre endroit, où le contexte des échanges est peut-être très différent. Ainsi, le problème qu’Abeille pensait avoir résolu – faire en sorte que le prix véhicule une information exacte sur les conditions de l’offre et de la demande – se repose à peu près dans les mêmes termes, puisque l’information véhiculée par le prix est nécessairement incomplète.

  • 54 Cette distinction se retrouve en théorie économique aujourd’hui puisqu’on distingue traditionnellem (...)

31Le deuxième argument avancé par Forbonnais est encore plus intéressant. Il montre qu’il n’est pas suffisant que l’information sur l’état du marché des grains (quantités offertes et demandées, stocks) soit exacte et circule rapidement via le système de prix pour qu’une allocation optimale des biens en résulte nécessairement54. Selon Forbonnais, cette dernière n’est réalisée que si des conditions supplémentaires existent : si les offreurs sont des agents économiques rationnels (ils cherchent à maximiser leur profit), si l’offre de grains est équilibrée dans le temps. Lorsque le marché des grains est constitué d’agents rationnels et disposant de capital en quantité suffisante, le cas étudié par Abeille, le résultat est conforme aux attentes des partisans de la liberté absolue. Lorsqu’il en est autrement, comme dans la France de la fin des années 1760, la liberté la plus complète instaure une concurrence déséquilibrée en faveur de certaines catégories d’agents. Ce résultat n’est pas dû à une mauvaise circulation de l’information économique, mais à l’incapacité de certains agents à traiter cette information de manière satisfaisante en adoptant un comportement économique efficace, soit parce qu’ils ne disposent de moyens économiques suffisants, soit parce qu’ils n’agissent pas rationnellement.

  • 55 F. Véron de Forbonnais, Examen…, op. cit., p. 19.

32Selon Forbonnais, l’offre de blé est le fait de cinq catégories d’agents aux caractéristiques très différentes : les petits marchands (« blatiers »), les petits fermiers, les fermiers médiocres, les gros fermiers et les gros marchands. Faute de capitaux, les premiers sont incapables de garder leurs grains et de lui faire parcourir de grandes distances, leur action consiste donc essentiellement « à surcharger de profits intermédiaires multipliés » la circulation qui se fait de proche en proche.55 Les seconds partagent avec les premiers l’absence de capitaux, ce qui les contraint à vendre dans l’année, généralement juste après la récolte, leur production :

  • 56 F. Véron de Forbonnais, Examen…, op. cit., p. 20.

« C’est leur concurrence, qui entretient l’abondance des marchés de l’automne et du commencement de l’hiver, où les prix sont les plus bas de l’année. En général, plus leur nombre est grand dans une province, moins le prix du grain est haut : c’est ce qui a induit quelquefois les spéculateurs, à supposer la surabondance, où il n’y avait que l’abondance et celle-ci à la place du nécessaire ».56

33Les « fermiers médiocres » qui composent la troisième catégorie disposent de capital, mais en quantité modérée. Aussi, ils choisissent généralement d’attendre que les « blatiers » aient vendu la majeure partie de leurs grains pour porter les leurs au marché et bénéficier ainsi de prix suffisamment élevés pour faire un profit modéré. Toutefois, la rareté relative de leur capital les dissuade d’adopter un comportement spéculatif et dès que le marché leur assure un prix suffisant, ils s’empressent de vendre :

  • 57 F. Véron de Forbonnais, Examen…, op. cit., p. 20-21.

« [I]ls filent leur débit avec précaution, pour soutenir le prix. Dans l’usage de faire quelque réserve d’une année sur l’autre, ils font rarement des spéculations éloignées, et ils réalisent, dès qu’un mouvement un peu favorable sur les prix, leur assure un gain ; car ils ont presque tous un emploi utile à faire d’un bénéfice acquis, en le portant en accroissement de culture. Ces greniers médiocres, mais multipliés, s’ouvrent donc toujours à des conditions raisonnables, et entretiennent dans les provinces où il y en a beaucoup, un préjugé d’abondance, quelquefois au-dessus de la réalité ».57

34Au total, ces deux catégories de fermiers possèdent environ les deux tiers des terres du royaume.

  • 58 « [C]eux-là ne portent aux marchés courants que les blés de moindre qualité ; et suivant leurs forc (...)
  • 59 F. Véron de Forbonnais, Examen…, op. cit., p. 23. L’argument de Forbonnais sur ce dernier point est (...)
  • 60 F. Véron de Forbonnais, Examen…, op. cit., p. 26. L’auteur fait ici allusion aux émeutes qui ont se (...)

35La dernière catégorie est celle des gros fermiers. Ils détiennent des capitaux en grande quantité et adoptent un comportement beaucoup plus spéculatif. Ils n’apportent normalement qu’une petite partie de leurs grains au marché, et préfèrent le stocker pour pouvoir les écouler en période de prix élevés.58 Trois facteurs les incitent plus particulièrement à immobiliser leurs capitaux pour le stockage des grains : la possibilité d’échapper (au moins en partie) à l’impôt, la rareté des emplois fructueux du capital dans les campagnes et enfin le coût plutôt faible du stockage.59 Ainsi, les gros fermiers qui disposent de capacités de stockage importantes, mais de moyens de transports et de réseaux d’informations peu performants attendent, à l’abri de leurs immenses greniers, la mauvaise récolte qui leur permettra de tirer un revenu maximal de leur capital. Forbonnais donne l’exemple de l’Angleterre « où la manie des fermes énormes par l’étendue, a presque détruit les moyennes et les petites, il n’est pas étonnant que la plus légère altération, dans le produit des récoltes, ait engendré une grand cherté ».60 La double condition de récoltant et de commerçant induit, en effet, un comportement nuisible à la stabilité du commerce des grains dans son ensemble.

36Il en va bien autrement des commerces où il existe de nombreux marchands :

  • 61 F. Véron de Forbonnais, Examen…, op. cit., p. 25-6.

« Rien de semblable n’existe dans l’opération du commerce des autres denrées ; les spéculateurs, qui achètent pour revendre, y sont très multipliés ; leur concurrence limite leur cupidité : ils ont d’ailleurs un motif de vendre dès qu’il y a un profit, parce qu’ils ont faits l’avance d’un fonds qui porte intérêt, et qu’ils ont une occasion perpétuelle de replacer utilement ; au lieu que les fermiers et les propriétaires spéculent principalement sur un profit acquis, et presque sans frais de manutention ».61

  • 62 « J’avoue même avec plaisir, que si jamais leur nombre [les très gros marchands purement marchands] (...)
  • 63 Forbonnais fait donc l’hypothèse implicite que l’arbitrage spatial des marchands est plus efficace, (...)
  • 64 Forbonnais admet implicitement que la connaissance, qu’a le marchand mais pas le fermier, du montan (...)

37Forbonnais différencie donc les gros marchands, qu’il appelle de ses vœux dans le commerce des grains, et les gros fermiers dont il pense qu’ils contribuent à l’instabilité du marché des grains.62 Le premier argument qu’il avance est que les marchands transportent le blé plutôt que de le stocker, l’égalisation du prix est alors beaucoup plus sensible.63 Deuxièmement, les marchands achètent les récoltes qu’ils vont revendre. Ils payent le personnel qu’ils emploient à garder et entretenir le blé, il leur faut donc écouler leur marchandise au plus vite. De plus, le marchand en investissant son capital dans le stockage des grains se prive des opportunités alternatives d’emploi de son argent. Le coût d’opportunité de la conservation du grain est donc beaucoup plus élevé pour le marchand que pour le gros fermier, qui n’a d’autre emploi pour son capital que le stockage des grains.64 Aussi, le marchand va vendre son stock de grains dès lors que son profit couvre l’intérêt du capital et la rémunération de leur peine et de leur risque, sans attendre la disette.

38L’intérêt de la contribution de Forbonnais est de montrer que tous les agents économiques ne sont pas égaux dans l’usage de l’information. En ce qui concerne les « blatiers » comme les petits fermiers, leur manque de capital les dissuade de stocker : ils vont donc vendre au plus vite quel que soit le signal donné par les prix. Le cas des gros fermiers est plus complexe. Au plan économique, ils ne se différencient pas des gros marchands par rapport à leur dotation en capital, mais par rapport à l’usage qu’ils en font. Les marchands se comportent de manière rationnelle en cherchant à rendre leur capital le plus liquide possible pour profiter d’opportunités nouvelles de profit. À l’inverse, les gros fermiers apparaissent largement étrangers à la nouvelle mentalité capitaliste : ils préfèrent immobiliser leur capital sous forme de marchandises ou de propriétés foncières et ils ne cherchent pas à s’informer sur les opportunités alternatives de profit.

39Par conséquent, la difficulté consiste à obliger le gros fermier à avoir un comportement moins spéculatif. Forbonnais pense que le maintien de certaines contraintes sur l’exportation du blé, comme le prix plafond ou l’obligation d’exporter sur des navires français, peut concourir à cet objet. Ainsi, il se prononce en faveur de l’obligation de transporter sur des navires français :

  • 65 F. Véron de Forbonnais, Principes et observations…, op. cit., t. II, p. 217.

« [P]our établir la spéculation nationale d’une manière avantageuse à la culture même, dans un pays où cette spéculation n’existe pas, il paraît nécessaire de lui procurer le double aspect du bénéfice propre à la spéculation, et du bénéfice du fret. L’un s’assurant par l’autre ils se confondront, au point de diminuer considérablement : car le bénéfice du fret suffira dans un nombre infini d’occasions pour déterminer à l’exportation du grain sans bénéfice : et le profit sur le grain dédommagera dans d’autres de la perte sur le fret ».65

40Cette obligation représente une prime qui vise à pallier le manque de marchands. En effet, la prime incitera, d’une part, les négociants déjà existants à accorder la priorité au commerce des grains qui leur garantit un profit plus élevé que les investissements alternatifs et, d’autre part, à inciter de nouveaux marchands à pratiquer ce commerce.

*
* *

41Notre courte enquête permet déjà de faire apparaître quelques éléments à partir desquels une discussion plus large pourrait être initiée. Tout d’abord, il est essentiel de noter que les auteurs étudiés sont unanimes pour considérer que le prix est la variable cruciale pour véhiculer l’information sur les conditions du marché pour les agents économiques. De même, ils s’accordent pour reconnaître que l’État lui-même ne dispose guère d’autres moyens que celui-là pour orienter ses interventions. À partir de ce constat, la discussion entre les différents auteurs s’effectue sur la qualité du signal émis par la variable prix. Certains pensent que le prix peut être « vrai », c’est-à-dire donner une information complète sur les conditions réelles de l’échange si la liberté du commerce est établie, alors que d’autres pensent que le prix ne pourra faire disparaître l’incertitude et les comportements spéculatifs qui l’accompagnent.

42Le second point que nous voudrions souligner est que l’économie du royaume de France décrite par Forbonnais est duale. D’une part, il y a celle des négociants qui relève d’un marché déjà organisé, où le capitaliste a le choix entre de multiples emplois possibles de son argent ; cette économie est pour l’essentiel autorégulée, le comportement rationnel des agents économiques tend à produire un tout harmonieux par le biais de la concurrence. D’autre part, il y a l’économie des campagnes faiblement monétisée où le capital est dans les mains de quelques grands fermiers et propriétaires qui, pour des raisons sociales, limitent leurs champs d’activité au seul secteur primaire et préfèrent détenir ce capital sous forme physique (stocks de grains, domaines fonciers) que sous forme liquide. Ainsi, le commerce des grains est relativement peu concurrentiel et la plupart des agents économiques y adoptent des comportements indépendants des prix et qui ne maximisent pas le bien-être collectif. Forbonnais apporte toutefois une nuance intéressante en introduisant la catégorie des « fermiers médiocres » qui, bien que partie prenante de l’économie des campagnes, adoptent un comportement similaire aux négociants (aversion au risque, maximisation du profit). Quelle réalité sociale cette catégorie recouvrait-t-elle ? Il est très probable que Forbonnais songeait aux fermiers qui s’intéressaient à l’agronomie et dont il faisait lui-même partie. Forbonnais misait sur le développement de cette catégorie afin de créer progressivement les conditions d’une concurrence harmonieuse dans le commerce des grains.

Notes

1 L’expression « nouvelle microéconomie » tend à s’imposer chez les économistes français pour désigner l’ensemble des théories qui étudient le comportements des agents à l’aide des outils de la théorie néo-classiques, mais en adoptant des hypothèses moins restrictives : coût positif et/ou incomplétude de l’information, existence d’agents dont le comportement n’est pas neutre face au risque, prise en compte de comportements individuels complexes (opportunisme, stratégies individuelles et collectives). Un manuel très populaire de microéconomie est à l’origine de la diffusion très large de cette expression pour désigner les modèles intégrant les apports du néo-institutionnalisme et de la théorie des jeux, cf. Pierre Cahuc, La nouvelle microéconomie, La Découverte, Paris, 1993 (pour la première édition), 128 p.

2 Philippe T. Hoffman, Gilles Postel-Vinay, et Jean-Laurent Rosenthal, Priceless Markets. The Political Economy of Credit in Paris, 1660-1870, The University of Chicago Press, Chicago and London, 2000, 350 p. Traduction française : Des marchés sans prix. Une économie politique du crédit à Paris, 1660-1870, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences sociales, 2001, 448 p. Cette étude a notamment été évoquée à plusieurs reprises lors des discussions durant la journée d’étude.

3 Cf. Alessandro Stanziani, « Information, institutions et temporalité. Quelques remarques critiques sur l’usage de la nouvelle économie de l’information en histoire », Revue de Synthèse, Albin Michel, Paris, 2000, p. 117-155. Voir aussi le forum consacré aux nouvelle directions en histoire économique par la revue French Historical Studies en 2000, en particulier les articles suivants : James R. Farr, « Introduction », French Historical Studies, Duke University Press, Durham, 2000, p. 417-422 ; John V. C. Nye, « The Importance of Being Late : French Economic History, Cliometrics, and the New Institutional Economics », id., p. 423-438 ; P. T. Hoffman et J.-L. Rosenthal, « New Work in French Economic History », id., p. 439-454.

4 Les travaux de Jean-Claude Perrot ont été réunis dans le recueil : Une histoire intellectuelle de l’économie politique (XVIe-XVIIIe siècle), éditions de l’E.H.E.S.S., Paris, 1992, 496 p. Quelques références parmi les études qui se sont inscrites dans cette perspective : Jean-Yves Grenier, L’économie française de l’Ancien Régime, Fayard, 1992, 489 p. ; Dominique Margairaz, « La formation du réseau des foires et des marchés : stratégies, pratiques et idéologies », Annales ESC, 1986, p. 1215-1242. Philippe Minard, La fortune du colbertisme, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1998, 505 p. ; Liliane Hilaire-Pérez, L’invention technique au siècle des Lumières, Albin Michel, Paris, 2000, 443 p.

5 Steven L. Kaplan, Bread, Politics and Political Economy in the Reign of Louis XV, Martinus Nijhoff, La Hague, 1976, 2 vol. , 797 p. (traduction abrégée : Le pain, le peuple et le roi. La bataille du libéralisme sous Louis XV, Perrin, Paris, 1986, 461 p.) ; La fin des corporations, Fayard, Paris, 2001, 740 p. Parmi les travaux récents qui s’inspirent de la méthodologie de Kaplan : Miller, Judith A., Mastering the Market. The State and the Grain Trade in Northern France, 1700-1860, Cambridge University Press, Cambridge, 1999, 334 p. ; Michael Kwass, Privilege and the Politics of Taxation in Eighteenth-century France, Liberté, Égalité, Fiscalité, Cambridge University Press, Cambridge, 2000, 353 p.

6 Parmi les historiens, il n’y a guère que P. Minard qui ait cherché à utiliser le cadre heuristique légué par les économistes français des Lumières pour analyser certains aspects de la circulation de l’information économique sous l’Ancien Régime. Cf. P. Minard, La fortune du colbertisme, op. cit., en particulier p. 264-270. Cependant, même lui se réfère aux travaux de la « nouvelle microéconomie » pour justifier son analyse.

7 Ceci est d’autant plus vrai que les auteurs discutés ci-après sont aussi, pour la plupart, des acteurs significatifs dans le domaine du commerce des grains à divers titres (administrateurs de haut rang, conseillers économiques du gouvernement, entrepreneurs agricoles, grands négociants). Aussi, il est difficile de croire que les représentations théoriques de ces auteurs ne soient pas informées par leurs propres pratiques.

8 « Lettre à l’auteur du Journal œconomique au sujet de la dissertation sur le commerce de M. le Marquis Belloni », Journal œconomique, Antoine Boudet, Paris, avril 1751, p. 107-117. Ce texte est cité d’après l’édition qui en est donnée dans l’ouvrage dirigé par Gérard Klotz, Politique et économie au temps des Lumières, Presses Universitaires de Saint-Étienne, Saint-Étienne, 1997, p. 41-44.

9 Politique et économie…, op. cit., p. 44.

10 Politique et économie…, op. cit., p. 42.

11 Politique et économie…, op. cit., p. 42. Sur l’influence de Mandeville sur la pensée économique française, voir Meyssonnier, La balance et l’horloge : la genèse de la pensée libérale en France au XVIIIe siècle, Montreuil, Éditions de la Passion 1989, p. 73-83.

12 C.-J. Herbert, Essai sur la police générales des grains, Paris, 1755. Nous citons d’après l’édition préparée par Edgar Depitre en 1910. L’édition originale est de 1753, mais celle de 1755 est largement augmentée et peut-être considérée comme l’édition définitive.

13 Sur ce dernier point le texte de 1755 corrige le texte de 1753 qui voyait dans ceux-ci une solution efficiente. Au contraire, dans celui de 1755, Herbert affirme « Il ne serait ni prudent, ni plus utile, de charger une compagnie de former des magasins dans le Royaume », cf. C.-J. Herbert, Essai…, op. cit., p. 9.

14 « Il n’y a que ceux qui ont un intérêt personnel à la conservation des grains, qui puissent les bien gouverner, et en tirer le meilleur parti. Un commis, un régisseur, n’y veillent point avec la même attention », cf. C.-J. Herbert, Essai…, op. cit., p. 16.

15 « Nous avons parlé ci-devant des inconvénients qui résulteraient d’une entreprise générale, et des dépenses énormes, dans lesquelles l’État s’engagerait, s’il voulait déposer les grains superflus dans des greniers publics. Le peu d’économie, la régie mal entendue ou infidèle, la gêne dans le commerce, établiront toujours des blés à un prix trop haut pour que le public n’ait pas à s’en plaindre », ibid.

16 C.-J. Herbert, Essai…, op. cit., p. 34.

17 C.-J. Herbert, Essai…, op. cit., p. 22-3.

18 C.-J. Herbert, Essai…, op. cit., p. 34.

19 C.-J. Herbert, Essai…, op. cit., p. 54.

20 C.-J. Herbert, Essai…, op. cit., p. 35.

21 Lorsque le prix des grains est faible, les droits de sortie sont faibles ou nuls ; au fur et à mesure de leur augmentation, le gouvernement les relève pour inciter les marchands à ne vendre qu’à la population nationale, cf. C.-J. Herbert, Essai…, op. cit., p. 53-56.

22 C.-J. Herbert, Essai…, op. cit., p. 54, je souligne ; voir aussi, p. 56-57.

23 Dans la première édition, Herbert proposait de plus de défendre la sortie des grains au-delà d’un « certain prix ». Cette dernière solution est la plus communément envisagée, notamment par l’intendant Vincent de Gournay et Véron de Forbonnais. cf. Jacques-Claude-Marie Vincent de Gournay, Remarques sur le traité du commerce de Josiah Child, dans Traité sur le commerce de Josiah Child avec les remarques inédites de Vincent de Gournay., Kinokuniya Company Ltd, Tokyo, 1983, p. 123 ; François Véron de Forbonnais, « Culture des terres », dans Encyclopédie ou, Dictionnaire raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers, par une société de gens de lettres ; mis en ordre et publié par M. Diderot… & quand à la partie mathémathique par M. d’Alembert, Briasson, Paris, 1754, t. IV, p. 558.

24 Le muid est équivalent à 12 setiers mesure de Paris, la mesure la plus commune dans le commerce des grains qui équivaut à un volume de 240 litres environ.

25 « Si l’on proposait d’imiter tout d’un coup la méthode anglaise, ce changement subit pourrait causer des ébranlements fâcheux : mais il n’est question encore, que de sonder le terrain », cf. C.-J. Herbert, Essai…, op. cit., p. 61. Véron de Forbonnais défend une position identique dans l’article « Culture des terres », op. cit., p. 555-556. Dans la première édition, Herbert présentait la législation anglaise beaucoup plus favorablement Essai sur la police générale des grains, [sl], 1753, p. 45-48.

26 Comme le note en 1757, Montaudoin de la Touche. Cf. Jean-Gabriel Montaudoin de la Touche Supplément à l’essai sur la police générale des grains, in Edgar Depitre (éd.), Essai sur la police générale des grains, sur leurs prix, sur leurs effets et Supplément à la police générale des grains, Paul Geuthner, Paris, 1910, p. 149-164.

27 Les similitudes entre les analyses d’Abeille et de Turgot sur ce point sont nombreuses et profondes comme nous l’avons montré ailleurs (cf. L. Charles, La liberté du commerce des grains et l’économie française (1750-1770), Thèse, Université Paris I, 1999, p. 202-209). Les seules différences notables sont que, d’un côté, Turgot accorde une attention particulière au rôle et au comportement économiques de l’entrepreneur et, de l’autre, Abeille détaille bien plus le rôle du prix comme vecteur d’information. Ce dernier élément est une des deux raisons qui nous ont engagées à mettre en avant Abeille aux dépens de Turgot, dont la réputation de théoricien est pourtant bien mieux établie ; l’autre argument étant que l’analyse de Turgot est dispersée sur plusieurs textes écrits entre la première moitié des années 1750 et 1770, pour la plupart restés inédits jusqu’au vingtième siècle. Nous en donnons la liste dans L. Charles, ibid., p. 204 note 1.

28 G.-F. Le Trosne, 1768, Lettre à un ami sur les avantages de la liberté du commerce des grains et le danger des prohibitions, 168 p. Cet ouvrage mêle les idées du cercle de Gournay et la doxa physiocrate ; les pages 13-16 contiennent de nombreux emprunts à Herbert et l’ouvrage s’achève par la formule « Laisser faire et laisser passer ».

29 La définition retenue par Abeille de cette dernière variable ne considère que les « vrais » besoins des acheteurs, c’est-à-dire les besoins en période normale en dehors de l’influence éventuelle de la peur momentanée de manquer de grains. Cf. Louis-Paul Abeille, Principes sur la liberté du commerce des grains, Desaint, Amsterdam [Paris], 162 p. (voir p. 6 et 11-12).

30 L.-P. Abeille, Principes…, op. cit., p. 155-156.

31 L.-P. Abeille, Principes…, op. cit., p. 67.

32 L.-P. Abeille, Principes…, op. cit., p. 6 ; voir aussi p. 152-153.

33 L.-P. Abeille, Principes…, op. cit., p. 35, 45-46 et 66-67.

34 « Ces opérations [achats, ventes et transports] sont quotidiennes et universelles. Nous nous assurons la jouissance des choses qui surabondent chez nos voisins et qui nous manquent, en les payant avec ce qui leur manque et qui surabonde parmi nous. C’est de ces échanges continuels, innombrables, qui se font d’eux-mêmes et sans le moindre concert entre la multitude qui les exécute, que nous tirons l’avantage de ne rien manquer en choses agréables, commodes, utiles, et, à plus forte raison, en choses nécessaires », cf. L.-P. Abeille, Principes…, op. cit., p. 9-10.

35 L.-P. Abeille, Principes…, op. cit., p. 43.

36 L.-P. Abeille, Principes…, op. cit., p. 12.

37 « Je vois clairement que l’intérêt sera l’unique moteur de ces commerçants étrangers. Ils apprennent que le blé manque dans un pays ; que par conséquent il s’y vend facilement et à bon prix ; dès ce moment toutes leurs spéculations sont faites : c’est là qu’il faut envoyer du grain et l’envoyer promptement, afin de profiter du temps où la vente est favorable. Mais tout commerçant ignore combien les différents peuples et même les différentes villes lui donnent de concurrents, et combien chacun de ces concurrents en particulier fera passer de grains dans le pays où il manque. Il doit donc prévoir que le désir de gagner multipliera les spéculations semblables aux siennes ; que par conséquent l’abondance et le bas prix du grain succéderont vraisemblablement au besoin et au bon prix. Mais il lui reste…/… …/… un motif pour se placer entre les risques de la perte ou du profit ; c’est l’espérance de vendre ailleurs à un prix raisonnable une denrée que la concurrence ferait tomber au dessous de sa vraie valeur ». Louis-Paul Abeille, Lettre d’un négociant sur la nature du commerce des grains. 8 octobre 1763, in Pierre-Samuel Du Pont de Nemours, De l’exportation et de l’importation des grains & Premiers opusucles sur le commerce des grains, Paul Geuthner, Paris, 1911, p. 93, je souligne ; voir aussi L.-P. Abeille, Principes…, op. cit., p. 154.

38 L.-P. Abeille, Lettre d’un négociant…, op. cit., p. 95.

39 L.-P. Abeille, Lettre d’un négociant…, op. cit., p. 94.

40 L.-P. Abeille, Principes…, op. cit., p. 11-2.

41 L.-P. Abeille, Principes…, op. cit., p. 10-14.

42 L.-P. Abeille, Principes…, op. cit., p. 15-6.

43 L.-P. Abeille, Principes…, op. cit., p. 17.

44 L.-P. Abeille, Principes…, op. cit., p. 18, 41-42, italiques dans l’original.

45 « [L]es petits cultivateurs, et ils sont innombrables en Bretagne, ne retirent jamais de quoi remplacer leur avance et payer leur ferme. Vérité effrayante qu’il est aussi importante de présenter à un ministère bienfaisant et éclairé qui calcule tout, qu’il est aussi important de cacher au cultivateur, qui ne pourvoit à sa subsistance, que parce qu’il ne calcule rien », cf. L.-P. Abeille et al., Corps d’observation de la société d’agriculture, de commerce et des arts, établie par les états de Bretagne. Années 1759 et 1760, Vatar, Rennes, 1762, p. 166.

46 L.-P. Abeille, Principes…, op. cit., p. 26-7.

47 L.-P. Abeille, Principes…, op. cit., p. 27.

48 L.-P. Abeille et al., Corps d’observation…, op. cit., p. 167.

49 L’idée que le libre échange réduit l’incertitude pour les agents économiques est également mise en avant par Turgot selon des modalités légèrement différentes, cf. L. Charles, Le débat…, op. cit., p. 206-207.

50 Principes et observations économiques, Amsterdam, Marc Michel Rey, 1767, 2 vols., X-316 + 284 p. Une nouvelle édition des Élémens du commerce (ouvrage qui contient la plupart des articles de Forbonnais écrits pour l’Encyclopédie) a accompagné la parution des Principes. La position de Forbonnais qui était apparue comme réformatrice dans les années 1750 paraissait bien timorée aux physiocrates et à leurs alliés une dizaine d’années plus tard. L’histoire de la pensée économique a entériné l’opinion de ces derniers, si bien que Forbonnais est aujourd’hui encore considéré comme un auteur mineur.

51 Le fait qu’Abeille a écrit les Principes sur la liberté du commerce des grains en réponse à Forbonnais est attesté par une lettre de Duclos au premier : « Je trouve assez bien qu’on fasse un peu de justice de Forbonnais, si le bien de la chose l’exige, mais d’un ton poli, ferme et sans aigreur, en lui faisant cependant honte du sien » (« Duclos à Abeille, le 1er avril 1767 », dans Correspondance de Charles Duclos, Saint-Brieuc, Presses universitaires de Bretagne, 1970, p. 226).

52 François Véron de Forbonnais, Examen du livre intitulé Principes sur la liberté du commerce des grains. Supplément au journal d’aoust 1768, Paris, Imprimerie de Knapen, 1768, 144 p. Le livre d’Abeille était paru fin juillet. Notons qu’Abeille répondra à nouveau à Forbonnais par un texte, « Examen de l’Examen du livre intitulé Principes sur la liberté du commerce des grains », qui paraît en supplément du volume du mois de de Novembre 1768 des Éphémérides du citoyen (cf. L. Charles, Le débat…, op. cit., p. XXX).

53 F. Véron de Forbonnais, Examen…, op. cit., p. 8-9.

54 Cette distinction se retrouve en théorie économique aujourd’hui puisqu’on distingue traditionnellement entre deux types d’efficience du prix de marché :
– l’efficience informationnelle, le prix donne toute l’information sur les conditions du marché ;
– l’efficience allocative, le prix assure une allocation optimale des biens et services entre les acteurs du marché.

55 F. Véron de Forbonnais, Examen…, op. cit., p. 19.

56 F. Véron de Forbonnais, Examen…, op. cit., p. 20.

57 F. Véron de Forbonnais, Examen…, op. cit., p. 20-21.

58 « [C]eux-là ne portent aux marchés courants que les blés de moindre qualité ; et suivant leurs forces, seulement une partie de ce qui est nécessaire pour payer l’impôt et le propriétaire. Les menus grains et la basse-cour, suffisent et au-delà au paiement des gages de domestiques, des menus frais, et à leur entretien frugal et peu dispendieux. La partie de leur récolte, qui est pur bénéfice, ne sort jamais du grenier, que sur l’appât d’un renchérissement considérable », cf. F. Véron de Forbonnais, Examen…, op. cit., p. 21-22.

59 F. Véron de Forbonnais, Examen…, op. cit., p. 23. L’argument de Forbonnais sur ce dernier point est intéressant puisque le faible coût du stockage est directement lié à la faible monétisation de l’économie des campagnes par rapport à celle des marchands des villes. Alors que les premiers paient leur main d’œuvre en nature pour la plus grande partie, les seconds paient leurs manutentionnaires en argent.

60 F. Véron de Forbonnais, Examen…, op. cit., p. 26. L’auteur fait ici allusion aux émeutes qui ont secoué l’Angleterre en 1766 et que le public français connaissait bien par les relations qu’en avaient faites les gazettes. Les physiocrates et leurs alliés se sont d’ailleurs essayés à montrer que ces émeutes étaient dues au manque de liberté.

61 F. Véron de Forbonnais, Examen…, op. cit., p. 25-6.

62 « J’avoue même avec plaisir, que si jamais leur nombre [les très gros marchands purement marchands] est ostensible dans les provinces, pour le commerce des grains, la liberté illimitée me paraît perdre une partie de son inconvénient », cf. F. Véron de Forbonnais, Examen…, op. cit., p. 27.

63 Forbonnais fait donc l’hypothèse implicite que l’arbitrage spatial des marchands est plus efficace, en termes de bien-être collectif, que l’arbitrage temporel des fermiers. Les adversaires de Forbonnais, Abeille, Turgot et les physiocrates, sont en accord avec lui sur ce point.

64 Forbonnais admet implicitement que la connaissance, qu’a le marchand mais pas le fermier, du montant monétaire de ses coûts entraîne un comportement plus rationnel. Cet argument cognitif n’est toutefois pas statué explicitement.

65 F. Véron de Forbonnais, Principes et observations…, op. cit., t. II, p. 217.

Auteur

Maître de conférences en économie à l’Université de Paris II Panthéon-Assas de 2003 à 2008. Agrégé de sciences économiques (concours 2008), il est actuellement professeur à l’Université de Reims et chercheur associé à l’Institut National d’Études Démographiques (INED). Son travail de recherche concerne principalement l’histoire des savoirs économiques en France et en Angleterre au siècle des Lumières. Il a reçu le prix du meilleur article décerné par la History of Economics Society en 2004 pour son article « The visual history of the Tableau économique » publié dans The European Journal of the History of Economic Thought, vol. 10, nº 4 (Hiver 2003), p. 527-549. Il a récemment édité, en collaboration avec Christine Théré et Jean-Claude Perrot, les Œuvres économiques complètes de François Quesnay et autres textes, 2 vol., Éditions de l’INED, 2005.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540